Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France, Syrie et Liban 1918-1946

 | 
Nadine Méouchy

Introduction thématique. France, Syrie et Liban, 1918-1946

Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire

Nadine Méouchy

Texte intégral

1La période de l’Entre-Deux-Guerres - celle du mandat et celle de la construction de l’État moderne - est sans aucun doute décisive pour comprendre les évolutions sociales et politiques des États syrien et libanais à l’heure de l’indépendance et pour pouvoir analyser la façon dont les crises récentes du Proche-Orient se sont nouées. En ce sens, l’histoire du mandat français en Syrie et au Liban appartient à l’histoire du présent. Pourtant les historiens français ont ignoré cette période pendant près d’un demi-siècle.

2En effet, les Journées d’études qui se sont tenues à Beyrouth du 27 au 29 mai 1999 trouvent leur origine dans un double constat :

  • en premier lieu, le fait que la recherche scientifique sur le Mandat a mis longtemps à se développer chez les historiens français. Longtemps, seuls les travaux de contemporains arabes et anglais de la période (Yusuf al-Hakim, Zeine Zeine, Najib al-Armanazi, Edmond Rabbath, Stephen H. Longrigg, Albert Hourani, etc.) apportaient quelques lumières sur le mandat français. Des thèses universitaires furent soutenues, portant sur tel ou tel aspect du mandat, mais elles demeurèrent des initiatives isolées dont le nombre s’est étoffé lentement au cours des années soixante-dix. En effet, l’école anglo-saxonne dominait encore ce champ d’études et ce, de façon magistrale grâce aux travaux décisifs de Philip Khoury, publiés à partir des années quatre-vingts. Il aura fallu attendre les années quatre-vingt-dix pour que les historiens français commencent à se pencher sérieusement sur cette partie de leur histoire nationale au Levant, en mettant notamment à profit l’ouverture récente des archives diplomatiques de Nantes (voir infra). Ces chercheurs français constituent aussi une nouvelle génération d’historiens arabisants qui mettent à profit à la fois les acquis de leurs prédécesseurs et de nouvelles sources. Nous assistons donc, depuis plus de dix ans maintenant, à un véritable essor des études mandataires en France. Les Journées d’études de Beyrouth, et cette publication qui en résulte, en sont le témoin. Plus encore, la mise en place du programme des études mandataires, en septembre 1997 à l’Institut français d’études arabes de Damas, a permis de coordonner ces initiatives. Ce programme avait vocation à réunir de jeunes chercheurs de nationalités diverses, portés par leur intérêt commun pour la période et par leur désir de renouveler les approches et le savoir traditionnellement dispensés sur le mandat1.
  • en second lieu, le fait que les chercheurs, partenaires dans le programme ou ayant participé à ces Journées d’études, ont fondé leurs travaux sur un large éventail de sources. A côté des sources écrites « classiques » (presse, mémoires, archives du Foreign Office, du Quai d’Orsay, archives historiques de Damas, etc.), ces chercheurs ont travaillé soit sur des sources exploitables depuis peu, soit sur des sources plus spécialisées :
  • parmi les sources récemment ouvertes à la consultation, il faut mentionner l’énorme fonds de Nantes, constitué pour la Syrie et le Liban par les archives du Haut-Commissariat. Quelque 5 000 cartons et liasses, représentant sans doute plus de 100 000 documents, attendent en effet d’être dépouillés (c’est un travail pour plusieurs générations de chercheurs).
  • les archives spécifiques commencent à être exploitée de façon systématique et scientifique par les historiens : archives privées (de particuliers ou dans le cas de l’étude de Jérôme Bocquet, celles d’une congrégation religieuse, les Lazaristes) ; archives des Chambres de commerce syriennes ; archives de la municipalité de Beyrouth, etc. Dans cette catégorie, nous pouvons ranger les sources audio-visuelles, utilisées par Robert Blecher, ainsi que celles de l’histoire orale qui fondent l’étude présentée par Abdallah Hanna.

3Il n’en reste pas moins que l’histoire du mandat français en est encore au stade de l’accumulation des savoirs. Accumuler des savoirs c’est, nous semble-t-il, non seulement affiner notre connaissance des faits et des acteurs, ouvrir de nouveaux champs de recherche mais aussi mettre à jour des réseaux et des dynamiques économiques, sociales et politiques afin de sortir des lectures simplifiées de ces événements.

  • 2 Nous avons par la suite commencé à y réfléchir, notamment en associant historiens et architectes-u (...)
  • 3 C’est France Métrai qui, en 1998, a la première attiré notre attention sur l’importance de cette q (...)

4Certains champs d’études sont relativement bien couverts aujourd’hui, ceux qui traitent des idées et de la vie politique en général, mais nombre de questions centrales ne sont pas posées ou commencent à peine de l’être. Parmi elles, un thème essentiel que nous n’avons pas pu traiter à Beyrouth2 concerne l’historique des grands corps de l’État et la mise en place des services techniques (régie du cadastre, conservation foncière, travaux publics, services hydrauliques, hygiène, transports, etc.)3. Ces institutions, et les élites techniques qui les encadrent, constitueront par la suite un facteur important de la continuité de l’État au moment des indépendances.

5Intitulé et périodisation

6Nous nous proposons d’examiner la période 1918-1946 dans une perspective intégrant les acteurs français, syrien et libanais dans leurs rapports et leurs évolutions respectives. Considérée dans ses développements, cette relation doit être explorée dès l’automne 1918, c’est-à-dire au moment où commence la confrontation sur le terrain entre les trois acteurs, et avant même que ne soit officiellement instauré le mandat qui couvre la quasi totalité de la période considérée et en constitue le cadre de référence.

  • 4 Par exemple : pouvoir central/provinces, domination/résistance, centre/périphérie, villes/ campagn (...)

