Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Deuxième partie. Recompositions

Hamra : nouveau centre ancien

Guillaume Boudisseau

Texte intégral

  • * Géographe, doctorant à l’université de Tours, URBAMA.

1Note portant sur l’auteur*

2Hamra est l’exemple d’un espace de la ville de Beyrouth qui a évolué dans un sens et à un rythme différents, des autres espaces beyrouthins. Le poids, le rôle et, en quelque sorte, la centralité des espaces urbains à Beyrouth résultent de la combinaison d’actions et de stratégies d’acteurs, de conceptions et de perceptions de ces espaces par les Beyrouthins. L’analyse dans le temps – de 1970 à nos jours – de la centralité économique du quartier Hamra est un exemple de l’évolution géographique des espaces commerciaux de cette ville. L’histoire du rôle et de la place du quartier Hamra dans l’organisation commerciale de Beyrouth depuis les années soixante-dix traduit les intenses recompositions, à la fois économiques et urbaines, qui ont touché cette ville au cours des vingt-cinq dernières années.

  • 1 A. Bourgey, 1977, p. 7.
  • 2 A. Bourgey, 1979, p. 99 ; voir aussi la contribution de L. Combes et E. Verdeil.

3En 1975, la répartition des activités commerciales au sein de la capitale libanaise était dominée par deux grands pôles où se trouvaient concentrées les plus fortes densités commerciales : le centre-ville et le quartier Hamra1. Beyrouth était une ville bipolaire : le centre-ville était le cœur économique de la ville et du pays, le lieu du cosmopolitisme professionnel et communautaire. Il regroupait des fonctions très diverses : artisanat, importante concentration d’activités tertiaires (banques, bureaux, hôtels), d’activités de loisirs (cinémas, cabarets, etc.), mais surtout une multitude de commerces de détail et de gros (souks spécialisés, immeubles commerciaux, etc.)2. Pour sa part, le quartier Hamra était à la fois un quartier touristique, commercial et d’affaires. Il était spécialisé dans les activités de loisirs (cinémas, cafés-trottoirs, salles de jeux, restaurants), touristiques (hôtels, appartements meublés, agences de voyage, compagnies aériennes), d’affaires (banques, bureaux) et dans le commerce de luxe (bijouterie, habillement, galeries d’art). Hamra était devenu l’espace urbain d’une société beyrouthine, citadine, jeune, occidentalisée et aisée, désireuse d’affirmer son « indépendance » à la fois commerciale, sociale et identitaire par rapport à l’ensemble de la ville.

  • 3 A partir de septembre 1975, les combats vont se dérouler dans le centre-ville, les souks vont être (...)

4En 1975, le début de la guerre a entraîné le redéploiement et la redistribution des activités commerciales à l’intérieur de Beyrouth municipe et en périphérie. Cette recomposition s’est caractérisée par la création de nouveaux espaces marchands et de nouvelles centralités urbaines. De bipolaire, Beyrouth est alors devenue une ville polycentrique. Le quartier Hamra a aussi profité de ce redéploiement des activités. À la suite de la destruction des souks du centre-ville3, de nombreuses activités commerciales et de services se sont installées à Hamra. Mais, à partir de 1984, l’arrivée massive de populations réfugiées du Liban-Sud – qui occupent illégalement des appartement et des bureaux – freine le développement commercial et ternit l’image du quartier. De ce fait, et jusqu’en 1990, Hamra est marginalisé par rapport à d’autres espaces commerciaux beyrouthins alors en pleine croissance.

5En 1996, la géographie des activités commerciales de Beyrouth est marquée par l’uniformité des caractéristiques des quartiers commerciaux: espace mono-communautaire, espace mono-fonctionnel. Parmi les rues commerçantes de Beyrouth, le quartier Hamra a retrouvé une place stratégique. Dans l’agglomération, il représente, l’une des plus fortes concentrations d’activités commerciales et de services, le plus important centre tertiaire et financier ; en outre, Hamra est un quartier où cohabitent diverses communautés (résidents et commerçants). Par l’hétérogénéité et la diversité de ses activités, la mixité sociale et confessionnelle de sa clientèle, son poids économique au sein de la ville, en 1996, le quartier Hamra tient un rôle économique, ludique et financier prépondérant au sein de l’agglomération.

Hamra en 1975

  • 4 L’université américaine a été fondée en 1866 à Ras Beyrouth. La présence de cet établissement a ét (...)
  • 5 S. Khalaf, P. Kongstad, 1973, p. 21.
  • 6 Le développement des commerces a été favorisé par l’installation de commerçants d’origine palestie (...)
  • 7 La plupart des cafés-trottoirs étaient accolés aux cinémas dont parfois ils reprenaient les noms. (...)

