Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Troisième partie. Les mobilisations populaires : acteurs, enjeux

Introduction de partie. Les mobilisations urbaines et rurales à l’époque mandataire : remarques préliminaires

Nadine Méouchy

Texte intégral

  • 1 Pour la société du Jabal Druze, il faut citer Hasan Amin Bi’ayni Jabal al-’arab : sahafat min tari (...)

1La question soulevée dans cette partie de l’ouvrage est particulièrement sensible dans la mesure où les savoirs accumulés sur les mobilisations urbaines et rurales ne permettent pas encore aux historiens de bénéficier, dans leurs travaux, du recul nécessaire : identification et compréhension des acteurs, comparaisons et variations d’échelle sont rendues difficiles par l’insuffisance de la documentation disponible. Pour cette raison, l’approche historienne est malaisée lorsqu’elle est confrontée aux nombreuses « Mémoires » d’acteurs de la période, souvent rédigées des décennies plus tard et dans des préoccupations évidemment fort éloignées de celles qui présidèrent à l’engagement de ces témoins. Si la production historiographique arabe est importante pour certains événements fondateurs de la conscience collective - comme la Grande révolte syrienne par exemple -, elle a tendance à privilégier trop souvent le rôle des chefs, hissés au rang de figure historique nationale, et ignore largement les acteurs de base. L’historiographie syrienne, en particulier, méconnaît l’histoire sociale et économique des mobilisations de l’époque mandataire. Quelques très rares exceptions existent, notamment celle constituée par Abdallah Hanna et mentionnée à plusieurs reprises dans cet ouvrage1 .De même, nous ne reviendrons pas, ici, sur les travaux importants de quelques historiens occidentaux (Philip Khoury, James Gelvin, etc.) depuis un vingtaine d’années car ils sont également cités maintes fois.

  • 2 Deux d’entre eux ont récemment soutenu leurs thèses qui viennent renforcer nos savoirs en histoire (...)

2Pour ces raisons, les trois historiens associés dans cette troisième partie, s’appuyant sur des sources inédites et à partir d’une approche partant de la « périphérie » géographique, politique ou sociale, renouvellent le sujet qu’ils traitent et apportent une contribution importante à nos connaissances non seulement sur les mobilisations sociales mais aussi sur les composantes et le fonctionnement des sociétés syrienne et libanaise2.

3Ces remarques préliminaires n’ont donc pas pour objectif l’exhaustivité mais bien plutôt la contextualisation des études de cas précis qui suivent, par la mise en relief de leur cadre minimal commun.

UN CONTEXTE DE REMISE EN CAUSE DE L’ORDRE ANCIEN

4La période historique qui s’ouvre en 1918 est une période de ruptures politiques ainsi que de mutations sociales et de transformations économiques qui, bien qu’amorcées à la fin du xixe siècle ottoman, trouvent alors une ampleur sans précédent, dans une sorte d’accélération du temps, cadencée par les impératifs de modernisation et de modernité dont la formulation est largement imposée par l’Europe. C’est dans ce contexte de remise en cause de l’ordre ancien que se situent les mobilisations sociales qui font l’objet de cette partie. Ces mobilisations sont uniques dans l’histoire contemporaine de la région, par leur durée, leur amplitude et les évolutions qu’elles signalent et qu’elles induisent. Après, plus rien n’est comme avant.

5Nous évoquons brièvement ici, et uniquement par rapport à ces mouvements, ce qui apparaît comme les caractéristiques fondamentales de cette remise en cause.

6En premier lieu, la création des frontières modifie de façon intrinsèque le rapport de l’homme et du groupe social au territoire, complique les circuits commerciaux (barrières douanières avec les pays voisins), démantèle des réseaux traditionnels de l’échange rural et tronque les aires de mouvance tribales (dîra-s) ; la question des frontières, notamment syro-libanaise et syro-turque, est essentielle puisque le fait de se retrouver d’un côté ou de l’autre de la frontière implique d’assumer une identité différente, à une époque où le nationalisme turc et le libanisme maronite se voient reconnaître des territoires bien définis. Ce sont d’ailleurs des secteurs de la population touchés par la création des frontières « nationales » que viennent une grande partie des premières résistances dans les campagnes, entre 1919 et 1921.

