Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe

 | 
André Bourgey
, 
Philippe Gorokhoff
, 
Michel Nancy
, 
et al.

Du Liban vers le Golfe : deux cas de migrations villageoises

Michel Nancy

Texte intégral

1Nous présentons ici le résultat d’études menées de l’automne 1980 à l’automne 1983 dans le cadre du projet de recherche du CERMOC sur les migrations de travailleurs au Moyen-Orient arabe, lequel visait à éclairer les circonstances dans lesquelles ces mouvements touchèrent plus de 1 300 000 actifs en 1975 et près de 3 000 000 en 1980, faisant que la moitié de la main-d’œuvre dans les Etats pétroliers était en 1975 formée d’immigrés, dont 75 % arabes, cependant qu’une partie de la main-d’œuvre était étrangère dans les pays d’émigration eux-mêmes : 4 à 5 % en Egypte, Syrie, 15 % au Liban, 30 % en Jordanie, Soudan, Yémen, Oman.

2Une fois répertoriée la littérature relative au sujet il était clair que les statistiques étaient hétérogènes et peu fiables, ne portant guère que sur des évaluations des entrées des migrants dans les pays d’arrivée. Nous avons donc choisi de nous attacher d’une part aux filières de départ à partir de monographies villageoises et aux lieux d’emploi à travers des monographies d’entreprises, en cherchant comment s’organisaient les articulations entre les deux extrémités de ce système.

3Pour la monographie villageoise, nous avons essayé de saisir comment les transformations structurelles de l’économie et de la vie sociale des communautés villageoises de départ, étaient associées à des stratégies de gestion individuelles ou collectives de l’émigration. Au point de départ, notre étude a porté sur trois plans : structure sociale du village, typologie des filières d’émigration et des parcours migratoires, recueil d’histoires de migrants. Dans les pays d’arrivée, le travail a porté sur des monographies d’entreprises gérées par les villageois, sur la place des villageois dans les entreprises, sur les conditions de leur insertion sociale locale (logement, regroupements communautaires, transformations des modes de vie).

  • 1 Selon Boutros Labaki, « L’économie politique de l’émigration libanaise », Le Commerce du Levant, Be (...)

4Il faut situer l’émigration originaire des campagnes du Liban dans un contexte historique tel que les paysans étaient conduits à s’intégrer au marché du travail, à la campagne même, puis en ville, au Liban même, puis à l’étranger1. Son développement récent est lié au contexte économique régional que domine la rente pétrolière disponible dans les pays du Golfe, ce qui transparaît dans notre étude puisqu’elle envisage, de 1950 à 1982, une période antérieure au boom pétrolier de 1973 et à ses effets. Ce développement ne va pas sans conséquences sur le marché du travail dans les pays de départ ; il pèse différemment aussi, d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre, sur les structures agraires locales ; la destructuration des structures agraires au Moyen-Orient, résultat de ces migrations, a, selon leur intensité, leur date d’origine et le contexte local, des effets très variables que nous n’envisageons qu’à partir de deux exemples, en Arabie Saoudite et au Koweit, mais qu’il serait bon d’étudier aussi en Egypte, en Syrie et en Jordanie.

5Il convient donc de replacer l’étude spécifique de cas de transformation des structures agraires et de rapports sociaux correspondant à des situations villageoises précises et à des phases migratoires déterminées, dans la perspective générale de l’intégration de la force de travail au marché non agricole qui est dominée par un mouvement d’intégration économique globale et une tradition migratoire bien assise.

I LES DEUX VILLAGES

6Notre choix s’est porté sur deux villages libanais, où la migration vers les pays pétroliers du Golfe était significative et suffisamment ancienne. Notre objectif est de fixer le cadre : situation géographique, culture, repères historiques et quelques repères d’histoire sociale.

1. Un village du Sud-Liban

  • 2 Sur le Jabal Amil il faut consulter la thèse de M. Jabir, Pouvoir et société’au Jabal Amil de 1749 (...)

7Le territoire de Kfar-Rumman, gros village situé dans le Jabal Amil, à 3 km au nord-est de Nabatiyeh couvre environ 2 200 ha dont un sixième en terres irriguées. Avant 1950, Kfar-Rumman était quasiment la propriété de la famille de Yussef Bek-az-Zein qui y possédait plus de la moitié des terres. Entre 1950 et 1960 la situation change grâce en particulier au développement de l’activité et de l’influence du parti communiste, mais aussi avec l’apparition de nouveaux rapports des forces au village qui tiennent du côté des paysans à deux éléments : l’émigration et l’afflux monétaire subséquent, et surtout une remise en cause du pouvoir absolu du vieux Yussef Bek-az-Zein, symbole d’une autre époque2.

  • 3 M. Jabir, cite le nom de neuf villages : Kfar-Rumman, Shalbaal, Dumay, Chûr, Sinay, Daskara, Day Aj (...)

8La région a toujours été un carrefour entre la Palestine, le Mont-Liban et Damas. La richesse agricole de la région, productrice de blé, en faisait un complément du Mont-Liban, que la densité de sa population et la spécialisation en arbres fruitiers, mûriers et vignes, rendait dépendant de l’extérieur pour son approvisionnement en céréales. A la fin du xixe siècle la culture du tabac fait son apparition, dans le contexte d’échanges économiques élargis avec l’hinterland syrien et des transformations économiques majeures du Mont-Liban. Une bourgeoisie s’installe. Il ne s’agit plus de vivre sur soi, mais de s’intégrer dans un circuit d’échange et de concurrence. Les allégeances politiques se font et se défont à l’intérieur des grands courants qui traversent le Moyen-Orient à cette période (1920-1940). Dans ce cadre, la famille Zein peut être considérée comme une famille de « nouveaux notables ». Après 1860, une nouvelle domination économique se met en place, qui par le rachat et l’accaparement de terres et de villages entiers, établit son pouvoir politique. Au début du siècle, la famille Zein était la seconde en importance après la famille Asaad pour le nombre de villages possédés3. Sur le plan politique, c’est avec Yussef Zein que la famille a pris de l’importance avec quatre députés et avec la présidence de la Chambre durant deux mandats.

  • 4 Dominique Chevallier, La société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe. (...)

9Comme dans tout village libanais les relations sociales à Kfar- Rumman se définissent d’abord comme des relations entre familles et la structure sociale comme structure socio-familiale. L’individu s’identifie comme appartenant à une famille définie par son nom, son importance numérique et son pouvoir économique. La caractéristique de cette organisation sociale est d’être dominée par deux familles principales, en compétition pour le pouvoir à l’intérieur du village4.

10La population de Kfar-Rumman se répartit en une trentaine de familles, d’importance très inégale, dont les trois plus nombreuses, Daher, Abou-Zeid et Ali Ahmad, représentent près de 66 % de la population du village, alors que les 27 autres ne forment que le tiers restant. Il est difficile d’obtenir des précisions sur la population exacte du village. L’enquête montre que les effectifs estimés par les habitants interrogés oscillent entre 5 000 et 8 000. Il est probable que ce dernier chiffre soit assez proche de la population administrativement inscrite dans la commune, y compris la plupart des émigrés.

  • 5 Cresswell ; « Parenté et propriété foncière au Liban », Etudes Rurales, 40, 1970, p. 44.

11Les familles Daher et les Abou-Zeid dominent numériquement le village, la première l’emportant actuellement en nombre et en terre possédée. Dans le jeu social du village, « les disputes (conflits) constituent autant de solutions de continuité dans les réseaux d’échange et traduisent d’une certaine façon le mouvement social du village, en brisant les anciennes alliances ou en renforçant les groupes déjà constitués. L’origine des différends est en général « anodine ». Souvent il s’agit d’un partage de propriété — de biens ou immeubles — à l’occasion d’un héritage ou d’un mariage ; c’est dire qu’au début l’affaire ne concerne en général qu’une seule famille »5. Cette juste observation réduit trop des conflits qui, loin d’être anodins, recouvrent au contraire des antagonismes qui se sont développés sur un siècle.

12Au début du siècle Yussef Zein rachète les terres du village. A ce moment entre les famille Daher et Abou-Zeid les plus importantes du village, la rivalité est alimentée par Yussef Zein, qui appuie tantôt l’une tantôt l’autre, ayant intérêt à l’affaiblissement des deux. Mais après 1920, l’opposition des paysans à la famille Zein entraîne peu à peu une unification des familles, et une profonde réorganisation liée aux transformations sociales, plus particulièrement vers les années 1950. Après diverses péripéties et des conflits sociaux parfois très durs, surtout dans les années 1930, avec les problèmes du cadastrage des terres fait en 1935 par Yussef Zein et à son avantage, l’espace social et agricole du village se stabilise en 1960-61, avec la mise en place par l’Etat d’un cadastrage officiel des terres sur l’ensemble du territoire national. C’est également la période où les revenus agricoles chutent et où l’effet de l’émigration sur le village commence à se faire sentir. Dès lors les rapports sociaux changent, le village s’ouvre définitivement sur l’extérieur et les rapports de force traditionnels prennent d’autres formes.

2. Un village du Mont-Liban

  • 6 Samir Mazloum, Rôle de l’Institution paroissiale dans l’évolution d’un village libanais (Kaakour), (...)

13La fondation de Kaakour6, petit village libanais à une trentaine de kilomètres de Beyrouth, dans le Metn, à mi-chemin entre Baabdat et Mtaïn, remonte à 350 ans. Jusqu’en 1850, le territoire du village, qui s’étend sur 180 ha, de la crête de Dhour el-Chouaïr à la vallée de Jaamani, appartenait en totalité aux émirs Bellama installés à Salima. Dans la seconde moitié du siècle dernier, les émirs Bellama commencèrent à vendre la plupart de leurs propriétés. Une grande partie du domaine de Kaakour fut acheté par la famille Akl Chedid de Mtaïn. A partir du début du siècle, les villageois achetèrent les terrains sur lesquels ils travaillaient comme « associés » (chorakâ). Ainsi, peu à peu, ils devinrent propriétaires de leurs maisons et des parcelles de terre en les achetant à l’Evêché maronite de Chypre, aux émirs, aux Akl Chedid, aux Yazbek de Bikfaya. Ce processus se poursuit jusqu’aux années 1940. La période 1912-1920 fut des plus dures pour le village : de 1912 à 1914, les récoltes furent détruites par les sauterelles ; la guerre de 1914-18 aggrava la situation et obligea 75 % de la population à fuir vers le Hauran, en Syrie, où ils restèrent jusqu’en 1920 ; dix familles seulement purent rester au village et survivre. Village et cultures furent rétablis seulement à partir de 1920.

14Jusqu’en 1930, les villageois furent mobilisés par l’acquisition des terres qu’ils avaient travaillées depuis trois siècles. Dès le début du siècle, l’argent qu’envoyaient les rares émigrés était utilisé pour acheter un lopin de terre, du bétail ou rembourser une dette. Les habitants vivaient alors dans un système économique semi-fermé, où le troc des différentes denrées alimentaires se pratiquait à une large échelle, l’argent liquide étant rare.

15Après la seconde guerre mondiale, Kaakour a profité du « boom économique » libanais jusqu’en 1968. La plupart des jeunes actifs se lancèrent dans les travaux de construction. Tailleurs de pierres, maçons, entrepreneurs, les villageois participèrent aux nombreux chantiers des deux Metn, et du Caza d’Aley. Cette conjoncture permit au village d’entretenir et d’étendre la culture du pommier, et d’améliorer les conditions de vie à Kaakour.

16a. La population et les rapports sociaux. Trois familles se sont successivement installées à Kaakour : les Mazloum, les Abou-Antoun et les Achkar. La famille Mazloum, première installée, occupe tout le centre du village. Les Abou-Antoun sont plutôt installés à la périphérie, occupant les extrémités est, ouest et sud du village. Les Achkar sont dispersés, surtout parmi les Abou-Pantoun.

17Les rapports entre les trois familles ont toute une histoire. Le sentiment d’appartenance familiale, toujours très fort, a déterminé jusqu’à l’heure actuelle le comportement des individus. Les conflits, fréquents entre familles, se sont concentrés entre les Mazloum et les Abou-Antoun, les Achkar restant, de par leur nombre, moins concurrentiels à tous les niveaux. Les premiers (Mazloum) ont eu souvent recours à la force pour maintenir leur supériorité, quand ils sentaient leurs « privilèges d’ancienneté » menacés par le grand nombre des seconds (Abou-Antoun). La plupart des conflits tournaient autour du problème de la répartition de l’eau, et des terres, de celui des mariages et des partages de pouvoir. Dans ce jeu, les Achkar prenaient le plus souvent le parti des Abou-Antoun. Pourtant, ces problèmes étaient en général réglés par le biais du « conseil des sages », toujours présent dans le village. Ce sentiment d’appartenance familiale s’est beaucoup atténué ces dernières années (depuis 1970 surtout) avec la nouvelle génération, et pour des raisons simples : niveau d’éducation, ouverture sur l’extérieur, mariages multiples entre les différentes familles.

18b. L’histoire agricole. Comme toute la montagne libanaise, Kaakour a connu une époque (1895-1950) où la sériciculture était florissante. Le mûrier couvrait de larges superficies irriguées et non irriguées. L’élevage du ver à soie se pratiquait largement et avait entraîné la construction d’une filature, qui fonctionna de 1905 à 1950, avec une interruption pendant la Première Guerre mondiale. Durant toute cette période, la filature a joué un rôle essentiel dans l’économie du village. Elle donnait un emploi à plus de 70 personnes et assurait un marché à tous les cocons produits (Kaakour en produisait 4 000 et 5 000 kg par an), et d’autre part consommait une grande quantité de bois que l’on coupait dans les forêts voisines. A la même époque, et de façon complémentaire, l’une des ressources agricoles venait de la culture maraîchère, grâce à la source du village, gérée et partagée avec le village druze de Zaraoun, situé à 800 mètres de Kaakour, et de la production de pignons de pin. Après 1950, avec la chute du marché de la soie naturelle, les mûriers furent remplacés par les pommiers. Actuellement, l’activité agricole du village n’est plus qu’une activité secondaire (surtout depuis 1970), plus tournée vers les besoins de la famille et les jardins d’agrément que vers le marché.

