Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Deuxième partie. Recompositions

Recompositions socio-spatiales avant et après la guerre : le quartier Mousaytbé

Marie-Claire Fattore

Texte intégral

  • * Doctorante en géographie à l’université de Tours, urbama.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Nous avons procédé par enquête auprès d’une vingtaine de familles, sur la base de questionnaires d (...)

2Le but de ce travail, qui constitue la première étape d’une analyse plus approfondie, est de dresser un bilan des changements sociaux et spatiaux intervenus dans un quartier de Beyrouth avant et après la guerre, à travers le regard de ses habitants. Nous porterons plus particulièrement notre intérêt sur la notion de mixité : comment peut-on interpréter l’attitude des habitants par rapport à celle-ci, quelle est la portée de ce terme et quelles en sont les limites ? Nous avons choisi le quartier Mousaytbé dans lequel la moitié sud, située de part et d’autre de la rue Mousaytbé1 a été privilégiée. Après avoir présenté, dans un premier temps, la composition socio-communautaire du quartier, puis les principaux mouvements de population constatés au cours du temps, nous étudierons les fonctions résidentielles et commerciales, ainsi que l’habitat et les évolutions du marché foncier. Enfin, nous tenterons de cerner l’image du quartier, vu par ceux qui l’habitent actuellement mais également par ceux qui l’ont quitté. Pour conclure, nous poserons la question de la réalité de la mixité et de son caractère mythique.

3Situé en zone péri-centrale de Beyrouth, dont il constituait au départ une banlieue, le quartier Mousaytbé tire son nom du terme mastaba pouvant désigner une surface plane ou encore une sorte d’estrade en maçonnerie qui était destinée à la construction des bateaux. Ses limites sont difficiles à définir. Si l’on se réfère au découpage administratif, il s’agit d’un vaste espace bordé au nord par l’avenue de l’Indépendance, par les rues Mar Elias et Bourj Abou Haydar à l’ouest et à l’est, et par la corniche Mazraa (boulevard Saeb Salam) au sud. Il est traversé du nord au sud par la rue Mousaytbé, dont une partie constitue une des anciennes voies de la ville. Le quartier peut être prolongé vers le sud, au-delà de la corniche Mazraa, si l’on inclut le secteur de Wata-Mousaytbé. Cependant, même si elles représentent un moyen de localisation et de référence pour ses habitants et ceux de l’extérieur, ces limites englobent des réalités très différentes. En effet, la perception de ce que les habitants appellent « leur quartier », correspond rarement au découpage administratif et se résume le plus souvent aux quelques rues entourant leur immeuble. On note d’ailleurs, à l’intérieur du quartier lui-même, ce que l’on pourrait appeler des sous-quartiers, comme par exemple les quartiers Hay Lija ou Yazbeck, qui ont une valeur identitaire beaucoup plus forte pour leurs habitants ; bien que leur nom n’apparaîsse pas sur les cartes, ils constituent les véritables vecteurs d’identité.

  • 2 N. Beyhum, 1989, p. 102.
  • 3 Voir sur ce sujet, B. Chbarou et W. Charara, 1985, p. 22.

4Formé, en partie, de populations arrivées du centre-ville dans les années vingt-trente, complétées par des ruraux venus s’installer en ville, puis de réfugiés d’autres pays du Moyen-Orient (syriaques), le quartier Mousaytbé présente un rassemblement de communautés très diverses2. Souvent perçu comme une enclave chrétienne (grecque-orthodoxe) dans la partie musulmane de la ville, il n’en compte pas moins de fortes concentrations sunnites au nord et à l’est auxquelles il faut ajouter des syriaques orthodoxes dans le sud du quartier, sans oublier une composante druze entre la partie syriaque et la partie chiite (Hay-Lija) au nord-est3. Quant à sa composition sociale, il s’agissait au départ (années trente à soixante) d’un quartier peuplé en majorité de classes moyennes (commerçants, artisans ou fonctionnaires).

  • 4 Voir sur ce sujet, A. Bourgey, 1989, p. 101-102.