7En second lieu, l’État moderne mis en place est un État à vocation centralisatrice (État arabe en Syrie puis État sous mandat en Syrie et au Liban) et en quête d’une assise « nationale ». Les États syrien et libanais, dotés chacun d’une capitale, Damas et Beyrouth, suscitent de nouveaux enjeux politiques et économiques et contribuent à aviver les différences et les concurrences régionales. Au centre de cet État, le pouvoir français domine le dispositif politique institutionnel, instaure la censure de la presse, accentue la pression fiscale (y compris sur les tribus), institue des barrières douanières, etc., c’est-à-dire s’abstient de créer les conditions politiques et économiques d’un environnement favorable aux populations. D’ailleurs, une des motivations des actions armées des Chiites du Jabal’Amil et des Alaouites du Jabal Ansariyya, entre 1919 et 1921, est le refus d’acquitter un impôt jugé trop lourd.

8Le troisième facteur important est sans conteste la domination politique et militaire de la France, qui vient se surajouter de façon interventionniste aux transformations radicales vécues par les sociétés levantines depuis la fin de l’Empire ottoman. Cette domination s’instaure dans le cadre d’une compétition franco-anglaise dans la région, au Liban, dans le sillage de l’évacuation des Turcs et en Syrie, après la bataille de Maysaloun. Cette bataille est d’ailleurs commémorée par les nationalistes, durant le Mandat, comme l’événement fondateur d’un destin commun aux Syriens. Les combats postérieurs (armés ou politiques) contre la présence française contribueront précisément, en activant le sentiment d’un vécu partagé, à favoriser l’émergence d’une conscience collective commune et d’un niveau national de l’identité. Au Liban, l’alliance historique, quels que soient ses aléas, entre la France et la communauté maronite portée au pouvoir, hypothèque longtemps l’intégration nationale des communautés non-catholiques et non-chrétiennes. Ainsi que nous l’avons vu dans les contributions précédentes, la domination française, pesante des points de vue politique et économique, pervertit de façon durable le rapport que les Syriens et les Libanais entretiennent avec la modernité comme avec le fait national.

  • 3 Voir mon article : « La presse de Syrie et du Liban entre les deux guerres (1918-1939) », in REMM,(...)
  • 4 Wataniyyin : patriotes, nationalistes.
  • 5 Rappelons qu’outre les échanges commerciaux, le prêt à usure fait souvent partie de la dépendance (...)

9Un autre élément essentiel dans les renouvellements associés aux turbulences sociales est évidemment l’essor de la presse3 dans l’entre-deux-guerres. Cet essor permet non seulement une prise de parole nationaliste avec l’entrée des wataniyyin4 sur la scène publique à partir de 1918 mais constitue également un lieu d’expression et de débats des différentes tendances politiques représentées dans la région. Cette prise de parole publique donne un écho important aux divers enjeux de la période et favorise l’éveil d’une opinion publique dans les villes. L’effervescence politique citadine est relayée dans les campagnes par la médiation d’interlocuteurs urbains (commerçants par exemple5) ou de notables ruraux et permet, à la faveur de mobilisations rurales, l’introduction de nouveaux horizons politiques et identitaires.

10Enfin, et il en a déjà été fait mention dans l’introduction à cette publication, un renouvellement social et générationnel conditionne les aspects novateurs de ces mobilisations. Comme la plupart des contributions le précise, la période mandataire est caractérisée par le développement des classes moyennes, processus entamé déjà à la fin de l’époque ottomane. En parallèle à ce développement, un autre aspect nouveau de notre période, qui est lié à l’extension de l’éducation, est l’irruption de la jeunesse, en tant que force organisée, sur la scène urbaine à partir des années trente. Le recrutement de base des organisations de jeunesse s’effectue principalement dans les milieux scolaires et universitaires et chez les jeunes fonctionnaires. Ces jeunes sont issus des classes moyennes ou de milieux plus favorisés dont ils se démarquent par un discours plus radical (nationaliste arabe, phalangiste, communiste, etc.) que celui de leurs aînés.

