Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Première partie. Le mandat : savoirs, pratiques et représentations

Appréhensions et méthodes dans un système mandataire : le cas de la participation des États du Levant à l’Exposition coloniale internationale de Paris, 1931

François-Xavier Trégan

Texte intégral

1Les évaluations contemporaines de la politique mandataire française au Levant ont relevé, dans une presque unanimité, une liste de failles, tant structurelles que conjoncturelles. Celles-ci sont dénoncées comme responsables d’une gestion admise comme peu adaptée aux conditions sociales et politiques locales, et décalée des orientations initiales dressées par la Société des Nations.

2Parmi ces failles, l’échec des techniques d’appréhension et d’appréciation de l’espace social et politique levantin met directement en cause l’efficacité d’un savoir français sur l’Orient arabe. Il souligne aussi, indirectement, l’incapacité de l’autorité mandataire à se reposer sur un héritage savant impérial acquis notamment en Afrique du Nord.

3Nous proposerons quelques jalons afin de mieux définir les conditions qui ont présidé à la production de savoirs français sur le Levant et qui les ont façonnés, progressivement, dans différentes fonctions : fonction de restitution, de légitimation, de réaction, d’action ou encore d’anticipation.

4La politique savante française au Levant, mobilisée, dans un premier temps, par une mission quasi exclusive de restitution d’un savoir antique, ne s’engagera que tardivement sur la voie de la production originale socio-politique.

5La participation des États du Levant à l’Exposition coloniale internationale de Paris témoigne très justement de cette transition tardive : élaborée au cours des années vingt par une logique de mise en scène essentiellement patrimoniale, l’événement s’ouvre au mois de mai 1931. Or une impulsion sociale et politique a déjà été donnée à la recherche française menée en Syrie, sous la conduite en particulier de Robert Montagne : une impulsion ignorée par cette scénographie et cette muséographie qui font œuvre de « Catéchisme » plus que d’Histoire.

6L’observation du Mandat par un « prisme savant » peut à son tour témoigner de ses défaillances. Le Mandat apparaît alors comme une fragile synthèse et comme la combinaison de réflexes coloniaux archaïques et d’une lucidité politique et stratégique tardive.

L’EXPÉRIENCE FRANÇAISE AU LEVANT OU LE CONSTAT DES FAILLES

LES FAILLES, OU LA MISE EN ACCUSATION DIRECTE DES TECHNIQUES DE RECHERCHE

7Dans un article publié en 1948 dans la Revue générale de droit international public, Pierre Rondot soumet à la critique les conceptions d’ensemble, les méthodes et les formules d’exécution qui ont dominé l’expérience française au Levant.

8Cette analyse, engagée deux années après le départ des troupes françaises de Syrie, se présente comme une meilleure compréhension des « failles » du système français, comprises comme autant de facilités accordées alors à la politique britannique rivale.

9La méconnaissance du pays et de ses habitants y est décrite comme une des principales causes d’une gestion politique et administrative jugée inadaptée et maladroite :

  • 1 Pierre Rondot, L’Expérience du mandat français en Syrie et au Liban, 1918-1945, Paris, A. Pedone, (...)

« Nous abordâmes en effet le Levant comme un pays fort bien connu, pour lequel n’auraient été nécessaires aucune reconnaissance, aucune préparation administrative, aucun rassemblement particulier de moyens. Syrie et Liban sont de complexes fragments d’un vaste ensemble. Au lieu de se contenter de quelques synthèses hâtives, sinon suspectes, il eût convenu d’en entreprendre aussitôt l’exploration systématique, sous le double aspect de la sociologie et de l’économie. Il eût fallu, par un effort immédiat et soutenu dont l’administration avait à concevoir le prix, multiplier ces monographies de base dont, plus tard, les remarquables ouvrages des très regrettés Albert de Boucheman et Jacques Weulersse devaient donner l’exemple. Alors seraient apparues les réalités profondes et permanentes, et devenues possibles les synthèses fécondes. Alors il aurait été plus aisé de formuler les problèmes politiques et d’esquisser les tâches du juriste et de l’administrateur (...). »1

  • 2 Robert Montagne, « Éditorial », L’Afrique et l'Asie, Paris, 1er trimestre 1948, p. 1-5. Un éditori (...)

