Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Deuxième partie. Jeux de pouvoir et interactions sociales

La coopération nationaliste avec le pouvoir mandataire : ambiguïtés et éthique politique chez l’émir ‘Adil Arslān lors des négociations d’Ankara sur le sandjak d’Alexandrette

Juliette Honvault

Texte intégral

  • 1 Sanjaq : nous avons préféré la transcription en français Sandjak, ainsi qu’elle a été adoptée par (...)
  • 2 Mudhakkirāt al-Amīr ‘Adil Arslān, 1934-1953, éd. Yūsuflbīch, Dār at-Taqaddumiyya li-l-Nachr, Beyro (...)

1Les négociations entre la France, la Syrie et la Turquie, qui ont lieu de 1937 à 1939, relatives à l’ancien Sandjak1 (province) ottoman d’Alexandrette, sur la frontière turco-syrienne occidentale, ont généralement été abordées sous deux angles : celui des négociations franco-turques en Europe, et celui de la concrétisation de ces négociations sur le terrain, dans la région d’Alexandrette. Or elles comportent un troisième volet, celui des négociations tripartites qui se déroulent à Ankara dès le mois de mars 1938 entre la France, dont le représentant est l’ambassadeur Henri Ponsot, la Turquie, représentée par le ministre des Affaires étrangères Tawfīq Rustu Arās, et enfin le gouvernement syrien, dirigé par Jamīl Mardam et représenté à Ankara par l’émir ‘Adil Arslān (1888-1954). Les Mudhakkirāt (notes) de ce dernier2 constituent le seul témoignage direct de ces négociations à Ankara et compensent le peu d’informations qu’on peut trouver dans les archives françaises à ce sujet. L’émir y retranscrit son action à Ankara, ses rencontres avec ses différents interlocuteurs, ses opinions et ses jugements sur les événements qu’il vit, presque jour après jour. Il ne s’agit pas d’une reconstruction réfléchie des événements, mais bien de notes, jetées pêle-mêle sur le papier et qui ne forment aucun ensemble logique ou cohérent.

2La revendication syrienne n’aura pas un grand poids dans l’ensemble des négociations, où l’intérêt national de la France prime avant tout dans un contexte international de plus en plus tendu. Comme l’histoire l’a montré, c’est un véritable marché de dupes dont la Syrie fera les frais, sur le plan territorial tout au moins. La première lecture de ces Mudhakkirāt révèle la situation particulièrement inconfortable de l’émir ‘Adil Arslān et le lecteur finit par se demander ce qui le pousse à continuer sa mission, tant la duplicité de ses interlocuteurs est manifeste. Mais en filigrane, on saisit la volonté de l’émir ‘Adil Arslān de définir une éthique politique à laquelle il tente d’ajuster son action. Ces intentions reflètent un véritable idéal de société politique à construire et déterminent l’action de l’émir ‘Adil dans la propre conscience qu’il a de lui-même. De ce point de vue, ces Mudhakkirāt donnent un éclairage intéressant sur la classe politique nationaliste de cette génération, surtout dans ce contexte où les anciennes relations turco-syriennes sont mises à l’épreuve. Elles mettent en lumière un aspect de la relation entre cette première génération de nationalistes arabes à laquelle appartient l’émir ‘Adil Arslān et la France : celui de la perception que chacun se fait, à juste titre ou non, de ses interlocuteurs, et du rôle de cette perception comme instrument de négociation.

L’ÉMIR ‘ADIL ARSLĀN

3Les nationalistes arabes de Syrie qui se sont imposés dans les années 1930 comme les interlocuteurs politiques du pouvoir mandataire sont souvent décrits comme étant sous l’emprise de leurs propres intérêts, seuls critères dans l’élaboration de leurs choix et de leurs alliances politiques. L’émir ‘Adil Arslān, nationaliste arabe originaire du Liban et frère cadet du célèbre propagandiste de l’arabo-islamisme Chakīb Arslān, est un véritable contre-exemple de ce constat. Ancien député du Mont-Liban à Istanbul (1916-1918), l’émir ‘Adil Arslān est un nationaliste radical. Après une période d’exil commencée au lendemain de la bataille de Maysalūn qui a consacré en juillet 1920 l’échec du royaume arabe de Syrie, il profite enfin des mesures d’amnistie des activistes politiques. Celles-ci ont été obtenues par le président du Conseil syrien Jamīl Mardam lors de son voyage à Paris en février 1937. Inscrit sur la « liste noire » du pouvoir mandataire depuis la fin de la grande révolte syrienne de 1925-1926, l’émir ‘Adil Arslān fait partie des derniers amnistiés de Syrie.

4Ce nationaliste sincère rentre en Syrie et au Liban à la fin de l’année 1937. Il n’est pas membre du Bloc national et il est profondément opposé au Mandat.

  • 3 ‘Adil Arslān, le 24.02.1938, p. 118.
  • 4 ‘Adil Arslān, le 23.03.1938, p. 122.

5À son retour, il écrit dans ses Mudhakkirāt qu’il a refusé deux propositions de poste dans l’administration sous mandat, ce qu’il justifie par son refus de cautionner la politique française en Syrie. Le premier poste lui est proposé en Syrie en février 1938, comme muhāfiz (préfet) de Djéziré, région secouée par des revendications indépendantistes et où il aurait eu comme mission de rétablir l’ordre avec l’aide des troupes françaises ;s’il refuse, c’est que pour lui, il n’est pas question « d’utiliser une force étrangère pour éduquer un peuple d’intrus par lequel le Mandat est venu et qui a poussé les Syriens à se révolter contre la Syrie3 ». L’autre poste administratif lui est proposé au Liban en mars, comme premier ministre du gouvernement d’Émile Eddé ; il justifie cette fois-ci son refus en disant qu’il n’accepterait cette fonction que pour mettre un terme à ce qu’a établi le Mandat, à savoir la séparation des deux gouvernements syrien et libanais4.

  • 5 La délégation est composée de Gibrān at-Tuwaynī, Tawfīq ach-Chichaklī, Fakhrī al-Bārūdī, le shaykh (...)

6Mais l’émir ‘Adil Arslān accepte, en ce début d’année 1938, deux autres fonctions : la première, en février 1938, comme représentant syrien dirigeant la délégation envoyée à Bagdad à l’occasion de la cérémonie d’anniversaire de la mort de Yasin al-Hachimī5. La seconde, comme représentant syrien dans les négociations supposées conduire au rétablissement des relations d’amitié et de bon voisinage syro-turques. Cet objectif est constitutif du Traité franco-syrien qui doit être ratifié au Parlement français.

