Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Première partie. Construction

Introduction

Raoul Assaf

Texte intégral

1Les interventions de Christine Babikian à propos du port de Beyrouth, celle de Caria Eddé sur la démographie des maronites et celle de Jihane Sfeir à propos de la naissance de la ville comme centre administratif, s’inscrivent dans le cadre de leurs travaux quant au développement de Beyrouth aux xixe et xxe siècles. Ces recherches s’intègrent dans le cadre plus large de l’entreprise « histoire de Beyrouth » engagée par le département d’histoire de l’université Saint-Joseph au début des années quatre-vingt. En effet, à ce moment-là, le département d’histoire a choisi de privilégier les recherches devant aboutir à des mémoires de maîtrise ou à des thèses de doctorat et portant sur des sujets relatifs à la ville de Beyrouth. Cette initiative, déclenchée au moment où la capitale libanaise qui subissait des bombardements réguliers perdait de son importance locale, régionale et internationale, correspondait probablement une sorte de réaction de défense, imprégnée de nostalgie et de révolte, face à la destruction graduelle du cadre de vie de la plupart des chercheurs. Mais elle représentait surtout le besoin d’un rééquilibrage de l’historiographie du Liban contemporain, qui, traditionnellement, escamote le rôle de la ville de Beyrouth, en réagissant seulement aux données historiques issues du Mont-Liban alors qu’il est évident que le pays vit depuis le xixe siècle au rythme de la ville qui est devenue sa capitale. Avec les années quatre-vingt-dix, la paix retrouvée et la mise en place des projets de reconstruction du centre-ville, ces travaux pionniers ont pris une importance considérable et déclenché d’autres recherches de plus en plus précises, s’organisant comme un énorme puzzle tant au niveau des archives que des approches, le tout devant aboutir à une refonte complète de l’histoire de Beyrouth, voire de celle du Liban.

2Dès le début, ces recherches ont été organisées selon les principes de la « nouvelle histoire ». Dépassant le cadre de l’histoire chronologique et événementielle, elles se sont très vite adaptées aux principes de l’histoire économique, sociale, démographique, etc., en utilisant les méthodes de l’histoire quantitative et sérielle. Ce choix délibéré a rapidement donné lieu à des résultats originaux et bousculé nombre d’idées reçues quant à la perception de la ville par l’histoire traditionnelle. On s’éloignait lentement de l’histoire-idéologie et de l’histoire-spéculation. Ainsi, les résultats obtenus par Christine Babikian, qui a retranscrit et traité l’essentiel des archives de la compagnie du port de Beyrouth, dans le cadre de sa thèse de doctorat, bouleversent profondément nos connaissances sur cette question. En effet, ses résultats montrent, entre autres, que le port de Beyrouth trouve sa clientèle beaucoup plus à l’intérieur de la ville et plus largement dans le cadre de ce qui deviendra le Grand Liban que dans celui de l’hinterland plus lointain. Ce qui nous permet d’affirmer que ce port est moins le port de Damas que celui du Liban. De même, à partir des données qu’elle a élaborées et analysées, elle montre que la période du Mandat est un moment d’expansion économique plutôt que de récession et de crise.

3Pour sa part, Caria Eddé, dans le cadre de son travail sur la démographie des maronites de Beyrouth – recherche faite partir des registres paroissiaux des églises de la ville –, révèle la place importante de cette communauté dans le développement urbain au moment où Beyrouth passe du stade de bourgade à celui de ville. L’importance de cette communauté urbaine au siècle passé peut ainsi nous permettre de comprendre la relative facilité de l’intégration de cette ville dans le Grand Liban, malgré les frontières administratives de la période ottomane. Ces résultats ne contredisent d’ailleurs pas les conclusions de Ch. Babikian. Ainsi Beyrouth est probablement le port et la « capitale » du Grand Liban bien avant sa mise en place officielle.

4Le travail de Jihane Sfeir, qui traite les données administratives et en particulier les transactions foncières du tribunal de Beyrouth en 1843, est original par sa méthode. En effet, au-delà des informations factuelles, Jihane Sfeir ouvre la voie à une technique peu fréquente au Liban et qui consiste à utiliser les documents administratifs au-delà de leurs fonctions d’origine. Ainsi, à partir des descriptions des biens fonciers et immobiliers consignées dans les actes, elle a restitué les paysages et la morphologie de la ville. De même, elle montre l’importance acquise par le tribunal de Beyrouth dans le règlement des affaires concernant l’arrière-pays au moment où se déclenche « l’explosion urbaine ». Cette relation préfigure celles qui se développeront au cours des décennies suivantes. C’est alors Beyrouth qui va à la rencontre de ses environs. Simultanément, cet environnement géographique, humain, politique, social, économique et culturel envahit et remodèle la ville pour lui donner l’aspect qu’on lui connaît depuis la fin du xixe siècle.

5Ces recherches, malgré leur pertinence et l’importance de leurs apports, restent, somme toute, insuffisantes pour une bonne appréhension du phénomène urbain. Elles sont appelées à être développées, élargies et complétées. Mais elles présentent cependant deux qualités : d’une part, elles montrent les limites de l’historiographie libanaise traditionnelle et, d’autre part, elles ouvrent de nouvelles voies pour une refonte de l’histoire de Beyrouth et du Liban.

Auteur

Historien, professeur, chef du département d’histoire de l’université Saint-Joseph

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search