11Sur ce contexte de remise en cause de l’ordre ancien, viennent se greffer des événements conjoncturels (mauvaise récolte, incident ou arrestations politiques, etc.) qui donnent le signal de la mobilisation.

12Il s’agit donc d’identifier les interactions entre des processus de changement et ce qui persiste de l’ordre ancien et d’apprécier la traduction de ces interactions dans les motivations et les modalités des mobilisations populaires. Les transformations sont conduites par le pouvoir politique (mandataire et État local) et mettent en cause une vision de la modernité qui est bien souvent perçue comme une menace pour les fondements de la culture sociale. En effet, ces changements ne sont pas vécus comme externes à soi par les acteurs locaux, notamment parce que deux processus mettent en cause les cloisonnements qui composent la société : l’unification politique et le début de l’individualisation du rapport de l’homme au monde (propriété privée des terres, égalité juridique, instruction, etc.). La réponse sociale à ces transformations se structure ou s’articule autour des vecteurs de l’identité culturelle. La résistance à ces processus est souvent implicite, dissimulée dans le flou conceptuel des discours modernistes et ambivalente dans la pratique des élites et plus directe au niveau des catégories populaires. Les mobilisations sociales apportent un éclairage privilégié sur les ambiguïtés et les contradictions des pratiques, des discours et des situations. Nous ne pouvons donc plus, aujourd’hui, appréhender ces mouvements uniquement sous l’angle restrictif du nationalisme ou de dichotomies fondées sur des composantes confessionnelles.

PROFILS D’ACTEURS ET MOBILISATIONS

13Ces mobilisations, qui apparaissent globalement comme une contestation du pouvoir mandataire, sont chronologiquement bien repérables en Syrie et au Liban : aux périodes de turbulence politique et de confrontation militaire correspondent les résistances armées rurales (1919-1926) et au temps du combat politique (à partir de 1927), celui des mobilisations urbaines.

  • 6 Voir infra, Michael Provence et Carla Eddé.

14Si de nouveaux acteurs apparaissent sur la scène publique, le corps des mobilisations demeure constitué d’hommes appartenant au paysage traditionnel : villageois, voire tribus sédentarisées dans les campagnes et hommes des petits métiers urbains dans les villes. Les mobilisations fonctionnent toujours à partir d’une unité de base - le village ou le quartier - qui vient ensuite s’insérer grâce à l’action de leurs chefs dans un ensemble plus vaste : une région comme le Jabal Zawiya ou le Jabal Druze ou bien plusieurs quartiers d’une même ville6.

15Ces mobilisations sont conduites par des chefs, parfois d’origine sociale modeste notamment à partir de 1925, et mettent en scène des intermédiaires qui sont des notables citadins, institutionnels, nationalistes ou commerçants, pour l’essentiel.

  • 7 Ils appartiennent en majorité aux secteurs traditionnels en difficulté : textile local, vente du t (...)
  • 8 Qabaday, pl. qabadayat : d’origine sociale modeste, figure emblématique de la culture populaire ci (...)

16Pour ce qui est des acteurs de base engagés dans les résistances, il est à noter que s’ils appartiennent bien aux catégories populaires, ils n’entrent pas toutefois dans les catégories défavorisées : dans les campagnes, ce sont les paysans, petits et moyens propriétaires, qui prennent les armes. Dans les villes, ces sont les artisans, les petits et moyens commerçants7 qui manifestent. A leurs côtés, se trouvent souvent les qabadayat8 qui sont également du paysage urbain traditionnel et dont les fonctions sont fragilisées par les évolutions de l’entre-deux-guerres.

