Version classiqueVersion mobile

La gent d’État dans la société ottomane damascène

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre VII. Les modes d’exploitation de la terre et les créances rurales

Texte intégral

1Dans les inventaires, le juge enregistre l’état d’un patrimoine, dont le patrimoine rural. Dans les comptes de gestion, le waṣī doit justifier l’évolution de la part d’héritage destinée aux enfants mineurs. Il présente ses recettes, il énumère et explique ses dépenses.

2Nous nous limiterons ici à analyser le fonctionnement des « entreprises » rurales : seule l’étude détaillée de tous les revenus et de toutes les dépenses permet de cerner le type d’exploitation pratiqué par les différentes catégories du personnel d’État. Le nombre de personnages ayant pignon sur campagne est relativement peu important : nous nous consacrerons donc, dans ce chapitre, à une description, cas par cas, de la gestion de ces avoirs telle que la suggèrent les actes, établissant une série de monographies rurales, abordant ainsi une microhistoire destinée non pas à des défunts qui, à une exception près, n’ont pas laissé de trace dans les chroniques, mais à leurs biens et aux créances consenties aux villageois.

3Dans le chapitre suivant, nous abandonnerons la description de ces gestions individuelles pour tenter d’esquisser un bilan global des activités rurales pratiquées par les ‘askar en cette fin du xviie siècle.

Les modes d’exploitation

Les Sipahis

  • 1 Inalcık, 2002.

4Les sipahis défunts dont les waṣī gèrent l’héritage, détenteurs de tīmār ou de zi‘āma, sont tous liés à la campagne. Ces liens historiques sont fondés sur l’existence même du tīmār : « Le système des timars n’est pas seulement le ciment de l’organisation administrative et militaire de l’Empire mais aussi un facteur déterminant pour son système foncier [...], le statut des paysans et leur imposition, aussi bien que pour son économie agraire à l’âge classique. »1

La distinction sociale

  • 2 Bosworth, 1997a.
  • 3 Rafeq, 1975, p. 281, note 9.

5La distinction effectuée entre timariotes et détenteurs de zi‘āma tient à l’importance de la concession fiscale. Le tīmār du sipahi semble, en principe, moins important que la zi‘āma : « La masse des sipāhīs était financée par des tīmārs ou des zi‘āmets fournissant un revenu plus important [...]. Les catégories inférieures des sipāhīs détenteurs de tīmārs devaient un service exclusivement personnel, avec leur monture, tandis que ceux qui disposaient de revenus plus élevés devaient amener avec eux de un à cinq hommes entièrement équipés et montés. »2 A. Rafeq, décrivant les forces locales dans la Syrie du xvie et xviiie siècles, précise que le tīmār procurait un revenu qui allait jusqu’à 19 999 aspres par an, tandis que la zi‘āma rapportait de 20 000 à 99 999 aspres3.

  • 4 Sālyān est un mot persan qui signifie « annuel » : il désigne régulièrement un revenu annuel, par e (...)

6Trois exemples suggèrent qu’une certaine fantaisie règne dans la dénomination de ces concessions fiscales : il y a eu évolution entre les règlements du xvie siècle qui fixaient les limites des montants des tīmār et des zi‘āma et les réalités de cette fin de xviie siècle. Les termes tīmār et zi‘āma sont souvent utilisés indifféremment pour qualifier la même concession ; un za‘īm peut se trouver à la tête d’un tīmār tandis qu’un timariote peut gérer une zi‘āma. Deux muḥāsaba sont consacrées au fils mineur d’Ibrāhīm aġā sipahi à Damas, qui porte le nom (Ibrāhīm) et le titre de son père (aġā) ; il touche des revenus d’une concession alternativement appelée par le waṣī ou le scribe, tīmār ou zi‘āma. Le za‘īm Muḥammad aġā perçoit diverses rétributions, en nature, de son tīmār, terme utilisé par le scribe. Troisième exemple : le za‘īm ‘Uṯman aġā, connu sous le nom d’al-Maǧar, le Hongrois, dont le registre 10 contient à la fois l’inventaire et deux muḥāsaba, a un fils, Mūsā, mineur et aġā lui-même, qui touche les revenus du tīmār, selon les mots utilisés dans l’un des actes ; dans un autre acte, le waṣī signale qu’il a payé cinq qurš, pour un revenu annuel « sālyān zi‘āma »4. Le même bien se nomme donc tīmār et zi‘āma, tandis que le concessionnaire porte le titre d’al-za‘īm.

7Dans deux exemples, en revanche, la cohérence l’emporte dans la dénomination de la concession : Ḥamza bey, sipahi, à l’héritage duquel deux comptes sont consacrés, se voit attribuer dans chacun des deux actes les revenus de son tīmār. Le waṣī du za‘īm Aḥmad aġā déclare avoir réglé une première somme de 70 piastres pour l’«  affectation » (tawaǧǧuh) de la zi‘āma d’Aḥmad aġā le défunt ; puis une seconde, 500 piastres, pour l’«  affectation » de la zi‘āma : on reviendra sur l’interprétation du document, mais ici, pour justifier les deux débours, le même terme a été utilisé, zi‘āma.

8Par ailleurs, est-ce vraiment l’importance de la concession qui détermine son appellation ? Là encore, les documents nous interdisent de l’affirmer : les enfants de Muḥammad aġā qualifié d’al-za‘īm ne perçoivent que 30 piastres pour une concession nommée tīmār, tandis que le tīmār de Ḥamza bey, sipahi, rapporte des sommes bien plus importantes, 225 piastres pour 1090/1678-1679, et 355 pour 1091/1679-1680. Au même moment, d’une concession alternativement appellée tīmār ou zi‘āma, le fils d’Ibrāhīm aġā ne touche que des revenus à peu près identiques d’une année sur l’autre : 60 ou 70 piastres, le 6 ša‘bān 1091/31 août 1680 et le 28 ša‘bān 1092/11 septembre 1681. En revanche, effectivement, c’est bien une zi‘āma, celle d’Aḥmad aġā al-za‘īm, qui procure à son détenteur le plus gros des rapports, 1 754 piastres ; quant à la descendance de ‘Uṯmān aġā al-za‘īm, elle reçoit également la somme conséquente de 677 piastres. Sans doute tīmār et zi‘āma ont-ils conservé, en cette fin de xviie siècle, les noms qu’ils portaient à la date de leur attribution, quelle qu’ait pu être par la suite l’évolution de la concession.

Les types de fonctionnement du tīmār et de la zi‘āma

9En principe, le sipahi reçoit une concession purement fiscale concernant un ou plusieurs villages, pour assurer les services militaires que demande l’État. Cette concession peut revêtir différentes formes.

  • 5 Ibn Rašīd, mentionné dans d’autres muḥāsaba, est cité à deux reprises dans Marino, 1986, p. 46 et s (...)

10Un za‘īm collectant les impôts : ainsi, le waṣī de Muḥammad aġā al-za‘īm à Damas dont les deux enfants héritent la concession paternelle, touche 30 piastres du tīmār : 12,5 piastres pour 2,5 ġirāra de blé, 12,5 piastres pour 5 ġirāra d’orge, et 5 piastres pour des chèvres. Les villageois, après avoir effectué leurs récoltes, ont sans doute gardé la part revenant au timariote-za‘īm ; mais on ne peut deviner si ces 30 piastres sont annuelles ou proportionnelles aux récoltes engrangées. Par ailleurs, le waṣī a réglé des frais incombant au sipahi dont la mort a reporté la charge militaire sur un mineur incapable de l’accomplir : il a payé une compensation (badal) de cinq piastres puisque l’enfant n’a pu accompagner le gouverneur Ḥusayn Pacha lors de la sortie du pèlerinage, et de six qurš pour sa non-participation à une campagne contre Ibn Rašīd, en 1091/1679-16805. Le principe de cet échange était chose admise : à la mort d’un sipāhī, sa concession passait normalement à son fils. Toutefois si ce dernier était encore mineur, le service devait être accompli par un remplaçant, djebeli.

11Un sipahi louant sa concession : cas de figure différent, le waṣī d’Ibrāhīm aġā sipahi à Damas a loué la zi‘āma du fils mineur à un locataire (musta’ǧir) qui rétrocède au waṣī la somme de 70 piastres pour l’année 1090-1091/1678-1680. L’année suivante, le tīmār ne rapporte plus que 60 piastres, ce qui laisserait entendre que le montant du bail varie d’une année sur l’autre en fonction de l’importance des récoltes estimées au moment de la conclusion du bail. Ici, la location du tīmār-zi‘āma ne correspond pas à une part des récoltes, mais à des espèces sonnantes et trébuchantes versées par un intermédiaire.

12Le waṣī règle une somme de huit piastres (maṣraf al-zi‘āma), correspondant aux dépenses inhérentes à une « campagne » contre les Bédouins (safar al-‘Arab), sans doute dépenses de remplacement destinées à assurer une campagne contre les nomades d’Ibn Rašīd. 

13Un za‘īm collectant les impôts et louant sa concession : Aḥmad aġā
al-za‘īm était détenteur d’une zi‘āma importante qui rapporte 1754 piastres à son fils Muṣṭafā, seul héritier de la zi‘āma, à l’exclusion de deux autres enfants, dont l’un vient de mourir. La concession s’étend sur plusieurs villages, Ḥarǧā, Na‘īma, Sakkā et Safīra. Le waṣī expose des comptes réalisés sur cinq ans. Le scribe a noté, pour chaque année et chaque village, le type de rentrées : faṣl, terme d’impôt, ou iǧāra, location. Ainsi, la concession rapporte une part de récoltes, en tant que terme ou des espèces en tant que location. Les revenus de la zi‘āma de Aḥmad mêle les deux différents types de rentrées examinées plus haut : part de récoltes, ou location. À Ḥarǧa, comme à Sakkā, l’iǧāra ne couvre qu’une seule année : l’année suivante, le waṣī touche des termes d’impôts.

Tableau 21 – Les revenus ruraux d’Aḥmad aġā al-za‘īm

blé

en ġirāra

valeur blé

en piastres

orge

en ġirāra

valeur orge

en piastres

piastres

Ḥarǧā

1087

faṣl

14

42

1088

faṣl

3,5

35

2

10

1089

iǧāra

28

1090

faṣl

14

1091

faṣl

14

Na‘īma

1087

faṣl

18

72

6

12

1088

faṣl

2

24

1089

faṣl

15

75

7,5

22,5

1090

faṣl

11

55

6

18

Sakkā

1087

faṣl

270

1088

faṣl

200

1089

faṣl

200

1090

iǧāra

200

1091

faṣl

153

Safīra

1087-1090

faṣl

250

14Dans deux villages différents, et pour deux années différentes, le waṣī a préféré donner en location les terres, plutôt que percevoir la part de récoltes. Est-ce une réaction de l’exécuteur testamentaire aux aléas de la culture ? Les comptes portent sur une période de quatre ans, de 1087 à 1091/1675 à 1680. Comme le souligne le tableau, tout au long de ces quatre ans, les rendements des céréales ont connu d’importantes variations : l’année 1087/1675-76 est bonne (trois piastres la ġirāra), l’année 1088/1676-77 est catastrophique (de 10 à 12 piastres la ġirāra), les années 1089 et 1090/1677-1679 moyennes (cinq piastres la ġirāra). Louer était peut-être une tentative destinée à pallier des pertes liées au caractère aléatoire des récoltes.

  • 6 Laoust, 1952, p. 219 : En 1089/1678-1679, « le gouverneur ‘Uṯmān Pacha partit combattre les gens de (...)

15Pour assurer le remplacement du mineur Muṣṭafā, trop jeune pour accomplir ses devoirs militaires, le waṣī paye 55 piastres à un ǧabalī (djebeli) qui doit effectuer une campagne vers al-Karak6 (badal ǧabalī bi-sabab safar al-Karak), et neuf qurš pour un « tasfīr li-ǧanab ṣāḥib al-dawla », contribution attribuée au gouverneur (ṣāḥib al-dawla) pour financer probablement une tournée d’inspection de districts dans la province ; s’ajoutent 60 piastres pour la campagne contre Ibn Rašīd déjà évoquée.

