Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Quatrième partie. Dire et voir la ville

Nomenclature professionnelle et désignation de l’espace à Beyrouth dans les années vingt

Chawqi Douayhi

Texte intégral

  • * Anthropologue, professeur à l’université libanaise.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 E. et J. Gédéon, 1923.

2Ces deux questions vont être traitées à partir d’un annuaire publié à Beyrouth en 1923 par les frères Gédéon1, Elias et Jirji, qui tenaient une maison d’édition sur la place de l’Union. Place connue alors, depuis belle lurette, comme place des Canons et baptisée tout au début des années vingt : place des Martyrs, en 1921 exactement, soit deux ans avant la publication de l’annuaire. Si j’évoque ces noms et ces dates, c’est pour dire que malgré la désignation officielle, les frères Gédéon tenaient, je ne sais pour quelle raison, à l’appeler place de l’Union (voilà une première question).

  • 2 Palestine et Syrie, 1912.
  • 3 A. Al-Khoury, 1883.
  • 4 Le premier annuaire publié en Egypte date de 1868 ; M.J. Millie, 1868.

3Disons tout de suite que l’annuaire des Gédéon ne fut pas le premier à traiter de Beyrouth, deux l’avaient précédé, celui de Beadeker qui couvrait les années 1893, 1906 et 19122, et celui de l’Université publié en 18893. Ce dernier est appelé ainsi parce qu’il fut publié par l’université américaine de Beyrouth. La comparaison de ces deux annuaires avec celui des Gédéon montre que le dernier est, de loin, le plus exhaustif. Mais il fait piètre figure, quant à son organisation et à son mode d’exposition, si on le compare, par exemple, à ceux du Caire ou d’Alexandrie qui l’ont précédé de plus d’un demi-siècle4.

  • 5 Le premier a été présenté au colloque organisé en 1991 par l’association des historiens libanais o (...)

4Ceci dit, dans cet exercice – je souligne pour dire que les réflexions et les questions suscitées par ma lecture, somme toute rapide, ne relèvent pas d’un traitement systématique –, j’ai envisagé l’annuaire des Gédéon sous deux aspects : d’abord comme objet, autrement dit quant à la façon dont il est construit et la logique, s’il s’en trouve, qui a présidé à son élaboration, ensuite comme source, c’est-à-dire à propos des données qu’il nous fournit. Encore faut-il préciser que cet exercice et tous ceux du même genre, avec les interrogations qu’ils suscitent, ne peuvent révéler pleinement leur intérêt que si des documents du même type, ou d’un autre type mais de périodes différentes, sont aussi étudiés. Tout le problème de la diachronie est là : le sens des choses s’élabore avec le temps. Cette affirmation qu’il ne faut pas perdre de vue ne nous empêche cependant pas d’étudier un document en faisant abstraction de la durée dans laquelle il s’inscrit. A ce propos, je m’adresse à ceux – ils sont nombreux dans le petit monde de notre société intellectuelle – qui taxent de formaliste ou d’a-historique toute recherche qui a pour seul objet d’étude la façon dont une société classe, joint ou oppose les choses et les objets du monde qui l’entoure, pour leur dire, après tant d’autres, que c’est dans une sociologique que réside le fondement de la sociologie. Cette remarque répond aux critiques qui m’ont été adressées lors de la publication de deux petits essais consacrés au mode d’identification des personnes dans les textes des tribunaux religieux de la wilaya de Tripoli au xviiie siècle et sur la désignation des terres agricoles dans ces mêmes textes5.

L’annuaire comme objet

5À travers quel crible les frères Gédéon ont-il construit leur annuaire ? En ce qui concerne la nomenclature professionnelle, son titre « Commerçants, propriétaires de fabriques, de banques et magasins de commission, etc. » nous met d’emblée, si on exclut l’etc., devant quatre grandes catégories. La désignation magasins de commission est arabisée par les auteurs sous la forme mahalla al-komision. Pour ma part, j’ai eu du mal à traduire en français le mot tujjar, mot somme toute traquenard. Faut-il préférer négociants, marchands ou commerçants ? J’avoue qu’en optant pour commerçants, je gomme les nuances ; s’agit-il de grossistes, de détaillants ou bien de grossistes et de détaillants à la fois ? Je souligne que les difficultés de traduction ne relèvent pas d’un problème de langue mais touchent à une question plus importante, celle de la construction de la catégorie que les auteurs appellent tujjar.