7Notre objectif est, tout en réintégrant à part entière l’acteur français dans les études sur le mandat, de mettre en évidence non pas seulement l’expression d’intérêts conjoncturels, mais aussi, et surtout, les instruments mis en œuvre pour organiser la relation entre les acteurs et leurs différents cadres de fonctionnement. Ayant mis à profit les thématiques de nos prédécesseurs élaborées à partir de dichotomies plus ou moins tranchées4, nous avons choisi, au contraire, d’aborder notre objet d’étude à travers tous les espaces communs de relation de nos trois acteurs. Les espaces communs de cette relation sont ceux du savoir et de la culture, de la politique (confrontation/négociation) et du développement économique et social. L’adjectif « communs » ne renvoie pas ici à une idée d’équilibre ou d’égalité, mais à une idée de totalité : nous traitons tous les acteurs en tant qu’acteurs, c’est-à-dire en tant que sujets historiques, multidimensionnels et objets de contradictions internes. Par ailleurs, dans le souci de préciser la position de l’acteur français en Syrie et au Liban et en guise d’introduction générale, nous avons demandé à Jean-David Mizrahi d’apporter un éclairage historique sur le dispositif du mandat, sur les débats français autour de son contenu politique ainsi que sur leurs répercussions au niveau local tout au long de l’entre-deux-guerres.

8Cet ouvrage est organisé autour de trois grands thèmes d’étude, qui sont précisément ceux que nous avions retenus pour les Journées d’études de Beyrouth en 1999. Chacun de ces thèmes est introduit par un texte de présentation destiné à clarifier un ou plusieurs aspects du thème concerné (contributions de Gérard D. Khoury, de Mohammed Ali El-Saleh et de Nadine Méouchy). Ces thèmes sont les suivants :

LE MANDAT : SAVOIRS, PRATIQUES ET REPRÉSENTATIONS

9Après avoir pris la mesure du contexte historique et idéologique (Déclaration Wilson, Commission King-Crane, influences des idées européennes et françaises avec notamment les notions d’« acte civilisateur » et d’« acte de progrès », etc.), il convient de discuter le mandat en étudiant autant les termes de sa mise en place que ceux de son application, en confrontant les pratiques et le savoir métropolitains aux pratiques et au savoir français sur le terrain. Enfin, nous nous interrogeons sur les représentations du mandat et leur périodisation tant du point de vue français que syrien et libanais.

Savoirs et pratiques

  • 5 Voir Renaud Avez, L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives, (...)
  • 6 Renaud Avez, op. cit., p. 32-62. Dans son École des arts décoratifs, « l’Institut travaille avec d (...)

10Bien que conscients de l’importance de l’étude des fondements juridiques du mandat, de leur originalité par rapport à d’autres formes de domination pratiquées à la même époque (colonie, protectorat) et des modalités de leur application en Syrie et au Liban, nous privilégions ici l’analyse de la façon dont le savoir envisage le mandat (niveau métropolitain et niveau du terrain). Dans la construction des savoirs, il faut souligner l’influence du Congrès français de la Syrie, réuni à Marseille en janvier 1919, qui associe trois domaines : la recherche, l’archéologie et l’enseignement. Domaines que nous retrouvons liés dans la politique du Haut-Commissariat après 1920. La politique de recherche, tout d’abord, prend forme, en 1922, avec la création de l’Institut d’art et d’archéologie musulman (dont l’Institut français d’études arabes de Damas est l’héritier5). L’archéologie, ensuite, est mise au premier plan avec la création, sous l’autorité du Haut-Commissariat, du Service des antiquités, au sein duquel la Mission archéologique permanente constitue l’organisme de recherche. L’enseignement enfin, qu’il soit privé confessionnel ou incarné par la Mission laïque, représente « cette machine de guerre » de l’occidentalisation, voire de la latinisation dont Jérôme Bocquet fait la démonstration dans son article. En outre, l’enseignement professionnel est encouragé par les autorités françaises comme en témoigne une des missions de l’Institut français entre 1922 et 19306. Par ailleurs, l’enseignement constitue une voie de formation, mais aussi de consolidation des classes moyennes dont le développement est une des caractéristiques de notre période.

11Nous pouvons également évoquer le rôle des producteurs de connaissance que sont, par exemple, l’Académie des Belles-Lettres en métropole et l’Institut de Damas à partir de 1922, tant du point de vue de leurs thématiques de recherche que du choix de leurs correspondants. En effet la science dite « coloniale » s’efforce de répondre, d’une part, au besoin de justification de la présence étrangère et, d’autre part, au besoin de mieux connaître pour mieux gouverner (se référer à l’exemple de l’Exposition coloniale de Paris en 1931, présentée dans cet ouvrage par François-Xavier Trégan, et aux débats entamés ces dernières années sur la construction d’un savoir français sur le Maghreb sous domination coloniale).

  • 7 Voir idem, et François Pouillon et Daniel Rivet (sous la direction de), La sociologie musulmane de (...)

12L’intérêt accru pour les Antiquités, qui cherche à donner une profondeur historique à la présence française, contribue à la construction de mythes politiques par l’exaltation du passé phénicien par exemple ou des périodes hellénistique et romaine. Ces savoirs, instrumentalisés par diverses forces politiques locales, montrent comment un champ important du savoir colonial peut être repris par le savoir national. C’est dans ce cadre que Robert Montagne organise, dans les années trente, le savoir arabisant à l’Institut français de Damas en s’efforçant toutefois de dissocier ce savoir des préoccupations du Haut-Commissariat7.

  • 8 Sur ce point, voir dans la synthèse de conclusion d’Henry Laurens, la sous-partie intitulée : « Le (...)

