Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études sur les villes du Proche-Orient XVIe-XIXe siècles

 | 
Brigitte Marino

Le plan d’Alep du consul Rousseau : espace représenté, espace connu, espace pratique

Jean-Claude David

Texte intégral

1Ce plan levé en 1811 complété en 1818 et publié en 1825, est l’une des plus anciennes représentations relativement exactes d’Alep (avec le panorama de Drummond au xviiie siècle dans un autre registre). Il donne un état de la ville avant les grands changements liés à la première modernisation.

  • 1 Dans la revue Environnemental Design, 1-2, 1993, repris dans le recueil La ville arabe, Alep à l’é (...)

2A. Raymond cite le plan de Rousseau et le commente, ainsi que d’autres plans de ville dans son article « Cartographie et histoire des villes arabes. Quelques remarques générales »1 Cet article expose dans une démarche comparative et chronologique, l’évolution des représentations figurées des villes arabes, depuis les vues cavalières jusqu’aux plans cadastraux, en passant par les plans sommaires de voyageurs. Mon but est différent, puisque je vais m’attacher essentiellement au commentaire du plan de Rousseau, non pas comme source historique directe sur la ville, mais comme élément d’information sur les rapports de Rousseau avec la ville qu’il représente.

3Outre les multiples renseignements directs, historiques et topographiques qu’il nous apporte sur la ville au début du xixe siècle, le plan nous informe, en marge, sur des aspects qui peuvent sembler secondaires, notamment sur la méthode de relevé, les choix de représentation et de là, sur les relations qui existent entre la ville et l’observateur. En regardant ce plan dans le détail, on perçoit immédiatement son caractère lacunaire, malgré le remplissage par un maillage de rues, dont on se rend compte qu’il est en partie fictif. En fait, le plan de Rousseau est intéressant et significatif autant par ce qu’il représente, que par ce qu’il ignore. On peut le lire comme une image de la ville perçue par un observateur étranger qui n’a accès qu’à certains espaces. Cette lecture peut permettre d’apporter quelques données, ou quelques confirmations, sur le fonctionnement de la ville, son rapport à l’étranger, son ouverture.

4Cet étranger est sans doute particulièrement curieux et motivé par le désir de connaître ; pourtant ce désir est limité par des règles d’accessibilité définissant un espace plus public, espace qui peut être justement celui que Rousseau a cartographié. Par ailleurs les connaissances de Rousseau dans la ville, les gens à qui il rend visite, participent aussi à la définition de cet espace connu de lui et du groupe dont il est représentatif.

5Pour mieux situer l’intérêt du plan de Rousseau, il est utile de le comparer à celui du voyageur danois Niebuhr, premier véritable plan d’Alep connu. Ce plan, assez riche, est exemplaire d’un type de relevés dans lequel on peut classer aussi le plan de Rousseau. Il a été diffusé dans deux éditions relativement différentes l’une de l’autre

  • 2 Ce plan est publié en 1794, dans la seconde édition de l’ouvrage d’Alexander Russell, Natural Hist (...)

6Dans la publication de Russell2., datée de 1794, le contour de l’enceinte et la forme générale de la ville sont à peu près exacts, ainsi que l’emplacement des portes (sauf Bāb Qinnasrīn), la forme des faubourgs, les quelques monuments et toponymes remarquables localisés approximativement. Le relief est représenté de façon assez suggestive et exacte. La déformation des proportions est souvent importante et les distances sont approximatives. La route d’Aġyur, qui va de Bāb al-Ḥadīd à l’extérieur vers le nord, en longeant les vastes faubourgs populeux du nord et du nord-est, seule voie interne représentée, est relativement bien située.

  • 3 Il est difficile de savoir si Russell a fait supprimer les rues fictives par le graveur qui a réal (...)

