Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Première partie. Le mandat : savoirs, pratiques et représentations

Le collège Saint-Vincent, un agent de la présence française ?

Jérôme Bocquet

Texte intégral

  • 1 Il faut lui opposer une « grande politique arabe » et laïque de la France, consciente des réalités (...)

1Le collège Saint-Vincent à Damas propose un regard français sur la relation mandataire. L’établissement de la Congrégation de la Mission est en effet un acteur de la présence française et participe à la politique de pénétration scolaire. Il permet de renforcer les liens avec la clientèle traditionnelle de la France au Levant. Il constitue un des éléments de la petite politique française au Machreq1 appuyée sur les minorités. Tenu par des missionnaires lazaristes latins et français, le collège forme un maillon du système de domination mandataire. Le Mandat marque alors un moment d’exception de la culture française, fondé sur le poids exceptionnel des congrégations religieuses au Levant.

  • 2 Derrière la Congrégation de la Mission installée à Beyrouth et dont la maison mère est à Paris, il (...)

2Il faut utiliser un jeu d’échelles variées d’observation et d’analyse. Il s’agit en effet d’étudier une série de contextes emboîtés : d’abord partir de l’intérieur d’une communauté latine pour retrouver une congrégation religieuse française2, puis aller de la rue Bab Touma au quartier chrétien, de la ville musulmane à la nation, de la présence coloniale de la France au monde arabe.

  • 3 Philip S. Khoury, Syria and the French Mandate, Princeton 1987, p. 287.
  • 4 J. Revel in G. Lévi, Le pouvoir au village, Paris 1989, p. xii.

3Le collège est installé depuis 1787 dans une maison reprise aux jésuites et située dans le quartier chrétien de Bab Touma, où habitent les deux tiers des chrétiens de la ville3. Au travers de l’histoire d’une petite mission lazariste, on peut appréhender la réalité des relations très complexes entre la puissance occupante et l’élément local. On peut en effet lire dans le destin ordinaire d’une institution missionnaire française au Proche-Orient autre chose que l’histoire d’un lieu somme toute banal4. Il représente un exemple de la politique missionnaire et d’un savoir colonial différent du discours officiel. Le collège est en définitive impuissant devant les grands bouleversements auxquels sont confrontées les grandes villes syriennes au cours de la première moitié du xxe siècle. Mais les pères lazaristes, conscients des rapports de force, s’ingénient à chercher des solutions qui leur sont propres à l’occidentalisation, à l’impérialisme ou à la montée de plus en plus inéluctable du nationalisme. Ils participent à cette évolution et prennent donc leur part à l’effervescence générale du Levant.

  • 5 Plus précisément, cet article est fondé sur les sources suivantes : a) Archives du couvent des pèr (...)

4Cette étude du collège lazariste se fonde d’abord sur des archives inédites conservées par les Lazaristes à Damas. Elle a été menée également à partir du fonds « Haut-Commissariat » aux archives du ministère des Affaires étrangères à Nantes5.

5Le collège profite indéniablement de la situation mandataire. Cela est visible dans le choix de sa clientèle, de ses appuis, dans le rôle qui lui est octroyé. Mais il n’est ni un agent servile de la présence française ni ne représente, au regret de certains pères, l’établissement officiel de la France à Damas.

LA CLIENTÈLE

  • 6 Note du général Weygand, Haut-Commissaire, du 6 mars 1924. Archives M.A.E. Inventaire n° 22, carto (...)
  • 7 Le Haut-Commissariat veut alléger les frais d’instruction des enfants, mais seulement des garçons, (...)

6Le collège de la rue Bab Touma est fréquenté d’abord par quelques fils de fonctionnaires et de négociants français. Le principe de la gratuité de l’externat pour les fils de fonctionnaires et de militaires français, officiers ou sous-officiers, jusqu’à l’âge de douze ans, a en effet été accepté par la plupart des supérieurs et directeurs des maisons d’enseignement en Syrie. Cela contribue à attirer un public de choix et représente aux yeux des Lazaristes et des parents une marque d’intérêt, sinon d’estime, de la puissance française6. En raison de la cherté de la vie, surtout pour les fonctionnaires subalternes, qui touchent moins de 2 000 francs par mois, leurs enfants sont admis gratuitement7. Mais, à la demande de certains chefs d’établissement, ils ne le sont que dans la limite des places disponibles.

  • 8 Lettre de M. Heudre au Conseiller à l’Instruction publique du 4 février 1924, en réponse à sa lett (...)
  • 9 Lettre du 24 avril 1924 du Conseiller à l’Instruction publique. Carton n° 28 (1924).

7C’est ainsi qu’en avril 1924 le frère Benoît, provincial des Frères maristes, accepte six élèves à Damas, huit à Alep, un à Saïda. M. Heudre, visiteur des Lazaristes, répond au Conseiller à l’Instruction publique que le supérieur du collège de Damas est prêt à admettre gratuitement tous les enfants remplissant les conditions requises pour se conformer « au désir du général le Haut-Commissaire8 ». Les écoles des Filles de la Charité à Damas, mais également à Beyrouth, Ras Beyrouth et Tripoli, suivent cette décision. Ce petit sacrifice financier appelle en fait des contreparties. Un seul élève, A. Petit, est envoyé à la rentrée 1924 au collège Saint-Vincent. Les Lazaristes escomptent pourtant bien en être payés de retour. A. Blaisot, Conseiller à l’Instruction publique, témoigne ainsi au directeur du collège de Damas de sa gratitude9.

  • 10 Ce schéma est réalisé à partir du cahier « Statistiques Commissariat », recueil de documents envoy (...)

Figure 110 :confessions des élèves en 1939

8Total catholique = 61 % (soit les deux tiers)

9Total chrétien = 78 % (soit les trois quarts)

  • 11 Philip S. Khoury, op. cit., p. 289. Ces chiffres sont donnés pour 1936.

10Mais au collège Saint-Vincent, on compte surtout des élèves syriens grec-catholiques ou des latins, quelques maronites, des Arméniens orthodoxes ou catholiques et enfin des druzes. Il y a donc une majorité catholique. Les réfugiés ou les minorités, plus sensibles à l’action des missionnaires latins, sont particulièrement visés. La répartition des confessions dans le collège ne correspond pas aux pourcentages des communautés dans la population de Damas. Les catholiques sont ainsi surreprésentés. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, les minorités religieuses, non sunnites, forment 83 % des effectifs quand elles comptent pour 5,6 % de la population11.

  • 12 On peut juste citer à titre d’exemple Le Bulletin des missions édité à Paris chaque mois par la Co (...)

11Le public visé reste donc la clientèle très traditionnelle des missions latines en Orient. Les Lazaristes suivent la même politique au Liban, dans leur collège d’Antoura, comme la plupart des autres congrégations missionnaires, tels les Jésuites. Mais plus encore, le discours prononcé à l’intention de la France, dans les revues missionnaires12, ne se démarque pas beaucoup en apparence de celui des missionnaires installés dans les colonies d’Afrique ou d’Asie. On y exalte les mêmes valeurs de sacrifice, de civilisation. La seule originalité tient au contexte. Les Lazaristes de Damas se lancent dans l’offensive de la latinité occidentale à travers le combat contre les dissidents. Les archives lazaristes présentent ainsi des « schismatiques » favorables à une idée nationale, en opposition au statu quo mandataire, et des protestants anglo-saxons, ennemis de la France au Levant.

