Version classiqueVersion mobile

Beyrouth et ses faubourgs

 | 
May Davie

Chapitre 3. Les banlieues du mandat

Texte intégral

1L’installation du Mandat français inaugure une nouvelle période historique. En contraste avec la période précédente, cette phase de l’histoire de Beyrouth s’annonce comme une rupture sur tous les plans. C’est une période à la fois de déclin institutionnel, de conflits sociaux et sectaires et de changements structurels profonds. Mais l’ordre précédent ne disparaît pas immédiatement : on voit se constituer de nouvelles alliances qui tendent à prédominer puis à écarter définitivement les forces agissantes de la cité.

2Cette période comporte deux temps distincts. La première tranche occupe les années 1920, au cours desquelles un partage des territoires est effectué et le Grand-Liban établi, annexant Beyrouth qui en devient la capitale. La tutelle de ce nouveau pays est ensuite confiée à la France qui s’active à étendre son territoire économique et son influence politique et culturelle. Mais celle-ci institue en ville un régime confessionnel qui déclenche une crise des élites et empêche la cité de défendre ses intérêts durant cette phase critique. Dans l’intervalle, des vagues de réfugiés et de migrants arrivent à Beyrouth, et la ville se dilate. Mais les extensions ne traduisent plus le développement. Des types différents de quartiers apparaissent : camps de recasement et quartiers sous-intégrés. Pendant ce temps, les Français, conformément à leur “mission civilisatrice”, commencent à détruire la vieille ville en vue de mettre en place un centre économique moderne.

3La deuxième phase se prolonge jusqu’au milieu des années 1940. Durant cet intermède, et pendant que la France, aux prises avec les difficultés de la Troisième République et les retombées du krach de 1929, applique au Liban une politique d’alternance oscillant entre la force et les compromis boiteux, on assiste à Beyrouth à l’avènement de nouvelles formations politiques qui engagent la lutte pour l’Indépendance. Incapables de rétablir l’ordre, les ingérences britanniques aidant, les mandataires accordent, en 1943, l’indépendance à une république confessionnelle : plus qu’un consensus entre les communautés, celle-ci exprime l’emprise de la Montagne sur la ville par le biais des périphéries urbaines.

4Expression de ces temps troublés, l’organisation de la ville est bouleversée, tant en son centre qu’à sa périphérie. Plus qu’un changement de régime ou l’adoption de méthodes ou d’un savoir nouveaux, on assiste à une remise en question de la cité, un basculement vers un ordre étranger et qu’il est impossible de contester. Les plans français d’aménagement d’un nouveau centre-ville et les mutations urbaines en banlieue vont exprimer physiquement cette conjoncture. Beyrouth, la méditerranéenne, mettra alors lentement en scène le paysage d’une ville colonisée.

1. Le tournant des années 1920

  • 1 Se référer principalement aux ouvrages de Lewis 1961, Nevakivi 1969, Shaw 1976-77 et Yapp 1987.

5Le premier conflit mondial entraîne la chute de l’Empire ottoman et la victoire des puissances alliées, la France et la Grande-Bretagne, qui substituent à leur politique d’ingérence une hégémonie directe sur l’ensemble de la région. Sans attendre la Conférence de la Paix, l’Empire ottoman est démembré et ses structures politiques dissoutes. Ensuite, faisant fi des promesses d’indépendance prodiguées aux Arabes pendant la guerre, la Syrie est placée sous administration militaire et divisée en zones d’influence1. Du coup, la wilâyat de Beyrouth se trouve partagée entre deux zones rivales dominées par deux pouvoirs étrangers, aux intérêts divergents et plus préoccupés d’étendre leur domination économique que de préserver les intérêts de la population autochtone. Au même moment, le roi arabe Faysal al Housayn installe son pouvoir à Damas et lance un appel pour une indépendance totale et immédiate.

La ville dominée

  • 2 Les changements politiques advenus à Istanbul à la veille de la guerre et les convulsions que cett (...)
  • 3 Une Constitution est votée établissant le régime parlementaire dans le cadre d’une monarchie et or (...)
  • 4 Sur les tractations politiques entre la France, la Grande-Bretagne et le roi Faysal, la progressiv (...)

6Prenant la relève des troupes britanniques durant l’hiver 1918-1919, le Pouvoir français s’installe à Beyrouth. Les conseils locaux sont démis, l’élite urbaine écartée et la ville placée sous administration militaire. La libération prend alors l’allure d’une occupation qui transforme cette cité marchande en quartier général des forces armées françaises, centre d’opérations et de renseignements militaires sur la ville elle-même et sur l’arrière-pays dès lors en révolte : un rôle dont personne ne voulait, exceptés le clergé maronite et des groupes d’“intellectuels” pro-français, appuyés par les émigrés chrétiens d’Egypte et les groupements coloniaux français. De leur côté, les Beyrouthins avaient fait allégeance au roi Faysal qui avait polarisé l’ensemble des idéaux urbains prônés par les partis réformateurs ottomans2, tout en maintenant l’organisation administrative préexistante3. Cependant, soucieuse d’enrayer les aspirations unitaires dans lesquelles elle voit une menace contre son autorité, la France combat le royaume arabe, l’élimine en 1920 et écarte le roi Faysal. Puis, sous couvert d’une politique de défense des minorités, elle procède au morcellement du pays4, jetant simultanément les bases d’un ordre politique et économique canalisé vers ses propres intérêts.

  • 5 D’autres États sont également créés sur base religieuse sur le territoire syrien ; ils restent, to (...)
  • 6 D’autres courants politiques ont vu le jour en Montagne et au sein du Conseil administratif même, (...)
  • 7 Exprimée à la commission d’enquête King Crâne en 1919 et dont le résultat n’est rendu public qu’ap (...)
  • 8 Notamment, à l’est, les qadâ’ de Hasbaya, Rachaya et la Béqaa qui sont détachés de la wilâyat de D (...)
  • 9 Pour une analyse de cette idéologie qui a pris racine avec les écrits apocryphes (mais adoptés par (...)
  • 10 “J’ai peur de toi, donc je te gouverne”, dira Chaykh M. M. Chamsouddîn, en 1988, pour caricaturer (...)
  • 11 Sur les résistances politiques et populaires au Mandat et à l’annexion de Beyrouth au Liban, voir (...)

7La proclamation de l’Etat du Grand-Liban en est le premier acte5. Un mois après l’élimination du roi arabe, répondant aux vœux du haut clergé maronite et de l’élite montagnarde qui appuient en retour l’occupation, un nouvel espace politique6 voit le jour. Il englobe la moutasarrifiyyat du Mont Liban auquel des provinces limitrophes, détachées des wilâyât de Damas et de Beyrouth, sont annexées contre la volonté de leur population7. Il s’agit des riches plaines de la Béqaa et du Akkar, des villes côtières et leur arrière-pays, et surtout Beyrouth et son port qui représentent un enjeu particulier et longtemps convoité8. Le Grand-Liban naît ainsi dans la discorde et ne doit sa survie qu’à la force militaire française. Il n’est pas le produit d’une lente évolution vers l’unité de groupes humains différents ou la fusion réfléchie de régions géographiques complémentaires. C’est la répétition, mais à plus grande échelle, du scénario diplomatique qui avait engendré la mouta-sarrifiyyah, aboutissement de cette même logique d’appropriation territoriale des chefs politiques du Mont Liban, associée au sentiment identitaire “national-religieux” d’une partie du clergé maronite et de l’élite francophile, les représentants autoproclamés des chrétiens prétendument oppressés9 et réclamant, à ce titre, le droit à un espace vital et le privilège de le gouverner10. Comme pour la moutasarrifiyyat en effet, la raison d’être de la jeune nation n’est pas un dénominateur commun entre les éléments constitutifs de l’ensemble politique, mais des garanties politiques données à un groupe confessionnel au nom de sa suprématie numérique, et le droit à l’autodétermination de la région où il est répandu au nom de sa spécificité culturelle — résultant de l’apport civilisationnel de ce groupe particulier sur ce territoire privilégié — vis-à-vis du monde arabe environnant. L’explication de la jeune nation par la dichotomie chrétien-musulman, Liban-Syrie ou encore Liban-Monde arabe, engendre la discorde entre les populations définies exclusivement selon des logiques d’opposition. Elle entraîne la réticence immédiate au Mandat et au Liban des populations annexées et placées devant le fait accompli, empêchant, dès l’origine, la formation d’un Etat accepté par tous ses habitants. Elle est aussi source de désordre pour les autorités mandataires. En raison des liens traditionnels avec le reste des régions, ces populations ressentent la séparation comme une coupure contre nature et d’autant plus injuste qu’elles sont en nombre supérieur et disposent d’une importance économique et de revenus plus grands que ceux du Mont Liban11.

  • 12 Cf. Catroux 1958
  • 13 Cf. Menassa 1924.
  • 14 Un recensement est effectué par les Français en 1921 pour garantir une représentativité proportion (...)
  • 15 Notons, au sein de la communauté maronite même, et honnis la famille Iddah, l’éviction progressive (...)
  • 16 Cf. Gouraud 1958.
  • 17 Sur les mensonges diplomatiques de la France, les abus et la médiocrité de son administration, cf. (...)

8Beyrouth devient la capitale de ce pays assemblé de toutes pièces, de contrées et de populations dressées les unes contre les autres et privées du droit de libre disposition de leur destinée. En 1920, arguant du “droit historique à la présence française en Syrie”, la Société des Nations attribue à la France la mission d’assister et de faire l’éducation démocratique de cette jeune nation “incapable de se gouverner”12, de faciliter son développement progressif en État indépendant et de lui préparer un statut organique dans un délai de trois ans, en accord avec les autorités indigènes et les vœux de la population13. Approuvé en 1922, le Mandat entre en vigueur en septembre 1923, selon cette argumentation juridique qui couvre soigneusement les motivations réelles de la France, une présence sans partage et à long terme, et qui ne s’affirme d’ailleurs que par la force. En cinq ans, la ville passe d’une administration basée sur des structures sociales traditionnelles à une administration militaire britannique puis française, pour aboutir, avec le Mandat, à une administration civile coiffée par un Haut Commissaire qui détient en fait tout le pouvoir. Mais comme le temps n’est plus aux colonies, le Mandat dote le pays d’un Conseil représentatif, laissant croire qu’un semblant de vie démocratique existe dans le pays. En attendant le statut organique, à côté du pouvoir exécutif détenu par le gouverneur français, siège un Conseil local formé de 15 membres nommés selon la composition communautaire du nouveau pays14. S’il ne jouit encore d’aucune compétence autonome, il consacre, pour la première fois en ville, la place prédominante de l’élite rurale dans les organes de représentation, lui permettant de jouer les premiers rôles publics15. Lieu d’exercice de deux pouvoirs étrangers, la ville échappe alors aux Beyrouthins qui l’ont jusque-là gouvernée, bâtie et développée. L’ordre militaire français règne désormais à Beyrouth. Après la relative autonomie avec laquelle la ville s’administrait durant l’époque ottomane, elle n’est plus que la cour des fonctionnaires français qui saisissent tout, les finances, les projets, le droit de commander et de distribuer les honneurs, et celui de pacifier et d’appréhender les récalcitrants, ces nationalistes arabes qui ont aidé à la libération et qui sont regardés, dans le nouveau contexte, comme des « terroristes insoumis »16. Quadrillant le territoire, les Français s’installent dans le petit Sérail, le siège du gouvernement local. Ils dominent la place Hamidiyyeh, mettant fin à cet espace d’expression devenu point de rassemblement des populations soulevées, d’abord alliées du régime arabe puis ralliant les émeutes de Tripoli et les grèves de Damas. Les Français occupent toutes les casernes ottomanes, dont le grand Sérail, et en construisent de nouvelles qui enserrent les quartiers résidentiels (annexe 12). Contrôle et liberté de mouvements nécessitent des percées rectilignes et des axes périphériques stratégiques reliant les casernes entre elles, et aussi à un aérodrome. Avec les nouveaux réseaux de contrainte imposés par les Français, la vie politique ne parvient plus à s’échapper. C’est aussi le temps de la colère et des émeutes qui prennent naissance dans les soûq “arabes” et dans les quartiers les plus touchés par la conjoncture, Basta, Mousaytbah et Râs Bayroût. En retour, la presse est contrôlée, les formations politiques et les syndicats surveillés ou interdits, les notables exilés ou achetés, et dans l’administration, l’encadrement français dépasse de loin le rôle de conseiller qui lui avait été attribué17.

La République : une rupture institutionnelle

  • 18 Au sujet des ces institutions, voir Rabbath 1973
  • 19 L’article 95 de la Constitution de 1926 stipule qu’ “à titre provisoire (...) et dans une intentio (...)
  • 20 C. Eddé (1995), par un travail sur les archives paroissiales maronites, propose un poids démograph (...)
  • 21 Des auteurs ont qualifié ce régime confessionnel de “modèle de concordance communautaire”, lui acc (...)

9Quelques années plus tard, avec la Constitution de 1926, la France instaure les institutions politiques de la nouvelle République Libanaise qui remplace l’État du Grand-Liban18. Le régime politique est parlementaire et bicaméral, avec un système électoral organisé sur la base du suffrage universel : les électeurs sont appelés à voter pour les candidats sans distinction de communautés, mais dans le cadre de la répartition des sièges entre celles-ci19. Cette loi fondamentale servira d’assise à l’organisation étatique du pays. Comme pour la définition des frontières, elle n’est pas le fruit de l’adhésion de l’opinion publique mais la superposition savante de deux régimes politiques contradictoires : la République égalitaire née de la Révolution française et le régime confessionnel du Mont Liban garant des privilèges de groupe. C’est la loi du plus grand nombre qui s’impose, celui qui regroupe le plus de personnes d’une même confession. Ainsi, disparaissent les institutions ottomanes et l’institution communautaire pour un système qui se veut “moderne”, plus représentatif et républicain. La communauté est abolie en tant qu’intermédiaire public : ce n’est plus un organe officiellement responsable de la gestion urbaine et de l’insertion sociale, ni un appareil administratif ou une entité reconnue entre l’Etat et la population ; les Beyrouthins doivent dorénavant s’exprimer, directement et individuellement, par la députation. Le paradoxe est patent : au moment où la République se destine à régir un Etat à assise confessionnelle, les prérogatives des communautés sont invalidées. Allant dans le sens contraire de l’évolution historique du système communautaire vers la socialisation, la République écarte délibérément la dimension publique et civile des groupes et ne leur reconnaît que leurs attributs religieux. Les communautés sont ainsi réduites à des confessions, autant de clefs vers le pouvoir pour l’élite des groupes prétendus majoritaires et de barrières pour celle des groupes numériquement inférieurs. Le système communautaire ottoman bascule alors dans son contraire : d’ouverture sur le monde environnant, il transmue en frontière, d’autant plus qu’il ne s’agit, en somme, que de majorité relative, aucun groupe ne représentant plus de 25 % de la population totale du pays. A Beyrouth même, à cette date, le nombre de Maronites, le groupe national numériquement prédominant, est d’environ 10 %20, et moins de 5 % dans les autres villes du pays. Mais sans s’encombrer de tels détails, le confessionnalisme entre en ville, habillé d’une république21.