19En fait, depuis le début du siècle l’histoire économique du village a connu cinq grandes périodes. La première, de 1912 à 1930, est précapitaliste féodale. Les émirs Billama sont toujours présents et propriétaires, avec les nouvelles familles de notables (Akl, Chédid et Lahoud). Les villageois vivent durement, et, à cela s’ajoute l’hémorragie de 1912-1920 : sauterelles, famine, guerre 1914-1918, migration vers le Hauran en Syrie. De 1930 à 1950, période de dépérissement du système féodal avec le rachat progressif des terres par les paysans, c’est le moment du parcellaire dans l’agriculture, de la gestion de la filature par les villageois et des premiers départs vers l’Argentine et le Mexique. Les maîtres-maçons et tailleurs de pierres sont là, mais leur importance est secondaire.

  • 7 La concurrence des libres synthétiques a ruiné rapidement l’élevage traditionnel du ver à soie au L (...)

20Entre 1950 et 1960, la situation socio-économique s’inverse. La manufacture ferme en 19527 et l’agriculture devient peu à peu une ressource secondaire. Cette décennie voit la fin de la période de « prospérité » de l’agriculture et de la sériciculture, malgré l’effort fourni sur les arbres fruitiers. Les maîtres-maçons et tailleurs de pierres se multiplient et le « marché » commence à leur être favorable. La quatrième période 1960-1970, ouvre le village au marché de la construction, à la fois au Liban (Beyrouth) et dans le Golfe (en particulier l’Arabie Saoudite). Un partage se fait, entre les villageois qui restent sur les chantiers libanais et ceux qui partent en Arabie.

21De 1970 à 1982, Kaakour connaît sa période saoudienne, dans la pierre de taille et la construction en général. Deux facteurs se conjuguent : « boom pétrolier » dans le Golfe, guerre au Liban. Le mouvement migratoire prend de l’ampleur et mobilise la plupart des actifs du village, en particulier de 1975 à 1978. Ainsi peut-on résumer schématiquement l’histoire du travail au village, lequel à chacune des périodes, s’est adapté en déployant sa force travail en fonction du contexte national et régional.

II. L’ACCES AU MARCHE DU TRAVAIL DANS LE GOLFE

1. Kfar-Rumman à Koweit

22Les villageois de Kfar-Rumman ont commencé à migrer vers le Koweit au début des années 1950. Parmi les premiers, certains d’entre eux étaient allés en Palestine avant 1948 pour y travailler comme chauffeurs ou cuisiniers dans l’armée anglaise. Traditionnellement plus tournée vers la Palestine que vers Beyrouth, la main-d’œuvre peu qualifiée du Sud-Liban a suivi les filières palestiniennes d’embauche au Koweit dès 1950.

23Dans le cas de Kfar-Rumman, la première vague migratoire, 1950-1960, représente 75 actifs, la seconde, 1960-70, 30 actifs et la troisième, 1970-80, 63 actifs. Sur un total de 168 migrants ou anciens migrants actifs entre 1950 et 1982, 125 sont encore à Koweit où ils vivent presque tous avec leurs familles. 43 sont d’anciens migrants, revenus au Liban, à Beyrouth et au village, ou partis en Arabie Saoudite et dans le Golfe, directement de Koweit ou après un séjour plus ou moins long au Liban.

24a. Transports et construction. Dans la répartition de la force de travail des 75 premiers migrants, deux secteurs d’activité dominent : transports et construction : 21 chauffeurs de camion ou de voiture particulière et 15 travailleurs dans le bâtiment et les travaux publics : entrepreneurs, maçons, charpente, béton. Cette période correspond au « boom » de la construction et des grands chantiers à Koweit. Les chauffeurs ont en général commencé chez quelqu’un d’autre, puis se sont installés à leur compte en achetant un camion (transport de sable, d’eau, de ciment, de produits alimentaires). Dans ce secteur l’entraide familiale est forte. Ainsi dans la famille D., Jamil Mohammed D., le frère aîné arrivé en 1955, embauché comme chauffeur chez un prince, a aidé ses deux frères pour l’achat d’un camion. Entre 1960 et 1980 cette filière s’est stabilisée et actuellement 23 familles en vivent. Les derniers arrivés, de 1965 à 1982, sont pour moitié salariés dans des sociétés de transport. Les anciens migrants chauffeurs, restés de 2 à 20 ans au Koweit ; travaillent encore dans les transports au Liban (taxis, camions) ; l’un deux, Jamil F., y est devenu secrétaire du syndicat des camionneurs.

25Dans le bâtiment, la première période est florissante. Manœuvres ou maçons du début, obtiennent vite des contrats (1960-62) et deviennent petits entrepreneurs. Sur les chantiers, il ne s’agit plus d’entraide familiale mais de travail en famille. Les trois frères Mohammed B. se lancent dans la « charpente-béton », et les trois frères Khalil S. créent une petite entreprise. Mohammad Hikmat A. réussit mieux que les autres et crée une entreprise plus importante, avec, à côté, un commerce d’import-export pour les matériaux de construction, où il place, comme dans l’entreprise, ses frères et plus tard ses enfants. Mais en 1970-72, le nombre des chantiers diminue, ce qui entraîne une reconversion pour les uns et un déplacement pour les autres. La reconversion se pratique peu sur place. Par contre, un nouveau mouvement migratoire apparaît, vers l’Arabie Saoudite, où les mêmes familles trouvent en 1974-75, grâce à leur contact, leur expérience et la période des grands chantiers en Arabie, un nouveau souffle. Le plus gros entrepreneur, Hikmat A., est l’un des premiers à partir du Koweit pour l’Arabie Saoudite (à Demman) en 1975, où il crée une nouvelle entreprise et coopte des membres de sa famille de la nouvelle génération, avec des jeunes du Koweit et du village. De son côté, Mustafa Mohammed B., spécialisé dans la charpente-béton fait de même, mais de Libye en Arabie Saoudite, en recrutant lui aussi dans la famille et à Kfar-Rumman pour les chantiers saoudiens. En gros, les « aînés », ceux de la première phase migratoire 1950-1960, ne sont plus à Koweit. Ils ont suivi le marché et la demande, avec leur acquis du départ (formation sur le tas, kafîl, expérience, compétence). En 1972, il ne reste que quatre familles dans le bâtiment, à Koweit et dans une même entreprise dirigée par deux frères, Ahmad et Yussef Hassan B.

26b. Plomberie et sanitaire. Toujours pour la première phase migratoire, deux secteurs d’activité proches des deux premiers intéressent les villageois : la plomberie et sanitaire (liés au chantiers) et la carrosserie- mécanique-auto et électricité (liés aux transports). Dans ces deux branches nous comptons dès le début respectivement 8 et 10 actifs. Plomberie et sanitaire commencent avec l’histoire de Muslim Mohammed D. et de sa famille. Arrivé en 1958, il commence comme plombier sur les chantiers avec son frère Salim. Au bout de 10 ans, grâce à l’appui de son kafîl, il crée une société d’import-export spécialisée dans le sanitaire ; il gère actuellement la plus grosse affaire des villageois sur la place de Koweit ; nous le retrouverons.

27c. Mécanique et carrosserie. Après le tabac, l’une des activités traditionnelles de Kfar-Rumman est la mécanique et la carrosserie. Au village ou à Nabatiyeh, Saïda et Beyrouth, de nombreux villageois salariés ou petits patrons travaillent dans des garages ou des stations-services. Tout naturellement la filière villageoise a pris son essor dans ce secteur : généralement installés à leur compte, souvent associés avec un frère, cousin, oncle ou quelqu’un du village, ces artisans se sont bien implantés, régulièrement jusqu’en 1982, mais sans « réussite » particulière. Le partage se fait de façon à peu près égale entre carrossiers, mécaniciens et propriétaires ou gérants de stations-services. A partir de 1960, quelques-uns (1) trouvent à s’employer comme mécaniciens à la mairie de Koweit, dans l’armée et dans une société pétrolière. Mais un seul a dépassé le stade artisanal : Ali Hassan C., arrivé en 1967, qui a créé quelques années après une station de lavage de voitures où il emploie 15 ouvriers. A partir de 1975, il se passe un peu la même chose que dans le bâtiment, mais le mouvement vers l’Arabie Saoudite est moins fort. Sur les 19 familles qui travaillent dans ce secteur quatre s’installent en Arabie avec 3 autres venues du village ; c’est l’époque des grands chantiers et la demande de ce type de qualification est forte. Sur l’ensemble de la période 1950-1982 à Koweit et dans les autres pays du Golfe, nous pouvons faire deux observations sur ce secteur et celui du bâtiment - Travaux Publics [B.T.B.J (tab. 1).

Tableau 1. Répartition des migrants de Kfar Rumma par secteur d’activité et lieux d’emploi

Tableau 1. Répartition des migrants de Kfar Rumma par secteur d’activité et lieux d’emploi
  • 1 M. Migrants. AM Anciens migrants.

Note *1

28Ces deux secteurs regroupent le plus grand nombre d’actifs migrants et anciens migrants confondus (48 pour la carrosserie, mécanique auto, électricité, et 47 pour le B.T.P). C’est dans ces deux branches qu’on trouve le plus d’anciens migrants (16 et 21). Ces anciens migrants sont pour une part revenus au Liban entre 1965 et 1973 où ils ont ouvert des garages et créé de petites entreprises de construction (en partie à Kfar-Rumman et à Nabatiyeh). Ils ont bénéficié de deux facteurs favorables au Liban à cette époque : une forte croissance économique et les conséquences positives de la migration au Liban-sud (retours d’argent, achats de terrains, de voitures, construction de maisons pour les familles). Les autres migrants ont quitté le Koweit, pour aller en Arabie Saoudite, en Irak et en Libye, à peu près à la même époque (1960-1980) et pour les mêmes raisons.

29Ces deux « filières » villageoises, ont pris une dimension régionale (Arabie, Irak, Libye, Abu Dhabi) à partir des années 1960 avec un retournement de situation pour le B.T.P. (6 actifs au Koweit actuellement, 19 en Arabie) et même tendance pour les garages (19 au Koweit et 14 dans le Golfe). Ce redéploiement régional de la main-d’œuvre du village, met en lumière la souplesse relative qui peut exister sur le marché libre de la force de travail, entre l’Arabie Saoudite et le Koweit par exemple et ne se vérifie que pour une catégorie bien particulière de migrants, libanais ou palestiniens le plus souvent, arabes dans tous les cas.

30d. Artisans en menuiserie et en décors intérieurs. L’un d’eux, Mohammed Jamil D. (30 ans) et son frère Hassan sont fils de migrant. Ils ont créé avec l’appui financier de leur père une petite entreprise de décors intérieurs que nous retrouverons. Il s’agit d’un exemple de migration familiale réussie sur trois générations : ils ont vécu à Koweit et se sont insérés facilement sur le marché du travail ; leur connaissance de la société koweitienne et du réseau villageois leur a donné un avantage et permis de monter une entreprise. De même la famille Mohammed B. où les quatre frères (de 17 à 27 ans), installés comme artisans vitriers depuis 1976 ont eux aussi grandi à Koweit, où leur père travaille comme entrepreneur en bâtiment.

31c. L’imprimerie et la presse. On retrouve les mêmes faits, migration longue, enfants de migrants, installation familiale, dans un secteur très particulier pour le village : l’imprimerie et la presse. Arrivé (l’un des premiers) en 1951, Ibrahim Mohammed A. (50 ans) travaille toujours comme contremaître dans une société de B.T.P. Ses trois enfants, Moh. Hus. et Shéh. (25, 20 et 18 ans) sont typographes dans le même journal, As-Siyassa ; l’aîné y a fait entrer les deux frères, et a aidé son cousin germain et un parent du village à entrer dans un autre journal, Al-Qabas.

32f. Autres professions. Ceux classés sous la rubrique : « Autres », (tableau de la répartition de la force de travail entre 1950 et 1982), salariés dans divers secteurs d’activités, différents de ceux que l’on peut appeler traditionnels au village : au total 35 actifs salariés actuellement au Koweit, et 6 anciens migrants revenus avant 1970. Ce qui caractérise cette rubrique, c’est la jeunesse et l’accès au tertiaire pour la nouvelle génération. Sur les 35 actifs, trois seulement ont plus de 35 ans. Le plus souvent ces jeunes viennent de familles vivant actuellement au Koweit ou y ayant vécu. Certains ont été salariés à Koweit dans le primaire et secondaire, puis sont allés se spécialiser au Liban, mais plus souvent dans les pays de l’Est (Union soviétique, Roumanie, Tchécoslovaquie, Bulgarie). Cette formation dans les pays de l’Est peut paraître curieuse, mais fait partie de la vie sociale du village de Kfar-Rumman et non de celle de sa communauté migrante à Koweit, pour deux raisons. La première tient à la forte implantation du Parti communiste libanais dans le village, la seconde au faible coût des études supérieures et aux bourses accordées par ces pays, par le canal du Parti communiste. Pour d’autres, la moitié, environ, la scolarité s’est partagée entre le Koweit et Kfar-Rumman sur 18 ou 20 ans (quelques années ici, quelques années là), en fonction des situations familiales (contraintes économiques) ou du choix des parents, ceux-ci préférant une scolarité au Liban plutôt qu’au Koweit. Il faut bien sûr nuancer, en tenant compte des « situations scolaires » dans le pays de départ et d’arrivée sur 30 ans : facilités, coût, textes régissant la scolarisation dans le pays d’arrivée aux différentes périodes. Nous avons donc des salariés dans le tertiaire, moyennement qualifiés, bénéficiant d’un réseau villageois bien implanté pour trouver un emploi. Ce sont les emplois administratifs qui dominent (15 actifs, célibataires, ou avec leurs familles lorsqu’ils sont mariés) ; ils sont dans les ministères (santé, justice et éducation), et dans de grosses sociétés, dont la banque et les cabinets d’avocats. Vient ensuite le groupe des dessinateurs (8 actifs) qui travaillent soit chez des architectes, soit dans de grosses sociétés (de transit, entre autres). Dans le commerce, huit personnes travaillent comme vendeurs ou responsables des ventes. Signalons encore deux techniciens, et l’entraîneur de l’équipe de football de l’hôtel Sheraton (sa sœur est mariée à un membre de l’équipe de football du Koweit (et est une fille de Khalil D., l’un des premiers venus au Koweit). Dans cette génération, cinq femmes participent à la vie active (secrétariat). L’une d’entre elles, Dalal Abdallah N. avocate au ministère de la Justice, a constamment vécu à Koweit et fait partie des familles, arrivées dans les années 1950, qui se sentent plus koweitiennes que libanaises. Ces jeunes prennent peu à peu la relève des premiers migrants, qui arrivent maintenant à l’âge de la retraite.

