Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe

 | 
André Bourgey
, 
Philippe Gorokhoff
, 
Michel Nancy
, 
et al.

Importance des migrations internationales de travail dans l’Orient arabe

André Bourgey

Volltext

1Les pays arabes du Golfe, c’est à dire l’Arabie Saoudite, les émirats (Koweit, Bahrein, Qatar, la Fédération des Emirats arabes unis et le Sultanat d’Oman), et enfin l’Irak accueillaient au début des années 1980 environ cinq à six millions d’étrangers. Un tel chiffre ne repose que sur une estimation, car il n’est pas toujours facile d’évaluer avec précision l’importance des étrangers dans les pays pétroliers du Golfe, les inventaires démographiques étant très variables d’un pays à l’autre. Ainsi, le Sultanat d’Oman n’a encore procédé à aucun recensement. Pour Qatar et les Emirats arabes unis, où des recensements ont eu lieu, leurs résultats ont été publiés de façon très incomplète, principalement en ce qui concerne les étrangers qui représenteraient en 1980 près des trois-quarts de la population totale. De même, en Arabie Saoudite et en Irak, beaucoup d’incertitudes demeurent sur l’état précis de la situation démographique, en particulier sur le nombre des étrangers. Seuls deux émirats, Bahrein, depuis 1941, et Koweit, depuis 1957, assurent de façon régulière des recensements, dont les résultats sont publiés intégralement.

2Ces cinq ou six millions d’étrangers se répartissaient approximativement de la façon suivante. Deux à deux millions et demi d’étrangers en Arabie Saoudite y représentent environ 30 % de la population totale. Dans l’ensemble des Emirats, le nombre des étrangers était de l’ordre de 2,4 millions, soit le tiers de la population de Bahrein et d’Oman, 60 % de la population du Koweit, et entre 70 et 80 % de la population de Qatar et des Emirats arabes unis. Enfin, plus d’un million d’étrangers résidaient en Irak, où ils constituaient vraisemblablement 8 % de la population totale.

3Le nombre des travailleurs étrangers dans les pays pétroliers arabes du Golfe a considérablement augmenté depuis 1970 ; dans les émirats il a triplé entre 1970 et 1980. En effet, avec l’accroissement spectaculaire des revenus pétroliers au cours de la décennie 1970, surtout après le quadruplement du prix des pétroles en 1973, les principautés du Golfe ont entrepris de réaliser de gigantesques programmes d’équipement et d’industrialisation, nécessitant un recours massif à la main-d’œuvre étrangère, d’abord d’origine arabe, puis, de plus en plus, d’origine asiatique. A part l’émirat du Koweit, où la population étrangère est encore en majorité d’origine arabe, principalement palestinienne, dans les autres émirats la main d’œuvre étrangère vient en majorité de l’Asie des Moussons, en particulier de l’Inde, du Pakistan, du Bengladesh, du Sri-Lanka, de la Thaïlande, des Philippines, de la Corée du Sud, etc.

4En Arabie Saoudite, également, la main-d’œuvre asiatique a beaucoup progressé durant la décennie 1970, mais les contingents les plus nombreux de travailleurs étrangers sont toujours originaires des pays arabes, principalement du Yémen du Nord et de l’Egypte. Enfin, en Irak, la main-d’œuvre étrangère est principalement constituée de travailleurs égyptiens.

5Ces flux migratoires intenses, responsables de la croissance démographique vertigineuse des émirats du Golfe, ont été brutalement inversés à partir de 1983, où, pour la première fois, le nombre des étrangers quittant les pays pétroliers a été nettement supérieur à celui des entrées. Le reflux qui s’est amorcé s’explique à la fois par la crise économique mondiale, dont les répercussions commencent à se faire sentir dans les pays du Golfe (diminution spectaculaire de la production et des recettes pétrolières), et par l’évolution de la guerre irako- iranienne, puisque l’Arabie Saoudite et les émirats ont fourni à Bagdad une importante aide financière estimée à 40 milliards de dollars, depuis le déclenchement des hostilités en septembre 1980. Cette aide financière consentie à l’Irak au moment même où les recettes pétrolières diminuaient, a déterminé, autant que les effets de la crise économique mondiale, l’arrêt de certains chantiers et l’abandon de projets industriels très ambitieux. Les « pétromonarchies » du Golfe commencent donc, depuis peu, à faire l’apprentissage de l’austérité, et cela se traduit par le retour d’un grand nombre de travailleurs étrangers à leurs lieux d’origine.

6Cependant, malgré le reflux amorcé de la sorte, les étrangers conservent un rôle prépondérant dans les pays pétroliers de la péninsule arabique, principalement dans les émirats, où ils sont à l’origine de mutations socio-géographiques considérables.

  • 1 G. Simon, (éd.), Villes et migrations internationales de travail dans le Tiers-Monde, Poitiers, Uni (...)

7De même, les migrations internationales de travail induites par la rente pétrolière représentent aujourd’hui un des facteurs essentiels du changement social dans les pays de départ de l’Orient arabe (Egypte, Soudan, Yémen du Nord, Yémen du Sud, Jordanie, Liban et Syrie). Les transferts de revenus des travailleurs migrants ont ainsi beaucoup contribué, depuis une dizaine d’années, à la transformation des villes et des campagnes du Proche-Orient arabe. Une évolution comparable a été constatée en Afrique du Nord. Il semble d’ailleurs qu’au Maghreb comme au Machrek ce soient les villes, plus encore que les campagnes, qui concentrent la plupart des projets immobiliers, professionnels et familiaux des travailleurs migrants à leur retour dans leurs pays d’origine1.

8La migration temporaire à l’étranger contribue donc souvent à accélérer l’exode rural et à accentuer la croissance urbaine des pays de départ. En même temps, ce séjour à l’étranger des travailleurs migrants modifie considérablement les pratiques urbaines. Les travailleurs migrants, qu’ils soient originaires du Maghreb ou du Machrek, sont devenus à leur retour d’Europe ou des pays pétroliers du Golfe, de « vrais citadins », alors qu’avant leur départ il s’agissait de ruraux, ou de « néocitadins » aux comportements encore ruraux, entassés à la périphérie des villes ou dans les vieux centres historiques en voie de taudification.

9Ainsi, les migrations internationales de travail, qui concernent désormais l’ensemble du monde arabe, ont-elles des conséquences énormes aussi bien sur les pays d’accueil que sur les pays de départ. Il convient toutefois de préciser que les migrations internationales de travail de l’Orient arabe s’inscrivent dans un contexte très différent de celui qui affecte les migrations partant du Maghreb. Dans ce dernier cas, il s’agit de relations migratoires traditionnelles « Sud-Nord » (Maghreb- Europe occidentale), qui constituent un des aspects des relations humaines et économiques entre le Tiers monde et les pays industrialisés. Au contraire, à l’intérieur de l’Orient arabe les migrations internationales de travail, plus récentes qu’au Maghreb, représentent une forme de ce que l’on pourrait appeler maladroitement les relations migratoires « Sud-Sud », puisqu’elles impliquent des travailleurs arabes et asiatiques se dirigeant vers d’autres pays du Tiers monde, mais disposant de beaucoup de capitaux, les pays arabes du Golfe.

10Quoi qu’il en soit de l’avenir de ces marchés du travail et de ces mouvements de main-d’œuvre, de tels flux migratoires ont eu des effets géographiques remarquables sur les pays de départ de l’Orient arabe et ont donné aux étrangers un rôle prépondérant dans les transformations des émirats arabes du Golfe. Le reste du présent volume est consacré, pour l’essentiel à l’illustration et à l’examen de ces deux thèmes.