  • 6 Interrogé sur l’objet précis des négociations qu’il mène à Ankara par le journal syrien al-Inchā’ (...)

7Pour le gouvernement syrien, il est cependant subordonné à la question du sandjak d’Alexandrette, objet d’un litige important avec la Turquie. L’émir ‘Adil Arslān est tout spécialement délégué à Ankara pour trouver un règlement à ce problème sans que sa mission en prenne pour autant un caractère officiel6.

8L’émir Arslān n’explique pas pourquoi il accepte ces deux missions. Mais le fait qu’il ait tenté de justifier son refus des deux autres laisse à penser qu’il agit en connaissance de cause, et qu’il mesure précisément les enjeux avant de se décider.

LA QUESTION D’ALEXANDRETTE

  • 7 Nous ne reprenons pas ici tous les détails de cette affaire qui sont développés par Philip Khoury, (...)
  • 8 En ce qui concerne les statistiques démographiques du Sandjak, Philip Khoury s’appuie sur les esti (...)
  • 9 Termes de l’accord Franklin-Bouillon cités par Edmond Rabbath, La Formation historique du Liban po (...)

9La question du sandjak d’Alexandrette7 a pour origine la délimitation de la frontière turco-syrienne après le traité de Sèvres réglant le démembrement de la Turquie (10 août 1920), puis l’accord Franklin-Bouillon (20 octobre 1921) réglant le contentieux franco-turc : depuis cette date, un régime administratif spécial a été mis en place dans la région d’Alexandrette, composée de populations arabophones et turcophones8 ;les « habitants de race turque » y jouissent donc « de toutes les facilités pour le développement de leur culture » et un « caractère officiel » est réservé à la langue turque9. La frontière a été confirmée à nouveau par l’article 3 du Traité de Lausanne de 1923, garantissant à la Syrie un débouché sur la Méditerranée par le port d’Alexandrette. En réalité, et bien qu’associé à l’ensemble syrien, le Sandjak constitue depuis 1921 une région relativement autonome sur les plans administratif et financier. En 1928, cinq députés représentant l’importante communauté turque du Sandjak à l’Assemblée nationale constituante ont réclamé l’indépendance de la région. Sur le terrain, et dès 1934, des groupes kémalistes ont commencé à créer des motifs de discordes entre Arabes et Turcs à partir de manifestations ostensiblement pro-turques.

10La « question du Sandjak » réapparaît en septembre 1936, après l’annonce de l’accord sur le projet de traité franco-syrien accepté au Sénat français. Les déclarations de Hāchim al-Atasī qui, à la tête d’une délégation syrienne à Paris, a confirmé la volonté du gouvernement syrien de voir maintenu le régime d’autonomie du Sandjak sous la souveraineté syrienne, relancent les revendications turques à ce sujet.

11Les termes du traité franco-syrien ne contenant aucune mention spécifique sur le régime spécial d’autonomie du Sandjak, l’ambassadeur turc en France fait parvenir au Quai d’Orsay, le 10 octobre 1936, une demande de traité pour garantir la pleine indépendance de la région. À la fin novembre 1936, et devant les pressions turques tant sur le plan diplomatique que sur le terrain, le gouvernement français, embarrassé, décide de faire accepter aux Turcs que les deux parties soumettent leurs positions respectives au Conseil de la SDN. Pour les nationalistes syriens, le recours à la SDN est un aveu de faiblesse de la France dans cette affaire.

  • 10 « Note relative aux accords militaires à établir avec la Turquie », rédigée par Huntziger, Command (...)

12De fait, à la fin du mois de janvier 1937, le Conseil de la SDN adopte une proposition favorable au passage du Sandjak à un régime octroyant à l’ancienne province ottomane le statut d’entité séparée et démilitarisée, jouissant du plein contrôle sur ses affaires intérieures. Le rapport du conseil de la SDN appelle par ailleurs à la signature d’un traité franco-turc pour déterminer les modalités garantissant l’intégrité territoriale du Sandjak, ainsi qu’à l’organisation d’élections locales. Le rapport est accepté par la SDN le 29 mai 1937 et il est suivi par l’accord franco-turc qui est signé dans la foulée : la France comme la Turquie étant tenues de garantir l’intégrité territoriale du Sandjak, l’accord pose, selon les termes de Huntziger, le Commandant supérieur des troupes du Levant, « les prémices d’une coopération militaire franco-turque, en cas de conflit dans l’Est de la Méditerranée10 ». Face à la montée des tensions en Europe provoquée par la création de l’Axe Rome-Berlin, la France sait qu’elle ne pourrait supporter une confrontation directe avec la Turquie et cherche, en sacrifiant la défense des pays placés sous son mandat, à s’assurer son amitié, sinon sa neutralité par rapport aux alliances européennes.

13La signature de l’accord franco-turc provoque une levée de boucliers chez les Syriens, qui accusent la France de trahison. Le Parlement syrien rejette les accords de Genève en mai 1937, puis, à nouveau en décembre, après l’établissement du régime d’indépendance du Sandjak annoncé le 29 novembre. Néanmoins les Français confirment le nouveau régime en préparant l’organisation des élections prévues par la SDN. Sous la pression turque, la SDN a nommé en janvier 1938 une commission électorale composée de représentants turcs et français, pour superviser l’enregistrement des votes. Elle modifie également la procédure électorale : les électeurs ne doivent désormais plus obligatoirement donner la preuve de leur origine ethnique et religieuse, ce qui laisse la porte ouverte aux pressions turques dans la déclaration d’appartenance communautaire et confessionnelle ;de plus, certaines catégories sont maintenues, séparant les alaouites des Arabes sunnites, ce qui provoque de nombreuses protestations au sein des populations arabes du Sandjak.

14Au moment où commencent à s’organiser les élections dans le Sandjak, l’émir ‘Adil Arslān est en Syrie (ou au Liban ?). Mais ses Mudhakkirāt ne commencent, pour l’année 1938, que le 16 février, jour de son départ pour Bagdad. Il ne commence à parler de la Turquie que le 25 février 1938, jour où il écrit que sa mission de deux mois à Ankara a été acceptée.

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION SYRIENNE À ANKARA

15La fonction de représentant du gouvernement syrien à Ankara s’organise autour d’enjeux multiples sur lesquels l’émir ‘Adil Arslān, tout comme Henri Ponsot et Rustu Aras, s’appuie pour négocier le sort du sandjak d’Alexandrette, ce qui participe d’ailleurs à la lourdeur et à la complexité de ces négociations.

LES ENJEUX DE LA REPRÉSENTATION SYRIENNE À ANKARA POUR LE GOUVERNEMENT SYRIEN

  • 11 Ponsot, libéral, avait pourtant tenté de convaincre le ministre des Affaires étrangère français, B (...)