13Robert Montagne traduit d’une certaine façon les débats qui agitent la France à la même période et qui portent sur l’organisation de l’Empire colonial non pas en vue de sa disparition mais bien plutôt de sa consolidation. Ces débats envisagent une révision du statut et des relations à l’Autre au sein de cet empire. Dans le cas de la Syrie et du Liban, dont le mouvement nationaliste constitue un modèle pour les pays du Maghreb, il s’agit de trouver un moyen de réduire cette influence perçue par les Français comme une nuisance8. C’est donc une réévaluation de la politique coloniale française qui s’amorce alors, commencée sous le Cartel des gauches et véritablement développée avec l’arrivée au pouvoir du Front populaire au printemps 1936. Si finalement l’État français fait preuve d’un certain pragmatisme dans sa politique coloniale (assouplie après la Grande révolte de 1925), ce n’est pas le cas des congrégations religieuses françaises implantées dans les territoires sous mandat.

  • 9 Reste posée la question de la Mission Laïque Française qui, si elle échappe à l’emprise des congré (...)

14A contrario en effet, l’exemple des missions religieuses, auxquelles Jérôme Bocquet consacre une étude de cas, témoignent d’une résistance, dans les relations des congrégations au Haut-Commissariat, des discours articulés autour de la vocation civilisatrice de la France9. Mais cette résistance se pare, dans les discours et les attitudes, de multiples nuances dès que ces missions s’adressent à leurs interlocuteurs syriens.

  • 10 Voir infra Pierre Fournié.

15Enfin, dans son étude sur « l’affaire Sarrail » (novembre 1924-juin 1925) Pierre Fournié souligne la façon dont des querelles politiques et religieuses franco-françaises ont une incidence sur la vie politique locale, libanaise en l’occurrence, et met en lumière la nature des interactions entre milieux politiques français et libanais. En amont de ces dernières, il place notamment « un curieux transfert psychologique des données européennes sur les situations orientales (...) A la charnière des deux siècles, au moment de l’affaire Dreyfus, la vision religieuse des rapports entre la France et l’Orient domine encore la politique extérieure française (...) A travers l’idée de France du Levant (...) et les multiples références à la Tradition, aux Croisades, à "l’alliance de la fleur de lys et du Croissant", se trouvent exaltés l’œuvre des congrégations, les bienfaits du patronage des catholiques orientaux et les liens privilégiés que la France entretient avec les Maronites. Cette vision religieuse de la place que la France occupe dans l’Orient arabe constitue, dans la construction de l’identité communautaire de ces derniers, un élément essentiel »10.

  • 11 Idem. Se reporter également infra à la contribution de Keith Watenpaugh sur Alep : le catholicisme (...)

16Ces interactions entre milieux politiques français et libanais indiquent comment, moins que la diversité de la réalité, la force signifiante d’une représentation de l’Autre peut induire une image de soi décalée par rapport aux événements. Les antagonismes franco-français et leurs traductions locales sont « à la mesure d’un enjeu fondamental : quelle est La France qui guide les États du Levant vers leur émancipation11 ? »

Représentations

  • 12 C’est précisément l’idée soulignée par Elisabeth Picard, directrice du CERMOC (1997-2000), qui pré (...)

17L’évolution des représentations du Mandat, dans les trois pays concernés, témoigne de l’actualité de la controverse autour de cette période et de l’inévitable recours à l’histoire comme argument définitif du point de vue des parties impliquées. En effet, l’histoire demeure une préoccupation "nationale" depuis le xixe siècle pour les Français et depuis 1918-1920 pour les Syriens et les Libanais. La relecture d’une période historique soulève évidemment la question de savoir ce qu’est l’histoire. L’histoire ne renvoie pas seulement à un questionnement sur des événements du passé, mais aussi, et surtout, à la perspective dans laquelle, à un moment donné, ces événements sont reconstruits12.

18Aujourd’hui, en Syrie, dans la littérature, le théâtre et même au niveau académique, les intellectuels syriens font état d’une attention nouvelle portée à l’histoire et à l’historicisation de l’héritage (turath) arabe/syrien. Mais c’est la télévision qui est à l’avant-scène du « retour à l’histoire » (al- ‘awda ila al-tarikh) : plus de soixante-dix feuilletons historiques produits dans les années 1990 (dont un grand nombre est consacré à notre période) ont introduit les débats historiques dans tout le pays. Robert Blecher analyse ce phénomène : sa démonstration associe, dans l’étude de la production de séries télévisées, le niveau local, dans lequel l’État et les intellectuels négocient l’espace possible de critique, et le niveau régional et international qui configure cet espace critique. L’approche de cette histoire a dû tout d’abord s’émanciper du paradoxe qui consiste à vouloir décrire une réalité objective tout en se méfiant de son objet même, perçu comme le fruit du savoir colonial français. Par la suite et progressivement, au cours des années quatre-vingt-dix, l’histoire du mandat, reconstituée par la télévision, témoigne de la volonté de ses producteurs de sortir des dichotomies originelles (bon/ méchant, nationaliste/collaborateur). L’étude de Robert Blecher doit être croisée avec le témoignage d’Abdallah Hanna qui, par les voies de l’enquête orale cette fois-ci, montre lui aussi que les représentations de l’histoire ne se lisent qu’en prenant en considération leurs motivations. Ces représentations s’analysent à partir du moment historique de leur élaboration qu’il soit contemporain ou postérieur aux événements. Abdallah Hanna nuance cette idée en l’augmentant de la notion de génération : la mémoire individuelle de deux témoins appartenant à des générations différentes produit souvent deux lectures différentes sinon opposées du même événement. La différence de génération informe la mémoire et le récit comme une différence d’expérience, et donc de référents, et d’éducation (différence particulièrement notoire en ce domaine entre la fin de l’Empire ottoman et la fin du mandat français).

19Ainsi, le passé « représenté » nous renvoie au passé « réinventé » du Service des Antiquités du Haut-Commissariat, des Musées et de l’Exposition coloniale de 1931. Ces deux passés se rejoignent, s’excluent ou s’ignorent dans l’historiographie et dans les discours politiques de la période.