16D’autres frais, nombreux et conséquents, s’ajoutent à ces dépenses d’ordre militaire réglées par le waṣī, qui déclare avoir déboursé une somme de 70 piastres pour l’affectation (tawaǧǧuh) de la zi‘āma d’Aḥmad aġā le défunt, puis de 500 piastres, pour l’affectation de la zi‘āma, avec délivrance d’un mandat » reconnu », moyennant finance, par le gouverneur (tawaǧǧuh zi‘āma mazbūr ma‘a ḫarǧ barā’a li-ḥaḍrat ṣāḥib al-dawla). La zi‘āma serait-elle récente ? Les 70 piastres pourraient être un reliquat d’une affectation monnayée destinée à Aḥmad aġā, et la seconde somme, 500 piastres, correspondrait à l’affectation de la zi‘āma au fils héritier Muṣṭafā, et payée au gouverneur.

  • 7 « Administrateur chargé de gérer les revenus [...] de toute fondation pieuse. », Dozy, 1968.
  • 8 Ou Qaǧmāsiyya, école hanéfite intra-muros portant le nom du vice-roi de Damas qui l’a édifiée en 14 (...)
  • 9 Mosquée construite extra-muros dans le quartier de Qabr ‘Ātika par le grand Chambellan Ġars al-Dīn (...)
  • 10 Importante fondation du gouverneur de Damas, grand-vizir de l’Empire dans la seconde moitié du XVIe(...)
  • 11 La racine des mots mutawallī et tawliya est identique. L’expression māl tawliya de la zi‘āma est ob (...)

17En outre, le waṣī débourse des sommes importantes à différents waqf, sans doute propriétaires des terres dépendantes de la zi‘āma : 30 piastres pour le travail du mutawallī7 d’un waqf non nommé pour la location du village de Sakkā, 550 qurš au waqf de la madrasa Qašmāsiyya8 pour cinq ans, de 1087 à 1091/1675 à 1680, 200 à un autre waqf, celui de la mosquée Tawrīzī9, somme due pour quatre ans (māl waqf Ǧāmi‘ al-Tawrīzī) de 1087 à 1091/1675 à 1680, 15 piastres sur cinq ans pour le waqf de Lālā Muṣṭafā Bāšā10. Pour deux ans, le waṣī a également réglé 600 piastres pour un māl tawliya11 de la zi‘āma ; enfin 30 qurš ont été payés à un certain Ismā‘īl efendī, solde du même māl tawliya dû par le défunt.

  • 12 Veinstein, 1989, p. 197.

18Un sipahi exploitant directement : le sipahi Ḥamza bey laisse à sa mort un fils, Ḥusayn, portant le titre d’aġā. Sa fortune est gérée par un waṣī, janissaire à Damas. L’exécuteur testamentaire présente deux comptes distants d’un an pour l’année 1090 et l’année 1091/1678-1680. Dans les deux comptes, il détaille les revenus du tīmār et les dépenses auxquelles il a dû faire face. Il n’y est plus question de « location », ni d’« impôts » revenant d’office au timariote. Il semble que Ḥamza bey, sipahi, ait exploité lui-même les terres dépendant de sa concession, dont l’étendue cultivable est détaillée (plusieurs faddān) : plusieurs exploitations nommées mais non localisées, des mazra‘a portant des noms propres, dont la mazra‘a Ṣabḥā, ou la mazra‘a Šaqriyya. « À vrai dire, écrivait G. Veinstein, le détenteur d’un tīmār [...] ne reçoit pas uniquement les contributions fiscales des re‘āyā inscrits sur son tīmār ; il y dispose en outre d’une exploitation propre, appelée khāssa tchiftliǧi [...] : une terre, un moulin, une vigne ou un verger, qu’il se charge de faire travailler et dont il touche le revenu brut. Toutefois, cette partie du tīmār disparaît progressivement vers la fin du xvie siècle. »12 Dans la région damascène, en cette fin de xviie siècle, l’habitude du khāssa tchiftliǧi, rappelant le « domaine seigneurial » se serait-elle conservée ?

19Le waṣī touche la valeur des récoltes : blé, orge, plantes fourragères (kirsanna), pois chiches, pastèques, coton, auxquelles s’ajoute la moitié des parts d’une ânesse. Le scribe indique les quantités de céréales et le prix auquel elles ont été vendues, et note que pastèques et coton ont été cédés avant la récolte, sur pied (en ḍamān), un genre de pari sur une récolte attendue.

  • 13 L’expression « directement » est impropre : il est évident que le sipahi n’a pas mis la main à la t (...)
  • 14 Qasimy, 1960, p. 249-250 : šāwī, personne qui contrôle et surveille la distribution des parts d’eau (...)
  • 15 Large bêche munie d’une poignée ; deux cordes relient la lame à une traverse que tire à lui un homm (...)
  • 16 Barthélémy, 1969 : rasn, pl. rsān ou arsān, longes.
  • 17 Une explication possible du rôle joué par cette huile est donnée chapitre VIII.

20Le timariote participe directement aux frais de l’exploitation13 : la liste sera longue. C’est lui qui fournit les semences, de coton en particulier, qui loue les fenils et les entrepôts (matban, ḥāṣil), qui fait restaurer un des bâtiments de l’exploitation, l’écurie (tarmīm iṣṭabl), qui assure la distribution de l’eau pour l’irrigation en engageant un šāwī14, et des outils agricoles, le soc en fer de l’araire (tarmīm sikkat ḥadīd), l’age de l’araire (berk li-l-sikka), la bêche munie d’une poignée (misḥāt) servant à monter les buttes15 ; c’est lui qui fait l’acquisition d’autres outils indispensables, joug, cordes et longes (nīr wa-arsān, ḥabl li-l-baqar wa-arsān16li-l-baqar) ; il prend à sa charge la nourriture des bovins (‘alīq al-baqar), les plantes fourragères (ǧalbāna, bāqiya, kirsanna, bizr quṭn li-l-baqar) et l’huile pour les bovins17 ; il achète différents types de couffins et de sacs assurant les transports (qufaf, ‘adl et ḫiyāš). C’est lui encore qui assure la rémunération de paysans : au valet de ferme (aǧīr), il fournit quelques rares piastres auxquelles s’ajoutent des souliers sans talon (maddās), et quelques kayl de blé ou d’orge (mūna) ; au gardien (nāṭūr) ou gardien de l’aire à battre (baydar), il règle un salaire (uǧra) ; c’est lui enfin qui paye d’importants salaires (uǧra) aux moissonneurs (ḥaṣṣādīn).

  • 18 La ǧarda est un corps de troupe qui part de Damas entre la fin de ḏū al-ḥiǧǧa et le début de muḥarr (...)
  • 19 Rafeq, 1981, p. 662, signale la présence de Gitans dans la région de Damas : « Un autre groupe de g (...)

21À ces frais d’exploitation s’ajoutent des dépenses d’ordre militaire propres au timariote : désignation d’un ǧabalī, participation à la ǧarda18 (maṣraf ḫurūǧ al-ǧarda bi-sabab al-tīmār), versement de blé et d’orge à des Gitans19 (li-l-Nawār), et paiement à des nomades de frais de protection et de transport (ġafāra et naql li-l-‘Arab) sur lesquels nous reviendrons.

22Un za‘īm récoltant les revenus de son domaine privé et les entrées habituelles du tīmār : par un heureux hasard, dans le registre 10, figurent l’inventaire et deux comptes de gestion de ‘Uṯmān aġā dit le Hongrois, za‘īm, déjà évoqué. L’acte de succession est daté du 14 ǧumādā I 1091/11 juin 1680. L’homme est décédé lors d’une campagne sultanienne contre les mauvais Bédouins (ašqiyā’ ‘Arab). Dans la muḫallafa, le scribe décrit tous les biens du défunt sans faire aucune allusion à un tīmār ou une zi‘āma. Le défunt possédait des troupeaux à la campagne, à Safīra, al-Ḥāra, Manīn, Ramrāma et dans le village de Šayḫ Sa‘d dans le Hauran : un âne, un veau mais surtout une cinquantaine de buffles (ǧāmūs) grands et petits. Le 17 muḥarram 1092/5 février 1681, huit mois après l’établissement de l’inventaire, le waṣī, dans une muḥāsaba, fait le point sur la part réservée aux enfants du défunt : il note le capital hérité, énumère le montant des créances récupérées ; certains des animaux ont été vendus, deux bovins (baqar) avec leurs « petits » (nitāǧ), un buffle, un âne, et le prix de la vente a grossi l’héritage ; il effectue alors le partage de la valeur totale des biens entre les enfants. L’héritage s’est également accru d’autres revenus : des villages cités, Safīra et al-Ḥāra, les enfants ont reçu du blé, de l’orge, de la soie, des plantes fourragères (kirsanna et bāqiya). Le scribe a distingué l’origine de ces revenus (mutaḥaṣṣil) : comme dans le cas précédent du sipahi Ḥamza bey, ces rapports proviennent des faddān et d’une mazra‘a, que l’on suppose cultivés par l’intermédiaire de deux métayers (murābi‘) ; comme dans le cas de la succession d’Aḥmad aġā al-za‘īm, s’ajoutent des revenus provenant de terres apparemment données en location (iǧāra) dans les mêmes villages de Safīra et al-Ḥāra.

  • 20 Sur ces impôts, voir ch. VIII.
  • 21 Il s’agit probablement du waqf de la Takiyya Sulaymāniyya.
  • 22 Sur la famille Mawṣilī, voir Marino, 1997, p. 74-77 et p. 320-324 notamment.

23Le défunt ‘Uṯmān aġā, puis ses enfants, comme la descendance de Ḥamza bey, prennent à leur charge les frais de moissonnage, le transport du blé et des plantes fourragères. À leur charge aussi, les impôts (‘awāriḍ20) des habitations qui sont situées dans les faddān de Safīra ; et, pour les terres du village de Safīra, deux locations (uǧra) au waqf du sultan Sulaymān21 et au « šayḫ ‘Abd al-Raḥmān Muṣlī » (sic), probablement l’éponyme de la famille22.

  • 23 Dozy, 1968.

24La seconde muḥāsaba présentée par le waṣī du défunt za‘īm ‘Uṯmān aġā b. ‘Abdallāh date exactement du même jour que la précédente, 17 muḥarram 1092/5 février 1681. L’existence de ce deuxième document s’explique : cet acte n’est consacré qu’aux revenus de la zi‘āma hérités par le seul fils du défunt, Mūsā aġā. Cette zi‘āma ne concerne pas les villages déjà cités de Safīra et al-Ḥāra, mais d’autres lieux, que couvre la concession fiscale, Aftarīs, Ḥaǧīra, Falīṭa, Ǧūbā, al-‘Arna. De ces villages, Mūsā aġā reçoit d’abord des termes d’impôts, maqṭū‘, et une taxe, ‘adād qui, d’après Dozy, était « la dîme qu’on levait sur les troupeaux de tribus nomades arabes ou autres »23. Mais aussi des revenus en nature, une partie de l’impôt sans doute, du blé et de l’orge, ainsi qu’une part, note sans plus de précision le scribe, dans une mazra‘a de Ramāda qui dépend de la Bekaa, et que règle Qāsim beše, un militaire, sans doute au service du za‘īm.

  • 24 Inalcık, 2002, p. 538-544.

25Le recouvrement de l’impôt mīrī du village d’Aftarīs constitue l’essentiel des frais incombant à Mūsā, qui doit acquitter également la taxe mentionnée plus haut, sālyān zi‘āma. C’est lui qui assure aussi les frais de transport du blé et de l’orge, et non pas les villageois, preuve que l’État ottoman aurait réussi à délivrer le paysan d’ « anciennes corvées féodales pré-ottomanes [...] comme le port de la dîme au marché »24, si l’on peut se permettre d’étendre à la Syrie des réalités propres à l’Anatolie pré-ottomane.

26Tous les sipahis dont les comptes de gestion apparaissent dans le registre 10 tirent donc des revenus de la campagne, sous des formes variées : concessions fiscales pures, locations de terres, ou exploitation par le timariote qui, directement, perçoit la valeur des récoltes et prend en charge certains des frais de culture.

Les agents civils de l’État

27Pour prix de leur service militaire, les sipahis et za‘īm étaient liés aux paysans dont ils recevaient les impôts. Il n’en est pas de même pour les défunts suivants, dont seul le nom permet d’affirmer l’appartenance au personnel civil de l’État, qui ne sont pas chargés en principe du rôle de collecteur d’impôt, mais tirent pourtant des revenus de la campagne. Ces agents civils, dont l’absence de revenus ruraux avait été notée dans l’analyse des inventaires après décès, apparaissent bien dans les muḥāsaba.

