Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Troisième partie. Les mobilisations populaires : acteurs, enjeux

La mobilisation « populaire » à Beyrouth à l’époque du mandat, le cas des boycotts des trams et de l’électricité

Carla Eddé

Texte intégral

  • 1 Y. Courbage, P. Fargues, La situation démographique au Liban, Publications de l’Université libanai (...)
  • 2 Selon l’urbaniste Michel Ecochard, Compte rendu de la réunion du 30 juillet 1942 sur la ville de B (...)
  • 3 Revoir les rapports de la Sûreté générale.
  • 4 Pour une définition de la manifestation, revoir P. Favre (dir.), La manifestation, Presses de la F (...)

1Les années du Mandat français sur la Syrie et le Liban (1918-1943) constituent une période déterminante pour Beyrouth. Le pouvoir mandataire en fait son centre politique au Levant, la ville devient alors capitale d’État et métropole régionale. Très rapidement, elle change d’échelle. Le mécanisme de croissance enclenché déjà au siècle précédent s’accélère et Beyrouth, qui compte quelques 100 000 habitants vers 1900, devient une agglomération qui dépasse le million d’habitants en près de cinquante ans1. Entre 1922 et 1936, sa superficie passe de 460 hectares à près de 1200 hectares - banlieues non comprises2. Les problèmes posés par la vitesse de cette urbanisation mettent les édiles face à de nouvelles responsabilités, que le contexte de domination étrangère et l’imbrication des fonctions urbaines compliquent davantage. La population urbaine à gérer est également très complexe : diverse par son origine géographique, elle l’est encore par sa composition communautaire et ethnique, son niveau d’éducation et son profil socio-économique ; sa division en éléments pro-français et en éléments anti-français exacerbe les tensions. Beyrouth est d’ailleurs une ville relativement dangereuse, la criminalité y est bien plus développée que dans le reste du pays3, et l’agitation y est chronique. En effet, la capitale s’impose progressivement comme lieu d’expression de toutes sortes d’actions collectives à portée urbaine, régionale et même nationale, donnant régulièrement lieu à des manifestations plus ou moins légales ou pacifiques4.

2La mobilisation « populaire » prend des formes très diverses : des grèves plus ou moins organisées par des comités syndicaux qui se mettent en place, celles, récurrentes, des chauffeurs de taxis ou des employés des sociétés concessionnaires, celles, moins connues, des petits métiers urbains, vendeurs de légumes, boulangers, cordonniers, maçons, etc. ou encore celles des commerçants, des étudiants, des avocats, des journalistes, etc. ; des rassemblements pacifiques à la place des Canons et la remise de pétitions aux autorités libanaises et françaises et même à la SDN, lors de congrès économiques, scientifiques, littéraires, féministes, etc. ; la fermeture des souqs en signe de solidarité avec la cause palestinienne, libyenne, etc. ; la procession dans les principales artères de la ville avec passage obligé au centre-ville lors de commémorations diverses, de l’enterrement d’une personnalité, etc. ; les démonstrations de force des organisations fascistes et des autres partis politiques qui se mettent en place, les Phalanges libanaises, les Najjadés et les Chemises blanches, qui tournent en 1936 à l’affrontement confessionnel opposant les quartiers de la ville ; il faut aussi compter avec les rivalités entre les organisations arméniennes, dont les rixes restent cependant circonscrites dans les camps arméniens à l’entrée nord de la ville.

  • 5 J. Couland, Le mouvement syndical au Liban (1919-1946), Éditions sociales, Paris, 1970.

3Le thème de la mobilisation urbaine à l’époque du Mandat a été peu abordé - à l’exception de l’ouvrage de Jacques Couland, portant plus spécifiquement sur le mouvement syndical au Liban en général5. Nous limiterons notre objet dans cet article à un type particulier de mobilisation « populaire » : le boycottage pacifique des tramways en juillet-septembre 1922 et celui des tramways et de l’électricité en mars-juin 1931. Différentes raisons ont dicté ce choix et d’abord le fait que ces mouvements n’ont pas fait l’objet d’étude et sont, tout au plus, cités dans les ouvrages portant sur l’époque. Pourtant leur analyse offre un intérêt certain : il s’agit des plus longues mobilisations que connaîtra la ville ; insolites par leurs mots d’ordre et leurs revendications, elles le sont aussi par leur organisation au grand jour. Elles sont « populaires » à plus d’un égard : elles ont été « bien vues » et bien accueillies par le peuple urbain et ont entraîné la participation de fractions importantes de la population et des différents quartiers ; leurs initiateurs déclarés sont issus des strates anonymes de la population.

4La grande difficulté a été de reconstituer la chronologie de ces mobilisations, elle doit encore être complétée sur bien des points. L’historique a été effectué à partir du croisement de différentes sources : les archives diplomatiques françaises et belges, les archives de l’armée française, les archives encore inexploitées de la Municipalité de Beyrouth et de la société concessionnaire boycottée, conservées en partie, et la presse locale, à travers le dépouillement systématique au moment des crises du quotidien en langue arabe, Lisān al-Ḥāl. Ce travail, entrepris dans le cadre d’une thèse en cours portant sur la mise en place de la ville moderne de Beyrouth à l’époque du Mandat, ne saurait présenter des résultats définitifs. Il vise surtout à répondre à des questions simples : comment se fait la mobilisation, quels en sont les mots d’ordre, les acteurs, etc. Et il restera encore beaucoup à dire sur ces mouvements dont les contemporains dénoncent « les ramifications » croissantes au fur et à mesure qu’ils se prolongent.

5Avant d’aborder les pratiques et les acteurs de ces mobilisations, qui feront l’objet de notre deuxième partie, nous verrons, dans une première partie, comment la ville de Beyrouth est gérée, sous le contrôle vigilant du pouvoir central. Dans une troisième et dernière partie, nous tenterons de dresser un bilan provisoire de ces mouvements, leurs acquis et leurs limites, par rapport aux principaux acteurs impliqués, et les changements des relations de pouvoir induits sur le terrain.

LA MAINMISE DU POUVOIR CENTRAL SUR LES INSTITUTIONS URBAINES

6La ville représente un enjeu essentiel pour le pouvoir central, français et libanais. Mais les Français ne s’installent pas dans une zone exempte d’histoire urbaine ou pouvant être considérée comme telle. De plus, le cadre juridique du Mandat les contraint à confier les affaires locales à des pouvoirs locaux. Et la présence en ville de partisans actifs du Mandat offre des garanties suffisantes pour une délégation partielle du pouvoir. Une nouvelle organisation est progressivement mise en place en matière d’administration et de gestion urbaines. D’anciennes institutions sont reconduites, de nouvelles créées ; toutes sont étroitement contrôlées par le pouvoir central, français et libanais, qui se répartit les tâches.

LE CONTRÔLE DE L’ADMINISTRATION URBAINE

  • 6 Annulé par décret en 1925.
  • 7 C. Eddé, Introduction à l’histoire de Beyrouth à l’époque du Mandat. La Municipalité de Beyrouth a (...)
  • 8 C. Eddé, « La composition du Conseil municipal à Beyrouth (1918-1952) », intervention au colloque (...)

7Le Haut-Commissaire a seul d’abord la charge de l’organisation administrative de l’espace et des hommes. Il règle très vite le sort de Beyrouth : promue municipe autonome en 19196, la ville est administrée par sa Municipalité, une institution qui date de 18687. Après septembre 1920, l’État libanais, à qui il délègue en partie ses pouvoirs, maintient cette organisation en y apportant toutefois d’importants changements. Le gouvernement libanais, représenté entre 1920 et 1926 par le Gouverneur français du Grand-Liban, va édicter les principaux textes réglementant l’organisation propre à la capitale : ceux de 1924 et de 1926 ; celui de 1941 sera l’œuvre du Haut-Commissaire lui-même. Les mesures spécifiques à la capitale font de l’institution municipale beyrouthine un simple « prolongement du pouvoir central »8. En 1920, l’administration de la ville est confiée à un fonctionnaire, l’administrateur de la ville, encore appelé mohafez. Nommé par le chef de l’État libanais, il est sous la double tutelle du directeur ou ministre de l’Intérieur et du conseiller français du municipe de Beyrouth (qui relève de la Délégation du Haut-Commissaire auprès de l’État libanais). Ce fonctionnaire présidera les différents services municipaux et la police municipale, et, à partir de 1924, le Conseil municipal dont le pouvoir est de fait considérablement réduit. En effet, le pouvoir central libanais, outre qu’il peut dissoudre ce conseil par simple arrêté motivé, décide également d’en nommer lui-même les membres, plutôt que d’organiser des élections, comme prévu par les textes de loi. Le budget municipal, après approbation du gouvernement, est voté par le Parlement.

  • 9 M. Mrad, Al-majālis al-baladīya wa-l-ikhtiyâriya, Beyrouth, Dar al-Farabi, 1997, p. 66 et suiv.

8Les autres institutions administratives locales sont, elles aussi, étroitement contrôlées par le pouvoir central9 : les moukhtars des quartiers, nommés et non élus, sont placés sous la seule tutelle du mohafez, alors qu’ils émargent encore sur le budget de la Municipalité ; les membres du majlis al-ikhtiyāri ou Conseil de mohafaza, sont également désignés - ses attributions sont d’ailleurs mal définies dans le cas de la capitale, elles recoupent parfois celles du Conseil municipal, et les mêmes personnes siègent souvent dans les deux conseils -.

