Version classiqueVersion mobile

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Première partie. Le mandat : savoirs, pratiques et représentations

Le Mandat à l’épreuve des passions françaises : l’affaire Sarrail (1925)

Pierre Fournié

Texte intégral

  • 1 Paul Painlevé, Paroles et écrits, Paris, 1936, p. 487.
  • 2 Il en de même des biographies qui ont été depuis consacrées à Aristide Briand, à Paul Painlevé, à (...)

1Comparée aux grandes affaires telles Panama, Dreyfus ou Stavisky dont l’ampleur, les conséquences et la postérité sulfureuse ont marqué les consciences et suscitent encore de nos jours tant de commentaires, l’affaire Sarrail apparaît comme un de ces innombrables tumultes qui ont émaillé l’histoire de la Troisième République. Dans la chronique ordinaire de la France des années vingt, on relève généralement que le bombardement de Damas, le 20 octobre 1925, a anéanti la carrière d’un général connu pour ses opinions républicaines et radicales, à qui le gouvernement du cartel des gauches avait confié un an auparavant la charge de Haut-Commissaire dans les États du Levant. Pour de multiples raisons, passé l’époque du cartel des gauches, on ne parla plus guère ni de l'affaire, ni du général Sarrail. Le 28 mars 1929, ses obsèques eurent lieu dans l’indifférence générale. Paul Painlevé, l’ancien ministre du cartel, y prononça un bref discours, condamnant « l’hostilité de ceux qui n’apercevaient cette haute figure qu’à travers la poussière déformante des polémiques », ne disant mot de Beyrouth, de Damas, de Soueida, « ni l’heure, ni le lieu ne convenant au réveil de discussions encore brûlantes1 ». D’autres protagonistes ont aussi jugé bon de poser un voile pudique sur un sujet décidément bien gênant. Dans leurs mémoires, ni Édouard Herriot, ni Joseph Paul-Boncour, pour ne citer qu’eux, n’ont consacré la moindre ligne aux affaires du Levant2.

  • 3 Général Maxime Weygand, Mémoires, tome 2 (Mirages et réalités), 1957, p. 298.
  • 4 Pierre Fournié, Jean-Louis Riccioli, La France et le Proche-Orient, 1996, p. 26.
  • 5 Théodore Zeldin, Histoire des passions françaises, 1979 (trad.).

2Quant au général Weygand, évoquant les choix politiques qui avaient motivé son rappel et la nomination de Sarrail, il s’est contenté de citer le télégramme du maréchal Foch : « Je connais votre estomac et alors je ne doute pas de sa capacité quand il s’agit de digérer même une pierre3. » S’agissant des questions du Levant, ce silence embarrassé - peut-on parler de refoulement ? -, n’a rien d’exceptionnel et on le constate en bien d’autres occasions4. Aussi peut-il paraître paradoxal de reprendre le titre devenu fameux de Théodore Zeldin5 pour un sujet - le Mandat -, qui n’a jamais suscité qu’un intérêt distant de la part des Français longtemps indifférents au sort de l’Empire. Pourtant, la simple lecture des journaux de l’époque conduit à ce constat : l’affaire Sarrail a bel et bien été marquée par le réveil de ces vieilles « passions françaises », quelque peu assoupies depuis l’union sacrée de la Grande Guerre.

  • 6 Disons d’emblée que la violence des mots, telle qu’elle transparaît dans les nombreux extraits de (...)
  • 7 L’ouvrage du journaliste Jacques Nobécourt - Une histoire politique de l’armée, 1967 - est à notre (...)

3Évoquer l’affaire Sarrail, c’est donc restituer une série de débats périlleux dont il arrive encore à la mémoire collective des Français de s’effaroucher6 : le rôle politique de l’Armée française, l’influence de la franc-maçonnerie sur le gouvernement, le nationalisme de Charles Maurras, l’Action française, etc. En tenter une interprétation, c’est se positionner au centre d’un carrefour historiographique. Marquée d’un caractère éminemment oriental, l’affaire Sarrail n’a cependant guère attiré les spécialistes de l’histoire politique française7, intérieure comme extérieure. Des splendeurs et misères du cartel des gauches, elle apparaît comme négligeable par rapport à la crise financière, au « mur d’argent », à la question des réparations, au pacte de Locarno. C’est tout juste si l’on précise qu’avec la guerre du Rif, la guerre des druzes a été l’un de ces très rares moments où le consensus « droite/gauche » sur les questions coloniales s’est fissuré. Quant aux historiens du Mandat, ils ont jusqu’à présent privilégié le conflit entre la France et les nationalistes arabes : Sarrail apparaît avant tout comme le général, d’abord libéral et disposé au dialogue avec les nationalistes de Damas, puis responsable direct de la rébellion druze dont il sera incapable d’endiguer les progrès.

4L’affaire Sarrail n’est pas seulement cela, loin s’en faut. Le bombardement de Damas n’est en somme que l’épilogue sanglant d’une crise qui eut surtout pour cadre le Grand-Liban et qui relève dans une large mesure d’affaires « franco-françaises ». La présenter comme une nouvelle manifestation de l’antagonisme entre « cléricaux » et « anticléricaux », comporte plus d’un attrait. L’affaire ne fut-elle pas d’ailleurs perçue comme telle par ses acteurs, français et libanais ? N’a-t-elle pas éclaté dès le 29 novembre 1924 quand le radical Édouard Herriot rappelle le général Weygand, catholique fervent et déjà soupçonné d’œuvrer dans l’ombre au renversement de la République, et le remplace par le général Sarrail, un « vrai républicain », catalogué comme franc-maçon par quantité de ses détracteurs ? Ne s’est-elle pas développée dans le contexte très particulier de la brève expérience du cartel des gauches au cours de laquelle la question religieuse, pourtant sensiblement apaisée depuis 1914, se réveille et connaît une soudaine poussée de fièvre ? Étudier l’affaire sous le seul angle de cet antagonisme, forcément réducteur de la nature profonde des enjeux, présente certes quelques risques : rester prisonnier des stéréotypes comme l’ont été les protagonistes, laisser de côté une partie des acteurs qui ne se réclament ni d’un camp, ni de l’autre. Mais derrière ces « passions françaises » qui trouvèrent au Liban le cadre propice à leur expression paroxysmique, l’affaire n’est-elle pas une nouvelle expression de la summa divisio qui déchire la France depuis 1789, de ce conflit de cultures et de sensibilités dont l’étude relève avant tout de l’histoire des mentalités et des représentations.

5Cette communication se limite donc aux acteurs français : les hommes au pouvoir, les parlementaires, le Haut-Commissaire et ses principaux collaborateurs, les publicistes. Les élites libanaises et l’opinion publique du Grand-Liban ne sont évoquées que dans la mesure où les sources consultées ont permis un examen précis de leur rôle.

L’ANTICLÉRICALISME N’EST PAS UN ARTICLE D’EXPORTATION !

  • 8 Dominique Chevallier, La société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe,(...)

6L’analyse des enjeux sous-jacents de l’affaire Sarrail n’est possible que dans une mise en perspective du Mandat par rapport à la question d’Orient, de 1830 à la décennie qui a précédé la Grande Guerre. Au cours de cette période, les conflits intérieurs à la France se sont souvent transportés au Levant alors que s’opérait un curieux transfert psychologique des données européennes sur les situations orientales8. Les événements de 1925 dénotent la persistance de clivages profonds dont on peut faire remonter les premières manifestations aux crises libanaises de 1830 et 1860. À la charnière des deux siècles, au moment de l’affaire Dreyfus, la vision religieuse des rapports entre la France et l’Orient domine encore la politique extérieure française. La France du Levant, cette spécificité de l’expansion impériale française, se trouve alors être à l’intersection de deux grands débats : l’expansion impériale d’une part, les rapports entre l’Église et l’État d’autre part. Si le premier débat n’intéresse que très moyennement la masse des Français, ce n’est bien évidemment pas le cas du second.

  • 9 Vincent Cloarec, « La France du Levant au début du xxe siècle », Revue française d’histoire d’outr (...)

7L’idée de France du Levant9, formule chère aux milieux catholiques français, repose sur les principes du christianisme civilisateur, élément fondamental de la question d’Orient depuis Chateaubriand et Guizot. À travers cette idée et les multiples références à la Tradition, aux Croisades, à « l’alliance de la fleur de lys et du Croissant », se trouvent exaltés l’œuvre des congrégations, les bienfaits du patronage des catholiques orientaux et les liens privilégiés que la France entretient avec les maronites. Cette vision religieuse de la place que la France occupe dans l’Orient arabe constitue, dans la construction de l’identité communautaire de ces derniers, un élément essentiel.

  • 10 En 1899, les contrecoups de l’affaire Dreyfus et l’agitation nationaliste ont poussé les républica (...)
  • 11 Académie des Sciences d’Outre-mer, Hommes et destins, tome VII, 1986, p. 113.

8Cela étant, les républicains au pouvoir en France, tout en mettant en œuvre leur programme de laïcisation à l’intérieur, n’ont d’aucune façon contesté l’apport des congrégations enseignantes. D’où la formule demeurée célèbre d’un Gambetta au père Normand : L’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation ! Bien au contraire, dans le cadre de la politique d’expansion des années 1880-1890, ils ont permis le développement d’un véritable apostolat français vers l’Orient, seul susceptible de donner à l’enseignement du français l’impulsion nécessaire pour faire du Levant une « colonie morale ». Pour des raisons analogues, l’intermédiaire maronite n’est aucunement remis en question. Certes, le vote des crédits destinés aux « œuvres » donne lieu chaque année à de violentes controverses parlementaires ; les républicains les plus radicaux s’expriment en termes parfois virulents sur les organisations confessionnelles et la « féodalité maronite », jugées comme les survivances de pures théocraties rétrogrades. Mais pour rendre à la France son rang de grande puissance, on sait faire taire ses répugnances. Dès F extrême fin du xixe siècle, ce consensus est cependant assez sérieusement menacé par les contrecoups de l’affaire Dreyfus et la mise en œuvre d’une politique résolument anticléricale par le bloc des gauches10. Sous le gouvernement d’Émile Combes, les congrégations religieuses dont certaines ont été impliquées dans la crise nationaliste se voient frappées par la loi sur les associations, appliquée dès 1902 de façon draconienne. Le droit d’enseigner leur est ôté en 1904. Après la loi de séparation de l’Église et de l’État, votée le 9 décembre 1905, le Levant devient naturellement comme leur terre d’exil. La défense de leur patrimoine et du sort de la France du Levant figure ainsi parmi les éléments majeurs de la bataille que livrent les catholiques français contre les lois laïques. Un des futurs protagonistes de l’affaire Sarrail, le père jésuite Claudius Chanteur, fait alors ses premières armes. Entré dans la Compagnie de Jésus en 1888, il a été successivement professeur en Égypte puis chargé de la jeunesse catholique à Lyon à partir de 1905. C’est dans cette ville qu’il prend les premiers contacts avec les missions de Syrie et d’Arménie et qu’il se jette dans la bataille contre les anticléricaux11.

  • 12 Jean-François Sirinelli, dir., Histoire des droites en France, tome 1, p. 209.
  • 13 Maurice Barrès, Enquête aux pays du Levant, Paris, 1923. Après la guerre, Maurice Barrès intervien (...)

9Point fondamental qui préfigure les événements de 1925 : en ces années de lutte contre la « persécution », les catholiques français non ralliés au régime républicain sont pour beaucoup d’entre eux séduits par les idées de Charles Maurras, sans percevoir tout ce que sa doctrine comporte de fondamentalement irréligieux12. Certes, Maurice Barrès, qui incarne l’autre grand courant de la droite nationaliste - qu’on peut qualifier de « républicain » pour l’opposer au nationalisme « intégral » de Charles Maurras -, s’intéresse personnellement aux sort des congrégations13. Cet intérêt ne doit cependant pas faire illusion : c’est bien plus la doctrine maurassienne, marquée par l’amalgame entre traditionalisme contre-révolutionnaire et nationalisme, qui semble le mieux répondre aux attentes des congrégationnistes et de leurs défenseurs.

  • 14 Actes du colloque international tenu au Palais du Luxembourg et à la Sorbonne les 4, 5 et 6 avril (...)
  • 15 C’est ainsi qu’Albert Sarraut jugeait le maréchal Lyautey.

10L’alternative entre opposition et ralliement au modèle républicain concerne alors aussi la « société » militaire, dont les républicains brocardent abondamment les connivences avec les religieux selon la formule restée célèbre de « l’alliance du sabre et du goupillon ». À la différence du xixe siècle, le militarisme fait désormais partie intégrante des valeurs de droite et l’affaire Dreyfus constitue de ce point de vue un point de bascule idéologique dans les relations de l’armée à l’État républicain14. Le bloc des gauches engage avec l’armée une lutte tout aussi acharnée que celle qu’il mène contre les curés. Le fossé se creuse entre les républicains et les officiers, exclus de la société, traités en suspects, soupçonnés de caresser le rêve de renverser « la gueuse » à la faveur d’un coup d’État. Beaucoup, tel Lyautey, trouvent dans l’aventure outre-mer une échappatoire à l’atmosphère pour le moins pesante des garnisons métropolitaines et le moyen de « servir la France tout en disant du mal de la République15 ».

  • 16 Voir Jacques Nobécourt, Une histoire politique de l’armée, 1967 ; Paul Coblentz, Le silence de Sar (...)

11C’est dans le contexte de républicanisation des cadres de l’armée que le général Sarrail fait pour la première fois parler de lui. Le personnage est complexe. Sa trajectoire d’officier atypique mérite quelques commentaires16.

12Maurice Sarrail est né à Carcassonne le 6 avril 1856. Privé de l’affection de sa mère souvent malade, l’enfant est élevé par une gouvernante protestante et son père, inspecteur des Finances, dont l’autorité s’exprime rarement mais toujours brutalement. S’il grandit dans une ambiance très religieuse, la foi l’abandonne vite. Il restera incroyant. C’est déjà un timide et un sentimental. En proie à de fréquents emportements, il peut se montrer très dur. A Dijon, où son père a été muté, il poursuit au lycée des études peu brillantes et se lie d’amitié avec Hubert Lyautey, le futur maréchal. Sans avoir de vocation particulière, il abandonne la préparation à Polytechnique et réussit le concours d’entrée à Saint-Cyr. Ses premières affectations le mènent successivement en Algérie, en Tunisie, à la Légion étrangère et surtout en province, le plus souvent dans les bureaux des états-majors. Premier incident significatif de son horreur du protocole et de son dédain pour la vieille France monarchiste : à la garnison de Castelsarrasin, il donne du mon général au duc d’Aumale (le vainqueur d’Abd el-Kader et prétendant occasionnel de la branche orléaniste) alors que les officiers s’adressent à Monseigneur. En 1885, il est affecté comme lieutenant à Montauban où il épouse la fille d’un notable protestant, au grand scandale d’une partie de ses collègues, gardiens de la tradition catholique de l’armée.

  • 17 Le général André succède en 1901 au général de Galliffet. Il entreprend de mettre sur fiches les r (...)

13Au début du siècle, il entre à l’état-major particulier du ministre de la Guerre, le général André. Il n’y reste qu’un an mais se trouve mêlé à l’affaire des Fiches17. Cette brève période va lourdement peser sur sa réputation. En 1907, il prend la direction de l’Infanterie où il entreprend la refonte des cadres et fait en sorte que les promotions rapides ne profitent pas seulement aux officiers connus pour leur attachement à « la grandeur et aux traditions de l’Armée » au détriment de ceux qui ne vont pas à la messe... L’affaire des Fiches et son travail d’épuration à la tête de l’Infanterie lui vaudront les haines les plus redoutables de la part de générations d’officiers que la Grande Guerre aura épargnés : il sera toujours « le franc-maçon Sarrail », alors que, semble-t-il, il ne l’a jamais été.

LA QUESTION DU LEVANT ET L’UNION SACRÉE

  • 18 Académie des Sciences d’outre-mer, Hommes et destins, tome VII, 1986, p. 113.

14Passé 1906 et la chute du bloc des gauches, le pouvoir passe aux mains des républicains modérés et opportunistes qui, dans la marche inéluctable vers la guerre, cherchent à calmer les « passions ». C’est ainsi que le Parti colonial qui s’est déchiré lors des lois de séparation de l’Église et de l’État, retrouve sa cohésion autour de la question marocaine. S’agissant du Levant, le temps des polémiques semble clos. Laïques et catholiques se retrouvent à l’unisson pour défendre le patrimoine « éternel ». Le gouvernement français fait appel au père Chanteur, devenu en 1912 provincial de Lyon, pour s’assurer la collaboration de l’université de Saint-Joseph dans la mise en place des Écoles de droit et d’ingénieurs de Beyrouth. À cette occasion, Raymond Poincaré lui aurait confié : « Mon père, nous faisons là-bas œuvre commune18. »

  • 19 Vincent Cloarec, La France et la question de Syrie, Paris, CNRS éditions, 1998, p. 67 ; Nadine Pic (...)
  • 20 Gérard D. Khoury, La France et l’Orient arabe, naissance du Liban moderne, 1993, p. 293.

