Version classiqueVersion mobile

Études sur les villes du Proche-Orient XVIe-XIXe siècles

 | 
Brigitte Marino

Boutiques, ateliers et corps de métiers à Damas d’après un dénombrement effectué en 1827-28

Jean-Paul Pascual

Texte intégral

  • 1 Ce document est présenté dans une traduction en arabe, comportant quelques erreurs et omissions, pu (...)
  • 2 Le terme d’itisāb qui qualifie le document recouvre une plus large entité (toutes les « boutiques  (...)
  • 3 Başbakanlik Arşivi. Maliycden Müdevver n° 10115.
  • 4 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d’Orient, T. VII. Bruxelles, 1841, p. 8-10 (lettre de ma (...)

1Pour mener des recherches sur la Damas ottomane, nous avons à notre disposition des archives volumineuses conservées au Centre des archives historiques à Damas ou aux Archives centrales d’Istanbul. Toutefois en nous penchant plus avant sur les activités économiques et leur répartition dans l’espace urbain, nous sommes souvent confrontés à un manque de données précises et relativement fiables, autres que celles proposées par les sources consulaires européennes qui n’existent qu’après les années 1830. En 1984, à l’occasion d’un congrès organisé dans la capitale syrienne, fut présenté un document ottoman d’itisāb de la ville de Damas1. Ce document daté de l’année 1243 de l’hégire (1827-28) propose le dénombrement des lieux de production et de commerce dans la ville et à Sāliḥiyya, l’agglomération accrochée aux pentes du Qāsyūn qui domine la ville, en vue de leur imposition2 Nous avons par la suite pu nous procurer un second exemplaire plus complet du même dénombrement3. C’est vraisemblablement un exemplaire (ou plutôt une traduction) de cette « précieuse note »4 que Michaud avait pu consulter lors de son passage à Damas en 1830 pour donner un extrait de « l’état des manufactures et des boutiques »dans la ville.

  • 5 EI2 -, article « Ḥisba »; Kazici Z., Osmanhlarda Itisāb Müessesesi (Ekonomik, Dinī ve Sosyal Hayat(...)
  • 6 Kazici Z., Osmanhlarda Ihtisāb Müessesesi (Ekonomik, Dinī ve Sosyal Hayat), Istanbul, 1987, p. 157.

2Dans quel contexte ce dénombrement à but essentiellement fiscal a-t-il été établi ? Rappelons brièvement que le système de l’affermage des impôts (itisāb) est aboli dans l’Empire ottoman en 1826 et il lui est substitué une intendance (itisāb naāreti) dont les revenus financeront l’année nouvelle et moderne que veut se donner l’Empire. Toutefois l’itisāb de Damas est essentiellement destiné à financer l’organisation du pèlerinage damascain5. Dans le cadre de cette réforme, le pouvoir central lance à Istanbul, mais également dans les villes des provinces notamment syriennes, des « dénombrements »de dukkān-s ; le terme dukkān, sous le calame des fonctionnaires ottomans et dans l’esprit de la réforme, doit être pris dans une acception très large : il ne s’agit pas de « boutique »au sens étroit du terme, mais de « lieu bâti de production ou de vente »qui peut être effectivement une boutique, mais également un atelier, un bain, un abattoir, un café, un four à chaux, un entrepôt de bois ou de céréales et grains, etc. ; il est donc indiqué avec une certaine précision pour ces « boutiques »quel type d’activité (production ou vente) chacune d’elles abrite : les lieux bâtis de production et de vente devront être assujettis à une taxe journalière (yawmiyyat dakākin) variable selon le type d’activité qu’ils hébergeaient, les imposables étant apparemment les propriétaires de ces locaux6.

3Le dénombrement réalisé à Damas porte donc sur des espaces aisément identifiables, les dukkān-s, et non sur l’ensemble des activités économiques pratiquées dans la ville ; il est effectué à la veille de l’occupation égyptienne, et plus important sans doute avant la période des années 1840, quand les artisanats syriens commencent à être confrontés à la concurrence croissante des produits des manufactures européennes et à l’accroissement des importations de textiles, notamment des cotonnades. Ce dénombrement propose donc une image, une photographie de l’espace urbain commercial et économique à une date bien précise ; mais permet-il de brosser dans le détail un tableau de la répartition des marchés, des principales activités productives et commerciales et d’apprécier leurs poids respectifs dans la ville, avant les bouleversements socio-économiques de la seconde moitié du xixe siècle ?

LE DOCUMENT : UNE DESCRIPTION RAPIDE

  • 7 Le para est la plus petite monnaie courante dans l’Empire ; il y avait 40 paras dans une piastre.
  • 8 Cinquante années plus tard, la seule ville de Damas aurait compté 6 900 dukkān-s (sans précision de (...)

4Ce document de trois pages grand format se présente sous la forme d’une liste établissant donc le nombre de « boutiques »: celles attachées à chaque corps de métier (esnāf) sans donner leur localisation et celles situées dans différents marchés identifiés par leur nom avec les activités qu’elles abritent ; il est indiqué la valeur en para 7 de la « taxe journalière »à laquelle chaque « boutique »est assujettie en fonction de l’activité qui y est exercée, et le nombre total de « boutiques »pour chaque corps de métier ou marché ; les agents les répertorient ainsi sous 107 rubriques, suivies d’un total général : le document nous apprend donc qu’en 1827-28, Damas (Ṣāliḥiyya comprise) compte 6 750 dukkān-s8 qui seront redevables à l’Etat d’une taxe journalière globale de 21 549 paras.

5A la suite de ces 107 rubriques, sont mentionnées les sommes forfaitaires annuelles qui doivent être levées sur « les quatre communautés » (millet-s) pour la production de boissons alcoolisées ; aucune localisation des lieux de production n’est indiquée mais il est certain qu’ils étaient situés dans les quartiers occupés par ces communautés :

Millet catholique 350
Millet grecque orthodoxe 250
Millet arménienne 150
Millet juive 250

6Un total est à nouveau indiqué suivi par une rubrique nouvelle dans laquelle sont inventoriés les 30 caravansérails officiellement recensés par les fonctionnaires ottomans, et le montant de la taxe qui doit être levée sur chacun d’eux (voir, annexe).

