Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Quatrième partie. Dire et voir la ville

L’espace dans les discours sur l’aménagement de la banlieue-sud : le projet Elissar

Mona Harb El-Kak

Texte intégral

  • * Architecte et urbaniste, doctorante en sciences politiques à l’université de Montpellier.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 La désignation « bureau privé » est utilisée par M. Kodeih, responsable des relations publiques du (...)

2La banlieue-sud de Beyrouth est un espace partagé entre plusieurs acteurs, plus ou moins indépendants des sphères de l’Etat. Ils tentent chacun de gérer leur territoire à travers des associations et des structures qui agissent, à différentes échelles, sur les secteurs éducatif, culturel, social et sanitaire. La banlieue-sud apparaît comme un lieu de convoitise entre ces intervenants. Leur gestion de l’espace s’effectue essentiellement à travers la mise en place de services et d’équipements. Leurs discours s’articulent en fonction de leurs visées sur le territoire et de leurs perceptions de l’espace. Ceux-ci révèlent des représentations et des images de la ville. Sont-elles différentes d’un acteur à l’autre et comment se distinguent-elles ? Ce sont les questions que nous nous proposons d’étudier à travers le projet Elissar – projet d’aménagement urbain visant à réorganiser la partie occidentale de la banlieue-sud – qui synthétise les représentations spatiales, urbaines et sociales de trois acteurs principaux : le Hizballah (le parti de Dieu), le mouvement Amal et le « bureau privé »1 du Premier ministre, R. Hariri. Nous présenterons rapidement la banlieue-sud avant d’exposer les concepts du projet Elissar et d’analyser les discours des acteurs.

  • 2 « Lifting total en deux ans sous l’égide d’Elissar », Magazine du 23/06/1995; Al-’amal, le 21 févr (...)
  • 3 Al-safir, le 18 août 1994.
  • 4 « Lifting total », 1995, op.cit. ; L’Orient-Le Jour, le 9 octobre 1996.
  • 5 « Lifting total », 1995, op.cit. ; Al-nahar, le 28 juin 1995.
  • 6 Les qualificatifs « intégriste » ou « islamiste » ponctuent les dépêches sur le parti de Dieu dans (...)
  • 7 Al-safir, le 16 août 1994 ; Al-nahar, le 28 juin 1995.
  • 8 Responsable du mouvement Amal.
  • 9 Le qualificatif « anarchique » est présent dans les propos d’un responsable au Centre consultatif (...)
  • 10 Diverses brochures d’associations du Hizballah et d’associations iraniennes.
  • 11 La « misère » est très souvent citée : on la retrouve par exemple dans les propos d’un responsable (...)
  • 12 Ibid.
  • 13 Responsable au bureau privé de R. Hariri ; Bassem Sabeh dans un entretien télévisé, le 22/ 08/1996
  • 14 Le slogan du parti de Dieu est « la révolution islamique au Liban ». Cependant, les ambitions « is (...)

3Préalablement, il nous semble utile de souligner quelques questions de terminologie qui concernent la banlieue-sud. Cette désignation est la traduction courante, par la presse de langue française, du terme arabe dahiya janubiyya qui désigne cet espace depuis 1982. Banlieue-sud, ou dahiya, renvoie à des référents chargés d’émotions qui peuvent être relevés dans les journaux. Les discours sur la banlieue-sud sont soit produits, soit rapportés par des journalistes. Ceux qui sont produits parlent de « ceinture de misère »2, de « sous-développement »3, « d’urbanisation illégale » et de « squat »4, de « banlieue du Hizballah »5, d’« intégrisme »6, de « chiites pauvres »7, de « déshérités »... Les discours rapportés sont ceux des responsables politiques : « ghetto chiite »8, espace « anarchique »9 habité par des « mustad’afin » [affaiblis]10, déplacés de Baalbek et du Liban-Sud, lieu « non-civilisé », lieu de « misère »11 où les habitants vivent une situation « tragique »12, espace « sous-équipé »13... Globalement, qu’ils soient produits ou rapportés par la presse, ces discours se réfèrent à la banlieue-sud comme un espace anarchique habité par des chiites pauvres dirigés et/ou manipulés par le Hizballah, parti intégriste pro-iranien qui vise à établir une république islamique au Liban14. Ces représentations ne sont que partiellement correctes.

  • 15 Ces observations sont tirées de nos nombreuses visites en banlieue-sud.
  • 16 M. Harb el-Kak, 1996. p. 51-59.

4D’une part, la banlieue-sud n’est pas un espace homogène mais un espace partagé en plusieurs territoires que gèrent différents acteurs ; le Hizballah n’en est donc pas l’intervenant unique. De nombreux habitants ne sont ni proches du Hizballah ni d’Amal. À titre d’exemple, les femmes qui ne portent pas le foulard sont (au moins) aussi nombreuses que celles qui le revêtent. Le marquage territorial du Hizballah (par des inscriptions à la gloire des dirigeants de l’Iran ou des « martyrs » de la résistance islamique au Liban-Sud) côtoie des boutiques aux noms occidentaux, qui présentent « la dernière mode de Paris » et des écoles privées aux noms de saints chrétiens15. Par ailleurs, les services et les équipements proposés par le Hizballah (distribution gratuite d’eau potable, aides financières diverses, écoles, dispensaires, supermarchés, etc.) se distinguent par l’efficacité de leur organisation ainsi que par leur caractère professionnel et technique « moderne »16. On voit donc que l’intégrisme et le sous-développement de la dahiya doivent être nuancés.

  • 17 Bassem el-Sabeh, député du Metn-sud, représentant les « anciens » notables et proche de R. Hariri, (...)

