Version classiqueVersion mobile

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Première partie. Le mandat : savoirs, pratiques et représentations

Pour ou contre le Mandat français. Réflexions fondées sur des enquêtes de terrain1

Abdallah Hanna

Texte intégral

  • 1 Traduit de l’arabe par Nabil Ajjan (CCF, Damas) et révisé par Nadine Méouchy (IFEAD).

1Cet article a pour objet d’illustrer l’idée que le regard a posteriori des témoins d’une époque passée est construit principalement à partir de leur vision du présent. Autrement dit, il s’agit de confronter la mémoire des acteurs avec la période du Mandat et de montrer comment l’histoire orale nous informe sur le passé à partir du présent.

2Depuis sa mise en œuvre, à la suite de la victoire de la France et de la Grande-Bretagne sur l’Allemagne et de l’effondrement de l’État ottoman en 1918, le Mandat a suscité des réactions divergentes, entre ses partisans et ses opposants, que ce soit dans les pays sous mandat ou en Europe. La majorité des chercheurs et des historiens occidentaux ont, me semble-t-il, accordé jusqu’à aujourd’hui une attention privilégiée aux références européennes en ne prêtant pas suffisamment attention aux sources arabes, qui sont pourtant celles des « gouvernés ».

  • 2 Niqāba, pl. niqābāt : association professionnelle ou « syndicat » (note de N. Méouchy).

3Les sources arabes, qui reflètent nécessairement un autre point de vue sur le Mandat, sont pourtant nombreuses et importantes : documents officiels, sources de presse, mémoires rédigées par les témoins de l’époque, et enfin les sources orales. C’est principalement sur ces dernières sources, c’est-à-dire les témoignages de ceux qui ont vécu le Mandat, que le présent article est fondé. Le corpus d’étude s’est constitué progressivement de la façon suivante : c’est à partir de 1965 que je commençais à recueillir les récits des personnes âgées dans un premier temps sans les transcrire mais en me reposant simplement sur ma propre mémoire. En 1984 et 1985, j’effectuai une tournée sur le terrain couvrant une grande partie de la campagne syrienne, avec le soutien de l’Union générale des paysans de Syrie, pour écrire l’histoire de la question agraire et des mouvements paysans depuis la fin du xixe siècle jusqu’à la réforme agraire de 1958. Au cours de longues séances de travail, j’ai conduit des entretiens avec 303 personnes m’informant sur un ensemble de 245 villages, et également sur un nombre similaire de villages connus de mes interlocuteurs. J’ai ainsi réuni des données sur l’histoire économique, sociale, politique et culturelle de la campagne syrienne en remontant des années 1980 vers la fin du xixe siècle. En 1989, j’ai effectué une étude de terrain à Damas, Homs, et Alep où j’ai eu des entretiens avec plus de 40 artisans et anciens membres de niqābāt2. Ces rencontres avaient pour objet d’enquêter sur l’état de l’artisanat et de l’industrie et sur les circonstances qui ont permis l’émergence des deux mouvements syndical et ouvrier en Syrie, depuis la fin de l’époque ottomane jusqu’à l’indépendance, en passant par la période du Mandat.

4Durant mes enquêtes de terrain, mon attention a été attirée par deux points de vue majoritairement exprimés et correspondant à deux générations de paysans ou travailleurs urbains :