  • 22 Au sujet de ce recensement, lire Davie 1987

10Les Maronites, en tant que groupe, reçoivent de ce régime un acquis indéniable. Grâce à la place privilégiée qui est réservée à leur élite au sein des institutions, ils peuvent s’assurer une part d’autorité importante. Se positionnant dans les circuits de redistribution des ressources nationales, ils contrôlent les espaces vitaux à la périphérie de leur berceau historique et surtout Beyrouth, le moteur économique de la région. Les Sunnites, le groupe auparavant le plus nombreux et le plus largement répandu en Syrie et dans l’ancienne wilâyat de Beyrouth, passent au deuxième plan, suivis par les Chiites. Quant aux orthodoxes, la communauté chrétienne la plus nombreuse de Syrie et qui tenait en mains une large part du commerce de la cité, ils sont réduits numériquement par l’arbitraire du découpage territorial, et marginalisés. Il en est de même pour les autres groupes, druze, arménien, grec- catholique..., qui pour s’affirmer, et comme les Orthodoxes, doivent jouer le jeu de la proportionnalité auquel ils sont d’avance perdants ; et les quelques pouvoirs qui leur sont dévolus leur sont encore plus limités par suite d’erreurs de comptage lors du recensement de 192122, ou par les manœuvres politiques des mandataires et des groupes majoritaires.

  • 23 Lire à ce propos l’ouvrage révélateur du Général Catroux (1958).
  • 24 Sur l’origine géographique des parlementaires libanais, lire Messarra 1977.

11Pour les Beyrouthins, ce n’est même pas un retour à la situation d’avant-guerre. A cette époque, les blocages ottomans avaient fait naître la Société de Beyrouth pour la Réforme nationale avec l’espoir d’une autonomie plus grande de l’administration provinciale. À présent, ils doivent subir les retombées d’un partage territorial et la domination économique d’une puissance avec laquelle ils n’ont pas de liens particuliers et qui, en retour, a pour eux une suspicion péremptoire en raison de leur appui aux nationalistes arabes23. Ils se trouvent, en outre, phagocytés par la République qui rompt l’équilibre entre les structures sociales et les institutions publiques, bouleversant l’ordre interne de la cité et rejetant ses forces agissantes hors des sphères politiques de la nouvelle société24. Les communautés urbaines s’en trouvent fragilisées et finissent par s’effriter, sans cependant donner cours à la citoyenneté. Elles seront progressivement assujetties par le Mandat.

Une transition sociale

  • 25 Cf. Giappesi 1974. Malgré la montée du confessionnalisme dans la communauté sunnite, le pouvoir re (...)
  • 26 Dans les écoles catholiques locales et étrangères, par exemple, ou dans une partie de la presse, t (...)

12Certes, la République réserve aux musulmans du Liban une place importante dans les rouages du futur État. Mais le confessionnalisme chrétien s’étant exprimé en les lésant moralement et matériellement et en contrariant les objectifs unitaires arabes, en réaction et pour la première fois à Beyrouth, il en résulte chez eux comme chez les autres groupes urbains, une escalade dans le confessionnalisme25 ; dès lors, s’ancre dans les mœurs et les consciences une attitude confessionnaliste chronique, phénomène renforcé par le sectarisme culturel et idéologique outrancier pratiqué dans les milieux catholiques à cette époque26. Le pluralisme confessionnel étant ainsi et désormais la règle, il exacerbe les tensions au lieu de les réguler. Le parler de “sa” communauté et la défense de “ses” droits gagnent lentement dans le discours des hommes politiques. Ils supplantent, dans les débats publics, les intérêts communs, vitaux pour la ville et le pays, au moment où, paradoxalement, les communautés commencent socialement et politiquement à se disloquer, vidant de leur substance le discours confessionnel et la Constitution qui l’a engendré. Établi dans le but de protéger les droits des minorités, le confessionnalisme rompt, au contraire, la stabilité politique entre les groupes et, après avoir étouffé la Montagne, il commence à asphyxier la ville, les communautés qui l’habitent, comme il asphyxiera ultérieurement l’ensemble du pays.

13C’est en effet dans la division que la cité vit l’époque du Mandat. Nous assistons à des divergences de positions par rapport aux options fondamentales entre les notables eux-mêmes, entre eux et les autres rangs de la population et des immigrés de date récente, et qui sont exprimées ouvertement. Ces écarts prennent petit à petit de l’ampleur et deviennent déterminants pour l’avenir politique du pays. Si les uns sont encore réticents à l’idée du Grand-Liban et complètement opposés au Mandat, les autres, dont une partie des notables, admettent à présent le fait accompli et sont amenés progressivement à composer. Ce qui déclenche une forte réaction adverse dans les couches populaires.

  • 27 Tels que Daoûd ‘Ammoûn, Chibli Dammoûs, Habîb Bâchâ al Sa’d, l’émir Fou’âd Arslân, Ibrâhîm Aboû Kh (...)
  • 28 Emile Iddah, Charles Dabbâs ou Jean Ghâzî.

14Ces positions antagonistes s’expliquent sans doute par les mutations internes particulières à la société urbaine, au moment critique où elle est confrontée à un bouleversement géopolitique local et régional. En gestation depuis le début du siècle, ces mutations remettent à présent en cause son organisation intérieure et son unité politique. Il faut d’abord mentionner les changements dans sa composition sociale. Cette période est celle du recul de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie urbaine. Dans le territoire rétréci deux fois, de l’Empire à la Syrie puis de la Syrie au Liban, les mailles du réseau économique des anciennes familles marchandes sont déstructurées. Les fortunes investies dans les villes ou les régions, entre Izmir et Alexandrie, deviennent progressivement inaccessibles : les troubles sociaux et politiques y éclatent au moment de l’affirmation des nationalismes turc et sioniste, tandis que les révoltes continuent, jusqu’aux années 1930, de secouer l’arrière- pays. En outre, l’occupation française les prive, au profit de l’élite de la Montagne27 et des émigrés retournés au pays28, de leur rôle politique et des réseaux diplomatiques avec les grandes puissances, l’Angleterre, les Etats-Unis, la Perse, la Russie, si utiles dans le maintien du rôle d’intermédiaires qu’ils jouaient précédemment. Les notables commencent ainsi à perdre de leur influence et de leur pouvoir liés précédemment à leur place centrale dans la société et aux circuits marchands régionaux à présent dominés par l’économie coloniale. C’est le déclin du système notabilitaire. Rendu inopérant par les institutions républicaines, il est aussi désuet par rapport à la nouvelle échelle économique et aux formations qui prennent corps dans la société à la faveur des événements et de la réorientation des activités. L’ordre patriarcal est de toute manière révolu. Il est battu en brèche par l’immigration et aussi par l’éducation qui a fait émerger une élite urbaine d’un type nouveau, composée de spécialistes tels que médecins, ingénieurs ou avocats, et qui s’impose à présent face aux représentants traditionnels qui ont dirigé la cité et fait sa réussite au xixème siècle. Les mutations socio-professionnelles touchent aussi les niveaux moyen et inférieur de la pyramide sociale. Après la Grande Guerre, la classe moyenne et salariée se développe rapidement et constitue une force vive, avec ses idéaux propres dont il faut tenir compte de plus en plus. Il faut aussi mentionner les positionnements des immigrés face à la nouvelle donne politique. Deux générations d’immigrés n’ont pas les mêmes attitudes publiques selon l’expérience de chaque groupe dans son lieu d’origine ou selon le degré de côtoiement en ville avec les autres confessions. Représentant presque la moitié de la population, ils occupent maintenant une grande part du paysage social.

Un tournant politique

  • 29 On peut mentionner, à titre d’exemple, ‘Abdallâh Bayhoum, ‘Oumar Dâ’oûq ou Pierre Trâd qui ont occ (...)
  • 30 Cf. Hallaq 1983.
  • 31 Ce sera le cas de E. Iddah (Éddé). Pour un portrait politique du président Iddah et sa conception (...)
  • 32 L’ouvrage de Lohéac (1978) fournit de nombreux détails sur ces positions contradictoires.

15Riches en elles-mêmes, ces transformations sociales engendrent, néanmoins, des divisions politiques qui jouent en défaveur de la cité, la société urbaine subissant sans doute trop tôt l’effet perturbateur du Mandat. Sur tous les plans, les Beyrouthins ne se présentent plus comme une société bien structurée mais comme une somme d’individus, ou de groupes d’individus, aux intérêts divergents et dépourvus de consensus politique. Mis à part ceux qui se tiennent sans ambiguïté en dehors de toute collaboration, maintenant une position pacifique ou rejoignant les mouvements syriens d’opposition, nous pouvons discerner un éventail de positions vis-à-vis du Grand-Liban et du Mandat ; elles portent d’ailleurs en elles les éléments des conflits futurs. Ainsi, les notables sont généralement arrivés au compromis et collaborent avec les mandataires pourvu que l’ordre soit rétabli et que les affaires reprennent29. Cette solution leur semble comme un moindre mal au moment où les projets politiques pour les autres régions syriennes ne sont pas encore définis. Leur position est d’autant plus compréhensible que le Mandat semble, dans un but d’apaisement après la révolte des Druzes et les émeutes urbaines qui ont suivi, être disposé à fonctionner avec la ville, en tenant compte des doléances des notables, qui seront reprises quelques années plus tard par le Congrès du Sâhil (la région côtière). Organisé d’abord pour défendre l’intégrité du territoire syrien, ce rassemblement politique va mobiliser autour d’idées plus conciliantes : autonomie administrative du sâhil, suspension des privilèges fiscaux de la Montagne, unité économique avec les autres régions syriennes30... Plus enthousiaste vis-à-vis du Mandat est l’élite “moderne”, ces membres des professions libérales formés dans les écoles étrangères, acquis à la culture occidentale et sensibles aux idéaux de la Révolution Française. Le Mandat ne leur paraît pas comme une ingérence ou une domination, mais plutôt comme une assistance en vue d’assurer le progrès. Toutefois, contrairement aux notables, cette catégorie n’a pas de projet politique collectif. Si quelques-uns vont rejoindre les rangs du Congrès du sâhil, d’autres sont sensibles aux idéaux de l’Etat-Nation et demandent une indépendance totale par rapport à la Syrie. On en trouve même parmi eux qui réclament le retour au Petit-Liban31 ou souhaitent ériger le Grand-Liban en un département français32. Les historiens ignorent habituellement la force d’influence de cette élite, plus acculturée que cultivée et qu’ils qualifient rapidement d’intellectuelle, dans le façonnement du paysage politique libanais depuis l’époque du Mandat. A bien y regarder, ce sont pour la plupart des professionnels des métiers libéraux, qui défendent souvent des positions radicales par rapport auxquelles les notables paraissent modérés. Ayant cependant, de par leur métier et la haute rémunération qu’il procure, une place sociale reconnue, ils sont à même de façonner l’opinion publique et, par là, ils sont agissants au plan politique. C’est, d’une certaine manière, un pouvoir d’arrière-plan, car, quoique invisibles sur l’avant-scène politique ou dans l’action dans la rue, ces personnes sont, et restent jusqu’à nos jours, au cœur du comportement politique des Libanais et derrière les orientations idéologiques des partis qui vont naître.

  • 33 En signe de protestation, les Orthodoxes de Mousaytbah ont envoyé des délégations au siège de l’év (...)

16C’est sans compter les immigrés récents ou anciens venus du Mont Liban et auxquels le rattachement de la ville à la montagne ne déplaît pas non plus. Leur intégration dans la cité n’en sera en effet que facilitée. C’est dans les quartiers de Ghâbah, Rmaylah, les marges d’Achrafiyyah, et aussi à Sayfî, qui est devenu le fief des classes salariées et de la petite bourgeoisie chrétienne, que s’exprime surtout cette opinion. Par contre, à Mousaytbah, quartier habitué à la mixité lors de son urbanisation et lieu de résidence des artisans et des petits métiers urbains, l’opposition au Mandat, et même à l’idée du Grand-Liban, perdure plus longtemps sans que s’engage pourtant une lutte sur le terrain33. Il en est de même dans le quartier anglophone de Râs Bayroût où les sympathies ne vont naturellement pas vers la

  • 34 Telles que l’association Al Maqâsid des Sunnites, l’hôpital Saint-Georges et la Société de Bienfai (...)
  • 35 Il s’agit du projet municipal de 1910, mais réactualisé. D’un montant de 500°000 livres ottomanes, (...)
  • 36 Sur la genèse, en parallèle, du populisme en Syrie, voir Gelvin 1994.
  • 37 Sur les notables et les za’îm sunnites, cf. Johnson 1986. Sur l’éviction des notables orthodoxes d (...)

17France, et bien entendu à Bâchoûrah et à Basta où résident les pratiquants des métiers traditionnels et des emplois les plus touchés par la nouvelle conjoncture économique. C’est de là que montent les réactions les plus virulentes. Mais la dichotomie politique entre les quartiers et les catégories sociales n’est pas encore totale. Ce sont les tendances majeures qui ont prédominé durant cette décennie, dont les dernières années voient l’éviction finale des notables “ancien régime” et des idéaux collectifs qu’ils ont forgés, par l’arrivée sur la scène politique de l’élite communautaire “moderne”, composée de spécialistes. Celle-ci ne possède cependant pas les moyens économiques, le poids social et encore moins les réseaux si importants pour trouver solution aux problèmes d’indigence, de sous-emploi et de famine, engendrés par la Grande Guerre, la désorganisation conséquente des flux économiques et la faillite des notables, des waqfet des institutions communautaires principales34. Cette situation est d’autant plus critique qu’un projet de réaménagement de la ville ancienne, enclenché à la veille du conflit mondial, n’a pu être mené à terme en raison du conflit même, et prive à présent les Waqf d’une de leurs ressources principales35. Sans assise économique et aux horizons professionnels étroits, la jeune élite ne réussit donc pas à s’imposer au sein de sa communauté, ni face aux autres groupes ou au pouvoir. Elle va cependant perdurer en faisant le jeu des autorités mandataires ou en nouant des alliances avec l’élite de la Montagne — notables de villages, propriétaires fonciers ou émigrés retournés au pays — qui pratique maintenant de droit la cité qu’elle occupe désormais avec l’aide des français. Par ailleurs, les anciens notables sont aussi supplantés par une nouvelle figure politique que l’on appelle le za’îm (chef, patron) et dans laquelle certains notables eux-mêmes se recyclent, pour maintenir leurs privilèges et leur position sociale ; ce qui nous fait aisément confondre ces deux types d’acteurs. Or, contrairement au notable ottoman (wajîh), le za’îm libanais n’est pas un personnage à proprement parler public, sa rationalité ne découlant pas de son rôle essentiel dans la régulation sociale et l’enrichissement urbain. Nouveau figurant sur la scène politique ou fils d’un ancien notable, mais dévalorisé par la conjoncture présente, ou émanant encore de notabilités de second degré, il n’est reconnu que par un groupe restreint. Tirant cependant avantage du dysfonctionnement du système communautaire, il se rend utile par une pratique de petit services rendus à travers des circuits informels36. Il s’impose aussi par la démagogie de rue, s’appropriant des arguments raccommodés du congrès du Sâhil, des éléments du discours confessionnel et autant de slogans populistes, “nationalistes”, islamiques ou arabes, que le revirement quotidien des enjeux locaux le permet37. Sans assise communautaire ou urbaine large, il est aussi amené, pour se maintenir, à tisser des liens avec des personnes idéologiquement opposées, des groupes aux intérêts économiques contraires ou à se placer sous la protection d’une personnalité plus importante, se discréditant sans cesse auprès de la population. Ce qui maintient au plus étroit sa base populaire et ne lui permet pas de dépasser le statut de chef de quartier ou de représentant d’intérêts personnels ou privés, pour atteindre un niveau de respectabilité au niveau de la cité.