7Après un total général annuel, le document inventorie dans 18 rubriques, diverses taxes levées sur le passage ou l’importation dans la ville d’animaux de bât et de diverses denrées alimentaires (miel, riz, pastèques, dattes, pistaches, samn et aīna, poissons, concombres et aubergines, fromage) et sur la fabrication de l’amidon, de la colle, de savon, d’huile de lin, etc.

DES PROBLÈMES ET DES LACUNES

8L’image, la photographie de l’espace économique et commercial, et des activités qui y sont exercées, que propose le document apparaît d’une certaine finesse de grain, mais avec quelque flou dans ses contours et moins panoramique qu’il ne semble à une première lecture.

  • 9 [Anonyme], Muakkarāt tārīiyya ‘an amlat Ibrahim Bāšā ‘alā Sūriyā, éd. A. Ġ. Sabānū, Damas, [s. d (...)

9En effet, l’examen attentif du document laisse planer quelque doute sur son exhaustivité. Le document n’indique pas les circonstances dans lesquelles le travail a été réalisé, ni qui a été chargé de l’effectuer et quelle méthode a été utilisée : la ville a-t-elle été découpée en secteurs, y avait-il un ou plusieurs groupes d’agents9, disposaient-ils d’instructions précises sur la manière de procéder, d’une sorte de « grille »? Cet inventaire a été dressé vraisemblablement par des fonctionnaires ottomans qui, nous le supposons, ont parcouru la ville et ses marchés pour dénombrer des « lieux physiques, visibles », les boutiques et autres lieux de vente et de production, faciles donc à repérer et à compter quand ils sont regroupés ; ils ont pu également interroger les différents šay-s de corps de métiers pour connaître le nombre de « lieux »dévolus à l’exercice de la profession de leurs membres dispersés dans la ville, comme peut le suggérer le fait que chaque corps de métier est suivi du nombre de « boutiques »qui l’abrite. On peut imaginer que pour diverses raisons (rapidité de l’exécution, mauvaise formation des agents, etc.) certains lieux ont pu échapper à la vigilance des opérateurs ou que les informations, vraisemblablement obtenues auprès des corps de métiers, étaient incomplètes ou erronées.

  • 10 Al-Qasimi J. et Al-Azem K., Dictionnaire des métiers damascains, éd. Z. AL-Qasimi, 2 vol., Paris-La (...)

10De plus, certaines activités n’étaient pas exercées dans des bâtiments qui leur étaient spécialement réservés ; les agents du fisc, qui font alors preuve d’une grande minutie, citent deux métiers qui apparemment ne possédaient pas de locaux appropriés : les changeurs sont indiqués comme « individus », sans mention de dukkān, et, plus explicitement, dix fabricants de bougies (individus également), sont enregistrés comme « travaillant à domicile », entendons « chez eux ». Mais d’autres travaux étaient exécutés de par la ville ; citons par exemple certaines activités féminines liées au secteur du textile qui ne sont pas mentionnées ici : les dévideuses de soie (kabbābat al-arīr) ou les fileuses de laine (ġazzāla), comme le laisse entendre un observateur damascain de la fin du siècle, effectuaient ces travaux chez elles10.

  • 11 Al-Qasimi, Dictionnaire, I, p. 103-104.
  • 12 Al-Qasimi, Dictionnaire, II. p. 220 : le bisāī est « celui qui n’a pas de dukkān ».

11Enfin d’autres métiers que nous dénommerons « forains ou ambulants »en utilisant l’expression d’André Raymond, pouvaient être exercés « en plein air », en l’absence de tout local : Qasimi relève à la fin du xixe siècle que certains « barbiers », fort pauvres et ne pouvant louer un local, offraient leurs services à une clientèle également fort démunie de paysans et de bédouins de passage11 ; ou les « camelots », bien connus à Damas sous la dénomination générale de bisâi, qui exposaient pour les vendre divers menus objets sur un étal de fortune, généralement un linge étendu à même le sol12. Ce document ne propose donc pas un inventaire véritablement exhaustif des activités économiques pratiquées dans la ville, mais essentiellement celles qui, en modifiant une expression plus familière, ont « boutique ou atelier sur rue ».

12D’autres lacunes peuvent être relevées : si un certain nombre de marchés sont identifiés et donc, facilement pour certains ou approximativement pour d’autres, localisables, les boutiques relevant d’un corps de métier ne le sont jamais. Cette dernière lacune rend malheureusement impossible une cartographie précise et complète de la répartition des activités économiques inventoriées, des lieux de production recensés dans le document, notamment des ateliers liés à l’artisanat du textile, les plus dispersés dans l’espace urbain en raison de leur grand nombre comme nous le verrons. Relevons également qu’aucun ordre topographique précis ne préside à la présentation des différents marchés : les renseignements recueillis par les agents dans les différents secteurs de la ville furent apparemment collationnés et consignés dans le document sans souci d’ordre géographique dans l’énumération.

  • 13 Kazici Z., Osmanhlarda Itisâb Müessesesi (Ekonomik, Dinî ve Sosyal Hayat), Istanbul, 1987, p. 169- (...)
  • 14 Ce « barême »de trois « classes »selon les niveaux de fortune rappelle celui institué par les codes (...)