15Pour les hommes au pouvoir, tous républicains modérés, la question se pose toutefois en termes beaucoup plus « syriens » que par le passé et il s’agit d’élargir les foyers traditionnels de l’influence française que sont les communautés chrétiennes, en direction notamment des notables musulmans. Cette tendance se retrouve dans tous les projets d’intervention élaborés pendant la Grande Guerre, les négociations entre les Alliés et les débuts de la Conférence de la paix19. En dépit de l’union sacrée, le vieux clivage demeure et à la tendance « syrienne » s’oppose la tendance « libaniste », prônée par les tenants d’une présence plus culturelle, religieuse et concentrée sur le Liban maronite, regroupés autour de quelques congrégations chassées d’Orient par les Turcs. La tendance « syrienne » qui implique la mise en place d’une politique arabe, trouve un puissant soutien dans la personne de Clemenceau, chantre de l’anticléricalisme et de l’anticolonialisme, dont les contacts avec Fayçal ont été beaucoup plus étroits que ceux qu’il a pu nouer avec les délégations maronites. Si les doléances du « parti chrétien » ne trouvent que peu d’échos dans les milieux gouvernementaux français, les critiques du « parti colonial », et notamment de Robert de Caix, ont en revanche plus de portée, notamment lors de l’aboutissement des négociations Fayçal - Clemenceau à la fin de 191920.

  • 21 On assiste alors en France à ce que l’on a appelé le second ralliement des catholiques français à (...)

16Les élections législatives de 1919 qui assurent le triomphe de la droite sont de nature à orienter la politique au Levant. Clemenceau se retire des affaires et laisse le champ libre aux interventionnistes : le royaume arabe de Fayçal en fait les frais en juillet 1920. Le morcellement de la Syrie en plusieurs États et la création du Grand-Liban, le 1er septembre 1920, reçoivent le soutien sans faille du gouvernement et de la chambre « bleu horizon ». Les milieux catholiques français sont satisfaits et le succès de la politique « libaniste » fait taire les ressentiments provoqués par l’abandon de la Terre Sainte aux Anglais et la renonciation officielle par la France au protectorat religieux lors des accords de San Remo d’avril 1920. À l’intérieur, l’heure n’est plus au réveil des vieilles luttes autour de la question religieuse : les religieux, devenus eux aussi des anciens combattants, sont réintégrés dans la communauté nationale. La majorité parlementaire du bloc national mène d’autre part une politique qui donne gain de cause à certaines revendications de l’électorat catholique : reprise des relations diplomatiques avec le Saint-Siège, tolérance des congrégations, etc21.

  • 22 Le général Hamelin, ancien de l’armée d’Afrique, chef de la section d’Afrique-Orient au ministère (...)
  • 23 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 8, fol. 34, lettre manuscrite de Francisque-Charles F (...)

17À Beyrouth, l’union sacrée subit ses premiers accrocs dès l’automne 1918, à l’arrivée des Français. La lutte contre la famine dont les populations chrétiennes ont été les premières victimes, l’urgence d’occuper le terrain face à l’allié britannique interdisent aux administrateurs français d’étaler au grand jour leur rivalité. Celle-ci semble cependant affecter très vite la cohésion de cette poignée d’officiers de carrière, d’officiers de réserve et de diplomates. Entre le général Hamelin22, commandant des troupes françaises du Levant, et les collaborateurs du consul François Georges-Picot, les incidents se multiplient. Très vite aussi, les relations se tendent avec le clergé maronite. Hamelin fait régulièrement état de la méfiance que lui inspirent les clientèles chrétiennes et les quelques agents du cadre consulaire français, qui retrouvent le Beyrouth qu’ils ont quitté en 1914, entendent médusés ses déclarations tonitruantes à la gloire de « l’anticléricalisme, article nécessaire de notre exportation23 ».

LE HAUT-COMMISSARIAT : UN REPÈRE DE LA RÉACTION ?

18Pour comprendre tant l’état d’esprit que les motivations d’Édouard Herriot dans le rappel du général Weygand et son remplacement par le général Sarrail, il faut s’efforcer de restituer l’opinion que radicaux et radicaux-socialistes ont pu se forger de l’administration mandataire. À l’époque de Gouraud et de Weygand, le Haut-Commissariat est régulièrement dépeint dans la presse radicale comme un repère de réactionnaires soumis aux volontés ultra-cléricales des Jésuites et des maronites. Les critiques portent tant sur la politique des Hauts-Commissaires que sur les modalités d’un contrôle mandataire jugé trop militarisé. À certains moments, elles se combinent aux jugements d’un Poincaré qui stigmatise le caractère pléthorique de l’administration de Gouraud et l’inquiétante dérive vers « l’algérisation » des États du Levant.

  • 24 Jean-François Sirinelli, dir., op. cit., tome 1, p. xiv.

19Il est difficile de faire la part des choses et de situer politiquement les hauts responsables du Haut-Commissariat. On peut néanmoins tenter de repérer deux tendances qui reflètent la division chronique de l’esprit public français en deux familles opposées : la droite et la gauche, ou plutôt le parti de l’ordre et le parti du mouvement. Dans le cas qui nous occupe, la part de la gauche révolutionnaire est quasi-négligeable et les lignes de clivages se dessinent, non pas par rapport à la question sociale, mais bien par rapport à l’héritage révolutionnaire et à la religion24.

  • 25 Gouraud et Weygand manifesteront quelques années plus tard leur sympathie pour le mouvement des Cr (...)
  • 26 Général Maurice Courson de Villeneuve, Souvenirs et correspondance, présentés par Guy Courson de V (...)
  • 27 Archives du MAE, Papiers d’agents n° 241, Paul Verchère de Reffye, « Pages d’histoire ». Sa carriè (...)
  • 28 Sarrail exigera son rappel pour le motif suivant : lecteur de L’Action française (Archives du MAE, (...)
  • 29 La première « victime » de Sarrail qui le renvoie en France le jour-même de son arrivée.
  • 30 Jacques Nobécourt, op. cit., p. 61.

20Il est manifeste que ni Gouraud, ni Weygand, n’ont été des généraux « progressistes ». Si aucun d’eux, à la différence de Sarrail, n’a jamais donné le moindre signe d’un engagement militant auprès d’un parti, on peut toutefois les considérer comme d’éminents représentants de cette droite nationaliste, de type barrésien ou maurassien, avec toutes les nuances de sensibilité que cette appartenance suppose. Gouraud et Weygand, tout comme toute une génération d’officiers, ont la certitude que la France, dans son identité et sa réalité, procède de la civilisation chrétienne25. Il s’agit plus de culture politique et de tempérament que de réelle conviction politique élaborée. Aussi est-ce plus dans l’accomplissement de certains rituels comme l’assistance aux offices religieux, les visites au patriarche et aux établissements congrégationnistes qu’on peut saisir la nature de cette culture politique. La qualité des hôtes de marque accueillis à Beyrouth de 1919 à 1924 est de ce point de vue toute aussi révélatrice : le cardinal Dubois, l’abbé Wetterlé, l’académicien Henry Bordeaux, Myriam Harry (la petite fille de Jérusalem). D’autres signes se trouvent dans la composition de leur cabinet civil et de leur état-major. Certes, l’entourage de Gouraud ne se compose pas seulement de militants de l’action catholique ou de camelots du roi, très loin s’en faut. Mais on ne peut douter de l’appartenance à la droite nationaliste de personnalités telles que Pierre Lyautey, le neveu du maréchal, dont il a fait son chef de cabinet, ou le commandant Courson de Villeneuve qu’il nomme chef du Cabinet politique26. S’agissant de Weygand, la cohésion de son proche entourage est plus saisissante : le consul Paul Verchère de Reffye, catholique pratiquant et intransigeant, le secrétaire général dont Sarrail héritera bien malgré lui27 ; le comte de Sercey, chef du bureau diplomatique ; Jacques Renouard, adjoint du secrétaire général28 ; le général Naulin, commandant adjoint des troupes du Levant29, etc. Un détail qui peut sembler anodin est révélateur de ce « nationalisme chrétien » qui semble unir les proches collaborateurs de Weygand : en 1923, ce dernier cherche vainement à obtenir la nomination au Service des renseignements d’un certain colonel de La Rocque qui n’a pas encore quitté l’armée ni entamé sa carrière de chef des Croix-de-Feu30.

  • 31 Son premier séjour à Beyrouth dure jusqu’à 1927. Son deuxième qu’il entame en 1933 prend fin en 19 (...)
  • 32 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, lettre de Reffye à Clinchant, janvier 192 (...)

21À cette même sensibilité, adhèrent un bon nombre d’officiers de l’armée du Levant, notamment ceux qui servent dans les armes traditionnelles que sont la cavalerie et l’infanterie. Chez les diplomates, il s’agit surtout des agents du cadre consulaire : consuls généraux, consuls, secrétaires de chancellerie et drogmans qui ont connu le Levant ottoman. Il est enfin une composante des milieux français particulièrement méconnue qui, sans être investie d’aucun pouvoir politique, exerce une influence certaine sur les bureaux du Grand Sérail : la « colonie » française. Dans l’esprit gestionnaire des agents du Haut-Commissariat, elle regroupe à la fois les religieux, les hommes d’affaires, les familles de « Français du Levant » installées depuis plusieurs générations. C’est sans nul doute auprès d’elle que se recrutent les éléments les plus actifs du « parti catholique ». S’agissant des religieux, deux personnalités s’imposent dès le début du mandat : le père Chanteur31, devenu après la Grande Guerre supérieur des missions des Jésuites au Proche-Orient, et le père Rémy, capucin, curé latin de l’église Saint-Louis. Personnage débonnaire, soldat de la Grande Guerre, le père Rémy est jugé plutôt inoffensif même s’il est parvenu à cumuler les fonctions d’aumônier militaire des troupes du Levant et d’imprimeur officiel du Haut-Commissariat. La personnalité du père Chanteur est en revanche beaucoup plus controversée : intransigeant, combatif, intrigant, il éveille la suspicion même chez quelqu’un comme Weygand32.

  • 33 Archives du MAE, Papiers Robert de Caix, vol. 3, lettre du 23 janvier 1921.
  • 34 Gérard D. Khoury, op. cit, p. 301.

22Bien évidemment, la France n’est pas seulement représentée au Liban par des éléments « réactionnaires ». On trouve aux côtés de Gouraud une personnalité telle Robert de Caix qui incarne une droite libérale, modérée, « orléaniste ». Agnostique en matière religieuse, Robert de Caix s’est pourtant allié au catholique Gouraud pour contrecarrer les projets de Clemenceau. S’il s’avoue profondément nationaliste, ce n’est pas au sens où l’entendent les Camelots du roi et les sympathisants de l’Action française33. Son nationalisme est avant tout pragmatique, économique, expansionniste, opportuniste, comme celui de la plupart des membres du Parti colonial d’avant-guerre. La seule manière, selon lui, d’asseoir durablement la France dans la région est d’y cultiver et d’y maintenir toutes les raisons d’arbitrage que les clivages de toute nature donnent à la puissance mandataire : les États du Levant doivent demeurer cet agrégat de nations dont le seul lien fédérateur est le représentant de la France34. Aussi est-il, mais pas pour les mêmes raisons que Gouraud, un des plus farouches défenseurs de l’indépendance et de la souveraineté du Grand-Liban.

  • 35 Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ? 1978, p. 199.

23À l’extrême opposé de la tendance incarnée par Gouraud et Weygand, on trouve de nombreux représentants d’un groupe qu’on pourrait qualifier de parti « jacobin ». C’est là que se retrouvent ceux qui se veulent les héritiers de la France des Lumières, révolutionnaire, républicaine et laïque. Les administrateurs des colonies, la plupart francs-maçons, en sont les plus illustres représentants, puissamment secondés par certains officiers de l’armée du Levant, employés dans la troupe et dans les services administratifs, ayant souvent servi dans l’armée d’Afrique ou la Coloniale, issus des armes techniques (génie, artillerie) ou de l’intendance. Beaucoup baignent encore dans la mystique assimilatrice35, même si en ce début des années vingt, le débat sur les mérites comparés des doctrines coloniales (assimilation, protectorat, association) est quelque peu dépassé et si le mandat implique une formule particulièrement souple d’assistance et de conseil. Leur idéal jacobin, leur conscience républicaine les conduisent à promouvoir l’introduction en Syrie et au Liban de tout l’appareil législatif, administratif, judiciaire et scolaire de la métropole. On le sait, les penchants pour l’administration directe qu’ils ont manifestés furent régulièrement dénoncés tant par les élites locales (et pas seulement par les nationalistes) que par les hauts fonctionnaires du Haut-Commissariat (Robert de Caix) et les politiciens français (Raymond Poincaré). Les archétypes sont sans nul doute le capitaine Carbillet et l’administrateur des colonies Léon Cayla qui entament leur carrière au Levant tout au début du Mandat : on les retrouvera en 1925... Fait remarquable et quelque peu paradoxal : le parti « jacobin » dispose à Beyrouth d’une tribune, La Syrie, qui se trouve être aussi le journal officieux du Haut-Commissariat et que dirige une personnalité très influente auprès des Loges, Georges Vayssié.

24C’est bien sûr de ce bord que se réclament les partisans de la solution « syrienne » envisagée en 1919 par Clemenceau et qui faillit prévaloir. On ne peut se risquer à dire que tous les représentants de cette tendance sont fondamentalement hostiles au Grand-Liban mais il est sûr que le petit État, où le confessionnalisme est un des éléments fondamentaux du jeu politique, réunit à lui seul tout ce qui est susceptible de heurter les susceptibilités anticléricales. Très vite, on y soupçonne le danger clérical, l’immixtion des clergés maronite et latin dans la direction des affaires publiques, plus encore l’existence d’un « parti clérical », né de la convergence d’intérêts entre les Jésuites, le clergé maronite et certains administrateurs français.

ROBERT DE CAIX, ARBITRE DES JÉSUITES ET DES FRANCS-MAÇONS

25Si Gouraud confère à son œuvre une tonalité éminemment « chrétienne », c’est plus, comme on l’a vu, dans une série de gestes que dans son action politique qu’on la trouvera. Celle-ci, comme chacun sait, est à mettre à l’actif du comte Robert de Caix chez qui rien ne laisse entrevoir les marques d’un cléricalisme militant, bien au contraire. C’est à lui que le Haut-Commissaire délègue largement toutes les questions d’organisation. Régnant en maître craint sur l’ensemble des fonctionnaires français et, au-delà, sur l’importante colonie française qui vit à Beyrouth, il doit à ce titre intervenir dans les querelles, d’abord sans gravité, qui mettent aux prises cléricaux et anticléricaux.

26Au mois de janvier 1921, alors que de Caix assure l’intérim de Haut-Commissaire pendant le séjour en France du général Gouraud, une compagnie théâtrale présente à Beyrouth « Les mousquetaires au couvent ». Le père Chanteur vient exiger de lui l’interdiction de la représentation et précise que les musulmans ont parfaitement compris que si l’on se moquait des moines, le tour des muftis et des cadis ne tarderait pas à venir. De Caix sait parfaitement que les « jeunes énergumènes du parti catholique français » sont capables d’organiser une manifestation pluri-confessionnelle pour dénoncer la profanation. Il demande au commandant Trabaud, gouverneur français du Grand-Liban, de convoquer quelques notables musulmans pour leur expliquer l’ineptie de l’affaire et leur dire qu’ils sont le jouet des Jésuites. La représentation a lieu sans qu’éclate la moindre bagarre malgré la présence à l’entrée du théâtre de quelques jeunes gens excités que le cordon de police repousse sans difficulté. Mais le Béchir, l’organe des Jésuites, sous le titre de « ignominie et dévergondage », déclare qu’une salle remplie d’officiers et de soldats français a rossé des jeunes gens qui défendaient leur foi. Robert de Caix inflige immédiatement une suspension de quatre jours au Béchir.

  • 36 Archives du MAE, Papiers Robert de Caix, vol. 3, lettre du 23 janvier 1921, fol. 232 et s.