10Dans ce constat, Pierre Rondot réfléchit non seulement sur les relations post-mandataires françaises avec le Levant, mais également sur la gestion de l’Union française que la fondation de la IVe République a consacrée en 1946. Il s’agit d’une approche réflexive et critique de la pratique scientifique, administrative et politique au Levant, et en même temps d’une approche prospective. Ce constat se présente de plus comme une invitation à réfléchir sur la recherche et la connaissance géographiques et sociologiques dans une logique d’ensemble : une approche comparatiste que l’équipe de L’Afrique et l’Asie modernes, sous la direction de Robert Montagne, appelle de ses vœux sous le titre de « Méthodes », à partir de 19482.

  • 3 Échec tout au moins remarquable concernant le Levant.
  • 4 Sur l’élaboration de cette politique savante, nous renvoyons à Christophe Bonneuil et Patrick Peti (...)
  • 5 Alfred Le Châtelier, « Politique musulmane, lettre à un conseiller d’État », Revue du monde musulm (...)

11L’analyse de Pierre Rondot comme les réorientations méthodologiques de Montagne illustrent l’échec remarquable3 des politiques de savoir qu’Albert Sarraut cherchait à mettre en place dans son plan de réorganisation de la recherche coloniale de 1921, plan qui désignait notamment la science comme l’instrument technique de la mise en valeur et de la légitimation morale de la colonisation française4. Ces propos mettent également en question la capacité des « responsables » de la politique mandataire à réagir au mouvement amorcé dès septembre 1910 par Alfred Le Châtelier, animateur de la Revue du monde musulman. Celui-ci avait alors proposé d’élaborer une « science sociale du monde musulman », rendue nécessaire par les risques de conflits autrement inéluctables entre l’Occident et le monde musulman5. Sa proposition aboutit, entre autres mesures, à la création de la Commission interministérielle des affaires musulmanes en 1911.

12Les propos de Pierre Rondot témoignent plus généralement de l’écart entre les orientations générales formulées par les autorités politiques ou académiques françaises et la prise de conscience tardive, chez l’autorité française mandataire, de la nécessité d’engager une politique de collecte d’informations susceptible de participer à une meilleure perception humaine et géographique du domaine levantin.

  • 6 Pour une analyse comparative de la politique française au Maroc et en Syrie, on se reportera au to (...)

13Cette mise en action tardive de techniques d’appréciation et d’analyses efficaces illustre d’autre part les difficultés, pour les autorités mandataires, à exploiter efficacement l’expérience française nord-africaine, en particulier marocaine6

UN PRÉALABLE INSTRUMENTAL POSITIF

14Le Mandat français au Levant se situe pendant une période de profond renouvellement des techniques de production du savoir, parallèle à une « glaciation de l’orientalisme » en France.

  • 7 Sur ce processus, voir Henry Laurens, « La politique musulmane de la France », Maghreb-Machreq,(...)

15Le passage de l’invention à l’observation se fait précisément au moment où se définit, en France, à la fin du xixe et au début du xxe siècles, une politique musulmane7.

16Le contexte scientifique français métropolitain offre alors, progressivement, des conditions institutionnelles et instrumentales favorables à une recherche qui s’intéresse plus aux composantes humaines qu’aux énumérations statistiques et passives des disciplines classiques. Le débat est ouvert autant par L’Année sociologique et l’école durkhémienne que par les Annales : des lieux de réflexion et de production auxquelles participeront entres autres Robert Montagne, Louis Massignon, René Maunier ou Jacques Berque. La lecture sociale du monde arabe est en marche, infiltrant progressivement l’enseignement dans les universités, à l’École coloniale et pour le brevet d’Administration musulmane.

  • 8 Bernard Lepetit, « Missions scientifiques et expéditions militaires : remarques sur leurs modalité (...)

17L’articulation entre recherche scientifique et politique coloniale ne suppose plus l’association du savant au simple « stade exploratoire » de la conquête. Elle l’intègre au « stade colonial », dans la perspective clairement affichée d’un avenir qu’on s’efforce d’engager8.

  • 9 Alfred Le Châtelier, in Revue du Monde musulman, op. cit.

18Ce processus trouve notamment ses fondements dans l’action d’Alfred Le Châtelier, créateur de la première chaire de sociologie et de sociographie musulmanes au Collège de France en 1902, animateur de la Revue du monde musulman dès 1907 et père « putatif » d’une politique musulmane soumise à la coordination ministérielle (1911)9.

19Il définit et justifie lui même, dans une note qu’on peut dater du début de 1902, le rôle qui doit être réservé, dans cet espace de conquête et d’affermissement impérial, à l’approche sociale du monde musulman. L’objectif est alors de forcer à la création de cette chaire de sociographie musulmane soutenue par le gouvernement général de l’Algérie, de l’AOF et de Tunisie.