I Effets géographiques des migrations internationales de travail sur les pays de départ de l’Orient arabe

11Les pays les plus peuplés de l’Orient arabe, soit en valeur absolue soit en densité, ne produisent pas de pétrole ou ne sont, comme la Syrie et l’Egypte, que des producteurs récents et relativement modestes. Ces pays (Egypte, Soudan, Liban, Syrie, Jordanie, Yémen du Nord et Yémen du Sud) disposent des revenus moyens par habitant les plus faibles de l’Orient arabe. A l’opposé, les gros producteurs de la péninsule arabique (l’Arabie Saoudite et les émirats) avaient un peuplement très restreint, avant d’exploiter la « manne pétrolière » qui leur a permis de passer en quelques années de la misère la plus extrême à l’opulence la plus effrénée, créant en partie une société de rentiers. Seul l’Irak, avec quinze millions d’habitants, dispose à la fois de pétrole et d’une population importante ; mais, engagé depuis septembre 1980 dans une guerre très coûteuse en hommes, et ayant mobilisé aux armées une grande partie de sa population active, ce pays est devenu un gros importateur de main d’œuvre.

12Ainsi, comprend-on aisément comment l’Orient arabe se divise en pays exportateurs et importateurs de main-d’œuvre. Toutefois, cette distinction est parfois plus complexe ; le Liban et la Jordanie sont à la fois exportateurs et importateurs de main-d’œuvre ; beaucoup de Libanais et de Jordano-Palestiniens travaillent dans les pays pétroliers du Golfe, tandis que des travailleurs égyptiens et asiatiques débarquent de plus en plus nombreux à Beyrouth et à Amman. D’autre part, le Sultanat d’Oman, pays de vieille tradition migratoire, en particulier vers les côtes de l’Afrique Orientale, a été successivement exportateur puis importateur de main-d’œuvre : jusqu’en 1970, les travailleurs omanais étaient nombreux dans les émirats pétroliers, mais l’exploitation du pétrole et surtout la modernisation du Sultanat drainent désormais vers Mascate beaucoup d’Indiens et de Pakistanais, tandis que la plupart des Omanais émigrés sont rentrés dans leur pays.

1. Essai de dénombrement des travailleurs arabes dans les pays pétroliers du Golfe

13Mis a part quelques 20.000 Marocains au Koweit et en Arabie Saoudite et quelques milliers de Tunisiens, il n’y a pas de véritable diaspora maghrébine dans les pays pétroliers du Golfe, où la main-d’œuvre arabe vient des pays voisins de l’Orient arabe. Dans ces pays de départ, les statistiques officielles sont le plus souvent assez discrètes sur l’émigration temporaire vers le Golfe. Et comme dans les pays d’accueil, sauf au Koweit et à Bahrein, le nombre exact des étrangers est mal connu, des estimations très différentes peuvent circuler.

14Parmi les communautés arabes présentes dans les pays pétroliers du Golfe, les Palestiniens occupent une place à part. Il s’agit là d’une des communautés les plus importantes, après les Égyptiens et les Yéménites, et la plus anciennement établie dans les « pétromonarchies » du Golfe, puisque depuis 1948 les guerres israélo-arabes successives ont contribué à disperser chaque fois un peu plus le peuple palestinien (tabl. 1).

Tableau 1. Répartition des Palestiniens dans les pays pétroliers du Golfe en 1981

Tableau 1. Répartition des Palestiniens dans les pays pétroliers du Golfe en 1981

Source : Palestinian Statistical Abstract, 1981.

15Le nombre des Égyptiens dans les pays du Golfe est évalué au début des années 1980 à 2 ou 3 millions. Ainsi, le ministère égyptien des affaires étrangères a-t-il avancé en 1982 le chiffre de 2.962.000 Égyptiens à l’étranger, alors qu’au recensement de 1976 on signalait 1.425.000 Égyptiens hors d’Égypte. Il semble raisonnable d’estimer à deux millions au moins le nombre approximatif des Égyptiens présents en 1984 dans les pays pétroliers du Golfe, en particulier en Irak qui accueille un million d’Égyptiens, dont une grande partie dans les campagnes. Il y aurait, d’autre part, environ 600.000 Égyptiens en Arabie Saoudite, le reste de la diaspora égyptienne se dispersant dans les émirats pétroliers, mais plus spécialement à Koweit.

  • 2 Ph. Fargues, « Du Nil au Golfe, problèmes de l’émigration égyptienne », Population, 1985, 1, pp. 71 (...)

16A la différence d’autres pays arabes (Liban, Syrie, Yémen du Nord, Oman) qui ont d’anciennes traditions migratoires, l’Egypte est restée longtemps en marge des grands courants de migrations arabes. Ainsi, à l’époque nassérienne, était-il très difficile de quitter le territoire égyptien : le nombre des départs se limitait à quelques centaines de personnes par an. La politique d’ouverture économique, « infitah », décidée par Sadate au moment du premier « choc pétrolier », soit exactement au moment où les pays du Golfe eurent un grand besoin de travailleurs étrangers, fit brusquement de l’Egypte le dernier en date mais aussi de très loin le plus important exportateur de main-d’œuvre de l’Orient arabe2.

17Le nombre des travailleurs yéménites, localisés pour la plupart en Arabie Saoudite, est également très élevé. Le chiffre d’un million de Yéménites émigrés en Arabie Saoudite a souvent été avancé mais il paraît excessif ; une estimation de 600.000 travailleurs yéménites est sans doute plus proche de la réalité.

18Statistiques et documents officiels, ne permettent guère, le plus souvent, de distinguer aisément Jordaniens et Palestiniens, d’autant que les recensements des pays d’accueil, quand ils existent, signalent des « Jordano-Palestiniens », qui seraient approximativement 800.000 dans les pays du Golfe. Il y aurait donc 230.000 Jordaniens, qui s’ajouteraient aux 570.000 Palestiniens déjà signalés.

19Enfin le nombre des Syriens présents dans les « pétromonarchies » du Golfe en 1981 est estimé à 350.000, et celui des Libanais à 250.000. L’évolution de l’émigration libanaise peut être analysée avec plus de détails, le Liban constituant un bel exemple de pays exportateur de main-d’œuvre.

2. Un pays exportateur de main-d’œuvre : le Liban

20A l’intérieur de l’Orient arabe, le Liban est un pays de vieille tradition migratoire. Le phénomène de l’émigration, si important dans la vie du Liban depuis le xixème siècle, est en général assez bien connu, et l’on distingue plusieurs vagues d’émigration. Au début du xixème siècle apparaît un premier courant d’émigration orienté vers les villes égyptiennes ; ce courant, continu tout au long du xixème siècle, se poursuivit dans la première moitié du xxème siècle. Beaucoup plus importante fut la seconde vague d’émigration tournée vers le continent américain : les premiers émigrés libanais débarquèrent à Boston en 1854, au Brésil en 1880. On estime à plus de 400.000 le nombre des Libanais qui ont définitivement quitté leur pays pour le continent américain entre 1850 et 1950, dont 210.000 entre 1900 et 1914. En même temps, à partir de l’extrême fin du xixème siècle, se développait une troisième vague d’émigration dirigée vers l’Afrique Noire.

  • 3 A Bourgey, « Problèmes de géographie urbaine au Liban », Hannon, revue libanaise de géographie, Bey (...)