18Ces nouveaux venus, modernistes ou populistes, veulent se poser comme les représentants des communautés — à ce titre, ils jouent les bons offices et sont souvent consultés par le mandataire ou intégrés dans des postes administratifs — quand, hors de leur structure traditionnelle, les communautés ne sont plus que des groupes hétéroclites, et que, hors des assemblées communautaires et des majlis ottomans, les chefs ne parlent plus que pour eux-mêmes. D’où leur succès très relatif, car sans assise large, ils n’arrivent pas à s’imposer face au Pouvoir ou face à l’élite rurale. En retour et contrairement aux anciens notables, ils n’offrent pas grand chose à leurs communautés. Récupérés et sans cesse contestés, ils précipitent l’effritement de la société. Différents courants de mécontentement émergent alors dans les quartiers et parmi toutes les couches sociales. Sans impact à cette date, ils vont, toutefois, jeter les bases idéologiques et les mots d’ordre de partis politiques qui apparaîtront dans les années 1930.

D’une économie marchande à une économie de services et de rentes

  • 38 Une action est simultanément menée pour contrer l’influence des missionnaires allemands, américain (...)
  • 39 Pour une revue historique rapide de la genèse du système bancaire au Liban et de l’éviction des ba (...)
  • 40 La Bourse de Beyrouth est créée dès 1920.
  • 41 Cf. Ducruet 1964 et Couland 1970. Parmi ces sociétés, notons la Banque de Syrie et du Liban, le Cr (...)
  • 42 On lira les performances économiques de ces sociétés, ainsi que des études de marché et de la monn (...)
  • 43 Malgré un retour en arrière de trois siècles, Dubar et Nasr (1974) n’ont pas souligné ce passage f (...)

19En parallèle, dès 1920, et sans attendre l’organisation politique du nouveau pays, on voit fonctionner tous les mécanismes qui tiennent de plus en plus à faire du Liban, et simultanément des États de Syrie, sinon des colonies, du moins des États dominés. Étendant leur territoire économique, de nombreuses maisons françaises de commerce et de crédit s’installent à Beyrouth et s’organisent pour capter le commerce et la production de l’arrière-pays syrien. Elles évincent lentement de Syrie fournisseurs et créditeurs anglais, allemands ou italiens38, et marginalisent le rôle des Beyrouthins, marchands et banquiers, dans l’économie39. Elles transforment Beyrouth en une place transitaire et bancaire, créant un secteur moderne de services qui effectue une forte percée et devient le secteur économique prédominant40. Mises à part les anciennes sociétés concessionnaires engagées dans les services publics depuis le temps des Ottomans, un nombre important de compagnies françaises d’assurances, de transports, d’agences immobilières et de bureaux d’études ouvrent leurs portes à Beyrouth41. L’Association française des Commerçants de Syrie est aussi fondée et une exposition, la célèbre Foire de Beyrouth, est organisée pour relancer le commerce et promouvoir les produits français42. Quelques anciens commerçants beyrouthins et, surtout, des nouveaux venus que l’on désigne par « hommes d’affaires », saisissent ces opportunités et deviennent agents-représentants de maisons françaises. De même, des sociétés commerciales intermédiaires, qui opéraient à Saïda, Tripoli ou Zahleh, transfèrent à Beyrouth, la capitale, le siège central de leurs activités. En situation de dépendance, cette catégorie économique naissante, dont les activités sont concentrées dans le commerce et les services, forme l’embryon d’une véritable bourgeoisie compradore qui sert d’intermédiaire pour l’implantation et la reproduction des intérêts du capital étranger43.

  • 44 Menassa (1948) présente les bilans économiques nationaux de cette période et propose des solutions (...)
  • 45 Cette situation va se perpétuer après l’Indépendance et jusqu’à nos jours.
  • 46 Weber 1982.
  • 47 Bien que très imprécis, l’ouvrage de Safa (1960) reste la seule source disponible quant aux chiffr (...)

20L’économie de services gonfle, certes, parmi les autochtones les rangs de la classe moyenne salariée et souligne l’importance de l’élite instruite et spécialisée dans le fonctionnement économique de la nouvelle société. Elle attire aussi de l’extérieur des populations plus ou moins qualifiées. On assiste, néanmoins, à l’effondrement de l’artisanat arabe et des vieilles industries manuelles, tandis que le secteur industriel mécanisé et “moderne” n’est pas encore développé. Par ailleurs, l’économie urbaine, dans son ensemble, est en perte de vitesse. Excentrée et dictée par les intérêts français, elle présente un net déséquilibre sectoriel et ses revenus sont mal répartis. Elle est aussi concurrencée par le développement de la ville de Haïfa où opèrent maintenant les Britanniques. Le déficit est comblé par des activités rentières, les dépenses des troupes étrangères et les remises des émigrés44. Vivant de richesses produites ailleurs et par d’autres, et par rapport auxquelles les surplus engendrés par les soûq deviennent marginaux, la ville ne se nourrit plus de son centre mais des capitaux importés45. D’une ville de production, Beyrouth prend alors le mode, pour utiliser une terminologie wéberienne, d’une ville de consommation46. Les rentrées restent cependant insuffisantes, comme en témoigne l’émigration qui va dès lors aller en crescendo et, à la suite de la crise de 1929, atteindre un niveau très élevé47. Cette situation la fragilise : elle remet en cause sa capacité d’accueil au moment où, paradoxalement, des populations nombreuses, de l’ordre de 60°000 personnes environ (annexe 1), viennent s’y installer à la recherche d’emplois ou de sécurité, formant une masse de main-d’œuvre non qualifiée qui va habiter en marge de l’agglomération.

  • 48 Cf. Buheiry s.d., Couland 1964.
  • 49 Cf. Haut Commissariat de la République française en Syrie et au Liban 1921. Pour une analyse de ce (...)
  • 50 Young 1905-1906.
  • 51 Ces terres sont appelées waqf ghayr sahîh (Deguilhem-Schoem 1991, Said 1995).
  • 52 L’absence de politique de développement régional sous le Mandat apparaît dans les budgets des muni (...)
  • 53 Les Français et les Britanniques avaient promis l’indépendance à l’ensemble des minorités ethnique (...)
  • 54 Cf. Bou Nacklié 1991.

21Point d’ancrage de l’économie coloniale, Beyrouth devient par ailleurs le centre de rayonnement de la culture française. Il faut donc assainir cette “vitrine de la France au Levant”, l’embellir et améliorer ses contacts avec l’hinterland. En attendant l’étude de la reconstruction du centre-ville, d’importants travaux publics sont engagés : élargissement et ouverture de routes, installation d’égouts, de lignes téléphoniques et d’éclairage public électrique, développement des infrastructures portuaires, construction d’un aéroport, ouverture d’écoles et d’hôpitaux48... Beyrouth devient un énorme chantier. Des opportunités d’emploi inespérées s’ouvrent alors pour le petit peuple de la Montagne, aux abois depuis l’effondrement définitif de la sériciculture en montagne et la difficile reconversion de l’économie rurale ou sa restructuration autour des activités urbaines. En raison de la nouvelle loi sur les terres49, les grandes familles “féodales” et le clergé finissent, en effet, par acquérir en propriété privée les terres publiques beylîk ou ?mîrî50, et les terres mîrî cédées en waqf, qu’ils affermaient auparavant pour le compte de l’Empire51, poussant à l’exode paysans sans terre et petits métayers. Ainsi, comme tous les efforts français sont concentrés sur Beyrouth et son réseau de communication, il s’en suit un déséquilibre géographique dans le développement régional du pays52, qui entraîne vers la capitale une coulée humaine, encouragée par la construction et les perspectives d’embauche sur les chantiers ou dans les compagnies. D’autres personnes arrivent simultanément du nord de la Galilée, rebaptisée Sud-Liban, et des autres régions de la Palestine. Mais les populations les plus nombreuses à affluer sont les minorités ethniques du Moyen-Orient, Arméniens, Syriaques et aussi Kurdes. Victimes de l’ambiguïté et des limites des politiques coloniales de la France et de la Grande-Bretagne, elles viennent par milliers, tout au long des années 1920 et même après, se réfugier à Beyrouth53. Les Arméniens, clients de la France, représentent à eux seuls quelque 20°000 personnes auxquelles, en 1923, l’autorité mandataire accorde la nationalité libanaise. Après avoir morcelé l’espace arabe en petites entités, inventant à chaque parcelle une nationalité, la France favorise l’installation de populations allogènes dans le but de manipuler la composition communautaire de la capitale du Liban54.

Les débuts d’une mutation urbaine

  • 55 Sur la reprise de la croissance démographique après guerre et une évaluation des taux de natalité (...)
  • 56 Approximation obtenue par comparaison des différentes cartes du xxème siècle citées en bibliograph (...)
  • 57 Au sujet des familles de Râs Bayroût et de la vie de quartier pendant cette période, voir Rebeiz 1 (...)
  • 58 L’ampleur de l’urbanisation est visible par une observation comparée des cartes de 1919, 1929 et 1 (...)

22Par cet apport humain consistant, auquel s’ajoute l’effet de la croissance démographique endogène55, la ville se dilate et la zone résidentielle double presque de surface56. A l’Est, Achrâfiyyah s’étend sur la colline, Ghâbah s’étire vers Achrâfiyyah et vers Rmayl, et Rmaylah grandit aussi en poussant vers Ghâbah et Sayfï. Au sud, Râs al Nabi’ s’allonge encore le long de la rue de Damas alors que Mousaytbah et Mazra’a se densifient et s’étalent, tout comme Qantârî, ‘Ayn al Mraysah ou Râs Bayroût57, à l’Ouest. À la frange urbaine, on voit aussi apparaître une quatrième ceinture périphérique qui s’étend du côté est jusqu’aux environs du fleuve de Beyrouth, tandis qu’au sud, s’affranchissant du cadre devenu étroit des limites municipales, elle englobe Fourn al Choubbâk, ‘Ayn al Roummânah, Wata, Chiyyâh ou Mrayjah, d’anciens villages devenus maintenant des agglomérations importantes58. Toutefois, l’urbanisation n’exprime plus le développement — les immigrés n’étant pas là en raison de la croissance des réseaux de la ville et de son industrie ; elle est le produit de l’exode rural et de l’afflux de réfugiés. Au travers de la crise politique et de la domination économique, s’ébauchent alors des espaces urbains d’un genre différent, qui façonnent un visage inhabituel à l’agglomération. On assiste en effet à la double genèse de quartiers homogènes et des premiers bidonvilles de Beyrouth, qui s’organisent et prennent vite de l’extension. Truffant la quatrième ceinture périphérique, et même certains coins de la troisième, ils se distinguent du reste de la ville par leur morphologie et leur type de bâti.

23Les immigrés “libanais” se regroupent pour la plupart aux portes de la ville, et généralement selon leur lieu d’origine. Logeant dans d’anciennes maisons rurales réaménagées ou des constructions récentes, très modestes et en béton, construites le long de rues non pavées, sans voirie et aucun équipement urbain, ils constituent, ex nihilo ou à proximité d’une localité préexistante, des îlots confessionnels qui contribuent à l’homogénéisation progressive des espaces périphériques de la ville.

  • 59 Des renseignements sur la genèse de l’une ou l’autre de ces localités peuvent être glanés dans les (...)
  • 60 Au sujet de ce groupe particulier, voir Khayyat 1994.
  • 61 Sur la dynamique spatiale de ces quartiers et leur évolution future, lire Davie Michael F. 1991 et (...)

24Si les Maronites du Kesrouan ou du Nord-Liban s’implantent, de manière générale, dans le secteur entre Ghâbah et Rmaylah, ceux du Chouf peuplent surtout Fourn al Choubbâk et la localité voisine de ‘Ayn al Roummânah59. Les Chiites du sud du Liban s’installent par contre à Chiyyâh et dans ses entours, à Bourj al Brâjnah et autour de Mrayjah. Quant aux réfugiés arméniens, arrivés en grand nombre, en un laps de temps très court et en outre très démunis, ils sont installés, par les soins des Français, dans des camps de recasement à la Quarantaine (annexe 13). Cependant, d’autres Arméniens, sans doute plus chanceux, investissent le quartier de Ghâbah autour du siège de l’évêché arménien catholique60, alors que les Syriaques et les Assyriens, moins organisés et moins bien accueillis, s’entassent dans les parties les moins propices à l’urbanisation des quartiers est de la ville. Logeant dans un habitat construit de bric et de broc, précaire et insalubre, ils forment, à Hayy al Siriân, Karm al Zaytoûn, Housayniyyah..., des poches de pauvreté, que les citadins désignent avec dédain par hawch (campement, quartier insalubre)61.

25Ces mutations aux marges de la ville sont les signes annonciateurs d’un bouleversement urbain profond, d’autant que, au même moment, les Français enclenchent, dès 1920, la destruction de Bayroût al qadîmat, jugée sale et incommode, et planifient la mise en place d’un espace central neuf. Suite à ces transformations qui agissent simultanément sur le centre et sur la périphérie, l’harmonie urbaine préexistante est perturbée et l’on voit lentement apparaître à Beyrouth, à partir des années 1930, les premiers signes d’une ville du « Tiers- Monde » colonisé.

2. Beyrouth à la veille de l’Indépendance : la ville coloniale

  • 62 Cf. Degeorge 1994.
  • 63 Certes, des projets signés par de grands maîtres-d’œuvre, tels que Danger ou Ecochard, n’ont pas v (...)

26Mis à part le phénomène, devenu classique, des bouleversements à la périphérie, l’originalité de Beyrouth réside à cette période dans la transformation radicale du centre-ville. Loin d’être, comme à Damas, un espace figé, à l’image d’une époque révolue, et progressivement abandonnée à elle-même62, la vieille ville va disparaître au profit d’un centre rebâti en fonction des impératifs de l’économie et de la mission culturelle de la France auprès des Arabes du Levant63.

Le centre-ville remodelé par l’Armée et les ingénieurs français

  • 64 Nous avons décelé, dans le détail, les transformations du centre-ville durant le Mandat grâce au d (...)
  • 65 Pour une présentation sommaire des premiers travaux de construction, cf. Poupon 1928 et 1929. Pour (...)
  • 66 Il fut question, au début du Mandat, de la désigner par place Pasteur, sur proposition du Gouverne (...)
  • 67 En Syrie, ce style est appelé néo-ottoman. En Afrique du Nord, on désignera ce mélange de formes e (...)

27Bousculant les obstacles fonciers et institutionnels, le Mandat met Beyrouth à la norme française. Par ses moyens d’administration et d’organisation, il transforme la ville de l’intérieur64. Extirpant l’ordre urbain ancien, il fait figurer un nouveau type de centralité65. Le Pouvoir français occupe la gendarmerie et le petit Sérail et redéfinit le rôle politique de la place Hamidiyyeh, rebaptisée place des Martyrs66. Quelques années plus tard, la Municipalité est déplacée vers un bâtiment neuf, au vocabulaire architectural arabisant, toutes époques et régions arabes confondues67. Edifiée sur l’emplacement du Soûq al Fachkha, désigné maintenant par la rue Weygand, la Municipalité se réinstalle donc dans la vieille ville, en face de la mosquée al ‘Oumarî. Érigée à même le trottoir, sans jardin et sans place frontale ou toute autre forme de surface de dégagement, elle perd les symboles de sa fonction centrale.