  • 10 Archives nationales, Paris, CARAN, F/17/13 556, Chemise « Chaire de sociologie et de sociographie (...)

« Notre politique musulmane présente de nombreuses anomalies. Elle varie sans cesse d’un point à l’autre. Disposant partout où elle agit de solides études linguistiques, d’histoire et d’exégèse, elle n’en tire qu’un parti médiocre faute de synthèse pratique. Il lui manque d’une façon générale, pour devenir homogène et méthodique, une base sociologique (...). Nous pouvons d’autant moins nous dispenser de créer une sociologie et une sociographie de l’Islam que le problème musulman se complique davantage au contact de la civilisation européenne. Dans sa marche vers le progrès évolutif, le monde musulman oscille entre deux doctrines extrêmes et contradictoires, l’une, celle de l’Islam moderne, libéral, et l’autre, celle du panislamisme. On s’expose à des erreurs de même ordre, de même gravité en méconnaissant l’une ou l’autre de ces tendances (...). Peut-on discerner la part simultanée des traditions religieuses rétrogrades et des transformations matérielles contemporaines dans l’évolution de la société musulmane, sans s’adresser aux déterminations prudentes et méthodiques des sciences sociales ?(...)10 »

20Le Châtelier relancera cet appel en 1910, dans sa « Lettre à un conseiller d’État », soulignant la nécessité de créer une « science sociale du monde musulman », afin d’éviter un conflit entre l’Occident et l’Orient autrement inéluctable.

DES LIEUX DE PRODUCTION DU SAVOIR À UNE ÉPOQUE TARDIVE

JALONS HISTORIQUES

  • 11 Sur l’historique de l’Institut français, voir Renaud Avez, L’Institut français de Damas au pa-lais (...)

21Malgré les appels académiques français pour la mise en oeuvre, dès la fin du xixe siècle, d’un centre d’études orientales au Levant, il faut attendre la création du Mandat français pour voir se concrétiser cette volonté de mise en place d’un institut français « de haute culture ». Le congrès de Marseille, en janvier 1919, posera les bases de cette création, tout comme il orientera plus généralement les premières années de la politique française au Levant. Ce processus aboutira dans un premier temps à la création, en octobre 1922, d’un Institut français d’archéologie et d’art musulmans, dirigé par Eustache de Lorey ; les statuts en seront renouvelés en décembre 1930 et l’Institut d’archéologie deviendra alors l’Institut français de Damas. Robert Montagne le dirigera de novembre 1930 à janvier 1938. Rattaché scientifiquement à l’université de Paris et administrativement au Service des œuvres françaises du Haut-Commissariat, l’Institut développera alors une recherche destinée à mieux appréhender les espaces géographiques et humains d’une Syrie qui restait toujours à découvrir11.

  • 12 Mission de reconnaissance de l’Euphrate de 1922. Vol. II, Rapports et analyses : les enjeux économ (...)
  • 13 Rappelons que les résistances à la présence française en Syrie déclencheront les opérations de pac (...)

22La création d’une structure permanente de recherche et d’études en Syrie s’inscrit moins dans un contexte de conquête et de pacification que de concurrence culturelle face à l’Allemagne qui confirmait son ancrage au Levant. Il s’agit aussi de coordonner, sur le terrain, les recherches archéologiques, de sciences humaines et pures, et de soutenir, en tant que relais, les projets mandataires de mise en valeur et de conservation des antiquités, de développement de l’enseignement et de coordination avec les établissements supérieurs12. Mais alors que les résistances à la présence française en Syrie s’organisent, l’institutionnalisation d’un savoir n’est pas réfléchie comme l’auxiliaire direct d’une action qui se doit d’être efficace. À la différence des conquêtes en Méditerranée occidentale, l’articulation entre savants et militaires reste faible lors de la pacification et de la pénétration vers le nord-est, ainsi que lors de la mise en valeur de l’Euphrate13.

23L’institutionnalisation d’une présence scientifique s’élabore, tout d’abord, dans un processus de réactivation du passé, première étape d’une légitimation morale et intellectuelle de la présence française en Syrie. Cette première génération inscrit donc son action en dehors du cadre défini principalement par Le Châtelier dès 1910, celui « d’une science sociale du monde musulman », ou par la Commission interministérielle des affaires musulmanes instaurée en 1911.