  • 10 Dont le montant pour l’ensemble de la Syrie est estimé à quelque 206 millions de francs vers 1914  (...)

9Le contrôle des sociétés, aux capitaux essentiellement français10, qui assurent à Beyrouth les principaux services publics, essentiellement l’eau, les transports en commun, la fourniture d’énergie électrique, les poste et télégraphe et la gestion du port de Beyrouth, est du ressort du Haut-Commissaire. En effet, en tant qu’héritier légal de l’Empire ottoman, il s’est réservé la responsabilité de la gestion des intérêts et des ressortissants étrangers au Levant, droit qu’il maintiendra même après l’abolition du régime des Capitulations en 1924. Un Service de contrôle des sociétés concessionnaires et des travaux publics est intégré aux services du Haut-Commissariat et affilié plus tard au Service des Intérêts communs (SIC). Les instances locales, gouvernement et municipalités, sont donc contraintes de passer par le biais des services du Haut-Commissariat pour toute formalité avec une société concessionnaire, comme par exemple lors de la demande de révision des tarifs appliqués par ces sociétés, à l’origine des mobilisations en 1922 et en 1931.

10Le contrôle du Haut-Commissaire s’étend également aux finances de la ville : il doit viser le projet de loi du budget municipal et doit autoriser les emprunts municipaux. Dans la réalité, il les imposera lui-même parfois et « proposera » les grands projets urbains à réaliser, celui notamment de la place de l’Étoile ou encore de l’avenue des Français.

  • 11 Les casernes de l’armée française (35 000 hommes en juillet 1922, moins en 1931) encerclent quasim (...)
  • 12 Les forces de l’ordre libanaises se constituent lentement, voir les Rapports à la SDN. En 1931 par (...)
  • 13 J.-D. Mizrahi, Le service des renseignements du Haut-Commissariat français au Levant de 1918 à 192 (...)

11Le maintien de l’ordre est confié aux forces militaires françaises11, qui encadrent les forces locales de sécurité, la gendarmerie libanaise et la police municipale beyrouthine, réorganisées en 191912. Les services de renseignements et la Sûreté générale, et son bureau beyrouthin13 relèvent également du commandement militaire français.

12Ainsi, le pouvoir central, français et libanais, se donne les moyens de contrôler étroitement les institutions administratives de la capitale à travers l’adoption d’une réglementation qui institue une forte centralisation et par la pratique systématique de la nomination des corps élus. Son contrôle s’étend également aux institutions « sociales » locales, communautaires et professionnelles.

LES RECOURS AUX ÉLITES URBAINES

13En effet, l’encadrement administratif « moderne » est complété par des structures sociales « traditionnelles », - c’est du moins la légitimation officielle des choix opérés -, renforcées, voire créées, par les autorités centrales. Les communautés confessionnelles, les associations des professions libérales et les élites urbaines, qui sont souvent à la tête des associations communautaires et professionnelles, sont associées au pouvoir : elles servent d’intermédiaires ou de médiateurs entre le pouvoir et la population.

Le renforcement des institutions communautaires

  • 14 E. Rabbath, La formation historique du Liban politique et constitutionnel, Publications de l’Unive (...)

14Le pouvoir central, qui dispose en ville d’un appui solide de la part des communautés maronite et grecque-catholique, va également essayer de se ménager les autres communautés : dès 1918, il autorise la réouverture de l’association des Makassed, suspendue pendant la guerre ; il accepte de réexaminer le cas des expropriations des biens waqfs datant des années de guerre, les grandes bénéficiaires en sont les communautés sunnite et grecque-orthodoxe. Le confessionnalisme14, fondement de l’entité libanaise, est appliqué à l’échelle urbaine et l’organisation communautaire est renforcée et étendue progressivement aux différentes communautés : les majles millet ou Conseil communautaire des différentes communautés chrétiennes et de la communauté juive, datant de l’époque ottomane, sont reconnus ; la communauté sunnite est dotée d’un Conseil musulman de Beyrouth ; l’Union générale arménienne de bienfaisance coiffe les différentes associations arméniennes-orthodoxes, etc. Les institutions communautaires, notamment caritatives, sont directement financées par le pouvoir central et la Municipalité. Outre les fonctions administratives relatives au statut personnel de leurs membres, elles sont chargées d’assurer, en lieu et place de l’État et de la Municipalité, différents services sociaux, notamment dans le domaine de la santé, de l’enseignement, et de l’assistance en général, comme l’accueil et le logement en ville des étrangers, la distribution de farine, l’enterrement des indigents, etc. La position de la hiérarchie religieuse urbaine est également consolidée puisqu’elle est appelée à indiquer ses préférences pour la nomination des membres qui vont représenter la communauté au sein des différents conseils urbains.

  • 15 M. David, La millet grecque-orthodoxe de Beyrouth 1800-1940, thèse de troisième cycle, Université (...)

15Si cette reconnaissance permet aux instances communautaires urbaines de se développer, elle entraîne une dépendance accrue par rapport au pouvoir central : la communauté sunnite, dont l’État a financé les nouvelles structures urbaines et nationales, largement monopolisées semble-t-il par l’élite urbaine, l’institution du mufti de la République, du Conseil supérieur musulman (libanais) et de la direction des waqfs, dénonce les pratiques abusives de nomination que le gouvernement adopte systématiquement pour pourvoir aux nouvelles fonctions représentatives de la communauté ; les élections aux conseils communautaires sont organisées de manière très irrégulière, elles semblent tenir davantage de la sélection que de l’élection, et les notables issus des familles patriciennes y dominent15.

La reconnaissance des associations économiques « libérales »

  • 16 J. Couland, ibid.
  • 17 J. Couland, op. cit., p. 83 et suiv. ; E. BOUERI, Histoire du mouvement ouvrier et syndical au Lib (...)

16Les autorités centrales encouragent aussi la création d’associations professionnelles « libérales » : l’Association des médecins et des pharmaciens de Beyrouth, celle des ingénieurs, des dentistes, etc., voient le jour au début des années 1920 (l’Ordre des avocats et le Syndicat de la presse, antérieurs au Mandat, sont officiellement reconnus) - alors que les associations des chauffeurs de taxis, des typographes, des employés des sociétés concessionnaires, etc., sont vigoureusement combattues et souvent interdites16. Une tentative pour regrouper les ouvriers et les patrons dans une association dominée par ces derniers est également mise en œuvre : le 1er mai 1921 est créé à Beyrouth un Parti général du travail du Grand-Liban ; notables, avocats, médecins, commerçants et employés y sont largement majoritaires ; nombre de syndicats y sont affiliés. Mais ce parti ne réussira pas à s’implanter solidement, sa légitimité est contestée par le Parti du peuple, version plus ou moins légale du Parti communiste, créé en 192417.

  • 18 A. Hokayem, La genèse de la Constitution libanaise de 1926, Les éditions universitaires du Liban, (...)

17Ces associations autorisées ainsi que d’autres regroupements à base économique sont associés à la prise de décision : la Chambre de commerce de Beyrouth, qui date de l’époque ottomane, et l’Association des commerçants de Beyrouth, fondée en 1921, doivent se porter garantes des membres qui y sont affiliés ; en 1926 lors de l’adoption de la Constitution libanaise, toutes les associations citées et d’autres tel le Syndicat des propriétaires de Beyrouth, le Comité de la Bourse de Beyrouth ou l’Association des locataires de Beyrouth sont consultées18. Elles semblent également subir la lourde tutelle du ministère de l’Intérieur : par exemple les élections, normalement annuelles, du Conseil de l’Association des pharmaciens, sont reportées pendant plus de 8 ans et les membres nommés reconduits dans leur fonction, ce qui met en cause leur légitimité. Et pour les plus importantes de ces associations, la CCIB et le Comité de la Bourse, les autorités mandataires ont imposé la nomination de membres étrangers, dont des Français.

  • 19 C. Eddé, op. cit., 1997, p. 123.

18Entre le pouvoir central et ces associations se tissent des liens privilégiés même s’ils ne sont pas dénués d’ambiguïté : en 1935 par exemple, le président de l’Association des commerçants rappelle au Haut-Commissaire le rôle que l’association a joué à diverses reprises dans le maintien de l’ordre « déférant au désir du gouvernement » quitte à « affronter la disgrâce publique », ce à quoi les responsables français répondent « combien les commerçants auraient tort de nuire à l’ordre public et de créer des précédents que des classes plus déshéritées que la leur pourraient avoir quelque jour la tentation de vouloir invoquer contre eux-mêmes »19.

Consolidation des élites urbaines

  • 20 C. Eddé, op. cit., 2000.