5D’autre part, la banlieue-sud n’est pas un espace totalement pauvre, sous-équipé et illégal. Plusieurs quartiers sont habités par des populations aisées et ressemblent, à s’y méprendre, à d’autres parties de la ville. On y retrouve les mêmes signes extérieurs de richesse : façades d’immeubles en marbre et pierre, présence de voitures de marque, etc. La présence ou l’absence d’équipements est fonction de la situation socio-économique du quartier. Quant à l’illégalité, qui n’est pas toujours foncière, elle varie considérablement d’un lieu à l’autre ; elle concerne le plus souvent le code de construction et rejoint ainsi l’illégalité des autres banlieues de Beyrouth (Aramoun, Bchamoun, Mkalles, Mansourieh, Zalka, etc.). Ces quelques faits montrent que les réalités sociales et politiques de la banlieue-sud sont beaucoup plus complexes que les représentations largement répandues et propagées par la presse. La banlieue-sud n’est pas un espace de misère qu’il faut éviter ou une anarchie urbaine à organiser, c’est tout simplement une des multiples composantes de l’agglomération beyrouthine. C’est pourquoi il faudrait réfléchir à d’autres désignations pour cet espace17 ; comme cette question nécessite une étude plus complète, nous nous contenterons ici du terme peu satisfaisant de « banlieue-sud ».

Une multiplicité d’acteurs dans un espace convoité

  • 18 W. Charafeddine, 1987.
  • 19 Ibid., p. 1-17.

6La banlieue-sud est habitée par le tiers de la population du Grand-Beyrouth, soit près de 500 000 personnes, et occupe une superficie comparable à celle de Beyrouth-municipe (respectivement 16 et 17,6 km2)18. Cette partie mal connue de l’agglomération beyrouthine a été pendant longtemps, et bien avant la guerre, délaissée par les pouvoirs publics dont les politiques urbaines étaient sectorielles et ponctuelles19. Pendant la guerre, la structure démographique de la banlieue-sud a été fortement modifiée par la multiplication des vagues de migrations internes et par les conflits inter-confessionnels. L’équilibre chiito-maronite, d’abord favorable aux seconds, a penché graduellement vers une hégémonie chiite confortée par les apports de population déplacée de la banlieue nord-est de Beyrouth, de la Békaa et du Liban-Sud. Cette communauté chiite, déjà mobilisée depuis le début des années soixante-dix par l’imam Moussa Sadr, s’est structurée quelques années plus tard autour de deux forces politiques majeures : le mouvement Amal vers le milieu des années soixante-dix et le Hizballah autour du début des années quatre-vingt. Amal a perdu peu à peu le monopole politique et militaire du terrain en faveur du Hizballah qui a habilement structuré sa mise en place en banlieue-sud au cours des dix dernières années. Avec un Etat longtemps absent des scènes sociale, éducative et sanitaire, les activités du Hizballah dans ces domaines ont été acceptées sans trop d’hésitations par une large part de la population.

  • 20 Projet de développement des banlieues et de construction d’autoroutes (loi n° 246) ; plan de dével (...)
  • 21 La ligne de partage entre les deux opérations est le boulevard de l’Aéroport (voir carte).

7Le Hizballah est concurrencé par d’autres intervenants, également actifs dans la gestion et la production des services urbains. Certains de ces intervenants sont ses alliés politiques et/ou religieux : Al-mabarrat, une organisation dirigée par Sayyid Fadlallah, proche du Hizballah mais très indépendante, ainsi que des associations, administrativement autonomes, directement parrainées par la République islamique d’Iran. Le secteur privé des promoteurs immobiliers aurait aussi des relations non-déclarées avec « le parti de Dieu » qui lui permettraient d’être très florissant. Deux acteurs se démarquent de cette hala islamiyya (esprit islamique) par leurs structures, leurs affiliations et leurs logiques : le Conseil supérieur chiite (CSC) dont le rôle est plus consultatif que politique, et le mouvement Amal, dont le responsable, N. Berry, est également président de la Chambre des députés. Ces différents acteurs locaux ont aujourd’hui à faire avec l’introduction de l’Etat qui cherche à regagner la confiance des habitants, notamment après la mise en place du gouvernement présidé par R. Hariri en 1992. Cette entrée en scène s’effectue à travers les travaux de réhabilitation de l’infrastructure – loi 246/93 pour la banlieue sud-est20 – et le projet Elissar pour la banlieue sud-ouest, deux volets d’une opération élaborée par le « bureau privé » de R. Hariri21.

  • 22 Ceci a été révélé par la mise en place de la commission chargée du projet Elissar qui a nécessité (...)

8La banlieue-sud est un espace que cherchent à maîtriser plusieurs intervenants, chacun ayant sa stratégie d’action, son idéologie et son discours. Leurs rapports varient entre leur complémentarité et/ou leur concurrence, selon les temps et les lieux. Ils se retrouvent autour des questions communes à leurs territoires qui s’imbriquent, se superposent et se recomposent selon les évolutions de leurs rapports de force. La nature des négociations reflète les tensions et les alliances inhérentes à ces rapports. La mise en place du projet Elissar, largement médiatisée et relatée par la presse locale, illustre clairement ces dynamiques22.

Elissar

  • 23 Le terme « non-réglementaire » nous semble plus adéquat pour désigner des quartiers communément qu (...)
  • 24 La densité globale annoncée était de 110 hab. /ha, elle atteint actuellement 700 hab./ha ; entreti (...)

