Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Première partie. Construction

Beyrouth, le Mont-Liban et ses environs au xixe siècle : pratiques de l’espace

Le cas de la communauté maronite

Carla Eddé

Texte intégral

  • * Doctorante en histoire à l’université de Provence.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 M. Volney, 1878, p. 246.
  • 2 L. Fawaz, 1983, p. 1 et 30.
  • 3 M. F. Davie, 1984, p. 60-61 ; voir aussi la contribution de J. Sfeir.
  • 4 M. Davie, 1993, p. 51 et 82.
  • 5 D. Chevallier, 1971, p. 293 ; voir aussi la contribution de C. Babikian.
  • 6 L. Fawaz, 1984, p. 493.
  • 7 M. F. Davie, 1984, p. 63.
  • 8 L. Fawaz, 1983, p. VIII ; K. Salibi, 1988, p. 11 et suiv.
  • 9 Les maronites constituent une des millat-s qui bénéficient d’une autonomie administrative, législa (...)
  • 10 K. Salibi, 1988, p. 95 et suiv.
  • 11 L. Cheikho, 1986, p. 119 et suiv ; P. Dib, 1962, p. 73, 115 et 146 ; L. Fawaz, 1983, p. 44 et suiv (...)

2Beyrouth à la fin du xviiie siècle n’est encore qu’une bourgade retranchée dans ses murailles ne comptant que quelques milliers d’habitants, une « mauvaise place condamnée à le rester » selon le voyageur Volney1. Mais, la reprise du commerce avec l’Europe industrielle au cours du xixe siècle modifie les rapports entre les villes levantines. Ces bouleversements sont particulièrement favorables à Beyrouth qui est progressivement intégrée dans les circuits de l’économie-monde. En 1841, elle supplante Saïda, dont elle dépend administrativement, en devenant le lieu de résidence du wali ; la ville devient un centre de décision. Sa prépondérance est ensuite consacrée au niveau administratif et politique par sa promotion, en 1888, au rang de chef-lieu de la wilaya qui porte son nom et dont le territoire s’étend de Lattaquieh au nord jusqu’à Jaffa au sud, mais ne comprend toutefois pas le Mont-Liban, la région montagneuse qui borde la côte. Simultanément, sa population croît dans des proportions non négligeables ; selon L. Fawaz, elle atteint 20 000 à 50 000 habitants vers 1850 et 120 000 au début du xxe siècle2. Dès les années 1850, la ville dépasse ses remparts3. Les villages de la campagne environnante deviennent progressivement des quartiers qui gravitent autour du noyau historique, Bayrut al-qadima, siège du pouvoir économique4, en liaison permanente avec le port, devenu le centre des échanges avec l’hinterland et réaménagé en 1890-18945. La prospérité de la ville6, l’essor de son commerce et la sécurité attirent un nombre croissant de nouveaux venus, originaires d’autres villes levantines, telles que Damas ou Alep, et des régions rurales comme Hasbaya et Rachaya, ainsi que de nombreux ressortissants du Mont-Liban7, notamment des districts de Bcharré, Batroun, Jbeil, Kesrouan, Metn, Chouf et Gharb8. Foyer des maronites9, ce territoire, gouverné depuis la conquête ottomane de la Syrie par des émirs locaux – les Maan puis les Chehab –, fermiers de l’impôt nommés par Istanbul, est déchiré par des troubles sociaux et politiques particulièrement sanglants au cours des années 1840-1860, lors de l’abolition de l’émirat Chehab et de son remplacement par le système du double kaymakama10. Les maronites sont alors nombreux à rejoindre la petite communauté résidant en ville depuis de Fakhreddin II (1590-1635)11.

  • 12 C. Allard, 1864, p. 66 et suiv. ; P. Chauvierre, 1883, p. 242 ; J. Ducret, 1864, p. 364.
  • 13 P. Dumont, 1989, p. 486-487.
  • 14 B. Labaki, 1984.

3Nous nous proposons de montrer, à travers l’exemple particulier de cette population, que Beyrouth au xixe siècle devient un des points centraux du Mont-Liban par les flux permanents des hommes qui émigrent en ville sans pour autant couper les liens avec leur région d’origine. Des réseaux, aux ramifications étendues, se mettent alors en place entre ces deux territoires administrativement distincts. L’exode des habitants du Mont-Liban vers la ville est général au xixe siècle, il concerne également les autres communautés, grecque-catholique et grecque-orthodoxe notamment, et, dans une moindre mesure, la communauté druze comme l’attestent les témoignages des nombreux voyageurs qui visitent alors la région12 ; le dépeuplement des campagnes est d’ailleurs une caractéristique de l’Empire ottoman du xixe siècle13. Le cas des maronites est toutefois particulièrement significatif. En effet, il implique davantage de personnes et contribue au resserrement des relations entre la ville et la Montagne. Nous n’insisterons pas sur le volet économique de ce rapprochement et les réseaux commerciaux établis au xixe siècle. Fortement liés à la complémentarité entre production et exportation de la soie, ils sont bien connus à travers les travaux de B. Labaki notamment14.

L’immigration des maronites à Beyrouth

  • 15 Dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, nous avons étudié la démographie des maronites à Beyrouth (...)
  • 16 D. Chevallier, 1971, p. 28 et suiv.
  • 17 P. Guillaume et J.-P. Poussou, 1970, p. 14-15.

4L’émigration des maronites vers Beyrouth au xixe siècle15 est due essentiellement à la forte croissance démographique de cette population16, aux crises sociales, économiques et politiques qui déchirent le Mont-Liban et à la croissance considérable que connaît Beyrouth, dès les années 1830, lors de l’occupation égyptienne de la Syrie. La ville offre alors aux nouveaux venus opportunités et sécurité, conditions qui ne sont plus réunies dans les régions voisines. Nous avons considéré comme migrants les personnes qui, pour des raisons de travail ou autres, abandonnent leur résidence habituelle et se fixent en ville pour un temps indéterminé ainsi que ceux qui, tout en conservant leur lieu de résidence, vont quotidiennement travailler à Beyrouth, le plus souvent de façon saisonnière, pour une période plus ou moins longue et sans s’y fixer réellement17. On notera que les migrants sont fréquemment identifiés par leur origine géographique, leur patronyme renvoie alors au nom de leur village, du moins aux premiers temps de leur installation en ville ; une fois le migrant installé et intégré, ces désignations sont souvent abandonnées. Ainsi, par exemple, une famille originaire de la localité de Damour est désignée par le nom de damouri ; après quelques années en ville, cette dénomination est remplacée dans ce cas particulier par un patronyme dérivé du nom de la profession al-najjar, ou menuisier.