« Il fallait, écrit-il à Albert Kammerer, qu’un jour ou l’autre éclatât un petit conflit entre le Haut-Commissariat et la vieille colonie française menée par les Jésuites, qui ne se consolent pas de voir que le représentant de la France n’est plus le vieux consul chargé de soutenir les droits, et surtout les torts des ressortissants, mais bien le successeur du vali obligé de maintenir l’ordre. Cet incident ne m’a pas encore valu, je le crains bien, la sympathie des Loges qui s’agitent, je crois, beaucoup en ce moment, ce qui est une preuve de plus de l’ineptie des Jésuites, incapables de comprendre qu’un petit incident, si absurde soit-il, ne change rien à l’intérêt primordial que nous avons à soutenir ici les œuvres qui ont enraciné notre culture dans ce pays. Il y a ici beaucoup de gens qui, pour des raisons triangulaires ou autres, sont tout disposés à tirer parti des fautes de nos révérends pour engager la lutte contre eux...36 »

27Robert de Caix, avec cette clarté d’analyse qui frappait tant ses interlocuteurs, identifie parfaitement les protagonistes et perçoit tout le danger qu’il y aurait à soutenir l’un ou l’autre parti qu’il confond d’ailleurs dans un égal mépris. Tant que l’antagonisme ne porte que sur des questions de « morale chrétienne », il le juge sans gravité. Le péril est d’une toute autre nature quand le même antagonisme porte sur l’avenir politique et institutionnel des États sous mandat. Robert de Caix est, on a vu pourquoi, fermement attaché à l’indépendance du Liban dans ses frontières de 1920. Or c’est justement autour de cette question que, dès 1921, il va devoir tenir tête à tous ceux qui veulent revenir sur le partage de la Syrie en plusieurs entités autonomes et instituer une fédération syro-libanaise. Au premier rang des partisans d’une Syrie fédérée, qui pourrait englober le Liban, se trouvent plusieurs agents « radicaux » du Haut-Commissariat. Le général Gouraud se laisse lui-même convaincre de la nécessité de créer des organes communs syro-libanais, premier pas vers la Fédération, dont les chrétiens du Liban ne veulent à aucun prix :

  • 37 Ibid., lettre du 28 février 1921, fol. 271 r°.

« Chose curieuse, confie Robert de Caix à son ami Bargeton37, sans s’en douter le moins du monde, le général [Gouraud] sert, en résistant à la consécration de l’indépendance libanaise, combinée avec la communauté économique syrienne [...], une campagne extrêmement intéressante que je suis en ce moment bien que ses meneurs s’imaginent que je n’en vois rien. Les musulmans de Beyrouth et sans doute ceux de Tripoli luttent pour assurer la fusion du Liban avec la Syrie dans le but de faire partie de la majorité musulmane qui gouvernerait le pays. Les éléments radicaux du Haut-Commissariat travaillent dans le même sens, uniquement par haine des influences religieuses qui nous ont fait ici la situation que nous avons. On est si passionné contre l’action des Jésuites, d’ailleurs souvent encombrants, que l’on se prive de la possibilité de voir où l’on va en s’associant aux musulmans contre les chrétiens. On aime mieux son parti que son pays et l’on couvre cette passion, qui me paraît à moi une manie impardonnable, d’un certain nombre d’idées générales comme la nécessité d’organiser à la moderne, de créer de grandes unités, de réaliser cette géométrie administrative qui est d’ailleurs, sincèrement je le reconnais, dans les tendances des jacobins... Il ne s’agit pas de construire un édifice classique, mais de maintenir, en l’adaptant aux nécessités de la vie et à celles de notre implantation en Orient, l’édifice gothique dont toutes les fondations existent dans ce pays. Je sais qu’une telle conception répugne à un grand nombre de mes collaborateurs... Les plus passionnés sont ceux dont je vous parle plus haut. Je ne mettrai pas de noms étant donné le sujet, mais je puis vous dire qu’il y a ici des loges maçonniques où des hauts fonctionnaires français vont combiner avec des indigènes musulmans les moyens de lutter contre ce qu’ils considèrent comme la politique néfaste du Haut-Commissariat. Ce sont les mêmes qui nous demandent de laïciser à grands frais un certain nombre d’écoles libanaises qui seront soumises au programme nécessairement plus arabe de l’enseignement public dès qu’elles seront soustraites à la direction des patriarcats. »

28Cette entrée en matière un peu longue a le mérite de planter le décor et de montrer comment le germe de la division est bel et bien là, dès l’époque de Gouraud, comment aussi les positions de l’un et l’autre camp paraissent d’ores et déjà inconciliables. Tout se passe comme si, à une époque où le débat est dépassionné en France, le Liban servait de puissant révélateur aux antagonismes.

  • 38 Ibid.

29Du côté anticlérical, on pose de manière quelque peu sommaire une série d’équations, sans percevoir que l’action de Gouraud doit aussi beaucoup au Parti colonial qui compte en son sein de « vrais » républicains. On considère que la politique de Gouraud et de Weygand est l’œuvre des cléricaux ; que le morcellement de la Syrie porte la marque d’un esprit anti-jacobin et de ce provincialisme si cher à la contre-révolution ; que la défiance à l’égard de la majorité musulmane et du nationalisme arabe va à l’encontre des principes de 1789, tout comme l’hostilité au régime de la Turquie kémaliste. Il est de ce point de vue significatif qu’Alphonse Aulard, l’historien de la Révolution française, intervienne dès 1921 dans une série d’articles parus dans la presse radicale française d’où il ressort que « la Syrie aime la France de 1789 et non la France des croisades38 ». Les « cléricaux » de leur côté suspectent principalement leurs adversaires de vouloir mettre en péril le seul et authentique pilier de l’influence française au Liban, la « Nation » maronite, d’entretenir une dangereuse complicité avec les « Libéraux » de la classe politique libanaise, de programmer une laïcisation totale de l’enseignement.

30L’antagonisme est à la mesure d’un enjeu fondamental : quelle est La France qui guide les États du Levant vers leur émancipation ; de quel héritage peuvent se réclamer ses représentants : celui de la fille aînée de l’Église, celui de 1789 ? L’application du mandat doit-elle être l’œuvre des fils des croisés ou des fils de Voltaire ?

31On le voit aussi, l’antagonisme ne se limite pas au débat d’opinion par voie de presse. Chaque parti cherche, et trouve, auprès des élites locales une caution à ses positions, ce type de « clientélisme » jouant dans un sens comme dans l’autre. La classe politique libanaise compte ainsi en son sein deux tendances opposées suivant un clivage équivalant grosso modo à celui qui déchire le Haut-Commissariat : d’une part, celui que les agents français appellent le « parti chrétien » ou le « clan Eddé », clients traditionnels de la France, qui partagent pour beaucoup d’entre eux le même horizon idéologique que les sympathisants de l’Action française. D’autre part, le bloc des « Libéraux » où l’on trouve des notables sunnites, des grecs-orthodoxes, certains étant en passe de se convertir à l’idée libanaise, d’autres demeurant très attachés à l’unité syrienne.

  • 39 Général Catroux, Deux missions au Moyen-Orient, Paris, 1958, p. 58-63.

32Cela étant, jusqu’à 1924, les manifestations du vieil antagonisme n’affectent guère le fonctionnement de l’administration mandataire au Grand-Liban. La présence auprès de Gouraud de collaborateurs comme Robert de Caix ou le commandant Catroux interdit de toute façon tout geste qui pourrait être interprété comme une dérive « cléricale ». En témoigne l’insuccès des Jésuites de l’université Saint-Joseph dans leur tentative de faire fermer l’embryon d’université arabe de Damas, que Catroux défend énergiquement et avec succès auprès du général Gouraud39.

LE CARTEL DES GAUCHES ET L’ANTÉCHRIST

  • 40 René Rémond, L’anticléricalisme en France de ¡815 à nos jours, 1999, p. 247 et s. ; Jean-Francois (...)

33En 1924, l’approche des législatives mobilise en France le sentiment anticlérical auquel le cartel des gauches fait une belle place dans son programme. Le 11 mai, sa victoire marque le retour à l’anticléricalisme officiel qui redevient comme l’inspirateur de la politique gouvernementale. Alors que le bloc national de 1919 avait mené une politique d’apaisement, la « guerre religieuse » se réveille, avec une vive mobilisation des catholiques et une poussée de fièvre antiparlementaire. Les deux partis reviennent en quelque sorte aux positions de 1905, année des lois de séparation de l’Église et de l’État40.

  • 41 Plusieurs ambassadeurs, jugés trop compromis avec le régime précédent, sont rappelés : Barrère (Ro (...)
  • 42 Défenseur de Verdun en septembre 1914, il a participé à la victoire de la Marne. À l’issue de la b (...)
  • 43 Le général Weygand effectua, au moment même des élections, un séjour en France. Alexandre Milleran (...)

34Dans la haute fonction publique, les remaniements sont nombreux et affectent autant les ambassades prestigieuses que les grands postes de l’empire41. Au mois de juillet 1924, le gouvernement Herriot demande la réintégration du général Sarrail dans les cadres de l’armée d’active, sans limite d’âge. Malgré l’opposition du sénat, la demande aboutit. La personnalité de Sarrail est plus que jamais controversée : des grands chefs de la Grande Guerre, au cours de laquelle son parcours a été honorable malgré deux revers retentissants42, il a été le seul à embrasser, d’ailleurs sans grand succès, une carrière politique au Parti radical à son retour à la vie civile. Son combat politique, ses prises de position anticléricales ont fait de lui « le seul général républicain » comme aiment à le qualifier ses partisans. L’administration des possessions d’outre-mer offre alors quantité de postes à pourvoir. Herriot choisit pourtant le seul poste où la personnalité de Sarrail risque de provoquer une très vive polémique : Beyrouth. Les raisons de ce choix peuvent nous échapper (il est vrai que nous en savons les conséquences)43. Le président du Conseil sait parfaitement que son geste sera interprété comme une provocation. Mais l’anticléricalisme sous sa forme militante se conçoit généralement comme un mouvement de défense face au cléricalisme, effectif ou supposé : les hommes du cartel ont décelé dans l’œuvre de Gouraud et de Weygand les marques flagrantes de la « Réaction ». Herriot est-il effectivement persuadé que le Liban est en proie au danger clérical, que le Haut-Commissariat est devenu ce repère réactionnaire qui interdit au Mandat d’évoluer dans un sens libéral et conforme à l’idéal républicain ? Son silence sur l’affaire dans ses mémoires laisse plutôt supposer qu’il a dû fournir des gages tant à certains éléments de son propre parti qu’à divers groupes de pression, français et libanais, francs-maçons ou non. C’est ainsi que le Comité central syrien semble avoir alors retrouvé l’influence perdue depuis le départ de Clemenceau. Plusieurs sources évoquent de manière très explicite l’intervention des milieux francs-maçons. C’est le cas de Ducroq, collaborateur de Weygand, qui constitua un petit dossier curieusement intitulé « circonstances qui ont précédé l’arrivée du général Sarrail en Syrie ». Une note, non datée, mais rédigée après l’éclatement de la révolte druze, fait état du projet, orchestré par le Comité syro-palestinien, d’une insurrection pour le printemps 1924. Le projet, selon la note, aurait échoué grâce à la vigilance de Weygand. La note poursuit :

  • 44 Archives du MAE, Papiers Ducrocq. La note évoque les noms de l’intendant [Aubouy], du docteur Lama (...)

« Reprenant la même idée, les ennemis du Mandat décidèrent en mai et juin 1924 qu’il n’y avait qu’une façon de permettre à une insurrection d’éclater en Syrie, c’était de rappeler le général Weygand. Son rappel fut décidé par les milieux maçonniques de Syrie, d’Egypte et de France. Des émissaires furent envoyés en France pour faire campagne contre lui : Habib Bey Boustani, Michel Bey Louftallah. Ces individus, représentant le CSP du Caire, purent publier dans la presse française leurs accusations contre la puissance mandataire et contre le général Weygand. Les journaux du Midi (Le Petit Provençal par exemple) leur offrirent leurs colonnes. En juillet 1924, un congrès maçonnique se réunissait à Damas, comprenant des délégués de toutes les loges de Syrie. Le rappel du général Weygand fut décidé ainsi que la suppression du Haut-Commissariat. Le général Weygand, incapable de se mêler aux intrigues de la politique intérieure, avait laissé subsister au Haut-Commissariat des fonctionnaires que l’on savait maçons. Presque tout ceux-ci firent dans l’automne 1924 un voyage à Paris, pour y prendre les ordres de la maçonnerie [...] Toutes les forces de la maçonnerie furent mises en œuvre pour amener cette décision, dont le principal intéressé ne fut même pas averti. Une dépêche le rappela brutalement44. »

  • 45 Archives du MAE, Papiers Paul Verchère de Reffye, fol. 22. Le consul est catégorique : le Haut-Com (...)
  • 46 Sans qu’on puisse être catégorique sur ce point, L’Écho de Paris semble avoir pour correspondant o (...)
  • 47 Gustave Gautherot publia en 1920 La France en Syrie et en Cilicie.

35Mais on ne remplace pas Weygand, à qui on reconnaît d’immenses mérites, sans donner de raisons valables. Le consul Verchère de Reffye donne ce qui, selon lui, aurait servi de prétexte au rappel. Indigné des attaques menées contre le cartel par le journal L’Orient, qui reproduisait des articles de L’Action française, Édouard Herriot se serait exclamé : « Voilà les saletés que Weygand paye avec l’argent de la République45. » L’Action française est alors, il est vrai, à l’apogée de son influence auprès des élites, cela en dépit de la faiblesse électorale du mouvement. Le quotidien du même nom est redevenu la tribune d’une droite nationaliste, farouchement hostile au cartel, au même titre que L’Écho de Paris, organe officieux de la Fédération nationale catholique, un des journaux les plus lus par les officiers de carrière et qui publia longtemps les éditoriaux de Maurice Barrès46. Quant à L’Orient, fondé à Beyrouth en 1924 par un groupe de jeunes maronites sur l’initiative des Jésuites, il dispose à Paris des services d’un codirecteur et rédacteur prolixe : Gustave Gautherot, longtemps professeur d’histoire à l’Institut catholique de Paris, spécialiste de l’histoire de la Contre-Révolution, ancien officier au Détachement français de Palestine-Syrie47, fervent défenseur des traditions de la France au Levant et, d’une manière générale, des valeurs morales du catholicisme.

PREMIÈRE CAMPAGNE ANTI-SARRAIL (NOVEMBRE-DÉCEMBRE 1924)

36Sur le moment, la nouvelle de la nomination de Sarrail provoque en France une vive réaction dans la presse de droite. L’Écho de Paris du 29 novembre 1924 énumère ses revers pendant la Grande Guerre, sa retraite misérable en dépit des soutiens qui sont les siens à « l’extrême-gauche » avant de formuler ce postulat : « il ne pouvait avoir en Syrie de pire successeur que Sarrail », et de noter tout ce qu’il y a de paradoxal et de provocant dans la nomination d’un franc-maçon, d’un « militant de l’athéisme » qui va représenter la France dans le berceau des plus grandes religions de l’humanité, où vivent des peuples à la foi profonde et où l’un des fondements de la domination qu’y exerce la France est « l’invariable dévouement du petit peuple maronite ». On lit plus loin : « Le régime abject a reparu ! » ; et encore, à propos des débats parlementaires sur les crédits militaires : « la politique du cartel apparaît avec ce qui fait sa doctrine, sinon sa raison d’être : la haine des curés et des militaires ». Le journal Les Débats, moins hostile, renchérit le 30 novembre : « On subordonne l’intérêt général à la satisfaction d’une coterie » ; et va jusqu’à prophétiser : « Ses opinions politiques et antireligieuses sont trop connues pour que des clientèles ne s’efforcent pas de les exploiter. Il sera assiégé par des intrigants déçus. On s’efforcera de l’entraîner dans un système nouveau » ; on redoute que « le nouveau Haut-Commissaire se laisse aller à la fatale politique islamique préconisée par les brouillons ». Même Le Temps, le 30 novembre, sans donner dans l’exagération de L’Écho de Paris, souligne qu’il est anormal que « l’attribution d’un poste dont dépendent l’avenir de notre mandat syrien et le prestige oriental de la France puisse être considérée comme l’enjeu de caprices ou de combinaisons de partis ».

37Et on reparle du complot maçonnique. En première page de L’Écho de Paris des 19 et 20 décembre 1924, Charles Pichon rappelle que le Grand Orient a, aussitôt connue la décision du Conseil des ministres, télégraphié la nouvelle aux Frères de Syrie qui auraient répondu : « Félicitez Herriot avoir choisi bon républicain. » « Voilà donc où se trouve en réalité, poursuit l’article, le "moteur" des affaires étrangères et de la guerre : il est au Grand Orient [...] C’est dans les loges syriennes que, sous des dehors hypocrites, se cache pour nous le pire danger : on trouverait peut-être en Syrie quelques rares maçons qui ne soient pas nos ennemis ; on n’y trouverait pas d’ennemis de la France qui ne soient maçons. » Le 20 décembre, c’est au tour de Pertinax de remarquer qu’avec le rappel de Weygand : « les radicaux-socialistes ont simplement fait droit aux sommations des hommes de la rue de Valois, installés dans tous les ministères, notamment au Quai d’Orsay ».

  • 48 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, télégrammes du 6 et du 12 décembre 1924.
  • 49 Ibid., vol. 192, fol. 18 v : le programme franc-maçon figure dans une lettre de la loge Le Liban d (...)
  • 50 Ibid., dossier Sarrail, rapport de Reffye du 21 juillet 1925.