7Dans la publication de Niebuhr en 1779, les espaces vides du plan sont parcourus par des tracés de voies plus ou moins fictifs qui constituent une sorte de remplissage impressionniste3. Seuls sont à peu près correctement représentés l’axe principal des souks, de Bāb Anṭākiya à la Citadelle, et la route d’Aġyur. Parmi les voies qui conduisent des portes au coeur de la ville, seules celles qui viennent du nord et de l’ouest sont à peu près exactes, celle de Bāb al-Ginān, celle de Bāb al-Farağ, celle de Bāb al-Naṣr, celle de Bāb al-Ḥadīd. Les autres, la rue de Bāb Qinnasrīn, celle de Bāb al-Maqām et celle de Bāb al-Nayrab sont presque totalement fantaisistes. La position de Bāb Qinnasrīn est fautive. La grande place du marché, n° 16, au centre du faubourg nord, est très mal localisée et très approximative dans sa forme.

Plan d’Alep : extrait de « notice sur la carte générale des paschaliks de Baghdad, Orfa et Hhaleb, et sur le plan d’Hhaleb », Recueil de voyages et mémoires publiés par la Société de Géographie de Paris, 1825, vol. 2.

8La liste de toponymes localisés est assez développée :

  • 12 noms de portes, dont trois portes de faubourgs, Ğu dayda, al-Arba‘īn, al-Akrād, qui sont des faubourgs nord, habités plutôt par des chrétiens.
  • 10 toponymes de reliefs, buttes et collines, en ville ou à l’extérieur, le nom de la rivière Quwayq est directement écrit sur le plan.
  • 28 noms de quartiers, de lieux ou d’espaces, de monuments.

9La plupart des bâtiments localisés sont dans la Mdiné, le centre ville par excellence, constitué par les grands khans du commerce international, lieux d’habitation et d’activité des étrangers occidentaux, sites des consulats européens, espace auquel Niebuhr a accès par définition, le reste de la ville lui étant théoriquement non accessible, ce qui ne signifie pas interdit, mais plutôt étranger. Sa liste de toponymes débute, d’une façon très officielle ; par le Sérail (Seraglio), site de l’administration ottomane ; suivent, la Grande Mosquée, le Tribunal et enfin le « grand caravansérail » (Great Khane), vraisemblablement celui de la Douane. La première porte citée est celle de Qinnasrīn, comme c’est souvent le cas chez les auteurs arabes avant l’époque ottomane. Niebuhr n’informe pas d’une façon précise sur les quartiers chrétiens qu’il ne semble pas connaître : faute de temps et de par son statut, il n’a pas eu accès sans doute à la société locale, même chrétienne, contrairement à d’autres étrangers comme les frères Russell qui sont restés suffisamment longtemps et ont eu les moyens, par leur activité professionnelle, d’accéder à l’espace des quartiers et des maisons.

LE PLAN ROUSSEAU

10Le plan de Rousseau donne une liste de 9 portes de la ville, 25 noms de quartiers intérieurs, 43 noms de faubourgs, 26 noms de portes des faubourgs, 175 noms d’ » Édifices, établissements publics, places principales, jardins, cimetières, etc. », soit un total de 278 toponymes localisés, ce qui est considérable comparé à la cinquantaine de noms des plans de Niebuhr et Russell.

11Rousseau représente d’une façon précise et complète les espaces qu’il a l’occasion de fréquenter souvent : il s’agit essentiellement des souks et des khans de la Mdiné, espace public par excellence, où l’étranger est à sa place s’il respecte les règles de la bienséance et du savoir vivre, entre autre l’obligation, encore à cette époque, d’être habillé « à la turque ». Dans ces espaces, sa présence est normale, banale, dans la foule bigarrée des étrangers et des gens du commerce. Il peut stationner quelques instants pour prendre des notes, faire des croquis. Il peut aussi revenir à tout moment sur le terrain pour contrôler, corriger.

12Par ailleurs Rousseau est très précis dans la représentation d’une partie des quartiers chrétiens, ce qui est nouveau et original. Nous verrons plus loin que les limites de sa connaissance de ces quartiers sont significatives aussi.