9Elissar est un établissement public qui a pour objet le réaménagement et la restructuration de la partie ouest de la banlieue-sud. Cette zone est limitée par le boulevard de l’Aéroport à l’est, la limite sud de Beyrouth-municipe au nord, la mer à l’ouest, et l’Aéroport au sud. La surface totale du projet est de 560 ha dont 230 de constructions réglementaires et de bâtiments religieux et sociaux sont exemptés de démolition. Les 330 ha restants sont mis sous étude : les quartiers non-réglementaires23 de Jnah, Ouzaï, Horch al-Qatil, Sabra et Chatila qui se démarquent par leur forte densité et leur irrégularité par rapport à Bir Hassan, Ramlet al-Bayda et de la zone qui borde le boulevard de l’Aéroport, vont être détruits et reconstruits selon des règlements d’urbanisme à préciser dans les plans directeurs. Le littoral qu’ils occupent sera alors libéré et pourra être revalorisé dans le cadre d’une zone touristique. Les habitants déplacés seront relogés dans 7 500 logements sociaux qui doivent être construits à proximité du boulevard de l’Aéroport24. Les commerces et les petites industries qui font actuellement partie des quartiers non-réglementaires seront relocalisés dans des zones industrielles situées à proximité des quartiers d’habitation.

  • 25 Le muchaa’ groupe « les terroirs au parcellement d’origine communautaire » ; à l’origine, c’est «  (...)
  • 26 L’expropriation a déjà commencé dans la région de Jnah avec le passage d’une autoroute. Les exprop (...)
  • 27 En effet, les 7 500 logements qui seront construits ne peuvent reloger tous les habitants des 13 0 (...)
  • 28 En principe, l’attribution d’un logement vient en échange de celui qui a été détruit et se fait do (...)
  • 29 Ibid.

10Elissar est le résultat d’une équation qui met en relation des paramètres foncier, économique et urbain. La zone que couvre le projet est en majorité formée de larges parcelles non-loties, et de muchaa’25, dont une grande partie appartient au domaine public et aux municipalités. Le caractère public et le statut foncier confus des terrains ont d’ailleurs permis aux secteurs non-réglementaires de s’établir et de s’étendre sans difficultés majeures. Situés le long de la côte, ces terrains peuvent donner lieu à d’importantes plus-values foncières, aujourd’hui paralysées par l’urbanisation illégale. Par les procédures d’expropriation, de remembrement et de lotissement, Elissar compte se réapproprier ces terrains et récupérer ces plus-values26. Les bénéfices seront assez larges pour financer la construction de logements sociaux permettant de loger près de deux-tiers des habitants en situation non-réglementaire27. La commission d’Elissar étudiera le cas de chacun et attribuera des appartements en pleine propriété28. Il semble qu’il lui coûtera davantage d’équiper la zone en infrastructures29.

Ph. 1. L’urbanisation vers la plaine de Hadath : le quartier Roueiss, février 1996.

11Quelques photos de la banlieue-sud « ordinaire »  La banlieue-sud s’est structurée autour de deux axes nord-sud : celui de Haret Hreik/ Bourj Brajné (ph. 2) et celui de Chiyah/Mraïjé. Ces quartiers se sont densifiés avec la dynamique urbaine qui s’est alors créée (ph. 3). Avec la guerre, l’urbanisation s’est étendue hors de ces axes vers le boulevard de l’Aéroport à l’ouest, et vers les plaines agricoles de Hadath et Choueifat à l’est. Elle a donné lieu à de nouveaux quartiers, tels Roueiss (ph. 1).

12Territoires de la banlieue-sud de Beyrouth (page en face).

13La banlieue-sud se divise en deux territoires séparés par le boulevard de l’Aéroport. Le premier, à l’est, correspond à la dahiya, à la « vraie, ancienne » banlieue-sud qui s’est densifiée à partir des villages de Chiyah, Ghobeiri, Haret Hreik, Mrayjé et Bourj Brajné ; l’Etat propose pour ce territoire des projets de réhabilitation de l’infrastructure dans le cadre de la loi 246/93 sur les banlieues. Le second, à l’ouest, est celui de l’actuel périmètre de l’établissement public Elissar ; il n’est plus désigné par dahiya mais par le nom de ses quartiers (Jnah, Ouzaï, Bir Hassan, Horch al-Qatil, Sabra, Chatila, Maramel). En proposant deux outils d’intervention urbaine différents, l’Etat semble avoir intégré en partie cette territorialisation qui correspond à des contextes (de résistance potentielle) différents.

  • 30 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.

14Si Elissar semble pouvoir réussir en tant qu’opération de réaménagement dans les domaines foncier et économique, qu’en est-il sur le plan urbain ? Les principes du projet peuvent être résumés par la régularisation de l’espace et son organisation en zones homogènes. La première étape concerne Maramel où 1 800 logements doivent être érigés en contrebas de la future autoroute Cité sportive-Cocodi. Cent unités d’habitation, de six à huit niveaux, sont organisées en quinze blocs qui regroupent chacun cinq unités de base (voir plan général). Les appartements sont « à l’image de ceux de Beyrouth » en ce qui concerne leur organisation interne30. Ils varient entre deux, trois et quatre chambres à coucher et comportent tous une salle à manger, un salon, une cuisine, deux salles d’eau, dont une équipée à la turque, et deux balcons. D’après les proches de R. Hariri, les logements sont différenciés par le traitement des façades « de telle manière que l’habitant reconnaisse son chez-soi »31. L’introduction de rez-de-jardin permet à ceux qui ont déjà un jardin de retrouver leur mode de vie qarawi [villageois]32. Les immeubles sont séparés par un vide de trente-cinq mètres de largeur pour permettre l’accès au soleil et à l’air dans les appartements et empêche les vis-à-vis gênants. Les routes, de douze mètres de largeur, facilitent les déplacements et ouvrent des perspectives vers la mer. Les sous-sols sont bannis car, d’après les études comparatives avec les HLM en France, ce sont des lieux où se développent crimes et vols. C’est aussi la raison pour laquelle il n’y a pas plus de deux appartements par étage. Les espaces publics seront contrôlés par les habitants et les autorités municipales tandis que les aires de stationnement feront office d’espaces verts aux heures creuses. Enfin, la spécialisation fonctionnelle des espaces est de rigueur : les zones industrielles sont isolées des résidentielles, les zones de services sociaux sont regroupées en cœur d’îlot.