21Depuis 1950, les migrations libanaises vers l’étranger ont pris des formes différentes des vagues traditionnelles précédentes et sont de deux types : migrations définitives vers le Canada et l’Australie, migrations temporaires vers les pays pétroliers du Golfe (Arabie Saoudite et émirats). Ces deux types de migrations ont pris à partir de 1975 une ampleur considérable, renversant la tendance qui, jusqu’au déclenchement des affrontements armés faisait beaucoup plus du Liban, un pays d’immigration qu’une terre d’émigration. En effet, en 1975, les étrangers constituaient environ 30 % de la population libanaise et 45 % de la population de l’agglomération de Beyrouth. On a pu distinguer cinq vagues d’immigrations qui ont grandement contribué au rapide accroissement de l’agglomération de Beyrouth depuis 19203 : arménienne, kurde, palestinienne, syrienne, mais aussi retour au Liban des Libanais émigrés en Egypte et en Afrique Noire.

22Ainsi le Liban, vieux pays d’émigration, était-il devenu une terre d’immigration. Mais, à partir de 1975 guerre et insécurité provoquèrent rapidement un renversement des mouvements migratoires. Les départs définitifs ou temporaires des Libanais, et de certains étrangers résidant au Liban, deviennent considérables. Ces flux migratoires vers l’extérieur sont si importants qu’à partir de 1980 il paraît nécessaire de faire appel à des travailleurs étrangers, malgré le maintien au Liban de conditions de sécurité toujours aussi précaires. De plus, le retour en Syrie d’une grande partie de la main-d’œuvre syrienne, explique l’appel à des travailleurs égyptiens, mais aussi de plus en plus à des travailleurs indiens, srilankais, pakistanais et philippins, ainsi qu’à des Turcs. La main-d’œuvre asiatique, qui occupait une place négligeable sur le marché du travail libanais avant 1975, représentait en 1982 26,7 % des permis de travail accordés aux travailleurs étrangers. Cette main- d’œuvre asiatique manque le plus souvent de qualification et ne saurait compenser l’exode des Libanais vers l’étranger.

23Depuis 1975, la guerre a beaucoup contribué à accroître les migrations de travail des Libanais vers les pays pétroliers de la péninsule arabique, d’autant qu’au même moment ces « pétromonarchies » du Golfe venaient de lancer des programmes ambitieux de création d’industries et d’amélioration des équipements, nécessitant une main- d’œuvre abondante, à la fois qualifiée et non qualifiée.

24L’émigration vers les pays du Golfe touche toutes les communautés libanaises, alors qu’au xixème siècle et au début du xxème siècle les migrations outre-Atlantique étaient surtout le fait des communautés chrétiennes, principalement la communauté maronite, et que les migrations vers l’Afrique Noire intéressaient avant tout des chiites et des maronites. D’autre part, ces migrations temporaires vers le Golfe concernent toutes les couches sociales et toutes les catégories socioprofessionnelles, depuis les Libanais non qualifiés jusqu’aux diplômés de l’enseignement supérieur, depuis les pauvres jusqu’aux riches.

25Cette migration vers les pays pétroliers, amplifiée considérablement par l’insécurité libanaise, est devenue un facteur de mobilité sociale. En moyenne, les salaires perçus dans les « pétromonarchies » du Golfe sont cinq à dix fois supérieurs à ceux touchés au Liban pour un travail et une qualification identiques. Les « nouveaux riches du Golfe » représentent désormais un nouvel élément de la société libanaise. Le cas extrême, exemple le plus spectaculaire de réussite individuelle, est fourni par Rafic Hariri, fils de paysan pauvre de la région de Saïda, qui, après avoir émigré en Arabie Saoudite, ce trouve à présent à la tête d’une fortune colossale, ayant fondé ou racheté diverses sociétés de travaux publics. Géographiquement, ces migrations temporaires vers le Golfe s’alimentent dans toutes les régions libanaises et intéressent les citadins comme les ruraux. Toutes les villes libanaises, grandes ou petites, sont ainsi touchées par ces flux migratoires.

  • 4 Les estimations les plus sérieuses ont été avancées par la Chambre de commerce et d’industrie de Be (...)

26L’absence de recensement ou d’enregistrements systématiques ne permet pas de connaître avec précision le nombre de Libanais présents dans les « pétromonarchies » du Golfe. Cependant, en comparant diverses estimations4, il semble qu’environ 250.000 Libanais résidaient en 1981 dans les pays pétroliers de l’Orient arabe, dont près de 60 % en Arabie Saoudite. Or, avant 1975, le nombre des Libanais travaillant dans les pays du Golfe était estimé entre 50.000 et 80.000 personnes. Ces migrations temporaires vers les pays pétroliers ont donc enregistré en sept ans une progression spectaculaire.

  • 5 A. Saad, « L’exode des années de guerre », Le Commerce du Levant, Beyrouth, 13 août 1984.

27A ces chiffres, il convient d’ajouter les départs définitifs vers les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et l’Europe occidentale. Les statistiques recueillies récemment auprès des ambassades des pays de destination confirment l’ampleur de l’exode des Libanais. En dix ans, depuis 1975, près de 200.000 Libanais auraient quitté définitivement leur pays, dont la moitié seraient établis en Australie et au Canada. Au total, en cumulant les migrations temporaires vers les pays du Golfe et les départs définitifs, on peut évaluer le bilan de l’exode des Libanais hors du Liban depuis 1975 à 400.000 personnes. La population libanaise a été sensiblement affectée par ces départs vers l’étranger. On sait qu’aucun recensement n’a été effectué au Liban depuis 1932, pour ne pas remettre en cause l’équilibre confessionnel sur lequel reposait l’Etat libanais. Cependant diverses évaluations de la population libanaise sont régulièrement données. Une des plus récentes (août 1984) estime que la population libanaise serait passée de 2.800.000 personnes en 1975 à 2.467.000 en 19835

28Le bilan de l’émigration libanaise depuis 1975 fait donc ressortir que le tiers de la population active libanaise est parti. Mais le bilan qualitatif est encore plus considérable, car il s’agit en premier lieu d’un « exode de cerveaux ». La propension à émigrer des Libanais est d’autant plus forte qu’on remonte l’échelle des qualifications, ce qui vide progressivement le pays de ses meilleurs cadres scientifiques, techniques et de gestion. Ainsi, selon les syndicats concernés, 55 % des médecins libanais se trouvent en 1984 hors du pays, dont 37 % dans les pays arabes 48 % des ingénieurs libanais se sont expatriés, la plupart travaillant dans les pays pétroliers.

29Le bilan économique de cet exode des Libanais vers l’étranger est évidemment variable selon qu’il s’agit de migrations temporaires vers les pays du Golfe ou de départs définitifs. Les retombées économiques des migrations de travail des Libanais vers les pays pétroliers sont considérables : les remises des Libanais expatriés représentent même, depuis que le Liban est déchiré par la guerre, la principale source de revenus du pays, atteignant 51,5 % du produit intérieur brut en 1981, 55,7 % en 1982. En dix ans, de 1971 à 1981, le montant des transferts à destination du Liban a été multiplié par dix (tabl. 2).

  • 6 A. Bourgey, « La guerre et ses conséquences géographiques au Liban », Annales de Géographie, 521, j (...)