DE LA RÉACTIVATION DU PASSÉ PATRIMONIAL LEVANTIN À L’ÉMERGENCE D’UN RECHERCHE SOCIALE ET POLITIQUE

24Présente au Levant depuis 1920 dans le cadre du mandat, la France développe une recherche de terrain à partir de la nomination de Robert Montagne au mois de novembre 1930 à la direction de l’Institut français de Damas, institution chargée jusqu’alors de la mise en valeur archéologique et patrimoniale de la Syrie. Force est donc de constater que jusqu’à cette date, et malgré quelques études de recensement géographique ou quelques études statistiques de population menées par les militaires, le ministère des Affaires étrangères n’engage pas de véritable politique de collecte d’informations susceptibles de définir l’espace géographique et ses composantes humaines.

25La décision de ne pas engager une politique savante de terrain confirme la pérennité de la politique arabe et musulmane de la période 1908-1918, incapable de définir géographiquement comme anthropologiquement une Syrie et des Syriens.

26L’Exposition coloniale de 1931 symbolise précisément les conditions tant politiques que scientifiques qui dominent alors en France. Réfléchie dans les années 1910 comme la manifestation de la puissance civilisatrice de la France, l’exposition s’élabore progressivement sur une vingtaine d’années. Entre le discours préparatoire d’Albert Sarraut et l’inauguration par le maréchal Lyautey au mois de mai 1931, la France s’est peu à peu familiarisée avec les impératifs politiques et économiques qui forcent au débat sur la réorganisation structurelle de l’Empire ainsi que sur la nécessité de coordonner une recherche coloniale outre-mer, gage de plus d’efficacité.

27L’exemple de la participation des États du Levant à l’Exposition coloniale internationale de 1931 nous paraît pouvoir illustrer efficacement ce décalage entre le renouveau prôné par les autorités et la permanence de l’approche coloniale classique du mandataire sur le Levant. L’Exposition en est une illustration et un symbole : c’est Eustache de Lorey, premier directeur de l’Institut de Damas, qui est mis à contribution par le Quai d’Orsay pour justifier de la mission civilisatrice française en Orient, en coordination directe avec Pierre Alype.

28Mais c’est Robert Montagne, qui lui succède quelques mois avant l’inauguration, qui oriente désormais la recherche française, dans l’objectif de consolider un mandat en souffrance d’un « diagnostic politique et social » du Levant.

L’EXPOSITION COLONIALE DE 1931 : UN LIEU DE TRANSITION

LA LENTE MATURATION DU PROJET

  • 14 Charles-Robert Ageron : « L’Exposition coloniale de 1931 : mythe républicain ou mythe impérial ? » (...)

29Le maréchal Lyautey et Paul Reynaud inaugurent l’exposition le 6 mai 1931. Le projet initial remonte à 1911. Il a fallu attendre l’adoption de la loi du 7 mars 1920 à l’initiative de Paul Deschanel, d’Alexandre Millerand et d’Albert Sarraut, pour que ce projet soit officiellement placé sous l’autorité du ministère des Colonies. Initialement confiée au ministère du Commerce et de l’Industrie, et consacrée essentiellement à l’économie14, cette nouvelle tutelle en élargira les objectifs.

30« Vivante apothéose de l’expansion extérieure de la France sous la IIIe République et de l’effort colonial des nations civilisées » (Albert Sarraut en définit ainsi l’esprit), l’exposition intègre le plan Sarraut, celui de la mise en valeur et du développement d’une science impériale essentiellement appliquée.

31À ce premier objectif s’est s’ajoutée la création d’un musée des Colonies, comprenant une section de synthèse et une section rétrospective. L’opération de mobilisation populaire sur une histoire coloniale alors peu mobilisatrice s’est doublée d’une tentative de projection des futures relations que la France entendait construire et mener dans l’Empire. C’est l’apogée coloniale française du premier tiers du siècle qu’il s’agit de montrer, la présence de puissances étrangères concourant à inscrire dans la continuité la mobilisation commune de l’Occident européen pour la mission civilisatrice.

32Ainsi, de l’élaboration primaire en 1919 à l’inauguration en mai 1931, on constate une lente maturation de la mise en valeur et de la structuration des recherches scientifiques. La participation des États du Levant se trouve au centre de ce processus.

LA PARTICIPATION DES ÉTATS DU LEVANT

33Les États du Levant ont été officiellement conviés à participer à l’Exposition au mois de mai 1927 par le Haut-Commissariat au Levant. Les réponses positives du Liban, du pays Alaouite et de la Syrie sont communiquées en septembre de la même année au ministère des Affaires étrangères.

34Mais le ministère précise que cette proposition a été froidement accueillie par les États, malgré l’insistance des organisations françaises « s’appuyant sur des considérations d’ordre sentimental ».

