Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Deuxième partie. Recompositions

La rue Getaoui et la croissance de Beyrouth

Tristan Khayat

Texte intégral

  • * Doctorant en géographie à l’université de Tours, urbama.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 N. Beyhum, 1991.
  • 2 T. Khayat, Espaces et territoires communautaires à Achrafieh et dans la proche banlieue orientale (...)

2Les déchirures communautaires ont souvent été soulignées à Beyrouth. Elles ont été mises en balance avec l’identité citadine de l’ancien centre-ville1. Au cours d’une enquête centrée sur l’espace commercial de la rue Getaoui, l’évolution du rapport entre les deux références identitaires, urbaine et communautaire, s’est imposée comme objet de recherche à part entière2.

3Le destin de la rue Getaoui durant la guerre permet d’envisager comme un « jeu d’échelles » la croissance de la ville, l’intégration de ses banlieues et la complexité des rapports sociaux et économiques locaux qui s’y nouent. Caisse de résonance locale des mutations urbaines de Beyrouth, Getaoui montre l’importance de la définition des échelles de pertinence du fait communautaire en ville.

La rue Getaoui

  • 3 On peut voir un bloc de maisonnettes rurales au sud de l’hôpital orthodoxe.

4Située au nord-est d’Achrafiyyé, la rue Getaoui rejoint la première pente au flanc de la colline. La portion qui nous concerne, longue de 850 mètres, est comprise entre les deux hôpitaux Saint-Georges des orthodoxes et Getaoui. Son tracé recouvre celui d’un ancien chemin qui joignait à la ville ses marges rurales. Le site s’est urbanisé en deux phases, correspondant à deux vagues de peuplement, qui ont submergé et intégré une ancienne occupation rurale dont il reste encore quelques traces3. Concertée et organisée, l’émigration à Getaoui découle des bouleversements internationaux de l’après-Première Guerre mondiale.

Le peuplement arménien

  • 4 A. Bourgey, J. Pharès, 1973.
  • 5 A. Boudjikanian, 1984.

5Arrivés en plusieurs vagues de 1915 à 1922, les réfugiés arméniens fuyant le génocide turc sont installés par les autorités mandataires françaises à l’emplacement de l’ancien lazaret, à La Quarantaine, au nord de notre quartier. Très vite, quelques familles s’installent sur le flanc de la colline d’Achrafiyyé, en particulier dans la partie orientale de la rue Getaoui. Ils y construisent une chapelle grégorienne (qui deviendra l’église Surp Hagop) et une école arménienne. Le mouvement s’est amplifié en 1933, après l’incendie du camp de La Quarantaine qui entraîna l’urbanisation de Burj-Hammoud4 sur la rive droite du fleuve de Beyrouth. Entérinant le mouvement, le patriarcat arménien-catholique quitte la montagne du Haut-Kesrouan pour s’installer à Beyrouth, rue Getaoui, en 19345. Les arméniens fondent quelques institutions : un club de pensée proche du parti Tachnak (l’Azadamard, l’homme libre) est chargé de gérer l’église Surp Hagop ainsi que l’école primaire attenante, il organise aussi un certain nombre d’activités et de commémorations. Deux collèges arméniens-catholiques, Sainte-Suzanne et Saint-Grégoire, dépendent du patriarcat qui organise ses propres activités et cérémonies.

Le peuplement maronite

6Deuxième groupe de population de la rue, les maronites de Getaoui sont surtout originaires de Qartaba, village du Haut-Kesrouan. La crise de la Montagne durant la Première Guerre mondiale rend cruciale une surpopulation qui gonfle les rangs de l’exode rural. Dans le village de Qartaba, l’exode est canalisé et organisé par une association de bienfaisance qui joue le rôle d’organe de peuplement de Getaoui. Des éclaireurs installés dans le quartier facilitent l’arrivée des autres volontaires. En 1927, les terrains sont acquis et la rue des qartabiotes, parallèle à Getaoui, est tracée ; l’association de Qartaba se transforme en un club qui s’installe rue Getaoui. Ce peuplement entraîne la fondation de l’hôpital Getaoui en 1927, géré au départ par les sœurs maronites de la Sainte-Famille et de l’école des filles de la Charité. Par la suite, au milieu des années cinquante, un bureau du parti Kataëb s’installe dans la rue.