  1. La génération de ceux nés avant le Mandat, celle dont l’âge se situait dans la fourchette des 70-90 ans, au moment de nos entretiens dans les années quatre-vingts. Cette génération, tout en relevant les contradictions inhérentes au « temps de la France » (ayām Fransā), ne lui porte pas un regard hostile. Et cela, parce que la mémoire de mes interlocuteurs qui sont, pour la plupart, des musulmans de tout rite, est marquée par la dernière décennie du règne ottoman qu’ils résument en quelques images : injustices et mauvais traitements envers les populations locales, calvaire du « safarbarlik » (enrôlement forcé dans l’armée turque) et désordre omniprésent et dévastateur. Cette première génération fait la comparaison entre d’une part le régime ottoman qualifié d’iqtā’ī3 et caractérisé, selon elle, par le désordre et par la quasi-absence des lois de l’État, et d’autre part le régime français régi par les lois, la sécurité et la justice prédominant notamment dans le domaine juridique. C’est pourquoi cette génération entretient le souvenir de la sécurité, de la stabilité et de l’absence quasi totale de toutes formes d’agression, de pillages ou de spoliation dans l’entre-deux-guerres et se souvient « du bon vieux temps de la France » (yadhkuru ayām fransā bil-khayr). Ceci est particulièrement évident à la campagne notamment dans les villages situés en lisière de la badiyya et exposés de ce fait au pillage des tribus nomades.
  2. La génération de ceux qui n’ont pas connu l’empire ottoman et qui ont vécu leur jeunesse à l’époque du Mandat français et, pour un grand nombre d’entre eux, qui ont participé aux manifestations anti-mandataires de la fin de cette époque. Les nombreux témoins que j’ai entendus, originaires de différentes régions et appartenant à diverses confessions, étaient soit au seuil du troisième âge soit plus âgés. De façon surprenante, ils n’ont pas gardé en mémoire les injustices et les dérives de l’époque coloniale alors qu’ils se souviennent clairement de ce qui constitue pour eux les points positifs du mandat : une culture moderne, l’instauration de l’ordre et de la loi, une administration disciplinée et une justice pondérée.
  • 4 Outre les enquêtes de terrain en milieu urbain et rural, cet article est également fondé sur des s (...)

5C’est donc en découvrant le contenu apparemment paradoxal des récits de ces témoins que j’ai compris la nécessité de transcrire mes entretiens et de compléter cette documentation orale par d’autres sources4. Je me suis efforcé d’organiser la synthèse de ces témoignages, éclairés d’une contextualisation historique minimale, en trois parties qui traduisent les trois grands points d’articulation de la mémoire de ces deux générations.

L’IMAGE DE LA FRANCE ET DES FRANÇAIS

  • 5 « Karamun fi ghayri mahallihi, min ma’āsī al-intidāb al-faransī al-isti’mārī » (Une générosité mal (...)

6Les aspects négatifs du Mandat sont connus et exposés dans la bibliographie existante sur la période, notamment dans les ouvrages en arabe. J’ai moi-même publié un article en 1970 dans lequel j’ai montré, à travers l’exemple du comportement corrompu d’un conseiller français, le type de difficultés auquel l’État syrien s’est trouvé confronté en raison du pouvoir des officiels français, pouvoir qui traduisait en particulier les pratiques d’une catégorie socialement privilégiée5. Sur le comportement de nombreux personnels français en Syrie, le témoignage du leader nationaliste de renom, Fakhīr al-Baroudī, vient confirmer les conclusions de mon article.

  • 6 Fakhrī al-Baroudī, Sittūn sana tatakallamu (Soixante années parlent), Damas, 1961, p. 38.

7Fakhrī al-Baroudī avait appelé, aux débuts des années trente, au boycott des marchandises françaises comme moyen de résistance à l’occupation. Des années plus tard, dans ses mémoires, il raconte qu’après avoir visité la France et « s’être frotté » aux Français, il constata un grand décalage et une immense disparité entre le tempérament des fonctionnaires français en Syrie et celui du simple Français du peuple en France. Les Français du peuple sont en effet, dit-il, empreints de modestie, de gentillesse, de noblesse et de générosité6.

8La plupart des nationalistes (wataniyyūn) chantaient les mérites des principes de la Révolution française, la liberté, l’égalité et la fraternité, et se demandaient pourquoi les dispositifs français au pouvoir reniaient ces principes. Par ailleurs, les attaques des nationalistes visaient le plus souvent la France ou « le pouvoir français » (al-hukm al-fransī) sans discernement. Seule une minorité a fait exception à la règle, à cette époque, en distinguant entre colonialisme français et peuple français. Vers la fin des années trente cette tendance, adoptée par les marxistes, s’est répandue plus largement.

  • 7 D’après Mouti’ AL-SAMMAN, Watan wa ‘askar (Patrie et soldats), Bīsān lil-nashr, 1995 (lieu d’éditi (...)