13Il n’est peut-être pas sans intérêt de constater que l’ordre de classement des toponymes dans la légende est très différent de celui de Niebuhr et Russell. Dans la liste des « Édifices, établissements publics, places principales, jardins, cimetières, etc. », le numéro un est le Ḫān al-‘Ulabiyya, résidence des familles Marcopoli (grands commerçants génois de Chio) et d’autres familles de négociants étrangers, parmi les plus riches et les plus influentes. A cette époque, le Ḫān al-‘Ulabiyya est presque totalement occupé par les appartements de ces négociants. Presque immédiatement après dans la liste, on trouve le Ḫān al-Naḥḥāsīn, où était installé le consulat de Venise et où logeait, depuis le début du xixe siècle, la famille Poche (originaire de Bohème), qui y demeure jusqu’à nos jours. Le Sérail, siège de l’administration civile, est seulement le numéro dix de la liste et la Grande Mosquée le numéro quinze.

14Parmi les cent premiers toponymes de la liste, 78 sont localisés correctement sur le plan et se trouvent dans des zones où la voirie est aussi relativement exacte et complète. Parmi les 75 toponymes suivants, seulement une vingtaine, soit 25 %, sont localisés précisément, les autres étant posés d’une façon approximative dans un réseau de rues presque totalement fictif. Rousseau commence donc sa liste par les lieux qu’il connaît bien et qu’il pense pouvoir localiser exactement, même s’il se trompe parfois, ensuite il ajoute les lieux qui lui semblent importants et significatifs, sur lesquels il a des informations, mais qu’il est incapable de situer correctement, parce qu’il ne les a pas vus, parce qu’ils sont à l’extérieur de son espace de vie.

15Les autres listes de la légende du plan ont les mêmes caractéristiques : significativement, on débute toujours par le nord ou le centre de la ville : la liste des portes commence par Bāb al-Naṣr et Bāb al-Farağ (mais ceci est assez classique aussi chez les auteurs arabes) ; la liste des noms de quartiers intérieurs commence par la Mdiné ; la liste des faubourgs commence par les quartiers nord-ouest, ceux des églises et des notables chrétiens ; la liste des portes de faubourgs commence aussi par celles des faubourgs chrétiens. Ces choix représentent bien les espaces et les limites de la ville que Rousseau connaît, à laquelle il a accès. Pourtant la méconnaissance du reste de la ville n’est certainement pas la conséquence d’une négligence ou de la mauvaise volonté.

16Pour ses relevés dans les zones non fréquentées et non connues intimement, Rousseau effectue vraisemblablement un parcours rapide suivant des itinéraires continus et par des rues principales, sans retourner sur ses pas. Il est sans doute accompagné par un guide, qui connaît les lieux ou qui peut demander des renseignements complémentaires aux habitants. Dans les espaces auxquels il dispose d’un accès privilégié, Rousseau peut compter les pas pour préciser certaines proportions, éventuellement utiliser une boussole. Sur les grands itinéraires qu’il « explore », il se contente de compter les rues qui débouchent de part et d’autre de la rue principale parcourue. Il n’entre même pas dans ces voies et ne différencie pas les impasses. Il ne rentre dans aucun quartier d’habitation : il s’agit donc d’un parcours de l’espace public.

17Même les quartiers chrétiens, qu’il représente précisément, sont connus d’une façon particulière et sélective : la zone des églises et des maisons des principaux notables, Ṣalība, est très bien représentée, faisant partie de l’espace fréquenté par le consul dans son travail et sans doute dans ses sociabilités personnelles ; par contre, les quartiers d’habitation au nord, Tūmāyāt, et a fortiori les autres quartiers d’habitation des chrétiens, ne semblent pas avoir été visités et sont représentés très approximativement. Cependant, Rousseau a sans doute parcouru la rue où se trouvait la maison des Homsī, l’une des plus importantes familles de notables chrétiens. Cette rue, une impasse de quartier fermé, est la seule voie de ce type représentée sur le plan.