30Ainsi, le développement des activités des Libanais dans les pays du Golfe a-t-il largement compensé la baisse d’activité à l’intérieur du pays, et aidé le Liban à survivre. En même temps, les remises des Libanais du Golfe contribuaient à une nouvelle organisation de l’espace libanais6, particulièrement à Beyrouth. Toutefois, depuis 1983 et surtout depuis 1984, les migrations de travail des Libanais vers les pays pétroliers ont beaucoup diminué. En effet, non seulement la crise économique et financière dans les pays du Golfe oblige nombre de Libanais à rentrer au Liban avant même l’expiration de leur contrat, mais il est devenu impossible ou presque, à Beyrouth, d’obtenir un visa pour les principautés arabes du Golfe, qui ont pour la plupart fermé leurs ambassades au Liban. Aussi, les remises des travailleurs libanais ont-elles baissé de façon spectaculaire et ne représenteraient plus en 1984 que le quart ou le tiers, selon les estimations, des transferts réalisés en 1980, ce qui serait une des causes de l’effondrement de la livre libanaise, depuis la fin de 1984.

31L’analyse de l’exemple libanais, riche d’enseignements, peut aider à dresser un bilan des conséquences des migrations vers le Golfe dans les pays de départ de l’Orient arabe.

Tableau 2. Évolution des transferts courants à destination du Liban 1971-1981

Tableau 2. Évolution des transferts courants à destination du Liban 1971-1981

Source : R. Tabbara, « Développement arabe et ressources humaines libanaises », Colloque organisé à l’Université américaine de Beyrouth, avril 1982.

3. Bilan des migrations vers le Golfe dans les pays de départ

32Comment évoquer en quelques lignes les effets positifs et les effets « pervers » de l’émigration ? En Egypte, par exemple, le thème de l’émigration vers les pays pétroliers est l’occasion de débats passionnés.

33Sans doute dans tous les pays de départ les remises des travailleurs émigrés constituent-elles un apport précieux de devises. Ainsi le Yémen du Nord vit-il grâce à l’assistance des Etats riches de la région, particulièrement l’Arabie Saoudite et grâce aux envois réguliers des Yéménites travaillant dans les pays pétroliers, qui ont atteint 1,2 milliard de dollars en 1982. De même, l’économie jordanienne, qui est également une économie assistée (en 1983, les Etats pétroliers n’ont versé à Amman que la moitié de l’aide prévue, soit 600 millions de dollars au lieu de 1,25 milliard de dollars), a-t-elle grandement besoin des transferts des travailleurs émigrés, estimés en 1983 à 1,3 milliard de dollars.

Tableau 3. Transferts d’épargne des Égyptiens à l’étranger

Tableau 3. Transferts d’épargne des Égyptiens à l’étranger

Source : Banque centrale d’Égypte, dans Ph. Fargues, op. cit., in G. Simon, éd., op. cit. p. 182.

  • 7 Ph. Fargues, « Les émigrés égyptiens... », in G. Simon, (éd.), op. cit.

34C’est en Egypte que les remises des émigrés ont connu la progression la plus spectaculaire. En 1983, les sommes transférées par les Égyptiens expatriés étaient estimées à 2,5 milliards de dollars, soit plus que les exportations de pétrole égyptien (2,2 milliards de dollars), plus que les droits de transit dans le canal de Suez (1 milliard de dollars), plus que les recettes apportées par le tourisme (0,6 milliard de dollars) ou les exportations de coton (0,5 milliard de dollars)7.

35Cependant, les effets bénéfiques de ces transferts de devises sur les économies des pays de départ sont contestés par beaucoup. D’une manière générale, les flux de capitaux liés aux travailleurs émigrés ne font qu’accroître la dépendance des pays exportateurs de main-d’œuvre. En même temps, ils favorisent les placements spéculatifs au détriment des investissements productifs, stimulent l’inflation et encouragent les importations de produits étrangers.

36Les économies des pays de départ souffrent d’une véritable hémorragie qui touche la population active des Etats concernés : 40 % de la population active jordanienne, le tiers de celle du Liban et le quart des actifs du Yémen du Nord étaient dans les pays pétroliers du Golfe en 1982. Si seulement 12 % de la population active égyptienne s’est expatriée, ce sont, souvent les plus qualifiés et les plus dynamiques qui partent, attirés par des salaires 10 à 15 fois supérieurs à ceux qu’ils pourraient recevoir en Egypte. Comme le remarque Ph. Fargues, « l’Egypte n’exporte pas son chômage, elle exporte ses forces vives », qu’il s’agisse des agriculteurs égyptiens en Irak, des ouvriers qualifiés et des enseignants en Arabie Saoudite et dans les émirats.

  • 8 Ph. Fargues, Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière, Beyrouth, CERMOC, 1980, (Diffusion Sindb (...)

37Le coût de production et formation de cette main-d’œuvre qualifiée est élevé et repose uniquement sur les pays d’origine, Liban, Egypte, Jordanie. Ce sont là des transferts invisibles des pays pauvres, exportateurs de main-d’œuvre, vers les riches pays pétroliers. Si l’on pouvait les chiffrer, « ces transferts invisibles de valeur des pays d’origine vers les pays d’arrivée des migrants s’avèreraient peut-être égaux, voire supérieurs, à ceux qui se font en sens inverse et qui sont les plus évidents, car les seuls à apparaître dans la comptabilité »8. Pour les riches « pétromonarchies » du Golfe, les immigrés constituent incontestablement des travailleurs à faible coût social. Les travailleurs malades sont rapidement renvoyés dans leurs pays d’origine et les transferts sociaux (retraite, allocations familiales, frais de maladie versés dans les pays d’origine) n’existent pas dans la législation du travail des Etats pétroliers du Golfe.

38Le bilan économique et social de ces flux migratoires vers le Golfe peut apparaître finalement assez négatif pour les pays de départ, qui ont cependant encouragé ces migrations, souvent pour éviter une explosion sociale et politique. En tout cas, dans certains pays, tel le Yémen du Nord, l’intensité de l’émigration vers le Golfe a entraîné une raréfaction dramatique de la population active agricole et une rapide dégradation des terrasses de culture qui ne sont plus entretenues. En Egypte, où la pression démographique fut longtemps très forte dans les villages de la vallée du Nil ou du delta, les hommes émigrent parfois pour acheter de la terre, beaucoup plus que du matériel agricole. Déjà dans certains villages, en raison de l’émigration, la charge des travaux agricoles repose de plus en plus sur les femmes, les enfants et les hommes âgés. L’exode récent et massif d’agriculteurs égyptiens vers l’Irak pourrait, si le mouvement se poursuivait encore longtemps, avoir de sérieuses répercussions sur l’agriculture de l’Egypte, au moment même où sa dépendance alimentaire ne cesse de s’aggraver.

  • 9 A Findlay, « Migrations, transferts de revenus et croissance urbaine à Amman (Jordanie) », in G. Si (...)

39Mais ce sont surtout dans les villes des pays de départ qu’apparaîssent avec le plus de netteté les effets des transferts des travailleurs émigrés. En Jordanie par exemple, les remises s’investissent presque exclusivement à Amman, accentuant la macrocéphalie de la capitale jordanienne, dont la population a doublé entre 1972 et 1982, passant de 550.000 à plus d’un million d’habitants pendant que la superficie de l’agglomération passait de 21 à 53,7 kilomètres carrés9, l’étalement des constructions étant étroitement lié à la stratégie immobilière des travailleurs émigrés dans les pays pétroliers du Golfe. D’autres capitales, en particulier Le Caire, Beyrouth ou Sanaa, connaissent des transformations rapides, étroitement associées aux remises des travailleurs expatriés. En fait, les investissements immobiliers des émigrés ne se limitent pas aux capitales ou aux grandes villes. Beaucoup de petites villes ont éclaté depuis une dizaine d’années, submergées sous le flot des constructions nouvelles nées des capitaux gagnés dans les pays pétroliers du Golfe.