17À ces catégories sociales moyennes viennent s’ajouter des officiers, issus des rangs de l’armée ottomane et souvent passés par ceux de l’armée chérifienne, qui interviennent comme experts : dès 1919, dans les résistances armées pour des raisons évidentes et dans les années trente, pour structurer les organisations de jeunesse qui se constituent alors en véritable « force de frappe » urbaine (voir Keith Watenpaugh, infra).

  • 9 Si nous connaissons cette participation dès le xixe siècle, au village comme à la ville, ce qui es (...)

18De nombreux aspects relatifs aux acteurs et à leurs mobilisations appelleraient des développements : la participation des femmes à la campagne comme à la ville9 ; les étapes de la mobilisation qui se moulent dans des réseaux de liens personnels, de solidarités locales et de clientèle ; la relation différenciée, selon les régions, entre les propriétaires terriens et les paysans ; la prégnance d’intensité diverse, des critères communautaires dans les relations sociales. Les variations d’intensité sont directement liées aux enjeux des constructions identitaires en cours. Au Liban, la mise en place du confessionnalisme politique s’accompagne d’une volonté des Maronites d’élever au niveau national leurs référents identitaires communautaires. Ailleurs, comme à Alep qui compte une importante communauté chrétienne uniate, l’identité religieuse permet à la classe moyenne de se démarquer et de s’affirmer dans le milieu urbain (voir Keith Watenpaugh, infra). Finalement, avec la fin du système ottoman des millets et la mise en forme juridique des minorités dans l’État moderne, le développement des nationalismes renforce la catégorisation de la société en majorité/minorité, confessionnelle ou ethnique. En participant à ce renforcement, l’acteur social pense qu’il agit dans le cadre de sa « culture traditionnelle ».

19Ces mobilisations témoignent en outre d’un paradoxe, venu sans doute des carences des sources connues : en contraste avec la présence du religieux au niveau spatial (mosquées) et mental dans les manifestations populaires, l’historien trouve quelques difficultés à cerner le rôle des hommes de religion. Nous connaissons l’insertion des confréries soufies dans les solidarités de quartier, nous savons que la mosquée, espace de l’islam ouvert au champ politique, a parfois offert sa tribune à des orateurs nationalistes, nous notons que les dirigeants nationalistes, pour élargir leur audience, n’hésitent pas à utiliser une symbolique islamique, mais nous n’avons pas de preuves d’un rôle actif des hommes de religion, en tant que groupe social, dans les résistances de toutes natures.

LES MOBILISATIONS SOCIALES COMME VECTEURS DE RENOUVELLEMENT

  • 10 Sur ces thèmes, et pour les campagnes, voir mon article en cours de publication : « Rural Resistan (...)

20La caractéristique commune de ces mobilisations est qu’elles s’insèrent dans un paysage social et culturel ancien tout en portant des aspects novateurs. Qu’ils soient urbains ou ruraux, ces mouvements témoignent d’un processus, issu ou transitant par la ville, qui concerne globalement l’introduction de la modernité politique et le renouvellement des directions de ces mobilisations10. Cette modernité politique fait évoluer les formes des mouvements, en partie grâce à la valorisation des compétences militaires et d’organisation politique au sens moderne, et introduit le fait national dans les mots-d’ordre. Elle témoigne en particulier de l’élargissement des horizons de référence de nombreux chefs : les leaders des résistances armées en appellent aux principes de la Révolution française et de la Déclaration Wilson, les directions urbaines prônent, à l’exemple de Gandhi, le boycott et la désobéissance civile. En effet, l’introduction de la modernité politique passe par l’action de certains chefs locaux (Sultan Pacha al-Atrach dans le Jabal Druze, Najib ‘Uwayyid dans le Jabal Sahyun), individuellement acquis à la cause nationale et à l’indépendance. Elle passe aussi par le rôle de médiateurs qu’exercent certains acteurs, tous citadins, entre la ville et la campagne ou à l’intérieur de la hiérarchie urbaine sociale et institutionnelle.