5Par Beyrouth, nous désignons le centre historique de la ville ou Bayrut al-qadima, délimité par ses remparts, ainsi que les environs immédiats qui s’urbanisent progressivement après les années 1850 et se muent en autant de quartiers. Le territoire ainsi défini correspond globalement à celui de l’actuel Beyrouth-municipe, il ne comprend pas les localités voisines de Sin el-Fil ou de Furn al-Chebbak notamment.

L’origine des migrants

  • 18 Cette situation est à l’opposé de celle de la communauté orthodoxe de Beyrouth dont la croissance (...)

6Les maronites migrant à Beyrouth au xixe siècle sont, dans l’écrasante majorité des cas, originaires du Mont-Liban voisin. Cette constatation, prévisible d’ailleurs, s’explique par le fait que ce territoire constitue le foyer traditionnel des maronites18. Elle s’explique aussi par la proximité de la ville, à laquelle la lie une route carossable depuis 1863. L’amélioration du réseau routier et des moyens de transport facilite certainement les déplacements des hommes.

  • 19 D. Chevallier, 1971, p. 48.
  • 20 V. Cuinet, 1896, p. 211.
  • 21 J.-P. Poussou. 1979, p. 176-177.

7Le recrutement est très diversifié : plus de trois cents villages et localités du Mont-Liban sont représentés. Les districts nord, à prédominance chrétienne (Bcharré/Zgharta, Batroun, Jbeil et Kesrouan), fournissent autant si ce n’est plus d’hommes que les districts mixtes (Metn, Chouf, Aley et Jezzine). Il semble donc que les zones « épargnées » par les affrontements intercommunautaires sont aussi touchées par l’émigration que les districts où se déroulent les combats. C’est le Kesrouan, terrain privilégié des dissenssions entre les moukataajis – les Khazen et les Hobeich en particulier – et les paysans, soutenus par le patriarche Boulos Massaad, qui, pour l’ensemble du xixe siècle et les années 1840-1860 en particulier, fournit le plus de migrants à Beyrouth. On peut y voir un indicateur de la gravité des crises sociales qui agitent ce district, gravité souvent occultée par la dimension confessionnelle qu’elles revêtent dans les régions mixtes. Selon D. Chevallier, le Mont-Liban atteint vers la fin des années 1830 la saturation démographique et la pression sur la terre y est particulièrement forte19 ; l’émigration urbaine constitue alors une solution pour un grand nombre. Effectivement, les districts qui connaissent les densités les plus élevées – selon V. Cuinet, le Chouf (Chouf et Aley réunis), le Metn et le Kesrouan20– fournissent le plus grand nombre de migrants. Le recrutement à partir des autres régions de l’actuel Liban est relativement négligeable. Outre qu’elles ne constituent pas des zones de forte implantation maronite, ces régions comportent des villes, notamment Tripoli, Zahlé et Saïda, qui drainent leurs surplus démographiques. Pour leur part, les principales villes syriennes, palestiniennes et égyptiennes fournissent un très faible nombre de migrants, leurs proportions respectives ne dépassent pas 1 % du total. On retrouve ainsi le schéma classique du recrutement par cercles concentriques21 concernant tout d’abord les régions les plus proches ; la proportion décroît avec l’éloignement de la ville, mis à part le cas d’Alep qui fournit bien plus d’hommes que le Akkar, par exemple.

  • 22 Cité par L. Fawaz, 1983, p. 54-55.
  • 23 K. Salibi, 1988, p. 158 et suiv.

8Ces tendances, dégagées à travers l’étude des registres de l’état-civil du diocèse maronite de Beyrouth, ne correspondent pas forcément aux informations rapportées par d’autres sources. Ainsi, par exemple, dans une liste intitulée « Les réfugiés maronites de la ville de Beyrouth »22, probablement incomplète, indiquant l’origine de quelques 2 526 réfugiés maronites à Beyrouth en 1860, seuls les districts mixtes sont cités, le Chouf représentant à lui seul 80 % des cas, Hasbaya-Rachaya et la Bekaa les 20 % restants. Les districts à prédominance chrétienne du Mont-Liban n’y sont guère représentés ; les migrants qui en sont originaires ne sont sans doute pas assimilés à des « réfugiés » et échappent, par conséquent, aux dénombrements effectués par les comités de soutien locaux ou étrangers. Ainsi, le migrant n’est pas forcément assimilable à un réfugié et un réfugié ne devient pas forcément un immigré. Et, si un grand nombre de personnes qui ont fui les zones de troubles demeurent à Beyrouth une fois l’ordre rétabli après 1861, une part non négligeable de réfugiés auraient repris le chemin de leur village d’origine23.

Evolution démographique

  • 24 En l’absence de recensements ou même de simples comptages réguliers et fiables (Y. Courbage et P. (...)
  • 25 M. Daher, 1986, p. 316 et suiv. ; C. Issawi, 1988, p. 20. L’émigration vers l’Egypte et le Soudan (...)
  • 26 N. Verney et G. Dambmann. 1900, p. 148 ; D. Chevallier, 1971, p. 292 ; C. Issawi, 1988, p. 71 ; K. (...)
  • 27 La construction ou l’agrandissement des églises desservant ces quartiers seraient-ils des indicate (...)
  • 28 Sur le malaise en ville durant cette période voir M. Davie, 1993, p. 304 et suiv.
  • 29 N. Beyhum, 1991, p. 69.
  • 30 L. H. De Bar, 1983, p. 107 et suiv.