  • 6 La période d’avant-guerre génère une grande nostalgie chez les anciens habitants, en particulier c (...)

7Les nombreux établissements (hôpitaux orthodoxe et Getaoui, écoles maronites et arméniennes, clubs et partis politiques), auxquels on peut ajouter un ensemble de logements sociaux construit dans les années cinquante sur un vaste terrain appartenant aux jésuites, semblent indiquer un fort encadrement de l’espace par les groupes communautaires qui l’occupent. Cet encadrement nous a été confirmé par les anciens habitants de la rue6. Les organismes communautaires étaient présents dans de nombreux aspects de la vie du quartier : les clubs servaient de lieux de rencontre tandis que la fréquentation des écoles dessinait une subtile géographie des appartenances, particulièrement visible entre arméniens-catholiques et orthodoxes. Il faut ajouter à cela l’efficacité des réseaux qui joignent les communautés de la rue Getaoui à leurs coreligionnaires dans toute la ville, particulièrement dans le domaine commercial.

Évolution du tissu commercial

Un espace-relais avant la guerre

  • 7 Pour une différenciation de ces centralités, voir la contribution de G. Boudisseau.

8Quelques éléments collectés sur la situation commerciale d’avant-guerre sont particulièrement intéressants. Installés en ville dans le premier tiers du siècle, les commerçants de Getaoui n’ont jamais considéré la rue comme leur seul horizon. L’objectif ultime était l’installation dans les souks du centre-ville, ou, plus tard, rue Hamra, c’est-à-dire dans les centralités citadines7. Aidés par les structures et les réseaux de leurs communautés, ils ouvraient une boutique rue Getaoui en attendant de pouvoir s’installer ailleurs. Quand ils avaient les moyens de réaliser cet objectif, ils pouvaient soit conserver à la boutique de Getaoui son usage commercial, soit, cas le plus fréquent, l’utiliser comme dépôt. Vendeurs de vêtements, de nourritures ou photographes se développaient donc vers les lieux de plus forte centralité. Espace-relais, espace-tremplin, Getaoui ne prenait pas une grande ampleur commerciale mais s’intégrait dans une logique de progression dans la ville.

9Nous avons pu transposer ce processus sur les plans « identitaire » et social. La présence à Getaoui et l’intégration dans les réseaux urbains conférait aux commerçants une identité nouvelle, à la fois urbaine et communautaire. Dans l’espace de la rue, c’était l’appartenance communautaire qui produisait la différence identitaire. A l’échelle de Beyrouth, c’était au centre-ville, par leur présence dans les souks, qu’ils se reconnaissaient comme citadins. Ce schéma, simplifié à l’extrême, va disparaître avec la guerre en plusieurs phases.

Les bouleversements de la guerre

10Dans un premier temps, la destruction du centre-ville entraîna une cessation de l’activité commerciale. La guerre s’installant, les commerçants de la rue établis au centre-ville se sont repliés à Getaoui. Ce retour a été vécu comme une chute d’autant plus douloureuse que l’évolution rapide de la ville accélérait leur marginalisation. Les anciens magasins, transformés en dépôts, retrouvèrent leur rôle initial, le tissu commercial de la rue proprement dite connût une première expansion. Le deuxième temps, au début des années quatre-vingt, est caractérisé par l’installation dans la rue d’une nouvelle catégorie de commerçants. Ceux-ci avaient une stratégie adaptée à l’espace de Beyrouth-Est, c’est-à-dire qu’ils s’installaient dans les micro-centralités issues de la coupure de la « ligne verte ». Getaoui se trouvait ainsi intégré dans le réseau spatial et commercial de Beyrouth-Est. Des commerçants qui n’y étaient pas nés, qui n’y avaient jamais vécu, y ouvrirent des boutiques, comme à Furn ach-Chebback, à Jounieh ou à Jal al-Dib La dynamique s’enclenchait, et Getaoui devint un espace commercial de relative importance. Certains habitants de la rue se mirent au commerce après avoir perdu leur source de revenu principale.