9Après la réforme agraire (1959-1964) et les nationalisations qui ont affecté le capital relativement important, les lésés des deux générations ont exprimé leur regret des jours passés, c’est-à-dire « le temps de la France ». Nous constatons à ce sujet des réactions sans ambiguïté. L’exemple que nous pouvons citer à cet égard est encore celui de Fakhrī al-Baroudī, célèbre pour son combat anti-mandataire et pour ces paroles : « Insultez avec moi toute personne qui a lancé une pierre contre le colonisateur, vous voyez aujourd’hui la situation à laquelle nous avons conduit la patrie au temps de l’indépendance7. »

10Nous constatons des réactions similaires, sous une autre forme, liées aux débuts de l’indépendance, lorsque l’État national syrien (1943) était de nature bourgeoise et iqtā’iyya. Durant les dix premières années d’existence de cet État, les iqtā’iyyīn ont tenu la campagne d’une main de fer. Les paysans exploités à l’extrême et quotidiennement humiliés se remémoraient avec amertume l’époque antérieure : « le régime des Français est plus clément que celui des nationaux » (hukm al-fransāwiyya arham min hukm al-wataniyyà).

  • 8 Chāwī, pluriel Chawāyā : ce terme désigne les semi-nomades sédentarisés sur les rives de l’Euphrat (...)

11Ces réactions revêtent diverses formes qui peuvent être illustrées par ces deux histoires qui m’ont été rapportées par plusieurs interlocuteurs : la première se situe aux débuts des années vingt et raconte l’entrée de la tribu des Bou Saraya, sous la conduite de Ramadan Challach, dans la ville de Deir-ez-Zor au nom de la patrie et du patriotisme. S’ensuivirent alors en ville désordre et troubles. Les habitants se sont mis à dire « plutôt le régime des Français que celui des Chawis » (hukm al-fransāwī wa lā hukm al-Chāwī).8.

12La seconde est construite autour de la figure d’un certain Ibrahim, décrit comme un homme sensé, habitant à Deir ez-Zor. Cet homme n’avait aucun lien avec la colonisation jusqu’au jour où il a été accusé de collaboration. Lorsque « le colonisateur français a évacué » la ville, Ibrahim s’est rendu sur la place principale et, devant toute une foule, il s’est mis à pleurer à chaudes larmes le départ des Français en disant : les Français sont plus civilisés que les nouveaux dirigeants nationaux, n’avons-nous pas le droit, disait-il, de regretter le départ de ceux qui sont civilisés ? Ibrahim fut alors affublé d’un surnom : Ibrahim le fou. Les jours passèrent et des conflits éclatèrent au sein des forces nationales. Les contradictions de la gestion locale et nationale après l’indépendance devinrent flagrantes et s’accompagnèrent du mécontentement de la population à l’égard des dirigeants de Deir et d’ailleurs. Les habitants de la ville ont dès lors considéré qu’Ibrahim n’était pas du tout fou.

LA CONSOLIDATION DE L’ÉTAT MODERNE SOUS LE MANDAT

13En réalité, l’État au sens moderne du terme trouve son origine à partir du milieu du xixe siècle, c’est-à-dire au moment des réformes ( Tanzimat) entreprises par l’État ottoman à cette époque. C’est alors que s’ébauchèrent les traits d’une modernité étatique, politique, administrative et militaire, diffusée non seulement à Istanbul mais également dans les provinces arabes de l’empire. Toutefois ces traits, encore mal établis, subirent des mouvements oscillatoires. La création du premier État arabe (1918-1920), dans la Syrie intérieure au temps du roi Fayçal, constitua un pas décisif dans l’instauration de l’État moderne. Le Mandat français vint ensuite avec ses troupes, ses lois et son action de modernisation sous diverses formes, pour poursuivre la mise en place des fondements de l’État moderne en Syrie. La période postérieure à l’indépendance (1943) s’inscrit dans la continuité de l’action conduite sous le Mandat et renforça la structure de cet État, conformément aux aspirations patriotiques et nationales de l’opinion publique et aux objectifs de redressement, innovateurs et modernistes, voulus par les élites syriennes. Les paysans, pour leur part, exprimèrent cette réalité historique ainsi : « du temps de la Turquie il n’y avait pas d’État, du temps de la France il y en eut un » (ayām Turkiyā mā kān fi dawla, ayām Fransā sār fi dawla).