6L’émergence de Hamra résulte de la croissance de la ville vers l’ouest. Son développement récent et rapide est indissociable de la présence de l’université américaine à Ras Beyrouth4. Il y a cinquante ans, Hamra était encore un espace agricole5 ; c’est à partir des années cinquante que le quartier est touché par un fort développement résidentiel et commercial6. En 1975, la renommée du quartier était étroitement associée aux activités touristiques, ludiques et récréatives. Sa réputation a été construite par l’intermédiaire de ses salles de cinémas, de ses cafés-trottoirs7, de ses salles de jeux, de ses hôtels et par la forte concentration de compagnies aériennes et d’appartements meublés. Avec les quartiers de Zeitouné, ‘Ayn al-Mreissé et Raouché, Hamra était au cœur de « l’axe touristique et ludique » de Beyrouth, il était l’espace intermédiaire entre les cabarets de Zeitouné, les discothèques et les hôtels de ‘Ayn al-Mreissé et les restaurants de Raouché. De plus, l’ossature commerciale de Hamra se distinguait surtout par une majorité de boutiques de luxe : prêt-à-porter, argenterie, bijouterie, galeries d’art et librairies. Ainsi, Hamra s’impose rapidement comme un espace atypique.

Situation de Hamra.

  • 8 La répartition confessionnelle des commerçants était, elle aussi, mixte.

7La population de Hamra était constituée par les catégories sociales moyennes et aisées. Les actifs étaient surtout issus des nouvelles professions libérales, des cadres moyens et des étudiants. A cette diversité sociale s’ajoutait la mixité confessionnelle ; Hamra était un espace confessionnel hétérogène8.

  • 9 La présence à Hamra de supermarchés, entraînant une nouvelle pratique commerciale, est le parfait (...)
  • 10 C. Douayhi, 1994, p. 72.

8Le développement de Hamra a profité, sans aucun doute, de celui de nouveaux modes de consommation importés d’Occident9. A la fin des années soixante, le centre-ville n’avait plus les capacités de se restructurer pour accueillir de nouvelles pratiques commerciales et de nouvelles fonctions urbaines. Hamra est alors devenu une vitrine du monde occidental et un exemple d’implantation du système capitaliste. On y retrouvait une ambiance « à l’occidentale » qui contrastait avec celle des autres rues commerçantes de la ville. Le centre-ville ne répondait plus à l’attente d’une partie de la population à la fois jeune, étrangère et aisée. De ce fait, le succès économique de Hamra a été le fruit d’une émancipation, à la fois culturelle et sociale, d’une partie des Beyrouthins. S’y côtoyaient, les intellectuels, les artistes, les politiques, les étrangers, les journalistes et les acteurs10. Hamra s’est constitué non pas pour supplanter le centre-ville, mais en réponse à une nouvelle idéologie urbaine.

  • 11 Le développement de Hamra a entraîné le dédoublement et parfois la délocalisation de certains comm (...)
  • 12 En 1975, 93 % des banques beyrouthines étaient présentes dans le centre-ville contre 36 % seulemen (...)
  • 13 C. Douayhi, 1994, p. 72.

9Dans un premier temps, Hamra s’est développé en concurrence avec le centre-ville11 ; par la suite, sa spécialisation a plutôt donné lieu à une certaine complémentarité avec ce dernier. Chacun s’adressant à une clientèle et à des modes de consommation différents. Ainsi, les cinémas du centre-ville et de Hamra se sont toujours adressés à des clientèles différentes, et l’émergence d’agences bancaires à Hamra n’a jamais menacé l’hyper-pôle financier de Riad el-Solh12. Haut lieu de modernité13, le quartier Hamra était, pour les classes moyennes et aisées, le théâtre et l’espace de représentation de la réussite d’une économie capitaliste et occidentale, et, pour les classes pauvres, au-delà d’un nouvel espace public, une vitrine d’un monde socialement et économiquement inaccessible.

Les années de transition : 1975 à 1990

  • 14 A partir de 1975, les milices ont pris le pouvoir dans la ville. Leur logique territoriale et conf (...)
  • 15 Après la destruction des souks, de nombreux commerçants du centre-ville ont cherché à ré-excercer (...)
  • 16 E. Gebrane-Badlissi, 1994, p. 187.
  • 17 G. Boudisseau, 1993 (b), p. 39.

10Pourtant relativement épargné par les bombardements et les combats entre les milices, Hamra subit au cours des quinze années de guerre d’importantes transformations. Ainsi, l’homogénéisation confessionnelle des commerçants14, l’installation de vendeurs ambulants15, la squatterisation de l’espace par des populations réfugiées et l’exode des résidents chrétiens ont donné un nouveau visage à Hamra. D’emblème du modernisme, le quartier a perdu ses particularités et une grande part de son prestige ; il est néanmoins resté un espace commerçant actif pour des modes de consommation différents en fonction d’une nouvelle clientèle et d’une nouvelle demande. A partir de 1984 le quartier a été marqué par l’arrivée de réfugiés chiites. Ces derniers ont profité du chaos politique et de l’emprise des miliciens sur l’espace pour réquisitionner des appartements ou des bureaux vacants, des chambres d’hôtels ou des appartements meublés16. L’occupation des hôtels (Napoli, Atlas, Triumph, Plaza, Strand) et des bureaux (Broadway, Piccadilly, Eldorado, Strand, Marignan, Al-Hamra), par cette population défavorisée, a incontestablement nui à l’image du quartier17.