L’APPUI DE LA FRANCE

12Le collège s’inscrit donc dans une situation de domination. Il est tenu par un ordre français, installé à Paris et qui a toujours bénéficié, depuis la Monarchie de Juillet, de l’appui du gouvernement français au Levant.

  • 13 Un contingent français, dirigé par le capitaine Pisani, est entré à Damas avec les troupes chérifi (...)

13Par l’aide apportée aux Lazaristes, la France choisit de venir au secours des chrétiens d’Orient. Après l’expulsion par les Turcs en 1914, le collège est réoccupé par les pères, le 10 octobre 1918, grâce à la présence militaire française. Un premier contingent est en effet arrivé avec les troupes arabo-anglaises13. Les Lazaristes sont alors assimilés à la France, qui vient en aide à ses missionnaires.

  • 14 Lettre du père Heudre du 20 décembre 1918, citée dans une note dactylographiée de 1957, Historique (...)
  • 15 L’émir Abd el-Kader al-Jazaïri, grand ami de la France et des Lazaristes à Damas, est assassiné le (...)

14« La moitié de la maison est occupée par le détachement français d’occupation. Avec l’aide du gouvernement français, qui a fourni les fonds, on répare la partie de la maison restée aux confrères, afin de recevoir les élèves externes au premier janvier14. » Les soldats occupent en fait tout le collège jusqu’à ce que l’armée trouve un autre lieu de cantonnement, en août 1919 au camp de Mezzé. La maison est entièrement évacuée en septembre, huit jours seulement avant l’ouverture des classes. Dans le contexte de faiblesse d’une position française sur la défensive15, noyée dans le corps expéditionnaire britannique, la France choisit de s’appuyer sur les structures déjà existantes. Avant même la rupture de Maysaloun et l’abandon d’une politique arabe, en 1920, ses représentants sur place ont infléchi à Damas son point de vue vers une politique minoritaire.

  • 16 « On ne saurait croire en Europe combien cette commission d’enquête américaine [King-Crane] chargé (...)
  • 17 Note du 6 janvier 1920, ibid.
  • 18 Note du 18 mai 1922 sur l’état des écoles privées non subventionnées dans l’État de Damas. Carton (...)
  • 19 Note manuscrite du Haut-Commissariat du 14 février 1920 à M. Chevalley, responsable du service des (...)

15Il faut donc l’aide du Haut-Commissariat pour relancer les œuvres missionnaires. Le fait le plus notable est que les grecs-orthodoxes et les musulmans montrent dans l’ensemble peu d’empressement à recevoir des subventions françaises, leur politique les rapprochant plutôt de l’Angleterre et de l’Amérique qui les payent d’ailleurs plus largement. Le Haut-Commissariat cherche à contrecarrer une « extraordinaire propagande américaine et anglaise16 ». Il veut assurer sa présence en Syrie par la prise de contrôle des écoles privées et officielles et plus sûrement par l’intermédiaire des écoles latines. Les autorités françaises décident ainsi très explicitement, en juillet 1919, en établissant un nouveau devis de création d’écoles, de « donner satisfaction à de nombreuses demandes des évêques de tous rites, qui sont en réalité les chefs politiques du pays17 ». Une liste d’établissements privés non subventionnés, établie par le Haut-Commissariat en 1922, n’indique ainsi aucun établissement catholique18. Une lettre du secrétaire général Robert de Caix datée du 14 février 1920 souligne l’intérêt du Haut-Commissaire envers « l’œuvre de propagande et d’expansion française éminemment utile » dont le Conseiller à l’Instruction publique est chargé19.

16Profitant de la présence française, les Lazaristes relancent donc leurs missions en Syrie. Le collège d’Antoura, après avoir accueilli les réfugiés, rouvre ses portes. La mission de Tripoli s’occupe de vingt-quatre écoles dans le Nord-Liban. À Damas le collège accueille ainsi 250 élèves en 1921, dont un tiers de musulmans, sans compter les 200 à 230 élèves de l’école gratuite Saint-Joseph.

  • 20 Au moment de la Révolution française, les Lazaristes ont abandonné la maison de Damas. Ils ne sont (...)
  • 21 Relation sur le triduum des fêtes du centenaire des 19, 20 et 21 mai 1929, Harissa, édité par la C (...)

17Le Mandat représente alors pour les Lazaristes de Damas l’apogée de leur œuvre missionnaire au Levant. Le collège Saint-Vincent voudrait devenir une machine de guerre de la latinisation et de l’occidentalisation. Le triduum des fêtes célébrées en mai 1929 à l’occasion du centenaire du retour des Lazaristes20, est le prétexte pour exalter la gloire de l’Église missionnaire et fêter l’armée française qui « tant de fois sauva, au prix de son sang, la chrétienté de Syrie21 ». Sous l’ombre d’Abd el-Kader, protecteur du collège depuis 1860, dans la cour décorée de drapeaux tricolores, les plus hautes autorités militaires et civiles du Mandat, aux côtés des principaux dignitaires religieux catholiques, témoignent aux yeux des pères et des élèves du rôle privilégié alloué par la France au collège Saint-Vincent.

UN AGENT DE LA FRANCE ?

18L’enjeu de notre étude est de déterminer au nom de qui agissent les Lazaristes : au nom de la Congrégation, de l’Église de France, de Rome, ou de la France ? Le collège représente une vision d’une Église latine et plus précisément dans les années de Mandat d’une Église française dominante, avec une surreprésentation statistique des élèves et du personnel latins et français. Il joue le rôle d’un agent français actif. La manière dont les Annales lazaristes relatent les événements de 1925 est édifiante : récit de « journées effrayantes » où seul le sang froid et l’assurance des Lazaristes, père Artis en tête, les armes françaises à la main, auraient sauvé les chrétiens d’un nouveau massacre.

  • 22 Lettre du père visiteur M. Heudre au Supérieur général datée du 6 novembre 1925, publiée dans le t (...)

« Les habitants du quartier chrétien de Bab Tourna, ainsi que les autorités militaires et civiles, les généraux Gamelin et Soulet en particulier, tous m’ont témoigné avoir la plus grande confiance dans le savoir-faire, l’expérience et le dévouement de nos confrères, principalement de leur supérieur, qui s’est beaucoup dépensé pour ces pauvres chrétiens et a servi, même en pleine émeute, d’agent de liaison très entendu entre eux et l’état-major22. »

19Ce rôle se manifeste de différentes façons :

Des « bourses politiques »

  • 23 Abd al-Ghaffar al-Atrash, chef de la maison de Suwaydâ’, est le grand rival de Sultan al-Atrash. T (...)
  • 24 Le nombre d’élèves druzes est toujours proportionnellement plus important que celui de musulmans. (...)
  • 25 En 1921, la moitié des quinze bourses du collège Saint Vincent a ainsi été accordée à des enfants (...)
  • 26 Lettre du commandant Catroux du 1er juillet 1921. Carton n° 7 (1921).
  • 27 Si les pères ne se plaignent pas de Ghaleb Hani, jeune élève de 9e, le comportement et le travail (...)
  • 28 Décision du Haut-Commissariat n°375 du 31 décembre 1936. Secours scolaires. Carton n° 131 (1936).