5La guerre, en détruisant le cœur de la ville, a provoqué une réorganisation et une restructuration de l’espace urbain, accompagnées d’une recomposition communautaire qui a eu des répercutions sur l’ensemble de l’agglomération. Dans le quartier Mousaytbé, cela s’est traduit de diverses manières. D’une part, la répartition de sa population a subi des bouleversements avec le départ d’une partie de la communauté chrétienne, du fait de la tendance générale à l’homogénéisation et de la partition en deux de la ville. D’autre part, le quartier a également vu le développement de sa fonction commerciale ; il est aussi important de noter la multiplication des activités commerciales et des professions libérales le long des artères entourant le quartier (Mar Elias, Mazraa), révélatrice d’une tendance à un redéploiement des activités en dehors du vieux centre4.

Mouvements de population, trajectoires socio-résidentielles

  • 5 Ras Beyrouth / Le Port / La Gare / St Elie / Les Pins / Nahr Beyrouth, 1/5 000e, Paris, bureau top (...)

6Les flux de population qui ont contribué, depuis le début des années vingt, à la mise en place des habitants, peuvent se regrouper en plusieurs périodes, chacune suivant des motivations et avec des conséquences différentes. À ce moment-là, le quartier constituait la limite sud-ouest de Beyrouth ; au sud, les dunes de sable, précédées par une zone d’habitat dispersé, arrêtaient l’extension de l’urbanisation, de même que vers l’ouest, au-delà de la rue Saint-Elie où les dunes précédaient des falaises donnant sur la mer5. À composante essentiellement orthodoxe, le quartier côtoyait celui de Basta sunnite.

Situation du quartier Mousaytbé en 1919 (d’après, Beirut Town, 1919, Cairo, Survey of Egypt).

7Les années vingt-trente ont vu un apport de population en provenance du centre-ville, en grande partie à cause de la tendance de celui-ci à devenir de plus en plus exclusivement réservé à la fonction commerciale. Ce premier mouvement a été suivi, dans les années soixante à soixante quinze, par l’arrivée d’une catégorie bourgeoise, en grande partie musulmane, venant construire des immeubles de luxe à l’emplacement d’anciennes maisons vendues par leurs propriétaires. Parmi les occupants de ces immeubles, en majorité propriétaires, une partie des acquéreurs venaient de quartiers moins cotés comme Tarik al-Jadidé par exemple, où ils n’étaient quelquefois que locataires. Ce mouvement correspondait à une ascension résidentielle, le quartier de Tarik al-Jadidé pouvant dans ce cas être considéré comme un quartier de transit en attendant de pouvoir accéder à la propriété dans un quartier jugé plus valorisant. En 1976 et 1977, le quartier a été marqué par la venue de sunnites (en partie des commerçants) contraints de quitter le centre-ville détruit. A partir de 1978 et jusqu’en 1980, l’invasion israélienne a chassé du Sud-Liban une abondante population dont une partie a trouvé refuge dans le quartier Mousaytbé. Cette arrivée, pourtant en petit nombre dans le secteur enquêté, a souvent été mal acceptée par les anciens habitants car les nouveaux venus, chiites d’origine rurale, ne correspondaient pas aux modes de vie des sunnites et orthodoxes, urbanisés depuis plusieurs générations, occupants traditionnels du quartier. Dans la période récente, quelques chrétiens orthodoxes ont réintégré le quartier ; ils sont assez peu nombreux, à cause de la cherté des terrains. On remarque cependant, avec intérêt, l’intervention récente de l’évêché orthodoxe qui construit dans le quartier, sur des terrains lui appartenant, des immeubles uniquement destinés à la location, avec des loyers très bas (entre cent et trois cents dollars), dans le but d’encourager les chrétiens orthodoxes (exclusivement) à réintégrer le quartier.

8Les principales vagues de départs massifs commencent à partir de 1976 et concernent essentiellement des chrétiens, lesquels étaient l’objet de menaces de la part des milices successivement présentes dans le quartier (Morabitoun sunnite et Ichtirakieh druze, dans les années soixante-dix-quatre-vingt, puis Amal et Hezbollah). Selon divers témoignages, cette première période a été suivie d’une certaine stagnation durant les années quatre-vingt, puis un contingent important de départs est observé vers 1989, les menaces de réquisition des appartements par des miliciens se faisant trop pressantes. Pour certains, l’assassinat d’un proche a été décisif, en 1982 notamment. Malgré ces départs massifs, on compte encore quelques chrétiens qui disent ne pas avoir quitté le quartier car ils ne se sont pas sentis directement menacés et ont donc préféré rester afin de conserver leur patrimoine, leur emploi ou leurs habitudes.