  • 68 Durant cet intermède, la future rue Allenby fut appelée par la population Châri’ al Kharâb, ce qui (...)
  • 69 Un promoteur, Najîb Chakkoûr Bâchâ, avait soumis le contre-projet d’édifier ailleurs la ville nouv (...)
  • 70 Sur un crédit octroyé par une maison française, la Municipalité construit d’abord deux immeubles m (...)
  • 71 Sur l’origine militaire et la symbolique du plan en étoile, voir Ragon 1995.
  • 72 Les rues Allenby et Foch remplacent les soûq al Toujjâr (les agents commerciaux), al Khamâmîr (les (...)
  • 73 Ou l’heure solaire, en usage à l’époque précédente pendant laquelle le lever du soleil marquait le (...)
  • 74 Il était d’abord question d’ériger le Parlement sur les deux parcelles de terrain occupées par la (...)
  • 75 Sur l’éviction des anciens commerçants, des artisans et des boutiquiers, et les retombées sociales (...)
  • 76 La publication de Daher (1994). qui présente une série de photographies sur le centre-ville, reste (...)
  • 77 Les soûq étaient bordés de boutiques étroites et très peu profondes. Le marchand, souvent un artis (...)
  • 78 Les mahallât ottomanes du Beyrouth-municipe avaient été regroupées en 12 secteurs, des entités plu (...)
  • 79 En revanche, le projet de construire un chemin de promenade, le long du bord de mer à ‘Ayn al Mray (...)

28Le Mandat fait également le ménage à l’intérieur de la vieille ville, déjà déstructurée par les percées ouvertes à la veille de la Première Guerre pour désenclaver la zone du port, et laissées en l’état68. Engageant la ville dans un processus d’occidentalisation qui œuvre dans le sens d’une ouverture aux idées urbanistiques françaises, un plan d’urbanisme, d’un montant de 1 200°000 livres or et baptisé “Beyrouth en cinq ans”, est conçu et lancé69. Nivelant la totalité de l’espace entre les deux percées ottomanes, à l’endroit même des soûq arabes et de leurs constructions en pierre et à l’aspect terne, un centre moderne est érigé, une production éclectique aux couleurs vives, utilisant les techniques récentes du bâtiment. Tout le secteur méridional de la ville intra-muros, ainsi que le secteur du Port, avec leur résille de ruelles, leurs marchés et leurs ateliers, disparaissent70. Pour améliorer la circulation, en automobile notamment, ils sont remplacés par un système radial d’avenues71 dont certaines portent le nom des généraux de la guerre72. Bordées de galeries et d’immeubles de rapport élevés, “style moderne”, ׂ“art déco”, “mauresque” ou de styles composites, elles convergent toutes vers la place de l’Étoile, au milieu de laquelle sera érigée, plus tard, une horloge qui mettra la ville à l’heure occidentale73. Sur le côté Ouest de la place, dans le style monumental moderne des années 1920, aux lignes géométriques simples, mais flanqué d’une porte “à la mamelouke” et d’une façade inspirée de l’architecture antique de l’Orient, s’élève le bâtiment du Parlement, symbole de la souveraineté de la jeune Nation libanaise74. Assorti de fenêtres étroites et élancées et privé d’espace frontal favorable au rassemblement ou à la simple flânerie, ce bâtiment a tout l’air d’un temple fermé aux regards extérieurs et à la population. De la sorte, les deux symboles du pouvoir local, le Parlement et la Municipalité, coupés de leur base, sont réinstallés dans la vieille ville soigneusement “nettoyée”, car, avec les soûq, le petit peuple est aussi évacué75. Quelques soûq anciens, celui des joailliers, des légumiers, des fromagers, des bouchers et d’autres, émigrent en effet vers le secteur de Soûq al Noûriyyah, seul rescapé de cette grande œuvre de remodelage ; d’autres disparaissent définitivement. À leur place, dans des locaux “modernes”, larges et hauts, des commerces s’installent au niveau de la chaussée, tandis que des bureaux et des locaux professionnels, mais surtout des banques et des agences, occupent les étages. Non loin, au sud, est construit un théâtre et à l’ouest, au pied de la butte du grand Sérail, le centre de commandement des troupes françaises et la résidence du Haut-Commissaire, commence à prendre corps le secteur financier aux mains des étrangers76. Le cœur historique de la cité est ainsi gommé, survivance des époques passées, résidu des deux phases urbaines précédentes, celles des villes arabe puis méditerranéenne des xviiième et xixème siècles. Plus qu’un cadre matériel, Beyrouth perd la majeure partie de ses espaces de convivialité, ses foyers traditionnels de la diffusion et de la communication77. D’ailleurs, comme par anticipation de cette mutation, elle avait déjà été dépouillée, lors du redécoupage administratif de 1921, de son appellation juridique ancienne, Bayroût al qadîmat, madînah ou qasabah, au profit d’un toponyme à connotation économique, Hayy al Marfa ‘ ou quartier du Port78, et réduite ainsi à sa partie congrue et “utile” pour la France, le port. Le nouvel espace qui naît est, en effet, différent de l’ancien. Il est moins public ou autrement public. Réservé à des groupes particuliers, il établit moins d’interférences entre les différentes strates de la population. Il autorise, certes, de nombreux contacts, mais du fait de sa structure et de sa vocation, ceux-ci sont moins larges et davantage unidimensionnels79.

29L’avocat, l’ingénieur, le médecin et l’homme d’affaires partagent à présent l’espace central avec le commerçant, grossiste ou détaillant, qui se réserve toutefois l’espace des soûq du nord-ouest qu’il a engendré à la fin du siècle dernier. Piégé par l’omniprésence militaire et financière de la France, cet espace réservé aux autochtones n’est, en somme, qu’une centralité de façade, certes moderne d’allure, mais vide de signification. Liée à la France et à ses intérêts propres, cette modernité, d’où sont marginalisés le petit peuple et tous ceux qui ne tirent pas profit de cette situation, n’induit pas de rapports entre progrès économique et progrès social et politique, entre démocratie et développement.

30A ce déséquilibre qui se manifeste au cœur de la ville, répondent des disjonctions en périphérie entre, d’une part, les nouvelles et les anciennes extensions urbaines et, d’autre part, à l’intérieur même des faubourgs de l’ancien ordre.

Banlieues et anciens faubourgs

31Sous ce rapport, il faut d’abord noter que les extensions urbaines récentes, qui représentent un étalement spatial important, ne constituent pas un développement continu mais une rupture soudaine, remarquable tant par leur composition humaine que par leur aspect physique et matériel.

  • 80 Lisân al Hâl du 23 février 1921.
  • 81 Relevons que Mdawwar, Achrafiyyah et Mazra’a ont annexé respectivement Rmaylah, Qîrât et Râs al Na (...)

32Il ne s’agit plus, comme dans le passé, de villages tranquilles ou d’espaces cultivés en cours d’urbanisation et évoluant lentement vers un melting pot urbain composé d’autochtones et d’immigrés nouveaux ou de longue date, et d’origines très différentes. La vitesse d’urbanisation étant supérieure à la vitesse d’intégration, la ville ne peut plus assimiler rapidement la masse humaine formée de ruraux et de pauvres, et agglutinée à ses portes. Ce sont, au contraire, les nouveaux venus qui prédominent en banlieues et contribuent à transformer leur organisation sociale préalable. Par leurs pratiques sociales et leur vision propre du monde, ils octroient à ces lieux un caractère singulier. Cependant, l’exode ayant touché principalement les chrétiens, les mutations les plus décisives vont s’inscrire à l’est et au sud-est, et ne toucheront de manière effective les banlieues méridionales qu’après 1950, avec l’arrivée, en raison du conflit israélo-arabe, de villageois en majorité chiite du Sud-Liban. Ainsi, Karantînâ, Rmaylah, Housayniyyah, les marges de Sayfî, de Ghâbah et d’Achrafiyyah, tout comme Fourn al Choubbâk et ‘Ayn Roummânah et la périphérie de Mazra’a deviennent des espaces fortement marqués par des identités religieuses et ethniques. Confessionnellement et socialement homogènes, ces zones d’installation sont la négation même de la ville, que la mixité a depuis toujours caractérisée et qu’elle caractérise encore durant le Mandat. Preuve en est la répartition des moukhtâr dans les différents quartiers de la ville. La liste qui en est établie suivant le redécoupage administratif de 192180 indique en effet une présence chrétienne suffisamment importante dans les quartiers dits “musulmans” pour justifier la nomination de moukhtâr chrétiens dans ces endroits81. A titre d’exemple et quoique le nombre de musulmans dans les quartiers orientaux reste réduit, elle dévoile une occupation maronite notoire à Bâchoûrah et Mînat al Housn, et une perpétuation de la présence orthodoxe à Marfa’ (la vieille ville), Mazra’a, Mousaytbah et Râs Bayroût.

  • 82 Hormis les cartes postales d’époque, l’ouvrage de Ruppert (1969) est la seule documentation global (...)
  • 83 Pour une étude de l’architecture domestique du Mandat, voir Saliba 1996.
  • 84 Pas loin, dans le secteur de Raml (les Sables ), quasiment vide à cette époque, il était question, (...)
  • 85 Cf. Debbas 1994.

33Ces nouvelles zones de peuplement se distinguent par ailleurs des anciennes par l’aspect et la structure. Loin d’elles, en effet, dans les vieux quartiers bourgeois proches du centre, à Santiyyah/Mînat al Housn, Zouqâq al Blât, Qîrât et Rmayl, l’ancienne aristocratie urbaine et la bourgeoisie continuent de mener leur train de vie habituel dans un espace résidentiel riche et aéré. Dans ces quartiers, qui conservent leur aspect traditionnel jusqu’aux années 1960, la maison familiale à hall central résiste au mouvement démographique et continue à prédominer82. Cependant, comme la densifïcation des anciens quartiers de standing moyen, Sayfî et Bâchoûrah et des quartiers de croissance récente, Râs Bayroût ou Achrafiyyah, est forte, une nouvelle forme de bâti apparaît. Mais la maison aux trois arcades ne disparaît pas totalement. Elle garde son jardin et sa structure, mais perd son toit rouge, s’élève en hauteur et s’habille de couleurs gaies, douces ou vives, rose, jaune, ocre ou blanc immaculé. Ces habitations à quatre étages sont construites dans le type traditionnel, certes revu et corrigé. Car l’architecture prend parti de l’introduction de nouvelles techniques et de matériaux de construction : l’industrialisation de certains éléments de décor, et surtout le béton armé, qui évince la pierre locale en ramlah et autorise l’adjonction d’une véranda qui remplace l’étroit balcon. Elle permet aussi la façon de belles façades de style romantique qui vont donner un cachet particulier à l’architecture du Mandat83. L’organisation fonctionnelle ancienne est, toutefois, maintenue, tout en introduisant l’idée de locataires aisés nécessairement étrangers à la cellule familiale. A Mazra’a et Mousaytbah, l’habitat reste cependant plus traditionnel avec, comparativement, des constructions élevées moins nombreuses84. Quant aux quartiers de la périphérie immédiate du noyau central, Ghalghoûl par exemple ou encore Wâdi Aboû Jmîl, les documents iconographiques attestent, là aussi, de l’élévation en hauteur des constructions85. Par ailleurs, la voiture est partout introduite, on généralise les vêtements à l’occidentale et les noms européens. Simultanément, la francophonie se répand et devient un fait de société.

  • 86 Sur le budget municipal de 1929, voir Ritsher 1932.
  • 87 Cf. Davie et Nammour 1995.
  • 88 La Montagne a préservé ses privilèges, en matière de fiscalité, jusqu’au début des années 1930 (Za (...)
  • 89 Cette réalité persiste encore aujourd’hui.
  • 90 Pour une comparaison entre les budgets des différentes municipalités libanaises, voir Ritsher 1932

34Par contre, en signe de malaise économique et social, des constructions de qualité médiocre et sans architecture particulière prédominent dans les banlieues. Les maisons aux trois arcades sont rares, tout comme les beaux immeubles neufs, de quatre étages et au goût de l’époque, qui parsèment depuis peu l’ensemble des autres quartiers. Souffrant aussi d’une déficience en équipements urbains et sociaux (routes asphaltées, jardins, dispensaires, écoles...), ils dénotent d’un laisser-aller des services publics et avoisinent, en outre, les camps de réfugiés ou les bidonvilles en gestation dans ces secteurs (annexe 13). La Municipalité de Beyrouth, occupée par la politique de reconstruction des Mandataires, s’intéresse exclusivement au centre-ville, au développement du port et des moyens de communication. Ne réglant que de petits problèmes de voirie et d’égouts, elle se contente de gérer le quotidien et manque d’une vision urbaine globale pour réglementer le peuplement et veiller à l’assistance sociale en aménageant l’espace. La part du budget consacrée à l’instruction et aux prestations sociales est minime, comparée aux sommes dépensés par ailleurs86. Quant aux projets urbanistiques ou de développement, la Municipalité s’en décharge sur les autorités françaises87. De toute manière, celle-ci échappe dorénavant au contrôle des citadins et à celui des habitants des banlieues en particulier. Les Beyrouthins sont maintenant exclus de la représentation dans le Conseil municipal dont les membres ne sont plus élus comme au temps des Ottomans, mais nommés en récompense de leur fidélité à l’occupant. Quant aux banlieusards, comme ils restent pour la plupart domiciliés à la montagne en raison du fisc88, ils sont “invisibles” pour l’administration, malgré une présence effective et définitive en ville89. De surcroît, des localités importantes telles que Fourn al Choubbâk, dont le sort est à présent intimement lié au développement de l’agglomération beyrouthine, sont maintenues hors des limites municipales. Certes, vers 1927, elles sont dotées de municipalités propres, mais les crédits qui leur sont alloués sont dérisoires par rapport à l’importance et aux besoins de leur population, et à l’indigence qui sévit dans les îlots d’immigrés et de réfugiés90.

35Quant aux communautés, appauvries par la guerre et le désordre politique et territorial qui a suivi, elles manquent de moyens et n’apportent aux nouveaux arrivés qu’une aide insuffisante par rapport à la demande. D’ailleurs, elles offrent peu, durant cette période, aux citadins eux-mêmes. Le problème est encore plus crucial au sein des communautés maronites et arméniennes dont les réseaux en ville ne sont pas assez développés : d’implantation récente, leurs institutions caritatives et éducatives ne sont pas nombreuses. Comme la Municipalité, elles s’en remettent aux étrangers, les missionnaires ou les autorités françaises. En tout cas, au plan légal, les communautés ne forment plus des organes administratifs officiels chargés des affaires sociales et publiques. Pour la population, l’aide octroyée prend en conséquence l’aspect d’une faveur, non plus d’un droit. Déresponsabilisées, les communautés ne sont plus que des architectures sans contenu, des hiérarchies insolidaires de leurs ouailles, qui confient leurs prérogatives à des organismes extérieurs.

Le clientélisme

  • 91 Couland 1994
  • 92 Sur la formation de ce Parti, voir Couland 1970 et Bashaer 1980.

36Délaissés par les institutions publiques et sociales, les habitants des banlieues sont aussi en marge des secteurs dynamiques de l’économie urbaine. Certes, beaucoup réussissent car l’inflation urbaine a provoqué la floraison de mille petits métiers (boutiquier, intermédiaire, contremaître, technicien...), qui les ont amenés à s’embourgeoiser. Cependant, la majorité bute contre la stagnation économique et l’optimum urbain qui lui est conséquent, les emplois offerts étant précaires ou de deuxième ordre (domestique, balayeur, gardien, commis, ouvrier...), sinon inexistants. L’entraide familiale spontanée s’installe alors et des associations populaires (mouvements de jeunesse, sociétés de bienfaisance, amicales de village ou de quartier, clubs sportifs) voient le jour. Elles offrent secours et solidarité, en réponse à la crise de l’emploi, du logement et même des loisirs, et deviennent, à ce titre, des filières vitales d’accès à l’embauche ainsi qu’aux services et aux équipements de la ville. Salutaires pour l’individu ou le ménage, ces mouvements restent cependant de petite envergure et inopérants au niveau d’un quartier ou d’un large segment de la société. Activés par des initiatives familiales et des attaches de village, ils opèrent au travers du système de la débrouille et de l’informel, sans liens réels entre eux ou avec des syndicats professionnels rattachés à un secteur public ou économique. Perçus comme un facteur de désordre public, ces derniers sont de toute manière interdits91, comme l’a été jusqu’en 1936 le jeune Parti communiste qui en est issu et qui tente maintenant de s’élargir92.

