Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Migrations et changements sociaux dans l’Orient arabe

 | 
André Bourgey
, 
Philippe Gorokhoff
, 
Michel Nancy
, 
et al.

Introduction

André Bourgey et Pierre-Yves Péchoux

Texte intégral

1Les enquêtes entreprises naguère par le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain avaient commencé par le thème de l’industrialisation à un moment qu’il faut situer comme celui où beaucoup d’observateurs voyaient dans les possibilités d’investissements considérables que procurait la rente pétrolière à plusieurs pays de la région un facteur décisif, capable de commander la création ou le transfert d’importantes unités industrielles de base au voisinage immédiat des gisements et des zones d’extraction du pétrole. L’intérêt de la région tenait alors moins au retard enregistré par le développement des infrastructures utiles qu’à ce que le volume des ressources disponibles était tel que l’établissement d’industries industrialisâtes pouvait s’accompagner de la dissémination multiforme d’industries productrices de biens de consommation, souvent capables d’employer un volume de main-d’œuvre largement supérieur aux effectifs des populations locales. L’intérêt de la région tenait aussi à ce que cette période voyait s’y multiplier et s’y diversifier un tissu dense et animé d’interrelations associant des systèmes économiques et des formations sociales parvenus à des stades d’évolution fort variés.

2Ces enquêtes aboutirent à une série de publications à l’occasion desquelles le CERMOC fit, malgré les difficultés de son existence quotidienne, ses premières expériences d’éditeur. Ces enquêtes avaient aussi révélé l’importance des phénomènes migratoires : les investissements industriels faisaient de la région un foyer de convergence où affluaient des contingents de travailleurs recrutés à des niveaux de qualifications très différenciés pour apporter leur temps, leur force et leur savoir faire à une multitude de chantiers observables à diverses échelles. Ingénieurs, contremaîtres, manœuvres, originaires de la région, des continents voisins ou d’archipels plus lointains faisaient revivre, dans leur concours, la légende de la tour de Babel. La seconde équipe réunie au CERMOC s’attacha, à partir d’octobre 1980, à l’observation de ce passionnant laboratoire social et économique où s’engendraient sans doute des transformations qui marquent non seulement les sociétés d’accueil et les paysages locaux mais aussi les foyers de départ. N’était ce pas alors la partie du monde où les changements étaient les plus rapides et les rythmes de l’acculturation les plus précipités ?

3Diverses publications ont marqué déjà et continueront de rappeler les efforts et les résultats acquis de cette seconde équipe du CERMOC. Cette équipe, cependant, n’eut pas la vie facile, expérimentant l’insécurité jusque sur les lieux de sa base de travail, rue de Damas, à Beyrouth, au voisinage d’un axe de la ville qui fut souvent une zone d’affrontements armés. On n’a pas oublié, non plus, que pendant l’été 1982, l’irruption des armées d’Israël jusqu’à la capitale du Liban fit vaciller le CERMOC... Puis que les locaux de ce dernier souffrirent de servir de cantonnement à d’autres soldats.

4La parution de cet ouvrage, encore retardée par la dispersion de cette seconde équipe au terme de son mandat et différée de plus par les quelques difficultés supplémentaires éprouvées sur place depuis l’automne 1983, doit témoigner de la volonté de survivre d’une institution de recherche maintenue dans un site inconfortable, de l’attachement d’un petit groupe de chercheurs à leur travail, et du dévouement des techniciens qui les ont assistés. Elle illustrera aussi la compétence d’une entreprise d’imprimerie soucieuse de sa bonne réputation.

5En présentant cet ouvrage à ses lecteurs, nous sommes sûrs qu’il leur apportera de quoi affiner leurs connaissances de l’Orient arabe et des migrations internationales de travail qu’il polarise et de quoi nourrir leurs réflexions sur les relations entre le capital et le travail. Nous souhaitons aussi que ces quelques pages réunies sur un thème commun puissent rappeler qu’à travers les confits qui y rebondissent, les concurrences qui s’y exercent et les transformations qu’on y enregistre l’Orient arabe demeure un pays de recherche : la diversité des champs envisagés, les nuances des problèmes traités et la variété des cheminements méthodologiques empruntés par le petit groupe d’auteurs rassemblés sur le même thème suffisent, sans doute, à démontrer l’intérêt de la tâche entreprise.

6Ce livre paraît au moment où les relations entre les grands producteurs pétroliers de l’Orient arabe et les grands consommateurs d’hydrocarbures importés prennent un nouveau tour, réduisant notamment les profits au moins apparents tirés de la vente des pétroles. Ces changements sont susceptibles d’en entraîner d’autres sur les marchés de la main-d’œuvre comme sur la distribution de la force de travail ; à une autre échelle, l’apparition, à l’intérieur de l’Orient arabe, de nouveaux producteurs de pétrole, modifie d’autre part les distorsions géographiques entre offre de travail et demande de main-d’œuvre. L’ouvrage de la seconde équipe de chercheurs réunie au CERMOC trouve dans cette conjoncture un intérêt supplémentaire : il aidera, quelles que soient les configurations à venir des flux migratoires et le type des rapports entre travail et capital à mieux asseoir les comparaisons, à mieux définir les problèmes. Même si la rapidité des changements devait faire ressortir une certaine obsolescence des données statistiques qui illustrent les exposés réunis après les enquêtes qui les ont permis.

7Beyrouth, 25 mars 1985

8A tous ceux qui ont déchiffré les textes, assuré leur composition, leur montage, la correction des épreuves, leur mise en pages, tant au CERMOC qu’aux ateliers des. Editions L’Orient- Le Jour, à May Tabet, Nada Tabet Kettaneh, Antoine Karamanlian, Talal Fakhoury et à quelques autres qui reconnaîtront leur ouvrage dans les pages qui suivent, les auteurs adressent leurs remerciements.

Auteurs

Directeur du CERMOC (1977-1983)
Directeur du CERMOC

© Presses de l’Ifpo, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540