Moussaytbé : les flux socio-résidentiels (1920-1996).

9Dans la période récente, on constate un important mouvement de vente de la part de personnes ayant acquis un logement dans les années soixante, attirées alors par le caractère résidentiel et calme du quartier et motivées aujourd’hui par les prix élevés qui leur permettent d’acquérir, en contrepartie, plusieurs appartements hors de Beyrouth ; il s’agit souvent de personnes âgées, de cinquante à soixante ans, pour lesquelles cette vente a pour but d’aider leurs enfants désirant se marier. Ces départs se font vers Aramoun et Bchamoun, pour les musulmans, ou la banlieue orientale pour les chrétiens. Ce dernier courant, suscité notamment par le gain important de la vente d’un bien, peut être comparé à celui qui a poussé, dans une période plus ancienne (années soixante-soixante-dix), d’autres personnes quittant des secteurs tels que Manara ou même Hamra, attirées par la faiblesse des prix alors pratiquée à Mousaytbé et leur permettant d’acquérir un appartement plus vaste.

10L’analyse de ces flux peut faire apparaître Mousaytbé comme un secteur intermédiaire (surtout avant la guerre) qui a pu attirer à la fois une population plutôt aisée, ainsi qu’une autre en ascension sociale et résidentielle (années soixante-cinq – soixante-dix). Ces deux catégories, bien acceptées, sont venues s’ajouter au noyau ancien formé essentiellement d’une couche moyenne, ce qui peut représenter une forme de mixité sociale. Aujourd’hui, le quartier se composerait d’une majorité de sunnites et de chiites, d’environ 10 % de chrétiens (la plupart orthodoxe) et de 10 % de druzes.

Fonctions et habitat

11La présence de nombreux commerces, complétés par ceux de la rue Mar Elias (surtout pour les vêtements), représente, pour la plupart des personnes interrogées, un avantage non négligeable. Si l’on ajoute à cela la proximité des écoles pour les enfants (la plupart des personnes interrogées qui ont des enfants les envoient dans des écoles situées à proximité), ainsi que, pour bon nombre de cas, du lieu de travail (marbrerie, écoles, cabinet pour profession libérale, commerce...), on se rend compte que le quartier constitue un pôle de centralité, attirant non seulement ses habitants, mais également une population venant de quartiers limitrophes. Ce dernier phénomène est d’ailleurs diversement apprécié par les habitants, certains y voyant avant tout l’augmentation des nuisances, en particulier des embouteillages, autour des écoles et des commerces.

  • 6 N. Beyhum, 1989, p. 103.

12Concernant l’habitat, il s’agissait, dès les années cinquante-soixante, d’une zone très dense, dont les premiers immeubles, comportant en moyenne six étages avec trois ou quatre appartements par étage, étaient destinés plus à la location qu’à la vente. Les appartements, composés généralement de quatre pièces, correspondaient à la petite bourgeoisie ou la classe moyenne (fonctionnaires, employés ou artisans), qui étaient, de fait, la composante principale du quartier6. À cette époque, il comptait encore de nombreuses maisons traditionnelles, dotées d’un jardin, donnant au quartier un charme et une douceur de vivre citée par tous ses anciens habitants qui restent très nostalgiques.

13À partir des années soixante-dix, commence la construction d’immeubles de luxe, souvent occupés par leurs propriétaires. Ils ont permis l’installation d’une catégorie sociale aisée, plutôt musulmane. Il s’agissait d’immeubles comptant souvent huit à dix étages, avec seulement deux appartements par étages, pour des surface allant de 150 à 200 mètres carrés environ, et presque toujours destinés à la vente. Cette tendance s’est accentuée pendant la guerre avec la vente de la plupart des maisons qui étaient alors systématiquement détruites et remplacées par des immeubles élevés.

  • 7 Informations recueillies auprès d’un courtier s’occupant de transactions (locations et ventes) et (...)