35Devant les réticences des États du Levant à participer à cette manifestation, le ministère envisage dans un premier temps l’intégration de la Syrie et du Liban au seul Pavillon des intérêts français. La construction d’un Pavillon des États sous mandat reste toutefois envisagée : dans cette perspective, le ministère suggère, plutôt qu’une participation industrielle et commerciale, une représentation « d’ordre intellectuel et artistique qui pourrait être du plus haut intérêt, et qui formerait l’antichambre du Pavillon des intérêts français ».

  • 15 Sur la maturation du projet de participation des États du Levant à l’Exposition, Cf. Archives dipl (...)

36Cette proposition sera finalement adoptée et marque le passage d’un état des lieux économiques favorable à une projection dans l’avenir, à une mise en scène d’acquis par le recours à l’archéologie, au tourisme et à l’enseignement, « toutes matières à propos desquelles il serait facile de mettre en valeur l’effort français15 ».

  • 16 Ibidem.

37Le ministère prend soin de ménager et d’intéresser l’opinion arabe en réservant un espace significatif à l’Académie arabe de Damas ainsi qu’ « aux grands souvenirs maronites et d’une façon générale, par la section archéologique, au grand passé qui constitue pour ces États un élément de prestige16 ».

  • 17 André Demaison, Exposition coloniale internationale [à Paris en 1931]. Guide officiel, Paris, Maye (...)

38Pierre-Alype est nommé Commissaire d’exposition, Moussaly architecte du Pavillon des États sous mandat. Ce pavillon, reproduction stylisée du palais Azem de Damas et du palais de Beit-Ed-Dine, est destiné à rappeler, selon Demaison, rédacteur du guide officiel de l’Exposition, « l’influence des peuples qui ont marqué de leur domination le Liban et la Syrie au cours des dix dernières années17 ».

39L’Institut français de Damas est, dès les premiers contacts des autorités françaises avec les États du Levant, étroitement associé au projet de mise en scène réfléchi en amont par le Quai d’Orsay. Cette collaboration se met en œuvre avec ce qui était alors, depuis octobre 1922, l’Institut français d’archéologie et d’art musulmans à Damas, dirigé par Eustache de Lorey. Ce dernier élabore donc, en relation étroite avec la première équipe scientifique de l’Institut, la scénographie et la stratégie d’ensemble de la présentation des États sous mandat. Mais ce seront Jean Sauvaget et Robert Montagne qui devront assumer la collaboration de l’Institut à ce projet. Une deuxième équipe est en effet constituée dès le mois d’octobre 1930 autour du capitaine de corvette

40Montagne, décidé à associer les militaires aux projets scientifiques de l’Institut et à renouveler une pratique scientifique jusqu’alors consacrée à la seule lecture artisanale et archéologique de l’espace levantin.

LE PAVILLON DES ÉTATS sous MANDAT : PROMENADE ARTISANALE ET ARCHÉOLOGIQUE

41L’architecture générale du pavillon fait référence, constamment, au découpage territorial de la Syrie que les autorités françaises ont engagé dès 1920, ainsi qu’à l’héritage occidental chrétien dont peuvent se prévaloir les États du Levant. La mise en sens résolument archéologique et traditionaliste du Levant s’inscrit dans un contexte mandataire marqué, rappelons-le, par le débat sur les institutions qui doivent permettre le passage à l’autonomie, ainsi que sur un traité franco-syrien qui pourrait préciser le caractère durable d’une présence française en Syrie.

  • 18 Pour cette « visite » du Pavillon des États du Levant, nous nous référons aux nombreux articles de(...)

42En pénétrant dans le pavillon, un sarcophage massif du roi de l’ancienne Byblos, l’image du prince assyrien Eshmounazar, le lion hittite et des légionnaires romains accueillent le visiteur, le projetant dans « l’antique passé de la Syrie (...), l’amenant à quitter sa mentalité occidentale et ses préjugés du xxe siècle ». L’Asie française invite alors le curieux à « se faire une âme nouvelle s’il est désireux de comprendre l’esprit traditionaliste des peuples du Levant placés sous le mandat français », et le met en garde des « précautions dont il faut user pour initier ces mêmes peuples à la civilisation européenne18 ».

43Les salles du Djebel Druze, du Liban, du pays des Alaouites, de la Syrie de Damas et d’Alep réunissent des objets usuels déposés sur le sol, destinés à compléter et préciser « la valeur de cette leçon d’ethnographie et de sociologie ». Aux costumes des tribus kurdes, tcherkesses, en provenance du sandjak d’Alexandrette et du pays d’Alep, succèdent les engins et les outillages, des tissus et des formes d’habitation.