28Ibrāhīm al-‘askarī était détenteur d’un diplôme sultanien à Damas (min arbāb al-barā’a al-šarīfa al-ṣulṭāniyya bi-Šām) ; deux comptes de gestion le concernent dans le registre 10. Le premier acte est incomplet : manque en particulier la date. Le second est du 28 raǧab 1092/12 août 1681 ; il fait allusion à une ḥuǧǧa antérieure d’un an environ, du 3 ša‘bān 1091/28 août 1680 : les actes ont donc été réalisés à un an de distance. Le waṣī est Darwīš beše b. al-marḥūm Ḥāǧǧ Ibrāhīm al-‘askarī, fils majeur du défunt. Les revenus ruraux sont infimes, 20 piastres par an, et proviennent de la location (iǧāra) d’une exploitation agricole (ǧiftlik) dans le village de ‘Artūz : peu de revenus, mais aucun frais, aucun travail d’entretien non plus.

  • 25 Rafeq, 1992, p. 312-313.

29Al-sayyid ‘Alī b. al-sayyid Muḥammad efendī al-Qudsī exerce une fonction inconnue. Ses revenus agraires sont minimes. La fille mineure hérite de 12 piastres et demie, part du prix de la vente de plantations d’arbres (ġirās) sur les terres du waqf des Ḥaramayn, à Babīllā. La mineure avait hérité de son père et de ses demi-frères et sœurs (par son père) ces plantations qui viennent d’être vendues à un janissaire beše, par acte passé devant le tribunal. On peut supposer que le seul vendeur possible était la mère, deuxième épouse du défunt ‘Alī, et waṣī de son enfant. Par l’intermédiaire de son wakīl, et avec l’accord du juge, elle les a cédées pour la somme indiquée, après déduction de la dîme (‘ušr) versée à l’administrateur (mutawallī) du waqf. Le janissaire acheteur, à la date de l’acte, n’a pas encore payé sa dette. On assiste ici à un transfert, par vente, de la propriété de plantations (ġirās) sur terres waqf, du monde des agents civils de l’État à celui des janissaires. Rappelons que le locataire d’une terre waqf devient en effet propriétaire des bâtiments qu’il a construits ou des arbres qu’il a plantés : il en dispose totalement 25.

30Aḥmad çelebī al-ṣayqalī b. Muḥammad al-‘askarī était sans doute agent de l’État et armurier. Ses deux enfants mineurs portent le titre de sayyid. La comptabilité de leur héritage est présentée par le waṣī, supervisée par un nāẓir ; le grand-père maternel en a pris connaissance : quelque trouble dans la gestion de l’héritage a dû susciter ces multiples interventions. Nous n’en saurons rien. L’acte commence par l’énumération des rentrées rurales. À un capital de 1 791 piastres dont témoigne le document de muḥāsaba du 20 rabī‘ I 1091/19 avril 1680, se sont ajoutés, dans l’année qui suit, plusieurs revenus : une créance de 97 piastres payée par les villageois de Barza, correspondant au terme de l’impôt dû pour l’année (‘an māl maqsaṭ), augmentée du solde de l’impôt, 118 piastres, réglé par les mêmes villageois ; 10 piastres enfin correspondent au revenu d’une plantation d’arbres ou de vignes, en terres non irriguées (karm) du village de Dūmā. Les rapports de la plantation sont annuels, puisque le scribe a inscrit en fin de document : chaque année, une somme de 10 piastres (un terme, maqsaṭ) doit revenir à la veuve et aux enfants. L’emprise de ce défunt agent de l’État sur la campagne reposerait donc sur deux types de revenus : il touche un loyer d’une plantation ; il aurait, à deux reprises, avancé de l’argent à des villageois pour leur permettre de payer l’impôt.

  • 26 Muḥibbī, s.d., II, p. 319.

31Parmi les noms cités dans les actes de succession, Mafḫar al-‘ulamā ‘Abd al-Ḥalīm al-Bahnasī est une exception dans la mesure où il n’est pas inclus dans le monde dominant des inconnus de l’histoire. L’homme appartenait à une grande famille damascène. Muḥibbī a consacré quelques lignes à cet important notable, que nous reproduisons, heureux d’avoir accès, pour une fois, à quelques éléments de biographie26 :

  • 27 Célèbre jurisconsulte hanéfite damascain, mort en 1088/1677, cité dans EI2, III, 167.
  • 28 Muḥibbī a séjourné quelques années à Istanbul.

« ‘Abd al-Ḥalīm b. Burḥān al-dīn Muḥammad al-Bahnasī était connu sous le nom d’Ibn Šaqlabhā, jurisconsulte (faqīh) hanéfite le plus noble de sa famille de notre temps. Il excellait (fāḍil) dans plusieurs arts et sciences, mais sa renommée se fit dans le fiqh. Il a été élevé à Damas, y a suivi les enseignements de nombreux šayḫ. Son père possédait une grande fortune et de nombreux ouvrages, dont profita ‘Abd al-Ḥalīm. Quand son père décéda, il s’empara de l’héritage et le dilapida en peu de temps en passions diverses, toutes revenant à l’amour du pouvoir (ḥubb al-riyāsa). Il n’en retira qu’infortunes, et s’enferma chez lui ; on ne savait rien de lui si ce n’est qu’il était vivant. Il refit apparition quelque temps après, alla voir al-Ḥaṣkafī le muftī27 et se mit à donner des consultations sur certains cas. Le grand juge le lui interdit, car il contrevenait à l’ordre sultanien qui ne permettait l’existence que d’un seul muftī hanéfite. Il partit alors pour le Caire où le cadi était le mawlā Muṣṭāfā al-Minqārī le muftī. Il se rapprocha de lui et devint un de ses députés. Quand al-Minqārī fut destitué, il l’accompagna dans la capitale en Rūm, et y demeura quelque temps, je le rencontrai alors souvent28. Il commença à rédiger des ouvrages, et al-Minqārī lui accorda alors un poste de substitut auprès du cadi de Galipoli. Il s’y rendit et y mourut ; sa mort eut lieu vers 1090/1679-1680 ».

  • 29 Un des tribunaux de Damas, situé extra-muros, au nord de la Citadelle.

32C’est le 25 šawwāl 1091/17 novembre 1680 qu’Ibrāhīm çelebī b. Kamāl
al-dīn al-Lu’lu’ī, un des greffiers du maḥkama al-‘Awniyya29, et neveu de ‘Abd al-Ḥalīm al-Bahnasī, présente les comptes de l’héritage de son oncle maternel. Avant de partir vers le district de Kalībūlī-Galipoli, ‘Abd al-Ḥalīm al-Bahnasī avait en effet laissé à son neveu Ibrāhīm une procuration générale (wikāla muṭlaqa) officiellement enregistrée par le cadi chaféite du tribunal al-‘Awniyya, datée du 5 ṣafar 1079/14 juillet 1668, procuration confirmée (muttaṣila) le 18 rabī‘ II 1083/12 août 1672 par le juge délégué du grand cadi au tribunal al-Bāb. La nouvelle de la mort de ‘Abd al-Ḥalīm al-Bahnasī est parvenue à Damas on ne sait à quelle date. Pour d’obscures histoires de famille qui agitent un monde d’importants personnages, le šayḫ Ibrāhīm b. al-ḥāǧǧ Yūsuf, greffier (kātib), wakīl légal de la veuve qu’il a épousée, sollicite (iltimās) des comptes auprès du neveu wakīl Ibrāhīm çelebī. Il est précisé que cette femme lui a fait une procuration générale devant le tribunal ; elle a été identifiée par deux témoins très titrés, dont un imam de la mosquée des Omeyyades, personnalité éminemment digne de foi. Ibrāhīm çelebī demeure wakīl des trois filles majeures du défunt, ses cousines. Il rend des comptes pour une très longue période de plus de 12 ans.

33Les trois filles de ‘Abd al-Ḥalīm al-Bahnasī ont reçu d’importants revenus tirés de la terre, 1 175 piastres. Mais les dépenses ont été telles que le neveu-wakīl Ibrāhīm çelebī a été, dit-il, obligé de payer 220 piastres de sa poche. Le nouvel époux de la veuve était-il méfiant quant à l’honnêteté de la gestion ? Même si la gestion a été peu scrupuleuse, même si les comptes ont été faussés, encore fallait-il que, devant le tribunal, la présentation en fût plausible, d’où un luxe de détails qui permettent de saisir le fonctionnement d’une exploitation rurale détenue par un agent civil de l’État. Ibrāhīm çelebī présente ses comptes, après avoir juré, devant Dieu le tout puissant, de la véracité des revenus et des dépenses qu’il expose (ba‘da ḥalafihi bi-Allāh ta‘āla al-‘aẓīm ‘alā ṣiḥhat al-īrād wa-‘alā ṣiḥhat al-maṣraf).

34L’exploitation s’étend d’abord sur plusieurs villages de la Ġūṭa, Zamalkā, Ǧaramānā, Ǧawbar, du Wādī Baradā, Hāmma, Dummar et Zabadānī et de Ṣāliḥiyya. Certains bustān sont cités, portant un nom de lieu dit, bustān Za‘farāniyya, bustān Ḥarīrānī, bustān Kanāfa, sans que l’on sache à quel village ils appartiennent. Leur simple nom évoquait sans doute des lieux connus, à l’intérieur du terroir.

35L’exploitation est composée avant tout de vergers (bustān et ġirās) comprenant des plantations anciennes (qadīm) ou nouvelles (ǧadīd) ; mais aussi de « terres » (arḍ), et des lieux « amākin », sans plus de précision. Certaines terres de Zamalkā ont procuré du bois à brûler venant d’un bustān d’oliviers (ḥaṭab zaytūn) et des parts de plantations (karm). Le peuplier est aussi cité.

36Ces vergers, ces terres sont cultivées en un seul bloc ou en parts. Les biens sont confiés en location à des paysans : les revenus touchés proviennent presque tous de loyers (uǧra). Le défunt avait donné à cultiver terres et vergers à des personnages que le wakīl consciencieux nomme à l’occasion : Bīrī çelebī pour le bustān Za‘farāniyya, Ibrāhīm Saḥlūl pour la terre du bustān Kanāfa. Pour une période de 12 ans, Bīrī çelebī a versé 250 piastres, Ibrāhim Saḥlūl, pour 14 ans, une exception dans la durée, 70 piastres. Les enfants de ‘Abd al-Ḥalīm al-Bahnasī ont également reçu deux autres locations (ḥikr) : trois piastres pour la terre sur laquelle est construit le moulin, ḥikr arḍ al-ṭāḥūn, à Ṣāliḥiyya pour un quart de qurš l’an pour 12 ans, et 12 piastres pour le ḥikr d’une terre à Ǧawbar, une piastre l’an, pour 12 ans. Le terme ḥikr exprimant la location d’un bien waqf, la plupart du temps, al-Bahnasī, au moins à Ṣāliḥiyya pour le moulin, et à Ǧawbar exploiterait donc lui-même, en totalité ou en partie, des biens waqf.

37Les vergers cités sont des biens waqf. Le bustān Ḥarīrānī est un bien du waqf des Banū Ṣadaqa à qui le wakīl paye 24 piastres par an pour la prise en location de ce bustān. Il a dû régler d’autres loyers à différents autres waqf : il a payé une location de terre (arḍ) à Šihāb al-Balabān pour les Banū Ṣadaqa de 24 piastres par an pendant 10 ans, soit 240 piastres ; de même il a versé, pour location de la terre (arḍ) du bustān al-Za‘farāniyya, 12 piastres l’an pour 10 ans, soit 120 piastres, au waqf des Banū al-Asadī. Il a aussi versé des rémunérations de 10 piastres aux deux nāẓir de ce dernier waqf.

38Dans l’ensemble, le revenu de ces plantations sur terres waqf est donc perçu par l’exploitant sous la forme de loyers. Toutefois, il semble que l’homme ait pris en charge, dans ce cas précis, certains des travaux de la terre. Le wakīl règle en effet une somme pour prix d’un travail sur le bustān Ḥarīrānī : avoir retourné la terre (qalb) et entretenu les peupliers de deux planches (daff) de la terre du bustān al-Ḥarīrānī, des planches que l’on imagine situées des deux côtés d’un canal ; pour la terre du bustān al-Za‘farāniyya, il a assuré le même type de travaux (qalb daff bi-arḍ Za‘farāniyya), et entretenu deux peupliers.

39Les héritiers, ou le wakīl, ont même, semble-t-il, la possibilité de négocier une partie ou la totalité de ces plantations : à Zamalkā, 300 piastres reviennent au wakīl pour le loyer de terres et le rapport des parts de quatre plantations (karm) mais aussi pour un revenu provenant d’une vente de bois d’olivier, et autres. Il a même vendu en deux fois ces différents types de bois : il touche 50 piastres supplémentaires correspondant au solde de la vente de ces bois. Dans la liste de ses dépenses (et non pas de ses recettes) figure aussi le prix d’une plantation qu’il aurait achetée.

40Cet important personnage, de son vivant, bénéficiant peut-être lui-même de biens waqf, avait donc pris en location certaines terres waqf, qu’il sous-louait à des villageois ; le même terme, uǧra, désigne le loyer des biens pris en location ou donnés en location. La descendance hérite de ces richesses. Bien que les terres soient sous-louées, certains travaux agricoles, le prix du travail de bêchage (qalb), l’entretien de peupliers, sont supportés par l’exploitant.

41Avant tout liée à des waqf, l’exploitation était aussi composée de terres ayant un autre statut, celui de terres d’État (mīrī). Le patrimoine du défunt comportait en effet « des parts de biens dans des “lieux” à Dummar » (ḥiṣaṣ fī amākīn bi-qaryat Dummar min ǧamā‘at mīrī Dummar). Le waṣī a payé deux impôts sur les terres de Dummar, le māl mīrī, et le māl Ḥaramayn. Immédiatement après avoir mentionné l’existence de ces parts de « lieux », le scribe indique aussi que la succession s’est enrichie du prix de la vente de parts de plantations à Zabadānī sur des terres mīrī mises en valeur par les villageois.

42Cet agent civil de l’État appartenant à une grande famille de lettrés damascènes reçoit donc des revenus agricoles sous forme de loyers payés par des villageois. L’essentiel, environ 80 %, de ces terres données en location (dont le nom est connu, mais pas la superficie), sont elles-mêmes prises en location à différents waqf.

  • 30 al-Maḥāsīnī, traduction commentée par Marino, 1986 : p. 1 : « On fit appel à un groupe qui comprena (...)
  • 31 Rafeq, 1992, p. 308, traduit salḫ par « terre non cultivée, sans plantations ».

43Le nāẓir Faḫr al-ašrāf al-sayyid Ṣāliḥ b. al-marḥūm al-šayḫ Muḥammad b. al-marḥūm al-šayḫ ‘Īsā al-‘Imādī présente les comptes du waqf de son père, le šayḫ Muḥammad b. al-marḥūm al-šayḫ ‘Īsā al-‘Imādī qui a laissé deux autres fils mineurs et portant le titre de sayyid. On ne saura jamais si le défunt avait d’autres revenus que ceux de son waqf. Quel rôle jouait-il dans l’appareil d’État de la ville ? Mystère ; la famille a joué un rôle important dans la ville, certains de ses membres ayant occupé des postes de muftī30. Ce waqf comprenait, entre autres, des biens ruraux. L’acte précise que, de certains biens, le défunt touchait des loyers (uǧra) : ces locations portent sur quatre faddān ainsi que sur des terres non cultivées (arḍ salīḫa31) ; le waqf rapporte également du blé, de Kanākir et de Bayt Nā’im, 43 piastres, et des revenus de bustān, 390 piastres sous la forme de blocs entiers ou de parts.

44Le fils nāẓir fait face, d’après la comptabilité, à des débours importants, qui dépassent d’ailleurs le montant des revenus du waqf. Il n’est pas impossible encore que ce majeur empiète un peu sur les revenus de ses frères mineurs, mais il rend des comptes à la cour, qui se doivent d’être cohérents. La longue liste de dépenses, qu’il énumère sans doute dans leur ordre chronologique, se fait dans un enchevêtrement qui lui fait inclure, dans une même somme, des dépenses concernant des domaines tout à fait différents : le nāẓir, par exemple, a payé sept piastres pour la dîme (‘ušr) du bustān Manāḫilī, du bois, et des clous pour faire grimper la treille (bi-sabab al-‘arbaša). Une comptabilité précise sera diffficile à effectuer !

45De qui reçoit-il ses locations de terres non cultivées ? De qui reçoit-il les revenus des vergers du waqf ? On l’ignore. Comme aucune des dépenses présentées par le nāẓir ne concerne des travaux agricoles, on peut supposer que le mutawallī s’occupait lui-même de l’organisation de la mise en valeur, donnait en location les vergers et les jardins : pour prix de son travail et pour des frais d’écriture, il a en effet reçu 23 piastres.

46Les dépenses sont exprimées par cinq termes différents pour chacun des types de frais supportés : le terme murattab ne s’applique qu’à un homme, le défunt lui-même, « murattab šayḫ Muḥammad ‘Imādī », le défunt qui aurait touché 12 piastres, sans doute du temps où il était encore vivant et nāẓir. Le mot ḫidma (ici travail de gestion) ne concerne que l’administrateur (ḫidmat mutawallī). Les autres termes sont ‘ušr, la dîme ; ḥikr, une location à un waqf ; uǧra qu’on a vu utilisé dans le sens de location, et iǧāra.

47Pour tenter d’éclairer un peu une situation compliquée :

  • Certains bustān (le bustān Ǧūra, le bustān Bāṣitī, le bustān al-Masaba et le bustān dit Ǧunayna) rapportent des revenus locatifs qui profitent aux descendants du šayḫ Muḥammad b. al-šayḫ ‘Īsā al-‘Imādī ; ils supportent la dîme que paye le nāẓir : ces vergers font partie du waqf familial.

    • 32 Dans le même acte, d’autres ḥikr sont réglés par le nāẓir : ḥikr sur la terre portant un entrepôt ((...)

    Pour les mêmes vergers, qualifiés du même nom, le nāẓir doit aussi acquitter des loyers, la plupart du temps qualifiés de uǧra, moins souvent de ḥikr : les mêmes vergers relevaient donc de plusieurs waqf, dont celui de la famille ‘Imādī. Le ḥikr porte sur un terrain, une construction ou une plantation32 : ainsi, le nāẓir s’acquitte-t-il d’un ḥikr pour le bustān Ǧūra, qui porte une construction, un qaṣr, et pour le bustān dit Ǧunayna.

  • Enfin, certains vergers ne dépendent pas du waqf familial, ne supportent pas la dîme, et l’administrateur doit débourser pour eux le prix de locations, iǧāra ou ḥikr. Tel est le cas de ḥaql al-qaṣṣā‘ (qui a peut-être donné son nom au quartier situé à l’est de Damas) dépendant du waqf des Ḥaramayn.

  • 33 Barthélémy, 1969 : madār, « moulin à blé et bourghoul ».

48L’exploitation repose sur un système de location. Certaines terres plantées dépendent du waqf familial. D’autres sont prises en location à d’autres waqf. Troisième cas : les terres sont partagées entre plusieurs waqf, le waqf familial et d’autres fondations. Dans tous les cas, ces terres sont données en location à des paysans. Les seules dépenses prises en charge par le waqf concernent le transport du blé du village de Kanākir, et le prix d’achat ou d’entretien d’un moulin à manège pour le blé (madār)33.

49‘Alī aġā b. al-marḥūm Darwīš bey, est un homme d’importance comme le suggèrent les titres portés par le personnage, aġā et fils de bey. L’analyse des revenus ruraux dans son patrimoine repose sur des « cascades de locations ».

50C’est d’un waqf créé par son arrière-grand-père que le fils mineur du défunt et nāẓir du waqf, tire au moins une partie de ses revenus, et, entre autres, des revenus ruraux. De bustān, possédés en parts ou dans leur totalité, de ǧunayna, l’enfant touche des locations (uǧra), quelque 470 piastres, réglées par des hommes dont les noms sont indiqués.

  • 34 C’est un waqf très important auquel ont contribué divers sultans ou hauts personnages au long des s (...)
  • 35 Il s’agit très probablement de la famille Sa‘dī Ǧibāwī, dont l’éponyme Sa‘d al-Dīn
    al-Ǧibāwī fonda (...)
  • 36 Connu à Damas, mais dont on ignore les origines.
  • 37 Grande famille de notables de Damas, dont de nombreux membres d’une des deux branches occupèrent la (...)
  • 38 Seraient-ils des descendants du dernier gouverneur mamelouk de Damas, tué à la bataille de Marǧ Dāb (...)

51À la charge de l’enfant : une dîme (‘ušr) portant sur une planche (daff) faisant partie d’un verger (bustān al-Nasaba) dont il reçoit le plus important de ses loyers, dîme sans doute due par le waqf créé par son grand-père. En plus de la dîme, le waṣī règle le montant de seules locations, uniquement des ḥikr, payées à des waqf. Les bénéficiaires sont le waqf des Ḥaramayn34, les Banū Sa‘d al-dīn35, les Banū al-Arlīḥī, le waqf al-Miṣriyyīn36, les waqf al-Dašīša, al-Nahlawī, les BanūAǧlān37, les Banū Sībay38. Le waṣī a également payé le travail (ḫidma) de trois mutawallī : le mutawallī des Ḥaramayn, celui du waqf al-Miṣriyyīn, et un troisième mutawallī dont on ignore le waqf auquel il était attaché.

52Le mineur recevait donc des revenus du waqf familial de son grand-père, mais avait également pris en location certains vergers dépendant d’autres waqf auxquels il règle des loyers (ḥikr), mais pour lesquels il ne règle pas la dîme.

53L’analyse des comptes de gestion de ces six agents civils de l’État indique que ces personnages perçoivent des revenus ruraux. L’essentiel des participations de ces gens de Loi à la vie agricole tient à l’importance des terres waqf dont ils bénéficient. Certains sont responsables de la perception de la dîme. Ces hommes ne s’occupent pas de la mise en valeur des terres : ils reçoivent de la campagne des revenus tirés de la location de terres qu’ils ne possèdent pas. L’étude des inventaires, dans le chapitre IV, débouchait sur une constatation surprenante : à la différence des janissaires ou des sipahis, les agents civils de l’État ne détenaient pas de biens ruraux. En réalité, ces hommes retirent de la campagne d’importants revenus : ils touchent des loyers de terres données en location à des villageois, terres qu’ils ont eux-mêmes prises en location à des waqf. Le type de ces apports ruraux, des espèces provenant des paysans cultivateurs, n’apparaît pas dans les actes de succession comme revenu rural : ces piastres tirées du monde de la campagne augmentent simplement la part du numéraire dans le patrimoine de ces défunts. La pénétration des ‘askar dans la campagne, par rapport aux conclusions des tableaux 15 et 16 du chapitre IV, s’en trouve renforcée.

Les janissaires

54Presque tous les janissaires qui tirent de la campagne quelques revenus semblent participer plus directement à l’exploitation agricole.

  • 39 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 4 : « On appelle feddan romain ce qu’une paire de bœufs peut cultiver e (...)
  • 40 Ces terres sont nommées : Manṭar al-Qaṣr, mazra‘at ‘Awtā, al-Munkasir, al-Ma‘rūḍ,
    al-Āqūla, al-Šama (...)

55Commençons par la description, unique, des attaches rurales d’une fille et épouse de janissaires, Rāziya bt Faḫr al-a‘yān Muṣṭafā bulūkbāšī des bulūkbašiyya de Damas, épouse de ‘Uṯmān beše janissaire à Damas, son wakīl. Elle possède des faddān à Blāt. Le wakīl ne présente pas de compte, mais décrit une partie des biens de la défunte : le document n’est pas vraiment une muḥāsaba, mais complète sans doute un précédent inventaire. Aucune donnée chiffrée n’apparaît donc dans le document qui se borne à décrire les biens détenus : la totalité d’une maison située dans le village se composant d’une cour (sāḥa) et de deux pièces (bayt), un entrepôt (ḥāṣil) pour y déposer les récoltes (ġilāl), une écurie (bā’ika), un fenil (matban). Aux faddān détenus mentionnés dans le préambule s’ajoute la totalité d’un droit d’usufruit sur des champs du village (ǧamī‘ mašadd maska filāḥa) d’une superficie d’un faddān rumānī39. L’exploitation s’étendait sur diverses terres, nommées, situées au nord, au sud, à l’est, à l’ouest du village40. Pour cultiver ces champs, la femme disposait d’instruments agricoles (ālāt filāḥa) : un soc en fer (sikkat ḥadīd), une bêche (marr), une planche à dépiquer (lawḥat drās), ainsi que trois animaux de labour (baqar ḥirāṯa), plus des veaux (‘aǧl), et un cheval. Ces terres rapportaient du blé, de l’orge, du coton, des pastèques. Certes, cet acte ne donne aucune explication sur le mode de culture, mais suggère que Rāziya profitait directement des revenus de son exploitation.