14Aujourd’hui, depuis deux ou trois ans, le marché foncier semble marquer une certaine stagnation ; cependant les prix restent élevés car il existe toujours une demande émanant de personnes ayant fait fortune à l’extérieur (notamment en Afrique) et qui souhaitent investir dans ce quartier. De plus, la demande est forte pour des appartements de trois ou quatre pièces (souvent des nouveaux mariés) aux alentours de 40 000 à 60 000 dollars, alors que les offres commencent à 80 000 dollars et atteignent quelques centaines de millier de dollars7. En 1973, un appartement de 250 mètres carrés situé dans un immeuble de bon standing de la rue Mousaytbé avait été acheté 145 000 livres libanaises.

Ph. 1: rue Mousaytbé, une des plus anciennes maisons du quartier, encore habitée, que le propriétaire cherche à vendre pour rejoindre Achrafiyyé.

15Cette évolution du marché foncier – avec le départ d’une partie des anciens habitants au profit d’une catégorie nantie, mais pas forcément intégrée – et la disparition de l’habitat traditionnel pour l’édification d’un autre type d’immeubles, participent également à la recomposition sociale et spatiale du quartier. Nous assistons à la destruction du tissu urbain traditionnel qui, en modifiant la forme et l’occupation du quartier, provoque la dégradation des liens sociaux établis de longue date et une ambiance qui l’ont longtemps caractérisé. Ceci ne peut, d’ailleurs, qu’accentuer la tendance à la vente, les anciens habitants perdant peu à peu leurs repères préfèrent quitter un lieu qui ne correspond plus à leurs représentations.

L’image du quartier

16Rappelons tout d’abord que notre enquête a porté sur un secteur relativement restreint où l’installation de réfugiés n’a pas été massive ; aussi, la comparaison se fait-elle souvent avec d’autres zones, également incluses dans l’aire administrative de Mousaytbé, comme Hay Lija par exemple, et véhiculant une image fortement négative. Ceci nous ramène à l’importance de la perception par les habitants de ce qu’ils identifient comme « leur quartier ».

17Pour ceux qui l’habitent (et dont la plupart souhaitent y rester), leur quartier est unanimement considéré comme agréable, jouissant d’une relative tranquillité, de la possibilité d’y trouver à peu près tout ce dont on a besoin, de bon voisinage en général. Pour une grande partie, la mixité communautaire est avancée comme un des arguments principaux du choix et de l’appréciation de Mousaytbé. Cette insistance sur la mixité peut également nous amener à penser qu’elle correspond à l’image que ces personnes veulent donner d’elles-mêmes, c’est-à-dire celle d’être ouverts ; elle explique aussi, en partie, le discours de leur attachement au quartier. Bien entendu, les témoignages varient en fonction de la catégorie sociale, de l’âge et de la situation des personnes interrogées. Pour certains, habitant le quartier depuis les années soixante, celui-ci s’est quelque peu dégradé avec les changements intervenus pendant et depuis la guerre, mais pas au point de les pousser au départ.

18Parmi ceux qui ont quitté Mousaytbé, il faut distinguer ceux qui sont partis contraints et forcés (généralement des chrétiens), et ceux qui en ont fait le choix. Les premiers l’ont fait parce qu’ils étaient menacés de voir leur maison occupée de force par des miliciens ou bien parce qu’un membre de leur famille avait trouvé la mort. Ces personnes ne seraient pas parties si elles ne s’étaient pas senties directement menacées. Parmi elles, l’image du quartier varie aussi selon la catégorie sociale. Deux exemples sont particulièrement éloquents : le premier est celui d’un homme, appartenant à une grande famille orthodoxe, pour qui le quartier a toujours été ressenti comme populaire ; cette personne étant de vieille souche originaire de Gemmayzé, ne souhaite en aucun cas réintégrer Mousaytbé (elle vit maintenant à Jal al-Dib), qu’elle dit trouver trop dense, devenu invivable. Ces propos doivent cependant être nuancés par la prise en compte des importantes pertes financières subies par cette personne durant la guerre, et qui peuvent expliquer son amertume. Le deuxième exemple émane d’une famille partie vers Sin el-Fil (Sabtiyyé), dont les membres disent regretter Mousaytbé car leur nouveau lieu de résidence manque trop de convivialité, leur famille y est éclatée. De plus, les déplacements qu’ils sont obligés d’effectuer quotidiennement pour se rendre sur leur lieu de travail resté à Mousaytbé, pour faire leurs courses, se rendre visite, etc., représentent une contrainte qu’ils vivent assez mal. S’ils avaient la possibilité de revenir, ils le feraient sans hésiter, mais leurs moyens financiers ne le leur permettent pas.