19Les élites urbaines, qui disposent en général d’une solide et ancienne assise urbaine, sont également associées aux autorités centrales à travers différentes commissions mixtes constituées pour étudier des questions délicates concernant la ville telles la Commission d’estimation des biens-fonds expropriés, instituée en 1920, la Commission d’agrandissement de la ville de Beyrouth, datant de 1920, ou encore la Commission des commerçants experts jurés en douane, nommée pour la première fois en 1921. Les membres des familles patriciennes sont également appelés à siéger au sein des institutions libanaises, au Conseil municipal de Beyrouth et au Parlement, en partie nommé. Il s’agit parfois des membres les plus influents de ces familles patriciennes : Omar Daouk, Omar Beyhum, Michel Chiha, Habib et Petro Trad, Alfred Naccache, etc. Les notables dominent également les conseils communautaires et les associations professionnelles et économiques, comme nous l’avons déjà évoqué : outre sa nomination à deux reprises au Conseil municipal, Michel Chiha, un riche banquier, est membre du Conseil d’administration de la CCIB et du Comité de la Bourse de Beyrouth ; Omar Daouk, orfèvre au souq al-Tawilé, est président du Conseil municipal, président des Makassed et de la CCIB pendant plus de 15 ans ; Habib Trad, banquier, est au Conseil municipal, au majles millet grec-orthodoxe et au Comité de la Bourse, etc.20. Tous trois vont, à des titres divers, occuper le devant de la scène à l’occasion du boycott des trams et de l’électricité en 1931.

  • 21 Ce système n’est pas spécifique à la ville mais il s’y exerce différemment, par d’autres canaux, n (...)

20Ainsi, la ville de Beyrouth est le théâtre privilégié des ingérences du pouvoir central, français et libanais. L’affirmation de l’autorité centrale est manifeste au niveau de l’organisation administrative, économique et sociale ; l’autonomie politique de la ville en est considérablement réduite. Si le programme n’est pas énoncé, le pouvoir central semble parrainer la mise en place d’un système de contrôle social par le haut, s’appuyant en général sur les élites urbaines qui sont associées au pouvoir par leur enrôlement dans des corps intermédiaires reconnus et à qui revient le règlement des conflits sociaux, corporatifs, communautaires, etc.21. Si leur légitimité est ainsi consacrée, leur dépendance à l’égard du pouvoir central augmente et leur pouvoir de représentation est affaibli.

21Nous allons voir maintenant comment ce système mis en place au début des années 1920 fonctionne réellement en temps de crise, quand le pouvoir est confronté à une affirmation « populaire », lors des boycotts de 1922 et de 1931.

LES PRATIQUES ET LES ACTEURS DE LA MOBILISATION

22Nous avons opté pour une reconstitution chronologique des événements qui ont suivi l’appel au boycott, démarche qui s’imposait parce qu’un tel récit n’existait pas et qu’il semblait le seul apte à rendre compte de la richesse de ces mobilisations, de leur flux et reflux, et de la multiplicité des acteurs, libanais et français, politiques et économiques, institutionnels et privés, progressivement impliqués.

LES INGRÉDIENTS D’UNE CRISE

23En juillet 1922 et en avril 1931, les mouvements de boycottage, déclenchés officiellement par un Comité « populaire » créé pour l’occasion et qui ne survit pas à la fin de la mobilisation, sont orientés de façon exclusive contre une société française, la Société des tramways et de l’électricité (STE). Cette société anonyme à capitaux français et belges est issue du rachat, ratifié en 1925, de la Compagnie du gaz et de l’éclairage de Beyrouth (fondée en 1895) par la Compagnie des tramways et de l’électricité de Beyrouth, datant de 1906. En 1922, le boycott est annoncé le jour même où sont entamées à Paris les négociations entre les conseils d’administration des deux sociétés en question et les autorités françaises. En 1931 aussi, une partie serrée se joue pour la STE : elle tente d’imposer sa propre définition de la délimitation de la banlieue de Beyrouth, pour laquelle elle a obtenu le monopole de la concession du courant électrique deux ans plus tôt. Elle doit alors faire face aux prétentions d’une nouvelle société franco-libanaise, la Kadisha, qui convoite également la distribution d’énergie électrique dans les bourgades du Mont-Liban.

24Les deux mobilisations ont lieu sur fond de crise politique « nationale » même si le cadre en est différent. En 1922, l’État libanais est encore sous administration française directe et le Conseil représentatif, premier corps national élu en mai, tente de s’imposer face au gouverneur français du Grand-Liban : il entend fixer, par vote, la nationalité du futur gouverneur du Grand-Liban (pour confier la plus haute charge de l’État à un Libanais) ; au même moment, les Alliés discutent à Genève le texte définitif du Mandat pour la Syrie et le Liban, texte qui sera adopté le 24 juillet. En 1931, les institutions républicaines libanaises sont en vigueur, mais l’approche des premières élections présidentielles depuis 1926 exacerbe fortement les tensions et la majorité des parlementaires, opposée au gouvernement, tente de paralyser l’exécutif ; les négociations du traité anglo-irakien inquiètent les milieux économiques français et augmentent le mécontentement des populations sous mandat français au sein desquelles les effets de la crise de 1929 se font déjà sentir.

25Les deux fois, l’appel au boycottage a été précédé de demandes réitérées de la Municipalité de Beyrouth pour obtenir une réduction des tarifs de l’éclairage public, et d’une campagne de presse sur les bénéfices abusifs des sociétés concessionnaires en général. Mais le mouvement ne naît pas d’un incident, même si au cours du boycott, la mobilisation peut dégénérer en manifestations, rassemblements, émeutes. Il semble aussi que ces deux mouvements coïncident avec des changements des porteurs libanais d’actions de la STE. Ainsi le contexte des deux mobilisations offre des similitudes et les ingrédients de la crise en 1922 et en 1931 semblent communs. Mais entre 1922 et 1931, si les similitudes sont nombreuses, une nette évolution se dessine.

LE BOYCOTT DES TRAMWAYS EN 1922

Appel au boycott

26Le 7 juillet 1922, le maire de Furn al-Chebbak, une bourgade à population essentiellement maronite située à proximité de Beyrouth sans lui être rattachée, un cafetier, et ses frères avocats, annoncent dans une réunion à laquelle ils ont convié la presse et les habitants (quelque 400 personnes y auraient assisté), la création d’un Comité de boycott des tramways. Il exige que la Compagnie des tramways réduise de moitié ses tarifs, modernise ses voitures et assure la circulation jusqu’à minuit, sinon un appel au boycottage pacifique des tramways sera lancé à la population beyrouthine. En parallèle, le Comité annonce la mise en place d’un service privé de transports en commun, en collaboration avec des chauffeurs de taxis. Très vite d’autres comités sont également créés à Gemayzé, à Basta et au Phare. Mais, selon les rapports fiançais, ceux de Furn el-Chebbak et de Gemayzé sont les plus virulents.

Manifestations en ville

27Entre le 10 et le 14 juillet, des rassemblements se succèdent place des Canons, ainsi que dans les principales artères de la ville qui y conduisent, rue de Damas, rue Gemayzé, rue Basta et rue du Phare. Le 10, des agents de la Compagnie sont blessés, quelques voitures saccagées et la maison du directeur de la Compagnie visée par des tirs. Mais rapidement, les débordements s’arrêtent et les manifestants ne s’en prennent plus aux voitures et au personnel des tramways qu’à coup de tomates, de citrons ou d’oeufs gracieusement offerts par des commerçants. En bref, ils font plus de bruit que de mal. D’ailleurs, les forces de l’ordre veillent : policiers et gendarmes libanais sont fortement mobilisés dès le premier jour du boycott et entreprennent de disperser la foule ; la protection du dépôt de la Compagnie est confiée aux troupes françaises. Et la population beyrouthine, dans une unanimité louée par la presse locale et confirmée par des rapports confidentiels français, boycotte les tramways.

Négociations franco-françaises

28L’intervention rapide du gouverneur français du Grand-Liban, qui parvient à un accord avec la direction locale de la Compagnie des tramways le 14 juillet, ne suffit pas ; il est d’ailleurs rejeté par l’administration bruxelloise et parisienne de la Compagnie. Deux jours plus tard, le Haut-Commissaire Gouraud intervient officiellement en créant une commission pour fixer les tarifs suivant le cahier des charges. Mais la commission, formée de représentants de la Compagnie et de différents services français, est elle-même divisée et ses avis ignorés par le Haut-Commissaire qui décide alors de régler personnellement l’affaire. Craignant des débordements et dénonçant les « dangers politiques » du mouvement (nationalistes pro-syriens et anti-mandataires cela s’entend), il fait appel le 26 juillet au ministre français des Affaires étrangères pour contraindre la Compagnie à accepter sa décision : la réduction des tarifs consentie est de l’ordre de 50 % pour les longs trajets (représentant un trafic moindre) et symbolique (réduction d’une demi-piastre, alors que ces coupures sont peu disponibles sur le marché) pour les petits parcours. Et, un mois après le déclenchement du boycott, le mohafez de Beyrouth, Hussein al-Ahdab, annonce enfin à la presse la solution décidée. Il invite la population à arrêter le boycott et convoque les moukhtars pour les appeler à user de leur influence dans les quartiers pour régler la crise. Mais sans succès. Les trams circulent, personne ne monte dans les voitures ; les violences des premiers jours ont rapidement cessé. Et le 22 août, la société des trams décide l’arrêt de la circulation des voitures et annonce le licenciement de ses employés.

