Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Métamorphose des figures du leadership au Liban

 | 
Myriam Catusse
, 
Karam Karam
, 
Olfa Lamloum

Chapitre 2 - Et pourtant ils votent !

Entre contestation et participation : le vote de la gauche anti-système aux élections de juin 2009

الفصل الثاني - «ومع ذلك ينتخبون» بين الاحتجاج والمشاركة: اقتراع اليسار المناهض للنظام في انتخابات حزيران 2009

Marie-Noëlle AbiYaghi

Résumé

Prenant acte de la nécessité de replacer l’étude de l’action collective dans celle de la participation politique, ce chapitre a pour objectif de traiter la question du rapport à la pratique électorale de militants de la gauche anti-système dont le principal cheval de bataille est la critique du système politique et de la démocratie consociative au Liban. Confrontés à une tension entre une socialisation portant à valoriser le vote et un engagement dans le cadre de collectifs politiques en rupture avec les mouvements dominants du champ politique et avec le système politique libanais, ces militants pourraient voter en porte-à-faux. Cependant leur participation comme électeurs aux élections de juin 2009 traduit moins une incohérence de leur engagement que l’étroitesse des modes d’expression offerts par le champ politique libanais, qui semble, in fine, les contraindre à s’adapter à un système qu’ils entendent combattre.

وعياً منّا وضرورة إدراج دراسة الحراك الجمعي ضمن دراسة المشاركة السياسية، يهدف هذا الفصل إلى معالجة علاقة مناضلي اليسار المناهض للنظام بالممارسة الانتخابية، هؤلاء الذين جعلوا من انتقاد النظام السياسي اللبناني والديموقراطية التوافقية حجر الزاوية في عملهم السياسي. فهؤلاء يبدون في حالات عدة في تناقض مع قناعاتهم السياسية بفعل التوتر الناتج عن تعارض بين تنشئتهم الاجتماعية التي تولي العملية الانتخابية قدراً من الأهمية والتزامهم ضمن أطر سياسية على قطيعة مع الحركات المهيمنة في المجال السياسي اللبناني. غير أن مشاركة هؤلاء كناخبين في انتخابات 2009 لا تترجم تناقض التزامهم بقدر ما تعكس انحسار أنماط التعبير المتاحة ضمن المجال السياسي اللبناني والذي يرغم حسب التحليل الأخير هذا اليسار على التعاطي مع نظام يرفضه.

Texte intégral

  • 1  Les entretiens ont eu lieu, en arabe, à Beyrouth, entre mars et juillet 2009.

1Si de nombreux travaux se sont penchés sur l’étude des mouvements sociaux, de la société civile ou encore de l’islamisme au Liban (et plus généralement dans le monde arabe), peu se sont intéressés aux logiques de l’engagement à gauche comme point d’entrée pour la compréhension du système politique et des institutions politiques d’un côté, des mécanismes de participation et de protestation de l’autre, dans le Liban d’après-guerre. N’empêche que « la gauche » libanaise, par son extrême diversité, sa position en rupture avec le système politique et sa volonté de faire de la politique « autrement », constitue un terrain de choix pour apporter un éclairage sur la scène politique libanaise. Ce chapitre se propose d’apporter un éclairage sur les logiques de mobilisation et les comportements électoraux de militants de la gauche antisystème libanaise lors des législatives de 2009. Alors qu’ils se positionnent a priori et définissent leur engagement comme étant d’abord « antisystème », refusant et combattant le système et ses institutions politiques, confessionnelles, économiques et sociales, ainsi que tous les rouages de la démocratie représentative, notamment l’acte électoral, nombre de ces militants au Liban ont voté en juin 2009. En se mobilisant pour se rendre aux urnes, ils en ont laissé dubitatifs plus d’un sur la solidité de leur engagement et de leur adhésion à « la cause ». C’est sur cet apparent paradoxe que se penche ce chapitre. Le moment électoral consacre-t-il leur situation de rupture vis-à-vis du système politique libanais ? En quoi les élections de juin 2009 ont-elles amené ces militants anti-confessionnels à prendre position dans un contexte où l’offre politique, le mode de scrutin et les enjeux, ont été extrêmement communautarisés ? Il nous semble utile, pour répondre à ces questionnements, d’opter pour une approche qualitative de la participation politique dans son ensemble, qui prête une attention particulière aux rapports qu’entretiennent les militants aux institutions de la démocratie représentative, afin de tenter d’atteindre une connaissance plus fine des mécanismes qui peuvent lier politisation, engagement et vote au Liban aujourd’hui. Pour ce faire, nous avons sélectionné un échantillon de militants appartenant ou étant proches de la gauche révolutionnaire et radicale au Liban 1.

Quels militants de gauche au Liban ?

  • 2  Nous définirons la ‘asabiyya à l’instar de Roy (1996) comme « tout “groupe de solidarité” fondé su (...)
  • 3  Notes de terrain, avril 2007.

2Notre échantillon se compose de 30 individus appartenant à deux collectifs, le Rassemblement de gauche pour le changement (al-tajammu‘ al- yasârî min ajli al-taghyîr) et l’association libanaise pour une autre mondialisation (al-jam‘iyya al‑lubnâniyya min ajli ‘awlama badîla), ainsi que des personnes gravitant autour de ces organisations. Ces militants évoluent hors du cadre des partis politiques de la gauche traditionnelle au Liban. Critiques virulents du Parti Communiste Libanais, qui correspond pour une partie d’entre eux (3 militants de l’échantillon) à leur premier engagement politique, ils le taxent de « réformateur », voulant faire du « socialisme par le haut », voire de « staliniste », et accusent ses cadres d’avoir – faute de combattre la ‘asabiyya 2 qui caractérise la société libanaise – contribué à la création d’une nouvelle « secte » laïque 3.

  • 4  Parmi ces collectifs nous pouvons citer la plateforme et la publication al-yasâri ainsi que Direct (...)

3Leur contestation du PCL s’était déjà cristallisée dans l’engagement de certains d’entre eux dans le groupe des « étudiants communistes » (tullâb šhuyû‘iyyûn) qui tentaient d’organiser une sorte d’opposition « des jeunes » au sein du PCL pour le rendre « plus démocratique » et qui a vu le jour au moment de la deuxième intifada en 2000. Quatre de leurs membres fondateurs sont vite expulsés par le PCL à la veille du 9ème Congrès du parti en 2002. Après ce Congrès, l’idée de créer un nouveau parti de gauche germe parmi les militants de tullâb šuyû‘iyyûn, des collectifs de gauche 4, et des indépendants.

  • 5  Le Mouvement de la gauche démocratique au Liban (harakatu al-yasâr ad-dîmûqrâtī), est un parti pol (...)
  • 6  En fait c’est Kamal Joumblatt qui avait été l’architecte du programme de réformes laïques réclamé (...)
  • 7  Les références entre parenthèses renvoient à la bibliographie en fin d’article.
  • 8  Notes de terrain, octobre 2007.
  • 9  La première conférence portait sur l’Irak : « Where Next for the Global Anti-War and Anti-Globalis (...)

4La distanciation avec ce qui constituera en 2004-2005 le parti de la Gauche démocratique (harakatu al-yasâr al‑dîmûqrâtî), né de cette contestation du PCL, s’articule notamment autour de la question de la résistance en Irak qui n’obtient pas alors le soutien « inconditionnel mais critique » des militants de la gauche démocratique. Un autre point de rupture consiste en le ralliement du parti de la Gauche Démocratique au mouvement du « 14 mars » 5 qui va sceller en quelque sorte leur adhésion à la politique et au projet économique particulièrement libéral de feu le président du Conseil Hariri, vivement critiqués par les militants de ces deux collectifs. Enfin dans la constellation de la gauche au Liban, le Parti socialiste progressiste n’est pas perçu comme étant un parti de gauche et est même décrit par certains militants comme le parti des « Druzes » 6. Ceci nous amène à penser les militants de ces deux collectifs en termes générationnels. En effet, comme le montre Mannheim (1990), chaque génération d’individus peut être confrontée à de mêmes épisodes historiques, intellectuels ou artistiques, qui ont un effet socialisateur et contribuent à faire l’unité de la génération, à rassembler des individus isolés en groupes 7. Ces militants, qui constituent ce qu’on appelle la « génération de l’après-guerre », développent un ensemble de dispositions de méfiance par rapport aux partis politiques libanais, aux « chefs de guerre » et aux milices 8. Nés pour la plupart durant la guerre civile, ils ont notamment été marqués par la période de « reconstruction » et de l’émergence sur le devant de la scène politique de Rafiq Hariri qui va mettre en place un programme économique ultralibéral se fondant sur l’endettement massif pour reconstruire le pays (Corm 2003). Leur participation au cycle de mobilisations, qui commence au début des années 2000, s’organise autour de la problématique de la libération du joug syrien. Elle trouve son apogée dans les mouvements du printemps 2005 (Karam 2009) déclenchés par l’assassinat de Rafiq Hariri, et s’exprime dans les conférences du mouvement altermondialiste de 2001 et les conférences successives du mouvement anti-guerre en 2004, 2006 et 2009 qui se sont tenues à Beyrouth 9. Ces évènements constituent des jalons importants de la socialisation politique de ces militants (beaucoup d’entre eux se sont rencontrés lors de ces manifestations) ainsi que de la « structuration des mémoires de groupes » (Ihl 2002). Ceci explique qu’ils soient amenés aujourd’hui à articuler leur cause autour des questions de la souveraineté nationale, de la critique de l’ordre économique et social et du système politique libanais.