19Ce dernier témoignage met en relief un élément essentiel dans la compréhension de l’évolution sociale du quartier Mousaytbé. En effet, divers témoignages confirment le fait que nombre de ceux qui sont partis le regrettent et seraient heureux de pouvoir revenir, mais la flambée des prix fait qu’ils n’ont plus les moyens d’acheter. Une première analyse de ce phénomène tend à démontrer que l’on doit chercher, au-delà des appartenances confessionnelles, l’identification à un quartier. Malgré leur installation dans des zones occupées uniquement par des chrétiens, les dernières personnes citées ne s’y sentent pas intégrées (bien qu’y vivant depuis plus de dix ans) et souhaitent revenir vers Mousaytbé, qui est pourtant aujourd’hui à majorité musulmane.

20Enfin, il y a ceux qui ont quitté le quartier car celui-ci ne correspondait plus à ce qu’il était lorsqu’ils s’y sont installés. Souvent appartenant a des catégories sociales élevées, ces personnes se sont généralement déplacées vers un quartier plus valorisant (Verdun ou Ras Beyrouth) ; mais, si dans un cas il s’agit de pure ascension sociale (vers Verdun), dans l’autre, la personne dit avoir quitté Mousaytbé parce que devenu trop dense et ayant perdu l’image de « village convivial » qu’il avait dans le passé. Il est ici intéressant de mentionner que le déménagement vers Ras Beyrouth, secteur considéré comme multi-confessionel, révèle la recherche d’une certaine image au-delà même de l’ascension sociale. D’ailleurs, le choix est motivé en disant « je retrouve un peu l’ambiance de ce qu’était Mousaytbé à Ras Beyrouth », l’idée d’ouverture revient souvent dans le discours. De même, ceux qui ont quitté Hamra pour Mousaytbé insistent souvent sur l’idée de mélange confessionnel.

Ph. 2 : rue Michel Abi Chahla : immeuble des années cinquante dont la plupart des habitants sont locataires, d’un même propriétaire, depuis sa construction.

La mixité : mythe ou réalité ?

  • 8 Voir sur ce sujet, M. Davie, 1991, p. 8-11.

21Les différents entretiens (menés avec des personnes habitant le quartier depuis longtemps, ou l’ayant quitté pendant la guerre, quelle que soit leur confession), amènent à se poser cette question. Il est vrai que l’image du quartier, comme étant un quartier mixte, semble fortement imprégnée dans l’esprit des habitants interrogés, mais on peut se demander si cette mixité, même à l’époque où elle était la plus importante, était vraiment réelle et quelles étaient ses limites ou ses formes. Tout d’abord, n’oublions pas que la mixité n’existait pas au départ ; même si, dans les années quarante-cinquante, il existait des quartiers dits mixtes, comme Hamra ou Ras Beyrouth, Mousaytbé était alors considéré comme orthodoxe. En fait, en cloisonnant à nouveau la ville selon les confessions, la guerre n’a fait que ramener à une situation antérieure. En effet depuis la seconde moitié du xixe siècle, l’appartenance confessionnelle régissait déjà plus ou moins l’organisation spatiale ; la première phase d’urbanisation (entre 1860 et 1920) respecta globalement ce découpage, structurant la ville en zones relativement homogènes où se côtoyaient quelquefois des espaces différents, comme c’était le cas pour Mousaytbé orthodoxe dans une région essentiellement sunnite8.

  • 10 Voir sur ce sujet, N. Beyhum, 1990-91, p. 123-127.

22On peut citer ici le témoignage d’une personne ayant vécu dans le quartier à partir des années soixante (originaire de Gemmayzé), mais le connaissant depuis plus longtemps. Selon elle, il s’agissait, dans les années trente, d’une société clanique, les quartiers musulmans et chrétiens étant parfaitement délimités. Puis le mélange s’est fait avec l’Indépendance et l’idée de l’unité du Liban, ce qu’il a vécu comme une situation imposée. Si les échanges se faisaient, il semble que ce soit plutôt par l’intermédiaire du milieu professionnel (commerce), ou encore par des réseaux, tels que ceux de la franc-maçonnerie, qui auraient permis d’instituer une certaine paix dans le quartier. Le vecteur commercial apparaît particulièrement intéressant car c’était également un élément important dans le centre-ville ancien où l’organisation des souks était marquée par une interdépendance des commerçants, basée sur la spécialisation professionnelle10.