6Si les trois premières catégories – commerçants, fabriques et banques – ne posent pas de problème quant à la nature de leurs activités, la dernière – magasins de commission – est, par contre, très floue. L’organisation de l’annuaire, indépendante des quatre catégories indiqués dans son titre, ne permet pas de saisir ce que les frères Gédéon entendaient vraiment par magasins de commission. En procédant par élimination, c’est-à-dire en excluant tous les commerces, toutes les fabriques et les banques, il reste une liste très disparate de professions ; depuis les courtiers en tout genre jusqu’aux avocats, médecins et ingénieurs. La catégorie magasins de commission est-elle réservée par les auteurs à ces professions ? Ainsi, les courtiers, les avocats, les médecins et les ingénieurs seraient des commissionnaires ; j’en doute. Là, l’etc. de la fin du titre nous vient en aide ; vraisemblablement, et je crois que c’est l’hypothèse la plus plausible, magasins de commission est réservée aux courtiers, tandis que l’etc., avec toute sa connotation marginale, désigne les avocats, les médecins et les ingénieurs. On peut se demander pourquoi l’annuaire réserve une catégorie particulière dans son titre à ce qui est marginal du point de vue statistique (les courtiers ne dépassent la quinzaine), alors que les avocats, les médecins et les ingénieurs, plus de deux cents au total, sont classés sous l’étiquette etc. De deux choses l’une. Ou bien cette anomalie apparente trouve son origine dans l’absence d’un terme générique pour désigner les professions libérales (il serait d’ailleurs intéressant d’étudier à quel moment cette notion a été introduite au Liban). Ou bien il s’agit d’une question de statut, c’est-à-dire qu’il y a des professions plus importantes que d’autres. Il est évident que l’état actuel des recherches ne permet pas de trancher entre ces deux hypothèses. En attendant, je ne puis que répéter ce que les anciens auteurs arabes disaient, chaque fois qu’ils se heurtaient à une difficulté, allah a’lam.

7Les quatre grandes catégories, ou plutôt les cinq si on leur ajoute l’etc., sont subdivisées en cent douze entrées. Si l’on cherche les critères généralement retenus pour l’établissement des annuaires, il s’avère que celui des Gédéon n’est régi par aucune logique. Une partie des entrées est classée par professions, l’autre par les produits et articles. Par exemple, juste après les ferblantiers, vient la fourrure ; après les abattoirs, les réparateurs de piano ; après les commerçants de bière, les bicyclettes. L’ordre alphabétique est systématiquement négligé, autant pour les entrées que pour les noms des propriétaires ou la localisation des établissements. De plus, les entrées ne sont ordonnées, ni en fonction de leur emplacement, ni, par conséquent, en raison de leur proximité spatiale, ni par leur importance (on peut en juger par une comparaison avec d’autres sources). L’annuaire des Gédéon ne se présente donc, ni dans l’ordre de la langue et de la lecture, ni dans celui de l’espace, ni en termes de hiérarchie, mais comme un assemblage arbitraire que rien ne justifie (peut-être un esprit moins paresseux que le mien pourra-t-il y trouver une logique).

8Ceci dit, qu’est-ce qui a conditionné le choix de ces cent douze entrées ? Pourquoi les auteurs ont-ils mis l’accent sur certains établissements, produits ou articles, et pourquoi en ont-ils oublié d’autres ? Commençons par cela. En lisant l’annuaire, on a l’impression que Beyrouth était une ville sans restaurants. Ce qui n’est pas vrai. Il suffit à ce propos d’ouvrir n’importe quel quotidien de l’époque et de regarder les annonces pour se convaincre du contraire. De tous les métiers artisanaux, les auteurs n’ont consigné que les sculpteurs sur bois, les carreleurs et les ferblantiers. Pourquoi seuls les couturiers pour femmes et pas ceux pour hommes ? J’en passe.