44Cette restitution ethnographique place dans une première étape le visiteur face à un espace fait de tradition et d’archaïsmes, un espace nécessairement demandeur de l’intervention moderne de la civilisation, seule capable de « mise en ordre ».

45Aux maux succèdent donc les remèdes, dans un premier étage particulièrement démonstratif sur l’œuvre accomplie par la France « pour le bénéfice de ces populations si attardées au point de vue matériel et demeurées dans un archaïsme plusieurs fois millénaire ». Les salles consacrées aux « entreprises agricoles » et aux « entreprises économiques » françaises amènent le visiteur vers les espaces consacrés aux efforts français pour étudier scientifiquement ces contrées, pour « exhumer de leur sol les trésors archéologiques qui permettent d’en mieux connaître le lointain passé ». Les cartes, graphiques et photographies, ainsi que les produits du sol et les produits manufacturés, illustrent soigneusement cette mission d’ordonnancement d’une histoire qu’il s’agit avant tout de rendre, enfin, intelligible. La grande carte en relief permet de visualiser l’effort accompli par la France dans le sens du progrès depuis la fin de 1919. Elle offre au visiteur d’évaluer l’étendue du réseau routier, des lignes aériennes et de navigation, le développement des grands centres urbains et l’extension des surfaces cultivées.

46Le matériel archéologique reste présent dans tout le pavillon. Si la France se pose en « remède », ce n’est pas seulement par mission, c’est également par responsabilité. Les documents relatifs à l’époque romaine, aux débuts du christianisme, les maquettes et photographies des châteaux (Krak des Chevaliers "Qalaat al-Husn", Château de Saône "Qalaat Sahyoun"), des églises, des monastères édifiés par les Francs en Syrie au temps des Croisades, finissent d’inscrire le Levant dans cette filiation séculaire occidentale et chrétienne, productrice d’une responsabilité morale qui s’impose alors comme naturelle.

FILM DE PROPAGANDE

  • 19 Les archives de l’IFEAD recèlent quelques rares documents sur cette entreprise. Le Centre des Arch (...)
  • 20 Sur l’élaboration de ce scénario, « Projets des listes des vues cinématographiques à prendre dans (...)
  • 21 Présentation de l’artisanat, des métiers anciens ; scènes pittoresques (marché aux chevaux, aux ch (...)

47L’initiative d’un film de propagande revient au ministère des Affaires étrangères à la fin de l’année 192819. L’Institut est à nouveau associé directement à ce projet, par l’élaboration d’un scénario comme base du tournage réalisé par une équipe cinématographique Pathé dépêchée en Syrie en 1929. C’est le 25 avril qu’Eustache de Lorey soumet au délégué du Haut-Commissaire la documentation relative « à la prise de vues cinématographiques destinées à faire partie du film de propagande qui doit être édité à l’occasion de l’Exposition coloniale de Paris20 Ce film poursuivra l’inscription traditionnelle de la Syrie dans l’espace occidental et chrétien, par des références permanentes aux édifices chrétiens, églises et forteresses des croisés ainsi qu’il figera le Levant dans une vocation artisanale et commerciale seulement traditionnelle21. C’est également de Lorey qui, sollicité par le Haut-Commissaire en avril 1929, étudie un projet de contribution des arts musulmans de Syrie à l’exposition, autour d’une reconstitution d’une salle arabe et par la présentation dans ce cadre « des producteurs les plus caractéristiques des ateliers damascains ».

  • 22 Catherine Hodeir et Michel Pierre, L Exposition coloniale internationale de Paris, Bruxelles, éd. (...)

48Le visiteur peut à présent définitivement se convaincre de l’intervention salutaire de la puissance mandataire. Ainsi s’achève un parcours scénographique et muséographique tactiquement conditionné par le docteur Papillant et par Louis Marin22, président de la Société d’ethnographie, et ce dès l’entrée du pavillon : une classification des peuples et des races y caractérise en effet « les Syriens de race blanche, de condition très évoluée et dont l’assimilation est désirable ».

49L’Exposition coloniale, œuvre du maréchal Lyautey, allait devenir, bien malgré elle, le lieu d’expression d’une transition tardive dans la conception d’ensemble de la gestion impériale.

50Imaginée permanente par ses concepteurs, lors des phases de maturation et d’élaboration, elle allait, à la fin de l’année 1931, devoir se résoudre à n’être que temporaire.

