Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Synthèse de conclusion

Pour ne pas conclure, quelques réflexions ...

Jean Métral

Texte intégral

1Tenter la synthèse et proposer des conclusions après ces trois « Journées d’études » sur Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire : France, Syrie et Liban, 1918-1946, est une tâche difficile et délicate.

2Difficile de dresser un bilan des quinze communications présentées dans les trois sessions qui les ont regroupées : « Le Mandat, savoirs, pratiques et représentations » ; « Jeux de pouvoirs et interactions sociales » ; « Les mobilisations populaires : acteurs, enjeux ».

3La richesse, la complexité, la diversité des exposés et des débats auxquels ils ont donné lieu dans une assistance fournie, compétente, parfois passionnée, relève du défi intellectuel.

4Défi difficile, voire impossible à relever ; et simplement, modestement tenter de le faire reste pour moi une entreprise délicate. En effet, au regard des convenances académiques requises en ces circonstances, je ne puis taire mes scrupules.

5Je suis et je me sens profondément anthropologue. Quelle légitimité scientifique y a t-il à venir vous proposer, à vous, historiens, mes réflexions anthropologiques, au terme de ces Journées d’études ?

6Certes nous sommes tous des « contemporanéistes » et les passerelles entre histoire et anthropologie sont nombreuses, plus nombreuses encore ici en Méditerranée orientale qu’ailleurs, qu’en Afrique par exemple. Mais vous savez comme moi que certaines passerelles sont des impasses. Un seul exemple : l’anthropologue, ici, ne peut jamais évacuer le passé pour se nicher confortablement dans le présent. Vous savez aussi que ce passé nous l’explorons à notre manière, sans quitter des yeux le présent. Nous y entrons « à reculons ». L’histoire qu’il nous faut pratiquer est une « histoire régressive ». Ce qui peut irriter beaucoup de collègues historiens du contemporain.

7Malgré cela, si en arrivant je me suis reproché mon imprudence d’avoir accepté la proposition de Nadine Méouchy, je lui en sais gré maintenant après ces trois journées si denses et si chaleureuses.

***

8Mon impression générale à l’issue de ces trois jours est celle d’un plébiscite. Le choix d’aborder l’histoire du Mandat en termes de relations entre acteurs a reçu une confirmation éclatante. Il me semble que vous avez dépassé cette phase, sans doute nécessaire, de l’histoire coloniale où la situation était analysée en termes d’affrontements, d’oppositions bipolaires : colonisateurs-colonisés, exploiteur-exploités, dominant-dominés, Occident-Orient, etc.

9Vous nous apportez la preuve que cette vision, sans être fausse, était quelque peu « réductionniste », que la situation coloniale est plus complexe ; qu’entre les fronts communautaires, émergeaient « des groupes médians », des acteurs intermédiaires dont les activités, les influences et les comportements méritent aussi une analyse.

10Étudier la période du Mandat à partir des acteurs plutôt qu’à partir des structures, plus exactement à partir des acteurs repositionnés dans les structures des communautés et des sociétés en présence, c’est mettre en évidence la multiplicité des situations et des interactions, leurs ambivalences et aussi leurs ambiguïtés. N’est-ce pas aussi se rapprocher des hommes ? Montrer que tout compte fait, ce sont eux qui font leur histoire, une histoire qui n’est pas pré-écrite, parce qu’elle est conquête toujours risquée de leur liberté.

11C’est tout cela que j’ai entendu, pressenti peut-être, au cours de ces trois jours, avec une belle unanimité, dans chacune des trois sessions thématiques qui regroupaient vos communications.

***

12Prenant un peu de distance, je me suis interrogé sur les conditions qui rendent possible ce « saut qualitatif » que vous inaugurez dans l’histoire du Mandat avec cette nouvelle problématique : Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire.