33g. Iron Factory. Il y a enfin l’histoire du fer, commencée avec l’un des premiers migrants, Abdallah Ali H. N., mort en 1978 ; migrant en Palestine entre 1942 et 1948, il est allé au Koweit en 1952 ; très vite il s’y installe dans la zone industrielle naissante, et ouvre un commerce de gros pour le ciment et le fer nécessaire aux charpentes. Au début, entre 1950 et 1960 il achetait et vendait du fer sur les chantiers ; à partir des années 1960, un marché nouveau est né ; une demande de plus en plus forte se manifeste sur le marché du fer ouvragé (villas, bâtiments publics). Née sur les chantiers, cette demande se concrétise par la création d’Iron Factory, entre 1960 et 1964, au profit de la filière villageoise. Relativement modeste entre 1960 et 1970, cette activité villageoise s’étend avec la montée de la demande sur le marché local. Actuellement, les migrants de Kfar-Rumman contrôlent environ 30 % du marché du fer à Koweit. Le reste revient à d’autres Libanais, des Palestiniens et quelques Egyptiens. Dans ce secteur d’activité, les stratégies familiales sont très fortes. Chacune de ces unités semi- industrielles est gérée par des frères, des cousins, des beaux-frères. Les ouvriers, recrutés sur le marché libre du travail, souvent à la journée, sont de nationalités différentes, mais arabes en général : Egyptiens, Syriens, Palestiniens, Iraniens, Turcs, quelques Tunisiens et Marocains, des Pakistanais. Entre 1950 et 1960, Abdallah Ali N. est le seul de la première génération de migrants à faire le commerce du fer. A partir de 1960 quatre enfants de migrants (entre 20 et 25 ans), ouvrent des ateliers de fer et emploient selon les chantiers de 5 à 25 ouvriers. Peu à peu ils se spécialisent : aluminium pour les immeubles de luxe, charpentes métalliques pour les hangars et usines (dans la zone industrielle), fer forgé ouvragé pour les villas de riches particuliers. Vers 1972, d’autres jeunes de la communauté migrante, très proches familialement, entrent dans ces petites entreprises et assurent l’encadrement et la surveillance des chantiers, apprenant sur le tas les tâches de contremaître. L’un des plus dynamiques, Abdallah Ali A.Z., n’est arrivé qu’en 1975, mais il a bénéficié largement de son alliance avec la famille N. : il est marié avec la fille du promoteur de la filière. Ce qui caractérise cette filière, c’est sa stabilité et la forte entraide familiale et villageoise. Il n’y a pas d’anciens migrants, et aucun déploiement régional. Le réseau villageois est fortement sollicité pour l’acheminement du matériel sur les chantiers par les chauffeurs de Kfar-Rumman, mais aussi par le recours aux dessinateurs de Kfar-Rumman pour le dessin des grilles ouvragées. Liées en aval aux chantiers, ces unités ont bénéficié souvent de contrats déjà passés par les entrepreneurs de Kfar-Rumman.

2. La filière

34L’accès au marché du travail s’est donc réalisé sur une période de trente ans, de 1950 à 1980. Ce qui est remarquable, sur cette longue période, c’est à la fois. L’unité, la stabilité et la diversité. L’unité s’exprime constamment par la forte solidarité des membres actifs de la communauté sur le marché du travail, à la fois sur le plan familial et villageois. Cette entraide se vérifie autant au début des années 1950 qu’en 1983, permanence qui a permis aux jeunes de la nouvelle génération de s’intégrer, même lorsqu’ils étaient non qualifiés. S’il y a concurrence, lorsque le secteur d’activité est le même, elle est loyale et l’emporte sur la logique d’appartenance à la communauté d’origine. La stabilité de la filière tient au caractère familial de la migration, à la durée et aux conditions particulières de la situation des migrants libanais chiites à Koweit. Très vite, les familles ont suivi les actifs et l’installation s’est faite dans deux quartiers de Koweit.

35Les relations professionnelles en ont été facilitées. La scolarisation des enfants au Koweit a accru le phénomène de stabilité. Les stratégies familiales, s’exprimant parfois par des mariages entre familles de migrants, ont aidé la communauté à se recomposer sur place, donc à se fixer, avec les avantages et les contraintes sociales que cela suppose. La durée a permis de tisser un réseau de relations professionnelles solides souvent fondées sur l’amitié, en particulier avec certains kafîl koweitiens. Les migrants de Kfar-Rumman sont chiites et la société koweitienne est également à dominante chiite, appartenance commune qui n’est pas étrangère à la bonne adaptation des villageois à Koweit, même si beaucoup d’entre eux sont du Parti communiste libanais.

36La diversité enfin, dans plusieurs secteurs d’activité économique, a donné un nouvel élan, tous les dix ans, aux nouveaux ou anciens migrants. La souplesse des migrants sur le marché du travail, et leur capacité à trouver le bon « créneau » au moment où il le fallait, a permis de renforcer l’unité et la stabilité de la filière villageoise. Les activités de chauffeurs, de la construction, des usines de fer, de la presse et plus tard de salariés diplômés, ont contribué à l’enrichissement de la filière, ouvrant dans différentes branches des possibilités de choix plus grandes. Cette communauté de 384 personnes dont 125 actifs est homogène et ce sur une longue période. C’est un petit Kfar-Rumman qui s’est reconstitué à son point d’arrivée, avec des similitudes et des différences. Il faut souligner, nous l’avons évoqué à propos des caractéristiques de la société d’origine et des conditions du départ, que le « profil » du village et la solidité des filières pour accéder au marché du travail à l’arrivée sont déterminants.

3. Kaakour en Arabie Saoudite

37Les villageois de Kaakour ont commencé à migrer vers l’Arabie Saoudite à partir de 1958. Trois familles ont ouvert la route entre 1958 et 1963. Le mouvement, lent au départ, se développe entre 1963 et 1973 et s’accélère avec le boom pétrolier de 1973, puis durant la guerre au Liban 1975-1978, pour se stabiliser entre 1979 et 1982, avec une tendance au retour sur la fin. A chacune de ces périodes, les situations ont évolué. Jusqu’en 1974, le système villageois a bien fonctionné. Avant cette date, la filière se met en place sans problèmes majeurs. Le marché du B.T.P. et de la pierre étant très favorable aux Libanais, ceux de Kaakour trouvent leur place à tous les postes de travail, et sont bien rémunérés. Après 1974, concurrencés par des Egyptiens, en particulier, et d’autres entreprises de taille de la pierre, ils perdent leur quasi-monopole sur le marché de la pierre. Un changement qualitatif s’opère : on passe d’une force de travail à majorité de maçons et tailleurs de pierre sur les différents chantiers et à de rares contremaîtres à une situation où l’encadrement, la création de petites entreprises, la gestion de petits chantiers, jouent un rôle majeur. Les villageois deviennent entrepreneurs, grâce à leur savoir faire, leur compétence dans le domaine de la pierre, et surtout l’aide que leur apportent les deux plus gros entrepreneurs du village, à l’origine de la filière (Nous retrouverons celle de Na., Ad. Elie et Najib A.A., à Riyadh).

38En 1978, avec l’arrivée des travailleurs asiatiques, les règles du jeu changent encore. Il faut s’imposer au niveau de la qualité du travail et du contrat, soit comme kaakouriens plus compétents que d’autres, soit comme gestionnaires d’une main-d’œuvre pouvant à de meilleures conditions, réaliser les mêmes choses mieux et plus vite. Paradoxalement, ces nouvelles exigences du marché, ont largement profité aux villageois de Kaakour. Il y a eu bien sûr une sélection, qui a elle-même entraîné des retours au village. Sur les 250 actifs de 1975, il n’en reste en 1982 que 80, mais la plupart sont des entrepreneurs.

39Cette filière villageoise est caractérisée par sa grande mobilité dans le temps, et la diversité des situations d’une période à l’autre. Le marché de la pierre étant homogène, les actifs du village en Arabie restent dans le même circuit et pratiquent souvent (dès le début, mais surtout depuis 1968), le va-et-vient entre le village de départ et le pays d’arrivée. Quelques-uns seulement, une trentaine environ, sont restés sans interruption depuis les années 1960. L’une des raisons de cette mobilité tient au fait qu’il ne s’agit pas d’une migration familiale, mais d’actifs célibataires ou mariés venus seuls : on compte seulement six familles du village en Arabie.

40Selon les périodes et l’importance des chantiers en Arabie Saoudite, le nombre de villageois de Kaakour a atteint un maximum de 250 personnes, à l’époque des grands chantiers entre 1975 et 1981. Durant cette période la « Rocks Factory » de Najib, Adib et Elie A.A. a beaucoup recruté dans le village. En 1976, l’usine avait six grands chantiers dans toute l’Arabie : Jeddah, Dammam, Taëf, Riyadh, La Mecque. C’est surtout à ce moment que beaucoup sont devenus petits entrepreneurs.

  • 8 Chaque kafîl saoudien dispose légalement d’un « stock » de 5 à 100 000 visas selon son importance. (...)
  • 9 Kaakour étant maronite, le recrutement les premières années était massivement chrétien. Après discu (...)
  • 10 L’accord fut facilité par le souci de valoriser des produits nationaux (pierre et marbre).
  • 11 Sur proposition de son kafîl, le gouvernement saoudien a décidé en 1974 que 40 % de la surface des (...)

41a. L’ouverture du marché de la pierre. L’histoire de la filière villageoise de Kaakour vers l’Arabie Saoudite est liée à celle de Najib A.A. et de ses frères. Elie A.A. (53 ans), le premier du village à partir en Arabie comme maçon, en 1958, resta un an seul à Riyadh, puis fit parvenir un visa à son frère Adib (43 ans). Pendant trois ans les deux frères (seuls du village à cette époque en Arabie) ont travaillé pour un kafîl, dans la construction, comme salariés ou à la tâche. En 1964, leur frère aîné, Najib, les rejoint. Avec leurs économies ils créent la petite usine Rocks Factory achetant leur deux premières machines à tailler les pierres. Les effectifs de cette première unité varient entre 10 et 50 employés, en fonction de contrats très incertains au début. Il leur fallait une main-d’œuvre sûre, souple et qualifiée : ils se sont tournés naturellement vers Kaakour pour recruter, et non vers le marché local, commençant à recruter une quinzaine de personnes dans la famille proche, cousins germains, oncles maternels et paternels. L’adaptation des nouveaux kaakouriens n’est pas toujours facile, et certains choisissent de repartir. Il faut alors élargir le recrutement à d’autres familles du village, et surtout à des jeunes, qui acceptent mieux les conditions de travail et la précarité de l’embauche soit un va-et-vient incessant entre l’Arabie et le village. Dès son arrivée en Arabie, Najib A.A., qui connaît bien le travail de la pierre et a le sens des affaires, est persuadé que ce marché vierge est le sien. Avant de partir du Liban, il avait réalisé, sous les ordres de l’architecte Riad Rizk, deux grands chantiers : la Régie, à Baabdat et l’Ecole des sœurs de Saint Elie, à Broumana. Il avait donc la compétence, l’ambition et une formidable volonté d’imposer la pierre de taille aux Saoudiens. Pour réaliser ses objectifs sur une grande échelle, il lui fallait un solide soutien saoudien, haut placé et qui partage ses projets. En 1965, il trouve son premier chantier important dans le palais du prince Mohammed ben Abdelaziz. La qualité du travail et la beauté de la pierre plaisent au prince. En 1966, Najib obtient le chantier du palais du Cheikh Ahmed Abed Wahab, chef du protocole royal. C’est le vrai départ de l’histoire de la pierre en Arabie Saoudite. Le travail remarquable réalisé dans le palais, avec de la pierre de Riyadh, non utilisée jusque là en Arabie Saoudite, séduit le prince Wahab qui trouve la pierre et le marbre de Riyadh plus beaux que les matériaux venus de Carrare ; il décide de les adopter pour tous les palais officiels en Arabie Saoudite, ce qui représentait 120.000m2 de surface à couvrir. Najib accepte, mais pose deux conditions. La première concerne le kafîl. Il veut un nouveau kafîl plus puissant, qui l’aide et le couvre le cas échéant. Ce sera le cheikh Abdelraham B.D., conseiller du ministre du Travail, l’émir ben-Abdelaziz,, membre influent du clan du père du roi Khaled. La deuxième condition n’est pas banale dans le contexte social et politique de l’Arabie Saoudite de 1968 : Najib demande à pouvoir disposer d’un stock de 200 à 250 visas8 lui permettant, selon la demande sur les chantiers de l’Etat, de recruter en dehors de l’Arabie Saoudite les ouvriers qualifiés pour le travail de la pierre, qu’ils soient arabes ou pas, musulmans ou pas musulmans9. Tout cela est accordé. Najib va à Kaakour recruter 60 tailleurs de pierre et maçons, qu’il place sur ses chantiers avec des manœuvres yéménites. Entre 1968 et 1975, il embauche 130 villageois, qui commencent à se mettre à leur compte à partir de 1974. En 1982, il ne reste que 8 villageois dans l’usine. En 1975, ce sont des Egyptiens qui remplacent les villageois, en particulier sur les chantiers de La Mecque et de Jeddah tous les ouvriers devant y être musulmans. A la fin de 1976, ce sont des Turcs qui remplacent les Libanais sur les chantiers de Riyadh. A partir de 1978, il recrute des Thaïlandais, Coréens, Pakistanais, Indiens et Soudanais. Sans Najib, cette filière villageoise n’aurait peut-être jamais existé. L’exemple montre bien que dans les années 1970, grâce à la rente pétrolière et au quadruplement du prix de pétrole en 1973, les conditions étaient très favorables à toute initiative dynamique dans le domaine de la construction10. Compte tenu du coût de ces chantiers, une telle initiative n’aurait pas été possible dans un pays non pétrolier. Il est évident que couvrir de marbre et de pierre de taille toute l’Université de Riyadh, 22.000 mètres carrés entre 1976 et 1981, n’est pas à la portée de tous les Etats. Najib a su, mieux que d’autres, profiter au bon moment des retombées de la rente pétrolière, dans le secteur de la construction11.