38Comment réagit Beyrouth ? Y a-t-on vraiment assisté à la « course aux loges », comme le laisse entendre non sans ironie Verchère de Reffye dans ses mémoires ? Toujours est-il que le 6 décembre 1924, les « démocrates de Syrie et du Liban », groupés dans un Conseil des Loges confédérées, complimentent effectivement par télégramme Édouard Herriot pour la nomination d’un « sincère républicain », disposé à mettre en pratique les principes de laïcité48. Quelques jours plus tard, c’est au tour d’hommes politiques libanais de remercier Herriot et de lui faire part de leur espoir de voir la fin d’une situation politique « en flagrante contradiction avec les aspirations et les revendications incessantes de la population ». On attend du nouveau Haut-Commissaire beaucoup de réalisations et en premier lieu : la laïcisation de l’État et de l’enseignement supérieur ; la paix entière et des accords économiques avec les États voisins ; la liberté politique et l’organisation de l’unité syrienne49. L’arrivée de Sarrail étant annoncée pour le début du mois de janvier, la loge de Beyrouth crée alors un comité de réception auquel Verchère de Reffye, après quelques hésitations, accorde un caractère officiel, ses interlocuteurs étant parvenus à rallier des représentants de tous les rites principaux50 !

  • 51 Ibid., vol. 192, fol. 17 : lettre du 7 décembre 1924.

39Dans l’autre camp, c’est bien évidemment la consternation, comme en témoigne cet éditorial du 3 décembre du journal Le Réveil, dirigé par Alex Khoury : « Notre parole, venant à son heure, délivrée de la banalité des considérations hâtives et protocolaires, certaine de traduire les sentiments du bloc libanais, sans distinction de classes ni de rites, peut désormais se faire entendre et notre journal, en parfaite communion avec la pensée nationale, imprimer : Nous ne comprenons pas. » Mais la consternation n’affecte pas seulement les milieux dits « cléricaux ». La loge Le Liban qui entretient une correspondance régulière avec un agent du Quai d’Orsay note que dans le groupe de ceux que la venue d’un Haut-Commissaire laïque inquiète, figurent certains notables musulmans51.

  • 52 Paul Colbentz ? op. cit., p. 204.

40Une « guerre sainte » est aussitôt déclarée. Les Jésuites sont soupçonnés de l’orchestrer, ce qui fera dire à leur victime : « ce sont eux qui ont commencé les hostilités ». Il est cependant difficile de vérifier à travers les sources si, comme l’assure Paul Coblentz52, une minute de silence a été alors prescrite dans les écoles du Liban. Le départ de Weygand donne lieu à des manifestations où les Libanais expriment des regrets d’une touchante unanimité. Sitôt qu’il est parti, les provocations se multiplient de part et d’autre, principalement animées par le père Chanteur et Georges Vayssié, le directeur de La Syrie. Dans les écoles des Jésuites et des Frères, on annonce que l’ère des persécutions est revenue, on répand la rumeur que Sarrail est franc-maçon, que c’est un sectaire, etc. Pour répondre à cette campagne, Georges Vayssié publie le 7 décembre un éditorial intitulé « L’Antéchrist » :

« Nous avons appris une nouvelle qui, tout d’abord, nous glaça d’effroi. Mais nous reprimes rapidement nos esprits car, enfin, pour un journaliste, elle est de premier choix et promet des reportages sensationnels. Oyez plutôt : L’Antéchrist va revenir [...] Et ne souriez pas, bonnes gens. Nous n’inventons rien ou presque. Cette nouvelle, des centaines d’apôtres vont la prêchant ouvertement. Ils la prêchent sur la place publique ; ils la prêchent dans les salons ; ils la prêchent à l’école [...] Nous plaisantons et, pourtant, nous n’annonçons rien que de véritable. Parce que le général Weygand quitte le Liban et la Syrie et que le général Sarrail lui succède, les étoiles vont tomber du ciel et toute l’œuvre de la France au Levant sera ruinée de fond en comble en même temps que les territoires de Mandat [...] Rome continuait Rome ; la France continuera la France. Et la France, ici, ne peut être que ce qu’elle a dit qu’elle serait : une pour tous. Il faut de l’ordre dans la maison ; Sarrail en mettra comme Weygand ; il faut une sereine impartialité, Sarrail en montrera comme Weygand ; il faut un frein à certaines prétentions ; Sarrail l’aura en main comme Weygand. Si le collier serre plus fort, c’est que la pente où l’on voudrait entraîner le représentant de la France se montrera plus déclive, mais sur ce chemin, il ne tient qu’à certains de ne pas forcer les hauts commissaires à s’engager. Bon gré, mal gré, il faut se faire à l’idée que nous ne sommes pas ici pour y continuer le passé, pour assurer par d’injustes faveurs des souverainetés spirituelles ou temporelles [...] » Le Mandat ne nous a pas été imparti pour éterniser l’injustice et l’oppression. La France gouverne par le peuple et pour le peuple ; pour sa progression vers l’affranchissement de la pensée qui vaut, certes, l’affranchissement des corps. Que cela gêne ou ne gêne pas ceux qui vivaient de pouvoirs usurpés, il faut que cela soit et cela sera [...] L’anticléricalisme n’est pas un article d’exportation ; le cléricalisme ne saurait être davantage un article d’importation. Ni cléricalisme donc, ni anticléricalisme. Simplement l’entière liberté de la foi sous condition que chacun reste sur son domaine et ne prétende pas à déborder sur celui du voisin [...] »

LES PRÉPARATIFS DU DÉPART ET L’ARRIVÉE À BEYROUTH DU GÉNÉRAL SARRAIL

  • 53 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, note d’entretien du 4 décembre 1924.

41Qu’en est-il du principal responsable de la polémique qui n’est d’ailleurs pas la première dont il soit victime ? Le 4 décembre 1924, Sarrail se rend au Quai d’Orsay et demande un entretien à Jules Laroche, directeur des Affaires politiques53. L’entrevue se limite à quelques vues générales. Le diplomate parle à son interlocuteur des frictions avec la Turquie, en raison de la présence des Arméniens sur la frontière. S’agissant des questions religieuses, le général affirme qu’il entend observer une stricte neutralité et partage le point de vue du Quai d’Orsay sur la nécessité d’aider les établissements d’enseignement, si utiles à l’influence française. Mais cette aide ne s’entend, selon lui, que « dans la mesure où ils ne pouvaient être remplacés, pour des raisons d’ordre divers, par des établissements laïques et à condition qu’ils ne fassent pas de politique ». Laroche note que Sarrail lui a paru assez préoccupé par la question sioniste et par la perspective d’en profiter pour augmenter les difficultés de l’Angleterre. Le diplomate l’en dissuade et le général conclut l’entretien en se déclarant prêt à pratiquer une politique très libérale.

  • 54 P. Coblentz, op. cit., p. 199-200.
  • 55 Nadine Picaudou, op. cit., p. 67.

42Il a aussi un entretien avec Édouard Herriot, dont Paul Coblentz donne un compte rendu précis54 : « Gouraud et Weygand, aurait déclaré Herriot, ne se sont guère intéressés qu’à la minorité chrétienne, aux latins ; il n’est que temps, si la République veut s’éviter bien des surprises désagréables, de songer un peu à l’immense majorité musulmane. » Il demande aussi à Sarrail de réaliser rapidement les plus importantes compressions budgétaires, pour le civil comme pour le militaire. « Si l’on n’entre pas dans cette voie, dit Herriot, nous finirons par ne plus obtenir de la gauche le vote des crédits indispensables. » De fait, à la différence de ses prédécesseurs et de ses successeurs, il semble bien que Sarrail ait envisagé son rôle avec quelques idées bien arrêtées : rompre avec la politique de Gouraud et Weygand, s’extraire du repli sur la clientèle maronite et rechercher un compromis avec les sunnites55.

  • 56 P. Coblentz, op. cit., p. 199 : référence à l’ascendance mystérieuse du général Weygand, orphelin (...)

43Weygand et Sarrail se croisent dans l’antichambre du général Nollet, ministre de la Guerre. Le premier ôte son képi pour ne pas avoir à saluer son successeur qui commente en aparté cette attitude si peu militaire : « Si l’exactitude est la politesse des rois, il y a des fils de rois qui sont très mal polis56. »

  • 57 Archives du MAE, Papiers Ducrocq, dossier « Circonstances qui ont précédé l’arrivée du général Sar (...)

44L’arrivée de Sarrail à Beyrouth est annoncée pour le début du mois de janvier. Verchère de Reffye, Haut-Commissaire par intérim, est parvenu à calmer les tensions. Georges Vayssié et le père Chanteur se montrent plus discrets. Tout est calme à la veille du grand jour. Le 2 janvier 1925, Sarrail est accueilli à bord du Lotus par ses futurs collaborateurs, civils et militaires. À sa descente sur les quais de Beyrouth, viennent aussi l’accueillir Soubhy bey Barakat, président de l’État syrien, ainsi que plusieurs membres des gouvernements et des conseils représentatifs syriens et libanais, les délégations des corps constitués. Seuls les Jésuites et les Frères des Écoles chrétiennes semblent s’être abstenus. Les loges de Syrie lui font un magnifique accueil et élèvent un arc de triomphe portant les mots de « Liberté, Égalité, Fraternité, Au général Sarrail, Salut de la Nation » et sur le fronton duquel certains croient reconnaître les emblèmes maçonniques57. Au cours du trajet vers le Grand Sérail, malgré le mauvais temps, le général haut-commissaire a droit aux vivats traditionnels de la population de Beyrouth. Vient la cérémonie au cours de laquelle il se fait présenter l’ensemble de ses collaborateurs. Cette fois, les Jésuites sont là, à la place qui leur a été réservée par le protocole.

  • 58 Ibid., Papiers de Reffye, p. 32. Le diplomate avoue que c’est grâce à sa seule mémoire qu’il resti (...)

45Premier coup de tonnerre : en présence du général Vandemberg, gouverneur du Grand-Liban, Sarrail annonce aux membres du Conseil représentatif qu’ils vont devoir élire leur gouverneur. Si l’on en croit les mémoires de Verchère de Reffye, Vandemberg reste silencieux, figé dans une attitude martiale ; la stupéfaction se lit sur tous les visages ; Fouad Arslan, député au Conseil représentatif, s’avance vers Sarrail58 :

« - Mon général, dit-il, je suis sûr d’interpréter l’opinion de tous mes collègues : si vous nous laissez choisir notre gouverneur, notre choix est fait : nous nommons le général Vandemberg.
- Non, non, rétorque Sarrail. C’est fini, les gouverneurs français. Je veux que vous élisiez un gouverneur libanais. Je veux un Libanais. »

  • 59 Ibid., Syrie-Liban, vol. 192, f. 28.

46La loge Le Liban donne une toute autre version des faits59 : l’annonce de Sarrail, « tel un coup de foudre, parvint immédiatement à toute la foule qui remplissait le Sérail et la joie de presque tous était immense ».

QUESTIONS DE PERSONNES

  • 60 Les mémoires de Verchère de Reffye, rédigées longtemps après son séjour à Beyrouth, donnent de ses (...)
  • 61 Tarn-et-garonnais d’origine, fils d’épicier, Léon Solomiac entame alors une belle carrière dans l’ (...)
  • 62 En 1926, Pierre-Alype sera pendant quelques semaines délégué par Jouvenel à Damas. Incapable de re (...)
  • 63 Archives du MAE, Papiers de Reffye, p. 41-42.

47Les premiers contacts de Sarrail avec son secrétaire général Verchère de Reffye sont plutôt bons60 mais ce dernier se trouve rapidement isolé et tenu à l’écart d’une grande partie des questions politiques. Pour constituer son cabinet civil, Sarrail prend comme chef de cabinet un certain Desbordes-Rexes, sous-préfet de carrière, très peu au fait des convenances diplomatiques et des complexités du Levant. Comme chef adjoint de cabinet, il désigne un jeune administrateur des colonies, Léon Solomiac61. À Paris, il impose comme délégué un autre administrateur des colonies, dignitaire franc-maçon, François Pierre-Alype62. Il s’entoure en outre de personnalités aux fonctions mal définies : Paul Coblentz, militant de la SFIO qu’il avait connu à Salonique, l’auteur du Silence de Sarrail ; Georges Vayssié, le directeur de La Syrie ; quelques officiers appartenant à la maçonnerie tel le colonel Denis et surtout l’intendant militaire Aubouy63.

  • 64 Coblentz, op. cit., p. 204. Verchère de Reffye dresse le même constat.
  • 65 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, lettre du 18 janvier 1925. Le Service des (...)
  • 66 Il s’agit du fameux général responsable du « désastre de la colonne Michaud » (3 août 1925).

48S’agissant de l’armée du Levant, où l’on observe que le nombre des officiers allant à la messe a diminué de moitié64, Sarrail applique immédiatement les consignes de restriction budgétaire, y compris dans le Service des renseignements qu’il rattache directement à son cabinet civil ! Dans sa première lettre à Herriot, il écrit : « le SR compte 67 officiers, chiffre inadmissible65 ». À l’état-major, sa première victime est le général Naulin, l’adjoint de Weygand au commandement des troupes du Levant, qu’il renvoie aussitôt en France et remplace par le général Michaud66.

  • 67 Coblentz, op. cit., p. 218.
  • 68 Ibid.
  • 69 Il serait intéressant de connaître les liens de parenté avec le fameux commandant du Paty de Clam (...)

49Il ne parvient pas toutefois à se débarrasser de tous les éléments qu’il juge « réactionnaires », et en premier lieu à obtenir l’éloignement de deux hommes qui vont lui causer « à eux seuls plus d’ennuis que les Jésuites les plus retors67 » : le consul Paul Verchère de Reffye, son secrétaire général, et le comte Robert de Caix, devenu délégué à la Commission des Mandats de Genève. Robert de Caix, de Genève ou des bureaux du Quai d’Orsay où il a conservé de solides amitiés et une très réelle influence, va se montrer d’une redoutable efficacité dans le « torpillage » des projets de Sarrail, notamment à la suite du départ d’Édouard Herriot et du retour du tandem Briand-Berthelot aux Affaires étrangères en avril 1925. Dans une certaine mesure, on retrouve la situation de 1920 : dans l’aversion qu’il nourrit à l’égard de Sarrail comme cela avait été le cas à l’égard de Clemenceau, Robert de Caix se fait l’allié objectif d’un homme jugé « clérical », Verchère de Reffye, exactement comme il avait agi aux côtés du général Gouraud. Quant à Verchère de Reffye, « le servile exécutant des volontés ultra-cléricales68 », il va prendre, à Beyrouth et au sein même du Haut-Commissariat, la tête d’une discrète mais très active sédition, cela dès le mois de janvier 1925 et jusqu’au 10 juin, date de son départ en congé très diplomatique. Aux échelons subalternes de la hiérarchie du Haut-Commissariat, ses fonctions de Haut-Commissaire par intérim lui ont toutefois permis de renouveler à temps les contrats de nombreux collaborateurs non fonctionnaires. Un des heureux bénéficiaires est un certain Charles du Paty de Clam69.

LES HONNEURS LITURGIQUES ET LA VISITE AU PATRIARCHE

  • 70 Mgr Giannini, ancien custode de Terre sainte, est délégué apostolique en Syrie depuis 1905. C’est (...)

50Le 3 janvier, lendemain du jour de l’arrivée de Sarrail, le père Rémy vient prier Sarrail d’assister à une messe célébrée en son honneur à Saint-Louis-des-Français. Sarrail sait fort bien qu’il devra assister aux fameuses messes consulaires consacrées par l’usage. Mais cette messe d’accueil en est-elle une ? Il consulte aussitôt Verchère de Reffye, considéré comme le spécialiste de ce genre de questions. Ce dernier reconnaît qu’il ne peut s’agir d’une messe consulaire et le Haut-Commissaire refuse très poliment l’invitation. Le père Rémy feint de saisir les scrupules du général mais quittant le Grand Sérail, court avertir Mgr Giannini, le délégué apostolique70. Ce dernier prévient Sarrail qu’il va annoncer à Rome la mort des privilèges de la France en Orient. Et il le fait.

  • 71 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 271, fol. 51 et s.