Enlisement

29Le Fonds de secours, créé début août par les comités de boycott pour financer l’achat de véhicules appropriés aux transports en commun, offre des aides financières aux employés licenciés, lesquels se font représenter par des avocats ayant proposé leurs services gratuitement ; ce Fonds est approvisionné par des « notables » dont la presse publie les noms. Mais pendant le mois de septembre, les réunions des « représentants du peuple et des délégués des quartiers » sont infructueuses selon la presse ; les nombreux appels du mohafez à la population pour arrêter le boycott restent sans effet ; le Conseil représentatif, le « Parlement » de l’époque, se contente de se féliciter du caractère pacifique du mouvement et des députés circulent avec des carnets de souscription dans leur poche ; le Conseil municipal en profite pour rappeler son incompétence institutionnelle dans la conduite des négociations avec les différentes parties en cause ; sa contribution a été de faire imprimer à ses frais 2500 copies du cahier des charges de la société et de les distribuer gratuitement. Et la situation s’enlise.

Médiation des notables

30Le dénouement semble venir des « notables de tous les rites » : Abdallah Beyhum, Habib Trad, Naoum Bakhos, Émile Eddé et quelques autres (la seule liste disponible est incomplète) proposent au Haut-Commissaire leur médiation. Leur offre est acceptée. Ils lancent, vers le 15 septembre, une pétition « les autorisant à traiter cette question avec les milieux officiels conformément aux intérêts du pays » et appelant à la fin du boycott sur la base de l’accord conclu entre le Haut-Commissaire et la société. Selon les sources françaises, ils parviennent à recueillir quelques 15 000 signatures. Et fin septembre, la circulation normale reprend.

1931 : UN SCÉNARIO PLUS ÉLABORÉ

Une préparation longue et concertée

31En 1931, le même scénario est repris mais il est bien plus sophistiqué. Les préparatifs au grand jour durent pendant tout le mois de mars. La ville est en effervescence : les réunions de concertation entre des représentants des commerçants, des avocats, des journalistes, des médecins et des étudiants se multiplient au Nadi al-tujjar (Club des commerçants) ; la presse beyrouthine en donne des comptes rendus quasi quotidiens. Des solutions de remplacement pour l’organisation des transports en commun et la fourniture du courant électrique sont envisagées avec diverses associations professionnelles notamment l’Association des chauffeurs de Beyrouth et les commerçants de luminaires ; l’Association des typographes est sollicitée pour l’impression des tracts relatifs au boycottage. Plusieurs sociétés proposent de fournir l’électricité à la ville à des tarifs moindres que ceux de la STE, l’offre la plus sérieuse étant celle de la société concurrente, la Kadicha, une société franco-libanaise fondée en 1929 et qui fournit de l’énergie électrique à partir de l’exploitation des sources du Nahr Ibrahim. Divers rapports « d’expertises techniques » sur les bénéfices de la STE circulent en ville.

32Un Comité général de négociation et de boycott est finalement créé. Dirigé par un avocat maronite, il comprend des représentants des différentes communautés urbaines, à l’exception de la communauté arménienne. Ce comité, qui tient ses réunions quotidiennes dans un café de la Place des Martyrs, lance un ultimatum au gouvernement libanais : réduction des tarifs ou boycott pacifique à durée indéterminée. Le 26 mars, ce dernier forme une commission, essentiellement composée de membres libanais, pour négocier avec la STE. En dépit de débats internes orageux, le Comité, devenu entre-temps Comité de boycott, refuse de prolonger le délai accordé. Et le 29 mars au soir, des tracts présentant les objectifs du mouvement et appelant la population à boycotter les tramways et l’électricité sont affichés en ville.

Manifestations urbaines et solidarités extra-urbaines

  • 22 Information n° 1 251, Beyrouth, 31 mars 1931 ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 2e versement, 378.

33Le boycott commence par un rassemblement nocturne place des Martyrs : « des manifestants composés en grande partie de porte-faix, de gens déguenillés et d’étudiants dont le nombre peut être évalué à près de 300 personnes, encombrèrent la place des canons, vociférant et braillant »22. Le 30 au matin, les voitures circulent sans passagers. Les forces de l’ordre se mobilisent massivement et multiplient les arrestations : 317 personnes le premier jour, dont les membres du Comité. Mais les autorités sont obligées de les relâcher assez rapidement, car les délits sont mineurs : attroupement et refus de circuler, cris et tapage sur la voie publique, rédaction, distribution et signature de tracts, incitation au boycott, menaces de jets de pierre, injures à la Compagnie des trams. La STE réagit également : elle fait appel à ses employés et à leurs familles pour emprunter les tramways ; elle tente également d’engager des Arméniens pour briser le boycott. Une délégation du Comité se rend alors au camp arménien et rencontre les chefs de la communauté pour leur demander de se solidariser avec la « population beyrouthine ». De manière générale, le recours à la violence est rare. Le public s’agglutine dans les places publiques pour regarder passer les trams vides ou, pire encore, avec les mêmes usagers à tous les coups ; l’animation de ces rassemblements est parfois assurée par des poètes dont Elias Abou Chabké ; chants « populaires et patriotiques » sont au programme. Et le boycott tourne à la fête.

34Les manifestations d’appui au boycott se multiplient pendant le mois d’avril : des mouvements féministes beyrouthins organisent des manifestations ; plusieurs journaux sont suspendus ; les imprimeurs se mettent en grève. Le boycott s’étend également aux bourgades du Mont-Liban et, 15 jours après son déclenchement à Beyrouth, des comités décident le boycottage des tramways et de l’électricité à Damas, à Alep, à Hama et à Homs un peu plus tard ; des émigrés libano-syriens en Argentine se solidarisent avec leurs compatriotes et lancent des souscriptions pour financer le mouvement ; des comités estudiantins libano-syriens parisiens multiplient les appels à la presse française.

Interventions des notables et des autorités centrales

35Plusieurs notables de familles influentes en ville et de différentes communautés (Beyhum, Daouq, Abi Chahla, Trad, Tabet, etc.) forment un Comité de négociation, destiné à servir de médiateur entre le gouvernement et le Comité de boycott. Mais ce dernier réagit vivement : il convoque « des notables et les députés beyrouthins » et leur rappelle qu’ils ne peuvent négocier avec la STE sans son accord ; il décide aussi la fermeture des souks pendant un jour en signe de protestation. Les députés de Beyrouth ont proposé leur médiation au gouvernement libanais une première fois le 10 avril. L’offre est refusée. Mais quand, le 14 avril, des manifestations anti-gouvernementales sont organisées, il leur demande de se charger des négociations avec le Comité de boycott. Ils acceptent à la condition que le Parlement procède à un vote de confiance, pour faire tomber le gouvernement bien évidemment, ce qu’il ne peut accepter. Les séances du Parlement sont reportées. Le Haut-Commissaire intervient alors : il envoie une délégation chez le président de la République libanaise et lui recommande la fermeté dans la gestion de la crise ; il refuse de recevoir les députés de Beyrouth. Le gouvernement finit par se décider à négocier directement avec les membres du Comité de boycott, qui sont relâchés. Le 24 avril, il conclut un accord avec la STE et le Comité. Cet accord reste toutefois sans effet, la population poursuit le boycott et hue les membres du Comité qui, sous bonne garde, sont promenés dans les trams ; cinq personnes sont arrêtées pour injure au président du Comité ; les « notables » et les députés beyrouthins se disculpent et nient avoir été tenus au courant des termes de l’accord. En attendant de « savoir avec qui il faut s’entendre », la STE arrête la circulation des voitures et licencie 360 employés.

La bataille des comités et la fin du boycott

  • 23 Une liste datant du 28 avril recense, outre le Comité de boycottage, un Comité des étudiants et 19 (...)
  • 24 Situation à Beyrouth, Sûreté générale, sans date ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 2e versement, 378.
  • 25 Les tarifs des tramways sont diminués d’une demi-piastre, ceux du courant électrique sont ramenés (...)

36À partir de ce moment et pendant les mois de mai et de juin, la situation est très confuse. Les comités se multiplient : il se crée des comités de quartiers, également mixtes : par ordre d’ancienneté, à Mazraa, au quartier Saint-Nicolas, à Achrafieh, à la Quarantaine, à Kantari, à Wadi Abou Jmil, à Ras-Beyrouth et à Basta, etc.23 ; des comités féminins ; des « comités généraux », etc. Et selon une note de la Sûreté générale, « les comités eux-mêmes ne sont pas suivis ni par les sous-comités, qui cherchent à exploiter la situation pour en tirer quelque profit matériel, ni par le public »24. Les notables s’activent aussi : fin mai, Omar Daouk, Habib Trad et quelques autres décident de faire le voyage à Paris, en même temps que le Haut-Commissaire, pour tenter de conclure un accord avec les représentants parisiens de la STE. Le 29 mai, le Parlement vote le projet de loi réglementant les rassemblements. Le nombre des boycotteurs diminue progressivement et la mobilisation finit par s’essouffler. Mais le trafic normal et la consommation de l’électricité ne reprennent que dans la première quinzaine de juillet. Les acquis tangibles du mouvement sont cette fois moindres. Contre de vagues promesses de réductions plus substantielles dans l’avenir, la STE ne consent qu’une réduction minime des tarifs25 et obtient en contrepartie une augmentation du tarif de l’éclairage public et la confirmation de son monopole pour la fourniture d’électricité dans la banlieue, suivant sa propre délimitation.

37Le recours au boycott sera encore utilisé contre la STE dans le cadre du Liban indépendant. En 1948 d’abord, avec peu de succès, puis de manière déterminante en 1952. Encadré par les partis politiques, essentiellement les Phalanges fondées par Pierre Gemayel en 1936 et le Comité national de Mohammad Khaled, et, dans une moindre mesure, les syndicats, ce dernier boycott permettra le rachat de la STE par l’État.

