Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Première partie. Construction

Beyrouth au milieu du xixe siècle : naissance d’un centre

Jihane Sfeir-Khayat

Texte intégral

  • * Doctorante en histoire à l’université Saint-Joseph.

1Note portant sur l’auteur*

2Le titre de cet article appelle des définitions et des restrictions qu’il est nécessaire de préciser. Il serait plus juste de parler de la naissance d’un centre administratif et économique au milieu du xixe siècle à Beyrouth. Il a toujours été convenu par les historiens que Beyrouth commence à acquérir de l’importance à partir du moment où elle sort de sa muraille, soit vers 1860. Cependant, déjà en 1842, la ville devient le siège de la wilaya de Saïda. Beyrouth remplace alors Acre et devient le siège officiel de la délégation du pouvoir administratif et judiciaire.

  • 1 H. Hallaq, 1987.

3Les sources du travail présenté dans cet article sont les registres du tribunal de Beyrouth pour l’année 1843. Ces archives, retranscrites par Hassan Hallaq1, renferment de nombreuses informations sur l’économie, la société, l’organisation et la gestion de Beyrouth et son territoire rural avoisinant. Le dépouillement des documents relatifs aux transactions foncières fournit une abondante information à partir de laquelle il a été possible de constituer un outil de travail efficace et une base de données assez large.

Beyrouth en 1843, naissance d’un centre

  • 2 B. Labaki, 1984, p. 81.

4Beyrouth au milieu du xixe siècle représente un territoire particulier, la ville organise un système de relations dont les caractères et les limites restent à préciser. Durant cette période, c’est une petite ville portuaire faisant partie d’une vaste région, située au carrefour des mondes arabe, turc et occidental. L’unique activité commerciale de grande envergure consiste dans la collecte et l’exportation de la soie2. Les autres activités économiques reposent essentiellement sur le cabotage et l’artisanat. Beyrouth, petite ville remparée, s’étend alors sur environ quinze hectares. Elle comporte des mosquées et des églises, elle est sillonnée de petites ruelles avec des places, des hammam-s (bains publics), des khan-s, des souks, des écoles, des pressoirs, des cafés et elle possède un petit port de cabotage. Elle est divisée en quartiers caractérisés par une appellation religieuse (hayy al-nassara, quartier des chrétiens), professionnelle (hayy al-assakifa, quartier des cordonniers), ou nationale (hayy al-maghariba, quartier des marocains). La population beyrouthine est, comme aujourd’hui, pluri-confessionnelle. Au-delà du mur d’enceinte, Beyrouth étend son autorité juridique sur ses environs agricoles ; ils se délimitent à l’est par le nahr Beyrouth et Karantina, à l’ouest par Ras Beyrouth et au sud par Bir Hassan et le village de Choueifat (voir carte 1).

  • 3 L. Fawaz, 1983, p. 33.

5Entre 1831 et 1840, les égyptiens occupent les provinces syriennes de l’Empire, ils sont soutenus par Béchir II, prince chéhabi de la montagne libanaise qui les fournit en soldats et en munitions dans leur campagne contre les Turcs. Sous l’occupation égyptienne, plusieurs mesures sanitaires sont adoptées3. La fondation de La Quarantaine dans la banlieue, en 1834, va jouer un rôle significatif dans le développement économique de la ville et de son port. Lorsqu’en 1840, les Ottomans, aidés par les puissances européennes, reprennent la situation en mains, ils réorganisent l’administration du Mont-Liban en créant deux districts, l’un maronite, au nord et l’autre druze, au sud. Par ailleurs, l’année suivante, les troubles opposant druzes et maronites contribuent à l’expansion de la ville. En effet, les tensions et conflits dans la Montagne entraînent la fuite d’une partie de la population vers le littoral. En l’espace de vingt ans, la population beyrouthine double ; de 6 000 habitants en 1823, elle passe à 12 000 en 1843.

