Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Quatrième partie. Dire et voir la ville

La constitution d’une identité urbaine dans les espaces périphériques de Beyrouth, entre Antélias et Qornet al-Hamra

Frédéric Durand

Texte intégral

  • * Doctorant en géographie, à l’université de Tours.

1Note portant sur l’auteur*

2Ma zone d’étude est la région qui s’étend entre Antélias et Qornet al-Hamra, un ancien village, aujourd’hui urbanisé, situé sur les premiers versants du Mont-Liban, au-dessus de la plaine côtière. J’ai eu l’occasion d’étudier cet espace dans le cadre de la préparation d’une thèse qui porte sur les processus de production urbaine dans les périphéries nord-est de Beyrouth. Cet article traite de l’émergence d’une identité urbaine dans ces espaces périphériques en analysant quelques caractéristiques des stratégies résidentielles mises en œuvre par les habitants et en abordant largement les thèmes de l’imaginaire et des représentations, qui participent pleinement de la constitution de cette nouvelle identité.

  • 1 Voir la contribution de C. Eddé.
  • 2 Voir la contribution de M.-C. Souaid.
  • 3 Voir la contribution de T. Khayat.

3Les notions d’identité urbaine et de citadinité dans l’agglomération de Beyrouth sont actuellement au centre des préoccupations de nombreux chercheurs. Il est intéressant de voir que ces notions sont presque systématiquement liées à une présence physique, qu’elle soit humaine, commerciale, foncière ou immobilière, dans Beyrouth-municipe, voire uniquement dans le centre-ville de Beyrouth. Qu’il s’agisse de la légitimité urbaine des maronites au xixe siècle1, de la recherche identitaire des émigrés libanais en Afrique, à travers les investissements fonciers et immobiliers2, ou encore du rôle de relais de la rue Getaoui avant la guerre, vers un accès au centre-ville pour les commerçants3, il semble qu’aucune citadinité ne puisse être atteinte ou revendiquée par une personne ou par un groupe avant que ceux-ci n’aient une relation étroite avec le centre de Beyrouth. Au-delà même du problème posé par la définition d’un hypothétique centre-ville beyrouthin, qui remet déjà en cause cette citadinité urbaine centralisée, il serait intéressant d’envisager non plus une citadinité totale opposée à un statut de non-accès à la ville, mais plutôt des degrés de citadinité. Cette approche me paraît importante, notamment dans le cadre d’une réflexion sur la place et le rôle des espaces péri-urbains dans l’agglomération de Beyrouth et sur l’existence d’une quelconque identité urbaine chez les habitants de ces régions.

  • 4 Sur ce sujet, voir : Signoles P., « Acteurs publics et acteurs privés dans le développement des vi (...)

4Pour aborder ces thèmes, il est utile de s’éloigner du cadre beyrouthin et de prendre des exemples dans d’autres villes du monde arabe pour proposer des schémas explicatifs qui permettront ensuite d’envisager, sous un angle nouveau, la question de l’identité urbaine à Antélias et Qornet al-Hamra. Depuis le début des années quatre-vingt, de nombreux auteurs ont remis en cause certaines idées sur le droit et l’accès à la ville dans les agglomérations du monde arabe4, en rejetant les schémas classiques basés sur le passage obligatoire par la périphérie pauvre et délabrée pour espérer un jour accéder aux quartiers centraux et donc, sous-entendu, à la ville. A partir de l’étude du développement des espaces périphériques non-réglementaires, de nouveaux schémas de redistribution interne des populations ont été élaborés. On s’est aperçu que contrairement aux anciens bidonvilles, qui accueillaient essentiellement des populations rurales issues de l’exode des campagnes vers les villes, ces nouveaux espaces non-réglementaires sont peuplés, dans des proportions assez importantes, de personnes ayant déjà une longue expérience urbaine et qui font le choix de quitter les quartiers centraux ou péri-centraux pour s’installer dans la périphérie de leur agglomération. Les stratégies résidentielles, mises en place pour accéder à la propriété dans des espaces illégaux au statut incertain, constituent donc une façon pour ces habitants d’accéder également à un nouveau droit à la Ville, à un degré supérieur de citadinité.