20Un système de « bourses politiques » est ainsi organisé avec la Délégation du Haut-Commissariat à Damas. Les Lazaristes participent au jeu mené autour des Atrash, pour le contrôle du clan, en accueillant rue Bab Touma les enfants des Atrash favorables à la France, tels Naouaf ben Tawfiq ou Youssef ben Abd al-Ghaffar al-Atrash23. D’autres élèves druzes sont scolarisés rue Bab Touma24, mais seuls les Atrash restent tout au long de la période de 1921 à 194525. Les Lazaristes jouent d’ailleurs un rôle prépondérant dans l’accueil de ces enfants dans des écoles françaises durant le Mandat. Le but de ces bourses est politique. Catroux souhaite, en contrepartie d’une baisse du montant des bourses pour les familles syriennes, augmenter le nombre des bénéficiaires. Il fait ainsi référence à un article de la presse damascène sur le nombre de bourses. « Les familles des candidats comptent toutes sur notre bienveillance pour qu’il leur soit réservé quelque chance. Dans la plupart des cas, un échec total serait accueilli comme un oubli de notre part et dans certains cas comme une disgrâce26. » Il recommande donc de restreindre le nombre des désappointés et de ménager les susceptibilités27. Ces bourses continuent d’être versées dans les années suivantes sur les fonds politiques du budget du Haut-Commissariat. Mais à Damas, huit années plus tard, en 1928, il n’y a que deux cent quatre-vingt-cinq boursiers. Le collège reçoit des secours spécifiques alloués sur les fonds politiques, destinés en principe au pays druze. Des sommes sont versées directement au directeur ou un secours à un boursier. Sélim et Julie al-Atrash (membre du pensionnat des Filles de la Charité à Damas) reçoivent ainsi en décembre 1936 une bourse de cinq mille francs, en compagnie de six autres bénéficiaires en Syrie28.

Un enseignement français

  • 29 Rapport pour le congrès de l’enseignement à l’exposition de Marseille, p. 8. Carton n° 14 (1922).
  • 30 Quelques heures à peine par semaine, d’arabe littéraire essentiellement, sont enseignées aux élève (...)

21À la différence de celui des établissements jésuites, l’enseignement est entièrement français, dans ses programmes, dans la langue d’enseignement, dans le refus des pères de se mettre à l’apprentissage de l’arabe. L’enseignement du français est considéré comme la priorité, en réponse à un désir soi-disant unanimement exprimé qui le considère comme un des meilleurs instruments de progrès et de civilisation. L’objectif est d’imprégner le système scolaire syrien des principes de la pédagogie européenne que, dans les années vingt, seuls les missionnaires pourraient introduire : « Faire profiter vos professeurs de la longue expérience des choses de l’enseignement qu’ils ont acquise en France. » Les élèves « avides de s’instruire » souhaiteraient le faire en français et selon les méthodes françaises29. À l’instar des écoles de la IIIe République, le « signal » stigmatise physiquement dans les esprits des élèves l’omnipotence du français. Un élève était puni pour avoir parlé en arabe dans un couloir ou dans la cour et recevait une marque d’infamie qu’il repassait à l’élève fautif suivant. La scène se reproduisait ainsi de suite jusqu’à la fin de journée. Le dernier était gardé en retenue. Le choix imposé du français montre un rejet non seulement de la langue arabe, mais d’un élément constitutif d’une identité nationale propre, au profit des valeurs de la « civilisation » européenne30. Les Lazaristes participent ainsi à l’œuvre mandataire en vue de la constitution d’un État moderne par le biais d’une instruction publique rénovée.

  • 31 Rapport annuel du ministre de l’Instruction publique, Damas, le 8 mars 1925. Carton n° 36 (1925).
  • 32 A titre de comparaison, le ministère des Affaires étrangères établit en avril 1927 un parallèle av (...)
  • 33 En 1936, il y aurait à Damas 5,6 % de chrétiens et 4,8 % d’israélites. Voir P.S. Khoury, op. cit.
  • 34 Il s’agit de l’école des grecs-orthodoxes.
  • 35 Il faut rappeler qu’il existe à Damas dix-sept écoles primaires de garçons et deux de filles qui r (...)

22La mission des Lazaristes représente donc un élément de la puissance française, face à un enseignement syrien officiel déprécié par le Haut-Commissariat. L’enseignement secondaire y est facultatif. Il dure cinq années et délivre un diplôme de fin d’études secondaires. La scolarité est payante : 9 L.S. pour un externe, 105 L.S. pour un pensionnaire31. Quelques bourses, en nombre limité, sont prévues pour des élèves indigents. Mais il n’y a que quatre écoles secondaires à Damas en 1925, dont un lycée et une école normale de garçons. 13 076 élèves fréquentent les écoles officielles, primaires et secondaires, de la région de Damas. Ce chiffre est toutefois en augmentation de près de 15% par rapport à 192332. Un examen des statistiques scolaires permet de préciser la clientèle de ces écoles. D’abord, 77,8 % des élèves sont des garçons. Cela montre bien que l’école leur est réservée à l’exclusion des filles malgré l’obligation de l’enseignement primaire. Mais surtout sur 13 076 élèves, 99,1 % sont musulmans. On note un unique élève israélite. Cela ne correspond pas du tout aux chiffres des différentes communautés présentes à Damas33. Cela explique le succès des écoles privées dont la clientèle est principalement constituée par les minorités religieuses. Celles-ci ont en effet tendance à fuir un enseignement d’État qui privilégierait trop l’islam majoritaire et à rechercher une école qui leur propose un enseignement communautaire. En 1925, il existe à Damas six écoles privées secondaires, cinq de garçons et une de filles34, pour 1621 élèves35. Une difficulté d’analyse réside dans le fait que le ministère syrien exclut de ses statistiques les écoles privées étrangères, qui dépendent directement des autorités mandataires et d’organisations étrangères, et les écoles coraniques, qui n’enseignent que le Coran, la dictée et l’arithmétique.

Établissements privés et établissements officiels

  • 36 Introduction du rapport annuel 1926 sur l’Instruction publique pour l’État de Syrie. 24 pages. Car (...)

23La situation de l’enseignement officiel ne s’améliore pas dans les années 1920, d’abord en raison du contexte politique. Le rapport annuel établi en 1926 sur l’Instruction publique pour l’État de Syrie est explicite. « Ni la situation budgétaire, ni les troubles qui ont affecté toute la Syrie du Sud n’ont été favorables à la multiplication des écoles et à leur fréquentation36. »

  • 37 Ibid, page 7.
  • 38 Un directeur des études françaises est nommé en 1926 comme conseiller pédagogique à Damas et à Ale (...)

24L’administration est désorganisée après la démission de Soubhi Bey Barakat, chef de l’État syrien, en décembre 1925 et le retrait du ministère syrien. Les affaires de l’État de Syrie sont confiées provisoirement, de février à mai 1926, à un envoyé du Haut-Commissaire. La gérance du ministère de l’Instruction publique est laissée à M. Ragey, nommé Conseiller, jusqu’au retour du ministère le 4 mai. La situation du personnel enseignant est mauvaise, du point de vue des traitements, mais également de la formation. En 1926, une très faible minorité d’instituteurs est passée par une école normale. Très peu ont fait des études secondaires. Beaucoup ont simplement appris la théologie à l’école coranique. Nombreux sont même des officiers en retraite cherchant un complément à une pension très maigre. La culture des instituteurs est très limitée, l’enseignement exclusivement livresque. Le ministère formule les mêmes réserves pour le personnel du secondaire : « manque de culture et de valeur professionnelle37 ». Les traitements sont modiques, le comportement des enseignants contesté. Discipline et travail des élèves sont souvent insuffisants38.

