Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe

 | 
André Bourgey
, 
Philippe Gorokhoff
, 
Michel Nancy
, 
et al.

Les migrants dans la structure sociale des pays du Golfe

Elisabeth Longuenesse

Texto completo

  • 1 Par pays du Golfe, nous entendons ici les six pays membres du Conseil de Coopération du Golfe : Ara (...)

1La proportion des étrangers dans la population des pays du Golfe1 a atteint ces dernières années un niveau inégalé dans le reste du monde. Le recours à une main-d’œuvre étrangère, ancien à Koweit, s’est généralisé dans les autres pays, surtout à partir des années 1970, avec l’accroissement des revenus pétroliers résultant de l’augmentation des prix du pétrole brut après 1973. Dans certains Etats de la région, les citoyens sont devenus minoritaires dans leur propre pays : c’est le cas de Qatar et des Emirats arabes unis ; presque partout la population active est en majorité composée d’immigrés.

2Les deux pays qui ont la plus faible part de population étrangère sont l’Arabie Saoudite et Oman, les seuls aussi à compter une forte population rurale. Bahrein, qui semble s’en rapprocher, est déjà passé à l’ère de l’après pétrole et, de ce fait, ne bénéficie plus d’une rente suffisante pour se dispenser d’une mise au travail de sa propre population.

3Un recours aussi massif à l’immigration rend vaine toute réflexion sur l’organisation sociale et la structuration des rapports sociaux qui ne prendrait pas en compte ce phénomène. D’autant que sa concentration dans les secteurs productifs de l’économie, tandis que les nationaux dominent dans l’administration et les services, montre bien le degré de dépendance de l’économie à l’égard du travail immigré et le rôle décisif qu’il joue dans la reproduction sociale.

  • 2 G. Beaugé et A. Roussillon, ibid., évoquent et critiquent cette bibliographie dans leurs propres ch (...)

4Si la bibliographie sur les migrations dans le monde arabe et au Moyen-Orient en particulier commence à être longue2, peu d’études les abordent sous un angle sociologique. Celles qui s’y aventurent sont en outre très largement dominées par un discours de type idéologique tantôt privilégiant l’étude des migrations comme facteur d’intégration de la nation arabe, tantôt mettant en garde contre les dangers sociaux ou politiques résultant de la présence d’un trop grand nombre d’étrangers, particulièrement d’origine non arabe. Quelques unes commencent à s’intéresser à la situation sociale des immigrés et à la discrimination dont ils sont l’objet vis-à-vis des nationaux. Jusqu’à présent aucune, à notre connaissance, ne cherchait à aller plus loin et à réfléchir aux mécanismes sous-jacents à cette discrimination et à la nature des rapports sociaux qu’elle révèle.

5L’objectif est donc ici d’essayer de mettre un peu d’ordre dans les informations disponibles et de les analyser de façon à tenter de cerner la nature des rapports sociaux dominants et leurs déterminations profondes en développant surtout la réflexion sur le mode d’insertion des étrangers sur le marché et la nature de leurs rapports avec les nationaux.

Tableau 1. Évolution de la part des étrangers dans la population totale et dans la population active du Golfe entre 1975 et 1980-81

Tableau 1. Évolution de la part des étrangers dans la population totale et dans la population active du Golfe entre 1975 et 1980-81

Tableau reconstitué d’après les chiffres présentés par N. FARJANI dans Volume et structure de la force de travail et de la population dans les pays du Golfe arabe. Communication présentée au colloque sur la main-d’œuvre étrangère dans les pays du Golfe arabe, Koweit, 15-18 janvier 1983 (en arabe).

6Nous avons pour cela voulu revenir dans un premier temps sur l’évolution des sociétés du Golfe depuis le siècle dernier, les transformations sociales en cours au moment de l’apparition du pétrole et les premiers effets de son exploitation afin de mieux situer dans le développement historique les transformations résultant de l’accélération du mouvement d’immigration. Dans un deuxième point, nous proposons une analyse du clivage entre citoyens et étrangers déterminé par le mode de distribution-réappropriation de la rente pétrolière, tant par le biais du rapport à l’Etat, d’une part, que par celui du marché, d’autre part. Enfin, dans un dernier point, nous essayons de montrer comment la différenciation de la population migrante renvoie aux mécanismes du marché mondial et à des rapports de production déterminés d’emblée et presque sans médiation à un niveau international.

7Cet article s’appuie sur une expérience de terrain personnelle à Oman et à Koweit et renvoie pour une large part aux études de cas présentées par G. Beaugé, M. Nancy et l’auteur dans un ouvrage à paraître et cité à plusieurs reprises dans le cours du raisonnement. Du fait de son caractère général, il ne peut échapper, au contraire de l’ouvrage en question, à une certaine tendance à la simplification. Malgré cela, nous espérons être parvenue à dégager des lignes de force valables pour l’ensemble des pays du Golfe et permettant d’avancer dans la compréhension des rapports sociaux qui y sont dominants.

1. La population nationale, un processus ancien de différenciation

8C’est dans une société déjà en pleine transformation et fortement différenciée que commence l’exploitation du pétrole. Les bouleversements que celle-ci apportera dans l’organisation sociale doivent être d’abord situés dans le mouvement d’intégration de la région au marché mondial largement avancé dès le xixème siècle.

1. Aux origines des sociétés actuelles

9En effet, au delà de l’image d’une société bédouine brutalement arrachée à sa pauvreté et à ses traditions pour être propulsée dans l’ère de l’abondance, la péninsule était depuis longtemps le lieu d’un intense trafic marchand et avait développé d’importants centres commerçants, au Hijaz d’un côté, sur la côte orientale, particulièrement à Koweit et Bahrein, de l’autre, sans compter les petites cités étapes du Najd.

  • 3 Paul Vieille, « Pétrole et classe fonctionnelle, Le cas de l’Arabie Séoudite », in Peuples Méditerr (...)
  • 4 « Social Structure and the Development of the Saudi Arabian Political System », in Tim Niblock, ed. (...)
  • 5 Cf. Fatina A. Shaker, Modernisation of the Developing nations, the case of Saudi Arabia, Purdue Uni (...)
  • 6 Paul Vieille, art. cit. p. 156.
  • 7 Ibid., pp. 159-160 et 177 en particulier, et aussi Peter Sluglett and Marion Farouk-Sluglett, « The (...)

10a. Arabie Saoudite, bédouins et marchands. Paul Vieille notait déjà, en 1977, que si « les nomades ont joué un rôle essentiel (dans la formation de l’Etat Saoudite).... (ce) renforcement de l’Etat s’est fait aux dépens des tribus »3. Tim Niblock4 va plus loin et montre que, contrairement à une idée répandue, les Saoud se sont appuyés avant tout sur les villes, et sur la classe des marchands, pour étendre leur pouvoir sur la péninsule, car c’était d’abord eux qui avaient intérêt à son unification et sa pacification pour l’expansion du commerce. Le commerce était vital pour la population sédentaire d’Arabie centrale, qui dépendait de l’importation de céréales et de tissus pour sa nourriture et son habillement. La production de chevaux arabes, exportés jusqu’en Inde, dont l’armée était un gros client, et de chameaux, utilisés pour le transport régional par caravanes, représentait une activité économique importante. Si en Arabie centrale même, les centres commerçants jouaient un rôle économique important, la société du Hijaz était depuis toujours une société citadine et commerçante au cosmopolitisme marqué, de nombreuses communautés de musulmans étrangers s’étant installées là au fil des siècles à l’occasion du pélerinage. L’opposition était grande entre la société du Najd, homogène ethniquement, plus pauvre et dominée par l’idéologie puritaine du wahhabisme, et celle du Hijaz, mélangée, ouverte sur l’extérieur, riche et raffinée, habituée à la facilité et aux plaisirs. La structure sociale était aussi différente d’un côté et de l’autre : à une société tribale fortement structurée et connaissant un « haut degré de solidarité sociale » s’opposait une société beaucoup plus différenciée ethniquement et sociologiquement, où la solidarité se limitait souvent au groupe de même origine ethnique. L’intégration de communautés d’origines étrangères diverses se traduisait déjà par une certaine spécialisation économique et par le regroupement géographique dans des quartiers distincts5. Les racines de l’unification de la péninsule sont anciennes puisque le premier Etat Saoudite, constitué dès le xviiième siècle, s’effondre lors de l’expansion de Mohammed Ali et renaît au début du xxème siècle. Il est remarquable que chaque fois, l’expansion des Saoud correspond à un affaiblissement de l’empire turc qui aboutit à son démantèlement au xxème siècle6. La pénétration de l’impérialisme et l’intégration des différentes régions de l’empire ottoman au marché mondial sont donc bien à l’origine des bouleversements socio-économiques qui ont rendu possible l’unification de la péninsule sous la férule des Saoud. Dès ce moment, les prélèvements extérieurs (revenus du pélerinage, aide britannique, puis très tôt royalties de l’exploration puis de l’exploitation du pétrole) sont déterminants pour imposer leur autorité aux tribus7.

  • 8 Cf. J. Ismaël, Kuwait, Social Development in historical perspective, Syracuse University Press, ch. (...)

11b. Koweit, Bahrein : bourgeoisie marchande et prolétariat. Mais ce sont surtout Bahrein et Koweit, sur l’autre versant de la Péninsule arabique, qui étaient des plaques tournantes du commerce international et où le développement de l’industrie perlière avait été à l’origine d’une très forte différenciation sociale, avec la constitution d’une puissante classe marchande et d’un prolétariat nombreux, dont l’appauvrissement était devenu particulièrement dramatique au début du xxème siècle. Dans les années 1920, à Koweit, les travailleurs de l’industrie perlière étaient vraisemblablement entre 10 et 20 000, (pour une population approchant, selon certaines estimations, 60 000 personnes) et réduits à un quasi esclavage par le système d’avances que leur faisaient les commerçants propriétaires de la flotte perlière sur la récolte de la saison suivante. Traditionnellement, une partie des bateaux engagés dans le commerce en hiver, se consacrait à la pêche aux perles durant les mois d’été. Un grand nombre de pêcheurs de perles se réengagaient donc comme marins. Aux alentours de 1930, lorsque les perles de culture japonaises font leur apparition, l’industrie perlière du Golfe est frappée par la baisse des prix et de nombreux marchands font faillite. Les pécheurs, liés par le système de l’endettement et réduits à une extrême pauvreté, doivent cependant continuer à travailler pour un salaire qui ne leur permet même pas de vivre. A la morte saison, ils essayent de se trouver d’autres sources de revenus : certains commencent à s’embaucher sur les premiers chantiers pétroliers8.

  • 9 Cf. J. Ismaël, op. cit., pp. 64-65.
  • 10 Cf. J. Ismaël, op. cit., p. 31.
  • 11 Cf. J. Ismaël, op. cit., p. 68.

12D’autre part, le développement du commerce maritime, favorisé durant la seconde guerre mondiale par la participation de la flotte britannique à l’effort de guerre, permet à la flotte marchande koweitienne d’atteindre une taille importante : en 1939, elle comprenait 106 navires de grande taille (jusqu’à 300 tonnes) pour le commerce transocéanique, et 50 à 60 navires de petite taille (75 à 100 tonnes) pour le commerce interne au Golfe9. L’effectif de l’équipage d’un navire variant de 20 à 60 hommes selon sa taille, cela donne une population de 3 à 4 000 marins dont la situation est souvent proche de celle des travailleurs de l’industrie perlière. Une partie de ces marins sont sans doute déjà des étrangers, originaires d’Iran et d’Inde en particulier. Enfin, le développement de la flotte koweitienne, et l’importation de bois d’œuvre d’Inde dès le xixème siècle, a permis le développement de chantiers de construction navale : Koweit est devenu un exportateur de navires pour tout le Golfe. En 1905, Lorimer rapporte que 20 à 25 vaisseaux par an sortent des chantiers qui occupent 300 charpentiers10. Ceci malgré la concurrence des bateaux à vapeur anglais apparus dès le milieu du xixème siècle. La polarisation sociale était donc très forte à Koweit, à la veille de l’apparition du pétrole, entre une classe de marchands contrôlant commerce international, production et commercialisation des perles et construction, navale, d’un côté, et un prolétariat d’origine ethnique diverse mais dont le processus d’homogénéisation était très avancé : « Les distinctions tribales qui différenciaient les classes de producteurs dans l’ancien Koweit s’effacèrent et la main d’œuvre se transforma dans l’entre-deux-guerres en une masse homogène qui était engagée dans l’industrie perlière durant les mois d’été et sur les navires marchands pendant l’hiver »11.

13Sans être aussi poussée à Bahrein du fait de son rôle secondaire dans le Golfe, la différenciation sociale liée au développement de l’industrie perlière y était vraisemblablement aussi largement avancée, et c’est sans doute dans l’existence, dans ces deux pays, d’une bourgeoisie locale ancienne et forte et dans la constitution précoce d’un véritable prolétariat qu’il faut chercher d’abord la source d’un mouvement national démocratique et d’un mouvement ouvrier qui n’ont pas d’équivalents dans les autres pays du Golfe.

14Il faut, enfin, citer Oman et la domination des commerçants de Mascate sur l’Océan Indien et l’Afrique orientale, avec la constitution d’un véritable empire aux xviiième et xixème s. Bien que la domination anglaise ait provoqué l’effondrement de cet empire dont la prospérité était fondée surtout sur le trafic des esclaves, les traces en demeurent aujourd’hui dans le caractère cosmopolite de la population de Mascate et la présence d’une bourgeoisie d’origine africaine ouverte et entreprenante.

15c. Une société complexe. Ainsi peut-on résumer la structuration sociale dans la péninsule à l’existence de deux, peut-être trois ensembles, déterminés chacun par un type de rapports sociaux dominants, liés à un type d’activité socio-productive.

  • D’un côté, sur la côte orientale et particulièrement à Koweit, une société de marchands capitalistes, déjà très intégrée au marché capitaliste mondial, dans un rapport de dépendance à l’égard de l’impérialisme britannique, qui contrôle le marché, donc particulièrement les circuits de distribution régionaux, avec une polarisation aiguë des rapports sociaux.