Rue Hamra. Cette rue représente l’emblème commercial du quartier. La diversité des activités, des services et la multitude des enseignes en constituent la vitrine (cliché de l’auteur).

  • 18 A. Bourgey, 1988, p. 126.
  • 19 La mise en place d’une ligne de démarcation, divisant Beyrouth en deux secteurs, a réduit la centr (...)

11Si la nouvelle répartition géographique de la population a entraîné le départ de certains commerçants chrétiens de Hamra, la destruction des souks du centre-ville et la re-localisation des activités, qui a suivi, ont conduit des anciens du centre-ville à se réinstaller à Hamra, modifiant ainsi la structure commerciale du quartier. Les boutiques de prêt-à-porter important des produits européens ont été remplacées par des boutiques proposant des produits fabriqués en Asie ou au Moyen-Orient. Des cafés-trottoirs, des compagnies aériennes ou des banques étrangères ont fermé tandis que des snacks, des parfumeries, des boutiques de bijoux-fantaisie et des bureaux de change prenaient leur place. La structure sociale de la clientèle s’est modifiée en fonction de cette évolution. Aussi, contrairement à l’analyse proposée par A. Bourgey en 198818, il semble qu’il n’y a pas eu une baisse, mais plutôt une modification sociale et communautaire de la clientèle19.

12De 1975 à 1990, l’essaimage des espaces commerçants a entraîné un phénomène de concurrence entre leurs multiples implantations dans l’agglomération. Les commerces les plus récents, et par conséquent les plus modernes, se sont imposés plus facilement auprès de la population. Cette concurrence n’a pas été favorable à Hamra. Par exemple, l’exode des activités ludiques (restaurants et cinémas) en périphérie de Beyrouth, donc loin des zones de front, a connu un franc succès. La construction d’immeubles d’activités tertiaires modernes et de centres commerciaux à Zalqa, Mar Elias, Dbayeh et Jounieh a dévalorisé le quartier Hamra où, durant seize années, très peu de centres commerciaux ont été construits. Avec la guerre, Hamra a perdu le monopole de la modernité commerciale. A Beyrouth-Ouest, les rues Mar Elias ou Verdun et les quartiers Barbour ou Bir el-Abed ont profité de cette dévalorisalisation progressive pour s’imposer dans les pratiques commerciales des habitants.

Hamra : un espace multifonctionnel

13Depuis la fin de la guerre, en 1990, l’abolition de la division de la ville en deux secteurs a permis à Hamra de redevenir un espace urbain pour tous les Beyrouthins. De ce fait, on peut se demander quelle est la place de Hamra dans la ville de Beyrouth aujourd’hui ? L’originalité du quartier Hamra réside dans sa multifonctionnalité ; il est à la fois commercial, financier, hôtelier, médical, culturel, universitaire et religieux.

Espace commercial

  • 20 Le quartier Hamra est délimité à l’ouest par la rue Sadat, au nord par les rues Bliss et Clémencea (...)
  • 21 Cette rue est plus connue comme la rue Pavillon ; suivant le nom du centre commercial où sont regr (...)
  • 22 Les bijouteries sont surtout concentrées à la fin de la rue Hamra au niveau des anciens hôtels Nap (...)
  • 23 Dans ces cas précis, il ne s’agit pas de spécialisations, car ces activités ne sont pas majoritair (...)
  • 24 Les commerces de luxe sont concentrés dans les rues Madame Curi . Makdissi, Souraty (à la fin de l (...)

14Le quartier est constitué non seulement par la rue Hamra, mais aussi de nombreuses rues commerçantes parallèles et perpendiculaires20. Plusieurs rues se sont spécialisées dans une même activité. La rue Makdissi est réputée pour ses boutiques d’habillement. Les magasins de chaussures sont concentrés dans la rue Ibrahim Abdel-Aal21, tandis que les bijouteries22 occupent plutôt la rue Hamra. Ces spécialisations sont anciennes et n’ont fait que se renforcer durant la guerre. De plus, certaines activités plus spécifiques sont concentrées dans différentes rues23. La rue Jeanne d’Arc est connue pour ses fleuristes. Les rues Bliss et Jeanne d’Arc (à proximité de l’entrée de l’université américaine) regroupent des librairies-papeteries. Des marchands de meubles sont concentrés à l’intersection des rues Makdissi et Abdel-Aal. Les opticiens sont plutôt installés le long de la rue Abdel-Aziz (à proximité de l’hôpital américain) et les boutiques de souvenirs le long de la rue de Baalbeck (à proximité des hôtels). Au-delà de ces spécialisations commerciales, certains sous-quartiers de Hamra touchent une clientèle essentiellement aisée à travers des boutiques de luxe24.