18D’autres caractéristiques du plan Rousseau pourraient être analysées plus précisément, notamment la teneur de la liste des toponymes, les choix, les sélections, dues à l’ignorance ou motivées sciemment : on pourrait réfléchir sur les noms des hammams, des cafés, des maisons de notables, etc. Il reste évident que son travail est animé par un désir d’exhaustivité et que la quasi-totalité des lieux significatifs sont cités : ses informateurs connaissaient la ville mais il est évident aussi que Rousseau lui-même ne connaissait personnellement qu’une partie de ces lieux.

TECHNIQUES DE RELEVÉS ET MAÎTRISE DE L’ESPACE, NIEBUHR ET ROUSSEAU.

  • 4 « Notices sur la carte générale des paschaliks de Baghdad, Orfa et Hhaleb, et sur le plan d’Hhaleb (...)

19Les relatives faiblesses du travail de Rousseau sont constatées et critiquées, dans une certaine mesure, par la Société de géographie qui le publie en 1825 : « Malgré toute son utilité et tout son intérêt, cet ouvrage pourra bien n’offrir aux astronomes et aux savants, qu’un travail imparfait, puisqu’il n’est point assujetti aux règles de la géographie mathématique ; et il y a, sans doute, loin de cette esquisse à une carte dressée par un géographe de profession. La Société, en la publiant, ne la regarde que comme la réunion de plusieurs matériaux qu’on peut mettre en œuvre, parce qu’ils sont le résultat d’un travail fait sur les lieux4. »

20Les relevés de Rousseau, tant du pachalik d’Alep que de la ville elle-même, sont certainement le produit de techniques assez rudimentaires, qui lui sont reprochées, alors que les techniques de relevé et le savoir-faire des topographes et géographes ont fait de grands progrès, comme en témoigne le remarquable plan du Caire levé par les savants de l’expédition de Bonaparte une décennie plus tôt.

21Les techniques utilisées par Rousseau sont pourtant, dans le contexte, les meilleurs possibles, et les seules qui lui soient accessibles, peut-être pour des raisons de savoir-faire personnel, mais certainement plus encore pour des raisons socio-politiques. Il s’agit d’un travail essentiellement motivé, me semble-t-il, par la connaissance pure, et la constitution d’un savoir, à une époque où l’administration ottomane n’éprouve pas le besoin de faire des plans de villes.

22Des relevés ne sont exacts et systématiques que quand il est possible de mettre en œuvre des techniques précises de topographie, d’arpentage et de visée, utilisant un matériel relativement important. Il est évident que de telles techniques sont lourdes et particulièrement peu discrètes. D’une certaine façon elles peuvent être considérées comme des empiètements sur les droits des habitants, au moins dans les quartiers, sinon dans les rues principales. Par ailleurs, elles seraient perçues comme des expressions d’ingérence et d’abus de pouvoir inacceptables par l’administration ottomane.

  • 5 Les citations de Niebuhr m’ont été communiquées par Jean-Luc Arnaud. Ce dernier est intervenu aprè (...)
  • 6 Niebuhr C., Description de l’Arabie d’après les observations et recherches faites dans le pays mêm (...)
  • 7 Niebuhr C., Voyage en Arabie et en d’autres pays circonvoisins par C. Niebuhr, traduit de l’allema (...)
  • 8 Ibidem

23Contrairement à Rousseau, Niebuhr explicite sa démarche, ses techniques, et justifie les imperfections du résultat. Il évoque les peines et dangers courus à dessiner les plans de ville5 ; il dit combien « il est difficile et dangereux de reconnaître et de mesurer le pays d’un Prince étranger, et d’y rassembler des observations géographiques »6 ; il explique « que dans ces pays il est tout aussi dangereux et tout aussi difficile qu’en Europe, de lever le plan des villes sans la permission du Magistrat »7 ; il « avoue que dans le plan de Constantinople la plupart des rues ne sont marquées qu’arbitrairement et pour remplir le vide »8 et il explique sa méthode « qui ne paraîtra peut-être pas des plus exactes aux mathématiciens ; car je ne me suis servi pour cet effet que d’une petite boussole et de mes pas ». Il est vraisemblable que tout ce que dit Niebuhr est exactement applicable à Rousseau quelques décennies plus tard, mais dans des circonstances presque comparables. Pourtant Rousseau est beaucoup plus complet et précis, car il séjourne longuement à Alep, alors que Niebuhr ne fait qu’y passer.