40Les transformations géographiques engendrées dans les pays de départ de l’Orient arabe par les flux migratoires liés à la rente pétrolière sont multiples. Mais ces transformations, si importantes soient-elles, semblent minimes comparées aux bouleversements géographiques enregistrées dans les pays pétroliers du Golfe.

II Le rôle prépondérant des étrangers dans les émirats arabes du Golfe

41Ce sont dans les émirats pétroliers qu’apparaissent de façon la plus spectaculaire, parfois même caricaturale, les bouleversements apportés par l’immigration étrangère. Les villes cosmopolites du Golfe concentrent l’essentiel de la population des cinq émirats (55 à 60 % de la population d’Oman, 81 % de la population de Bahrein, 90 % de la population du Koweit, de Qatar et des Emirats Arabes Unis). Ces villes constituent un laboratoire privilégié pour analyser les mutations apportées par l’immigration étrangère.

42Les agglomérations du Golfe sont devenues de véritables « tours de Babel ». Bien que partie intégrante du monde arabe, les villes du Golfe éprouvent aujourd’hui un problème d’identité culturelle, car elles sont, de plus en plus, peuplées d’une majorité d’Asiatiques et perdent ainsi progressivement leur spécificité arabe, laquelle est d’autant plus menacée qu’en même temps elles sont entraînées dans le tourbillon du modèle américain.

1. Les « villes tours de Babel » des émirats du Golfe

43Lorsqu’il s’agit de définir les agglomérations urbaines des principautés arabes du Golfe, plusieurs expressions viennent à l’esprit, insistant chacune sur tel ou tel aspect de ces espaces urbains. En effet, les villages du Golfe sont à la fois « villes-champignons », « villes-chantiers », « villes inachevées conçues d’abord pour l’automobile », « villes de nouveaux riches », enfin et surtout des « villes tours de Babel ».

44a. Des « villes-champignons ». Toutes les villes des émirats du Golfe, les grandes, les moyennes ou les petites, ont connu en quelques années une croissance exceptionnelle, résultat de mouvements migratoires d’une ampleur sans précédent. Les émirats du Golfe constituent aujourd’hui la région du monde offrant les meilleurs exemples de « villes-champignons ». Le record est sans doute détenu par Abu Dhabi, passée de 5.000 habitants en 1962 à près de 400.000 habitants en 1984. Une véritable « révolution urbaine » aux multiples prolongements géographiques, sociologiques ou économiques a ainsi transformé en vingt ans un modeste village de pêcheurs en une agglomération moderne, capitale de la Fédération des Emirats Arabes Unis. Pour Abu Dhabi, on peut même parler de « métropole-champignon ».

45Mais le meilleur exemple de « métropole-champignon » reste l’agglomération de Koweit qui rassemble plus d’un million d’habitants en 1984, alors que la ville n’en comptait que quelques milliers quarante ans plus tôt et dépassait juste les 100.000 habitants au début des années 1950. Ainsi, en quelques années s’est constituée l’agglomération

46b. Des « villes-chantiers ». Les nouvelles agglomérations du Golfe sont des villes, où l’horizon est régulièrement barré par des grues géantes et des échafaudages impressionnants, et où le bruit des marteaux- piqueurs et des bulldozers constitue le fond sonore habituel qui se mêle au roulement d’une circulation automobile toujours intense. Une telle cacophonie n’est rompue que par les appels à la prière lancés du haut des centaines de minarets récemment construits dans les jeunes métropoles du Golfe.

47Cet aspect de « villes-chantiers » apparaît également dans les chantiers de démolition, particulièrement nombreux à Abu Dhabi où de nombreux immeubles, vieux seulement de 10 à 15 ans, sont démolis pour faire place à d’autres, plus modernes, plus rentables. Les jeunes et dynamiques métropoles du Golfe grandissent dans la fièvre et la spéculation, en cédant à la frénésie du béton, du verre et de l’aluminium, principaux matériaux utilisés. Disposant de beaucoup d’espace gagné sur le désert, ces villes présentent un paysage urbain très discontinu, où l’alternance des chantiers et des terrains vagues fait place soudain à des quartiers déjà presque complètement urbanisés. En fait, d’un émirat à l’autre, les différences sont appréciables selon l’ancienneté de la dynamique urbaine.

48c. Des « villes inachevées faites pour l’automobile ». L’automobile est ici maîtresse de la ville, imposant de larges boulevards, des parcs de stationnement nombreux et vastes. Ainsi les nouveaux paysages urbains surgis dans les émirats rappellent-ils davantage le tissu urbain de certaines villes américaines du Texas ou de la Californie que celui des agglomérations traditionnelles de l’Orient arabe. Comme dans les pays neufs, ce tissu respire souvent le provisoire et l’inachevé.

49d. Des « villes de nouveaux riches ». Les paysages urbains sont marqués de contrastes violents. Ainsi, à quelques mètres des hôtels les plus luxueux d’Abu Dhabi, en arrière d’une artère regroupant les plus beaux magasins des Emirats arabes unis, au centre même de la capitale, s’est développé un immense bidonville peuplé de Pakistanais. Les paysages urbains ne font qu’exprimer les contrastes et les inégalités des sociétés urbaines des émirats.

50e. Des villes « tours de Babel ». Ce dernier aspect, qui nous paraît le plus important, nous a le plus frappé au cours d’une récente mission dans les émirats. Ainsi, dans les villes du Golfe, cherche-t-on les nationaux reconnaissables à leur longue tunique blanche, la fameuse dichdacha ; ils sont littéralement perdus au milieu d’un flot d’étrangers de toutes nationalités. Cet aspect de « tour de Babel » se retrouve partout : dans les magasins, les hôtels, les restaurants, dans l’administration, l’armée, la police... Sans doute faut-il nuancer cette description rapide, car, dans deux pays moins riches, Oman et Bahrein, les nationaux sont plus présents ; à Mascate et à Manama, par exemple, les taxis sont conduits par des nationaux et non par des étrangers (Pakistanais dans les Emirats arabes unis, Palestiniens à Koweit, etc.).

51A Koweit, le recensement de mars 1980 a dénombré 793.339 étrangers et 565.613 Koweitiens. Sur une population de 1.357.952 personnes, les étrangers représentaient donc 58,3 % de la population totale. Les estimations de la population koweitienne pour 1983, données dans le dernier bulletin de statistiques du ministère du Plan de Koweit, évaluent la population de l’émirat à 1.671.620 personnes, dont 1.036.750 étrangers, soit 62 % de la population totale. Ainsi, la part des étrangers dans la population totale de l’émirat, qui était assez stable entre 1965 (52,9 %), 1970 (53 %) et 1975 (52,5 %) connaît depuis une progression régulière. En 8 ans, de 1975 à 1983, le nombre des étrangers a presque doublé, passant de 522.749 à plus d’un million.

52Même évolution très sensible à Bahrein, où selon le recensement de 1981, la population totale était de 350.798 personnes, dont 112.378 étrangers, soit 32 % des effectifs globaux de l’émirat. Or, le recensement précédent de 1971 dénombrait seulement 36.480 étrangers, soit 16 % de la population de Bahrein (228.000 habitants). De 1941, date du premier recensement à Bahrein, jusqu’en 1971 le pourcentage d’étrangers par rapport à l’ensemble de la population était relativement stable : 17,7 % en 1941, 16,8 % en 1950, 16 % en 1971. Le triplement du nombre des étrangers entre 1971 et 1981 explique pourquoi ces derniers représentent désormais 32 % de la population.

