Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe

 | 
André Bourgey
, 
Philippe Gorokhoff
, 
Michel Nancy
, 
et al.

Les Palestiniens au Koweit

Philippe Gorokhoff

Texte intégral

  • 1 Créé par un petit groupe de travailleurs palestiniens au Koweit, parmi lesquels se trouvaient : Yas (...)

1La communauté palestinienne au Koweit, environ 350 000 personnes, était au début des années 1980 la troisième de la diaspora palestinienne après celles de Jordanie et du Liban ; elle est reconnue aussi pour le rôle qu’elle a joué dans l’essor économique du Koweit, d’une part, et dans le développement du Mouvement national palestinien, d’autre part. Il est indéniable que l’apport des Palestiniens, par leur qualification et leur expérience, a contribué grandement à l’édification du Koweit moderne. Quant à l’influence des Palestiniens du Koweit sur les destinées de la Résistance palestinienne, elle a été consacrée par la création dans ce pays, en 1959, d’un mouvement qui allait, quelques années plus tard, devenir l’élément moteur et principal de l’Organisation de Libération de la Palestine, le Fath1.

2Ces faits connus et souvent repris sont présentés sempiternellement comme les caractéristiques essentielles de la communauté palestinienne au Koweit. Or, les Palestiniens au Koweit sont avant tout 350 000 individus aux origines géographiques et culturelles variées, aux conditions économiques et sociales diverses, une société qui a évolué et subi de nombreuses transformations, non seulement par rapport à sa situation avant 1948 mais également tout au long de trente années de présence au Koweit. Et, ce qui a été dit et écrit sur les Palestiniens au Koweit reste souvent superficiel.

3Cette étude est fondée sur une compilation d’un grand nombre d’éléments bibliographiques d’une part, confrontés et, d’autre part, complétés par une enquête de plusieurs semaines sur le terrain en 1982. Dans une première partie, nous traitons de la formation de la communauté palestinienne à Koweit constituée du début des années 1950 à nos jours par des mouvements successifs d’émigration plus ou moins importants mais continus jusqu’à présent. Le conflit israélo-arabe et les conséquences qu’il a entraînées, — occupation totale de la Palestine par Israël et exode, en 1948 et 1967, de plus d’un million de réfugiés —, en constituent les causes principales. Ces événements, coïncidant avec de vastes et ambitieux projets de développement réalisés au Koweit grâce à un accroissement considérable de ses revenus pétroliers, conduisent un grand nombre de Palestiniens à immigrer au Koweit pour y travailler et pour s’y installer, souvent de façon définitive.

4La seconde partie porte sur la main-d’œuvre palestinienne à Koweit : quel genre de main-d’œuvre qualifiée ou non-qualifiée, proportion de chacune de ces catégories ? Nous examinons si une évolution peut être constatée dans la distribution des Palestiniens entre les différentes catégories socio-professionnelles recensées, par rapport à la période pré-1948 mais aussi en fonction des postes qu’ont occupés les premiers migrants palestiniens au Koweit. Nous consacrons enfin la troisième partie aux conditions de vie des Palestiniens au Koweit, qui semblent très éloignées de celles maintes fois évoquées et aboutissant à présenter les Palestiniens au Koweit comme des privilégiés vivant en général dans l’aisance sinon dans la prospérité, alors qu’ils sont confrontés à une série de problèmes qui rendent leur avenir dans ce pays assez inquiétant.

I. Les conditions de l’installation des Palestiniens au Koweit

  • 2 Entre 617 000 et 726 000, d’après les Nations Unies. J.L. Abu-Lughod avance les chiffres de 770 000 (...)
  • 3 Résolution 194 (III) du 11 décembre 1948 établissant une commission de conciliation des Nations Uni (...)

5La création de l’Etat d’Israël en 1948, et la défaite des armées arabes lors de la première guerre qui s’ensuivit, provoqua l’exode de près de 800.000 Palestiniens2. La masse de ces réfugiés alla peupler les camps d’urgence installés, d’une part, dans les zones de la Palestine non- occupées par le nouvel Etat, en Cisjordanie et à Gaza et, d’autre part, dans les pays voisins de la Palestine : Liban, Syrie, Transjordanie. Les réfugiés palestiniens considéraient alors leur exil comme temporaire et fondaient leurs espoirs sur un retour prochain en Palestine. Israël ayant rejeté tout arrangement à ce sujet malgré les résolutions votées par les Nations Unies3, les réfugiés palestiniens réalisent à partir des années 1951-52 que ce retour devenait impossible dans l’immédiat et qu’ils allaient devoir s’adapter à leurs nouvelles conditions d’existence.

  • 4 Chiffres donnés par les Nations Unies et cités par E. Hagopian et A.B. Zahlan, 1974, « Palestine’s (...)
  • 5 La production de pétrole au Koweit passe de 5,9 millions de barils en 1946 à 46,5 en 1948, 125,7 en (...)
  • 6 Les revenus tirés du pétrole atteignent 5 700 millions de dollars en 1952, 16 900 millions en 1953, (...)
  • 7 Estimations personnelles en l’absence des résultats du recensement de 1980. Le New York Times estim (...)

6Totalement démunis pour la plupart d’entre eux ou ayant dépensé durant ces quatre années les maigres économies qu’ils avaient pu emporter avant de fuire, la première préoccupation des réfugiés s’orienta naturellement vers la recherche d’un emploi afin de pouvoir subsister. Ce n’était pas sans problèmes dans la mesure où la population palestinienne réfugiée, composée de 80 % de paysans et d’ouvriers non-qualifiés et de 20 % de qualifiés4, concurrençait celles des pays hôtes, aux caractéristiques à peu près similaires et en proie, elles déjà, à de sérieuses difficultés pour trouver du travail. L’exploitation du pétrole lancée dès le début des années 1950 au Koweit5, et les revenus croissants qui en étaient tirés6, permirent à ce pays de s’engager dans la réalisation de vastes projets de développement économique. Cependant, devant la faiblesse numérique de la main-d’œuvre locale et son manque de qualification, l’obligation de faire appel à une main-d’œuvre étrangère devint nécessaire. Seuls, dans un premier temps, les plus qualifiés parmi les réfugiés palestiniens purent être employés au Koweit où le marché de l’emploi non-qualifié était déjà occupé par des Iraniens et des Irakiens. Les moins qualifiés suivirent, quelques années plus tard, lorsque le boom de la construction à Koweit entre 1954 et 1965 exigea une main-d’œuvre considérable que les Iraniens et Irakiens ne pouvaient pas fournir. De quelques centaines d’individus au début des années 1950, la communauté palestinienne au Koweit allait atteindre en 1983 350 000 personnes7

1. Les étapes de l’immigration palestinienne au Koweit

  • 8 1957, 1961, 1965, 1970, 1975 et 1980.

7Les six recensements conduits au Koweit entre 1957 et 19808 permettent de suivre l’évolution démographique de la communauté palestinienne et les étapes de son immigration dans ce pays. On peut en distinguer cinq, correspondant aux périodes 1948-52, 1953-61, 1962-70, 1971-75 et 1976-1980.

  • 9 Enquête au Koweit au mois de mars 1982, auprès d’anciens migrants palestiniens.

8a. 1948-1952. Peu de Palestiniens ont immigré au Koweit dès 1948 et durant les années qui suivirent. Il est difficile, en l’absence de statistiques, d’estimer le nombre de Palestiniens présents à cette époque au Koweit ; mais, si l’on se réfère aux témoignages recueillis9 auprès de ceux arrivés au Koweit dans les années 1949-1950, il était tout au plus de quelques centaines. Ce sont les années 1953-1954 qui marquent le véritable point de départ de l’immigration des Palestiniens au Koweit.

  • 10 Les deux premiers recensements koweitiens, ceux de 1957 et 1961 font la distinction entre Palestini (...)
  • 11 G. Kossaifi, op.cit.

9b. 1953-1961. Le premier recensement (1957) dénombre 14 099 Jordaniens soit à peu près 13 500 Palestiniens d’origine10. Ils représentent déjà 16,87 % de la population étrangère immigrée au Koweit et la troisième communauté derrière les Iraniens et les Irakiens. Bien que les données sur la répartition des résidents étrangers selon le sexe ne soient pas disponibles pour le recensement de 1957, il est admis que l’immigration palestinienne durant cette période est le fait d’hommes seuls à la recherche d’un emploi et ayant laissé leur famille dans le pays de départ : selon G. Kossaifi, on comptait 311,5 hommes pour 100 femmes dans la population palestinienne au Koweit en 195711. Cette situation est commune aux autres immigrés au Koweit, toutes nationalités confondues, le recensement de 1957 faisant état de 80 % d’hommes dans la population étrangère.

  • 12 D’après le recensement de 1961, le taux d’hommes par rapport aux femmes dans la population étrangèr (...)

10En quatre ans la population palestinienne au Koweit allait presque tripler : 37 327 Jordano-Palestiniens sont recensés en 1961, dont 35 400 d’origine palestinienne. Les Palestiniens forment alors la communauté la plus nombreuse parmi les non-Koweitiens : 31 % de la population étrangère totale ; le taux d’hommes par rapport aux femmes, 217 % (25 586 hommes et 11 741 femmes) a nettement diminué, ce qui conduit à dire que l’immigration familiale chez les Palestiniens au Koweit, sans remplacer encore l’immigration de travailleurs isolés, occupe une place relativement importante dès le début des années 1960, tendance qui va s’accentuer au cours de la décennie12.

  • 13 Ph. Fargues, Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière. Etude démographique des migrations de tr (...)

11c. 1962-1970. Cette période est marquée par une véritable vague d’immigration palestinienne au Koweit. La population palestinienne au Koweit passe de 35 400 habitants en 1961 à 73 800 en 1965 (77 712 Jordano-Palestiniens) et à 140 300 en 1970 (147 696 Jordano- Palestiniens). Les calculs de Ph. Fargues13 d’après les résultats du recensement de 1975 indiquent que 51 % des Palestiniens résidant au Koweit à cette date étaient arrivés entre 1960 et 1970, 37 % entre 1960 et 1964 et 24 % entre 1965 et 1969.

  • 14 Ph. Fargues, op.cit.

12La guerre de juin 1967 et l’occupation de la Cisjordanie et de Gaza par Israël, qui a provoqué un nouvel exode de près de 230 0000 réfugiés, sont la raison essentielle de cette vague palestinienne. Cependant la période 1960-1964 avait vu l’accélération de l’immigration des familles commencée à la fin des années 1950. De 217 hommes pour 100 femmes en 1961, le sex-ratio devient 179 % en 1965 (49 744 hommes et 27 968 femmes). C’est malgré tout entre 1965 et 1970 que se concrétise effectivement cette tendance. Au recensement de 1970, la répartition selon le sexe chez les Palestiniens au Koweit est 118 hommes pour 100 femmes (79 934 hommes et 67 762 femmes) la migration nette survivante de 1965 à 1970 étant elle de +23 582 contre +14 733 hommes14.

  • 15 Les quartiers et les camps palestiniens d’Amman et de sa région ont été sévèrement touchés par les (...)
  • 16 La récession économique en Israël à partir de 1974 a particulièrement touché les salariés cisjordan (...)
  • 17 G. Kossaifi, op.cit
  • 18 Ph. Fargues, op.cit.

13d. 1971-1975. Cette période marque la fin de la vague d’immigration palestinienne au Koweit. Les événements de Jordanie en 1970-197115 ainsi que la récession économique en Israël en 1974-197516 ont poussé en effet de nombreux Palestiniens à émigrer. Le recensement de 1975 dénombre 204 178 Jordaniens et Palestiniens, soit 194 000 d’origine palestinienne. Le taux d’hommes par rapport aux femmes est voisin de l’équilibre : 112 % (107 770 hommes/96 408 femmes). L’immigration familiale est donc encore forte et prend toujours le pas sur l’immigration de travailleurs isolés. En 1969, 46,3 % des immigrants palestiniens à Koweit étaient à la recherche d’un travail. Il ne constituent plus, en 1975, que 23,2 %. Dans le même temps, en 1965, 52,4 % se rendaient à Koweit afin de rejoindre leur famille tandis qu’en 1975, 75,9 % effectuaient le voyage pour cette raison17. Le fait que 91,1 % des résidentes palestiniennes à Koweit en 1975 déclarent que la cause de leur séjour est l’accompagnement18 explique la forte baisse enregistrée dans l’immigration de travail.

  • 19 Annual Statistical Abstracts, 1981. State of Kuwait : Ministry of Planning, Central Statistical Off (...)
  • 20 Chiffres fournis par Bassem Sirhan, chercheur palestinien à l’Institut arabe de planification, Kowe (...)

14Il faut aussi souligner qu’à partir de 1970, l’augmentation de la population palestinienne à Koweit se fait autant par l’accroissement naturel que par l’immigration. Sur 156 395 naissances enregistrées en 1975 chez les non-Koweitiens, 91 928 étaient Jordaniens et Palestiniens, soit 69 % de ces naissance19. Enfin, si le groupe d’âge de moins de 10 ans ne représentait que 15,2 % de la population palestinienne en 1957, il en constituait 42,6 % en 197520.

Tableau 1. Composition de la population palestinienne au Koweit en 1975 par groupes d’âge (incluant les Jordaniens)

Tableau 1. Composition de la population palestinienne au Koweit en 1975 par groupes d’âge (incluant les Jordaniens)

Sources : B. SIRHAN, d’après le recensement de 1975 (travaux personnels).

  • 21 Expression utilisée par A. Bourgey, dans le chapitre relatif à Koweit, La péninsule arabique d’aujo (...)

15e. 1976-1980. A partir de 1975, on assiste à une « lente infiltration »21d’immigrants palestiniens au Koweit. Les résultats du recensement de 1980 n’étant que partiellement publiés, le chiffre exact de la population palestinienne à Koweit n’est pas encore connu. Il devrait se situer autour de 350 000 personnes en 1983. Le tassement de l’immigration palestinienne vers Koweit peut s’expliquer par différentes raisons.

    • 22 Citée par Guillaumette Al-Alami, Aménagement de l’espace et mutations sociales au Koweit, Montpelli (...)

    Tout d’abord, la promulgation par le gouvernement koweitien de lois plus restrictives sur l’immigration, telle celle de 1978 qui interdit l’immigration en famille de tout travailleur étranger dont le salaire est inférieur à 250 DK22, catégories dans laquelle entre la majorité des travailleurs étrangers y compris les Palestiniens.

    • 23 Fiches du Monde Arabe. « Koweit : inflation et indices des prix », Août 1978, Beyrouth.

    La forte hausse du coût de la vie au Koweit à partir de 1973, + 44,4 % entre 1973 et 1977, en particulier dans l’alimentation, +59,7 % et surtout dans le poste logement, 24,1 % de hausse légale pour les loyers des appartements construits avant 1972 mais 100 % minimum pour ceux dont la construction est postérieure à 197223, a rendu les conditions de vie plus difficiles au Koweit pour les travailleurs étrangers dont les salaires sont nettement inférieurs à ceux des Koweitiens. Ces nouvelles conditions constituent aussi un frein à l’immigration en famille. Elles limitent de même les possibilités d’installation du travailleur isolé qui, ne pouvant faire venir sa famille, réduira la durée de son propre séjour.

  • Les événements du Liban en 1975 et 1976 ont eu des effets défavorables sur l’immigration palestinienne au Koweit, les autorités koweitiennes ayant craint que leur pays ne devienne un « second Liban ». Le nombre de permis de résidence accordés au Palestiniens a sensiblement diminué en 1976 pour remonter dès 1977.

    • 24 D’après un rapport de la Banque Mondiale : « Summary Report of Research Project on Internal Labor M (...)

    Réaction en Jordanie face au danger qui guette ce pays du fait d’une émigration trop importante de la main-d’œuvre qualifiée et qui pourrait à moyen terme dèvenir catastrophique24.

    • 25 Ph. Fargues, op.cit.

    Concurrence d’une immigration de main-d’œuvre semi-qualifiée et qualifiée en provenance des Philippines, de Corée, de Malaisie ou de Thaïlande25.

    • 26 Ph. Fargues, op. cit.

    Attrait plus grand de la main-d’œuvre qualifiée arabe pour l’Arabie Saoudite et les Emirats du Golfe qui donnent la priorité au recrutement de travailleurs de nationalité arabe et offrent des salaires plus élevés26.