  • 93 En l’occurrence B. al Khoûrî, un notable du Mont Liban et É. Iddah, un émigré retourné au pays.
  • 94 Pour une présentation sommaire de ces partis, voir Suleiman 1963, Hudson 1968 et Aboujaoudé 1985. (...)

37Eu égard à leurs capacités limitées, familles et associations sont en outre amenées, dans la course aux postes publics et aux emplois dans les compagnies, à se réclamer des za ‘îm de la ville ou de la montagne, généralement du même rite et dont elles deviennent clientes. Depuis le milieu des années 1930, ces derniers sont polarisés autour de deux partis politiques rivaux dans la course pour la Présidence, Al Doustour (le Bloc Constitutionnel) et Al Koutla al Wataniyya (le Bloc National), et représentent, pour elles, un recours obligé d’accès au travail ou un service public. Elles se prévalent donc d’identités confessionnelles, mais qui ne sont que des ruses d’accès à la centralité, sans lien concret avec les communautés et les quartiers en tant que collectivités. Il en résulte alors un dysfonctionnement dans le rôle de la communauté en milieu urbain et une perversion du sentiment communautaire : dernier maillon public d’ancien régime, cet organe collectif est détourné en instrument au service d’intérêts particuliers. Quant à l’engagement partisan, comme il sert de recours à des gains individuels et non pas à faire aboutir des exigences collectives d’utilité publique (amélioration du cadre de vie, développement local, industrie...), il conduit à une atomisation politique de la société banlieusarde. Et cela d’autant plus que ces deux partis politiques ne sont, en réalité, que des alliances tactiques qui polarisent, autour d’une personnalité nécessairement maronite93, les opportunistes citadins et l’élite montagnarde des différentes confessions, qui en sont les clients94.

  • 95 Sur la rationalité de ces clans, lire Giappessi 1974

38Ces personnes sont généralement étrangères à la ville. Mais comme le confessionnalisme et le nouveau territoire légitimisent leur action dans la capitale, Beyrouth devient le lieu d’exercice de leur autorité. Leurs formations n’ont d’ailleurs ni doctrine politique, ni projet social ou programme d’action ; ce sont des coalitions hétéroclites, des clans dont le but est le pouvoir et ses privilèges. Pour y arriver, ces personnalités usent de leur ancien statut en Montagne (membre du Conseil administratif de la Montagne, chaykh de village ou ancien mouqâta’ji, de leur richesse foncière, de leur audience familiale ou communautaire, de leur fidélité à l’occupant ou de l’appui du clergé, et s’entourent aussi d’hommes d’affaires, de banquiers, de personnages célèbres et de faiseurs d’opinion95. Leur pouvoir étant donc autonome par rapport à la base, les habitants des banlieues et leurs revendications, tout comme la population urbaine en général, ne sont que des données secondaires à leurs stratégies.

39Nés spontanément et en réponse au mal-vivre des immigrés, les réseaux d’entraide en banlieue reflètent finalement moins la cohésion que le repli. Aliénés par le confessionnalisme politique et le clientélisme dont les mécanismes contredisent les tentatives populaires de rapprochement, ils ne posent pas les prémices de formations sociales jeunes et vigoureuses, mais favorisent le retranchement dans des circuits parallèles privés, induisant l’effritement des liens politiques et annonçant la difficile restructuration de la société urbaine.

40Cette situation est particulièrement critique pour les Maronites, qui attendent beaucoup de la France et du régime institué qui devaient garantir leur entrée dans la cité, mais qui, paradoxalement, ont enclenché le déclin de la ville et limité les possibilités d’intégration dont ils vont être les premières victimes. Car, tous comptes faits, les autres communautés, sunnite, grecque-orthodoxe et grecque- catholique, résistent relativement mieux au plan individuel grâce à un potentiel économique hérité de la prospérité passée de la cité qui est leur berceau originel. Quant aux Arméniens, certes en situation plus précaire, ils maintiennent, néanmoins, une cohésion exemplaire, ayant importé avec eux l’organisation de la millat ottomane, avec assemblée représentative et partis politiques structurés depuis plusieurs décennies. Leur solidarité est encore renforcée par un sentiment d’identité collective issu du profond traumatisme des génocides et déportations depuis 1916.

  • 96 Sur l’éphémère République assyrienne dans le nord de l’Irak, consulter Vernier 1963
  • 97 Sur le sort de ce sandjaq, voir Yérasimos 1988
  • 98 Cette attitude française incitera des personnalités maronites, telles que le président Iddah, à un (...)
  • 99 Sur les hésitations de la France concernant le territoire, voir Zamir 1985.

41Si donc, pour les Maronites, le projet du grand territoire a réussi, l’expansion ne se présente pas pour tous comme une solution. L’impasse économique bloque les ambitions au moment où la présence à Beyrouth des autres communautés, que la ville doit aussi intégrer, pose problème. D’autant plus que le flux de migrants originaires des pays voisins ne s’est pas arrêté : Assyriens et Chaldéens d’Irak96 et de Perse après l’échec, en 193297, du projet britannique d’une République chrétienne dans le nord de l’Irak ; Grecs-orthodoxes, Syriaques et Kurdes du Sandjaq d’Alexandrette, un territoire syrien cédé par la France à la Turquie en 1939... Ainsi, en dépit d’un afflux important à Beyrouth, les Maronites ont du mal à s’affirmer démographiquement et ne font pas le poids face à l’ensemble des autres communautés, elles aussi gonflées d’immigrés. Certes, le recensement de 1921, effectué pour répartir les fonctions entre les communautés en proportion à leur effectif, leur a permis d’accaparer le plus grand nombre de postes dans l’armée, la gendarmerie, la douane et la municipalité, et d’assurer à travers la fonction publique une part dans l’administration de la ville. Cependant, hormis ces avantages, ils restent dans l’ensemble en dehors des circuits moteurs de l’économie qui se trouvent aux mains de la France et de la nouvelle bourgeoisie. De plus, en ville, leur Église n’est pas la seule autorité. Quant à la France, elle se compromet aussi à leurs yeux puisque, pour s’imposer, elle compose souvent avec les autres groupes, allant même jusqu’à remettre en question l’intégrité du territoire98, envisageant par exemple la rétrocession à la Syrie de l’indomptable ville de Tripoli et de son arrière-pays99. Laissés à la dérive par un projet et un système dont la philosophie première est leur survie et leur bien-être, de nombreux Maronites rejoignent d’autres citadins, des laissés- pour-compte aussi, dans de nouveaux partis politiques et attendent d’eux ce que la ville et la France ne leur ont pas donné.

Aux marges de la société, de nouvelles idéologies

  • 100 Parmi les nombreux mouvements politiques et les organisations de jeunes qui sont apparus durant le (...)

42Sensibles aux slogans neufs, socialistes et nationalistes, de ces jeunes formations politiques, qui opèrent depuis peu parmi la petite et la moyenne bourgeoisie et même en Montagne, banlieues et anciens faubourgs leur offrent hommes de mains et sympathie : al Hizb al Qawmî al Soûrî (le Parti National Syrien), al Kataib al Loubnâniyya (les Phalanges Libanaises), al Najjâdah (les Secouristes), le Parti Communiste100, etc. En retour, ces partis investissent dans ce terreau fertile des idéologies radicales, qui prônent nationalismes étroits et populisme à l’instar des sociétés européennes de l’entre-deux-guerres, et en rupture avec la culture urbaine traditionnelle. S’ils n’arriveront jamais à leurs fins, ils en tireront pour le moins la force nécessaire pour se maintenir, de manière permanente, dans le paysage politique libanais. De ce tandem va d’ailleurs naître un comportement spécifique aux marges politiques de la société. Il continuera à y faire son lit après l’Indépendance et jusqu’aujourd’hui.

  • 101 Cf. Yamak 1969.

43Fondé par les milieux qui gravitent autour de l’Université américaine de Beyrouth, le Parti National Syrien milite pour une “Grande-Syrie” unie dans ses frontières historiques et géographiques101. S’étant pris au jeu du nationalisme territorial uniformisant, il clame un syrianisme utopique, reniant l’appartenance communautaire et rejetant l’héritage arabe, deux identités manifestes aux yeux de la population. Du coup, il réduit son audience. En raison des circonstances, le parti est semi-clandestin. Il recrute parmi les classes moyennes citadines et immigrées, et toutes confessions comprises, quoique l’élément chrétien prédomine dans sa direction. S’il est présent dans l’ensemble des quartiers, c’est à Râs Bayroût qu’il est le mieux implanté, ainsi qu’à Qîrât, Achrafiyyah et Mousaytbah.

  • 102 La première apparition publique du PNS date de 1935 et celle des Najjâdah de 1936.

44Les Najjâdah (sauveurs, secouristes) sont un mouvement de scouts musulmans qui se transforme en parti politique armé et structuré, opposé à la fois à l’occupant et à la séparation totale du Liban de son environnement syrien et arabe. Cependant, en réaction à l’accaparement des postes publics par les Maronites et à la politique française favorable à ceux-ci, il vire de l’arabisme vers l’islamisme, ne s’occupant que des droits usurpés aux musulmans dans l’appareil étatique. Malgré l’appui de quelques personnalités grecques-orthodoxes, il n’accroche pas la population chrétienne qui ne trouve pas de place pour elle dans son discours et dont il ne tient pas compte dans ses contacts. Il ne rallie pas non plus le leadership musulman traditionnel et sa suite, qui redoutent une jeunesse arrogante et organisée, éventuellement prédatrice. Dirigé par les fils frustrés d’anciens notables sunnites, sa base sociale est la petite et la moyenne bourgeoisie musulmane, toutes deux urbanisées de très longue date. Mais il mobilise aussi auprès du tout petit peuple musulman de ‘Ayn al Mraysah, Mousaytbah et surtout Basta et Bâchoûrah où il parade les jours de fête, tant et si bien qu’il va finir par s’approprier ces lieux, même si, là, opèrent également d’autres za’îm urbains. C’est, en effet, de Basta et Bâchoûrah que partent la plupart des émeutes populaires qui envahissent l’ancienne rue de Saïda descendant jusqu’à Bâb Ya’qoûb pour tenter de rejoindre la place des Martyrs102.

  • 103 Sur la genèse de ce parti et son évolution d’un mouvement sportif en formation paramilitaire puis (...)
  • 104 Cf. Sawda 1924. Y. Sawda était un activiste du Al Ittihad al Loubnânî (l’Union Libanaise) du Caire (...)
  • 105 Y. Sawda a repris, pour le Liban, la démarche historique adoptée par H. Lammens pour la Syrie. Ce (...)
  • 106 Sur l’origine et l’analyse de la pensée de Y. Sawda, voir Tabar 1994

45C’est le Parti des Phalanges Libanaises qui reste, toutefois, le plus insolite dans le paysage politique urbain de cette époque, et d’ailleurs le plus chargé en conséquences pour l’avenir. Fondé par des immigrés chrétiens de la deuxième génération, de la jeunesse chrétienne francophone issue de la classe moyenne, ce parti se veut organisé et moderne, capable d’encadrer les masses populaires et de les transformer en un mouvement patriotique exemplaire. Face au pouvoir des clans et des “féodaux”, ordonné selon des relations d’interdépendance personnelle et confessionnelle jugées archaïques, il se veut un instrument de progrès qui enseigne les vraies valeurs, celles de la Nation et du citoyen, de l’amour de la liberté et de la dignité103, les seules qui permettent, d’après lui, la naissance d’une conscience purement libanaise. Rêvant d’un cadre national unitaire, une sorte d’addition arithmétique de citoyens égaux et nettement définis, il considère de son devoir de définir et de défendre l’intégrité du Grand-Liban et sa séparation totale de la Syrie. Pour fonder sa doctrine, il puise dans les écrits de Y. Sawda — un avocat maronite qui réinterprète l’histoire pour justifier la prévalence de sa communauté — la légitimité du pays dans ses frontières naturelles et historiques104. Après un passage obligé par l’histoire de la Phénicie pour prouver l’originalité du peuple libanais vis- à-vis de son environnement syrien et arabe et pour dévoiler les aspirations nationales premières du Liban phénicien, Sawda passe en revue les grandes étapes du passé de ce pays105. Il ne manque pas, chemin faisant, de développer les principes qui justifient les annexions territoriales, tout en occultant à cette fin dans son enquête historique, l’histoire des trois quarts de la population libanaise, celle du sud et du nord du Mont Liban lui-même, et des régions périphériques nouvellement acquises. Le Grand-Liban serait ainsi l’issue logique d’une continuité libanaise dans le temps106, un projet débuté à l’âge du fer et achevé en 1920 par le soin des Maronites, la communauté dominante qui lui a donné son identité et qui doit donc le diriger pour préserver ses particularités. Du coup, il établit le confessionnalisme comme une nécessité vitale pour la coexistence entre les communautés, même s’il le dissimule soigneusement sous une étiquette contemporaine : le pluralisme.

  • 107 Il semble aussi que certains membres de ce parti aient suivi un entraînement militaire sous les co (...)
  • 108 Les manifestations ne tourneront contre la France que dans un deuxième temps. Sur les revirements (...)
  • 109 D’abord tolérées et même encouragées par les Français pour faire contrepoids avec la rue musulmane (...)

46Par cette gymnastique intellectuelle insidieuse, qui a d’ailleurs amené l’Église maronite, l’élite de la Montagne et désormais les Phalangistes, à s’approprier l’histoire du Grand-Liban, toute contestation de l’ascendance de cette communauté devient une menace contre le pays, et inversement. Mais pour les Phalanges Libanaises, qui poussent à l’extrême cette logique pour en tirer une légitimité, toute remise en question du Liban, de ses frontières ou de l’organisation politique établie, est considéré comme une attaque directe contre eux, ses défenseurs vigilants. Ainsi, dans le même temps que le parti jette les bases du nationalisme libanais, il s’en écarte et vire vers le maronitisme. Son libanisme n’est pas la recherche d’un terrain d’entente entre des groupes en désaccord sur des données nationales fondamentales telles que le territoire, la culture, l’identité et le type de coexistence ; il est l’expression d’une vision communautaire amplifiée et projetée sur l’ensemble d’un pays. Fortement associé aux valeurs et aux attentes de la communauté maronite, il épouse, à l’exemple du PNS, un modèle national aux règles prédifinies et jugées intouchables, qui écarte d’avance toute autre forme d’entreprise politique ou toutes possibles négociations et compromis. A travers ce prisme, les groupes qui véhiculent des projets politiques différents ne peuvent être que des adversaires à éliminer, par la force s’il le faut. Pour défendre un État libanais indépendant dans ses frontières “naturelles”, le Parti prépare ses adhérents au combat armé107. Pour viser à l’effet, il organise rencontres et conférences et lance parades et défilés en uniformes, avec drapeau, chants patriotiques et discipline impeccable. Du coup, le Parti s’exclut de toute entrée pacifique dans la cité. Il trahit ses idéaux premiers et trompe aussi sa base pour laquelle socialisme, nationalisme et laïcité voudront concrètement dire émiettement, sectarisme et adversité. Ses premières manifestations publiques se produisent au moment des négociations des traités franco-syrien et franco-libanais qui préparent, vers le milieu des années 1930, les deux pays à l’Indépendance. Elles ne sont pas dirigées contre l’Autorité108, comme le sont les révoltes depuis l’installation du Mandat, mais contre d’autres groupuscules politiques, pour faire rempart aux menaces d’union syro- libanaise ou de fédération arabe qui regrouperait l’ensemble des pays de la région. Précédées ou suivies de grèves et de contre-grèves109, elles dégénèrent en bagarres de rue avec les unionistes, les za‘îm urbains et leurs hommes, le Parti National et les Najjâdah, et à l’occasion avec les communistes “athées”. Si bien que la ville reçoit alors le baptême des troubles sectaires d’une nature qu’elle n’a, jusque-là, jamais connu. Ils éclatent à l’intérieur ou entre les quartiers pris en otage par des factions rivales, qui les déclenchent et auxquelles ils apportent en retour une reconnaissance, une légitimité.