13Dans cet inventaire des « boutiques »de Damas, des locaux abritant apparemment des activités semblables et situés dans les mêmes marchés sont quelquefois différemment imposés, le plus souvent du simple au double, parfois moins (une fois et demie). Cette taxe variait selon les régions, mais surtout l’appartenance religieuse, musulmane ou non-musulmane, du propriétaire déterminait l’assiette de l’imposition. Z. Kazici en donne quelques exemples : à Brousse, les droguistes-parfumeurs musulmans étaient assujettis à une taxe moins élevée que leurs collègues juifs ; à Alep, les boutiques de fripiers musulmans n’étaient frappées que d’une taxe journalière d’un para, tandis que celles des non-musulmans devaient payer le triple (3 paras par jour)13. De plus, pour Alep par exemple, trois catégories ( « haute, moyenne et basse ») sont utilisées pour classer les boutiques et déterminer l’impôt qui les frappe : elles font probablement référence à la fortune plus ou moins élevée du propriétaire14. Ce dernier, s’il était effectivement l’imposable comme le notait Z. Kazici, n’est jamais identifié : était-ce un particulier ou bien une des fondations pieuses qui possédaient nombre de ces locaux urbains, dont les loyers étaient sources de revenus substantiels ? Et l’on pourrait s’interroger si le fait d’être un local waqf n’induisait pas un régime d’imposition particulier ? Quoi qu’il en soit, pour Damas le document ne donne aucune indication explicitant cette différence de traitement dans la taxation des locaux. Mais on peut supposer que les principes en vigueur ailleurs dans l’Empire devaient y être pareillement appliqués.

14Enfin, dans les marchés mentionnés et identifiés, les auteurs du dénombrement se satisfont souvent de citer un certain nombre de métiers, généralement liés à l’alimentation, qui y sont localisés, ajoutant avec un certain laxisme « et d’autres »; cette absence de précision ne permet pas d’avoir une image nette de tous les métiers représentés et une surreprésentation des professions du secteur de l’alimentation ne doit pas être exclue.

15Malgré les imperfections évoquées précédemment, et le biais qu’elles peuvent introduire, ce dénombrement apporte néanmoins des informations originales qui, utilisées avec prudence, viennent compléter les connaissances que nous possédons sur la répartition et le poids des activités économiques dans l’espace urbain damascain ; il inventorie ainsi :

  • les différents corps de métiers officiellement reconnus et le nombre de dukkān-s qui leur sont attachés

  • les marchés spécialisés et les marchés de quartier avec le nombre de boutiques qu’ils comportent

  • la valeur de la taxe journalière levée sur les « boutiques »selon les différentes activités exercées.

LES BOUTIQUES DES CORPORATIONS

16Plutôt que de suivre pas à pas et dans le détail les fonctionnaires ottomans qui ont effectué le dénombrement, nous nous attacherons à une analyse plus globale des activités économiques dénombrées pour relever quelques aspects saillants sur leur répartition et leur poids relatif dans l’espace urbain.

17Les fonctionnaires ottomans dénombrent, dans une ville qui compte au début du xixe siècle, 100 à 110 000 habitants selon les estimations les plus fiables, 6 750 « boutiques », dont 140 sont localisées à Ṣāliḥiyya. La majorité, un peu plus des deux tiers (68 %) sont attachées à des corps de métier. Le document mentionne explicitement 70 corporations (esnāf) : le corps de métier qui regroupe le plus grand nombre de dukkān-s entendons ici « ateliers », est celui des tisserands en qunī (étoffe rayée dont la chaîne est en satin et la trame en coton non teint) et alāğā (étoffe dont la chaîne est en soie et la trame en coton généralement teint), qui occupent 748 locaux, confirmant l’importance de cette activité dans la ville ; viennent ensuite les vendeurs de ceintures, de serviettes de bain qui sont hébergés dans 235 boutiques, les « épiciers »et crémiers (211), les droguistes-parfumeurs (200), les cordonniers (159), les vendeurs de tabac, tombac et café (150), les fourniers-boulangers (140), les bouchers (129), les barbiers (124), etc. Les corps de métiers occupant un nombre fort réduit de boutiques sont les torréfacteurs de café et les fabricants d’outres (9 boutiques chacun), les relieurs et enlumineurs, les marchands de papier et encre, les fondeurs (6 chacun), tandis qu’il n’est dénombré que 5 ateliers de souffleurs de verre et 5 locaux hébergeant des horlogers (Cf. tableau p. 184-187).

18Si donc la majorité des dukkān-s est attachée à des corps de métier, le reste des boutiques se répartit dans des grands souks intra- et extra-muros et dans des souks de quartiers.

19La localisation des boutiques liées à des corporations, nous l’avons déjà évoqué, n’est pas donnée et ne permet malheureusement pas une cartographie précise de leur répartition dans la ville ; en revanche, les grands souks et les marchés de quartier sont identifiés et la plupart des activités qui y sont pratiquées, mentionnées. Cette différence dans le traitement est due probablement en partie à la dispersion des lieux d’activité dans la ville pour de nombreux corps de métier.

LES BOUTIQUES DANS LES GRANDS MARCHÉS INTRA ET EXTRA-MUROS

20Comme nous l’avons relevé aucun ordre topographique n’est suivi dans l’énumération des différents marchés. Pour la commodité de cette présentation, nous les avons regroupés selon leur localisation, donnée par d’autres sources, à l’intérieur et hors les murs mais également selon leur « spécialisation »telle qu’elle appert du document. Intra-muros, cœur commercial de la ville, les agents de l’Etat enregistrent quatre grandes concentrations où sont essentiellement pratiquées les activités mercantiles portant sur les textiles.

21Au marché de Bāb al-Barīd, à l’ouest de la Grande mosquée, sont recensées 135 échoppes qui proposent des productions « exotiques »en provenance de « Bagdad et Istanbul », des ceintures ( ?), des mousselines, du musc et d’autres produits. Le marché de la Soie (Sūq al-Ḥarīr) au sud ne regroupe que 25 boutiques offrant des « indiennes rayées, des doublures, des mousselines et diverses étoffes »qu’ils ne détaillent pas. Plus au sud, perpendiculaire à la rue Droite, les agents recenseurs notent la présence du marché des Tailleurs (Sūq al-Ḫayyāṭīn) qui compte 38 boutiques de vendeurs de draps et « de marchandises d’Istanbul et de toiles imprimées d’Europe ». Les 50 échoppes du Nouveau Marché (Suq al-Ğadīd), le souk construit par le gouverneur de la ville à la fin du xviiie siècle, Muḥammad Bāšā al-‘Aẓm, au sud de la Citadelle, offrent elles « des mousselines, des ceintures, des doublures et d’autres articles finis ». On trouve également ce que les agents dénomment « des articles finis », plus vraisemblablement des articles d’occasion dans un autre marché : le souk des Sipahis aux 90 boutiques, siège des courtiers, sis vraisemblablement au sud du marché précédent.

Nombre de Dukkān par métier

Nombre de Dukkān par métier
  • 15 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d ’Orient, VII, p. 10.

Note15

  • 16 « Manteau long et ample, de laine ou poil de chameau, sans manche ni capuchon [...] dont on s’envel (...)

Note16

  • 17 Al-Qasimi, Dictionnaire, I, p. 144. Vers la fin du xixe siècle, les riverains se plaignant de sa nu (...)
  • 18 Al-Qasimi, Dictionnaire, II, p. 485-486.
  • 19 La localisation en ce lieu de ce marché spécialisé est très ancienne ; à la fin du xixe siècle il y (...)

22Enfin trois autres souks sont consignés par les recenseurs : lié à l’artisanat du textile, le souk des Lustreurs d’étoffe (daqq) aux 22 échoppes est localisé « au début du marché al-Buzūriyya17 »; au marché al-Qabāqībiyya qui longe le mur sud de la Grande mosquée, ils notent l’existence de 110 boutiques hébergeant des fabricants de na‘l, semelles de cuir destinées aux divers artisans de la chaussure18, des vendeurs de simit (sorte de petit pain) et des commerçants de ‘abā’ ; et sur la rue parallèle au sud de la rue Droite, au marché du Coton et de la Laine, dans 30 échoppes sont installés des petits commerces liés à l’alimentation (marchands de légumes, de fruits, de bois à brûler et de charbon) à côté sans doute de cardeurs, marchands de coton ou de laine dont 82, attachés à la corporation, ont été dénombrés par les agents19.

  • 20 Al-Qasimi, Dictionnaire, II, p. 351.

23Hors les murs, les agents recensent un grand nombre de marchés plus ou moins spécialisés dans l’alimentation et les services. Leur énumération laisse soupçonner une longue suite pratiquement ininterrompue de boutiques de l’est du marché aux Chevaux grande place fort animée de la ville au nord-ouest de la Citadelle, au sud à la mosquée Sināniyya, sur la grande artère qui conduit au Mīdān. Se suivent ainsi 31 boutiques dans la proximité du Caravansérail du Pacha (ān al-Bāšā), bâti par Muṣṭatā Lālā Bāšā dans la seconde moitié du xvie siècle, 7 échoppes au marché de la Pastèque (ān al-Biṭṭī), 90 autour du marché aux Chevaux : dans ces trois marchés sont installés en majorité des marchands de fruits secs, de fruits, de légumes, de beureks, des « cuisiniers publics et rôtisseurs »selon l’expression de Michaud ; viennent ensuite le marché de la Porte de la Citadelle avec 30 échoppes de vendeurs de fourneaux de pipes, de narguilés, de ferblantiers et serruriers, le souk de Sanğaqdār, face au précédent, qui regroupe 15 échoppes de quincailliers, fabricants de fourneaux de pipes ou de tuyaux de terre cuite (qasal) utilisés pour confectionner les canalisations d’adduction d’eau de la ville20, le marché de la Porte du Sérail, de la Darwīšiyya et de Bāb Ǧābiya aux 90 boutiques de marchands de légumes, de fruits, de raisins précise le document, de cuisiniers publics et rôtisseurs, de pâtissiers, tandis que dans le marché de la Sināniyya aux 55 boutiques se côtoient marchands de tissus, de fils, et vendeurs de paniers en jonc.

  • 21 Au xvie siècle, le marché aux Puces ou aux Fripes est situé au nord de la Citadelle et à l’est du M (...)

24La suite des marchés s’interrompt alors jusqu’à la mosquée de Murād Bāšā où les agents situent un marché aux Nattes (uur) et de la mosquée Murādiyya qui comprend 52 échoppes dévolues selon les agents aux seuls vendeurs de savon de la ville. Au nord, à Bāb al-Salām, les agents notent la présence bien isolée de 3 boutiques de quincallliers tandis qu’un marché aux Puces (Bit bazari), le Sūq al-Qumayla des sources arabes, avec 48 échoppes est probablement à localiser extra muros, au nord de la Citadelle, à proximité du Caravansérail du Pacha21.

  • 22 Al-Qasimi, Dictionnaire, II, p. 260.
  • 23 Michaud M. et M. Poujoulat M., Correspondance d’Orient, T. VII, p. 10.

25Remarquons que les « cuisiniers publics et rôtisseurs »ainsi que les nomme Michaud, sont installés principalement autour du marché aux Chevaux, place fort animée tous les jours de la semaine et sur la grande artère passante entre le Sérail et la Sināniyya ; on les signale également au Mīdān, sur la route qu’empruntent les caravanes amenant des produits du sud dans la ville ; comme le notait Qasimy, on trouvait la majorité des boutiques des rôtisseurs « dans les grands souks où les gens se pressent et elles étaient fréquentées par l’étranger qui n’avait ni famille ni maison à Damas, le paysan et des commerçants dont les domiciles étaient éloignés de leur lieu de travail22 ». Mais la présence de rôtisseurs est également signalée à Bāb Tūmā, dans le quartier chrétien et dans un quartier intra-muros à l’est de la Grande mosquée, Qaymariyya. On peut penser que certains riverains y acquéraient quelquefois chez eux des grillades. Michaud notait ainsi que ces « cuisiniers publics et (ces) rôtisseurs s’élèvent à plus de 50023 ».

LES BOUTIQUES DANS LES MARCHÉS DE QUARTIER (SUWAYQA)

  • 24 Cité par Raymond A., Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, 1985, p. 188.

26Dans la ville, outre les grands marchés centraux, chaque quartier de la zone résidentielle possédait son propre petit marché que Sauvaget décrivait ainsi : « Chaque quartier a donc un souk, mais réduit à son échelle : les corporations n’y sont plus représentées chacune que par une ou deux boutiques, et les marchandises qu’on y débite se limitent la plupart du temps aux denrées alimentaires et aux produits de première nécessité. C’est donc [...] un souk en miniature’ (suwayqa)24 ». Les fonctionnaires ottomans chargés du recensement n’utilisent pas le terme suwayqa, mais le mot turc bazar qui, associé à maalla et à un toponyme, désigne sans doute aucun le marché de quartier. Et si une incertitude demeure, la mention des types de métiers exercés et la confrontation avec d’autres sources doivent pouvoir la lever.

27Dix-sept « marchés de quartier »sont ainsi mentionnés dont le relevé apporte un peu plus à la connaissance que nous avons de la répartition de ces suwayqa-s dans l’espace urbain (voir carte). Selon les auteurs du dénombrement, ils regroupent essentiellement des boutiques hébergeant des activités destinées à satisfaire les besoins quotidiens des riverains. Ils notent avant tout, confirmant la description de Sauvaget, la présence de boutiques abritant des métiers liés au secteur de l’alimentation : marchands de fruits, de légumes, dont les Damascains faisaient grande consommation, de charbon ou de bois à brûler nécessaires pour la préparation des repas, et parfois des rôtisseurs, des marchands de légumes secs ; et dans deux quartiers, Sūq Ṣārūgā et ‘Uqayba, des vendeurs de fourneaux de pipes ont attiré l’attention des agents qui en ont consigné l’existence.

28Par ailleurs, plus la suwayqa est éloignée des différents grands marchés de biens alimentaires, plus le nombre de boutiques proposant ces différents produits est élevé. La plus importante est bien entendu, compte tenu de son éloignement du centre, celle de Maḥallat al-Turkumān et Mīdān appréhendée comme une seule « entité »par les recenseurs. Elle regroupe 290 boutiques offrant sans doute des produits et des biens plus diversifiés que ne l’indique le document : en effet, sur cette longue artère d’une grande importance, s’échelonnent nombre de petits marchés fréquentés vraisemblablement par une clientèle de riverains, mais également par des paysans et des nomades. A l’opposé de l’échelle, la plus petite est celle du quartier de Qanawāt situé hors-les-murs, à l’ouest de la Citadelle : les fonctionnaires ottomans n’y ont dénombré que 12 boutiques. Sans nul doute la proximité de la grande suwayqa de Bāb Sarīğa (90 petits commerces) au sud, mais également les nombreuses boutiques installées sur la large artère passante et bien achalandée de la Darwīšiyya à l’ouest et la présence proche des marchés de produits alimentaires au nord-ouest vers le Marché aux Chevaux et le Dār al-Biṭṭīḫ, n’ont pas favorisé le développement d’une suwayqa conséquente dans ce petit quartier.

29Plus globalement, si 1/3 des petits commerces de l’alimentation liés aux corps de métier n’est pas localisé, le reste, 2/3, se répartit dans les zones résidentielles, dans les marchés de quartier. Leur distribution entre ville intra-et extra-muros est significative : un tiers des boutiques est localisé dans les murs, 9 % dans le secteur de Ḫān al-Bāšā et sur la grande artère qui va du marché aux Chevaux à la mosquée Sināniyya, et environ 58 % dans les différentes suwayqa des quartiers hors-les-murs. Cette répartition géographique paraît bien refléter la différence de poids démographique, déjà sensible à la fin du xvie siècle, entre ces deux grandes zones d’habitat : la zone communément dénommée des « faubourgs »est deux fois plus peuplée que celle enserrée dans la muraille.

Les marchés du quartier

Les marchés du quartier
  • 25 Les toponymes précédés d’une astérisque sont les quartiers intra-muros.

Note25

RÉPARTITION DES BOUTIQUES PAR GRANDS SECTEURS

30Une lecture plus attentive du document permet de classer les différentes activités économiques dans de grandes catégories, de grands secteurs. Nous avons donc regroupé le nombre de boutiques dévolues à des activités liées à l’alimentation, au textile, à la construction, etc.

31Le graphique que nous présentons propose à titre indicatif cette répartition :

Nombre de « dukkān »par grands secteurs

Nombre de « dukkān »par grands secteurs
  • 26 Raymond A., Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol., Damas 1973-74,1, p. 229.
  • 27 Hecquard à Drouyn de Lhuis, Dépêche n° 11,5 mars 1863 « Rapport sur les diverses industries à Damas (...)
  • 28 Pour d’autres évaluations du nombre de métiers à tisser ou de tisserands à des dates postérieures, (...)

32Deux types d’activités se démarquent très nettement des autres : elles regroupent à elles deux 70 % des boutiques dénombrées. Un peu plus d’un tiers (37 %) des « dukkān-s »abritent des commerces liés au secteur de l’alimentation ; et presque 1/3 (32 %) hébergent des activités de production et de commerce de textiles. La fabrication des étoffes, notamment alağā et qunī, représentait sans nul doute à Damas, comme d’ailleurs au Caire26, l’activité artisanale la plus importante, dans laquelle était engagée le plus grand nombre de personnes actives. Au début des années 1860, alors que cet artisanat a été touché par la concurrence des productions européennes et que nombre de métiers à tisser disparurent dans l’incendie du quartier chrétien, le consul de France Hecquard notait encore que « la fabrication des étoffes occupe à Damas une grande partie de la population, hommes et enfants »et il ajoutait, quelques lignes plus loin, que certaines étoffes de coton étaient « tissées par des femmes »27. Peut-on proposer une évaluation ? Si l’on prend en compte le nombre de métiers à tisser recensés et en supposant un homme (maître ou artisan) sur un métier, on comptait quelque 3 200 tisserands dans la ville. Et si comme le laissent entendre les rapports consulaires, un apprenti, un jeune garçon, s’activait aux côtés de deux ouvriers, la population engagée dans le tissage s’élevait au moins à quelque 4 800 personnes, un chiffre sans doute trop bas28.

  • 29 Raymond A., Artisans et commerçants au Caire, I, 231 remarque que les « artisans spécialisés dans l (...)
  • 30 Le consul Hecquard estime qu’à Damas le nombre d’« ouvriers-cordonniers »dépasse le millier et qu’i (...)
  • 31 Michaud M.et M. Poujoulat M., Correspondance d’Orient, T. VII, p. 15.