2. La Cisjordanie, région la plus touchée par l’émigration : cause de cette émigration

16Si la migration des Palestiniens vers les pays du Golfe s’apparente aux migrations de travail, elle est cependant essentiellement liée à un contexte politique très précis, celui du conflit israélo-arabe qui s’enracine dans la question de la Palestine. Il est probable que, dans une Palestine restée indépendante et arabe, bien des Palestiniens auraient répondu aux offres de travail des pays du Golfe, mais cette migration n’aurait jamais atteint son ampleur d’aujourd’hui. La perte totale de leurs terres pour certains, leur occupation pour d’autres, et le statut de réfugiés sans ressources qui en a découlé pour beaucoup constituent donc la cause première de la migration palestinienne vers les pays du Golfe.

17Les premiers Palestiniens immigrés à Koweit entre 1948 et 1954 étaient originaires de toute la Palestine des frontières du Mandat britannique et étaient passés, au hasard de leur exode, soit par la Transjordanie, soit par le Liban, la Syrie, l’Egypte ou l’Irak. A partir de 1952 cependant, la région la plus affectée par l’émigration, qui s’effectue, d’une part vers la Transjordanie, d’autre part, vers les pays du Golfe et les Etats-Unis, est la Cisjordanie d’où vient la majorité des Palestiniens résidant au Koweit. Les causes de cette émigration varient selon les périodes de tutelle qu’a connues la Cisjordanie, tutelle jordanienne de 1948 à juin 1967, tutelle israélienne ensuite.

  • 27 Fiches du Monde Arabe : « Jordanie : les Institutions. 1 —Jusqu’à la Constitution de 1952 », Décemb (...)

18a. La période jordanienne : 1948-juin 1967. Bien qu’ayant perdu le contrôle de nombreux secteurs de la partie centrale de la Palestine qui lui avait été assignée dès le 15 mai 1948, la Légion arabe parvint, à la fin de la guerre, à se maintenir en Cisjordanie et occupa la zone Est de Jérusalem. Le roi Abdallah de Transjordanie y établit alors une administration militaire avant de décider l’annexion de la Cisjordanie, ratifiée par le Parlement en décembre 1948. L’annexion définitive n’intervint que le 24 avril 1950, après que des élections générales aient été tenues27.

  • 28 Fiches du Monde Arabe : « La Cisjordanie : Données démographiques ». Février 1978, Beyrouth.
  • 29 Ibid. : « Cisjordanie », op.cit.
  • 30 Ibid. : « Cisjordanie », op.cit.

19La guerre de 1948 a provoqué un accroissement considérable de la population en Cisjordanie qui double du fait de l’afflux de 363 689 réfugiés et atteint en 1952 742 289 habitants28. En 1961, d’après le premier recensement jordanien, la Cisjordanie comptait 801 35629 habitants et l’on considère qu’à la veille de la guerre de juin 1967, la population cisjordanienne atteignait 823 000 habitants. En 15 ans donc, l’augmentation de la population en Cisjordanie n’a été que de 80 000 habitants alors que le taux de croissance naturelle chez les Palestiniens tournant autour de 3 %30 un gain de 407 000 personnes aurait dû être enregistré, d’où une population totale approximative de 1 150 000 habitants en juin 1967.

  • 31 Ibid. : « Cisjordanie », op.cit.
  • 32 Selon le Département américain de l’immigration et de la naturalisation à peu près 25 000 Palestini (...)
  • 33 G. Kossaifi, op.cit.

20Seuls des ordres de grandeur peuvent être avancés quant au nombre provenant de la Jordanie (rive Est et rive Ouest) durant cette période, la précarité des recensements jordaniens empêchant la présentation de chiffres précis concernant l’émigration et les lieux vers lesquels elle s’est dirigée. On peut néanmoins déterminer qu’entre 1952 et 1961, 165 000 Palestiniens ont quitté la Cisjordanie, dont 121 00031 vers la Transjordanie et un peu plus de 40 000 directement vers les pays du Golfe. Pendant la période 1961-mai 1967, la tendance se renverse totalement : ce sont les départs directs vers les pays du Golfe, Koweit en tête, ou les Etats-Unis32 qui deviennent les plus importants, à peu près 125 000, tandis que seuls 25 000 Cisjordaniens décident de se rendre en Transjordanie33.

  • 34 François Rivier, Croissance industrielle dans une économie assistée : le cas jordanien, Beyrouth : (...)

21Les causes de cette émigration massive de Cisjordanie de 1950 à 1967 sont d’ordres différents. D’ordre économique tout d’abord. On assiste en effet à un « développement inégal entre les deux rives jusqu’en 1967, le poids industriel de la rive Est devenant dominant » : ici « se concentrent les établissements industriels de plus grande taille que ceux de la rive Ouest et une productivité de travail plus élevée »34. On aboutit donc à une stagnation de l’économie cisjordanienne qui n’est plus en mesure d’absorber la main-d’œuvre locale disponible. Une partie d’entre elle est alors contrainte à l’émigration, soit directement vers les pays du Golfe, soit vers la rive Est qui, malgré un développement accru de son infrastructure économique ne peut, elle non plus, intégrer ce nombre trop important de migrants. Il faut souligner à ce propos qu’une part notable des Palestiniens ayant émigré en Transjordanie à partir de 1952 n’y est restée que temporairement et a émigré à son tour vers le Golfe.

  • 35 Nadine Picaudou, « La bourgeoisie palestinienne et l’industrie : étude socio- historique », Industr (...)

22Ce développement inégal des deux rives sous l’administration jordanienne résulte-t-il d’une politique discriminatoire ? Telle est la question que posent de nombreux auteurs. Pour certains, il s’agit en effet d’une politique délibérée du pouvoir jordanien qui, d’une part craint la perte de la Cisjordanie mais veut surtout empêcher à tout prix la « formation d’une base économique autonome susceptible de faire émerger une opposition politique au régime hachémite »35.

  • 36 F. Rivier, op.cit., p. 69. Il cite Y. Sayigh qui exprime une conclusion identique dans The Economie (...)
  • 37 F. Rivier, op.cit., p. 70.
  • 38 F. Rivier, op.cit., p. 70.

23Pour d’autres, ce ne serait que le « résultat de tendances spontanées »36, provoquées par divers facteurs : localisation des matières premières et meilleures communications dans la rive est du Jourdain alors que, sur ce dernier point, la perte de son débouché sur la mer, Haïfa, a eu pour conséquence l’enclavement de la rive ouest, situation défavorable à la création d’unités industrielles nouvelles37. De même, le nouveau rôle joué par Amman qui s’approprie les fonctions de capitale et de centre administratif dominant, au détriment de Jérusalem, devenant ainsi « la ville la plus dynamique et le marché de consommation principal »38est un des avantages dont a bénéficié la rive Est pour son développement.

24Il ne nous appartient pas de trancher entre ces deux thèses, les arguments développés par chacune des parties étant tout à fait fondés et acceptables. Il n’en reste pas moins qu’à partir des années 1960 la Cisjordanie perd sa prépondérance économique au profit de la rive Est. Son économie et ses activités industrielles stagnent ou régressent, poussant ainsi une part importante de la population cisjordanienne à émigrer soit vers la rive Est, soit vers les pays du Golfe.

  • 39 Le roi Abdallah fut assassiné le 20 juillet 1951 par un Palestinien devant la mosquée Al-Aqsa à Jér (...)
  • 40 La loi n° 56 du 20 décembre 1949 sur les droits de citoyenneté, les devoirs et obligations de tous (...)
  • 41 Cf. Joel S. Migdal, “The Effects of Refugee Policies in Social Cohesion and Fragmentation”, Palesti (...)
  • 42 Pour Avi Plascov, en encourageant l’émigration palestinienne le gouvernement jordanien poursuit un (...)

25D’autres causes peuvent être trouvées également, à un niveau plus politique, les relations jordano-palestiniennes ayant connu de sérieuses difficultés dès l’annexion de la Cisjordanie par la Transjordanie39. La politique de « jordanisation » menée par les autorités jordaniennes, bien qu’assurant certains avantages aux Palestiniens, telle l’attribution de la nationalité jordanienne et donc d’un passeport40, d’une grande utilité pour voyager, comportait de sérieuses contre-parties dans la mesure où toute forme de particularisme palestinien était étouffée. Par ailleurs, les rois Abdallah et Hussein ont, en favorisant les chefs traditionnels palestiniens, empêché l’émergence d’un nouveau leadership qui aurait pu être formé par une partie de la jeunesse palestinienne nouvellement éduquée, souvent à un très haut niveau, et qui était seule à même de cimenter par la diffusion d’idées nationalistes la société palestinienne en voie de fragmentation41. Mais, découragée par le refus des gouvernements jordaniens de lui accorder de quelconques pouvoirs ou responsabilités, devant l’absence totale de contrôle qu’elle aurait dû exercer, cette jeunesse sans aspiration a préféré émigrer, ce qui était peut être, d’ailleurs, le but recherché42.

26b. La période israélienne 1967-1983. La Jordanie perd la Cisjordanie au cours de la troisième guerre israélo-arabe de juin 1967. Les Israéliens, qui ont conquis dans le même temps la bande de Gaza, occupent alors toute la Palestine. Le 28 juin, Israël décide l’annexion du secteur arabe de Jérusalem et proclame Jérusalem capital d’Israël.

  • 43 Rapport du Commissaire Général au comité politique spécial des Nations Unies le 11 décembre 1967. C (...)
  • 44 Fiches du Monde Arabe : « La Cisjordanie.... », op.cit.
  • 45 Annual Statistical Abstract 1979. Ministry of Planning. Central Statistical Office. State of Kuwait

27La guerre de juin a provoqué un exode massif de la population cisjordanienne vers la rive Est. Un rapport de l’UNRWA43 présenté à la fin de 1967 fait état de 577 000 réfugiés installés en Transjordanie, dont 322 000 déjà immatriculés et résidant en Transjordanie avant la guerre de juin et 245 000 nouveaux réfugiés (15 000 en provenance de Gaza et 230 000 de Cisjordanie, dont 110 000 réfugiés de 1948). De 825 000 habitants en mai 1967, la population cisjordanienne n’en compte plus que 596 000 fin 1967, une baisse de 27 %44. Seuls 15 à 16 000 réfugiés sur ces 230 000 furent autorisés par les autorités militaires israéliennes à revenir en Cisjordanie entre août et décembre 1967. Mais durant la même période, un nombre à peu près équivalent de. Cisjordaniens quitta la Cisjordanie. Les réfugiés qui n’ont pu ou ont refusé de regagner la Cisjordanie s’installèrent dans les camps de la rive Est, ou émigrèrent vers les pays du Golfe, ou partirent à la recherche d’un éventuel travail ou, souvent, rejoindre le ou les membres de la famille émigrés auparavant. Dans le cas de Koweit, on remarque une élévation très nette du nombre de permis de résidence accordés aux Jordaniens et Palestiniens : de 3 109 à 24 464 en 1969 et 30 270 en 197045.

  • 46 Fiches du Monde Arabe : « La Cisjordanie.... », op.cit.
  • 47 G. Kossaifi, op. cit., p. 37.

28L’exode s’est poursuivi en 1968 à un taux élevé, la population cisjordanienne tombant cette année à 584 000 habitants46, puis s’est stabilisé à partir de 1969 sans jamais cesser. On estime qu’entre 1968 et 1975 une moyenne de 9 000 départs47 a été enregistrée, soit un total pour cette période de 75 000 à 80 000 émigrés.

  • 48 Réponses données par des réfugiés de 1967 lorsqu’on leur a demandé les raisons de leur exode. Cf. P (...)
  • 49 J.F. Legrain, « Judée-Samarie » ou l’annexion de la Cisjordanie » (les implantations israéliennes 1 (...)
  • 50 J.F. Legrain, op.cit., p. 74

29Les causes de l’exode de juin 1967 sont celles de toute situation de guerre : fuite devant les combats, les bombardements aériens, l’occupation des villes et des villages par l’ennemi ; mais elles tiennent aussi ici à l’attitude des forces d’occupation israéliennes qui, en détruisant délibérément des villages en Cisjordanie ont provoqué des départs en masse de la population48. Les départs postérieurs sont, eux, liés à la politique d’annexion menée par le gouvernement israélien dès juillet 1967. L’expropriation et la confiscation par les autorités israéliennes de terres appartenant à des Palestiniens commence en février 1968, date à laquelle est créée la première colonie de peuplement juive dans la vallée du Jourdain. En 1980, près de 170 colonies avaient été installées, 17 400 Juifs vivaient en « Judée-Samarie » et 76 000 colons israéliens à Jérusalem-Est49. Au total, plus d’un million de dounums, sur une superficie totale de 5 millions et demi, ont été confisqués, soit 27 % de la Cisjordanie50.

  • 51 En 1977-78, les 17 puits « israéliens » de la vallée du Jourdain produisaient 14,1 millions de mètr (...)
  • 52 La contribution d’Abu-Dhabi, par exemple, au budget de la ville d’Al-Bireh s’élevait, en 1977, à 20 (...)

30Toute opposition à l’occupation israélienne et à cette annexion rampante est vivement réprimée par les forces militaires israéliennes. Les arrestations, les expulsions et le dynamitage des maisons en cas d’un simple soupçon d’un quelconque contact avec l’OLP ne se comptent plus en Cisjordanie occupée, de même que la fermeture des écoles, lycées et universités dès qu’un semblant d’agitation se fait sentir. La population de Cisjordanie est confrontée à des conditions d’existence et de travail de plus en plus difficiles. Le manque d’eau est devenu un énorme problème pour les paysans palestiniens ; les puits tarissent dans les villages arabes à qui les autorités israéliennes ont interdit d’en creuser d’autres. Par contre, à quelques kilomètres de ces villages, les colonies de peuplement juives ont, elles, de l’eau à profusion51. L’électrification de certaines zones est retardée quand elle n’est pas interdite par les autorités israéliennes qui empêchent de surcroît les municipalités de Cisjordanie de lever taxes et impôts afin d’améliorer l’infrastructure (routes, écoles, hôpitaux, etc.) des villes et des villages. Le gouvernement israélien n’accordant qu’une aide minime aux municipalités cisjordaniennes, celles-ci n’arrivent à subsister et à établir un semblant de budget que grâce aux dons de certains Etats arabes52.

  • 53 The Israel Economist estime le nombre d’émigrants originaires de la Cisjordanie durant la période 1 (...)
  • 54 I. Al-Qutb et W. As-Said, « Quelques caractéristiques de l’émigration des Palestiniens à Koweit », (...)
  • 55 Pour plus de détails, se rapporter à l’étude de Brian Van Arkadie, Benefits and Burdens : A report (...)
  • 56 « L’enseignement est le seul débouché pour les nouveaux diplômés (....). Les Israéliens ne sont pas (...)
  • 57 Dany Rubinstein, « Dure époque pour les travailleurs arabes », DAVAR du 31/1/1975 in Document C. Ra (...)
  • 58 A la. fin de l’année 1977, on comptait 787 hommes pour 1000 femmes dans la tranche d’âge 25 à 44 an (...)

31L’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza et les conditions de vie difficiles qui en résultent poussent chaque année un grand nombre d’habitants de ces territoires à émigrer53. Selon une enquête54 menée en 1980 auprès d’un échantillon de travailleurs immigrés palestiniens au Koweit, 22 % d’entre eux avançaient comme cause première de leur départ l’occupation israélienne. Et, si la raison essentielle, pour 63 % des personnes interrogées, résidait dans la recherche d’un emploi, celle-ci est liée également à l’occupation israélienne dans la mesure où les économies des territoires occupés, en particulier celle de la Cisjordanie, ont été intégrées à l’économie israélienne, au détriment bien sûr des premières55. Cette émigration touche surtout la main-d’œuvre qualifiée et jeune qui ne trouve aucun débouché en Cisjordanie tandis que les non-qualifiés peuvent être employés plus facilement en Cisjordanie même ou en Israël, notamment dans la construction ou l’agriculture56. Mais les conditions de travail en Israël salaires très bas sur lesquels le gouvernement israélien déduit jusqu’à 40 % pour les caisses d’assurance (plus que pour les Israéliens), sécurité dans le travail souvent inexistante, recrutement sur une base journalière, premiers à être licenciés dès qu’une récession économique apparaît57 poussent aussi cette force de travail non-qualifiée à s’expatrier dans les pays du Golfe. Jeunes diplômés d’une part, donc souvent sans famille, non-qualifiés d’autre part, aux salaires peu élevés et ne pouvant ainsi émigrer avec leur famille du fait de la loi de 1978 : ces deux courants expliquent la recrudescence du départ d’hommes seuls vers Koweit à partir de 1975, comme nous l’avons déjà signalé58.

3. Le choix de Koweit comme lieu d’immigration

32Le choix d’émigrer au Koweit en particulier n’a pas été dicté par les mêmes considérations pour l’ensemble des Palestiniens. Elles varient suivant les époques.

  • 59 A. Bourgey, « Kuwait », op.cit., p. 149.

33Pour les premiers émigrés, jusqu’au début des années 1960, Koweit représentait à peu près l’unique endroit où ils étaient assurés d’obtenir du travail. Le Koweit a été en effet le premier pays producteur de pétrole de la région à utiliser avec une dizaine d’années d’avance sur ses voisins cette « manne pétrolière », comme le souligne A. Bourgey ; il a, de la sorte, longtemps fait figure par rapport aux Emirats et même à l’Arabie Saoudite de « grand frère qui a réussi »59.

34Koweit fut donc, jusqu’en 1960, le seul pays capable d’accueillir en masse des travailleurs étrangers grâce à ses ambitieux projets de développement réalisés durant la période 1952-1965 qui vit un extraordinaire boom dans la construction, lorsque furent décidés la modernisation et l’extension de la ville de Koweit, un accroissement des activités commerciales et sociales ainsi qu’une expansion de l’infrastructure bureaucratique de l’administration koweitienne. Parallèlement, la demande de main-d’œuvre étant très forte, les conditions d’immigration à Koweit étaient relativement souples et le restèrent jusqu’à la fin des années 1960 malgré quelques lois restrictives prises par les autorités koweitiennes.

  • 60 Shamlan Y. Alessa, The Manpower Problem in Kuwait, London : Kegan Paul International, 1981, p. 32.
  • 61 Jacqueline S. Ismael, Kuwait, Social Change in Historical Perspective, New York : Syracuse Universi (...)

35L’immigration au Koweit, sans restriction et sans contrôle pendant les premiers temps, fut supervisée à partir de 1954 par un Bureau de Travail, créé la même année, qui impose certaines mesures pour l’immigration des travailleurs étrangers : enregistrement, permis de travail, nécessité de posséder un passeport et d’être entré légalement dans le pays60, toutes mesures prises après la publication des résultats d’une enquête du Bureau des Affaires sociales concluant que la main-d’œuvre nationale ne représentait que 13 % de la main-d’œuvre totale au Koweit61. Elles n’affectaient, de manière très faible d’ailleurs, que l’immigration de travailleurs non-qualifiés parmi lesquels se rencontraient très peu de Palestiniens, ceux-ci formant en majorité une classe de travailleurs qualifiés. Au contraire, durant cette même période, le gouvernement koweitien, en offrant divers avantages aux travailleurs qualifiés : hauts salaires, gratuité du logement, disposition d’une voiture, voyages payés lors des congés, etc., incitait ces derniers à venir travailler au Koweit.

  • 62 Abdel-Halim Joukhadar, « Les étrangers au Koweit », Population, 1980, n°l, p. 64

36A partir des années 1960, ces avantages n’ont plus été réservés qu’aux seuls travailleurs très qualifiés. Mais la gratuité des services médicaux et de l’enseignement ainsi que la facilité de se procurer un grand nombre de biens de consommation à bon marché, avantages accessibles à tous, jouèrent un grand rôle d’attraction dans le choix de Koweit, comme pays d’immigration. Durant les années 1960, la législation koweitienne sur l’immigration reste peu contraignante, malgré un renforcement du contrôle de l’entrée des travailleurs étrangers. Le recensement de 1961 faisant apparaître que les travailleurs immigrés étaient de nouveau majoritaires dans la main-d’œuvre employée au Koweit, une seconde série de restrictions fut instaurée en 1963, la principale étant celle qui obligeait tout travailleur étranger d’obtenir au préalable un contrat de travail avant d’entrer dans le pays62. Auparavant, seuls les immigrés pakistanais et indiens devaient se plier à cette condition. Cette mesure, loin d’être insurmontable, fut d’ailleurs facilement contournée par les candidats à l’immigration au Koweit.

37La loi de mars 1969 stipulant l’obtention d’un visa par tout étranger désirant se rendre au Koweit fut ressentie plus durement par les immigrés. Nombreux furent par exemple les Palestiniens du Liban dont les demandes de visa durant les événements au Liban, à partir de 1975-1976, furent refusées sans explication, mais en fait pour raison politique vue la méfiance des autorités koweitiennes pour les Palestiniens du Liban à cette époque. Enfin, la loi de 1978 sur l’immigration en famille, dont nous avons fait état précédemment, a touché surtout l’immigration des travailleurs palestiniens qui tendait à être très souvent définitive, ou du moins à prendre la forme d’un long séjour, a été sensiblement réduite faute pour ceux-ci d’être en mesure de vivre avec leur famille

38Cette dernière loi relative à l’immigration, la concurrence accrue de la part des travailleurs asiatiques et surtout l’inflation qui s’est développée au Koweit à partir des années 1973-1974, — sujet sur lequel nous nous arrêterons plus longuement lorsque nous aborderons la partie relative aux conditions de vie des Palestiniens au Koweit —, ont constitué un frein très sensible à l’émigration palestinienne vers Koweit qui fut cependant loin de se tarir, comptant encore beaucoup dans l’accroissement numérique de la communauté palestinienne au Koweit. Malgré les difficultés de plus en plus importantes que l’on y rencontre, le choix de Koweit est celui d’un grand nombre de Palestiniens en raison de la présence dans le pays d’un membre ou d’une partie de leur famille. Les réseaux familiaux jouent en effet un grand rôle pour les travailleurs palestiniens désirant émigrer et le fait que la communauté palestinienne soit une communauté anciennement installée lui procure d’importantes facilités.

39Tout d’abord par l’envoi du visa. Selon notre enquête auprès de migrants palestiniens au Koweit, la plupart d’entre eux ont pu s’y rendre grâce à un visa que leur avait envoyé un membre de leur famille présent sur place.... Ce visa est un visa touristique de trois mois, qui ne permet pas de travailler au Koweit ! Les membres de la famille peuvent alors intervenir une nouvelle fois à ce moment-là : étant au courant des emplois vacants dans leur lieu de travail, ils sont en mesure de diriger leur parent directement vers un poste auquel celui-ci peut postuler rapidement. Une fois embauché, ce sont ses employeurs, aussi bien dans le public que dans le privé qui se chargent de lui faire délivrer un permis de séjour et un permis de travail renouvelables chaque année. Enfin, troisième avantage, non moins appréciable, dont peut bénéficier l’immigré grâce au réseau familial : l’accueil que peut offrir la famille permet, d’une part, de ne pas se retrouver seul (rappelons que les célibataires forment le contingent le plus nombreux parmi les nouveaux immigrants depuis 1974-75 et surtout depuis 1978), et, d’autre part de pouvoir partager avec elle logement et nourriture durant les premiers mois du séjour avant de trouver un appartement ou une chambre avec un autre immigré célibataire. Le migrant sans famille peut profiter du réseau villageois à travers lequel s’exerce aussi une solidarité profonde : bien souvent, les habitants d’un même village s’étant regroupés par quartier ou immeuble, le nouvel arrivant se retrouve dans un environnement qu’il connaît et grâce auquel il est en mesure de mieux s’intégrer au milieu dans lequel il va vivre.

II. La main-d’œuvre palestinienne au Koweit

  • 63 Chiffres cités par A.H. Joukhadar, op.cit., p. 74.

40La main-d’œuvre palestinienne au Koweit représentait en 1975 15,8 % de la main-d’œuvre totale et 22,3 % de la main-d’œuvre étrangère. Bien qu’elle ait augmenté en nombre depuis 1957 à un taux annuel de 2,8 %, elle a diminué en pourcentage par rapport à la force de travail totale : 19,5 % en 1965 (15 % en 1957), 16,9 % en 1970, 15,8 % en 1975. Sa part dans la main-d’œuvre étrangère a également reculé de 25 % en 1965 à 23,2 % en 1970 et 22,3 % en 1975. La raison de cette régression se trouve dans l’accroissement important de certaines autres main-d’œuvre étrangères. Ainsi, les travailleurs égyptiens qui représentaient en 1970, 10,08 % de la main-d’œuvre étrangère en forment 17,76 % en 1975, les Indiens progressent de 5,91 % en 1970 à 10,16 % en 1975 et les Pakistanais de 1,54 % en 1970 à 5,30 % en 197563

  • 64 Philippe Rondot, « Une réponse palestinienne active et privilégiée », Le Monde Diplomatique, supplé (...)
  • 65 Ibid.
  • 66 A.H. Joukhadar, op.cit., p. 77.
  • 67 N.H. Aruri & S. Farsoun, « Palestinian Community and Arab Host Countries », The Sociology of the Pa (...)

41« Rouages indispensables à la bonne démarche de l’entreprise »64parce qu’ils sont employés, entre autres, à « des postes techniques importants dans l’administration et les services publics »65, « occupant une place intermédiaire entre les travailleurs d’origine arabe et les travailleurs européens et anglo-saxons »66, « tenant des postes-clefs dans la plupart des établissements officiels et privés »67 : telles sont les conclusions que l’on rencontrè généralement sur les Palestiniens du Koweit. Cette image de la main-d’œuvre palestinienne au Koweit et des retombées, pouvoir et réussite, de sa qualification correspond à une réalité certaine mais doit être sensiblement nuancée. Il apparaît en effet, si l’on se réfère à la répartition de la population étrangère par groupe professionnel et par nationalité, que si 60 % environ des Palestiniens occupent des postes requérant une qualification, le reste, 40 %, est à part égale, 40 %, est à parts égales, semi-quamifié ou non qualifié.

42Le propos de cette seconde partie, hormis celui de corriger cette tendance trop souvent répétée à ne voir la main-d’œuvre palestinienne qu’uniformément qualifiée, est d’étudier, d’une part, l’évolution de la main-d’œuvre palestinienne depuis son arrivée au Koweit et sa répartition professionnelle au début des années 1980 et, d’autre part, ses conditions de travail au Koweit.

  • 68 J.S. Birks & C.A. Sinclair, « Reports of International Migration Project », University of Durham : (...)
  • 69 Ph. Fargues, Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière, op.cit.
  • 70 A.H. Joukhadar, Les étrangers au Koweit, op.ci.t

43Les données de base sont constituées par les recensements et les annuaires statistiques publiés dans la période entre deux recensements mais qui reprennent globalement, à de rares exceptions près, les résultats du dernier recensement en date sans apporter de nouvelles indications.... Bien que ces données statistiques soient relativement détaillées, l’imprécision rencontrée dans la définition des catégories d’emploi rend parfois difficile l’évaluation qualitative des postes de travail mentionnés. Nous nous référerons également aux travaux généraux effectués sur la main-d’œuvre au Koweit par J.S. Birks et C.A. Sinclair68 en particulier, ainsi qu’à ceux de Ph. Fargues69 et A.H. Joukhadar70.

1. Une main-d’œuvre qui s’est diversifiée

  • 71 Annual Statistical Abstract — Kuwait, op.cit.

44La main-d’œuvre palestinienne au Koweit était, jusqu’au début des année 1960, caractérisée par deux faits essentiels. D’une part, elle était employée surtout dans le secteur public : 48,5 %, contre 41,4 % dans le secteur privé en 1965. L’équilibre est à peu près atteint en 1970, 45,8 % pour le public et 43,7 % pour le privé, tandis qu’en 1975, la tendance se renverse, 42,8 % des Palestiniens travaillant dans le public et près de 50 % dans le privé71. Elle était d’autre part concentrée dans quatre catégories professionnelles bien déterminées.

    • 72 Muhsin D. Yussuf, « The Potential Impact of Palestinian Education on a Palestinian State », Journal (...)
    • 73 Notre enquête au Koweit a montré qu’une grande partie des enseignants interrogés ont été ainsi recr (...)

    Le corps enseignant et le personnel administratif des écoles. En 1961, 49,5 % des enseignants et 55 % des enseignantes étaient palestiniens. Les Palestiniens représentaient de même 47,8 % des directeurs et du personnel administratif des écoles72. La base de ce personnel administratif et enseignant avait été recrutée durant les années 1953-1954 par des missions itinérantes de l’Office koweitien de l’Education73 lors de tournées dans différents pays arabes du Proche-Orient, Syrie, Jordanie, Egypte et Liban, dont les systèmes éducatifs étaient assez développés pour fournir un nombre suffisant d’enseignants pouvant prendre en charge l’organisation et l’extension du réseau scolaire koweitien.

    • 74 Effrench and Hill, « Kuwait Urban and Medical Ecology », Geomedical Monograph Series, Heidelberg — (...)
    • 75 Zahra Freeth, Kuwait was my Home, London : George Allen and Unwin, 1956, p. 45.

    Le corps médical. En 1957, les Palestiniens constituaient une fraction importante des médecins, en compagnie des Libanais et des Egyptiens. Ils étaient arrivés pour la plupart d’entre eux après 195274. Ils fournissaient par contre la presque totalité des équipes d’infirmières dans les hôpitaux koweitiens75.

    • 76 Molly Izzard, The Gulf Arabia’s Western Approaches, London : John Murray, 1979, p. 82.

    Chefs de bureau, secrétaires et employés dans l’administration. Le rapatriement progressif, après l’indépendance accordée à l’Inde en août 1947, des Indiens qui monopolisaient ces postes provoqua un vide qu’il fallut combler rapidement. Le Koweit étant alors sous tutelle britannique, les futurs employés devaient disposer d’une connaissance suffisante de la langue anglaise. Les Palestiniens étaient particulièrement désignés pour occuper ces fonctions en remplacement des Indiens, puisqu’ils avaient acquis l’expérience d’une étroite collaboration avec l’administration mandataire britannique en Palestine de 1920 à 194876.

  1. Le secteur pétrolier. Le secteur pétrolier employa, dès le début des années 1950, de nombreux ingénieurs et techniciens palestiniens formés en Palestine par les Britanniques et qui travaillaient à la raffinerie d’Haïfa construite en 1936 pour servir de terminal au pipe-line Kirkouk-Haïfa de l’Irak Petroleum Co.

  • 77 Pourcentages calculés d’après les résultats du recensement de 1975. Annual Statistical Abstracts 19 (...)

45A la fin des années 1970, on retrouve toujours une forte proportion de Palestiniens employés dans ces quatre catégories professionnelles. En effet, d’après le recensement de 1975, les Palestiniens constituaient 27,5 % du total des ingénieurs recensés au Koweit, 36,5 % des médecins, dentistes et vétérinaires, 24,9 % des infirmiers, et enfin 29,7 % des professeurs77.

  • 78 Elia T. Zureik, « From Peasantry to Proletariat », Journal of Palestine Studies, Vol., VI, n° 1, Be (...)
  • 79 Ibid., p. 50.

46Cependant, au cours de ces trente années d’immigration palestinienne au Koweit, on a pu assister à une très nette diversification de la main-d’œuvre palestinienne dans ce pays et à un élargissement considérable de l’éventail des professions occupées par celle-ci, non seulement par rapport à la situation que nous venons de décrire plus haut mais aussi, et surtout, par rapport à l’état de la main-d’œuvre arabe en Palestine avant 1948. Selon le recensement britannique de 1931 en Palestine, 57,1 % de la population arabe palestinienne étaient employés dans l’agriculture78. En 1944, ce secteur en comptait encore 51 %. Toujours selon le recensement de 1931, 12 % des Arabes palestiniens travaillaient dans l’industrie, l’artisanat et la construction, 6 % dans le secteur des transports, 8,2 % avaient une activité commerciale, 2,7 % occupaient des professions libérales, enfin 3,9 % étaient employés dans le secteur public et 6,3 % dans les services. Les secteurs commercial, public (et bancaire) et des services confondus comprenaient 33 % de la population active arabe en Palestine en 195579.

Tableau 2. Groupes professionnels comprenant une forte proportion de Palestiniens

Tableau 2. Groupes professionnels comprenant une forte proportion de Palestiniens
  • 1 Postes généralement réservés aux Koweitiens qui en monopolisent, dans ce cas précis, 84 %

Note *1

Source : D’après le recensement de 1975, Annual Statistical Abstracts 1981, Ministry of Planning Central Statistical Office, State of Kuwait.