21Ces mouvements sociaux, issus de formes de mobilisation traditionnelle, se transforment et sont en conséquence porteurs des facteurs de leur disparition : l’idée de l’armée nationale dans les campagnes et les organisations para-militaires de jeunesse dans les villes constituent des évolutions irrémédiables. C’est d’ailleurs de ces organisations que sont directement issus les actuels partis politiques qui recrutent dans les couches moyennes et populaires (Baath, Kataeb, PPS).

22Le renouvellement dans les groupes dirigeants s’effectue principalement, dans les campagnes, à la faveur de l’accession de militaires à la tête de groupes armés et de l’élargissement de la zone insurgée aux faubourgs urbains et à certaines localités-relais (Nebek, Majd al-Chams). Dans ce dernier cas, des hommes d’origine sociale modeste peuvent accéder à la direction des résistances armées aux côtés des chefs traditionnels. En ville, le renouvellement accompagne l’essor des classes moyennes et l’arrivée d’une nouvelle génération sur la scène publique.

  • 11 Jean-David Mizrahi, dans une lecture fine des archives françaises, l’a noté : « ... à travers l’ac (...)
  • 12 Si les nationalistes, qui s’efforcent d’encadrer les mobilisations populaires, perçoivent la diver (...)

23Par ailleurs, dans la mesure où l’État moderne est intrinsèquement relié à un espace territorial, la terre peut apparaître comme un vecteur de l’intégration nationale. Ceci est vrai des campagnes11 mais également des villes dans lesquelles les mobilisations dépassent les frontières des quartiers, occupent l’espace de la ville et portent leur contestation jusqu’au niveau étatique : au nom de l’unité et de l’indépendance en Syrie qui est bien érigée alors en territoire national12. Au Liban, c’est au nom de l’unité libanaise qui désigne un Liban dit naturel et historique que se mobilisent les opposants aux nationalismes syrien et arabe.

24De même que l’étude des mobilisations sociales témoigne de la diversité dans les motivations et les instances de direction à l’échelle de la Syrie et du Liban, elle peut aussi bien témoigner de spécificités à un niveau local. Caria Eddé, par exemple, montre que c’est à Beyrouth, capitale du Liban et centre de la grande bourgeoisie d’affaires, qu’apparaît le mieux, dès le début du Mandat, la montée d’un nouvel acteur urbain (petite bourgeoisie et catégories populaires), investi dans un combat pacifique au nom de la « modernité urbaine ». Dans ces mobilisations, les enjeux ne se revendiquent pas de mots-d’ordre indépendantistes ou nationalistes mais relèvent bien plus de concurrences entre cet acteur, l’État libanais et les élites urbaines. Ce nouveau type de mobilisation, à côté duquel coexistent des mouvements directement politiques, témoigne de l’accélération de l’urbanisation à Beyrouth d’une part, et des enjeux économiques aigus soulevés par la présence de monopoles français d’autre part. Ce n’est que progressivement, dans les années trente, que ces mobilisations prennent une coloration plus communautaire.

25De nombreuses questions restent posées concernant les mobilisations sociales, notamment celle des systèmes de représentation qui y sont à l’œuvre. Mais, d’ores et déjà, quelles que soient leur diversité et leurs problématiques locales, les mobilisations rurales et urbaines s’inscrivent au cœur du rapport entre culture sociale, islam, territoires et nationalismes, qui constitue l’enjeu de la construction nationale. Dans ce rapport se construisent des projets politiques nationaux, bien souvent fondés sur la négation de tout ou partie de la réalité sociale, et s’élaborent des identités nationales exclusives les unes des autres (identités libanaise, syrienne, arabe). Le projet d’unité islamique, à l’image du projet arabe, est négateur des frontières et soulève la question de l’intégration des minorités. Dans un contexte de modernisation inévitable, de modernité souhaitée, de résistances sociales et de nationalismes à vocation unificatrice, se mettent en place les acteurs et les renouvellements qui présideront au destin des États libanais et syrien à l’heure de l’indépendance.