51À Rome, le secrétaire d’État, le cardinal Gasparri, intervient auprès de l’ambassade de France71. Le Quai d’Orsay demande aussitôt des explications à son Haut-Commissaire. Verchère de Reffye est à nouveau consulté : il considère que l’invitation du père Rémy, à qui il avait pourtant conseillé de se tenir tranquille, est une provocation manifeste ; que le capucin n’est dans cette circonstance que l’instrument des Jésuites et de Mgr Giannini, que la protestation de ce dernier est « stupide ». Il affirme même, dans une lettre « privée », que ce sont bel et bien les Jésuites français et le premier d’entre eux, le père Chanteur, qui ont tous les torts dans cette affaire, Sarrail s’étant parfaitement conduit. Il craint que Giannini ne « souffle sur le feu, comme tout bon Italien, dans une intention beaucoup plus politique que religieuse ». Le 11 janvier, il demande donc au Quai d’Orsay d’insister auprès de la direction centrale de l’Ordre pour que le père Chanteur soit immédiatement rappelé et remplacé par un directeur plus souple et plus diplomate. L’attitude de Verchère de Reffye laisse perplexe quand on connaît par ailleurs la version des faits, systématiquement hostile à Sarrail, qu’il donne dans ses mémoires. On peut s’interroger : a-t-il agi de la sorte pour préserver son poste ? Pour prouver qu’il n’est pas le clérical qu’on le soupçonne d’être ? Les Jésuites ont-ils vraiment tendu un piège à Sarrail ?

  • 72 Si dans le cadre des accords de San Remo et du traité de Lausanne, la France a renoncé de facto à (...)

52Toujours est-il qu’on se préoccupe à Paris de savoir quelle est exactement la nature de la messe refusée par Sarrail. L’invitation du père Rémy est-elle une invitation personnelle comme le déclare Sarrail ? Ou fait-elle bien partie des honneurs liturgiques ? Les points soulevés sont de nature à la fois historique et juridique. Le conseiller pour les affaires religieuses conclut que l’assistance à un tel office n’implique aucunement que le représentant de la France entend faire acte de religion ; qu’assister à la cérémonie d’accueil est en quelque sorte prendre possession des droits de patronage qu’exerce la France sur l’édifice de Saint-Louis-des-Français, le clergé qui le dessert et les fidèles qui s’y rassemblent ; que Mgr Gianinni a eu raison de considérer que le refus constituait un changement considérable dans les usages, mais qu’il aurait dû inviter lui-même le général Sarrail72. Les choses en restent là.

  • 73 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, lettre du 18janvier 1925 et rapport de Re (...)

53Le clergé oriental, plus opportuniste, se tient tranquille et cherche à se mettre au plus vite dans les petits papiers du général. Le patriarche maronite, inquiet de savoir sur quelle base établir les rapports avec le nouveau Haut-Commissaire, décide de se rendre en personne à la Résidence des Pins. Jamais, de l’avis de tous, on n’avait vu le patriarche prévenir la visite que lui doivent les représentants de la France et descendre de Bkerké à Beyrouth. Le 10 janvier 1925, la venue du prélat à Beyrouth donne lieu à une immense manifestation et à plusieurs provocations : dans la foule rassemblée sur le trajet du cortège, les petits élèves des écoles jésuites auraient crié : « Vive Weygand ! », « Vive Vandemberg !73 » En dépit de cette provocation, la visite se déroule de la manière la plus cordiale. Chacun s’attend alors à voir Sarrail rendre la politesse dans les trois jours, pour répondre à une attention si exceptionnelle. Verchère de Reffye, discrètement sollicité par l’entourage du patriarche, fait plusieurs remontrances à son chef. Rien n’y fait, même les reproches du Quai d’Orsay.

  • 74 Ibid., vol. 378, fol. 60-61.

54Entorses maladroites au protocole ou gestes d’hostilité caractérisés, les différends se multiplient entre le Haut-Commissariat et les religieux. S’agissant des établissements d’enseignement, Sarrail se dérobe le plus souvent aux invitations qui lui sont régulièrement adressées. Révélateur de ce nouveau climat, cet incident, parmi d’autres, que nous révèle le compte rendu d’un entretien entre le Haut-Commissaire et le directeur du collège des Frères de Beyrouth, au mois de janvier 192574 :

Sarrail : Qu’est-ce que vous me voulez ?

Le Frère : Mon général, je viens vous offrir les hommages des Frères des Écoles chrétiennes de Beyrouth.

Sarrail : Oui, je connais les Frères ; je les ai vus à Salonique. Qu’est-ce que vous enseignez à Beyrouth ?

Le Frère : Mon général, nous donnons l’enseignement primaire et secondaire.

Sarrail : Ce ne sont plus les Frères d’autrefois qui ne tenaient que de petites écoles. Avez-vous vos diplômes ?

Le Frère : Mon général, nos frères n’ont pas tous leurs diplômes. Comme nous n’avons plus de maisons de formation en France, il n’est pas facile à nos jeunes frères d’en obtenir. Du reste, aucun diplôme n’est exigé en Orient pour l’enseignement.

Sarrail : Alors, vous enseignez sans diplômes. C’est facile, du reste, cela importe peu.

Le Frère : Mon général, j’espère que vous nous ferez l’honneur d’une visite. Sarrail : Non, je suis au-dessus de toutes les confessions. Il y en a trop dans ce pays.

Le Frère : Voudriez-vous au moins, mon général, présider une fête sportive que nous donnerons au mois d’avril ?

Sarrail : Pas davantage, d’ailleurs, je n’ai pas le temps.

Le Frère : Pouvons-nous compter, mon général, sur toute votre bienveillance ?

Sarrail : Oui, comptez sur ma protection. Ou plutôt non, pas sur ma protection, mais sur ma bienveillance. Vous êtes Français, cela me suffit.

55Le frère se retire. À la fin du compte rendu qu’il a lui-même établi, il précise que le Haut-Commissaire a entre-temps présidé le patronage des anciens élèves de la Mission laïque, où il a d’ailleurs placé ses enfants, et qu’il a visité l’école musulmane de Tripoli, ce qui aurait donné lieu à des manifestations contre les chrétiens. Édouard Herriot réclame une nouvelle fois des explications à son Haut-Commissaire en soulignant que le collège compte parmi ses élèves de nombreux élèves non catholiques.

LA DISSOLUTION DU CONSEIL REPRÉSENTATIF LIBANAIS

  • 75 Ancien commandant de corps d’armée, Vandemberg fut nommé gouverneur du Liban le 23 juin 1924. Weyg (...)

56Le spectaculaire limogeage du gouverneur Vandemberg75 a provoqué, on l’a vu, une certaine stupeur. L’intérim est assuré quelques jours par l’administrateur des colonies Jean-Pierre Dumont, dignitaire maçon, qu’on fait venir de Lattaquié. En fait, même dans les milieux hostiles à Sarrail, il ne semble pas qu’on ait beaucoup regretté le gouverneur nommé par Weygand, aux méthodes brutales et qui manquait singulièrement de souplesse. Ce faisant,

57Sarrail n’avait fait que respecter les consignes libérales d’Édouard Herriot : la décentralisation et l’initiation à la vie politique ne justifiaient-elles pas la désignation d’un gouverneur issu des milieux politiques libanais ? Il fut d’autre part encouragé dans cette voie par un bon nombre de personnalités libanaises.

  • 76 Archives du MAE, Papiers de Reffye, p. 34.

58Le Conseil représentatif, en place depuis les élections du mois de mai 1922, est convoqué pour le 13 janvier. Verchère de Reffye tente de faire comprendre à Sarrail combien sa décision peut être lourde de conséquences et risque de rompre l’équilibre fragile sur lequel repose le fonctionnement de la petite assemblée. C’est le premier affrontement entre les deux hommes, que le secrétaire général a restitué sous forme de dialogue dans ses mémoires76. S’il est naturellement permis de douter de l’authenticité de tous les propos, on n’imagine pas non plus que Verchère de Reffye ait tout inventé :

« - Vous voulez, demande Verchère de Reffye, que le Conseil représentatif élise librement son gouverneur ? Connaissez-vous l’opinion de sa majorité ? -Non.

- Ce sont les maronites qui dominent ; c’est donc sans doute le candidat du patriarche qui sera élu.

- Je ne veux pas d’un clérical.

- Alors, ne leur faites pas élire leur gouverneur, choisissez-le vous-même.

- Je veux les habituer aux mœurs parlementaires.

- Alors c’est le candidat de la majorité qui passera.

- Je n’en veux pas.

- C’est cependant ce qui arrivera si vous les laissez libres [...] En tous cas, donnez-leur une chance d’en sortir. Laissez-les choisir un gouverneur français élu.

- Lequel ? »

59C’est ainsi qu’on songe à faire « élire » Léon Cayla, administrateur des colonies, alors gouverneur à Lattaquié, qui ne fait pas mystère de son appartenance à la franc-maçonnerie. Comme cela avait été le cas pour les élections de 1922, le Liban entre aussitôt dans une vive effervescence, à laquelle participent plusieurs agents français, en activité ou en retraite forcée comme le général Vandemberg. On observe même un regain de l’agitation nationaliste. De nombreuses candidatures surgissent d’un peu partout mais Sarrail fait savoir qu’il voudrait voir nommer Léon Cayla. Ses collaborateurs, aidés par les loges de Beyrouth, agissent avec une telle maladresse que le vœu du Haut-Commissaire est vite perçu comme un ordre. La réaction est vive : dans de nombreuses réunions politiques, les députés soupçonnés de vouloir donner leur suffrage au « candidat » français sont accusés de traîtrise à la patrie. Tout laisse finalement supposer qu’Émile Eddé, le président du Conseil représentatif, va recueillir une petite majorité. Les proches de Sarrail, français et libanais, tout en déclarant que cette majorité autour du nom d’Eddé est une pure fiction, redoutent son succès. Le fait que les précédents Hauts-Commissaires aient considéré ce notable maronite, ancien élève des Jésuites, comme un ami éprouvé de la France ne plaide pas en sa faveur. On oublie qu’il est aussi un candidat de conciliation, accepté par la plupart des sunnites et des druzes. Sarrail fait alors dire qu’il ne veut pas d’un gouverneur acquis au « parti clérical », que si celui-ci est élu, il dissoudra le Conseil. Pour éviter que les députés ne se mettent d’accord sur le nom d’Eddé, il exige que le vote intervienne immédiatement, sans discussion préalable et que les bulletins de vote, au lieu d’être détruits, lui soient remis ! Plusieurs députés, inquiets des conséquences que peut avoir une telle désignation, réclament qu’une discussion préalable ait lieu avec le Haut-Commissaire et se séparent sans avoir voté. Le lendemain, le 12 janvier 1925, le Haut-Commissaire prononce la dissolution du Conseil. La désignation du nouveau gouverneur s’avérant impossible, il nomme Léon Cayla.

  • 77 Ibid., Syrie-Liban, dossier Sarrail, lettre du 18 janvier 1925 à Édouard Herriot.

60Sarrail est-il allé trop vite ? Lui-même, selon Reffye, semble le reconnaître. Son intervention despotique, l’inconséquence de ses actes laissent perplexe et la lettre qu’il écrit de sa main à Herriot laisse même planer un doute sur sa bonne foi : il reconnaît que « les intrigues, les tractations, les promesses » sont allées bon train77, tant et si bien que le candidat - il s’agit d’Émile Eddé - qui paraissait devoir l’emporter s’est désisté juste avant le vote, sa candidature ayant été présentée comme une protestation contre la personne même du Haut-Commissaire.

DEUXIÈME CAMPAGNE ANTI-SARRAIL (JANVIER - MARS 1925)

61En France, à la fin du mois de janvier 1925, les trois affaires (les honneurs liturgiques, la non-visite au patriarche, la dissolution du Conseil représentatif) donnent lieu à une deuxième campagne de presse. Les circonstances sont exceptionnellement favorables. Le Parlement discute alors du budget des Affaires étrangères. La suppression de l’ambassade au Vatican, l’ouverture de celle auprès des Soviets provoquent des débats houleux :

  • 78 Georges Suarez, Les heures héroïques du cartel, 1934, p. 49.

« Jamais, écrira G. Suarez quelques années plus tard, même au temps où le radicalisme jacobin, sous l’aiguillon infernal de Clemenceau, montait à l’assaut du pouvoir, on n’avait vu pareil déchaînement d’appétits, de passions et de haines. Les séances de la Chambre ne sont plus que des controverses passionnées dans une atmosphère surchauffée, où les débats s’achèvent dans le tumulte quand ce n’est pas en bataille rangée78. »

62Tout commence à la Chambre des députés avec la lecture par le député Achille Fould d’une lettre reçue de Beyrouth sur le refus des honneurs liturgiques par Sarrail. Le 28 janvier, Édouard Herriot répond à l’interpellation. Il reconnaît qu’il y a eu quelques incidents mais affirme que le général Sarrail est en revanche résolu d’assister aux véritables messes consulaires. L’Écho de Paris ne se satisfait pas des informations données par le président du Conseil et titre en première page, le 30 janvier 1925 : « Sarrail continue. » On peut lire dans L’Action française des 27 et 29 janvier : « Les gaffes du général Sarrail : ce jacobin, par ses maladresses et ses brutalités aura vite fait de liquider la Syrie. »

  • 79 Il faut voir là une allusion aux déclarations d’Herriot au Parlement sur leur caractère très minor (...)

63Lors de la séance parlementaire du 31 janvier, il est à nouveau beaucoup question de Sarrail. C’est le député Biré (non inscrit à un groupe parlementaire) qui relance le débat sur le protectorat catholique : « Jusqu’ici nous ne connaissons que deux mesures qui semblent difficilement conciliables avec l’intention exprimée par le gouvernement [de sauvegarder ce protectorat]. C’est d’une part, la suppression de notre ambassade auprès du Vatican, et c’est d’autre part, le remplacement du général Weygand par un général qui n’a jamais passé pour très favorable aux catholiques... » Le débat est vif. Henry Simon, député radical et rapporteur du budget, admet que la révocation de Vandemberg et la dissolution du Conseil ont été des « erreurs de psychologie ». Herriot, pressé de fournir des explications, a de la peine à garder son sang-froid. Il finit par reconnaître que des « factions syriennes » ont joué un rôle dans cette affaire, mais que Weygand lui-même était prisonnier d’une autre faction. Le lendemain, le 1er février, L Écho de Paris et L’Action française font du débat autour de Sarrail leur première page. L’éditorial de L’Action française se termine ainsi : « Tous ses actes inspirés par le seul esprit maçonnique ont eu en moins d’un mois des résultats désastreux. » Le 2 février, en première page, le même journal revient sur les débats de la Chambre et titre : « Rappelez Sarrail. » Évoquant à nouveau les raisons véritables qui ont motivé la désignation de Sarrail à ce poste, les chambardements qu’il a provoqués dans son état-major, l’article met l’accent sur les questions confessionnelles et les rapports de Sarrail avec les maronites : « L’appui maronite n’est pas le fruit de négociations récentes, le bénéfice d’un contrat artificiel et révocable. Non ! En l’absence comme en présence de la France, les maronites ont été pour nous des alliés naturels, des amis persécutés par nos ennemis, de véritables Français de la première heure. Même s’ils n’étaient qu’un petit nombre79, une telle qualité ne commanderait-elle pas du côté de Sarrail quelque considération ? Heureux les gouverneurs qui trouvent à pied d’œuvre un tel dévouement ! Mais comment l’homme qui est venu dire, à la barre du procès Berton, son horreur physique du prêtre et du viatique, comment pouvait-il garder son sang-froid devant les églises syriennes ? » S’agissant de la polémique sur les honneurs liturgiques, l’article reprend la mise au point faite dans L’Osservatore Romano qui « oppose à chaque ligne la patiente habileté des fondateurs de notre hégémonie orientale à la haineuse brutalité de nos liquidateurs de hasard ».

  • 80 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 192, fol. 57 ; vol. 162, fol. 246-248.

64Les polémiques gagnent Beyrouth où les journaux « cléricaux » s’en font régulièrement l’écho quand ils ne les alimentent pas. Du Béchir, de L’Orient et du Réveil, c’est bien entendu L’Orient qui se montre le plus hostile. La liberté de la presse étant une valeur à laquelle sont profondément attachés les hommes du Parti radical, il faut à Sarrail un prétexte pour mettre un terme à la campagne menée par L’Orient. Il le trouve, à la fin du mois de janvier, lorsque L’Orient reproduit un article paru dans L’Action française qui fait état d’une rumeur sur l’éventuelle cession de la Djezireh à l’Irak et de Deraa à la Palestine. Le journal se voit infliger une suspension de deux mois, ce qui provoque en France un certain remous, notamment au Syndicat des journalistes français. Sur place, l’affaire est jugée d’autant plus inquiétante qu’il apparaît que les milieux « libéraux » de la classe politique libanaise, y compris certains sunnites influents, déplorent le geste de Sarrail. Comme le journal incriminé est « clérical », les protestations ne s’expriment guère80.

65De part et d’autre, les positions se sont radicalisées. Attaqué à Paris comme à Beyrouth, le général Sarrail identifie ses adversaires à un groupuscule d’extrémistes issus des rangs de la droite cléricale, nationaliste et monarchiste. L’Orient n’est selon lui qu’un succédané de L’Action française : « Si je voulais situer nettement les choses, écrit-il à Édouard

  • 81 Ibid., vol. 286, fol. 210, lettre du 4 avril 1925.
  • 82 Ibid., vol. 192, fol. 39.