Rue Makdissi. Parallèle à la rue Hamra, cette rue est à la fois commerciale et résidentielle. Elle est spécialisée dans le commerce de luxe et les secteurs financiers et hôteliers (cliché de l’auteur).

Espace financier

  • 25 L’activité des banques de la rue Riad el-Solh a réussi à se maintenir jusqu’en 1982 en fonction de (...)
  • 26 On dénombre 25 sièges de banques dans le quartier Hamra. Parmi les nouveaux pôles bancaires, nés d (...)
  • 27 La bourse de Beyrouth a rouvert en 1996.

15En 1996, Hamra est incontestablement le premier centre financier de Beyrouth. Malgré la multiplication des agences bancaires dans l’ensemble de l’agglomération à partir de 1976, à la suite de la fermeture du centre-ville et de la rue Riad el-Solh25, Hamra est devenu en vingt ans un véritable financial district. Ainsi, 80 % des banques présentes à Beyrouth ont leur siège ou une agence dans le quartier Hamra26. Au cours de la crise monétaire de 1986, c’est la rue Hamra qui a connu la plus forte prolifération de bureaux de change. On en dénombre pas moins de trente-six en 1996, soit la plus importante concentration de Beyrouth. Cette activité bancaire est indissociable des deux pôles financiers que sont la Banque du Liban et la bourse de Beyrouth situés à proximité27. L’espace de la finance (banques, sociétés financières, sociétés d’assurances, sociétés d’investissement, bureaux de change) à Hamra se concentre dans les rues Hamra, Abdel-Aziz, Makdissi, dans le centre Gefinor et dans le quartier Wardieh.

Espace touristique et ludique

  • 28 Parmi les autres centres de loisirs de Beyrouth, il faut mentionner l’apparition de salles de ciné (...)
  • 29 Après avoir été fortement endommagé durant la guerre, l’hôtel Commodore a rouvert en 1996.
  • 30 Le centre Concorde date du début des années soixante-dix. Si le cinéma a toujours existé, ce n’est (...)
  • 31 La faible fréquentation des cinémas de Hamra – Al-Hamra, Colisée ou Eldorado – s’explique par l’at (...)

16Depuis une dizaine d’années, le développement des nouveaux espaces de loisir au nord de l’agglomération, à Kaslik, Jounieh et Maameltein (six complexes de cinémas, huit hôtels, salles de jeux vidéos, restaurants et discothèques)28 a mis fin au monopole de Hamra, Raouché et ‘Ayn el-Mreissé dans ce domaine. Néanmoins, Hamra demeure un quartier touristique et de divertissement. On y dénombre toujours autant d’hôtels, d’appartements meublés, de salles de jeux, de cinémas et de pub-restaurants. L’activité hôtelière – dix-neuf hôtels – reste l’un de ses principaux atouts touristiques. Parmi les plus connus et les plus anciens, nous retrouvons Le Bristol, Le Cavalier, Le Commodore29 et Le May Flower. Les agences de voyages et les bureaux des compagnies aériennes ont toujours été présentes dans le quartiers ; ils sont regroupées dans le centre Gefinor et le long de la rue Hamra. Le quartier comporte aussi deux sous-espaces de loisir : les rues Bliss-Makhoul et le centre Concorde. Le premier est localisé à proximité de l’entrée de l’université américaine. La rue Bliss concentre des snacks, des glaciers, des fast-food, des pubs-restaurants, et la rue Makhoul est renommée pour ses restaurants et ses pubs. Le centre Concorde regroupe dans un même espace, trois salles de cinémas, des salles de jeux et un pub-restaurant30. Si les cinémas ont fait durant les années soixante-dix la fierté et la renommée de Hamra, ils sont aujourd’hui dégradés – à l’exception du Concorde –, non entretenus et donc très peu fréquentés31.

17Centre Gefinor. Construit à la fin des années soixante, la plus grande part de ce centre, constitué de quatre immeubles de quinze étages chacun, est occupé par des activités du secteur tertiaire. Il regroupe des cabinets médicaux, des représentations de compagnies aériennes, des agences de voyage et bancaires. Malgré des formes architecturales anciennes et considérées comme dépassées, ce centre reste le plus haut lieu de regroupement d’agences de voyages du Liban (cliché de l’auteur).

Espace public

  • 32 Par exemple, pendant le Ramadan, la rue Hamra et ses environs constituent un lieu de promenade pou (...)
  • 33 Les squatters du centre Broadway et de l’immeuble Al-Hamra ont été évacués par la force à la fin d (...)
  • 34 Le parc Sanayeh est le plus ancien jardin public de la capitale. Il est très fréquenté des Beyrout (...)