56Pour cinq janissaires dont les exploitations sont plus ou moins importantes, le waṣī énumère des comptes plus complets et plus explicites, qui seront présentés ici. Tous les janissaires reçoivent de la campagne des revenus provenant d’un type d’exploitation fondé non pas sur la location, mais sur le type d’exploitation déjà entrevu qui se rapprocherait du faire-valoir direct.

57‘Alī b. ‘Abdallāh bāš ǧāwīš, janissaire à Damas était père de trois mineurs et d’un fils majeur à qui il a laissé un patrimoine important de plus de 2 053 piastres. Mais les « entrées » paraissent avoir été inférieures aux « sorties » ; l’exploitation est en déficit, le waṣī, en même temps wakīl de deux épouses, a rééquilibré de ses propres deniers la gestion. Cependant les enfants héritiers doivent au waṣī cette avance, une dette qui pèse sur leur héritage ; peut-être le fils majeur Muḥammad bulūkbāši s’inquiète-t-il de la gestion et sollicite-t-il des éclaircissements. Le waṣī présente alors ses comptes qui couvrent un an de gestion.

58Les revenus que l’homme a retirés de la campagne, des villages de Marīhā/Malīḥa dans l’oasis ( ?), de Ṭalliyya et de Tamnīn dans la Bekaa, s’élèvent à 1 212 piastres. Le waṣī distingue les revenus des faddān, présents dans les trois villages : des céréales, blé et orge ; s’y ajoutent d’autres entrées : du seul village de Marīhā, les enfants ont touché, en plus, des revenus de bustān, d’une plantation de vignes ou d’oliviers (karm), de ventes de pastèques, de chanvre, de fèves, de semences de concombre (ḫiyār), de cultures d’été (māl ṣayfī), et de la soie. Quelques têtes d’animaux, une vache à Marīhā, 16 moutons à Ṭalliyya complètent l’exploitation. Pour des raisons non précisées, des paysans ici qualifiés de ra‘āyā doivent au waṣī, pour une superficie de cinq faddān et quart, 14 ġirāra et neuf kayl de blé, et exactement la même quantité d’orge, auxquels s’ajoutent 32 piastres de récoltes dont ne s’est pas encore acquitté un certain Muṣṭafā al-Aṭraš. Les paysans, effectivement de simples ra‘āyā, seraient-ils en retard dans la livraison des récoltes ?

59Les récoltes ont été vendues. Le blé de Marīhā en quatre fois, à des prix oscillant entre quatre et cinq qurš la ġirāra ; l’orge en deux fois, au prix stable de 2,5 piastres la ġirāra. À Ṭalliyya et Tamnīn, le blé a été vendu en six fois, de 3,5 à 6,5 piastres le sac. Ces oscillations de prix correspondent sans doute soit à la qualité des grains, soit à la saison de l’année à laquelle s’est effectuée la vente, les prix montant lorsque l’on s’approche de la période de soudure. Les dates de vente n’ont malheureusement pas été précisées par le scribe. Les fèves ont également été vendues : 3,5 ġirāra de fèves pour 13,75 qurš, près de quatre piastres la ġirāra. La soie a rapporté 23,5 piastres. Les pastèques, le coton, le chanvre ont été vendus sur pied (ḍamān). Les céréales ont rapporté 987 piastres. Le bustān, les animaux, et toutes les autres récoltes, 203 piastres.

60Le waṣī a dû faire face à d’importantes dépenses d’exploitation.

  • 41 On trouvera plusieurs allusions à ces Maghrébins. Rafeq, 1975, p. 286-287, explique leur présence p (...)

61À sa charge d’abord, les frais de main d’œuvre. Le travail peut être rémunéré en espèces : 220 piastres de salaire (uǧra) sont versés aux moissonneurs, au régisseur et à ses serviteurs (maṣārif al-ḫūlī wa-ḫuddām
al-ḫūlī
), au gardien de la plantation (uǧrat nāṭūr al-karm) ; et quelques sept piastres pour cinq mois, au « Maghrébin41 », probable gardien des récoltes et de l’aire à dépiquer (‘ulūfat al-maġribī).

62Le travail des métayers (murābi‘īn) n’a pas été payé par des salaires. À plusieurs reprises, pour les différents villages, la valeur de versements » en nature » a été estimée par le waṣī : la nourriture destinée à un seul homme (qūt li-l-murābi‘ ou même avec plus de précision, qūt li-l-ḥāǧǧ Ibrāhīm al-murābi‘) et la kiswa (ce qui est nécessaire à l’habillement) des murābi‘īn ; le scribe enregistre même la valeur de grossières chaussures de paysan (sarmāt) dont il ignore en revanche le destinataire.

63D’autres charges, nombreuses, pèsent sur l’exploitant.

64L’ensemencement : des semences sans plus de précision (bazārā), ou semences de coton, de chanvre, de pastèques.

65Les outils et l’entretien des outils : le bois de la charrue (ṣamūd), l’aiguisage du soc (uǧrat saṭam sikka) ; l’acier et le fer pour les bêches et les hâches (bulād wa-ḥadīd li-l-murūr wa-fūs), les leviers de bois (‘awātil), les couffins (qufaf), et une paire de gros sacs destinés, est-il précisé, à l’aire à battre (ṯaman ‘adlayn li-l-baydar), et, plus généralement, aux frais nécessaires à la récolte (maṣraf lawāzim al-ḥaṣīd).

66Les frais de location d’un entrepôt pour les récoltes (uǧrat ḥāṣil li-l-ġilāl) et du transport du blé, du millet et de l’orge jusqu’à Damas (uǧrat naql ḥanṭa, ḏurra, ša‘īr ilā al-Šām), des lentilles (‘adas), des fèves, du coton, du gruau (krayš) sont des dépenses dont le scribe ne mentionne pas la destination. À ces frais payés s’ajoute la valeur des repas destinés aux hommes qui transportaient le blé, l’orge et le millet sur d’assez longs trajets (Talliya et Tamnīn sont proches de Baalbeck).

67Les bâtiments, dont la nature n’est pas précisée, comprenant sans doute bâtiments d’exploitation et maisons des villageois, ont nécessité un entretien à la charge du « propriétaire » : des poutres, dont une pour l’écurie (ǧisr et ǧisr ilā iṣṭabl), deux morceaux de bois (barreaux ou montants) pour fabriquer une échelle (ḫašabayn li-l-sullam) ; le salaire des fabricants de « briques séchées » (uǧrat ‘amal labn), et d’enduit (uǧrat muḫammirīn ṭīna, uǧrat ṭayyānīn) auquel s’ajoute la valeur des repas pour les « poseurs d’enduit » (ṭa‘āmī ṭayyānīn).

  • 42 Peut-être « grīsh », avec réalisation « g » du « jīm » (le « g » étant noté par approximation par u (...)

68Enfin, et la charge en est importante, tous les frais relatifs aux animaux qu’il a fallu acheter, deux taureaux, un bovin, une chèvre ; ou dont il a fallu assurer le travail, en ferrant les mules, en guidant, ou attachant les bovins par des cordes (ḥabl li-l-baqar) ; et surtout qu’il a fallu nourrir : valeur des plantes fourragères (bāqiya wa-kirsanna), peut-être même location d’un pâturage d’hiver (maṣraf qišlaq). Jusqu’aux poules à qui l’on a fourni du gruau, krayš (krayš bi-sabab al-daǧāǧ42).

69On reviendra plus tard sur le calcul du rapport de ces exploitations. Les frais liés à la marche de l’exploitation sont importants, mais inférieurs à la valeur des récoltes. Cependant le waṣī a payé, en plus, taxes et impôts. Et l’ensemble des débours l’emporte alors sur les rentrées.

70Une première dépense est inévitable, l’impôt sultanien, māl mīrī, 80 piastres et la taxe dite « extraordinaire », ‘awāriḍ. Sans doute à un fermier d’impôt (multazim) reviennent des muqāṭa‘āt afdina, 41 piastres, concernant le seul village de Ṭalliyya, pour un an.

  • 43 Inalcık, 2002, p. 538-544.

71Un deuxième type de dépenses : le waṣī règle, pour un an, 180 piastres pour des impôts (māl ḥiṣṣat tīmār) payés à cinq timariotes différents qui se partagent donc le seul village de Marīhā : Murtaḍā aġā, Muḥammad bey
al-Ḫanǧī, ‘Alī bey, Qahbāz ǧāwīš et Muḥammad aġā saqqā amīnī, sans doute chargé de l’approvisionnement en eau de la caravane du pèlerinage. « Dans un tīmār ordinaire, les portions de territoire étaient également dispersées dans différents villages. Outre la sécurité, ce dispositif répondait au souci de l’État d’empêcher le détenteur d’un tīmār de faire d’un village un État personnel »43. Preuve supplémentaire des préoccupations de l’État sultanien : ici, le village est partagé entre cinq timariotes.

  • 44 Ces taxes, zaḫīra, ṭarḥ seront définies et analysées dans le chapitre suivant.
  • 45 Seikaly, 1984, p. 406 ; Ramlī, 1974, p. 98, mentionne cette taxe non canonique sans préciser en quo (...)

72Au gouverneur de Damas, il règle, pour les trois villages, des taxes (zaḫīra)44 pour l’époque de ‘Uṯmān Pacha ; et pour Marīhā seulement, les mêmes taxes (zaḫīra) pour l’époque de Ḥusayn Pacha, le gouverneur suivant. Pour Ṭalliyya, ces zaḫīra sont dues au gouverneur Uṯmān Pacha, lors de sa campagne vers Karak. On suppose que c’est encore au gouverneur qu’il paye une taxe sur le blé, l’orge, les vaches, nommée ṭarḥ, ṭarḥ ḥanṭa, baqar : ces différents ṭarḥ coûtent 80 piastres. S’ajoute encore, et à quatre reprises pour l’année dans le seul Marīhā, le « prix du café ». Ce ṯaman qahwa doit sans doute être rapproché de la taxe illégale qahwaǧiyya, contre laquelle s’élève
al-Ramlī pour la Palestine45. Dans l’acte, ce « pot de café » est souvent attribué à un certain ‘Alī beše, dont on ignore le rôle : contrairement à d’autres taxes, cette somme, bien modeste, moins de quatre piastres, n’est pas destinée au gouverneur, mais à un obscur beše.

  • 46 Buyuruldu : « ordre, mandat, décret », v. Redhouse, 1996.

73Pour le seul village de Tamnīn, de gros frais, 121 piastres, portant sur des périodes bien définies dans le temps, payés en quatre fois, des maṣraf mušāhara, dont le sens exact demeure obscur, qui font partie des taxes mentionnées dans le chapitre suivant. La rémunération d’écritures d’actes légaux (ḫarǧ ḥuǧǧa, qayd daftar al-muḥāsaba), les dépenses liées à un ordre émis par le gouverneur (maṣraf buyūruldu46) pour une mazra‘a (affectation, ou achat, d’une exploitation ?), les sommes réglées au juge et sa suite lors de l’émission de l’acte (maṣraf qassām wa-tawābi‘ ḥīna ḫurūg al-bayān) viennent alourdir la note fiscale qui monte jusqu’à accaparer près de la moitié des revenus agricoles de l’exploitation.

  • 47 Plusieurs sultans ayyoubides et mamelouks ont porté ce titre.
  • 48 Située à Souk Ṣārūǧā, elle a été élevée en 969/1561, v. Talass, 1975, p. 245.

74À ces sommes que l’État et ses agents, sous différentes formes, s’attribuent, s’ajoute un autre type de dépenses. Une partie des terres ou des bâtiments relèvent de waqf. À ces waqf le waṣī règle, pour ses exploitations de Marīhā, un loyer (uǧra) au waqf al-Malik al-Ašraf47 ; pour les terres de Tamnīn, un nouveau loyer pour la part d’une exploitation détenue par le waqf al-Ḥaramayn (uǧrat ḥiṣṣa fī mazra‘a li-waqf al-Ḥaramayn) ainsi qu’une location, cette fois dénommée ḥikr, pour une maison qui appartient au waqf de la mosquée al-Qarāmānī48 pour 1 090,71 piastres en tout.

75Le statut de toutes les terres n’est pas défini. Bien que prenant à sa charge l’exploitation de son bien, il est clair cependant que ce défunt janissaire s’acquittait des loyers pour des terres appartenant à des waqf et payait des impôts aux timariotes.

76Šāhīn beše b. Muṣṭafā est également janissaire à Damas. Son épouse est fille de beše ; son wakīl était Raǧab bulūkbāšī b. ‘Alī, des bulūkbāšīyya de Damas. Neuf mois après cet acte, un nouveau wakīl demande des comptes à Raǧab : le nouvel époux, Faḫr al-aqrān Ḥusayn aġā b. Ḥusayn al-Rūmī, devenu wakīl de sa femme par acte légal établi devant le tribunal, sollicite une présentation des comptes.

77L’exploitation des faddān (sans précision de quantité) cultivés dans le Wādī al-‘Aǧam, à ‘Ādiliyya, hérités par les enfants, a rapporté 582 piastres, pour neuf mois : du blé, de l’orge, du millet, de la soie et du coton, de l’ail et des fèves, du bois (ḫašab). Les produits du bustān, mais également les pastèques, le coton, comme dans le cas précédent ont été vendus sur pied (ḍamān). S’ajoutent à ces revenus, la valeur de deux pièces de terres (qiṭ‘at arḍ), qui viennent d’être vendues ainsi qu’en témoigne un acte (ḥuǧǧa) daté du même jour.

  • 49 Voir la description détaillée de ce type de métier dans QasimY, 1960, p. 447-449 : « Il est pratiqu (...)
  • 50 S’agit-il du travail de buttage des plants de coton ou plutôt de l’enfouissement des graines dans l (...)

78L’exploitation est prise en charge par le premier wakīl représentant l’épouse du défunt janissaire. Des frais de main d’œuvre sont payés : salaire (uǧra) des moissonneurs d’une mazra‘a ; salaire (uǧra) du gardien maghrébin (nāṭūr maġribī) ; dépenses (maṣraf) pour des muṣayyifīn al-ṣayfī, des ouvriers engagés pour les cultures dites ṣayfī, d’été49 ; salaire (uǧra) pour un valet (aǧīr) s’occupant de cinq vaches. D’autres paysans, comme dans le cas précédent, sont rémunérés en nature : mūna pour les métayers des vergers (murābi‘īn basātīn), mūna pour le métayer de la soie (murābi‘ ḥarīr) ; mūna pour le berger des chèvres (rā‘ī), des chaussures (maddās), des bottes (kufūf), de l’huile, et de la graisse de queue de mouton (liyya) probablement pour apprêter des mets, mūna pour le piochage du coton (nakš al-quṭn)50.

  • 51 Ces « graines de soie » sont très probablement les œufs qui vont donner naissance aux vers à soie, (...)

79Les frais d’ensemencement reposent sur l’exploitant : bizr ḥarīr51, graines de pastèques (bizr baṭṭīḫ), 1 ġirāra de blé pour les semences des champs (li-l-filāḥa). L’outillage, l’entretien des outils, également (nous les reproduisons dans les suites de termes que le scribe a enregistrés) : une grande faucille (zūbar), le soc en fer de l’araire et la pioche (sikkat ḥadīd wa-qazma), des clous, des jougs et des couffins (masāmir wa-anyār wa-qufaf) ; une bêche pour monter les buttes, une bêche « normale », et des cordes (misḥāt wa-marr wa-aḥbāl) ; une planche à dépiquer (lawḥ li-l-drās), et un boisseau (‘ulba).

80Des bâtiments ont été entretenus : réfection de murs (marammat ḥīṭān), hutte ou un enclos pour le veau (ḫuṣṣ al-‘aǧl), une fontaine (sabīl) pour le ḫān.

  • 52 Waqfiyyat Sulṭān Sulaymān al-Qānūnī, VGM (Vakiflar Genel Müdür lüǧü) 52-1389 Ankara, p. 69 (numérot (...)

81Il a fallu payer aussi des frais de transport : transport des récoltes jusqu’à la Takiyya (ġilāl li-l-Takiyya), déplacements (tasāfīr) des gens (tawābi‘) du mutawallī de la fondation du sultan Sulaymān52 qui les ont vraisemblablement convoyés, et transport du fumier (naql zibl).

82Enfin, des sommes sont destinées à assurer la nourriture des bêtes (‘alīq li-l-baqar) : kirsanna et deux ġirāra d’orge.

  • 53 Voir chapitre VIII.

83À ces frais de fonctionnement s’ajoutent impôts et taxes : les frais de protection des Bédouins (ġafārat ‘Arab) – qui s’approchent donc des limites sud de la Ġūṭa – quatre fois mentionnés en neuf mois de gestion ; font-ils partie des taxes illégales, ou ces ġafāra sont-elles versées directement aux nomades53 ? Aux dépenses visant à assurer la protection des cultures, se joint une fois « la valeur du café », à rapprocher de la taxe illégale qahwaǧiyya. Un important impôt de 83 piastres grève le patrimoine, impôt sultanien (māl sulṭān), pour la Takiyya Sulaymāniyya : faut-il comprendre que la famille du janissaire doit payer l’impôt sultanien parce que le village de ‘Ādiliyya fait partie du waqf de la Takiyya Sulaymāniyya ? Sont encore prélevées des taxes destinées au gouverneur, les zaḫīra, décrites plus haut et les petites charges et taxes habituelles, la taxe d’enregistrement, etc.

84Le patrimoine de Muṣṭafā aġā b. ‘Umar, ǧūqadār des bulūkbāšiyya de Damas, a été géré par le waṣī Muṣṭāfā aġā b. Isḥāq, un janissaire en retraite (al-mutaqā‘id). Deux muḥāsaba présentent les comptes du waṣī : la première, au bout d’un an et deux mois de gestion, le 18 šawwāl 1091/10 novembre 1680 ; la seconde, à moins d’un an d’intervalle, le 26 ǧumādā II 1092 /12 juillet 1681. Le capital inscrit dans le premier acte est important, 3 491 piastres. L’acte n’est pas une pure muḥāsaba : s’y mêlent les éléments d’une succession qui n’a pas encore été complètement réalisée, à partager entre la mère et les deux enfants. Les dépenses, en particulier les dépenses agricoles dépassent les entrées, obligeant le waṣī à avancer de l’argent pour assurer la bonne marche de l’exploitation. Le second acte, une authentique muḥāsaba, est exclusivement consacré aux revenus des deux mineurs.

85À Ḥurǧilla et Talǧiyyāt, les faddān cultivés rapportent des céréales, blé, orge, et du coton. Comme dans les autres exploitations, le blé est vendu à la ġirāra, le coton en vente sur pied. La seconde muḥāsaba ne signale que la présence de coton, à Ḥurǧilla.

86Les dépenses indispensables à la culture, comme dans les cas précédents, sont assurées par le waṣī, au nom des enfants du défunt. Commençons par les plus simples, et les plus routinières : des dépenses d’outillage limitées à l’achat de couffins (qufaf) ; l’achat de huit bovins, quatre pour Ḥurǧilla, quatre pour un certain Manṣūr ; les éternelles cordes pour les vaches (ḥabl), les fourrages des animaux, kirsanna et graines de coton (bizr quṭn), du gruau (krayš) et la location d’un pâturage d’hiver (qišlaq) ; des dépenses d’entretien : pour des tuyaux (bawārī), pour un mur de la grande maison, le salaire des » poseurs d’enduit » pour Ḥurǧilla, le bois et les salaires pour construire l’écurie de Ḥurǧilla.

87Les frais de la main-d’œuvre agricole sont de natures très diverses. Tout d’abord des salaires, en espèces, versés aux moissonneurs et aux régisseurs. Dans cette grosse exploitation, les régisseurs sont nombreux à recevoir un salaire : trois noms sont donnés, auxquels est accolé le titre de beše, ce qui tendrait à indiquer que les janissaires sont prêts, lorsqu’ils ne sont pas à la tête d’une exploitation, à assurer des rôles secondaires de régisseur. Des sommes, dites ‘ulūfa, sont réglées au Maghrébin (maġribī) de Ṭalǧiyyat et de Ḥurǧilla, pour quatre mois (la période de quatre mois semble correspondre à un moment où les récoltes, sur le point d’être ramassées, exigent une surveillance).

88Les rémunérations se présentent cependant sous d’autres formes pour les laboureurs (ḥarrāṯīn), et pour les métayers. Le waṣī assure, par exemple, la nourriture (qūt) des métayers ; fait déjà signalé, le berger des bovins reçoit de l’huile. Dans la seconde muḥāsaba, les métayers de Ḥurǧilla obtiennent également des kiswa, des habits.

  • 54 Weulersse, 1946, p. 123 : « Les conditions du métayage, toujours verbales, varient dans le détail, (...)

89Mais, dans cet acte, sont clairement indiqués d’autres types de rémunérations : aux laboureurs et aux métayers est attribuée une part de la récolte. Les faddān rapportent 40 ġirāra d’orge : 28,5 ġirāra sont vendus 2,5 piastres la ġirāra ; 6,5 ġirāra sont ôtés de la vente pour être distribués comme mūna aux laboureurs, et 5 ġirāra à un certain militaire Muṣṭafā beše dont on ignore le rôle ; les laboureurs ont donc reçu presqu’un sixième de la récolte (16 %). La vente sur pied du coton a rapporté 60 piastres, dont on retire 15 pour les métayers, soit exactement le quart. On devine ici le contrat de métayage qui unit le bailleur et le cultivateur, contrat de métayage décrit, pour une date plus tardive, par Weulersse54.

90Salaires et versements en nature se mêlent parfois : ainsi, l’un des régisseurs reçoit, en plus de son salaire, du riz et du raisiné (dibs). Une ġirāra de blé est distribuée, en nature, aux moissonneurs, d’une valeur excessive, huit piastres, située très au-dessus de la moyenne du prix, cinq piastres. Peut-on supposer qu’elle correspond à un surplus par rapport au salaire touché à un moment où il y aurait eu pénurie de grain et montée des prix ? La pénurie est attestée dès la fin de 1092 et en 1093 : en ǧumādā II 1092/juin 1681, date de l’enregistrement de l’acte, le prix du blé n’a pas encore monté. Certains signes, dans la région concernée, annonceraient peut-être de mauvaises récoltes ? Ou, hypothèse plus vraisemblable, la ġirāra aurait-elle été simplement surévaluée, pour des raisons comptables, au détriment des villageois ? Les frais liés à la marche de l’exploitation sont donc importants.

91De plus, le waṣī a payé taxes et impôts, comme ‘Alī b. ‘Abdallāh bāš ǧawīš.

92Le plus important est l’impôt sultanien (māl mīrī) pour les faddān de Ḥurǧilla, 221 piastres l’an. À cet impôt s’ajoutent les taxes habituelles destinées au gouverneur de Damas : provisions du champ (zaḫīra ‘an al-haql), ṭarḥ sur les vaches et ṭarḥ sur l’orge de Ḥurǧilla, augmentées des dépenses apparemment en nature liées à la protection contre les Bédouins (zaḫīra avancées par Šāhīn le régisseur et vêtements – kiswa – pour les nomades ‘Ārab).

93Ici encore, les enfants du défunt doivent différents loyers aux waqf. Pour l’année 1092/1681-82, la location des faddān (māl iǧāra) pour le waqf de Lālā Muṣṭafā Pacha se monte à 127 piastres. La même année, sur la même maison, pèsent trois ḥikr destinés à trois waqf différents : le waqf des Ḥaramayn, le waqf de Lālā Muṣṭafā Pacha, le waqf des muezzins. On peut donc supposer que le janissaire Muṣṭafā aġā b. ‘Umar a pris à bail sa terre – et construit sa maison – dans trois waqf différents.

94Les comptes de la succession d’un autre janissaire, Ḥasan beše b. Ḫiḍr
al-Arnawūd sont gérés par un waṣī « pensionné », Muṣṭafā aġā b. Isḥāq (un habitué de la fonction de waṣī, déjà cité dans un autre acte), qui se fait aider ici par un wakīl, Ramaḍān b. ‘Uṯmān. Dans les comptes que cet homme présente pour deux familles différentes, une constante : les frais ont dépassé les revenus et le waṣī a été dans l’obligation de faire des avances. La méfiance s’impose encore : le retraité Muṣṭafā aġā avait le temps de consacrer sa vie à gérer les biens ; peut-être a-t-il tendance à augmenter des dépenses qui l’auraient obligé à consentir des avances, que les héritiers se devaient de rembourser. Muṣṭafā aġā pouvait « exagérer » un peu, mais, comme dans les cas précédents, se devait d’être crédible.