ORIGINE ET NATURE DES MOBILISATIONS

38Au terme de cette reconstitution, il est important de souligner qu’elle ne prétend pas être complète et exhaustive ; de nombreux points appellent encore des précisions : le taux, variable dans le temps, d’application du boycott en 1922 et en 1931 et par quartier - il est difficile de suivre les archives quand elles parlent d’un boycott observé systématiquement pendant plus de trois mois ; les effectifs des manifestants et des forces de l’ordre déployées ; l’inscription dans l’espace urbain de la mobilisation dans son ensemble ; l’identification des membres des comités... Et les questions sur l’origine et la nature de la mobilisation, aux réponses à priori évidentes, demeurent ouvertes.

39En 1922, les autorités françaises estiment que la mobilisation est spontanée et n’est due qu’aux tarifs « insupportables, surtout dans la crise économique actuelle ». Mais les actionnaires belges semblent en douter : « certains Français qui occupent des positions en vue et qui veulent les conserver ont soutenu le mouvement », ils s’étonnent de la présence « par hasard » d’un fonctionnaire attaché au cabinet du gouverneur à la réunion d’appel au boycott et ne comprennent pas comment, en « présence d’un boycottage prévu et annoncé par les journaux », le gouverneur n’a visiblement rien tenté pour éviter la crise et semble « à ce point désarmé » ; le compte rendu des événements dans la presse locale, assez succinct, par suite de l’intervention énergique des services français selon des notes françaises et belges, n’offre pas d’éléments supplémentaires. En 1931 par contre, le Haut-Commissaire repère trois types de meneurs : l’action aurait d’abord été décidée par de « grands notables » réglant des comptes avec le gouvernement, Habib Trad et Georges Tabet sont les plus souvent cités ; elle aurait été relayée par celles des consommateurs, exaspérés par les tarifs et travaillés par le mouvement communiste ; pour finalement être récupérée par les détracteurs du Mandat, les nationalistes favorables à l’unité syrienne, représentés par Ryad, Kathem et Takieddin al-Solh. C’est eux que les responsables politiques français accusent ouvertement d’être les protagonistes les plus actifs du boycott dix jours après son déclenchement - la contagion syrienne du boycott semble l’attester. Mais il semble qu’il faut se méfier de la propension des responsables français à voir partout des agitateurs nationalistes et communistes : le Lisān al-Hāl ne mentionne pas une seule fois la présence d’un des cousins Solh aux réunions quotidiennes relatives au boycott ; la STE, elle-même, n’utilise pas une seule fois l’argument de l’origine « politique » de la mobilisation, elle s’en prend à ses représentants à Beyrouth, coupables de n’avoir pas dénoncé en temps voulu les « agissements » de la société concurrente, soutenue par une presse soudoyée pour soulever l’opinion publique. Évidemment, les enjeux en cause pour les divers acteurs étant différents, les explications et les « coupables » le sont aussi.

  • 26 Jacques Couland estime que la « revendication purement professionnelle (des mouvements syndicaux) (...)

40Ainsi, les différentes sources ne concordent pas et la question de l’origine des mobilisations demeure problématique : il est encore difficile de faire la part du spontané, du pseudo-spontané ou du commandité, tant d’ailleurs au niveau du déclenchement que de l’organisation ultérieure et de la fin de la mobilisation ; il est également possible de se demander dans quelle mesure les initiateurs réels ou présumés, n’ont pas été débordés par des habitants soucieux de rappeler leur qualité de citadins. Le caractère nationaliste de ces mobilisations pose aussi problème. Si on peut voir une manifestation nationaliste dans ces mouvements anti-français, ou perçus comme tels par les contemporains : responsables français, membres des comités ou population qui les suit, on ne voit pas encore quelle définition en donner et si ce « nationalisme » recouvre les mêmes réalités en 1922 et en 1931 pour les différents acteurs impliqués. La forte implication de la communauté maronite favorable au Mandat et hostile à l’unité syrienne, majoritaire en 1922 et toujours importante en 1931, dans la composition des comités, le succès du boycott dans les quartiers à prédominance chrétienne, et l’intervention des notables et députés maronites, semblent écarter la définition classique du nationalisme : celle de la lutte pour l’unité syrienne menée sous la tutelle des membres du Bloc national syrien. Il semble qu’à Beyrouth, plutôt qu’une volonté de rupture comme c’est par exemple le cas à Tripoli à la même époque, l’agitation « nationaliste » exprimerait un désir de participation accrue et égalitaire à la vie publique, politique et économique ; ce désir concerne surtout les chrétiens au début des années 1920 et aurait gagné dix ans plus tard une partie de la communauté musulmane sunnite26.

  • 27 Les listes retrouvées datent du 31 mars, des 11, 20, 22 et 23 avril ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 2E (...)
  • 28 M.-C. Berger, L’âge d’or de la bourgeoisie chinoise 1911-1937, Flammarion, 1986, Paris, p. 255.

41Un autre facteur qui expliquerait le caractère particulier du « nationalisme » de ces mouvements et leur nature économique, pacifique et légale, est leur rattachement à la bourgeoisie urbaine, la petite bourgeoisie plutôt que la grande. Même si nous avons présenté la mobilisation comme « populaire », il semble que les deux mouvements soient plus spécifiquement issus des classes moyennes et du petit peuple urbain. C’est du moins l’avis des témoins contemporains, en 1922 et, de manière plus explicite, en 1931. Selon une enquête encore incomplète, les membres des différents comités sont essentiellement des commerçants et des avocats, plus rarement des journalistes et des cafetiers. Les listes des personnes arrêtées en 1931 montrent la prédominance des petits métiers urbains (commerçants, menuisiers, cordonniers, forgerons, coiffeurs, tapissiers, etc., 33 %), des salariés (19 %), des étudiants (15 %), des chauffeurs de taxis (8%) et des journalistes (2.2 %), alors que les ouvriers, les journaliers et autres métiers précaires (peintres en bâtiment, marchands ambulants, cireurs ou sans profession) et les personnes de passage ne représentent que 25 %. Comme on l’a déjà vu, les délits, tous mineurs, n’impliquent pas vraiment une atteinte à l’ordre public : les attroupements et refus de circuler constituent 62% des motifs d’arrestations, les cris et tapage sur la voie publique 18 %, les jets de pierre et bris de vitre 7%, les coups et blessures moins de 1 %27. À Beyrouth, comme ailleurs, le boycottage serait la manifestation nationaliste bourgeoise par excellence28.

42Les questions soulevées par ces mobilisations sont donc nombreuses et leur analyse délicate sur bien des points. Et il semble qu’à la multiplicité des acteurs et des représentations qu’ils peuvent avoir de la mobilisation, correspondent une pluralité d’objectifs et un croisement d’enjeux divers.

DYNAMIQUES SOCIALES ET RECOMPOSITIONS POLITIQUES

43Si les objectifs déclarés du mouvement sont exclusivement économiques, leur portée sociale et politique, pas seulement en termes de lutte nationaliste, est certaine. S’il est encore difficile d’en présenter un bilan, on peut toutefois déceler une évolution, entre le début des années 1920 et le début des années 1930, dans les relations de pouvoir entre les principaux acteurs impliqués et dans l’équilibre urbain.

Un nouveau pouvoir : les masses urbaines

  • 29 C’est le cas en particulier à la fin de la période ottomane, dans les années 1880, lors de l’affai (...)
  • 30 L. Fawaz, Merchants and Migrants in Nineteen-Century Beirut, Harvard University Press, Cambridge, (...)

44Les boycotts de 1922 et de 1931 témoignent de la montée progressive, désorganisée mais irréversible, d’un nouvel acteur et d’un nouveau pouvoir en ville : la « population urbaine », elle-même composée de différents sous-groupes, à l’identification encore sommaire, les classes moyennes, le petit peuple urbain. En effet ces manifestations n’ont pas d’équivalent à Beyrouth à l’époque ottomane : les actions collectives restent alors confinées au cercle relativement restreint des « notables » - même si dans cette catégorie sont assimilées des personnes dont les ressources et les parcours sont très divers29 ; seules quelques vagues de violence manifestent alors le malaise social30. Elles révèlent aussi les nouvelles valeurs mobilisatrices, les moteurs de l’action collective : en 1922 et en 1931 c’est au nom de la « modernité urbaine » et du confort que la population se manifeste. Les notions d’intérêt de la collectivité et « l’opinion publique » deviennent des enjeux que se disputent désormais « ses » représentants, porte-parole institutionnels, traditionnels et auto-proclamés et qui confèrent un nouveau pouvoir à ceux qui peuvent s’en prévaloir. L’évolution semble perceptible entre 1922 et 1931 : si les comités « populaires » sont écartés des négociations la première fois, ils s’imposent comme interlocuteurs officiels la seconde fois, même si cette reconnaissance vise en partie à affaiblir les députés beyrouthins et les notables en général. S’il est difficile d’établir un bilan « social » à partir de ces deux événements isolés, ces mobilisations semblent montrer que la population fait partie, surtout à partir du début des années 1930, des acteurs et des éléments qui entrent en jeu dans l’équilibre urbain, directement ou indirectement. En effet cette intrusion déclenche une dynamique qui conduit à des rééquilibrages de pouvoir au profit de l’un ou l’autre des acteurs en présence.