JEUX DE POUVOIR ET INTERACTIONS SOCIALES

20Le cadre mandataire met en relation des acteurs institutionnels (Métropole, Haut-Commissariat, États locaux et gouvernements représentatifs) et des acteurs politiques et socio-économiques (élites, élites techniciennes, élites « modernes » et populations). De nouveaux éléments du contexte historique pèsent directement sur la relation établie entre ces acteurs, comme par exemple :

  1. la diffusion croissante de la culture « moderne » qui est à l’origine des élites techniciennes - ingénieurs, architectes, surtout, et officiers - et des élites nouvelles que sont les avocats, les médecins et les journalistes, trois professions qui s’investissent très fortement dans les débats d’idées et sur la scène politique. Cette culture « moderne » fonde la modernisation économique : l’exemple développé par Frank Peter sur les sociétés anonymes analyse l’application en Syrie d’un mode technique d’organisation économique. L’appréciation de cette culture « moderne » nécessiterait une approche sans doute plus anthropologique que celle qui est présentée dans cet ouvrage, en particulier sur les thèmes de la diffusion du savoir technique, de la formation des cadres et du fonctionnement des rouages techniques de l’État mandataire dont hériteront les États indépendants. Un héritage d’autant plus intéressant que les techniciens de l’époque ont rationalisé et ont enregistré des pratiques beaucoup plus anciennes (dans le cadastrage par exemple)13.
  2. l’émergence de classes moyennes dans les grandes villes, symbolisée par l’accroissement du nombre des fonctionnaires, renforce l’engagement des citadins dans la vie politique et locale (syndicats, partis politiques, associations, etc.). Ces classes moyennes servent de terreau aux transformations de la vie politique au Liban et en Syrie dans les années trente, notamment avec l’irruption de la jeunesse sur la scène politique. Keith Watenpaugh en montre, avec l’exemple d’Alep, les modalités, parfois violentes, et les articulations à la question communautaire. Il démontre aussi, tout comme Caria Eddé dans l’exemple de mobilisations beyrouthines, que cette émergence peut être perçue comme une concurrence par les notables urbains.
  3. la pression française et anglaise sur la région active les connections régionales des élites politiques et économiques : citons, par exemple, les discussions en Palestine, au début des années trente, entre Lutfi al-Haffar, Hasan al-Hakim, Fakhri al-Baroudi et Haj Amine al-Huseini autour de la création d’une banque arabe en Syrie.
  • 14 Guy Bourdé et Hervé Martin, Les écoles historiques, collection Points, Le Seuil, Paris, (lère édit (...)

21Considérant donc à l’exemple des tenants de la nouvelle histoire, « la complexité des phénomènes sociaux et la multiplicité des interrelations entre les différents niveaux de la réalité »14, il nous importe de rendre les articulations des instances sociales en commençant par les clarifier. C’est la raison pour laquelle nous proposons de classer en trois catégories les acteurs impliqués dans la relation mandataire : l’État, les élites et les populations.

L’État

  • 15 Les travaux de Christian Velud sur la Jézireh témoignent que les relations entre ces trois pôles n (...)

22À bien y regarder, l’État n’apparaît-il pas comme intrinsèquement porteur d’une ambiguïté puisqu’il assume deux fonctions contradictoires dans la réalité ? D’une part, il est l’incarnation du pouvoir central, lui-même bipolaire car il est partagé entre de hauts-fonctionnaires de l’État local et le Haut-Commissariat (après 1925, nous pouvons même parler de trois pôles du pouvoir central avec la séparation des fonctions civiles et militaires du Haut-Commissaire15). D’autre part, le pouvoir central prend dans la pratique la défense des intérêts français dans la région. Plusieurs exemples viennent à l’esprit pour illustrer cette fonction de fait de l’État : au plan économique, l’exemple le plus saillant est développé dans les pages qui suivent par Edmond Chidiac dans sa présentation du Service des intérêts communs ; un Service qui témoigne en outre d’une contradiction entre une division politique des États et une gestion politique et économique centralisée à Beyrouth. Un autre exemple est la réorganisation des Chambres de Commerce syriennes, au milieu des années trente, qui avait pour objectif de priver les nationalistes du forum politique qu’elles étaient devenues, et qui suscita des controverses sur l’importance de l’influence que le pouvoir mandataire pouvait s’attribuer sur l’action économique du secteur privé syrien. Au plan politique, l’administration directe par la France d’un territoire de marge tel que la Jézireh, traitée comme une colonie, hypothèque par là-même son intégration nationale à l’indépendance. De la même manière, Peter Shambrook cerne, dans son article, la difficulté du Haut-Commissaire à transférer, même dans le cadre de la politique officielle de coopération, l’initiative politique aux autorités représentatives locales.

23Cette contradiction au cœur de l’État n’est spécifique à la Syrie et au Liban que dans la mesure où il s’agit d’un pouvoir local doublé d’un pouvoir étranger en position de domination. Les contradictions nées d’intérêts divergents relèvent, elles, de l’ordinaire des États représentatifs ; Caria Eddé expose les cas de boycotts, en 1922 et en 1931, de la société concessionnaire des tramways à Beyrouth et met en lumière la dimension supplémentaire apportée par le fait que cette société concessionnaire est française.

Les élites urbaines et rurales

24Les élites urbaines et rurales, dites traditionnelles ou modernes, réunissent des chaykhs de tribus, des propriétaires fonciers, des grands commerçants, des hommes de religion, des membres des professions libérales ou de la bourgeoisie « industrielle ». Médiatrices, point nodal de réseaux d’alliance, elles jouent leur rôle ancien d’intermédiaires entre le pouvoir et les provinces, entre le pouvoir et la population comme l’ont amplement montré Albert Hourani ou Philip Khoury. Mais, ce faisant, ne servent-elles pas aussi d’écran entre la population et l’État, car elles partagent avec ce dernier le souci de l’ordre public et social ? De plus, les Français, qui monopolisent la réalité du pouvoir, ne servent-ils pas d’écran entre les notables et les États syrien et libanais ?