Les anciens faubourgs : le théâtre de sensibilités opposées

  • 110 Ils mobilisaient chacun quelques milliers de personnes sur une population qui comptait alors 150°0 (...)
  • 111 Au début des années 1940, ce parti comptait quelques milliers d’hommes.
  • 112 Selon le découpage municipal de 1921, une partie du secteur est de l’ancien quartier Sayfî est ann (...)

47Englués dans des contradictions idéologiques, le PNS et les Najjâdah ne rallient chacun qu’un nombre limité d’adhérents110. Ils sont donc peu représentatifs de la population, quoique, dans ce contexte privé de démocratie, leur action dans la rue les fasse prévaloir aux yeux des autorités qui tiennent compte, en retour, de leur action. C’est aussi le cas des Phalanges Libanaises dont la confusion idéologique ne touche qu’une fraction minime de l’opinion publique111. Mais, à la différence des deux autres partis, les Phalanges n’ont pas de base populaire importante parmi la population urbaine proprement dite. Certes, des membres d’autres confessions y adhèrent, mais ils sont en nombre négligeable et ne sont de toute façon pas les délégués de groupes citadins. De la communauté maronite elle-même au sein de laquelle leur parti reste confiné, ils n’attirent qu’une infime portion, polarisant une jeunesse éprise de changements, mais aussi d’idéaux absolus, et une clientèle banlieusarde qui y trouve solidarité et protection : autant de raisons pour éloigner de ce parti exigeant la sympathie des politiciens traditionnels et même celle de l’Église qui craint un dépassement de son autorité, mais qui accorde cependant sa protection pour ne pas être laissée en reste. Ce parti n’est donc pas chez lui dans les anciens faubourgs. Toutefois, par des méthodes modernes de ralliement politique, il va lentement parvenir, à l’exemple des Najjâdah à Basta et à Bâchoûrah, à s’implanter dans certains espaces urbains, voire à se les approprier. Profitant de la concentration de la population chrétienne dans les secteurs est et sud-est de la cité, le parti se sert des quartiers orientaux proches du centre comme terrain d’action. Grâce à des comités de quartiers qui quadrillent le territoire, des campagnes de rumeurs, des rencontres et des activités sportives qui attirent la jeunesse, il tente de s’affirmer dans les anciens faubourgs petit-bourgeois, Sayfî, Ghalghoûl et Râs al Nab’112, et d’en faire le cadre habituel de ses activités. Installant la Maison du parti (bayt al hizb) d’abord à Mâr Maroûn, puis à la rue de Damas, il va ancrer dans les esprits une étiquette phalangiste à ces lieux.

  • 113 L’actuel site du Centre Culturel Français et de l’ancienne Ecole des Lettres.

48Mais c’est à travers la rue de Damas, théâtre de sa première manifestation publique, que le parti fait son entrée officielle dans la cité. Stratégiquement située, cette rue possède un “effet vitrine” particulièrement porteur, suivant un transect urbain représentatif des différents espaces constituants de la ville du Mandat. Partant de Fourn al Choubbâk, un noyau maronite de la banlieue sud-est qu’elle rattache par ailleurs à la ville, cette rue passe d’abord devant les espaces militaires et missionnaires français : les casernes de l’Armée du Levant, le Parc de l’Intendance113 et la Faculté de Médecine. Elle traverse ensuite les quartiers petits bourgeois de Râs al Nab’ et Ghalghoûl, longeant, d’une part, les îlots sunnites face à Basta et Bâchoûrah où défile généralement le camp opposé, et, d’autre part, le quartier bourgeois de Qîrât, pour atteindre enfin la place des Martyrs et l’espace du centre-ville stricto sensu. On se montre de la sorte aux Français comme aux citadins en général et aux “groupes d’en face” en particulier. Un peu plus tard, pour parader, le parti va aussi pratiquer la rue Jimmayzat, qui matérialise, à l’instar de la rue de Damas pour la banlieue sud-est, la percée de la périphérie est vers le centre de la ville.

  • 114 Pour une analyse de la formation de ces espaces idéologiques et leur évolution future, voir Davie (...)

49La première conséquence de cette dynamique partisane d’un nouveau style est la constitution des quartiers péricentraux de Sayfî, Ghalghoûl, Qîrât et Bâchoûrah/ Basta, en un espace politique tampon entre les zones périphériques et le centre de la ville. La conséquence suivante et plus importante est que le secteur situé entre les deux pénétrantes sud de la ville, les anciennes routes de Saïda et de Damas, devient progressivement le ventre mou de l’agglomération, donnant à la rue de Damas une dimension nouvelle et étonnante, celle de partager la ville en deux secteurs confessionnels, chrétien à l’est et musulman à l’ouest. Cette vision d’une ville coupée en deux est cependant plus “dans la tête” qu’une réalité concrète. Elle résulte d’une lecture confessionnelle des événements par les autorités françaises afin de justifier leur présence au Liban, parallèlement aux campagnes de rumeurs lancées par certaines factions, Najjâdah et phalangistes notamment, pour fidéliser la population. Il faut reconnaître, en effet, qu’il ne s’agit, des deux côtés de la rue, ni de territoires communautaires ni de ghettos confessionnels, mais d’espaces mixtes investis par des militants et par leurs idées, et ce en dehors de toute structure démocratique. Aux yeux de ces derniers, les quartiers, ou plutôt les parties de quartiers où ils militent, sont perçus comme des fiefs sous leur responsabilité. Ce sont les lieux d’affirmation de leur personnalité, de manière aussi acharnée qu’est forte en général l’indifférence de la population à leurs idées. Par ailleurs, il faut également signaler que les tensions existent tout autant entre les quartiers d’un même bord, entre Achrafiyyah et Sayfî par exemple, ou à l’intérieur de ceux-ci, à Achrafiyyah et à Mousaytbah, où des rixes entre gangs opposés éclatent mais sans dégénérer en émeutes généralisées. De toute manière, les Français veillant à l’ordre public, les premiers affrontements n’ont pas de suite et les quartiers qui longent la rue de Damas ne dégénèrent pas — à cette période du moins — en des espaces confessionnels en guerre civile ; d’autant plus que, au crépuscule des années 1930, s’engage le mouvement pour l’Indépendance qui rallie presque toutes les factions dans le but de libérer le Liban, ce qui donnera plus tard à ces forces prédatrices l’occasion de se doter d’une image dont le pays se serait bien passé, celle de héros de la Libération. Si, donc, la rue de Damas dessine, à partir de cette période, une fracture urbaine, celle-ci n’est pas humaine mais stratégique. Elle matérialise l’expansion spatiale maximale de l’audience des groupuscules qui commencent à dominer les quartiers situés de part et d’autre, et le champ d’efficacité optimal des moyens qu’ils ont mis en œuvre pour les contrôler114.

Ville, banlieues, Montagne

  • 115 Égouts bouchés, chaussées défoncées, hygiène publique insuffisante, éclairage déficient et plainte (...)

50Mais le visage politique des faubourgs beyrouthins de cette époque est plus complexe que le schéma sectoriel que nous venons de dégager. En fait, il est à l’image des bouleversements115 que la société connaît. Aussitôt les notables urbains évincés ou récupérés par l’élite montagnarde devenue centrale, ce sont les classes d’un rang social inférieur, citadines et immigrées, qui tentent de s’emparer du jeu politique ; l’initiative passe, irréversiblement et au fil des années, aux quartiers populaires et aux zones périphériques, après avoir été l’apanage des quartiers bourgeois rentrés maintenant en léthargie.

  • 116 Le projet prévoit le percement de trois artères dans le quartier du port, l’assainissement des soû (...)
  • 117 Une présentation générale de ces revendications est produite dans l’ouvrage de Saadoun (1994).
  • 118 En raison de son jeune âge et de sa taille tout compte fait réduite, comparée à celle de Damas ou (...)

51Cette descente116 du politique de l’ancienne bourgeoisie vers les classes inférieures et des quartiers nantis vers les secteurs modestes n’est sans doute pas, à cette date, nettement lisible, le poids politique des nouveaux groupes étant alors une donnée négligeable comparé à celui des autorités mandataires chargées de la sécurité et le pouvoir indigène allié. Elle se fait, toutefois117, au travers de moyens modernes de ralliement : activités sportives, parades et rencontres populaires, mots d’ordre nationalistes, devises à haute valeur morale. Elle implique aussi un nouveau type d’encadrement populaire : structuration en brigades et cellules actives, quadrillage du territoire à partir de quartiers généraux et de permanences secondaires. Elle introduit également des débats nouveaux, qui parlent d’indépendance, de développement économique, de perspectives de changements sociaux, de progrès et de modernité, et qui s’adressent au peuple et à la jeunesse, lui faisant sentir qu’ils participent à l’évolution des événements. Par suite, les mécanismes politiques habituels se transforment et font progressivement glisser les lieux du jeu politique urbain des anciennes institutions (conseil municipal, assemblées communautaires, conseils de notables, sociétés culturelles...) vers des espaces nouveaux (écoles et universités, clubs de jeunes, partis politiques, mais aussi domiciles de za’îm et, bien entendu, la rue). Cette politisation populaire permet de constituer une certaine force qui grignote le terrain des chefs de clans et érode l’audience de l’élite au pouvoir et la crédibilité de la protection française et de ses programmes de développement. Mais elle ne s’accompagne pas d’une éclosion démocratique. Étant donné l’écart entre ses mécanismes politiques et la réalité sociale, elle doit, au contraire, recourir au réseau de relations personnelles et informelles avec les nouveaux centres de pouvoir, et surtout aux bandes armées, pour assurer sa position et promouvoir sa volonté. Elle n’entame pas non plus des changements qui permettent la naissance d’une conscience collective nationale ou de classe, qui fasse basculer la cité vers un niveau de politisation supérieur. Car les idéologies antagonistes improvisées s’entrechoquent et dressent les habitants des quartiers les uns contre les autres et contre ceux de la périphérie. Nationalisme et modernité ne vont donc pas faire le chemin avec plus de libéralisme. Ce ne sont que des astuces de langage, des formules démagogiques qui n’empruntent le concept de citoyenneté que pour camoufler les coups de force entre des fragments de la société sur les lambeaux de territoire que sont devenus les quartiers. D’où la neutralisation mutuelle de ces jeunes groupes nés118 dans un milieu urbain dénaturé, et leur paralysie face à l’élite de la Montagne et ses associés bourgeois, véritable alliance bureaucratico-mercantile qui collabore avec le pouvoir étranger.

52Ainsi, nous ne sommes pas en face d’un schéma de lutte de classes ou de rivalités entre centre et périphérie. Car la question, à cette période, n’est pas de savoir comment la périphérie peut prendre le centre, mais laquelle des périphéries sera centrale après le départ des Français. La nuance est fondamentale car, à y regarder de près et une fois la souveraineté urbaine muselée, la bataille qui s’engage à la veille de l’Indépendance semble bien se faire entre des adversaires d’un même bord.

53En effet, la ville est aux prises avec deux logiques de pouvoir antagonistes et toutes les deux singulières à la ville : un pouvoir exclusiviste fort du poids de la Montagne, qui s’empare du centre, s’exerçant au nom de la religion et grâce aux immixtions des étrangers ; un pouvoir absolutiste, puissant du poids des faubourgs marginalisés, qui occupe les quartiers péricentraux, s’exerçant, lui, au nom de la Nation et en descendant dans la rue, par l’agitation et les manifestations. Étranger à la ville, le pouvoir montagnard est hors des circuits économiques, mais ses détenteurs cherchent, à travers la bureaucratie, à contrôler la cité pour assurer leur survie. Incontournable, elle leur assure des revenus permanents et la fidélité constante de la nouvelle bourgeoisie. En retour, ils sont en mesure d’assurer des emplois et des services à la base qui les appuie. Quant au pouvoir périphérique, il s’impose en ville par la force négative de ses moyens d’action. S’il ne peut faire fonctionner la cité, il a la capacité, en contrôlant la rue, de la bloquer, forçant les autorités à la négociation pour garantir travail et protection à ses adhérents.

54Face à ces formations jeunes et vigoureuses, le pouvoir urbain, anciens notables, bourgeoisie nouvelle, za’îm et autres personnalités influentes, n’est qu’un reliquat d’un type d’autorité maintenant dépassé. Handicapé par la colonisation, neutralisé par les groupuscules politiques agissant en périphérie, il est empêché de poser les prémices d’une nouvelle citadinité. Il opère maintenant, et opérera à l’avenir, en marge de la société puisqu’il ne réside plus dans les mécanismes naturels de gouvernement et du mode de représentation ; mais procède, comme les autres, de la force ou de la religion.

  • 119 Sur l’échec de l’État-Nation et les difficultés d’émergence de la démocratie dans l’ensemble du mo (...)
  • 120 Sur l’enlisement politique futur, en raison même de ce régime, voir Azar 1978 a et b.

55Dans ce contexte, les Français, affaiblis par les crises de la Troisième République, dans une Europe secouée par la Deuxième Guerre mondiale, n’arrivent pas à imposer leurs lois sur la Syrie et le Liban. Incapables de rétablir l’ordre, les ingérences britanniques aidant, ils accordent l’Indépendance à une république confessionnelle, dont la formule est consacrée par le Pacte de 1943. Plus qu’une alliance entre les communautés, ce Pacte exprime l’emprise de la Montagne sur la ville par le biais de la bureaucratie et à la faveur de contradictions entre les périphéries. Il confirme aussi l’imposition d’un ordre confessionnel archaïque né dans une montagne en crise sur une ville en pleine mutation et sous occupation. Ce partage inégal du pouvoir, en contradiction avec l’idéal républicain, et qui ne devait être que provisoire aux termes de la Constitution, est de la sorte reconduit. Legs du Mandat, il servira de fondement à l’avenir aux institutions publiques de la ville et à l’organisation étatique du pays119. C’est la fin, dans le droit, d’un ordre urbain, prélude à un antagonisme désormais persistant entre la logique de l’État et le système de la ville, et entrave majeure à toute reconstruction urbaine future120.

Le nouvel État et la ville

  • 121 À ce sujet, pour l’ensemble des pays arabes, cf. Ghalioun 1991

56Car, l’État ne se fera assurément plus avec la ville. Tel qu’il a été acclimaté au Liban durant le Mandat français, l’État national n’est pas un organe redistributif, émanant d’un pouvoir urbain fondé sur un système économique qui a ses lois et ses institutions. Il est instrument de pouvoir et source de richesse pour une élite rentière étrangère au fonctionnement de la cité, et plus soucieuse d’assurer sa survie politique que de gouverner et de rendre justice aux administrés121. Monopolisant le gouvernement à son profit par le jeu du confessionnalisme politique, cette élite va librement servir d’obstacle à la mutation économique, en freinant l’émergence d’une classe bourgeoise d’origine productive, capable de prendre en mains le système et de conduire le développement. Elle réduira donc la capacité intégratoire de la capitale, de même que celle des autres villes du Liban, limitant les chances de rapprochement entre les Libanais et, par voie de conséquence, les possibilités d’éclosion de la citoyenneté.