  • De l’autre, à l’intérieur de la péninsule, une société bédouine dominée par les rapports d’allégeance qu’entretiennent éleveurs et chefs de tribus, restée relativement fermée sur elle-même, articulée à une société citadine dominée par les commerçants, dont le pouvoir politique se renforce et s’ancre dans la constitution progressive de l’Etat saoudien.

  • 12 Cf. Ugo Fabietti, « Sedentarisation as a means of detribalisation : some policies of the Saudi Arab (...)

16Avec le renforcement de l’Etat toutefois, cette articulation de la société bédouine et de la société citadine, fondée sur les échanges et sur des rapports conflictuels mais de dépendance réciproque, se transforme au profit de la seconde, avec ce que les anthropologues anglo-américains appellent l’« encapsulation » des communautés pastorales nomades au sein d’une structure politique centralisée beaucoup plus large12. La politique de sédentarisation que met en œuvre l’Etat saoudien dès les années 1920, rencontre au début un succès limité ; mais les mesures visant à promouvoir un secteur agricole moderne, la prise de contrôle de l’espace tribal par le pouvoir central, enfin la nouvelle législation de 1958 sur la distribution des terres, accélèrent la transformation des rapports sociaux ; avec l’apparition de la richesse pétrolière et le développement de l’appareil administratif de l’Etat et de l’armée, de nombreux bédouins se tournent vers des emplois leur apportant des sources de revenus que ne leur assure pas leur activité pastorale traditionnelle ; la pénétration de l’économie monétaire accentue la polarisation sociale, la marginalisation des bédouins, l’exode rural vers les villes, qui connaissent une croissance spectaculaire.

17Enfin, il faut souligner à quel point, sur tout le pourtour de la péninsule, s’étaient installées depuis longtemps des minorités étrangères de toutes sortes, Indiens, Persans, Africains, à l’origine d’une tradition d’ouverture et de cosmopolitisme que l’on se doit de garder en mémoire dans toute réflexion sur les effets de l’immigration aujourd’hui.

2. Les premiers effets du pétrole

  • 13 En 1980, les effectifs auraient plus que doublé atteignant jusqu’à 37 000 salariés, dont 16 000 Sao (...)

18a. Formation d’un prolétariat national dans l’industrie pétrolière naissante. Sur ce fond de transformations sociales, les débuts de l’exploitation du pétrole ont eu pour premier effet d’attirer une masse importante de main d’œuvre locale non qualifiée. En Arabie Saoudite, dès 1949, l’ARAMCO emploie 10 000 Saoudiens dont 1 600 considérés comme qualifiés ou semi-qualifiés ; avec les années et grâce à la politique de formation de la main-d’œuvre de l’ARAMCO, la proportion de ces derniers tend à s’accroître. En 1959, sur 16 000 employés de l’ARAMCO, 11 682 sont saoudiens, dont 8 845 qualifiés ou semi-qualifiés ; inversement 66 % de l’ensemble du personnel qualifié est saoudien. En 1974, 76,6 % des 18 101 employés de la société sont saoudiens13.

Tableau 2 .Structure de la main-d’œuvre de l’ARAMCO en Arabie Saoudite (1949-1959)

Tableau 2 .Structure de la main-d’œuvre de l’ARAMCO en Arabie Saoudite (1949-1959)

Source : ARAMCO Hand Book, 1960, p. 211.

Tableau 3. Répartition de la main-d’œuvre de l’industrie pétrolière par nationalité en Arabie Saoudite (1960-1974)

Tableau 3. Répartition de la main-d’œuvre de l’industrie pétrolière par nationalité en Arabie Saoudite (1960-1974)

Source : Statistical Yearbook, 1970 tableau 4-18, et tableau 4-16.

Tableau 4. Éffectifs des salariés de l’industrie pétrolière au Koweit de 1948 à 1970

Tableau 4. Éffectifs des salariés de l’industrie pétrolière au Koweit de 1948 à 1970

Source : Kamal Sayegh, Oil and Regional Development, 1968, cité par Kh. Al Naqeeb, Changing patterns of social stratification in the Middle East, Kuwait (1950-70) as a case study. The University of Texas at Austin, Ph. D. 1976, p. 383.

Tableau 5. Répartition de la main-d’œuvre par qualification et nationalité dans le secteur des industries extractives à Koweit, 1967 et 1974

Tableau 5. Répartition de la main-d’œuvre par qualification et nationalité dans le secteur des industries extractives à Koweit, 1967 et 1974

Source : Annual Statistical Abstract, Koweit, 1982.

19Au Koweit, l’industrie pétrolière fournit 10 000 emplois salariés en 1948. Ces effectifs vont diminuant au fil des années ; en 1974 ils n’atteignaient pas 3 000 travailleurs dont près de la moitié de personnels techniques et administratifs. La part des Koweitiens, majoritaire à l’origine, semble avoir fortement baissé dans les années 1960 mais atteignait à nouveau près de la moitié en 1974 (plus de 50 % des seuls ouvriers).

  • 14 Cf. Eric Rouleau, « l’Arabie Saoudite : paradis ou poudrière ? IV. Secousses telluriques », Le Mond (...)

20Avant la grande vague d’immigration liée aux retombées de l’augmentation des prix du pétrole dans les années 1970 le développement de l’industrie pétrolière a donc d’abord pour effet l’apparition d’un prolétariat national, qui d’ailleurs ne tarde pas à se manifester. En 1953, 13 000 ouvriers de l’ARAMCO se mettent en grève dans la région de Dahran réclamant l’amélioration de leur situation matérielle, le bénéfice des mêmes avantages sociaux que les étrangers employés dans la même société (à l’époque uniquement des cadres et travailleurs qualifiés) et surtout le droit de créer un syndicat. La répression est très dure mais l’ARAMCO doit développer une politique sociale. Toutefois, dans l’ensemble de la population, ce mouvement de prolétarisation reste limité. En outre, il est important de noter qu’il concerne en majorité des chiites, minorité religieuse faisant l’objet de discriminations de toutes sortes tant économiques, que politiques et religieuses. Les incidents qui agitèrent la province orientale en novembre 1979 et février 1980 furent le fait de cette population chiite prolétarisée depuis des dizaines d’années14. Enfin, à partir des années 1970, ce prolétariat national est noyé sous l’afflux de centaines de milliers de travailleurs de toutes nationalités.

21b. Exode rural et croissance urbaine. Parmi les premiers effets du pétrole il faut noter l’exode rural qui se dessine en Arabie Saoudite, et le gonflement urbain très rapide, observable autant à Koweit qu’à Jeddah et dans les autres capitales du Golfe.

  • 15 Paul Bonnenfant, « La capitale saoudienne, Riyadh », in La Péninsule Arabique d’aujourd’hui, sous l (...)

22Riyadh, qui comptait 62 000 habitants en 1945, a connu une forte croissance : sa population atteignait 160 000 personnes en 1960, 430 000 en 1974 et plus de 800 0000 en 1980, elle devrait approcher ou dépasser le million et demi à la fin des années 198015.

  • 16 Saleh A. Malek, Rural migration and urban growth in Riyadh, Saudi Arabia, The University of Michiga (...)
  • 17 SCET-SEDES, Socio-economic Survey, cité par Paul Bonnenfant, ibid.

23En 1968 déjà une enquête révélait que 15 % des chefs de famille seulement étaient nés à Riyadh, tandis que 21 % venaient d’autres villes du royaume, 37 % de villages et 4,5 % du désert, 21 % d’autres pays arabes et 1,5 % de pays non-arabes16. En 1977, ces traits étaient encore plus accentués puisque « 15 % des chefs de famille étaient à Riyadh depuis moins de cinq ans et 50 % s’y étaient fixés entre 1957 et 1973 », alors que 30 % de la population de la capitale était non- saoudienne17.

  • 18 Guillaumette Al Alami, Aménagement de l’espace et mutations sociales au Koweit, Université Paul Val (...)

24A Koweit, la population, en quasi totalité urbaine, serait passée de 70 000 personnes en 1944 à 191 000 en 1957, près d’un million en 1975 et 1 350 000 en 1980. Dès 1957, 84 000 des 191 0000 habitants étaient non koweitiens, mais en 1975 plus de la moitié de la population (523 000 contre 472 000) était étrangère. La croissance urbaine est donc surtout le résultat de l’immigration de travailleurs. Toutefois la croissance de la population nationale est elle-même beaucoup trop rapide pour être seulement le résultat de l’accroissement naturel. Selon G. Al Alami, elle ne peut s’expliquer que par un apport massif (qu’elle évalue entre 270 000 et 320 000 personnes) de bédouins sédentarisés dont un grand nombre vivent dans des conditions fort précaires, regroupés dans des bidonvilles en attendant l’attribution d’un meilleur logement par l’Etat18.

25Ce développement urbain est lié à la croissance de l’emploi dans le secteur d’Etat et à la multiplication de petites entreprises artisanales et commerciales, où les nationaux cependant ne participent que marginalement, se cantonnant dans certaines professions non manuelles. Dès le début, se dessine ce que la plupart des auteurs analysent en terme de « dualisme », la non participation de la majorité de la population au développement du secteur « moderne », lequel s’appuie massivement sur l’importation de main-d’œuvre étrangère.

26c. Une société privilégiée profondement inégalitaire. Aujourd’hui, alors que l’Etat bénéficie de revenus fabuleux grâce à la rente pétrolière, il a pu développer une politique de redistribution dont seuls bénéficient les nationaux et qui explique cette faible participation à l’économie (cf. infra). Cette redistribution, qui permet d’évoquer le welfare state, est loin d’être égalitaire ; l’enrichissement d’une partie de la population s’est fait en laissant malgré tout une très importante frange à l’écart du processus, de sorte que la différenciation sociale entre une mince couche de dirigeants multimilliardaires et la masse des bédouins sédentarisés et la polarisation de ces deux groupes, n’ont fait que s’accentuer.

  • 19 Voir Ugo Fabietti, art. cit., et aussi P. Vieille art. cit., p. 184, qui note une discrimination ré (...)

27En effet, la participation à l’enrichissement est fonction de la proximité du pouvoir et suit pour une grande part les lignes du clientélisme tribal. Les chefs de tribus en Arabie Saoudite ont été les premiers à bénéficier des bienfaits de l’« Etat providence » ; dès l’avant pétrole, les subsides qui leur étaient versés pour s’assurer leur loyauté, étaient une des charges principales du budget de l’Etat. Il se sont accrus en proportion du gonflement des ressources de l’Etat. C’est, d’autre part, dans l’aristocratie tribale, et d’abord dans la famille royale, que se recrutent les hommes d’affaires et les entrepreneurs saoudiens, ceux à qui sont attribués les gros contrats de l’Etat, etc. Inversement, alors que la majeure partie de la population reste rurale, la politique de sédentarisation et de développement de l’agriculture voit l’apparition d’une nette différenciation au sein des communautés tribales sur la base de l’enrichissement de certains, qui réussissent à bénéficier de l’allocation des terres et de l’aide au développement, tandis que d’autres, moins proches du pouvoir, en sont tenus à l’écart19.

  • 20 J. Ismaël, op. cit., p. 130.

28Cette analyse rejoint celle de J. Ismael à propos du Koweit : « la richesse de la nation est parvenue jusqu’au peuple à partir de la famille régnante, des amis de la famille, de ses serviteurs, et ainsi de suite, jusqu’à la périphérie de la population. Ce qui a émergé à l’intérieur de la population locale est un système de stratification basé essentiellement sur la distance à l’égard de la famille régnante »20.

  • 21 Cf. les développements de Birks et Sinclair dans leurs différentes études sur l’Arabie Saoudite, en (...)

29Ainsi dans un premier temps, il y a eu un mouvement de prolétarisation avec les débuts de l’exploration puis de l’exploitation du pétrole, accompagné d’un exode rural lié au développement de l’appareil d’Etat et du gonflement urbain analogue à ce que l’on trouve dans la plupart des pays du Tiers-Monde, conséquence de la désintégration de la société traditionnelle et de l’intégration inverse du marché national. Dès le départ, un certain recours à la main-d’œuvre étrangère est rendu nécessaire par l’absence de main-d’œuvre disponible dans la population locale. Mais dans un second temps, avec le gonflement des ressources pétrolières, ce recours se fait massif, tandis que la population nationale disponible est largement sous-employée bénéficiant d’une assistance de l’Etat qui lui permet de ne pas avoir recours au travail salarié pour sa subsistance, et parfois de conserver son mode de vie rural en restant fixée à la campagne dans le cas saoudien21.

30Malgré une très forte différenciation sociale, le « développement » économique ne s’accompagne pas d’une prolétarisation parallèle des nationaux, mais de l’hypertrophie du prolétariat étranger. Bien plus, le recours aux étrangers ne se limite pas à la main-d’œuvre salariée, qualifiée et non qualifiée, puisqu’à côté des sociétés multinationales à base européenne ou américaine des centaines voire des milliers d’entrepreneurs petits et moyens, en majorité originaires des pays arabes, sont appelés à contribuer à la construction d’une infrastructure économique « moderne ».

31Cette situation originale aboutit à une structuration à quatre pôles de la société, où l’articulation nationaux/étrangers s’accompagne d’une différenciation à l’intérieur des deux groupes entre un pôle privilégié et un pôle d’exploités ou de laissés pour compte.

32Nous montrons dans les paragraphes qui suivent comment la différenciation réelle de la société nationale paraît s’estomper face à la contradiction fondamentale entre nationaux et étrangers et comment la complexité des rapports, la multiplicité des situations dans la population étrangère, le morcellement du marché du travail répondent à une logique du profit déterminée au niveau du marché mondial, tandis que les relations internes aux sociétés du Golfe, tant des nationaux entre eux qu’avec les étrangers, répondent à une logique de la rente.