  • 39 Le lycée officiel à Damas est un bâtiment assez vaste et agréable, mais les dortoirs sont très peu (...)

25La comparaison avec l’enseignement privé n’est pas brillante. Si le rapport 1926 du ministère de l’Instruction publique met en avant la fermeture de deux écoles privées, faute de clientèle, et l’absence de toute nouvelle demande d’ouverture, il reconnaît cependant qu’il y a quelques grands collèges importants et qu’ils sont privés. Ils disposent de locaux vastes et aérés39. Ils peuvent rivaliser avec les lycées européens les mieux construits, uniquement, laisse-t-on entendre, grâce aux subventions françaises. On cite ainsi le collège Saint-Vincent de Damas, celui des Frères maristes et le lycée de la Mission laïque à Alep.

  • 40 Note du ministère de l’Instruction publique du 26 décembre 1934 au Conseiller à l’Instruction publ (...)

26Plusieurs tableaux des effectifs scolaires en 1934 permettent d’établir une comparaison plus précise des enseignements officiels et privés pour l’État de Syrie40.

Figure 2 : Écoles officielles

Figure 2 : Écoles officielles

27Soit : 3 % de chrétiens et une moyenne de 116 élèves par école

Figure 3 : Écoles privées

Figure 3 : Écoles privées

Figure 4 : Écoles privées

Figure 4 : Écoles privées
  • 41 Rapport annuel du service de l’Instruction publique du Haut-Commissariat pour 1934. Carton n° 112 (...)

28On constate donc que les effectifs sont essentiellement musulmans pour un petit nombre d’écoles officielles. Peu d’élèves, malgré la gratuité de l’enseignement primaire et les bourses offertes pour le secondaire, peuvent être admis. Une majorité d’entre eux se retrouve dans l’enseignement privé, musulman ou chrétien, quelle que soit leur confession, pour des raisons religieuses, scolaires ou de reconnaissance sociale. Il n’y a, en 1934, que quatorze écoles secondaires publiques regroupant à peine 1871 élèves, dont 1850 musulmans, contre seize privées à l’exception des écoles étrangères. Pour 100 élèves des écoles officielles, 91 garçons et 151 filles sont dans l’enseignement privé non étranger41. Les filles sont en effet accueillies surtout dans le privé par un choix volontaire des parents.

29La clientèle des établissements privés est par contre en majorité chrétienne, très largement supérieure à la proportion de chrétiens dans la population. Le plus grand nombre d’élèves peut s’expliquer par un meilleur équipement scolaire, 77 élèves par école contre 116 dans le public. Hormis le fait que cette moyenne statistique reste très aléatoire selon les écoles, il faut également prendre en compte la dispersion des communautés dans autant d’écoles confessionnelles et donc la démultiplication de ces écoles. Les écoles musulmanes restent très confessionnelles. Elles semblent accueillir une clientèle défavorisée. Mais elles ne sont pas assez nombreuses pour recevoir toute la demande de scolarisation qui reflue en conséquence vers les écoles chrétiennes. Près de 8 % des musulmans fréquentent un établissement chrétien. À l’inverse 0,17 % seulement de chrétiens s’aventurent dans une école non chrétienne. Les druzes se concentrent par contre dans leurs écoles, souvent de très petite taille, tandis que les écoles catholiques semblent plus ouvertes que les écoles orthodoxes qui attirent une clientèle moins large.

Propagande et enseignement

  • 42 Maurice Barres, Enquête aux pays du Levant, Paris, Plon 1923, tome 1. C’est le récit de son enquêt (...)
  • 43 Une première crise éclate en 1924. Le Visiteur des Lazaristes reçoit en mai 1925 une note confiden (...)
  • 44 Lettre de Georges Delteil, supérieur du collège Saint-Vincent du 20 décembre 1935, au Conseiller à (...)

30Propagande et enseignement sont en définitive liés, alors que paraît en 1923 l’Enquête au pays du Levant de Maurice Barrés42, traçant un tableau glorieux « du génie » des congrégations françaises. Maurice Barrès avait visité le collège Saint-Vincent à Damas avant guerre en 1914. L’enseignement donné au collège heurte l’opinion nationaliste. Des campagnes sont ainsi régulièrement conduites dans la presse damascène contre des manuels trop « occidentaux » utilisés par les pères ou les sœurs françaises43. Georges Delteil, directeur en 1936, identifie ainsi le collège comme « un des agents les plus actifs de notre influence dans ce pays44 ».

  • 45 Discours du père Heudre, Visiteur des Lazaristes en Syrie, lors des célébrations du centenaire du (...)
  • 46 Gabriel Puaux, Deux années au Levant, Paris 1952, p. 94.
  • 47 « Il fait autant penser à un soldat qu’à un moine, avec sa robuste stature, son vert langage, sa L (...)
  • 48 Un article de Paul Lesourd intitulé : « Les missionnaires catholiques et leur action de civilisati (...)
  • 49 Raymond O’Zoux, Les États du Levant sous Mandat, Paris 1931, p. 296.
  • 50 J. et J. Tharaud, op. cit., p. 27.

31Les Lazaristes à Damas se définissent donc d’abord au service de la France : « Fidèles et dévoués serviteurs de l’Église et de la France, ils ont fait ici œuvre de bons Français45. » Le père Sarloutte, supérieur du collège d’Antoura durant toute la période du Mandat, « une des figures les plus respectées du Liban » selon le Haut-Commissaire protestant Gabriel Puaux46, symbolise le mieux cette figure du moine-soldat au service de la France. Croix de commandeur de la Légion d’honneur, agent de liaison sur l’île de Rouad occupée par la marine française pendant la Grande Guerre, ami de Pierre Benoît qui trouva l’inspiration de La Châtelaine du Liban à Antoura, très estimé du général Weygand, il sert autant l’Église que la France47. Les préoccupations de laïcité, observées dans les années trente avec la montée en puissance de la Mission laïque et liées aux changements de personnels et de priorités politiques du Haut-Commissariat, n’empêchent pas la récupération de l’œuvre missionnaire48. La « mission civilisatrice » de la France anime l’action de ces agents de la France au lointain. C’est par l’enseignement, apporté par les missionnaires, que la France va « régénérer » le Levant49. Les frères Jérôme et Jean Tharaud n’assimilent-ils pas le collège d’Antoura aux châteaux croisés et les missionnaires de Saint-Vincent au service de l’instruction générale du Levant aux rudes seigneurs des Croisades50 ?

  • 51 Note de l’Instruction publique du 11 février 1933. Carton n° 102 (1933).
  • 52 Lettre du président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, du 12 décembre 1932 aux agents d (...)

32Les services de l’Instruction publique envoient ainsi périodiquement au personnel des établissements privés français du matériel de propagande. Le directeur du collège lazariste à Damas reçoit ainsi en février 1933 quarante-deux pages de documentation « sur le nécessaire effort d’éducation de l’opinion étrangère51 ». Le ministère des Affaires étrangères a en effet élaboré des « documents objectifs » à utiliser dans les cercles privés ou publics pour contrebalancer « une campagne de dénigrement systématique des services de propagande étrangers52 ». Le ministère considère que « l’effort d’éducation » ne doit pas être le seul fait des agents officiels des services diplomatiques français. Mais tout Français à l’étranger doit se considérer comme une sorte d’ambassadeur de son pays. Cette mission serait plus efficace encore avec des personnes bien placées par leur culture et leur profession et aptes à « redresser les erreurs de jugement de l’opinion ». Le ministre demande au Haut-Commissariat de sélectionner un nombre restreint de personnalités intéressantes par leur situation et leurs relations. Celui-ci choisit Victor Gayraud, supérieur du collège des Lazaristes.