  • 122 Sur la fin de l’ordre urbain dans les pays arabes riverains de la Méditerranée, lire Ghalioun 1986 (...)
  • 123 Sur Alexandrie, Damas, Istanbul et Salonique, lire respectivement Ilbert et Yannakakis 1992, Bianq (...)
  • 124 Ces villas seront remplacées, une décennie plus tard, par de hauts immeubles construits dans le st (...)

57Ainsi, la ville perd toute chance d’être souveraine au premier jour de l’Indépendance : destin par ailleurs commun à toutes les cités marchandes de la région122. Cependant, et alors que vont disparaître les ordres urbains attachés à Alexandrie, Haïfa, Damas, Istanbul, Izmir ou Salonique123, Beyrouth, elle, survit, grâce à une conjoncture favorable particulière : l’isolement d’Israël après 1948, les coups d’État et les nationalisations en Syrie, en Irak et en Égypte. Tirant profit des ambiguïtés régionales nées de la « guerre froide », qui rabattent vers la capitale du Liban bourgeoisie, capitaux, matière grise et main-d’œuvre qualifiée, la ville reçoit une nouvelle impulsion, tout en accentuant son caractère cosmopolite et son dynamisme urbain. Des quartiers modernes naissent, en conséquence, dans des sites restés jusque-là quasiment vides de constructions : les rues Hamra, Snoûbra, Raouchah, Verdun, d’une part, et le haut de la colline d’Achrafiyyah, de l’autre. Ils se remplissent de villas basses et horizontales, aux lignes géométriques pures, à la manière américaine des années 1950124, ou encore d’immeubles “en bandes”, des blocs alignés et contigus, et de six à huit étages, signes d’une transformation radicale de l’architecture urbaine en même temps que d’un changement de conception de l’espace domestique impliquant une distribution nouvelle des pièces, dont les principales sont en façade.

58Signe concret de prospérité, ce modernisme n’est cependant qu’apparence, les finances de la ville étant maintenant moins dépendantes de son dynamisme propre, de ses activités commerciales et portuaires, que des rentrées “invisibles” de son paradis fiscal et des mouvements de capitaux liés à l’émigration et surtout aux monarchies pétrolières arabes, dont elle va recueillir la rente. Nouée donc à des facteurs exogènes peu stables, couplée au déséquilibre des pouvoirs en ville et par ailleurs mal répartie, la prospérité ne représente, de fait, qu’un seul volet de la réalité.

  • 125 Davie Michael F. 1995, a et 1996
  • 126 Pour une schématisation cartographique rapide des mouvements humains et des espaces engendrés, voi (...)

59Car si la « guerre froide » a des retombées positives, elle amène aussi à Beyrouth son lot de misère : des réfugiés démunis, Libanais du sud, Palestiniens, Irakiens, Kurdes..., victimes des conflits armés qui s’abattent sur la région, ou des laissés-pour-compte de l’économie pétrolière arabe ou de l’économie rentière du Liban, et qui élisent domicile dans des quartiers pauvres (Batrakiyyah, Haouch Rahhâl, Hayy al Siriân...), ainsi que dans plusieurs camps à la périphérie de l’agglomération. L’État ne jouant plus son rôle de régulation, par des institutions officielles qui encadrent la population, en une décennie, ces espaces marginalisés et enrégimentés dans des idéologies radicales, se cristallisent et s’imposent en tant que tels. L’organisme urbain commence alors à se disloquer peu à peu, s’affublant, dans les années 1960, d’une image spatiale particulière : il a désormais moins l’aspect d’une ville que d’une succession d’auréoles mal encadrées et entourées d’espaces périphériques précaires et “informels”125. Les nouveaux secteurs, en effet, au lieu de se composer en des unités cohérentes au plan de la complémentarité, se juxtaposent, s’articulant mal à la cité, s’ignorant mutuellement et se retranchant dans des identités primaires126 : un surplus que la ville n’arrive plus à absorber, ni même à contrôler, jusqu’à la guerre civile qui va commencer en 1975.

  • 127 Corm 1989.

60Ville en sursis grâce à une conjoncture favorable momentanée, Beyrouth est maintenant prête à rejoindre le cortège funèbre des vieilles cités marchandes du xixème siècle ottoman127.

61En Occident, les villes-métropoles sont nées avec la Révolution industrielle. L’État-Nation, expression d’un agrégat de pouvoirs économiques et politiques sur des territoires progressivement plus étendus, fut une étape nécessaire pour leur développement. L’expansion coloniale suivante en a fait des métropoles internationales. En revanche, au Moyen-Orient, des cités millénaires, nées du commerce à très longue distance, sont bouleversées au moment de la naissance de l’État-Nation. Parfaitement intégrées dans les grands ensembles territoriaux qu’étaient les Empires, elles ont connu un parcours inverse. Ces villes ont été amputées de leur monde, les États-Nations étant nés du dépècement forcé d’unités plus vastes.

62Sous ce rapport, Beyrouth nous a semblé originale, n’ayant pas connu un sort aussi impératif et immédiat que celui qui a frappé Alexandrie, Jérusalem, Damas, Izmir, Salonique ou encore Istanbul, au moment de l’instauration de l’État national dans les autres pays de la région. Il apparaît, néanmoins, qu’elle a été bernée par l’État national, un projet politique sans construction économique pour consolider ses ambitions et fidéliser à son avantage l’édifice social et spatial en formation. De ville autonome et dynamique, grâce à une élite puissante et qualifiée, elle est devenue prisonnière du confessionnalisme et du nationalisme étroit, conséquences logiques d’un monde rural en expansion, qui vont lentement la miner pour la faire agoniser lors d’une guerre meurtrière longue de quinze ans, née dans ses banlieues en 1975.

63Beyrouth pouvait vraisemblablement continuer à vivre sans l’État-Nation ; le pouvoir confessionnel du Mont Liban ne pouvait se perpétuer que grâce à elle. Rétrospectivement, la jeune République libanaise portait en elle les germes des crises sectaires futures que Beyrouth, la capitale, était dorénavant incapable de réguler.

Notes

1 Se référer principalement aux ouvrages de Lewis 1961, Nevakivi 1969, Shaw 1976-77 et Yapp 1987.

2 Les changements politiques advenus à Istanbul à la veille de la guerre et les convulsions que cette dernière a induit localement, ajoutés à la politique de répression de Jamal Pacha et aux promesses concrètes d’un royaume arabe données par les Alliés, ont remis en question l’équilibre délicat entre l’Etat ottoman et les leaders locaux, entraînant un changement progressif dans les allégeances politiques des Beyrouthins, bien que nombre d’entre eux aient continué à appuyer les Ottomans jusqu’au dernier moment. Sur la passage de l’ottomanisme à l’arabisme, on lira Zein 1973, Khalidi 1980 et 1984, Abou Manneh 1980, Kawtharani 1986 et l’ouvrage plus global de Laurens (1993)

3 Une Constitution est votée établissant le régime parlementaire dans le cadre d’une monarchie et organisant le Royaume sur la base du régionalisme (Kasmieh 1993).

4 Sur les tractations politiques entre la France, la Grande-Bretagne et le roi Faysal, la progressive mainmise française sur la Syrie et le dépècement du territoire syrien, voir Khoury 1993.

5 D’autres États sont également créés sur base religieuse sur le territoire syrien ; ils restent, toutefois, sans lendemain. Sur les bouleversements politiques dans les provinces syriennes durant cette période, consulter Khoury 1987

6 D’autres courants politiques ont vu le jour en Montagne et au sein du Conseil administratif même, mais n’ont pu s’exprimer, vu le rapport de force (Zamir 1985).

7 Exprimée à la commission d’enquête King Crâne en 1919 et dont le résultat n’est rendu public qu’après la Conférence de la paix (Howard 1963).

8 Notamment, à l’est, les qadâ’ de Hasbaya, Rachaya et la Béqaa qui sont détachés de la wilâyat de Damas ; à l’Ouest, tout le territoire de la wilâyat de Beyrouth, à l’exclusion des sandjaq de Lattaquieh, de Naplouse et de Saint-Jean d’Acre, ces deux derniers étant dans la zone d’influence britannique.

9 Pour une analyse de cette idéologie qui a pris racine avec les écrits apocryphes (mais adoptés par les auteurs comme Y. Sawda, H. Lammens et M. Chîha) du patriarche Douwayhî et de l’évêque Nicolas Mourâd, voir Moua- wad 1992. Sur l’utilisation de cet argument par les Français à la veille de l’occupation, voir Khoury 1993

10 “J’ai peur de toi, donc je te gouverne”, dira Chaykh M. M. Chamsouddîn, en 1988, pour caricaturer cette logique de pouvoir (cité dans Messarra 1994)

11 Sur les résistances politiques et populaires au Mandat et à l’annexion de Beyrouth au Liban, voir Zamir 1985.

12 Cf. Catroux 1958

13 Cf. Menassa 1924.

14 Un recensement est effectué par les Français en 1921 pour garantir une représentativité proportionnelle au sein de l’appareil administratif. Eminemment politique et aux conséquences prévisibles, il favorise les groupes confessionnels prédominants.

15 Notons, au sein de la communauté maronite même, et honnis la famille Iddah, l’éviction progressive de la scène politique des anciennes familles beyrouthines, les ‘Arab, Tiyyân, Ra’d, Naqqâch, Arqach, Asfar ou Hânî, au profit des clans de la Montagne

16 Cf. Gouraud 1958.

17 Sur les mensonges diplomatiques de la France, les abus et la médiocrité de son administration, cf. Jung 1927. Pour une revue des rapports de force entre autochtones et mandataire, cf. Zamir 1985.

18 Au sujet des ces institutions, voir Rabbath 1973

19 L’article 95 de la Constitution de 1926 stipule qu’ “à titre provisoire (...) et dans une intention de justice et de concorde, les communautés seront équitablement représentées dans les emplois publics et dans la composition du Ministère”. L’article 96 confirme aussi la répartition confessionnelle des mandats parlementaires dans chacune des deux Chambres, le Sénat et le Parlement.

20 C. Eddé (1995), par un travail sur les archives paroissiales maronites, propose un poids démographique légèrement plus élevé. En s’appuyant sur ce seul critère démographique, elle postule une continuité entre Beyrouth et le Mont Liban.

21 Des auteurs ont qualifié ce régime confessionnel de “modèle de concordance communautaire”, lui accordant en outre une historicité de 6000 ans (Messarra 1994) ; d’autres ont jugé l’État libanais qui allait naître de jacobin (Hanf 1993). S’il y a un terrain commun entre le modèle communautaire ottoman et le modèle confessionnel libanais, c’est leur opposition et non leur filiation. Quant à l’État libanais, sa caractéristique prédominante n’est pas la centralisation mais son contraire, le désengagement.

22 Au sujet de ce recensement, lire Davie 1987

23 Lire à ce propos l’ouvrage révélateur du Général Catroux (1958).

24 Sur l’origine géographique des parlementaires libanais, lire Messarra 1977.

25 Cf. Giappesi 1974. Malgré la montée du confessionnalisme dans la communauté sunnite, le pouvoir religieux est resté à l’écart de la politique. Contrairement aux Maronites, les Sunnites, durant le Mandat et après, furent réticents à confier aux religieux (aux mouftî) le soin de parler pour eux.

26 Dans les écoles catholiques locales et étrangères, par exemple, ou dans une partie de la presse, telle La Revue Phénicienne où des “intellectuels” francophiles (Albert Naqqâch, Michel Chîhâ, Charles Qorm) s’efforcent de démontrer des théories relatives aux origines non arabes des Libanais et à leur prédestination au commerce, des thèses plus proches des écrits romantiques que de l’analyse économique. Ces clichés seront d’ailleurs largement repris, à l’Indépendance, par l’histoire nationale et serviront de leitmotiv à la politique économique du futur État pour lequel libéralisme voudra dire désengagement social et laisser-faire jusqu’à la démesure.

27 Tels que Daoûd ‘Ammoûn, Chibli Dammoûs, Habîb Bâchâ al Sa’d, l’émir Fou’âd Arslân, Ibrâhîm Aboû Khâtir, Rachîd Joumblât, etc., qui sont dans le Conseil administratif de 1920 à 1922 ou dans les commissions consultatives et les premiers conseils représentatifs. Sur la composition et les prérogatives de ces conseils, lire Rabbath 1973 et Messarra 1977.

28 Emile Iddah, Charles Dabbâs ou Jean Ghâzî.

29 On peut mentionner, à titre d’exemple, ‘Abdallâh Bayhoum, ‘Oumar Dâ’oûq ou Pierre Trâd qui ont occupé d’importants postes politiques durant le Mandat, avant d’être évincés, dans les années 1940, par des personnalités de moindre importance.

30 Cf. Hallaq 1983.

31 Ce sera le cas de E. Iddah (Éddé). Pour un portrait politique du président Iddah et sa conception du Liban, voir Van Leeum 1991.

32 L’ouvrage de Lohéac (1978) fournit de nombreux détails sur ces positions contradictoires.

33 En signe de protestation, les Orthodoxes de Mousaytbah ont envoyé des délégations au siège de l’évêché. Ils ont ensuite verrouillé les portes de leur église et bousculé l’évêque Salîbî accusé de collaborer avec l’occupant (Davie 1993 b).

34 Telles que l’association Al Maqâsid des Sunnites, l’hôpital Saint-Georges et la Société de Bienfaisance des Grecs-orthodoxes.

35 Il s’agit du projet municipal de 1910, mais réactualisé. D’un montant de 500°000 livres ottomanes, il est voté par le pouvoir municipal pour réamenager la vieille ville : installation d’égoûts ; ouverture de percées larges, droites et de direction méridienne à travers le tissu tortueux ancien ; macadamisation des rues et ruelles ; transformation du soûq al Khoudra (marché alimentaire central à l’emplacement actuel de la Place de l’Étoile) en jardin ; construction de halles dotées de chambres frigorifiques. Décidé en 1914, l’exécution du projet est engagée, puis interrompu par la guerre (Lisân al Hâl 1914, Al Salâm 1915-1916).

36 Sur la genèse, en parallèle, du populisme en Syrie, voir Gelvin 1994.

37 Sur les notables et les za’îm sunnites, cf. Johnson 1986. Sur l’éviction des notables orthodoxes durant le Mandat, voir Davie 1993 (b).

38 Une action est simultanément menée pour contrer l’influence des missionnaires allemands, américains et anglais. Au sujet de la politique de la France à l’égard des missions allemandes, lire Masson 1995.

39 Pour une revue historique rapide de la genèse du système bancaire au Liban et de l’éviction des banques locales, cf. Katchérian 1985.

40 La Bourse de Beyrouth est créée dès 1920.

41 Cf. Ducruet 1964 et Couland 1970. Parmi ces sociétés, notons la Banque de Syrie et du Liban, le Crédit Foncier d’Algérie et de Tunisie, la Banque Nationale du Commerce et de l’Industrie, la Compagnie Algérienne de Crédit et de Banque, etc.

42 On lira les performances économiques de ces sociétés, ainsi que des études de marché et de la monnaie, dans le Bulletin de l’Union Économique de Syrie qui est publié par cette association.

43 Malgré un retour en arrière de trois siècles, Dubar et Nasr (1974) n’ont pas souligné ce passage fondamental entre deux types d’économie et de bourgeoisie.