16Pour les Syriens, d’une façon générale, la question de la représentation syrienne à l’étranger est d’importance, parce qu’elle satisfait un élément majeur de la revendication nationaliste : c’est celle du droit pour le président de la République syrienne de nommer un représentant de Syrie à l’étranger et d’affirmer une partie de la souveraineté syrienne dans sa politique étrangère. Cet aspect de la revendication nationaliste syrienne a constitué une véritable pierre d’achoppement dans les pourparlers avec la France en 1933, au moment de la mise en place de la constitution syrienne par l’Assemblée constituante. Il a fait partie des six points sur lesquels la France n’a pas voulu donner son accord et qui ont déclenché alors l’ajournement de l’Assemblée, puis son abrogation sine die par le Haut-Commissaire de l’époque, qui n’était autre que Henri Ponsot11.

  • 12 Philip Khoury, op. cit., p. 506.
  • 13 Ce statut particulier, l’émir ‘Adil Arslān ne l’évoquera qu’à son arrivée à Ankara, ainsi que nous (...)

17Néanmoins, en 1938, Jamil Mardam cherche avant tout à hâter la ratification du traité franco-syrien qui doit, à l’instar du traité anglo-irakien, aboutir à une indépendance syrienne. Cet objectif, qui est le fer de lance de la politique du Bloc national, est sans conteste pour Jamīl Mardam autrement plus important que l’avenir du Sandjak. Son voyage à Paris en février de l’année précédente l’a déjà souligné : parti en France officiellement pour discuter de la question d’Alexandrette et des droits de la Syrie dans le Sandjak, il a en réalité fait profil bas à ce sujet pour se concilier la bienveillance de la France au sujet de l’amnistie des exilés - dont l’émir ‘Adil a été l’un des bénéficiaires12. Ceci expliquerait que cette mission de représentant de la Syrie en Turquie, petite victoire pour les nationalistes, soit limitée : elle est en réalité fondée sur un compromis, puisque l’émir Arslān n’obtient que le statut de « représentant, à titre officieux, du gouvernement syrien en Turquie ». Même s’il ne justifie aucunement son acceptation à propos de cette fonction de compromis, le radical qu’est l’émir ‘Adil Arslān ne l’accepte alors certainement que comme une inavouable tentative de coopération avec le pouvoir mandataire : il n’évoque d’ailleurs nullement le caractère uniquement officieux de son statut avant de partir pour Ankara13.

LES ENJEUX DU CÔTÉ DE LA FRANCE

18Le statut, ainsi que le rôle du représentant syrien à Ankara, rejoint l’idée que la France se fait de l’opportunité de cette mission. L’enjeu, pour la France, de la représentation syrienne à Ankara, est de faire accepter plus aisément aux Syriens les résultats des négociations secrètes qu’elle a entreprises avec les Turcs. En effet, au moment où l’émir ‘Adil Arslān arrive à la fin du mois de mars à Ankara, les jeux sont déjà faits, puisque au cours de ce même mois de mars à Genève, le premier ministre turc et le ministre français des Affaires étrangères ont conclu un accord secret promettant aux Turcs la majorité simple de 22 députés sur 40. En Turquie, l’ambassadeur français est bien disposé à l’égard des revendications turques, s’opposant en ceci lourdement au comte de Martel, alors Haut-Commissaire à Beyrouth. Dans le Sandjak, les agents turcs s’emploient au su des Français à s’assurer une majorité absolue aux élections en tentant d’obliger les paysans arabes, travaillant pour des propriétaires terriens turcs, à s’enregistrer comme Turcs, ou encore de payer des Turcs originaires du Sandjak, mais installés dans une autre région de Turquie, pour qu’ils retournent chez eux et qu’ils s’y enregistrent afin de renforcer la représentation turque. Du côté français, et bien que le nouveau délégué au Sandjak, M. Garreau, tente de réduire la pression turque sur le terrain, l’arrestation, en décembre 1937, de Zakī al-Arsūzī, le jeune leader syrien de la Ligue d’action nationale, a empêché toute tentative arabe de contre-organisation.

  • 14 MAE Paris, Série SDN, Ss Secrétariat général, vol. 586, Télégramme du comte de Martel aux Affaires (...)

19L’objectif de la diplomatie française conduite par Henri Ponsot auprès de l’émir Arslān est résumé dans une note que le Haut-Commissaire de Martel envoie au ministre des Affaires étrangères à la SDN au début du mois d’avril, dans laquelle il souligne que la mission de Ponsot est de profiter de la présence de l’émir Arslān pour « faire percevoir par Damas la nécessité des sacrifices consentis ». De Martel salue d’ailleurs à cet égard le travail de Ponsot, qui selon lui a su mettre en place avec le représentant syrien des relations qui « constituent le meilleur moyen d’atténuer les réactions syriennes14 » : les Français redoutent à juste titre une détérioration de leurs relations avec la Syrie.

LES ENJEUX DU CÔTÉ TURC

20L’objectif de la France dans l’utilisation du rôle de l’émir Arslān comme représentant du gouvernement syrien va venir rejoindre les intérêts turcs dans cette négociation, où les différents enjeux viennent s’emboîter les uns dans les autres comme un jeu de poupées russes.

  • 15 Ibid.

21Les Turcs vont profiter de la situation pour la retourner à leur avantage. C’est un risque que les Français sont conscients de prendre : dans son télégramme à la SDN, de Martel a souligné l’opportunité qu’il y aurait à faire ratifier le traité franco-syrien de 1936, sa non-ratification donnant en effet prise à la pression turque à propos du Sandjak, puisque, selon de Martel, les Turcs menacent de « pratiquer une politique d’encouragement à la Syrie pour réaliser son émancipation, au besoin en (secret) ». De Martel note que « la situation serait différente après ratification du traité qui, donnant une satisfaction à l’opinion publique [syrienne] actuellement inquiète, permettrait au gouvernement [syrien] de prendre des initiatives nouvelles dans ses rapports avec la Turquie », et notamment de « reconnaitre le fait accompli en s’associant [aux] pourparlers avec Ankara15 ».

  • 16 ‘Adil Arslān, le 27.03.1938, p. 123.
  • 17 C’est ainsi que ‘Adil Arslān décrira les avantages du statut, le 04.11.1938, p. 184.
  • 18 ‘Adil Arslān, le 15.05.1939, p. 259.