Les discours sur l’espace : l’Etat, le Hizballah et le mouvement Amal

  • 33 M. Harb el-Kak, 1996, p. 35-44.

15Elissar est un projet que pilotent trois acteurs, à différentes échelles : l’Etat, par les proches de R. Hariri ; le Hizballah et Amal par leurs délégués au sein de la commission. Ces deux acteurs se placent comme les représentants des intérêts de la population concernée par Elissar, le Hizballah à un moindre degré qu’Amal, étant donné son pouvoir relativement limité dans la partie occidentale de la banlieue-sud33. Pour leur part, les proches de R. Hariri se veulent les principaux responsables de la conception et de la mise en place d’Elissar ; ils soulignent leur rôle hiérarchiquement supérieur dans l’administration du projet. Les discours sur l’aménagement de l’espace que tiennent chaque intervenant sont donc élaborés selon leurs logiques respectives de fonctionnement social et politique et selon les relations qu’ils entretiennent chacun avec leurs partenaires obligés.

Ph. 2. Rue Haret Hreik, février 1996.

  • 34 J. Hélou utilise le terme de fawda.
  • 35 J. Hélou utilise le terme madaniyyin.
  • 36 Une enquête a été menée en collaboration avec le Hizballah et Amal dans les quartiers illégaux d’E (...)
  • 37 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996.
  • 38 Ibid. J. Hélou utilise le terme tatawwur.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid. Il poursuit en disant que ce sont les enfants qui pourront « sortir » et « s’intégrer » au r (...)
  • 41 Ibid.

16La banlieue-sud est un espace à aménager, à régulariser et à organiser. Il s’agit de remplacer « l’anarchie » existante par un nouvel ordre urbain34. Ainsi commence le discours des proches de R. Hariri ; c’est un urbanisme de projet, de plan, de dessin qui le détermine. Ce dessin présente un moule idéal qui doit contraindre les usagers à un mode de vie « moderne », c’est-à-dire leur permettre de devenir « urbains »35. Ce moule est légitimé et validé par des données numériques, sociales et culturelles, récoltées par enquêtes auprès des populations concernées36. Le dessin est aussi la référence exacte, celle qui ne peut être réfutée. Les hommes du Premier ministre sont implacables : les gens concernés « ne savent pas ce qui leur convient » puisqu’ils vivent dans des conditions de « misère tragique »37. Elissar est leur seul salut car il leur offre non seulement la légalité (et donc la légitimité), mais aussi l’accès au développement38. L’éventuel échec des habitants à adhérer à ces principes est déjà expliqué par leur incapacité à savoir ce qui leur convient le mieux et leur refus de devenir « urbains ». Une idée récurrente affirme que, malgré ses défauts, le projet est une aubaine pour « ces gens qui ne peuvent espérer plus »39. La justification la plus courante et la plus efficace est celle de la régularisation du statut du foncier et de l’immobilier. Le titre de propriété qu’Elissar offre légitimera les habitants et « garantira à leurs enfants la légalité » qu’ils n’auront jamais autrement40. La dichotomie sous-tend tout le discours : les décideurs, légaux, aménagent l’espace des habitants, illégaux, qui sont pauvres et ignorent ce qu’il leur faut. Les proches de R. Hariri auraient bien voulu être les seuls acteurs d’Elissar mais ils ont à traiter avec les groupes politiques locaux, Amal et le Hizballah qu’ils affirment cependant isoler de leurs décisions opérationnelles. Ils prétendent même être gênés de devoir négocier avec les organismes publics qui retardent le travail. Ils auraient préféré œuvrer dans le cadre d’une société foncière, plus rapide et plus efficace qu’un établissement public41. Selon eux, la solution opérationnelle idéale pour la banlieue-sud est la mise en place de plusieurs sociétés foncières qui seraient de « petits » Elissar plus expéditifs.

  • 42 Ibid.
  • 43 Entretien avec le directeur du cced, 22/05/1996.
  • 44 Entretien avec A. el-Khalil, membre de la commission d’Elissar et responsable à Amal, 17/05/1996.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid.

17Selon ces opérateurs, le Hizballah et Amal ne sont que des intermédiaires entre eux et la population. Ils ne participent pas aux décisions d’urbanisme car « ce n’est pas leur affaire », mais celle des urbanistes et des spécialistes42. Pourtant, le Hizballah et Amal ne se privent pas d’intervenir. Ces groupes politiques, tous les deux d’obédience chiite, envisagent différemment le rôle socio-politique de leur communauté. Les dirigeants du Hizballah pensent que les chiites, par leur poids démographique, ont un rôle capital à jouer au sein de l’Etat et œuvrent pour renforcer leur potentiel politique, économique, culturel et social43. Pour leur part, ceux d’Amal voient le développement des chiites dépendant des autres communautés, en particulier chrétiennes, et sont contre l’établissement d’un ghetto en banlieue-sud. Ils pensent que la ségrégation spatiale et sociale développe « des sentiments négatifs »44. Le responsable d’Amal s’inquiète qu’Elissar renforce la concentration chiite puisque les logements prévus suffisent à peine aux habitants actuels. Il semble aussi douter de la capacité que possède cette forme d’habitat à provoquer la réforme sociale tant vantée. Il sait pertinemment que malgré le caractère dérisoire des services publics dans les quartiers qui doivent être détruits, ce n’est pas sans plaisir que les habitants vivent « une vie de village en ville » et qu’ils ne souhaitent certainement pas habiter des appartements « même si c’est à Ramlet al-Bayda dans un cinq cents mètres carrés »45. Cependant, il se ressaisit et corrige : « on ne peut pas faire comme ils veulent car ils ne savent pas ce qui est bon pour eux »46. Le responsable d’Amal pense que « l’horizon des pauvres est limité à des besoins primaires et triviaux » (l’adduction d’eau, la connexion électrique, l’égout dans la rue...) ; une fois ces besoins acquis, « ils pourront évoluer » et les responsables pourront les aider à « s’instruire »47.