6L’abolition du gouvernement princier dans la Montagne en 1843 permet aux autorités ottomanes d’établir un contrôle plus rigoureux et plus direct qu’auparavant sur la région et cela par l’intermédiaire de Beyrouth et de Damas. Beyrouth commence à acquérir un certain intérêt politique et administratif et à occuper une place importante dans les affaires ottomanes, les puissances européennes vont désormais s’intéresser de près à son sort. En 1843, après une période semée de troubles internes et d’interventions étrangères, la ville se réorganise ; sa situation politique est favorable au changement, tandis que sa situation économique devient de plus en plus florissante. Beyrouth grandit et s’ouvre sur le monde extérieur. Durant cette période, on note simultanément le déclin de Saïda, d’Acre et de Tripoli qui, auparavant, étaient les principaux ports de la région.

Un centre juridique

  • 4 M. Roncayolo, 1990, p. 181.

7Le territoire relève d’abord de la géographie politique et de l’institution. C’est l’étendue de terre qui dépend d’un empire, d’une province, d’une ville ou d’une juridiction4. Le territoire beyrouthin dépend de l’Empire ottoman, de la province de Saïda et de la ville de Beyrouth ; en ce qui concerne le droit civil et pénal il dépend du tribunal hanéfite de la ville. Afin de bien préciser les limites de ce territoire, il est indispensable d’avoir recours aux registres fonciers. C’est ce que nous avons fait pour l’année 1843.

8À ce moment-là, le « régime juridique » char’i de la Syrie est intégré dans le système juridique ottoman. Le tribunal joue ainsi un rôle considérable dans l’organisation de la ville. Pratiquement toutes les affaires concernant la population, dans tous les domaines, peuvent être évoquées devant cette cour. Le tribunal devient, par conséquent, un médiateur entre les familles beyrouthines de différentes confessions. Les registres révèlent que le Tribunal de Beyrouth ne règle pas uniquement les affaires de la ville. Au total, Beyrouth inclus, vingt-sept régions sont signalées. Il serait intéressant de savoir quelles sont les régions qui dépendent directement de l’autorité judiciaire de Beyrouth et celles qui ont le choix entre Beyrouth et une autre juridiction. Les actes relatifs aux villages du Mont-Liban et les villes comme Saïda, Damas ou Tripoli sont écartés de cette analyse. Les familles d’origine beyrouthine, signalées dans ces actes, préfèrent régler leurs affaires foncières outre-territoire sans se déplacer alors que les villages du Mont-Liban, Saïda, Damas et Tripoli ne sont pas du ressort du tribunal beyrouthin. Par contre, la campagne des environs de la ville et le village de Choueifat semblent en dépendre directement. A part cette dernière localité, ces environs sont situés à l’intérieur des limites administratives du Beyrouth actuel. En 1843, il s’agit de petits quartiers périphériques, de lieux-dits ou de petits villages. Bien que Choueifat dépende alors de l’autorité du Mont-Liban, une grande partie de ses affaires foncières se règle à Beyrouth (onze actes pour l’année 1843). Les personnes citées dans les actes sont, pour la plupart, originaires de ce village. L’autorité juridique de la ville s’étend donc à cette région ; cela suppose qu’elle fait partie de son territoire. Une dernière remarque relative à l’espace de pouvoir du tribunal est à noter, elle se rapporte à un ordre du wali de Saïda. Le gouverneur As’ad Bacha ordonne au prince Haydar Abi Lama’, chef du district chrétien du Mont-Liban, de renvoyer une affaire de règlement de dettes, soumise auparavant au tribunal maronite de Ghazir, au mahkama char’iyya de Beyrouth. Le pouvoir judiciaire beyrouthin s’étend alors sur le Mont-Liban qui représente indirectement le wali de Saïda. Les registres indiquent donc que le tribunal règle toutes les affaires de la ville de toutes les communautés. Son espace de pouvoir est assez vaste, il couvre de larges environs, le village de Choueifat et s’étend éventuellement au Mont-Liban au gré des ordres des représentants de La Porte. Beyrouth est ainsi un intermédiaire direct entre l’autorité ottomane et le gouvernement princier de la Montagne ; son importance politique est liée à l’étendue de son autorité judiciaire.