22En effet, dès l’arrivée de l’émir Arslān à Ankara, Tawfiq Rustu Arās, le ministre turc des Affaires étrangères, lui annonce aussitôt qu’il est considéré en Turquie comme un représentant officiel de la Syrie et qu’il jouira à ce titre de toutes les prérogatives qui sont associées à ce statut en Turquie16. L’objectif d’Aras est évident : comme prévu par de Martel, il s’agit de laisser libre cours aux revendications syriennes pour, au besoin, les utiliser comme objet de marchandage avec la France. L’émir ‘Adil en profite, qui sait parfaitement qu’il accepte d’un côté ce qu’on ne lui proposerait même pas de l’autre : l’attitude de la Turquie à son égard est pour lui suffisante, puisque le statut qu’elle lui offre lui procure l’essentiel, à savoir la possibilité de « fréquenter le ministère des Affaires étrangères », d’être « invité aux réceptions et aux visites de courtoisie », bref d’être considéré comme un « ministre plénipotentiaire17 ». Il est à noter que Ponsot est tout à fait au courant de la déclaration d’Aras à l’émir Arslān à propos de son statut, mais il n’intervient pas, cherchant décidément à ménager la position syrienne. En mai 1939, quand le Sandjak sera presque définitivement remis à la Turquie, le successeur de Ponsot, Massigli, demandera alors au ministre turc de revenir sur la déclaration concernant le statut de l’émir Arslān18.

L’ÉLABORATION DES RELATIONS AUTOUR DE L’ÉMIR ‘ADIL ARSLĀN À ANKARA

23L’émir Adil Arslān fait l’objet de beaucoup d’attentions de la part de ses deux interlocuteurs français et turc.

  • 19 ‘Adil Arslān, le 28.03.1938, p. 123 et le 30.03.1938, p. 124.
  • 20 ‘Adil Arslān, le 28.03.1938, p. 123.

24En effet, dès son arrivée à Ankara, l’émir ‘Adil Arslān note dans ses Mudhakkirāt l’impression fort positive que lui a faite Ponsot, ce qui est une gageure quand on connait les sentiments de l’émir à l’égard des Français. Ponsot est, il est vrai, extrêmement habile : il n’a de cesse répéter à l’émir que la Syrie devrait avoir tous les droits dans cette affaire qui la concerne directement, notamment le droit de faire entendre sa voix à Genève ou à Paris19. Par ailleurs, il ne répugne pas à se concilier l’émir par la flatterie : il n’hésite pas à lui dire qu’il a entendu dire que la famille Arslān est très connue en Turquie et que les Turcs sont très contents que ce soit lui qui ait été choisi comme représentant de la Syrie20.

  • 21 ‘Adil Arslān, le 28.03.1938, p. 123 et le 30.03.1938, p. 124.
  • 22 ‘Adil Arslān, le 30.03.1938, p. 124.

25L’objectif de Ponsot, qui est d’amener l’émir Arslān à améliorer, au nom de la Syrie, les relations avec la Turquie, est en bonne voie. L’émir ‘Adil Arslān réagit très favorablement à l’attitude de Ponsot, qu’il juge franche et honnête21. Le 31 mars, il télégraphie à Damas pour proposer au gouvernement syrien d’offrir du pétrole à la Turquie à prix avantageux22.

  • 23 ‘Adil Arslān, le 27.03.1938, p. 123.
  • 24 ‘Adil Arslān, le 19.04.1938, p. 132.

26Du côté turc, les sollicitudes sont évidentes. Très habile lui aussi, Arās renforce le sentiment chez l’émir Arslān que la Turquie et la Syrie ont tout à gagner dans une alliance. Il laisse entrevoir la possibilité d’un soutien turc à la cause arabe en lui déclarant qu’il a personnellement conseillé aux Anglais de ne plus sanctionner les Arabes en Palestine et de céder aux juifs une petite partie du territoire à condition qu’elle soit incluse dans une union arabe23. Trois semaines plus tard, il lui déclarera que toutes les questions en cours au sujet d’Alexandrette et de l’entente syro-turque sont constitutives d’une seule question, qui est celle de l’indépendance de la Syrie, et lui laissera entendre qu’il ne peut y avoir de traité de bon voisinage entre la Turquie et la Syrie tant que la Turquie n’a pas de « voisin véritable », c’est-à-dire tant que la Syrie n’est pas libre et indépendante24. Toutes ces déclarations rassurent l’émir Arslān qui pense que les Turcs sont en position de faire pression pour la ratification du traité franco-syrien. Cependant, et malgré ces assurances, les remarques que fait l’émir dans ses Mudhakkirāt exposent une tout autre réalité.

L’ÉMIR ‘ADIL ARSLĀN, AMBIGUÏTÉS ET ÉTHIQUE POLITIQUE

LES AMBIGUÏTÉS DE L’ÉMIR ‘ADIL ARSLĀN

  • 25 ‘Adil Arslān, le 04.04.1938, p. 126.
  • 26 ‘Adil Arslān, le 24.06.1938, p. 151.
  • 27 ‘Adil Arslān, le 04.04.1938, p. 126 ; Atatürk ne cache pas son désir d’imiter Hitler en Autriche, (...)
  • 28 ‘Adil Arslān, le 04.04.1938, p. 126 et le 30.05.1938, p. 141.

27Les Mudhakkirāt de l’émir Arslān ne laissent pas de démontrer qu’il n’a en fait aucun véritable moyen d’agir sur le déroulement des négociations, et qu’il va de fait accompli en fait accompli. Exclu des négociations franco-turques qui se déroulent en secret, il cherche constamment à deviner ce qui se passe réellement, écoutant les rumeurs25 et interprétant comme il peut les déclarations contradictoires de ses interlocuteurs26. Il lui faut peu de temps - dès le début du mois d’avril - pour comprendre que le gouvernement turc est absolument déterminé à annexer le Sandjak27 et que les Français ne disposent que d’une petite marge de manœuvre pour négocier28.

  • 29 C’est la solution qu’il propose dès le 27 mai 1938, p. 140.
  • 30 ‘Adil Arslān, le 28.06.1938, p. 153.
  • 31 ‘Adil Arslān, le 29.06.1938, p. 153.

28Tout en proposant et en défendant l’idée d’un partage du Sandjak29, l’émir ‘Adil Arslān semble être convaincu lui-même dans ses Mudhakkirāt que sa mission est vaine et que les négociations sont un véritable jeu de dupes. Le 30 mai 1938, il souligne ainsi l’absurdité de la situation syrienne : « Nous sommes dans une drôle de situation. La France a une action dans une partie de notre pays qui sert de prétexte aux Turcs pour qu’ils demandent ce que nous ne pouvons accepter ;la France ne prend aucune disposition, politique ou militaire, pour protéger nos intérêts, (...) et c’est à nous de prendre la responsabilité de cette politique sous prétexte que la France est notre tutrice » ;dès le 28 juin, il pense que la Syrie a tout perdu dans cette négociation30, mais il poursuit malgré tout le dialogue avec Ponsot, cherchant à réfléchir avec lui aux pays susceptibles de proposer une médiation31.