33Les « boutiques »liées à d’autres activités sont nettement moins nombreuses. L’artisanat du cuir, avec ses 129 ateliers de tanneurs, ses nombreuses échoppes (159) de cordonniers-fabricants de chaussures de toutes sortes, celles des selliers, bourreliers (96) et fabricants de bâts (80) apparaît assez bien représenté (8 %) ; les artisans engagés dans cette activité devaient constituer, comme au Caire29, un groupe numériquement important30. Les activités que nous avons classées dans le secteur des « services »constituent également un secteur non négligeable (6 %) : 58 bains, 128 barbiers sans doute plus nombreux puisque les « ambulants », comme il l’a été évoqué précédemment, ne sont pas pris en compte, les quelques changeurs et surtout 122 cafés qui doivent fortement quadriller la ville même si les plus fréquentés sont situés sur les berges de la rivière ; le café de la Porte du Salut (Bāb al-Salām) relève Michaud « entouré de trois rivières et ombragé par de grands saules, fait les délices des Damasquins ; là se réunissent chaque jour plus de deux cents personnes qui viennent fumer le narguillet, boire la liqueur amère, jouer aux échecs sur des estrades ou des bancs élevés, au bruit des eaux, à l’ombre des saules ou des nattes supendues »31.

  • 32 Voir la remarque semblable pour Le Caire de Raymond A., Artisans et commerçants au Caire, I, p. 233

34Les autres activités, en nombre de boutiques, apparaissent en revanche très faiblement représentées : les artisanats des métaux (fer, cuivre et armes) un peu plus de 3 %, et les métiers engagés dans la construction 2,7 %. Mais dans ce dernier cas, on peut également avancer, comme pour d’autres activités, que charpentiers et maçons étaient souvent des « forains »disposant d’un outillage réduit qu’ils pouvaient entreposer chez eux ; ne possédant pas d’ateliers et travaillant en quelque sorte « à domicile », le nombre de personnes engagées dans les métiers du bâtiment est sans doute plus élevé que ne le laissent supposer les 37 boutiques de maçons/tailleurs de pierre et les 28 échoppes de charpentiers32.

LE POIDS DE L’IMPOSITION

35Qu’en est-il de la répartition de la taxe, car le dénombrement des boutiques avait un but essentiellement fiscal ?

36Pour chacune des 107 rubriques comme pour les ān-s, les fonctionnaires donnent le nombre de boutiques dévolues à l’exercice d’une activité mais surtout le montant de l’imposition qui frappe la boutique et le total par jour.

37Les diverses activités sont différemment imposées : le montant de la taxe frappant les locaux varie du simple au décuple (de 1 para à 10 paras par jour), sans que le document nous informe explicitement des raisons de ces différences de traitement. Outre l’activité qui est exercée dans la boutique, la richesse et la confession du propriétaire du local comme le soulignait Z. Kazici, on ne peut s’empêcher de penser que sa localisation (dans le secteur commercial central ou son éloignement de ce secteur) était également prise en compte : les boutiques les moins imposées abritent en effet des activités liées à l’alimentation et situées dans les marchés de quartier (entre 1 para/jour, quelquefois 2) ; mais d’autres échoppes, qui hébergent les bouchers, les fabricants de bâts, les charpentiers, les tourneurs sur bois, fabricants de tentes ou d’outrés, de fourneaux de pipes, relieurs et enlumineurs, sont également faiblement imposées.

38D’autres boutiques, attachées à des métiers de l’alimentation (épiciers) qui font partie d’une corporation et dont la localisation n’est pas mentionnée-ils sont apparemment différents de ceux situés dans les quartiers - sont plus lourdement taxées (3p/jour). C’est un montant semblable qui frappe les échoppes des fourniers-boulangers, des torréfacteurs de café, des vendeurs de tabac, tombac et café, des tanneurs, des droguistes, parfumeurs et confiseurs, des commerçants en textiles locaux de certains marchés du secteur commercial intra-muros.

39Les boutiques des commerçants en produits textiles importés d’Istanbul ou provenant des manufactures européennes font l’objet d’une imposition plus lourde : 5p/jour. Ce sont les types de produits proposés, des étoffes de luxe, qui paraissent être le fondement du traitement qui leur est appliqué. Ces boutiques sont situées au cœur du secteur commercial central, dans des marchés anciens et prestigieux (marchés de Bāb al-Barīd, des Tailleurs) où étaient le plus souvent installés les négociants les plus aisés.

  • 33 Rafeq A.-K., « Craft organizations, work ethic, and strains of change in Ottoman Syria », Journal o (...)
  • 34 Raymond A., Artisans et commerçants au Caire, I, p. 223.

40Toutefois les locaux les plus lourdement taxés (10p/j), sont les 58 bains, les 24 entrepôts de grains, les 17 entrepôts de bois, les 11 fours à chaux, les 5 abattoirs et les 748 ateliers de tissage de qunī et alāǧā. Ces derniers sont les locaux attachés à l’artisanat du textile qui supportent la taxe la plus élevée. La raison en est peut-être le nombre élevé de métiers à tisser qu’ils abritent en rapport avec la richesse du propriétaire des lieux : en effet une glose de la main du scribe précise que ces dukkān-s, hébergent environ « 3 000 métiers qui sont plus ou moins nombreux selon les années », un nombre variable donc selon la conjoncture. Nous avons donc une moyenne de 4 métiers à tisser par atelier mais les ateliers pouvaient être de différentes dimensions et compter un seul métier ou, pour les plus importants, onze33. Ils sont d’une manière générale plus modestes que ceux du Caire qui comptaient en moyenne 7 métiers34. Quant aux 32 ateliers de tissage de soie, ils ne sont imposés que de 3p/j mais ils n’abritent que 79 métiers.

41Les activités liées au textile, on l’a évoqué, sont bien représentées par le nombre de locaux de production et de vente. Qu’en est-il de leur participation à l’itisāb ?