Ph. 3. Vue du quartier Chiyah, février 1996.

  • 48 Entretien avec un architecte responsable au cced, proche du Hizballah, 22/05/1996.
  • 49 Ibid. Notre connaissance des quartiers d’Elissar nous indique plutôt le contraire.
  • 50 Ibid.
  • 51 Entretien avec un architecte responsable au cced, proche du Hizballah, 22/05/1996 et avec A. el-Kh (...)
  • 52 Entretien avec un architecte responsable au cced, proche du Hizballah, 22/05/1996.

18Le Hizballah semble adhérer plus facilement qu’Amal aux principes de base d’Elissar. Les proches du Hizballah pensent qu’il n’y aura pas de ghetto chiite puisque « l’argent n’a pas de religion » et qu’Elissar attirera des investisseurs de toutes les confessions48. Pour un responsable au CCED, ce projet donnera aux gens le « sens urbain » [hiss madini] qui leur manque ; « la vie dans des immeubles avive des sentiments d’appartenance commune, de responsabilités partagées, de voisinage... introuvables dans les pratiques actuelles des gens dominées par les soucis quotidiens d’accès aux services »49. Leur hiss fardi [sens individualiste] deviendra hiss madini ; ils pourront devenir « productifs » grâce à l’espace « bien aménagé » dans lequel ils vivront50. Le Hizballah et Amal se rapprochent quand il s’agit du suivi de l’Etat, « condition essentielle pour la réussite du projet et pour l’intégration des habitants à la société »51. Ils hésitent cependant à croire en la capacité et la détermination des pouvoirs publics à prendre en main leurs responsabilités. Les proches du Hizballah ont élaboré une théorie du complot [khitta ihmal] pour expliquer le retrait éventuel, mais supposé, des pouvoirs publics. Selon eux, l’Etat n’a ni l’intention ni la volonté de réaménager la banlieue-sud et ne cherche pas à intégrer ses habitants à Beyrouth52 ; l’Etat ne veut pas que la banlieue-sud se développe, au contraire il cherche sciemment à l’abandonner ; les excuses qu’il avance pour expliquer son inaction ou ses erreurs ne sont que des prétextes. Pour eux, Elissar est un projet dont l’objectif principal, voire unique, est économique : libérer le littoral et débloquer l’extension de la ville vers le sud. Il ne s’intéresse pas aux habitants qui ont obtenu finalement gain de cause grâce aux forces locales.

19Les responsables du Hizballah et d’Amal tiennent des discours à peu près identiques dans leurs lectures du projet et dans leurs visions de l’urbanisme et de son rôle. Leurs stratégies socio-politiques divergentes ne produisent pas des représentations urbaines différentes. Tous deux s’approprient ce qu’ils considèrent comme les points positifs d’Elissar (le plan et le dessin) et s’excluent déjà de l’éventuel échec de l’opération en accusant l’incapacité et le manque de volonté des pouvoirs publics. Dans leurs questionnements quant à l’éventuel succès d’Elissar, ils se démarquent des décideurs. Alors que ces derniers doutent des capacités intellectuelles de leurs « clients » imposés, les acteurs locaux se posent des questions structurelles relatives à la mise en œuvre du projet à long terme.

Un même discours ?

  • 53 F. Choay, 1965, p. 8-9 et p. 33.

20Deux idées de base sous-tendent les discours tenus par les trois acteurs : l’une prétend que la forme crée l’usage et l’autre que l’aménagement de l’espace est capable de réformer la société. Les propos des représentants de l’Etat proches de R. Hariri, d’Amal et du Hizballah varient, s’opposent ou s’élaborent autour de ces deux principes. Ces variations discursives ne sont cependant pas structurelles puisqu’elles gravitent toujours autour d’une même idéologie, qui n’est autre que celle de l’urbanisme moderne : l’urbanisme est présenté comme une science qui veut remédier aux dysfonctionnements de la ville53, il est le vecteur de la modernisation sociale et politique. Dans ce contexte, les problèmes urbains sont exclusivement pris en charge par les corps professionnels alliés aux pouvoirs publics.

  • 54 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996.

21Nous aurions pu nous attendre à des propos antagonistes de la part d’acteurs qui ne s’accordent pas sur les plans politique ou social. Mais Amal ne s’interroge presque pas sur les représentations urbaines que propose Elissar, il les accepte telles quelles et considèrent qu’elles pavent la voie du développement, de la « citadinisation » [tamaddun]. Pour sa part, le Hizballah partage et souligne les qualités des conceptions urbaines du projet Elissar. Les objections que nous avons notées de la part d’Amal ou du Hizballah ne visent pas l’idéologie générale qui préside au projet. Dans ce contexte, les aménageurs et les technocrates de la réforme sont seuls maîtres des décisions et soumettent à leur pouvoir les trois acteurs. Nul ne semble autorisé à contester leurs visions : « qui peut mieux que les urbanistes savoir ce qu’il faut faire, même moi qui suis ingénieur civil ne peut penser en terme d’aménagement, qu’en serait-il du Hizballah et d’Amal ? »54. Ainsi, les urbanistes sont les experts et Elissar ne peut être que la solution urbaine adéquate.

Conceptualisation par le dessin informatisé : les façades des logements à Maramel-Elissar (source : Dar al-Handawssah, 1/400e).

  • 55 J.-P. Gaudin, 1993, p. 14.
  • 56 F. Choay, 1965, p. 74-83 ; G. Dupuy, 1991, p. 10-11 et p. 72-80.
  • 57 F. Choay, 1965, p. 67.