  • 9 Depaule J.-C., « Deux regards, deux traditions : l’espace domestique perçu par les auteurs anglais (...)

24Une comparaison de la vision d’Alep de Rousseau et de celle de Russell peut être instructive aussi à un autre niveau. L’image d’Alep donnée par Russell un demi-siècle avant Rousseau est essentiellement littéraire et beaucoup plus pauvre que celle de Rousseau dans sa représentation topographique, avec la reprise du plan de Niebuhr, et peu de données topographiques précises dans le texte. Elle est pourtant beaucoup plus riche, dans sa présentation de la société et dépasse largement les limites de l’espace auquel Rousseau avait accès. Russell était médecin et sa pratique de la médecine, acceptée par les Alépins, notamment par les notables, lui a permis de pénétrer les espaces domestiques et la sphère du privé, à laquelle Rousseau n’a pas eu accès. Russell a su remarquablement tirer parti de ce privilège, en faisant un tableau très précis de la société. Ces différences de regard des voyageurs et des premiers savants orientalistes, britanniques et français, ont été analysées aussi, dans un contexte plus limité, comme le reflet d’une différences de comportement culturel9.

25Il est sans doute banal de dire que la cartographie (et la géographie plus généralement) sont des sciences liées au pouvoir, plus encore aux armées et au pouvoirs militaires qu’aux administrations civiles. La cartographie est un moyen de contrôle de l’espace. Le plan du Caire relevé par les savants et topographes de l’expédition de Bonaparte est un travail étonnant, par sa précision et par l’abondance des informations notées, sur les plans et dans les textes d’accompagnement. Mais il s’agit, bien évidemment d’un travail de conquérants, d’occupants, qui ont la force pour eux, même si l’on peut penser aussi que ce travail n’a pu être réalisé qu’avec une certaine collaboration ou une certaine tolérance ou indifférence des habitants du Caire.

  • 10 Il s’agit notamment du plan de Chartier, « ingénieur » au service de la wilāya d’Alep vers 1900 (L (...)

26Les premiers plans véritablement modernes d’Alep datent de la fin du xixe siècle10 et sont à double finalité : faire un bilan de l’existant, proposer des extensions de la ville, des nouveaux quartiers, des percées, faire de l’urbanisme ; on y localise aussi la voie ferrée et la gare du DHP, vers 1905. Ces plans sont commandés par l’administration ottomane. Le mandat français proposera des plans de ville d’une très grande exactitude, à plusieurs échelles, qui répondent aux besoins de l’urbanisme, mais qui facilitent grandement la conservation (et parfois les usurpations) de la propriété foncière, dans le cadastre. Là aussi la France dispose du pouvoir et du droit. Ces plans sont évidemment très utiles aux chercheurs et sont devenus des documents historiques, mais c’est un autre sujet.

27L’exactitude et l’exhaustivité de ces plans « modernes » n’est pas seulement le résultat d’un progrès technologique, mais d’un changement de finalité des représentations et du rôle des pouvoirs politiques et administratifs. La relative approximation du plan de Rousseau reflète les limites du contact normal entre la ville et le consul français, mais aussi celles de son pouvoir et donc de ses moyens.

  • 11 Le travail de Jean Sauvaget sur Alep, par exemple, est fondamental pour l’étude de cette ville, ma (...)

28La représentation, qu’elle soit écrite ou dessinée, interprète toujours, et montre autre chose que ce qu’elle veut ou prétend représenter, dans le contexte du rapport entre l’objet représenté et son auteur. Une bonne appréciation de ce rapport est indispensable pour une bonne utilisation des documents et pour un enrichissement de leur utilisation.11 En l’occurrence, le plan de Rousseau confirme et précise la division très étanche dans la ville orientale entre espace public et espace privé.