II. Citoyens/étrangers : un clivage fondamental

33De fait comme de droit, la citoyenneté est un privilège qui assure à ses détenteurs l’accès à des positions et à des avantages dont sont privés les étrangers. C’est le point que nous développons ici en l’analysant sous ce qui apparaît comme ses deux aspects fondamentaux : la relation à l’Etat à travers l’accès à l’emploi et aux autres sources de revenu (politique sociale) et l’institution du kafîl. Nous essaierons de montrer comment se révèle sous cette opposition formelle citoyen/étranger un rapport social déterminant l’accès à la redistribution de la rente.

341. Emploi et revenus

  • 22 Ph. Fargues, Réserves de main d’œuvre et rente pétrolière, Etude démographique des migrations de tr (...)

35La différenciation structurelle entre population étrangère et nationale (sur-représentation des hommes aux âges actifs) et son inégale répartition selon le secteur d’emploi ont été maintes fois soulignées. Un aspect frappant est le sous emploi de la population nationale en âge de travailler : Fargues remarque22 que les énormes besoins en main- d’œuvre des pays pétroliers sont excessivement satisfaits par le recours à l’importation de travailleurs étrangers, sans que des efforts particuliers soient faits pour recuter la force de travail féminine locale disponible

  • 23 D’après les données du recensement de 1980, in Koweit Annual Abstract, 1982, tableau 6, p. 102.

36Dans le seul pays pour lequel on dispose de données différenciées par âge et par sexe selon la nationalité (Koweit), on constate que la participation des nationaux est particulièrement faible : aux âges actifs, le taux d’activité est pour les hommes de 92,5 % chez les étrangers contre 64 % chez les Koweitiens, et pour les femmes de 29,1 % chez les étrangères et 9,4 % chez les Koweitiennes23.

37Le recours à la main-d’œuvre immigrée permet donc d’emblée à la population nationale de moins travailler. La répartition des nationaux et des étrangers par secteur d’activité et par type d’emploi est tout aussi significatif. Les Koweitiens, qui ne constituent en 1980 que 21,4 % de la population active, investissent massivement les services (32,8 % des travailleurs spécialisés dans les services sont koweitiens et 36,3 % des travailleurs koweitiens sont dans les services) et l’administration (40,8 % du personnel administratif est koweitien, et 23,6 % des Koweitiens appartiennent à cette catégorie). En revanche, si 13,5 % d’entre eux sont ouvriers ou manœuvres, ils ne constituent que 7,6 % de cette catégorie.

Tableau 6. Répartition des actifs koweitiens et étrangers selon la profession à Koweit en 1980 en pourcentages

Tableau 6. Répartition des actifs koweitiens et étrangers selon la profession à Koweit en 1980 en pourcentages

Source : Koweit Annual Abstract, tableau 86, p. 102, 1982.

  • 24 « The labor market performance in some Arab Gulf States », in May Ziwar-Daftari, ed., Issues in dev (...)

38En Arabie Saoudite, selon des chiffres déjà anciens (1974) 40 % de la population active non agricole24 est employée dans le secteur des services, mais cette proportion monte à 47 % pour les nationaux, alors qu’inversement la construction qui emploie 15,4 % de la population active totale, non comprise l’agriculture, compte 30 % de l’ensemble des étrangers et seulement 7,4 % des nationaux.

39Dans l’ensemble, les secteurs productifs et les emplois, tant à un bout de l’échelle des qualifications, ouvriers et manœuvres, qu’à l’autre, techniciens et cadres très qualifiés, sont occupés massivement par les étrangers tandis que les nationaux se concentrent dans l’administration gouvernementale (comprise dans le secteur des « services ») et dans le petit commerce et le secteur dit « informel ».

Tableau 7. Structure de l’emploi par secteur économique et nationalité en Arabie Saoudite (1975)

Tableau 7. Structure de l’emploi par secteur économique et nationalité en Arabie Saoudite (1975)

Source : J.S. Birks & C.A. Sinclair, International Migration and Development in the Arab Region (Geneva, ILO, 1980), tableau 32.

  • 25 « The labor market performance in some Arab Gulf States », in May Ziwar-Daftari, ed., Issues in dev (...)

40Azzam note le même phénomène pour l’ensemble des émirats du Golfe (bien qu’à un moindre degré pour Bahrein) et souligne que « la force de travail nationale est constituée d’une large masse de travailleurs sous-employés, non-qualifiés ou semi-qualifiés et d’une mince frange d’individus formés. On trouve les individus de ces pays principalement dans le secteur gouvernemental, le secteur des services et dans une large mesure dans le secteur urbain informel et le secteur agricole »25.

  • 26 « The domestic politicial economy of development in Saudi Arabia » in Tim Niblock, ed., op. cit., p (...)

41Comme la plupart des auteurs il analyse ce phénomène en termes de dualisme du marché du travail, en opposant un secteur traditionnel, incluant « le secteur agricole et dans une plus large mesure le secteur gouvernemental ainsi que le secteur urbain informel » et un secteur moderne, regroupant pétrole, industrie, construction et le secteur « formel » des services et du commerce. Il explique cette dualité du marché du travail, qui voit les nationaux se concentrer dans le secteur « traditionnel » et les étrangers dans le secteur « moderne », par les valeurs sociales et culturelles dominantes chez les premiers, qui leur font mépriser le travail manuel et craindre les contraintes du travail dans les grandes entreprises. Ce qui les pousse à rechercher des emplois de vendeurs, chauffeurs ou gardiens plutôt que garçons d’hôtel ou ouvriers du bâtiment, avant de se réfugier dans la fonction publique où ils sont prioritaires et ont un emploi quasiment assuré. De même Birks et Sinclair évoquent la « faible motivation des Saoudiens qui se refusent au travail manuel », ce qui limite leur participation (à l’économie moderne) aux emplois militaires ou quasi-militaires et à l’administration gouvernementale »26. Ils sont toutefois plus cohérents que leur collègue quand, à propos de l’Arabie Saoudite, ils évoquent le dualisme de l’économie sans essayer d’intégrer le secteur d’Etat dans le secteur traditionnel ! Le poids encore considérable de la population rurale en Arabie Saoudite leur facilite, il est vrai, les choses.

  • 27 Loc. cit., p. 28.

42Il n’en reste pas moins que cette analyse nous paraît profondément insuffisante, d’autant que ces auteurs donnent eux mêmes les éléments pour la dépasser : si même l’éventualité de bons salaires n’attire pas les nationaux dans le secteur moderne, c’est que les revenus non salariaux dont ils peuvent disposer par ailleurs leur ôtent pour l’essentiel tout souci matériel ; l’importance des allocations, aides et services assurés aux nationaux réduisant leur besoin de rechercher un emploi salarié, ceci sans même parler des ressources que peut leur procurer la possibilité de se constituer kafîl d’un ou plusieurs étrangers (cf. infra). Azzam lui même parle de « rente économique » assurée aux nationaux par la politique gouvernementale de redistribution des revenus dans les pays du Golfe27.

  • 28 Art. cit., p. 169

43Cette politique prend plusieurs formes. C’est d’abord la multiplication de services quasiment ou exclusivement réservés aux nationaux : la gratuité de l’enseignement (tandis que les étrangers doivent payer très cher pour mettre leurs enfants dans les écoles privées) incluant la fourniture par l’école des vêtements et du matériel scolaire ; celle des soins médicaux à un haut niveau (alors que les étrangers n’y ont accès que dans des limites très étroites et doivent avoir recours au secteur privé le plus souvent) ; un système d’allocations sociales (allocations familiales, indemnités de chômage, pensions) toujours plus important, dont P. Vieille évaluait qu’en 1977-78 son volume « atteindrait un ordre de grandeur équivalent à la masse des salaires versés par l’Etat »28 ; l’aide au logement, par une politique de logement social réservé aux nationaux, ou d’accès à la propriété par le biais de prêts à intérêt très faible et de construction par l’Etat d’habitations revendues à des prix dérisoires ; enfin toutes sortes de prêts, avances, aides visant à aider les agriculteurs ou les artisans. D’autre part, la politique visant à faciliter l’accès à la propriété des nationaux leur permet souvent de relouer au prix fort terrains ou bâtiments acquis à bas prix.

44Ce sont ces différentes formes de revenus, tant indirects sous forme de services sociaux, que directs sous forme d’aides et allocations, ou même de loyers, qui réduisent l’importance du salaire.

45De ce fait, il apparaît clairement que la présence des étrangers et des nationaux sur le marché du travail ne répond pas à la même logique. Si déjà les étrangers eux-mêmes ne sont pas sur un pied d’égalité face à l’emploi, du moins tous se définissent de façon claire et univoque sur ce marché comme salariés, artisans, petits patrons, entrepreneurs, tirant leur revenu de leur travail ou de leur entreprise en fonction d’une logique du marché et du profit. En revanche, les nationaux, qu’ils appartiennent au secteur traditionnel ou/et informel (élevage, agriculture, important surtout en Arabie Saoudite et à Oman, artisanat, petits métiers du commerce et des services) ou au secteur moderne (industrie, commerce, service, gouvernement), ne vivent pas seulement, ou même pas principalement du revenu assuré par ce travail, et dépendent rarement d’une logique de marché du travail, si complexe soit-il.

46Ceci reste vrai même si, comme on l’a souligné précédemment, les privilèges sont inégalement répartis selon la proximité du pouvoir qui facilite l’accès à des emplois dans tel service de l’Etat ou telle grosse entreprise, mais aussi l’obtention d’une terre ou d’une autorisation d’exploitation.

47Il n’en reste pas moins, en résumé, que la position des nationaux par rapport au travail et à l’emploi est déterminée par la relation au pouvoir, alors que celle des étrangers est déterminée par la logique d’un marché capitaliste, différencié de par son insertion dans un marché régional et même mondial de la force de travail.

  • 29 Cf. Beaugé, Longuenesse, Nancy, Migrations de travail et communautés villageoises au Moyen-Orient. (...)

48Pour compléter ce tableau il faut noter la différenciation des conditions de travail et de rémunération, à poste de travail égal, entre nationaux et étrangers. Les différences de salaires s’inscrivent dans la politique d’ensemble de hiérarchisation des salaires en fonction des nationalités. Il n’en est pas moins intéressant de les souligner. Bien que cette discrimination apparaisse rarement, sinon jamais, dans les textes, elle est générale à tous les pays du Golfe. Au Koweit, les employés des ministères, étrangers ou nationaux sont payés suivant la même grille des salaires : mais un Koweitien est recruté d’emblée au 3e échelon, tandis qu’un étranger sera pris normalement au premier échelon, ce qui peut faire une différence de salaire de 50 %. A Oman, là où un travailleur omanais sans qualification reçoit 60 RO, son homologue indien est payé 46 RO29 ; dans ce pays, le code du travail précise qu’un salaire minimum doit être respecté par les entreprises, mais cela ne concerne que les travailleurs omanais.

49On pourrait multiplier les exemples. Mais ce n’est pas tout. Car, tant dans le privé que dans le public, les salariés « nationaux » ne sont souvent que des employés fantômes, qui ne viennent que pour justifier un salaire ; au mieux, ils sont présents deux ou trois heures, faisant semblant de travailler, pour la forme. Toujours à Oman, alors que dans le cadre de la politique de formation d’une main-d’œuvre nationale les entreprises doivent en principe compter 10 % d’Omanais parmi leur personnel, plusieurs entrepreneurs nous ont déclaré qu’ils considéraient cette obligation comme une forme d’impôt sur l’entreprise.

50L’emploi des nationaux dans le secteur dit « moderne », ou « formel » est donc bien souvent illusoire, particulièrement dans l’administration de l’Etat ; de toute façon et en règle générale, il assure, à qualification égale, ou même inférieure, une rémunération largement supérieure à celle des étrangers. Ce n’est que dans le secteur traditionnel que la participation des nationaux est réelle, massivement dans l’agriculture en Arabie Saoudite et à Oman, surtout dans le petit commerce et les transports dans les autres pays.

2. L’institution du kafâla

  • 30 Si les mots sponsor et sponsorship sont plus fréquemment employés dans la littérature sur les pays (...)

51A côté du privilège que représente pour les nationaux l’accès aux services et aides de l’Etat, il en est un autre qui nous paraît être à la clef des rapports entre nationaux et étrangers : nous voulons parler du sponsorship ou kafâla30, qui correspond en pratique au privilège de l’existence légale face à l’Etat.

52En effet, aucun étranger ne peut entrer, ni à plus forte raison séjourner ou travailler dans les pays, sans la garantie, la protection, la caution, d’un citoyen du pays. Le citoyen en question sera responsable de ses agissements devant les autorités. Tout étranger, quelle que soit sa position sociale, a besoin de la garantie d’un kafîl : il ne peut avoir aucune activité, salariée ou non salariée, sans l’autorisation ou la couverture de son kafîl, ce qui signifie aussi l’interdiction de posséder en propre, boutique, atelier, ou même tout instrument de travail de type moyen de transport, engin ou machine d’une certaine importance ; tout sera inscrit au nom du kafîl, propriétaire légal. Inversement, il suffit d’être citoyen du pays pour avoir le droit d’être le kafîl d’un ou plusieurs étrangers, pour avoir droit de propriété, d’embauche, etc.

  • 31 Les trois études de filières présentées dans l’ouvrage de G. Beaugé, M. Nancy et E. Longuenesse, à (...)

53Tel est le principe. La réalité est évidemment plus complexe. Si tous les étrangers ont administrativement un kafîl, le rapport qu’ils entretiennent (ou non) avec lui est extrêmement variable selon les situations concrètes. Si tous les citoyens peuvent être kafîl, tous ne le sont pas, et tous ceux qui le sont n’en tirent pas le même profit. C’est ce que nous analysons dans les lignes qui suivent31.

  • 32 Participation qui ne peut en aucun cas dépasser 49 %.