9L’ignorance de certains produits, articles ou professions exprime en fait le choix des auteurs. Ils ont préféré s’en tenir à ceux qu’ils jugeaient les plus importants. Pourquoi deux entrées pour les chapeaux, chapeaux pour femmes et chapeaux pour hommes, alors que, de manière générale, ils étaient vendus dans les mêmes établissements ? Pourquoi seules les boulangeries franques et non les baladi-s ? Pourquoi une entrée pour les bicyclettes, une pour le caoutchouc, une pour la fourrure, une pour le lait stérilisé, une pour les coffres-forts, etc. ? La seule hypothèse que l’on puisse avancer concernant ces focalisations/omissions ou ces évaluations/dévaluations est que, chaque fois qu’il s’agit de produits ou d’articles d’origine allogène, le champ de la taxinomie s’étend ; par contre, pour les produits et articles d’origine locale, la nomenclature s’appauvrit. À l’opposition allogène/local s’en ajoute une autre qui, elle aussi, pèse sur le choix des entrées ; relative à la fréquence de consommation des produits, elle oppose la consommation courante à celle qui est plus exceptionnelle. Pour chacune de ces deux catégories, il semble exister un opérateur particulier de classification. Celui de la consommation courante est beaucoup moins nuancé que celui de la consommation non courante. J’en veux pour preuve le regroupement des magasins de mughaziyyat-s (ce qui nourrit) sous une même étiquette, ou les cent soixante-dix magasins du mal al-qubban (produits vendus au poids) en une seule entrée, sans tenir compte, ni de leur emplacement, ni des noms de leur propriétaire. Ignorer certains produits ou articles, comme en privilégier d’autres, ne relève pas uniquement des oppositions allogène/local et consommation courante/non courante. Un autre facteur, non moins important, entre en jeu. Tout annuaire s’adresse à une clientèle et répond, d’une manière ou d’une autre, par son organisation et sa conception, à ses exigences. S’il est clair que l’annuaire de Beadeker, dans ses versions française ou anglaise, s’adressait aux étrangers installés ou de passage, celui des Gédéon, écrit en arabe, s’adresse essentiellement aux autochtones et, en principe, à tous ceux qui lisent cette langue. Mais de quels autochtones s’agit-il ? En le comparant aux annuaires qui l’ont précédé, nous avons souligné que celui des Gédéon est le plus complet. Or, cette exhaustivité se manifeste par la manière dont cet annuaire consigne, tant bien que mal, les articles, les produits et les professions qui répondent aux besoins des différentes couches sociales.

L’annuaire comme source

10Peut-être est-il superflu de rappeler qu’un traitement systématique de l’annuaire pourrait nous fournir d’abondantes données qui nécessitent, pour être éclairées, le recours à d’autres sources. Pour ma part, je m’en tiens à quelques questions. La première concerne le mode de côtoiement des produits et des articles, elle entraîne une interrogation sur le profil des magasins. La seconde porte sur les formes de propriété et leurs corrélations avec les types de magasins. La troisième est relative à l’organisation des commerces. Autrement dit, dans quelle mesure peut-on parler de souks ou de rues spécialisées et aussi pourquoi cette spécialisation touche-t-elle seulement certaines professions ? La quatrième s’intéresse au rapport entre appartenance communautaire et profession. La dernière concerne les enseignes (noms donnés aux établissements) comme indicateurs de territoires.

11À en juger par la nature des produits et des articles vendus, on peut repérer trois types de magasins. Tout d’abord, le magasin spécialisé, c’est-à-dire celui qui vend un seul produit ou article (boulangerie, boucherie, débit de boissons – un pour l’araq, un pour la bière –, chausseur, bijoutier...). Ce type était très peu répandu. Le second type est le magasin où l’on trouve plusieurs articles ou produits caractérisés par une certaine complémentarité, c’est-à-dire qui peuvent être classés sous une même étiquette : vêtements, mal al-qubban, produits manufacturés, mughaziyyat-s. Ce type était le plus répandu. Le troisième est le magasin polyvalent dont les produits et articles n’ont aucun rapport entre eux : depuis les mughaziyyat-s et les produits manufacturés, jusqu’aux voitures, en passant par les vêtements. Les plus importants sont Orosdi Back, Bayda et Chouqayr, les deux premiers sont tenus par des juifs. A ce propos, il serait intéressant de savoir comment s’est effectué ultérieurement le passage d’un type de magasin à un autre. Quels articles a-t-il touché prioritairement ? Comment et quand s’est opérée la reconversion d’un magasin polyvalent en un magasin spécialisé ?