  • 80 Chiffres et constatations avancés par A.H. Joukhadar, op.cit., p. 77.

47En 1975, si l’on étudie la répartition de la population active étrangère par profession et par nationalité, on s’aperçoit que dans la plupart des cas, chaque nationalité est spécialisée et se concentre dans un nombre limité d’emplois. Les travailleurs égyptiens, par exemple, s’ils constituent 24 % des enseignants, des ingénieurs et techniciens et des professions médicales, dans le secteur de la construction en particulier sont à 52 % ouvriers et manœuvres non agricoles et conducteurs d’engins de transport. De même, les Iraniens et les Pakistanais sont classés principalement parmi les manœuvres dans le bâtiment ou comme plombiers et ouvriers non-spécialisés dans les industries alimentaires80. Enfin, les Indiens, quant à eux se rencontrent surtout parmi les infirmiers, les tailleurs et couturiers et surtout chez les cuisiniers, les garçons de restaurants et le personnel de maison. Les Palestiniens, ainsi que les Libanais, mais dans une moindre mesure, sont répartis à peu près dans toutes les catégories d’emplois recensées, mis à part, en ce qui concerne les Palestiniens, la bijouterie et le travail des métaux précieux, d’où ils sont absents, le secteur de la construction dont ils constituent seulement 3,9 % de la main-d’œuvre totale (soit moins de 1,5 % de la main-d’œuvre palestinienne totale employée au Koweit) et le secteur de la pêche et de la chasse.

48Cependant, des quotas plus importants de Palestiniens sont enregistrés dans certaines professions par rapport à d’autres. Sur 55 professions recensées, près de la moitié comptent une proportion au moins égale à 20 % de Palestiniens par rapport au nombre total de travailleurs comptabilisés dans chacune de ces professions (tableau 2).

49Enfin, les Palestiniens occupent la première place par le nombre dans plusieurs groupes de profession : physiciens ; ingénieurs, géomètres et dessinateurs ; médecins, dentistes et vétérinaires ; économistes et expert-comptables ; sténo-dactylos ; voyageurs de commerce et vendeurs ; monteurs en machines et en instruments de précision ; électriciens, électroniciens et techniciens de cinéma ; plombiers et soudeurs ; travailleurs du secteur des transports. Ils sont seconds chez les infirmiers, derrière les Indiens, parmi les professeurs, après les Egyptiens. Enfin, ils arrivent en seconde position derrière les Koweitiens dans des groupes professionnels auxquels ces derniers accèdent en priorité : directeurs d’établissements publics et privés ; administrateurs dans le public ; chefs de services et de bureau (secteur public) ; contremaîtres, etc.

50Cette répartition désormais plus homogène de la main-d’œuvre palestinienne au Koweit succédant à la concentration sur un petit nombre de professions déterminées est un des phénomènes les plus importants de l’évolution de la société palestinienne émigrée depuis 1948. Cette transformation résulte du fait que les pays du Golfe ont demandé, au fur et à mesure de leur développement et de leurs besoins, une main-d’œuvre de plus en plus diversifiée et que les Palestiniens des pays de départ, Cisjordanie, Gaza, Jordanie, mais aussi Liban et Syrie, ont dû et su s’adapter aux nouvelles conditions des marchés.

2. Une main-d’œuvre en majorité qualifiée

51L’éventail des professions des Palestiniens au Koweit s’est beaucoup élargi. Dans le même temps, la main-d’œuvre palestinienne au Koweit s’est transformée qualitativement : vers le bas, lorsque le marché de l’emploi non-qualifié, fermé car occupé par les Irakiens et les Iraniens jusqu’à la fin des années 1950, s’est ouvert au cours de la décennie suivante qui a donc vu l’apparition au Koweit d’un fort contingent d’ouvriers palestiniens semi-qualifiés et non-qualifiés, mais aussi vers le haut, avec la constitution d’une strate de travailleurs très qualifiés.

  • 81 J.S. Birks and C.A. Sinclair, « The 1975 Kuwait Census : a Re-evaluation of the Size of the Expatri (...)

52Il est aisé, d’après le recensement des groupes professionnels effectué par le Bureau central des Statistiques koweitien, de déterminer les professions correspondant à un haut niveau de qualification ou, à l’autre extrême, ne demandant aucune qualification ; il est, par contre, souvent difficile de distinguer, du fait d’une définition trop floue de ces catégories professionnelles, si certaines professions doivent être considérées comme qualifiées ou semi-qualifiées. Nous nous fonderons surtout, pour cette étude, sur le classement de Birks et Sinclair81 bien que celui-ci ne soit : as totalement satisfaisant, en particulier lorsque, justement, il réunit indifféremment dans un même groupe, d’une part « les emplois de bureau qualifiés et semi-qualifiés » et, d’autre part « les emplois manuels qualifiés et semi-qualifiés ».

53a. 10 % de la main-d’œuvre palestinienne au Koweit sont hautement qualifiés. Birks et Sinclair proposent en tête de leur classement deux catégories requérant, l’une, un diplôme d’études supérieures en mathématiques ou en sciences (ingénieurs, médecins, économistes, informaticiens, etc.), l’autre, un diplôme d’études supérieures en lettres (juristes, journalistes, administrateurs du secteur public, etc.) : 10,1 % de la main-d’œuvre palestinienne appartient à ces deux catégories, 7,2 % dans la première et 2,8 % dans la seconde. Les Palestiniens entrent pour 38,8 % du total de la force de travail recensée dans la première catégorie et pour 14,2 % de la seconde.

  • 82 A.H. Joukhadar, op.cit., p. 75.
  • 83 A.H. Joukhadar, op.cit., p. 76.

54b. 20 % sont très qualifiés. Une troisième catégorie selon Birks et Sinclair est définie ainsi : « techniciens et autres emplois nécessitant généralement entre une et trois années d’études postsecondaires ou d’écoles professionnelles ». Ils groupent dans cette catégorie, entre autres, géomètres et dessinateurs, officiers de marine et de l’air, infirmiers, contremaîtres et professeurs. Les Palestiniens représentent 27,3 % de la main-d’œuvre totale composant cette catégorie qui, elle-même, englobe 20,7 % de la main-d’œuvre palestinienne du fait principalement de ses importants effectifs en professeurs, infirmiers d’une part, mais d’autre part, il faut le souligner, du grand nombre de contremaîtres, 22,5 % du total. D’autre part, alors que le taux de femmes actives par rapport à la population féminine palestinienne au Koweit est de 8,6 %82, 72,6 % des Palestiniennes sont employées dans cette catégorie, en grande majorité dans l’enseignement et le corps médical, en qualité d’infirmières83.

  • 84 Muhsin D. Yussuf, « The Potential Impact of Palestinian Education on a Palestinian State », Journal (...)

55Les deux catégories suivantes dans le classement de Birks et Sinclair : « emplois de bureau qualifiés et semi-qualifiés » et « emplois manuels qualifiés et semi-qualifiés », soulèvent le problème de faire le départ entre les emplois qualifiés et semi-qualifiés. Si, dans la première catégorie, qui compte 25,48 % de la main-d’œuvre palestinienne, elle-même représentant 20,2 % de la main-d’œuvre totale, il nous paraît normal d’inclure globalement, par exemple, les chefs de bureau, les caissiers et comptables, les sténo-dactylos ou encore les directeurs commerciaux parmi les travailleurs qualifiés, il est difficile, en revanche, de trancher en ce qui concerne le personnel commercial et autres vendeurs et de connaître la proportion de qualifiés et de semi-qualifiés parmi eux. Dans la mesure où des écoles spécialisées dans l’enseignement des affaires commerciales, publiques, privées ou régies par l’UNRWA, existent, en nombre insuffisant certes, en Cisjordanie, Jordanie, à Gaza, au Liban, en Syrie et en Israël84 et que de nombreux étudiants palestiniens y suivent des cours, nous pouvons supposer qu’une bonne partie d’entre eux a reçu une formation appropriée pour occuper ce genre d’emplois.

56Ces diverses considérations prises en compte, nous pouvons avancer, mais avec prudence, que les deux-tiers des Palestiniens recensés dans cette catégorie peuvent être considérés comme qualifiés, soit à peu près 17 % de la main-d’œuvre palestinienne totale.

  • 85 Les écoles techniques de l’UNRWA ont formé entre 1952 et 1973 5409 soudeurs, tourneurs et autres em (...)

57Pour la catégorie « emplois manuels qualifiés et semi-qualifiés », le partage entre les deux est un peu plus facile : 23,8 % de la main-d’œuvre palestinienne y est représentée et les Palestiniens entrent pour 15,5 % de la main-d’œuvre totale classée dans cette catégorie. Plus de la moitié des travailleurs palestiniens se regroupent dans trois catégories professionnelles : forgerons, monteurs en machines et en instruments de précision ; plombiers et soudeurs et électriciens, qui supposent une certaine qualification de même que les secteurs de l’imprimerie et de l’ébénisterie, professions employant une quantité non négligeable de Palestiniens. En déduisant le nombre de travailleurs palestiniens occupés dans certains groupes professionnels qui ne nous paraissent pas, a priori, requérir une qualification, tels par exemple, les ouvriers à la production dans les secteurs alimentaires ou chimiques, les peintres en bâtiment, les mineurs, etc., et, en supposant que la moitié des Palestiniens opérant dans des secteurs qualifiés sont réellement qualifiés : électriciens, soudeurs, électroniciens, imprimeurs, etc85, nous arrivons à un taux (approximatif et sous réserves) de 43 % de Palestiniens qualifiés dans cette catégorie, soit environ 10 % de la main-d’œuvre totale palestinienne.

58De façon détaillée, 57 % de la main-d’œuvre palestinienne serait qualifiée et donc 20 % non-qualifiée. Dans cette dernière catégorie les Palestiniens représentent 8,5 % de la main-d’œuvre totale qui y est recensée. Ils constituent 7,2 % des cuisiniers, garçons de restaurant et concierges, 4,95 % du personnel d’entretien des immeubles, mais ils sont surtout coiffeurs (24,25 % du total), employés dans les transports (26,3 %) dockers et manutentionnaires (27,3 %).

59Les conclusions que nous proposons sur les niveaux de qualification de la main-d’œuvre palestinienne au Koweit peuvent être sujettes à discussion et doivent être confirmées par une étude plus poussée. Il est cependant certain que si la main-d’œuvre palestinienne au Koweit est majoritairement qualifiée, entre 55 et 60 %, dont une couche supérieure comprenant 10 % de hautement qualifiés, plus de 40 % d’entre elle est semi et non-qualifiée. De ce fait, on est loin de l’image d’une communauté palestinienne privilégiée et qualifiée dans sa quasi-totalité trop souvent évoquée. Ceci dit, il nous paraît plus important de revenir sur la transformation qualitative de la main-d’œuvre palestinienne entre 1948 et nos jours et dont les travailleurs palestiniens au Koweit fournissent un excellent exemple.

  • 86 E. Hagopian et A.B. Zahlan considèrent qu’en 1948, 30 % de la population arabe palestinienne était (...)

60La catastrophe qui s’est abattue sur les Palestiniens en 1948 leur a fait prendre conscience de leurs faiblesses, en particulier au niveau de l’éducation86. Après quelques années d’incertitude dues aux conditions difficiles de réinstallation et de réorganisation, les Palestiniens se sont engagés dans une véritable course à l’éducation qui se poursuit actuellement, mais qui les fait déjà apparaître comme l’un des peuples, si ce n’est le peuple, le plus éduqué de la région. Cette soif d’éducation exprime, d’une part, une volonté de rattraper le niveau éducatif et technique des Israéliens et, à partir de là, les combattre à armes moins inégales qu’auparavant et d’autre part une volonté de survie, sans patrie et dans une situation politique très incertaine, les Palestiniens plus que toute autre communauté devant faire un important effort pour s’adapter à la demande par les pays du Golfe de travailleurs de plus en plus qualifiés. Sans cela, les Palestiniens, devraient vivre éternellement sous l’occupation ou la dépendance israélienne dans une Cisjordanie sans avenir ou dans les camps de Jordanie, du Liban ou de Syrie.

  • 87 Tous ces chiffres sont donnés par M. Yussuf, op.cit., pp. 71-72.
  • 88 Ibid., p. 75.

61Cette course à l’éducation s’est traduite par un accroissement considérable des effectifs d’étudiants palestiniens à tous les niveaux scolaires et universitaires. De 1969-70 à 1975-76, la population de la rive ouest avait augmenté de 11,7 %, celle de Gaza de 15,5 %, celle de la Jordanie de 26,5 %. Dans le même temps, le nombre des écoliers et lycéens s’était accru respectivement de 29 %, 34,1 % et 63,8 %. Pour la rive ouest et Gaza le taux d’accroissement le plus fort concernait le niveau secondaire (élèves de 15 à 17 ans), 57,7 % et 37,9 % dans chacun des cas ; pour la Jordanie, au niveau préparatoire, (élèves de 12 à 14 ans) : 94 %, au niveau secondaire : 90 %87. Au Koweit, dès 1967, 93 % des enfants de 6 à 9 ans étaient scolarisés ainsi que 60 % de la tranche d’âge de 10 à 17 ans88.

  • 89 La plupart dans des universités du monde arabe : Université américaine de Beyrouth, Université arab (...)
  • 90 Elle était de 11/1 000 à la fin des années soixante. Cette proportion était équivalente au Liban ma (...)
  • 91 Antoine and Rosemarie Zahlan, « The Palestinian Future : Education and Manpower », Journal of Pales (...)

62Au niveau universitaire, la même évolution s’est produite : en 1965-66, 30 000 étudiants palestiniens étaient inscrits à l’université89 ; leur nombre passe à 50 000 en 1972/73 et 80 000 en 1976/77, soit 20 % de la population totale90. Enfin, de 1948 à 1974, 70 000 étudiants palestiniens ont été diplômés de l’université91 et probablement 80 000 entre 1948 et 1977.

  • 92 M. Yussuf, op.cit., p. 83.

63Le secteur d’éducation qui s’est le moins développé tout en progressant par rapport à 1948, est celui des écoles techniques et d’apprentissage. M. Yussuf estime que seulement 10 % des étudiants palestiniens scolarisés dans le cycle secondaire en 1975-76 l’étaient dans ce genre d’école, contre déjà 45 % en Egypte en 1969-70 et 56,6 % en Israël en 1974. Il l’explique par deux raisons : d’une part, le système d’apprentissage est souvent considéré par les Palestiniens comme une forme dévalorisée d’éducation, réservée aux élèves qui ont échoué dans le secondaire ; d’autre part, le coût de ces études est supérieur à celui des études académiques, ce que ne peut supporter par exemple l’UNRWA dont le but est d’éduquer le plus d’élèves au coût le plus bas92.

64Les Palestiniens sont donc et doivent être de plus en plus éduqués et qualifiés, afin de disposer des meilleurs atouts dans la recherche d’un emploi et d’améliorer leur niveau de vie. Avant de voir si celui-ci réellement a progressé au Koweit, il sera utile d’examiner leurs conditions de travail au Koweit, leurs salaires suivant les qualifications, les mesures sociales dont ils peuvent bénéficier.

3. Conditions de travail, salaires et protection sociale

  • 93 Autres que celles concernant les meurtres et tentatives de meurtre, l’état d’ébriété, le tapage noc (...)
  • 94 La loi oblige tout travailleur étranger qui a perdu son emploi de quitter le territoire koweitien d (...)

65Ces conditions sont au départ les mêmes pour tous les étrangers puisqu’il existe une série de lois régissant l’immigration, la résidence et le travail des étrangers au Koweit... Or ces lois sont appliquées, ce qui aboutit chaque année à l’expulsion d’un certain nombre d’étrangers en situation irrégulière. En 1980, 8173 étrangers avaient été expulsés du Koweit pour non-respect des lois93, dont une bonne partie pour cause d’entrée, de séjour ou de travail illégaux au Koweit. Peu, cependant, avaient été priés de quitter le Koweit pour raison de chômage94 : 64 sur 9651 expulsions, soit 0,56 % du total.