44 Menassa (1948) présente les bilans économiques nationaux de cette période et propose des solutions. Hormis le secteur du pétrole, l’économie coloniale en Méditerranée orientale ne fut pas non plus rentable pour la France (Monroe 1939).

45 Cette situation va se perpétuer après l’Indépendance et jusqu’à nos jours.

46 Weber 1982.

47 Bien que très imprécis, l’ouvrage de Safa (1960) reste la seule source disponible quant aux chiffres pour cette période.

48 Cf. Buheiry s.d., Couland 1964.

49 Cf. Haut Commissariat de la République française en Syrie et au Liban 1921. Pour une analyse de cette loi, cf. Deguilhem 1986.

50 Young 1905-1906.

51 Ces terres sont appelées waqf ghayr sahîh (Deguilhem-Schoem 1991, Said 1995).

52 L’absence de politique de développement régional sous le Mandat apparaît dans les budgets des municipalités publiés par Ritsher (1932).

53 Les Français et les Britanniques avaient promis l’indépendance à l’ensemble des minorités ethniques sur des lambeaux du territoire de l’Empire ottoman. Sur l’incapacité de l’Armée française à tenir la Cilicie et protéger les Arméniens, on peut lire le témoignage du Général Gouraud dans Gouraud Ph. (1993). Sur les origines des communautés confessionnelles du Liban, cf. De Bar 1983. L’ouvrage de Shaw (1976-77) reste cependant le plus exhaustif quant aux rapports de forces entre les Alliés et les minorités orientales.

54 Cf. Bou Nacklié 1991.

55 Sur la reprise de la croissance démographique après guerre et une évaluation des taux de natalité et de mortalité durant le Mandat, on consultera Davie 1987

56 Approximation obtenue par comparaison des différentes cartes du xxème siècle citées en bibliographie. Voir aussi Ruppert 1969

57 Au sujet des familles de Râs Bayroût et de la vie de quartier pendant cette période, voir Rebeiz 1986.

58 L’ampleur de l’urbanisation est visible par une observation comparée des cartes de 1919, 1929 et 1940 citées en bibliographie.

59 Des renseignements sur la genèse de l’une ou l’autre de ces localités peuvent être glanés dans les travaux de Pharès 1977, Keuroghlian 1970, Bourgey et Pharès 1973, Khuri 1975, Khayyat 1994 et Davie Michael F. 1996.

60 Au sujet de ce groupe particulier, voir Khayyat 1994.

61 Sur la dynamique spatiale de ces quartiers et leur évolution future, lire Davie Michael F. 1991 et 1996.

62 Cf. Degeorge 1994.

63 Certes, des projets signés par de grands maîtres-d’œuvre, tels que Danger ou Ecochard, n’ont pas vu le jour dans les années 1930 et 1940, mais les travaux de modernisation étaient enclenchés dès 1919, sous l’autorité du Commandant Doizelet, le gouverneur militaire de la ville, épaulé par les ingénieurs de la Municipalité et des conseillers étrangers venus d’Egypte et d’Afrique du Nord. En 1920, le Général Gouraud demanda à M. Redon de venir d’Algérie pour la conservation, l’organisation et l’extension des villes libanaises et syriennes. Par la suite, les travaux d’aménagement continuèrent sous la supervision de l’administrateur Poupon. Enfin, en 1929, la Municipalité ouvre un bureau de génie formé de plusieurs techniciens français. Pour une analyse des projets Danger et Ecochard, voir Ghorayeb 1991.

64 Nous avons décelé, dans le détail, les transformations du centre-ville durant le Mandat grâce au dépouillement systématique du quotidien Lisân al Hâl entre 1918 et 1940 ; les résultats principaux en sont exposés dans cette section. Les autres quotidiens ou revues cités en bibliographie n’ont été consultés que partiellement.

65 Pour une présentation sommaire des premiers travaux de construction, cf. Poupon 1928 et 1929. Pour de plus amples détails, cf. Davie et Nammour 1995.

66 Il fut question, au début du Mandat, de la désigner par place Pasteur, sur proposition du Gouverneur militaire.

67 En Syrie, ce style est appelé néo-ottoman. En Afrique du Nord, on désignera ce mélange de formes et de décors anciens revus par les architectes occidentaux du xixème siècle, par néo-mauresque. Sur la naissance de ce dernier style et son évolution, lire Béguin 1983.

68 Durant cet intermède, la future rue Allenby fut appelée par la population Châri’ al Kharâb, ce qui signifie la rue des Décombres et aussi, cyniquement, celle de la Ruine.

69 Un promoteur, Najîb Chakkoûr Bâchâ, avait soumis le contre-projet d’édifier ailleurs la ville nouvelle, Bay- roût al jadîdat, en l’occurence dans la localité d’Ouzâ’î, prenant exemple sur la ville d’Héliopolis au Caire ; la liaison entre les deux ensembles se serait faite par un réseau télégraphique et ferroviaire.

70 Sur un crédit octroyé par une maison française, la Municipalité construit d’abord deux immeubles modèles à la rue Foch, dont les rentes vont permettre d’indemniser les ayant-droits. Les indemnités ne seront cependant versées qu’après une vingtaine d’années. Sur les conflits entre la Municipalité et les anciens propriétaires autour de la valeur des titres d’expropriation, on consultera le quotidien Lisân al Hâl entre 1918 etl935. Deux plans de façades exécutés par Destrée et Deschamps sont choisis par le Gouverneur militaire Doizelet pour servir de modèles aux constructeurs privés.

71 Sur l’origine militaire et la symbolique du plan en étoile, voir Ragon 1995.

72 Les rues Allenby et Foch remplacent les soûq al Toujjâr (les agents commerciaux), al Khamâmîr (les cafetiers et marchands de vins) et al Haddâdîn (les ferronniers). Dans les quartiers résidentiels, on a commencé, dès 1920, à gommer des toponymes proprement beyrouthins, au profit de toponymes étrangers, ceux de généraux français, d’écrivains et de voyageurs arabes. À titre d’exemple, les rues de la Béqaa, Saint-Michel, Picot et du Liban, remplacent respectivement les rues Boustrous, Saint-Nicolas, la Prusse et Zâroûb al Haramiyyah (l’impasse des Voleurs). Mécontents, les Beyrouthins rétorquent que la ville ne manque pas d’hommes illustres et n’a nullement besoin de héros, de poètes et de saints venus du monde extérieur (Lisân al Hâl du 3 mars et 22 mai 1920). Ils sont encore outrés du fait qu’on ait rebaptisé le soûq al ‘Oumoûmî (les maisons closes) de rue Moutanabbî, un grand poète arabe réputé pour son austérité.

73 Ou l’heure solaire, en usage à l’époque précédente pendant laquelle le lever du soleil marquait le début de la première heure de la journée.

74 Il était d’abord question d’ériger le Parlement sur les deux parcelles de terrain occupées par la gendarmerie et la bourse à la place des Martyrs. Mais le terrain n’était pas assez vaste.

75 Sur l’éviction des anciens commerçants, des artisans et des boutiquiers, et les retombées sociales, on lira les différents articles de Lisân al Hâl de la période 1918 à 1930.

76 La publication de Daher (1994). qui présente une série de photographies sur le centre-ville, reste malheureusement d’une utilisation malaisée en raison d’une mise en page maladroite.

77 Les soûq étaient bordés de boutiques étroites et très peu profondes. Le marchand, souvent un artisan, exerçait son métier sur une sorte de comptoir à la porte de l’échoppe, à même la rue. La vente était un moment privilégié de sociabilité, accompagné d’échanges d’informations, de simples conversations et souvent d’un café. Les soûq fonctionnaient pour ainsi dire comme un lieu de débat public. Pour une description des soûq, voir, entre autres ouvrages, Bourassé 1860 et Nerval 1851.

78 Les mahallât ottomanes du Beyrouth-municipe avaient été regroupées en 12 secteurs, des entités plus vastes et désignées par hayy (Lisân al Hâl du 26 février 1921).

79 En revanche, le projet de construire un chemin de promenade, le long du bord de mer à ‘Ayn al Mraysah, est adopté. Ce chemin sera appelé la “Corniche”, à l’exemple de la corniche que Napoléon 1er fit construire à Toulon. Malicieusement, le quotidien Lisân al Hâl informe ses lecteurs que Napoléon avait entrepris la construction de la corniche de Toulon pour atténuer l’effet des velléités guerrières excessives ; il s’interroge alors sur les motifs réels de la Municipalité de Beyrouth (Lisân al Hâl du 28 mai et 16 août 1929).

80 Lisân al Hâl du 23 février 1921.

81 Relevons que Mdawwar, Achrafiyyah et Mazra’a ont annexé respectivement Rmaylah, Qîrât et Râs al Nab’. Pour la clarté de l’exposé, nous maintiendrons, quand cela s’avère nécessaire, la dénomination ancienne.

82 Hormis les cartes postales d’époque, l’ouvrage de Ruppert (1969) est la seule documentation globale disponible à ce jour. On consultera également les données consacrées à Beyrouth dans le rapport de la mission IRFED (1962-1963).

83 Pour une étude de l’architecture domestique du Mandat, voir Saliba 1996.

84 Pas loin, dans le secteur de Raml (les Sables ), quasiment vide à cette époque, il était question, pour un promoteur beyrouthin inspiré par le faubourg de Garden City du Caire, d’édifier un quartier de haut standing pour la nouvelle bourgeoisie.

85 Cf. Debbas 1994.

86 Sur le budget municipal de 1929, voir Ritsher 1932.

87 Cf. Davie et Nammour 1995.

88 La Montagne a préservé ses privilèges, en matière de fiscalité, jusqu’au début des années 1930 (Zamir 1985).

89 Cette réalité persiste encore aujourd’hui.

90 Pour une comparaison entre les budgets des différentes municipalités libanaises, voir Ritsher 1932.

91 Couland 1994

92 Sur la formation de ce Parti, voir Couland 1970 et Bashaer 1980.

93 En l’occurrence B. al Khoûrî, un notable du Mont Liban et É. Iddah, un émigré retourné au pays.

94 Pour une présentation sommaire de ces partis, voir Suleiman 1963, Hudson 1968 et Aboujaoudé 1985. Pour des renseignements sur les positions des principales personnalités politiques, voir Giappessi 1974 et Lohéac 1978.

95 Sur la rationalité de ces clans, lire Giappessi 1974

96 Sur l’éphémère République assyrienne dans le nord de l’Irak, consulter Vernier 1963

97 Sur le sort de ce sandjaq, voir Yérasimos 1988

98 Cette attitude française incitera des personnalités maronites, telles que le président Iddah, à un rapprochement provisoire avec le mouvement sioniste de Palestine. Cette attitude sera aussi adoptée par l’Église maronite après l’Indépendance pour contrer la remontée du mouvement panarabe au Liban (Eisenberg 1994).

99 Sur les hésitations de la France concernant le territoire, voir Zamir 1985.

100 Parmi les nombreux mouvements politiques et les organisations de jeunes qui sont apparus durant les années 1930, ces partis sont les plus agissants parmi l’opposition et continuent leurs activités après l’Indépendance. Parmi ces mouvements, nous pouvons citer les Chemises Blanches, Al Nahda, Al Talach, al Ghasâsina, le Parti pour la Solidarité Nationale... Nous ne tiendrons compte, pour la suite de l’exposé, que des trois premières tendances que nous considérons comme les plus déterminantes pour la restructuration de l’espace politique urbain.

101 Cf. Yamak 1969.

102 La première apparition publique du PNS date de 1935 et celle des Najjâdah de 1936.

103 Sur la genèse de ce parti et son évolution d’un mouvement sportif en formation paramilitaire puis en parti politique, voir Haddad 1993.

104 Cf. Sawda 1924. Y. Sawda était un activiste du Al Ittihad al Loubnânî (l’Union Libanaise) du Caire dont le but était de propager les aspirations des Libanais à une vie autonome.

105 Y. Sawda a repris, pour le Liban, la démarche historique adoptée par H. Lammens pour la Syrie. Ce dernier est lui aussi remonté aux Phéniciens pour contredire l’arabité de la Syrie (comprendre la Grande-Syrie) et apporter la preuve de sa syrianité. Publié durant le conflit entre le roi Faysal et la France, l’ouvrage de H. Lammens voulait aussi. Démontrer les bienfaits des occupations occidentales passées de ce pays (Lammens 1994, ré-éd. 1921).

106 Sur l’origine et l’analyse de la pensée de Y. Sawda, voir Tabar 1994

107 Il semble aussi que certains membres de ce parti aient suivi un entraînement militaire sous les conseils d’instructeurs français (Haddad 1993).

108 Les manifestations ne tourneront contre la France que dans un deuxième temps. Sur les revirements tactiques de ce parti, voir Haddad 1993.

109 D’abord tolérées et même encouragées par les Français pour faire contrepoids avec la rue musulmane, ces manifestations seront ensuite interdites.

110 Ils mobilisaient chacun quelques milliers de personnes sur une population qui comptait alors 150°000 âmes environ.

111 Au début des années 1940, ce parti comptait quelques milliers d’hommes.

112 Selon le découpage municipal de 1921, une partie du secteur est de l’ancien quartier Sayfî est annexée à Rmayl et une autre à Mdawwar. Ghalghoûl est intégré à Bâchoûrah, et Râs el Nab’ à Mazra’a.

113 L’actuel site du Centre Culturel Français et de l’ancienne Ecole des Lettres.

114 Pour une analyse de la formation de ces espaces idéologiques et leur évolution future, voir Davie Michael F. 1996.

115 Égouts bouchés, chaussées défoncées, hygiène publique insuffisante, éclairage déficient et plaintes quotidiennes de la population dont les journaux d’époque rendaient les échos. Consulter à ce propos les numéros de la revue satirique jarâb al Kourdî, entre 1908 et 1911. Voir surtout, entre ces mêmes dates, le quotidien arabe Lisân al Hâl

116 Le projet prévoit le percement de trois artères dans le quartier du port, l’assainissement des soûq et leur éclairage, le remblai du littotal nord entre Mînat al Housn et Santiyyah, etc. Par manque de moyens, le projet n’est pas mis immédiatement à exécution, mais un crédit est envisagé (Lisân al Hâl 1910).

117 Une présentation générale de ces revendications est produite dans l’ouvrage de Saadoun (1994).

118 En raison de son jeune âge et de sa taille tout compte fait réduite, comparée à celle de Damas ou d’Alexandrie par exemple, Beyrouth présente la particularité de manquer de souwayaqa, de centralités auxilliaires.

119 Sur l’échec de l’État-Nation et les difficultés d’émergence de la démocratie dans l’ensemble du monde arabe, consulter Salamé 1993.

120 Sur l’enlisement politique futur, en raison même de ce régime, voir Azar 1978 a et b.

121 À ce sujet, pour l’ensemble des pays arabes, cf. Ghalioun 1991

122 Sur la fin de l’ordre urbain dans les pays arabes riverains de la Méditerranée, lire Ghalioun 1986 et 1995. Pour une comparaison rapide entre quelques grandes villes de cette région, voir Ilbert 1991 et 1994

123 Sur Alexandrie, Damas, Istanbul et Salonique, lire respectivement Ilbert et Yannakakis 1992, Bianquis 1993, Yérasimos 1992 et Veinstein 1992.

124 Ces villas seront remplacées, une décennie plus tard, par de hauts immeubles construits dans le style international, donnant peu à peu à la ville le visage que nous lui connaissons aujourd’hui

125 Davie Michael F. 1995, a et 1996

126 Pour une schématisation cartographique rapide des mouvements humains et des espaces engendrés, voir Davie Michael F. 1991.

127 Corm 1989.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search