Version classiqueVersion mobile

Beyrouth, Grand Beyrouth

 | 
Jean-Luc Arnaud

Préface

Jean Hannoyer

Texte intégral

1Le colloque dont les actes sont publiés aujourd’hui a été organisé par le cermoc et son Observatoire de recherche sur Beyrouth et sa reconstruction (orbr). Cet ouvrage rejoint la collection des études urbaines initiée par l’Observatoire.

2La vie du cermoc est de fait associée à celle de la ville de Beyrouth dans une relation ancienne et complexe à la fois. Dès son ouverture en 1977, le cermoc avait été sollicité pour participer aux études et réflexions menées pour la reconstruction du centre-ville après la guerre dite « des deux ans », en 1975-1976. Nous fûmes quelques-uns à proposer à l’époque de faire de cette question l’axe de recherche principal du cermoc. Le projet en fut vite abandonné. Pour la raison, sans doute, qu’il ne paraissait pas suffisamment central dans la problématique du Liban en débat à cette époque. Peut-être aussi, et la contradiction, rétrospectivement, ne doit pas surprendre, une recherche critique sur le centre-ville était-elle perçue comme un risque de prolongement de la guerre. La ville ne devint objet spécifique de recherche au cermoc qu’à partir des années 1983-1984. Migrations rurales, mobilisations communautaires, violences urbaines, faisaient de Beyrouth le triste laboratoire d’une sociologie libanaise à la recherche d’elle-même.

3À partir de 1990, le cermoc s’est entêté à revenir à Beyrouth qu’il avait fuie, et à travailler sur Beyrouth. L’idée d’un observatoire y a pris forme sur quelques évidences et beaucoup d’urgences qui restent d’actualité. L’actualité en souligne les enjeux, mais aussi les difficultés à en traiter scientifiquement.

4L’importance de la place de Beyrouth au Liban est aussi indéniable que l’ampleur des destructions dont la ville fut le théâtre. La centralité de Beyrouth ne fait plus de doute pour la compréhension de questions qui traversent la société libanaise tout entière. La reconstruction de la ville concerne, par conséquent, l’avenir du Liban dans son ensemble et le processus même de la réconciliation nationale.

5Quelle ville, quelle reconstruction ? Sitôt posée, en effet, l’évidence se heurte à la difficile articulation entre questions de société et questions de connaissance. Le débat est lancé au début des années quatre-vingt-dix par les intellectuels libanais et la mobilisation d’associations et de corps professionnels sur le statut même et les procédures de la reconstruction. Au cœur du débat est posée la question du centre-ville, vaste plaie, témoin de violences réputées closes, et celle du rôle qu’il peut (ou doit) avoir dans la problématique urbaine et sociale de l’après-guerre. L’attention de la recherche devait-elle s’y porter exclusivement, au risque de se détourner de beaucoup d’autres questions, non moins centrales, et qui concernent l’organisation et la redéfinition de l’agglomération tout entière ? Il ne pouvait y avoir de réponse univoque à cette interrogation sans risquer des partis pris conceptuels et méthodologiques qui auraient vite fait basculer la recherche dans la polémique.

6Lui-même en reconstruction, dans un environnement de recherche largement démembré, le cermoc a fondé son Observatoire de recherche sur des options qui ne pouvaient qu’être modestes : « mise au terrain » d’une jeune recherche susceptible de prolonger le travail des « anciens » et accumulation documentaire. Derrière le recours à la construction monographique d’objets de recherche aussi circonscrits que possible dont témoigne cette publication, l’ambition n’en reste pas moins de contribuer à fonder le questionnement sur la ville, sans donc pour autant éluder ce qui, dans la ville, fait débat. Mais quelle approche globale pourrait aujourd’hui faire l’économie de la prise en compte de la diversité des expressions de la ville sans s’exposer à reproduire les termes mêmes de la guerre d’une représentation exclusive, d’une appropriation idéologique de son histoire ou de son actualité ?

7La présente livraison des Cahiers du cermoc consacrée à Beyrouth est un moment, une étape, dans le processus de reconstruction de la recherche sur la ville de Beyrouth. Tel un puzzle auquel manquent de nombreuses pièces, la recherche devra attendre, avant de recomposer un visage à la ville, que d’autres travaux en complètent les figures et en décident plus clairement des contours et du sens à la fois. Rien n’interdit, dans le même temps, de revendiquer pour la ville un débat sur et avec elle-même. Souhaitons que les textes publiés ici contribuent, même modestement, à le nourrir en encourageant la prise en compte de la diversité des paroles d’une ville qui doit enfin s’écouter pour apprendre à s’entendre.

8Ce processus nécessairement lent et progressif est à l’œuvre, pas seulement au cermoc. Outre les jeunes chercheurs relevant de formations françaises d’enseignement et de recherche, citons les partenaires libanais auxquels l’Observatoire s’est associé pour une coopération scientifique elle-même hésitante encore, et qui ont contribué à nourrir cette publication : l’Université Saint-Joseph, l’Académie libanaise des Beaux-arts, l’Université libanaise, l’Université américaine de Beyrouth. Nous leur adressons nos remerciements, non par goût de la formule, mais avec la conviction que, sans eux, l’Observatoire n’aurait tout simplement pas existé. Souhaitons en retour qu’il leur apporte quelques bonnes raisons de poursuivre le travail en commun.

© Presses de l’Ifpo, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search