11Ces faits marquent la fin du système d’espace-relais et entérinent la naissance d’une nouvelle génération de commerçants qui agissent dans le sillage des milices. Plusieurs types d’espaces commerciaux cohabitent alors à Getaoui. Le premier, sclérosé, est celui des anciens commerçants repliés du centre-ville, coupés de leur clientèle, en marge des nouveaux centres d’approvisionnement et à l’écart des courants de modes des années quatre-vingt. Le second, qui provoque la dynamique commerciale de la rue, est celui de la nouvelle génération de commerçants. Leur identification est malaisée dans la mesure où ce ne sont jamais eux qui tiennent leurs boutiques. Mais il semble qu’ils aient été des acteurs proches du « volet civil » du système milicien, c’est-à-dire impliqués dans les structures d’approvisionnement, de commerce, de production ou de gestion sans prendre directement les armes. Ce type de commerçants connaît son apogée à la fin des années quatre-vingt avec l’ouverture de deux centres commerciaux à Getaoui, le centre Sainte-Rita dans l’enceinte de l’immeuble des jésuites en 1985, et le centre Bejjani en 1989 à l’est de la rue. Le troisième type d’espace commercial, moins important en nombre, est directement aux mains des miliciens eux-mêmes. Boites de jeux, salons de beauté ou épiceries diverses ont fait office de récompenses pour les vaillants combattants. Basé sur l’occupation illégale de locaux, cet espace commercial fluctuait durant la guerre en fonction des affrontements entre factions chrétiennes. Un quatrième type de commerce, très faible celui-là, est celui des habitants de la rue forcés de se mettre à la vente pour survivre. Il s’est maintenu sans prospérer. L’après-guerre ne voit pas de bouleversement de ce modèle hormis la dislocation, avec le démantèlement des milices, des commerces strictement miliciens. Cependant, dans l’ensemble, la croissance commerciale s’accélère.

Enseignements

12Ces constats conduisent à une série d’interrogations successives. Nous avons d’abord constaté la coexistence de plusieurs systèmes commerciaux, possédant chacun leur référence spatiale et sociale. Il s’est avéré que ces systèmes ne s’interpénétraient quasiment pas, s’adressant chacun à une clientèle particulière, dans un bassin de chalandise spécifique. Concevant le commerce comme une vitrine partielle des réalités sociales et économiques de l’espace, nous pouvons nous demander si ces faits révèlent une situation sociale particulière dans les quartiers de Beyrouth durant la guerre. La question serait : le système de guerre a-t-il monopolisé les structures urbaines ou s’est-il surimposé à ces structures en les amputant de leur dynamisme propre et en leur imposant le sien sans les faire systématiquement disparaître ? En d’autres termes, les territoires miliciens recouvraient-ils l’ensemble de la ville ou ne s’agissait-il que d’un maillage parasitaire surajouté à l’espace urbain ? Cette question nous semble centrale pour envisager la situation actuelle en analysant les types de stratégie qui ont été favorisés par la guerre.

Marquage institutionnel de la rue Getaoui.

13La deuxième interrogation concerne l’action de la guerre sur le jeu communautaire. Si, avant les événements, la ligne de distinction principale entre les commerçants se situait au niveau de l’appartenance communautaire, c’est une logique binaire de confessions (chrétiens, musulmans) qui l’a remplaçée. Les institutions puissantes d’avant-guerre existaient encore pour la plupart (à l’exception du club de Qartaba dont les locaux ont été réquisitionnés par les Kataëb dès 1975), mais leur influence était très réduite. Les commerçants se différenciaient par la date de leur établissement dans la rue, elle-même révélatrice du dynamisme de leur magasin. L’unification confessionnelle de Beyrouth-Est a réduit les enjeux communautaires au niveau local. La physionomie de la ville a différencié les commerçants de la rue Getaoui, les uns dessinant un tissu fossile orienté vers un centre-ville déchu, les autres prospères à la faveur de la division de la ville.