  • 16 Un exemple économique : la dîme - al- ‘ushr - qui est dûe au gouvernement local et qui porte sur l (...)
  • 17 Un exemple politique : au Liban, les élites religieuses, en particulier le clergé chrétien, discut (...)

25Ces élites, qu’elles soient urbaines ou rurales, ont pour objectif commun et naturel de préserver le groupe qu’elles représentent du pouvoir central et de ses extensions16, mais aussi de se ménager un accès à ce pouvoir politique et économique17, en jouant notamment de la bipolarité de l’État et de l’imbrication des fonctions assumées par les élites elles-mêmes. Ainsi, des institutions comme le système électoral, la bureaucratie et le système judiciaire, des corps semi-gouvernementaux tels que les Chambres de commerce, d’agriculture et d’industrie sont leur champ privilégié d’action.

  • 18 Ces modifications débutèrent à l’époque ottomane. Se reporter en particulier à Rashid Khalidi, « T (...)
  • 19 Ainsi les grands industriels de l’époque mandataire sont majoritairement issus de la catégorie des (...)
  • 20 Par exemple : Dr. Abderrahman Chahbandar, chaykh Kamal Qassab, Mohammad Kurd Ali.
  • 21 Le renouvellement social et politique se poursuit après l’indépendance au profit de catégories d’o (...)

26Toutefois, à la suite de l’instauration du mandat, les modifications de l’ordre politique, social et administratif18, interne à la Syrie et au Liban, contribuèrent à diversifier la position des notables face au pouvoir. La position des élites traditionnelles, déjà mise à mal par l’émergence de nouvelles élites militaires ou administratives après les Réformes ottomanes (Tanzimat), est déstabilisée ensuite, dans l’entre-deux-guerres, par un effet de génération, grâce à l’éducation moderne (dans les universités étrangères en particulier), par les transformations économiques19 et par la montée des classes moyennes qui poussent au premier plan de petits notables, d’origine modeste, mais instruits20 (y compris à l’Ecole des officiers de Homs). Déstabilisation donc qui fait émerger de nouvelles catégories d’élites au cœur des anciennes ou qui promeut un renouvellement social21.

27Les élites provinciales, pour leur part, placées entre l’administration mandataire et les élites concurrentes des nouvelles capitales (Damas, Beyrouth), furent conduites à développer leurs propres stratégies pour conserver et leur contrôle social sur les citadins, et leur accès aux cercles du pouvoir. Peter Sluglett expose, dans son article sur les notables alépins, comment ceux-ci s’efforcèrent de « faire entendre leur voix » d’une part du côté du pouvoir mandataire à Alep, à Damas et à Beyrouth et d’autre part du côté du mouvement nationaliste basé à Damas.

  • 22 Sur la question peu étudiée des modes et des champs d’action des élites économiques et sur les int (...)

28Une partie de ces élites sociales est investie dans la lutte nationaliste. La compétition intra-nationaliste pour le pouvoir, doublée d’une concurrence avec les Français, pousse en Syrie, par exemple, le Bloc national à se placer, après 1936, en position d’intermédiaire entre la France et les autres forces politiques : le cas de l’émir Adel Arslan, présenté par Juliette Honvault, montre dans quelles ambiguïtés sont alors contraints d’évoluer certains chefs radicaux. L’argument politique de la construction d’une « économie nationale » (donnant la priorité à l’industrialisation), dans le soutien au Bloc national de certains grands industriels, cités par Geoffrey Schad dans son article, n’est sans doute pas exempt d’ambiguïté. Plus généralement, sur la relation entre intérêts privés et intérêts collectifs ou politiques, Frank Peter apporte, dans sa contribution, une évaluation catégorique : « Pour tous les investisseurs, quelle que soit leur origine, la construction de l’économie nationale n’est qu’un objectif accessoire. » À n’en pas douter les élites sociales, avec toutes les passerelles décrites dans cet ouvrage entre la politique et l’économique, sont multiformes. Elles négocient leur marge de manœuvre sur plusieurs registres tantôt en position d’initiative (pour les élites industrielles en particulier), tantôt en position de réaction. Soucieuses de leurs intérêts catégoriels et régionaux, qui viennent renforcer la diversité des identités culturelles et sociales en jeu, ces élites sont confrontées aux contradictions de l’administration mandataire, aux intérêts du capital français, à l’impuissance des gouvernements locaux et aux pressions populaires exercées par la rue ou la compagne. Elles doivent en outre gérer une relation ambivalente avec les pays voisins : relation d’échange et de tension (protectionnisme)22. À ce stade, s’impose à nous l’évidence de la question posée par Peter Sluglett en introduction de son article : qui sont vraiment les nationalistes ?

29Par ailleurs, la multiplicité fonctionnelle des acteurs ne conduit-elle pas naturellement à une imbrication des motivations dans le combat politique et économique et ne contribue-t-elle pas également à l’activation des liens de solidarité traditionnels (relations de clientèle par exemple) ? Précisément, Geoffrey Schad discute, en introduction de son article, l’application du concept de classe sociale aux industriels et aux travailleurs de l’industrie textile alépine. Soulignant l’inadéquation d’une terminologie élaborée par rapport à la réalité européenne, il apporte une contribution novatrice à l’analyse des catégories sociales de la région, en préconisant l’introduction de critères culturels et d’une dimension historique ainsi qu’en soulignant la mobilité intrinsèque à toute structure de classe. En ce domaine également, l’identification de dynamiques sociales, en prise sur les évolutions économiques et politiques du Proche-Orient, éclaire la constitution et le fonctionnement de groupes sociaux, porteurs d’intérêts catégoriels, actifs sur le plan politique et assumant aussi une identité distincte.