Valeurs des taxes en %

Valeurs des taxes en %

42Le graphe confectionné à partir des données proposées par le document est explicite. Plus de 50 % de la taxe journalière devait être tirée des locaux abritant ce type d’activité (production et vente) loin devant l’alimentation (un peu plus de 20 %). Mais la taxe frappant les seuls ateliers de tissage de qunī, alāǧā et de soie, représente environ les 2/3 de cette somme ! Les boutiques où seul le commerce des étoffes de fabrication locale ou des manufactures européennes, est pratiqué, bien que proportionnellement relativement nombreuses (23 % environ des boutiques du secteur textile) ne participent que faiblement (moins de 7 %) à la taxe journalière globale. Les ateliers de tisserands ne bénéficiaient pas d’un traitement préférentiel, bien au contraire ! En revanche, les boutiques hébergeant des activités proprement mercantiles jouissaient, de la part du fisc, d’une considération certaine.

43De cette rapide présentation des données tirées du dénombrement des « boutiques », et compte tenu des réserves émises sur son exhaustivité, se sont dégagées quelques caractéristiques. Le document apporte des informations qui viennent compléter notre connaissance des structures physiques de la ville, notamment des souks de quartier et de leur répartition. Dans les années 1820, alimentation et activités liées à l’artisanant du textile constituent deux secteurs qui marquent fortement le paysage urbain par nombre de « lieux physiques », boutiques et ateliers, qu’ils occupent. Et dans les activités du textile, les ateliers de tissage de qu et alāğā, qui faisaient la réputation de la ville comme des observateurs le relevaient, sont dominants. Et ces locaux abritant cette production de textiles devaient contribuer fortement à cette nouvelle taxe. Cette situation ne pouvait faciliter, au moins dans une première étape, la tâche de l’artisanat local face à la concurrence des produits manufacturés européens.

  • 35 [Anonyme], Muakkarāt tāriiyya ‘an amlat Ibrahim Bāšā, p. 23 et suiv. V. aussi Tresse R., « L’ins (...)
  • 36 Les tensions dans la ville étaient également avivées, selon le chroniqueur cité à la note précédent (...)

44Mais cette mesure fut-elle appliquée et cette taxe véritablement levée ? Nous pouvons en douter. En effet, alors que le dénombrement date des années 1827-28, un chroniqueur syrien 35 rapporte que le gouverneur de Damas ‘Abd al-Ra’ūf Bāšā (1827-1831) tenta d’imposer une taxe, dénommée alyān, sur les « boutiques, entrepôts et autres locaux fermés »que l’on ne peut que rapprocher de la yawmiyyat dakākīn ; cette décision qui étendait à Damas le système d’imposition en vigueur dans les autres villes de l’Empire, entraîna à la fin de janvier 1831 le soulèvement de la population damascène36. Après trois jours d’insurrection, il dut faire publiquement annoncer son annulation. Quelques mois plus tard, début septembre, son successeur Salīm Bāšā - précédé d’ailleurs par sa réputation de féroce exécuteur des Janissaires - voulut à nouveau imposer cette taxe en entreprenant de plus un dénombrement des maisons : devant des mesures qui laissaient présager de nouvelles exigences fiscales toute la ville prit les armes, les combats durèrent quarante jours, le gouverneur et ses proches furent arrêtés puis exterminés. Aucune action de représailles des autorités ottomanes ne fut entreprise bien que Damas fut administrée par les Damascains jusqu’à l’arrivée d’un nouveau gouverneur à la fin de l’année 1831 : la levée de cette taxe ne fut pas toutefois remise à l’ordre du jour, mais il est vrai que les troupes de Muhammad ‘Alī avançaient en Palestine et entraient dans la ville en juin 1832.

45Quoiqu’il en soit, l’image même tronquée que donne ce dénombrement n’est pas à rejeter ; la réalité était sans doute plus complexe et d’autres informations viendront un jour compléter et nuancer ce tableau.

Annexe

Les caravansérails

Les caravansérails

Notes

1 Ce document est présenté dans une traduction en arabe, comportant quelques erreurs et omissions, publiée dans les actes de ce congrès : QaziǦĪ D., « Al-dakākīn wa al- ḥawānīt al-latī kānat fī Dimašq al-Šām », dans Al-Insān wa al-aāra, Buūmutalifa fi al-‘ulūm al-insāniyya wa al-‘ulūm al-tabīqiyya, Al-Nadwa al-ālia. Dimašq 5-12 tišrīn al-awwal 1984, Damas, 1989, p. 263-272. Une traduction en français de ce document avait été effectuée par M. Aikin de l’Université de Provence pour M. A. Raymond qui nous a autorisé à l’exploiter.

2 Le terme d’itisāb qui qualifie le document recouvre une plus large entité (toutes les « boutiques ») que celle qui est donnée dans les années 1840 où le terme est utilisé pour désigner la « douane »du « khan du beurre et de tous les fruits en général »selon l’expression du consul français ; v. Ghazzal Z., L’économie politique de Damas durant le xixe siècle. Structures traditionnelles et capitalisme, Damas, 1993, p. 129-130.

3 Başbakanlik Arşivi. Maliycden Müdevver n° 10115.

4 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d’Orient, T. VII. Bruxelles, 1841, p. 8-10 (lettre de mai 1831), avec quelques différences ou peut-être erreurs.

5 EI2 -, article « Ḥisba »; Kazici Z., Osmanhlarda Itisāb Müessesesi (Ekonomik, Dinī ve Sosyal Hayat), Istanbul, 1987, p. 34 sq et 200.

6 Kazici Z., Osmanhlarda Ihtisāb Müessesesi (Ekonomik, Dinī ve Sosyal Hayat), Istanbul, 1987, p. 157.

7 Le para est la plus petite monnaie courante dans l’Empire ; il y avait 40 paras dans une piastre.

8 Cinquante années plus tard, la seule ville de Damas aurait compté 6 900 dukkān-s (sans précision de la signification du terme et de ce qu’il recouvre) et environ 14 696 habitations selon un document officiel cité par Al-QaailĪ N., Al-Rawa al-ġannā ’fi Dimašq al-fayā ’, Beyrouth, 1876, p. 97.