  • 32 ‘Adil Arslān, le 07.03.1938, p. 118-119.
  • 33 ‘Adil Arslān, le 08.03.1938, p. 119.
  • 34 ‘Adil Arslān, le 20.03.1938, p. 121. Voir aussi Philip Khoury, op. cit., p. 488.
  • 35 Adil Arslān, le 02.04.1938, p. 125. Voir aussi le 12.05.1938, p. 136 : l’émir ‘Adil rapporte que J (...)
  • 36 ‘Adil Arslān, le 29.04.1938, p. 134. Voir Philip Khoury, op. cit., p. 532.
  • 37 ‘Adil Arslān, le 02.05.1938, p. 135 ; le 29.05.1938, p. 140 ; et le 05.06.1938, p. 144.
  • 38 ‘Adil Arslān, le 03.07.1938, p. 155.

29D’autre part, il ne cesse de critiquer le gouvernement qu’il représente. C’était déjà le cas lorsqu’il était encore à Damas : plutôt que de parler, dans ses Mudhakkirāt, de sa future mission en Turquie, il portait alors toute son attention sur la politique du Bloc national qu’il accusait de corruption et de « magouilles32 », défendant la loyauté nationaliste de l’opposant Zakī al-Khatīb33, ou félicitant Quwwatlī d’avoir démissionné du ministère des Finances34. Durant tout son séjour à Ankara, ses remarques au sujet du gouvernement de Jamīl Mardam font écho à celles qui ont précédé son départ : il accuse le gouvernement d’incompétence35, lui reproche de ne pas démissionner au moment où les autorités mandataires sont trop conciliantes avec le mouvement indépendantiste de Jéziré36, ou de faire confiance au Haut-Commissaire de Martel et à la France en général37. En fait, c’est toute la question de la coopération que les nationalistes du Bloc national ont établie avec la France que l’émir ‘Adil critique, alors qu’il y participe lui-même ! S’il ne se sent pas concerné par la contradiction, c’est qu’il est convaincu d’avoir trouvé une « honorable » marge de manœuvre : le 3 juillet 1938, l’émir reçoit un télégramme de Damas lui demandant « de conserver des contacts réguliers avec Ponsot » ;l’émir ironise à peine quand il écrit : « Le gouvernement syrien pense-t-il qu’en restant en contact avec Ponsot, j’aurai accès aux secrets de la politique française, ou bien est-ce qu’il a entendu dire par le délégué français à Damas que je travaillais indépendamment de l’ambassadeur de France38 ? » Mais la position qu’il a adopté ne convainc personne.

  • 39 ‘Adil Arslān, le 06.05.1938, p. 136.
  • 40 ‘Adil Arslān, le 11.05.1938, p. 136.

30L’ambiguïté que l’émir ‘Adil Arslān entretient ainsi paraît d’autant plus grave que sa présence à Ankara fait véritablement le jeu de la France, et qu’il a conscience qu’il prend un risque certain à maintenir sa mission : le gouvernement qu’il représente à Ankara est de plus en plus discrédité et il sait qu’en Syrie des députés, qui avaient cherché à entrer dans le gouvernement quelques mois auparavant, se sont désengagés pour ne pas prendre la responsabilité du mécontentement dans le pays39 ;enfin, il n’échappe pas aux assauts de la presse au Liban, où le journal L’Orient publie au mois de mai un article dans lequel il est accusé d’avoir enterré l’affaire d’Alexandrette et d’avoir en échange négocié avec le gouvernement turc pour qu’il intervienne dans les affaires syriennes contre la politique des minorités menée par la France40.

  • 41 ‘Adil Arslān, le 05.07.1938, p. 156-157.

31Surtout, les négociations secrètes entre Ponsot et Arās aboutissent, le 4 juillet 1938, à la signature d’un traité d’amitié franco-turque. L’émir ‘Adil Arslān accepte l’invitation qui lui est faite de venir assister à la signature en tant qu’« observateur ». L’émir sait très bien ce que sa présence à la cérémonie représente pour les Français qui, dit-il, ne manqueront pas de dire que les Syriens approuvent le traité d’amitié franco-turque. Mais plutôt que de refuser l’invitation, il s’y rend et se contente de rappeler dans ses Mudhakkirāt qu’il n’est que simple « observateur41 ».

  • 42 ‘Adil Arslān, le 04.06.1939, p. 265.

32La signature du traité qui renforce la position la France dans la Méditerranée orientale en cas de conflit aura de grave conséquences, puisqu’en échange la Turquie obtient, au mépris des anciens accords, de faire entrer les troupes turques dans le Sandjak. Sous la pression de l’armée, la Turquie obtient à Alexandrette la majorité escomptée à l’Assemblée du Sandjak qui se dénomme désormais Hatay. En février 1939, le Hatay fera partie intégrante de la Turquie, et, à la fin du mois de juin 1939, la France retirera ses troupes de la région. Jusqu’en juin 1939, l’émir ‘Adil Arslān subira les critiques d’une certaine presse l’accusant d’avoir approuvé le traité. Il ne répondra pas directement à ces attaques, se limitant à se défendre dans ses Mudhakkirāt dans lesquelles il écrit, près d’un an après la signature scellant l’amitié franco-turque : « Ce traité n’a pas donné Alexandrette à la Turquie, car c’était déjà fait. Je ne l’ai pas signé, on ne m’a pas demandé de le faire, et le gouvernement syrien ne m’a pas ordonné de le faire, ni de l’accepter, ni de démissionner, que ce soit de manière explicite ou implicite42. »

  • 43 ‘Adil Arslān, le 06.07.1938, p. 157.
  • 44 ‘Adil Arslān, le 10.07.1939, p. 275.
  • 45 L’émir ‘Adil revoit Ponsot le 25 novembre dans une entrevue qui ne laisse aucun espoir de voir la (...)

33Les termes du traité laissent en suspens la question de la frontière à établir entre le Hatay et la Syrie. Poussé par le ministre des Affaires étrangères syrien, Sa’d Allah al-Jābirī, l’émir ‘Adil Arslān tente de négocier ce qui est encore négociable. Mais Arās n’est plus disposé à discuter, faisant entendre à l’émir que la question de la frontière est l’affaire des topographes de l’armée turque, et non des diplomates43. L’émir ‘Adil, atteint selon lui par l’échec des négociations sur Alexandrette44, est frappé d’une attaque cardiaque le surlendemain. Soigné dans un premier temps à Ankara, il gagne ensuite la France, l’Angleterre et la Suisse. À son retour à Ankara pour assister, comme représentant syrien, aux funérailles nationales d’Atatürk le 21 novembre 1938, il fait quelques ultimes tentatives pour ramener Turcs et Français à la négociation, mais en vain45.