L’ORDRE, LA LOI ET L’ÉDUCATION

14Depuis le temps des mamlouks et des janissaires, l’État musulman, comme d’autres formes d’État aux mêmes époques, a imposé son autorité dans la région grâce à un dispositif militaire et policier, garant de l’ordre social et politique. Ce dispositif fut souvent mal perçu par les populations locales d’autant qu’il ne leur apparaissait pas compensé par des pratiques positives à leur égard. Durant le Mandat, il y eut bien des dispositifs oppressifs, représentés par les hommes mis au service du Délégué du Haut-Commissaire à la campagne et par les troupes d’occupation dans les villes, au premier rang desquelles la troupe sénégalaise qui s’illustra dans la répression des manifestations citadines. Mais cet aspect répressif était accompagné d’une pratique de la justice et de l’instauration de l’ordre dans les villes et dans la steppe, dimensions essentielles de la vie quotidienne aux yeux de la population.

15C’est ainsi que, pour nos interlocuteurs, la disparition de la loi du plus fort, régnant à l’époque ottomane, s’explique par la mise en place, avec les Français, d’un dispositif policier, législatif et juridique réglant la vie sociale dans divers domaines. Dès le début des années trente, l’ordre était clairement rétabli à la campagne grâce à l’action du Contrôle bédouin. Le Mandat y gagna une popularité certaine dans les milieux de paysans dont la mémoire était, et reste, marquée au fer par les razzias et les pillages opérés par les bédouins. En effet la volonté de sédentarisation des nomades, initiée par l’État ottoman à la fin du xixe siècle, fut amplifiée à l’époque des Français (et poursuivie après l’indépendance). Le rétablissement de l’ordre ne fut pas limité uniquement aux zones sédentaires (villes et villages) mais concerna aussi la badiyya dans laquelle les razzias entre tribus bédouines elles-mêmes diminuèrent. Quel que soit l’endroit où je me suis rendu entre 1983 et 1984, les paysans âgés faisaient l’éloge du temps de la France qui leur avait assuré calme et sécurité.

16Par ailleurs, les autorités du Mandat pratiquèrent une politique de soutien aux leaderships tribaux et aux notables ruraux : en retour de leur allégeance, elles leur facilitèrent l’appropriation de terres destinée à renforcer la base sociale de leur pouvoir local. Cette opération avait un côté positif dans la mesure où elle contribua à augmenter la production agricole et à étendre la surface des terres cultivées. Mais les paysans se trouvèrent par là-même privés des terres offertes aux catégories sociales influentes. Les troupes françaises intervinrent à maintes reprises pour réprimer contestations et troubles contre ceux accusés d’avoir spolié des terres avec l’aide des autorités (que ce soit d’ailleurs à l’époque ottomane ou française). Toutefois, certains fonctionnaires du cadastre et quelques Français se rangèrent à l’époque aux côtés des paysans auxquels ils montraient les voies juridiques à suivre pour conserver leurs terres.

17Durant le Mandat, l’éducation fut étendue à des milieux (relativement) variés. Ainsi s’est constituée une génération d’intellectuels issus de formations diverses : écoles et instituts des missionnaires, écoles nationales et Université syrienne, et pour certains, universités françaises. Cette élite nouvelle a contribué à consolider les bases de l’État syrien moderne après l’indépendance. Les anciens élèves et étudiants de cette époque évoquent encore le sérieux, la précision et la rigueur de l’enseignement à l’époque des Français. L’enseignement dispensé a, en effet, formé des générations de Syriens, maîtrisant à la fois l’arabe et le français et jouissant d’une vaste culture.

18C’est grâce aux efforts fournis par ces intellectuels, ou plus précisément par la majorité de ces intellectuels, que s’est cristallisé, dans l’entre-deux-guerres, le projet de renaissance arabe (nahda) qui a porté l’élan du mouvement nationaliste arabe jusque dans la décennie postérieure à l’indépendance.

19Les témoignages et exemples qui fondent cet article véhiculent une morale et montrent bien comment l’évaluation d’un phénomène ou d’un fait historique varie chez le même individu selon l’époque. Si cet individu subit les difficultés et les injustices du présent, il oubliera vite, comme nous l’avons vu, les aspects négatifs des jours passés et même les tragédies qui les ont accompagnés. Resteront gravés dans sa mémoire les bienfaits de ces jours et les moments de bonheur. La mémoire apparaît donc sélective et l’occultation est peut-être d’autant plus grande quand le sujet appartient aux catégories sociales les plus simples, catégories qui n’ont pas inséré leur mémoire dans la trame d’une construction intellectuelle ou idéologique sophistiquée. Il n’en reste pas moins que c’est une partie de la réalité historique tangible que ces hommes expriment et qui les conduit, pour la majorité d’entre eux, à regretter « le bon vieux temps de la France » au nom des « réalisations positives » du Mandat. Cela ne doit pas nous en faire oublier les « aspects négatifs ».