9L’immigration maronite à Beyrouth est démographiquement très importante. En moins d’un siècle, la population maronite résidant en ville est multipliée par vingt à peu près, la communauté maronite devient l’un des groupes urbains les plus marquants au niveau démographique. Au début du xixe siècle, les maronites résidant à Beyrouth sont 1 200 à 1 600 personnes24. L’immigration urbaine, amorcée dès les premières années du siècle, s’accélère pendant les années 1840-1850, entraînant une augmentation considérable des effectifs. Le nombre de maronites résidant en ville atteint 2 500 à 3 000 vers 1840. La croissance se poursuit pendant les années 1860-1880 par suite des effets conjugués de l’immigration et du renouvellement naturel du groupe accru depuis les années1840, le rythme des arrivées est toutefois moins important. La communauté compte près de 10 000 personnes vers 1860 et à peu près le double vers 1880. Vers le milieu des années 1890, elle atteint 30 000 personnes, mais le mouvement s’essoufle et les tendances s’infléchissent déjà. L’émigration vers l’Egypte25 et surtout les Amériques26 récupère les surplus démographiques du Mont-Liban et détourne de Beyrouth nombre de ses habitants. Par ailleurs, au début du xxe siècle, les localités voisines de Furn al-Chebbak, Sin el-Fil ou Chyah27 attirent sans doute davantage que la ville elle-même28, soumise au contrôle des Jeunes-Turcs, au pouvoir à Istanbul depuis 1908. Les troubles des années suivantes contribuent aussi à une réduction, ou du moins à une relative stabilisation de l’immigration urbaine. La population maronite urbaine compte près de 25 000 personnes vers 1908 et sans doute moins vers 1914. Cette baisse est provisoire, l’immigration urbaine et la croissance démographique de la population reprennent rapidement et se poursuivent jusqu’à la fin des années cinquante29. Par son importance, cette seconde croissance de la population maronite semble avoir éclipsé, dans la mémoire collective et même dans l’historiographie, le développement du xixe siècle. En effet, la communauté maronite est, en général, considérée comme une population rurale qui s’est urbanisée relativement tard, au xxe siècle, voire après les années vingt30.

Les réfugiés maronites en 1860 selon leur origine géographique, (source : L. Fawaz, 1983, p. 54-55).

Les formes de l’immigration

10L’immigration maronite à Beyrouth revêt des aspects très divers. Cependant, on constate que l’installation en ville est continue, voire définitive, pour la majorité des migrants présents en ville avant 1860 (ils semblent d’ailleurs intégrés, leur origine est souvent assimilée à Beyrouth dans les archives diocésaines), alors qu’elle est plus fréquemment passagère après les années 1880. Il faut sans doute y voir, d’une part, les conséquences bénéfiques de l’instauration du régime de la moutassarifiyya qui a rétabli le calme dans le Mont-Liban et, d’autre part, les effets d’un optimum démographique que la ville ne parvient pas encore à dépasser. Beyrouth, de but de l’émigration, devient alors un centre de redistribution, un simple relais vers de nouveaux départs, plus lointains.

  • 31 M. Davie, 1993, p. 71.

11La communauté maronite tire avantage de sa situation à cheval entre deux territoires administratifs, Beyrouth et le Mont-Liban, et profite des atouts administratifs, économiques, etc. que peuvent lui offrir ces deux zones d’implantation ; quelques exemples permettent de s’en faire une meilleure idée. Après 1880, les petits garçons sont fréquemment baptisés hors des limites de la ville – c’est-à-dire hors du territoire placé sous administration ottomane directe – pour éviter d’être soumis à la taxe d’exemption du service militaire, le badal askariyya, ou d’assurer le service à partir de 1908. En effet, les jabalis (montagnards) résidant en ville, ne sont astreints à cette taxe qu’à la deuxième génération. Un immigré ne paye pas le badal ; son fils, né en ville, y sera soumis31. Le sous-enregistrement des garçons serait surtout le fait des nouveaux venus qui auraient ainsi voulu soustraire leurs enfants à l’obligation du service militaire, mais aussi asseoir leur identité originelle. En effet, de retour au village, un émigré peut espérer y acquérir une notabilité à laquelle il lui est plus difficile d’accéder en ville. De plus, les émigrés sont souvent enterrés dans leur village d’origine. La coutume est déjà fort répandue au xixe siècle, le curé notera sur le registre paroissial que le décédé a été enterré dans « le caveau de ses ancêtres, dans son village d’origine ».

  • 32 P. Guillaume et J.-P. Poussou, 1970, p. 177 ; L. Henry et A. Blum, 1988, p. 96 et suiv.
  • 33 Lettre adressée au wali datant de 1910, document conservé à l’archevêché maronite de Beyrouth.
  • 34 Salnamé wilaya bayrut, 1326 H [1908], p. 425.

12Par ailleurs, le nombre moyen d’enfants par ménage – de l’ordre de 2,5 –, calculé pour la population maronite de Beyrouth, est largement en deça des données généralement obtenues dans une société traditionnelle32. En fait, ce nombre est peu significatif, il résulte de la moyenne entre deux situations opposées, un nombre d’enfants supérieur à la moyenne calculé pour les ménages installés de manière continue en ville et un nombre inférieur pour les ménages dont l’installation est passagère. Enfin, l’estimation du nombre de maronites imposables suscite immanquablement des heurts entre le wali et l’évêque maronite de Beyrouth, chargé de percevoir l’impôt. Ce dernier estime systématiquement que les chiffres avancés par l’autorité civile sont exagérés, vu qu’un nombre important de maronites sont « partis pour d’autres destinations » demeurent « introuvables », « inconnus », etc. Les chiffres sont « négociés » différemment selon les circonstances ; par exemple, l’évêque, qui réclame en 1910 une meilleure représentation de la communauté au sein des différents conseils urbains, avance le chiffre de 40 000 maronites beyrouthins33, alors qu’il n’en avait reconnu que le quart lors de la fixation de l’impôt deux ans auparavant34.

Les paroisses maronites de Beyrouth au xixe siècle

Les paroisses maronites de Beyrouth au xixe siècle

Début du xixe.
Entre 1755 et 1855, l’église Saint-Georges est l’unique paroisse urbaine ; l’église Saint-Michel, reconstruite en 1832, ne semble pas encore fonctionner en paroisse.

Milieu du xixe.
Au cours des années 1850, trois nouvelles paroisses sont fondées : Notre-Dame en 1851, Saint-Elie en 1854, mais elle ne sera officiellement inaugurée qu’en 1861, tandis que Saint-Michel est constituée en paroisse officielle en 1855.

Fin du xixe.
Vers 1880, les deux nouvelles églises, Saint-Maron et Saint-Joseph, fonctionnent en paroisses autonomes (elles ne seront constituées en paroisses officielles qu’au cours du siècle suivant).