66Herriot en termes pour le moins maladroits81, je pourrais dire que même au Grand-Liban, pays en majorité chrétien, il y a d’un côté les musulmans, les chrétiens, sauf une partie des maronites et des latins, de l’autre, certains maronites inféodés aux missions [...] et tous ceux qui, pour une cause quelconque, croient que la France d’aujourd’hui devrait redevenir celle de la Restauration. » Sentant parfaitement que Sarrail ne jouit pas de toute la confiance du gouvernement, la loge Le Liban fait part de ses craintes au Quai d’Orsay : « En France, vous avez les Camelots du roi ; en Syrie, nous avons le Jésuite et le maronite clérical. Vous ne craignez pas le renversement de la République par Daudet et compagnie, n’est-ce pas ? Pourquoi donc Herriot se laisse-t-il émouvoir, ou plutôt s’en laisse-t-il imposer par les protestations d’un parti qui ne peut se recruter que dans une petite minorité maronite du pays ? Qu’à ces maronites se joignent quelques orthodoxes ou quelques musulmans, cela ne doit point vous étonner outre mesure [...]. Ne lâchez pas Sarrail82. »

LA TRÊVE PASCALE (AVRIL 1925)

  • 83 Ibid., Papiers Herriot, vol. 16, fol. 185 à 215.

67Interpellé au Parlement, alerté par les bureaux du Quai d’Orsay et par des correspondants dont certains sont pourtant de son bord politique, Édouard Herriot a réagi. À six reprises, du mois de janvier au mois de mars 1925, il a demandé par télégramme des explications à son Haut-Commissaire83. Au début du mois d’avril, ses réprimandes finissent par avoir raison de l’entêtement du Haut-Commissaire.

  • 84 Ibid., Syrie-Liban, vol. 192, fol. 202 : lettre du Dr Arab à H. de Kérillis. L’incident de la phot (...)

68Pour dissiper tout malentendu, Sarrail décide d’abord de rendre la visite au patriarche. Verchère de Reffye court lui-même annoncer la bonne nouvelle à Bkerké. La réception a lieu, très simple et cordiale. On raccompagne ensuite le Haut-Commissaire à la porte du monastère devant laquelle se tient un photographe venu à la demande du Dr Émile Arab, un des correspondants à Beyrouth du journal L’Illustration. Les prélats maronites se rangent à droite et à gauche de Sarrail, alternant fraternellement avec les fonctionnaires français. Au moment où l’opérateur, sans doute complice, crie « ne bougeons plus ! », on entend un léger frou-frou de soutanes... Les prélats se glissent adroitement derrière les portiques du couloir auxquels ils étaient adossés. Sur l’épreuve photographique destinée à la grande presse métropolitaine, Sarrail figure seul avec quatre ou cinq de ses collaborateurs, les serviteurs du patriarche et les deux kawas flanquant solennellement le vide. Le patriarche et les archevêques se sont envolés84 !

69Profondément vexé par l’insolence des prélats maronites, Sarrail se résout pourtant à assister à la messe consulaire de Pâques, à l’évocation de laquelle Paul Verchère de Reffye consacre le passage sans doute le plus truculent de ses mémoires :

  • 85 Ibid., Papiers de Reffye, p. 51 et s. ; Syrie-Liban, vol. 271, fol. 89 et s. Mgr Giannini ordonna e (...)

« Au fur et à mesure la date fatidique approchait, la résolution de Sarrail semblait s’ancrer. "Non, je n’irai pas à la messe de Pâques", disait-il à son entourage [...] On s’agitait du côté du clergé. Mgr Giannini, l’évêque italien de Beyrouth, m’interrogeait avec intérêt [...] Le père Rémy, anxieux, venait me trouver : "Faites tout le possible pour que le général aille à la messe ; ce serait une catastrophe s’il n’y venait pas. Les Italiens n’attendent que cela pour faire nommer des curés italiens dans les paroisses et faire retirer les fauteuils d’honneur placés dans les églises pour le Haut-Commissaire." On ne peut pas comprendre, si l’on n’a pas vécu en Orient avant la guerre de 1914, tout ce qu’il y avait de passé brisé, d’influence perdue, de France bafouée, dans ce seul geste symbolique : l’enlèvement du fauteuil du consul de France dans la paroisse française. Évidemment, à la Loge des officiers et des fonctionnaires qui inspirait Sarrail, ces sentiments devaient paraître ridiculement démodés85 [...]
Quelques jours avant Pâques, le général m’annonce qu’il ira à la messe. Que s’était-il passé ? Je ne l’ai su que peu après et c’est Mgr Giannini qui me l’a appris, en même temps qu’à la foule des fidèles. Sarrail me demanda donc de régler avec les Capucins de Saint-Louis le cérémonial de la messe : "tout ce que vous voudrez, pour m’asseoir, me lever, saluer, m’incliner, mais pas de signe de croix, ni de génuflexion, ça jamais." Nous nous sommes assez divertis, le brave père Rémy et moi, à régler d’avance quelques variantes au cérémonial ordinaire, de manière à "laïciser" la messe consulaire à l’usage de Sarrail. Enfin le grand jour arrive. Je vais prendre le général à la Résidence des Pins pour l’accompagner à l’église où je dois, selon l’usage, me placer à sa droite. Quand nous approchons des portes de la paroisse, les spahis ont peine à se frayer un passage dans la foule ; les services d’ordre sont débordés [...] Tout le monde voulait voir Sarrail, en grand uniforme, entrer dans une église. Ce n’étaient pas seulement les catholiques qui cherchaient à s’édifier de ce pieux spectacle, car je reconnus parmi les curieux des musulmans, des juifs, des orthodoxes, des Arméniens, que le seul zèle religieux n’avait pas poussé dans cette cohue [...] A l’intérieur, l’église Saint-Louis faisait "nef pleine". Ce jour-là, des gens qui n’avaient pas mis les pieds dans une église depuis des années, s’étaient sentis pris d’un prurit de dévotion : fonctionnaires du Haut-Commissariat, officiers oublieux qu’ils faisaient partie de la loge fondée par les thuriféraires de Sarrail, personnages officiels libanais, toute la société maronite et une bonne partie du peuple chrétien de Beyrouth, tous, avec leurs femmes en grandes toilettes, s’écrasaient pour venir voir la première messe de Sarrail ! Certainement, Mgr Giannini, qui présidait la cérémonie, ne se faisait guère d’illusion sur les raisons de cette subite poussée de foi.
Selon les rites, le père Rémy en grand costume d’officiant, s’avance vers le portail pour recevoir le Haut-Commissaire. Il tient dans sa main le goupillon, cette arme redoutable, et à côté de lui, un enfant de chœur porte l’eau bénite. Il était entendu que le père Rémy esquisserait avec son goupillon un vague signe de croix dans l’air et que le général s’inclinerait. Mais le malicieux Capucin chargea son canon jusqu’à la gueule et, d’un vigoureux coup de poignet, aspergea copieusement d’eau bénite l’uniforme de Sarrail. Le général, stoïque, s’inclina, sans rien dire [...] Il alla s’asseoir, avec toute la componction nécessaire, sur le fauteuil qui lui était destiné, sans paraître sentir les milliers d’yeux fixés sur lui. Sur un signe du maître de cérémonie, il se levait, s’asseyait, comme un soldat à l’exercice : tout allait bien, j’étais enchanté.
Mais vint le coup de tonnerre. Après l’évangile, Mgr Giannini, se plaçant sur le devant du chœur, prononça son allocution. Il remercia d’abord le général de continuer les traditions de la noble France en venant s’asseoir dans le fauteuil du protecteur de la foi catholique en Orient ; puis il ajouta : "Je savais, mon général, que vous viendriez car voici la lettre que Monsieur Herriot, votre éminent ministre des Affaires étrangères, m’a fait l’honneur de m’écrire ; j’ai le plaisir de vous la lire." Elle était à peu près conçue en ces termes : "Ne vous inquiétez pas, Monseigneur, des bruits qui ont pu courir, que le nouveau Haut-Commissaire n’assisterait plus aux messes consulaires. Rien ne justifierait cet abandon des traditions de la France et vous pouvez être assurés que le général sera présent à la messe de Pâques. Je lui ai transmis des instructions à ce sujet."... J’ai cru que Sarrail allait bondir sur l’évêque ou lui répondre sur un ton qui n’aurait rien d’onctueux. Il se contint et resta à sa place sans mot dire. A-t-il senti l’affront aussi vivement que je l’ai fait moi-même ? Ce prélat italien commettait certainement une gaffe diplomatique de première grandeur mais il était trop fin pour ne pas l’avoir compris. C’était donc une avanie publique qu’il avait eu l’intention d’infliger au Haut-Commissaire français [...] Le général se tint très correctement jusqu’à la fin de la cérémonie puis il se rendit à la sacristie. Selon l’usage, Mgr Giannini l’y reçut et lui offrit le verre de liqueur classique qu’ils burent en causant cordialement ensemble et l’on s’en alla comme on était venu, au milieu d’une foule innombrable. »

  • 86 Coblentz, op. cit., p. 222. Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 192, fol. 50 : lettre de (...)

70En ce début du mois d’avril 1925, les maronites sont donc en droit d’espérer que Sarrail va adopter une attitude plus conciliante à leur égard. Les mieux informés savent qu’Édouard Herriot est intervenu à plusieurs reprises en ce sens. Le gouverneur Léon Cayla cherche de son côté à se rapprocher du patriarche et se met à le combler de prévenances. À Sarrail qui lui demandait des explications, il aurait répondu : « Que voulez-vous, j’ai à me faire pardonner beaucoup plus que vous-même, je suis franc-maçon, moi86 ! » Mais ce bref moment d’entente, où certains ont cru voir le signe d’une soumission du général Sarrail aux sommations des « cléricaux », n’est que le calme avant une tempête qui ne va pas tarder à éclater à l’annonce des projets de réforme du régime administratif et électoral du Grand-Liban.

LE GRAND-LIBAN TYRANNISÉ

71Le 10 avril 1925, la crise financière emporte le gouvernement d’Édouard Herriot. Paul Painlevé lui succède à la présidence du Conseil et confie les Affaires étrangères à Aristide Briand. Sarrail bénéficie désormais en la personne de Paul Painlevé du soutien d’un de ses plus chauds partisans. Aristide Briand en revanche apparaît beaucoup plus circonspect. C’est un modéré que ne lie au cartel aucune discipline de parti. Pour la gauche radicale, c’est « l’hérétique » de la laïcité, depuis longtemps critiqué pour son sens du compromis. Il va effectivement chercher à calmer l’extrême agitation qui règne en France depuis le mois de janvier. Ses efforts se traduisent par l’abandon des projets de fermeture de l’ambassade à Rome et de laïcisation de l’Alsace-Lorraine. Un de ses premiers gestes a été d’appeler à ses côtés Philippe Berthelot dont il fait son secrétaire général. Robert de Caix dispose de nouveau au Quai d’Orsay d’un interlocuteur de poids.

  • 87 Georges Suarez, Aristitide Briand, sa vie, son œuvre, 1952, tome 6, p. 29 et s

« Ce même amour de la paix, écrira de Briand son biographe Georges Suarez87, qui l’avait rapproché de la nouvelle majorité en politique extérieure, l’en séparait en politique intérieure par ce qu’elle contenait d’agressif et d’intolérant. Il ne concevait pas qu’on pût désirer la paix avec les protestants des deux continents, les musulmans de Syrie et du Maroc et les bouddhistes de l’Indochine et qu’on la refusât aux catholiques de France. En 1924, l’esprit de 1905 était encore assez vigoureux pour enfermer les gouvernements dans de tels paradoxes. Il n’était pas possible de déclarer la guerre aux consciences sans compromettre la paix entre les peuples, de s’attaquer aux forces spirituelles sans heurter de front les intérêts profonds de la nation. »

  • 88 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 192, fol. 71.

72Paul Painlevé accorde à Sarrail un soutien total. Selon plusieurs observateurs, c’est bel et bien le remaniement ministériel du 10 avril et la chute d’Herriot qui lui ont véritablement permis de mettre en œuvre « ses » projets politiques. La Syrie bénéficie alors d’une politique résolument libérale : levée de l’état de siège instauré lors des événements du printemps 1922, amnistie des derniers détenus politiques, liberté de presse et d’associations, autorisation de former des partis politiques. Des contacts informels sont pris avec les nationalistes. À Damas, le 5 juin 1925, dans le discours inaugural du parti du peuple, Ihsan Bey el-Cherié fera d’ailleurs état des encouragements reçus du général Sarrail à « s’organiser et s’unir comme nous, en France, les radicaux88 ».

  • 89 Antoine Hokayem, La genèse de la constitution libanaise de 1926, éditions universitaires du Liban, (...)

73Au Grand-Liban, la politique de Sarrail va porter sur trois domaines : la réforme administrative, la réforme électorale, la réforme scolaire. Les deux premiers points ont été remarquablement analysés par Antoine Hokayem dans son ouvrage sur La genèse de la constitution libanaise de 192689, je me contenterai d’en rappeler les éléments les plus marquants.

74Avant de songer à réformer le code électoral, il faut d’abord revoir l’organisation administrative du Grand-Liban conçue par Robert de Caix. Un arrêté du 9 avril 1925 supprime les quatre sandjaks et les deux municipes autonomes de Beyrouth et Tripoli et crée onze districts. Les anciennes circonscriptions de la Montagne sont « panachées » avec celles de Beyrouth et de Tripoli, ce qui provoque de graves troubles, notamment à Zghorta qui perd son statut de chef-lieu du Liban-Nord et où la population refuse le transfert des archives à Tripoli. L’emploi des tirailleurs sénégalais pour mater la révolte restera, dans la mémoire collective des Libanais, comme l’un des symboles de la tyrannie mandataire. De son côté, la famille des Khazen, véritablement humiliée, parvient à informer le Quai d’Orsay du sort qu’on réserve aux héritiers des consuls de Louis XIV.

75Quant à la réforme du système électoral libanais, elle a déjà, trois ans auparavant, provoqué bien des remous tant au Haut-Commissariat que dans les milieux politiques libanais. Durant l’hiver 1922, l’obstination de Robert de Caix avait finalement eu raison des penchants « républicains » d’une partie de ses collaborateurs et des politiciens libanais. L’arrêté du 10 mars 1922 relatif à l’élection des membres du Conseil représentatif portait d’ailleurs sa signature et le Conseil représentatif fut élu au suffrage universel, à deux degrés, combinant représentation communautaire et représentation territoriale.

76Le grand dessein de Sarrail réside en fait dans la volonté de mettre fin au système électoral élaboré par Robert de Caix. Lui et son entourage sont à ce point persuadés de détenir la vérité contre « la cabale des monarchistes et des cléricaux » qu’ils ne peuvent concevoir tout ce qu’il y a alors d’irréaliste dans l’instauration d’un régime d’inspiration unitaire et jacobine. Ils proposent une réforme visant à imposer le suffrage universel, direct, avec scrutin de liste et système majoritaire à deux tours. La réforme doit donner, selon eux, satisfaction à l’immense majorité de l’opinion publique. « Je voulais, confiera Sarrail à Coblentz, apaiser ces violentes et incessantes querelles [...] en donnant aux Libanais conscience des intérêts généraux de leur pays. »

77L’opposition « cléricale » réagit, stigmatisant la politique tyrannique du Haut-Commissaire, mais se voit aussitôt muselée. Le 22 avril 1925, Sarrail promulgue un arrêté restreignant la liberté de la presse dont il suspendra l’application lors des élections, le 2 juillet 1925.

78À la fin du mois d’avril, le Quai d’Orsay est saisi des projets de réforme. Philippe Berthelot, perplexe, consulte Robert de Caix et Verchère de Rèffye. Pendant les deux mois de mai et juin, les trois hommes s’efforcent de convaincre Aristide Briand des dangers que présentent les réformes envisagées par Sarrail. Le ton monte. Le Haut-Commissaire finit par accepter de conserver la représentation confessionnelle mais refuse de revenir sur sa nouvelle organisation administrative. La date des élections approche et le Quai d’Orsay tarde à envoyer des directives. Sarrail s’impatiente. Philippe Berthelot finit par télégraphier : « Votre secrétaire général est actuellement en congé, il doit arriver sous peu à Paris. Nous nous entretiendrons avec lui de la question [...] En attendant, veuillez envisager pour la consultation électorale prochaine au Liban le maintien de l’ancien système. Pour l’avenir, M. de Reffye vous fera connaître nos vues. » C’en est trop. Sarrail répond qu’il demande, avec la dernière instance, à se séparer de ce collaborateur. Provisoirement, on accède à sa demande : Reffye ne reviendra à Beyrouth qu’avec Henry de Jouvenel [...] Entretemps les élections, à l’ancien système, auront lieu au mois de juillet 1925.