53Pour les trois autres principautés arabes du Golfe, il est plus difficile d’avancer avec précision le nombre des étrangers présents dans chaque émirat. A Qatar, selon les estimations du ministère de l’économie et du commerce, la population de l’émirat a atteint en 1980, 260.000 personnes. Les étrangers représenteraient entre 75 et 80 % de la population totale, soit approximativement 200.000 personnes. Or, en 1970, la population étrangère résidant à Qatar était de 66.094 personnes. Les effectifs étrangers ont donc triplé en dix ans, comme à Bahrein.

54Dans les Emirats arabes du Golfe, la croissance de la population a été encore plus rapide puisque la population totale de la Fédération a été multipliée par six en douze ans : entre le recensement de 1968 et celui de 1980, la population est passée de 180.000 à 1.043.000 personnes. En fait, d’un émirat à l’autre, la croissance démographique a été très variable. Entre 1968 et 1980, la population d’Abu Dhabi a été multipliée par dix, celle d’Ajman par neuf, celle de Dubaï et celle Sharjah par cinq, celle d’Umm Al Qiwain, celle de Ras Al Khaima et celle de Fujeira par trois (tabl. 4). Comme à Qatar, la proportion des étrangers par rapport à l’ensemble de la population n’est pas précisée officiellement. Elle serait pour l’ensemble de la Fédération des Emirats arabes unis de l’ordre de 80 %, atteignant peut-être 90 % pour Abu Dhabi. La population étrangère actuellement présente dans les Emirats arabes unis représenterait donc actuellement 800.000 personnes en 1980, soit six à sept fois plus qu’en 1970.

55Enfin, pour le Sultanat d’Oman, l’absence de recensement gêne considérablement l’estimation de la population étrangère présente dans ce pays. Cependant, nous disposons du nombre de permis de travail délivrés en 1982 aux étrangers, soit 203.659, dont 186.821 pour le secteur privé et 16.659 pour le secteur public. Dans la mesure où la plupart des travailleurs étrangers sont venus sans leur famille, la population étrangère présente dans le Sultanat d’Oman peut être évaluée à environ 250.000 personnes, soit approximativement 30 % de la population totale qui devrait se situer entre 700.000 et 900.000 habitants. En dix ans, le nombre des étrangers présents dans le Sultanat aurait été multiplié par dix.

56Ainsi, les émirats arabes du Golfe rassembleraient approximativement 2.400.000 étrangers sur une population de l’ordre de 4.124.000 personnes, soit 58,2 % de la population totale. Au début des années 1970, le nombre des étrangers présents dans les émirats atteignait à peine 800.000 personnes. Il y a donc eu un accroissement très rapide, puisque les effectifs de la population étrangère ont été multipliés par trois en une dizaine d’années (tabl. 5).

57L’augmentation de la population étrangère travaillant dans les émirats est due principalement à l’arrivée de travailleurs asiatiques, qui constituent aujourd’hui l’essentiel des effectifs étrangers, sauf à Koweit où en 1980 72,5 % des étrangers sont originaires des pays arabes. Il s’agit surtout de Palestiniens (environ 40 % de la population étrangère) et d’Égyptiens (15 %). Si au recensement de mars 1980, les Asiatiques ne représentaient que 25,7 % de la population étrangère résidant à Koweit, leur nombre augmente rapidement. En 1981 et 1982, davantage de permis de travail ont été accordés aux travailleurs asiatiques (principalement Sud-Coréens, Indiens et Pakistanais) qu’aux travailleurs venus des pays arabes.

Tableau 4. Évolution de la population des Emirats Arabes Unis

Tableau 4. Évolution de la population des Emirats Arabes Unis

Tableau 5. Répartition des étrangers dans les émirats

Tableau 5. Répartition des étrangers dans les émirats

58A Bahrein, les Arabes ne constituent en 1981 que 12,7 % des effectifs de la main-d’œuvre étrangère, les Asiatiques 77,2 %, les Européens 7,8 %, etc. Dans les Emirats Arabes Unis, la population étrangère d’origine arabe représente un peu moins de 20 % des effectifs étrangers, constitués pour 70 % de Pakistanais et d’Indiens. Dans le Sultanat d’Oman, 90 % des permis de travail délivrés en 1982 étaient destinés à des étrangers originaires du « sous-continent indien » (62 % de l’Inde, 23,1 % du Pakistan et 6,9 % du Bengladesh).

59En fait, dans beaucoup de villes du Golfe la présence des étrangers est ancienne. Il s’agit de ports, principalement à Mascate, Sharjah, Dubaï et Manama, qui ont toujours entretenu des relations avec l’Inde et l’Afrique Orientale, et ont très tôt accueilli des colonies européennes, portugaises au xvième siècle et surtout britanniques à partir du xixème siècle, lorsque la mainmise des Anglais sur les émirats du Golfe s’affirme progressivement sous le règne de la Reine Victoria, afin de contrôler la route de l’Empire des Indes.

60En établissant une « pax britannica » sur le Golfe, pour arrêter la piraterie qui gênait les commerçants de la puissante compagnie anglaise des Indes orientales, les Anglais ont amené avec eux beaucoup de sujets de l’Empire des Indes. Les puissants flux migratoires qui conduisent aujourd’hui vers le Golfe un grand nombre d’étrangers originaires du Pakistan, de l’Inde, du Bengladesh et du Sri Lanka, ne font que reproduire avec plus d’ampleur des courants migratoires qui existaient déjà au xixème siècle et au début du xxème siècle.

3. Conséquences géographiques de la présence massive des étrangers dans les villes du Golfe

  • 10 A. Bourgey, « Kuwait », in P. Bonnenfant, (éd.), La péninsule arabique d’aujourd’hui, Paris, CNRS, (...)

61Il est certain que la main-d’œuvre étrangère a grandement contribué à la prospérité des émirats du Golfe. Prenons l’exemple de Koweit, car l’expérience koweitienne d’utilisation de la « manne pétrolière » est la plus ancienne dans le Golfe et remonte aux lendemains de la seconde guerre mondiale10. Par rapport aux autres émirats voisins, Koweit est longtemps apparu comme « le grand frère qui a réussi ».

62Or, parmi tous les étrangers résidant à Koweit, il faut souligner le rôle exceptionnel joué par les Palestiniens, non seulement en raison de leur importance numérique estimée en 1983 à 350.000 ou 400.000, soit près de 20 % de la population totale et plus de 40 % de la population étrangère, mais aussi et surtout en raison de leur influence économique, culturelle et politique. Les Palestiniens arrivèrent en masse à Koweit après la création de l’Etat d’Israël en 1948, au moment où l’émirat, au début des années 1950, avait un grand besoin de main-d’œuvre pour édifier, grâce aux revenus pétroliers, un nouveau Koweit. La conjonction de ces deux facteurs (présence d’une main-d’œuvre palestinienne abondante et qualifiée et arrivée des premières recettes pétrolières) a beaucoup contribué à la transformation du pays. S’il est sans doute excessif d’affirmer, comme certains l’ont fait, que « Koweit est dû autant aux Palestiniens qu’au pétrole », il convient de ne pas minimiser leur rôle : on retrouve les Palestiniens dans tous les secteurs de l’économie koweitienne et à tous les niveaux ; ils sont devenus les « rouages indispensables » de l’économie koweitienne.

  • 11 Cf. Ph. Gorokhoff infra., et « L’utilisation des revenus chez les Palestiniens de Koweit : baisse d (...)

63Toutefois, une enquête récente dans la communauté palestinienne de Koweit semble indiquer que la situation présente des Palestiniens dans cet émirat n’est guère brillante : « leur niveau de vie a baissé, alors qu’ils étaient venus pour l’accroître. La concurrence dans le secteur de l’emploi est devenue sauvage avec l’arrivée en masse de travailleurs asiatiques, mais aussi égyptiens, au moment où se présentent sur le marché un nombre important de jeunes Palestiniens, qualifiés et non-qualifiés, nés au Koweit et ayant toujours vécu dans l’émirat »11.

64Ainsi, malgré la solidarité des Arabes et l’attachement très réel des Koweitiens à la cause palestinienne, la communauté palestinienne établie à Koweit, qui a joué un si grand rôle dans le développement économique de l’émirat, ne semble plus profiter pleinement d’une prospérité d’ailleurs remise en question par la crise économique mondiale. Evolution d’autant plus sensible que l’afflux massif de travailleurs étrangers n’a fait qu’accentuer une ségrégation déjà très prononcée entre nationaux et étrangers.

65Il existe dans les villes des principautés arabes du Golfe, plusieurs formes de ségrégation. La plus fréquente est celle qui oppose les nationaux aux étrangers. Mais, des clivages socio-économiques subtils et profonds persistent également entre les citoyens d’un même pays. La révolution urbaine contemporaine s’est accompagnée, dans tous les émirats, d’une énorme spéculation foncière, qui n’a fait que renforcer les inégalités sociales. Ceux qui possédaient déjà des terrains, ou qui étaient assez fortunés pour en acheter, ont pu ensuite revendre les terrains urbanisables au prix le plus fort. De même, le système de « sponsorship », ou commandite, accentue la richesse des privilégiés (notables, gros commerçants, membres des familles règnantes) car dans sa recherche d’un « sponsor », ou commanditaire, l’étranger préfère la caution d’un puissant à celle d’un inconnu. Enfin, dans les villes du Golfe, il existe toujours parmi les nationaux une opposition très marquée entre bédouins récemment sédentarisés, souvent assez pauvres, et citadins de vieille souche, souvent très fortunés. La cohabitation de ces deux groupes sociaux est souvent délicate, et impose de fait une ségrégation résidentielle entre nationaux qui vient s’ajouter à la ségrégation qui a toujours existé entre les étrangers et les citoyens des différents émirats du Golfe.

66Sauf quelques petites villes peuplées uniquement de nationaux, toutes les agglomérations du Golfe présentent des quartiers où se concentrent les étrangers. Sans doute, dans les quartiers résidentiels aisés, les villas des diplomates, ou des cadres de grandes sociétés occidentales actives dans les émirats, voisinent-elles avec celles des nationaux fortunés. Cependant, il ne s’agit là que d’une infime minorité. La masse des travailleurs étrangers se trouve localisée dans des quartiers bien distincts, qui constituent souvent de véritables ghettos.

67Pour l’émirat de Koweit, le dernier recensement de mars 1980 permet de localiser avec précision les étrangers à l’intérieur de l’agglomération, vaste conurbation qui s’étire sur 80 kilomètres le long du littoral, depuis al-Jahra au nord-ouest jusqu’à Mina Abdallah au sud-est. Ainsi une typologie des quartiers à l’intérieur de l’aire métropolitaine koweitienne peut-elle être facilement établie selon la plus ou moins forte prépondérance des étrangers. Certains quartiers sont le domaine des travailleurs étrangers. Il s’agit d’abord des deux zones industrielles, Shuwaikh et Shouaiba, deux circonscriptions administratives où les étrangers constituent respectivement 100 % et 98,7 % de la population totale. Dans le centre de la capitale, les étrangers également très implantés, représentent 97,5 % de la population de Qibla, 93,7 % de celle de Murqab, 91 % de celle de Sharq. Dans les quartiers résidentiels plus éloignés du centre ville, il existe de très grosses concentrations d’étrangers. En particulier, les Palestiniens se regroupent à Hawalli, Salmiya, Kheitan et Farwaniya. Ainsi parmi les 152.402 personnes recensées à Hawalli en mars 1980 y avait-il 94,5 % d’étrangers : à Salmiya, les étrangers constituaient 89,7 % des 145.991 résidents, 86,7 % à Kheitan, 83 % à Farwaniya.

68On constate donc à Koweit, mais aussi dans la plupart des villes des émirats du Golfe, la manifestation d’une ségrégation résidentielle qui paraît systématique. D’une manière générale la répartition des étrangers à l’intérieur de l’espace urbain des cinq pays concernés obéit à quelques constantes. Par exemple, il y a souvent concentration de la main-d’œuvre étrangère dans le vieux noyau historique, lorsqu’il subsiste encore. Cependant, certaines récentes opérations d’urbanisme sont parfois l’occasion de chasser les étrangers du centre ville.

  • 12 Cf. E. Longuenesse, « Force de travail asiatique et espace urbain à Mascate », in G. Simon, (éd.), (...)

69Autre caractéristique actuelle des villes du Golfe, la multiplication des camps de travail, qui rassemblent la main-d’œuvre étrangère d’origine asiatique travaillant pour de grandes sociétés de travaux publics ou de grosses entreprises du bâtiment. A la périphérie des agglomérations du Golfe, dans des espaces désertiques non encore urbanisés, ces camps sont parfois constitués de tentes, du moins dans un premier temps ; mais cet habitat précaire se consolide progressivement, lorsque ces travail leurs asiatiques sont logés dans des bâtiments préfabriqués ou des constructions en dur12.

70Les conditions de logement n’en demeurent pas moins toujours très éprouvantes dans ces dortoirs brûlés par le soleil où se trouve rejetée hors de l’espace urbain la main-d’œuvre asiatique bon marché exploitée de façon tragique, alors qu’elle contribue directement à la prospérité des émirats. Ces camps de travail, véritables excroissances du tissu urbain en dehors même des agglomérations, traduisent dans l’espace de façon presque caricaturale la profonde et totale ségrégation qui, à l’intérieur des sociétés actuelles des principautés arabes du Golfe, oppose les nationaux aux étrangers. Ainsi apparaissent les camps de travail installés à Oman, à l’ouest de l’agglomération de Mascate, entre Medinat Qabous et l’aéroport international de Seeb, à Bahrein dans l’île de Sitra, au sud de Manama, ou ceux de la périphérie des agglomérations de Koweit, Dubaï ou Abu Dhabi.

71Avec cette main-d’œuvre asiatique bon marché, dont le séjour dans les émirats du Golfe est limité à quelques mois, ou quelques années, par des contrats draconiens impossibles à transgresser, en raison des conditions imposées par les différents Etats du Golfe aux sociétés chargées de recruter les travailleurs étrangers dans les pays de l’Asie des moussons, on assiste à l’émergence d’un prolétariat d’un type particulier. En effet, la dispersion géographique de cette main-d’œuvre rejetée hors de la ville entraîne la formation d’un prolétariat sans aucune solidarité de classe, d’autant que les salaires perçus dans les pays du Golfe, si modestes soient-ils par rapport aux revenus des nationaux, apparaissent souvent considérables comparés à ceux qu’éventuellement ces mêmes travailleurs auraient pu percevoir en Inde, au Pakistan, en Thaïlande, en Corée du Sud, etc.