18Au-delà de son poids commercial et tertiaire, le quartier Hamra est un des rares espaces publics de Beyrouth. Les cafés-trottoirs de Hamra – Le Modca, Le Café de Paris et Le City Café – sont autant des lieux publics et privés où les Beyrouthins peuvent se rencontrer, discuter et s’exprimer. Même si l’ambiance et le paysage de Hamra ont changé, c’est aujourd’hui un lieu de promenade, de flânerie et de détente. L’afflux de Beyrouthins, non-résidents à Hamra, les dimanches ou les jours fériés, en est la preuve32. Malgré la présence de façades d’immeubles encore dégradées après le départ des populations réfugiées en 199333, Hamra reste un pôle d’attraction. Par sa position géographique, il se trouve entre les trois principaux espaces publics de Beyrouth : le jardin Sanayeh34, les corniches de Raouché et de Ras Beyrouth. Chaque années, les commerçants du quartier Hamra organisent un festival. C’est l’occasion de défilés, de spectacles de rues et de concerts qui drainent une foule importante. Ainsi, par la variété de ses commerces de détail et par l’espace public qu’il représente, toutes les classes sociales, toutes les confessions et tous les âges peuvent se côtoyer et se croiser à Hamra.

19Dans l’attente de la reconstruction du centre-ville, le quartier Hamra, par la variété de ses commerces, l’importance de ses activités tertiaires et de services, la mixité sociale et communautaire de sa clientèle, est, au contraire des centralités mono-fonctionnelles et mono-confessionnelles issues de la guerre, sans doute le nouveau centre de Beyrouth au même titre que pouvait l’être le centre-ville de 1975. Le quartier Hamra en 1996 présente de nombreuses similitudes avec le centre-ville d’avant-guerre ; la spécialisation de certaines rues n’est pas sans rappeler les souks détruits en 1975.

Hamra : quel avenir ?

  • 35 La reconstruction et le réaménagement du centre-ville de Beyrouth ont été confiés à la société sol (...)

20L’avenir à court terme du quartier Hamra est indissociable de celui du projet de reconstruction du centre-ville. Selon ce projet, dans quelques années, le centre géographique de Beyrouth devrait à nouveau être en fonction. Sa reconstruction entraînera une nouvelle hiérarchisation des espaces commerciaux au sein de l’agglomération35.

Le centre-ville de Beyrouth en l’an 2000

  • 36 Par exemple, l’immeuble Esseily et le Commercial building.
  • 37 Le projet de Solidere prévoit 4 690 000 m2 de surface totale de plancher : le résidentiel représen (...)
  • 38 M. Charara, 1994, p. 185.
  • 39 Un important pôle commercial est prévu au niveau des anciens souks Tawilé, Iyas et al-Jamil. Ce co (...)
  • 40 J.-F. Troin (ss. la dir. de), 1985, p. 130 et J.-F. Troin, 1994.

21L’histoire d’un quartier, surtout commerçant, est souvent prise dans un mouvement – naissance, apogée, déclin, décrépitude puis, à nouveau, renaissance, croissance, etc. Le centre-ville de Beyrouth fut à son apogée au cours des années cinquante – soixante ; vers 1970, certaines activités se sont exilées vers l’ouest en direction de Hamra ; à partir de 1975, il fut le théâtre de la guerre civile libanaise ; ce n’est que depuis 1994-1995 que sa reconstruction est entreprise. Actuellement, et depuis trois ou quatre ans, la rue Riad el-Solh est à nouveau en fonction ; des banques sont rouvertes, la poste centrale refonctionne, le centre Azarieh et des immeubles de la place Riad el-Solh36 sont en cours de rénovation, la restauration des immeubles du quartier Foch-Allenby est en cours d’achèvement. Dans quelques années, un certain nombre d’activités commerciales seront en place dans le centre-ville. La société Solidere a dressé un projet de reconstruction à la fois ambitieux et moderne37. Selon cette société, le centre-ville doit devenir un espace plurifonctionnel, moderne et attractif. Un changement d’image, d’échelle et d’esthétique est attendu grâce au renouvellement des formes et des fonctions38. D’importants complexes financiers et d’affaires doivent être construits. Les activités commerciales seront regroupées dans différentes pôles en plus des anciennes rues marchandes39. Des quartiers de loisir seront aménagés à proximité du front de mer avec des restaurants, des cafés et des complexes de cinémas. La construction d’hôtels et d’équipements de loisir est envisagée afin de doter ce centre d’activités touristiques et de divertissement. On peut ainsi se demander si cette reconstruction n’a pas les mêmes enjeux que les opérations d’aménagement et de réhabilitation de certains quartiers centraux des villes du Monde arabe où la régénération et la revitalisation des anciens centres passent par des phases de restauration et de réhabilitation40.

Hamra Square. Localisé au milieu de la rue Hamra, ce centre est le plus récent du quartier. Le Hamra Square associe des bureaux pour des cabinets médicaux et d’avocats, une agence bancaire et deux niveaux de galeries commerciales (cliché de l’auteur).

Hamra, nouveau centre ancien

  • 41 Le projet de SOLIDERE prévoit la construction de nombreux immeubles commerciaux et résidentiels av (...)