66a. Recrutement. Les travailleurs asiatiques, indiens et pakistanais ou les Iraniens sont plus soumis à ces lois que les autres étrangers, car ils ont beaucoup moins de possibilités de les contourner, ce que peuvent faire plus facilement les travailleurs arabes, en particulier ceux appartenant à des communautés installées de longue date : Egyptiens, mais surtout Libanais et Palestiniens. Nous avons vu, à propos des Palestiniens, que s’il existe une loi obligeant tout travailleur immigré à disposer au préalable d’un contrat de travail avant de se rendre au Koweit, bon nombre d’entre eux arrivent munis d’un visa de tourisme, cherchent et trouvent un emploi grâce à leurs relations familiales... Tous ne sont pas dans ce cas ; beaucoup entrent au Koweit pourvus d’un contrat et d’un visa leur permettant de travailler, soit ayant été recrutés dans le pays de départ par des bureaux d’embauche spécialisés à Beyrouth, Amman ou Damas, soit parce que l’entreprise dans laquelle ils travaillaient les a envoyés sur place, ayant obtenu un contrat au Koweit, soit enfin parce qu’ils ont répondu à une offre ou une annonce officielle parue dans la presse et que l’établissement, public ou privé, s’est occupé des formalités avant leur départ pour le Koweit.

  • 95 Contraction arabisée de one-eight. Il semble que cette expression ancienne et remonte à 1918 lorsqu (...)

67b. Conditions de travail. Les horaires de travail dans l’administration publique sont de 7h30 à 13h30 du samedi au mercredi et de 7h30 à 1lh30 le jeudi. Le vendredi est jour de congé. Dans le privé, les horaires varient, mais la journée de travail est de huit heures. L’après-midi libre pour les travailleurs du secteur public est l’occasion pour eux d’occuper un second emploi, du moins pour les plus défavorisés d’entre eux. Il est en effet fréquent chez les Palestiniens dont les salaires sont peu élevés, parce qu’ils sont non-qualifiés, cuisiniers, plantons dans un ministère, chauffeur, etc., d’être l’après-midi jardiniers pour l’entretien des jardins privés ou, surtout, conducteurs de « ouanet »95, petits pick-up de fabrication japonaise dont ils sont propriétaires et avec lesquels, en disposant d’une licence, ils transportent des marchandises. Il leur est, par contre, interdit d’utiliser cette voiture comme taxi sous peine de retrait de la licence et de confiscation de la voiture. Cela n’empêche pas certains de le faire et de marauder près des stations d’autobus bondées à la sortie des bureaux.

68Les Koweitiens ont la priorité pour les emplois dans le public et en particulier pour les postes élevés. Si un Koweitien est en mesure de prouver qu’il peut occuper un poste confié à un étranger, ce dernier doit le quitter. L’avancement est également bloqué pour les étrangers qui, bien souvent, ont des supérieurs koweitiens dont le niveau d’éducation est de loin inférieur au leur. On peut même parler dans certains cas de régression. Un métreur étranger travaillant au ministère des Travaux Publics débutait en 1982 au grade VIII, le plus bas, alors que quelques années auparavant il était embauché sur la base du grade V. Malgré leur bon niveau de qualification, peu d’étrangers parviennent à atteindre le grade I.

  • 96 Kafala est souvent traduit par le terme de sponsorship et kafîl par celui de sponsor.

69c. La kafala96 ou système de garantie. Tout travailleur étranger doit, pour obtenir un permis de séjour et de travail, être enregistré au nom d’un intermédiaire (kafîl) koweitien qui devient son garant. Pour les employés étrangers du secteur public, ce sont les ministères qui se chargent de ces formalités. Pour le secteur privé, si le travailleur étranger est recruté par une importante société koweitienne, la direction de cette société est en même temps employeur et kafîl de ce travailleur et est responsable de lui. En définitive, l’immigré n’entre en contact direct avec un intermédiaire que s’il veut ouvrir un commerce ou travailler comme artisan indépendant (10 % des Palestiniens actifs entrent dans cette catégorie). Ce commerce, même si les fonds ont été fournis par l’immigré, sera enregistré au nom de l’intermédiaire qui recevra une part des bénéfices. Cette situation provoque de nombreux abus : à tout moment l’intermédiaire peut se déclarer propriétaire du commerce en question et s’approprier le stock de marchandises que l’immigré aura acheté. Les procès devant les tribunaux sont possibles mais aboutissent rarement. Dans le cas de l’artisan indépendant, celui-ci paie au kafîl un rente mensuelle ou annuelle, dont le montant est fixé au départ.

70d. Les salaires. Une autre discrimination apparaît entre Koweitiens et non-Koweitiens dans la disparité entre les salaires perçus au même poste de travail par les nationaux, pour les étrangers, aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé :

  • 97 J. Ismael, op.ci.t, p. 128.

71Dans le cas des employés du secteur civil gouvernemental, les salaires des Koweitiens sont supérieurs, en moyenne, de 35 % par rapport à ceux des non-Koweitiens. La disparité la plus importante se rencontre dans la catégorie des ouvriers et manœuvres à la production où la moyenne des salaires des Koweitiens est deux fois et demie supérieure à ceux des non-Koweitiens97.

  • 98 Ibid., p. 126.

72Les ouvriers koweitiens du secteur privé gagnent trois fois plus que leurs collègues étrangers ; quant aux administratifs et aux techniciens, le salaire moyen des Koweitiens est de 265 dinars koweitiens alors qu’il n’est que de 120 DK pour les étrangers98.

  • 99 S.Y. Alessa, op.cit., p. 44.
  • 100 N.H. Aruri and S. Farsoun, op.cit., p. 137.

73e. Protection sociale. Les services médicaux étant gratuits pour tous les résidents à Koweit, nationaux et étrangers, ces derniers ne bénéficient cependant pas du système de sécurité sociale et de retraite institué en septembre 1976 et qui ne concerne que les citoyens koweitiens99. Les travailleurs étrangers reçoivent néanmoins quelques compensations lorsqu’ils atteignent l’âge de la retraite, 60 ans, en étant toujours en activité au Koweit : attribution d’une somme correspondant à un mois de salaire pour chaque année de travail au Koweit100.

74Les Palestiniens, face à ces problèmes, se sont organisés et poursuivent le développement d’un système de protection sociale plus approprié. Ainsi, un fonds a été créé, regroupant une centaine de villes et villages de Palestine représentés par leurs habitants au Koweit. L’argent recueilli est placé ou investi et les bénéfices distribués aux Palestiniens les plus défavorisés au Koweit ainsi qu’à ces villes et villages de Cisjordanie, Gaza ou Israël. Il existe de même un comité (lijan az-zakat) qui prélève une taxe, la zakat, correspondant à 2,5 % du salaire. La zakat affecte aussi tous les musulmans non-koweitiens et plutôt installés de longue date, donc principalement les Palestiniens. Les fonds rassemblés sont souvent utilisés comme prêts sans intérêt pour payer les dettes dont les échéances arrivent à expiration. Cependant, c’est au projet de création d’une sécurité sociale et d’une caisse de retraite propres aux Palestiniens que les responsables de la communauté palestinienne au Koweit attachent le plus d’importance. Actuellement, ces derniers sont toujours en négociation avec plusieurs compagnies d’assurance afin d’étudier les conditions de fonctionnement de ce système de sécurité sociale et de retraite.

  • 101 S.Y. Alessa, op.cit., p. 46.

75Ces mesures discriminatoires frappent sans exception tous les étrangers qui n’ont eu bien souvent que l’ultime recours à la grève, en 1969 et 1974 en particulier, pour demander une amélioration de leurs conditions de travail. Les travailleurs étrangers, s’ils peuvent, en effet, s’inscrire à un syndicat koweitien, dans lequel ils n’ont ni droit de vote, ni possibilité de participer au Bureau, ont l’interdiction totale de constituer leur propre syndicat101. Mais ces discriminations sont ressenties plus durement par les Palestiniens qui vivent dans une insécurité permanente. Où iraient-ils, alors que la majorité d’entre eux sont là depuis plus de vingt ans et que la plupart des enfants résidant au Koweit à l’heure actuelle y sont nés et ne connaissent que ce pays, s’ils devaient quitter le Koweit parce qu’à la retraite, ou parce qu’accidentés du travail, sans compensation et au chômage, ils n’auraient plus les moyens, voire le droit, d’y rester ? La nationalité koweitienne étant, de plus, presque impossible à obtenir, on comprend qu’une partie des Palestiniens, parmi ceux les plus anciennement établis et qui ont beaucoup contribué à l’édifcation du Koweit moderne et à son développement, en éprouvent une certaine amertume.

76Avec les moyens dont ils disposent, ils peuvent améliorer sensiblement, nous l’avons vu, leur situation. Mais ils ne doivent compter que sur eux-même et ne rien attendre des autorités koweitiennes déjà trop inquiètes du nombre de plus en plus élevé d’étrangers résidant au Koweit. Les Palestiniens n’ont, en fin de compte, que le seul choix de se soumettre aux lois du marché et à son fonctionnement, ce qui a déjà provoqué un bouleversement dans la structure socio-professionnelle de la société palestinienne par l’élargissement et la diversification de celle-ci, ainsi qu’un changement qualificatif, la main-d’œuvre palestinienne ayant atteint un niveau de qualification sans aucune comparaison avec celui existant il y à encore trente ans. Les pays pétroliers du Golfe paraissant devoir demander dans l’avenir une part plus importante de travailleurs qualifiés et très qualifiés, les Palestiniens se préparent dès maintenant à cette évolution, ne serait-ce qu’à voir l’investissement dans l’éducation que font les Palestiniens du Koweit et les sacrifices que sont prêts à consentir les parents pour donner à leurs enfants une éducation de haut niveau et de qualité. On peut en effet parler de sacrifices car si les salaires au Koweit sont supérieurs à ceux des pays de départ, le coût de la vie y est aussi beaucoup plus élevé et, une fois déduits les frais courants, le surplus restant est souvent faible. En conséquence, nous nous retrouvons paradoxalement face à une communauté palestinienne au Koweit dont 60 % vit dans des conditions difficiles alors que près de 60 % d’entre elle, considérée comme qualifiée, aurait pu prétendre à un niveau de vie relativement aisé.

III. Des conditions de vie difficiles depuis 1973

77La décennie 1960 fut sans doute l’âge d’or de l’immigration palestinienne au Koweit. A côté des facteurs qui poussaient les Palestiniens à émigrer — chômage, absence d’emplois correspondant aux niveaux de qualification atteints par la plupart d’entre eux, « jordanisation », puis occupation israélienne, pour ceux de Gaza et de Cisjordanie, ces derniers formant la plus grande part des immigrés palestiniens au Koweit —, il existait des facteurs attractifs propres au Koweit. Au Koweit tout d’abord, un immigré trouvait du travail, un travailleur qualifié un emploi à la mesure de ses qualifications, et tous y trouvaient surtout des salaires bien plus élevés que ceux des pays de départ, la médecine et l’éducation gratuites, donc moins de dépenses, et, partant, un coût de la vie relativement plus bas ; tout cela permettait aux immigrés d’élever sensiblement leur niveau de vie. Ces avantages entraînèrent les Palestiniens candidats à l’émigration à choisir Koweit pour s’y installer en famille. D’ailleurs, la possibilité matérielle de faire venir la famille et de l’entretenir sur place est alors selon nous un indicateur d’une certaine prospérité chez les Palestiniens.

  • 102 N.H. Aruri et S. Farsoun estiment que la société palestinienne au Koweit est ainsi composée : class (...)

78A partir de 1973, la situation change radicalement. Une forte inflation se manifeste au Koweit, entraînée par l’accroissement de la consommation que permet l’augmentation considérable des revenus pétroliers. Pour les Koweitiens cette inflation est contrebalancée par des aides de l’Etat ; mais les étrangers, qui ne reçoivent aucune compensation, sont atteints plus durement. Il faut distinguer, entre ces travailleurs étrangers, ceux qui sont moins touchés que d’autres par cette inflation ou pour qui ses conséquences ont moins d’importance. Certains envisagent dès le départ de ne faire qu’un court ou moyen séjour au Koweit (trois à six ans), le temps de constituer un capital qui leur permettrait d’élever leur statut socio-économique lors du retour au pays, souvent par l’achat d’un taxi, d’un véhicule de transport, d’une boutique, etc. ; l’impact de l’inflation sur eux est moins fort. En effet, ils sont en général venus seuls ; ils ont dès leur arrivée au Koweit réduit leurs dépenses au strict minimum ; et ils sont prêts à vivre dans des conditions précaires pendant une courte période de leur vie pour atteindre leurs objectifs. D’autres, venus pour un plus long séjour et en famille, avec la même idée de retour au pays et l’amélioration de leur situation, peuvent aussi accepter des sacrifices. Il reste enfin les Palestiniens, touchés eux de plein fouet par cette inflation qu’ils sont obligés de subir car ils sont installés à Koweit sans perspective de retour puisque celui-ci dépend de la reconnaissance hypothétique de leur patrie et de leur droit d’y vivre. Si 40 % des Palestiniens au Koweit, constituant la haute et moyenne bourgeoisie, ont maintenu leur niveau de vie, les 60 % restant102, (ouvriers qualifiés, peu et pas qualifiés) ont vu le leur baisser sensiblement du fait de l’inflation.

1. L’inflation au Koweit à partir de 1973

79Nous prendrons en considération deux indices, celui des prix de gros et celui du coût de la vie.

80a. L’évolution de l’indice général des prix de gros. De 1973 à 1977, la baisse de la croissance de l’indice général des prix de gros, suivie même d’une légère diminution en 1978 avant la hausse sensible en 1979, est due surtout au ralentissement du taux de croissance des prix des produits alimentaires (+14,3 % en moyenne en 1974/75, +8,3 % en 1976, +7,7 % en 1977) dont la part est prépondérante, (70,7 %) dans le calcul de l’indice. C’est d’ailleurs, la baisse de l’indice des prix alimentaires de 2,1 % en 1978 qui a provoqué la diminution de l’indice général (0,7 %) la même année. Mais, hormis le bon résultat de 1978 et cette tendance générale à la baisse, le taux d’inflation des prix de gros reste élevé et a de sérieuses répercussions sur l’indice du coût de la vie.

  • 103 Fiches du Monde Arabe. « Koweit, économie. Inflation et indices des prix ». 1er Août 1978, n° 1027.
  • 104 Ibid.

81b. L’évolution de l’indice du coût de la vie. Au premier abord, si l’on se réfère aux indices avancés, +8,4 % en 1973, +13,2 % en 1974, +9 % en 1975, +5,5 % en 1976, +8,3 % en 1977, +8,9 % en 1978 et +5,2 % en 1979, la hausse du coût de la vie au Koweit durant ces sept ans n’a pas dû être trop difficile à supporter. Mais il faut souligner à ce propos que l’inflation au Koweit a surtout affecté les produits de consommation courante en premier lieu l’alimentation dont la hausse a été supérieure sur toute la période à celle de l’indice général : 15,3 % en 1973, 17,8 % en 1974, 13 % en 1975, 6,5 % en 1976 et 7,1 % en 1977, soit 59,7 % en cinq ans103. Pour la seule année 1977, qui voit l’indice du coût de la vie croître de nouveau après une stabilisation enregistrée en 1976, les hausses relevées dans certains secteurs sont considérables : les chaussures (60 %), les tarifs des transports en commun (20 %), les tarifs postaux (12 %), les équipements électriques (20 %) et les voitures et motocyclettes (20 %)104.

Tableau 3. Évolution de l’indice des prix de gros

Tableau 3. Évolution de l’indice des prix de gros

Source : Fiches du Monde Arabe. Koweit Economie — Inflation n° 1740, 11 novembre 1980.

Tableau 4. Coût de la vie

Tableau 4. Coût de la vie

Source : Fiche du Monde Arabe — Koweit Economie — Inflation no 1740, 11 novembre 1980.

  • 105 Ibid.
  • 106 Ibid.

82Mais ce sont les loyers qui ont subi l’augmentation la plus forte. Or, le poste logement, qui entre dans le calcul de l’indice du coût de la vie, ne comprend ni les loyers des immeubles dont la construction est postérieure à 1972, ni ceux des appartements meublés et des appartements loués à plus d’une personne105, alors que ce sont ces loyers là qui ont subi la plus forte hausse, au moins du double par rapport aux anciens loyers, selon un rapport de la Banque Centrale du Koweit106. On comprend mieux ainsi les bons résultats du poste logement, 24,1 % en cinq ans, de 1973 à 1977, soit le poste qui aurait supporté la moindre hausse. Il ne devrait refléter que les hausses légales affectant les anciens loyers.