8. Liban, février 1920 : le cardinal Dubois chez Mgr Huwwayik, patriarche maronite. Ils sont entourés de dignitaires religieux, de personnalités politiques libanaises et de militaires français.

9. Beyrouth : la cathédrale maronite et le couvent des Lazaristes.

10. Beyrouth, 1920 : une école de rite musulman.

11. Liban : une école réorganisée par l’administration française au début des années vignt. On y apprend aux enfants à filer la laine.

12. Liban, 1920 : le Service d’hygiène et d’assistance publiques du Haut-Commissariat assurant des consultations gratuites.

13. Liban : un professeur français et ses étudiants à la Faculté de médecine de Beyrouth au début des années vignt.

14. Beyrouth, 2 janvier 1925 : l’accueil du général Sarrail.

15. Le général Sarrail en 1925.

Notes

1 Traduit de l’arabe par Nabil Ajjan (CCF, Damas) et révisé par Nadine Méouchy (IFEAD).

2 Niqāba, pl. niqābāt : association professionnelle ou « syndicat » (note de N. Méouchy).

3 iqtā’ : traduit à tort par « fief », ce terme désigne à l’origine une délégation des « droits fiscaux de l’État sur des terres restant juridiquement aux mains de leurs possesseurs antérieurs », EI2, Vol. III. L’adjectif iqtā’, les substantifs iqtā’iyyūn etiqtā’iyya sont souvent utilisés dans le langage arabe contemporain dans le sens de : féodal, féodaux et féodalisme (note de N. Méouchy).

4 Outre les enquêtes de terrain en milieu urbain et rural, cet article est également fondé sur des sources de presse consultables à la bibliothèque Al-Assad, à la bibliothèque Al-Zahiriya, à la bibliothèque nationale d’Alep, au dépôt du ministère de l’Information et à la bibliothèque de l’IFEAD. De plus, les protocoles des séances du parlement syrien entre 1932 et 1958 ont fourni une documentation précieuse. Enfin, les archives des ministères de l’Agriculture, des Affaires sociales et du Travail ainsi que celles du Centre des archives historiques à Damas ont contribué à enrichir mon approche de la période à bien des égards.

5 « Karamun fi ghayri mahallihi, min ma’āsī al-intidāb al-faransī al-isti’mārī » (Une générosité malvenue, de quelques tragédies du mandat colonial français), Al-Tali’a, n° 199, Damas, 1970. J’ai rapporté, dans cet article d’après le journal beyrouthin Al-Ahwal des 3 juin, 10 juin, 11 septembre et du 1er octobre 1930, l’affaire du détournement de fonds par M. Ragey, Conseiller à l’instruction publique t auprès de l’État syrien. Ces fonds furent prélevés sur la caisse de l’État syrien sous forme de congés administratifs et de frais de voyage alors que la caisse de l’État traversait une véritable crise à la suite de la dépression mondiale del929. Cette affaire a contraint le gouvernement à réduire les rémunérations des fonctionnaires pour combler le déficit de la caisse.

6 Fakhrī al-Baroudī, Sittūn sana tatakallamu (Soixante années parlent), Damas, 1961, p. 38.

7 D’après Mouti’ AL-SAMMAN, Watan wa ‘askar (Patrie et soldats), Bīsān lil-nashr, 1995 (lieu d’édition inconnu), p. 228.

8 Chāwī, pluriel Chawāyā : ce terme désigne les semi-nomades sédentarisés sur les rives de l’Euphrate. Il existe un conflit ancien, qui perdure jusqu’à aujourd’hui, entre les habitants de Deir-ez-Zor et les Chawāyā. La population de Deir-ez-Zor considère avec mépris ces paysans qu’ils jugent « arriérés ».

Auteur

Historien - Damas

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search