  • 8 N. Beyhum, 1989.

14Ce qui nous amène à une troisième interrogation, peut-être la plus riche. Si plusieurs systèmes commerciaux coexistaient sans se supprimer, cela signifie que plusieurs systèmes spatiaux se croisaient rue Getaoui comme, certainement, dans les autres quartiers de Beyrouth. Ces systèmes auraient chacun une échelle de référence. L’une, correspondant à l’ancien Beyrouth, étaient amputée de son pôle central. La deuxième, la ville proprement milicienne, s’apparentait peut-être à un maillage8. La troisième, enfin, serait celle des investisseurs, une échelle de rentabilité économique favorisée par la guerre, liée à l’expansion urbaine de Beyrouth-Est. Il me semble, schématiquement, que ce jeu d’échelles est central dans l’organisation de Beyrouth durant la guerre, et, avec des évolutions, aujourd’hui.

15Rue Getaoui, l’interrogation « Beyrouth ou Grand-Beyrouth » avait, pendant la guerre, une actualité aiguë. Beyrouth, c’était la ville « d’avant », celle des souks, l’espace de la lente conquête de l’identité citadine, l’horizon des nouveaux urbains. Le Grand-Beyrouth pourrait désigner, vu de Getaoui, la vaste ville en expansion à l’est de la ligne verte, étrangère aux anciens citadins, espace d’investissement des commerçants modernes et prospères. Ce type d’évolution est commune à beaucoup de villes, il se pose à l’égard de nombreuses opérations d’aménagement. Mais la guerre à Beyrouth lui a donné une ampleur et une dynamique rares en dix ans, la ville a changé d’espace de référence, de pôle central. Les répercussions de ces changements au niveau local sont drastiques, on l’a vu, elles sont aussi riches d’enseignements pour l’avenir.

Bibliographie

Références citées

BEYHUM N., 1989, « L’Organisation de la vie quotidienne d’un quartier de Beyrouth-Ouest, Habitants, commerçants et miliciens », Maghreb-Machrek, 125, juil.-sept. 1989, p. 100-116.

BEYHUM N., 1991, « Crises urbaines de Beyrouth, crises de la citadinité ? », Espaces et sociétés, 65, p. 39-59.

BOUDJIKANIAN A., 1985, « L’Espace libanais au regard des migrations arméniennes », Hannon, vol. XVII, 1982-1984, p. 23-44.

BOURGEY A., PHARES J., 1973, « Les Bidonvilles de l’agglomération de Beyrouth », Revue de géographie de Lyon, vol. XLVIII, 2, p. 107-139.

KHAYAT T., 1994, Dynamiques commerciales de la me Getaoui (Beyrouth) de l’avant à l’après-guerre : espaces communautaires et espace confessionnel, maîtrise de géographie, ss. la dir. de M. F. Davie, Tours, université de Tours.

Notes

* Doctorant en géographie à l’université de Tours, urbama.

1 N. Beyhum, 1991.

2 T. Khayat, Espaces et territoires communautaires à Achrafieh et dans la proche banlieue orientale de Beyrouth, thèse de géographie en cours.

3 On peut voir un bloc de maisonnettes rurales au sud de l’hôpital orthodoxe.

4 A. Bourgey, J. Pharès, 1973.

5 A. Boudjikanian, 1984.

6 La période d’avant-guerre génère une grande nostalgie chez les anciens habitants, en particulier ceux qui sont originaires de Qartaba. Les Kataëb ne s’y sont pas trompé : leur première action de guerre dans la rue est l’occupation des locaux de l’association en vue d’en faire une caserne. Symbole d’un changement d’époque et de domination.

7 Pour une différenciation de ces centralités, voir la contribution de G. Boudisseau.

8 N. Beyhum, 1989.

Table des illustrations

Légende Marquage institutionnel de la rue Getaoui.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 937k

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search