  • 107 N.H. Aruri et S. Farsoun, op.cit., p. 137. Au cours de notre enquête à Koweit, de très nombreuses p (...)
  • 108 Cf. Saba G. Shiber., The Kuwait Urbanisation — being an urbanistic case-study of a developping coun (...)

83Cependant, en juin 1978, le gouvernement koweitien promulgua une loi autorisant les propriétaires à augmenter de 100 % les loyers des appartements construits durant les vingt-trois dernières années et à expulser les locataires d’immeubles situés dans des zones bâties à détruire dans le but d’un réaménagement de l’agglomération de Koweit107. Les Palestiniens de Koweit vivent depuis dans la hantise de l’expulsion prochaine, car la majorité d’entre eux habitent dans des quartiers construits au cours des trente dernières années. Les Palestiniens sont concentrés surtout dans deux parties de l’agglomération de Koweit, d’une part les quartiers contingus d’Hawalli et de Nugra au sud-est de l’agglomération, entre les troisième et quatrième routes circulaires et, d’autre part les quartiers de Kheitan et Farwaniyeh, au sud, près de l’aéroport international. A la fin des années 1970, les quartiers d’Hawalli et Nugra rassemblaient plus de la moitié de la population palestinienne au Koweit, près de 175 000 personnes, ce qui leur valut d’être surnommés au Koweit « Al-diffat al-gharbiyyat », la rive-ouest, par allusion à l’origine des Palestiniens qui y vivent. Ce sont surtout les Palestiniens des classes moyennes qui habitent ces deux quartiers alors que ceux de Kheitan et Farwaniyeh abritent les couches palestiniennes les plus défavorisées. Ces deux quartiers se présentaient jusqu’au milieu des années 1950 comme de petits villages indépendants de la ville de Koweit qui était entourée d’un mur d’enceinte construit en 1918 et détruit en 1954 pour faire place à la première route circulaire. Entre le mur et ces deux villages, vers le sud, il n’existait alors aucune construction108. Ce ne fut qu’à la fin des années 1950, début des années 1960 que des constructions débordent la limite que formait l’ancien mur d’enceinte dans deux directions : vers l’est et le sud-est, le long de la mer dans les zones de Dasmah, Mansouriyeh, Deiyha, Hawalli, Nugra et Salmiyeh, et vers l’ouest et le sud-ouest : Shuwaikh (qui allait devenir la zone industrielle), Keifan, Khalidye, Omaniyeh, quartiers qui comblent alors le vide entre les vieilles villes de Koweit et les villages de Farwaniyeh et de Kheitan qui, du même coup, se développent et se transforment en quartiers urbains.

  • 109 Plan Minoprio de 1952 pour le développement de la ville de Koweit.

84On peut enfin préciser que les classes palestiniennes aisées se rencontrent dans les nouvelles zones résidentielles formées au fur et à mesure entre les deux pôles précédemment décrits, Cordoba, Jabriyeh, Adalliyeh, Rawda, où elles habitent de luxueux appartements et villas. De nombreux travailleurs palestiniens célibataires logent, quant à eux, à plusieurs par appartement ou par chambre dans de vieux immeubles ou anciennes maisons de style arabe du vieux Koweit qui disparaissent à une allure vertigineuse.109

  • 110 Sur un échantillon de soixante personnes interrogées lors de notre enquête, plus de la moitié consa (...)

85Pour les Palestiniens de Hawalli et de Nugra d’une part et ceux de Kheitan et de Farwaniyeh, d’autre part, soit la majorité des Palestiniens du Koweit, avoir cette menace permanente rend encore plus aiguë l’insécurité qu’ils éprouvent. L’expulsion de leurs anciens logements, comme cela est arrivé pour plusieurs d’entre eux, signifierait pour beaucoup ou l’obligation de restreindre certaines dépenses, alimentation, loisirs, etc., voire, cas extrême, de quitter le Koweit. En effet, les loyers actuels qu’ils paient au tarif ancien représentant déjà souvent près d’un tiers, dans le meilleur des cas, de leur salaire actuel, ceux qu’ils auraient à payer, s’ils devaient se reloger vaudraient le double ou le triple et représenteraient alors plus de la moitié de leur salaire110. Il leur faut généralement des appartements assez grands, vue la taille des familles palestiniennes à Koweit (huit à dix personnes en moyenne, les parents avec six à huit enfants), ce qui les oblige actuellement, d’ailleurs, de vivre à huit ou neuf dans trois ou quatre pièces au mieux sans possibilité de chercher un appartement plus grand, les loyers étant trop élevés....

2. Répercussions de l’inflation sur les conditions de vie des Palestiniens au Koweit

  • 111 I. Al-Qutb et W. As-Saïd, op.cit., pp. 143-144.

86Ces répercussions touchent le logement, dont le coût, rapporté aux anciens loyers, est élevé mais devient prohibitif avec les nouveaux loyers, rendant impossible tout changement d’appartement. Mais l’inflation affecte le niveau de vie général des Palestiniens qui a subi un tassement très sensible, la hausse des salaires n’ayant pas suivi l’inflation. Il faut ajouter à cela, nous l’avons déjà signalé, un blocage de l’avancement des anciens immigrés et une déqualification, au moment de l’embauche des nouveaux. La situation économique de la majorité des Palestiniens au Koweit, sans être catastrophique, car il ne semble pas y avoir au Koweit de Palestiniens vivant dans la misère, est inquiétante. Il ressort d’une enquête de 1980 auprès des migrants palestiniens à Koweit111, qu’ils se montrent peu satisfaits de la façon dont leurs conditions de vie et de logement ont évolué dans ce pays, quelle que soit la durée de leur séjour.

87Quant au logement, 37,7 % des Palestiniens installés au Koweit depuis seize ans et plus pensent que leur situation s’est améliorée, 19,7 % qu’elle n’a enregistré aucun changement et 42,6 % qu’elle est devenue plus mauvaise. Parmi ceux qui sont au Koweit, depuis quinze ou seize ans, ces valeurs se répartissent ainsi : amélioration 27,6 %, sans changement 30,3 %, moins bonne 42,1 %. Pour ceux dont le séjour est de dix ans et moins : amélioration 25,5 %, sans changement 26,5 %, moins bonne 48 %.

88A la question se rapportant à l’évolution de leur niveau de vie, les réponses ont été les suivantes : séjour de seize ans et plus : amélioration 24,6 %, sans changement 22,9 %, baisse 52,5 % ; entre onze et quinze ans : amélioration 22,4 %, sans changement 42,1 %, baisse 35,5 % ; enfin dix ans et moins : amélioration 27,5 %, sans changement 38,2 %, baisse 34,4 %.

  • 112 Bassem Sirhan, Famille et parenté chez les Palestiniens au Koweit, Koweit : Institut arabe pour la (...)

89Dans ces conditions les choix des Palestiniens au Koweit sont peu variés. Face à la dégradation de leurs conditions de vie, ils peuvent s’ils ne quittent pas le Koweit, limiter leurs dépenses, travailler plus ou faire les deux en même temps. Occuper un second emploi, voire un troisième, est très fréquent chez les employés situés au bas de l’échelle dans les services publics ; ils profitent de leur après-midi libre pour travailler comme jardiniers, cantonniers, conducteurs de camionnettes, etc., afin d’améliorer leurs revenus. Dans le privé, les travailleurs ne peuvent compter que sur des heures supplémentaires. Il reste maintenant le travail de la femme. Les Palestiniennes au Koweit sont peu actives puisque seulement 8,6 % d’entre elles travaillent, la plupart étant issues de la moyenne bourgeoisie où les problèmes financiers sont à peu près inexistants. La plupart des femmes palestiniennes ne travaillent pas, d’une part parce qu’elles s’occupent de leurs nombreux enfants, et d’autre part en raison des traditions encore très présentes dans la société palestinienne au Koweit du fait de ses origines surtout villageoises ; le travail féminin est mal accepté par l’ensemble du groupe. Selon une enquête112 auprès de cent familles palestiniennes, 12 % des maris interrogés refusaient que leur femme travaille, 51 % acceptaient sous condition et 25 % sans restriction. Les conditions posées par la famille, pour une célibataire, ou par le mari pour son épouse, consistent à ce qu’elles soient employées dans le secteur public où les horaires du travail, 8h-13h30, permettent de rentrer à la maison sans être accompagnée puisqu’il fait jour et qu’elles occupent des postes d’enseignantes ou d’infirmières pour éviter toute mixité. Ces conditions imposées par la famille ou par le mari et puisées dans la tradition freinent beaucoup le développement du travail féminin. Cependant, l’évolution des conditions de vie au Koweit n’introduira-t-elle pas dans un proche avenir, un renversement, même timide, de cette tendance ? D’après l’enquête précédemment citée, 11 % des réponses laissent entendre qu’on refuse maintenant qu’une femme travaille mais que si la situation rendait cela nécessaire, on le permettrait.

  • 113 B. Sirhan, op.cit., p. 28.

90Un autre indice, que l’on ne peut nullement qualifier de significatif, mais que l’on peut malgré tout prendre en considération, réside dans les activités de l’Union générale des femmes palestiniennes créée à Koweit en 1968. On y dispense des cours d’alphabétisation et des cours de dactylographie pour lesquels la demande est très forte : cent femmes les suivaient en 1982. L’Union fournit également du travail de broderie à domicile à cent autres femmes appartenant aux milieux défavorisés qui trouvent dans cette occupation une source complémentaire de revenus. Le produit des ventes recueilli lors d’expositions de cet artisanat palestinien est destiné à près d’une centaine de familles, les plus nécessiteuses. Il n’existe actuellement qu’un seul centre, à Hawalli ; mais face aux demandes de plus en plus nombreuses de femmes palestiniennes désirant suivre les cours d’alphabétisation ou de dactylographie, ou bien participer aux travaux de broderie, un second centre devrait s’ouvrir prochainement à Farwaniyeh. Il faut bien comprendre que pour ces femmes palestiniennes très traditionnelles qui viennent chercher ces travaux de broderie à domicile, le fait de se déplacer loin de leur domicile représente déjà un changement dans leur comportement habituel. Il faut de même voir qu’elles le font non parce qu’elles ont du temps libre à occuper, les tâches sont lourdes au contraire pour ces femmes de milieu défavorisé, mais parce que cela rapporte une somme bien nécessaire au foyer dans les conditions de vie difficiles d’aujourd’hui113.

91Il serait enfin possible, si cette situation devait se prolonger, qu’elle ait des répercussions sur le taux de la natalité des Palestiniens au Koweit ; une famille de six à huit enfants, telle qu’on peut en rencontrer très souvent à l’heure actuelle ne pouvant plus, dans ces conditions, être entretenue convenablement. On pourrait constater d’ailleurs, dès 1973, une tendance à la baisse, du moins dans l’idéal exprimé du nombre d’enfants : 6 % souhaitaient avoir deux enfants au plus, 25 % en désiraient trois, 31 % quatre, 22 % entre cinq et six et 16 % le plus possible ; 62 % désirent n’avoir que quatre enfants au maximum alors que leur nombre moyen est aujourd’hui de six à huit enfants.

92La seule alternative offerte, à notre avis, aux Palestiniens, est de restreindre leurs dépenses : acheter moins de produits alimentaires, ceux-ci étant devenus très chers ; avoir moins de loisirs, ils sont déjà peu nombreux ; limiter les voyages dans le pays d’origine pour voir la famille ; diminuer l’aide financière à la famille restée sur place.... Paradoxalement, un effort sera fait pour acheter un climatiseur, appareil indispensable au Koweit où les conditions climatiques sont éprouvantes, en particulier l’été qui est très chaud et très humide. Pour les mêmes raisons et parce que les déplacements sont difficiles au Koweit, l’achat d’une voiture peut apparaître nécessaire. Enfin, en dernier lieu, les restrictions pourront atteindre l’éducation des enfants qui reste, pour l’instant, le seul investissement durable.

3. Investir dans l’éducation

  • 114 Des données comparables ne se trouvent pas dans le recensement de 1975, et les résultats détaillés (...)

93Nous avons déjà invoqué, afin d’expliquer la transformation qualitative de la main-d’œuvre palestinienne, l’investissement considérable des Palestiniens dans l’éducation. La communauté palestinienne est sans doute là la plus éduquée de toutes les communautés. Nous ne disposons malheureusement que de données anciennes apportées par la publication des recensements de 1965 et de 1970114.

  • 115 Fiches du Monde Arabe, « Palestiniens. Politique : La présence palestinienne à Koweit. 1 — Données (...)

94Si l’on compare avec les Palestiniens de la Syrie, cela donne pour 1970 : alphabétisés et illettrés : 44,3 % au Koweit, 62 % en Syrie ; scolarisés : 50,8 % au Koweit, 36,3 % en Syrie ; universitaires : 4,6 % au Koweit, 1,62 % en Syrie115. Ce niveau d’éducation élevé des Palestiniens de Koweit peut s’expliquer parce que les Etats du Golfe ont drainé, du moins en ce qui concerne les pays du Levant, une population à haut pourcentage de qualifiés et donc d’éduqués. Ces travailleurs qualifiés et éduqués ont reproduit logiquement sur leurs enfants leur propre statut, en veillant à ce qu’ils atteignent un niveau plus élevé que le leur, tandis que les non-éduqués ou moyennement éduqués, conscients des problèmes que leur pose le bas niveau d’éducation dont ils ont hérité, pour la recherche d’un emploi en particulier, ont poussé leurs enfants à poursuivre des études de plus en plus longues.

Tableau 5. Palestiniens de plus de 10 ans et leur niveau d’éducation (en %)

Tableau 5. Palestiniens de plus de 10 ans et leur niveau d’éducation (en %)

Sources : Population Census 1965 et Population Census 1970 Central Statistical Office, Census Division, Kuwait.

95Mais cet investissement dans l’éducation a été lui aussi affecté par la baisse du niveau de vie des Palestiniens à Koweit depuis 1973-1974. Jusqu’alors, la période avait été assez faste. Devant la surcharge rencontrée dans des écoles publiques, l’OLP avait demandé aux autorités koweitiennes et obtenu l’autorisation, en 1967-1968, d’ouvrir ses propres écoles, d’ailleurs subventionnées en grande partie par le gouvernement koweitien. Ces écoles qui fonctionnaient l’après-midi uniquement, permirent de scolariser le grand nombre d’enfants arrivés au Koweit après la guerre de juin 1967. Les élèves, ou « Ashbal », lionceaux, recevaient en plus des cours selon le programme scolaire koweitien, une formation paramilitaire. Au niveau supérieur, à l’université, les étudiants palestiniens pouvaient poursuivre sans problème leurs études, le nombre de places n’étant pas encore compté en raison du peu d’étudiants koweitiens inscrits à l’université.

96A partir de 1975-1976, la situation évolue de manière défavorable pour les Palestiniens. Tout d’abord une loi stipule que seuls les enfants présents au Koweit avant 1970 peuvent bénéficier des avantages de l’école publique. En 1976, les écoles de l’OLP sont transformées en écoles gouvernementales mais restent cependant réservées aux Palestiniens ; et l’OLP ne peut plus en ouvrir d’autres, alors que la demande s’est accrue du fait de la loi restreignant l’entrée dans les écoles publiques. Enfin, les jardins d’enfants publics sont réservés aux seuls Koweitiens, alors que la quasi-totalité de leur personnel est étranger, en majorité des Egyptiennes et des Palestiniennes. A l’université, des quotas sont établis : 50 % des places aux Koweitiens, 25 % aux étudiants des pays du Golfe (Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis, Qatar, Bahrain, etc.), les 25 % restant à tous les étudiants étrangers d’où qu’ils viennent. Les Palestiniens sont une nouvelle fois pénalisés par ces restrictions dans la mesure où la population palestinienne au Koweit est aujourd’hui composée surtout de jeunes d’âge scolaire alors que les places disponibles pour eux dans les écoles et à l’université diminuent chaque année. Reste la solution des écoles privées pour le primaire et le secondaire et les universités étrangères, solution assez coûteuse pour n’être pas à la portée de tous, loin de là. Cela ne pose aucun problème pour les 40 % de favorisés qui envoyaient de toute façon leurs enfants dans des écoles privées au Koweit puis dans des universités américaines ou britanniques réputées et pour lesquelles le montant des frais de scolarité est considérable. Une frange de 10 à 15 % parmi les moins défavorisés tient aussi, coûte que coûte, à ce que leurs enfants poursuivent leurs études aux Etats-Unis ou en Europe occidentale, dans des universités moins renommées, et consentent pour cela de gros sacrifices ou font appel à la solidarité familiale qui joue toujours dans ce cas. Il est fréquent qu’un membre d’une famille qui a réussi subventionne en plus de l’éducation de ses enfants celle de ses neveux ou nièces, par exemple. Enfin, pour ceux dont les moyens sont vraiment limités, l’ultime solution, si leurs enfants ne sont pas acceptés à l’Université de Koweit, est d’obtenir une bourse pour qu’ils aillent étudier en Europe de l’Est ou en Inde et au Pakistan. Dans le même temps, les parents renonceraient à faire entrer leur fille à l’université pour tout reporter sur le garçon et lui permettre de continuer ses études. Ce dernier cas est extrême, il faut le préciser, mais il semble qu’il devienne de moins en moins rare parmi les Palestiniens les plus défavorisés. Cependant, malgré toutes ces difficultés il existe une volonté bien affirmée chez les Palestiniens du Koweit de donner à leurs enfants la meilleure éducation possible, si ceux-ci en sont, bien entendu, capables. Nous insistons particulièrement sur ce phénomène constant qui est l’une des caractéristiques principales des Palestiniens à Koweit.