72Dans les principautés arabes du Golfe, l’afflux récent et massif de travailleurs asiatiques, qui sont majoritairement des hommes, ne fait que renforcer la prépondérance masculine dans la composition des populations urbaines. Ainsi, à Bahrein, le recensement de 1981 a montré que parmi les étrangers il y avait trois fois plus d’hommes que de femmes (sex ratio de 308,5 hommes pour 100 femmes). A Qatar et dans les Emirats arabes unis cette proportion est encore plus forte, puisqu’il y aurait parmi les étrangers cinq fois plus d’hommes que de femmes. Seul l’Emirat de Koweit a connu pendant longtemps une immigration familiale d’origine palestinienne. Aussi de 1957 à 1975 la pyramide des âges à Koweit avait-elle tendance à se régulariser. Mais l’arrivée massive des Asiatiques s’est répercutée sur la pyramide des âges de Koweit en 1980, et l’on constate un déséquilibre très marqué entre les sexes et les âges.

73Les villes des émirats arabes du Golfe sont donc des villes à dominante masculine. Le record de masculinité a été atteint par la ville d’Abu Dhabi, où au recensement de 1968 on a enregistré 82 % d’hommes et 18 % de femmes. Comme, d’autre part, pour des raisons religieuses les femmes sortent peu, la rue dans les villes du Golfe est vraiment le domaine des hommes.

Conclusions

74Depuis la Seconde Guerre mondiale et surtout depuis le relèvement spectaculaire du prix du pétrole en 1973, des flux migratoires intenses draînent vers les pays arabes du Golfe plusieurs millions de travailleurs d’origine arabe ou asiatique. Sans doute, après l’afflux massif de travailleurs étrangers ; un reflux s’est-il amorcé à partir de 1983. Mais les migrations de travail vers les pays pétroliers du Golfe restent encore considérables.

75L’observateur le mieux qualifié pourrait immédiatement saisir au cours d’une escale dans un aéroport du Proche et du Moyen-Orient l’importance de ces flux migratoires. Ainsi les salles de l’aéroport du Caire sont-elles perpétuellement encombrées par les cohortes de travailleurs égyptiens qui partent ou qui rentrent. A l’aéroport d’Amman, se croisent les « Jordano-Palestiniens » en route vers les pays du Golfe et les travailleurs asiatiques employés en Jordanie. Mais, ce sont les aéroports des émirats du Golfe, qui offrent le spectacle le plus hallucinant et montrent bien l’attraction excpetionnelle qu’exercent les « pétromonarchies » du Golfe ; partout les mêmes images sont reproduites : travailleurs égyptiens dans leur galabieh bleu ciel dormant souvent à même le sol dans l’attente d’un vol pour Le Caire, femmes indiennes d’apparence digne et fière drapées dans leur sari, travailleurs sud-coréens d’allure disciplinée et discrète comme les Thaïlandais ou les Sikhs enturbannés, alors que les Pakistanais sont plus agités et bruyants, etc. C’est peut-être dans les aéroports des émirats qu’on saisit le mieux, sur le vif, les nouvelles tendances de l’immigration étrangère, en particulier l’importance grandissante de la main-d’œuvre asiatique...

76Les migrations internationales de travail sont incontestablement devenues aujourd’hui une des clés pour comprendre les mutations contemporaines de l’Orient arabe, au même titre que les facteurs géopolitiques (conflit israélo-arabe, crise libanaise, guerre du Golfe, tensions sociales, mouvements islamistes, etc.).

77Notre but n’était pas ici d’analyser dans le détail un sujet aussi complexe, mais simplement de suggérer, à partir de quelques exemples, l’importance et les conséquences géographiques des migrations internationales de travail à l’intérieur de l’Orient arabe, aussi bien dans les pays de départ que dans les pays d’arrivée. Les chapitres suivants, attachés à des études plus ponctuelles et plus précises, devraient permettre de mieux saisir le rôle de ces flux migratoires dans les mutations actuelles de l’Orient arabe, et les mécanismes des transformations qu’elles déterminent.

Anmerkungen

1 G. Simon, (éd.), Villes et migrations internationales de travail dans le Tiers-Monde, Poitiers, Université, 1984 (Actes de la table-ronde « Transferts de revenus et projets immobiliers des travailleurs migrants dans les pays en développement », Poitiers, 1983).

2 Ph. Fargues, « Du Nil au Golfe, problèmes de l’émigration égyptienne », Population, 1985, 1, pp. 71-101, et Ph. Fargues, « Les émigrés égyptiens du Golfe et le secteur de la construction : éléments de problématique », in G. Simon (éd.), Villes et Migrations internationales.., op. cit., pp. 171-185.

3 A Bourgey, « Problèmes de géographie urbaine au Liban », Hannon, revue libanaise de géographie, Beyrouth, 1970, pp. 97-129.

4 Les estimations les plus sérieuses ont été avancées par la Chambre de commerce et d’industrie de Beyrouth, par la Commission économique des Nations Unies pour l’Asie occidentale (ECWA) ou dans divers travaux de l’Université américaine de Beyrouth, ainsi que dans les rapports annuels de l’Association des banques du Liban. D’utiles synthèses de cette question des migrations sont présentées dans « Eco-Chiffres Liban... », Le Commerce du Levant, numéros hos série, 1983, sqq.

5 A. Saad, « L’exode des années de guerre », Le Commerce du Levant, Beyrouth, 13 août 1984.

6 A. Bourgey, « La guerre et ses conséquences géographiques au Liban », Annales de Géographie, 521, janv-fév 1985, pp. 1-37.

7 Ph. Fargues, « Les émigrés égyptiens... », in G. Simon, (éd.), op. cit.

8 Ph. Fargues, Réserves de main-d’œuvre et rente pétrolière, Beyrouth, CERMOC, 1980, (Diffusion Sindbad).

9 A Findlay, « Migrations, transferts de revenus et croissance urbaine à Amman (Jordanie) », in G. Simon, (éd)., op. cit., pp. 205-224.

10 A. Bourgey, « Kuwait », in P. Bonnenfant, (éd.), La péninsule arabique d’aujourd’hui, Paris, CNRS, 1982.

11 Cf. Ph. Gorokhoff infra., et « L’utilisation des revenus chez les Palestiniens de Koweit : baisse de l’épargne mais investissement dans l’éducation », in G. Simon, (éd.), op. cit.

12 Cf. E. Longuenesse, « Force de travail asiatique et espace urbain à Mascate », in G. Simon, (éd.), op. cit.

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau 1. Répartition des Palestiniens dans les pays pétroliers du Golfe en 1981
Bildunterschrift Source : Palestinian Statistical Abstract, 1981.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3375/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 136k
Titel Tableau 2. Évolution des transferts courants à destination du Liban 1971-1981
Bildunterschrift Source : R. Tabbara, « Développement arabe et ressources humaines libanaises », Colloque organisé à l’Université américaine de Beyrouth, avril 1982.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3375/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 176k
Titel Tableau 3. Transferts d’épargne des Égyptiens à l’étranger
Bildunterschrift Source : Banque centrale d’Égypte, dans Ph. Fargues, op. cit., in G. Simon, éd., op. cit. p. 182.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3375/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 308k
Titel Tableau 4. Évolution de la population des Emirats Arabes Unis
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3375/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 248k
Titel Tableau 5. Répartition des étrangers dans les émirats
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3375/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 206k

© Presses de l’Ifpo, 1985

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540