54a. Le kafîl. Aucun étranger ne peut être propriétaire ou entrepreneur si ce n’est sous la forme d’une participation au capital32. Mais tout citoyen peut être kafîl, avec, dans certains cas, quelques restrictions quant au type d’activité. A Koweit, le kafîl doit en principe exercer une activité dans le même secteur que l’entreprise ou l’artisan auquel il prête son nom : il doit être respectivement commerçant ou industriel pour pouvoir « garantir » une entreprise commerciale ou industrielle ; cela signifie surtout qu’un salarié ne peut être, en principe, le kafîl que des personnes qu’il emploie à son service : chauffeur, personnel de maison, jardinier. Cela s’explique par le fait que le kafîl est formellement considéré comme l’employeur de son protégé. La pratique réelle est beaucoup plus souple. D’abord, parce que le kafîl non salarié se contente le plus souvent d’être propriétaire d’un local affecté à un certain usage, sans intervenir en quoi que ce soit dans l’activité pour laquelle ce local est utilisé, parfois sans en avoir la moindre idée.

55D’autre part, il est fréquent qu’un travailleur ayant obtenu une autorisation de travail et de séjour comme chauffeur ou jardinier de telle famille koweitienne travaille, en réalité, avec l’accord de son kafîl, comme ouvrier du bâtiment, à la journée, ou au chantier (cf. infra).

  • 33 M. Nancy, art. cit.
  • 34 Le nouvel ordre social arabe, Etude sur les effets sociaux de la richesse pétrolière, Beyrouth : Ce (...)
  • 35 M. Nancy, art. cit.

56En Arabie Saoudite, un kafîl dispose d’un stock de visas, plus ou moins grand, selon son importance, ou son influence : le kafîl de Najîb B. dispose, par exemple, de 3 000 visas qu’il utilise pour les différentes entreprises qu’il « garantit »33. Il peut donc être kafîl d’autant d’entreprises ou de sociétés qu’il voudra, dans les limites du nombre de visas dont il dispose. Ceci est vrai, toutes proportions gardées, pour les grands comme pour les petits kafîl : Saad ed Dîn Ibrahim cite un chauffeur de 50 ans, employé de l’ONU à Riyadh, illettré, petit-fils d’un bédouin sédentarisé du Najd, qui tire en fait la plupart de ses ressources de deux épiceries, d’un magasin de jouets pour enfants, d’un garage, d’un salon de coiffure et d’une boutique de tailleur34. Le kafîl d’un commerçant en matériel de bureau libanais rencontré à Koweit prête son nom à sept petites sociétés commerciales du même type35, etc.

  • 36 Saad El Dîn Ibrahim parle de tabaqat al kufâta.

57C’est surtout dans le secteur artisanal que l’institution de sponsor fleurit et qu’elle révèle de manière caricaturale la nature du rapport social qu’elle sous-tend : l’appropriation « gratuite » (au sens où non seulement elle n’apparaît même pas comme rémunération d’un capital, mais encore moins comme celle d’une compétence) d’une part du produit d’un travailleur étranger, qui est plus ou moins grande selon le rapport de force tant au niveau social qu’au niveau individuel entre ce que l’on est tenté de désigner comme la classe des producteurs (étrangers) et la classe des kafîl36. C’est dans ce secteur que les artisans ainsi ponctionnés ressentent souvent le plus mal cette situation, d’autant que leurs kafîl, généralement d’origine modeste, fils de bédouins ou de paysans, sont illettrés et n’ont aucune qualification, d’où un sentiment très vif d’être surexploités de manière totalement arbitraire et injuste. Il faut citer aussi les petits sponsors qui profitent de l’autorisation qu’ils ont d’importer de la main-d’œuvre pour deux ou trois ateliers ou boutiques à leur nom, pour en importer en surnombre et s’adonner à un véritable trafic en louant ces travailleurs à la journée sur le marché en échange d’une part de leur salaire.

58Pour les plus grosses entreprises, la signification de ce rapport est souvent masquée par la forme de participation au capital que prend la relation entre associés nationaux et étrangers. Cette relation n’en est pas moins fondée essentiellement sur un rapport de force qui se traduit souvent par la distance plus ou moins grande entre un contrat écrit, théorique et un contrat réel uniquement oral : par exemple une société dont le capital enregistré est théoriquement à 60 % national et 40 % étranger peut avoir un capital à 80 % ou 100 % étranger, et la participation aux bénéfices de l’« associé » du pays pourra être égale ou inférieure à sa part théorique de capital selon la convention établie au départ. D’autre part, outre la représentation légale, le rôle du kafîl ou de l’associé prend un aspect plus économique quand, du fait de sa position sociale, il peut assurer à la société des contrats intéressants, avec l’Etat, ou pour des particuliers, contrats de fournitures, de ventes, ou de chantiers ou encore des prêts bancaires importants ; dans ce cas plus encore que dans le secteur artisanal, la rémunération du kafîl est vue comme rémunération d’un service et ainsi justifiée. Car il est de grands et de petits sponsors, et l’on rencontre la fonction à tous les niveaux, dans toutes les couches de la société. Une anthropologue nous racontait sa surprise d’en avoir rencontré à Oman, dans les populations bédouines du Sud-Ouest, pourtant très marginales et éloignées des centres de pouvoir ; toutefois, même dans ces groupes, les sponsors se recrutaient parmi des notables ou des individus ayant acquis, dans leur région, une position de pouvoir... On revient à la différenciation sociale des nationaux analysée plus haut, fonction de la proximité, tant sociale que géographique, des centres de pouvoir.

59b. Les étrangers face au kafîl. D’un point de vue strictement juridique, tout étranger présent dans un pays du Golfe a un kafîl, qui est sa caution vis-à-vis des autorités et dont le nom doit apparaître dans son dossier au service de l’immigration.

60Concrètement, il est très important de souligner dès maintenant qu’un grand nombre de ces étrangers, particulièrement la grande majorité sans doute des salariés, ne connaissent pas leur kafîl, n’ont jamais affaire à lui. Pour la clarté de l’exposé, et pour tenter de mieux saisir comment se passe, du point de vue de l’immigrant, la relation avec la société qui les accueille, on distinguera donc les entrepreneurs, les artisans, les salariés.

  • 37 C’est du moins ce qui ressortait de l’analyse que S. Karam faisait de sa propre expérience à Oman. (...)
  • 38 Qu’il y ait des cas où le kafîl ne prend rien ne change pas le fond du problème.

61L’entrepreneur. Nous classons dans cette rubrique les entreprises ayant un capital leur permettant d’être enregistrées comme société, quelle qu’en soit la forme juridique. Nous avons vu que la seule possibilité légale offerte au capital étranger est une participation minoritaire au capital d’une société ayant donc obligatoirement la nationalité du pays. Dans ce cas l’associé, ou l’un des associés nationaux, est garant légal de la présence de son partenaire étranger ; mais leurs relations au sein de la société sont régies par les règles habituelles d’une société et fonction de leur participation au capital (ce qui ne veut pas dire que ces règles soient toujours respectées). Mais il semble que ce genre de situation se fasse de plus en plus rare et que la présence du capital étranger prenne forme de création, par des sociétés dont le siège est à l’étranger, de filiales à participation nationale majoritaire, où la société mère est représentée par un directeur salarié : c’est le cas du groupe « Amiantit » en Arabie Saoudite, « Gulf Eternit » à Dubaï et « Amiantit » Oman à Mascate, trois filiales du groupe suisse Eternit. De même, les entrepreneurs de taille intermédiaire préfereront maintenant être présents sous la forme de participation d’une société basée à Beyrouth ou Koweit (donc libanaise ou koweitienne) au capital d’une société nationale aux Emirats Arabes Unis ou à Oman par exemple. Tandis que les entrepreneurs de moindre importance, n’ayant pas d’appui hors du pays ont de plus en plus recours au prête-nom. Même lorsqu’ils ont apporté la majeure partie ou la totalité du capital, ils n’ont d’existence légale dans le pays que comme salariés d’une société dont le capital déclaré est à 100 % national. On a une variante de la même situation lorsque l’entreprise fonctionne comme section d’une société plus vaste « de commerce et d’entreprise » aux activités aussi multiples qu’hétéroclites, comme il en existe tant dans le Golfe ; la section en question fonctionne dans ce cas de manière complètement autonome avec un directeur salarié qui en est le patron réel et un partage des bénéfices entre la société protectrice et l’entrepreneur protégé selon les termes convenus à l’avance. Si cette situation est apparemment plus précaire que la précédente il semble en fait qu’elle assurerait, à partir d’une relation plus personnalisée avec le partenaire local, une plus large autonomie : comme si ce dernier, rassuré par la position de force objective dans laquelle il se trouve, cherchait moins à contrôler le détail de ce qui est fait en son nom, au point que les entrepreneurs étrangers sembleraient préférer eux-mêmes cette solution37. Il n’en reste pas moins que leur position est effectivement plus faible et que la part prélevée sur les profits de la société ne peut qu’en être accrue38. Si la tendance que nous venons de décrire est réelle, on peut se demander si elle ne participe pas de la volonté affirmée de récupération de la rente pétrolière et plus largement des richesses nationales (au même titre que la part de plus en plus faible concédée aux participations étrangères dans les sociétés mixtes) depuis le début des années 1970 (quel que soit le caractère illusoire de cette récupération dans le contexte actuel).

62L’artisan. Avec la situation des petits artisans et commerçants, on rencontre l’archétype du kafîl qui, n’ayant aucune compétence ni qualité particulière, possède pour tout capital (ou plutôt privilège), sa nationalité et la met à profit, parfois de façon ehontée, pour exploiter le travail d’autrui en s’appropriant jusqu’à 80 % des bénéfices d’un artisan ; mais aussi les premières complications. En effet, l’artisan déclaré comme tel (et entré à ce titre dans le pays, avec l’aide d’un kafîl ayant accepté de se porter garant pour lui) doit avoir une adresse donc un local professionnel pour lequel il paye un loyer. Il se peut que le propriétaire du local et le kafîl soient une seule et même personne : il arrive alors que le kafîl-propriétaire se contente de recevoir un loyer sans rien prélever sur les bénéfices du travail de l’artisan. Dans le cas contraire, l’artisan parle souvent de ses deux kafîl, surtout quand le local est affecté à une occupation différente de celle qui était prévue au départ. Enfin, les choses se compliquent encore plus quand, entré dans le pays grâce à l’aide d’un kafîl pour faire un certain métier, il en change grâce à un autre kafîl et travaille dans un local au nom d’une troisième personne. On navigue alors en dehors de toute légalité, car la loi ne connait qu’un kafîl, l’employeur ou celui qui en tient lieu en couvrant l’activité de l’artisan.

63Il y a aussi le cas de l’artisan chauffeur ou conducteur-propriétaire d’engins. Entré sous la protection d’un kafîl, il travaille sur sa voiture ou son engin, ou le fait travailler pour le compte d’un autre employeur ou au nom d’un autre kafîl. Dans les différents métiers du bâtiment, cette situation est extrêmement fréquente, du fait de la nature même du procès de production dans ce secteur. Un travailleur entré comme salarié d’une entreprise s’arrange pour obtenir du kafîl de cette entreprise la liberté de travailler à son compte et de prendre des contrats sur des chantiers ; il peut aussi, ayant établi des relations avec des gens du pays, changer de kafîl. Cela fait le plus souvent chaque fois de l’argent à verser, pour des travailleurs se trouvant parfois dans une situation très précaire.

64Là où la situation se complique le plus, c’est lorsqu’un artisan emploie des salariés dont une partie sont journaliers ou sur contrat temporaire : certains de ces salariés, les permanents, seront garantis par son propre kafîl, tandis que les autres... « Il faudrait un ordinateur pour savoir qui est le kafîl, de qui », disait par boutade un de ces artisans.

65Les salariés. Ils sont loin de constituer un ensemble homogène compte-tenu d’un rapport au marché du travail profondément différencié. Nous y reviendrons plus loin en examinant la structuration des rapports sociaux à l’intérieur de la population migrante, après avoir envisagé leurs relations avec les kafîl. De ce point de vue, on peut distinguer quatre catégories de salariés :

    • 39 Op. cit., p. 32.

    Ceux qui travaillent pour des organismes ou administrations de l’Etat : la situation la plus simple, l’Etat est directement leur « garant institutionnel moral » pour reprendre l’expression de Saad Ed Dîn Ibrahim39 et leur relation avec lui n’est rien d’autre qu’une relation d’employé à employeur.

  1. Ceux qui sont recrutés par de grosses sociétés privées directement dans leur pays d’origine, quelle que soit la filière de recrutement et qui arrivent avec un contrat de travail précis pour une société précise et une durée limitée, sont complètement pris en charge par cette société, qui s’occupe de la légalisation de leur séjour et va jusqu’à garder leur passeport. Légalement, leur kafîl, celui qui couvre leur présence et demande les permis de travail et de séjour pour eux, est le kafîl de la société ou la société elle-même en tant que personne morale quand il s’agit d’une société légalement nationale. Mais le travailleur n’a jamais directement à faire à lui, il ne le connait pas, et peut très bien ne jamais entrer en contact avec des citoyens du pays, d’autant qu’il est, le plus souvent, logé dans un camp, en dehors de la ville, et ne sort que très rarement. Salarié étranger d’un patron étranger (même quand il s’agit d’une entreprise légalement nationale, le directeur est toujours étranger et, de fait, représente le plus souvent les intérêts du partenaire étranger), il n’entretient quasiment (si ce n’est absolument) aucune relation avec la société qui est censée l’accueillir. En fin de contrat, il repart chez lui ou est « cédé » (released) à une autre société du même type que la précédente. Ce n’est qu’exceptionnellement qu’il peut rester de son propre chef dans le pays et, se retrouvant alors en situation illégale, tenter de se faire recruter sur le marché du travail local.

  2. Des travailleurs arrivent dans le pays par l’intermédiaire d’un kafîl formel qui n’est pas leur employeur réel ; ils peuvent connaître deux situations totalement opposées. Les uns sont l’objet d’un véritable trafic de marchandise humaine : recrutés par un individu jouissant du privilège de la nationalité, ils sont loués par celui-ci à un entrepreneur et doivent souvent sur leur maigre salaire prélever un pourcentage à verser au kafîl sans scrupule qui les introduit dans le pays : ils sont ainsi doublement exploités, par leur patron et par leur kafîl. A l’opposé, un citoyen complaisant, kafîl d’un entrepreneur ou d’un artisan fermera les yeux sur l’utilisation que celui-ci pourra faire de son nom et de sa caution pour faire venir un ami ou un compatriote sous couvert de son entreprise, comme s’il était recruté pour y être employé, tout en le laissant travailler où il voudra. Le plus souvent il n’aura même rien à payer pour le service rendu : cette situation, si elle n’est pas exceptionnelle, est tout de même, par rapport à la masse des immigrés, assez rare. Entre ces deux extrêmes, il y a toutes sortes de situation intermédiaires, selon la chance du travailleur, la « générosité » ou la capacité de son kafîl. Certains nationaux peuvent faire de cette pratique un véritable commerce, d’autres n’y avoir recours qu’occasionnellement. Il paraît intéressant de souligner ici la souplesse qu’elle peut assurer à un système par ailleurs fort rigide, ne laissant pas véritablement la place à un marché libre du travail sauf exceptionnellement, ou illégalement.

  3. La dernière catégorie de salariés comprend ceux qui n’ont affaire d’aucune manière, directe ou indirecte, formelle ou informelle, à un kafîl. C’est le cas des travailleurs yéménites, dont l’immigration a toujours été libre en Arabie Saoudite et dans ce pays seulement, mais dont la proportion a énormément baissé depuis quelques années du fait de la concurrence des travailleurs asiatiques. Ils avaient, et ont toujours, le droit, a l’exclusion de toute autre nationalité, arabe ou non arabe, de se présenter librement sur le marché du travail, d’exercer le travail de leur choix, comme salarié ou non et d’en changer à leur guise, de la même façon qu’un Saoudien, dont ils se distinguent malgré tout essentiellement par le fait qu’ils ne bénéficient pas des privilèges assurés aux nationaux par l’Etat énumérés plus haut.

66Mais il existe aussi, dans tous les pays du Golfe, une immigration illégale, dont l’importance est impossible à évaluer, mais certainement très nombreuse. Ces immigrants illégaux font périodiquement l’objet de mesures d’expulsion, ce qui suscite généralement un tollé de la part des entrepreneurs, car ils constituent un volant de main-d’œuvre employée à la journée en fonction des besoins au jour le jour et sont donc particulièrement précieux dans le secteur du bâtiment où les effectifs d’une entreprise varient constamment en fonction du marché. Inutile de préciser que la situation de ces travailleurs est particulièrement précaire et misérable.

67Dans l’ensemble, on peut résumer ce qui précède en soulignant que les salariés n’ont que très rarement affaire aux nationaux, à moins d’être employés dans une administration ou une société de l’Etat, ou au contraire d’avoir été recrutés, sans très bien savoir comment, par un petit trafiquant de main-d’œuvre. En général ils travaillent pour des étrangers, avec des étrangers, vivent avec des compatriotes et se font aider par eux. Si le produit de leur travail est en partie approprié par un kafîl, c’est presque toujours indirectement sous la forme d’un pourcentage pris sur le profit de l’entreprise qui les emploie.

68Deux idées essentielles sous-tendent le raisonnement précédent. Nationaux et étrangers entretiennent avec l’Etat des rapports radicalement différents, et même opposés, ce qui a des conséquences déterminantes non seulement sur leur situation économique mais aussi sur leur rapport au marché du travail. Ils entretiennent globalement entre eux un rapport que l’on peut qualifier de rapport d’exploitation d’un type particulier car ne relevant d’aucun modèle connu. Dans les deux cas c’est la citoyenneté qui apparaît comme un privilège donnant accès à un certain nombre de prestations assurées par l’Etat ou assurant un droit formel exclusif de propriété permettant d’exploiter le travail d’autrui.

69Ce que nous suggérons est qu’il s’agit dans les deux cas d’un rapport de type rentier, d’une forme de redistribution de la rente pétrolière, soit par le biais de l’Etat, soit par le biais du marché, ce qui explique la forme politique de ces deux types de rapports citoyens-Etat et citoyens-étrangers.

  • 40 La nature et l’origine de cette rente est un problème complexe que nous n’aborderons pas ici. Nous (...)

70Le premier est simple à analyser et explicitement ou implicitement reconnu par tous les auteurs : la réappropriation par l’Etat d’une rente fabuleuse assurée par l’exploitation du pétrole40 dans les conditions actuelles du marché mondial lui permet de mettre en œuvre une politique sociale particulièrement généreuse qui apparaît donc comme une manière de faire profiter la population de la manne pétrolière, de redistribuer la rente. Tout en étant extrêmement inégalitaire, cette forme de redistribution permet à la majeure partie de la population de vivre en marge de l’activité productive sociale, et de considérer les revenus qu’elle peut tirer d’un emploi salarié ou d’un travail artisanal comme secondaires, ceci grâce à la rente que lui assure l’Etat, sur la base de sa citoyenneté.

  • 41 Sans entrer dans le détail du débat sur les différents formes de rente dans le système capitaliste, (...)

71Le second est plus difficile à analyser. En effet, s’il prend la forme de prélèvement d’une rente par une sorte d’abus de pouvoir résultant d’une position de force liée au privilège de la nationalité, il faut se demander s’il s’agit simplement du partage forcé d’un profit d’entreprise moyen, ou effectivement de l’appropriation d’une rente sous forme de surprofits réalisés dans les conditions exceptionnelles du marché local qu’il reste à définir41. Observation empirique et raisonnement logique nous font pencher pour la seconde hypothèse : en effet, d’une part, les prix élevés pratiqués dans les pays du Golfe, mais surtout ce qui nous est apparu à travers un certain nombre d’exemples concrets (profits exorbitants des entreprises, en particulier dans le bâtiment), d’autre part, l’afflux des capitaux et entreprises étrangers qui serait incompréhensible si les profits étaient moindres qu’ailleurs, nous permet de penser qu’on assiste à un gonflement des profits qui permet un partage entre kafîl et capitaliste sans léser ce dernier. Nous proposons l’hypothèse qu’il s’agit là, tout simplement, d’une autre forme de redistribution de la rente pétrolière par le biais du marché. Redistribution là encore inégale, fonction de l’importance du kafîl, i.e. de sa proximité du pouvoir d’Etat.

72La rente régit donc les rapports des citoyens avec l’Etat, et entre eux comme mode d’appropriation-redistribution du surproduit social. En revanche, le mode de production de ce surproduit est éminement capitaliste : simplement, patrons et ouvriers étant étrangers, les citoyens n’apparaissent nulle part dans le rapport social déterminé par ce mode de production. Dans le paragraphe suivant, nous examinons donc les rapports sociaux au sein de la population migrante, avant d’examiner en conclusion les modalités d’articulation de ces deux logiques sociales.

III. Les migrants, rapports de classe et marché mondial

73Dans le paragraphe précédent nous avons essayé d’analyser le clivage citoyens/étrangers et la nature des relations des uns avec les autres. Nous avons suggéré qu’au delà de l’extrême diversité des situations concrètes la relation fondamentale prend la forme de prélèvement d’une rente.

74Mais la population étrangère, loin d’être masse homogène, est elle même le lieu d’une différenciation poussée à l’extrême : qu’y a-t-il de commun entre le cadre européen, l’entrepreneur libanais, l’artisan égyptien et l’ouvrier pakistanais ? Il faut maintenant essayer d’en rendre compte. Pour cela on peut distinguer deux niveaux de différenciation, le premier renvoyant à la position par rapport au procès de production, le second différenciant les salariés en fonction de leur situation économique et sociale et de leur position par rapport au marché du travail.

1. Rapports de classe et position dans le procès de production

75Il s’agit de distinguer entre salariés, artisans et entrepreneurs.

76a. Le salarié reçoit un salaire dont la forme et le niveau peuvent être extrêmement variables en même temps que les conditions de vie et de travail, le mode de recrutement, la durée de la migration, etc. Nous y reviendrons. Son travail le met en relation avec un employeur, le plus souvent étranger, sous la forme d’un contrat définissant le travail qu’il doit fournir et le salaire auquel il peut prétendre.

  • 42 Il s’agit ici de l’entrepreneur comme personne physique, non des sociétés, personnes morales représ (...)
  • 43 François Rivier, « Rente pétrolière et politiques industrielles des Etats non pétroliers : Egypte, (...)

77b. L’entrepreneur42, compte tenu de l’accord passé avec son kafîl ou son associé, intervient sur le marché comme un entrepreneur capitaliste sur n’importe quel marché, ayant un capital lui permettant de louer la force de travail nécessaire à la production de marchandises qu’il écoule sur le marché à un prix déterminé par l’état de ce marché et qui lui permet d’obtenir un profit au moins égal au profit moyen des entreprises au même moment. Il s’approprie en tant que tel gratuitement la partie du produit du travail de ses employés dépassant la masse des salaires versés. Dans la situation particulière des pays du Golfe, nous avons vu qu’il doit prélever sur ses profits un pourcentage variable à verser à son kafîl. Toutefois, si l’hypothèse présentée plus haut se vérifie, la part de profit qu’il conserve est au moins égale au profit moyen des entreprises dans son pays d’origine et dans les autres pays, de la région ou non, où l’institution du kafîl n’existe pas et où il aurait pu investir ses capitaux, car il est clair que s’il en était autrement, il irait ailleurs ; de fait, son profit est même souvent supérieur ce qui signifie que l’entrepeneur récupère une partie de la rente pétrolière : biais par lequel celle-ci est redistribuée en direction de certains pays arabes non pétroliers, particulièrement le Liban et la Jordanie43.

  • 44 Cf. C. Meillassoux, Femmes, greniers et capitaux, Paris : Maspero, 1974.

78En outre, les conditions du marché du travail et la possibilité de recruter une main-d’œuvre à bon marché originaire en majorité des pays asiatiques assure à ces entreprises un surprofit, correspondant au prélèvement d’une rente en travail sur les sociétés ayant assuré la production de cette main-d’œuvre44. De ce point de vue ce sont les firmes les plus importantes qui s’assurent les surprofits les plus élevés, ayant les moyens d’importer cette main-d’œuvre en très grand nombre et à moindre frais relatif, tandis que les entreprises de caractère plus artisanal sont obligées de recourir à un recrutement plus ponctuel, parfois limité aux possibilités du marché local.

79La position des artisans est comme toujours, infiniment plus complexe du fait de la diversité des situations. Certains, qui se louent avec leur camion ou qui se font payer à la tâche sur les chantiers, ne se différencient que formellement des ouvriers par la possession de leur instrument de travail et par leur mode de rémunération : devant prélever sur leur salaire de quoi payer leur (s) kafîl ils sont parfois surexploités et encore plus misérables que s’ils n’étaient que salariés. Ceux qui ont atelier ou boutique et disposent de leur produit peuvent réussir à tirer quelque profit, plus ou moins important, de leur entreprise ; mais, selon le type de relation qu’ils auront réussi à établir avec leur (s) kafîl autant que selon leur position sur le marché, ils seront tantôt réduits à en céder l’essentiel et tantôt arriveront à s’enrichir notablement en prélevant leur petite part de rente.

80De même, ces ouvriers du bâtiment qui prennent de petits contrats de sous-traitance en fournissant une équipe d’ouvriers qu’ils payent eux-mêmes -ni employés salariés, ni véritables entrepeneurs —, ont une position ambigüe, et leur situation concrète varie selon les cas et selon les moments.

2. Différenciation des salariés

81Nous proposons de l’analyser sous trois aspects essentiels, en partie interdépendants : la différenciation des salaires, le mode d’insertion dans l’espace social et les conditions de vie (en particulier les conditions de logement), le mode de recrutement.

  • 45 Cf. Beaugé, Nancy, Longuenesse, op. cit, à paraître.
  • 46 Cf. Beaugé, Nancy, Longuenesse, op. cit., à paraître.

82a. Les salaires. A qualification égale et à poste de travail égal, les salaires sont extrêmement variables de nationalité à nationalité. Dans une petite entreprise commerciale à Koweit, un comptable libanais était payé 450 DK tandis que son successeur égyptien ne touchait que 250 DK, le salaire d’un contremaître libanais s’élevait à 400 DK non compris le logement assuré par l’entreprise soit, plus de deux fois et demi celui d’un technicien pakistanais (150 DK)45. Dans le cas d’une entreprise de production de pierres taillées à Riyad sur un même poste de travail les Yéménites sont payés 4 000 ryals, les Égyptiens 800 ryals, les Turcs 1 000 ryals : que ces deux dernières catégories soient logées n’explique pas une telle différence46.

  • 47 G. Beaugé et M. Sader. The pattern of employment, migration and labour in the Gulf countries, Popul (...)

83Une estimation pour 1980 évaluait les salaires moyens des ouvriers spécialisés en Arabie Saoudite à 100-150 ryals par jour pour les Yéménites (2 500 à 3 800 par mois), 1 700 par mois pour les Libanais, Jordaniens et Palestiniens, 850 pour les Egyptiens, 600 pour les Indiens, Pakistanais et Thailandais47. On comprend que les Yéménites soient progressivement supplantés sur le marché du travail saoudien au profit, si l’on peut dire, des Egyptiens, puis des Asiatiques.

84Même les cadres sont touchés et les ingénieurs indiens ou pakistanais prennent un peu partout la relève des Libanais et des Palestiniens : une entreprise de travaux publics à Oman évaluait le coût d’un ingénieur indien à 34 RO par journée de travail alors que celui de son homologue libanais variait de 56 à 98 RO par jour (selon la situation de famille et la fonction) et celui d’un Européen de 93 à 137 RO ; il est vrai qu’un Indien est systématiquement employé à un poste inférieur.

85Le Middle East Economic Digest publiait de son côté en 1982 un dossier sur la main-d’œuvre étrangère dans le Golfe et citait l’échelle des salaires suivante établie par une agence de travail pour les travailleurs asiatiques.

  • 48 MEED, loc. cit., p. 43.

86On peut noter à propos des travailleurs asiatiques que le salaire minimum des Coréens qui était de 400 dollars par mois en juillet 1981 à dû être abaissé à 350 dollars à cette date du fait de la concurrence des autres nationalités asiatiques48.

  • 49 Sauf dans le cas des Yéménites qui relève de la situation exceptionnelle de ces derniers sur le mar (...)

87On pourrait multiplier les exemples. Cette différenciation, qui permet aux entreprises de réduire à la fois leurs coûts en recrutant de préférence la main-d’œuvre la moins chère et les risques de mouvements revendicatifs en mélangeant les nationalités, renvoie pour l’essentiel au niveau des prix et salaires ainsi qu’aux conditions du marché du travail dans le pays de départ49. Elle apparaît comme un indice de l’insertion dominante de ces travailleurs dans leur société d’origine ; leur présence dans les pays d’accueil étant perçue comme temporaire, conjoncturelle, expliquerait qu’ils ne cherchent guère à améliorer leur situation dans ce pays. Cependant si cette dernière remarque semble s’imposer pour les travailleurs asiatiques presque tous célibataires et dont la présence massive est la plus récente, elle est à nuancer en fonction de l’ancienneté de la migration, des conditions de logement, de la présence de la famille.

Tableau 8. Échelle des salaires pour les travailleurs asiatiques selon a nationalité et la catégorie (en dollars par mois)

Tableau 8. Échelle des salaires pour les travailleurs asiatiques selon a nationalité et la catégorie (en dollars par mois)

A = Non qualifiés (manœuvre, gardien, balayeur) B = Semi qualifiés (aide charpentier, maçon, cuisinier) C = Qualifié (maçon, charpentier, chauffeur, cuisinier, employé de bureau) D — Hautement qualifiés (conducteur et opérateur d’engin, contremaître) E = Cadre supérieur (ingénieur, dessinateur, directeur, comptable)

Source : Feedai Agency, Karachi, cité dans MEED, 29 janvier 1982, p. 48.

88b. L’insertion dans l’espace social. L’ancienneté de la présence dans le pays, la présence de la famille, le type de logement (extérieur ou au contraire intégré au tissu urbain) peuvent être autant de facteurs d’intégration à la société locale. Ancienneté et présence de la famille sont souvent liées : c’est au Koweit, dans les communautés ayant commencé à envoyer des migrants dès les années 1950 (Palestiniens, Libanais du Sud, Egyptiens) que l’on observe la structure démographique la plus équilibrée, avec un très grand nombre de familles, donc d’enfants de tous les âges ; ce sont ces groupes qui sont le plus enracinés dans l’émigration, et qui, même s’ils restent fortement repliés sur eux-mêmes, deviennent de plus en plus « koweitiens », bien que privés des droits politiques et sociaux qui restent le privilège des citoyens.

89Plus important encore et plus significatif que ces deux critères d’ancienneté et de présence de la famille pour juger de l’intégration dans le pays, nous paraît le mode de logement, et plus particulièrement la distinction entre deux grandes catégories d’immigrés : ceux qui sont logés en camp par leur entreprise à l’écart de la société locale, et ceux qui doivent se trouver par leurs propres moyens un logement en ville, sur le marché local.

90Les premiers incluent une petite minorité de cadres supérieurs, le plus souvent européens ou levantins, qui sont là avec leur famille, bénéficient de conditions de logement extrêmement favorables et de toute une série de services assurés par l’entreprise (voiture, chauffeur, serviteurs, etc.). Mais la plupart sont des travailleurs non qualifiés logés sous la tente dans des conditions à la limite du minimum vital. Souvent, ils doivent eux mêmes préparer leur nourriture, moyennant le versement d’une indemnité dite « food allowance », ce qui rallonge encore leur journée de travail, tandis que les cadres bénéficient du restaurant d’entreprise. Leur vie se passe entièrement dans l’entreprise, entre l’usine ou le chantier, et le camp, dont ils ne sortent que très exceptionnellement, faute de temps, de moyens (transports et loisirs coutent très cher) et parfois même faute d’autorisation. Ce mode de logement par l’entreprise permet une rentabilisation de l’utilisation de la force de travail, par réduction du coût de son entretien autant que du temps non travaillé (diminution du temps de transport et contrôle accru) et accentue la coupure de ces travailleurs vis-à-vis de la société locale en la concrétisant dans l’espace. Les camps sont d’ailleurs conçus dans cet esprit et les autorités espèrent réduire ainsi les problèmes sociaux qui pourraient résulter du contact avec la population.

  • 50 Cf. Guillaumette Al Alami, op. cit.
  • 51 Idem.

91De l’autre côté, ce sont en général les travailleurs des entreprises artisanales ou semi-artisanales qui, à côté des artisans, doivent se loger par leurs propres moyens, ainsi que les employés des administrations et organismes de l’Etat. Les plus misérables, souvent les moins qualifiés, se logent dans les vieux centres urbains abandonnés par les nationaux, manquant souvent du minimum d’installations sanitaires, tombant en ruine, et, s’entassent à plusieurs dans chaque pièce dans les vieilles maisons50. Ceux qui ont un peu plus de moyens louent des appartements dans des quartiers « modernes » qui vieillissent très vite et pour lesquels ils payent des loyers souvent exorbitants qui absorbent jusqu’à 50 % du salaire. Célibataires, ils s’y mettent à plusieurs, ce qui réduit un peu les frais de chacun ; accompagnés de leur famille, la charge est d’autant plus lourde et le nombre de personne par pièce souvent élevé51. Seuls les cadres ou les salariés hautement qualifiés sont parfois indemnisés par la société ou l’organisme qui les emploie.

92Il nous paraît important ici que dans un cas, le salarié n’a décidément aucune relation, aucun contact avec la société locale ; toute sa vie en émigration est réglée par son travail pour un employeur étranger ; que dans le second cas, de même qu’il est amené de par son travail à entrer en contact soit avec un kafîl soit avec un employeur du pays, sa vie quotidienne, à travers ses conditions de logement, est réglée par son insertion sur le marché local.

93c. Le mode de recrutement. Si l’on considère le mode de recrutement et le type de contrat de travail, on peut distinguer deux catégories de situation : les travailleurs recrutés à la journée ou pour la durée d’un chantier sur le marché local (cela concerne surtout les manœuvres et ouvriers non qualifiés ou semi qualifiés dans le secteur du bâtiment) et ceux qui sont recrutés directement à l’étranger.

94Le marché local. En principe, seuls les nationaux peuvent se présenter sur le marché du travail local. Cependant leur recrutement répond le plus souvent à des déterminations extra économiques. Outre les nationaux, dans le cas de l’Arabie Saoudite, les Yéménites y ont accès, pouvant entrer et sortir du pays sans contrainte ni contrôle.

  • 52 The Middle East Magazine, feb. 1983, p. 31.

95En dehors de ce marché légal, il existe en fait deux catégories de travailleurs recrutables localement, en marge de la légalité ou totalement illégaux. Ce sont d’abord les travailleurs en situation illégale, qu’ils soient entrés illégalement dans le pays, ou qu’arrivés en fin de contrat ils se soient arrangés pour ne pas repartir et cherchent du travail ailleurs. Leur nombre est impossible à établir. Il serait très faible en Arabie Saoudite mais bien plus important au Koweit (Egyptiens essentiellement) et dans les Emirats Arabes Unis (Iraniens et Asiatiques). Les autorités prennent périodiquemen²t des mesures d’expulsion : le Koweit en septembre 1982, a donné 3 mois au travailleurs en situation illégale pour quitter le pays ; 15 000 d’entre eux sont en effet partis rien que durant le mois d’octobre, ce qui donne une idée de l’importance de leur présence52. Enfin, des travailleurs entrés dans le pays sous le couvert d’un kafîl plus ou moins complaisant, (mais de toute façon intéressé), cherchent librement, avec son accord, à s’employer ici ou là selon les possibilités du marché. Ceux-là sont certainement les moins nombreux, et encore plus difficiles à contrôler.

96Au total, même s’ils sont très largement minoritaires, les travailleurs recrutés localement représentent une part non négligeable de la main-d’œuvre et offrent une marge de manœuvre appréciable pour les entreprises, particulièrement dans le bâtiment.

97A côté des Yéménites, dont la situation est relativement favorisée par rapport aux autres étrangers, mais qui sont en recul du fait de la dure concurrence des Asiatiques, ces travailleurs, séjournant pour la plupart illégalement, sont dans une situation très précaire, ne bénéficiant même pas des maigres garanties que leur offre un emploi régulier (stabilité relative, voyage payé lors du retour et du congé bi-annuel).

98Le marché international. L’immense majorité des travailleurs étrangers, à tous les niveaux de qualification, sont recrutés directement dans leur pays d’origine. Là encore on peut distinguer trois catégories principales selon le mode de recrutement.

  • 53 Cf. étude à paraître.

99a. Le recrutement par le biais de relations personnelles : un travailleur ayant un parent, un ami, une connaissance déjà partis leur demandera de lui arranger un emploi dans la même entreprise, ou la protection de son kafîl, etc. Inversement, une entreprise appréciant un de ses employés acceptera de confiance de recruter une personne recommandée par celui-ci : ce monde de recutement est dominant dans le secteur artisanal ou semi artisanal et pour les qualifications élevées ; on le retrouve aussi dans le cas d’entrepreneurs recrutant des hommes de leur village ou de leur parentèle53 ; il est plus fréquent dans le cas des Arabes, des Libanais en particulier, mais assez exceptionnel dans le cas des Asiatiques ; il manifeste un type de relation d’entraide et de solidarité communautaire encore dominant dans certaines communautés d’origine des migrants, généralement rurales, et se prolongeant dans la migration.

  • 54 En Inde seulement, il y aurait 400 agences de ce type officiellement reconnues par le ministère du (...)
  • 55 Cf. les encarts publicitaires paraissant régulièrement dans la revue MEED, par exemple.
  • 56 Idem.

100b. Au recutement par agence ont recours l’immense majorité des Asiatiques, mais aussi, sans doute, la plupart des migrants arabes d’origine urbaine. Dans tous les pays d’émigration se sont en effet multipliées les agences spécialisées dans le recrutement de la main d’œuvre, certaines même de façon totalement illégale54. Les plus importantes ont une surface internationale et ont des bureaux non seulement dans les pays d’origine et les pays d’accueil mais aussi dans certaines grandes capitales occidentales55. Les sociétés travaillant dans les pays du Golfe sont le plus souvent en relation régulière avec une ou deux agences à qui elles adressent leurs demandes, tandis que celles-ci leur envoient périodiquement une liste des qualifications et des effectifs dont elles disposent. Ces agences ont recours à la publicité et publient parfois ces listes dans les revues spécialisées, en vantant les qualités spécifiques de telle ou telle nationalité56. Enfin, les candidats à l’émigration s’inscrivent auprès de ces agences qui leur fournissent contrat de travail et autorisations moyennant des commissions le plus souvent exorbitantes, atteignant plusieurs mois de salaires.

  • 57 Cf. Nigel Disney. « South Corean Workers in the Middle East » in Merip Reports No 61, oct. 1977.

101Un cas particulier du recrutement par agences est représenté par les agences gouvernementales. Certains pays, la Corée, les Philippines, imposent aux entreprises comme aux travailleurs de passer par le biais d’un organisme gouvernemental pour contrôler l’émigration : « Overseas Employment Board », aux Philippines, et « Korea Overseas Development Corporation », en Corée. Le cas coréen a fait couler beaucoup d’encre du fait de la politique de militarisation de la main d’œuvre mise en œuvre par le gouvernement tant au niveau du recrutement et de la formation de la main d’œuvre en vue de son exportation57 que de son mode d’encadrement à l’arrivée. Mais ce phénomène de militarisation du travail à l’arrivée ne concerne pas tous les travailleurs coréens et me paraît relever d’un cas extrême et d’un mode de recrutement particulier.

  • 58 The Middle East Magazine, fév. 83.

102c. Fourniture de main-d’œuvre par la société contractante. Dans ce cas, il s’agit de sociétés coréennes de dimensions internationales, recrutant leur main-d’œuvre sur le marché coréen, la formant pour ses propres besoins et l’utilisant à l’exclusion de tout autre pour les contrats qu’elles décrochent dans le Golfe, surtout en Arabie Saoudite. Toutefois si le nombre de Coréens a quadruplé de 1976 à 1982 en Arabie Saoudite (passant de 25 000 à 100 000) il semble que ceux-ci soient en recul devant d’autres nationalités acceptant des salaires plus bas, puisque même les sociétés coréennes recruteraient désormais des non Coréens58. Les « phénomène coréen » ne serait donc que le cas extrême d’une gestion de la force de travail entièrement contrôlée par les firmes internationales intervenant sur le marché du Golfe.

  • 59 Communication publiée dans Population Bulletin of ECWA, p. 85-103.

103Ce qui précède nous amène à nuancer l’analyse proposée par Makram Sader et Gilbert Beaugé au colloque de Nicosie, avril 198159 En effet, critiquant l’approche en termes de marché homogène dominant jusqu’à maintenant les études sur les migrations dans les pays du Golfe, ils proposaient de distinguer quatre marchés fonctionnant selon des mécanismes distincts : le marché précapitaliste de l’emploi, le marché « bureaucratico-tribal » de l’emploi, le marché « libre » de la main d’œuvre, le marché « forcé » de la force de travail. Les deux premiers marchés concernent le mode de mobilisation de la force de travail nationale et renvoient, d’une part, au secteur traditionnel, et principalement agricole, encore important en Arabie Saoudite et à Oman, d’autre part, au mode de recrutement et de mise au travail des nationaux dans le secteur administratif de l’Etat, tandis que les deux suivants renvoient au mode de mobilisation de la main-d’œuvre étrangère. Pour cette dernière, ils opposent, en citant l’exemple coréen, le recrutement, par une firme, dans le cadre d’une « consortium puissant entre Etat coréen, firmes d’entreprise et banque à participation internationale » d’une « main d’œuvre qualifiée collectivement ».... « soumise, efficace et endurante », à celui de travailleurs s’offrant sur le marché libre soit local (main-d’œuvre yéménite) soit international (marché contrôlé par les agences de travail temporaire). Nous proposons de distinguer à l’intérieur de la second en fonction du niveau (local ou international) et du mode (entièrement libre ou contrôlé par les agences) d’insertion sur le marché du travail d’une part, et du degré de contrôle des firmes sur la mobilisation de la main d’œuvre. Le cas coréen montre l’exemple d’une tentative de contrôle poussée à l’extrême en vue de constituer un collectif de travail entièrement soumis au capital : tentative qui a commencé à être remise en cause par la révolte des travailleurs coréens (grande grève à Jubail en mars 1977) qui renvoie à l’apparition d’un mouvement ouvrier en Corée même. On a là l’exemple particulièrement éclairant du déplacement sur le sol saoudien d’une lutte de classe qui prend source dans la société d’origine tant des firmes que des travailleurs.

104Ce qui nous semble en effet se dégager de cette tentative d’analyse de la différenciation sociale au sein de la population étrangère, c’est l’insertion dominante sur le marché mondial donc le rôle déterminant des rapports de production du capitalisme mondial, et de la forme qu’ils prennent à l’étape actuelle de la division internationale du travail.

3. Existe-t-il un marché arabe spécifique ?

  • 60 Beaugé, Nancy, Longuenesse, op. cit., à paraître.

105Le recrutement des travailleurs arabes se fait-il selon une logique propre, spécifique, qui définirait un niveau intermédiaire entre marché local et marché international ? La question mérite certainement d’être posée. Mais la réponse nous paraît loin d’être évidente. On a souligné plus haut que le recrutement par le biais de relations personnelles semblait plus fréquent dans le cas des travailleurs arabes. S’il y avait spécificité du marché du travail arabe, il faudrait en chercher l’origine dans la spécificité du travail arabe, de l’insertion des travailleurs arabes dans les sociétés du Golfe... De fait, l’émigration libanaise60 est massivement une émigration de cadres et d’artisans ; ils seront soit entrepreneurs, soit salariés à un niveau d’encadrement, même si leur qualification de départ est faible. Les Palestiniens, les Jordaniens, dans une moindre mesure les Syriens, semblent se trouver dans la même situation. C’est déjà moins vrai des Egyptiens. Or c’est certainement dans le secteur dit « informel » des entreprises artisanales que le recrutement selon une logique communautaire est le plus fort. Les plus grosses sociétés employant un personnel d’encadrement réellement qualifié ont des critères plus rigides, même si la compétence n’est jamais seule en cause. On a alors les filières d’écoles professionnelles, la logique communautaire pouvant se transformer en logique de corporation. Les entrepreneurs arabes recrutent certes d’abord parmi leurs relations personnelles. Mais les cadres arabes se rencontrent aussi massivement dans les firmes internationales, ayant répondu à des petites annonces ou cherché un emploi par l’intermédiaire d’un bureau de recrutement à Beyrouth, tout comme l’aurait fait un ingénieur indien, égyptien ou ... anglais. Sans doute les migrants arabes ne peuvent-ils être tous rangés dans un même ensemble homogène et la façon dont se passe leur migration diffère-t-elle énormément selon qu’ils sont ruraux ou citadins, chauffeurs ou ingénieurs, maçons ou médecins. En résumé, et sous réserve d’une enquête plus poussée, il ne nous semble pas que l’on puisse véritablement isoler un niveau arabe en ce qui concerne la différenciation du marché du travail. Ce qui ne signifie pas qu’étrangers arabes et non arabes se confondent dans les sociétés du Golfe, mais ce serait plutôt en terme de conscience d’appartenance communautaire, une conscience qui transcende les rapports de travail qu’il faudrait alors poser le problème.

Conclusion

  • 61 J. Ismaël, op cit., p. 102 et 156 entre autres.

106Au terme de cette analyse, il apparaît que la spécificité du fonctionnement de ces sociétés, et particulièrement la place des étrangers en leur sein, et la différenciation entre étrangers et citoyens, résulte d’abord et en premier lieu de l’apparition de la rente pétrolière dans l’espace des Etats concernés, du fait des conditions de production et de consommation du pétrole sur le marché mondial : cette détermination de la rente (de son existence comme de son niveau) par le marché mondial est démontrée a contrario par la baisse subie ces derniers mois qui n’a, de toute évidence, rien à voir avec une modification des conditions de production du pétrole, mais dépend au contraire du rôle qu’il joue dans l’ensemble de la production mondiale. Ce qui permet à Jacqueline Ismael de parler (à propos du Koweit, mais sa formule peut se transposer facilement aux autres émirats du Golfe et à l’Arabie Saoudite) d’une transformation de l’infrastructure économique par le passage de la « production de plus-value » à la « consommation de émiratssurproduit » (« from production of surplus value to consumption of surplus products)61 dans une formule choc qui résume assez bien le caractère dominant et la fragilité de ces économies.

  • 62 En Irak, la libre circulation des Arabes non irakiens qui ont en principe les mêmes droits que les (...)
  • 63 J. Ismaël, op. cit., p. 100.

107A partir de cette première donnée massive, c’est l’appropriation de cette rente par l’Etat et l’usage qu’il en fait, c’est à dire les modalités de sa redistribution, qui sont à l’origine de la différenciation entre nationaux et étrangers, et qui déterminent l’organisation des rapports sociaux en général62. La base économique du pouvoir devient de ce fait non le contrôle des moyens de production mais celui de la distribution de la rente63, et la classe dominante avec l’Etat. La redistribution empruntant le canal des relations d’allégeance et de clientélisme traditionnelles, les rapports sociaux dominants sont de nature politique, ce sont des rapports de pouvoir puisque le pouvoir politique donne le contrôle de l’accès aux richesses, de la distribution du surplus. La différenciation économique se manifeste comme une stratification en fonction des revenus, dont le niveau est déterminé par la position de l’individu dans la hiérarchie sociale. Quant à la place des étrangers dans ce système, plus précisément leur exclusion ou quasi exclusion de cette redistribution, elle prend aussi une forme politique, l’exclusion du privilège de la citoyenneté, qui seule donne accès à toute une série de droits sociaux, en même temps qu’à la personnalité légale dont sont privés les étrangers et qui leur impose la protection d’un kafîl.

  • 64 Cf. l’exemple présenté par Saad Ed Din Ibrahim, op. cit., pp. 27-30.
  • 65 Voir à ce sujet l’analyse de P. Vieille, art. cit.

108Au contraire de cette logique sociale politique, déterminée par l’existence et le mode de redistribution de la rente pétrolière, et régissant les rapports sociaux au sein de la société nationale, c’est une logique déterminée par les lois du marché capitaliste mondial, une logique de maximisation des profits, qui régit la présence des étrangers. Entrepreneurs étrangers et sociétés multinationales interviennent sur le marché local mus par la possibilité de réaliser des surprofits par rapport au niveau moyen des profits sur le marché mondial tant par la récupération via les prix élevés du marché d’une partie de la rente que par la surexploitation d’une main-d’œuvre à bon marché recrutée dans d’autres formations sociales. Alors que la stratégie économique des individus comme des groupes consiste, pour les citoyens, à tenter de s’approprier la part la plus grande de rente en faisant intervenir le privilège de la nationalité au niveau le plus bas, et les relations politiques ou les positions de pouvoir pour les plus favorisés, celle des étrangers est déterminée par leur statut sur le marché, marché du capital ou marché du travail. Entrepreneurs, ils chercheront à mettre en valeur leur capital sur un marché qui leur offre des conditions favorables dans une conjoncture mondiale donnée, comptetenu de la place de ce marché dans la division internationale du travail ; travailleurs, ils ont « choisi » ou ont été contraints de s’expatrier du fait de la désintégration des sociétés traditionnelles et des conditions du marché du travail dans leur société d’origine ; le « choix » qu’ils font des pays du Golfe est déterminé par la stratégie du capital, fonction de ses possibilités de mise en valeur en tel ou tel point du marché mondial. Mais, nous objectera-t-on, il y a des entrepreneurs saoudiens ou koweitiens, et même des salariés, de plus en plus nombreux, y compris des cadres très qualifiés, qui travaillent aux côtés des cadres étrangers. L’objection n’est pas valable pour le salarié dont le salaire n’est qu’une part souvent infime de ses ressources ; quant au cadre hautement qualifié, il ne reste pas longtemps salarié et se hâte de fonder sa propre « société de commerce et d’entreprise », lui permettant, par sa fonction d’intermédiaire sur le marché, de capter sa part de rente sous forme de commission ou de surprofit commercial. Pour ce qui concerne l’entrepreneur en effet, le rôle qu’il joue sur le marché l’apparente plus à un courtier qu’à un véritable entrepreneur : souvent sans autre capital au départ que ses relations, un bureau avec telex et téléphone et son sens des affaires, il s’enrichit par le pourcentage qu’il prend sur le chiffre d’affaires de projets le plus souvent gouvernementaux qu’il ne réalise pas lui-même mais qu’il fait sous-traiter par des firmes étrangères64. C’est une autre manière de récupérer une part de rente par le biais du marché, en intervenant plus activement que le kafîl dans l’activité économique. C’est toutefois dans cette catégorie que l’on doit sans doute voir les prémisses de la formation d’une bourgeoisie que l’on n’ose pas qualifier de nationale étant donné son extrême dépendance à l’égard du capital étranger65.

  • 66 J. Ismaël, op. cit., p. 159.
  • 67 Il est vrai que la part croissante des investissements sur le marché financier international, parti (...)

109Les sociétés du Golfe paraissent donc aujourd’hui fonctionner en articulant deux logiques sociales, une logique de la rente, interne aux formations sociales, et une logique du profit, fonctionnant d’emblée au niveau international. C’est pourquoi nous ne suivons plus J. Ismael quand, proposant de distinguer capitalisme périphérique et capitalisme, dépendant, elle classe Koweit dans la première catégorie et affirme que « la classe dominante (y) est une classe capitaliste » et que « l’articulation des forces sociales dans la nation se fait selon une dialectique capitaliste »66. Sauf à considérer cette affirmation comme une vérité d’ordre très général, dans la mesure où la rente pétrolière est évidemment une rente capitaliste car déterminée par les conditions du marché capitaliste mondial, il nous semble que la classe dominante locale n’est justement pas, au sens strict, une classe de capitalistes mais une classe de rentiers67 ; leur position dans la structure des rapports de production déterminée par la place de Koweit (et des autres pays du Golfe) dans la division internationale capitaliste du travail se définit par le monopole de l’accès à un bien jouant un rôle essentiel dans la production mondiale, monopole qui est à l’origine de leur puissance économique. Inversement, si « l’articulation des forces sociales » se fait selon une dialectique qui est certainement capitaliste en dernière instance, il est important de voir que la rente y joue, sur le plan intérieur, un rôle déterminant et que cette articulation est aussi celle de rapports de production définis à un niveau international et de rapports de distribution définis au niveau interne.

110D’autre part il apparaît à l’évidence qu’il ne peut qu’y avoir alliance de classe entre classe dominante locale et représentants de la classe capitaliste présents dans les pays du Golfe, dans la mesure où les seconds garantissent aux premiers les conditions de reproduction de la rente, en quelque sorte en échange d’un partage de cette même rente. Tous ont le même intérêt à l’exclusion de la masse des travailleurs de la redistribution de cette rente, en même temps qu’à la reproduction de leur domination de classe au prix d’une politique sociale privilégiant les nationaux.

111Face à cela, les travailleurs étrangers sont victimes d’une double exclusion : exclusion du contrôle des moyens de production, exclusion du contrôle de la distribution de la rente. La première s’exprime, classiquement, à travers les luttes économiques : pour une amélioration des salaires et des conditions de vie et de travail. Peu fréquentes, ces luttes paraissent toujours être le fait de travailleurs asiatiques, nationalité par nationalité (les Coréens un jour, les Indiens un autre, etc.) et restent extérieures à la société locale — si ce n’est par l’intervention de la police — en ce sens qu’elles ne visent jamais le pouvoir politique du pays, n’aboutissent jamais à la revendication du droit syndical. Soulignons à cette occasion à quel point la différenciation des salariés, tant par le niveau des salaires, que le mode d’insertion dans la société d’accueil, et le mode de recrutement, qui empruntent en grande partie le canal de la nationalité, a des conséquences importantes sur leur division et l’impossibilité d’envisager des luttes transcendant ces barrières nationales. C’est un sujet que nous aurons sans doute l’occasion de développer ultérieurement.

112La seconde exclusion pourrait être à l’origine d’une revendication visant à briser le privilège de la nationalité, soit par égalisation des droits (sociaux, économiques, juridiques au moins, sinon politiques) soit par ouverture de la naturalisation (quasiment impossible à l’heure actuelle). Une telle revendication ne se manifeste guère ouvertement : elle est cependant constamment présente sous une forme ou une autre, dans le discours des migrants arabes les plus anciennement installés (Palestiniens et Libanais au Koweit en particulier). Mais il est une catégorie d’étrangers qu’elle n’intéresse pas — et c’est peut-être pour cela qu’elle ne provoque pas plus de bruit — ce sont les entrepreneurs : ayant accès à la rente, en tant que tels, sous la forme des surprofits réalisés grâce à des prix de marché anormalement élevés, ils n’ont que faire des petits avantages que donne la citoyenneté au commun des mortels.

113Quels développements peut-on prévoir à cette situation somme toute assez exceptionnelle et résultant d’un phénomène conjoncturel dont certains voient déjà poindre la fin avec la diminution des prix et de la production du pétrole, donc des énormes revenus qu’ils assurent aux Etats de la région. Si toutefois le recours à l’immigration risque fort de se ralentir dans les années à venir, il est toutefois peu vraisemblable qu’on assiste à un retournement complet de situation. Si l’on admet, comme nous avons essayé de le démontrer, que la rente est à l’origine d’une structure sociale particulière, sa diminution progressive et son éventuelle disparition pourraient entraîner un profond bouleversement des rapports sociaux.