5Mon intention n’est pas d’importer aveuglément des modèles étrangers pour comprendre l’agglomération de Beyrouth. Je pense simplement que les évolutions constatées dans de nombreuses villes du Monde arabe peuvent permettre de réfléchir, en de nouveaux termes, aux questions de l’identité urbaine et de la citadinité. Même si les processus de mise en place de ces nouveaux espaces périphériques arabes n’ont rien à voir avec les mécanismes de la production urbaine à Antélias ou Qornet al-Hamra, j’ai relevé quelques points communs qui soulèvent de nombreuses questions.

6Tout d’abord, en ce qui concerne les trajectoires migratoires des nouveaux arrivants, il semble qu’un grand nombre des habitants d’Antélias et de Qornet al-Hamra proviennent de Beyrouth ou de sa proche banlieue. J’ai constaté cette tendance en m’entretenant avec plusieurs entrepreneurs indépendants qui ont construit et qui construisent encore des immeubles résidentiels dans la région. Même lorsque des stratégies pointues sont mises en œuvre par ces acteurs de la construction pour cibler un type de logement susceptible d’attirer des jeunes exerçant des professions libérales par exemple, ce sont en fait des familles résidant à Beyrouth ou à proximité, mais désireuses de se rapprocher de leur région d’origine, qui représentent la majorité de leur clientèle. Ce problème de l’accession au logement et à la propriété, s’il s’est légèrement atténué avec les prêts octroyés par la banque de l’habitat, demeure encore une des difficultés majeures à surmonter par les jeunes ménages. Comme dans les villes du Monde arabe, où des solutions illégales ont été développées pour pallier les carences de l’Etat, de nouvelles stratégies se mettent en place à Beyrouth pour acquérir un logement. Elles prouvent l’importance cruciale que représente, aux yeux des Libanais, cette étape de leur vie.

Situation de Qornet al-Hamra et Antélias.

  • 5 Voir la contribution de Ch. Darles.

7Parmi ces nouvelles formes d’accès à la propriété, on peut citer les coopératives de futurs propriétaires qui se développent depuis peu au Liban. Il s’agit de structures, déclarées auprès des services de l’Etat, ayant pour but la construction d’un immeuble. Les personnes constituant cette coopérative se partagent l’immeuble en logements. Cette forme de regroupement permet de négocier plus facilement des prêts auprès de la banque de l’habitat et d’autres organismes financiers, de définir plus précisément l’architecture intérieure et extérieure de l’immeuble et de négocier en position de force avec le constructeur qui devient ainsi un simple exécutant et perd son rôle de promoteur5. Ce fonctionnement en coopératives, encore très récent, semble se développer dans la région d’Antélias et de Qornet al-Hamra. Mais, au-delà des conséquences que la généralisation de ce type de pratiques pourrait avoir sur l’organisation et le fonctionnement du marché foncier et immobilier, je pense que leur existence tend à renforcer l’impression de volonté forte affichée dans les moyens mis en œuvre pour acquérir un logement. On peut alors se demander si l’accès d la propriété, dans les espaces périphériques décrits, ne constitue pas le plus haut degré des stratégies développées par les habitants pour acquérir un droit à la Ville ?

Antélias, une rue commerçante (cliché Ch. Darles).