13Peut-être y a-il là un « effet de génération ». Jeunes historiens d’ici ou venus du dehors, vous vous êtes rencontrés « sur le terrain », à Damas, à Beyrouth, à l’IFEAD, au CERMOC, co-organisateurs de ces Journées d’études.

14Jeunes historiens certes, mais « nouveaux historiens » ? Peut-être vous percevez-vous ainsi.

15Permettez-moi de vous dire qu’on perçoit aussi chez vous les héritages prolongés, développés de vos maîtres. Je ne voulais pas citer de noms mais comment ne pas mentionner Albert Hourani, Dominique Chevallier, Philip Khoury, Abdallah Hannah... dont vous savez combien les travaux ont marqué l’histoire du Moyen-Orient contemporain.

16Votre génération me donne aussi le sentiment qu’elle a compris quels usages sociaux, quelles manipulations a subis l’histoire en ces périodes de luttes pour l’indépendance et de construction, de légitimation des jeunes États soucieux de cimenter, par delà les différences communautaires, une mémoire et une culture nationales. Votre souci de travailler sur les représentations de l’Autre aux deux pôles de la relation mandataire, sur les établissements scolaires, sur les interprétations par les médias aujourd’hui de cette période historique, procède sans doute de cette conscience qu’histoire et mémoire sont en tension permanente.

17Enfin, vous avez un avantage dont vos prédécesseurs et vos maîtres n’ont pu bénéficier : l’ouverture et l’accès à des fonds d’archives publiques et privées qui rendent possible la construction de nouvelles thématiques et problématiques de recherches. Il est vrai aussi - et l’anthropologue s’en félicite - que vous maîtrisez les techniques de l’histoire orale, que vous savez en déjouer les pièges. Y avoir recours contribue, c’est évident, à projeter sur le devant de la scène les multiples acteurs de cette période, à mieux comprendre leurs motivations et leurs idéologies, leurs projets et leurs stratégies.

18Cette volonté partagée - que vous soyez Européens, Syriens, Libanais ou Américains - d’écrire une histoire en profondeur, qui mobilise vos jeunes énergies et dont vous avez confronté les premiers résultats au cours de ces trois journées, ne portera ses fruits qu’au prix d’une grande vigilance méthodologique.

***

19Henry Laurens, dans son magistral exposé, nous a montré que la recherche du sens ne pouvait se limiter à la monographie d’un acteur singulier, à la microhistoire d’une institution particulière, d’un événement majeur, toujours présent dans les mémoires. Non seulement il faut contextualiser - l’acteur le plus modeste comme le plus éminent, l’individu comme le groupe sont toujours en situation - et comparer : peut-on éviter la comparaison entre les mandats français et britannique ? Mais il faut aussi inscrire l’objet d’étude dans des temporalités différentes (celles propres à chaque acteur en plus des trois durées braudeliennes) et dans des échelles spatiales variées (Machreq-Maghreb). C’est à ce prix que les approches ponctuelles et localisées échappent à la clôture localiste et permettent une évaluation du dynamisme, dans le temps et dans l’espace, des phénomènes étudiés. Ces exigences méthodologiques requièrent rigueur et pertinence.

20En souhaitant bien évidemment que cette première rencontre trouve les prolongements qu’elle mérite, je ne voudrais pas terminer sans quelques remarques extra-scientifiques mais qui donnent au travail scientifique, par ailleurs si exigeant et si contraignant qu’on en est parfois au bord du découragement, une valeur en plus.

21Vous nous avez donné, au cours de ces trois jours, l’opportunité de sentir qu’il peut y avoir un bonheur à travailler ensemble, quelles que soient nos origines et nos appartenances, quand on partage la même exigence d’une meilleure connaissance et compréhension d’un temps qui fut aussi celui des conflits et des affrontements.

22Comment les hommes font-ils leur histoire, même s’ils ne savent pas toujours ce qu’ils font ? Quel chantier plein « de bruit et de fureur » pour l’historien du Moyen-Orient contemporain !

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540