22Cependant, les trois acteurs semblent totalement ignorer les échecs qu’a connu l’application des méthodes du zonage, principe de base de l’urbanisme moderne, notamment dans les pays occidentaux55. Le zonage a pour vocation principale de spécialiser l’espace et de faciliter la gestion dans le temps de la réalisation du projet ; ces arguments fonctionnalistes et techniques excluent toute dimension sociale à l’espace aménagé. Nous n’allons pas reprendre ici les démonstrations bien connues de F. Choay ou de G. Dupuy qui ont bien montré les contresens et les illusions de ces utopies urbaines56. Par contre, il n’est pas inutile de montrer comment les principes de « mise en ordre » de l’étalement urbain par le zonage se retrouvent dans le projet Elissar. Commençons par la division de l’espace en zones dissociées qui n’intègrent pas la mixité existante des fonctions, que ce soit à l’échelle de l’espace privé ou à celle de l’espace public. Poursuivons par le modelage dans les espaces publics qui se fait par les vides au lieu des pleins. Notons aussi la suppression des rues, fonctionnant aujourd’hui comme des lieux de sociabilité, qui s’effectue en faveur des axes de circulation ponctués d’espaces verts, voulus « actifs »57.

  • 58 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996. Il utilise le terme tan (...)
  • 59 Discussion avec un responsable au cdr, proche de R. Hariri, 14/02/1996.
  • 60 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996. Pourtant, on peut doute (...)
  • 61 J.-P. Gaudin, 1993, p. 14.

23La mise en ordre s’exprime aussi à travers l’approche hygiéniste qui vise à « nettoyer », l’espace en le rasant58. Mais, comme il est difficile de la mettre en œuvre, notamment dans la partie orientale de la banlieue-sud, certaines propositions visent à l’isoler visuellement en modifiant, par exemple, l’accès à l’Aéroport de manière à ce que les touristes évitent cette image peu décente de la ville59. La relocalisation des habitants d’Elissar dans des îlots de logements sociaux vient compléter cette approche : d’abord, cette population ne sera plus différenciée par son bâti60, ensuite elle ne représentera plus de menace d’explosion sociale car elle aura accès à un niveau de vie supérieur, enfin elle sera récupérable par la société. C’est la logique même de « l’interventionnisme [qui] ambitionne de transformer la ville et la société d’un même mouvement »61.

Principe de mise en ordre de l’espace : plan masse des logements à Maramel-Elissar (source : Dar al-Handassah). Cent unités d’habitation s’organisent en quinze blocs, chaque bloc étant une composition élaborée à partir de cinq unités de base (à droite du dessin).

  • 62 P.-H. Chombart de Lauwe, 1982, p. 314.

24Le caractère rétrograde des trois acteurs, aussi bien ceux qui se prétendent « professionnels » (les proches de R. Hariri) que ceux qui sont présentés comme représentants la population, apparaît à travers leurs discours sur l’aménagement de l’espace. Aucun ne doute de la teneur des propos des urbanistes qui, même s’ils ont raison d’un point de vue technique, menacent les lieux de la sociabilité. Aucun ne remet en cause leur idéologie qui reproduit, dans l’organisation de l’espace, une représentation de la société, des besoins et des aspirations, soi-disant de l’ensemble de la population, mais qui est en fait la leur62.

  • 63 F. Tebbal, 1994, p. 7.
  • 64 L’éradication par bulldozer des bidonvilles de Khaldé, Damour, etc. au cours du mois de juillet 19 (...)

25Il est vrai que les habitants non-réglementaires de la zone d’Elissar ne vivent pas dans des conditions urbaines idéales ; il est vrai aussi que le potentiel foncier, donc économique, de cet espace jouxtant Beyrouth est considérable et ne peut être immobilisé à long terme. Cependant, il nous semble grave que seules les considérations économiques déterminent cette opération d’aménagement et qu’aucun débat sur les choix urbains et sociaux du projet n’ait été initié. Amal et le Hizballah, tout comme R. Hariri, ne semblent être concernés que par les enjeux financiers ou, au mieux, politiques d’Elissar. Pourtant, les projets de logements sociaux sont une forme de régulation de l’espace, largement expérimentée dans des villes du Maroc, de Tunisie, d’Algérie, d’Egypte... qui a eu de graves retombées politiques et économiques sur ces Etats ainsi que des conséquences « inadaptées socialement aux bénéficiaires »63. Alors que ces pays sont engagés depuis plusieurs années dans une logique de reconnaissance et de régularisation des espaces urbains non-réglementaires, certes sous la pression des bailleurs de fonds internationaux, la répression et la coercition continuent à être au Liban le mode dominant de régulation spatiale64.

  • 65 M. Roncayolo, 1990, p. 138.

26La banlieue-sud qui a été délaissée par les pouvoirs publics est aujourd’hui réinvestie par l’Etat à travers Elissar. Une vision de l’espace est exprimée. Elle n’incorpore que partiellement les mutations spatiales et socio-politiques qui continuent à recomposer les territoires de cette banlieue, notamment depuis quelques années. L’interventionnisme de l’Etat a pris aujourd’hui des formes plus subtiles qui intègrent les acteurs locaux à son système, mais excluent leurs structures opérationnelles basées sur la prévision de services sociaux, culturels, éducatifs et sanitaires. Ces acteurs locaux ne semblent pas s’opposer aux visions de l’intervenant public ; au contraire, ils y adhèrent et se réapproprient les discours des aménageurs. Nous sommes loin d’acteurs conscients que « l’intervention publique n’efface pas les mécanismes sociaux, (...) [qu’il] n’est pas sûr qu’une planification urbaine, armée de règlements, parvienne à corriger les dérives inscrites dans le sol ni les pratiques des groupes sociaux, (...) [et que] la structure sociale ne se projette pas de manière transparente dans la ville »65.