  • 53 Relation sur le triduum des fêtes, op. cit., p. 3.

33Un dernier facteur est à alors prendre en compte. Des liens personnels attachent les Lazaristes à certains représentants de l’autorité française, à tous les échelons, à Damas, Beyrouth ou Paris. Il ne faut pas négliger l’importance des sociabilités, amicales ou non, qui peuvent se tisser entre des religieux et des parents, des militaires ou des fonctionnaires très cléricaux et proches de certains pères. Invité d’honneur aux fêtes du centenaire à Damas en mai 1929, le délégué du Haut-Commissaire, M. André Bruère, est ainsi présenté « comme un des nôtres, parce que toute œuvre de France est sienne et qu’à une grandeur d’âme très noble il joint la vie chrétienne la plus parfaite et la plus convaincue53 ». Ces liens sont souvent antérieurs à l’installation au Levant. La Congrégation joue de relations établies au sein de certains ministères, comme les Affaires étrangères. Les Annales de la Congrégation font ainsi souvent apparaître des personnalités politiques, artistiques culturelles ou religieuses, du monde parisien, mais également provincial ou étranger.

LES LIMITES D’UNE ENTENTE COLONIALE

  • 54 Note du 25 octobre 1921 du Conseiller à l’Instruction publique. Carton n° 7 (1921).

34Le Haut-Commissariat définit toutefois très tôt le cadre de l’enseignement religieux subventionné. Il fixe ainsi des garde-fous. Il affirme certes ne pas vouloir rester indifférent aux efforts des établissements privés pour « soutenir l’œuvre si importante de l’éducation de la jeunesse » et soutenir « dans un esprit d’équité, les principes éternels de sincérité, d’honnêteté, de dignité de la personne54 ».

35Mais l’étude de la langue arabe, trop négligée dans les écoles privées étrangères, est rendue obligatoire dès 1920. Le Haut-Commissariat a en effet constaté que nombre d’élèves de ces écoles ignoraient l’arabe littéraire. C’est une situation qu’il regrette, d’autant plus qu’après 1925 il essaie d’amadouer l’opinion syrienne en montrant moins de partialité dans le choix de ses protégés.

  • 55 Lettre du 27 janvier 1934 annotée par M. Bounoure. Carton n° 97 (1933).
  • 56 Lettre du 27 janvier 1934 de Georges Delteil, supérieur du collège, au Haut-Commissaire à Beyrouth (...)
  • 57 Ibid.

36Les missionnaires lazaristes à Damas ont un discours à l’attention de la France de plus en plus éloigné de la réalité. Il faudrait donc voir comment les Lazaristes réinterprètent leur action au service de la France en Orient. Et ce d’autant qu’ils sont confrontés aux difficultés d’une œuvre dépassant les forces de la Congrégation de la Mission. Un endettement chronique, un public catholique restreint, sinon latin, pris dans le « peuple » chrétien de Bab Touma et la bourgeoisie urbaine limitent l’ambition des Lazaristes. On observe l’obsession constante des pères à réclamer toujours plus de subventions, afin de couvrir des dépenses qu’ils prennent l’habitude d’engager avant toute certitude d’allocations. Ils gèrent leurs dettes à vue. Leurs demandes se font pressantes et continues. La réponse des services de l’Instruction publique n’est pourtant guère encourageante. C’est ainsi que Gabriel Bounoure, conseiller du Haut-Commissaire, répond au père Georges Delteil qu’il n’a pas les moyens de faire des avances à des œuvres imprudentes et dépensières55. Les Lazaristes se sont en effet lancés à la fin des années 1920 dans une opération immobilière un peu légère avec la construction d’un immeuble de rapport rue Bab Touma. Ils espéraient ainsi obtenir un revenu annuel capable de financer les réparations exigées par l’état de délabrement des bâtiments du collège. Mais la crise économique a ruiné les espoirs des pères. Avec « cette dette criarde, les créanciers viennent nous faire entendre leurs voix56 ». L’endettement, de plus de 250 000 francs, est lourd. Le supérieur affirme que la caisse du collège est vide. Cette dette grève l’œuvre scolaire. Des demandes d’emprunts ont été refusées. Georges Delteil a beau jeu de déclarer que ses prédécesseurs comptaient sur des secours de la France qui ne sont pas venus. Il reconnaît cependant qu’il est « des moments où l’on prend ses rêves pour des réalités57 ».

37Georges Delteil n’est pas dupe des réticences des services de l’Instruction publique et des Œuvres françaises à couvrir les dépenses du collège. Il tente de s’adresser directement au Haut-Commissaire en court-circuitant ses « zélés collaborateurs », avant d’écrire au ministre des Affaires étrangères à Paris.

  • 58 Il faudrait retrouver tous les liens tissés entre les pères et les fonctionnaires dont les fils on (...)
  • 59 Lettre du 27 janvier 1934, déjà citée.
  • 60 C’est oublier les conditions d’enseignement dans les locaux exigus et provisoires du collège maris (...)

38Les Lazaristes font ainsi appel au lobby catholique et essayent de jouer directement sur la scène politique française en contournant le Haut-Commissariat. Les sociabilités et le jeu des amitiés sont en effet un élément important pour comprendre les relations de pouvoir dans la Syrie sous mandat58. Le supérieur s’efforce de plaider sa cause plutôt que de « s’en remettre à la bienveillance de personnes auprès desquelles l’exposé de nos besoins n’a obtenu jusqu’ici, avec des paroles flatteuses sur l’importance de nos œuvres, que de vagues promesses59 ». Il noircit volontairement le tableau. Si l’œuvre reste prospère, les locaux sont exigus, l’argent manque pour réaliser des réparations urgentes, situation particulière au collège Saint-Vincent quand les autres établissements français ne souffrent que d’une gêne passagère et disposent d’un immeuble en parfait état60. Le pronostic est sombre. Ce discours pessimiste est traditionnel de la part de missionnaires français. « Notre œuvre séculaire ne peut que péricliter et peut-être prochainement sombrer. » Le compte des dépenses s’allonge en effet : réparations, intérêts d’une lourde dette, entretien des maîtres et des pensionnaires, alors que le marasme commercial, la réduction des secours de la France et la modicité des rétributions scolaires ajustées aux possibilités des familles limitent les revenus du collège.

  • 61 Une minute de silence avait été demandée aux écoles congréganistes à l’arrivée du Haut-Commissaire (...)
  • 62 Note de M. Bounoure du 21 avril 1936 au secrétaire général du Haut-Commissariat. Carton n° 131 (19 (...)