Notes

1 Dans la revue Environnemental Design, 1-2, 1993, repris dans le recueil La ville arabe, Alep à l’époque ottomane, IFEAD, Damas, 1998. Ce plan est aussi cité par Gaube H. et Wirth E., Aleppo Historische und geographische Beiträge zur baulichen Gestaltung, zur sozialen Organisation und zur Wirtschatlichen Dynamik einer vorderasiatischen Fernhandelsmetropole, Wiesbaden, 1984.

2 Ce plan est publié en 1794, dans la seconde édition de l’ouvrage d’Alexander Russell, Natural History of Aleppo. L’auteur de la préface (et d’une partie des textes et des notes) de cette édition est Patrick Russell (qui se définit comme Editor), frère et continuateur de l’auteur. Dans la préface, P. Russell précise clairement (p. VII-VIII) qu’il a ajouté à l’édition de son frère un plan de la ville qui lui a été procuré par « his respected friend M. Niebuhr, who kindly communicated one which had been engraved for his own Work, but was never published ». P. Russell précise qu’il a ajouté au plan les noms des collines et de certaines rues et quartiers dans la ville et ses faubourgs. Page 12, dans le commentaire du plan, il stipule qu’à l’intérieur de la ville et des faubourgs, il a représenté les hauteurs et les bâtiments principaux, au lieu des rues. Il signale encore quelques modifications de détail par rapport à l’original de Niebuhr.

3 Il est difficile de savoir si Russell a fait supprimer les rues fictives par le graveur qui a réalisé les modifications signalées ou si elles ont été ajoutées pour une publication de Niebuhr à une ancienne version sans rues utilisée par Russell.

4 « Notices sur la carte générale des paschaliks de Baghdad, Orfa et Hhaleb, et sur le plan d’Hhaleb », Recueil de voyages et mémoires publiés par la Société de Géographie de Paris, 1825, vol. 2, p. 195-196.

5 Les citations de Niebuhr m’ont été communiquées par Jean-Luc Arnaud. Ce dernier est intervenu après ma communication pour donner un certain nombre de précisions, à partir du texte de Niebuhr, qui éclairent de façon très utile la démarche de Rousseau. Je le remercie pour avoir bien voulu me communiquer ses notes de lecture.

6 Niebuhr C., Description de l’Arabie d’après les observations et recherches faites dans le pays même par M. Niebuhr, Capitaine d’ingénieurs, membre de la société royale de Gottingen, nouvelle édition revue et corrigée, Paris, Brunet, 1779. Citation p. 20-21.

7 Niebuhr C., Voyage en Arabie et en d’autres pays circonvoisins par C. Niebuhr, traduit de l’allemand, Amsterdam, Utrecht, 1776 et 1780,2 vol. Citation vol. 1, p. 1 -19, à propos de Constantinople.

8 Ibidem

9 Depaule J.-C., « Deux regards, deux traditions : l’espace domestique perçu par les auteurs anglais et français au Levant », Les villes dans l Empire ottoman : activités et sociétés, t. 2, dir. D. Panzac, CNRS ed., 1994, p. 189-228.

10 Il s’agit notamment du plan de Chartier, « ingénieur » au service de la wilāya d’Alep vers 1900 (La fonction de Chartier à Alep et ses réalisations seront détaillées dans la thèse de doctorat de Franck Friès sur l’urbanisme à Damas et Alep à la fin de la période ottomane et sous le mandat français).

11 Le travail de Jean Sauvaget sur Alep, par exemple, est fondamental pour l’étude de cette ville, mais il nous apprend aussi beaucoup sur les rapports entre la France et la Syrie à cette époque et plus largement sur un arrière-plan culturel : c’est une représentation historiquement datée, intéressante aussi pour cette raison.

Table des illustrations

Légende Plan d’Alep : extrait de « notice sur la carte générale des paschaliks de Baghdad, Orfa et Hhaleb, et sur le plan d’Hhaleb », Recueil de voyages et mémoires publiés par la Société de Géographie de Paris, 1825, vol. 2.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Presses de l’Ifpo, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter