Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Deuxième partie. Recompositions

Réseaux d’investissements fonciers et immobiliers à Beyrouth : une filière chiite

Marie-Claude Souaid

Texte intégral

  • * Doctorante et chargée de cours en anthropologie à l’université Saint-Joseph.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Je tiens à remercier les membres de la famille Beydoun qui ont collaboré à la réalisation de cet a (...)

2L’analyse des mécanismes des transactions pour l’acquisition du foncier et de l’immobilier urbain rend compte de la présence de médiateurs capables de mettre en place des réseaux pour canaliser les flux de capitaux investis dans ce secteur de l’économie urbaine. La structure de ces réseaux, la spécificité des intermédiaires, ainsi que les relations entretenues avec leur clientèle expriment la nature des rapports sociaux qui s’établissent au cours d’échanges qui induisent une recomposition sociale et spatiale des espaces. Cet article a pour objet l’entremise menée entre 1940 et 1960 par les Beydoun auprès de leurs coreligionnaires et compatriotes émigrés en Afrique, pour leurs investissements fonciers et immobiliers à Beyrouth1. L’intermédiation des Beydoun se traduit par l’installation, à Beyrouth, des Libanais chiites d’Afrique d’origine rurale en parallèle à l’accroissement de leur capital foncier et immobilier au Liban. Hommes d’affaires et politiciens, les Beydoun interviennent à la fois au niveau économique et au niveau politique. L’exercice de leur médiation met en évidence les enjeux à l’œuvre dans la création de nouveaux espaces dans la capitale libanaise.

3L’observation a conduit à distinguer deux moments de l’entremise qui correspondent à deux modes d’organisation du réseau et à des relations sociales de nature différente. Dans un premier temps, la médiation se distingue par la personnalisation des rapports sociaux, entretenus par les intermédiaires et leur clientèle, et par la mise en place de filières gérées par les médiateurs et les membres de leur famille. Cette personnalisation des rapports sociaux se manifeste dans des pratiques caractérisées par l’intervention des médiateurs dans les affaires publiques et privées, collectives et individuelles des émigrés. Elle est favorisée par une perception positive chez les émigrés de la personnalité de leur intermédiaire : moralité, notabilité, savoir-faire et leadership politique. Chez les émigrés en quête de reconnaissance, ces rapports personnalisés engendrent des liens d’allégeance avec leurs médiateurs, d’autant plus que ces derniers transmettent une image de respectabilité et de pouvoir. La respectabilité leur offre la possibilité de s’identifier à un groupe reconnu socialement et d’accéder à leur propre reconnaissance sociale. Le pouvoir autorise l’accomplissement de leur désir de participation à l’action collective dans leur pays d’origine et ouvre la voie de leur intégration à la ville d’où ils étaient précédemment exclus.

4Dans un deuxième temps, les transactions foncières et immobilières s’inscrivent dans des structures institutionnelles : compagnies d’investissements fonciers et immobiliers, sociétés foncières, banques. Cette institutionnalisation conduit à la rationalisation des rapports sociaux ; ils interviennent entre les intermédiaires et les émigrés en parallèle avec les évolutions des besoins d’appropriation du foncier. À la trajectoire spatiale des émigrés, s’ajoute leur revendication d’une appropriation d’espaces centraux dans la ville dont la possession traduit, au niveau symbolique, l’expression du pouvoir économique et celle de la reconnaissance de leur position sociale par la communauté. La possibilité de faire accéder les émigrés à la centralité devient alors le révélateur de la fiabilité du réseau et des personnes en charge de sa gestion.

5L’étude de ce type de réseau s’inscrit dans l’histoire de la formation des communautés urbaines par le flux des capitaux et le mouvement des personnes ; elle s’inscrit également dans l’histoire sociale et politique de la ville. Les enjeux locaux participent d’un processus global de changement social et spatial. La première partie de cet article est consacrée à l’influence de l’émigration en Afrique sur l’émergence de pratiques urbaines dans la communauté chiite libanaise. Ensuite, on verra la naissance d’une notabilité chiite à Beyrouth autour de la famille Beydoun. La deuxième partie porte sur la création, l’organisation et le fonctionnement de la filière d’investissements ouverte par la famille Beydoun pour drainer les capitaux des émigrés. En conclusion, à partir de cette étude de cas, je m’interrogerai sur son utilité pour la compréhension des réseaux d’investissements à l’œuvre à Beyrouth aujourd’hui.

Emigration en Afrique et apprentissage de la ville

6À sa genèse, au début du siècle, l’émigration dans les pays d’Afrique est une migration de travail. Ces pays ne sont pas perçus comme des lieux d’intégration. Bien que la communauté libanaise soit toujours fortement implantée dans le continent africain, il y a en permanence chez elle le désir de retour au pays d’origine ou, du moins, celui d’une migration vers d’autres pays après les événements survenus en 1975. Le désir de retour se concrétise par des appropriations foncières et immobilières au Liban dont certaines constituent des points d’ancrage, notamment pour ceux qui ne reviennent pas s’installer au pays. En Afrique, dès les années trente, les plus nantis des Libanais participent à la construction des villes sous la houlette de la colonisation anglaise et française. À Dakar, par exemple, ils édifient les premiers immeubles modernes. La communauté se territorialise en ville, s’installe et acquiert des propriétés ; elle opère parallèlement une diversification de ses activités économiques après un passage par le commerce, et adopte, au fil du temps, des pratiques liées à l’accumulation du capital, aux stratégies d’investissement et aux relations d’affaires. Le processus d’urbanisation et de diversification du travail s’accentue dans les années soixante avec l’indépendance des Etats-nations africains. La décolonisation permet aux Libanais d’exercer les métiers antérieurement réservés aux populations des anciennes nations coloniales et de traiter avec celles-ci pour leurs affaires commerciales. Ces nouvelles conditions de vie conduisent les migrants à entretenir des rapports sociaux hors de leurs circuits familiaux traditionnels et à constituer, aux côtés de leurs filières familiales ou communautaires, des structures lâches basées sur les rapports de travail.

7Ces évolutions s’accompagnent d’un changement dans les modalités des envois de capitaux vers le Liban. Dans les années vingt, les premiers envois sont effectués à travers les filières familiales pour soutenir ceux restés au pays, mais avec l’exigence qu’une partie des sommes envoyées soit investie dans le foncier rural. A partir des années quarante, sous l’impulsion des Beydoun, les filières familiales sont progressivement remplacées par des réseaux non familiaux. Le flux des capitaux s’oriente vers le foncier urbain de Beyrouth : la capitale du nouvel Etat-nation libanais présente, dès 1920, de nouveaux enjeux économiques et politiques auxquels sont sensibles les Beydoun.

Formation d’une notabilité chiite à Beyrouth

  • 2 M.A. Roumani, 1993, p. 135.

8La première notabilité chiite de Beyrouth se constitue à la fin du xixe siècle, à travers la famille de Hajj Youssef Beydoun, riche négociant émigré de Damas en 1892. Le statut social de la famille s’articule autour de son pouvoir économique, de sa connaissance des pratiques urbaines, de sa notoriété morale et de son niveau d’éducation. L’origine urbaine des Beydoun facilite la reconnaissance de leur citadinité par les notables musulmans sunnites et chrétiens grecs-orthodoxes, alors citoyens à part entière de Beyrouth. Les récits de la famille soulignent que les notables de la ville leur octroient cette reconnaissance du fait de l’ignorance de leur appartenance à la communauté chiite, communauté rurale à laquelle était dénié le droit de citadinité et de notabilité urbaine. Néanmoins, l’installation des Beydoun dans la ville est surtout due à leurs moyens financiers. La stratégie d’intégration, entreprise par Hajj Youssef au Liban, se traduit par l’implantation de son négoce dans le port de Beyrouth, par des acquisitions foncières et immobilières dans la ville, puis par la diversification des activités économiques entreprises par ses fils qui les conduisent à des associations commerciales avec les anciens négociants. En 1927, le testament du patriarche rend compte de l’importance du patrimoine constitué depuis 18922. En vingt-cinq ans, le chef de famille, outre un négoce prospère en denrées alimentaires et produits de luxe (tapis, soieries, café), a acheté une maison et quinze titres fonciers à Beyrouth ainsi que trente-six parcelles dans la plaine de la Bekaa à la limite de la Syrie. Il a ainsi augmenté, à raison de deux acquisitions par an en moyenne, un patrimoine initial de vingt-neuf titres fonciers et immobiliers en Syrie, dont vingt-six dans la ville de Damas.

  • 3 Jabal Amel : (montagne de Amel) collines formant le prolongement sud du Mont-Liban. La région du L (...)

9Le cloisonnement communautaire que connaît Beyrouth et les vagues de migrations rurales des chiites de Jabal Amel3 vers la ville conduisent les Beydoun à se distinguer de la notabilité urbaine traditionnelle par leurs activités sociales en faveur des migrants de leur communauté auprès desquels ils jouent, dans un premier temps, le rôle de protecteurs. Ce rôle est exprimé à travers les récits des chiites de Beyrouth qui rendent compte de leur accueil par les Beydoun, de la résolution par ces derniers de leurs problèmes personnels et de travail, ainsi que de la défense, par Hajj Youssef en personne, des lieux de cultes chiites, objets de vexation de la part de l’orthodoxie sunnite. En effet, paysans démunis devenus ouvriers saisonniers et journaliers, les nouveaux arrivants se trouvent à la fois dépréciés par leur statut social et par leur appartenance communautaire dans une ville qui les admet sans encore les intégrer et dont ils ignorent les pratiques. Leurs rapports d’allégeance aux leaders de leur région d’origine, avec lesquels ils n’ont pas encore coupé les liens, se transforment en clientélisme envers les Beydoun qui fondent des associations caritatives et créent des écoles pour les plus démunis. Ce souci permanent de l’éducation distingue en priorité la notabilité des Beydoun de celle des leaders ruraux et leur confère une modernité qui faisait défaut à la majorité de leurs contemporains. Par ailleurs, la modernité constitue le mythe fondateur de l’exode de la famille vers Beyrouth, dont les récits imputent le départ de Damas à un litige survenu entre Hajj Youssef et ses pairs concernant la fondation d’une école de filles, fait encore inadmissible à l’époque. Dans leur mission éducatrice, les Beydoun sont toutefois soutenus par le grand uléma, chef spirituel de la communauté chiite du Liban et de Syrie, Sayyed Mohsen El-Amine, auteur d’ouvrages éducatifs et fondateur des premières écoles de Jabal Amel.

10Forts de l’appui de la hiérarchie religieuse, désormais intégrés à Beyrouth où ils font partie de la notabilité urbaine, les Beydoun préparent leur ascension politique que réalisera Rachid, le troisième fils du Hajj, à partir de 1923. Les premières activités politiques de Rachid Beydoun durant la période du mandat français au Liban (1920-1943) s’inscrivent dans le Liban-Sud, région à majorité chiite et réservoir démographique de l’exode rural vers Beyrouth et de l’émigration vers l’Afrique. Rachid Beydoun est élu député du Sud en 1937. Cette élection consacre ses activités sociales qui débutent avec la fondation, en 1923 à Beyrouth, de l’Association islamique de bienfaisance ‘Amiliyyé pour l’entraide et l’éducation des membres de la communauté chiite. L’organisation, dont le nom signifie l’appartenance à Jabal Amel, connaît entre 1923 et 1961 une période d’expansion importante au cours de laquelle sont créés des établissements scolaires à Beyrouth et dans les villages du Sud, des écoles techniques, des dispensaires et une mosquée, ainsi que des clubs sportifs et des organisations de scoutisme pour l’encadrement des jeunes chiites de la capitale. À mesure qu’elle grandit, l’association s’ancre dans le paysage urbain et donne son nom au quartier de Beyrouth où elle est implantée. Cette expansion s’accompagne d’une augmentation de ses effectifs et de sa reconnaissance par l’État libanais au même titre que les associations caritatives et éducatives antérieures des communautés sunnites et grecques-orthodoxes. Financée dans un premier temps par la famille Beydoun et par des dons de chiites de Beyrouth, l’association est ensuite soutenue par les ulémas de la communauté et par les dons de chiites d’Afrique. Devenue l’institution-phare de la notabilité de ses fondateurs, ‘Amiliyyé contracte des accords de collaboration technique avec des universités en Iran, en France et surtout en Allemagne.

  • 4 G. Ahmad Issa, 1991, p. 40.

11Les rapports de clientélisme qu’entretiennent les Beydoun avec les membres de leur communauté connaissent une tentative d’évolution vers des relations partisanes. Le 21 juin 1944, Rachid Beydoun crée Al-tala’ (les pionniers), formation chiite dans la mouvance de l’émergence des partis du Liban indépendant4. Le parti indique clairement dans ses statuts, la nécessité de la collaboration entre les Libanais résidents et les émigrés. A l’exemple des formations politiques issues des autres communautés libanaises, au sein desquelles se trouve une forte proportion d’émigrés, les Al-tala’ sont sensibles au potentiel de l’émigration comme facteur de développement communautaire. Ceci étant, à l’aube du Liban indépendant, les Beydoun reflètent dans le paysage politico-social communautaire libanais une image d’urbanité, de savoir-faire dans les affaires et dans la politique qui va séduire les émigrés auxquels ils s’adressent pour une collecte de dons en vue de l’expansion de l’école Amiliyyé. En 1938, Rachid Beydoun entreprend un premier voyage en Afrique, accompagné de Kamel Mroué, éminent journaliste chiite assassiné en 1958 pour ses idées anti-nassériennes ; à l’issue de ce voyage, il publie le premier ouvrage de référence sur l’émigration libanaise en Afrique intitulé Nahnou fi afrikia (Nous, en Afrique). Dans ce Nous, Mroué, qui accorde son soutien politique aux Beydoun, diffuse l’idée d’une identité collective et d’une projection dans la participation qui ne laisse pas les émigrés indifférents.

12Entre la date de son premier voyage en Afrique, qui sera suivi par d’autres, et de la fondation de la banque Mebco en 1958 par la famille, Rachid Beydoun, zaïm (chef) politique, cumule les fonctions de directeur de ‘Amiliyyé et d’homme d’affaires. Secondé par son frère cadet, Mohsen, il accorde sa caution morale au « bureau », filière d’investissements fonciers et immobiliers pour les émigrés d’Afrique, ainsi nommée du fait de son emplacement dans le local réservé aux diverses activités de Rachid Beydoun.

« Le bureau » : fonctionnement et rapports sociaux

13Au cours de mes enquêtes, à la question de savoir à qui s’adresse un émigré lorsqu’il veut investir à Beyrouth, les enquêtés ont été unanimes pour souligner la nécessité d’un intermédiaire en qui ils « peuvent avoir confiance » parce qu’à Beyrouth, « tout le monde peut cacher des choses ». Ces intermédiaires peuvent être « un parent débrouillard et bien introduit, un notable influent, un émigré qui nous a précédé et qui a réussi à faire de bons investissements sans se faire rouler, parce qu’au Liban on peut se faire rouler ». Les investisseurs interrogés ont fait valoir qu’en Europe et en Afrique, « ils pouvaient traiter avec des compagnies et des institutions » mais qu’au Liban « il fallait connaître les personnes en charge des sociétés ». Certains ont répondu que « là-bas, tout est clair, il nous est même arrivé d’acheter du foncier et de l’immobilier par l’intermédiaire des revues spécialisées ». Actuellement, le responsable des relations extérieures d’Amal, formation politique chiite majoritaire après la guerre du Liban, conseille aux émigrés « d’acheter dans nos régions ainsi nous pourrons leur garantir notre protection ».

14Les critères d’information, de fiabilité et de confiance constituent les éléments qui entrent en compte dans le choix des médiateurs par les émigrés. Par confiance, il faut entendre celle accordée à son intermédiaire pour la réalisation de la transaction mais surtout celle qui peut garantir la pérennité de la propriété dans un pays où les recompositions territoriales ont été, au cours de son histoire récente, le fait de violence civile. Dans ce cas précis, le critère de confiance est redoublé par celui de solidarité ; l’intermédiaire solidaire de l’acheteur devient fiable à la fois par son savoir-faire, par les informations qu’il détient et par son accès au pouvoir politique. Les Beydoun détiennent l’information ; ils sont au courant des plans d’aménagement par le biais d’un membre de la famille qui siège au Conseil de la municipalité de Beyrouth. Leur position sociale leur octroie la possibilité d’abréger les procédures administratives et juridiques. Ainsi, ils sont en mesure de faire délivrer des actes de propriété à partir du cadastre et de la municipalité. Propriétaires fonciers, ils connaissent les lois du marché ; installés dès leur arrivée hors des murs de la ville traditionnelle, dans les quartiers en gestation, ces anciens migrants sont au fait des possibilités d’expansion urbaine. Par ailleurs, leurs activités sociales et politiques leur permettent d’accéder aux demandes du foncier rural. Rachid Beydoun est influent, solidaire de sa communauté et donc fiable ; pour sa part, son frère cadet fait preuve d’un savoir-faire en affaires qui se traduit par l’accroissement de son patrimoine personnel. Les émigrés s’adressent aux Beydoun au moment où leurs filières familiales ne sont plus en mesure de satisfaire leur désir d’appropriation du foncier urbain. Ces investissements représentent une distanciation de leurs lieux et de leurs catégories sociales d’origine éloignés de la centralité. Ils sont aussi la matérialisation, dans leur pays, du processus d’urbanisation et de mutation sociale commencé dans l’émigration ; enfin, ces investissements constituent une opération économiquement rentable, capable de faire fructifier l’argent gagné ailleurs, mais soumis à des restrictions fiscales et au danger latent d’une expulsion d’un pays où ils sont étrangers.

15La filière d’investissement des Beydoun fonctionne de Dakar vers Beyrouth où se met en place une structure d’accueil des émigrés. Les affaires se traitent dans le « bureau » lieu multifonctionnel dans un premier temps, où Rachid Beydoun exerce ses activités politiques, expédie les requêtes de sa clientèle électorale et dirige l’école. Ses collaborateurs sont recrutés parmi ses proches parents et les anciens élèves de l’école ‘Amiliyyé. Progressivement, au fur et à mesure que les Beydoun augmentent leur clientèle d’Afrique, le « bureau » devient exclusivement le lieu où se traitent les affaires des émigrés.