8Il est possible d’approfondir cette question en quittant le domaine des pratiques et en s’intéressant à l’imaginaire et aux représentations à travers deux remarques principales. La première concerne l’image, que se fait un ancien habitant de Qornet al-Hamra, de l’espace aujourd’hui urbanisé entre Antélias et son village, par rapport à l’agglomération de Beyrouth. Cette vision, assez simple, est à la fois basée sur des critères identitaires et fonctionnels. Cette personne considère que Qornet al-Hamra ne fait pas partie de l’agglomération beyrouthine en raison de l’ancienneté du noyau villageois où une identité propre s’est développée et essaie de se maintenir fièrement, et en raison de sa localisation montagnarde. Qornet al-Hamra est situé sur les premières pentes du Mont-Liban à environ six kilomètres de la mer et, à ce titre, encore différencié de la plaine côtière et de Beyrouth. Par contre, Antélias, qui est justement sur cette plaine côtière, est assimilé à l’agglomération de Beyrouth sans aucune hésitation. Les raisons invoquées sont essentiellement fonctionnelles, avec, notamment, le réseau routier ; l’autoroute du nord en particulier et le projet de boulevard périphérique, qui doit relier les banlieues sud et est à Antélias et resserrer temporellement ces lieux.

Vue générale de l’urbanisation à Qornet al-Hamra (cliché Ch. Darles).

9On peut donc affirmer qu’il existe dans notre zone d’étude un double sentiment d’appartenance, suivant que l’on se situe sur la plaine côtière ou dans la montagne, et suivant l’ancienneté de l’installation. Les personnes installées avant ou après la guerre ont une image de l’espace liée à leur expérience plus ou moins longue, tandis que les personnes installées pendant la guerre, de par le caractère souvent forcé de leur arrivée et suivant leur niveau d’intégration, ont une image peut-être plus floue et plus globalisante. En tout cas, la période de la guerre, et plus particulièrement à partir de 1982-1983 avec le développement des migrations forcées, peut être présentée comme une coupure dans les processus de formation d’une identité propre à la région.

10La deuxième remarque se rapporte aux représentations que se font de cet espace les futurs habitants encore non-emménagés. Il s’agit en fait d’analyser très rapidement le discours généralement avancé par ces personnes pour justifier leur choix d’implantation. Dans ce discours, quel que soit le lieu de résidence, les valeurs environnementales reviennent sans cesse. On parle de nature, de cadre de vie, de calme et de tranquillité, de convivialité, etc. Or, même s’il reste encore quelques pins dans cette région, la plus grande part de l’espace est totalement mitée par des immeubles d’environ cinq étages. Pourtant, cette image – rurale – reste omniprésente et constitue un des critères qualitatifs les plus souvent avancés. On retrouve ici un discours presque « banlieusard », très citadin par rapport aux valeurs représentées, et où le choix d’implantation semble bien réfléchi et dicté par des notions d’attractivité pondérées par des critères financiers.

11Ces quelques remarques permettent de reprendre mon questionnement en envisageant désormais les espaces périphériques comme des espaces attractifs, où l’arrivée de nouveaux habitants correspond à un choix et une volonté d’accéder, à travers la propriété, à la Ville. Il existe ainsi une citadinité propre aux espaces périphériques qui s’inscrit, au-delà des pratiques et des modes de vie, en s’appuyant sur un double sentiment d’appartenance (à la fois à l’agglomération beyrouthine et à la montagne) et sur un degré satisfaisant d’accession à la Ville. Il s’agit d’une citadinité incomplète et individualiste ; une citadinité de consommation, en somme, où l’accès aux pouvoirs économiques et politiques de la ville est restreint.

12Juin 1996

Notes

* Doctorant en géographie, à l’université de Tours.

1 Voir la contribution de C. Eddé.

2 Voir la contribution de M.-C. Souaid.

3 Voir la contribution de T. Khayat.

4 Sur ce sujet, voir : Signoles P., « Acteurs publics et acteurs privés dans le développement des villes du Monde arabe », communication au colloque Villes et sociétés urbaines dans le Monde arabe : transformations, enjeux, perspectives, Turin, Fondation Giovanni Agnelli, 12-13 déc. 1994.

5 Voir la contribution de Ch. Darles.

Table des illustrations

Légende Situation de Qornet al-Hamra et Antélias.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Antélias, une rue commerçante (cliché Ch. Darles).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Vue générale de l’urbanisation à Qornet al-Hamra (cliché Ch. Darles).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 548k

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site