  • 10  Nous adoptons la définition de Beydoun (1984, p. 575) : « loin de devoir leur capacité mobilisatri (...)
  • 11  Notes de terrain, juin 2006.

5Les militants suivis dans le cadre de ce chapitre inscrivent leur activité dans des groupes de la gauche révolutionnaire et radicale ou proches de celle‑ci. Leurs collectifs sont largement informels, font en principe reposer leur organisation sur des bases antihiérarchiques et égalitaires, et valorisent la rotation des tâches et les modes d’action directs. Nous avons choisi de leur attribuer le qualificatif de militants de la « gauche antisystème » d’abord parce qu’ils se définissent et se revendiquent eux-mêmes comme étant de gauche « yasâriyyîn », mais aussi parce qu’ils articulent leur idéologie autour de la contestation de l’ordre économique et social, qu’ils mettent en avant une adhésion à un idéal de société « égalitaire », « libertaire » ou « socialiste révolutionnaire » fondant leur idéologie sur un système de valeurs socio-économiques, et enfin en raison de leur rapport à la religion, leur laïcité voire leur athéisme. En effet, la critique du système économique libéral libanais (Gates 1998, Corm 2003) et leur refus du système consociatif (Lijphart 1977) fondé sur la représentation politique au sein de l’État des communautés 10 religieuses (Picard 1985, Salibi 1988) – que Harb (1999) décrit comme un État sectaire-capitaliste – constituent leur principaux chevaux de bataille 11.

Deux collectifs différents mais similaires

  • 12  Notes de terrain, janvier 2007. Pour plus d’informations, voir « Pourquoi Attac au Liban ? » sur l (...)

6La première composante de notre échantillon, le « Rassemblement de gauche pour le changement » (al-tajammu‘ al- yasârî min ajli al-taghyîr), se définit comme un groupe visant à devenir, à terme, un parti révolutionnaire. Ce groupe ne récuse pas le recours à la violence, « mais uniquement si elle est révolutionnaire » nous précise un membre du comité central, c’est- à- dire si elle vise à une remise en cause radicale de l’ordre économique, social et politique dominant, et ce, pour mettre en place une « société socialiste ». La deuxième composante, l’« Association libanaise pour une autre mondialisation » (al‑jam‘iyya lubnâniyya min ajli ‘awlama badîlâ), est connue aussi sous le nom d’Attac Lubnan, et fait toujours partie du réseau altermondialiste. Cette association vise à l’éducation populaire autour des questions économiques et sociales afin de créer un monde « plus juste et plus équitable ». Récusant le recours à la violence armée, le groupe affirme que la révolution qu’il souhaite mettre en place se fera « dans les têtes » 12. Si le premier groupe apparaît comme étant homogène « idéologiquement », les militants se définissant tous comme étant marxistes et œuvrant dans le sens de la révolution socialiste, le deuxième groupe est plus hétérogène, regroupant des marxistes, des anarchistes, des écologistes, des communistes, mais aussi des travailleurs sociaux et associatifs sans engagement politique tranché. Ces deux collectifs pourraient sembler de prime abord assez différents, mais ils présentent des caractéristiques communes intéressantes que nous développerons dans ce chapitre, dont la moindre n’est pas leur situation de rupture – certes à des degrés différents – avec le système politique libanais.

7Pour ce faire, nous tenterons dans un premier temps de resituer les militants de l’échantillon dans leurs milieux d’origine pour tenter de comprendre leur rapport à la participation politique – sans vouloir suggérer que les engagements actuels seraient les conséquences directes de ces « dispositions » – pour nous pencher ensuite sur les attitudes et les valeurs qui structurent leur perception du champ politique libanais. Nous tenterons d’apporter enfin un éclairage sur la part d’indétermination, de liberté, de stratégie que comporte tout vote et sa réactivité au contexte spécifique de l’élection de juin 2009. Autant de perspectives distinctes mais complémentaires sur l’acte électoral.

Des dispositions au militantisme de gauche

Orientations politiques familiales et socialisations primaires

8Par socialisation nous faisons référence aux « mécanismes et […] processus de formation et de transformation des systèmes individuels de représentation, d’opinions et d’attitudes politiques.» (Percheron 1985, p. 165) Processus continu, la socialisation commence dès l’enfance et contribue à « façonner » les perceptions et représentations des individus, leurs orientations par rapport au champ politique ainsi que leur propension à s’engager ou non dans la politique, à militer (Offerlé 2006, pp. 70-71).

  • 13  Cela va de pair avec une tendance générale observée auprès de la population libanaise. En effet, d (...)

9Tout d’abord, les enquêtés sont dans leur majorité issus de milieux urbains ; leurs parents se répartissent principalement entre les activités du secteur tertiaire 13 (les métiers d’enseignant et de cadre sont les plus cités) et de la fonction publique. Ils s’inscrivent dans une trajectoire sociale stable ou ascendante par rapport à la position sociale ou au niveau d’études de leurs parents. Ils offrent un profil assez homogène du point de vue de l’âge et du niveau d’instruction. 24 d’entre eux ont moins de 35 ans et l’âge moyen s’établit à 29 ans. Le niveau d’étude moyen est de plus de quatre ans après le baccalauréat. 21 enquêtés sur 30 sont encore étudiants, dont 3 préparant un doctorat. Les autres sont, pour une majorité d’entre eux, enseignants (6, dont 4 enseignants du supérieur), ou occupent une profession technique dans le secteur de la santé et du travail social.

  • 14  L’Organisation de l’action communiste au Liban (munaamat al-‘amal al-šuyû’i fî lubnân), fondée en (...)
  • 15  Les Phalanges libanaises (en arabe al-Katâ’ib al-lubnâniyya, souvent désignées par l’abréviation K (...)

10Ensuite, ces militants ont pour la plupart acquis dans leur milieu familial des « valeurs » de gauche, un intérêt important pour la « chose publique » et un ensemble de dispositions qui les portent à valoriser l’engagement militant ; « Le fait d’avoir grandi auprès de parents intéressés par les questions politiques, voire eux-mêmes militants, explique que les individus se tournent, souvent dès l’adolescence, vers l’action collective. Dans cette perspective, l’intérêt pour les questions politiques est largement hérité […] Quel qu’en soit le lieu, la socialisation politique est décisive pour l’engagement, en ce qu’elle dote d’une aptitude à définir certains éléments du monde social ou de sa propre condition comme relevant du registre politique — et non des registres individuel ou moral —, et donc à les concevoir comme susceptibles d’un traitement d’ordre lui aussi politique […]» (Mathieu 2004, p. 75-76). De fait, leurs milieux d’origine se caractérisent par leur degré important de politisation et leur orientation à gauche : 14 enquêtés sur les 30 ont un de leurs deux parents proches de la gauche nationaliste (baathistes, nassériens, Organisation de l’action communiste au Liban (munazzamat al-‘amal al‑šuyû‘i fî lubnân 14)) ou de la gauche traditionnelle (Parti communiste) pour quatre d’entre eux. Sept militants ont des parents qui ne se prévalent pas d’une orientation politique spécifique mais qui cultivent une défiance vis-à-vis des partis « nationalistes de droite » (notamment des Forces libanaises 15).

Saïd, 32 ans :
« Mes parents n’ont jamais adhéré à un parti. Je ne me souviens même pas avoir entendu des discussions politiques à la maison. C’était la guerre et des gens avec une conscience politique qui ne voulaient pas se battre ou prendre parti se sont mobilisés dans les associations de la société civile pour aider les autres. Aujourd’hui, je ne peux pas dire qu’ils préfèrent tel ou tel parti, même à gauche, mais ce qui est sûr c’est qu’il y a une forte méfiance parfois même de la haine dans mon entourage vis-à-vis des fascistes des Forces libanaises. »

11Cinq militants disent venir d’un milieu familial orienté à droite. La majorité des militants (26 militants) se souvient d’avoir, au cours de leur enfance, accompagné leurs parents dans une « action directe » : manifestation, pétition etc.…

Mariam, 29 ans :
« La première action directe à laquelle j’ai participé, c’était pour accompagner mes parents à une manifestation en faveur du général Aoun pendant laquelle je me souviens qu’on avait signé sur un drapeau libanais. Je devais avoir... un peu moins de 10 ans je crois... [rires]. Signer sur un drapeau, pour la militante de gauche que je suis devenue, c’est une aberration [rires]. Il m’arrive parfois de raconter cette anecdote aux camarades, ça fait toujours rire tout le monde. »

12Les parents de la majorité des enquêtés (26 sur 30) conservent une sympathie militante sans être pour autant actifs. Ces modèles familiaux ont contribué à banaliser chez ces militants le principe de l’engagement politique, même si, pour certains militants, leur engagement à gauche ne correspond pas aux sympathies politiques de leurs parents, voire en prend le contre-pied. Ce ne serait pas une exagération d’affirmer, comme Agnès Favier qui s’est intéressée à l’engagement militant dans les années soixante, que « la famille joue un rôle central, mais non exclusif, dans la construction des identités politiques des militants […] » mais que cela n’empêche pas en réalité l’apparition de « dissonances engendrées par l’appartenance à plusieurs groupes » (Favier 2004, chap.5).

13La famille n’est donc pas la seule institution de construction des appartenances ; Nasr et Dubar écrivaient déjà en 1976, dans leur ouvrage sur les classes sociales au Liban, que l’ « identification sociale s’effectue d’abord par le nom et donc par l’appartenance familiale (lignage), ensuite par l’appartenance géographique (village) et enfin seulement par la confession. » (Dubar et Nasr, 1976).

Un rapport différencié à la religion et à la confession

14La religion, et son institutionnalisation politique, la « confession » (al‑tâ’ifa), occupent dans la société libanaise une place centrale dont les effets sont indéniables sur le système politique qui les a institutionnalisées dans le cadre de la démocratie consociative (Messara 1994). Plus encore, elles constituent, après la famille, un important repère identitaire auquel un individu appartient de naissance (Salam 1998 et 1994).

  • 16  Interrogés sur les activités religieuses de leurs parents, les questions portaient sur l’observati (...)
  • 17  Ainsi, Samir souligne « Mon père adhérait au Baath iraquien. Mais la guerre a tout changé, surtout (...)

15L’échantillon a mis en relief le fait qu’une partie importante des parents des militants ont des activités religieuses (24 sur 30 16), certains (5 sur 30) étant devenus pratiquants « sur le tard » 17. Ainsi, 19 militants déclarent avoir reçu dans leur enfance une éducation religieuse, que ce soit par leur famille ou à l’école.

Samir, 30 ans :
« Mon père était baathiste et ma mère nassérienne et ils parlaient rarement de religion. Je n’ai vraiment discuté l’existence de Dieu que vers l’âge de 15 ou 16 ans alors que mon père a tenté de me parler de préceptes religieux, principalement pour me convaincre de la justesse de la politique du Hezbollah. En fait mon éducation religieuse, ou plutôt les informations religieuses que j’ai, je les ai eues principalement à l’école ; d’abord une éducation islamique au primaire, puis le catéchisme catholique pendant près de 7 ans, quand nous avons changé d’école. En fait, le discours de mon père ne m’attirait pas du tout, parce qu’à cette époque‑là je commençais à m’intéresser à la gauche et j’en étais venu à haïr le Hezbollah. La question du confessionnalisme était une question super importante pour moi surtout durant mes années à l’école catholique. Il y avait plein de problèmes dus au confessionnalisme à l’école, et pour moi le Hezbollah n’en était que plus effrayant. Une question aussi était liée aux idées de conservatisme propagées par le Hezbollah et qui allaient à l’encontre de ma vie sociale et de mes choix. »

16Ce témoignage renvoie à la thèse selon laquelle un parcours scolaire dans un milieu différent de celui de l’univers sociocommunautaire familial (en l’occurrence Samir, Chiite d’origine, à fréquenté une école catholique) viendrait nourrir, entre autres, des « ruptures avec d’anciennes dispositions » (Favier 2004).

17Si une partie importante des militants a reçu au cours de leur enfance une éducation religieuse (que ce soit dans une école de leur communauté d’origine pour 19 des militants, celle d’une autre communauté pour 6 militants dont Samir, cité plus haut, ou des cours de catéchisme pour 3 des 5 militants qui ont fréquenté des écoles laïques), leur attitude actuelle par rapport à la religion révèle des rapports différenciés allant d’une nette distanciation par rapport à leur milieu d’origine et aux croyances et pratiques religieuses qui le caractérisent, à d’autres formes plus négociées. Ainsi Nidal (29 ans) raconte :

« J’ai “annoncé” mon athéisme un jour en plein cours de catéchisme. J’avais 17 ans. À la demande du prêtre, “pourquoi vous ne lisez pas l’Evangile ?”, mes camarades répondaient “par manque de temps”, etc. Moi j’ai voulu dire ce que je pensais. À ce moment là j’ai senti que je cassais un tabou. Et j’ai senti que je pouvais faire des choses sans avoir peur. »

18D’autres militants ont déclaré que leur rapport à la religion correspondait plutôt au fruit d’une sorte de compromis avec leur famille qu’à une réelle conviction.

Joëlle, 28 ans :
« Pendant des années, ça a été le drame tous les dimanches. Toutes les excuses étaient bonnes pour ne pas les accompagner à la messe […] Aujourd’hui encore, cela revient de temps en temps, ils ne se gênent pas pour me dire que je vais aller droit en enfer, mais en gros nous avons atteint une sorte de statu quo ; je les accompagne à l’église à Noël et Pâques, et le reste de l’année, ils me laissent tranquille. »

19L’adhésion de ces militants à des valeurs de gauche est encore accentuée par leur éloignement de la religion : un seul enquêté a déclaré avoir une religion, alors que les autres se définissent comme sans religion ou athées, lorsqu’ils ne s’affirment pas clairement comme antireligieux et anticléricaux 18.

Rana, 29 ans :
« C’est une question assez problématique au Liban où religion et confession sont confondues. Moi je peux dire que j’ai une religion sans vouloir appartenir à aucune confession. Pour moi, la religion, c’est quelque chose de personnel et pas de social. Au début je n’osais pas trop le dire, parce que tout le monde est athée dans le groupe, et puis quand je l’ai dit, les autres ont eu des doutes sur mon engagement. J’ai même parfois senti que certains me poussaient à quitter le groupe. Pour moi, c’est une lutte tous les jours pour me faire accepter. »

  • 18  Ainsi Karam (2006, p. 97) explique que « afficher son autonomie par rapport aux logiques communaut (...)
  • 19  C’est ainsi que l’explique Bassem Chit dans al-Manshûr, publication du groupe al-tajammu‘ al‑yasâr (...)
  • 20  Pour une discussion de la « communauté-classe » maronite, voir Corm 2003, chap. 7.

20Ainsi, si les militants de ces deux groupes se positionnent en rupture avec la logique confessionnelle dominante, cela n’exclut pas, en réalité, des rapports ambivalents à la religion, qui est systématiquement ramenée à la sphère privée. À l’inverse de certaines associations « civiles » de l’après‑guerre qui soulignent leur anti-confessionnalisme en organisant leur structure de façon volontariste afin d’« afficher [leur] pluriconfessionalisme » (Karam 2006, p. 97) 18, les militants de la gauche antisystème refusent de se dire d’une religion ou d’une confession donnée. Pour eux, le confessionnalisme est une « politique adoptée par la classe dominante pour endiguer les antagonismes de classe en l’habillant de justifications sectaires […] ». En somme, il s’agit du « résultat d’une contradiction dialectique entre une superstructure confessionnelle et la base de la société » dissimulant par conséquent les « vraies » contradictions « objectives » de la société 19. Le « fait religieux » apparaît donc comme structurant dans la mesure où c’est « contre » la religion (pour certains), et « contre » le confessionnalisme (pour tous) que se construisent leurs identités individuelles et qu’ils organisent leurs collectifs. On serait tenté de croire que la pratique d’une religion se traduirait par un engagement spécifique sur l’échiquier politique libanais, les chrétiens, les Maronites « bourgeois » portés vers le nationalisme, le « libanisme » et l’engagement dans des partis nationalistes de droite (les Phalanges, les Forces libanaise principalement) 20, les Sunnites étant « naturellement » les défenseurs de la Oumma arabe, alors que les Chiites, les déshérités (al-mahrûmîn), correspondraient, eux, à la classe « prolétaire » qui viendrait sonner le glas du système politique confessionnel libanais qui les marginalise politiquement et économiquement (Picard 1985). Pourtant, l’étude de notre échantillon révèle un rapport différencié à la confession. La socialisation religieuse a donc bien une influence potentielle sur l’orientation politique future des enfants, mais pas de façon linéaire.

21Examinons le cas de Hassan, 40 ans :

« Je viens du Sud et j’ai vécu l’occupation [israélienne]. Je ne veux pas trop en parler. Mais pendant tout ce temps là je me demandais ce que ça me ferait de participer à des élections et de voter. Le Sud, on a l’impression qu’il ne fait pas partie du Liban. C’est comme une région qui est oubliée de l’État libanais. Pas de services étatiques, pas d’armée qui défend le territoire. Voter pour moi et ma famille c’est aussi une façon de leur dire, “Je viens du Sud et j’existe. Cet État est aussi le mien”.
‑ “leur” c’est qui ?
‑ C’est les gens du pouvoir. [Rires] Dans la configuration actuelle, je dirais la bourgeoisie sunnite et chrétienne. Mais ce n’est pas tout à fait exact non plus, n’est ce pas ? [rires] ».

22Alors que la fréquente référence au vote comme « droit et devoir civique » pourrait passer ailleurs pour un lieu commun, elle met en fait en exergue, dans le contexte libanais, combien il est important pour ces militants de prouver par leur vote leur intégration à « une » communauté politique, un État central, et leur attachement aux droits qui en découlent. Plus particulièrement, cet extrait illustre bien le double sentiment d’exclusion que ressent la communauté chiite au Liban. En effet, les Chiites ont d’abord été marginalisés du processus de construction étatique de l’État libanais (Picard 1985) qui résulte d’un compromis entre Maronites et Sunnites cristallisé par le Pacte National (al‑mithâq al-watanî) en 1943, pacte qui réalise le partage du pouvoir politique au Liban (Nasr 1985). Ils constituent alors une communauté principalement rurale, qui vit, à la veille de la guerre civile, à la « périphérie » de la société et du pouvoir politique au Liban (Nasr 1985). De plus, leur région d’origine, Jabal Amel dans le Liban Sud, est négligée par le pouvoir central qui misait sur « le développement accéléré de Beyrouth » (Corm 2003, p. 180).

23En fait, même si la « tentation chiite » demeure dans les esprits de certains aujourd’hui (« Je suis née maronite, mais je me sens chiite » affirme une militante), les facteurs objectifs qui ont amené à parler de « communauté classe » (tâ’ifa-tabaqa) (Nasr et Dubar 1976, Picard 1985, Norton 1986) dans les années 1970 sont aujourd’hui moins patents.

  • 21  Concomitante avec le développement d’un « capital » chiite dans le secteur bancaire – Jammal Trust (...)

24L’urbanisation rapide des Chiites vers la banlieue Sud (al-âhiyya al‑janûbiyya) à partir du début des années 1970, l’émergence d’une petite bourgeoisie notamment enrichie par l’émigration, les poussent dès les années 70 à revendiquer un « changement des règles du jeu et à mettre en question la distribution du pouvoir et des ressources dans le système politique libanais » (Nasr 1985), par le biais du mouvement des déshérités qui donne naissance à une branche armée, Amal (afwâj al-muqâwama al-lubnâniyya) (Catusse et Alagha 2008). Si les accords de Taëf en 1989, qui se traduisent par la révision de la Constitution libanaise, entament leur intégration dans le système politique en adoptant la parité entre chrétiens et musulmans à la Chambre des députés, celle-ci est consacrée par l’émergence et la montée en puissance du Hezbollah 21. Héritier et rival du mouvement Amal, celui-ci s’impose comme le pilier, sinon le seul mouvement de résistance contre Israël, et compte depuis 2006 parmi les forces politiques incontournables de la scène politique libanaise. Par le pouvoir qu’il détient sur la « décision de paix et de guerre » (qarâr al-silm wal-harb) au Liban et par sa participation aux gouvernements d’unité nationale depuis 2005, le Hezbollah devient un acteur majeur de premier plan du régime.

25Les militants de la gauche antisystème, eux, se positionnent en marge de ces logiques en adoptant vis-à-vis du Hezbollah, et des autres partis politiques libanais, une attitude que l’on pourrait assimiler, en empruntant une formule à Daniel Gaxie (2001, p. 229), à un « investissement critique ».

  • 22  Les manifestations du 1er mai 2008, articulées notamment autour de la revendication de la hausse d (...)

26Cet extrait d’un communiqué d’Attac Liban à la suite de l’escalade de la violence dans les rues de la capitale, Beyrouth, en mai 2008, est éloquent à cet égard 22.

  • 23  Pour lire le communiqué en entier, voir : http://www.liban.attac.org/Contre-la-logique-communautai (...)

« Dans ce déferlement de violence, comme dans la violence quotidienne rampante causée par la négligence économique de l’État depuis la fin de la guerre civile, nous, militants d’Attac Liban, exerçons notre droit démocratique de ne pas choisir entre : le parti néolibéral et ses politiques antisociales [le Courant du Futur], qui ont entraîné le creusement du fossé entre les riches et les pauvres ; et le parti [le Hezbollah] qui prétend être solidaire du mouvement social, mais qui exploite l’injustice économique et l’absence de représentation démocratique dans le sens de ses intérêts propres » 23.

Le collectif face aux partis ?

Karim, 31 ans :
« Les partis veulent se partager le gâteau du pouvoir ; nous ne voulons qu’informer les gens sur leurs droits pour qu’ils puissent enfin se réapproprier leur propre société. »

  • 24  Les partis politiques ne sont cependant pas les seuls à pâtir d’une image négative auprès de ces m (...)

27À travers une socialisation dans des milieux relativement politisés, caractérisés par des sympathies ou des engagements partisans, leur niveau d’études et leurs professions, ces militants ont développé un ensemble de dispositions qui se traduisent empiriquement par un souci affirmé de participation effective et concrète à la vie collective et dans l’espace public. Les enquêtés font preuve à la fois d’une volonté d’action et d’une aspiration à élargir la participation politique au-delà de la participation électorale. Cette volonté d’action politique ne se dirige toutefois pas vers l’engagement dans un parti politique. En effet, les institutions classiques de la « démocratie représentative » pâtissent auprès de ces militants d’une image rédhibitoire 24. Les partis sont perçus comme des structures aliénantes et empreintes de dogmatisme dans lesquelles l’investissement est basé sur la soumission à une ligne politique imposée d’en haut. Ils sont en outre stigmatisés pour être le théâtre d’affrontements d’ambitions et de stratégies de pouvoir.

Karim, 31 ans :
« La méfiance vis‑à‑vis des partis politiques revient à deux raisons principales. D’un côté, elle correspond à une crise du pouvoir. Ce dernier est tellement discrédité que toutes les entités qui veulent prendre le pouvoir, dont les partis, le sont aussi. Et d’un autre, tous les partis politiques au Liban ont à un moment donné pris les armes et combattu notamment durant la guerre civile : comment pourrions-nous les soutenir? »

28Le cadre d’engagement privilégié par ces activistes anti‑système est ainsi celui de petits groupements (« majmû‘ât ») indépendants des partis tradition-nels, centrés sur la réalisation d’actions qualifiées de directes (manifestations, sit in, distribution de tracts, entre autres). Ils reposent sur une structure qui se veut horizontale – à des degrés différents suivant le groupe – et antihiérarchique. Ces organisations de petite taille, qui comptent en moyenne une quinzaine de membres, fournissent un environnement propice à la participation libre de chacun à la décision collective et à l’action.

Karim, 31 ans :
« En fait, chacun vient dans le groupe avec son propre projet. Le collectif lui donne en quelque sorte les moyens de militer autour d’une thématique qui lui tient à cœur. »

  • 25  Militante de l’association libanaise pour une autre mondialisation (al-jam‘iyya lubnâniyya min ajl (...)
  • 26  Militant du Rassemblement de gauche pour le changement (al-tajammu‘ al- yasârî min ajli al-taghyîr (...)

29Les militants visent à mettre en place, dans ces collectifs, des formes de démocratie directe « avec le moins de représentation possible » 25 ou alors « juste assez pour ne pas entraver l’efficacité politique du groupe » 26. Si les deux groupes observés mettent tous les deux en avant une volonté et un idéal d’horizontalité au sein de leur structure (d’autant plus facile à réaliser qu’il s’agit de collectifs comportant un nombre réduit de militants), en réalité, il existe dans les deux organisations un comité en charge « de la gestion opérationnelle et idéologique » du groupe et ceci apparaît même dans les règlements intérieurs des deux collectifs. Si ces militants entendent construire, au moins au sein du groupe, un espace qui constitue un modèle alternatif à un système politique confessionnel critiqué pour ses dysfonctionnements (des partis confessionnels « même à gauche », coupés de leur base, une large portion de la population exclue de la prise de décision), cela ne se fait pas de façon automatique. Dans les faits, cette homogénéité est constamment renégociée, et la prise de décisions se fait souvent de façon assez conflictuelle ; les procédures valorisant l’unanimité et l’expression directe finissant ainsi souvent par avoir des effets d’exclusion au sein même de ces groupes.

Youmna, 30 ans :
« Je ne suis pas toujours d’accord avec ce qui se dit dans les discussions. Et je le faisais savoir systématiquement ; je n’ai pas adhéré au groupe pour me taire ! Mais ils sont tous d’accord la plupart du temps et moi je passe pour une emmerdeuse. Donc dernièrement j’assiste beaucoup moins aux réunions et je sens que je m’éloigne petit à petit du groupe. »

  • 27  Voir notamment à cet égard Fillieule et Tartakowsky 2008.

30Ainsi, par leur action, ces militants cherchent à construire un modèle d’action politique débarrassé des logiques confessionnelles et clientélistes du pouvoir ; leur engagement est généralement perçu comme politique par définition, par opposition à la « superficialité » des affrontements politiciens ou au mode de fonctionnement « caritatif » du mouvement associatif au Liban. L’expérience de modes alternatifs d’organisation et la radicalité entretenue dans et par les collectifs ont pour effet de maintenir le rapport de défiance initial des militants envers la démocratie consociative et les partis. Elles accroissent également leur distanciation vis-à-vis de la délégation et notamment vis-à-vis du vote, qui est généralement considéré comme un élément subsidiaire de leur répertoire d’action politique 27.

  • 28  Bassem Chit, « Les élections 2009 : Scènes de la lutte des classes au Liban », al-Manshûr, n° 16, (...)

« Les élections constituent le cadre de la lutte politique au sein du système bourgeois-démocratique […] L’État est un organe par le biais duquel une classe domine une autre […] Les élections constituent un des aspects de cette lutte menée par les classes dirigeantes, suivant leurs propres lois qui contribuent à légitimer leur présence au pouvoir […] Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas possible d’obtenir quelques gains […] mais ces gains ne pourront changer en rien la nature du système […] C’est pour cela que la révolution prolétarienne est une nécessité. Il n’est pas possible de remplacer la révolution socialiste par des élections. » 28

Les sens du vote

Le vote : un élément parmi d’autres du répertoire d’action

31On peut donc parler chez ces activistes de gauche d’une délégitimation de la politique institutionnelle, liée à une posture critique vis-à-vis de la démocratie représentative, ses acteurs et son fonctionnement, notamment dans le contexte d’après‑guerre au Liban.

Karim, 31 ans :
« La démocratie représentative ? C’est la meilleure arnaque qu’on ait faite aux gens. Leur faire croire que c’est parce qu’on a voté pour quelqu’un que de facto cette personne nous représente. Mais cela ne veut rien dire “représenter”. »

32Cette culture politique antisystème n’empêche cependant pas le vote d’être récurrent dans les rangs des militants de notre échantillon ; ainsi 18 des 30 militants ont déclaré voter systématiquement à chaque échéance électorale, 7 ont déclaré voter souvent, selon « le candidat » ou la « conjoncture » notamment, 3 ont déclaré voter rarement alors que 2 personnes ont déclaré n’avoir jamais voté.

33Néammoins, au niveau du collectif, la décision de voter ou non ne se fait pas de façon systématique, à chaque échéance électorale.

Samir, 30 ans :
« La question de voter ou non n’était pas une question centrale pour nous avant les élections de juin. Nous n’avons pas de règle prédéfinie en ce qui concerne la participation aux élections. Nous pouvons très bien participer une fois et boycotter une autre en fonction de la conjoncture politique, l’équilibre des forces, comme nous pouvons faire avancer notre mouvement à partir des élections… ou pas. Nous considérons les élections comme n’importe quelle autre lutte politique et nous choisissons les moyens de la traverser en fonction de la situation : nous aurions pu nous en foutre, boycotter ou participer activement comme nous le faisons cette fois‑ci. »

34Même si le vote demeure assez récurrent, il n’occupe pas une place centrale dans l’engagement politique de ces militants. Leur conception de la participation politique et de l’engagement les pousse à reconsidérer la place du vote dans leurs modalités d’expression et d’exercice de la citoyenneté, même si cela va à l’encontre de la valorisation dont l’acte électoral a fait l’objet dans leur socialisation primaire. Le vote est vu et présenté comme un élément subsidiaire de l’action politique, car il ne permet pas une expression satisfaisante des convictions et aspirations des individus. C’est la raison pour laquelle il est fortement dénigré par certains activistes qui estiment qu’il doit être dépassé pour tendre vers la démocratie directe.

Gida, 24 ans :
« Mes parents nous ont appris l’importance d’aller voter. Et à l’école on nous le répétait durant les cours d’instruction civique. Moi même je le dis à mes élèves aujourd’hui. Mais il faut donner aux choses l’importance qu’elles méritent et voter est sans aucun doute “overrated” (sic). L’acte électoral est présenté ici par le gouvernement et certaines associations de la société civile comme la quintessence de la démocratie ; en fait, pour le moment, c’est un moyen comme les autres de faire avancer ses idées, en attendant la construction d’une vraie démocratie. »

35De plus, les témoignages des militants ont mis en relief une certaine complémentarité entre les modes de participation politique conventionnels, dont le vote, et les formes de participation par le biais d’actions directes.

Samah, 25 ans :
« Le mois passé on était presque toutes les semaines dans la rue en face du Conseil des ministres… pour qu’ils baissent l’âge du vote à 18 ans, pour soutenir les instituteurs qui manifestaient contre la privatisation de la sécurité sociale [...] la semaine prochaine, oui, je vais voter […] la différence, c’est… c’est que dans une manif tu as plein de problématiques qui ressortent. Sur le bulletin de vote, tu mets juste le nom d’une personne dont tu t’en fous probablement, et qui sera payée pendant 4 ans de tes impôts, pour se pavaner dans une voiture dernier cri. Mais c’est quand même important. Par exemple, dans le cas présent, il faut voter pour des gens qui ne risquent pas de bloquer les revendications de la rue des derniers mois. »

36Donc si ces militants, dans leur ensemble, rejettent l’engagement dans le cadre d’un parti, ils ne renoncent pas pour autant à l’acte électoral qui représente pour eux une des dimensions de leur engagement et un des modes d’action de leur répertoire. Cependant, il transparaît des témoignages que les militants octroient au vote et à l’action directe des significations différentes. La manifestation publique étant bien plus chargée de sens que les élections, notamment en raison de la liberté d’expression qu’elle met à disposition des militants ; par conséquent, ces militants anti‑système soulignent que pour eux, manifester est plus important que voter.

Mounia, 27 ans :
« Je vais aller voter le 7 juin. C’est la première fois que je vote. Je ne votais pas parce que la démocratie représentative, ou pis encore le modèle de démocratie consociative « à la libanaise » qui évite à tout prix la confrontation dans l’arène politique, a démontré ses limites ; au contraire c’est un système vicieux qui transpose le conflit ailleurs, entre les gens, dans la rue. La lutte doit être contre les gens qui sont au pouvoir et non pas entre les opprimés. J’aurais bien sûr préféré que notre groupe prenne la décision de boycotter, mais finalement il ne faut pas donner au vote plus d’importance qu’il n’en a ; ce n’est qu’une de nos activités. Voter ce n’est pas un acte citoyen, comme d’aucuns essaient de nous faire croire. Un citoyen, moi je le vois participer réellement aux choix de ses représentants ; et ici avec la loi électorale qu’on nous a concoctée, il n’y a vraiment aucune chance que les électeurs soient vraiment citoyens. »

Carole, 28 ans :
« Je sais qu’on se moque de nous avec cette loi. D’ailleurs ça fait des années qu’on se bat pour avoir un scrutin à la proportionnelle, mais peine perdue. Il n’y a pas de liberté ici ; uniquement une illusion de liberté ; et moi en allant voter j’essaie de profiter du maximum de la liberté, même illusoire, que j’ai. »

37De fait, l’ingénierie électorale qui divise aujourd’hui le Liban en petites circonscriptions suivant un scrutin majoritaire, correspond à une volonté affichée de maintenir la mainmise des représentants communautaires sur « leurs » régions et constitue par conséquent l’un des piliers du système politique confessionnel. L’adoption d’un scrutin à la proportionnelle avec une seule circonscription, demande ancienne de mouvements de la société civile libanaise, constituerait un pas indéniable vers l’abolition du confessionnalisme et de la répartition du pouvoir entre les communautés. La critique de la loi électorale et la revendication de l’adoption d’un système de représentation proportionnelle constituent un des fers de lance de cette gauche anti-système.

38C’est dans ce contexte – dans lequel les candidats sont élus au parlement en fonction de leur appartenance communautaire et à condition d’obtenir le plus de voix dans leur circonscription, quelle que soit la proportion de voix qu’a obtenue leur liste – que les militants de la gauche antisystème tenteront, entre autres et autant que faire se peut, de faire entendre leur voix, en ayant recours au vote nul ou blanc, d’autant plus que ces derniers ont été comptabilisés pour la première fois lors des élections de juin 2009.

La réappropriation de la « voix »

39Critiqué pour la part d’illusion démocratique qu’il contient, l’aliénation qui le sous‑tend, le vote peut aussi paraître négligeable à des militants qui déplorent l’étroitesse du bulletin de vote comme vecteur de leurs opinions individuelles.

40« Rejaillissant comme l’expression d’un verdict impersonnel, le résultat électoral surplombe de son autorité comptable un océan d’opinions parcellaires. Il se présente comme la face publique et normalisée de toutes les voix personnelles qui se sont, ou ont été, neutralisées au cours du mécanisme de leur agrégation » (Deloye et Ihl, 1991).

41Face à cette neutralisation de l’expression individuelle, certains militants décident de se réapproprier leur vote en l’investissant d’une signification qui leur est propre, ce qui se traduit dans les faits et dans le droit par le choix de déposer dans l’urne un bulletin nul (Contamin, 2005).

Michelle, 29 ans :
« À priori c’est assez frustrant de voter comme ça. Ma petite voix, elle ne peut pas faire le poids ni faire basculer la balance d’un côté ou de l’autre. Et puis, je trouve que c’est quand même assez réducteur : mettre tout ce que je pense sur un petit bout de papier avec un nom. Donc moi, à chaque échéance électorale, je glisse un bulletin de vote sur lequel je marque tout ce que je pense du système politique. Tout ce que j’ai sur le cœur, je l’écris noir sur blanc. […] et, oui, il m’est aussi arrivé d’écrire des insultes. Je sais que le bulletin va être annulé, mais quand je pense qu’il y aura au moins une personne qui lira bien ce que j’ai écrit, moi ça me suffit, et puis comme ça je n’ai pas l’impression de me trahir. »

  • 29  Pour Marc, 25 ans : « Je ne me retrouve dans aucun homme politique ; aucun ne mérite ma voix. Ils (...)
  • 30  Cela est notamment patent dans le cas de Michelle qui affirme avoir “même écrit [son] nom une fois (...)

42Ainsi, en glissant un vote nul, les militants traduisent leur désarroi face au système politique confessionnel, leur manque de confiance dans la classe politique 29 et la distance qu’ils marquent face aux partis politiques. Par ce geste, ils se « réapproprient » l’acte électoral, a priori lointain, hors de leur portée, voire pour certains totalement inefficace, et lui donnent un sens qui leur est propre. Ces votes, comme les votes blancs, peuvent signifier le refus de se faire « représenter », de s’en remettre à un tiers a fortiori dans le cadre d’un système politique qu’ils rejettent, et peuvent être une façon de pratiquer une sorte de démocratie directe à l’échelle individuelle. L’électeur se (ré)approprie une place dans l’espace public, en sortant de l’anonymat que lui imposent le processus et le résultat électoral 30.

43Mais si le vote peut être investi de significations individuelles, il peut aussi mettre en avant une volonté d’appartenance à un groupe, la famille en l’occurrence.

Le vote « familial » : une perte de la « voix » ?

  • 31  Pour Hassan “Ne croyez pas que cela ne m’embête pas de devoir aller voter. Ça va me coûter au moin (...)
  • 32  Samir Kassir, « La République familiale », L’Orient-Express, n°24, novembre 1997, p. 47-49 cité pa (...)

44Même si le vote peut constituer une pratique assez coûteuse au Liban, les citoyens devant se rendre dans leur région d’origine pour le pratiquer 31, il cristallise toutefois l’expression d’un système de valeurs et d’une appartenance collective (Berelson, Lazarfeld et Mac Phee 1954). Voter constitue alors un rituel politique par lequel l’individu réaffirme son appartenance à sa famille comme « repère identitaire, avant même la confession » 32.

45Les témoignages de nos militants de gauche montrent que voter, pour eux, est aussi souvent un « rituel familial ».

Saïd, 32 ans :
« Tous les quatre ans, les élections législatives, c’est un peu la fête à la maison. Tous les cousins, oncles et tantes se retrouvent dans la grande maison familiale au village. Comme nous ne nous voyons pas très souvent et que nous nous rendons très rarement au village, c’est une journée assez spéciale. Aujourd’hui encore, j’avoue qu’une partie de moi attend cette journée avec impatience. Les pronostics du matin avec mes oncles et mes cousins, le tour que nous faisons dans le village à la fermeture des bureaux de vote pour “tâter le terrain” et faire nos analyses sont des moments forts qui créent des liens. »

46Pourrions-nous alors affirmer que « le sens des convenances [est] un trait plus marquant des préférences politiques que la raison ou le calcul » (Berelson et alii, 1954, p. 311) ?

47Le vote apparaît en fait comme l’expression d’une appartenance collective, familiale, mais aussi, indirectement, communautaire. L’acte électoral ne se limite donc pas à désigner « son » candidat mais constitue aussi un rituel politique par lequel le citoyen réaffirme son appartenance à sa communauté, sa confession. Cela est d’ailleurs institutionnalisé dans le système électoral libanais où l’on est obligé de voter dans son village d’origine, et souvent pour les candidats de sa confession. Même si les militants interrogés ont – à l’unanimité – mis en avant leur refus du caractère confessionnel des élections, les décisions de vote familiales exercent sur eux une contrainte.

Mariam, 29 ans :
« En famille, on vote souvent par bloc. Dans mon cas il y a presque toujours un cousin qui se présente, donc du coup, toute la famille vote pour lui. La question de savoir quel est son programme, quel camp il soutient, est assez secondaire. Ce qui est mis en avant ce sont les services qu’il rend à la famille : trouver du travail à untel, aider un autre à avoir un crédit à la banque, envoyer le fils d’un troisième faire ses études à l’étranger à ses frais… ça dépend. Mais ce n’est pas toujours quantifiable dans le sens où ça peut tout simplement être le prestige lié au fait d’avoir un membre de la famille au parlement.
- Tu as donc été voter en juin ?
- En fait, j’avais décidé de ne pas voter, mais mes parents m’ont carrément harcelée. J’ai donc voté, pour avoir la paix, mais j’ai voté blanc. »

48Cet extrait montre bien, au-delà de la prégnance des valeurs morales familiales, même parmi les militants de gauche, une forte stigmatisation de l’abstentionnisme dans les milieux familiaux (et politiques) de quelques militants. Dans d’autres cas de figure, l’engagement militant n’empêche pas que des activistes se sentent « redevables » vis-à-vis de leur famille ou parfois même « entravés » par les décisions de vote familiales, si bien que des militants avouent une certaine difficulté à s’en distancier.

Michelle, 29 ans :
« C’est assez problématique parce que [hésitation] je ne suis plus d’accord avec les orientations politiques de ma famille. Je culpabilise de ne pas voter comme eux. En fait non, je culpabilise qu’ils savent que je ne vais pas voter comme eux. Peut-être que leur mentir est plus facile. Je ne veux pas renier mes convictions. »

  • 33  Interrogés sur l’engagement de leurs parents, uniquement deux militants ont déclaré que leurs pare (...)

49Les témoignages de nos enquêtés mettent bien en avant la tension qui existe entre le vote familial, souvent communautaire (sauf pour deux militants dont les parents votent à gauche 33) et leurs convictions individuelles.

50Mais au-delà des pressions familiales et des pressions au sein de leur collectif (notamment en ce qui concerne al-tajammu‘ al-yasârî min ajli al‑taghyîr où il y a eu une décision collective de participer aux élections), la décision de voter ou non s’est principalement faite au niveau personnel.

Tableau 1 : répartition des votes parmi les militants interrogés.

Nombre total de militants interrogés

nombre de voix « 14 mars »

nombre de voix « 8 mars »

nombre de voix PCL

nombre de votes blancs/nuls

nombre d’abstentions

30

0

5

8

14

3*

*Nombre justifié par l’absence de « bataille électorale » dans les circonscriptions des militants.

51Si la volonté de faire barrage pour le « 14 mars » apparaît clairement, comment expliquer alors le vote pour le « 8 mars » ?

Voter : un acte politique

Karim, 45 ans :
« Le 7 juin, le plus difficile sera de glisser cette feuille dans l’urne, parce que je serai conscient qu’aucun des candidats pour lesquels je vais voter ne me correspond réellement. C’est tellement plus efficace d’agir directement, d’être dans la rue, de faire la grève, mais aujourd’hui au Liban, il y a urgence. Les uns [camp du « 14 mars » regroupant le Courant du Futur et des leaders et partis chrétiens dont les Forces libanaises et les Kataëb] veulent faire croire aux gens que le pays va se transformer en république islamiste si l’opposition gagne [coalition dite du « 8 mars » regroupant le Hezbollah et ses alliés] et font appel aux instincts sectaires pour se faire réélire alors que tout le monde sait qu’ils n’ont rien fait pendant 4 ans […]; les autres [« 8 mars »] regroupent des militaristes, des islamistes et des fascistes. Lequel est pire ? Lequel est meilleur ? Aucun. Mais la question devrait être : “lequel sert l’avancement de la cause, même indirectement”. »

52Si l’acte électoral peut être réinvesti de significations individuelles, familiales, ou communautaires, il se présente aussi comme une protestation politique ou peut s’inscrire dans le jeu classique de la pratique politique pour soutenir un camp face à l’autre.