  • 31 . De nombreux exemples le montrent : en 1934 par exemple, les employés en grève de la STE s’en pre (...)
  • 32 En 1952, les comités de quartier sont remplacés par des partis politiques de masse, beaucoup plus (...)

45Ces manifestations montrent également les faiblesses de l’organisation « populaire » et les limites de l’action collective beyrouthine. Si les mots d’ordre sont nouveaux, si les acteurs qui en prennent la direction sont des « anonymes », les modes de mobilisation sont plus « traditionnels » : en 1922 et en 1931, c’est la solidarité de quartier qui constitue la base, ce qui affaiblit la cohésion et limite la portée « urbaine » de l’action. La ville ne constitue pas un espace homogène, isotrope, le cas limite étant celui des camps arméniens, situés dans les limites municipales, mais qui fonctionnent en espace clos et dont les populations ne sont pas vraiment intégrées31. Cela semble vrai pour d’autres groupes et d’autres secteurs : en 1922, les quartiers à prédominance chrétienne s’engagent davantage dans le boycott ; en 1922 et en 1931, les quartiers « populaires », comme Gemayzé et Basta, s’affirment en tant que tels alors que les quartiers cossus ne suivent le mouvement que plus tard. Ainsi Beyrouth, dont le développement extra-muros ne remonte pas au-delà des années 1860, voire 1880, constituerait déjà en 1922, et de manière plus sensible en 1931, une ville à plusieurs vitesses. Les boycotts soulèvent aussi la question du développement de la « banlieue » beyrouthine, au contact de la ville, mais en dehors du périmètre municipal : en 1922, c’est à Furn al-Chebbak que démarre la mobilisation qui gagne ensuite la ville ; en 1931, la question de la délimitation de la banlieue constitue l’arrière-plan de la mobilisation. Par conséquent le problème de l’intégration des populations concernées et celui du décalage entre limites administratives et humaines de la ville est déjà perceptible en 1920-1930 ; la Municipalité, consultée en 1931, s’oppose fermement à tout changement des limites préexistantes ; éludé alors, il va peser lourdement sur l’avenir de la capitale32.

46La segmentation de la population urbaine va aussi permettre à des questions supra-urbaines, nationales et régionales, de briser la solidarité urbaine : en 1931, quand le boycott se prolonge après les négociations avec le Comité, le Haut-Commissaire, relayé par certaines personnalités chrétiennes, dénonce le caractère « nationaliste et pro-unité syrienne », réel ou présumé, du boycott pour tenter d’en diminuer l’intensité dans les quartiers chrétiens et l’argument semble porter : les quelques indications disponibles attestent d’un recul du boycott dans les quartiers chrétiens vers la fin avril et au mois de mai, alors qu’il augmente dans les zones à prédominance musulmane ; en 1936, la négociation des traités avec la France sera à l’origine des affrontements entre quartiers populaires chrétiens et musulmans.

LE POUVOIR CENTRAL LIBANAIS : UNE LÉGITIMITÉ RENFORCÉE

  • 33 La presse locale, si elle exalte « la grandeur du peuple beyrouthin uni comme un seul homme » rapp (...)
  • 34 Il dira : « Cette mobilisation des forces indigènes sera plus facile sur une question d’intérêt ma (...)
  • 35 Lors des arrestations en 1931, les juges français se plaignent des « outils » qu’ils ont entre les (...)
  • 36 Comme le fait remarquer le Haut-Commissaire, justifiant son attitude : « Là encore la force ne ser (...)

47Cette affirmation « populaire » est perçue et dénoncée comme un danger par les contemporains33, par le général Gouraud en 1922 par exemple34 et par les autorités françaises et libanaises en 1931. Les boycotts, qui font apparaître les lacunes de la réglementation ottomane en vigueur en matière de répression des atteintes à l’ordre public35, sont l’occasion de la « modernisation » de la législation qui va désormais subordonner la liberté de réunion et d’association à une autorisation préalable du ministre de l’Intérieur, visée par son tuteur français - mesures jugées indispensables en mai 1931 puisque le recours à la force n’est pas toujours une solution « même en Orient »36.

48Les mobilisations, en 1922 et en 1931, ont-elles constitué un réel danger, ont-elles remis en cause ou déstabilisé les autorités politiques du Liban ? La réponse ne peut qu’être partielle, étant données la variété des paramètres à prendre en considération et la difficulté de les évaluer dans le court et le long terme, d’autant que ces deux mouvements ne constituent pas les seules mobilisations que les responsables français et libanais ont dû affronter à l’époque. L’approche comparative, entre 1922 et 1931, permet toutefois quelques hypothèses.

49En 1922, les autorités françaises sont omniprésentes et le Haut-Commissaire doit lui-même régler la crise ; elles interviennent encore en 1931, mais de manière discrète, officieuse, à travers « des consultations avec des responsables ». Le pouvoir français en sort-il affaibli pour autant ? Dans le court terme, probablement pas. En effet, en tant que garant des intérêts étrangers, il a obtenu les deux fois que la société boycottée soit indemnisée par l’État libanais et la Municipalité de Beyrouth pour les « dommages » subis ; les boycottages ont aussi été l’occasion, en 1931, de redéfinir et de conforter les concessions obtenues par la STE ; celle relative à la définition de la banlieue de Beyrouth est votée par le Parlement en avril, au temps fort de la mobilisation.

50Incompétentes pour négocier avec la Compagnie des trams, les autorités libanaises qui interviennent en 1922, essentiellement le directeur de l’Intérieur et le mohafez, ne parviennent à se faire entendre ni par la société boycottée ni par la population ; elles sont désarmées et discréditées par la crise. En 1931, il en va tout autrement. Le gouvernement libanais affirme sa présence face aux autres instances : directement mis en cause, puisque c’est à lui seul qu’est adressé l’ultimatum du Comité de boycott, il en profite pour contourner les représentants institutionnels de la ville, députés et conseillers municipaux, et négocier directement avec les comités « populaires » ; il devient l’interlocuteur obligé de tous, y compris de la société concessionnaire boycottée dont les responsables préfèrent traiter directement avec lui - alors qu’ils n’y sont pas forcés ; pour éviter de paraître avoir cédé à la pression populaire, ils pourraient en effet s’en remettre au Service de contrôle du Haut-Commissariat, auquel revient l’annonce officielle des nouveaux tarifs consentis. Il semble donc que le gouvernement sort renforcé de la crise, vis-à-vis des représentants de la ville et de la population, voire des autorités de tutelle ; le fait que la police et la gendarmerie aient pu faire face aux manifestations des premiers jours sans en appeler à l’armée française, comme en 1922, constitue également un signe. Mais le gouvernement est encore incapable de contrer les intérêts capitalistes français et ne sera en mesure de le faire qu’après la fin du Mandat quand, à l’occasion du dernier boycott en 1952, il imposera le rachat de la STE, transformée en Office autonome.

51La Municipalité de Beyrouth apparaît comme la grande perdante : en 1922 et en 1931, son manque de pouvoir est constaté à deux niveaux : par rapport aux Beyrouthins qui ne s’adressent pas directement à elle pour régler une question locale et qui n’écoutent pas les appels de son mohafez-président. Par rapport au pouvoir central, dont elle n’a obtenu aucune réduction des tarifs lorsqu’elle l’a elle-même demandé, qui l’a marginalisée dans le règlement de la crise tout en lui imposant d’en subir les frais puisque les tarifs de l’éclairage public ont été augmentés pour compenser la baisse consentie aux usagers ; elle se voit également refuser le droit d’étudier des projets d’organisation de nouveaux transports en commun à l’intérieur du périmètre municipal. Maintenue dans des limites très contraignantes par l’autorité centrale, libanaise et française, elle est incapable d’intervenir pour juguler la crise.

52Absentes en 1922, les associations professionnelles ont joué un certain rôle en 1931 : c’est en leur sein que se recrutent les membres des comités : avocats, commerçants, journalistes, employés, etc. Mais elles ne sont pas consultées par les autorités et n’ont pas semble-t-il de pouvoir réel sur les comités.

53Ainsi le pouvoir exécutif libanais aurait réussi à s’imposer en très peu de temps, surtout par rapport aux institutions locales ; en effet établi seulement en 1926, dès 1931, il parvient à remplir ses fonctions d’écran ou de tampon entre la population et les autorités mandataires ; la décision des autorités mandataires de suspendre la Constitution, quand, en mai 1932, le pouvoir exécutif risque de tomber entre les mains d’un musulman (dont les convictions pro-françaises ne font pas de doute) semble aussi indiquer la progressive marge de manœuvre acquise par un pouvoir exécutif systématiquement renforcé au détriment du pouvoir législatif, dont la faiblesse et la paralysie semblent flagrantes. Au moment des mobilisations, le Conseil représentatif et le Parlement éludent la question de la crise lors de leurs réunions ; quasi inexistants en 1922, les « élus » beyrouthins sont ridiculisés par le Haut-Commissaire, le gouvernement et le Comité de boycott en 1931.

NOTABLES ET ÉLITES URBAINES : UN JEU AMBIGU

54En 1931, les députés de Beyrouth lient leur action à celle des « notables », s’efforçant de conserver le rôle déterminant qu’ils ont joué dans le règlement de la crise de 1922. Il faut encore identifier ce groupe et dégager les caractéristiques qui font des personnes ainsi désignées dans l’ensemble des sources de l’époque les membres reconnus de l’élite urbaine. Il n’est pas possible de le faire en tenant compte des seuls événements de 1922 et de 1931, mais on peut avancer quelques éléments de définition.