42b. L’extension de la filière. Deux autres familles ont joué un rôle important dans le développement du réseau villageois en Arabie. La première est celle de Sajir et Camille Yussef A.A. Arrivé en 1965, Camille, l’un des rares villageois à ne pas avoir travaillé chez Najib A.A. a, pendant deux ans, travaillé comme maçon sur les chantiers, puis a, grâce au « créneau » trouvé par Najib, créé avec son frère Sajir, qu’il fait venir de Kaakour, une « Rocks Factory » beaucoup moins importante que celle de Najib. Entre 1968 et 1982, ils ont recruté 21 ouvriers travaillant dans le village : cinq sont partis après 1978 pour rentrer au Liban, et 4 ne travaillent plus chez eux, mais sont restés en Arabie et réalisent de petits chantiers, des villas en général. En 1982, ils emploient 12 personnes du village, presque tous contremaîtres et dirigeant les Yéménites et les Egyptiens de l’entreprise. Le recrutement est ici aussi très familial ; ils sont tous frères, cousins ou père et fils. Comme Najib, Sajir et Camille ont pu recruter directement dans le village, mais pour des raisons différentes. Jusqu’en 1973, ils avaient un kafîl d’origine libanaise, qui leur donnait toute liberté pour une trentaine de visas ; en 1973 ils ont bénéficié d’un texte qui n’a été appliqué qu’une année et donnait le droit aux étrangers, selon certaines conditions, de s’inscrire à leur nom sur le registre du commerce. Ils sont devenus ainsi leur propre kafîl ; cette situation, qui était un avantage jusqu’en 1978, est devenue maintenant un handicap. Ils sont en effet beaucoup plus étroitement surveillés que les autres. De plus, la concurrence, loyale mais défavorable pour eux, avec Najib n’a pas arrangé les choses. Leur désir de retour au Liban est fort. Ils ont le projet d’une Rocks Factory à Beyrouth-Est, dans laquelle ils emploieraient les villageois ayant travaillé en Arabie. Najib a le même projet, mais avec plus de moyens financiers et la bataille sur le marché libanais s’annonce rude...

43Avec la deuxième famille qui a aidé la filière à se développer, surtout dans la dernière phase, celle de Elie, Farid et Emile A.A., c’est la nouvelle génération : ils ont entre 30 et 35 ans et sont plus qualifiés dans le domaine de la gestion que leurs aînés. Farid et Emile sont arrivés en 1968 et 1970 à Riyadh où ils ont travaillé chez Najib durant 9 ans. En 1977, leur frère Elie, arrivé en 1975, leur propose de créer une « Rocks Factory » qui serait intégrée dans une grande compagnie de construction, la Compagnie Assib. Les trois frères s’associent et créent dans cette compagnie une branche pour la pierre. Depuis 1977, 40 villageois ont travaillé ou travaillent pour la Cie Assib. Vingt-huit d’entre eux ne travaillent pas la pierre, mais sont employés dans le secteur de la construction, comme maçons pour la plupart, plombiers (trois) et charpentiers (trois). Pour le travail de la pierre, il y a actuellement 12 personnes chez Elie A.A. Cette nouvelle génération d’entrepreneurs se distingue de la précédente. Partis plus tard, dans les années 1970, leur objectif était de rester cinq ou six ans, pour revenir ensuite au Liban ; la guerre au Liban les a contraints à reculer l’échéance. Associés en Arabie pour un temps donné, les trois frère Farid, Emile et Elie, n’ont pas de projet commun de retour, ce qui est le cas pour les deux autres entreprises. Dans leur entreprise de Riyadh, la répartition des tâches est équilibrée, et il n’y a pas de conflits particuliers : Farid est directeur et trouve les contrats sur le marché, Emile supervise l’unité de production et Elie assume les fonctions de comptable. En revanche, leurs projets de retour sont différents : Farid projette de créer au Liban un musée de peinture et sculpture ; Elie désire monter un élevage de veaux et relancer l’agriculture sous serre à Kaakour, un projet sérieux, chiffré et précis dans le temps. Ainsi, cette alliance familiale est elle temporaire ; c’est l’une des caractéristiques de la filière, sur la dernière période.

  • 12 La situation géographique du village, son voisinage avec un village druze et la politique de neutra (...)
  • 13 Leur beau-frère Elie A., arménien originaire de Beyrouth, est actuellement bijoutier en Arabie Saou (...)
  • 14 Sans l’accord de Najib A. A., ils pourraient difficilement pratiquer ce système de déplacements per (...)
  • 15 Depuis 1979, il est beaucoup plus difficile d’obtenir un permis de travail pour l’Arabie Saoudite. (...)

44En fait, cette vague migratoire entre 1975 et 1982, est autant liée à la guerre du Liban qu’à la période des grands chantiers en Arabie Saoudite. Le recrutement massif à l’échelle du village, de 250 actifs sur une population totale estimée à 1.400 personnes, spécialistes ou non spécialistes de la pierre, pour les chantiers saoudiens a été facilité par le déclin des activités du bâtiment à Beyrouth. De plus, chez les migrants de cette période beaucoup de jeunes célibataires ont interrompu des études (lycée, école technique ou faculté) à cause de la guerre12. Cette migration « forcée » a touché également des actifs du tertiaire qui n’avaient jamais travaillé dans la pierre ou le bâtiment. Le cas d’Adel M. est exemplaire à cet égard. Neveu du père Samir M., Adel. instituteur primaire chez les sœurs du Rosaire, part à Riyadh en 1977 à cause de la guerre, avec l’aide d’un ami du village, Abdou A.A. Pendant 50 jours, il travaille comme manœuvre sur les chantiers puis considère qu’il en sait assez pour devenir contremaître. Il sort alors de la filière villageoise et trouve un kafîl saoudien, Farouk M., qui lui confie plusieurs chantiers et le charge par ailleurs de la gestion d’immeubles lui appartenant. En 30 mois, Abdel M., à raison de 15 heures de travail par jour, amasse un capital de 540.000 L.L. soit 18.000 L.L. par mois. (Resté à Kaakour comme institueur à 800 L.L. par mois, il aurait perçu pendant la même période 24.000 L.L., soit un peu plus d’un mois d’économies en Arabie). Dans ces conditions, il est évident que ses projets de retour ne sont pas immédiats et surtout pas dans l’enseignement. Il a su profiter de sa formation d’instituteur, pour devenir l’un des entrepreneurs dynamiques de Kaakour à Riyadh, alors que rien au départ dans son itinéraire ne devait l’amener à émigrer. Ce cas de migration individuelle réussie à l’arrivée, dans des circonstances particulières au point de départ, reste isolé. Les cas les plus fréquents, sont plutôt comparables à la situation d’Abdou A.A. et de ses deux fils, Samir et Farid : parti en 1975, Abdou, maçon, travaille alternativement chez Najib et chez Camille, tout en revenant régulièrement à Kaakour faire des petits travaux de maçonnerie ; il ne s’adapte pas, trouve qu’il ne gagne pas assez d’argent, rentre au village en 1977 et travaille au coup par coup jusqu’en 1982. Ses deux fils, coiffeurs pour hommes et pour dames au village jusqu’en 1978, sont obligés aussi de partir à cause de la guerre. Ils sont à Riyadh, l’un chez Camille, l’autre à son compte. Ayant les mêmes problèmes d’adaptation que leur père, ils ont un projet familial précis né avec la guerre : ils ne seront plus coiffeurs mais petits entrepreneurs, à Kaakour et dans la région de Baabdat. Ce profil de migration familiale est fréquent à partir de 1975 mais avec plus de réussite et d’économies pour les projets de retour. C’est le cas, parmi d’autres, des quatre frères, William, Eyam, Maurice et Joseph A.A. et de leur beau frère Elie13, partis eux aussi en 1975. Recrutés par Najib, ils travaillent sur trois de ses grands chantiers : Riyadh, Taëf et Djeddah. Depuis 1977, ils pratiquent, comme beaucoup d’autres pour cette période, le va-et-vient systématique entre l’Arabie et le Liban : les quatre frères passent six mois en Arabie, six au village14. Ils ont trois bonnes raisons pour le faire : la première tient au permis de séjour en Arabie Saoudite, ils ne peuvent en effet rester plus de six mois hors d’Arabie, s’il veulent y conserver le droit au travail15 ; la seconde est familiale ; tous jeunes mariés avec des enfants, ils laissent leur famille à Kaakour ; la troisième est à la fois économique et dépendante de la situation au Liban : avant 1975, William, son père Assaad, et deux de ses frères avaient une petite unité artisanale de taille de pierres et travaillaient sur les nombreux chantiers de Baabdat, Broumana (construction de chalets, restaurants, etc.) que la guerre a fermé... Pendant deux ans, pas question de chantiers au Liban ; mais en 1977, l’espoir revient, et, de nouveaux chantiers leur sont proposés ; un partage dans les tâches familiales est décidé ; à tour de rôle, deux des frères, assurent la bonne marche de l’entreprise familiale avec leur père au village. Mais cela ne suffit pas pour assurer les besoins de la famille et, surtout, ne permet pas de bénéfices suffisants pour acheter de nouvelles machines, sans réaliser de plus gros chantiers. Alors, l’Arabie Saoudite y pourvoiera ! En 1982, le résultat de cette démarche économique est positif sur le plan familial. Si la situation libanaise le permet, ce n’est pas une « entreprise moderne » qui naîtra, mais deux. Ce sera bien sûr, une usine de pierres avec l’achat d’une machine à scier les pierres d’un montant d’un million de livres libanaises sur un terrain de 5.000m2 à 200 L.L. le mètre. L’expérience saoudienne chez Najib A.A., où l’usine est entièrement mécanisée, a joué un rôle déterminant dans le choix de l’achat d’une machine coûtant ce prix. La seconde usine, sera une usine de meubles, avec six machines différentes et l’emplacement prévu au village sur un terrain familial. Ces projets de retour presque accomplis montrent que cette stratégie migratoire sur la dernière période est spécifique et originale. Spécifique, car sans la guerre l’extension de la migration n’aurait pas eu lieu, malgré la forte demande avec les grands chantiers saoudiens. Originale, par son adaptation aux circonstances au point de départ, mais aussi à l’arrivée.

45Ces quelques exemples montrent à quel point l’histoire d’une filière migratoire dans un village est soumise à plusieurs facteurs, plus souvent liés aux « hommes », face aux « circonstances » qu’aux différents marchés du travail quel que soit le lieu.

III. LE RESEAU VILLAGEOIS ET SON EVOLUTION

1. Les entreprises

46Dans les deux cas villageois étudiés, le réseau migratoire s’est mis lentement en place. Il faut attendre la fin des années 1960, pour que les villageois de Kfar-Rumman et de Kaakour dépassent le stade artisanal et créent de petites entreprises. Que ce soit en Arabie Saoudite ou au Koweit, c’est grâce aux relations d’amitié et de confiance avec le kafîl, que des créations d’entreprises ont pu se réaliser. Des entreprises exemplaires les plus intéressantes, nous avons retenu pour Kaakour deux entreprises de tailleurs de pierres : celle de Najib A. A., la plus grosse, et celle d’Elie A. A., plus petite, plus récente et intégrée en association avec une grosse compagnie (Cie Assib) ; ce sont deux associations entre trois frères.

47Pour Kfar-Rumman, les secteurs d’activités étant diversifiés nous présentons quatre cas représentatifs. Il s’agit d’une usine de fer (Iron Factory) créée par Abdallah Ali A. Z., d’une entreprise de décors- intérieurs avec Mohammed Jamil D., d’un grossiste en sanitaire,

48Muslim D. et enfin d’une agence d’import-export montée par Abdallah C.

49Pour chacune de ces entreprises, nous verrons les conditions de création et d’association, la force de travail, le marché sur lequel elles interviennent, l’importance du réseau villageois pour leurs activités et les stratégies familiales qui se sont développées au moment de la création, ou plus tard.

2. Kfar-Rumman à Koweit

50a. Iron Factory. Dirigée par Abdallah Ali A. Z., 23 ans, cette unité a été créée en février 1979. Abdallah est arrivé en 1975 au Koweit, son visa obtenu grâce à la filière villageoise. Au début, il travaille chez Jamil G., un enfant de migrant, qui avait déjà son usine de fer. Entre 1977 et 1979, il est artisan à son compte et trouve des petits contrats sur les chantiers. Il tente une association avec Mahmoud Mohsen Q., sans succès. En créant son entreprise il avait trois atouts importants : sa formation, son mariage, ses relations avec les kafîl. Titulaire d’un brevet technique secondaire, il s’était spécialisé dans la ferronnerie d’art : il est le seul à savoir cette formation dans le village. De plus, il s’est marié avec Ferial Abdallah N., née au Koweit et fille du promoteur de la filière du fer. L’usine fabrique et pose sur les chantiers du fer forgé ouvragé (villas), de l’aluminium (immeubles) et des charpentes métalliques (usines, hangars).

51Pour commencer il fut aidé par un kafîl koweitien d’origine bédouine pour qui il avait fait les magnifiques grilles en fer forgé de sa villa particulière (1). De solides relations d’amitié et de confiance s’établissent. Le kafîl, Ali S., lui propose une association, préférant un prêt personnel à sa garantie pour un prêt bancaire. Ce choix relève à la fois des relations de confiance et du désir de promouvoir officieusement une entreprise ou un secteur d’activité. Le capital de départ est de 16 000 Dinars koweitiens (DK) (alors 256 000 livres libanaises). Ali S. participe pour 10 000 DK (160 000 L.L.) et Abdallah A.Z. met toutes ses économies 6 000 DK (96 000 L.L.) plus la totalité du matériel dont il disposait. Ils estiment en gros, qu’ils ont apporté le même capital chacun ; il est entendu qu’ils partagent les bénéfices (45 % pour le kafîl). Jusqu’en 1982, le kafîl n’a pas touché à ses bénéfices, car d’un accord tacite ils ont été réinvestis, cas fréquent au Koweit.

52Une entreprise étrangère n’ayant pas d’existence légale au Koweit, elle ne peut apparaître que sous le nom d’un kafîl dont elle dépend entièrement pour toutes relations avec les autorités (c’est le cas entre Abdallah A.Z. et Ali S. (le kafîl), mais aucun texte ne régit les relations entre entrepreneur et kafîl, si ce n’est que le kafîl est le premier responsable vis-à-vis de l’Etat. Le contrat est donc entièrement et uniquement oral et l’étranger est à la merci du Koweitien qui accepte de le couvrir. Dans cette situation, les conditions dans lesquelles le premier contact a été établi, le type d’introduction dont l’étranger bénéficie, le degré de confiance entre les deux partenaires compte énormément, comme l’illustre le cas de cette norme.

53L’entreprise compte 17 ouvriers en période de pointe. En y comptant Abdallah A.Z., elle emploie 4 villageois de Kfar-Rumman, un Tunisien, un Syrien, un Turc, 3 Pakistanais et 7 Iraniens.