Localisations intra-urbaines

13Nous tenterons dans cette partie de suivre le parcours de l’immigré en ville afin de déterminer les stratégies de l’implantation urbaine et les formes de regroupement adoptées par la population observée.

L’installation en ville

14Malgré la grande diversité des itinéraires, on peut, schématiquement bien entendu, distinguer plusieurs étapes dans l’installation des migrants en ville. Pour les nouveaux venus, le balad, cœur historique de la ville, est en quelque sorte le passage obligé, le « seuil » de la ville. Il joue ce rôle pour l’ensemble des familles lors de leur premier contact avec le monde urbain – sur les 622 familles élargies dénombrées à Beyrouth au xixe siècle, une minorité négligeable, moins de quinze, n’a pas de baptisés enregistrés à la paroisse du centre. Ce rôle focalisateur serait dû à l’existence de structures d’accueil communautaires – notamment le khan al-mawarina et la qaysariyya al-mawarina (bâtiment regroupant un ensemble d’ateliers de tissages) – à proximité des lieux de travail, mais aussi à l’existence de lieux de résidence, souvent de simples chambres louées dans les constructions dégradées et vétustes du balad, déserté par la nouvelle bourgeoisie. Même après les années 1850 et l’urbanisation progressive des environs de la ville, le centre conserve son importance pour les nouveaux venus ; jusqu’en 1920 à peu près, la paroisse Saint-Georges, qui dessert les quartiers de Bayrut al-qadima et les quartiers voisins tels Qirat et Sayfi, conserve encore sa prépondérance, c’est elle qui compte le plus grand nombre de paroissiens.

15Après l’arrivée en ville, la seconde étape est une redistribution sur l’ensemble du territoire urbain et une sortie du balad vers les nouveaux quartiers, cela après l’écoulement d’un temps très variable selon les cas, d’une à plusieurs années, voire la durée d’une génération. Les familles se répartissent dans l’ensemble du territoire urbain au fur et à mesure de son expansion. Elles essaiment dans les différents quartiers orientaux, à La Quarantaine, Nahr, Rmeileh, Ghabeh, Achrafiyyé ; à l’ouest, à Kantari, Zouqaq al-Blat, Bachoura, Ras Beyrouth : vers le sud, à Ras al-Nab’, Dahdah, Mazraa al-Arab et Mousaytbé. Vers 1880, plus de la moitié des naissances enregistrées au sein de la population maronite à Beyrouth sont comptabilisées dans les paroisses qui gèrent les quartiers périphériques (contre 13 % vers 1860).

Les réseaux de l’implantation urbaine

  • 35 Ibid., p. 66 et 80.

16A première vue, la répartition de la population maronite dans l’espace urbain semble tout à fait aléatoire. Mais, au-delà des choix individuels, nous pouvons retrouver quelques tendances générales, communes à certaines catégories d’immigrés, qui structurent ou dirigent leur choix. Le premier critère retenu est l’ancienneté de l’installation en ville. On ne retrouve pas de quartier réservé aux « vieux citadins » et d’autres qui seraient propres aux migrants. Toutefois, les familles maronites installées à Beyrouth avant 1840, si elles sont dispersées entre les différents secteurs, sont encore démographiquement plus marquantes au centre vers 1920. Les vieux quartiers sont plus fréquemment adoptés par les migrants installés relativement tard, après les années 1880. Ces données, en apparence contradictoires, reflètent l’évolution de l’espace urbain à la fin du xixe siècle : l’embourgeoisement crée un mouvement de sortie des plus nantis de Bayrut al-qadima vers les nouveaux quartiers résidentiels cossus, à Qirat35 par exemple, tandis que les nouveaux venus se concentrent au balad, du moins au premier temps de leur installation.

  • 36 Un comportement similaire est également constaté pour les grecs-orthodoxes originaires du Mont-Lib (...)

17La répartition des migrants est quelquefois guidée par l’appartenance commune, mais nous ne retrouvons pas systématiquement cette logique. Les migrants originaires du Mont-Liban semblent distribués de manière relativement équilibrée entre les différents quartiers. Des relations « privilégiées » existent quand même entre certaines zones d’installation et des points de départ particuliers ; par exemple, le quartier Rmeileh est plus souvent choisi par les personnes originaires de Jbeil, Ras al-Nab’ par les personnes émigrées de Aley, du Metn (Sud) et de Hasbaya/Rachaya, les quartiers du centre par les personnes originaires de Bcharré/Zgharta. Les originaires des districts à prédominance chrétienne du Mont-Liban se retrouvent dans les différents quartiers, avec une légère inclinaison en faveur du balad. Le regroupement est plus marqué pour les personnes originaires des districts mixtes du Mont-Liban qui sont enregistrées dans les quartiers périphériques dans plus d’un cas sur deux, avec une très nette prédilection pour Ras al-Nab’ et les quartiers sud de la ville36, surtout dans les cas de Aley et du Metn. La répartition est relativement équilibrée pour les personnes originaires de la Bekaa, du nord et du sud du Liban actuel et des autres villes de la région (Alep, Damas, Akka, etc.) ; les fréquences notées sont d’ailleurs trop faibles pour être réellement significatives.

  • 37 L’existence d’institutions particulières dont le but est « d’assister chacune les pauvres de la ré (...)
  • 38 Déjà en 1843, les actes du tribunal sharü de Beyrouth mentionnent des familles maronites résidant (...)
  • 39 N. Beyhum, 1991, p. 96 et figure 2.g.

18La concentration par origine commune, attestée dans quelques cas, n’est toutefois jamais exclusive ; elle constitue une tendance générale plutôt qu’une règle systématique. Effectivement, les différentes origines sont représentées de manière relativement équilibrée dans tous les quartiers de la ville, à une ou deux exceptions près. Si l’hypothèse d’une logique de réseaux entre points de départ et points d’arrivée est à retenir, elle ne saurait, à elle seule, rendre compte de la distribution de la population dans l’espace urbain37. On peut supposer que les différences de niveaux socio-économiques entre les membres d’une famille élargie mènent à l’éclatement des familles et à leur distribution sur l’ensemble de l’espace urbain. La dispersion semble donc être la règle38 ; elle l’est encore au xxe siècle selon N. Beyhum : « la population maronite se retrouve, malgré son urbanisation récente, dans la catégorie des populations les moins concentrées »39. Ainsi, le choix du quartier dépend de la combinaison de plusieurs facteurs liés à l’origine et à la catégorie socioprofessionnelle des migrants, mais aussi à l’évolution de l’espace urbain, à la différenciation des quartiers (à l’évolution du prix du mètre carré, par exemple) et aux possibilités qu’ils offrent. Une étude plus détaillée de ces différents aspects permettrait de mettre à jour des découpages plus fins de l’espace urbain et d’envisager cette même question sous un meilleur éclairage.