L’ENGAGEMENT VERS L’AVENIR

51Lorsque l’exposition s’ouvre au mois de mai 1931 à Paris, Robert Montagne a entrepris, depuis novembre 1930, la reformulation de la mission scientifique de l’Institut français. Les études et les enquêtes se dirigeront vers la géographie humaine, avec le capitaine Thoumin, l’ethnographie et la sociographie, avec Jean Gaulmier (Hama) et les tribus bédouines, sous sa propre direction. La rupture annoncée avec l’arrivée de Montagne soulève d’ailleurs, dans un premier temps, méfiance et incompréhension de la part de Jean Lecerf en particulier : celui-ci n’hésitera pas, quelques années plus tard, à s’inquiéter de la transformation de l’Institut en une annexe du 2e bureau, l’arrivée de militaires en mission se faisant, selon lui, au détriment des études classiques.

  • 23 Archives de l’Institut français de Damas, Correspondance diverse, 1920-1946.

52Montagne apparaît dans la lettre que le normalien adresse le 11 janvier 1935 au président de l’Association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure, affublé des qualificatifs de « climatologue, hydrologue, océanographe, anthropologue et ethnographe » ou qui, « demeuré seul à son bord (...) cinglerait, dans une apothéose, vers les îles de la Sonde ou les rives de la Papouasie, à la poursuite des dernières survivances du mythe d’Adonis23 ».

53Le caractère radical et quelque peu caricatural de la lettre (rappelons que Montagne durant son mandat jusqu’en janvier 1938, maintiendra la double vocation de l’Institut, historique et archéologique d’une part, sociologique de l’autre) rédigée dans un contexte de reformulation des principes directeurs de l’Institut, ne doit pas masquer la soudaineté dans le changement des orientations scientifiques et des procédures de recherche, ni les inquiétudes, réelles, des normaliens sur le maintien des études classiques de terrain.

  • 24 Concernant le « projet levantin » de Robert Montagne, voir en particulier Robert Montagne, « Frenc (...)

54Loin de concevoir l’espace oriental comme un espace à civiliser et les Syriens comme des peuples « assimilables », Montagne dirigera des recherches visant à mieux saisir les composantes orientales dans leur capacité à agir sur la stabilité de l’Empire, musulman ou arabe24. Si c’est l’Empire qui expose le Levant, c’est déjà la République qui l’observe avec attention et précaution.

55La recherche ne s’organise que progressivement, rendue peu à peu nécessaire par les conditions sociales et politiques imposées à la puissance mandataire. Elle sera mobilisée non pas par la volonté de comprendre l’autre, selon une démarche productrice d’un savoir pour agir, mais par l’impératif de s’adapter à l’autre, démarche productrice d’un savoir pour réagir dans l’urgence.

Notes

1 Pierre Rondot, L’Expérience du mandat français en Syrie et au Liban, 1918-1945, Paris, A. Pedone, 1948, p. 390, Extrait de la Revue générale de droit international public, n° 3-4, 1948.

2 Robert Montagne, « Éditorial », L’Afrique et l'Asie, Paris, 1er trimestre 1948, p. 1-5. Un éditorial qui résonne comme la profession de foi de celui qui allait intégrer le Collège de France à la chaire de l’Expansion de l’Occident.

3 Échec tout au moins remarquable concernant le Levant.

4 Sur l’élaboration de cette politique savante, nous renvoyons à Christophe Bonneuil et Patrick Petitjean, « Recherche scientifique et politique coloniale. Les chemins de la création de l’Orstom, du Front populaire à la Libération en passant par Vichy, 1936-1949 », in Les sciences hors d’Occident au xxe siècle., sous la dir. de Roland WAAST, vol. 2, Les sciences coloniales : figures et institutions, Patrick Petitjean, éd. scientifique, Paris, Orstom éd., 1996, p. 113-161

5 Alfred Le Châtelier, « Politique musulmane, lettre à un conseiller d’État », Revue du monde musulman, Paris, Leroux, septembre 1910.

6 Pour une analyse comparative de la politique française au Maroc et en Syrie, on se reportera au toujours stimulant article de Edmund Burke III, « A Comparative View of French Native Policy in Morocco and Syria, 1912-1925 », in Middle Eastern Studies, Vol. 9, May 1973, London, p. 175-186.

7 Sur ce processus, voir Henry Laurens, « La politique musulmane de la France », Maghreb-Machreq, n° 152, avril-juin 1996, La Documentation française, Paris, p. 3-12.

8 Bernard Lepetit, « Missions scientifiques et expéditions militaires : remarques sur leurs modalités d’articulation », in L’invention scientifique de la Méditerranée : Égypte, Morée, Algérie, sous la dir. de Marie-Noëlle BOURGUET, Bernard Lepetit, Daniel Nordman, Maroula Sinarellis, Paris, éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, 1998, p 97-116.