34Déroutante, la ténacité de l’émir ‘Adil Arslān à poursuivre sa mission malgré la mauvaise foi évidente de ses interlocuteurs pose la question de ses motivations réelles. Ambiguës, contradictoires, son attitude et les réflexions dont il fait part dans ses Mudhakkirāt dissimulent mal d’autres motifs que ceux pour lesquels il semble agir.

LES MOTIVATIONS DE L’ÉMIR ‘ADIL ARSLĀN À ANKARA

  • 46 ‘Adil Arslān, le 30.07.1938, p. 164.
  • 47 ‘Adil Arslān, le 21.11.1938, p. 192.

35On pourrait dans un premier temps expliquer les ambiguïtés et les contradictions de l’émir par le désir de maintenir en place le principe durement acquis de la représentation syrienne à l’étranger, principe qui consacre son retour sur la scène politique syrienne après dix-huit années d’exil. On le verra en effet au mois de juillet 1938, à l’occasion de la grande réception donnée à Istanbul pour la célébration du mariage de ‘Adnān Bey al-Atasī, le neveu du président syrien, avec une Stanbouliote, se charger d’inviter à la réception les représentants politiques d’un grand nombre d’États, en signant l’invitation « le Délégué et le représentant de Syrie », et relever - non sans faire preuve d’une certaine naïveté - que « le fait que les réponses des invités sont envoyées à cette adresse est d’une grande importance pour la position de la Syrie46 ». En novembre 1938 il témoignera par ailleurs, dans les Mudhakkirāt, de sa colère quand il apprend que le colonel Collet a l’intention de représenter la Syrie à la cérémonie des funérailles d’Atatürk47.

36Mais cet argument, compte tenu du déroulement des négociations, est-il suffisant pour comprendre les raisons qui poussent l’émir à rester à Ankara où, finalement, il fait le jeu des diplomates français et turcs aux dépens de la Syrie ? Il ne l’est certainement pas si l’on considère le radicalisme et l’honneur que l’émir ‘Adil Arslān a placés au centre de l’image politique qu’il s’est forgée. Néanmoins, il prend peut-être tout son sens si on associe le principe de la représentation syrienne à l’étranger d’une part, avec, d’autre part, l’importance que revêt pour l’émir ‘Adil la reconnaissance dont il jouit auprès de ses interlocuteurs turcs.

  • 48 ‘Adil Arslān, le 23.11.1938, p. 193. Voir aussi supra, la remarque formulée par Ponsot pour le fla (...)

37L’émir ‘Adil Arslān, très sensible à la reconnaissance sociale de son rang, s’enorgueillit facilement du prestige acquis par sa famille en Turquie : c’est ainsi qu’il rapporte avec fierté que, à la suite de son accident cardiaque survenu en juillet 1938, le médecin privé d’Atatürk a été envoyé auprès de lui par les ministres et le président lui-même « pour la seule raison qu’il fait partie de la famille Arslān48 ».

  • 49 Voir ‘Adil Arslān, le 12.05.1939, p. 258.
  • 50 ‘Adil Arslān, le 02.04.1938, p. 125, et le 29.05.1938, p. 140.
  • 51 ‘Adil Arslān, le 21.04.1938, p. 132.

38Cette valeur familiale dont il est le dépositaire en Turquie prend davantage d’importance encore à travers son admiration pour l’État turc qui, malgré le régime laïc, n’en représente pas moins un pays musulman49. Les hommes politiques turcs réalisent en effet pour lui un certain idéal de maturité, de finesse et de force politiques50. Cet idéal auquel il s’est associé lorsqu’il était député à Istanbul, est en complète opposition avec le monde politique syrien, qu’il n’épargne d’ailleurs jamais. Il est en milieu plus familier avec ses anciens collègues turcs du Parlement et du gouvernement ottomans, que Rustu Arās invite subtilement en son honneur51.

  • 52 ‘Adil Arslān, le 24.07.1943, p. 408.
  • 53 Ainsi la rencontre avec l’ambassadeur afghan qui est favorable à une telle « union » (ittihad) pou (...)
  • 54 ‘Adil Arslān, le 19.02.1953, p. 1453.

39Par ailleurs, l’émir aura diverses occasions, dans ses Mudhakkirāt, de rappeler l’importance de l’amitié syro-turque, dont il est un des plus fidèles représentants. En 1943, il évoquera encore la « nuit de fête » qui suivit le traité de Lausanne consacrant en 1923 la victoire de la Turquie sur « ses ennemis52 » - ennemis qui furent un temps les alliés des Arabes. En outre, l’idée de faire une « union orientale » est un sujet de discussion qui intervient de temps à autre dans les milieux diplomatiques, et l’émir y est favorable53. Elle rejoint ce vieux projet qu’il avait autrefois soumis au roi Faysal à Damas, dans lequel il proposait de créer une alliance avec la Turquie et la Perse, et qu’il évoquera encore en 195354.

  • 55 ‘Adil Arslān, le 12.01.1939, p. 210.
  • 56 ‘Adil Arslān, le 17.02.1939, p. 223-224, et le 18.02.1939, p. 224.

40L’attitude de l’émir dès les débuts de l’année 1939 vient confirmer cette affinité avec la Turquie qui permet peut-être d’expliquer ses ambiguïtés passées. Il écrit dans ses Mudhakkirāt qu’il « faut désormais que chaque Syrien affirme aux Turcs que l’indépendance de la Syrie ne se fera que dans l’intérêt de la Turquie et qu’il faut éviter de discuter autant que possible du sandjak d’Alexandrette afin d’arriver à une situation honorable55 ». À Paris où il retrouve Arās, il tente ouvertement ce qu’il a certainement tenté de faire dans le cadre contraignant de sa mission de représentant du gouvernement syrien l’année précédente, à savoir obtenir le soutien turc pour l’indépendance de la Syrie en proposant la reconnaissance syrienne du fait accompli d’Alexandrette56.

41N’est-ce donc pas le vieux réflexe ottoman qui ressurgit, et qui permet d’affirmer que si l’émir a maintenu sa présence à Ankara, c’est bien en tant qu’homme de sa génération et en tant qu’ancien ottoman-ottomaniste qu’il agit, cherchant coûte que coûte l’entente avec les descendants politiques de cet ancien État auquel il doit tout, à la fois sa culture et la reconnaissance de son statut social ?