54Les quatre ouvriers de Kfar-Rumman sont tous jeunes (18 à 26 ans) et liés, d’une manière ou d’une autre, aux familles de Kfar-Rumman vivant au Koweit. Les deux frères Abdallah et Mahmoud Ali A. Z. sont mariés avec les deux filles d’Abdallah Ali N. (promoteur de la filière). Abdallah Jamil A. Z. est le fils de l’un des premiers migrants (Jamil A. Z., chauffeur chez le prince). Ali Abdel Karim M., est marié avec la fille d’un vieux migrant, Abdellatif A.Z. (chauffeur à son compte). Ils assurent l’encadrement sur les chantiers, même le dernier arrivé qui est sans qualification et se forme sur le tas. Leurs salaires sont respectivement de 130 DK, 250 DK et 300 DK (soit 2.080 L.L., 4.000 L.L., 4.800 L.L.), ce qui représente de gros salaires pour des jeunes.

55Le Tunisien travaille à la tâche. Avec Abdallah A. Z., c’est le spécialiste du fer forgé ouvragé. Il gagne en moyenne 400 DK par mois (soit 6.400 L.L.). Pour les travaux délicats, il travaille parfois chez Jamil G., dans l’autre grosse unité de fer des villageois. Pour sa carte de résidence, il a payé 600 DK (soit 9.600 L.L.) et est enregistré comme chauffeur particulier d’une famille (encore un exemple de la souplesse du système des kafîl à Koweit) ; il a parcouru le monde arabe et travaillé en Libye, Irak et Tunisie ; il a le profil d’un « compagnon » du Moyen-Age, promenant son métier de forgeron d’art.

  • 16 Sur un chantier, un Syrien est parti, alors qu’il y avait beaucoup de travail. Du coup Abdallah a é (...)

56Le Syrien et le Turc sont soudeurs à l’usine. Leur salaire est de 200 DK (3 200 L.L.). Leur kafîl est le même que celui de l’usine. Les trois Pakistanais ont été embauchés sur le marché libre en janvier 1981 et Abdallah A. Z. ne sait pas qui est leur kajîl. Ils travaillent l’aluminium et les charpentes métalliques. Leur salaire va de 125 à 200 DK (2.000 et 3.200 L.L.). Les sept Iraniens réalisent des contrats de chantiers et travaillent en moyenne six mois de l’année pour Abdallah. L’un des sept Iraniens est le chef du groupe : petit entrepreneur spécialisé dans la charpente métallique, il amène ses ouvriers et fixe avec Abdallah, au coup par coup, les conditions de réalisation du chantier. Tous les salaires sont à la journée, en fonction du travail. Il n’y a aucun contrat avec les ouvriers ; c’est la même chose dans les autres unités de fer. Abdallah peut dire à ses ouvriers de partir du jour au lendemain16.

57Pour l’aluminium, l’usine a deux chantiers (au moment de l’enquête, en mai 1982) où travaillent les trois Pakistanais encadrés par Jamil A. Z. et deux chantiers pour le fer (charpentes métalliques et fer forgé) avec des Iraniens, sous le contrôle des Libanais de Kfar- Rumman.

58Le plus gros chantier de l’usine fut une charpente métallique pour une usine, contrat de 60.000 DK. En fait, les contrats sont très différents. Pour le fer forgé par exemple, les contrats vont de 450 DK. à 11.000 DK. Dans le premier cas c’est une porte et le chantier dure une semaine ; dans le second c’est une villa et cela prend un mois. Pour l’ensemble des contrats, les prix sont fixés au départ, mais peuvent être modifiés avant la fin du travail. Souvent le profit est énorme, jusqu’à 900 % de bénéfice net. D’une manière générale sur le marché du fer à Koweit, les contrats se traitent à n’importe quel prix : parfois, les clients connaissent le marché et l’entrepreneur ne peut pas « tricher » ; dans d’autres cas, les clients ne sont pas au courant, l’entrepreneur propose alors n’importe quel devis et il est accepté ; parfois enfin, l’entrepreneur réalise le chantier sans devis et présente la facture à la fin, mais gonflée.

59Mais en dehors de ces activités se développe un marché secondaire des matériaux : à la fin d’un chantier, il reste souvent du fer en surplus, d’autant que les devis sont gonflés. L’entrepreneur vend alors ce fer à bas prix. Abdallah A. Z., est l’un de ceux qui achètent ce fer pour le vendre au Liban avec une grosse marge bénéficiaire. Les chauffeurs de camions qui assurent le transport de ce fer, du Koweit jusqu’au Liban sont de Kfar-Rumman : Abdallah leur fait entièrement confiance, et ne prendrait pas d’autres chauffeurs. Les camions transitent par l’Arabie Saoudite, la Jordanie, la Syrie : parcours long, frontières nombreuses, démarches administratives... On comprend, dans ce cas, combien le réseau villageois est précieux pour Abdallah, qui a d’ailleurs pu pénétrer ce marché grâce à des chauffeurs de Kfar-Rumman, de la première génération de migrants, qui faisaient ce transport pour d’autres entrepreneurs libanais. Abdallah est également associé avec Ali Abdallah N., son beau-frère. Leur association porte sur les stocks et la vente en gros de fer. Les deux kafîl sont évidemment concernés au plan juridique, mais ils ont toute liberté d’action. Cette activité commerciale permet à l’usine d’Abdallah d’avoir des prix de gros pour les chantiers et de contrôler la concurrence sur le marché, Ali Abdallah N. étant le plus gros importateur dans ce secteur.

60Dans un avenir proche, Abdallah A. Z. entrepreneur dynamique, désire arrêter l’usine et grossir son association de vente en gros avec Ali N. Le profit qu’il réalise actuellement avec l’unité industrielle est bien plus important que dans la section commerciale, mais le temps de travail et la présence qu’exige l’usine ne conviennent pas à son désir de vivre mieux, en gagnant moins d’argent.

61b. Une entreprise spécialisée dans les décors intérieurs et les papiers peints. Cette petite entreprise créée en 1972 est représentative de l’histoire de Kfar-Rumman à Koweit. Les deux frères Mohammed et Hassan Jamil D., 33 et 30 ans, sont au Koweit depuis leur naissance. Leur père a « pris racine » comme chauffeur chez un prince et supervise maintenant le parc auto de la ville de Koweit ; cette stabilité lui a permis d’aider d’abord ses frères pour l’achat d’un camion, puis ses enfants pour cette entreprise.

62Au moment de la création, Mohammed, l’ainé, a apporté la moitié du capital et leur kafîl l’autre moitié. Ils sont convenus verbalement que le kafîl prend un tiers des bénéfices chaque année. Comme dans l’usine de fer, l’entente avec le kafîl est verbale et le nom des Libanais n’apparaît pas sur le registre du commerce. S’il y a conflit grave, l’étranger ne peut pas prouver sa participation au capital. Ce kafîl est lieutenant dans l’armée de l’air et la législation koweitienne ne lui permet pas de cumuler la fonction de lieutenant avec celle de « kafîl entrepreneur » ; l’association est donc au nom de son fils, âgé de 2 ans et de sa femme.

63Travaillent en permanence dans l’entreprise, les deux frères D. et trois Palestiniens qu’ils ont connu à l’école à Koweit. Ici encore l’histoire migratoire de Kfar-Rumman recoupe en partie l’histoire de la Palestine. Le père, Jamil Mohammed D., avait travaillé en Palestine avant 1948 et a conservé de bons amis palestiniens. Lorsque le chantier est plus gros, ils embauchent sur le marché libre des Palestiniens, des Libanais, des Iraniens et des Syriens, pour la durée du chantier ; cela représente 5 à 20 ouvriers. Tous les chantiers sont différents et trouvés de deux façons : soit par relations — et dans cette entreprise elles comptent — soit par le démarchage, qui est facilité par leur connaissance de la société koweitienne. Le chantier sur lequel l’entreprise travaillait au moment de l’enquête, en mai 1982, se trouvait dans le palais d’un prince, où ils posaient de faux plafonds. Ils avaient obtenu ce chantier avec l’aide d’un ami palestinien. Sur ce contrat qui durait 15 jours, le bénéfice net était de 400 DK. Sur l’ensemble de l’année, ils ont quelques périodes creuses, mais savent en général un mois à l’avance quel sera le prochain chantier. S’ils ne peuvent répondre à la demande, ils s’arrangent pour proposer les chantiers à des amis libanais ou palestiniens. Mohammed Jamil D. considère qu’en 1982 « il est devenu patron » car « il ne travaille plus de ses mains » depuis un an et s’occupe uniquement de la bonne marche de l’entreprise.

64c. L’entreprise de matériel sanitaire. Deux frères, Muslim et Salim M. D. dirigent en 1982, la plus grosse entreprise créée par les villageois de Kfar-Rumman à Koweit. Leur histoire, plus que les autres peut-être, est intimement liée au village et à la communauté à Koweit. C’est l’exemple d’une migration réussie grâce à la stabilité et surtout à la forte personnalité de Muslim D., le frère aîné, 40 ans. Après avoir travaillé plus de dix ans (1958-1968), comme plombier à son compte sur différents chantiers, il ouvre avec son frère Salim un magasin de vente en gros et au détail de matériel sanitaire ; jusqu’en 1977, ce n’est qu’une petite affaire.

65L’entreprise commerciale est crée en juillet 1977 avec 300.000 DK au départ. Ils ont deux associés koweitiens : Ibrahim K., d’origine iranienne, un gros homme d’affaires dynamique et compétent, et Abdelrahman G., secrétaire général au ministère des transports, qui met le nom de son fils de 12 ans sur les papiers, ne pouvant être fonctionnaire et kafîl. En 1982, le capital est de 2 millions de DK grâce aux réinvestissements systématiques des bénéfices. Les associés koweitiens ont 65 %, Muslim et Salim 35 %.

66Avant 1977, les deux frères avaient une carte de résidence au nom d’un autre kafîl. Au début de 1977, ils ont fait la connaissance de leur associé koweitien grâce à des chantiers. Ibrahim K. a joué un grand rôle et leur a amené beaucoup de clients : exemple de l’importance du kafîl dans la « réussite » ou l’échec d’une famille de migrants. La gestion financière de l’entreprise est très familiale : tout est en commun, ils partagent tout et prennent indifféremment ce dont ils ont besoin, sur le compte en banque (voyages, maisons, investissements). Salim et Muslim partagent également les bénéfices. Leur plus jeune frère, Hassan D., 17 ans, qui travaille chez eux, ne touche pas encore de bénéfices, mais ils l’aident beaucoup. Salim est le financier et l’administrateur de l’affaire. Muslim s’occupe beaucoup des relations extérieures. Mais le partage des tâches reste souple. Leur entreprise fait partie d’un groupe beaucoup plus important, qui a plusieurs activités : plusieurs agences de dédouanement de marchandises, des entreprises de construction, des agences de transactions foncières et boursières, des magasins de vente en gros de matériel sanitaire.

67Leur kafîl, Ibrahim K. très riche, bien introduit sur le plan politique, est un ami du frère de l’émir Sabah, position sociale qui a permis de soutenir efficacement une action collective du village de Kfar-Rumman et de la section du Parti communiste de Nabatiyeh auprès des migrants de Kfar-Rumman au Koweit. Il s’agissait de réunir des fonds pour la construction d’un hôpital à Nabatiyeh. Très solidaires, tous les migrants ont participé, chacun selon ses moyens. Les deux frères D. ont persuadé leur kafîl de les appuyer auprès du gouvernement ; son appui a eu pour résultat une importante participation du gouvernement koweitien, du frère de l’émir, et d’Ibrahim K. lui-même. Ces gestes sont politiques, Nabatiyeh étant sur la « ligne de front », face à Israël, et la région étant à dominante chiite. Pourtant sans l’appui de ce kafîl, cette participation financière n’était pas acquise : bon exemple des conséquences plus larges que peuvent avoir des relations d’amitié avec son kafîl, mais aussi de l’énorme pouvoir politique, économique et financier de cette société des grands kafîls.

  • 17 Notre travail sur le terrain, nous a amenés à nous poser la question des comptables, dans presque t (...)

68L’entreprise emploie 32 personnes au total : 25 à l’entrepôt, 7 au magasin. Dans le magasin, la répartition par nationalité est la suivante : un Egyptien, un Yéménite, un Pakistanais, trois Libanais et un Palestinien. A chaque nationalité sa tâche : l’Egyptien est comptable17, le Yéménite coursier, le Pakistanais fait le café. Les Libanais et le Palestinien s’occupent de la vente, soit au magasin soit à l’extérieur. Le directeur des ventes, originaire de Khyam, village proche de Kfar-Rumman, est le mari de la sœur de la femme de Salim D.. Les deux vendeurs libanais sont eux aussi originaires du Liban-Sud, Khyam et Habbouche. Nous avons souvent rencontré cette entraide entre migrants du Liban-Sud dans les entreprises des gens de Kfar-Rumman à Koweit. L’appartenance confessionnelle et politique, le « cousinage » par le mariage et les alliances familiales, sont des atouts pour l’embauche et la cooptation.

69Le Palestinien joue un rôle « particulier » en tant que « vendeur ». La diaspora palestinienne au Koweit, bien implantée dans les ministères ou les organismes publics, permet, dans des cas comme celui-ci, d’obtenir des marchés grâce à la solidarité communautaire et l’amitié. Mais il ne s’agit pas ici d’exploiter la force de travail palestinienne dans le seul but de vendre, mais de mettre honnêtement « sur le métier » un fond social commun. Ce Palestinien est d’ailleurs un ami intime de la famille D.

70A l’entrepôt, quatre Libanais, trois Syriens, dix-huit Egyptiens, un Baloutch et un Indien. Les Libanais sont tous de Kfar-Rumman. Le responsable de l’entrepôt, Ali Abdel Halim C. est lié à la famille D. : c’est le mari de la sœur de Salim. Vient ensuite le jeune frère Hassan D., 17 ans, et son cousin germain Mohammed Ali C., même âge. Ahmed S., fils de vieux migrant, assure avec trois autres le contrôle des stocks dans l’entrepôt. Salim D. a souligné l’importance de leur rôle dans la bonne marche de l’entreprise : entrées et sorties en bon état du matériel importé et responsabilité particulière lorsqu’un accident survient. Confiance, cooptation et entraide familiale jouent ici un rôle très important. La meilleure preuve de ce jeu social est l’embauche d’Ali Abdel Halim C., 45 ans, responsable de l’entrepôt. Beau-frère des deux « patrons » avant de travailler chez eux, ils sont allés jusqu’à racheter son camion, quand cela marchait mal pour lui et mieux chez D.. Le contrat d’embauche, n’est plus de l’ordre du marché du travail, mais une histoire familiale et villageoise qui se traduit ici par un contrat de confiance très précis de surveillance du capital.