Un centre religieux et administratif

9Par ailleurs, Beyrouth présente deux aspects complémentaires, elle est à la fois centre religieux et centre administratif. Malgré sa petite taille, elle possède toutes les caractéristiques d’une vraie ville (voir carte 2). Son territoire est le prolongement, en dehors de ses murs, de son espace urbain interne et de ses divisions. Elle possède une muraille la protégeant des invasions étrangères.

10Cette muraille, reconstruite en 1711 par Ahmed al-Jazzar, compte sept portes. En outre, la ville est gardée par des tours avancées dans la campagne qui sont utilisées pour surveiller et prévenir les habitants du danger d’invasion. A l’intérieur de la muraille, à l’est, on relève la présence d’un sérail indiquant l’importance stratégique du site dans le quadrillage administratif ottoman. Ce palais était le siège central du pouvoir administratif et militaire de la ville et de ses environs. Le sérail était le lieu de résidence du hâkim, un sous-préfet placé sous l’autorité du gouverneur de Saïda. On y trouve également plusieurs mosquées, églises et autres édifices religieux, autant de signes qui renvoient à l’image d’une ville multi-confessionnelle. Les trois principales mosquées sont mentionnées dans les registres. Jami’ al-’Omari est également la mosquée du Vendredi ; elle est entourée de jami’ al-Amir Mansour ‘Assaf et de jami’ al-Amir Mounzer. Le quartier des mosquées correspond non seulement au centre religieux, mais aussi au poumon économique et administratif de Beyrouth. C’est autour de cet espace que s’agence la vie de la ville. Cela est remarquable dans les actes ; les mosquées servent de point de repère pour déterminer la position d’une boutique dans un souk ou celle d’une maison dans un quartier. Il est également notable que la plus grande mosquée (jami’ al-Amir Mansour ‘Assaf), est également connue sous la désignation : de « Mosquée du Sérail » à cause de sa proximité avec le palais.

11Outre les trois grandes mosquées intra-muros, une quatrième, localisée dans la région de Karantina à l’est de la ville, est aussi mentionnée. Il s’agit de jami’ al-Khodr, une ancienne église, vouée au culte musulman en 1661, par le gouverneur Ali Bacha.

  • 5 A. Abdel Nour, 1982, p. 410.

12A côté des mosquées se trouvent aussi les zawiya-s, lieux de culte sunnites, abritant les activités des différentes confréries religieuses5. Il existe une dizaine de zawiya-s à Beyrouth à cette époque (zawiya al-Qassar, al-Majzoub, al-Hamra) ; ces édifices, construits aux alentours des mosquées, sont affiliés à d’anciennes familles beyrouthines. Par exemple, zawiya al-Qassar est construite par la famille du même nom.

  • 6 M. Davie, 1993, p. 32.

13La ville comporte également une cathédrale grecque-orthodoxe dédiée à Saint Georges. Désignée dans les actes comme kanissat al-roum, elle est située dans le quartier sud-est de la ville. Cette cathédrale représente un deuxième pôle administratif et religieux, elle regroupe la majeure partie de la communauté orthodoxe. C’est dans ce secteur qu’étaient concentrés les lieux de culte et les équipements urbains de la communauté6. Les familles citées dans les actes relatifs à cette cathédrale sont les suivantes : Saïkali, Wehbé, Zahhar, Smat et Mikhaïl elles sont toutes orthodoxes, aucun musulman n’est impliqué. Cela traduit-il un cloisonnement communautaire ? Y aurait-il à Beyrouth un secteur proprement chrétien ?

14Beyrouth n’est pas organisée autour d’un seul pôle administratif mais de plusieurs. A côté du Palais, on trouve la mosquée du Vendredi/ jami’ al-’Omari et la cathédrale Saint-Georges. Ces deux noms désignent, en fait, des ensembles urbains comprenant, mis à part le lieu de prière, la résidence du chef religieux, des bâtiments annexes pour le gîte, l’hospice, l’école et le marché.