Mobilité intra-urbaine

  • 40 M. F. Davie, 1984, p. 72.

19La répartition observée n’est pas immuable, la mobilité géographique entre quartiers est fréquente ; elle reflète probablement la mobilité sociale40. Même au niveau individuel, le choix du quartier de résidence n’est pas toujours définitif, ce qui complique la mise en évidence des logiques d’implantation urbaine des migrants. Les déménagements sont peu pratiqués avant les années 1860 quand la ville est encore repliée dans ses murailles. La mobilité d’un point de la ville à un autre est plus fréquente pendant les années 1860-1900, signe du développement progressif des nouveaux quartiers et du mouvement de sortie du balad puisque les déplacements des individus se font, dans un cas sur deux, du centre vers les nouveaux quartiers. Mais le mouvement inverse est également attesté, surtout pendant les années 1890, ainsi que les déplacements entre les nouveaux quartiers. Vérifiées sur un petit échantillon, ces tendances doivent être affinées mais elles reflètent la complexité et la diversité des voies que suit le migrant de l’installation à l’intégration en ville.

Migration et intégration

20Il est encore prématuré de soulever la question de l’intégration des migrants, mais on peut avancer quelques éléments de réponse. L’afflux massif des migrants au xixe siècle modifie le paysage et l’équilibre urbain.

Au niveau de l’urbanisation

  • 41 Ibid., p. 47.
  • 42 M. F. Davie, 1984, p. 69 et suiv.

21La ville est transformée par l’augmentation de la population et l’appartenance religieuse des nouveaux venus. La communauté maronite, forte de ses nouveaux effectifs, marque le paysage urbain par un quadrillage systématique de l’espace par des bâtiments communautaires monumentaux, tels que le complexe situé à Rmeileh comprenant le nouveau siège de l’évêché, l’école communautaire, le collège écclésiastique, une église et aussi la nouvelle cathédrale construite au centre en 1884-1894. Par ailleurs, en construisant des édifices dans les nouveaux quartiers, l’Eglise accentue l’urbanisation et stimule les installations41. Les églises et paroisses créées hors les murs entre les années 1850 et 1880 se situent en général le long des grandes routes – vers l’est, l’ouest et le sud – qui constituent les principaux axes d’urbanisation42. Un ample mouvement de transfert s’opère progressivement du balad vers les nouveaux quartiers desservis. Les différentes paroisses urbaines constituent donc un réseau dont les ramifications s’étendent sur l’ensemble du territoire urbain au fur et à mesure de son développement, auquel se superposent les institutions et confréries paroissiales qui encadrent la population.

Au niveau de l’organisation sociale

  • 43 A. Tohmé, 1986, p. 46.
  • 44 P. Dumont, 1989, p. 483 et suiv.
  • 45 C. Eddé, 1996, p. 130 et suiv.
  • 46 Lettre adressée au gouverneur en 1912, document conservé à l’archevêché maronite de Beyrouth.

22Les migrants sortent du cadre de la hiérarchie sociale traditionnelle du Mont-Liban et doivent s’adapter à un cadre de vie « moderne ». Ils appartiennent désormais « suivant leurs activités économiques et leur degré de fortune à la structure sociale urbaine »43. Nous disposons encore de peu d’éléments pour affirmer cette hypothèse, mais il semble important de signaler à cet égard un mouvement peu connu qui agite la communauté dans la seconde moitié du xixe siècle. Les maronites de Beyrouth (menés par les notables ?) sont, après les années 1846 plus exactement, à la tête d’un mouvement, diffus mais prolongé, opposé à l’emprise de l’Eglise et l’autorité absolue de la hiérarchie religieuse représentée par la curie épiscopale urbaine. Ils luttent pendant des décennies pour obtenir la participation active et effective des laïcs à la gestion des biens de la communauté et la reconnaissance des droits civiques, acquis dans le cadre des réformes (tanzimats) de l’Empire ottoman qui prônent une participation « démocratique » ou collégiale à la gestion provinciale44. Après avoir eu recours à l’autorité suprême d’Istanbul, leur lutte aboutit en 1910, avec la création de la jam’iyya al-milliyya al-maruniyya (conseil communautaire, organe supérieur chargé de la direction de la communauté). Est-ce leur « urbanité » qui fait se rebeller les maronites de Beyrouth contre leurs évêques successifs45 ? Il faudrait étudier de plus près ce qui se passe ailleurs pour pouvoir juger de la spécificité du cas de la communauté beyrouthine. Comme les autres communautés urbaines, la communauté maronite assume un rôle social accru – par le biais des institutions de bienfaisance et des confréries religieuses créées dans chaque paroisse – au niveau de l’enseignement (gratuit, primaire et secondaire), l’accueil ou la prise en charge des nouveaux venus et l’aide aux nécessiteux. Elle participe aux manifestations publiques urbaines, à l’accueil d’un nouveau wali, à l’enterrement du chef religieux d’une autre confession, etc., et à la vie intellectuelle à travers sa presse, son imprimerie et une confrérie scientifique et religieuse. Elle est en liaison permanente avec les représentants du gouvernement local et participe à l’administration et à la gestion de la ville, notamment à travers le majlis al-wilaya et le majlis al-baladiyya. La hiérarchie religieuse et les notables réalisent l’importance de cette action, après les années 1890, ils revendiquent la consécration de l’importance numérique de la communauté en ville par sa représentation dans les institutions urbaines46.

  • 47 L’évêque maronite de Beyrouth tente de créer un organisme pour porter secours (et assistance milit (...)
  • 48 Selon M. Davie, on ne relève pas de conflits entre les communautés orthodoxe et maronite de Beyrou (...)
  • 49 Selon une étude des habitudes de fiançailles de la communauté grecque-orthodoxe beyrouthine, les m (...)