  • 6 Voir à ce propos C. Dubar et S. Nasr, 1976.

12En ce qui concerne les formes de propriété, on peut, là aussi, en repérer trois : la propriété individuelle, la propriété familiale et enfin la propriété revenant à des personnes n’ayant aucun lien de parenté entre elles (il se peut que certaines soient parentes par alliance mais ceci nécessite une autre enquête). La propriété individuelle était, de loin, la plus répandue. Donnée qui va à l’encontre d’une littérature abondante prétendant que la propriété, que ce soit dans le commerce ou dans la fabrique, est généralement familiale6. Une seconde remarque concerne l’identité des co-propriétaires d’un même établissement. A en juger par les quelques noms des familles qui possédaient le même établissement (malheureusement le plus souvent cette forme de propriété est désignée par untel et compagnie, et exceptionnellement par les noms des familles), je puis dire que les co-propriétaires appartenaient à la même communauté confessionnelle : sunnite, grec-catholique, grec-orthodoxe, maronite, arméniens. A ce propos, il serait intéressant de savoir à partir de quand le clivage communautaire fut dépassé pour la fondation d’un commerce ou d’une fabrique ; étant donné qu’un tel dépassement traduit à coup sûr le passage d’un état d’esprit à un autre. En ce qui concerne le rapport entre forme de propriété et type de magasin, j’avoue que je n’ai trouvé aucune correspondance significative. Tout ce que je peux dire à ce propos, peut-être en tirant les choses par les cheveux, c’est que le mal al-qubban correspond plutôt à une propriété de type familial.

  • 7 Il arrive parfois que le nom du souk ne traduise pas ce qu’on s’y trouve. Ce qui nous laisse suppo (...)
  • 8 A. Raymond, 1985.

13Parmi les souks et les rues spécialisées, s’il ne faut pas nier que certains étaient vraiment spécialisés – tel le souk Hani al-Raad (sagha, orfèvrerie), le souk al-Bayatira, vétérinaires, le souk Sursok (mobilier-manufactures), le souk Ayas (soierie-coton), le souk al-Bazirkan (vêtements) et la rue Saïd Aqel (mobilier)7, par contre, les autres étaient polyvalents. Ceci nous conduit à une interrogation soulevée par les historiens et les sociologues qui ont travaillé sur la ville arabe. Pourquoi cette forme de concentration n’a-t-elle touché que ces produits ? Est-elle due à une loi qui organisait les corporations et leur implantation dans l’espace urbain ? Si oui, alors pourquoi cette loi ne fut-elle pas appliquée à toutes les professions ? Dans ses Grandes villes arabes à l’époque ottomane, André Raymond ne traite pas cette question8. Au contraire de la spécialisation de certaines professions, d’autres manifestent une grande dispersion. Par exemple, presque chaque quartier avait son médecin. Ceci nous conduit à nous demander pourquoi une telle dispersion n’a pas touché, par exemple, les avocats qui sont concentrés autour de ce « lieu et/ou lien fort » qu’est le Palais de Justice ? Pourquoi ce « lieu fort » qu’est l’hôpital n’a-t-il pas provoqué un phénomène similaire avec les médecins ?