Les populations citadines et rurales

  • 23 A quelques exceptions près, parmi lesquelles Jacques Couland, Le mouvement syndical au Liban (1919 (...)

30Nous avons fait le choix de distinguer les élites du restant de la population pour les raisons évoquées au début de ce second thème. Par « populations » nous entendons donc ici toutes les autres catégories sociales, moyennes ou défavorisées, citadines et rurales. Ces populations qu’il apparaît difficile de regrouper en une seule catégorie en raison de leur importance numérique et de leur diversité, peuvent néanmoins être appréhendées comme un tout si nous nous plaçons du point de vue de leurs mobilisations qui mettent en lumière des problématiques et des transformations communes. Ces mobilisations renvoient, dans les villes, à l’émergence des classes moyennes et au développement d’une opinion publique (grâce à l’essor de la presse dans la période considérée), et, dans les campagnes, à l’introduction de formes de modernité politique. Elles renvoient dans les deux cas à la question de la confrontation de solidarités traditionnelles (ou « primaires »), qui sont liées à la culture sociale arabe et musulmane, à la culture moderne, aux modifications de l’ordre social, économique et politique ancien. C’est parce que les populations citadines et rurales représentent sans aucun doute l’acteur le moins étudié à l’époque mandataire23, en raison de la pauvreté relative des sources à leur sujet, et parce que leurs mobilisations véhiculent des enjeux essentiels dans la mise en place de l’État moderne, que nous avons choisi de traiter cette question dans une partie séparée. État et élites sont ainsi placés dans une dynamique qui peut s’opposer ou recouper celle des mobilisations populaires.

LES MOBILISATIONS POPULAIRES : ACTEURS, ENJEUX

31Les populations citadines et rurales nous intéressent à travers les modalités de leurs mobilisations : structures et assises, modes d’action et motivations. Ces mobilisations, comme cela a déjà été évoqué, interviennent dans le cadre d’une confrontation entre, d’une part, des centres de pouvoir locaux, des réseaux anciens de solidarités sociales et des représentations mentales collectives et, d’autre part, des formes politiques nouvelles liées à la domination militaire de la France, à la création des frontières et à la mise en place de l’État moderne. Ces évolutions politiques mettent en jeu les représentations des deux territoires nationaux, récemment créés. Elles sont l’expression de nouvelles formes de conscience et d’organisation politique et militaire et sont, de ce fait, essentielles à identifier afin de mieux comprendre le devenir des sociétés et des États libanais et syrien après l’indépendance.

32La présence mandataire, en soi et en sus des interférences que nous avons vues au niveau de l’État et des élites, a sans aucun doute affecté les relations entre catégories sociales et contribué à masquer certaines oppositions socio-économiques au profit de réseaux traditionnels d’identification et de solidarité. Les autorités mandataires privilégièrent d’ailleurs ouvertement les élites de type traditionnel dont les revendications ne remettaient pas en cause leur présence. De plus, ainsi que l’a souligné Henry Laurens, lors de la synthèse de conclusion des Journées d’études, la France pouvait par ailleurs trouver un intérêt à « rénover » des formes anciennes d’organisation sociale ou professionnelle (corporations) pour faire obstacle aux avancées communistes ou fascistes en milieu urbain.

33Sans anticiper sur la présentation de ce thème qui sera plus amplement développée en introduction de la troisième partie de cet ouvrage, mentionnons ici quelques-unes des réflexions qui ont été les nôtres, à ce sujet, dans le cadre de notre programme d’études. Trois grandes questions ont retenu notre attention :

  • l’apparition de nouveaux acteurs et le renouvellement, dans l’entre-deux-guerres, de l’encadrement politique et social des mobilisations populaires. Les études de Caria Eddé et de Keith Watenpaugh montrent jusqu’à quel point les cadres citadins traditionnels (notables, dignitaires religieux voire qabadayat, etc.) redoutent d’être marginalisés au profit de nouveaux leaders, issus pour la plupart des classes moyennes ;
  • les vecteurs de la relation des chefs avec les secteurs de population mobilisés. Ainsi, par exemple, l’analyse des mobilisations des ouvriers du textile nous conduit à poser la question de l’exploitation par les chefs nationalistes des organisations les encadrant (les Niqâbât, associations professionnelles ou « syndicats »). En milieu rural, Michael Provence démontre que c’est précisément l’absence de conditions sociales « féodales » au Jabal Druze24, où il n’existe pas d’aristocratie terrienne à proprement parler, qui a permis la cohésion de la communauté druze dans la révolte de 1925.
  • et enfin la nature exacte du rapport entre ces mobilisations et le pouvoir local ou central. Si la diversité des expériences et des historiques régionaux, les différences entre milieu citadin et milieu rural, les oppositions sociales (ouvertes comme à Hama en 1925) multiplient les niveaux de la réalité et de l’analyse, le dénominateur commun de ces mobilisations n’en demeure pas moins le rôle actif des villes, en particulier dans les résistances rurales, et la volonté des élites urbaines ou du pouvoir nationaliste de canaliser à leur profit ces mouvements.