16L’organigramme de la structure fait apparaître les permanents, les personnes à qui on a recours pour la réalisation de projets ponctuels et celles qui travaillent dans des structures extérieures. Mohsen Beydoun et un homme-lige, personne de confiance, véritable mémoire vivante que j’ai eu l’occasion de rencontrer, forment le noyau dur du « bureau ». Un avocat, ancien élève de ‘Amiliyyé, cousin par alliance de la famille, devenu ministre de l’Éducation sous le mandat du président Chehab, et un ingénieur de la communauté sunnite à qui les Beydoun avaient eu recours pour la construction du bâtiment principal de ‘Amiliyyé, s’occupent, au besoin, des affaires juridiques et de l’immobilier. Une pléiade d’employés à la tâche, chargés de l’entretien et de la construction des immeubles, de la collecte des loyers, de l’expédition des colis et de la réception des arrivants, gravitent autour de la filière ; ces personnes isolées sont placées sous l’autorité de l’homme-lige. Enfin, on trouve les personnes employées dans les différentes institutions de l’Etat ou dans le privé, en relation directe avec Rachid ou Mohsen Beydoun, qui fournissent l’information et assurent la réalisation rapide des procédures administratives ou autres. Ils sont employés de la municipalité et du cadastre, douaniers, changeurs, directeurs et employés de banques, employés d’agences de voyage et d’agences de fret maritime.

17Le « bureau » rend des services divers à une clientèle reconnue par son prénom ou par l’appellation traditionnelle qui consiste à interpeller un homme par le prénom de son fils aîné (Abou Ali, père d’Ali). Ces rapports, sciemment entretenus sur un mode personnalisé, relèvent de la maouné. Terme qui signifie un rapport social d’échange, entre deux personnes, basé sur la confiance de celle qui accorde sa maouné en celle à qui elle est accordée et sur la reconnaissance du statut de l’autre et de ses qualités de personne morale. Ainsi, celui qui accorde sa maouné octroie le droit à l’autre d’interférer dans ses affaires, de statuer dans ses litiges, à charge, toutefois, que la personne à qui le droit de maouné est donné rende des services à celle qui le lui octroie. Dans les termes de cet échange, la maouné, dont l’essence est un rapport privé, devient rapport public à partir du moment où il y a service rendu. Ce rapport caractérise, dans un premier temps, la relation de médiation et explique la diversité et la nature des services rendus. Certains sont d’ordre économique, d’autres concernent les affaires personnelles de la clientèle ; celles-ci sont du ressort exclusif de Mohsen ou de Rachid Beydoun. Pour ce qui est des services économiques, le « bureau » réalise toutes les étapes et les formalités nécessaires à l’acquisition des biens contre 10 % du bénéfice annuel. Les frères Beydoun prélèvent 1 % pour leurs frais à la réalisation de la transaction. Il leur arrive aussi de s’associer avec les émigrés pour l’achat de parcelles que les investisseurs ne sont pas en mesure de contracter seuls. Au-delà des procédures légales et administratives à l’achat, ils garantissent l’entretien des immeubles, la collecte des loyers et l’envoi des sommes collectées à leurs destinataires. Leur fiabilité dépend du bon fonctionnement de leur structure et des filières secondaires qu’ils mettent à contribution. Mandatés par écrits, parfois même verbalement, par une clientèle dont les activités se situent essentiellement à l’étranger, ils achètent en priorité à des constructeurs chrétiens ou sunnites de la ville, sans distinction préalable des régions ou des quartiers. Ils sont en mesure, à partir des plans d’urbanisme de la municipalité, de prévoir les investissements les plus lucratifs et de décider pour les investisseurs.