Sanaa, 30 ans :
« En fait j’ai tout simplement décidé de voter parce que le Courant du Futur a une majorité écrasante dans ma région. Mon vote ne va sûrement pas faire basculer la balance de l’autre côté, mais peut être qu’il contribuera à rendre un peu plus visibles les autres.
- Pour qui vas-tu donc voter ?
- Je vais voter pour les candidats CPL et PCL, mais il est hors de question de glisser la liste en entier [rires]. Aujourd’hui le pays se trouve à un tournant. Il faut arrêter la progression de la droite néo‑libérale, même si les autres ne sont pas meilleurs. »

53Participer au moment électoral n’est donc pas perçu comme un reniement de leurs convictions antisystème, ou une quelconque approbation des partis en lice, mais au contraire comme une stratégie visant à faire avancer leurs idéaux et principes. Voter « utile », pour « le moins pire » ou pour protester contre un camp qui « a déçu », est alors doublement « avantageux » pour ces militants ; d’un côté, cela leur permet de mettre en avant leurs idées à un moment qu’ils jugent « stratégique », comme le dit plus haut Sanaa ; d’un autre côté, dans un contexte qui souffre d’un fort déficit en termes d’offre et d’alternance politique, le vote utile peut alors s’apparenter au vote « sanction ».

Michelle, 29 ans :
« Avec quelques camarades, nous étions tous les jours sur la place des martyrs en 2005. Pour nous, le “ 14 mars ”, c’était d’abord les gens dans la rue et la nécessité d’un changement imminent, même si nous étions bien conscients de l’opportunisme politique de ses leaders. Sauf que depuis, ces politiques n’ont rien fait pour légitimer par des actions le capital de sympathie populaire dont ils ont joui notamment après la vague d’assassinats. Bien au contraire… Il est temps qu’ils se rendent compte qu’ils ne peuvent pas légitimer leur présence au pouvoir uniquement en jouant sur le pathos des gens : leur victimisation éternelle, leur racisme à peine caché, la haine de l’autre. Je vais voter contre le “ 14 mars ” parce qu’ils nous ont exploités, et puis laissé tomber, mais aussi parce qu’il n’y a personne d’autre qui se présente. »

54En votant pour des candidats éloignés d’eux idéologiquement, leur participation électorale peut alors aussi apparaître comme une manœuvre stratégique destinée à accorder plus de temps aux mobilisations pour produire leurs effets. Ce calcul « tactique » se fonde donc d’un côté sur le degré d’« éloignement » du candidat par rapport aux convictions de ces militants, mais aussi d’un autre côté, sur le changement potentiel que l’arrivée de ce candidat pourrait avoir sur leurs marges de manœuvre dans l’espace public.

Samir, 30 ans :
« Mais donc finalement tu vas voter pour qui ? »
- Je vais voter pour le candidat du Parti Communiste parce que dans ma circonscription il y a des candidats PC. Mais la décision du groupe est claire : on vote d’abord PC, le premier enjeu de ces élections étant de rendre visible la gauche, même la gauche institutionnelle ; et on vote “8 mars”, en l’absence de candidat communiste pour faire barrage au “14 mars”.
- Pourquoi vouloir faire barrage au “14 mars” ?
- Eh bien, parce qu’il faut faire reculer ceux qui sont contre la résistance. »

55Ce témoignage n’est pas sans nous dévoiler un paradoxe qui renvoie à l’ambigüité historique des relations d’amour et de désamour entre la gauche et les mouvements islamistes en général que le cadre de ce chapitre ne nous permet pas de creuser. Mais plus particulièrement, dans un contexte polarisé confessionnellement, et dans le cadre duquel la lutte contre le confession-nalisme politique constitue le cheval de bataille d’une gauche qui se définit d’abord par son attitude antisystème, le moment électoral semble consacrer, a contrario, son ancrage dans l’équation bipolaire – sinon confessionnelle – existante, même si les militants l’investissent d’une justification idéologique.

Samir, 30 ans :
« L’impérialisme fait partie de la nature même du capitalisme que nous combattons […]. C’est pourquoi il est très important pour l’extrême gauche (far left) de résister de façon continue aux poussées de l’impérialisme ; chaque défaite de l’impérialisme constitue une avancée pour les mouvements anti-impérialistes et anticapitalistes. Et par conséquent il est donc aussi important de soutenir les mouvements de libération nationale, non pas dans le but de soutenir le nationalisme, mais pour faire reculer l’impérialisme d’un côté, et d’un autre côté pour mettre en évidence la vraie relation entre les questions économiques et politiques. Il faut constamment garder à l’esprit que les mouvements nationaux tendent toujours à abandonner les questions économiques et de classes, puisque le nationalisme est, par définition, un mouvement bourgeois qui sert la bourgeoisie nationale […]. C’est exactement ce qui s’est passé en 2006 après la victoire de la résistance contre Israël. Les questions économiques ont surgi à la surface du débat public mais le Hezbollah et l’opposition ont été incapables de répondre aux revendications de leurs propres sympathisants. Cela a d’ailleurs été évident quand l’opposition a accepté le compromis fixant le salaire minimum à 500 000 LL au lieu des 960 000 LL revendiquées. La classe ouvrière doit utiliser les moyens mis à sa disposition par la bourgeoisie pour lutter contre l’impérialisme, en attendant de la renverser. En fait, c’est comme cela que nous expliquons notre soutien au Hezbollah ; aujourd’hui ils représentent un obstacle à l’expansion de l’impérialisme, même s’ils ne sont pas conscients de ce rôle eux-mêmes. »

56Les deux derniers extraits d’entretiens avec Samir montrent bien l’importance que revêt la question de la « résistance » pour ces militants, et soulignent la distance qu’ils veulent prendre vis-à-vis du Hezbollah. Les quelques suffrages que le « 8 mars » a obtenus de leur part en juin 2009 font de ce vote un vote « par défaut ».

Les urnes en attendant la révolution : les euphémismes liés au vote de la gauche antisystème au Liban

57Il apparaît ainsi, à la lumière des témoignages de ces militants, que le moment électoral revêt plusieurs sens et répond à des rationalités multiples où se jouent allégeances familiales et communautaires, convictions et socialisations religieuses, choix rationnels ou calculs utilitaires ; le moment électoral semblant par conséquent cristalliser le compromis entre les différentes facettes de leurs « identités personnelles» et de leurs « identités collectives » (Dubar, 2007) ainsi que les contraintes relatives à la structure politique de la société libanaise. Nonobstant la conviction des militants de la gauche antisystème que la participation électorale est insuffisante (par rapport à leur conception de la participation politique), voire contre productive (par rapport à leur conviction antisystème), que l’action directe constitue leur mode d’action privilégié, l’abstention aux élections de juin 2009 est restée marginale dans leurs rangs. Plus encore, ces élections ont marqué une forte tendance des militants de la gauche antisystème, malgré leur situation de rupture avec le système politique confessionnel et partisan, à soutenir la gauche institutionnelle représentée par le Parti communiste, et de façon subsidiaire l’ « opposition », pour faire notamment barrage aux politiques qu’ils jugent comme les plus nuisibles et les plus éloignées de leurs convictions. L’objectif était aussi de mettre en avant leur soutien « inconditionnel mais critique » à la résistance comme toute lutte contre l’impérialisme. Même s’il reste largement conjoncturel et euphémisé dans le discours militant, le vote reste donc un outil institutionnel qui viendrait compléter des modes d’action non-conventionnels. Sans les éloigner de leurs convictions, le recours au vote aux dernières élections parlementaires semble avoir consacré la situation d’impuissance dans laquelle se trouve la gauche antisystème au Liban, la marginalité de son audience, ses difficultés à se faire entendre, à mobiliser, à produire une alternative en termes d’offre politique, à se rendre visible en tant qu’acteur de la scène politique libanaise. Pris en étau entre un système où les opportunités politiques sont verrouillées et un certain sentiment d’« impuissance » généralisé (Kassir 2004), les militants de la gauche antisystème semblent s’être ralliés à des modes d’actions assez peu contestataires, le moment électoral marquant par conséquent une certaine normalisation de cette gauche, qui a finalement voté comme le reste de ses concitoyens. En choisissant de participer aux élections, en tant que moyen « comme les autres » de leur répertoire d’action et de lutte politique, ils entendaient hâter le processus de lutte des classes qui pourrait in fine aboutir à la révolution si attendue… À moins que cette participation, a contrario, n’ait fait que renforcer le système bipolaire confessionnel existant ?