Bibliographie

Références citées

CHARAFEDDINE W., 1987, « L’Illégalité dans une ville en guerre : le cas des quartiers ‘illégaux’ de la banlieue-sud de Beyrouth », in S. Nasr et T. Hanf (ed.), Urban crisis and social movements, Beyrouth, Euro-Arab social group, p. 175-191.

1987, La Banlieue-sud de Beyrouth ; structure urbaine et économique, thèse d’aménagement, ss. la dir. de X. de Planhol, Paris, université de Paris 4.

CHOAY F., 1965, L’Urbanisme, utopies et réalités, Paris, Seuil.

CHOMBART de LAUWE P.-H., 1982, « Périphéries de villes et crise de civilisation », in M. Imbert et P.-H. Chombart de Lauwe, La Banlieue aujourd’hui, Paris, L’Harmattan, p. 304-316.

DUPUY G., 1991, L’Urbanisme des réseaux, théories et méthodes, Paris, A. Colin.

HARB-EL-KAK M., 1996, Politiques urbaines dans la banlieue-sud de Beyrouth Beyrouth, cermoc.

GAUDIN J.-P., 1993, Les Nouvelles Politiques urbaines, Paris, Puf.

RONCAYOLO M., 1990, La Ville et ses territoires, Paris, Gallimard.

TEBBAL F., 1994, « Habitat insalubre : thématique et rôle des différents acteurs », in Habitat insalubre et stratégies d’intervention, Meknès, Anhi, Usaid.

WEULERSSE J., 1946, Paysans de Syrie et du Proche-Orient, Paris, Gallimard.

Notes

* Architecte et urbaniste, doctorante en sciences politiques à l’université de Montpellier.

1 La désignation « bureau privé » est utilisée par M. Kodeih, responsable des relations publiques du bureau en question. Ce bureau dépend directement de R. Hariri ; il dispose donc de larges moyens financiers et d’une marge de manœuvre considérable. Il est totalement indépendant du gouvernement. D’après M. Kodeih, il aurait été formé en 1992 dans un but de « coordination des différents travaux » d’aménagement urbain et serait seulement consultatif. Des équipes, assistées d’une trentaine d’employés, se divisent les secteurs affectés par l’aménagement. Le bureau est chargé d’effectuer des recherches puis d’élaborer des projets qui sont présentés aux organismes de l’Etat « qui peuvent les accepter ou les refuser » ; entretien avec M. Kodeih, 20/10/1994.

2 « Lifting total en deux ans sous l’égide d’Elissar », Magazine du 23/06/1995; Al-’amal, le 21 février 1995.

3 Al-safir, le 18 août 1994.

4 « Lifting total », 1995, op.cit. ; L’Orient-Le Jour, le 9 octobre 1996.

5 « Lifting total », 1995, op.cit. ; Al-nahar, le 28 juin 1995.

6 Les qualificatifs « intégriste » ou « islamiste » ponctuent les dépêches sur le parti de Dieu dans le quotidien L’Orient-Le Jour ; voir par exemple celui du 9 décembre 1996.

7 Al-safir, le 16 août 1994 ; Al-nahar, le 28 juin 1995.

8 Responsable du mouvement Amal.

9 Le qualificatif « anarchique » est présent dans les propos d’un responsable au Centre consultatif d’études et de documentation (cced), proche du Hizballah, ainsi que dans ceux de Bassem Sabeh, député du Metn-sud, dans un entretien télévisé, le 22/08/1996.

10 Diverses brochures d’associations du Hizballah et d’associations iraniennes.

11 La « misère » est très souvent citée : on la retrouve par exemple dans les propos d’un responsable à Al-mabarrat, association proche du Hizballah et chez Bassem Sabeh, dans un entretien télévisé, le 22/08/1996.

12 Ibid.

13 Responsable au bureau privé de R. Hariri ; Bassem Sabeh dans un entretien télévisé, le 22/ 08/1996.

14 Le slogan du parti de Dieu est « la révolution islamique au Liban ». Cependant, les ambitions « islamiques » du Hizballah sont de plus en plus nuancées par leurs dirigeants et par des articles qui discutent la « libanisation » du Hizballah ; Al-hayat, le 2 juillet 1996 ; Al-nahar, le 5 juillet 1996 ; entretien télévisé avec Sayyid Fadlallah, le 28/12/1995.

15 Ces observations sont tirées de nos nombreuses visites en banlieue-sud.

16 M. Harb el-Kak, 1996. p. 51-59.

17 Bassem el-Sabeh, député du Metn-sud, représentant les « anciens » notables et proche de R. Hariri, utilise la désignation « littoral du Metn-sud » ou sahel janubi [littoral sud].

18 W. Charafeddine, 1987.

19 Ibid., p. 1-17.

20 Projet de développement des banlieues et de construction d’autoroutes (loi n° 246) ; plan de développement pour améliorer les services dans les banlieues de Beyrouth, le niveau de vie de ses habitants et les accès à la capitale, Beyrouth, le 12/08/1994.

21 La ligne de partage entre les deux opérations est le boulevard de l’Aéroport (voir carte).

22 Ceci a été révélé par la mise en place de la commission chargée du projet Elissar qui a nécessité de longues négociations. Elle a été formée le 14/07/1995. Présidée par J. Hélou, ingénieur proche de R. Hariri, elle regroupe six membres : deux représentent Amal et Hizballah, respectivement : l’avocat A. el-Khalil, député du Liban-Sud, et l’ingénieur agricole N. Krayyem ; les quatre autres sont considérés comme étant proches de R. Hariri : A. Andraos, député ; W. Saab, politologue ; E. Sehnaoui, ingénieur et hommes d’affaires ; S. Khaled, directeur général de l’urbanisme.