39La notoriété du collège est limitée face à de plus grands établissements français. Le grand collège français des années 1920 n’est plus seul. L’aide de la France a été décisive. La Mission laïque a en effet élargi son action vers la Syrie mandataire en ouvrant en octobre 1925 des lycées à Damas et à Alep, grâce à l’appui du Haut-Commissaire Maurice Sarrail, renvoyé pourtant en ce même mois d’octobre. À l’opposé de la politique laïque combattante et anticléricale de son successeur61, le général Weygand s’était longtemps opposé à la présence de la Mission laïque à Beyrouth. En juillet 1924 est évoquée la possibilité de fermer le lycée mariste à Damas. Le général Weygand se félicite pourtant du succès remarquable d’une maison située en plein quartier musulman de la ville et dont la disparition nuirait très gravement à l’action culturelle française dans la région. Un sacrifice financier est alors jugé indispensable pour éviter un recul de l’influence de la France en Syrie. Il est à noter que Weygand ne fait à aucune occasion mention du collège français Saint-Vincent. Cela peut expliquer l’ambition des Frères maristes. Soutenus par la France, ceux-ci prennent en effet la direction de plusieurs collèges. À Alep, deux collèges locaux, des Arméniens catholiques et des grecs catholiques, passent sous leur administration. Ils tentent d’agrandir leur établissement à Damas. En 1935 leur collège accueille six cents élèves, dont deux tiers de musulmans. C’est plus du double des effectifs du collège Saint-Vincent. Grâce à une importante subvention du Haut-Commissariat, près de vingt fois la subvention annuelle accordée aux Lazaristes de Damas en 1936, les Frères maristes veulent construire un nouveau collège. Ils souhaitent en effet déménager et quitter un immeuble mal installé et au loyer très élevé. Cette aide de la France, plus un prêt sans intérêt de 800 000 francs, à un projet au coût élevé - plus de deux millions de francs - s’explique par la volonté de soutenir un établissement « qui correspond à l’importance de leur œuvre et l’influence qu’elle exerce dans le milieu musulman62 ».

  • 63 Lettre de Georges Delteil du 20 décembre 1935 à M. Bounoure. Carton n° 122 (1936).
  • 64 Note du 23 décembre 1925 du Conseiller à l’Instruction publique inspecteur des Œuvres françaises. (...)

40Les Lazaristes sont conscients de ces nouvelles réalités. Ils se plaignent du soutien apporté aux autres établissements français. Pour Georges Delteil en 1935, « des établissements plus jeunes sont venus en plus grand nombre répandre en Syrie les bienfaits de notre éducation, la sollicitude (de la France) s’est étendue à tous63 ». Mais les missionnaires récriminent tout autant contre la concurrence des établissements voisins, grec catholique et orthodoxe, à Bab Touma et Bab Charqi et enfin contre la prétendue résurgence d’une nouvelle menace des écoles étrangères, trop négligée par les autorités françaises. Cela vise les écoles allemandes, italiennes, anglaises et américaines. L’inspecteur des Œuvres françaises mentionnant en décembre 1925 un incident au collège américain de Tripoli, semble aller dans leur sens : « L’esprit des élèves au collège était nettement antifrançais64. » Les Lazaristes reprochent aux autorités françaises leur manque de fermeté en particulier envers des écoles italiennes et surtout anglaises à Damas. Mais il s’agit ici davantage d’un topos que d’une réalité tangible. L’antiprotestantisme est en effet un sentiment ancien et très profond parmi les missionnaires français, hostiles à toute influence anglo-saxonne.

41Mais les priorités politiques ont changé. Le conseiller à l’Instruction publique, Gabriel Bounoure, s’inquiète auprès du Haut-Commissaire des restrictions budgétaires qui limitent les subventions et ne permettent pas de relancer les programmes de construction des établissements publics. Tandis que les supérieurs successifs du collège lazariste s’alarment auprès de lui de la vétusté de leur bâtiment, les services français se préoccupent entre 1935 et 1937 du lycée officiel de Damas : sept cents élèves s’y entassent en effet dans une vieille maison alors que le chantier de construction du lycée, ouvert en 1932, n’est toujours pas achevé en 1935. Un choix politique est alors fait.

  • 65 Note n° 8 063 de M. Bounoure du 21 avril 1936 au secrétariat général du Haut-Commissariat. Carton (...)

« Cette situation déplorable donnait aux esprits malveillants l’occasion d’une comparaison avec l’Irak, comparaison accablante pour nous. Nos voisins en effet, grâce à l’aisance de leurs budgets, ont pu se donner tout un ensemble rationnellement conçu d’établissements amples, riches, pourvus d’un équipement moderne. Un tel spectacle frappe vivement les yeux des Syriens et les incite à opposer la pauvreté de nos réalisations dans l’ordre éducatif et culturel au magnifique développement de telles œuvres dans un État arabe indépendant65. »

  • 66 Une somme de 1 250 000 francs est accordée en 1936 à titre d’assistance et pour l’enseignement. Ca (...)

42On ne peut pas en effet faire l’étude de la politique, scolaire ou religieuse, mandataire de la France, sans la comparer avec la situation du mandat britannique voisin et négliger les contrecoups de la situation en Irak et en Palestine sur la situation intérieure syrienne. À partir de 1936, pour contrebalancer l’exemple irakien, d’importantes subventions sont accordées à la réalisation d’un programme de travaux qui concernent surtout l’enseignement officiel66, au détriment donc de l’enseignement congrégatif. À la différence des Maristes qui figurent sur une liste de huit œuvres scolaires, les Lazaristes sont exclus de cette aide supplémentaire.

43On peut établir un bilan comparatif au milieu des années 1930 pour l’enseignement secondaire (Figure 5).

44Les établissements de la Mission laïque, des Frères maristes et plus généralement libanais sont donc les plus importants. Ils drainent une clientèle plus nombreuse, disposent d’un plus grand nombre d’établissements.

  • 67 Rapport des Œuvres françaises des États du Levant sous Mandat français pour 1934, carton n° 111 (1 (...)

Figure567

Figure567

CONCLUSION

  • 68 Gabriel Puaux, op. cit., p. 84.

45Alors que paradoxalement les liens entre la puissance coloniale et les missionnaires français se sont renforcés sur le terrain, les rapports entre la Congrégation et le Haut-Commissariat se dégradent. Dès 1925 la mission éducative de la France, si importante politiquement, ne passe plus par le seul canal de l’enseignement privé confessionnel. Bien que la dimension confessionnelle et communautaire de la société syrienne se renforce, le ton des relations entre le collège et les autorités françaises a changé. On observe moins d’attachement d’un côté, plus d’amertume et de critique de l’autre. « La France, devenue puissance mandataire, se devait à tous. Mais un vieil ami ne voit pas toujours avec plaisir s’accroître le cercle des amitiés de celui dont il croyait posséder seul l’affection68. » Les pères regrettent ce qu’ils interprètent comme l’ingratitude du Haut-Commissariat et regardent avec nostalgie les temps passés où la France aurait été aux côtés de la Congrégation de la Mission en Syrie dans sa grande tâche de civilisation.

Notes

1 Il faut lui opposer une « grande politique arabe » et laïque de la France, consciente des réalités et des enjeux du monde arabe et s’en faisant l’alliée, soutenant ainsi en 1919 le royaume arabe de Fayçal. Les tenants des deux politiques ont participé aux négociations avec Fayçal, avec la présence de Robert de Caix, partisan de la « petite politique française ».

2 Derrière la Congrégation de la Mission installée à Beyrouth et dont la maison mère est à Paris, il faut chercher Rome par l’intermédiaire de la Sacrée Congrégation de la Propagation de la Foi [de Propaganda Fide] réorganisée en 1917.