71Les Syriens sont chauffeurs, les Egyptiens manutentionnaires, le Baloutch et l’Indien gardiens. En 1981, tous les manutentionnaires étaient Baloutchs. La substitution ne s’est pas faite sans conflit, les Baloutchs n’admettant pas qu’ils travaillaient moins bien que les Egyptiens. La question de la qualité du travail par nationalité revient constamment dans les enquêtes ; les entreprises se sont trouvées entre 1972 et 1978 dans une période de tâtonnement ; maintenant, « c’est plus clair ».

72Les salaires sont fonction des nationalités surtout et très peu du poste de travail. Il y a huit nationalités représentées. Les sept Libanais et les deux Palestiniens ont un salaire supérieur à 200 DK jusqu’à 400 DK. Les Syriens ont entre 200 DK et 300 DK. Les Egyptiens et le Yéménite se situent entre 100 DK et 200 DK. Le Pakistanais, l’Indien et le Baloutch n’arrivent pas à 100 DK. Nationalité, famille et village comptent donc beaucoup dans le couple classique travail/qualification. Le plus jeune frère des D., Hassan perçoit un salaire de 200 DK sans qualification et sans profil de carrière. Le coursier yéménite se trouve lui aussi, pour d’autres raisons, dans une situation de rémunération qui ne correspond pas à ce qu’il fait et à celle des autres nationalités pour le même travail (Baloutch, Indien et Pakistanais). Une chose est certaine, chacun « reçoit son dû », et, les conflits lorsqu’il y en a, se développent par « groupes nationaux » (ou ethnies) mais n’arrivent jamais à dépasser ce cadre. Cette situation stabilise bien sûr l’embauche au niveau du contrat de départ et réduit les conflits de travail à leur plus simple expression.

  • 18 Compter à cette époque 16 livres libanaises pour 1 DK.

73Salim D., le financier de l’entreprise explique que dans ce secteur les profits sont inversement proportionnels à la quantité vendue. Il donne deux exemples. Au début de l’année 1982, il réalise une vente de 100.000 DK ; sur ce contrat, le profit brut est de 45.000 DK. Une fois les frais divers réglés, le bénéfice net est de 25.000 DK soit 25 % du montant total ; par contre, pour l’exercice 1981 (première année où ils ont ouvert le grand magasin au centre de Koweit), le chiffre d’affaires de l’année était de 919.000 DK soit, après les frais, 180.000 DK de bénéfice net soit 19,5 % du montant total. Les frais s’élèvent en moyenne à 22.000 DK par mois (salaires et loyer du magasin), qui est de 54.000 DK par an. Leur stock est actuellement de 1.865.000 DK. Les factures peuvent aller de 1 à 100.000 DK. Les deux frères Salim et Muslim D. se versent 500 DK par mois de salaire ; à cela s’ajoute le logement, les voitures et le téléphone qu’ils règlent sur les frais généraux de l’entreprise18.

74d. L’agence d’import-export. Le jeune directeur de cette entreprise, Abdallah Shakaroun, peut être considéré comme le « rastignac » du village ; à 28 ans il a construit sa fortune en quatre ans, avec beaucoup d’esprit d’entreprise mais en utilisant peut être des moyens peu « orthodoxes ». Il fait de l’import-export de matériel de bureau : machines de bureau et ordinateurs d’Allemagne, mobilier d’Italie, photocopieuses du Japon et de Taïwan. Il trouve ses débouchés à Koweit (40 %), en Iran, en Irak, en Syrie et un peu en Grèce. Mais, déjà propriétaire d’un terrain et de bâtiments dans la vieille zone industrielle de Koweit, Abdallah envisage de créer une usine de meubles et d’y employer 100 salariés.

  • 19 Le kajîl koweitien de Shakaroun se nomme Dashti.

75L’entreprise Dashti & Shakaroun19 a été créée en 1978 avec un capital de 75.000 DK. En 1982 le capital est de 750.000 DK. Le capital de départ, 75.000 DK, représente la somme minimum permettant d’ouvrir une entreprise inscrite au registre du commerce, suivant la législation koweitienne. Pour réunir cette somme Abdallah a fait appel à son père, qui a vendu 6 donoms de terre à Kfar-Rumman et un immeuble de quatre étages à Beyrouth, le tout représentant 935.000 L.L. soit 55.000 DK. Le reste, 20.000 DK, a été apporté par le kafîl.

76Les effectifs de l’entreprise sont passés de 6 en 1978 à 10 en 1979, 25 en 1980, pour atteindre 33 personnes en 1982. Les deux premières années, il n’y avait que des Libanais et des Egyptiens. Puis sont arrivés des Pakistanais et des Palestiniens. Les effectifs sont divisés en quatre sections : entretien (dépôt), chauffeurs, vendeurs, comptabilité. A l’entretien, trois Egyptiens, deux ingénieurs, 300 DK/mois, et un assistant ingénieur, 170 DK/mois, et deux techniciens pakistanais, 150 DK/mois. Abdallah assure le logement aux Egyptiens. Préposés aux affaires de douanes et au contrôle de la marchandise qui arrive, les Egyptiens jouent un rôle important : de ces entrées jusqu’à la comptabilité en passant par le dépôt, ils assurent un suivi des achats et permettent de faire les ventes dans les meilleures conditions. Dans le dépôt, où le stock peut attendre parfois plusieurs mois, les dix manutentionnaires égyptiens, entre 100 et 200 DK/ mois, sont supervisés par deux contremaîtres libanais, un frère d’Abdallah, l’autre originaire du Liban-Sud. Ici encore, l’encadrement libanais semble indispensable à Abdallah. Il va de soi, comme pour les autres entreprises villageoises, que lorsque l’enjeu est grand, le contrôle villageois, communautaire, politique ou national soit assuré.

77Les chauffeurs en sont un bon exemple. Conduire et gérer un parc automobile n’est pas rien pour un chef d’entreprise dans le Golfe. Les législations et l’importance des transports privés pour les marchandises fabriquées sur place ou importées déterminent le choix des hommes. Dans le cas d’Abdallah, comme ailleurs, les chauffeurs sont tous libanais, et bien rémunérés entre 175 DK et 300 DK.

78Les cinq vendeurs de l’entreprise jouent un rôle capital. Grâce à leurs démarchages, leurs réseaux de relations dans les ministères ou les ambassades, les ventes « tombent » ; ces quatre Libanais et Palestinien ont un salaire fixe (250 DK à 350 DK), plus 3 % de commission sur les ventes. En fait, grâce à l’importance du chiffre d’affaires, les commissions sont en moyenne de 200 DK par mois (3 200 L.L.). Abdallah a choisi des Libanais, qui ne sont pas de Kfar-Rumman, pour la vente, parce qu’ils sont plus compétents, « présentent » mieux et « aiment » vendre. Le vendeur palestinien a été choisi pour ses relations palestiniennes dans les ministères.

79La comptabilité est le domaine des Egyptiens pour trois raisons : compétence, langue et coût salarial plus faible que celui des autres nationalités arabes : le chef-comptable, 250 DK/mois et trois comptables, 200 DK/mois. Abdallah précise que s’il prenait un Libanais comme chef-comptable, il devrait le payer 450 DK/mois. Il ne peut pas prendre d’Indiens ou de Pakistanais, ce qui lui couterait moins cher, car ils ne lisent pas et n’écrivent pas l’arabe. Il y a des comptables indiens et pakistanais sur le marché du travail à Koweit, mais dans les entreprises où la comptabilité se fait en anglais. Une secrétaire libanaise trilingue est payée 200 DK/mois et deux garçons de bureau égyptiens à 100 DK/mois.

80Parmi les Libanais de l’entreprise, seuls les deux frères sont de Kfar-Rumman, les autres du Liban-Sud, de Beyrouth ou de Baalbeck. Il y a manifestement un phénomène de rejet de la communauté de Kfar-Rumman à Koweit vis-à-vis d’Abdallah C. C’est l’entreprise où les Libanais sont le mieux payé ; mais aucun villageois n’a accepté de travailler chez Abdallah, alors que, comme nous l’avons vu, c’est la règle ailleurs. Il est perçu comme quelqu’un d’important mais de « détestable » et il arrive que l’on soupçonne d’avoir fait fortune par des voies peu recommandables... Sa politique de recrutement varie selon les situations et les nationalités. Il a eu recours plusieurs fois aux petites annonces pour les vendeurs et les comptables. Le secteur de la vente étant primordial pour lui, il a cherché les meilleurs vendeurs, qu’il a « débauchés » d’autres entreprises en leur proposant un salaire et des conditions plus intéressantes. Il arrive parfois que le personnel se présente lui même à l’entreprise ; c’est le cas surtout pour les manutentionnaires égyptiens. A ce propos, il cite l’exemple d’un Egyptien venu avec l’aide de son frère. Son permis de travail est au nom du kafîl de son frère. Abdallah doit donc transférer la carte de séjour au nom de son propre kafîl.

81On peut avoir une idée des marchés de l’association en prenant l’exemple d’un gros contrat. En 1981, l’entreprise a eu un contrat de 150.000 DK avec le ministère de l’Intérieur ; le bénéfice net a été de 45 000 DK. Le chiffre d’affaires pour 1981 fut de 400 000 DK. En 1982, au moment de l’enquête, les ventes s’élevaient déjà à 300 000 DK dont 125 000 DK pour le ministère de l’Intérieur, gros client grâce au vendeur palestinien, et 100 000 DK pour l’Irak, grâce à la guerre. La guerre irano-irakienne a en effet favorisé les importateurs « koweitiens », l’Iran et l’Irak, important beaucoup moins, passent par le Koweit, et à des conditions très avantageuses pour les importateurs comme Abdallah.

82La loi en vigueur au Koweit, prévoit dans le cas de l’association entre un Koweitien et un étranger un partage des bénéfices à 51/49 %, pour tourner cette loi, Abdallah s’est entendu avec son kafîl : Dashti perçoit une redevance annuelle de 4 000 DK ; le directeur, Abdallah, un salaire mensuel de 3 000 DK, soit 36 000 DK par an ; les bénéfices en surplus passent en frais de publicité fictifs, si bien qu’ils paraissent annulés. Le kafîl d’Abdallah pratique ce système dans sept autres sociétés au moins et le seul prêt de son nom lui permet de percevoir entre 40 et 50 000 DK par an...

3. Kaakour en Arabie Saoudite

  • 20 Alors qu’il est difficile d’obtenir la concession d’un terrain en zone industrielle à Riyadh, les f (...)
  • 21 Les trois frères A. E. ne connaissent que l’arabe. Un des fils devait compenser ce handicap commerc (...)

83a. L’usine de pierre des trois frères A.A., symbolise l’histoire des villageois de Kaakour en Arabie Saoudite. La création et la réussite de cette usine sont à l’origine de la filière villageoise. Arrivés entre 1958 et 1963, Adib et Elie ne commencent à travailler ensemble qu’en 1965. Au départ, le travail est artisanal, avec deux petites machines pour tailler les pierres. Etant les premiers et les seuls sur le marché à cette époque, la forte demande qui va naître et l’appui de leur kafîl leur permettent de créer une véritable entreprise industrielle qui démarre en 1976. L’inscription sur le registre du commerce porte le nom de leur kafîl, Cheikh Abdelrahmane B. D.. Le terrain où se trouve l’usine et qui appartient à leur kafîl est assez vaste pour contenir l’ensemble de l’unité avec les stocks et les ateliers de mécanique pour le parc automobile20. Il leur faut une année pour mettre en place la chaîne de production et sortir les premières pierres. Le capital de départ en 1968, s’élevait à 15.000 Ryals saoudiens (soit 21.000 livres libanaises). En 1982, le capital se monte à 6 millions de Ryals et le « cash flow » de l’entreprise fluctue entre 8 et 12 millions de Ryals saoudiens. La masse salariale varie entre 4 et 6 millions de Ryals saoudiens en fonction des projets. En 1976, au moment des grands chantiers dans toute l’Arabie, la masse salariale a atteint 12 millions de Ryals saoudiens. Le contrat d’association prévoit un partage par moitié des bénéfices ; en fait, depuis le début, l’associé saoudien s’est montré généreux, ne touchant pas souvent sa part, pour permettre d’investir dans de nouvelles machines. Depuis sa création, l’entreprise est gérée familialement. Najib A. A. occupe les fonctions de directeur général. Elie A.A. assume les tâches techniques dans l’unité de production et sur les chantiers : il se définit comme ingénieur-architecte, dessine lui-même tout ce qui dans leurs projets revêt un caractère particulier, autre que la pose de pierres sur une façade, et quoique sans qualification au départ il a su acquérir un style et réalise actuellement de véritables œuvres d’art ; il a à sa disposition quatre qualités de pierres, marbre et pierre de Riyadh, jaune, blanche, crème et ocre, pouvant avoir vingt formes différentes ; c’est lui aussi qui supervise le parc des machines, qui sont souvent fort complexes, relevant de la compétence d’un technicien spécialisé ou d’un ingénieur, en particulier pour la nouvelle unité automatique qu’ils sont en train de mettre en route. Le troisième frère, Adib, gère la main-d’œuvre : chef du personnel, il évalue le travail de chaque équipe sur les chantiers, la productivité sur chacune des machines, souvent en fonction des nationalités ; la rotation de la main-d’œuvre étant rapide et fluctuante en fonction du marché, son travail exige une bonne connaissance des hommes et surtout des différentes capacités et compétences par nationalité. Pour le recrutement des asiatiques par l’intermédiaire d’agences spécialisées, c’est Najib qui va sur place tester les hommes. Les deux fils de Najib A. A., Nassib et Jihad travaillent chez leur père ; scolarisés dans de bonnes écoles au Liban, ils sont bien formés, chacun dans la branche qui lui était destinée : Jihad dirige la comptabilité avec l’aide d’un Libanais et Nassib, qui parle quatre langues, ce charge des « public-relations », avec son père, pour trouver les contrats21. Il connait ainsi un grand nombre de ministres et de responsables de grandes compagnies européennes et fut l’artisan, entre autres, de la signature du contrat de l’Université de Riyadh avec la compagnie allemande Polzner. Nassib et Jihad sont officiellement salariés, mais en fait il s’agit d’une association- reproduction dont Najib est fier.

84L’entreprise couvre la branche de la pierre, de l’extraction de la matière première à la livraison du produit fini à la fin du chantier, ce qui fait trois activités bien distinctes, sur des lieux de travail différents, éloignés les uns des autres : après extraction dans six carrières, les pierres arrivent brutes à l’usine où elles sont découpées selon leur qualité et le type des chantiers sur lesquels la plus grande partie de la production est posée, le reste étant vendu à d’autres entrepreneurs.