79L’échec de Sarrail est total. Il a perdu la confiance d’Aristide Briand qui lui retire dès lors toute responsabilité dans l’élaboration du statut organique des États du Levant, confiée à une commission de juristes et de diplomates et présidée par le député Paul-Boncour. Le Haut-Commissaire a cependant obtenu, au mois de mai, l’envoi sur place d’une mission parlementaire d’enquête auprès des élites syriennes et libanaises, présidée par Auguste Brunet, député de La Réunion. Chacun connaît les affinités politiques qui unissent le député radical au Haut-Commissaire : les travaux de la mission parlementaire ne vont guère susciter qu’ironie et sarcasme dans les milieux hostiles à Sarrail qui grossissent de jour en jour.

LA GUERRE DES ÉCOLES

  • 90 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 378, fol. 51. Les instructions relevaient combien « c (...)

80S’agissant des œuvres d’enseignement et d’assistance, Herriot avait jugé utile d’adresser à Sarrail des instructions par lettre en date du 27 décembre 1924, les engagements verbaux pris par ce dernier n’ayant vraisemblablement pas été jugés comme présentant une garantie suffisante90. Là encore, comme on l’a vu, les choses se gâtèrent rapidement avec le collège des Frères.

  • 91 Ibid., fol. 57 et s.
  • 92 Cité par H. de Kérillis dans L’Écho de Paris du 3 juillet 1925.

81Dès le mois de mars 1925, le bruit courut dans les milieux universitaires lyonnais que le Haut-Commissaire avait l’intention de rattacher les Écoles de droit et d’ingénieurs de Beyrouth à la Mission laïque. En bon maire de Lyon, Herriot réagit aussitôt et rappela à Sarrail que les deux écoles dépendaient de l’université de Lyon et que c’était par contrat que l’université Saint-Joseph mettait à leur disposition des écoles, des locaux et du personnel administratif91. À la fin du mois d’avril, sans qu’aucun projet de réforme ait été communiqué à Paris, des rumeurs circulèrent sur une possible laïcisation de l’enseignement. Il est difficile de dire si les intentions du Haut-Commissaire allèrent au-delà du lancer de « ballons d’essais » destinés à tester les réactions de l’opinion. Toujours est-il que Léon Cayla, gouverneur du Grand-Liban, se serait exclamé dans un discours du 20 avril : « Dans un Liban un, il faut une école une92. » Au mois de juin, de nouvelles rumeurs alertèrent le Quai d’Orsay qui dut rappeler à Sarrail les instructions de décembre, précisant qu’il n’était pas question de toucher aux « Œuvres » sans l’accord du Département.

  • 93 Ibid., fol. 74. Devant les réticences du Quai d’Orsay, Sarrail persista et conclut ainsi un de ses (...)

82C’est dans ce contexte qu’éclata le conflit entre Francis Duthoit et Gabriel Bounoure. Francis Duthoit, un jeune administrateur des colonies, ancien élève de l’École normale supérieure, avait été le véritable organisateur du service de l’Instruction publique du Haut-Commissariat. Nommé par Gouraud en 1921, il avait mis en particulier sur pied le système des bourses et établi les premières écoles normales. Très vite, Sarrail demanda au Quai d’Orsay de désigner Gabriel Bounoure, inspecteur de l’enseignement secondaire, pour diriger le service de l’Instruction publique, alléguant que Duthoit entretenait une liaison scandaleuse avec une de ses collaboratrices93. Gabriel Bounoure, dont l’affectation à ce même service de l’Instruction publique remontait à l’année scolaire 1923-1924, était de trois ans le cadet de Duthoit. Également normalien, agrégé, il supportait mal de demeurer en sous-ordre, cela d’autant plus qu’il assurait les fonctions de conseiller pour l’État du Grand-Liban en plus de ses attributions au Haut-Commissariat. En tant que conseiller de l’État libanais, il se comporta de manière totalement indépendante par rapport à celui qui demeurait hiérarchiquement son chef, critiquant publiquement les programmes scolaires établis par ce dernier et approuvés par Weygand.

  • 94 Ibid., rapport de M. Cavalier, recteur de l’académie de Lyon, octobre 1925.

83Cette fois encore, le différend entre les deux hommes dépassait de beaucoup les simples questions d’ambition et de rivalité de personnes. Gabriel Bounoure s’en ouvrit au député Brunet : « il y a deux politiques scolaires, celle des consuls, celle du mandat ; M. Duthoit se rattache à la première, moi à la seconde94 ». Très malicieusement, il joua sur la mauvaise réputation des administrateurs des colonies auprès des politiciens libanais et accusa son chef de vouloir mener une sorte de colonisation intellectuelle. Mais, dès cette époque et en dépit du soutien à ses ambitions qu’il dût chercher auprès de Sarrail, Bounoure jouissait d’un avantage considérable sur ses concurrents : il avait l’estime du père Chanteur. Il finirait, comme chacun sait, par obtenir quelques années plus tard le poste tant convoité de chef du service de l’Instruction publique.

CHRONIQUE D’UNE CHUTE ANNONCÉE (JUIN-JUILLET 1925)

  • 95 Fils d’amiral, Henri de Kérillis s’est d’abord destiné à la carrière militaire et sort en 1912 de (...)

84À la fin du printemps 1925, l’atmosphère est devenue véritablement irrespirable à Beyrouth : le retentissant camouflet infligé à Sarrail par Aristide Briand et les bureaux du Quai d’Orsay, a rendu le Haut-Commissaire plus que jamais persuadé qu’il est dans cette affaire la victime du « parti clérical ». Ses dépêches et télégrammes, de plus en plus laconiques, trahissent une véritable paranoïa qui a gagné tout son entourage. La campagne électorale se déroule dans une ambiance survoltée. Les fonctionnaires français du Grand et du Petit Sérail prennent parti et interviennent dans les luttes d’influences, s’épiant et se soupçonnant mutuellement. La presse libanaise étant étroitement surveillée, c’est à Paris que se déclenche alors une troisième campagne, d’une rare véhémence, avec l’entrée en lice de deux fougueux publicistes au service de L’Écho de Paris : le comte de Gontaut-Biron et surtout Henri de Kérillis95. Le 7 juin, sous le titre « Cinq mois de proconsulat en Syrie », le comte de Gontaud-Biron fait paraître dans L Écho de Paris un violent réquisitoire dénonçant l’administration Sarrail où il reprend point par point tous les griefs retenus depuis le mois de novembre 1924 : les coups de forces du mois de janvier, les réformes administratives et électorales au Liban, les messes consulaires, le conflit avec les prélats maronites et les établissements jésuites, la suppression de la liberté de la presse et la suspension du journal L’Orient, l’institution d’écoles laïques, la désorganisation du Service de renseignements, etc. Un mois plus tard, le 3 juillet, c’est au tour d’Henri de Kérillis de publier un éditorial encore plus violent et précis dans ses accusations : « Monsieur Painlevé, rappelez Sarrail. » C’est le premier d’une série d’articles qu’il poursuivra bien au-delà de l’éclatement de la révolte druze.

« Mais, diront certains, ce sont là des histoires de curés, des "curailleries" ! Que Sarrail, sectaire avéré, ait commis quelques écarts, qu’il ait même gravement gaffé dans un pays où les sentiments religieux les plus divers n’ont de solidaires que la susceptibilité, c’est évidemment énorme... Mais enfin, tout est réparable... L’homme est intelligent, il est bon français. Gageons qu’il aura vite mis de l’eau dans son vin ! Attendez Messieurs ! Vous allez le voir à l’œuvre, votre général rouge, l’homme qui veut protéger les institutions démocratiques ! Vous allez le voir agir en odieux despote, au nom de la France républicaine. »

  • 96 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier général Sarrail, lettre du 18 juillet 1925 à Édoua (...)

85Et de Kérillis de rappeler les actes du Haut-Commissaire qui ne peut plus guère compter, à Paris, que sur le soutien du journal Le Quotidien. La presse de droite n’est pas la seule à faire état du comportement tyrannique du général Sarrail. De nombreuses voix s’élèvent de toute part pour le dénoncer et le député Brunet ne convainc guère quand, de retour de sa mission, il fait au début du mois de juillet un exposé devant la Commission des Affaires étrangères de la Chambre. Une mise en garde parmi d’autres parvient alors au Quai d’Orsay. Il s’agit d’une lettre du marquis de La Ferronays96 citant l’un de ses correspondants qui, précise-t-il, n’est ni ecclésiastique, ni fonctionnaire, ni militaire... :

« Si l’on veut savoir l’exacte vérité sur la situation, il faut déléguer là-bas une commission d’enquête de plusieurs membres appartenant aux principaux partis de la Chambre ; il faut en outre que cette commission ne se précipite pas dans les bras de Sarrail ; elle doit donner aux indigènes l’impression qu’elle est absolument indépendante et leur donner l’assurance qu’ils ne subiront par la suite aucune représaille des confidences qu’ils lui auront faites [...] Quoi qu’en dise M. Brunet, la situation va tous les jours empirant. Dans le Liban, les élections dont je ne connais pas encore les résultats donnent lieu à une pression éhontée de la part des fonctionnaires. Dans le reste de la Syrie, et parmi les musulmans du Liban, on fait ouvertement des vœux pour le succès d’Abd el-Krim ; on prie dans les mosquées pour qu’Allah lui donne la victoire [...] L’inertie de Sarrail lui vaut dans ces milieux une popularité provisoire ; il n’y a pas à s’en féliciter ; un jour viendra, qui n’est peut-être plus éloigné, où l’on verra les résultats de cette politique de trahison. Si les Syriens avaient seulement le quart du tempérament des Rifains, il y a déjà trois mois que nous aurions là-bas un pendant de l’insurrection marocaine. Mais si les choses continuent au train actuel, nous ne perdrons rien pour attendre, et, ce jour-là, vous verrez toute l’Afrique du Nord se soulever en même temps [...] Il faut ou bien agir énergiquement dans toutes nos possessions musulmanes, et désigner à cet effet des hommes compétents et énergiques, ou bien nous résigner à en être chassés à bref délai. Dans un plan de cette sorte, la Syrie ne doit pas être oubliée, car Damas est l’un des foyers du panislamisme allié au bolchevisme. Sarrail a donné trop de preuves, non seulement de sectarisme, mais d’incapacité, disons même de sénilité, pour qu’un gouvernement puisse consentir à le supporter plus longtemps à l’un des postes les plus difficiles. »

86La lettre du marquis de la Ferronays porte la date du 18 juillet 1925 alors que vient d’éclater la révolte druze. Chacun sait qu’en matière de « tempérament », les Syriens n’auront rien à envier aux Rifains.

  • 97 Voir à ce propos les dernières pages du Silence de Sarrail de Paul Coblentz.

87Le discrédit dont souffre alors le général Sarrail est tel qu’on mesure mieux les raisons qui le poussèrent, pendant plusieurs semaines, à ne rien dire des déboires de son armée. Sans vouloir minimiser le caractère « autonome » de la révolte druze et du soulèvement nationaliste, on peut se demander si les « trahisons » au sein du Service des renseignements et des bureaux du Haut-Commissariat, auxquelles Sarrail fit par la suite de très vagues allusions97, n’ont pas eu une certaine influence sur le cours des événements.

88Dans la lutte contre les nationalistes, les Français retrouvèrent leur cohésion perdue. Le général Sarrail perdit cependant très vite les derniers soutiens qui étaient les siens au Conseil des ministres. Le gouvernement de Paul Painlevé tomba le 26 octobre 1925 et avec lui le dernier obstacle qui s’opposait au rappel du Haut-Commissaire, dont Aristide Briand, devenu pour quelque temps président du Conseil, se chargea sans regret aucun. Les lignes de clivage qui avaient déchiré la classe politique française et les responsables de l’administration mandataire s’estompèrent un temps. Henry de Jouvenel et le colonel Catroux permirent la création d’une République libanaise et l’accession au pouvoir d’hommes qui s’étaient montré plutôt favorables à Sarrail au détriment du « clan Eddé ». Ils ne remirent cependant en question ni la carte administrative du Liban, ni le code électoral, ni le système scolaire. Les hommes soupçonnés, souvent à tort, d’avoir été des « créatures » de Sarrail, tels Léon Cayla ou le capitaine Carbillet, furent éloignés. Ce fut aussi le sort de Paul Verchère de Reffye, trop compromis dans l’autre camp. Quant au père Chanteur, il quitta Beyrouth en 1927, mais pour quelques années seulement.

89Il faudra attendre les années 1936-1937, avec la négociation des traités et surtout leur non-ratification par le Parlement français, pour voir renaître le clivage qui se manifestera avec encore plus d’éclat lors des événements tragiques de 1941. De ce point de vue, l’affaire Sarrail peut être considérée comme la préfiguration de la très douloureuse guerre du Levant qui montrera combien les Français étaient restés fondamentalement divisés sur le sens qu’ils entendaient donner au mandat.

À PROPOS DES SOURCES

  • 98 Il s’agit d’un supplément a la Série E-Levant, depuis peu communicable.
  • 99 On sera en droit de regretter ici l’absence de références aux deux grands journaux anticléricaux p (...)

90La consultation de la correspondance entre le Haut-Commissariat et le gouvernement, conservée aux Archives diplomatiques et au Service historique de l’Armée de terre, ne donne de l’affaire Sarrail qu’une vision incomplète. Il est vrai que sur des sujets aussi délicats, fonctionnaires et officiers de la « grande muette » s’appliquaient alors la plus rigoureuse autocensure dans la correspondance officielle. D’où la nécessité de recourir à des sources complémentaires, qui seules permettent de saisir les opinions, les cultures politiques et les sensibilités des différents milieux : les archives privées déposées aux Archives du ministère des Affaires étrangères (Édouard Herriot, Paul Verchère de Reffye, Ducrocq, Robert de Caix) et les dossiers individuels d’agents du Haut-Commissariat98 sont pour un tel sujet d’un apport fondamental. S’agissant des mémoires et récits de protagonistes, on l’a vu, la discrétion est de rigueur. Il existe toutefois Le silence de Sarrail, ce curieux récit aux accents très militants, sorte de panégyrique de Sarrail, publié par Paul Coblentz. Enfin, la presse, faut-il le préciser, est une source d’un intérêt capital. Un dépouillement exhaustif mériterait d’en être entrepris dans le cadre d’une étude plus approfondie99. Dans le cas présent, seule L’Action française et L’Écho de Paris ont été systématiquement exploités pour la période allant de novembre 1924 à juillet 1925. Les extraits des périodiques tels que Le Journal des Débats, Le Quotidien, L’Orient, La Syrie proviennent des coupures de presse conservées dans les volumes de la correspondance diplomatique.

Notes

1 Paul Painlevé, Paroles et écrits, Paris, 1936, p. 487.

2 Il en de même des biographies qui ont été depuis consacrées à Aristide Briand, à Paul Painlevé, à Édouard Herriot.

3 Général Maxime Weygand, Mémoires, tome 2 (Mirages et réalités), 1957, p. 298.

4 Pierre Fournié, Jean-Louis Riccioli, La France et le Proche-Orient, 1996, p. 26.

5 Théodore Zeldin, Histoire des passions françaises, 1979 (trad.).

6 Disons d’emblée que la violence des mots, telle qu’elle transparaît dans les nombreux extraits de presse et de débats parlementaires donnés plus loin, n’est en rien exceptionnelle dans le contexte de l’entre-deux-guerres. Il faut la juger à l’aune de cette liberté de ton, de ce sens de la provocation et de la polémique si prisés à l’époque.

7 L’ouvrage du journaliste Jacques Nobécourt - Une histoire politique de l’armée, 1967 - est à notre connaissance le seul à faire état de l’affaire Sarrail.

8 Dominique Chevallier, La société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, 1971, p. 176.

9 Vincent Cloarec, « La France du Levant au début du xxe siècle », Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 83, n° 313, 1996.

10 En 1899, les contrecoups de l’affaire Dreyfus et l’agitation nationaliste ont poussé les républicains modérés à chercher l’alliance avec les radicaux et les socialistes. C’est la constitution du bloc des gauches dont l’union ne peut se faire que sur un programme de laïcisation de l’État et de la société. Le 21 juin 1901 à Paris, est créé le Parti radical, rassemblement composite de comités électoraux, de loges maçonniques, de sections de la Ligue des droits de l’homme et de la Ligue française de l’enseignement. Laïque et anticlérical, véritable épine dorsale de la IIIe République, le Parti radical va dominer la vie politique française pendant près d’un demi-siècle.

11 Académie des Sciences d’Outre-mer, Hommes et destins, tome VII, 1986, p. 113.

12 Jean-François Sirinelli, dir., Histoire des droites en France, tome 1, p. 209.

13 Maurice Barrès, Enquête aux pays du Levant, Paris, 1923. Après la guerre, Maurice Barrès intervient à plusieurs reprises pour défendre les congrégations enseignantes du Levant. Voir en particulier : Faut-il autoriser les congrégations ? Les Frères des Écoles chrétiennes, Paris, 1923.