3 Philip S. Khoury, Syria and the French Mandate, Princeton 1987, p. 287.

4 J. Revel in G. Lévi, Le pouvoir au village, Paris 1989, p. xii.

5 Plus précisément, cet article est fondé sur les sources suivantes : a) Archives du couvent des pères lazaristes à Bab Touma : statistiques du collège, répertoires d’élèves, coutumiers, cahiers des conseils, revues ; b) Archives de la province de la Congrégation de la Mission à Beyrouth ; c) Archives du ministère des Affaires étrangères à Nantes : fonds Instruction publique du Haut-Commissariat (inventaire n° 22) : cartons 1 à 207.

6 Note du général Weygand, Haut-Commissaire, du 6 mars 1924. Archives M.A.E. Inventaire n° 22, carton n° 24 (1924). Dans les notes suivantes, les numéros de cartons renvoient toujours aux archives des Affaires étrangères.

7 Le Haut-Commissariat veut alléger les frais d’instruction des enfants, mais seulement des garçons, des officiers et fonctionnaires subalternes, des sous-officiers et gendarmes. Pour les officiers supérieurs, cette gratuité ne serait accordée qu’aux parents d’au moins deux enfants. Lettre de Beyrouth du Conseiller à l’Instruction publique du 30 janvier 1924. Carton n° 28 (1924).

8 Lettre de M. Heudre au Conseiller à l’Instruction publique du 4 février 1924, en réponse à sa lettre du 30 janvier. Carton n° 28 (1924).

9 Lettre du 24 avril 1924 du Conseiller à l’Instruction publique. Carton n° 28 (1924).

10 Ce schéma est réalisé à partir du cahier « Statistiques Commissariat », recueil de documents envoyés au Haut-Commissariat de 1919 à 1945, p. 8 et 64, Archives lazaristes, Damas.

11 Philip S. Khoury, op. cit., p. 289. Ces chiffres sont donnés pour 1936.

12 On peut juste citer à titre d’exemple Le Bulletin des missions édité à Paris chaque mois par la Congrégation de la Mission à destination des donateurs en France. Le numéro de septembre 1926 peint ainsi un tableau apologétique des missionnaires en Orient, de « tous ces Lazaristes qui, dans l’exil de leur patrie inoubliée, tout en se consacrant à Dieu, se consacrent également à la France... »

13 Un contingent français, dirigé par le capitaine Pisani, est entré à Damas avec les troupes chérifiennes le 1ER octobre 1918.

14 Lettre du père Heudre du 20 décembre 1918, citée dans une note dactylographiée de 1957, Historique de la maison de Damas. Archives Bab Touma.

15 L’émir Abd el-Kader al-Jazaïri, grand ami de la France et des Lazaristes à Damas, est assassiné le 2 octobre 1918 à la veille de l’arrivée de Fayçal dans la ville.

16 « On ne saurait croire en Europe combien cette commission d’enquête américaine [King-Crane] chargée de déterminer les vœux et aspirations du pays, nous causa de difficultés... puisque le principe même de notre occupation et de notre mandat sur la Syrie devenait incertain. » Note sur les écoles privées, 6 janvier 1920. Carton n° 02 (1919/20).

17 Note du 6 janvier 1920, ibid.

18 Note du 18 mai 1922 sur l’état des écoles privées non subventionnées dans l’État de Damas. Carton n° 14(1922).

19 Note manuscrite du Haut-Commissariat du 14 février 1920 à M. Chevalley, responsable du service des Œuvres françaises. Carton n° 02 (1919/20).

20 Au moment de la Révolution française, les Lazaristes ont abandonné la maison de Damas. Ils ne sont revenus qu’en 1830.

21 Relation sur le triduum des fêtes du centenaire des 19, 20 et 21 mai 1929, Harissa, édité par la Congrégation de la Mission, brochure, 60 p., Archives Bab Touma.

22 Lettre du père visiteur M. Heudre au Supérieur général datée du 6 novembre 1925, publiée dans le tome 91, année 1926, des Annales de la Congrégation de la Mission, p. 179. Ce « haut fait d’armes » est cependant contredit par le témoignage d’Alice Poulleau, À Damas sous les bombes, Yvetot, 1930, p. 87.

23 Abd al-Ghaffar al-Atrash, chef de la maison de Suwaydâ’, est le grand rival de Sultan al-Atrash. Tawfiq al-Atrash participe aux côtés de Salim al-Atrash, comme chef de la Direction de l’Intérieur, à la mise en place par la France de l’administration du pays druze.

24 Le nombre d’élèves druzes est toujours proportionnellement plus important que celui de musulmans. Ainsi y a-t-il encore 12,5 % d’élèves d’origine druze au collège en 1943. Ce sont surtout des boursiers du gouvernement français.

25 En 1921, la moitié des quinze bourses du collège Saint Vincent a ainsi été accordée à des enfants Atrash. Ils sont très nombreux dans les années 1920, surtout avant la Grande Révolte. Le seul druze admis en 1932 est membre de la famille. En 1942, Ghaleb Hani, Talal et Mamdouh al-Atrash reçoivent encore chacun 6 000 francs de bourse. Fin 1943 alors que la France, inquiète, tente de repousser l’inéluctable indépendance, huit élèves Atrash sont envoyés au collège dans une dernière tentative de jouer la carte druze.

26 Lettre du commandant Catroux du 1er juillet 1921. Carton n° 7 (1921).

27 Si les pères ne se plaignent pas de Ghaleb Hani, jeune élève de 9e, le comportement et le travail de ces boursiers laisse souvent à désirer. Les départs en cours d’année ne semblent pas être exceptionnels. L’absentéisme est courant. Quelques semaines d’absence valent au fautif d’être rayé de la liste des boursiers, comme Naouaf ben Tawfiq et Youssef ben Abd al-Ghaffar al-Atrash en février 1923. D’autres ne se présentent même pas aux portes du collège. Statistiques Commissariat, archives Bab Touma.

28 Décision du Haut-Commissariat n°375 du 31 décembre 1936. Secours scolaires. Carton n° 131 (1936).

29 Rapport pour le congrès de l’enseignement à l’exposition de Marseille, p. 8. Carton n° 14 (1922).

30 Quelques heures à peine par semaine, d’arabe littéraire essentiellement, sont enseignées aux élèves , soit, selon les classes, le quart ou le cinquième de l’enseignement en langue française. Il ne faut enfin pas oublier la forte proportion d’élèves étrangers ou d’origine non arabe. En moyenne, un dixième des élèves n’est pas arabophone, d’origine française, grecque ou même sud-américaine, sans parler des Libanais ou des chrétiens syriens francophones. La pratique de l’arabe n’est donc pas familière au collège.

31 Rapport annuel du ministre de l’Instruction publique, Damas, le 8 mars 1925. Carton n° 36 (1925).

32 A titre de comparaison, le ministère des Affaires étrangères établit en avril 1927 un parallèle avec les effectifs scolaires français. Pour l’académie de Lyon, 4 044 élèves sont inscrits dans des lycées de garçons, 1 102 fréquentent des collèges.