Carte 1. Beyrouth et ses environs en 1843.

Un centre économique

  • 7 A. Raymond, 1984, p. 168-169.
  • 8 M. Davie, 1992, p. 14-15.
  • 9 M. F. Davie, 1984, p. 37-82.
  • 10 A. Raymond, 1984, p. 169.
  • 11 H. Hallaq, 1987, p. 231.
  • 12 J.-Cl. David, 1984, p. 14.
  • 13 A. Raymond, 1986, p. 235.

15Comment définit-on l’espace économique beyrouthin et quelle est sa fonction ? Quelles sont ses composantes ? Telles sont les interrogations qui occupent cette partie. D’après A. Raymond, l’élément fondamental dans l’organisation des villes arabes est le rôle déterminant des fonctions économiques et en particulier commerciales. Il cite L. Massignon selon lequel « Les souks (...) sont en définitive la principale raison d’être de l’agglomération. », il poursuit en se référant aussi à J. Sauvaget qui dit, à propos de la zone des souks de Damas, qu’« elle est la partie essentielle de la ville, ‘la Cité’ (el-Mdiné), par opposition aux quartiers d’habitations (el-balad) »7. Au milieu du xixe siècle, Beyrouth compte une vingtaine de marchés que l’on identifie par leur activité commerciale (souk mizan al-harir, marché de la soie), artisanale (souk al-haddadin, marché des forgerons, souk al-assakifa, marché des cordonniers) et professionnelle8 (souk al-’attarin, marché des parfumeurs). Les cartes de l’époque présentent les souks9 sous forme de structures économiques ayant une forte spécialisation. La première chose que l’on remarque, c’est le rassemblement des souks dans le secteur des mosquées (voir carte 3). Les marchés se regroupent autour d’une région centrale et se répartissent, suivant leurs activités, dans des zones économiques spécifiques à la manière des villes syriennes de l’époque10. La ville compte également des qaysariyyas ou des marchés couverts. Pour H. Hallaq, les qaysariyya-s sont des espaces couverts faisant partie d’un marché11. A Alep, selon J.-Cl. David, les qaysariyyas, « sont des logements temporaires destinés aux commerçants et voyageurs, ils servaient d’entrepôts et d’ateliers pour diverses activités de fabrication »12. A. Raymond considère ces espaces commerciaux comme étant le deuxième point central de la zone économique de la ville, après les souks. Selon lui, la qaysariyya est une « construction fermée par des portes où étaient vendues les marchandises les plus précieuses (en particulier les étoffes) »13. A Beyrouth, ces espaces commerciaux sont composés de deux étages ; le plus bas sert au dépôt et à la vente des marchandises, ils sont situés dans des marchés, à l’intérieur de la zone des khans et sont destinés au stockage et à la vente des produits liés au commerce régional et international (soies, épices...).

  • 14 J.-Cl. David, 1984, p. 6.
  • 15 Ibid.

16Outre les souks et les qaysariyyas, la ville comporte aussi des khans, ou caravansérails, qui servent essentiellement au grand commerce, au commerce de gros et aux échanges à longue distance. Ces caranvansérails regroupent les entrepôts, les écuries, les bureaux des commerçants grossistes et les bureaux et logements des commerçants étrangers14, (khan al-Jadid, khan Bir Hassan). Khans et qaysariyyas, sont souvent liés aux souks contigus par une complémentarité des activités ; ils sont consacrés à la fabrication, à la commercialisation en gros et en détail d’un même type de produits15. L’acte 64 des registres beyrouthins vient confirmer la définition que J.-Cl., David donne pour Alep : « le Hajj ‘Abdel Rahman Tabbarah vend la propriété des filles du feu ‘Othman Mohamed al-Barbîr. La vente comprend trois dépôts dans le khan al-Jadid ainsi que trois entrepôts dans la qaysariyya al-’Atiqa ». Ces établissements se trouvent sur les quais et sont probablement destinés à recevoir la marchandise du port.