18Ces opérations se déroulent dans le secret et la discrétion, qualités principales en affaires et nécessités absolues à toutes les étapes de la transaction qui débute par l’ordre d’achat et l’envoi des capitaux. La discrétion est dictée par les restrictions imposées sur les transferts de capitaux, par le contrôle des changes en Afrique ainsi que par le prélèvement des banques libanaises de taxes élevées sur les opérations de transfert à partir de l’étranger. Le secret tient, d’une part, aux règles des rapports d’échanges qui exigent de ne pas dévoiler une affaire avant son accomplissement final et, d’autre part, au désir manifeste des émigrés de garder leurs possessions à l’abri des convoitises de leurs pairs, des membres de leurs familles et du système fiscal du pays d’accueil. La réglementation de ces pays conduit les émigrés à avoir recours à des canaux parallèles pour l’envoi des avoirs et à une correspondance codée avec leurs intermédiaires pour les ordres d’achat. Les demandes d’achat et leur réalisation sont désignées dans les lettres sous des noms de biens ayant rapport avec les activités initiales des émigrés. On peut lire par exemple « j’ai accédé à votre requête et je vous envoie trois balles de coton » ; ou bien « je vous demande de m’envoyer une quantité (x) d’un produit (y) » etc. L’intelligence qui s’établit entre les Beydoun et leur clientèle, se traduit aussi dans des services ayant trait aux affaires des personnes. Il faut d’abord citer les amanat-s, (littéralement « dépôts de confiance », amine signifiant digne de confiance), objets divers, correspondance, papiers, sommes d’argent, déposés généralement sous le sceau du secret chez une personne digne de foi. Ces amanat-s, dont certaines constituaient l’ensemble des avoirs des émigrés, étaient consignées dans un cahier et gardées dans le coffre personnel de Rachid Beydoun. Ce dernier était souvent sollicité pour intervenir dans les litiges familiaux, les contrats de mariage, les divorces. Il se portait aussi garant des études des enfants des émigrés scolarisés à ‘Amiliyyé, de leur moralité et de leur argent de poche que les parents déposaient chez lui et qu’il distribuait en fonction du comportement de l’élève. Dans le domaine des services personnels, le « bureau » se chargeait, à la demande, de faire des achats et de les expédier par colis : vêtements, produits alimentaires, épices, etc. Il organisait les départs et les arrivées en collaboration avec la compagnie maritime marseillaise Frésinet. Les Beydoun utilisaient aussi l’infrastructure familiale pour la réception de leur clientèle. La maison était mise à contribution ainsi que les propriétés où ils organisaient des repas auxquels ils conviaient des chanteurs connus.

19La période du « bureau », qui prend fin en 1958, correspond à l’apogée du réseau des Beydoun. Ces derniers avaient été en mesure de drainer des capitaux vers le Liban, d’accroître les avoirs fonciers des émigrés et de leur servir de relais d’intégration à Beyrouth. Ils ont contribué à l’implantation de la communauté chiite dans la capitale libanaise. Ils ont pu, par ailleurs, canaliser leur médiation en direction d’objectifs politiques et sociaux. Leur entremise leur avait donné prise sur l’émigration libanaise dans le monde. À maintes reprises, en 1944, 1946, 1954, 1961 et 1963, Rachid Beydoun, en sa qualité de député, de ministre ou de membre du Conseil supérieur du tourisme, exprime son souci des intérêts des émigrés. Député de Beyrouth, en 1946, il demande le vote d’un décret-loi pour l’allègement des frais de transfert des capitaux. À partir de 1954, il organise des rencontres, des congrès et des festivals pour les communautés libanaises émigrées ; l’émigration constitue alors un potentiel de développement communautaire important. L’action la plus caractéristique de Rachid Beydoun dans ce domaine s’est traduite en 1946 par le projet de fondation d’une société privée, avec les capitaux des émigrés d’Afrique. Ces fonds étaient destinés à la canalisation des eaux du fleuve Litani et à l’irrigation de cent cinquante villages du Liban-Sud. Ce projet a été refusé par l’Etat qui l’a repris à son compte, après que Rachid Beydoun ait collecté un capital de six millions de livres libanaises en Afrique. L’échec de ce projet, jugé démesuré par les notables du Sud et par la classe politique, contraint les Beydoun à restreindre leurs activités et de se replier sur Beyrouth. En 1947, Al-tala’ est dissous ; Rachid Beydoun était sorti perdant de la lutte politique qui l’a opposé à Ahmad el-Assaad, leader alors incontesté du Liban-Sud.

20La période des années quarante aux années soixante correspond à celle de l’accroissement des investissements personnels de la famille qui, en 1953, fonde la première société foncière du Liban (Starco) et édifie, sous le même nom, le premier centre commercial moderne de Beyrouth en association avec des financiers libanais non émigrés. Cette réalisation à laquelle s’ajoutent d’autres projets immobiliers et fonciers dans le centre-ville, symbolise l’accès privilégié de cette famille chiite à la centralité urbaine. Les émigrés d’Afrique, quoique dotés de possibilités financières en mesure de leur permettre une participation effective à ces investissements, sont tenus à l’écart des projets et des associations de la famille. En 1958, les Beydoun fondent la banque Mebco avec des coreligionnaires émigrés d’Irak.