23 Le terme « non-réglementaire » nous semble plus adéquat pour désigner des quartiers communément qualifiés d’« illégaux » (W. Charafeddine, 1991 ; L’Orient-Le Jour, le 9 octobre 1996), car moins chargé d’idéologie et de connotations morales ; P. Signoles, 1994, « Acteurs publics et acteurs privés dans le développement des villes du monde arabe », communication non publiée au colloque Villes et sociétés urbaines dans le Monde Arabe : transformations, enjeux, perspectives, Turin, Fondation Giovanni Agnelli, 12-13 décembre 1994.

24 La densité globale annoncée était de 110 hab. /ha, elle atteint actuellement 700 hab./ha ; entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996.

25 Le muchaa’ groupe « les terroirs au parcellement d’origine communautaire » ; à l’origine, c’est « un genre particulier de propriété collective : celle qu’exerce sur l’ensemble du territoire qu’elle cultive l’ensemble d’une communauté villageoise » ; J. Weulersse, 1946, p. 98-101.

26 L’expropriation a déjà commencé dans la région de Jnah avec le passage d’une autoroute. Les expropriés ont été remboursés sur la base de 800 $ par mètre carré alors qu’à quelques centaines de mètres (à Ramlet al-Bayda), le mètre carré ne se vend pas à moins de 3 000 $ ; entretien avec A. el-Khalil, membre de la commission d’Elissar et responsable à Amal, 17/05/1996.

27 En effet, les 7 500 logements qui seront construits ne peuvent reloger tous les habitants des 13 000 constructions recensées. Quelques cinq mille ménages – dont 2 600 sont locataires – seront donc indemnisés soit par Elissar, soit par le ministère des Déplacés, soit par le ministère de l’Habitat. Ceci contrairement aux déclarations initiales qui affirmaient qu’il n’y aura pas recours à l’indemnisation ; entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996 ; entretien avec N. Krayyem, membre de la commission et responsable au Hizballah, 17/12/1996.

28 En principe, l’attribution d’un logement vient en échange de celui qui a été détruit et se fait donc gratuitement. Mais, sur le terrain, les choses sont plus compliquées ; à titre d’exemples : l’habitant d’un deux-pièces auquel sera attribué un trois-pièces devra payer la différence ; le propriétaire d’un immeuble de trois étages ainsi que d’un appartement aura accès à un logement ainsi qu’à une propriété équivalente à son bien ; entretien avec N. Krayyem, membre de la commission d’Elissar et responsable au Hizballah, 17/12/1996.

29 Ibid.

30 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 M. Harb el-Kak, 1996, p. 35-44.

34 J. Hélou utilise le terme de fawda.

35 J. Hélou utilise le terme madaniyyin.

36 Une enquête a été menée en collaboration avec le Hizballah et Amal dans les quartiers illégaux d’Elissar à partir de laquelle les différentes décisions ont été adoptées (nombre de pièces, addition de balcons, de la salle d’eau équipée à la turque, etc.). Les résultats de cette enquête ne nous ont pas été transmis.

37 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996.

38 Ibid. J. Hélou utilise le terme tatawwur.

39 Ibid.

40 Ibid. Il poursuit en disant que ce sont les enfants qui pourront « sortir » et « s’intégrer » au reste de la ville (c’est-à-dire à la ville légale).

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Entretien avec le directeur du cced, 22/05/1996.

44 Entretien avec A. el-Khalil, membre de la commission d’Elissar et responsable à Amal, 17/05/1996.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Entretien avec un architecte responsable au cced, proche du Hizballah, 22/05/1996.

49 Ibid. Notre connaissance des quartiers d’Elissar nous indique plutôt le contraire.

50 Ibid.

51 Entretien avec un architecte responsable au cced, proche du Hizballah, 22/05/1996 et avec A. el-Khalil, membre de la commission d’Elissar et responsable à Amal, 17/05/1996.

52 Entretien avec un architecte responsable au cced, proche du Hizballah, 22/05/1996.

53 F. Choay, 1965, p. 8-9 et p. 33.

54 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996.

55 J.-P. Gaudin, 1993, p. 14.

56 F. Choay, 1965, p. 74-83 ; G. Dupuy, 1991, p. 10-11 et p. 72-80.

57 F. Choay, 1965, p. 67.

58 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996. Il utilise le terme tandif.

59 Discussion avec un responsable au cdr, proche de R. Hariri, 14/02/1996.

60 Entretien avec J. Hélou, président de la commission d’Elissar, 29/05/1996. Pourtant, on peut douter de cette certitude : une population logée dans 7 500 logements identiques nous semble fortement différenciée par son bâti ; en outre, la forme d’organisation de l’espace proposée dans le projet n’existe pas à Beyrouth.

61 J.-P. Gaudin, 1993, p. 14.

62 P.-H. Chombart de Lauwe, 1982, p. 314.

63 F. Tebbal, 1994, p. 7.

64 L’éradication par bulldozer des bidonvilles de Khaldé, Damour, etc. au cours du mois de juillet 1996 illustre cette logique ; L’Orient-Le Jour, le 1er août 1996 et le 1er août 1996 ; Al-safir, le 12 juillet 1996.

65 M. Roncayolo, 1990, p. 138.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Légende Ph. 1. L’urbanisation vers la plaine de Hadath : le quartier Roueiss, février 1996.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3260/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Légende Ph. 2. Rue Haret Hreik, février 1996.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3260/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende Ph. 3. Vue du quartier Chiyah, février 1996.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3260/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Légende Conceptualisation par le dessin informatisé : les façades des logements à Maramel-Elissar (source : Dar al-Handawssah, 1/400e).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3260/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Principe de mise en ordre de l’espace : plan masse des logements à Maramel-Elissar (source : Dar al-Handassah). Cent unités d’habitation s’organisent en quinze blocs, chaque bloc étant une composition élaborée à partir de cinq unités de base (à droite du dessin).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3260/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 504k

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search