95La première muḥāsaba est réalisée le 10 muḥarram 1092/29 janvier 1681, 10 mois et 3 jours après un premier acte (muḫallafa ou muḥāsaba) daté du 27 safar 1091/26 mars 1680. Ḥasan beše b. Ḫiḍr al-Arnawūd vient de perdre quatre de ses cinq enfants. La seconde, du 7 ǧumādā I 1093/13 mai 1682, couvre une période d’un an et quatre mois : reste un seul fils mineur héritier.

96Les revenus agraires du seul héritier Šāhīn reposent sur plusieurs exploitations situées à Bayt Nā’im, Ǧisrīn, Ma‘mūra. Dans la seconde muḥāsaba, sont cités aussi la région de la Bekaa, et Utāyā, village voisin de Bayt Nā’im.

97Les apports ressemblent à ceux des exploitations déjà citées : des céréales, blé et orge, des pastèques vertes, du chanvre, des concombres (ḫiyār et ‘aǧǧūr), des oignons, de la soie, du bois et du bois de peuplier, 5 chameaux, 18 buffles, et du kirsanna à Ma‘mūra. Les céréales sont vendues à des prix extrêmement variables allant, pour le blé, de 5 piastres la ġirāra en 1092/1681-82 à 12 piastres l’année suivante ; pour l’orge, de 3,5 piastres en 1092/1681-82 à six en 1093/1682-83. Dans le premier des deux actes, d’autres récoltes ont été vendues, ou estimées, sans précision du scribe, tandis que, dans le deuxième acte, les peupliers et les pastèques ont été cédés sur pied.

98À ces récoltes s’ajoute la valeur de diverses locations : un fenil (matban), les revenus (mahṣūl) de la parcelle de terre d’un faddān qu’exploitent les gens du village de Ma‘mūra ; le loyer (iǧāra) des faddān de la Bekaa ; des parts de pastèques et d’oignons payées par les gens du village de Utāyā.

99Les dépenses ne surprennent pas : elles s’apparentent à toutes celles déjà rencontrées pour ce type d’exploitation. Frais de semences : pastèques, y compris des pastèques d’une variété ‘akkāwī (peut-être d’Acre), chanvre, concombres, haricots, ail, plantes fourragères, et sorgho (duḫn). Frais d’entretien de bâtiments, voire d’outillage : construction de la terrasse de l’entrepôt, d’un mur ouest d’une maison, et de son enduit, enduit des maisons de Bayt Nā’im, d’un mur, d’une porte. Frais d’outillage : construction d’une vanne (ta‘mīr sakr) et prix des couffins. Frais liés aux achats et à la nourriture des bêtes : trois bovins, un joug, des cordes, des plantes fourragères (bāqiya, kirsanna, ǧalbāna), et le fourrage destiné à un cheval, à des ânes, aux chameaux. Frais de transport de l’orge, du blé et du kirsanna.

100S’ajoutent d’importants frais de main-d’œuvre.

101Pour chacune des mazra‘a, ou pour les différents villages de l’exploitation, des salaires, tout d’abord, sont mentionnés par des termes différents. Uǧra : salaires des moissonneurs, des bûcherons (uǧrat qaṭṭā‘īn, uǧrat qaṭṭā‘īn ḫašab), des paysans engagés dans les cultures d’été (uǧrat muṣayyifīn), deux apprentis préposés au partage des eaux (uǧrat aǧīrayn li-l-‘addānayn ?), d’un Maghrébin pour une exploitation agricole et pour Bayt Nā’im. Deuxième terme utilisé, maṣraf (dépenses) : maṣraf de plusieurs régisseurs pour Bayt Nā’im et Ǧisrīn, maṣraf pour un laboureur (ḥarrāṯ) ; maṣraf pour un chamelier. Troisième terme enfin, ‘ulūfa : d’un portier maghrébin (maġribī bawwāb), ‘ulūfa d’un chamelier et d’un portier, sans doute le même Maghrébin.

102D’autres types de rémunération existent, déjà rencontrés dans ce même type d’exploitation semi-directe. Parfois simples rémunérations en nature : huit kayl de blé attribués à un jardinier (mūna bustānī), du chanvre pour des métayers ; du chanvre, des oignons et des pastèques pour des muṣayyifīn, du blé pour le précepteur (hodja) des orphelins, pour le Maghrébin et un gardien qui reçoit aussi un vêtement et des bottes (qīma wa-ǧazma li-l-nāṭūr). Le plus fréquemment, ces rétributions, estimées en piastres, apparaissent sous les termes déjà rencontrés de qūt pour les métayers et de mūna pour les métayers et deux valets. Les régisseurs, pour qui des dépenses (maṣraf) en piastres avaient grevé les revenus des enfants du défunt, reçoivent également des mūna, et la valeur d’un turban (ṯaman šāš).

103Comme dans les cas précédents, aux importants frais liés à la marche de l’exploitation s’ajoutent taxes et impôts. Des impôts sultaniens (māl mīrī) pour une mazra‘at Rabī‘a, pour Bayt Nā’im, pour Marǧ al-Ǧisr ; une taxe, ḫidma daftarī sur l’orge, dont on ne sait ce qu’elle représente ; des maṣraf pour dakk abwāb (qui reste une taxe inconnue) pour Bayt Nā’im.

104Les revenus de l’exploitation sont enfin grevés par des loyers portant différents noms, distribuées à plusieurs waqf : uǧra, ḥikr, māl, destinés à six waqf différents.

105Finissons sur deux exploitations de peu d’importance.

106Le janissaire Ḥusayn beše b. Raǧab ne tire de la campagne que de maigres revenus, 198 piastres pour deux ans. Les quelques détails donnés par le waṣī suggèrent encore une exploitation semi directe : un métayer lui a versé 14 piastres pour une ġirāra (de blé sans doute, à un prix très élevé). Le reste de ses entrées rurales provient du fait que le rapport de ses faddān avait été sous-estimé dans l’inventaire ; le compte de gestion rectifie l’erreur et lui attribue 181 piastres supplémentaires. Dans les comptes figurent les types de dépenses déjà rencontrées : frais de main-d’œuvre (salaire des moissonneurs), rétribution (‘ulūfa) d’un Maghrébin, acquisition d’un buffle et frais d’entretien des animaux (ferrage d’une mule, corde pour la vache), prix des outils (age de l’araire, aiguisage du soc), achats de semences de coton et de plants d’aubergines (šaṭl bādinǧān). À la charge de la descendance, certains impôts (‘awāriḍ), certaines taxes (ṭarḥ sur l’orge).

107Le waṣī des filles de Muḥammad bulūkbāšī b. Nu‘mān des bulūkbāšiyya de Damas ne donne que des comptes succincts sur leurs revenus ruraux : 18 piastres, la valeur du blé que des villageois de Baṣīr, dans le Hauran, doivent aux enfants du défunt. La formule utilisée par le waṣī, ou le greffier, ḥanṭa ‘an ahl qaryat Baṣīr, est vague. Ces 18 piastres correspondraient-elles au remboursement d’un prêt ? Ou plutôt au reliquat d’une somme plus importante déjà payée en grosse partie : en effet, dans la liste des dépenses figure le prix du transport du blé du Hauran vers Damas, à la charge des enfants, une somme surprenante de 55 piastres, qui dépasse de beaucoup la valeur des 18 piastres de blé qui revient aux enfants. La céréale était bien « propriété » du défunt.

108Le détail de ces comptes destinés aux enfants des janissaires – locaux – révèle donc que, peu éloignés de la campagne, et peut-être depuis longtemps implantés dans la région, les janissaires, même s’ils touchent de temps en temps quelques revenus de location, s’occupent de la culture de leurs terres, à la différence de la majorité des sipahis et de la totalité des agents civils de l’État, même si les terres qui les portent sont des terres waqf.

Ḫudāwīrdī ṣūbāšī b. al-Arnawūd

  • 57 Marino, 1986, p. 32.

109Le plus important des comptes de gestion concerne le fils d’un personnage hors du commun, Ḫudāwīrdī ṣūbāšī b. al-Arnawūd. Son ism, Ḫudāwīrdī, est rare. Peut-être le nom est-il lié à l’appartenance géographique de la famille, l’Albanie ? À coup sûr, Ḫudāwīrdī est un homme d’importance, qui appartient peut-être à une famille locale connue : Maḥāsinī fait allusion à un Ḫadāwarī ou Ḫadāwārī Baybāšī b. al-Arnawūd, sirdār, qui, en 1669, « quitta Damas à destination de la Crète pour combattre à la tête de 500 soldats57 » : s’agit-il du même homme ? Ou de quelqu’un de sa famille ? Un paragraphe spécial lui est consacré : la muḥāsaba dans lesquels les comptes sont exposés est particulièrement longue et riche d’informations ; le personnage fait doublement partie des ‘askar : il est sipahi, et exerce aussi une fonction qui, pour nous, évoque un rôle d’agent civil de l’État.

  • 58 Raymond, 1989, p. 390.
  • 59 Veinstein, 1989, p. 207.
  • 60 Veinstein, 1989, p. 207.
  • 61 Inalcık, 2002, p. 538.
  • 62 Bosworth, 1997b, p. 769-770.
  • 63 Singer, 1994, p. 26.

110La fonction exercée est indiquée dans le nom. L’homme est ṣūbāšī, important agent de l’État, « préfet de police », traduit A. Raymond58, « officiers chargés également des fonctions de police dans les villes importantes » pour G. Veinstein59. G. Veinstein et Ḫalīl Inalcık incluent les ṣūbāšī dans le groupe des timariotes. Pour le premier, « les alay bey chargés de seconder les sandjak bey dans la conduite des sipâhî sont issus de ces derniers. Au niveau du kazâ, subdivision du sandjak, ces lieutenants sont relayés à leur tour par des subachï, officiers chagés également des fonctions de police dans les villes importantes. »60 Pour Halīl Inalcık : « Une province de type beylerbeyi était divisée en sandjaks placés sous l’autorité d’un sandjak-beyi, et chaque sandjak était divisé en subashiliks ou zi‘āmets sous l’autorité d’un subashi ou za‘īm »61. C.E. Bosworth62 précise le rôle qu’ils jouaient dans les provinces : « Dans les provinces, ils obtinrent une place dans l’organisation féodale, ce qui prouve aussi l’origine militaire de leurs fonctions. Les Ṣubashı avaient eux-mêmes des fiefs (tīmār) et ils exerçaient le contrôle policier sur les autres sipahis et les habitants du district qui leur était confié [...]. Ils avaient droit à certaines prérogatives qui variaient selon les différentes provinces : ils avaient droit à un certain montant de l’impôt et des amendes perçues du peuple. » Quelques informations supplémentaires sont fournies par Amy Singer : « Le subashi avait en charge des subdivisions dans un sandjak. Il résidait en ville et représentait une forme d’autorité de police ou de commandant de la ville mais n’appartenait pas à un corps de police séparé [...]. Lors de campagnes, les subashis commandaient les sipahis de leur district. Ils pouvaient agir également comme percepteurs des impôts du khâss impérial ou du sandjakbeyi. En ville comme dans les campagnes, ils devaient assurer la sécurité et protéger les populations. Si certains subashi étaient rémunérés par l’octroi de ze’amet, il n’est pas clair que c’était la règle. »63

111L’environnement de Ḫudāwīrdī évoque l’appartenance du défunt au milieu des sipahis. Son waṣī légal est Ḥusayn bey b. Muḥammad le sipahi ; son fils héritier et mineur se nomme Bākīr aġā al-za‘īm. L’analyse du compte de gestion, couvrant deux années, 1090 et 1091/1679-1681, révèle d’ailleurs que le défunt était timariote : le mineur touche 104,25 piastres, représentant les revenus de son tīmār, de deux villages, Ḥarrān al-‘Awāmīd et Bzayna. De Ḥarrān al-‘Awāmīd, situé sur la marge orientale du Marǧ, il reçoit des taxes sur les ovins (‘adād), 54 piastres, et des revenus en nature, du blé, de l’orge, des cultures d’été et d’hiver non estimés ; de Bzayna, des revenus en nature : la dîme levée pour deux ans (11,5 ġirāra de blé, 25,5 d’orge, non estimés), et des cultures d’été, estimées à 50,25 piastres. Les céréales seront vendues par la suite avec d’autres quantités de blé et d’orge d’origine différente.

112Mais cette centaine de piastres provenant de son tīmār ne représentent presque rien dans le patrimoine du fils du défunt, qui repose sur le rapport de trois biens waqf.