22Parallèlement à la reconstruction du centre-ville, quel sera le rôle du quartier Hamra ? Nous avons montré qu’avant la guerre Hamra et le centre-ville constituaient deux espaces urbains, deux centralités à la fois concurrentes et complémentaires. Dès les premières années du xxie siècle, la physionomie, l’architecture41, la morphologie et l’infrastructure du nouveau centre-ville n’auront rien de comparable avec celles de 1975. Ce nouveau centre, fruit d’une opération urbanistique et financière, sera alors le nouvel espace moderne de la ville. Dans le même temps, le quartier Hamra, l’ancien centre moderne des années soixante-dix, deviendra un ancien espace économique. Il sera en quelque sorte le « nouveau » centre ancien de la ville, alors qu’à l’emplacement du centre-ville de 1975, s’élèvera le nouveau centre moderne de Beyrouth. Cette redéfinition des centralités commerciales implique une répartition des rôles et des fonctions et par conséquent, là encore, une complémentarité.

23Ce n’est qu’à travers la compréhension de la temporalité des espaces urbains que nous avons analysé l’évolution de la centralité commerciale de Beyrouth. Durant seize années, des espaces de rechange et de substitution se sont développés dans l’ensembe de l’agglomération pour donner lieu à de petites centralités. Mais, ces espaces urbains de rechange, issus de la destruction du centre-ville et de la décentralisation des fonctions au sein de l’agglomération, n’ont jamais acquis le poids nécessaire pour devenir de véritables centres. Si, durant la guerre, ils ont réussi à s’imposer dans les pratiques commerciales des Beyrouthins, aujourd’hui, leur rayonnement spatial est plus limité. Face à la concurrence de ces micros-centralités post-1975, Hamra représente la centralité économique et urbaine la plus ancienne et la plus diversifiée de la ville de Beyrouth ; sa force réside dans le poids de son passé. Ainsi, en 1996, Hamra semble correspondre au centre de Beyrouth, à défaut qu’une autre centralité soit capable d’assurer cette fonction. Dans l’attente de la reconstruction du centre-ville, le quartier Hamra retrouve une nouvelle originalité et une nouvelle identité. Il est devenu le centre ancien de Beyrouth – centre historique, repère et espace symbolique – et pas seulement un centre-ville par procuration.

Hamra un espace multiconfessionel – 1996.

Bibliographie

Références citées

BERRIANE M., 1988, « Une Nouvelle fonction du centre-ville moderne marocain : loisirs et convivialité », in Eléments sur les centres-villes dans le Monde Arabe, Tours, urbama, p. 205-215.

BOUDISSEAU G., 1993 (a), L’Evolution fonctionnelle de la rue Hamra de 1975 d 1992, mémoire de maîtrise de géographie, ss. la dir. de M. F. Davie, Tours, université François Rabelais.

BOUDISSEAU G., 1993 (b), « Les Transformations du centre moderne de Beyrouth, étude de l’évolution des commerces de la rue Hamra de 1975 à 1992 », Annales de géographie, (université Saint-Joseph), 14, p. 33-42.

BOURGEY A., 1977, « L’Evolution du centre de Beyrouth de 1960 à 1977 », communication au colloque Espaces socio-culturels et croissance urbaine dans le Monde arabe, Paris.

BOURGEY A., 1979, « Les Transformations de l’agglomération de Beyrouth, une nouvelle organisation de l’espace née de la guerre », Villes et Etats, atelier de recherche et d’actions urbaines : institut de sociologie, Crédit communal de Belgique, 170, p. 96-104.

BOURGEY A., 1988, « Les Transformations du centre de Beyrouth depuis 1975 », in Eléments sur les centres-villes dans le Monde arabe, Tours, urbama, p. 119-127.

CHARARA M., 1994, « Beyrouth, le choix d’un centre », Maghreb-Machrek, 143, p. 174-185.

DOUAYHI C., 1994, « Etre hors de la ville dans la ville : les cafés de Hamra », in Du privé au public, espaces et valeurs du politique au Proche-Orient, Les Cahiers du CERMOC, 8, Beyrouth, p. 71-76.

EL-KADI G., 1995, « Le Caire à la recherche d’un centre », Annales de géographie (université Saint-Joseph), 16, p. 37-73.

GEBRANE-BADLISSI E., 1994, « Le Phénomène de squattérisation à Beyrouth », Maghreb-Machrek, 143, p. 186-189.

KHALAF S., KONGSTAD P., 1973, Hamra of Beirut, a case of rapid urbanization, Leiden, Brill.

TROIN J.-F. (ss. la dir. de), 1985, Le Maghreb. Hommes et espaces, Paris, Armand Colin.

TROIN J.-F., 1994, « L’Evolution des mégapoles arabes à l’horizon 2000 », communication au colloque Sciences sociales et phénomènes urbains dans le monde arabe, Casablanca, du 30/11 au 2/12.

Notes

* Géographe, doctorant à l’université de Tours, URBAMA.