  • 37 Les dignitaires religieux sont peu visibles pendant les mois de boycott. Leur seule participation (...)

55Les « notables » qui lancent la pétition qui sera à l’origine de la fin du boycott en 1922 - Abdallah Beyhum, Habib Trad, Emile Eddé, etc. -appartiennent à des familles « patriciennes » à l’assise urbaine solide et ancienne, héritée de la période ottomane. En 1922, ils disposent encore d’un accès privilégié au pouvoir central français à qui ils proposent leur médiation. En 1931, cette ressource politique leur est momentanément déniée mais, signe des temps nouveaux, ils peuvent contourner les fonctionnaires français locaux et s’adresser directement à Paris, où ils ont désormais leurs entrées. Par exemple, Omar al-Daouk, qui fait alors le voyage, coordonne son action avec Omar Beyhum, qui le tient au courant des développements sur le terrain. En 1922, ils sont, comme à l’époque ottomane, les représentants de leur communauté confessionnelle et c’est aussi à ce titre qu’ils sont sollicités, en tant que « notables de tous les rites ». En 1931, la dimension « sociale communautaire » des notables ne ressort de manière visible qu’à travers une représentation « équilibrée » des différentes communautés lors de la formation du Comité de négociation qu’ils parrainent. Faut-il y voir un recul de leur pouvoir au sein de leur communauté et / ou, de manière générale, celui des organisations communautaires qu’ils président souvent et qui semblent totalement absentes alors, ce qui peut surprendre37 ? Les comités, qui les concurrencent au niveau politique, semblent reprendre à leur compte la dimension communautaire : ils veillent à respecter une représentation « équilibrée » des différentes confessions, pour le Comité central et les comités des quartiers mixtes - alors que les quelques comités de quartier en 1922 sont monoconfessionnels.

  • 38 C.-a.-d., en arabe, « deux Omar ».

56Si en termes de ressources politiques et sociales, la comparaison entre les deux boycotts semble marquer une perte de pouvoir des élites urbaines, par rapport au pouvoir central et à la base, le bilan, comme pour les autres acteurs impliqués, doit prendre en considération d’autres dimensions et des échelles de temps variable. Des « notables » libanais font leur entrée au Conseil d’administration de la STE au moment des troubles, il s’agirait de Michel Chiha en 1922, et des « Omarein »38, Omar al-Daouk et Omar Beyhum, en 1931 ; d’autres sociétés françaises auraient également suivi la voie ouverte pat la STE.

57On se souviendra de plus que ce sont des « notables », qui sont les premiers, en mars 1931, à parler du boycott, bien avant qu’il ne se déclenche. Ainsi il ne semble pas facile de trancher, de parler d’un renforcement ou d’une marginalisation des élites urbaines par l’analyse des seules crises de 1922 et de 1931. On retiendra surtout que ces individus semblent alors fonctionner selon des appartenances et des solidarités multiples, à différentes échelles, et qui ne sont pas exclusives les unes des autres, ce qui d’ailleurs favorise leur rôle de médiateur. L’exemple de Michel Chiha est à ce titre particulièrement représentatif : lors du boycott de 1931, ce banquier beyrouthin est d’abord délégué par le gouvernement auprès du Comité de boycott. Ce dernier décide d’en faire le porte-parole des revendications de la « population » devant le Parlement, en sa qualité de député de la ville. Il mène alors bruyamment l’opposition parlementaire pour faire tomber le gouvernement, qui réagit en s’adressant directement au Comité, dont il est précisément président honoraire. Il est en même temps sollicité d’intervenir par la société contre laquelle est dirigé le mouvement et dont il est membre du Conseil d’administration.

58Le cas des « Omarein » pose un autre problème : si leur opposition de principe au fait du Mandat et de l’entité libanaise et leur sympathie pour la cause de l’unité syrienne ne font pas de doute, ils n’en offrent pas moins leur collaboration aux responsables français et libanais. Il ne s’agit pas d’en tirer des conclusions faciles sur leur « opportunisme ». Ces ambiguïtés s’expliquent peut-être et surtout par l’enjeu interne que représente pour eux le boycott : la lutte contre la popularité croissante dans les quartiers sunnites de Ryad al-Solh, originaire de Saida, à qui est attribuée, à tort ou à raison, la longue résistance des boycotteurs.

59D’ailleurs, entre les « notables », les représentants du gouvernement, les membres du Parlement, les actionnaires de la STE et certains membres des comités, les contacts sont fréquents et les frontières entre ces groupes parfois perméables : par exemple, Ibrahim Haddad, qui a présidé le Comité de boycott après l’arrestation des membres du premier Comité, sera candidat aux élections législatives de Beyrouth en 1937, sur la liste de Abdallah al-Yafi, futur député et ministre ; al-Yafi est en 1931 avocat-conseil de la Municipalité de Beyrouth, membre actif du Comité de négociation et avocat des personnes arrêtées.

CONCLUSION

LA GESTION URBAINE : UN JEU NOUVEAU AUX RÈGLES COMPLEXES

60Plus qu’une remise en cause du système, ces mobilisations et leurs modalités de règlement semblent montrer le désir de participation des différents acteurs urbains. La ville constituerait un laboratoire privilégié de socialisation : l’éducation, la pénétration croissante du capitalisme et la modernisation des structures économiques entraînent l’apparition de nouveaux acteurs et impliquent la complexité croissante et la recomposition de la vie sociale, économique et politique. La marge de manœuvre dont ces acteurs disposent est élargie par le vide institutionnel savamment entretenu par les autorités mandataires, relayées par les autorités centrales et tolérées par les élites urbaines. Beyrouth, où on ne peut définir clairement la distribution des tâches, constituerait un espace partagé, un espace particulièrement favorable à un jeu politique complexe fondé sur la négociation entre différents types d’acteurs et où se croisent et s’imbriquent les enjeux à portée urbaine, nationale et régionale. Les individus semblent également fonctionner selon des appartenances plurielles qui ne sont pas exclusives les unes des autres, ce qui d’ailleurs favorise la négociation. Des réseaux se constituent et l’équilibre est continuellement redéfini en fonction des développements sur la scène locale, régionale et internationale ; la redéfinition de cet équilibre peut toutefois donner naissance à toutes sortes de marchandages et de dérives.

61Les boycotts en 1922 et en 1931 posent également le problème de la représentation de la ville. Si l’étude doit être complétée sur bien des points et peut encore être étendue à d’autres acteurs urbains qui apparaissent à priori secondaires, comme les syndicats, les partis, notamment arméniens, et les organisations estudiantines, nous pouvons déjà mesurer la difficulté de répondre à certaines questions : qui peut prétendre représenter la ville ? Qui la contrôle effectivement ? Comment et qui peut « instrumentaliser » ou contrer la rue beyrouthine et les groupes qui demandent désormais à être pris en considération ? Un tel monopole ne semble pas exister dans les années 1922-1931 et les mobilisations pourraient attester et relever d’une crise au niveau de la représentation de la ville. Ces groupes montrent qu’il y a une place à prendre et que la répression n’est pas toujours une solution ; les décideurs vont en prendre conscience, progressivement.

  • 39 Le boycott sera appliqué à Damas en 1924 pendant une vingtaine de jours, en 1931, 15 jours après l (...)
  • 40 Le pouvoir central, français et libanais, qui combat sans jamais se lasser les organisations syndi (...)

62Une autre conclusion s’est imposée à nous dans les différentes phases de ce travail : ces deux mouvements ne sauraient être étudiés isolément ; ils doivent être replacés dans leur contexte, comme épisodes de la série des mobilisations qui ont agité la ville depuis l’occupation française en 1918 jusqu’à la lutte pour l’indépendance en novembre 1943 ; leur originalité n’en ressort que davantage. Le boycott de 1922 est la première mobilisation populaire quantitativement importante dans l’histoire de la ville, il inaugure les boycotts dirigés contre des sociétés françaises en Syrie et au Liban39 ; celui de 1931 est la dernière mobilisation de masse à Beyrouth sans organisation partisane affichée et sans connotation communautaire tranchée ; après cette date, la mobilisation « populaire », encadrée par les nouveaux mouvements de jeunesse créés à Beyrouth, Chemises blanches, Kataeb et Najjadés essentiellement, se fera sur des bases confessionnelles même quand les objectifs affichés ne le sont pas et ont, comme en 1943 par exemple, une portée nationale. Ces mouvements restent, nous semble-t-il, sans équivalent et constitueraient un moment clé, un tournant décisif dans l’histoire de la ville. Ce désir de participation de la part de la population semble avoir été récupéré ensuite par les partis communautaires40.

63Les manifestations urbaines entraîneraient également un renforcement de la cohésion entre les élites urbaines et nationales, unies dans leur solidarité de classe dominante ; la dénonciation des monopoles français constitue d’ailleurs un terrain favorable à ce rapprochement. La suspension de la constitution en 1932 va donner à cette classe dominante une nouvelle impulsion, et l’institutionnaliser à travers la création de blocs parlementaires mixtes ; elle marque le début de la lutte pour l’indépendance, fondée sur une entente « communautaire » entre les élites des principales communautés.