Evolution et déclin du réseau

21La fondation de la banque intervient au moment où Beyrouth affirme son libéralisme économique dans une région caractérisée par la montée des régimes arabes socialistes et s’inscrit dans la mouvance de l’essor du secteur bancaire dans la capitale libanaise. Mebco représente pour les Beydoun la traduction de leurs capacités individuelles à adhérer à la dynamique d’investissement. Le développement de la banque inclut la filière d’investissement foncier et immobilier dans une structure qui l’englobe et lui fait perdre l’autonomie dont elle jouissait auparavant. Désormais, le réseau est inséré au cœur d’une institution financière, réseau à ramifications multiples qui offre les avantages d’un transfert direct des fonds et ceux des services rendus pour les opérations qui touchent à l’argent liquide, le change, la thésaurisation et l’ouverture des comptes. Les rapports qui s’instaurent avec les clients sont alors caractérisés par leur soumission aux rouages et aux réglementations des relations institutionnelles. La formalisation de ces rapports conduit à une individuation des liens entre les médiateurs et leur clientèle qui se traduit au niveau communautaire par la reconnaissance de la réussite financière des individus. Pour les Beydoun, cette reconnaissance leur ouvre la possibilité de se percevoir en médiateurs privilégiés de toutes les étapes de l’histoire de leur collaboration avec les émigrés. Cependant, ces derniers, à mesure que leurs intermédiaires mettent en place une organisation exclusivement axée sur les échanges économiques, font passer en second plan les rapports de médiation personnalisés et intégrés dans l’idée d’une action collective, au profit de rapports conditionnés par la finalité de l’échange. Alors que les activités du « bureau » semblaient s’articuler autour d’un projet politique et social, la constitution de la banque conforte l’institution dans la seule dimension des affaires.

22La Mebco se trouve concurrencée par les banques en mesure d’assurer des services à l’intérieur de l’espace triangulaire constitué par l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient dans lequel évolue l’élite libanaise de l’émigration à partir des années soixante. De plus, les émigrés, à nouveau familiarisés avec le marché libanais, amorcent à la même période la diversification de leurs filières d’investissements au Liban ; ils contribuent à la création de nouvelles institutions financières et se transforment en entrepreneurs et en bâtisseurs. Dans ce contexte, les intentions des Beydoun de poursuivre la pratique des services personnalisés à une clientèle dont le besoin d’intermédiation reste entier, subsistent. Malgré cela, ils accusent un net recul dans leurs affaires avec les émigrés d’Afrique. Il semble que ces derniers, n’ayant pas eu accès à un partenariat économique avec leurs médiateurs, se détournent de la filière.

23Cependant, c’est dans la situation politico-sociale du pays qu’il faut aussi rechercher l’explication du déclin du réseau Beydoun. À partir des années soixante, d’autres acteurs sociaux, plus influents, émergent dans la communauté chiite. En 1969, la constitution du Conseil supérieur chiite, sous l’impulsion de l’imam Moussa Sadr, fait franchir à cette communauté le seuil de sa reconnaissance politique à l’échelle nationale. L’institution, garante des intérêts et des projets communautaires, contribue à intensifier les rapports entre les membres de la communauté et l’Etat libanais. L’imam entreprend plusieurs voyages en Afrique. De 1975 à 1990, la communauté chiite libanaise, encadrée par ses formations militaires, confirme son implantation dans la capitale par des acquis politiques à l’échelle nationale. Les Beydoun demeurent à l’écart de la violence et maintiennent par leur modération leur place sur l’échiquier politique. Depuis 1990, la filière Beydoun semble connaître un regain d’activité par le biais de la présence d’un membre de la famille au conseil d’administration de la société Solidere, chargée de la reconstruction du centre-ville. Cette présence classe les Beydoun parmi les grands propriétaires du centre-ville et indique la reconnaissance, par la société foncière, de la tradition de médiation de la famille pour la canalisation des investissements. Toutefois, la logique d’investissement des réseaux en œuvre dans le centre-ville, dont la reconstruction apparaît comme l’élément majeur des recompositions spatiales d’après-guerre, semble totalement distincte de celle de la filière Beydoun des années quarante.

Bilan et perpectives de recherche

24Cet article fait partie d’un travail sur les investissements des chiites libanais émigrés en Afrique dans le foncier et l’immobilier à Beyrouth. Il porte principalement sur la définition des rapports sociaux entre les intermédiaires et les émigrés pendant les transactions. L’appropriation du foncier et de l’immobilier nécessite une action médiatrice quelle que soit la valeur du bien ou son emplacement. Dans le cas d’investisseurs qui rapatrient des capitaux, la médiation semble requérir l’action de personnes dotées de caractéristiques spécifiques, à la fois hommes d’affaires et politiciens. Ceci tient au fait que les émigrés, en cours de réinsertion dans leur pays d’origine, manifestent un besoin de reconnaissance. À cela s’ajoute la volonté de participation à l’action collective ; la participation et la reconnaissance constituent les étapes de leur intégration. Seuls des médiateurs privilégiés sont en mesure de satisfaire ces attentes, étant donné leur impact sur les réalités économiques, sociales, communautaires et politiques de l’espace où désirent investir les émigrés. La recherche de reconnaissance par les émigrés conduit à une collaboration avec les intermédiaires qui s’articule autour de valeurs, dites de modernité : éducation, réussite financière, développement social. Ces valeurs qui caractérisent la personnalité des médiateurs, intègrent une vision de développement communautaire conduisant à la reconnaissance politique. Le réseau d’investissements qui se met en place recoupe dans ses activités les domaines de l’économie, du social et du politique. Sa fiabilité et son efficacité proviennent du fait qu’il détient, à un moment donné de l’histoire de la ville, l’accès privilégié à l’information. Il s’organise autour d’un noyau en mesure de satelliser pour son fonctionnement des structures exogènes. La répartition des tâches au sein du réseau, clairement définie par les organisateurs, est perçue par les clients comme relevant du ressort exclusif de l’homme politique dont l’image publique est utilisée pour le recrutement des capitaux et des personnes.