34Pour conclure cette introduction, il convient de préciser que les travaux présentés à Beyrouth le furent dans un cadre thématique et méthodologique élaboré collectivement durant une année par les chercheurs réunis dans le programme des études mandataires de l’IFEAD. L’approche, qui s’imposait alors à nous pour les raisons citées précédemment, nous plaçait également au cœur des principales difficultés d’écrire l’histoire. Elles ont été de trois ordres :

  • en premier lieu, la multiplicité des échelles et la complexité des interactions dans l’analyse même de notre objet d’étude, la relation mandataire : une relation articulée, dynamisée par la diversité des intérêts en place, des formes sociales, des réseaux d’appartenance et des échelles spatiales. Cette relation est animée, en outre, par des acteurs aux profils et aux compétences multiples.
  • en second lieu, la nature du rapport dialectique entre passé et présent, entre histoire et mémoire : Jean Métrai nous l’a dit dans la conclusion des Journées d’études : « Si la temporalité de l’histoire est chronologique, il n’est pas sûr que celle de la mémoire le soit. » La réconciliation des mémoires individuelles et de la mémoire collective avec les reconstitutions produites par l’historien est pavée de chausse-trapes : l’expérience des acteurs, nécessairement reconstruite dans le récit, et l’inscription de l’intentionnalité de l’historien dans son temps en sont les principales.
  • enfin, l’appréhension des acteurs : acteurs dont les interactions dépassent l’échelle locale et mettent en jeu, plus profondément, une confrontation entre deux types de sociétés, deux cultures. La supériorité politique, militaire et technique de la France trouble, dans l’esprit des acteurs locaux, la sérénité et l’autonomie des débats autour de la modernité25, dont la puissance mandataire s’érige en détentrice. Moins que la modernisation, aux enjeux perçus comme largement externes à soi, la modernité, qui met en cause l’individu comme le groupe social, devient un champ de distinction pour les parties en cause et par là-même un lieu d’opposition des cultures. Les musulmans en particulier, ainsi que certains chrétiens non-catholiques, durcissent, dans la construction de leur image identitaire individuelle et collective, leur opposition aux modèles européens. Ils investissent pourtant des secteurs en cours de modernisation (politique, économie, communication, etc.) et se réapproprient les chemins éducatifs et intellectuels d’inévitables évolutions sociales et culturelles.
  • 26 Ce changement d’échelle fut opéré lors du colloque organisé à Aix-en-Provence, en juin 2001, et do (...)

35La conscience des difficultés ne les résout évidemment pas, elle rappelle le chercheur à ses limites. A l’issue de ces Journées de Beyrouth, il nous est apparu en outre qu’une partie de ces difficultés pouvait être relativisée en changeant d’échelle, dans une autre contextualisation : étudier le mandat français en Syrie et au Liban dans une perspective comparative avec l’autre mandat du Proche-Orient, le mandat anglais26.

  • 27 Elizabeth Picard, Directrice du CERMOC, dans la séance inaugurale des Journées d’études.
  • 28 Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, Paris, 2000. Voir également un numéro spécia (...)

36« Construire un savoir partagé »27avec nos collègues historiens syriens et libanais fut le premier objectif de notre programme. Construire un savoir partagé, mais aussi « apaisé », avec tous les héritiers de la période est le souci qui préside aujourd’hui à cette publication. Un souci d’autant plus vif que la guerre israélo-palestinienne et la conjoncture internationale, à l’heure où j’écris ces lignes, font ressurgir devant nos yeux les vieux démons de l’époque coloniale. Le manichéisme des politiques véhiculé par les mass-médias, des théories comme celle du « choc des civilisations », la mise à distance réductrice de l’Islam par l’Occident, la montée conséquente des extrémismes identitaires de tous bords, pourraient décourager tous ceux qui, à l’instar des chercheurs du programme des études mandataires de l’IFEAD, travaillent à construire une histoire apaisée intégrant toutes les parties en cause. Aujourd’hui le « travail de mémoire » selon la formule de Paul Ricœur28, qui est tout autant un devoir de rigueur dans l’établissement des faits qu’un effort de reconnaissance mutuelle des diverses représentations de ces faits, est plus que jamais impératif. Bien que l’histoire du mandat soit, par ses conséquences, une histoire toujours présente, nous prenons acte du temps écoulé et nous revendiquons notre appartenance à une autre génération pour envisager sereinement de construire ensemble, historiens arabes et occidentaux, ce « savoir partagé ».

Notes

1 Ce programme a bénéficié, tout au long de ses travaux, des conseils scientifiques et amicaux de France Métrai (CNRS/GREMMO - Lyon) et de Jean Métrai (Université de Lyon 2). Qu’ils trouvent ici l’expression de notre gratitude.

2 Nous avons par la suite commencé à y réfléchir, notamment en associant historiens et architectes-urbanistes, dans le cadre d’un colloque qui s’est tenu à Aix-en-Provence en juin 2001 et dont les Actes sont en cours de publication : Nadine Méouchy and Peter Sluglett (eds), The French and British Mandates in Comparative Perspective, (à paraître).

3 C’est France Métrai qui, en 1998, a la première attiré notre attention sur l’importance de cette question.

4 Par exemple : pouvoir central/provinces, domination/résistance, centre/périphérie, villes/ campagnes, ruptures/continuités, etc.

5 Voir Renaud Avez, L’Institut français de Damas au Palais Azem (1922-1946) à travers les archives, IFEAD, Damas, 1993, 342 p.

6 Renaud Avez, op. cit., p. 32-62. Dans son École des arts décoratifs, « l’Institut travaille avec des professeurs de dessin et des artisans locaux ». Idem, p. 35.

7 Voir idem, et François Pouillon et Daniel Rivet (sous la direction de), La sociologie musulmane de Robert Montagne, Maisonneuve et Larose, Paris 2000.

8 Sur ce point, voir dans la synthèse de conclusion d’Henry Laurens, la sous-partie intitulée : « Le rempart contre le mouvement national arabe. »

9 Reste posée la question de la Mission Laïque Française qui, si elle échappe à l’emprise des congrégations, n’en demeure pas moins très liée au Haut-Commissariat. Cette question en appelle une seconde, celle du contexte particulier des missions au Liban par rapport à la Syrie. C’est en effet à Beyrouth et dans la montagne libanaise que s’est constitué historiquement le réseau le plus dense d’établissements religieux depuis la seconde moitié du xixe siècle. Voir Dominique Chevallier, La société du Mont-Liban à l’époque de la révolution industrielle en Europe, Geuthner, Paris, 1971.