14Sur le rapport entre confession et profession, je dirai que les avocats, les ingénieurs, les médecins, les fabriques et les marchands de nouveautés étaient tous chrétiens. Pour leur part, les musulmans tenaient tout ce qui touche à l’alimentation. Le monopole des sunnites dans ce domaine, au-delà de tout ce qui touche le halal et le haram (le licite et l’illicite), relève d’un enjeu politique, celui du contrôle de la ville. L’expression : « celui qui contrôle souk al-Nouriyyé contrôle Beyrouth » est connue. Ce n’est donc pas par hasard que les grandes manifestations, les grèves qu’a connu la ville durant le Mandat, puis, plus tard, surtout durant la présidence de C. Chamoun, avaient pour origine le marché des légumes, celui de la viande et les magasins de mal al-qubban.

15En ce qui concerne les enseignes, à part les cinémas, les loukanda-s (gargotes), et la plus grande part des cafés, tous les autres établissements étaient désignés par les noms de leurs propriétaires. Il serait intéressant de savoir à partir de quand certains établissements ont commencé à porter des noms différents et quels sont ceux qui ont le mieux résisté à ce changement. Il me semble à ce propos que tout ce qui touche à l’alimentation ne change pas d’enseigne du jour au lendemain. Ne dit-on pas que l’on mange un nom ; je pense ici particulièrement aux pâtisseries arabes. Revenons aux cinémas et aux loukanda-s ; la logique qui régit le choix de leurs noms est connue. Pour les cinémas il y a un registre bien déterminé tiré de celui des cinémas français : Gaumont, Peugeot, Central, Pathé... Pour les loukanda-s c’est la région d’origine de la clientèle qui détermine chaque nom : loukanda Alep, Damas, Jérusalem, Istanbul... Ce qui fait vraiment problème, ce sont les noms donnés aux cafés. Pourquoi, parmi tous les établissements, les cafés sont-ils les seuls à porter des noms d’ordre anonyme : Etoile de l’Orient, Etoile de l’Occident, Le Paradis, La Bourse, La jumhuriyya (République), La Foire... Tous ceux qui portaient ces noms étaient installés sur la place de l’Union. Avancer que c’est cette localisation qui imposait un nom anonyme au café ne nous fournit qu’une partie de la réponse tant que le problème des autres établissements, qui se trouvaient eux aussi sur cette place, et portaient des noms renvoyant à des personnes – notamment des établissements qui n’ont aucun rapport avec l’alimentation –, ne sera pas résolu.

Désignation de l’espace

16Pour désigner l’espace, l’annuaire emploie les mots suivants :

  1. Saha (place) : parmi toutes les saha-s de la ville, seules deux étaient désignées par ce mot ; saha al-ittihad (place de l’Union) et saha al-samak (place des Poissons). Les autres, telles celles des Halles et Dabbas, bien que plus grandes que celle des Poissons (il suffit de regarder la carte de 1920 pour saisir cette différence9), étaient désignées par chari’ (rue). Il se peut que ces deux places, situées aux confins du centre-ville, dans cet espace que je désigne par l’entre-deux, c’est-à-dire qui se trouve entre les places et les quartiers, n’aient pas été promues au titre de saha. Ce n’est donc pas toujours la forme et la dimension d’un endroit qui lui confèrent son nom mais bien, parfois, sa situation dans l’espace urbain.
  2. Souk : deux remarques s’imposent. Tout d’abord, en dehors du centre-ville il n’y a pas de souk, ensuite, si le mot souk désigne tout lieu où un type de produit est commercialisé de manière préférentielle, plusieurs endroits ayant ce profil devaient, en principe, porter ce nom. Ce n’est pas toujours le cas ; là aussi, c’est l’emplacement qui est déterminant. À titre d’exemple, l’endroit où se concentre le commerce et la fabrique du mobilier à Gemmayzé, au nord de la place de l’Union, porte le nom chari’. Dernière remarque, contrairement à ceux de Tripoli qui sont désignées par les noms des professions qui s’y trouvent, les souks de Beyrouth portent généralement des noms de famille. C’est un détail auquel il faut réfléchir.
  3. Chari’ : en dehors du centre-ville il n’y a pas de chari’.
  4. Jada (avenue) : une seule rue de Beyrouth portait ce nom ; jada al-ifransiyyin (avenue des Français). La jada se trouve en dehors du centre-ville ; quand on le quitte, deux autres désignations apparaissent : tariq et hayy. Les voies qui conduisent vers l’extérieur de la ville sont désignées par tariq (tariq al-Nahr, tariq Saïda, tariq al-Cham...). Quant au mot hayy, cité d’ailleurs une seule fois, il semble que malgré son usage encore timide, il fut adopté à partir des années vingt. J’en veux pour preuve la répartition des circonscriptions électorales et des lieux de naissance à Beyrouth, deux informations inscrites dans le maillage des hayy à partir de cette décennie. Ce mot, qui appartenait auparavant au langage vernaculaire, fut alors intégré au langage courant savant. Il en découle que les deux mots hara et mahalla – utilisés dans les registres des tribunaux et que je m’attendais à trouver dans l’annuaire –, mots déchus si j’ose dire, ne sont utilisés que dans des circonstances bien déterminées. Jusqu’au début des années soixante, mahalla n’était utilisé que dans son acception politique : chabab al-mahalla (les jeunes du quartier). Durant la dernière guerre l’expression s’est évaporée, et pour cause. Les milices se sont substituées aux chabab. Quant au mot hara, il n’est utilisé que quand on parle des enfants de la hara. C’est peut-être là que réside la différence entre awlad al-chari’ (enfants de la rue), expression qui porte une connotation péjorative, et awlad al-hara (enfants du quartier) qui, par contre, est très valorisante. N’oublions pas que la chari’ relève du centre-ville, espace suspect par excellence. Tout ce qui vient d’être dit nous conduit à un constat ; plus on s’éloigne du centre-ville, plus les mots de l’espace se raréfient et sont remplacés par la toponymie. Autrement dit, avec l’augmentation de la distance au centre, la classification se transforme en nomination.

