Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Quatrième partie. Dire et voir la ville

Introduction

Jean Métral

Texte intégral

1Les communications de ce colloque organisé par Jean-Luc Arnaud et son équipe de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et sa reconstruction (dont l’intitulé est déjà un sujet d’interrogation : Beyrouth, Grand Beyrouth ?) et celles rassemblées sous le thème de clôture : Dire et voir la ville, nous introduisent à une série de questions dont les approches croisées des travaux en cours soulignent l’importance.

2Je ne retiendrai ici que quelques interrogations qui recoupent, excusez-moi, celles que se pose l’anthropologue urbain dont la passion qu’il nourrit pour les villes se porte également sur celles de la Méditerranée orientale et sur celles de l’Europe occidentale.

  • 1 Sennett R., 1990, La Ville à vue d’œil, Plon.

3Voir la ville engage ce que Richard Sennett1 appelle « la conscience de l’œil », c’est-à-dire la nécessité de réconciliation « entre l’intérieur et l’extérieur, entre l’expérience subjective et l’expérience matérielle » que nos villes contemporaines ont dissociées à la faveur d’un processus qui serait l’expression progressive et continue, dans le temps long, « d’une peur d’exposition ». Si « dans la ville, la vie exposée, tournée vers l’extérieur, ne peut-être le simple reflet de la vie intérieure ».

4Comment réconcilier la ville et la vie ? Comment décrypter une cité de plus en plus illisible ?

  • 2 Hannerz U., 1982, Explorer la ville, Ed. de Minuit.

5Pour ne pas se laisser enfermer dans l’opposition souvent stérile : intérieur/extérieur, pour mieux lire la ville et en dire le sens pluriel, ne doit-on pas suivre le conseil de Ulf Hannerz : « vivre la ville du dedans pour la voir d’en haut »2. Que signifie ce paradoxe méthodologique ? La ville est une totalité diverse, complexe et hétérogène. Le chercheur ne peut « la vivre du dedans », qu’en se limitant à des territoires de faible étendue, à des lieux (haut-lieux, bas-fonds, non-lieux) bien définis et situés dans l’espace urbain, habités et/ou fréquentés par des populations restreintes. Telles sont les conditions d’une observation participante, intensive et de longue durée des pratiques et des représentations « des relations de parenté, de voisinage, de mobilité, d’approvisionnement et de loisir », des sociabilités et des civilités dont la description fine et l’analyse détaillée permettent la compréhension en profondeur, le décryptage et la restitution du sens.

6Mais la recherche est loin d’être achevée. Malheureusement la disponibilité du chercheur, les exigences académiques l’interrompent trop souvent à mi-parcours. Pour « regarder la ville d’en haut » il faut ensuite se saisir de ce fragment urbain bien analysé, cette place, cette rue, ce quartier, cette banlieue... et le faire travailler comme analyseur de la ville dans sa totalité.

7A partir d’un élément toujours singulier que peut-on dire et ne pas dire sur le tout, car considérer une partie comme analyseur d’une totalité pose le délicat problème de la pertinence. Quelle est la partie ouvrant le meilleur accès à la totalité lorsque cette totalité, la ville, est un ensemble hétérogène ? Il en est toujours plusieurs. Laquelle choisir ? Ce choix c’est l’implication, l’engagement du chercheur qui ne devrait pas se dérober devant cette question : par où et comment entrer dans la ville ?

  • 3 Nous donnant à voir la ville de très haut.

8Comment entrer dans Beyrouth en cette fin de xxe siècle ? Mais d’abord, quel Beyrouth ? Comment définir et circonscrire cette ville entre mer et montagne, ce port qui développe ses agglomérations et ses activités au nord et au sud le long des axes de communications en bordure des côtes. Les problèmes de construction de l’objet, plus encore que les problèmes de méthode, ont été un des grands débats du colloque : Beyrouth, Région métropolitaine de Beyrouth, Grand-Beyrouth, trop grand Beyrouth ? Jean-Luc Arnaud a bien montré3, lors de l’atelier de clôture, que les définitions et les choix n’étaient pas seulement « jeux d’échelles » et question de pertinence mais que les logiques et les positions idéologiques qui les fondaient expriment aussi de forts enjeux politiques.

9L’atelier Dire et voir la ville a fait la preuve que pour lire Beyrouth, les entrées doivent être multiples. Sans cette multiplicité, comment comprendre et dire le sens pluriel de la ville aux limites incertaines, que seize années de guerre ont divisée et laissée meurtrie, dont le cœur fut détruit dès les premiers combats, de la « ville mosaïque », devenue ville éclatée.

10Il faut entrer par la vieille ville des années vingt, pour voir comment les citadins se classaient eux-mêmes selon leurs activités professionnelles et désignaient leurs espaces urbains. L’analyse minutieuse d’un annuaire de cette période par Chawqi Douayhi met en évidence les catégories souvent allogènes et pas toujours très ordonnées par lesquelles la ville se lisait et se présentait.

11Voilà trente ans, c’est encore par le centre, véritable porte de la ville qu’entre le géographe allemand H. Ruppert. Laurent Combes et Eric Verdeil relisent son ouvrage Beyrouth une ville d’Orient marquée par l’Occident et dégagent, avec beaucoup d’acuité, la singularité de ce regard extérieur et étranger sur la ville. En ce temps-là, Beyrouth offrait des « paysages urbains », de plus en plus occidentalisés, derrière lesquels pouvait encore se lire le modèle de la ville orientale qui, selon l’auteur, articule en un équilibre instable et fragile des espaces de résidence « caractérisés par leur homogénéité confessionnelle et leur hétérogénéité sociale » et des espaces d’échanges, les souks, espaces ouverts à toutes les mixités : confessionnelles, ethniques nationales, sociales... La relecture de la description cosmopolite du centre en ces années soixante, les années heureuses du « miracle libanais », nous aide à mieux comprendre, aujourd’hui, la nostalgie douloureuse des uns et la fureur destructrice des autres.

12Il faut aussi entrer dans Beyrouth par ses périphéries et lire la ville en partant de ses banlieues, de ses « ceintures de misère », de ses camps, de ses quartiers laborieux, de ses îlots extérieurs d’abondance discrète ou ostentatoire, de ses proches villages d’estivage... Dans ces espaces inégalement urbanisés vivent des populations nombreuses, migrantes, ou « déplacées » qui élaborent à leurs manières des formes urbaines, des codes de sociabilité, des types de centralités particulières, éclatées, désaccordées.

13Mona Harb el-Kak, en banlieue-sud, et Frédéric Durand, en périphérie nord-est, nous décrivent précisément les dispositifs en projet ou en place qui, dans l’esprit des acteurs, devraient accélérer le passage aux citadinités dominantes de la modernité...

14L’atelier Dire et voir la ville a donc démontré la nécessité et la fécondité des regards et des lectures multiples de Beyrouth. Pour terminer, je souhaiterais que ne soit pas oublié que Beyrouth rassemble la moitié de la population du Liban. Peut-on regarder et lire la ville sans en même temps regarder et lire le pays dont elle est la capitale. Leurs avenirs ne sont-ils pas indissociables ? Comme devraient l’être citadinité et citoyenneté ?

Notes

1 Sennett R., 1990, La Ville à vue d’œil, Plon.

2 Hannerz U., 1982, Explorer la ville, Ed. de Minuit.

3 Nous donnant à voir la ville de très haut.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search