97La volonté, le sacrifice, l’endettement ou le surcroît de travail, la solidarité familale suffiront-ils encore dans le futur pour surmonter les problèmes que pose maintenant l’éducation des jeunes Palestiniens ? De nouvelles générations vont se présenter, de plus en plus nombreuses, aux portes des écoles et des universités, et beaucoup verront celles-ci se fermer malgré des notes excellentes et très souvent largement supérieures à celles obtenues par les Koweitiens. Le problème est déjà très actuel et inquiète sérieusement les responsables de la communauté palestinienne au Koweit qui envisagent l’avenir avec pessimisme. Le projet de création d’une université palestinienne, peut être en Inde, verra-t-il le jour et résoudra-t-il les problèmes ? Cette question de l’éducation devra être suivie durant les prochaines années avec la plus grande attention, car d’elle dépend en grande partie l’avenir des Palestiniens du Koweit.

98Ces nouvelles conditions de vie, plus difficiles depuis 1973, pour les Palestiniens au Koweit, sont susceptibles de provoquer à moyen terme certains changements dans leur comportement et d’entamer sérieusement quelques traditions pourtant bien ancrées. Nous avons évoqué le travail des femmes, qui pourrait progresser et devrait, à notre avis, progresser, la situation économique des Palestiniens ne pouvant qu’empirer. Pour la même raison, il devrait en résulter une baisse du taux de la natalité. Les Palestiniens du Koweit n’ont pas beaucoup d’autres choix. Retourner en Cisjordanie ou à Gaza, voire au Liban est peu concevable pour l’instant... La Jordanie, quant à elle, ne pourrait, dans les circonstances économiques présentes, recevoir un afflux de migrants revenant s’y installer. Enfin, le coût de la vie dans les autres pays du Golfe est aussi élevé : les Palestiniens ne tireraient aucun avantage à s’y établir. Au contraire, ils bénéficient au Koweit d’une certaine liberté grâce à la relative démocratie qui y règne, ce qui est loin d’être le cas dans le voisinage. Il n’existe d’ailleurs actuellement aucun signe de départs significatifs de Palestiniens du Koweit. Si les estimations pour 1980-1983 d’un nombre approchant 330 000 ou 350 000 Palestiniens résidents au Koweit devaient être confirmées par les résultats du recensement de 1980, nous pourrions même dire que jusqu’à présent le Koweit continue d’attirer beaucoup les Palestiniens.

Conclusion

99La présence palestinienne au Koweit s’organise en deux périodes distinctes. De 1948 à 1972, la période faste de l’immigration palestinienne au Koweit : les lois relatives à l’immigration sont encore souples, l’offre d’emploi excède la demande, et cela à tous les niveaux de qualification, les salaires couvrent assez bien les dépenses et rendent même possible l’épargne, l’éducation est enfin largement assurée aux enfants ; cela a permis, en tout cas, d’absorber une partie des réfugiés de 1948 et 1967 et de 1970-1971. Puis la situation s’est détériorée à partir de 1973 : à cette date commence la seconde période, celle des difficultés. L’inflation se déclenche au Koweit en 1973, le début de la guerre au Liban en 1975-1976 provoque vis-à-vis des Palestiniens une suspicion qui disparaîtra petit à petit mais laissera des traces, c’est encore la loi de 1978 empêchant l’immigration en famille qui touche directement les Palestiniens, ceux-ci ayant tendance à s’installer sinon définitivement du moins pour un long séjour. Les Palestiniens passent alors très vite du statut de privilégiés à celui de défavorisés ; telle est leur situation en 1983. La communauté palestinienne au Koweit doit être en effet considérée comme surtout défavorisée et non pas comme une caste fortunée et privilégiée, aux pouvoirs tentaculaires et tenant les leviers de commande au Koweit... Certes, 40 % des Palestiniens vivent dans un état de prospérité certaine et jouent un rôle évident dans la vie politique et économique koweitienne mais ils ne sont qu’un petit nombre et ne sauraient faire oublier la réalité de la condition palestinienne au Koweit.

100Telle est la situation présente. Que réserve l’avenir ? Il pourrait être qualifié d’inquiétant. Les niveaux de vie ont baissé alors que les migrants étaient venus pour l’accroître, la concurrence pour l’emploi est devenue très dure avec l’arrivée en masse de travailleurs asiatiques, mais aussi égyptiens, au moment où se présente sur le marché un nombre important de jeunes Palestiniens, qualifiés et non-qualifiés, nés et ayant toujours vécu au Koweit. L’investissement dans l’éducation, déjà affecté par la baisse des niveaux de vie, pourrait même n’être, à moyen terme, qu’une solution insuffisante ; car on peut se poser la question de savoir si le Koweit pourra absorber et ses propres diplômés, de plus en plus nombreux, et les diplômés palestiniens ? L’avenir des Palestiniens est aussi, on le voit, lié à celui du Koweit. La baisse du prix du pétrole pendant plus d’un an a eu des répercussions puisque quelques grands projets ont dû être annulés faute de subventions suffisantes. D’autres part, le Koweit, afin de se protéger en partie pour l’après-pétrole, a tendance à investir une grande partie de ses capitaux aux Etats-Unis et en Europe occidentale, ce qui ne manquera pas d’avoir des incidences sur le développement au Koweit même.

  • 116 I. Al-Qutb et W. as-Saïd, op. cit., p. 147.
  • 117 Peter Demani, « Les implantations israéliennes dans les territoires occupés (1967-77), Hérodote, 29 (...)

101L’avenir de la communauté palestinienne à Koweit dépend aussi de l’avenir des territoires occupés, Gaza et principalement la Cisjordanie. Un Etat palestinien créé dans ces territoires rappellerait beaucoup d’immigrés : à la question de leur retour et s’ils ne prévoyaient pas de rester définitivement au Koweit (91,3 % des personnes interrogées), 93,4 % ont répondu116 qu’ils retourneraient dans leur pays d’origine, Cisjordanie ou Gaza, mais à condition que celui-ci ne soit plus occupé par Israël. Cependant l’évolution de la situation dans les territoires occupés porte plutôt à penser à de prochaines émigrations qu’à de futurs retours. L’accroissement du nombre des colonies de peuplement juives, qui entraîne une confiscation de plus en plus large de terres117, les excès commis par les colons juifs extrémistes du Goush Emounim contre les Arabes palestiniens, en particulier à Hébron, mais surtout cette menace d’annexion définitive de la Cisjordanie qui se précise depuis quelque temps vont pousser d’avantage de Palestiniens à quitter la Cisjordanie, à la grande satisfaction des autorités israéliennes qui d’ailleurs, en bloquant l’économie des territoires occupés, semblent n’avoir que cet objectif. Le risque est grand, en conséquence, d’une Cisjordanie manquant de personnels qualifiés, voire se dépeuplant du fait de conditions trop difficiles à supporter. Entre une vie difficile à Koweit et une vie difficile en Cisjordanie, il est probable que les Palestiniens choisiront le Koweit, à condition que ce dernier puisse, économiquement, socialement et démographiquement, accueillir d’autres Palestiniens. Le problème posé est clair, mais les solutions sont moins évidentes.

Notes

1 Créé par un petit groupe de travailleurs palestiniens au Koweit, parmi lesquels se trouvaient : Yasser Arafat, Salah Khalaf (Abu Iyad), Farouk Kaddoumi (Abu Lotf), Khaled El Hassan, Abd El Mohsen Al Qattan.

2 Entre 617 000 et 726 000, d’après les Nations Unies. J.L. Abu-Lughod avance les chiffres de 770 000 à 780 000, cités par George Kossaifi, 1980, Demographic characteristics of the Arab Palestinian People, in Nakhleh K. & Zureik E. (eds.), The Sociology of the Palestinians, London : Croom Helm Ltd.

3 Résolution 194 (III) du 11 décembre 1948 établissant une commission de conciliation des Nations Unies ; plaçant Jérusalem sous régime international permanent ; permettant aux réfugiés de rentrer dans leurs foyers. Résolution 394 (V) du 14 décembre 1950 chargeant la Commission de conciliation des Nations Unies pour la Palestine du rapatriement ou de la réinstallation des réfugiés de Palestine et du paiement des indemnités qui leur sont dues.

4 Chiffres donnés par les Nations Unies et cités par E. Hagopian et A.B. Zahlan, 1974, « Palestine’s Arab Population : the Demography of the Palestinians », Journal of Palestine Studies, vol. 3, n° 4, pp. 32-73.

5 La production de pétrole au Koweit passe de 5,9 millions de barils en 1946 à 46,5 en 1948, 125,7 en 1950, 273,4 en 1952 et 347,3 en 1954.

6 Les revenus tirés du pétrole atteignent 5 700 millions de dollars en 1952, 16 900 millions en 1953, 19 400 millions en 1954, 28 100 millions en 1955.

7 Estimations personnelles en l’absence des résultats du recensement de 1980. Le New York Times estimait la population palestinienne en 1978 à 250 000 personnes, (New York Times, 16 octobre 1978). La revue MEED avance quant à elle le nombre de 400 000 Palestiniens au Koweit pour 1983, ce qui semble quelque peu exagéré.

8 1957, 1961, 1965, 1970, 1975 et 1980.

9 Enquête au Koweit au mois de mars 1982, auprès d’anciens migrants palestiniens.

10 Les deux premiers recensements koweitiens, ceux de 1957 et 1961 font la distinction entre Palestiniens et Jordaniens. Dans le premier cas il s’agit de Palestiniens vivant en Syrie, au Liban ou à Gaza tandis que dans le second sont compris Palestiniens de Jordanie et Transjordaniens. Il est généralement reconnu que la quasi-totalité des émigrés jordaniens sont d’origine palestinienne, les Transjordaniens sans travail étant intégrés dans l’armée. G. Kossaifi estime le pourcentage de Palestiniens parmi les émigrés jordaniens à 95 %

11 G. Kossaifi, op.cit.

12 D’après le recensement de 1961, le taux d’hommes par rapport aux femmes dans la population étrangère totale est de 264 hommes pour 100 femmes. Cité par J.-P. Bertrand, 1980, « La main-d’œuvre étrangère au Koweit », Annales de Géographie USJ, Beyrouth : Université Saint-Joseph.

13 Ph. Fargues, Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière. Etude démographique des migrations de travail vers les pays arabes du Golfe, Beyrouth : CERMOC, 1980.

14 Ph. Fargues, op.cit.

15 Les quartiers et les camps palestiniens d’Amman et de sa région ont été sévèrement touchés par les bombardements de l’artillerie jordanienne, surtout les camps de Wahadat et du Jebel Hussein ce qui a entraîné d’importants déplacements de population dont certains très substantiels à l’extérieur de la Jordanie. Il semble cependant exagéré de parler de vagues d’émigration palestinienne en particulier vers le Liban, la Syrie et Koweit. En ce qui concerne Koweit, on peut noter que le nombre de permis de résidence accordés aux Jordaniens et Palestiniens, très élevé en 1971, 12 345, a fortement baissé par rapport aux années 1969 et 1970 où l’on a enregistré respectivement 24 464 et 30 270, conséquence de l’occupation israélienne de la Cisjordanie en juin 1967.

16 La récession économique en Israël à partir de 1974 a particulièrement touché les salariés cisjordaniens travaillant dans ce pays et qui ont été les premiers à être licenciés. De 42 000 en 1974, leur nombre passe à 36 700 en 1977 (Fiches du Monde Arabe, la Cisjordanie (1) I-J45, février 1978, n° 883, Beyrouth). Le nombre de permis de résidence accordés aux Jordaniens et Palestiniens augmente en 1974 et 1975 par rapport à 1973 : 1973 : 5862, 1974 : 8326, 1975 : 11 241.

17 G. Kossaifi, op.cit

18 Ph. Fargues, op.cit.

19 Annual Statistical Abstracts, 1981. State of Kuwait : Ministry of Planning, Central Statistical Office.

20 Chiffres fournis par Bassem Sirhan, chercheur palestinien à l’Institut arabe de planification, Koweit.

21 Expression utilisée par A. Bourgey, dans le chapitre relatif à Koweit, La péninsule arabique d’aujourd’hui, Tome II. Aix en Provence : CEROAC, CNRS, 1982.

22 Citée par Guillaumette Al-Alami, Aménagement de l’espace et mutations sociales au Koweit, Montpellier : Université Paul Valéry, 1979.

23 Fiches du Monde Arabe. « Koweit : inflation et indices des prix », Août 1978, Beyrouth.

24 D’après un rapport de la Banque Mondiale : « Summary Report of Research Project on Internal Labor Migration and Manpower in the Middle East and North Africa Region », Mars 1974.

25 Ph. Fargues, op.cit.

26 Ph. Fargues, op. cit.

27 Fiches du Monde Arabe : « Jordanie : les Institutions. 1 —Jusqu’à la Constitution de 1952 », Décembre 1974, Beyrouth.

28 Fiches du Monde Arabe : « La Cisjordanie : Données démographiques ». Février 1978, Beyrouth.

29 Ibid. : « Cisjordanie », op.cit.

30 Ibid. : « Cisjordanie », op.cit.

31 Ibid. : « Cisjordanie », op.cit.

32 Selon le Département américain de l’immigration et de la naturalisation à peu près 25 000 Palestiniens ont immigré aux Etats-Unis entre 1958 et 1973 (Hagopian et Zahlan, op.cit.).

33 G. Kossaifi, op.cit.

34 François Rivier, Croissance industrielle dans une économie assistée : le cas jordanien, Beyrouth : CERMOC, 1980.

35 Nadine Picaudou, « La bourgeoisie palestinienne et l’industrie : étude socio- historique », Industrialisation et changements sociaux dans l’Orient arabe, Beyrouth : CERMOC, 1982, p. 375. Cette thèse est partagée par : E. Kanovsky, Economic Development of Jordan, Tel-Aviv : University of Tel-Aviv, 1976 et J. Hilal, La rive occidentale : stratification socio-économique 1948-1974, Beyrouth : Centre de Recherche de l’OLP, 1974 (en arabe), cités par F. Rivier, op.cit., p. 69.

36 F. Rivier, op.cit., p. 69. Il cite Y. Sayigh qui exprime une conclusion identique dans The Economies of the Arab World. Development since 1945, (T.l), London : Croom Helm, 1978, p. 197.

37 F. Rivier, op.cit., p. 70.

38 F. Rivier, op.cit., p. 70.

39 Le roi Abdallah fut assassiné le 20 juillet 1951 par un Palestinien devant la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.

40 La loi n° 56 du 20 décembre 1949 sur les droits de citoyenneté, les devoirs et obligations de tous les Jordaniens. Elle garantit les mêmes droits politiques aux réfugiés, aux autres Palestiniens (i.e. ceux de Cisjordanie) et aux Transjordaniens. Palestiniens de Cisjordanie et réfugiés sont ainsi autorisés à obtenir un passeport jordanien. Cf. Avi Plascov, The Palestinian Refugees in Jordan 1948-1957, London : Frank Cass, 1981, pp. 44-45.