10 Voir infra Pierre Fournié.

11 Idem. Se reporter également infra à la contribution de Keith Watenpaugh sur Alep : le catholicisme, la francophilie, l’archéologie et l’histoire sont instrumentalisés par la classe moyenne non-musulmane pour « définir un particularisme alépin ».

12 C’est précisément l’idée soulignée par Elisabeth Picard, directrice du CERMOC (1997-2000), qui présida la séance consacrée aux constructions a posteriori de l’histoire du mandat (contributions de Abdallah Hanna et de Robert Blecher).

13 Ces techniciens sont principalement syriens et russes et travaillent sous la responsabilité de Camille Durafour. L’étude de Hayma Zeifa sur les élites techniciennes vient combler le vide relatif à cette catégorie sociale : « Les élites techniques locales durant le Mandat français (1920-1945) » in N. Méouchy and P. Sluglett (eds), op. cit. Par ailleurs, à partir d’une documentation composée d’articles et de rapports publiés à l’époque du Mandat, l’Atelier Vieux Damas de l’IFEAD (Jean-Paul Pascual, historiens, Sarab Atassi, historienne et Hayma Zeifa, architecte) prépare actuellement une publication sur le cadastre syro-libanais. Un des articles les plus importants de cette période est celui de Camille DURAFOUR, « Cadastre et amélioration foncière des États sous mandat français » in Bulletin de l’Union économique de Syrie, n°2, 30 juin 1928, p. 103-108.

14 Guy Bourdé et Hervé Martin, Les écoles historiques, collection Points, Le Seuil, Paris, (lère édit. 1983) 1997, p. 254.

15 Les travaux de Christian Velud sur la Jézireh témoignent que les relations entre ces trois pôles ne furent pas toujours sereines : voir sa thèse en cours de publication à l’IFAO (Le Caire) : Une expérience d’administration régionale en Syrie durant le Mandat français : conquête, colonisation et mise en valeur de la Jazira, 1920-1236, Doctorat d’histoire, Université de Lyon, 1992, 850 p.

16 Un exemple économique : la dîme - al- ‘ushr - qui est dûe au gouvernement local et qui porte sur les produits de la terre et sur le cheptel.

17 Un exemple politique : au Liban, les élites religieuses, en particulier le clergé chrétien, discutent publiquement de la position de leurs communautés par rapport à l’État.

18 Ces modifications débutèrent à l’époque ottomane. Se reporter en particulier à Rashid Khalidi, « The 1912 Election Campaign in the Cities of Bilad al-Sham », in LIMES 16, novembre 1984, p. 461-474 et à Philip Khoury, Urban Notables and Arab nationalism. The politics of Damascus, 1860-1920, Cambridge, 1983.

19 Ainsi les grands industriels de l’époque mandataire sont majoritairement issus de la catégorie des propriétaires fonciers et des grands commerçants. Voir l’article de Geoffrey Schad, infra

20 Par exemple : Dr. Abderrahman Chahbandar, chaykh Kamal Qassab, Mohammad Kurd Ali.

21 Le renouvellement social et politique se poursuit après l’indépendance au profit de catégories d’origine rurale, souvent minoritaires, qui réussissent leur ascension sociale dans l’armée et le parti Baas : Hanna Batatu, Syria’s Peasantry, the Descendants of its lesser Rural Notables and their Politics, Princeton University Press, 1999.

22 Sur la question peu étudiée des modes et des champs d’action des élites économiques et sur les interactions entre le politique et l’économique, voir les thèses récemment soutenues de deux membres du programme de l’IFEAD : Frank Peter, Impérialisme et industrialisation à Damas, 1908-1939, Thèse de doctorat, Université de Provence (Aix-Marseille I), 2002. Et Geoffrey SCHAD, Colonialists, Industrialists, and Politicians: The Political Economy of Industrialization in Syria, 1920-1954, Ph. D. in History, University of Pennsylvania (Philadelphia, Pa., USA), August 2001.

23 A quelques exceptions près, parmi lesquelles Jacques Couland, Le mouvement syndical au Liban (1919-1946), Éditions sociales, Paris, 1970 ; et Abdallah HANNA, Al-haraka al- ‘ummalia fi Suriyya wa Lubnan (1900-1945), Damas, 1973 ; Tarikh al-fallahin fi-l-watan al- ‘arabi, Vol. III, Al-ittihad al-’am lil-fallahin, Damas, 1986 ; Dayr ‘Atiyya, al-tarikh wa-l- ‘umran min al-waqf al-dhuri ila al-mujtama ‘ al-madani, IFEAD, Damas, 2002.

24 Les autorités mandataires n’ont pas compris les caractéristiques de la société rurale de la Syrie du Sud, globalement assimilée à une société « féodale ».

25 Sur ce point, voir mon article : « Les nationalistes arabes de la première génération en Syrie (1918-1928) : une génération méconnue », in Bulletin d’études orientales, 47, 1995, IFEAD, Damas, p. 109-128.

26 Ce changement d’échelle fut opéré lors du colloque organisé à Aix-en-Provence, en juin 2001, et dont les actes sont en cours de publication (voir note 2) : N. Meouchy and P. Sluglett (eds), op. cit. Sur l’actualité de la question des échelles d’analyse en histoire, voir : Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles, EHESS-Gallimard-Seuil, Paris, 1996.

27 Elizabeth Picard, Directrice du CERMOC, dans la séance inaugurale des Journées d’études.

28 Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Seuil, Paris, 2000. Voir également un numéro spécial de la revue Esprit intitulé « Les historiens et le travail de mémoire », Paris, août-septembre 2000. Pour une synthèse de l’apport des travaux de Paul Ricœur à l’histoire, se reporter à l’excellent article de François DOSSE, « Le moment Ricœur », in Vingtième siècle, Revue d’histoire, 69, janvier-mars 2001, p.137-152.

© Presses de l’Ifpo, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540