Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Troisième partie. Architecture et marché foncier

Introduction

Jean-Luc Arnaud

Texte intégral

1Inviter des architectes à participer à une rencontre consacrée aux questions relatives à l’ensemble d’une agglomération comptant plus d’un million d’habitants, questions qui s’expriment plutôt à l’échelle du géographe qu’à celle de la construction, peut paraître étonnant. Derrière cette participation, se profile cependant une interrogation qui la justifie pleinement. Dans quelle mesure une étude de l’architecture domestique peut-elle rendre compte de l’avancée de l’urbanisation dans les environs de l’agglomération ?

2Depuis le début de ce siècle, l’architecture domestique libanaise connaît un renouvellement important par la généralisation d’un nouveau type architectural : l’immeuble. Les participants à cet atelier devaient s’interroger sur les relations qui associent les mutations des types architecturaux avec le dynamisme du marché foncier, non seulement pour la production du début du siècle, mais aussi pour la plus récente, celle des dernières décennies. En d’autres termes, le passage de la maison individuelle à l’habitat collectif, qui a eu lieu à proximité du centre de Beyrouth au cours des années vingt et qui, depuis cette date, s’est développé dans des quartiers puis des banlieues et enfin des villages périphériques toujours plus éloignés de ce centre, constitue l’indicateur principal retenu pour mettre en évidence la relation entre la production architecturale et le marché. C’est donc une instrumentalisation des études de typologie architecturale – dans une réflexion à l’échelle du géographe et dans le temps de l’historien – qui a été tentée au cours de cette rencontre. On pourrait en résumer la problématique par une question. Qui construit quoi, quand et où ?

3La question des limites de l’agglomération, ou plutôt de l’intégration des périphéries successives au marché foncier de la capitale a trouvé des réponses pour les trente dernières années avec la contribution de Christian Darles. Il montre comment la hauteur des bâtiments, leur relation à l’espace public, la densité d’occupation des terrains, le principe de distribution des édifices, ou encore la taille des logements, constituent autant de révélateurs d’une adaptation de la production du bâti à la solvabilité de la clientèle et donc au marché. Suivant cette approche, les transformations de l’espace de l’habitat sont considérées comme des résultats de celles du marché. La relation entre ces deux données n’est cependant pas univoque ; ce ne sont pas tant des relations de cause à effet qui ont été mises en exergue que les variations induites par les mutations du cadre de production de la construction et plus particulièrement celles du jeux des acteurs au sein des réseaux dans lesquels ils s’inscrivent entre l’acquisition des terrains et la vente des logements. Les intermédiaires sont plus ou moins nombreux, ils jouent en général de relations de complémentarité dont les rôles ne sont pas toujours faciles à définir.

4Suivant le travail minutieux de Ch. Darles et de ses étudiants de l’école d’architecture de Toulouse, les formes de l’architecture domestique des trente dernières années résultent de l’ajustement de plusieurs temporalités qui trouvent leurs origines dans les premières décennies du siècle. Tout d’abord, la mise en place de l’habitat collectif dont les logements individuels superposés entretiennent un nouveau rapport avec l’extérieur, plus tard, au cours des années cinquante, la séparation de l’appartement en deux zones – jour et nuit – avec l’introduction des lieux de distribution (les couloirs) permettant ce découpage, constituent des étapes importantes qui s’inscrivent dans un temps long, semi-séculaire. Ensuite, dans un temps plus court, plus conjoncturel, la législation a joué sur la forme générale des constructions dans la mesure où le volume construit a une forte tendance à optimiser les capacités réglementaires de chaque unité de terrain. Enfin, suivant une autre conjoncture, celle des aléas du développement du commerce à longue distance des matériaux pondéreux, les techniques de construction et les matériaux – la tuile à la fin du xixe siècle, les poutres métalliques quelques années plus tard et le béton armé depuis environ cinquante ans – ont aussi joué un rôle important dans les transformations de l’habitat. Depuis moins longtemps, de nouveaux matériaux, de second œuvre plutôt – faux-plafonds, profilés en aluminium, tuyauterie en PVC... –, ont aussi contribué à l’évolution des formes et des dispositions. Cette conjoncture, pas toujours déterminée par les intérêts économiques, semble avoir parfois pris le pas sur la longue durée des savoir-faire. En architecte praticien, Christian Darles a su faire parler ses collègues libanais sur les motivations de leurs choix de tel ou tel mode de construction.

  • 1 R. Fayad, Morphogenèse et marché foncier d Wadi Abou Jmil ; R. Saliba, Types architecturaux et mar (...)
  • 2 Une étude de ces maisons, engagée par Mona Charara au début des années quatre-vingt-dix, était mal (...)

5Pour leurs parts, Robert Saliba et Robert Fayad, ont, à partir d’une abondante iconographie de qualité, présenté l’architecture domestique et ses évolutions de la fin du xixe siècle aux années quarante1. Ils ont centré leurs exposés sur l’organisation et le décor des façades. R. Saliba, en particulier, a longuement discuté de la composition des façades des « belles » maisons dites ocres2. Si ces deux présentations ont comblé les historiens de l’art et les défenseurs du patrimoine architectural, la constitution du corpus suivant des critères plus esthétiques que morphologiques n’a pas permis aux auteurs de dresser une géographie de la répartition des types dans le temps et dans l’espace urbain. On le regrettera d’autant plus que les matériaux nécessaires à une telle réflexion ont été patiemment réunis au cours de plusieurs années de travail par les auteurs. Dans ce contexte, malgré l’intérêt de ces deux contributions, il était difficilement envisageable de les intégrer à ce livre sans s’exposer au risque de la dispersion et à sa critique. Pour cette raison, j’ai préféré retenir seulement la contribution de Ch. Darles, plus proche des questions abordées par les autres participants à la rencontre, dont le volume important et la richesse de l’iconographie, sans compenser l’absence de travaux sur les zones plus centrales de l’agglomération, offre un vaste panorama de la production d’architecture domestique contemporaine.

Notes

1 R. Fayad, Morphogenèse et marché foncier d Wadi Abou Jmil ; R. Saliba, Types architecturaux et marché foncier d Beyrouth entre les deux guerres.

2 Une étude de ces maisons, engagée par Mona Charara au début des années quatre-vingt-dix, était malheureusement inachevée lors de son décès. On trouvera cependant une publication de ses premières hypothèses dans « Elles sont repérées à leur teinte ocre », Méditerranéens, 5, 1993, p. 71-77.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search