  • 22 Les importateurs saoudiens de marbre italien ont tenté d’empêcher l’ouverture de ces carrières.

85L’ouverture des six carrières éloignées de Riyadh de 70 à 130 km est récente et tient plus à l’histoire de Najib et ses frères qu’à un projet saoudien. Jusqu’en 1976, toutes les usines de pierre importaient leur matière première de l’étranger, en particulier d’Italie et de Turquie. Au cours de l’année 1975 Najib, avec l’aide d’un laboratoire allemand, prospecte autour de Riyadh et fait analyser un grand nombre d’échantillons. Plusieurs sites donnent un résultat qui dépasse ses espérances. Il obtient, grâce à son kafîl, deux premières concessions (pour 99 ans) et commence l’exploitation des carrières ; d’autres sites avec d’autres qualités de pierres ouvriront entre 1978 et 1982. Jusqu’en 1982, trois carrières de pierre produisaient entre 63 et 300 mètres cubes par jour. Au début de 1982, l’entreprise ouvre les carrières de marbre qui produisent entre 30 et 80 mètres cubes par jour pour le marbre le plus délicat22, et entre 80 et 400 mètres cubes par jour pour la qualité inférieure. Une seule des carrières suffit à alimenter l’usine : la capacité journalière des deux machines à découper la pierre est de 70 cm3/jour, Najib A. A., en ouvrant les carrières a deux objectifs : le premier est d’assurer à un coût moindre la production de pierres de même qualité, et de se trouver ainsi en position dominante pour les appels d’offres lancés par l’Etat saoudien ; le deuxième est plus ambitieux à moyen terme : il s’agit de s’assurer le monopole de la vente de la pierre et du marbre avec des stocks suffisants et une capacité d’extraction capable de répondre à une demande nationale, quelle que soit l’importance du chantier.

86Au total, 20 personnes travaillent dans les carrières en 1982. Il y en avait 35 en 1978, pour la réalisation de l’Université de Riyadh. Répartis sur les différents sites, il y a quatre contremaîtres (deux Libanais de Kaakour et deux Syriens de Hama) et 16 Turcs originaires de deux villages d’Anatolie. Chaque équipe vit sur place en permanence) y compris l’été, malgré la chaleur. Les heures de travail coupent la journée en deux (5h-10h30 et 15h-18h). Les conditions de travail étant très dures et l’isolement total, le contrat de travail (salaires, congés, avantages divers) est plus avantageux qu’à l’usine ou sur les chantiers. Les contremaîtres sont payés 6 000 Ryals/mois et les ouvriers turcs 2 500 Ryals/mois, soit deux fois et demi le salaire des Turcs qui travaillent dans l’usine de Riyadh. Depuis l’ouverture des premières carrières en 1976, l’évolution de la main-d’œuvre a connu trois périodes : la première de 1976 à 1978 est libanaise, avec un encadrement entièrement villageois, en majorité des parents proches de Najib A. A. ; à la fin de l’année 1978 les équipes sont mixtes (Libanais et Turcs), avec un mélange des deux nationalités aux postes de travail ; à partir de 1980, un partage définitif par nationalités sur les postes de travail se fait : chefs d’équipe libanais, ouvriers turcs. Depuis 1979, les camions qui assurent la liaison entre les carrières et l’usine sont conduits par des Thaïlandais, qui s’occupent par ailleurs de l’entretien mécanique du matériel. L’histoire des carrières illustre bien les possibilités d’innovation pour des entreprises moyennes, bien plus souples que ne le laisse supposer une première observation. Elle permet à certaines nationalités plus compétentes, les Libanais entre autres, d’innover grâce aux capitaux disponibles et de créer dans plusieurs secteurs économiques. L’Etat saoudien semble favoriser un certain nombre d’innovations de cet ordre, dans la mesure où celles-ci correspondent à un besoin précis, dans un domaine économique important sur le moyen terme.

87L’usine des trois frères A. A., sise dans la première zone industrielle de Riyadh, est équipée de vingt et une machines de caractéristiques et de capacités de production très différentes. Sur les vingt-et-une machines de l’usine, vingt sont libanaises et une italienne ; chaque fois qu’ils le peuvent, les A. A. achètent du matériel libanais même si celui-ci est parfois plus cher.

88Au premier stade de la fabrication, trois machines semi- automatiques munies d’un disque de deux mètres de diamètre découpent les blocs de pierre, en épaisseurs de 3 à 15 centimètres pour la pierre et de 2 à 5 centimètres pour le marbre ; ces machines libanaises achetées entre 1970 et 1974 pour un montant variant entre 62.000 et 90.000 Ryals saoudiens, débitent en moyenne 80 mètres carrés par jour.

89La seconde étape consiste à couper des morceaux de 1 mètre de long sur 0,80 de large avec une épaisseur de 2 à 10 centimètres : deux machines semi-automatiques, acquises en 1970, produisent de 30 à 50 mètres carrés par jour, selon la dureté et la dimension de la pierre.

90Vient ensuite le polissage, avec trois machines, qui permettent de choisir ce qui conviendra aux différents chantiers, cette étape importante a permis de mieux sélectionner les échantillons de pierres et de marbre, ouvrant un grand éventail aux clients, en particulier pour les demandes princières ; la production quotidienne est en moyenne de 70 mètres carrés.

91La pierre ainsi débitée est ensuite distribuée entre les treize autres machines pour obtenir des dimensions, des épaisseurs, des volumes et des formes différentes. Les productions journalières dépendent évidement de la finesse du travail demandé : pour le travail le plus délicat, il ne sort que deux mètres carrés par jour.

92En bout de chaîne deux machines récupèrent les chutes pour faire de la poudre que l’on mélange au plâtre. L’usine en vend 6 mètres cubes par jour, en particulier aux entreprises qui posent de la pierre sur les chantiers, le mélange plâtre et poudre de pierre étant plus solide.

93Les quantités produites par l’usine sont en moyenne de 150 mètres carrés. L’usine vend du quart à la moitié de la production ; l’éventail des prix va de 85 Ryals saoudiens le mètre carré à 300. La moitié de ces ventes extérieures est achetée par les villageois de Kaakour petits entrepreneurs ; ils bénéficient d’une remise de 20 % et cette entraide villageoise a permis à plusieurs d’emporter de petits contrats, Najib accordant même un crédit aux Kaakouriens qui ont travaillé chez lui. La situation de monopole qu’occupe l’usine pour certaines qualités de pierres et de formes a permis aux villageois bien des manœuvres sur les appels d’offres. Najib vit cela en toute sérénité et considère dans sa logique qu’il ne pourrait en être autrement.

  • 23 Nombreux témoignages des difficultés d’adaptation des Yéménites aux différentes machines de l’usine (...)

94L’évolution de la main-d’œuvre dans cette unité de production est comparable à celle que l’on peut observer au niveau national. De 1968 à 1970, tous les postes de travail sont occupés par les villageois. A partir de 1970, les Yéménites formés sur le tas remplacent les Libanais : il a fallu de six mois à un an pour que les Yéménites s’adaptent aux différentes machines23. Pendant cette période libano-yéménite, un Yéménite reçoit environ 4.000 Ryals par mois.

95En 1976, Najib A. A. veut essayer les Egyptiens beaucoup moins cher que les Yéménites sur le marché (800 Ryals au lieu de 4.000) à tous les postes de travail. Au bout d’une année, « mécontent », il décide de s’en défaire et, comme beaucoup d’autres entrepreneurs, il embauche des Turcs en 1978, un peu plus chers que les Egyptiens (1.000 Ryals contre 800), mais plus compétents, et moins revendicatifs que les Yéménites.

96A partir de 1979, ayant besoin de nouveaux effectifs à l’usine et sur les chantiers, Najib engage des Indiens pour la taille de la pierre et des Thaïlandais pour la pose sur les chantiers et l’atelier de mécanique qu’il ouvre à ce moment là. Pour les Indiens, le salaire varie entre 700 et 1.500 Ryals par mois et pour les Thaïlandais (mécaniciens qualifiés) de 1.700 à 2.500 Ryals par mois. Au total, l’entreprise comprend 103 personnes dont 20 dans les carrières, 40 dans l’unité de production et 43 sur les chantiers, avec huit nationalités aux différents postes de travail (mais sur 13 ans, quinze nationalités ont été représentées et pas un seul Saoudien).

97La nouvelle usine des frères A. A. est née en 1976 avec le contrat de l’Université de Riyadh grâce auquel Najib A. A. a obtenu 1,2 million de Ryals : installée sur place, automatisée et permettant d’alimenter directement le chantier de l’Université, où il y avait 60.000 mètres carrés à couvrir, une occasion unique de renouveler le matériel de la première usine. A la fin du chantier, en 1980, cet investissement était déjà amorti, mais il fallait trouver un terrain dans la nouvelle zone industrielle. Acheté à 500.000 Ryals, le nouvel emplacement est situé à 27 km de Riyadh. Le travail a commencé au mois de mai 1982. Les deux différences essentielles par rapport à la première usine sont l’automatisation et les capacités de production : la chaîne de production peut produire chaque jour entre 700 et 800 mètres carrés, contre 150 à 200 dans l’ancienne. Les nouveaux ouvriers recrutés sont quinze Indiens.

98Ainsi, grâce à son dynamisme et à la rente pétrolière Najib est arrivé au bout de son histoire migratoire dans les meilleures conditions possibles. Pourtant, à 63 ans, il est partagé chaque année sur les choix d’avenir. Il ne sera jamais Saoudien et son retour au Liban est problématique. Dans l’attente, il a mis deux fers au feu : une usine sous bâche à Kaakour sur un terrain équipé, et, ses deux unités saoudiennes, qui tournent à plein régime accumulant les profits, tant que cela est possible. N’étant sûr de rien au Moyen-Orient, il prospecte en Italie, pour racheter de vieilles usines de taille de la pierre qui deviendront peut-être demain les entreprises de ses enfants.

IV. LES DEUX COMMUNAUTES MIGRANTES ET LE TRAVAIL ARABO-ASIATIQUE

  • 24 G. Hill, « Les travailleurs étrangers dans les pays du Golfe », Tiers-Monde, XVIII, 69, 1977.

99Les migrations internationales sont un des caractères dominants du Moyen-Orient, en particulier des producteurs de pétrole. Pour de multiples raisons (historiques, rente pétrolière et nouvelle division internationale du travail), des Etats parmi les plus riches du monde, importent de la main-d’œuvre et, jusqu’en 1970, du haut en bas de l’échelle du travail, de la main-d’œuvre arabe. Les deux communautés libanaises que nous avons présentées ont largement bénéficié de ce recrutement régional. Pourtant, bien avant la découverte du pétrole, certains Etats du Golfe entretenaient des relations avec des Etats étrangers au Golfe. « Ce n’est qu’en 1947 que la responsabilité politique des Emirats de la Côte des Pirates fut remise par le vice-roi des Indes au Foreign Office britannique et les liens entre le sous-continent indien et ces Etats du Golfe sont depuis entretenus par le commerce et les migrations. Quelques-unes des compagnies pétrolières disposaient de bureaux de recrutement à Bombay pour se procurer des employés de bureau et des ouvriers spécialisés que l’on ne pouvait pas trouver dans la zone du Golfe aux premiers temps de l’exploitation du pétrole »24. Cela contribue à expliquer les variations de la composition de la main-d’œuvre par nationalité, dans chacun des Etats qui en importent. La géographie et les exigences particulières du marché du travail dans chacun des Etats pétroliers ont conduit ainsi à des schémas de dépendance très différents les uns des autres. Pour la période récente (surtout depuis 1978), les flux migratoires d’un Etat à l’autre ne « dépendent jamais entièrement de facteurs économiques ». Histoire, traditions et filières migratoires conditionnent le déplacement de la force de travail arabo-arabe, avec, dans notre étude de cas, des privilèges plus grands pour certaines nationalités. Pourtant, les migrants libanais à partir de 1977 se sont trouvés en concurrence avec les travailleurs asiatiques. Dans le cas de l’Arabie Saoudite, nous avons observé, en particulier avec l’entreprise de Najib A. A., l’évolution de la force de travail de 1968 à 1982. Alors que Yéménites, Egyptiens et Syriens subissaient durement l’arrivée en masse des travailleurs asiatiques, les Libanais, mieux placés et plus dynamiques sur le marché du travail, sont partis des entreprises où ils travaillaient, pour devenir petits entrepreneurs, employant eux-mêmes des asiatiques, moins chers que la main-d’œuvre arabe ou yéménite. Il y a eu sélection, retours au Liban ; mais pour ceux qui sont restés, cette situation nouvelle a été favorable. Dans l’entreprise de pierres de Riyadh, par exemple, la main-d’œuvre asiatique a remplacé les Egyptiens, Libanais et Yéménites, permettant à la famille A. A., de réaliser des profits plus grands, et de présenter des projets moins chers avec des délais plus courts.

100Les chiffres de la Banque mondiale en 1981 pour l’Arabie Saoudite étaient les suivants : 700 000 Pakistanais, 100 000 Indiens, 100 000 Coréens, 70 000 Thaïlandais, 35 000 Bangladeshis et 30 000 Srilankais, avec une estimation de 200 000 pour les Philippins, soulignant la croissance rapide et prévisible des effectifs de ces pays, au détriment des travailleurs arabes. Si l’on prend les dates repères de 1975 et 1985, on constate que le nombre de travailleurs asiatiques dans les sept pays du Golfe importateurs de main-d’œuvre, passe de 368 400 en 1975 à 1 270 000 prévus en 1985. Dans le même temps, la main-d’œuvre venue des pays arabes sera passée de 1,04 millions à 1,84 millions, de 65 % en 1975 à 51,9 % en 1985 (tabl. 2).

  • 25 La sélection dans le pays de départ est bien plus grande pour la force de travail venant d’Asie. Le (...)
  • 26 Il est difficile de généraliser, dans la mesure où les conflits de travail ont existé et existent a (...)
  • 27 La situation juridique des Yéménites est particulière (libre circulation entre les deux pays, pas d (...)

101Raisons de cette évolution et des préférences qu’elles expriment : le savoir-faire, la capacité de travail ou le faible coût de cette main-d’œuvre. Tous les chefs d’entreprises libanais que nous avons vus à et en Arabie Saoudite portent le même jugement sur la main-d’oeuvre asiatique et font la même différence entre travailleurs asiatiques et arabes25. Il faut ajouter « la docilité », dans la mesure où les conflits de travail sont pratiquement inexistants, compte tenu de la précarité des statuts liée aux modes de recrutement26. A l’inverse, les Yéménites, surtout avant l’arrivée des asiatiques ont toujours posé des problèmes sur les lieux de travail, ayant des moyens de pression réels sur la direction des entreprises27.