23Il apparaît donc que le facteur religieux n’empêche pas les relations de s’établir ni les échanges de se faire. Cependant, il s’agit d’un type bien particulier et bien délimité de relations, basé sur des intérêts communs. Cela va-t-il au-delà ? Quelles sont les limites de cette mixité ? Peut-on envisager, par exemple, des mariages mixtes ? Cela paraît difficile comme le montre l’exemple d’une famille chrétienne qui, selon un témoignage, a préféré déménager plutôt que de laisser sa fille épouser un musulman. L’image de mixité ne serait-elle pas utilisée (plus ou moins consciemment) par certains habitants pour asseoir, par leur lieu de résidence, leur image d’ouverture et d’intégration à la ville dont le centre, lieu d’échange et de rencontres, véhiculait l’image la plus forte ? Pourtant, il est certain qu’il n’y a pas de refus de l’autre, au contraire, les relations établies au fil du temps entre les habitants du quartier semblent être appréciées de tous. Il faut cependant préciser que cette forme de relation ne semble pas avoir pu être conduite avec les habitants arrivés pendant la guerre. Ce sont donc bien les situations particulières (comme la guerre) qui révèlent les différences et modifient la hiérarchie des niveaux de sociabilité.

Bibliographie

Références citées

BEYHUM N., 1989, « L’Organisation de la vie quotidienne d’un quartier de Beyrouth-Ouest, habitants, commerçants et miliciens », Liban les défis du quotidien, Maghreb-Machrek, 125, p. 102-103

BEYHUM N., 1990-91, Espaces éclatés, espaces domines : étude de la recomposition des espaces publics centraux de Beyrouth de 75 à 90, thèse de doctorat, Lyon, université de Lyon II.

BOURGEY A., 1989, « Les Transformations de l’agglomération de Beyrouth, la nouvelle organisation de l’espace née de la guerre », Villes et Etats, atelier de recherche et d’actions urbaines : institut de sociologie, Crédit communal de Belgique, 170, p. 96-104.

CHBAROU B., CHARARA W., 1985, « Une Mosquée de Beyrouth aujourd’hui : unité de la communauté et diversité des croyants », Mouvements communautaires et espaces urbains au Machrek, Beyrouth, cermoc, p. 21-43.

DAVIE M., 1991, « Le Cloisonnement confessionnel d’une ville : le modèle beyrouthin », Mappe Monde, 4-1991, p. 8 à 11.

Notes

* Doctorante en géographie à l’université de Tours, urbama.

1 Nous avons procédé par enquête auprès d’une vingtaine de familles, sur la base de questionnaires directifs et d’entretiens libres.

2 N. Beyhum, 1989, p. 102.

3 Voir sur ce sujet, B. Chbarou et W. Charara, 1985, p. 22.

4 Voir sur ce sujet, A. Bourgey, 1989, p. 101-102.

5 Ras Beyrouth / Le Port / La Gare / St Elie / Les Pins / Nahr Beyrouth, 1/5 000e, Paris, bureau topographique de l’Armée française du Levant, Service géographique de l’Armée, 1920.

6 N. Beyhum, 1989, p. 103.

7 Informations recueillies auprès d’un courtier s’occupant de transactions (locations et ventes) et travaillant dans le quartier depuis une dizaine d’années.

8 Voir sur ce sujet, M. Davie, 1991, p. 8-11.

10 Voir sur ce sujet, N. Beyhum, 1990-91, p. 123-127.

Table des illustrations

Légende Situation du quartier Mousaytbé en 1919 (d’après, Beirut Town, 1919, Cairo, Survey of Egypt).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Moussaytbé : les flux socio-résidentiels (1920-1996).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 417k
Légende Ph. 1: rue Mousaytbé, une des plus anciennes maisons du quartier, encore habitée, que le propriétaire cherche à vendre pour rejoindre Achrafiyyé.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3244/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Légende Ph. 2 : rue Michel Abi Chahla : immeuble des années cinquante dont la plupart des habitants sont locataires, d’un même propriétaire, depuis sa construction.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3244/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 965k

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search