23Enfin, il est important de relever que Beyrouth au xixe siècle accueille un très grand nombre de nouveaux venus sans connaître de violences particulières, contrairement à ce qui se passe dans le Mont-Liban ou dans certaines villes comme Damas. L’installation des migrants se fait sans heurts majeurs et sans conflits ouverts entre les différents groupes47. La population maronite serait d’ailleurs en bons termes avec les autres communautés de la ville48. Il serait intéressant d’étudier l’impact de l’influence des alliances matrimoniales, conclues avec les autres populations urbaines, comme voie d’accès à la citadinité, la communauté maronite plus anciennement établie en ville et la communauté grecque-catholique notamment49.

  • 50 N. Beyhum, 1991, p. 88 et suiv.
  • 51 M. Davie, 1993, p. 306.

24Caractérisée par un dynamisme migratoire considérable et une forte mobilité – celle des familles qui sont là une année et disparaissent ensuite pendant des périodes plus ou moins longues ; celle qui mène les hommes des villes et des villages vers Beyrouth, et d’un point de la ville à un autre ; ou encore la mobilité sociale –, la communauté maronite de Beyrouth se dérobe à toute classification hâtive, voire réductrice. Les maronites immigrés en ville sont-ils des « ruraux », des « néo-urbains »50 ou bien des « citadins » ? D’ailleurs, si on perçoit encore mal les divisions au sein de la communauté maronite de Beyrouth dans la seconde moitié du xixe siècle, il semble peu pertinent de la considérer comme une entité homogène, rassemblant des individus aux intérêts toujours convergents. Les cas de figures sont très divers entre le notable « qui appuie l’Empire mais revendique la décentralisation et les réformes »51 et le jabali qui choisit de faire baptiser son fils au village.

  • 52 C. Allard, qui visite Beyrouth vers 1855, mentionne « les visites incessantes des maronites de la (...)
  • 53 Beaucoup de maronites résidant à Beyrouth préférent alors se faire enregistrer dans leur district (...)
  • 54 M. Davie, 1993, p. 344-346 ; N. Beyhum, 1991, p. 54 et 63.
  • 55 Selon A. Abdel Nour, « plus que des fluctuations du commerce international, le destin des villes d (...)
  • 56 Beyrouth au xixe siècle a développé un réseau intense de contacts avec les villes de la Syrie du s (...)

25Le flux des hommes est permanent entre Beyrouth et le Mont-Liban52 ; il s’effectue dans les deux sens (et se double de mouvements vers de nouvelles destinations en fin de période) ; les relations entre ces deux territoires semblent loin d’être univoques. Si les migrations sont nombreuses, elles se font souvent à courte distance, le migrant résidant en ville ne coupe vraisemblablement pas les attaches avec sa région où est restée une partie de sa famille et où il peut toujours se réfugier en cas de nécessité – il choisira parfois de s’y faire enregistrer dans le cadre de la redéfinition de l’état-civil en 193253. Importants en nombre, ces émigrants le seront aussi quand ils retourneront s’installer dans leur village après avoir fait fortune. La complexité des relations de la ville la Montagne, amplement soulignée par les chercheurs et auteurs contemporains54, est une fois de plus mise en relief. Progressivement, Beyrouth se taille un arrière-pays55, incluant le Mont-Liban, qui devient de plus en plus dépendant de la ville pour sa survie économique et sa stabilité politique. La séparation administrative n’a pas empêché la circulation des choses, des hommes et des idées. Selon L. Fawaz, Beyrouth au xixe siècle, ce sont les « marchands » et les « migrants ». Ils vont contribuer à la mise en place de réseaux de plus en plus ramifiés qui comprennent le Mont-Liban, mais aussi les principales villes syriennes56 et même des régions beaucoup plus lointaines, par le biais des migrations et du commerce, les deux étant, souvent combinés. Par exemple, l’installation d’un membre de la famille en Egypte permet la mise en place de contacts commerciaux accrus entre les deux régions. La superposition de réseaux divers, impliquant des acteurs sociaux différents et des espaces complémentaires, et leur imbrication dans des combinaisons complexes et rentables vont faire de Beyrouth une plaque tournante, le Mont-Liban en constituant un des multiples relais vers l’intérieur.

Bibliographie

Références citées

ABDEL NOUR A., 1982, Introduction d l’histoire urbaine de la Syrie ottomane (xvie-xviiie siècles), Beyrouth, université libanaise.

ABDEL NOUR A., 1987, Le Commerce de Saïda avec l’Occident du milieu du xviie siècle jusqu’à la fin du xviiie siècle, Beyrouth, université libanaise.

ALLARD C., 1864, Souvenirs d’Orient. Les Echelles du Levant, Paris, Adrien Le Clerc et Cie, Editeur.

BAR L.-H. de, 1983, Les Communautés confessionnelles au Liban, Paris, Editions recherches sur les civilisations.

BEYHUM N., 1991, Espaces éclatés, espaces domines. Etude de la recomposition des espaces publics centraux de Beyrouth de 1975 à 1990, thèse de doctorat en sociologie, Lyon, université de Lyon II.

CHAUVIERRE P. de, 1883, Voyage en Orient, Paris et Tournai, Casterman.

CHEIKHO L., 1986, Bayrut : tarikhaha wa atharaha [Beyrouth, son histoire et ses vestiges], Beyrouth, Dar al-Machreq.

CHEVALLIER D., 1971, La Société du Mont-Liban à l’époque de la Révolution industrielle en Europe, Beyrouth, Paris, Bibliothèque Archéologique et Historique, t. xci, et Librairie Paul Geuthner.

COURBAGE Y., FARGUES P., 1974, La Situation démographique au Liban, Beyrouth, université libanaise.

CUINET V., 1903, Syrie, Liban et Palestine. Géographie administrative, Paris, E. Leroux Revell.

DAHER M., 1986, L’Émigration libanaise en Egypte. Les Chawam-s en Egypte, Beyrouth, université libanaise.

DAVIE M., 1993, La millat grecque-orthodoxe de Beyrouth, 1800-1940, thèse de doctorat en histoire, Paris, université de Paris-Sorbonne.

DAVIE M., 1987, Histoire démographique des grecs-orthodoxes de Beyrouth (1870-1939), mémoire de maîtrise en histoire, Beyrouth, université Saint-Joseph.

DAVIE M. F., 1984, « Trois cartes inédites de Beyrouth. Eléments cartographiques pour une histoire urbaine de la ville », Annales de géographie (université Saint-Joseph), vol. 5, p. 37-82.