9 Alfred Le Châtelier, in Revue du Monde musulman, op. cit.

10 Archives nationales, Paris, CARAN, F/17/13 556, Chemise « Chaire de sociologie et de sociographie musulmanes », « Note sur la création d’une chaire de "sociologie de l’islam" au Collège de France » ; document dactylographié sans date et sans nom, pouvant être attribué à Alfred Le Châtelier, début de l’année 1902,6 pages.

11 Sur l’historique de l’Institut français, voir Renaud Avez, L’Institut français de Damas au pa-lais Azem : 1922-1946, IFEAD, 1993.

12 Mission de reconnaissance de l’Euphrate de 1922. Vol. II, Rapports et analyses : les enjeux économiques, politiques et militaires d’une conquête, IFEAD, 1995.

13 Rappelons que les résistances à la présence française en Syrie déclencheront les opérations de pacification, jusqu’en 1927. Dans cette politique de maîtrise et de contrôle rapide de l’Euphrate s’élabore un programme d’inventaire politique, social, ethnique et économique de la région. Cette étape doit préparer la marche française vers le nord-est.

14 Charles-Robert Ageron : « L’Exposition coloniale de 1931 : mythe républicain ou mythe impérial ? » in Les Lieux de mémoire, éd. P. Nora, vol. 1, Paris, Gallimard, 1984, p. 561-591.

15 Sur la maturation du projet de participation des États du Levant à l’Exposition, Cf. Archives diplomatiques, Paris, Levant 1918-1940, Syrie-Liban, Volumes 259, 260, 261 et 573.

16 Ibidem.

17 André Demaison, Exposition coloniale internationale [à Paris en 1931]. Guide officiel, Paris, Mayeux (s.d.).

18 Pour cette « visite » du Pavillon des États du Levant, nous nous référons aux nombreux articles de L’Asie française, Renseignements coloniaux, du Guide officiel ainsi que du Rapport du commissaire général de l’Exposition, toutes publications datant de 1931. Voir en particulier : Gouverneur général Olivier, Rapport général de l’Exposition coloniale internationale de 1931, Paris, Imprimerie nationale, Volume 5, fascicule 1, p. 326-328 et Volume 7, p. 373-403 ; « L’Exposition coloniale internationale de 1931 », in Le Monde colonial illustré, n° 89, janvier 1931, p. 3, 7, 9 et 224.

19 Les archives de l’IFEAD recèlent quelques rares documents sur cette entreprise. Le Centre des Archives d’Outre-Mer (CAOM) d’Aix-en-Provence est le dépositaire des archives de cette Exposition. Toutefois, ces documents n’informent le chercheur que sur la seule dimension technique de l’événement (Exposition coloniale : organisation générale, FM/ECI/27 ; Exposition coloniale : Syrie et Grand Liban, FM/ECI/145). Une lecture croisée des fonds diplomatiques, du CAOM, de l’Institut de Damas ou encore du CARAN permet de reconstituer, de façon parcellaire, l’histoire de cette participation des États du Levant.

20 Sur l’élaboration de ce scénario, « Projets des listes des vues cinématographiques à prendre dans les différentes villes des États sous Mandat », 25 avril 1929, archives de l’Institut français de Damas, Exposition coloniale internationale de 1931. Malgré nos différentes recherches auprès des principaux centres européens de conservation de l’image (Paris, Londres, Berlin...), nous n’avons pu localiser ce film de propagande. Nous disposons cependant du premier scénario proposé par Eustache de Lorey en 1929, ainsi que d’une évocation, sommaire, dans le rapport du commissaire général de l’Exposition.

21 Présentation de l’artisanat, des métiers anciens ; scènes pittoresques (marché aux chevaux, aux chameaux, aux moutons) ; vues d’ensemble de Damas, de Hama, d’Alep, d’Antioche, de Palmyre (temples et ruines), châteaux des croisés et églises à Tripoli, Banias, Tartous ; approche comparative de la vieille ville et de la ville nouvelle de Soueyda.

22 Catherine Hodeir et Michel Pierre, L Exposition coloniale internationale de Paris, Bruxelles, éd. Complexe, 1991.

23 Archives de l’Institut français de Damas, Correspondance diverse, 1920-1946.

24 Concernant le « projet levantin » de Robert Montagne, voir en particulier Robert Montagne, « French policy in North Africa and Syria », International Affairs, Vol. XVI, n° 2, March-April 1937, p. 263-280.

Auteur

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540