Notas

1 Par pays du Golfe, nous entendons ici les six pays membres du Conseil de Coopération du Golfe : Arabie Saoudite, Koweit, Bahrein, Qatar, Emirats Arabes Unis et Sultanat d’Oman, à l’exclusion de l’Irak et de l’Iran, qui sort du champ d’étude du CERMOC.

2 G. Beaugé et A. Roussillon, ibid., évoquent et critiquent cette bibliographie dans leurs propres chapitres de ce livre.

3 Paul Vieille, « Pétrole et classe fonctionnelle, Le cas de l’Arabie Séoudite », in Peuples Méditerranéens, 1, oct.-déc. 1977, p. 154.

4 « Social Structure and the Development of the Saudi Arabian Political System », in Tim Niblock, ed., State, Society and Economy in Saudi Arabia, London : Croom Helm, 1982.

5 Cf. Fatina A. Shaker, Modernisation of the Developing nations, the case of Saudi Arabia, Purdue University, Ph. D., 1972, ch. 5 et 6, particulièrement pp. 121. et 188-90.

6 Paul Vieille, art. cit. p. 156.

7 Ibid., pp. 159-160 et 177 en particulier, et aussi Peter Sluglett and Marion Farouk-Sluglett, « The precarious monarchy : Britain, Abd al-Aziz Ibn Saoud and the establishment of the Kingdom of Hijaz, Najd and its dependencies, 1925-1932 », in Tim Niblock, ed., op. cit., pp. 36-55.

8 Cf. J. Ismaël, Kuwait, Social Development in historical perspective, Syracuse University Press, ch. 3.

9 Cf. J. Ismaël, op. cit., pp. 64-65.

10 Cf. J. Ismaël, op. cit., p. 31.

11 Cf. J. Ismaël, op. cit., p. 68.

12 Cf. Ugo Fabietti, « Sedentarisation as a means of detribalisation : some policies of the Saudi Arabian government towards the nomads » in Tim Niblock, ed., op. cit., p. 186. L’« encapsulation » désigne non seulement l’insertion des communautés nomades dans des structures politiques centralisées mais aussi les changements induits par cette insertion sur les mécanismes de leur reproduction sociale.

13 En 1980, les effectifs auraient plus que doublé atteignant jusqu’à 37 000 salariés, dont 16 000 Saoudiens chiites, d’après un journaliste du Financial Times, qui ne donne pas le nombre total des Saoudiens (cf. Financial Times 12 mars 1980).

14 Cf. Eric Rouleau, « l’Arabie Saoudite : paradis ou poudrière ? IV. Secousses telluriques », Le Monde, 4 mai 1981.

15 Paul Bonnenfant, « La capitale saoudienne, Riyadh », in La Péninsule Arabique d’aujourd’hui, sous la direction du même, t. 2, C.N.R.S., Paris, 1982, p. 667.

16 Saleh A. Malek, Rural migration and urban growth in Riyadh, Saudi Arabia, The University of Michigan, Ph. D., 1973, p. 43.

17 SCET-SEDES, Socio-economic Survey, cité par Paul Bonnenfant, ibid.

18 Guillaumette Al Alami, Aménagement de l’espace et mutations sociales au Koweit, Université Paul Valéry, Montpellier, Thèse de 3° cycle, 1979, p. 88, p. 153 sqq. et tableau 7, p. 193.

19 Voir Ugo Fabietti, art. cit., et aussi P. Vieille art. cit., p. 184, qui note une discrimination régionale-tribale entre originaires du Nejd et originaires du Sud Ouest.

20 J. Ismaël, op. cit., p. 130.

21 Cf. les développements de Birks et Sinclair dans leurs différentes études sur l’Arabie Saoudite, en particulier dans « The domestic political economy of development in Saudi Arabia », in Tim Niblock, ed., op. cit., p. 198-213.

22 Ph. Fargues, Réserves de main d’œuvre et rente pétrolière, Etude démographique des migrations de travail vers les pays arabes du Golfe, Beyrouth : CERMOC, 1980, particulièrement ch. 3. 1.

23 D’après les données du recensement de 1980, in Koweit Annual Abstract, 1982, tableau 6, p. 102.

24 « The labor market performance in some Arab Gulf States », in May Ziwar-Daftari, ed., Issues in development : the Arab Gulf States, MD Research and services limited, London, 1980, p. 102.

25 « The labor market performance in some Arab Gulf States », in May Ziwar-Daftari, ed., Issues in development : the Arab Gulf States, MD Research and services limited, London, 1980, p. 102.

26 « The domestic politicial economy of development in Saudi Arabia » in Tim Niblock, ed., op. cit., p. 203.

27 Loc. cit., p. 28.

28 Art. cit., p. 169

29 Cf. Beaugé, Longuenesse, Nancy, Migrations de travail et communautés villageoises au Moyen-Orient. Trois filières libanaises, à paraître.

30 Si les mots sponsor et sponsorship sont plus fréquemment employés dans la littérature sur les pays du Golfe, et par les Européens y travaillant, kafîl et kafâla en sont les équivalents arabes, utilisés dans les textes administratifs et couramment usités tant par les gens du pays que par les migrants arabes.

31 Les trois études de filières présentées dans l’ouvrage de G. Beaugé, M. Nancy et E. Longuenesse, à paraître, citent une série de cas concrets à partir desquels nous développons l’analyse qui suit. Michel Nancy, Du Liban vers le Golfe : deux cas de migrations villageoises, donne dans ce même volume quelques illustrations tout à fait éclairantes.

32 Participation qui ne peut en aucun cas dépasser 49 %.

33 M. Nancy, art. cit.

34 Le nouvel ordre social arabe, Etude sur les effets sociaux de la richesse pétrolière, Beyrouth : Centre d’Etudes de l’Unité Arabe, 1982 (en arabe), pp. 31 sqq.

35 M. Nancy, art. cit.

36 Saad El Dîn Ibrahim parle de tabaqat al kufâta.

37 C’est du moins ce qui ressortait de l’analyse que S. Karam faisait de sa propre expérience à Oman. Cf. ouvrage cité, à paraître.

38 Qu’il y ait des cas où le kafîl ne prend rien ne change pas le fond du problème.

39 Op. cit., p. 32.

40 La nature et l’origine de cette rente est un problème complexe que nous n’aborderons pas ici. Nous renvoyons pour cela à l’étude de J.-P. Angelier, La rente pétrolière, éléments pour une interprétation théorique de la structure des produits de l’industrie pétrolière internationale, Paris : CNRS, 1976.

41 Sans entrer dans le détail du débat sur les différents formes de rente dans le système capitaliste, précisons que nous utilisons le concept de rente dans son sens marxiste de surprofit par rapport au profit moyen de marché, rendu possible soit par un avantage dans les conditions de production d’une marchandise permettant d’en réduire le coût de production (rente différentielle) soit d’une position de monopole permettant d’en élever artificiellement le prix de marché (rente absolue) ; très grossièrement la rente pétrolière entre dans cette seconde catégorie. Pour plus de précisions voir Angelier, op. cit.

42 Il s’agit ici de l’entrepreneur comme personne physique, non des sociétés, personnes morales représentées par des directeurs ayant statut de salariés.

43 François Rivier, « Rente pétrolière et politiques industrielles des Etats non pétroliers : Egypte, Jordanie, Liban, Syrie » in Industrialisation et changements sociaux dans l’Orient arabe, Beyrouth : CERMOC, 1982, pp. 69-143, suggère que tous les revenus rapatriés dans leur pays d’origine tant par les travailleurs que par les entrepreneurs représentent une forme de récupération de la rente pétrolière : il est clair que nous sommes en total désaccord avec cette analyse. En effet, les différences de salaires entre pays d’arrivée et pays de départ des migrants qui permettent le rapatriement par les salariés de fortes sommes dans leur pays d’origine n’ont rien à voir avec l’existence ou non d’une rente pétrolière dans le pays d’immigration. Le phénomène est le même dans d’autres régions du monde connaissant des migrations de travail, particulièrement en Europe, où les travailleurs africains ou indiens par exemple, touchent des salaires dix fois plus élevés que chez eux. Cette différenciation des salaires relève des différentes conditions de rémunération de la force de travail sur le marché mondial et du développement inégal entre pays développés et pays du Tiers-Monde. Conditions qui expliquent pour l’essentiel les différences observées dans les pays du Golfe entre les salaires des différentes nationalités (cf. infra). Le salaire n’est donc jamais plus que la rémunération — inégale, et souvent partielle — de la force de travail, et quelle que soit son niveau ne peut inclure une quelconque part de rente : en effet le contraire impliquerait une surrémunération de la force de travail par rapport à sa valeur alors que c’est plutôt l’inverse qui se produit dans la majorité des cas. Cette question des différences de salaires par nationalités, et par rapport aux pays d’origine, centrale pour toute recherche sur les migrations de travail dans le Golfe (et en général), devrait faire l’objet d’une étude en soi et ne peut être qu’évoquée dans ce chapitre.

44 Cf. C. Meillassoux, Femmes, greniers et capitaux, Paris : Maspero, 1974.

45 Cf. Beaugé, Nancy, Longuenesse, op. cit, à paraître.

46 Cf. Beaugé, Nancy, Longuenesse, op. cit., à paraître.

47 G. Beaugé et M. Sader. The pattern of employment, migration and labour in the Gulf countries, Population bulletin of ECWA, 21, 1981, pp. 85-103.

48 MEED, loc. cit., p. 43.

49 Sauf dans le cas des Yéménites qui relève de la situation exceptionnelle de ces derniers sur le marché du travail en Arabie Saoudite.

50 Cf. Guillaumette Al Alami, op. cit.

51 Idem.

52 The Middle East Magazine, feb. 1983, p. 31.

53 Cf. étude à paraître.

54 En Inde seulement, il y aurait 400 agences de ce type officiellement reconnues par le ministère du travail, mais près du double fonctionnant officieusement (cf. G. Viratelle, « l’Asie Méridionale exportatrice de main-d’œuvre », in Le Monde Diplomatique, août 1979).

55 Cf. les encarts publicitaires paraissant régulièrement dans la revue MEED, par exemple.

56 Idem.

57 Cf. Nigel Disney. « South Corean Workers in the Middle East » in Merip Reports No 61, oct. 1977.

58 The Middle East Magazine, fév. 83.

59 Communication publiée dans Population Bulletin of ECWA, p. 85-103.

60 Beaugé, Nancy, Longuenesse, op. cit., à paraître.

61 J. Ismaël, op cit., p. 102 et 156 entre autres.

62 En Irak, la libre circulation des Arabes non irakiens qui ont en principe les mêmes droits que les Irakiens sur le marché du travail, à la différence des étrangers non-arabes, est l’indice d’un mode de distribution orienté différemment de ce qu’il est dans les autres pays du Golfe, donc d’une différenciation nationale et sociale d’un caractère différent.

63 J. Ismaël, op. cit., p. 100.

64 Cf. l’exemple présenté par Saad Ed Din Ibrahim, op. cit., pp. 27-30.

65 Voir à ce sujet l’analyse de P. Vieille, art. cit.

66 J. Ismaël, op. cit., p. 159.

67 Il est vrai que la part croissante des investissements sur le marché financier international, particulièrement de Koweit, suggère une insertion de cette classe dans la bourgeoisie financière mondiale. Mais justement, ce phénomène, encore limité dans les autres pays, ne me paraît pas avoir d’effet sur la logique sociale à l’œuvre dans le pays même, (cf. A. Bourgey, « Kuwait », in P. Bonnenfant, éd., op. cit., p 432).

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1. Évolution de la part des étrangers dans la population totale et dans la population active du Golfe entre 1975 et 1980-81
Leyenda Tableau reconstitué d’après les chiffres présentés par N. FARJANI dans Volume et structure de la force de travail et de la population dans les pays du Golfe arabe. Communication présentée au colloque sur la main-d’œuvre étrangère dans les pays du Golfe arabe, Koweit, 15-18 janvier 1983 (en arabe).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3379/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 348k
Título Tableau 2 .Structure de la main-d’œuvre de l’ARAMCO en Arabie Saoudite (1949-1959)
Leyenda Source : ARAMCO Hand Book, 1960, p. 211.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3379/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 564k
Título Tableau 3. Répartition de la main-d’œuvre de l’industrie pétrolière par nationalité en Arabie Saoudite (1960-1974)
Leyenda Source : Statistical Yearbook, 1970 tableau 4-18, et tableau 4-16.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3379/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 208k
Título Tableau 4. Éffectifs des salariés de l’industrie pétrolière au Koweit de 1948 à 1970
Leyenda Source : Kamal Sayegh, Oil and Regional Development, 1968, cité par Kh. Al Naqeeb, Changing patterns of social stratification in the Middle East, Kuwait (1950-70) as a case study. The University of Texas at Austin, Ph. D. 1976, p. 383.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3379/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 64k
Título Tableau 5. Répartition de la main-d’œuvre par qualification et nationalité dans le secteur des industries extractives à Koweit, 1967 et 1974
Leyenda Source : Annual Statistical Abstract, Koweit, 1982.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3379/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 208k
Título Tableau 6. Répartition des actifs koweitiens et étrangers selon la profession à Koweit en 1980 en pourcentages
Leyenda Source : Koweit Annual Abstract, tableau 86, p. 102, 1982.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3379/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 336k
Título Tableau 7. Structure de l’emploi par secteur économique et nationalité en Arabie Saoudite (1975)
Leyenda Source : J.S. Birks & C.A. Sinclair, International Migration and Development in the Arab Region (Geneva, ILO, 1980), tableau 32.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3379/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 400k
Título Tableau 8. Échelle des salaires pour les travailleurs asiatiques selon a nationalité et la catégorie (en dollars par mois)
Leyenda A = Non qualifiés (manœuvre, gardien, balayeur) B = Semi qualifiés (aide charpentier, maçon, cuisinier) C = Qualifié (maçon, charpentier, chauffeur, cuisinier, employé de bureau) D — Hautement qualifiés (conducteur et opérateur d’engin, contremaître) E = Cadre supérieur (ingénieur, dessinateur, directeur, comptable)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3379/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 154k

© Presses de l’Ifpo, 1985

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540