Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Deuxième partie. Recompositions

Introduction

Jean-Charles Depaule

Texte intégral

1Voici en quatre approches, dessinant des topographies en mouvement, les éléments d’un portrait de Beyrouth et de ses recompositions en cours.

2L’un des thèmes majeurs traités par les auteurs est la relation existant entre la ville et ses territoires, analysée, du moins pour trois d’entre eux, à partir d’études qui s’attachent à l’échelle locale, mais en référant toujours celle-ci, sinon à la globalité de l’agglomération, du moins à un plus grand espace, ou à des polarités structurantes, dans une ville dont la guerre a détruit le centre.

3Tristan Khayat suggère que la rue Getaoui, à l’est, est à son niveau une caisse de résonance des mutations de Beyrouth. La question de la représentativité d’un quartier, du point de vue de sa composition confessionnelle, est explicitement posée par Marie-Claire Fattore à propos de Mousaytbé, situé au centre ouest, qu’une grande diversité caractérisait avant la guerre et dont l’évolution participe ensuite, avec le départ d’une partie des chrétiens, à une tendance à l’homogénéisation qui affecte, d’une façon générale, les différentes parties de Beyrouth. On rencontre une semblable interrogation au sujet de la situation, inverse, de Hamra, redevenant progressivement un lieu de mixité, ainsi que le montre Guillaume Boudisseau.

4Celui-ci met également en lumière la manière dont avant 1975 Hamra, à l’ouest, en affichant un style et une culture propres, marquait son indépendance à l’égard du centre qu’elle concurrençait, et, à travers lui, à l’égard de la ville, avant de profiter du polycentrisme induit par la guerre (le centre est détruit), jusqu’à l’arrivée massive de réfugiés en 1984. Après la guerre, Hamra a retrouvé une place stratégique, jusqu’à devenir, comme Guillaume Boudisseau le suggère, un « nouveau centre ancien », qui aurait l’avantage, au moins symbolique, de posséder une stratification historique sur celui (re)construit par Solidere ?

5Si Marie-Claire Fattore décèle les traits d’une certaine centralité dans le quartier de Mousaytbé, Tristan Khayat, pour sa part, en étudiant la rue Getaoui, constate la formation, pendant la guerre, de micro-centralités à l’est, dont la logique n’a cessé depuis de se développer. Auparavant, cette rue était, pour les commerçants, un espace-relais par rapport au centre, c’est-à-dire aux souks (qui constituaient l’horizon des nouveaux citadins). Désormais, rue Getaoui deux systèmes coexistent : les anciens types de commerce et ceux apparus après 1975.

6Les acteurs sociaux et leurs stratégies vis-à-vis de l’espace urbain sont présents dans les différentes études. Ce sont les commerçants de la rue Getawi mais aussi les milices qui y ont un temps exercé leur contrôle. Ce sont les habitants de Mousaytbé dont il est possible d’interpréter le maintien, l’arrivée ou le départ, notamment en termes de trajectoire sociale.

7Ce sont ceux qui ont structuré et fait fonctionner des réseaux chiites, canalisant les flux et assurant le mouvement des capitaux et des individus. À la différence des trois autres intervenants, Marie-Claude Souaid ne circonscrit pas son analyse à un territoire particulier, mais considère les stratégies foncières et immobilières d’une communauté qui a accédé tard à Beyrouth. Elle identifie deux périodes : d’une part, celle où prévalent les rapports personnels, la personnalité et l’honorabilité des médiateurs dont la légitimité citadine est établie, et, d’autre part, celle où les échanges sont devenus purement économiques, dans le cadre d’institutions bancaires ou de sociétés foncières. L’étude de Marie-Claude Souaid suscite une interrogation : l’évolution qu’elle décrit caractérise-t-elle la seule communauté chiite ? On manque des éléments de comparaison que des recherches sur d’autres groupes seraient capables de fournir.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search