64Ainsi, s’il est clair que ces actions collectives ne peuvent être comprises indépendamment de l’évolution historique en cours et que les idées présentées ici ne constituent encore que des hypothèses, l’étude des boycotts de 1922 et de 1931 montre la difficulté de l’analyse des relations de pouvoir au sein de la société beyrouthine, travaillée qu’elle est par de nombreux courants dont les effets peuvent se superposer, se compléter, s’annuler, suivant des combinaisons complexes. Et cela, dans une redéfinition quasi permanente de l’équilibre urbain, où la multiplicité des acteurs aux tâches mal définies et le souci des autorités de créer des pouvoirs parallèles pour en annuler d’autres, peuvent favoriser les recours et les négociations, mais peuvent aussi générer et alimenter les crises. La relation entre le pouvoir mandataire et les États sous mandat est pour le moins ambiguë et apparaît bien d’un schéma dichotomique.

Notes

1 Y. Courbage, P. Fargues, La situation démographique au Liban, Publications de l’Université libanaise, Beyrouth, 1974, p. 9 et suiv.

2 Selon l’urbaniste Michel Ecochard, Compte rendu de la réunion du 30 juillet 1942 sur la ville de Beyrouth, p. 1 ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 1ER versement, 1347.

3 Revoir les rapports de la Sûreté générale.

4 Pour une définition de la manifestation, revoir P. Favre (dir.), La manifestation, Presses de la Fondation nationale de sciences politiques, Paris, 1990.

5 J. Couland, Le mouvement syndical au Liban (1919-1946), Éditions sociales, Paris, 1970.

6 Annulé par décret en 1925.

7 C. Eddé, Introduction à l’histoire de Beyrouth à l’époque du Mandat. La Municipalité de Beyrouth au quotidien, mémoire de DEA, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1997.

8 C. Eddé, « La composition du Conseil municipal à Beyrouth (1918-1952) », intervention au colloque organisé par le CERMOC, Municipalités et pouvoirs locaux au Liban, Beyrouth, 6-8 novembre 2000.

9 M. Mrad, Al-majālis al-baladīya wa-l-ikhtiyâriya, Beyrouth, Dar al-Farabi, 1997, p. 66 et suiv.

10 Dont le montant pour l’ensemble de la Syrie est estimé à quelque 206 millions de francs vers 1914 ; C. Issawi, The Fertile Crescent 1800-1914, Oxford University Press, New York, 1988, p. 135.

11 Les casernes de l’armée française (35 000 hommes en juillet 1922, moins en 1931) encerclent quasiment la ville.

12 Les forces de l’ordre libanaises se constituent lentement, voir les Rapports à la SDN. En 1931 par exemple, la gendarmerie compte 48 officiers et 1263 hommes et la police 415 gradés et agents ; Rapport à la SDN, 1931. 80 % des agents de la police libanaise sont affectés à la seule ville de Beyrouth en 1929 ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 1er versement, 842.

13 J.-D. Mizrahi, Le service des renseignements du Haut-Commissariat français au Levant de 1918 à 1928, mémoire de maîtrise, Université de Haute-Bretagne, Rennes, 1990.

14 E. Rabbath, La formation historique du Liban politique et constitutionnel, Publications de l’Université libanaise, Beyrouth, 1986.

15 M. David, La millet grecque-orthodoxe de Beyrouth 1800-1940, thèse de troisième cycle, Université de Paris IV-Sorbonne, Paris, 1993 ; C. Eddé, op. cit., 2000.

16 J. Couland, ibid.

17 J. Couland, op. cit., p. 83 et suiv. ; E. BOUERI, Histoire du mouvement ouvrier et syndical au Liban, Dar al-Farabi, Beyrouth, 1980, vol. 1, p. 105 et suiv. (en arabe).

18 A. Hokayem, La genèse de la Constitution libanaise de 1926, Les éditions universitaires du Liban, Beyrouth, 1996, p. 342-343.

19 C. Eddé, op. cit., 1997, p. 123.

20 C. Eddé, op. cit., 2000.

21 Ce système n’est pas spécifique à la ville mais il s’y exerce différemment, par d’autres canaux, notamment par l’institution d’organisations spécifiques, professionnelles en particulier, et dont l’existence dans les autres régions libanaises est souvent une simple antenne de la centrale beyrouthine.

22 Information n° 1 251, Beyrouth, 31 mars 1931 ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 2e versement, 378.

23 Une liste datant du 28 avril recense, outre le Comité de boycottage, un Comité des étudiants et 19 sous-comités de quartiers ; Information 1650, Beyrouth, 28 avril 1931, M.A.E., Nantes, Beyrouth, 2e versement, 378.

24 Situation à Beyrouth, Sûreté générale, sans date ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 2e versement, 378.

25 Les tarifs des tramways sont diminués d’une demi-piastre, ceux du courant électrique sont ramenés à 15 piastres (au lieu de 17 piastres) le kwh alors que le Comité initial exigeait que le prix soit ramené à 12 piastres.

26 Jacques Couland estime que la « revendication purement professionnelle (des mouvements syndicaux) des années 1920(...) se transforme en une revendication économique nationaliste vers janvier 1932 » ; J. Couland, op. cit., p. 133.

27 Les listes retrouvées datent du 31 mars, des 11, 20, 22 et 23 avril ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 2E versement, 378.

28 M.-C. Berger, L’âge d’or de la bourgeoisie chinoise 1911-1937, Flammarion, 1986, Paris, p. 255.

29 C’est le cas en particulier à la fin de la période ottomane, dans les années 1880, lors de l’affaire des placards de Beyrouth, et en 1912-1913, lors de la création du Comité de réforme de Beyrouth ; H. Laurens, L’Orient arabe, arabisme et islamisme de 1789 à 1945, Armand Colin, Paris, 1983 ; W. Kawtharani, Al-ittijahat al-ijtimaiya al-siyasiya fi jabal lubnan wa-l-machreq al-arabi 1860-1920, Beyrouth, Ma’had al-inma’ al-arabi, 1982.

30 L. Fawaz, Merchants and Migrants in Nineteen-Century Beirut, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1983.

31 . De nombreux exemples le montrent : en 1934 par exemple, les employés en grève de la STE s’en prennent aux employés arméniens qui, selon des rumeurs, ont été engagés par la société pour remplacer le personnel libanais.

32 En 1952, les comités de quartier sont remplacés par des partis politiques de masse, beaucoup plus organisés et dont la portée est élargie du quartier à la ville, en incluant les proches banlieues ; le rééquilibrage se fait alors en leur faveur et au détriment de la société boycottée pour la seule fois, mais crée d’autres problèmes.

33 La presse locale, si elle exalte « la grandeur du peuple beyrouthin uni comme un seul homme » rappelle toutefois qu’il doit apprendre à se maintenir dans la stricte légalité et éviter tout recours à la violence, signe de manque de maturité politique ; l’exemple de Gandhi est glorifié et constitue en 1931 une référence récurrente.

34 Il dira : « Cette mobilisation des forces indigènes sera plus facile sur une question d’intérêt matériel, mais pourra se transposer ensuite sur le terrain politique où nous trouvions toujours jusqu’ici, surtout grâce aux vieux groupes francophiles, des divisions qui rendaient impossible une opposition généralisée » ; Lettre de Gouraud au ministre des Affaires étrangères du 26 juillet 1922 ; M.A.E., Nantes, fonds Beyrouth, 2e versement, carton 271.

35 Lors des arrestations en 1931, les juges français se plaignent des « outils » qu’ils ont entre les mains qui ne leur permettent pas, comme en France, de sévir réellement contre les « fauteurs de troubles » ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 2e versement, 378.

36 Comme le fait remarquer le Haut-Commissaire, justifiant son attitude : « Là encore la force ne servirait de rien, et je serais aujourd’hui au désespoir si j’avais engagé la troupe au premier jour comme on me le demandait : car de certains côtés on suppose que quand on est “rentré dedans” tout s’arrange, ce qui n’est pas vrai même en Orient » ; Télégramme du 9 mai 1931 ; M.A.E., Nantes, Beyrouth, 2e versement, 378.

37 Les dignitaires religieux sont peu visibles pendant les mois de boycott. Leur seule participation est le boycott de l’éclairage des lieux de culte ; parfois une église a servi de lieu de réunion d’un comité de quartier. Ce silence est d’autant plus étonnant que les autorités religieuses urbaines sont d’habitude promptes à réagir, à visiter le Haut-Commissaire, à lancer des appels au calme, etc. En 1935, le patriarche maronite, Mgr. Arida, est le porte-parole reconnu du boycott de la Régie des tabacs, société libanaise qui obtient le monopole de la vente des tabacs et tombacs dans les pays sous mandat français.

38 C.-a.-d., en arabe, « deux Omar ».

39 Le boycott sera appliqué à Damas en 1924 pendant une vingtaine de jours, en 1931, 15 jours après le déclenchement du boycott à Beyrouth, et encore en 1935-1936, pendant de longs mois. Il sera appliqué, avec plus ou moins de succès, à d’autres sociétés, la Régie du tabac par exemple en 1935.

40 Le pouvoir central, français et libanais, qui combat sans jamais se lasser les organisations syndicales et les mouvements communistes, semble montrer bien plus de bienveillance par rapport aux partis de masse communautaires, pendant un certain temps du moins.

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540