9 [Anonyme], Muakkarāt tārīiyya ‘an amlat Ibrahim Bāšā ‘alā Sūriyā, éd. A. Ġ. Sabānū, Damas, [s. d.], p. 26, donne une idée de la réalisation d’un dénombrement de « maisons »entrepris à Damas en 1831 sur ordre du gouverneur : il est effectué apparemment par un seul « groupe »composé d’un greffier et d’un accompagnateur qui en deux jours arpentent le Mīdān, Bāb Sariğa, Qanawāt pour arriver à al-‘Amāra où, en raison du soulèvement des habitants, s’achève leur travail.

10 Al-Qasimi J. et Al-Azem K., Dictionnaire des métiers damascains, éd. Z. AL-Qasimi, 2 vol., Paris-La Haye, 1960, II, p. 328, 382.

11 Al-Qasimi, Dictionnaire, I, p. 103-104.

12 Al-Qasimi, Dictionnaire, II. p. 220 : le bisāī est « celui qui n’a pas de dukkān ».

13 Kazici Z., Osmanhlarda Itisâb Müessesesi (Ekonomik, Dinî ve Sosyal Hayat), Istanbul, 1987, p. 169-170.

14 Ce « barême »de trois « classes »selon les niveaux de fortune rappelle celui institué par les codes ottomans pour déterminer amendes et impôts.

15 Michaud M. et Poujoulat M., Correspondance d ’Orient, VII, p. 10.

16 « Manteau long et ample, de laine ou poil de chameau, sans manche ni capuchon [...] dont on s’enveloppe pour se préserver du soleil et de la poussière ou du froid du voyage ». On en trouve de deux sortes, l’un d’été « est un cache-poussière léger en laine et en soie ; l’autre d’hiver, en poil de chameau », Batthfelemy A., Dictionnaire arabe-français, Paris, Geuthner, 1935.

17 Al-Qasimi, Dictionnaire, I, p. 144. Vers la fin du xixe siècle, les riverains se plaignant de sa nuisance, ce souk est détruit et les artisans se dispersent de par la ville dans des caravansérails spécialisés.

18 Al-Qasimi, Dictionnaire, II, p. 485-486.

19 La localisation en ce lieu de ce marché spécialisé est très ancienne ; à la fin du xixe siècle il y est encore localisé : « une ruelle (qui prolongeait autrefois la « rue Droite ») tourne à gauche, et conduit au Souḳ al- Ḳuṭn [....] ; là sont assis des matelassiers et des cardeurs de laine qui tiennent leurs instruments avec leurs orteils », Baedeker K., Palestine et Syrie, Manuel du voyageur, Leipzig, 1893, p. 322.

20 Al-Qasimi, Dictionnaire, II, p. 351.

21 Au xvie siècle, le marché aux Puces ou aux Fripes est situé au nord de la Citadelle et à l’est du Marché aux Chevaux, à proximité du caravansérail construit par le gouverneur (et grand Vizir) Muṣṭafā Lālā Bāšā et inclus dans son waqf. Il semble bien que ce marché n’ait pas été déplacé puisque Al-Qasimi, Dictionnaire, I, p. 181, le situe dans ce secteur à la fin du xixe siècle.

22 Al-Qasimi, Dictionnaire, II, p. 260.

23 Michaud M. et M. Poujoulat M., Correspondance d’Orient, T. VII, p. 10.

24 Cité par Raymond A., Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, 1985, p. 188.

25 Les toponymes précédés d’une astérisque sont les quartiers intra-muros.

26 Raymond A., Artisans et commerçants au Caire au xviiie siècle, 2 vol., Damas 1973-74,1, p. 229.

27 Hecquard à Drouyn de Lhuis, Dépêche n° 11,5 mars 1863 « Rapport sur les diverses industries à Damas », CCC-AE.

28 Pour d’autres évaluations du nombre de métiers à tisser ou de tisserands à des dates postérieures, v. par exemple Bowring J., Report on the Commercial Statistics of Syria, New-York, 1973, p. 21 ; Vatter S., « Militant journeymen in nineteenth century Damascus : implications for the Middle East-ern labor history agenda », dans Z. Lockman éd., Workers and working classes in the Middle East, Struggles, histories, historiographies, State University of New York Press, 1993, p. 1-19.

29 Raymond A., Artisans et commerçants au Caire, I, 231 remarque que les « artisans spécialisés dans le travail du cuir et la fabrication des objets de cuir constituaint au Caire le second groupe du point de vue de l’importance numérique ».

30 Le consul Hecquard estime qu’à Damas le nombre d’« ouvriers-cordonniers »dépasse le millier et qu’il y a « environ 500 ouvriers dans la sellerie »fabricant « huit espèces de selles différentes, des bâts, des brides, des harnais de chevaux et chameaux ». Al-Qasimi, Dictionnaire, I, p. 57, note que le métier de cordonnier, fabricant de chaussures traditionnelles, était fort répandu dans la ville jusque dans les années 1860 ; l’introduction alors des chaussures à la mode européenne, malgré leurs prix élevés, tendit peu à peu à réduire leur nombre.

31 Michaud M.et M. Poujoulat M., Correspondance d’Orient, T. VII, p. 15.

32 Voir la remarque semblable pour Le Caire de Raymond A., Artisans et commerçants au Caire, I, p. 233.

33 Rafeq A.-K., « Craft organizations, work ethic, and strains of change in Ottoman Syria », Journal of the American Oriental Society, 111, 1991, p. 495-511, plus particulièrement p. 504.

34 Raymond A., Artisans et commerçants au Caire, I, p. 223.

35 [Anonyme], Muakkarāt tāriiyya ‘an amlat Ibrahim Bāšā, p. 23 et suiv. V. aussi Tresse R., « L’installation du premier consul d’Angleterre à Damas, 1830-1834 », Revue de l’histoire des colonies françaises, n° 34, 1936, p. 359-380.

36 Les tensions dans la ville étaient également avivées, selon le chroniqueur cité à la note précédente, par les rumeurs annonçant l’arrivée de consuls européens après une absence de plus de trois siècles

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search