  • 16 A. Raymond, 1986, p. 242.
  • 17 Ibid, p. 239.

17L’unité de base des marchés reste cependant la boutique. Dans un grand nombre de cas (Alep, Le Caire, Damas, Baghdad...), le souk n’est que la simple juxtaposition de boutiques construites le long d’une rue ou à un carrefour16. Ce sont des locaux exigus, avec un plancher surélevé par rapport au niveau de la rue17. D’autre part, le lieu de commerce est étroitement lié au lieu de résidence. Les boutiques, souvent localisées dans un marché, sont parfois situées à proximité du lieu de résidence du commerçant. Nous déduisons par là qu’il n’existe pas à Beyrouth de cloisonnement entre la mdiné et le balad. L’analyse révèle que les espaces commerçants sont également des lieux de résidence et, dans certains cas, correspondent aux espaces communautaires de la ville.

Carte 2. Établissements à vocation économique à Beyouth en 1843.

  • 18 A. Abdel Nour, 1984, p. 406.
  • 19 A. Raymond, 1984, p. 240.

18A côté de ces boutiques, on trouve des petits dépôts (bayka-s) et des entrepôts (makhzan-s). La bayka, comme la définit A. Abdel Nour, est une sorte de grange-entrepôt, située généralement dans un khan ou une qaysariyya18. Les bayka-s font partie de la ville et sont souvent situées à l’intérieur des souks ou des qaysariyya-s. D’après A. Raymond, les commerçants ne mettent dans leur boutique que les marchandises dont ils ont besoin pour la vente immédiate. Très souvent, ils disposent d’un magasin dans un caravansérail voisin où ils entreposent le reste de leur stock19. Ces bayka-s sont destinées à stocker la marchandise des petits commerçants. Les makhzans sont des entrepôts situés principalement au port. Par conséquent, ils sont destinés à recevoir la marchandise régionale et internationale. Cinq makhzan-s sont signalés, ils sont localisés sur les quais, trois d’entre eux font partie d’une qaysariyya.

  • 20 H. Hallaq, 1987, p. 79.
  • 21 L. Fawaz, 1983, p. 72.

19Le port est désigné par l’appellation askila al-madina, l’échelle de la ville. Le mot askila, d’origine turque, est emprunté à l’italien scala, échelle, qui, par extension, désigne le port20. A aucun endroit, le mot al-mina (port) n’est utilisé. Situé au nord de la ville, le port est un modeste bassin hérité des croisés s’étendant sur cent cinquante mètres de long et cent de large21. Quatre actes mentionnent la vente de maisons ou de dépôts dans le quartier du port (fi-al-askila). Les actes 50 et 68 concernent la vente de maisons de Beyrouthins notables. La première appartient au chef des commerçants (‘umda al-tujjar) et la seconde à ‘Omar Agha Mohammed Ramadan, le prix de chaque maison est évalué à 8 000 piastres. Nous pouvons dire alors que le quartier du port, outre qu’il est un lieu d’échange et de commerce, est également un lieu de résidence de riches commerçants de la ville.

  • 22 C. Douaihi, 1994, p. 71.

20D’après C. Douaihi22, Beyrouth était caractérisée avant la guerre par ses cafés ; cette remarque est aussi valable pour le xixe siècle. Quatre cafés sont signalés par les registres de 1843. Trois d’entre eux font partie de la ville et un se trouve à l’extérieur de la muraille, à Bir Hassan plus exactement. D’après la localisation de ces établissements et leurs appellations, les premiers sont liés aux espaces économiques et religieux de la ville. Qahwa al-kabira, d’après son appellation est le Grand café, il se situe en face de la mosquée al-’Omari, qahwa al-assakifa, se situe à l’intérieur du souk du même nom, le marché des cordonniers, quand à qahwa al-ma’laqa, il se trouve en face de l’église grecque orthodoxe. Ces espaces à vocation commerçante sont également des lieux de loisir et de convivialité. Le café est alors un lieu de frontière et de rencontre à la limite des zones économiques et des zones religieuses. Ceci n’est pas valable pour le café de Bir Hassan, appelé qahwa al-na’oura, probablement à cause de la présence d’une noria à proximité. La localisation de ce café est liée à l’activité agricole de la région.