  • 57 ‘Adil Arslān, le 18.04.1938, p. 131.
  • 58 ‘Adil Arslān, le 12.05.1939, p. 258.
  • 59 ‘Adil Arslān, le 14.04.1938, p. 129. Ponsot fait d’ailleurs ostensiblement profil bas, rapportant (...)

42Ce réflexe s’accompagne en tout cas de ce mépris quasi ancestral à l’égard de la France que le clan auquel l’émir ‘Adil appartient au sein de sa propre famille a su cultiver dès la fin du xixe siècle. L’émir ‘Adil ne cesse, tant qu’il est à Ankara, de dénoncer la confiance que le gouvernement syrien développe à l’égard de la France : celle-ci cherche, à travers la question d’Alexandrette par exemple, à créer des motifs de discorde entre Arabes et Turcs57. En 1939, lorsqu’il apparaît clairement que, malgré les concessions syriennes à Alexandrette, la ratification du traité franco-syrien qui doit donner l’indépendance à la Syrie est à nouveau rejetée par la France, il écrit : « La France a trahi la Syrie en donnant satisfaction à la Turquie aux dépens de la Syrie et en empêchant celle-ci de trouver un accord avec les Turcs. Et la Syrie s’est trahie elle-même en ignorant la valeur politique de la Turquie et en faisant confiance à une alliance fictive avec la France58. » La sympathie qu’il éprouve pour Ponsot - en vertu, peut-être, des ménagements que celui-ci lui témoigne - est exceptionnelle. Surtout, l’émir ‘Adil est convaincu que l’ambassadeur français n’est pas responsable des orientations prises par la négociation. Selon lui, Ponsot ne fait qu’obéir au gouvernement français même s’il fait par ailleurs de son mieux pour amener la France à des positions plus favorables à la Syrie59.

CONCLUSION

  • 60 ‘Adil Arslān, le 01.04.1942, p. 352.
  • 61 ‘Adil Arslān, le 14.06.1945, p. 514.

43Face à une France détestée, toute l’ambiguïté de l’émir à Ankara réside donc dans sa détermination à conserver l’amitié turque. Durant la Seconde Guerre mondiale, au cours de laquelle d’ailleurs il trouvera refuge en Turquie, il rappellera clairement cette relation privilégiée autrement plus importante pour la Syrie que le territoire d’Alexandrette : à la proposition de l’Allemagne selon laquelle la Turquie devrait accorder une compensation à la Syrie pour la perte de ses territoires, il répond que « cela ne viendrait à l’esprit d’aucun Arabe un tant soit peu intelligent et sincère », et que « si le gouvernement allemand pensait vraiment à un tel projet, ce serait la preuve de son ignorance ou de sa détermination à créer des problèmes et des motifs d’hostilité entre les Arabes et les Turcs60 ». En juin 1945, il dénoncera les revendications du jeune nationaliste Arsūzī sur Alexandrette, l’accusant ainsi que les jeunes nationalistes qui l’entourent, d’avoir « dans la politique de vastes intérêts61 ».

44Si l’émir ‘Adil Arslān a accepté cette mission qui, finalement, a surtout fait le jeu de la France, il ne faut pas perdre de vue l’importance de la relation turco-syrienne sur laquelle reposent de nombreux espoirs en Syrie à la veille de la Seconde Guerre mondiale, et la nostalgie de la puissance ottomane qui domine encore les esprits syriens. Elles expliquent les ambiguïtés et les contradictions de l’émir ‘Adil qui jusqu’au bout, et malgré l’intransigeance turque, voudra croire à une amitié ancestrale, et, peut-être, à une union renouvelant l’ancien passé ottoman.

45Enfin l’analyse du témoignage de l’émir ‘Adil Arslān sur sa mission dans les négociations d’Ankara permet de mieux cerner les conditions dans lesquelles la France a su se servir de l’intermédiaire nationaliste et ottomaniste pour parvenir à faire accepter le « fait accompli » d’Alexandrette. Elle souligne également la finesse du dispositif diplomatique de la France dans cette affaire. Henri Ponsot, ancien Haut-Commissaire, qui connaissait parfaitement le milieu politique syrien, a démontré là qu’il était bien l’homme de la situation.

Notes

1 Sanjaq : nous avons préféré la transcription en français Sandjak, ainsi qu’elle a été adoptée par les dictionnaires usuels français.

2 Mudhakkirāt al-Amīr ‘Adil Arslān, 1934-1953, éd. Yūsuflbīch, Dār at-Taqaddumiyya li-l-Nachr, Beyrouth, 1983 et 1994, 4 tomes, 1845 p.

3 ‘Adil Arslān, le 24.02.1938, p. 118.

4 ‘Adil Arslān, le 23.03.1938, p. 122.

5 La délégation est composée de Gibrān at-Tuwaynī, Tawfīq ach-Chichaklī, Fakhrī al-Bārūdī, le shaykh Sulaymān ath-Thāhir, Rachīd al-’Isāmī, ‘Izzat Darwaza, Adīb Khayr, Kāthim as-Sulh, Najīb ar-Rayyis, ‘Abd al-Karīm al-Karamī, Wajīh al-Haffr, Wāsif Kamāl. Rachchād ach-Chaw, ‘Omar Abū Rīcha et Sa’īd Fatāh. Voir ‘Adil Arslān, le 16.02.1938, p. 117.

6 Interrogé sur l’objet précis des négociations qu’il mène à Ankara par le journal syrien al-Inchā’ du 3 mai 1938, l’émir Arslān « s’est excusé en déclarant qu’elles ne seraient rendues publiques qu’à leur complet achèvement », Revue de presse du Haut-Commissariat à Beyrouth du 10.05.1938, MAE, Paris, série E-Levant, Ss. Syrie-Liban, vol. 533.

7 Nous ne reprenons pas ici tous les détails de cette affaire qui sont développés par Philip Khoury, Syria and the French Mandate. The Politics of Arab Nationalism, 1920-1945, Princeton University Press, 1987, p. 494 à 514.

8 En ce qui concerne les statistiques démographiques du Sandjak, Philip Khoury s’appuie sur les estimations de la Commission française envoyée sur le terrain en 1936 : sur 220 000 personnes, 39 % auraient été turques, 28 % alaouites, 11% arméniennes, 10% arabes sunnites, 8% chrétiennes (principalement grecques orthodoxes), et 4 % kurdes, tcherkesses et juives. Les Turcs ont avancé les chiffres improbables de 300 000 habitants au Sandjak, dont 150 000 à 240 000 Turcs. Philip Khoury, op. cit., p. 495.