25L’observation des rapports sociaux entre les médiateurs et les émigrés indique une évolution de la demande de ces derniers résultant des changements qui interviennent dans leurs besoins d’appropriation du foncier. La continuité du réseau tiendrait à sa capacité sans cesse renouvelée de relier ses clients aux nouvelles réalités du marché foncier dans la ville et de leur permettre l’accès aux divers champs d’activités économiques. Dans le cas contraire, les médiateurs sont marginalisés et le groupe médiatisé se détourne de la filière pour en créer d’autres ou pour adhérer à celles qui lui offrent le plus. Je suis donc amenée, pour poursuivre ce travail, à mettre en perspective les conditions de la médiation avec la situation des marchés foncier et immobilier, avec les nouvelles fonctions urbaines de la ville et avec les caractéristiques des acteurs de la reconstruction. Ces nouveaux acteurs sociaux sont, à l’instar des Beydoun, dotés d’un pouvoir politique dont la légitimité est issue de leur représentativité au sein de leur communauté d’origine et du consensus politique qui a mis fin au conflit de 1975. Ces acteurs, à la fois issus de la guerre et de l’émigration, sont en mesure de drainer une partie des capitaux de l’ensemble de la diaspora libanaise, des investisseurs régionaux, des banques et des sociétés transnationales. La logique de leur projet de reconstruction incorpore en partie les nouvelles tendances de l’économie mondiale.

Bibliographie

Références citées

AHMAD ISSA G., 1990, Mounazamat al-tala‘ fi lubnan [L’Organisation des Al-tala‘ au Liban], maîtrise d’histoire, Beyrouth, université libanaise, faculté des lettres et des sciences humaines.

BEYDOUN R., 1967, Afaal wa aqwal [Actes et paroles], Beyrouth, s. n.

DIMICOLI Y., 1993, « Rente foncière et croissance financière, deux obstacles à lever pour une nouvelle maîtrise foncière », La Maîtrise du foncier, Paris, Conseil national des villes et du développement social urbain, p. 27-32.

HANNERZ U., JOSEPH I., 1980, « À quoi servent les réseaux ? », Explorer la ville, Paris, Editions de Minuit, p. 209-253.

HAU-ROUCHARD M. F., 1996, « La Politique des réseaux de villes de la Datar », in D. Pumain et F. Godard (coord.), Données urbaines, Paris, Anthropos, p. 333-340.

LACAZE J. P., 1993, « Urbanisme et problème foncier », La Maîtrise du foncier, Paris, Conseil national des villes et du développement social urbain, p. 21-25.

MROUE K., 1938, Nahnou fi afrikia [Nous, en Afrique], Beyrouth, s. n.

TARRAF S., 1994, L’Espace en mouvement, dynamiques migratoires et territorialisation des familles libanaises au Sénégal, doctorat de géographie, Tours, université de Tours.

TARRIUS A., 1992, Les Fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelle ville internationale, Paris, L’Harmattan.

« Territoires circulatoires et espaces urbains. Différenciation des groupes migrants », 1993, Les Annales de la recherche urbaine, 59-60, juin-sept. 1993, p. 50-59.

ROSENTHAL P. A., 1990, « Identité, solidarité, migration. Maintien/Rupture : un nouveau couple pour l’analyse des migrations », Annales ESC, 1990-6, p. 1403-1431.

Notes

* Doctorante et chargée de cours en anthropologie à l’université Saint-Joseph.

1 Je tiens à remercier les membres de la famille Beydoun qui ont collaboré à la réalisation de cet article ; Imad pour le temps accordé aux entretiens, Maher pour l’intérêt qu’il a porté au travail et Hala pour m’avoir introduite auprès de la famille.

2 M.A. Roumani, 1993, p. 135.

3 Jabal Amel : (montagne de Amel) collines formant le prolongement sud du Mont-Liban. La région du Liban-Sud était connue sous ce nom avant 1920. Les habitants de cette région, les amélites, se référent à Jabal Amel pour se distinguer des populations du Mont-Liban.

4 G. Ahmad Issa, 1991, p. 40.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search