33 En 1936, il y aurait à Damas 5,6 % de chrétiens et 4,8 % d’israélites. Voir P.S. Khoury, op. cit.

34 Il s’agit de l’école des grecs-orthodoxes.

35 Il faut rappeler qu’il existe à Damas dix-sept écoles primaires de garçons et deux de filles qui reçoivent 3 153 élèves. Les écoles privées sont plus nombreuses à Alep, trente-cinq pour un nombre d’élèves supérieur à celui de l’enseignement officiel, soit 7 540 contre 6 229. Cela est particulièrement visible pour la forte communauté chrétienne (35 % de la population) qui envoie ses enfants dans les écoles privées religieuses. Seuls 113 chrétiens fréquentent ainsi les écoles d’Etat.

36 Introduction du rapport annuel 1926 sur l’Instruction publique pour l’État de Syrie. 24 pages. Carton n° 47 (1926).

37 Ibid, page 7.

38 Un directeur des études françaises est nommé en 1926 comme conseiller pédagogique à Damas et à Alep pour tenter de remédier à cette situation.

39 Le lycée officiel à Damas est un bâtiment assez vaste et agréable, mais les dortoirs sont très peu fonctionnels, mal disposés, mal aérés et sans lavabos.

40 Note du ministère de l’Instruction publique du 26 décembre 1934 au Conseiller à l’Instruction publique du Haut-Commissariat. Carton n° 111 (1934).

41 Rapport annuel du service de l’Instruction publique du Haut-Commissariat pour 1934. Carton n° 112 (1934).

42 Maurice Barres, Enquête aux pays du Levant, Paris, Plon 1923, tome 1. C’est le récit de son enquête parlementaire sur la situation des missions catholiques au Levant. Il décrit ainsi le couvent des Lazaristes à Damas : « une organisation solide, efficace, émouvante qui fabrique des Franco-arabes », p. 153.

43 Une première crise éclate en 1924. Le Visiteur des Lazaristes reçoit en mai 1925 une note confidentielle des services de l’Instruction publique lui demandant le retrait d’un manuel d’histoire de Hatier pour une phrase jugée insultante envers les musulmans. Une autre campagne de presse est menée en novembre 1932 contre les écoles françaises d’Alep. Les services français rappellent alors, en janvier 1933, au supérieur du collège Saint-Vincent les obligations de réserve des établissements français en terre musulmane dans le choix des manuels et le comportement des professeurs. « Le procédé qui consiste à déchirer la page dont on redoute l’effet présente de graves inconvénients, mieux vaut adopter un autre livre, en s’interdisant une fois pour toute de commander en France des manuels qui ne conviennent pas aux écoles du Levant. » Le Haut-Commissariat a en effet peur de susciter un réveil de l’opinion musulmane. (Note confidentielle n° 313, Œuvres françaises du 13 janvier 1933.) Après des incidents au collège des Frères en 1936, M. Bounoure, Conseiller à l’Instruction publique, se charge lui-même d’envoyer en janvier 1938 des manuels d’histoire aux Lazaristes. Il est cependant obligé quelques mois plus tard d’interdire sur toute l’étendue des territoires des États du Levant l’usage chez les Franciscaines d’un autre manuel de Hatier également incriminé. Cartons n° 36, 102, 145 et 153 (1925, 1933, 1938, 1939).

44 Lettre de Georges Delteil, supérieur du collège Saint-Vincent du 20 décembre 1935, au Conseiller à l’Instruction publique. Carton n° 122 (1936).

45 Discours du père Heudre, Visiteur des Lazaristes en Syrie, lors des célébrations du centenaire du retour des pères à Damas. Relation sur le triduum, op. cit., p. 45.

46 Gabriel Puaux, Deux années au Levant, Paris 1952, p. 94.

47 « Il fait autant penser à un soldat qu’à un moine, avec sa robuste stature, son vert langage, sa Légion d’honneur et sa croix de guerre sur la poitrine. En 1918, en revenant du front, il a retrouvé son couvent... » J. et J. Tharaud, Alerte en Syrie, Paris 1937, p. 25.

48 Un article de Paul Lesourd intitulé : « Les missionnaires catholiques et leur action de civilisation dans les colonies » paru dans Le Figaro du 16 septembre 1934 en témoigne. « La France officielle, fût-elle très laïque, pouvait-elle tenir rigueur à ceux qui se faisaient ainsi les messagers de sa civilisation d’être des religieux ? (...) La France laïque a instauré ou développé des œuvres neutres dans la ligne de sa politique scolaire métropolitaine. Mais elle ne répudie pas pour autant le concours désintéressé des missionnaires, du moment que les intérêts du pays et l’œuvre mandataire y trouvent à la fin leur compte. »

49 Raymond O’Zoux, Les États du Levant sous Mandat, Paris 1931, p. 296.

50 J. et J. Tharaud, op. cit., p. 27.

51 Note de l’Instruction publique du 11 février 1933. Carton n° 102 (1933).

52 Lettre du président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, du 12 décembre 1932 aux agents diplomatiques et consulaires à l’étranger. Carton n° 102 (1933).

53 Relation sur le triduum des fêtes, op. cit., p. 3.

54 Note du 25 octobre 1921 du Conseiller à l’Instruction publique. Carton n° 7 (1921).

55 Lettre du 27 janvier 1934 annotée par M. Bounoure. Carton n° 97 (1933).

56 Lettre du 27 janvier 1934 de Georges Delteil, supérieur du collège, au Haut-Commissaire à Beyrouth. Carton n° 92 (1932).

57 Ibid.

58 Il faudrait retrouver tous les liens tissés entre les pères et les fonctionnaires dont les fils ont été inscrits au collège ou dont l’inclination portait vers le milieu clérical. On se rappelle la présence de plusieurs très hauts-fonctionnaires militaires aux fêtes du collège en 1929. Le père supérieur Laxagueborde quitte même le collège en 1941 pour rejoindre des amis officiers dissidents et devient ensuite aumônier des troupes gaullistes à Damas.

59 Lettre du 27 janvier 1934, déjà citée.

60 C’est oublier les conditions d’enseignement dans les locaux exigus et provisoires du collège mariste de Damas.

61 Une minute de silence avait été demandée aux écoles congréganistes à l’arrivée du Haut-Commissaire en janvier 1925.

62 Note de M. Bounoure du 21 avril 1936 au secrétaire général du Haut-Commissariat. Carton n° 131 (1936).

63 Lettre de Georges Delteil du 20 décembre 1935 à M. Bounoure. Carton n° 122 (1936).

64 Note du 23 décembre 1925 du Conseiller à l’Instruction publique inspecteur des Œuvres françaises. Carton n° 36 (1925).

65 Note n° 8 063 de M. Bounoure du 21 avril 1936 au secrétariat général du Haut-Commissariat. Carton n° 131 (1936).

66 Une somme de 1 250 000 francs est accordée en 1936 à titre d’assistance et pour l’enseignement. Carton n° 131.

67 Rapport des Œuvres françaises des États du Levant sous Mandat français pour 1934, carton n° 111 (1934). Ce tableau n’est pas exhaustif. Il prend seulement en compte l’évaluation donnée par les services du Haut-Commissariat. Il peut ainsi arriver qu’une école jugée comme établissement primaire accueille également des classes secondaires.

68 Gabriel Puaux, op. cit., p. 84.

Table des illustrations

Légende Figure 110 :confessions des élèves en 1939
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3173/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Figure 2 : Écoles officielles
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3173/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Figure 3 : Écoles privées
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3173/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 4 : Écoles privées
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3173/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Figure567
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/3173/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 254k

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540