DEBS Y., 1978, Al Djame’ al mufasal fi tarikh al mawarinah al mou’asal, [Histoire détaillée et authentique des maronites], Jdeidet el-Metn, Edition Lahad Khater.

DEBS Y., 1887, Rihanat al-ouns fi tahniat al-moutran al-debs [Allocution en l’honneur de Monseigneur Debs], Beyrouth, Imprimerie Catholique.

DIB P., 1962, Histoire de l’Eglise maronite, Beyrouth, Editions La Sagesse, Archevêché maronite de Beyrouth.

DUCRET J., 1864, Souvenirs d’un pèlerinage aux Saints-Lieux, Paris, Imprimerie de Carion.

DUMONT P., 1989, « La période des tanzîmâts (1839-1878) », in R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, p. 459-522.

EDDE C., 1996, Démographie des maronites à Beyrouth au xixe siècle, mémoire de maîtrise en histoire, Beyrouth, université Saint-Joseph.

FAWAZ L., 1984, « The Changing Balance of Forces Between Beirut and Damascus in the Nineteenth and Twentieth Centuries », Villes au Levant, hommage à A. Raymond, Revue du Monde musulman et méditerranéen, 55-56, p. 208-214.

FAWAZ L., 1983, Merchants and Migrants in Nineteenth-Century Beirut, Cambridge, Mass., Harvard University Press.

GUILLAUME P., POUSSOU J.-P., 1970, Démographie historique, Paris, A. Colin.

HALLAK H., 1987, Al tarikh al ijtima’i wa al iqtisadi wa al siyasifi bayrout [Histoire sociale, économique et politique de Beyrouth], Beyrouth, Dar al-Jami’at.

HENRY L., BLUM A., 1988, Techniques d’analyse en démographie historique, Paris, Editions de l’Institut national d’études démographiques.

ISSAWI C., 1988, The Fertile Crescent 1800-1914, New-York, Oxford University Press.

LABAKI B., 1984, Introduction à l’histoire économique du Liban, soie et commerce extérieur en fin de période Ottomane, Beyrouth, université libanaise.

LONGRIGG S., 1963, The Middle East, Londres, Gerald Duckworth & Co.

NAMMOUR M., 1989, Evolution de la pratique des fiançailles chez les grecs-orthodoxes de Beyrouth à la fin du xixe siècle, mémoire de maîtrise en histoire, Beyrouth, université Saint-Joseph.

POUSSOU J.-P., 1979, « Introduction à l’histoire des migrations anciennes », in m.l. Marcilio et H. Charbonneau (dir.), Démographie historique, Paris, PUF, université de Rouen, p. 153-188.

RABBATH E., 1973, La Formation historique du Liban politique et constitutionnel. Essai de synthèse, Beyrouth, université libanaise.

SALIBI K., 1988, Histoire du Liban du xviie siècle à nos jours, Paris, Naufal.

Salnamé wilayat bayrout, [Annuaire de la wilaya de Beyrouth], 1326 h., [1908], Beyrouth, Imprimerie de la wilaya de Beyrouth.

TOHME A., 1986, Structure et fonctions de la famille maronite au xixe siècle, mémoire de maîtrise de sociologie, Beyrouth, université Saint-Joseph.

VERNEY N., DAMBMANN G., 1900, Les Puissances étrangères dans le Levant en Syrie et en Palestine, Paris, Librairie Guillaumin et Cie.

VOLNEY M. C.-F., 1790, Voyage en Syrie et en Egypte pendant les années 1783 et 1785, Paris, Volland.

Notes

* Doctorante en histoire à l’université de Provence.

1 M. Volney, 1878, p. 246.

2 L. Fawaz, 1983, p. 1 et 30.

3 M. F. Davie, 1984, p. 60-61 ; voir aussi la contribution de J. Sfeir.

4 M. Davie, 1993, p. 51 et 82.

5 D. Chevallier, 1971, p. 293 ; voir aussi la contribution de C. Babikian.

6 L. Fawaz, 1984, p. 493.

7 M. F. Davie, 1984, p. 63.

8 L. Fawaz, 1983, p. VIII ; K. Salibi, 1988, p. 11 et suiv.

9 Les maronites constituent une des millat-s qui bénéficient d’une autonomie administrative, législative et judiciaire (à l’exception des affaires criminelles qui relèvent du qadi local) sous l’autorité de leurs chefs religieux ; E. Rabbath, 1973, p. 81.

10 K. Salibi, 1988, p. 95 et suiv.

11 L. Cheikho, 1986, p. 119 et suiv ; P. Dib, 1962, p. 73, 115 et 146 ; L. Fawaz, 1983, p. 44 et suiv ; K. Salibi, 1988, p. 23.

12 C. Allard, 1864, p. 66 et suiv. ; P. Chauvierre, 1883, p. 242 ; J. Ducret, 1864, p. 364.

13 P. Dumont, 1989, p. 486-487.

14 B. Labaki, 1984.

15 Dans le cadre d’un mémoire de maîtrise, nous avons étudié la démographie des maronites à Beyrouth au xixe siècle en nous basant sur des registres paroissiaux ainsi que des documents divers conservés à l’archevêché maronite de Beyrouth ; C. Eddé, 1996.

16 D. Chevallier, 1971, p. 28 et suiv.

17 P. Guillaume et J.-P. Poussou, 1970, p. 14-15.

18 Cette situation est à l’opposé de celle de la communauté orthodoxe de Beyrouth dont la croissance démographique du xixe siècle est due à de nouvelles familles qui sont « en majorité originaires de Syrie, beaucoup plus que du Mont-Liban » ; M. Davie, 1987, p. 49.

19 D. Chevallier, 1971, p. 48.

20 V. Cuinet, 1896, p. 211.

21 J.-P. Poussou. 1979, p. 176-177.

22 Cité par L. Fawaz, 1983, p. 54-55.

23 K. Salibi, 1988, p. 158 et suiv.

24 En l’absence de recensements ou même de simples comptages réguliers et fiables (Y. Courbage et P. Fargues, 1974, p. 9 et suiv.), les chiffres avancés sont des ordres de grandeur et non des valeurs précises ; C. Eddé, 1996, p. 109 et suiv.