Carte 3. Établissements religieux et administratifs de Beyrouth en 1843.

  • 23 H. Hallaq, 1987, p. 99.
  • 24 Acte 113.
  • 25 Actes 54 et 112.

21À côté de ses activités commerciales, la ville compte aussi plusieurs manufactures lui permettant d’assurer une partie de son ravitaillement. Beyrouth est célèbre durant la période ottomane pour ses pressoirs spécialisés dans la fabrication de la tahina et du halawa à partir des graines de sésame. On trouve également des pressoirs d’olives pour la production d’huile23, parmi ceux mentionnés à l’intérieur de la ville : ma’sara Bani Dandan24 et ma’sara Bani al-Sablini25. Les actes signalent également un moulin à céréales (jarina al-honta) ; sa localisation sur les quais du port pourrait signifier que la ville s’approvisionnait en céréales par son port, cela n’excluerait pas toutefois la possibilité que l’arrière-pays constitue une autre source d’approvisionnement. Une savonnerie est située à l’intérieur de la ville ; les registres mentionnent également la présence de plusieurs fours.

  • 26 Vergers.
  • 27 Vignes.
  • 28 Exploitation agricole comprenant plusieurs genres de cultures et des maisons.

22La campagne était composée de vergers, de vignes et de terrains vagues, ce sont généralement des boustân-s26, des karm-s27 ou des ‘aoudat-s28.

  • 29 B. Labaki, 1984, p. 81.

23L’agriculture de la campagne beyrouthine est essentiellement basée sur la culture du mûrier. Mais les actes signalent également des arbres fruitiers et forestiers. Aucun champ de blé, ni d’autres céréales ne sont signalés, ce qui nous amène à penser que la ville et sa banlieue s’approvisionnent alors par l’arrière-pays et par le port. Ainsi, il est très probable que les habitants des environs de Beyrouth – à l’exception de Choueifat – se nourrissaient à la ville et non le contraire. Beyrouth est alors le centre économique actif de la région et les habitants de la campagne environnante travaillent le jour dans la ville et dorment le soir à l’extérieur de la muraille. Pour sa part, Choueifat est un espace agricole assez développé, ce village fournit la ville en produits vivriers et devient par là, le centre agricole du territoire de Beyrouth. Bien que la ville concentre la plupart des activités économiques de la région, il existe aussi des ateliers en dehors des murs. L’activité la plus importante dans cette zone est la fabrication de la soie liée à la culture du mûrier. Nous devinons la présence de deux ateliers de fabrication à Mousaytbé et à Ras Beyrouth. Pour sa part, B. Labaki signale l’installation en 1836 d’une grande filature française « De Lemont, De Laferté et compagnie » au sud de Beyrouth dans le quartier Dahdah29. De même que la campagne ne monopolise pas l’agriculture, la ville ne concentre pas tout le commerce et l’artisanat ; les villages en conservent une part qui n’est pas négligeable. Beyrouth est alors une ville d’importance secondaire, son réseau économique s’étend en dehors de sa muraille et ses principales caractéristiques sont semblables à celles des autres villes arabes classiques. Toutefois, Beyrouth est différente par l’organisation de son espace intérieur. Contrairement à Alep ou à Damas, la ville ne connaît pas de cloisonnement économique, communautaire ou social frappants. L’espace religieux se confond avec l’espace commercial et résidentiel.

24Beyrouth est un centre juridique, administratif et économique important à l’échelle régionale. Au début des années 1840, elle est en train de s’ouvrir vers le monde extérieur. Tout se met en place pour déclencher une première explosion urbaine dès la fin de la décennie. Ce lent mouvement de transformation va, par la suite, s’accélérer. À partir des années 1860, la ville occupe un rôle déterminant dans les enjeux politiques et économiques occidentaux ; ce n’est donc pas un hasard si Beyrouth est élevée du rang de wilaya (province ottomane) en 1888. Son territoire s’étend au sud jusqu’à Naplouse en Palestine et au nord jusqu’à Lattakieh. Saïda, Tyr, Tripoli, Damas et Acre dépendent alors de son autorité.