41 Cf. Joel S. Migdal, “The Effects of Refugee Policies in Social Cohesion and Fragmentation”, Palestinian Society and Politics. Princeton : Princeton University Press, 1980, pp. 40-43.

42 Pour Avi Plascov, en encourageant l’émigration palestinienne le gouvernement jordanien poursuit un double but : économique d’une part, car les sommes rapatriées en Jordanie par les émigrés constituent une source importante de revenus pour le pays ; et politique d’autre part, les autorités jordaniennes évacuant ainsi en partie un problème aux conséquences sociales graves, celui du chômage parmi ces jeunes Palestiniens. A. Plascov, op.cit., p. 46.

43 Rapport du Commissaire Général au comité politique spécial des Nations Unies le 11 décembre 1967. Cité par Xavier Baron, Les Palestiniens, un peuple, Paris : Le Sycomore, 1977, p. 148.

44 Fiches du Monde Arabe : « La Cisjordanie.... », op.cit.

45 Annual Statistical Abstract 1979. Ministry of Planning. Central Statistical Office. State of Kuwait.

46 Fiches du Monde Arabe : « La Cisjordanie.... », op.cit.

47 G. Kossaifi, op. cit., p. 37.

48 Réponses données par des réfugiés de 1967 lorsqu’on leur a demandé les raisons de leur exode. Cf. Peter Dodd et Halim Barakat, River without Bridges. A Study of the Exodus of the 1967 Palestinian Arab Refugees, Beyrouth : Institute of Palestine Studies, 1969. Cité par X. Baron, op.cit, p. 146.

49 J.F. Legrain, « Judée-Samarie » ou l’annexion de la Cisjordanie » (les implantations israéliennes 1967-1977), in Revue d’Etudes Palestiniennes, n°4, Beyrouth : Institut des Etudes Palestiniennes, été 1982, p. 74.

50 J.F. Legrain, op.cit., p. 74

51 En 1977-78, les 17 puits « israéliens » de la vallée du Jourdain produisaient 14,1 millions de mètres cubes d’eau alors que les 314 puits « arabes » n’en produisaient que 33 millions. Cf. Hisham M. Awartani, « Agriculture », A Palestinian Agenda for the West Bank and Gaza, Washington D.C. : American Enterprise Institute for Public Policy Research, 1980, p. 17.

52 La contribution d’Abu-Dhabi, par exemple, au budget de la ville d’Al-Bireh s’élevait, en 1977, à 20 %. Cité par Emile A. Nakhleh, The West Bank and Gaza toward the Making of a Palestinian State, Washington D.C. : American Enterprise Institute for Public Policy Research, 1979, p. 20.

53 The Israel Economist estime le nombre d’émigrants originaires de la Cisjordanie durant la période 1974 à 1978 à 50 000. Israel Economist, Jérusalem, octobre 1978. (Cité dans A Palestinian Agenda for the West Bank and Gaza, op.cit., p. 59).

54 I. Al-Qutb et W. As-Said, « Quelques caractéristiques de l’émigration des Palestiniens à Koweit », Revue des Sciences Sociales, numéro spécial sur la Palestine, Université de Koweit, 1981, p. 137 (en arabe).

55 Pour plus de détails, se rapporter à l’étude de Brian Van Arkadie, Benefits and Burdens : A report on the West Bank and Gaza Strip Economies since 1967, Washington : Carnegie Edowment for International Peace, 1977.

56 « L’enseignement est le seul débouché pour les nouveaux diplômés (....). Les Israéliens ne sont pas intéressés à engager des ouvriers spécialisés et des personnes instruites en Cisjordanie. Ils n’emploient les Cisjordaniens que comme ouvriers manuels non spécialisés, le plus souvent dans la construction et l’agriculture ». Entretien avec le Dr. M. Hallaj, Doyen de la Faculté des Arts de l’Université de Bir-Zeit, publié dans Les Arabes sous l’occupation israélienne 1978, Beyrouth : Institut des Etudes palestiniennes, 1979, p. 56.

57 Dany Rubinstein, « Dure époque pour les travailleurs arabes », DAVAR du 31/1/1975 in Document C. Rapport de la délégation nationale des avocats américains qui visita le Proche-Orient en 1977 publié sous le titre « Le traitement des Palestiniens en Cisjordanie et Gaza sous l’occupation israélienne », (cité dans Les Arabes sous l’occupation israélienne, 1978, op.cit., p. 85).

58 A la. fin de l’année 1977, on comptait 787 hommes pour 1000 femmes dans la tranche d’âge 25 à 44 ans en Cisjordanie, selon Ghassan Harb, « Labor and Manpower » A Palestinian Agenda for the West Bank and Gaza, op.cit., p. 93.

59 A. Bourgey, « Kuwait », op.cit., p. 149.

60 Shamlan Y. Alessa, The Manpower Problem in Kuwait, London : Kegan Paul International, 1981, p. 32.

61 Jacqueline S. Ismael, Kuwait, Social Change in Historical Perspective, New York : Syracuse University Presse, 1982, p. 119.

62 Abdel-Halim Joukhadar, « Les étrangers au Koweit », Population, 1980, n°l, p. 64

63 Chiffres cités par A.H. Joukhadar, op.cit., p. 74.

64 Philippe Rondot, « Une réponse palestinienne active et privilégiée », Le Monde Diplomatique, supplément Koweit, Février 1976, p. 27.

65 Ibid.

66 A.H. Joukhadar, op.cit., p. 77.

67 N.H. Aruri & S. Farsoun, « Palestinian Community and Arab Host Countries », The Sociology of the Palestinians, op.ci.t, p. 135.

68 J.S. Birks & C.A. Sinclair, « Reports of International Migration Project », University of Durham : Department of Economics : 8m « Country Case Study : Kuwait (part one) », 1977, and, 8m « The 1975 Kuwait Census : a Re-evaluation of the Size of the Expatriate Community in Kuwait », 1977.

69 Ph. Fargues, Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière, op.cit.

70 A.H. Joukhadar, Les étrangers au Koweit, op.ci.t

71 Annual Statistical Abstract — Kuwait, op.cit.

72 Muhsin D. Yussuf, « The Potential Impact of Palestinian Education on a Palestinian State », Journal of Palestine Studies, Vol. VIII, n°4, Beyrouth : Institute of Palestine Studies, 1979, p. 89.

73 Notre enquête au Koweit a montré qu’une grande partie des enseignants interrogés ont été ainsi recrutés à cette époque. Il faut noter cependant que l’on avait au Koweit l’habitude de faire appel à des enseignants palestiniens ; on note dès 1936 la présence de quelques professeurs palestiniens mais c’est surtout en 1939 qu’un contingent plus important d’entre eux arriva au Koweit. (Cf. Rosemarie Said Zahlan, « The Gulf States and the Palestine Problem, 1936-1948 », Arab Studies Quarterly, Vol. III, n°1. A publication of the Association of Arab-American University Graduates and the Institute of Arab Studies, New York, 1981, p. 11.

74 Effrench and Hill, « Kuwait Urban and Medical Ecology », Geomedical Monograph Series, Heidelberg — New York : Springer Verlag Berlin, 1971.

75 Zahra Freeth, Kuwait was my Home, London : George Allen and Unwin, 1956, p. 45.

76 Molly Izzard, The Gulf Arabia’s Western Approaches, London : John Murray, 1979, p. 82.

77 Pourcentages calculés d’après les résultats du recensement de 1975. Annual Statistical Abstracts 1981, Ministry of Planning — Central Statistical Office — State of Kuwait.

78 Elia T. Zureik, « From Peasantry to Proletariat », Journal of Palestine Studies, Vol., VI, n° 1, Beyrouth, Institute for Palestine Studies, 1976, p. 49.

79 Ibid., p. 50.

80 Chiffres et constatations avancés par A.H. Joukhadar, op.cit., p. 77.

81 J.S. Birks and C.A. Sinclair, « The 1975 Kuwait Census : a Re-evaluation of the Size of the Expatriate Community in Kuwait », op.cit. Nous préférons ce classement à ceux, identiques, de Ph. Fargues et d’A.H. Joukhadar qui ne donnent pas, à notre avis, une définition assez détaillée en termes qualitatifs des groupes professionnels qu’ils proposent. Nous reproduisons ici le classement de A.H. Joukhadar, plus complet car il indique la répartition par sexe dans ces groupes professionnels ; nous ne nous intéresserons qu’aux données relatives aux Jordaniens et aux Palestiniens :
Image 3.jpg
0-1 : Personnel des professions scientifiques, techniques, libérales et assimilées. 2 : Directeurs et cadres administratifs supérieurs. 3 : Personnel administratif et travailleurs assimilés. 4 : Personnel commercial et vendeurs. 5 : Travailleurs spécialisés dans les services. 6 : Agriculteurs, éleveurs, pêcheurs et chasseurs. 7-8 et 9 : Ouvriers et manoeuvres non agricoles et conducteurs d’engins de transport. Tiré du tableau sur la répartition proportionnelle en pourcentage de la population étrangère active selon le groupe professionnel en fonction du sexe et des principales colonies étrangères au Koweit en 1975 (A.H. Joukhadar, op.cit., p. 78).

82 A.H. Joukhadar, op.cit., p. 75.

83 A.H. Joukhadar, op.cit., p. 76.

84 Muhsin D. Yussuf, « The Potential Impact of Palestinian Education on a Palestinian State », Journal of Palestine Studies, Vol. VIII, n° 4, Beyrouth : Institute for Palestine Studies, 1979, p. 81.

85 Les écoles techniques de l’UNRWA ont formé entre 1952 et 1973 5409 soudeurs, tourneurs et autres emplois dans la métallurgie et 2265 électriciens. Les chiffres pour les écoles publiques et privées, en particulier en Jordanie ne sont pas disponibles. M.D. Yussuf, op.cit., p. 82.

86 E. Hagopian et A.B. Zahlan considèrent qu’en 1948, 30 % de la population arabe palestinienne était alphabétisée, Hagopian et Zahlan, op.cit., p. 49. Ce taux peut paraître bas ; mais comparé avec ceux des autres pays de la région il était l’un des plus élevés.

87 Tous ces chiffres sont donnés par M. Yussuf, op.cit., pp. 71-72.

88 Ibid., p. 75.

89 La plupart dans des universités du monde arabe : Université américaine de Beyrouth, Université arabe de Beyrouth, Université du Caire, de Damas, d’Amman et de Koweit, etc., mais aussi dans de nombreuses universités aux Etats-Unis et dans les pays d’Europe de l’Ouest (Italie, Espagne et Grèce) et d’Europe de l’Est (URSS, Bulgarie, Pologne et RDA).

90 Elle était de 11/1 000 à la fin des années soixante. Cette proportion était équivalente au Liban mais de 5,7/1 000 pour la Syrie et l’Égypte et de 4/1 000 en Irak (30/1 000 aux Etats-Unis, 18/1 000 en URSS, 9/1 000 en France). M. Yussuf, op.cit., p. 78.

91 Antoine and Rosemarie Zahlan, « The Palestinian Future : Education and Manpower », Journal of Palestine Studies, Vol., VI, n° 4, Beyrouth : Institute for Palestine Studies, 1977, p. 104.

92 M. Yussuf, op.cit., p. 83.

93 Autres que celles concernant les meurtres et tentatives de meurtre, l’état d’ébriété, le tapage nocturne, les attaques à main armée, le commerce de l’alcool et la drogue, les faux et usage de faux et les atteintes aux bonnes mœurs.

94 La loi oblige tout travailleur étranger qui a perdu son emploi de quitter le territoire koweitien dans un délai d’une semaine à trois mois maximum.

95 Contraction arabisée de one-eight. Il semble que cette expression ancienne et remonte à 1918 lorsque sont apparues au Koweit quelques camionnettes Ford que l’on baptisa « OUANET » en raison de l’année 1918. Cette expression aurait persisté et aurait été appliquée à tout ce genre d’automobiles. L’explication reste cependant à vérifier.

96 Kafala est souvent traduit par le terme de sponsorship et kafîl par celui de sponsor.

97 J. Ismael, op.ci.t, p. 128.

98 Ibid., p. 126.

99 S.Y. Alessa, op.cit., p. 44.

100 N.H. Aruri and S. Farsoun, op.cit., p. 137.

101 S.Y. Alessa, op.cit., p. 46.

102 N.H. Aruri et S. Farsoun estiment que la société palestinienne au Koweit est ainsi composée : classe moyennes 35 %, 5 % de gros entrepreneurs, commerçants et 60 % d’ouvriers qualifiés et non qualifiés et petits commerçants. Aruri et Farsoun, op.cit., p. 136. Nous pensons qu’il faut ajouter aux 5 % de gros entrepreneurs et commerçants une partie des salariés très qualifiés et qui disposent d’un très haut niveau de vie (médecins, ingénieurs, économistes, etc.) ce qui nous conduit à penser qu’ils forment ensemble 10 % des Palestiniens à Koweit. Nous donnerons de même 30 % pour les classes moyennes et 60 % pour les travailleurs qualifiés, non qualifiés et petits commerçants.

103 Fiches du Monde Arabe. « Koweit, économie. Inflation et indices des prix ». 1er Août 1978, n° 1027.

104 Ibid.

105 Ibid.

106 Ibid.

107 N.H. Aruri et S. Farsoun, op.cit., p. 137. Au cours de notre enquête à Koweit, de très nombreuses personnes interrogées nous ont fait part de la prochaine destruction de l’immeuble ou de la maison qu’elles habitaient, mais sans qu’elles puissent préciser quand. Les raisons de ces prochaines destructions, ne sont pas très claires, non plus. Plusieurs d’entre elles ont avancé l’existence d’un nouveau plan d’urbanisme pour l’agglomération de Koweit mais sans en avoir vu la moindre trace. Ne serait ce, en fin de compte, qu’un prétexte légal donné par le gouvernement koweitien aux propriétaires d’immeubles afin que ceux ci en en reconstruisant de nouveaux en tirent plus de bénéfices ?

108 Cf. Saba G. Shiber., The Kuwait Urbanisation — being an urbanistic case-study of a developping country, Kuwait : Kuwait Government Printing Press, 1964, pp. 56-67, 223-224.

109 Plan Minoprio de 1952 pour le développement de la ville de Koweit.

110 Sur un échantillon de soixante personnes interrogées lors de notre enquête, plus de la moitié consacrait entre un tiers et 45 % de leur salaire au loyer, alors qu’elles habitaient leur appartement depuis dix ans et plus. Parmi huit autres familles qui avaient dû ménager au cours des quatre dernières années, six avaient des charges locatives représentant entre 50 et 60 % du salaire du chef de famille et deux, entre 70 et 90 %.

111 I. Al-Qutb et W. As-Saïd, op.cit., pp. 143-144.

112 Bassem Sirhan, Famille et parenté chez les Palestiniens au Koweit, Koweit : Institut arabe pour la planification économique et sociale, 1973, p. 22 (en arabe).

113 B. Sirhan, op.cit., p. 28.

114 Des données comparables ne se trouvent pas dans le recensement de 1975, et les résultats détaillés du recensement de 1980 n’ont toujours pas été publiés.

115 Fiches du Monde Arabe, « Palestiniens. Politique : La présence palestinienne à Koweit. 1 — Données générales, n° 891, 28 février 1978.

116 I. Al-Qutb et W. as-Saïd, op. cit., p. 147.

117 Peter Demani, « Les implantations israéliennes dans les territoires occupés (1967-77), Hérodote, 29-30, 1983.

Notes de fin

1 Postes généralement réservés aux Koweitiens qui en monopolisent, dans ce cas précis, 84 %

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Composition de la population palestinienne au Koweit en 1975 par groupes d’âge (incluant les Jordaniens)
Légende Sources : B. SIRHAN, d’après le recensement de 1975 (travaux personnels).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3376/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 2. Groupes professionnels comprenant une forte proportion de Palestiniens
Légende Note *1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3376/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Tableau 3. Évolution de l’indice des prix de gros
Légende Source : Fiches du Monde Arabe. Koweit Economie — Inflation n° 1740, 11 novembre 1980.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3376/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 4. Coût de la vie
Légende Source : Fiche du Monde Arabe — Koweit Economie — Inflation no 1740, 11 novembre 1980.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3376/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 5. Palestiniens de plus de 10 ans et leur niveau d’éducation (en %)
Légende Sources : Population Census 1965 et Population Census 1970 Central Statistical Office, Census Division, Kuwait.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3376/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Presses de l’Ifpo, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540