9 Termes de l’accord Franklin-Bouillon cités par Edmond Rabbath, La Formation historique du Liban politique et constitutionnel, Beyrouth, 1973 (1986 NELLE édition), p. 315.

10 « Note relative aux accords militaires à établir avec la Turquie », rédigée par Huntziger, Commandant supérieur des troupes du Levant, à Paris, le 19.02.1938, MAE Paris, Papiers de René Massigli, vol. 24.

11 Ponsot, libéral, avait pourtant tenté de convaincre le ministre des Affaires étrangère français, Berthelot, de la nécessité d’un compromis. Voir MAE Paris, Série E-Levant 1930-1940, Ss Syrie-Liban, vol. 226.

12 Philip Khoury, op. cit., p. 506.

13 Ce statut particulier, l’émir ‘Adil Arslān ne l’évoquera qu’à son arrivée à Ankara, ainsi que nous le verrons par la suite : ‘Adil Arslān, le 27.03.1938, p. 123.

14 MAE Paris, Série SDN, Ss Secrétariat général, vol. 586, Télégramme du comte de Martel aux Affaires étrangères de la SDN (n°354), le 08.04.1938.

15 Ibid.

16 ‘Adil Arslān, le 27.03.1938, p. 123.

17 C’est ainsi que ‘Adil Arslān décrira les avantages du statut, le 04.11.1938, p. 184.

18 ‘Adil Arslān, le 15.05.1939, p. 259.

19 ‘Adil Arslān, le 28.03.1938, p. 123 et le 30.03.1938, p. 124.

20 ‘Adil Arslān, le 28.03.1938, p. 123.

21 ‘Adil Arslān, le 28.03.1938, p. 123 et le 30.03.1938, p. 124.

22 ‘Adil Arslān, le 30.03.1938, p. 124.

23 ‘Adil Arslān, le 27.03.1938, p. 123.

24 ‘Adil Arslān, le 19.04.1938, p. 132.

25 ‘Adil Arslān, le 04.04.1938, p. 126.

26 ‘Adil Arslān, le 24.06.1938, p. 151.

27 ‘Adil Arslān, le 04.04.1938, p. 126 ; Atatürk ne cache pas son désir d’imiter Hitler en Autriche, ‘Adil Arslān, le 29.05.1938, p. 140.

28 ‘Adil Arslān, le 04.04.1938, p. 126 et le 30.05.1938, p. 141.

29 C’est la solution qu’il propose dès le 27 mai 1938, p. 140.

30 ‘Adil Arslān, le 28.06.1938, p. 153.

31 ‘Adil Arslān, le 29.06.1938, p. 153.

32 ‘Adil Arslān, le 07.03.1938, p. 118-119.

33 ‘Adil Arslān, le 08.03.1938, p. 119.

34 ‘Adil Arslān, le 20.03.1938, p. 121. Voir aussi Philip Khoury, op. cit., p. 488.

35 Adil Arslān, le 02.04.1938, p. 125. Voir aussi le 12.05.1938, p. 136 : l’émir ‘Adil rapporte que Jamīl Mardam ignore l’absence de Jābirī, son ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères, parti pour quelques jours à Alep alors que son gouvernement n’est composé que de trois ministres ! Le 23.05.1938, p. 138, l’émir ‘Adil juge que les hommes politiques syriens n’ont pas d’autre intérêt que les leurs et que ce qu’ils comprennent de la politique ne dépasse pas le niveau de ce que savent les petits fonctionnaires des autres pays ; idem le 06.06.1938, p. 144.

36 ‘Adil Arslān, le 29.04.1938, p. 134. Voir Philip Khoury, op. cit., p. 532.

37 ‘Adil Arslān, le 02.05.1938, p. 135 ; le 29.05.1938, p. 140 ; et le 05.06.1938, p. 144.

38 ‘Adil Arslān, le 03.07.1938, p. 155.

39 ‘Adil Arslān, le 06.05.1938, p. 136.

40 ‘Adil Arslān, le 11.05.1938, p. 136.

41 ‘Adil Arslān, le 05.07.1938, p. 156-157.

42 ‘Adil Arslān, le 04.06.1939, p. 265.

43 ‘Adil Arslān, le 06.07.1938, p. 157.

44 ‘Adil Arslān, le 10.07.1939, p. 275.

45 L’émir ‘Adil revoit Ponsot le 25 novembre dans une entrevue qui ne laisse aucun espoir de voir la France changer d’attitude vis-à-vis de la Turquie même après la mort d’Atatürk, ‘Adil Arslān, le 25.11.1938, p. 194 ; le 26, il voit Arās qui lui fait une proposition inacceptable : un partage du Sandjak d’Alexandrette qui excluait la Syrie de l’accès au port d’Alexandrette, ‘Adil Arslān, le 26.11.1938, p. 195.

46 ‘Adil Arslān, le 30.07.1938, p. 164.

47 ‘Adil Arslān, le 21.11.1938, p. 192.

48 ‘Adil Arslān, le 23.11.1938, p. 193. Voir aussi supra, la remarque formulée par Ponsot pour le flatter, et que l’émir ‘Adil Arslān rapporte le 28.03.1938, p. 123.

49 Voir ‘Adil Arslān, le 12.05.1939, p. 258.

50 ‘Adil Arslān, le 02.04.1938, p. 125, et le 29.05.1938, p. 140.

51 ‘Adil Arslān, le 21.04.1938, p. 132.

52 ‘Adil Arslān, le 24.07.1943, p. 408.

53 Ainsi la rencontre avec l’ambassadeur afghan qui est favorable à une telle « union » (ittihad) pour sauver l’Orient de la dictature européenne, ‘Adil Arslān, le 27.04.1938, p.134.

54 ‘Adil Arslān, le 19.02.1953, p. 1453.

55 ‘Adil Arslān, le 12.01.1939, p. 210.

56 ‘Adil Arslān, le 17.02.1939, p. 223-224, et le 18.02.1939, p. 224.

57 ‘Adil Arslān, le 18.04.1938, p. 131.

58 ‘Adil Arslān, le 12.05.1939, p. 258.

59 ‘Adil Arslān, le 14.04.1938, p. 129. Ponsot fait d’ailleurs ostensiblement profil bas, rapportant lui-même à l’émir ‘Adil que les décisions se font à Paris et qu’il ne fait que suivre les ordres qu’il reçoit, ‘Adil Arslān, le 28.11.1938, p. 195.

60 ‘Adil Arslān, le 01.04.1942, p. 352.

61 ‘Adil Arslān, le 14.06.1945, p. 514.

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540