14 Actes du colloque international tenu au Palais du Luxembourg et à la Sorbonne les 4, 5 et 6 avril 1996, Militaires en République, 1870-1962 : les officiers, le pouvoir et la vie publique en France, Publications de la Sorbonne, 1999, p. 471.

15 C’est ainsi qu’Albert Sarraut jugeait le maréchal Lyautey.

16 Voir Jacques Nobécourt, Une histoire politique de l’armée, 1967 ; Paul Coblentz, Le silence de Sarrail, 1930.

17 Le général André succède en 1901 au général de Galliffet. Il entreprend de mettre sur fiches les renseignements qui lui permettent de savoir quels sont les officiers non cléricaux et dévoués au régime républicain. Pour ce faire, il requiert le concours des loges maçonniques. L’affaire, révélée par la presse en octobre 1904, entraîne la démission du général André puis celle d’Emile Combes (voir Pierre Chevallier, Histoire de la franc-maçonnerie française, tome 3, p. 92-93).

18 Académie des Sciences d’outre-mer, Hommes et destins, tome VII, 1986, p. 113.

19 Vincent Cloarec, La France et la question de Syrie, Paris, CNRS éditions, 1998, p. 67 ; Nadine Picaudou, La déchirure libanaise, 1989, p. 52-53.

20 Gérard D. Khoury, La France et l’Orient arabe, naissance du Liban moderne, 1993, p. 293.

21 On assiste alors en France à ce que l’on a appelé le second ralliement des catholiques français à la forme républicaine de l’État, pour le distinguer du fameux ralliement proposé par le pape Léon XIII en 1892. Ce second ralliement sera, dans une certaine mesure, parachevé par la condamnation de l’Action française par le Vatican en 1926.

22 Le général Hamelin, ancien de l’armée d’Afrique, chef de la section d’Afrique-Orient au ministère de la Guerre en 1914-1918, considère le Levant dans une perspective nord-africaine. Ses idées sur le sens de la politique orientale de la France, son rôle actif dans le soutien à la révolte arabe se heurtent aux conceptions plus traditionnelles et encore « ottomanistes » défendues par les hommes du Quai d’Orsay. Voir V. Cloarec, op. cit., p. 67.

23 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 8, fol. 34, lettre manuscrite de Francisque-Charles Feer, ancien drogman au consulat de Beyrouth, 20 janvier 1919.

24 Jean-François Sirinelli, dir., op. cit., tome 1, p. xiv.

25 Gouraud et Weygand manifesteront quelques années plus tard leur sympathie pour le mouvement des Croix-de-Feu du colonel de La Rocque. Voir à ce sujet Militaires en République, op. cit., p. 418. Voir aussi, à propos de Weygand : Jacques Nobécourt, Le colonel de La Rocque ou le piège du nationalisme chrétien, 1996.

26 Général Maurice Courson de Villeneuve, Souvenirs et correspondance, présentés par Guy Courson de Villeneuve, 1940.

27 Archives du MAE, Papiers d’agents n° 241, Paul Verchère de Reffye, « Pages d’histoire ». Sa carrière, brisée par l’affaire Sarrail, a quelque chose de pathétique. Avant son long séjour à Beyrouth (1923-1927), Verchère de Reffye n’a guère connu du Levant ottoman que Smyrne où il a été consul suppléant de 1903 à 1905, mais il garde de l’époque des consuls une touchante nostalgie. Son attachement à la politique « traditionnelle » de la France est tel qu’il n’envisage assez naïvement le Mandat que comme la perpétuation de cette politique, avec la possibilité offerte en plus à la France d’assurer le progrès matériel des États.

28 Sarrail exigera son rappel pour le motif suivant : lecteur de L’Action française (Archives du MAE, Papiers de Reffye, p. 62).

29 La première « victime » de Sarrail qui le renvoie en France le jour-même de son arrivée.

30 Jacques Nobécourt, op. cit., p. 61.

31 Son premier séjour à Beyrouth dure jusqu’à 1927. Son deuxième qu’il entame en 1933 prend fin en 1942 quand la France libre, le jugeant indésirable, le fait transporter sous escorte en Égypte. C’est là qu’il meurt le 28 mars 1949.

32 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, lettre de Reffye à Clinchant, janvier 1925.

33 Archives du MAE, Papiers Robert de Caix, vol. 3, lettre du 23 janvier 1921.

34 Gérard D. Khoury, op. cit, p. 301.

35 Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial ? 1978, p. 199.

36 Archives du MAE, Papiers Robert de Caix, vol. 3, lettre du 23 janvier 1921, fol. 232 et s.

37 Ibid., lettre du 28 février 1921, fol. 271 r°.

38 Ibid.

39 Général Catroux, Deux missions au Moyen-Orient, Paris, 1958, p. 58-63.

40 René Rémond, L’anticléricalisme en France de ¡815 à nos jours, 1999, p. 247 et s. ; Jean-Francois Sirinelli, dir., op. cit., tome I, p. 302.

41 Plusieurs ambassadeurs, jugés trop compromis avec le régime précédent, sont rappelés : Barrère (Rome), Jusserand (Washington), Saint-Aulaire (Londres), Fontenay (Madrid). Au Maroc, Lyautey devra bientôt laisser sa place à Pétain, au militaire, et à Théodore Steeg, au civil. Georges Suarez (Les heures héroïques du Cartel, 1934, p. 49) qu’on ne peut suspecter de cléricalisme, emploie les termes de « curée » et de « carnage » pour qualifier le mouvement de personnel.

42 Défenseur de Verdun en septembre 1914, il a participé à la victoire de la Marne. À l’issue de la bataille de Vauquois, où il a reculé, il est relevé de son commandement en Argonne. Le 10 décembre 1917, Clemenceau lui retire le commandement de l’armée d’Orient où il avait succédé au général Gouraud...

43 Le général Weygand effectua, au moment même des élections, un séjour en France. Alexandre Millerand, inquiet pour l’avenir du Mandat, lui conseilla d’aller trouver Édouard Herriot dans sa ville de Lyon. L’entretien des deux hommes fut plutôt glacial mais le futur président du Conseil rassura le Haut-Commissaire : il ne ferait rien sans le consulter. Voir : général Weygand, op. cit., p. 286 ; Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Blaisot.

44 Archives du MAE, Papiers Ducrocq. La note évoque les noms de l’intendant [Aubouy], du docteur Lamarch, député de la colonie française de Beyrouth, de Georges Vayssié, directeur du journal La Syrie. Pierre Chevallier (Histoire de la franc-maçonnerie française, tome 3, 1975, p. 53) mentionne lui aussi l’intervention de certains frères auprès d’Édouard Herriot en vue d’obtenir le rappel de Weygand pour « activités cléricales ».

45 Archives du MAE, Papiers Paul Verchère de Reffye, fol. 22. Le consul est catégorique : le Haut-Commissariat n’a jamais octroyé la moindre subvention au journal. Voir aussi : L’Écho de Paris du 30 janvier 1925.

46 Sans qu’on puisse être catégorique sur ce point, L’Écho de Paris semble avoir pour correspondant officieux à Beyrouth l’archevêque maronite Abdallah Khoury.

47 Gustave Gautherot publia en 1920 La France en Syrie et en Cilicie.

48 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, télégrammes du 6 et du 12 décembre 1924.

49 Ibid., vol. 192, fol. 18 v : le programme franc-maçon figure dans une lettre de la loge Le Liban du 7 décembre 1924.

50 Ibid., dossier Sarrail, rapport de Reffye du 21 juillet 1925.

51 Ibid., vol. 192, fol. 17 : lettre du 7 décembre 1924.

52 Paul Colbentz ? op. cit., p. 204.

53 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, note d’entretien du 4 décembre 1924.

54 P. Coblentz, op. cit., p. 199-200.

55 Nadine Picaudou, op. cit., p. 67.

56 P. Coblentz, op. cit., p. 199 : référence à l’ascendance mystérieuse du général Weygand, orphelin de naissance, mais dont l’un des parents appartenait vraisemblablement à la famille royale de Belgique.

57 Archives du MAE, Papiers Ducrocq, dossier « Circonstances qui ont précédé l’arrivée du général Sarrail en Syrie » ; E-Levant, Syrie-Liban, vol. 192, fol. 26, lettre de la loge Le Liban du 20 janvier 1925.

58 Ibid., Papiers de Reffye, p. 32. Le diplomate avoue que c’est grâce à sa seule mémoire qu’il restitue l’échange de propos.

59 Ibid., Syrie-Liban, vol. 192, f. 28.

60 Les mémoires de Verchère de Reffye, rédigées longtemps après son séjour à Beyrouth, donnent de ses rapports avec Sarrail l’image d’un conflit permanent, ouvert dès l’arrivée de ce dernier. Ses lettres, « personnelles et confidentielles », adressées au diplomate Georges Clinchant, sous-directeur d’Asie-Océanie, offrent une vision plus nuancée des premiers contacts entre les deux hommes. Le Haut-Commissaire se montra très courtois et déclara à son principal adjoint qu’il tenait à le voir rester à Beyrouth. De Reffye eut bon espoir de voir se mettre en place une relation professionnelle de qualité et, sincèrement semble-t-il, fit part au général de son désir de lui apporter un concours dévoué et loyal. Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossiers Sarrail et Reffye, lettres à Clinchant (janvier 1925).

61 Tarn-et-garonnais d’origine, fils d’épicier, Léon Solomiac entame alors une belle carrière dans l’administration mandataire : il sera délégué à Beyrouth en juillet 1925, délégué à Damas en 1930.

62 En 1926, Pierre-Alype sera pendant quelques semaines délégué par Jouvenel à Damas. Incapable de redresser la situation, il sera renvoyé dans son bureau parisien où il se consacrera désormais aux questions d’information et de relations avec la presse et sera chargé d’organiser la participation des États du Levant à l’exposition coloniale de Vincennes.

63 Archives du MAE, Papiers de Reffye, p. 41-42.

64 Coblentz, op. cit., p. 204. Verchère de Reffye dresse le même constat.

65 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, lettre du 18 janvier 1925. Le Service des renseignements est alors dirigé par un futur Haut-Commissaire, le lieutenant-colonel Dentz, nommé sous Weygand et qui demeure à son poste comme la plupart des officiers du service.

66 Il s’agit du fameux général responsable du « désastre de la colonne Michaud » (3 août 1925).

67 Coblentz, op. cit., p. 218.

68 Ibid.

69 Il serait intéressant de connaître les liens de parenté avec le fameux commandant du Paty de Clam de l’affaire Dreyfus. C’est en 1920 que Charles du Paty de Clam, âgé de 25 ans, est entré au Haut-Commissariat dans ce qui aurait dû devenir le cadre des conseillers-contrôleurs. Il fut mis juste avant l’arrivée de Sarrail à la disposition du gouvernement libanais pour deux ans. Il sera plus tard, dans les années trente, conseiller administratif à Tripoli. En 1941, relevé de ses fonctions par le général Catroux, il sera nommé par Vichy directeur de l’Office du Levant à Paris.

70 Mgr Giannini, ancien custode de Terre sainte, est délégué apostolique en Syrie depuis 1905. C’est un esprit pondéré, plutôt favorable à la France, comme il l’a prouvé en défendant le mandat français devant la commission d’enquête américaine de 1919 (Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 271, fol. 59).

71 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 271, fol. 51 et s.

72 Si dans le cadre des accords de San Remo et du traité de Lausanne, la France a renoncé de facto à son protectorat catholique, les « honneurs liturgiques » perdurent. Pour le Saint-Siège, ils sont notamment fixés par un règlement de la Propagande de 1742 qui précise qu’il sera chanté un Te Deum à l’entrée du consul de France dans sa charge. Et Rome ne se prive pas de rappeler à cette occasion que c’est au Saint-Siège que la France doit cette ancienne exclusivité, que c’est encore le Saint-Siège qui a obtenu des Anglais que les honneurs liturgiques soient préservés au profit du seul consul de France à Jérusalem.

73 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier Sarrail, lettre du 18janvier 1925 et rapport de Reffye du 21 juillet.

74 Ibid., vol. 378, fol. 60-61.

75 Ancien commandant de corps d’armée, Vandemberg fut nommé gouverneur du Liban le 23 juin 1924. Weygand avait bien marqué qu’on se trouvait encore dans une période transitoire, en attendant que le statut organique ne vienne régler définitivement le régime politique de l’État du Grand-Liban et en premier lieu le mode d’accession au pouvoir du gouverneur.

76 Archives du MAE, Papiers de Reffye, p. 34.

77 Ibid., Syrie-Liban, dossier Sarrail, lettre du 18 janvier 1925 à Édouard Herriot.

78 Georges Suarez, Les heures héroïques du cartel, 1934, p. 49.

79 Il faut voir là une allusion aux déclarations d’Herriot au Parlement sur leur caractère très minoritaire.

80 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 192, fol. 57 ; vol. 162, fol. 246-248.

81 Ibid., vol. 286, fol. 210, lettre du 4 avril 1925.

82 Ibid., vol. 192, fol. 39.

83 Ibid., Papiers Herriot, vol. 16, fol. 185 à 215.

84 Ibid., Syrie-Liban, vol. 192, fol. 202 : lettre du Dr Arab à H. de Kérillis. L’incident de la photographie est aussi relaté par Paul Coblentz (op. cit., p. 209) et par Verchère de Reffye (op. cit., p. 46).

85 Ibid., Papiers de Reffye, p. 51 et s. ; Syrie-Liban, vol. 271, fol. 89 et s. Mgr Giannini ordonna effectivement qu’on enlevât les fauteuils. Verchère de Reffye obtint du supérieur des Capucins qu’on les remît à leur place à l’église Saint-Louis.

86 Coblentz, op. cit., p. 222. Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 192, fol. 50 : lettre de Sarrail du 28 avril 1925.

87 Georges Suarez, Aristitide Briand, sa vie, son œuvre, 1952, tome 6, p. 29 et s

88 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 192, fol. 71.

89 Antoine Hokayem, La genèse de la constitution libanaise de 1926, éditions universitaires du Liban, Antélias, 1996. Voir notamment le chapitre « Les déboires de Sarrail au Levant : de la contestation libanaise à la révolte druze », p. 166 et s.

90 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, vol. 378, fol. 51. Les instructions relevaient combien « c’est un fait bien significatif que de voir tant de bonnes volontés, également soutenues par le gouvernement de la République, Mission laïque, religieux catholiques, Alliance israélite, collaborer à la même tâche civilisatrice ».

91 Ibid., fol. 57 et s.

92 Cité par H. de Kérillis dans L’Écho de Paris du 3 juillet 1925.

93 Ibid., fol. 74. Devant les réticences du Quai d’Orsay, Sarrail persista et conclut ainsi un de ses télégrammes : « Dans cette affaire, il n’y a pas une question de programme d’enseignement, de lutte entre religion et laïcité, mais une simple question de haute morale. »

94 Ibid., rapport de M. Cavalier, recteur de l’académie de Lyon, octobre 1925.

95 Fils d’amiral, Henri de Kérillis s’est d’abord destiné à la carrière militaire et sort en 1912 de l’École de cavalerie de Saumur. Devenu un héros de l’aviation pendant la guerre, il entre en 1919 au sous-secrétariat d’État à l’Aéronautique. Il démissionne de l’armée, devient l’un des directeurs des usines Farman et participe à plusieurs missions en Afrique en 1923-1924. En 1925, il quitte Farman et, après un échec à une élection législative partielle à Paris, il entre à L’Écho de Paris où il devient l’éditorialiste politique. Il fondera en 1926 le centre de propagande des républicains nationaux qui comptera jusqu’à 400 comités à travers la France. En 1938, il vote, seul député non communiste avec le socialiste Bouhey, contre les accords de Munich. À la chute du cabinet Reynaud le 16 juin 1940, menacé d’arrestation, il quitte Bordeaux sur un petit avion de tourisme et gagne l’Angleterre. Déchu de la nationalité française par le gouvernement de Vichy, il part pour les États-Unis où il se brouille avec les Français libres. A la Libération, il veut revenir en France mais le gouvernement provisoire lui fait refuser le visa de retour. Il se décide alors à rester à New York. Son pamphlet le plus connu reste De Gaulle dictateur. Une grande mystification de l’histoire, publié à Montréal en 1945.

96 Archives du MAE, E-Levant, Syrie-Liban, dossier général Sarrail, lettre du 18 juillet 1925 à Édouard Herriot.

97 Voir à ce propos les dernières pages du Silence de Sarrail de Paul Coblentz.

98 Il s’agit d’un supplément a la Série E-Levant, depuis peu communicable.

99 On sera en droit de regretter ici l’absence de références aux deux grands journaux anticléricaux par excellence : Le Canard enchaîné et La Dépêche du Midi.

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search