17Dans l’annuaire, la ville n’est pas lue uniquement à travers les mots que je viens d’évoquer. D’autres établissements et bâtiments, tels la wikala, le khan, le port, le cinéma et la douane, en furent aussi des points de repère. Mais les auteurs ne mentionnent jamais leurs localisations ; ils semblent tellement connus que la mention des rues, des souks et des hara-s où ils se trouvent n’est pas jugée nécessaire. Pour terminer, je rappelle que beaucoup de questions sont restées sans réponse. D’ailleurs, si l’annuaire a une quelconque utilité, je crois qu’elle réside essentiellement dans le fait de poser des questions, lesquelles ouvrent de nouvelles pistes de recherche ignorées ou mal perçues, par les historiens, les sociologues et les anthropologues.

Bibliographie

Références citées

AL-KHOURY, A., 1883, Al-Jami’a wa dalil Beyrouth, Beyrouth.

DUBAR, C., NASR, S., 1976, Les Classes sociales au Liban, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques.

GEDEON, E. et J., 1923, Al-dalil al-souri [L’annuaire syrien], vol. II, Beyrouth.

MILLIE, M.J., 1868, Alexandrie d’Egypte et Le Caire avec le plan de ces deux villes 3e éd., Milan, Imp., Civelli. Palestine et Syrie (Guide Beadeker), 1912, Paris.

RAYMOND, A., 1985, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, Sindbad.

Notes

* Anthropologue, professeur à l’université libanaise.

1 E. et J. Gédéon, 1923.

2 Palestine et Syrie, 1912.

3 A. Al-Khoury, 1883.

4 Le premier annuaire publié en Egypte date de 1868 ; M.J. Millie, 1868.

5 Le premier a été présenté au colloque organisé en 1991 par l’association des historiens libanais ottomanistes, le second a été publié dans le quotidien Al-hayat en 1992.

6 Voir à ce propos C. Dubar et S. Nasr, 1976.

7 Il arrive parfois que le nom du souk ne traduise pas ce qu’on s’y trouve. Ce qui nous laisse supposer que, dans de tels cas, le souk a conservé son nom malgré le changement de nature des marchandises qui s’y trouvent.

8 A. Raymond, 1985.

9 Ras Beyrouth / Le Port / La Gare / St Elie / Les Pins / Nahr Beyrouth, Paris, Bureau topographique de l’A.F.L., Service géographique de l’Armée, 1920, 1/5 000e, 6 feuilles, couleurs.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search