25 M. Daher, 1986, p. 316 et suiv. ; C. Issawi, 1988, p. 20. L’émigration vers l’Egypte et le Soudan daterait du début du xixe siècle ; S. Longrigg, 1963, p. 108. Une pétition en faveur de Mgr. Debs est signée par « les fils de la nation Maronite du diocèse de Beyrouth résidant à Alexandrie » ; de nombreuses familles « beyrouthines » (bien représentées dans les registres paroissiaux) y figurent tels les Asfar, Boueri, Farès, Hneineh, Khadra, Malhamé, Marza, Naccache, Sourati, Tabet, Zeenni, etc. ; C. Eddé, 1996, p. 21.

26 N. Verney et G. Dambmann. 1900, p. 148 ; D. Chevallier, 1971, p. 292 ; C. Issawi, 1988, p. 71 ; K. Salibi, 1988, p. 211.

27 La construction ou l’agrandissement des églises desservant ces quartiers seraient-ils des indicateurs de l’augmentation de leur population ? Une étude sur le développement de ces zones permettrait d’éclairer ce point. A titre d’exemple, l’église paroissiale de Chiyah est agrandie vers la fin du xixe siècle ; Y. Debs, 1978, p. 388.

28 Sur le malaise en ville durant cette période voir M. Davie, 1993, p. 304 et suiv.

29 N. Beyhum, 1991, p. 69.

30 L. H. De Bar, 1983, p. 107 et suiv.

31 M. Davie, 1993, p. 71.

32 P. Guillaume et J.-P. Poussou, 1970, p. 177 ; L. Henry et A. Blum, 1988, p. 96 et suiv.

33 Lettre adressée au wali datant de 1910, document conservé à l’archevêché maronite de Beyrouth.

34 Salnamé wilaya bayrut, 1326 H [1908], p. 425.

35 Ibid., p. 66 et 80.

36 Un comportement similaire est également constaté pour les grecs-orthodoxes originaires du Mont-Liban qui se concentrent à Ras al-Nab’ et à Mousaytbé ; ibid., p. 47 et 81.

37 L’existence d’institutions particulières dont le but est « d’assister chacune les pauvres de la région dont ses membres sont originaires » n’est d’ailleurs attestée que tardivement, après 1930 ; Rapport sur le diocèse maronite de Beyrouth présenté au Saint-Siège en 1930, p. 12, document conservé à l’archevêché maronite de Beyrouth.

38 Déjà en 1843, les actes du tribunal sharü de Beyrouth mentionnent des familles maronites résidant à Nahr, La Quarantaine, Qirat, Sayfi, Ras al-Nab’, Kantari et Ras Beyrouth ; H. Hallak, 1987. À Saïda également, les chrétiens se répartissent de manière équilibrée dans l’ensemble de l’espace urbain ; A. Abdel Nour, 1982.

39 N. Beyhum, 1991, p. 96 et figure 2.g.

40 M. F. Davie, 1984, p. 72.

41 Ibid., p. 47.

42 M. F. Davie, 1984, p. 69 et suiv.

43 A. Tohmé, 1986, p. 46.

44 P. Dumont, 1989, p. 483 et suiv.

45 C. Eddé, 1996, p. 130 et suiv.

46 Lettre adressée au gouverneur en 1912, document conservé à l’archevêché maronite de Beyrouth.

47 L’évêque maronite de Beyrouth tente de créer un organisme pour porter secours (et assistance militaire) aux maronites du Mont-Liban lors des affrontements des années 1858-1860 ; K. Salibi, 1988, p. 169 et suiv. Mais son action a peu de succès au sein de la communauté urbaine qui ne se mobilise pas ; C. Eddé, 1996, p. 130 et suiv.

48 Selon M. Davie, on ne relève pas de conflits entre les communautés orthodoxe et maronite de Beyrouth ; M. Davie, 1993, p. 138 et suiv. Mgr. Debs échoue d’ailleurs dans sa tentative de faire voter par le Conseil communautaire la construction d’un hôpital pour éviter aux « pauvres de notre communauté de continuer à subir les vexations des grecs-orthodoxes » ; Y. Debs, 1887, p. 96.

49 Selon une étude des habitudes de fiançailles de la communauté grecque-orthodoxe beyrouthine, les mariages entre maronites et grecs-orthodoxes sont rares entre les années 1870 et les années 1900 ; M. Nammour, 1989, p. 57.

50 N. Beyhum, 1991, p. 88 et suiv.

51 M. Davie, 1993, p. 306.

52 C. Allard, qui visite Beyrouth vers 1855, mentionne « les visites incessantes des maronites de la Montagne » ; C. Allard, 1864, p. 66.

53 Beaucoup de maronites résidant à Beyrouth préférent alors se faire enregistrer dans leur district d’origine – actuellement, le nombre de maronites qui votent à Beyrouth est de l’ordre de 30 000 personnes (selon le ministère de l’Intérieur, L’Orient-Le Jour, 14.07.1995), chiffre largement inférieur à celui des maronites qui y résident.

54 M. Davie, 1993, p. 344-346 ; N. Beyhum, 1991, p. 54 et 63.

55 Selon A. Abdel Nour, « plus que des fluctuations du commerce international, le destin des villes dépend de leurs territoires, de leurs fortunes et de leurs populations ; bref, de leurs paysans », A. Abdel Nour, 1982, p. 270.

56 Beyrouth au xixe siècle a développé un réseau intense de contacts avec les villes de la Syrie du sud surtout avec Damas ; M. Davie, 1993, p. 290-291.

Table des illustrations

Légende Les réfugiés maronites en 1860 selon leur origine géographique, (source : L. Fawaz, 1983, p. 54-55).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Les paroisses maronites de Beyrouth au xixe siècle
Légende Début du xixe.Entre 1755 et 1855, l’église Saint-Georges est l’unique paroisse urbaine ; l’église Saint-Michel, reconstruite en 1832, ne semble pas encore fonctionner en paroisse.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Milieu du xixe.Au cours des années 1850, trois nouvelles paroisses sont fondées : Notre-Dame en 1851, Saint-Elie en 1854, mais elle ne sera officiellement inaugurée qu’en 1861, tandis que Saint-Michel est constituée en paroisse officielle en 1855.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fin du xixe.Vers 1880, les deux nouvelles églises, Saint-Maron et Saint-Joseph, fonctionnent en paroisses autonomes (elles ne seront constituées en paroisses officielles qu’au cours du siècle suivant).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3234/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search