1 A. Bourgey, 1977, p. 7.

2 A. Bourgey, 1979, p. 99 ; voir aussi la contribution de L. Combes et E. Verdeil.

3 A partir de septembre 1975, les combats vont se dérouler dans le centre-ville, les souks vont être pillés, saccagés et incendiés. De 1975 à 1977, leur destruction a été évaluée à 80 % ; A. Bourgey, 1977, p. 11.

4 L’université américaine a été fondée en 1866 à Ras Beyrouth. La présence de cet établissement a été déterminante pour la croissance de l’urbanisation de la partie occidentale de la ville entre les deux guerres.

5 S. Khalaf, P. Kongstad, 1973, p. 21.

6 Le développement des commerces a été favorisé par l’installation de commerçants d’origine palestienne (en 1948, après la proclamation de l’Etat d’Israël) et par le retour des Libanais d’Egypte (en 1954, après l’arrivée au pouvoir de Nasser) ; A. Bourgey, 1988, p. 123.

7 La plupart des cafés-trottoirs étaient accolés aux cinémas dont parfois ils reprenaient les noms. L’Express, le Horse Shoe, le Café de Paris, le Wimpy, l’Eldorado et le Strand côtoyaient les cinémas Etoile, Al-Hamra, Piccadilly, Eldorado et Strand.

8 La répartition confessionnelle des commerçants était, elle aussi, mixte.

9 La présence à Hamra de supermarchés, entraînant une nouvelle pratique commerciale, est le parfait exemple de ces nouveaux modes de consommation.

10 C. Douayhi, 1994, p. 72.

11 Le développement de Hamra a entraîné le dédoublement et parfois la délocalisation de certains commerces du centre-ville (commerce de luxe, librairies, boutiques d’habillement, etc.).

12 En 1975, 93 % des banques beyrouthines étaient présentes dans le centre-ville contre 36 % seulement à Hamra.

13 C. Douayhi, 1994, p. 72.

14 A partir de 1975, les milices ont pris le pouvoir dans la ville. Leur logique territoriale et confessionnelle a entraîné – à Hamra – l’exode des commerçants chrétiens vers l’est de la capitale ou l’étranger. Dans leurs départs précipités, ces commerçants vendaient le plus souvent leur fonds de commerce ou mettaient fin à leur contrat de location au profit de nouveaux commerçants musulmans ayant fui l’est de Beyrouth ou le centre-ville. Hamra a ainsi été le siège d’une sorte de chassé-croisé.

15 Après la destruction des souks, de nombreux commerçants du centre-ville ont cherché à ré-excercer leur activité de manière provisoire. Dès 1975, la rue Hamra fut prise d’assaut par des vendeurs ambulants qui étalaient leurs marchandises de toute nature sur les trottoirs et les capots des voitures. Ce secteur informel s’est maintenu jusqu’en 1993.

16 E. Gebrane-Badlissi, 1994, p. 187.

17 G. Boudisseau, 1993 (b), p. 39.

18 A. Bourgey, 1988, p. 126.

19 La mise en place d’une ligne de démarcation, divisant Beyrouth en deux secteurs, a réduit la centralité commerciale de Hamra. La clientèle chrétienne a déserté le quartier. Ainsi, durant la guerre, la clientèle de Hamra était essentiellement musulmane.

20 Le quartier Hamra est délimité à l’ouest par la rue Sadat, au nord par les rues Bliss et Clémenceau, au sud par la rue Madame Curie et à l’est par la Banque du Liban ; cf. G. Boudisseau, 1993 (a).

21 Cette rue est plus connue comme la rue Pavillon ; suivant le nom du centre commercial où sont regroupés les magasins de chaussures.

22 Les bijouteries sont surtout concentrées à la fin de la rue Hamra au niveau des anciens hôtels Napoli et Plaza.

23 Dans ces cas précis, il ne s’agit pas de spécialisations, car ces activités ne sont pas majoritaires dans la rue où elles sont localisées. Néanmoins, nous considérons la présence de trois ou quatre boutiques dans un espace réduit comme un indicateur suffisant.

24 Les commerces de luxe sont concentrés dans les rues Madame Curi . Makdissi, Souraty (à la fin de la rue) et dans la région dite de Wardieh (intersection des rues Clemenceau et de Rome).

25 L’activité des banques de la rue Riad el-Solh a réussi à se maintenir jusqu’en 1982 en fonction de la temporalité des trêves. Ce n’est qu’à partir de l’invasion israélienne que la plupart des sièges ont fui le centre-ville pour s’établir dans d’autres quartiers.

26 On dénombre 25 sièges de banques dans le quartier Hamra. Parmi les nouveaux pôles bancaires, nés de la décentralisation des activités de la rue Riad el-Solh, après Hamra, les activités financières de décision se localisent le long du boulevard Malek (ex-Fouad Chehab) : 11 sièges, à Dora avec 9 sièges, à Verdun : 6 sièges, autour de la place Sassine : 5 sièges et, à Sin el-Fil : 4 sièges.