Bibliographie

Références citées

ABDEL NOUR A., 1982, Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane (xvie-xviiie siècles), Beyrouth, publications de l’université libanaise, section des études historiques.

DAVID J.-Cl., HREITANI M., 1984, « Souks traditionnels et centre moderne : Espaces et pratiques à Alep (1930-1980) », Bulletin d’études orientales, tome xxxvi. p. 1-78.

DAVIE M. F., 1984, « Trois cartes inédites de Beyrouth. Eléments cartographiques pour une histoire urbaine de la ville », Annales de géographie (université Saint-Joseph), 5, p. 37-82.

DAVIE M., 1992, « Etre Beyrouthin en 1800 », Table ronde sur la citadinité, Tours, URBAMA, 29-30 juin 1992.

DAVIE M., 1993, La Millat orthodoxe et la ville de Beyrouth – Structuration interne et rapport d la cité, 1800-1940, thèse de doctorat, ss. la dir. de D. Chevallier, Paris, université de Paris iv – Sorbonne.

DOUAIHI C., 1994, « Etre hors la ville dans la ville : les cafés de Hamra », Du public au privé : espaces et valeurs du politique au Proche-Orient. Les Cahiers du cermoc, 8, Beyrouth, p. 71-76.

FAWAZ L., 1983, Merchants and migrants in nineteenth century Beirut, Cambridge, Harvard University Press.

HALLAQ H., 1987, Al-tarikh al-ijtima’i wa al-siyasi wa al-iqtisadi fi bayrut, [Histoire sociale, politique et économique de Beyrouth], Beyrouth, Dar al-Jami’at.

HALLAQ H., 1987, Bayrut al-mahrousa fil’ahd al-’uthmâni, [Beyrouth durant l’époque ottomane], Beyrouth, Dar al-Jami’at.

LABAKI B., 1984, Introduction à l’histoire économique du Liban, Beyrouth, publications de l’université libanaise.

RAYMOND A., 1984, Grandes Villes arabes d l’époque ottomane, Paris, Sindbad.

RONCAYOLO M., 1990, La Ville et ses territoires, Paris, Gallimard.

Notes

* Doctorante en histoire à l’université Saint-Joseph.

1 H. Hallaq, 1987.

2 B. Labaki, 1984, p. 81.

3 L. Fawaz, 1983, p. 33.

4 M. Roncayolo, 1990, p. 181.

5 A. Abdel Nour, 1982, p. 410.

6 M. Davie, 1993, p. 32.

7 A. Raymond, 1984, p. 168-169.

8 M. Davie, 1992, p. 14-15.

9 M. F. Davie, 1984, p. 37-82.

10 A. Raymond, 1984, p. 169.

11 H. Hallaq, 1987, p. 231.

12 J.-Cl. David, 1984, p. 14.

13 A. Raymond, 1986, p. 235.

14 J.-Cl. David, 1984, p. 6.

15 Ibid.

16 A. Raymond, 1986, p. 242.

17 Ibid, p. 239.

18 A. Abdel Nour, 1984, p. 406.

19 A. Raymond, 1984, p. 240.

20 H. Hallaq, 1987, p. 79.

21 L. Fawaz, 1983, p. 72.

22 C. Douaihi, 1994, p. 71.

23 H. Hallaq, 1987, p. 99.

24 Acte 113.

25 Actes 54 et 112.

26 Vergers.

27 Vignes.

28 Exploitation agricole comprenant plusieurs genres de cultures et des maisons.

29 B. Labaki, 1984, p. 81.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Beyrouth et ses environs en 1843.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3236/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Légende Carte 2. Établissements à vocation économique à Beyouth en 1843.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3236/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Légende Carte 3. Établissements religieux et administratifs de Beyrouth en 1843.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3236/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 766k

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search