Tableau 2. Travailleurs migrants à Bahrein, Koweit, Libye, Oman, Qatar, Arabie Saoudite et Emirats Arabes Unis (en milliers)

Tableau 2. Travailleurs migrants à Bahrein, Koweit, Libye, Oman, Qatar, Arabie Saoudite et Emirats Arabes Unis (en milliers)

Source Banque Mondiale.

102Ces nouveaux nomades venus d’Asie posent un problème de fond. La politique d’importation de la main-d’oeuvre des Etats du Golfe n’est, pas neutre, surtout si l’on observe les conséquences dans les réactions d’une partie des « chefs d’entreprises » libanais sous couvert de « sponsors » locaux. En effet, dans la logique des différences de salaires entre pays de départ et pays d’arrivée, qui permet aux travailleurs étrangers de percevoir des salaires dix fois plus élevés que chez eux, mais qui, dans le cas qui nous intéresse, sont bien au-dessous des rémunérations moyennes pratiquées dans les pays du Golfe, un « échange inégal » se produit sur les marchés du travail au profit des asiatiques depuis 1977, alors que, dans les pays du « centre » une telle situation serait impossible, la législation ne permettant pas la concurrence pour un même poste de travail entre deux nationalités. En fait, la question des différences de salaires par nationalité, et par rapport aux pays d’origine est centrale, mais il faudrait aller beaucoup plus loin et travailler sur les différences de situations socio-économiques dans les pays de départ, les législations, les contrats et les politiques menées par les Etats du Golfe.

103Les deux filières villageoises que nous avons suivies sont, dans les deux cas, solidement implantées dans les pays d’arrivée. Pourtant, l’avenir est problématique pour un grand nombre de villageois. Les entretiens recueillis sur place, montrent que ce problème est constamment présent, lorsque l’on parle des retours. Dans les deux cas, il s’agit de Libanais qui, pour l’instant, n’envisagent pas de revenir. Que ce soit à Kfar-Rumman ou à Kaakour, les retours au Liban depuis 1975 sont liés à de multiples raisons, mais le plus souvent aux nouvelles contraintes du marché du travail dans le Golfe. A plusieurs reprises, nous avons souligné que si la situation sociale, politique et économique le permettait, un peu plus de la moitié des villageois reviendraient au Liban, en plusieurs étapes et avec des projets de retour précis. Pour l’instant, le problème n’est pas immédiat, dans la mesure où, pour chaque village, les retours se sont en général bien effectués. Les prochaines années seront décisives à la fois dans le Golfe et au Liban. Comme nous l’avons vu, l’insertion économique de ces villageois libanais, à Koweit et en Arabie Saoudite, s’étale sur une période relativement longue, et sur plusieurs générations. Le réseau villageois et les solidarités familiales sont solides, les kafîl protecteurs jouent toujours leur rôle, mais pour combien de temps ? La précarité du statut et l’impossibilité d’acquérir la nationalité jouent un rôle essentiel, dans l’inquiétude manifestée au cours des entretiens. Même après trente années de vie à Koweit, Ali qui se « sent koweitien », doit se poser le problème du retour. A l’inverse des asiatiques (ou des Egyptiens) la force de travail libanaise des deux villages, compte tenu de l’histoire migratoire, peut être comparée à celle de Maghrébins arrivant en France dans les années 1950 ou 1960. Alors que les enfants de Marocains, Algériens ou Tunisiens nés entre 1960 et 1970 en France sont devenus Français, les Libanais nés au Koweit ou en Arabie sont toujours Libanais avec comme seul point d’appui, à la fois solide et fragile, la communauté du village et les alliances familiales.

104Ces deux migrations villageoises, trouveront certainement leur terme dans les dix prochaines années. Les entreprises familiales dans le Golfe changeront de main, par une nationalisation plus grande de l’espace industriel dans les Etats concernés, ou à cause de changements politiques profonds. Ce sera la fin d’une histoire migratoire et peut-être le début d’une autre, dans le pays de départ ou ailleurs.

Conclusions

  • 28 Cf. Elisabeth Longuenesse, infra.
  • 29 L’ouvrage de G. Simon, L’espace des travailleurs tunisiens en France, Poitiers, 1979, s’intéresse a (...)

105Pour conclure, point question de généraliser, mais de recentrer sur les points importants. A l’inverse des certitudes qu’Elisabeth Longuenesse exprime quant à la « spécificité » du fonctionnement des sociétés du Golfe et, particulièrement, la place qu’y tiennent les étrangers et la différenciation entre étrangers et citoyens, résultat d’abord et en premier lieu de l’apparition de la rente pétrolière dans l’espace des Etats concernés, du fait des conditions de production et de consommation du pétrole sur le marché mondial »28, notre analyse nous rapproche de ce que G. Simon appelle « la pratique différentielle de l’espace par les groupes régionaux »29.

106Comme le souligne E. Longuenesse, il y a « rente », mais les individus, les groupes, les villages, les communautés, les diplômés et les entreprises qui vivent et subissent cette situation se différencient, s’opposent et s’adaptent, dans le même contexte. De notre point de vue, les références à la communauté d’origine sont fondamentales. Pas seulement parce que la « situation macro-économique » le veut, mais aussi et surtout à cause de la pratique de chacun de « ces éléments » à l’intérieur des différents marchés du travail dans les pays d’arrivée.

107Il n’est pas question bien sûr d’oublier la rente, la classe dominante, les clientélismes et les deux logiques de cette rente interne (au sein de chacune des « formations sociales ») ni son fonctionnement au niveau international.

108Le mouvement du travail face au capital pétrolier occulte « le vrai champ migratoire ». Lorsque G. Simon évoque les « réseaux régionaux de relations » qui permettent de percevoir la réalité des liens et des solidarités et d’établir que « c’est en définitive la combinaison, l’entrecroisement, de ces différents réseaux, de ces espaces relationnels régionaux qui constituent l’armature véritable, l’architecture fondamentale de ce champ migratoire international », ce point de conclusion est fondé parce qu’il est possible d’étudier de près au Maghreb et en Tunisie avec des informations fiables, « le réseau de départ » et l’ensemble des « situations » à l’arrivée.

109Notre travail sur le même thème était beaucoup plus délicat... II fallait, avec peu d’informations, réaliser un travail de terrain relativement intuitif, sans savoir si les situations étudiées correspondaient aux « schémas théoriques » plus généraux, présentés « au centre » sur des populations migrantes souvent déjà installées.

110La différence est grande entre les migrants du Golfe et ceux de l’Europe occidentale ; les Etats rentiers du Golfe, d’un côté, le tissu industriel européen, de l’autre, entretiennent des relations stratégiques, économiques et géopolitiques fort solides. Ces dix dernières années, l’énorme flux de main-d’oeuvre, d’abord arabe puis asiatique, vers les pays pétroliers, a donné une autre dimension à l’espace international de travail. L’analyse de ce nouvel espace devrait porter en priorité sur le déséquilibre accru et l’inégalité croissante des rapports régionaux selon une ligne de partage qui n’est plus Nord-Sud, comme dans les années 1960, entre pays riches en force de travail mais pauvres en ressources minières ou capacités industrielles ; aborder « l’espace ouvrier international » à travers l’individu, la famille, le groupe, le village et les solidarités de groupe donne cependant quelques clés pour comprendre la réalité et l’évolution du champ migratoire au Moyen-Orient.

Notes

1 Selon Boutros Labaki, « L’économie politique de l’émigration libanaise », Le Commerce du Levant, Beyrouth 2.2.1981, 9.2.1981, il convient de distinguer deux périodes migratoires : 1850-1914 au Liban central, 1945-1980 pour le Liban périphérique, en tenant compte des situations rurales, de l’organisation des migrations intérieures ou extérieures, et des « trois révolutions industrielles ».

2 Sur le Jabal Amil il faut consulter la thèse de M. Jabir, Pouvoir et société’au Jabal Amil de 1749 à 1920, dans la conscience des chroniques chiites et dans un essai d’interprétation (s.l. connu), 1977 (Thèse 3ème cycle).

3 M. Jabir, cite le nom de neuf villages : Kfar-Rumman, Shalbaal, Dumay, Chûr, Sinay, Daskara, Day Ajlûn, Umin et Basfûr, contre 16 villages à la famille Asaad.

4 Dominique Chevallier, La société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe. (Chap. 6, p. 72).

5 Cresswell ; « Parenté et propriété foncière au Liban », Etudes Rurales, 40, 1970, p. 44.

6 Samir Mazloum, Rôle de l’Institution paroissiale dans l’évolution d’un village libanais (Kaakour), Beyrouth, Institut des Sciences Sociales, 1971.

7 La concurrence des libres synthétiques a ruiné rapidement l’élevage traditionnel du ver à soie au Liban. Dans le cas de Kaakour, la culture du mûrier, développée plus tard qu’ailleurs, s’est maintenue tardivement.

8 Chaque kafîl saoudien dispose légalement d’un « stock » de 5 à 100 000 visas selon son importance. Le kajîl de Najib, disposant d’un stock de 3 000 visas, lui en a cédé temporairement une partie. Depuis 1978, Najib utilise ses visas pour recruter de la main-d’oeuvre asiatique par l’intermédiaire d’agences spécialisées, en Inde, Thaïlande et Corée.

9 Kaakour étant maronite, le recrutement les premières années était massivement chrétien. Après discussion avec son kafîl, Najib tint à s’assurer que cette situation ne poserait pas de problèmes.

10 L’accord fut facilité par le souci de valoriser des produits nationaux (pierre et marbre).

11 Sur proposition de son kafîl, le gouvernement saoudien a décidé en 1974 que 40 % de la surface des bâtiments serait en pierre ou marbre pour toutes les nouvelles constructions privées. Cette décision a considérablement élargi le marché pour les gens de Kaakour, surtout pour de petits chantiers. Un partage s’est fait à ce moment là : à Najib les grands chantiers de l’Etat et des grandes familles, aux autres villageois le reste.

12 La situation géographique du village, son voisinage avec un village druze et la politique de neutralité menée par les hommes influents du Baladié (dont le père Samir M.), ont poussé jeunes et moins jeunes à partir en Arabie Saoudite pour éviter un enrôlement dans les milices.

13 Leur beau-frère Elie A., arménien originaire de Beyrouth, est actuellement bijoutier en Arabie Saoudite. Il travaille chez un Libanais chrétien » (Robert M.), l’un des plus gros commerçants d’Arabie. Il a aidé certains jeunes du village à trouver des emplois dans le secteur du commerce.

14 Sans l’accord de Najib A. A., ils pourraient difficilement pratiquer ce système de déplacements permanents. Chacun y trouve son compte, mais Najib tient particulièrement à cette souplesse, cultivant ainsi son image de marque dans le village.

15 Depuis 1979, il est beaucoup plus difficile d’obtenir un permis de travail pour l’Arabie Saoudite. L’arrivée en masse de travailleurs asiatiques en est l’une des causes.

16 Sur un chantier, un Syrien est parti, alors qu’il y avait beaucoup de travail. Du coup Abdallah a été obligé de prendre le Turc qui a demandé 10 DK de plus par mois ; mécontent, il le renverra quand il n’en aura plus besoin. Réflexion d’Abdallah à propos du marché du travail : « Pour savoir qui est le kajîl de qui à Koweit il faudrait un ordinateur ».

17 Notre travail sur le terrain, nous a amenés à nous poser la question des comptables, dans presque tous les cas égyptiens. Salim D. nous a confirmé, qu’en règle générale, à Koweit, les migrants qui occupent la « charge » de comptable sont des Egyptiens. La langue arabe, la législation et surtout le « coût » d’un comptable d’origine égyptienne expliquent ce choix.

18 Compter à cette époque 16 livres libanaises pour 1 DK.

19 Le kajîl koweitien de Shakaroun se nomme Dashti.

20 Alors qu’il est difficile d’obtenir la concession d’un terrain en zone industrielle à Riyadh, les frères A. A. ont eu la chance d’avoir pour sponsor un homme qui en possédait déjà un.

21 Les trois frères A. E. ne connaissent que l’arabe. Un des fils devait compenser ce handicap commercial : Nassib a été programmé pour devenir polyglotte.

22 Les importateurs saoudiens de marbre italien ont tenté d’empêcher l’ouverture de ces carrières.

23 Nombreux témoignages des difficultés d’adaptation des Yéménites aux différentes machines de l’usine. Le problème principal qui s’est posé est celui du temps. En effet, il leur était impossible, au début, de rester 8 heures ou 10 heures d’affilée devant la machine. Najib raconte qu’il leur fallait parfois « essayer » dix Yéménites pour en trouver un « qui tienne le coup ». Alors que sur les chantiers, où le travail est « relativement » plus libre et plus « digne », il n’y avait pas de problèmes.

24 G. Hill, « Les travailleurs étrangers dans les pays du Golfe », Tiers-Monde, XVIII, 69, 1977.

25 La sélection dans le pays de départ est bien plus grande pour la force de travail venant d’Asie. Les agences spécialisées dans l’exportation de main-d’oeuvre répondent à des demandes précises, sur les qualifications particulières : Thaïlandais, mécaniciens ; Coréens, maçons ; Indiens, taille de la pierre... Les Égyptiens gardent le monopole de la comptabilité.

26 Il est difficile de généraliser, dans la mesure où les conflits de travail ont existé et existent avec la main-d’oeuvre asiatique. Pourtant, nous pensons que dans tous les cas le contenu du conflit pose moins de problèmes à l’entrepreneur étranger et aux autorités locales que ceux posés par la main-d’oeuvre arabe.

27 La situation juridique des Yéménites est particulière (libre circulation entre les deux pays, pas de kajîl) et permet des conflits de travail qui ne sont pas possibles pour les autres nationalités.

28 Cf. Elisabeth Longuenesse, infra.

29 L’ouvrage de G. Simon, L’espace des travailleurs tunisiens en France, Poitiers, 1979, s’intéresse aux « structures et fonctionnement d’un champ migratoire international » (sous-titre).

Notes de fin

1 M. Migrants. AM Anciens migrants.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Répartition des migrants de Kfar Rumma par secteur d’activité et lieux d’emploi
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3377/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Tableau 2. Travailleurs migrants à Bahrein, Koweit, Libye, Oman, Qatar, Arabie Saoudite et Emirats Arabes Unis (en milliers)
Légende Source Banque Mondiale.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3377/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

© Presses de l’Ifpo, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540