27 La bourse de Beyrouth a rouvert en 1996.

28 Parmi les autres centres de loisirs de Beyrouth, il faut mentionner l’apparition de salles de cinémas, de restaurants et de pub-restaurants dans certains quartiers de Beyrouth-Est (Furn al-Hayek, Sassine, Sursock) et le développement des activités touristiques et de restauration à Broumana et Beit Meri.

29 Après avoir été fortement endommagé durant la guerre, l’hôtel Commodore a rouvert en 1996.

30 Le centre Concorde date du début des années soixante-dix. Si le cinéma a toujours existé, ce n’est qu’après de coûteux aménagements qu’une galerie commerçante, des salles de jeux et un Hard rock café ont ouvert en 1996. Pour des raisons qui nous échappent, le centre Concorde, nous semble, à tort, perçu comme faisant partie de la rue Verdun. Situé à 700 mètres de la rue Verdun mais à 200 de la rue Hamra, nous considérons que le centre Concorde appartient géographiquement plus à l’espace commercial de Hamra qu’à celui de Verdun.

31 La faible fréquentation des cinémas de Hamra – Al-Hamra, Colisée ou Eldorado – s’explique par l’attitude délibérée des propriétaires qui, ayant investi – avec succès – durant la guerre dans d’autres salles, ne veulent pas les rénover. La fréquentation des salles à Hamra en 1995-96 ne représente que 5 % des entrées à Beyrouth (le cinéma Concorde n’étant pas encore rouvert). De plus, les nouvelles salles de cinémas intégrées dans des complexes commerciaux modernes (Sofil, Espace 2000, Zouk, Kaslik) se sont imposées au détriment des anciennes salles de Hamra. Néanmoins, certaines salles (Sarroulla, Estral, Broadway et Montréal) fonctionnent grâce au théâtre, à des spectacles pour enfants et à la projection de films arabes (très peu de films arabes sont projetés à Beyrouth, le marché étant sous l’emprise des productions américaines).

32 Par exemple, pendant le Ramadan, la rue Hamra et ses environs constituent un lieu de promenade pour de nombreuses familles. On met à profit les longues soirées de cette période pour sortir femmes et enfants, le plus souvent sans quitter la voiture, et leur faire admirer les vitrines et leurs illuminations. Sur cette question, voir M. Berriane, 1988, p. 208.

33 Les squatters du centre Broadway et de l’immeuble Al-Hamra ont été évacués par la force à la fin de l’année 1993 ; cf. E. Gebrane-Badlissi, 1994, p. 189.

34 Le parc Sanayeh est le plus ancien jardin public de la capitale. Il est très fréquenté des Beyrouthins qui s’y promènent en famille.

35 La reconstruction et le réaménagement du centre-ville de Beyrouth ont été confiés à la société solidere (Société libanaise pour le développement et la reconstruction du centre-ville) qui a été constituée en mai 1995 en tant que société privée regroupant des ayants-droits (les anciens propriétaires) et des investisseurs.

36 Par exemple, l’immeuble Esseily et le Commercial building.

37 Le projet de Solidere prévoit 4 690 000 m2 de surface totale de plancher : le résidentiel représente 1 959 000 m2, les bureaux 1 582 000 m2, les commerces 563 000 m2, les équipements culturels et les administrations publiques 386 000 m2 et les hôtels 200 000 m2 (Source : brochure d’information de solidere, 1996).

38 M. Charara, 1994, p. 185.

39 Un important pôle commercial est prévu au niveau des anciens souks Tawilé, Iyas et al-Jamil. Ce complexe sera équipé de boutiques spécialisées, d’un souk des bijoutiers, de cafés, de restaurants et, comme « locomotive », d’une grande surface (Source : brochure d’information de solidere, 1996).

40 J.-F. Troin (ss. la dir. de), 1985, p. 130 et J.-F. Troin, 1994.

41 Le projet de SOLIDERE prévoit la construction de nombreux immeubles commerciaux et résidentiels avec une architecture avant-gardiste utilisant les matériaux les plus modernes ; 265 immeubles vont être rénovés.

Table des illustrations

Légende Situation de Hamra.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 595k
Légende Rue Hamra. Cette rue représente l’emblème commercial du quartier. La diversité des activités, des services et la multitude des enseignes en constituent la vitrine (cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 774k
Légende Rue Makdissi. Parallèle à la rue Hamra, cette rue est à la fois commerciale et résidentielle. Elle est spécialisée dans le commerce de luxe et les secteurs financiers et hôteliers (cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3240/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 884k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3240/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Légende Hamra Square. Localisé au milieu de la rue Hamra, ce centre est le plus récent du quartier. Le Hamra Square associe des bureaux pour des cabinets médicaux et d’avocats, une agence bancaire et deux niveaux de galeries commerciales (cliché de l’auteur).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3240/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3240/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 729k
Légende Hamra un espace multiconfessionel – 1996.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3240/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search