Notes

1 Pour la société du Jabal Druze, il faut citer Hasan Amin Bi’ayni Jabal al-’arab : sahafat min tarikh al-muwahhidin al-duruz (1685-1927), Beyrouth, 1985.

2 Deux d’entre eux ont récemment soutenu leurs thèses qui viennent renforcer nos savoirs en histoire des sociétés : Keith Watenpaugh, Bourgeois Modernity, Historical Memory, and Imperialism : The Emergence of an Urban Middle Class in the Late Ottoman and Inter- War Middle East, Aleppo, 1908-1939, Ph.D. diss., UCLA, 1999. Et Michael Provence, Plowshares into Swords : Anti-Colonial Resistance and Popular Nationalism in French Mandate Syria, 1925-1926, Ph.D. diss., The University of Chicago, Chicago, Illinois, August 2001.

3 Voir mon article : « La presse de Syrie et du Liban entre les deux guerres (1918-1939) », in REMM, Aix-en-Provence, 2002, p. 57-72.

4 Wataniyyin : patriotes, nationalistes.

5 Rappelons qu’outre les échanges commerciaux, le prêt à usure fait souvent partie de la dépendance du paysan envers le commerçant citadin.

6 Voir infra, Michael Provence et Carla Eddé.

7 Ils appartiennent en majorité aux secteurs traditionnels en difficulté : textile local, vente du tabac, produits finis de l’industrie artisanale : chaussures, mercerie, quincaillerie, etc.

8 Qabaday, pl. qabadayat : d’origine sociale modeste, figure emblématique de la culture populaire citadine, le qabaday opère, souvent à la façon d’un chef de gang, dans les limites d’un quartier bien défini. Il s’attache généralement au service d’un notable influent et peut parfois parvenir à la direction du quartier. Voir Philip Khoury, Syria and the French Mandate, The Politics of Arab Nationalism, ¡920-1945,I.B. Tauris & Co Ltd Publishers, Londres, 1987, p.302-310.

9 Si nous connaissons cette participation dès le xixe siècle, au village comme à la ville, ce qui est nouveau à notre période c’est que ces femmes portent des revendications d’ordre politique : libération de prisonniers, unité et indépendance de la Syrie, etc. Voir une étude récente qui traite du rôle des femmes à l’époque mandataire : Elizabeth Thompson, Colonial Citizens : Republican Rights, and Paternal Privileges and Gender in French Syria and Lebanon, New-York, 2000.

10 Sur ces thèmes, et pour les campagnes, voir mon article en cours de publication : « Rural Resistances and the Introduction of New Forms of Political and Identity Consciousness in the Syrian Countryside, 1918-1926 » in From the Syrian Land to the State of Syria, Thomas Philipp and Christoph Schumann (eds), Université d’Erlangen.

11 Jean-David Mizrahi, dans une lecture fine des archives françaises, l’a noté : « ... à travers l’action des bandes armées le vieux patriotisme des terroirs accède à la culture nationaliste et l’informe en retour », in M. Bazin , S. Kançal , J. Thobie et R. Perez(coord. par), La Turquie entre trois mondes, IFEA-L’Harmattan, 1998, p. 88.

12 Si les nationalistes, qui s’efforcent d’encadrer les mobilisations populaires, perçoivent la diversité sociale et géographique qui est appelée à s’intégrer dans l’unité nationale, ils intériorisent la réalité « en négatif » et, avec l’identification au territoire « syrien », ils imposent une construction identitaire monolithique fondée sur l’arabité ; une arabité qui entretient des rapports ambigus avec l’islam. Les autorités mandataires compliquent encore une réalité plurielle en favorisant les situations d’exception (pour certaines communautés minoritaires chrétiennes ou musulmanes, pour diverses régions auxquelles est accordée l’autonomie ou bien pour la Jézireh qui est sous contrôle direct des militaires français jusqu’à l’indépendance).

Auteur

Institut français d’études arabes de Damas

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540