Notes

1  Les entretiens ont eu lieu, en arabe, à Beyrouth, entre mars et juillet 2009.

2  Nous définirons la ‘asabiyya à l’instar de Roy (1996) comme « tout “groupe de solidarité” fondé sur des relations personnelle (généalogiques, matrimoniales, clientélistes ou d’allégeance etc.) et dont la finalité est précisément cette solidarité et non la mise en œuvre d’un objectif justifiant la création du groupe ».

3  Notes de terrain, avril 2007.

4  Parmi ces collectifs nous pouvons citer la plateforme et la publication al-yasâri ainsi que Direct Line (al-khatt al-mubâšar), Action directe (al-‘amal al-mubâšar), No-Frontiers (bila hudûd) et Pablo Neruda entre autres.

5  Le Mouvement de la gauche démocratique au Liban (harakatu al-yasâr ad-dîmûqrâtī), est un parti politique fondé en 2004. Ce parti est né de l’ex-opposition interne du Parti Communiste, les Groupes Indépendants de Gauche ainsi que des militants et intellectuels de gauche sans affiliation partisane. Le parti ne se présente pas en tant qu’avant-garde révolutionnaire et regroupe différentes tendances de gauche, des marxistes aux socio-démocrates.

6  En fait c’est Kamal Joumblatt qui avait été l’architecte du programme de réformes laïques réclamé par le mouvement national dans les années 70 (qui correspondait à une alliance des partis progressistes libanais). Cette conception laïque semble avoir été abandonnée aujourd’hui au profit d’une gestion de la « communauté […] étroitement sectaire » (Corm 2003, p. 186-187).

7  Les références entre parenthèses renvoient à la bibliographie en fin d’article.

8  Notes de terrain, octobre 2007.

9  La première conférence portait sur l’Irak : « Where Next for the Global Anti-War and Anti-Globalisation Movements, An International Strategy Meeting » (Quelle stratégie pour les mouvements anti-guerre et anti-mondialisation?), du 17 au 19 septembre 2004, à Beyrouth, Liban. La seconde s’est tenue après la guerre de juillet 2006 au Liban : « Beirut Conference to Support Resistance » du 6 au 19 novembre 2006, à Beyrouth. La troisième en 2009 portait sur les événements à Gaza : « International Forum for Resistance, Anti-Imperialism, Solidarity between Peoples and Alternatives, » du 16 au 18 janvier 2009, à Beyrouth. Enfin, le « World Forum on Globalisation and Trade », s’était tenu à Beyrouth, du 5 au 8 novembre 2001.

10  Nous adoptons la définition de Beydoun (1984, p. 575) : « loin de devoir leur capacité mobilisatrice à la communauté de religion, [les communautés] constituent en réalité des cadres de solidarité multifonctionnelle touchant les divers aspects de l’existence individuelle ou collective et exerçant, en dépit de contradictions intestines très réelles, un pouvoir d’entraînement indéniable sur les différentes catégories et groupes qui constituent chaque communauté ».

11  Notes de terrain, juin 2006.

12  Notes de terrain, janvier 2007. Pour plus d’informations, voir « Pourquoi Attac au Liban ? » sur le site du groupe : http://www.liban.attac.org/Pourquoi-attac-au-Liban.

13  Cela va de pair avec une tendance générale observée auprès de la population libanaise. En effet, d’après le Living Conditions of Households (MoSa 2008, p. 84), 41,6 % des travailleurs libanais travaillent dans le secteur des services.

14  L’Organisation de l’action communiste au Liban (munaamat al-‘amal al-šuyû’i fî lubnân), fondée en 1969, était la branche libanaise du Mouvement nationaliste arabe (MNA). Entre parti et milice, l’OACL ne survivra pas à la guerre civile libanaise.

15  Les Phalanges libanaises (en arabe al-Katâ’ib al-lubnâniyya, souvent désignées par l’abréviation Kataëb), milice et parti politique fondés en 1936, ont joué un rôle important durant la guerre civile libanaise contre les milices de gauche et les milices palestiniennes.

16  Interrogés sur les activités religieuses de leurs parents, les questions portaient sur l’observation du Jeûne du Ramadan /Carême, le pèlerinage, la prière, et la messe du dimanche.

17  Ainsi, Samir souligne « Mon père adhérait au Baath iraquien. Mais la guerre a tout changé, surtout après l’assassinat de mon oncle. Mon père a reçu un “colis” avec son corps découpé en morceaux. Depuis il n’est plus le même. Aujourd’hui, il est sympathisant du Hezbollah, sans avoir adhéré au parti. Il prie 5 fois par jour et jeûne durant le mois de Ramadan. »

18  Ainsi Karam (2006, p. 97) explique que « afficher son autonomie par rapport aux logiques communautaires peut conduire pratiquement à afficher son pluriconfessionalisme. Autrement dit, alors que le principe affiché dans les objectifs et les raisons même de l’association est l’absence de discrimination confessionnelle, le recrutement et l’organisation du groupe peut fonctionner sur des logiques de discrimination positive où sont utilisées tacitement les catégories de classification combattues. »

19  C’est ainsi que l’explique Bassem Chit dans al-Manshûr, publication du groupe al-tajammu‘ al‑yasârî min ajl al-taghyîr. Bassem Chit, « Entre la confession et la classe : un intellectuel », al-Manshûr, n°18, janvier 2010. Une militante d’Attac Lubnan raconte : « Je trouvais les manifestations du « 14 mars » très émouvantes au début : la croix et le croissant, la bonne sœur et le cheikh… mais à quoi cela nous mène‑t‑il ? Au consensus ou à la haine et le sang dès que les intérêts des uns ou des autres sont menacés ? Mais le consensus n’engendre-t-il pas la haine au Liban ? Tous ces symboles touchent les émotions des gens et les distraient des vraies questions. »

20  Pour une discussion de la « communauté-classe » maronite, voir Corm 2003, chap. 7.

21  Concomitante avec le développement d’un « capital » chiite dans le secteur bancaire – Jammal Trust bank, le secteur de la construction – dont Jihad al-bina, et celui du commerce extérieur notamment vers l’Afrique.

22  Les manifestations du 1er mai 2008, articulées notamment autour de la revendication de la hausse du salaire minimum, dégénèrent en affrontement miliciens entre le Hezbollah et les partisans du Courant du Futur, parti sunnite du Premier ministre de l’époque. Voir à ce sujet le communiqué de al-tajammu’ al- yasârî min ajl al-taghyîr. http://www.tymat.org/?q=node/1172.

23  Pour lire le communiqué en entier, voir : http://www.liban.attac.org/Contre-la-logique-communautaire-et.

24  Les partis politiques ne sont cependant pas les seuls à pâtir d’une image négative auprès de ces militants ; les zu‘amâ’ « féodaux » sont aussi mis au pilori à travers ces élections. Samir affirme alors : « Dimanche prochain sera aussi l’occasion de voter contre al-Assaad et les féodaux. »

25  Militante de l’association libanaise pour une autre mondialisation (al-jam‘iyya lubnâniyya min ajli ‘awlama badîlâ - Attac-Liban).

26  Militant du Rassemblement de gauche pour le changement (al-tajammu‘ al- yasârî min ajli al-taghyîr).

27  Voir notamment à cet égard Fillieule et Tartakowsky 2008.

28  Bassem Chit, « Les élections 2009 : Scènes de la lutte des classes au Liban », al-Manshûr, n° 16, Printemps 2009.

29  Pour Marc, 25 ans : « Je ne me retrouve dans aucun homme politique ; aucun ne mérite ma voix. Ils ont tous du sang sur les mains. Ce sont soit des chefs de guerre, soit pire encore leurs enfants ! »

30  Cela est notamment patent dans le cas de Michelle qui affirme avoir “même écrit [son] nom une fois”.

31  Pour Hassan “Ne croyez pas que cela ne m’embête pas de devoir aller voter. Ça va me coûter au moins 20 000 LL pour aller dans le Sud, au village de mes parents, et cela va me faire perdre la journée entière. 20 000 LL , rien que pour le transport, pour moi c’est beaucoup vous savez ».

32  Samir Kassir, « La République familiale », L’Orient-Express, n°24, novembre 1997, p. 47-49 cité par Favier, 2004, p. 336. Cela n’est pas sans nous rappeler – sans que nous souscrivions cependant à son analyse évolutionniste – la célèbre formule de N. Elias (1991, p. 241) : « Il n’y a pas d’identité du Je sans identité du Nous ».

33  Interrogés sur l’engagement de leurs parents, uniquement deux militants ont déclaré que leurs parents se considéraient toujours (à la date des entretiens) de gauche et votaient pour les partis de la gauche institutionnelle (ou proche de celle-ci) quand ils se présentaient.

Auteur

Doctorante en science politique à l’Université Paris I‑Panthéon Sorbonne. Sa thèse porte sur les militants altermondialistes au Liban, sous la direction d’Isabelle Sommier.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540