  • 64 Muḥibbī, s.d., II, p. 157.
  • 65 Le conflit avec la Perse se poursuit entre 1626 et 1639, date de la prise de Bagdad.

113Bākīr aġā al-za‘īm est locataire de biens ou de certains biens liés au waqf de l’émir Darwīš al-Ǧarkāsī. Ce waqf a sans doute été fondé par un éminent personnage de la scène provinciale de la première moitié du xviie siècle, l’émir Darwīš al-Ǧarkāsī auquel Muḥibbī consacre une courte notice biographique64 qui ne mentionne pas toutefois l’existence d’une fondation pieuse. Connu sous le nom de Dalī Darwīš, d’origine tcherkesse, il est réputé pour sa bravoure. Il prend Damas pour résidence après y être arrivé dans la suite du vizir al-Khannâq. Quand ce dernier est destitué, il demeure dans la troupe locale. Il part combattre sur le front persan65, est fait prisonnier et la rumeur de sa mort se répandant, ses biens, terres et meubles, sont inventoriés par le Trésor public. Il réapparaît toutefois et ses biens lui sont restitués. Il part pour Bagdad l’année de sa conquête (1639), et à son retour écrit Muḥibbī, « sa puissance et sa renommée, s’étendirent. » Nommé à la tête du district de Palmyre, il combat bravement les Bédouins, pillant leurs campements, faisant des prisonniers, revenant à Damas dans un cortège impressionnant. Il est alors nommé à Homs, puis limogé, il obtient le district de ‘Aǧlūn. De multiples conflits armés l’opposent alors à la population locale qui le défait et s’empare de ses biens mobiliers et de ses montures. Il revient à Damas, élève une plainte auprès de la Porte qui ordonne au gouverneur de la province de marcher contre la population rebelle. Tout ce dont elle s’était emparé est repris et restitué à l’émir Darwīš qui se retire alors dans sa résidence damascène où il demeure jusqu’à son décès en 1063/1653.

114Par ailleurs, avec d’autres bénéficiaires familiaux, sa mère, ses frères et ses sœurs, Bākīr aġā tire des revenus de la location de biens avant tout urbains du waqf d’un certain Ibrāhīm aġā : lui reviennent personnellement 53 piastres.

115Enfin et surtout, le mineur est impliqué dans le waqf qu’avait créé son oncle paternel, ‘Alī katḫudā : il y possède des parts propres, et, en tant que nāẓir, pour lui et sa sœur, il en administre les biens. Comment ce militaire, certes représenté par son tuteur, gère-t-il ces biens waqf ? Le premier de ces waqf, qui rapporte à Bākīr 1 196 piastres, comporte avant tout des biens urbains. Le second de ces waqf, le waqf d’Ibrāhīm aġā, rapporte à la famille 482 piastres dont Bākīr ne touche que 53 : maisons, boutiques, mais aussi quelques parts de ǧunayna. Les comptes du troisième de ces waqf, celui de ‘Alī katḫudā, sont réalisés en deux fois.

116La première partie est consacrée aux revenus des parts propres du mineur dans le waqf, 379 piastres : quelques biens urbains, maison, boutiques, mais surtout des céréales, 30 ġirāra de blé, 60 d’orge, récoltes de faddān non situés géographiquement, et des ventes sur pied des récoltes d’un certain bustān al-Bāšā. Le mineur a pris en location les biens de sa sœur, Ḥāmida Ḫātūn.

117La seconde partie expose en détail l’administration du waqf, présentée par le waṣī Ḥusayn Bey « sous la surveillance » du nāẓir, le mineur Bākīr aġā. Le waqf se compose avant tout de biens ruraux : de longs comptes en exposent les revenus et la gestion. Il s’étend sur plusieurs villages proches de Damas : Ǧisrīn, Kafr Baṭnā, Bzayna et Ḥarlī. Les revenus proviennent de locations ou de récoltes. En général, bustān, ǧunayna et ġirās sont loués, le bailleur perçoit le montant des locations : bustān al-Bāša, bustān al-Dūr, bustān Dahša, ǧunayna de Mazābil. Il eût été trop simple que la règle fût générale : le bustān al-Bāša rapporte aussi des ḍamān de produits non qualifiés, ainsi que du bois de peuplier et de saule (ṣafṣāf).

118L’énumération des récoltes est lassante. Rien de nouveau sur le sol de la campagne damascène : du bois, souvent peuplier et saule, du chanvre, des concombres, des pêches, des pastèques, des revenus de vignoble ou de verger (karm), du coton et de la soie, auxquels s’ajoute un troupeau de 60 chèvres. Les pêches, le chanvre, le coton, les concombres, les pastèques, la plupart du temps, mais pas toujours (évidemment), procurent des ressources grâce à la vente des récoltes sur pied, en ḍamān. La soie est vendue, le bois semble être cédé une fois la coupe effectuée.

119L’exploitation de ces terres waqf mêle donc location et prise en charge par le bénéficiaire qui profite des récoltes et assure les dépenses.

  • 66 Qaṣarmill : cendre de crottin de cheval, Barthélémy, 1969.

120En effet, les frais d’exploitation reposent en grande partie sur le bénéficiaire, ou les deux bénéficiaires, des terres (le mineur et sa sœur). Les dépenses sont exposées village par village et pour les deux années consécutives. L’ensemencement tout d’abord : parfois pesées et estimées, les semences de coton, de chanvre, de concombres, de haricots, de fèves, de plantes fourragères (ǧalbāna, fiṣṣa et kirsanna), et des plants d’aubergines. Les dépenses d’outillage habituelles : joug et age de l’araire, couffins, cordes ; les sommes payées au forgeron, la valeur du fer et de l’acier, auxquelles s’ajoutent pour cette exploitation les frais de pressoirs à main (‘aṣṣāra yadawī), et d’objets dont on n’a pas trouvé la fonction (rabī‘a yadawī ma‘ṣāra). L’acquisition de bovins, leur alimentation en plantes fourragères ont nécessité des frais importants. Le waṣī a versé des sommes destinées à l’entretien des bâtiments agricoles : une balance (mīzān), diverses restaurations dont le dallage d’un moulin (tarmīm balāṭ ṭāḥūn), des clous, et de l’enduit pour le moulin dit al-Barriyya ; la construction d’un grand entrepôt ; des dépenses pour le fenil ; des dépenses de bois ; les dépenses d’entretien ont également concerné les maisons d’habitation (dār sans plus de détail, qaṣr où habite Bākīr et ḥawš plusieurs fois cité) : des réfections (mirammāt), des poutres, et de l’enduit, le transport de la cendre pour faire l’enduit du ḥawš (uǧrat naql qaṣarmill66), de la terre rouge (turāb aḥmar), matériaux nécessaires à la construction d’un bâtiment dans la région de Damas ; il a fallu curer un canal d’irrigation (uǧrat ta‘zīl nahr) ; il a même fallu réaliser quelques petits travaux d’embellissement : monter une balustrade et aménager une terrasse pour l’un des ǧunayna (maṣraf ‘amal darabzīn ǧunayna), construire une porte pour un verger et ériger un muret de pierre pour barrer un canal (ṯaman aḥǧār berāy silsila ou simsla-i-nahr bustān mazbūr ?).

121La rémunération du travail, exprimée dans un vocabulaire très précis et adapté à chaque type d’activité, a été importante. Citons, sans plus, car ils ne touchent pas directement les dépenses agricoles, tous les frais liés à l’entretien « administratif » du waqf et au comportement religieux du défunt, ou de sa descendance : à plusieurs reprises, l’intervention d’un scribe de langue arabe (ḫidmat kātib ‘arabī) pour deux villages ou du mutawallī du waqf ; les salaires (murattab) octroyés à un personnel lié aux institutions religieuses (lecteur du Coran sur la turba – qārī’ ‘alā turba – et du nāẓir) ou subventions destinées à l’entretien d’équipements situés à La Mecque, fontaine, puits de Ḥusayn Darwīš, moulin, ou à Damas, une cour (sāḥa) qualifiée de ṯamaniyya (octogonale ?) de la mosquée des Omeyyades.

122Les travaux des champs ont été rémunérés, comme dans les exploitations semi-directes précédentes, en salaires, ou en parts de récoltes. Salaire (uǧra) pour les moissonneurs, mais aussi pour un gardien d’un champ de concombre, pour des paysans qui se sont consacrés aux récoltes d’été, pour un valet de ferme, pour un greffeur d’arbres (muṭa‘‘im ašǧār), pour les bûcherons d’un verger (qaṭṭā‘īn aḫšāb bustān al-bāšā), pour le berger d’un troupeau de chèvres, pour des personnes qui ont procédé à l’aménagement de passages dans le verger (‘abbārīn ?) et même pour l’homme qui a nettoyé les terrasses de la maison (kannās asṭiḥat dār). D’autres paysans ont reçu des « provisions » ou des parts de récoltes, mūna pour certains des métayers, pour un moissonneur maghrébin, et un valet de ferme ; une kiswa a été attribuée aux métayers de chacun des villages ; de la nourriture (qūt) pour l’ensemble d’un village ; des chaussures ont été fournies plusieurs fois en ces deux ans au berger, mais également à un métayer et au valet. Les muletiers (qaṭarāt) ont reçu quelques miṣriyya, pour eux et pour le fourrage de leurs montures. Toutes ces rémunérations ont été estimées, et seront détaillées dans le chapitre suivant. Ces dépenses de main d’œuvre, importantes, ne représentent cependant que moins de 2/3 des sommes que le waṣī a réglées pour s’acquitter des loyers qu’il a dû verser, des taxes et des impôts.

123Les locations versées par le waṣī sont exprimées par les deux termes de uǧra et ḥikr : le défunt avait arrondi son exploitation en prenant des terres en location.

124Certains vergers, qui ne sont pas ceux que Bākīr avait donnés en location, ont été en effet pris en location. Les bailleurs sont parfois des personnages dont les titres évoquent l’importance sociale : pour deux années consécutives, 1091 et 1092/1680-82, le waṣī paye une location (uǧra) de 20 piastres à un aġā pour une exploitation (mazra‘a) à Ḥarlī ; Faḍlī çelebī, à Ǧisrīn, reçoit, en 1092/1681-1682, cinq qurš pour le bustān al-La‘mā, 25 pour la location d’un demi faddān et cinq piastres pour une pièce de terre peut-être occupée par un oratoire (arḍ ǧāmi‘) ; 25 piastres sont versées à un sayyid pour la location d’un demi faddān ; les enfants d’un šayḫ touchent 21 piastres pour la terre du bustān Ṭaranṭiyya, etc. L’ensemble de tous ces types de locations versées par le wasi s’élève à 199 piastres.

125Les bailleurs ne sont pas toujours des individus, mais aussi des waqf. Le loyer versé s’exprime encore par le terme uǧra. Le tableau suivant expose le nom des waqf dont certaines des terres ont été prises en location, et la localisation du bien lorsqu’elle a été exprimée. Il s’agit bien de terres (arḍ) et non de bustān, à l’exception d’un seul ǧunayna loué à un waqf dont le nom total est illisible.

Tableau 22 – Nom des waqf et localisation des biens loués par le ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd

  • 67 Vraisemblablement l’école chaféite extra-muros construite par Sitt al-Šām, sœur de Saladin, décédée (...)
  • 68 Sans doute lié à la Zāwiya Ibn Dāwud sur la pente du Qassioun dont la construction est attribuée à (...)
  • 69 École chaféite intra-muros, abritant le tombeau de son fondateur, le sultan mamelouk
    al-Ẓāhir Bayba (...)
  • 70 Ḫānqāh bâtie par un riche négociant damascain décédé à Djedda dans le Higaz en 1458, v. Nu‘aymī, 19 (...)
  • 71 Sans doute lié à la Zāwiya al-Armawiyya localisée au bas de Ṣāliḥiyya qui abrite la tombe de son fo (...)

Nom du waqf

Localisation du bien

Madrasa Šāmiyya67

Bzayna

Mosquée de Ǧisrīn

Ǧisrīn

Dāwudiyya68

Kafr Baṭnā 

al-Dahša

Madrasa al-Ẓāhiriyya69

Ḥaramayn Šarīfayn

Dummar

Madrasa Naḥḥāsiyya70

Al-Armawī71

bint?

  • 72 Famille de notables de Damas, qui donna de nombreux lettrés, v. Schatkowski Schilcher, 1985, p. 181 (...)
  • 73 Probablement lié à ce bâtiment construit par le vice-roi de Damas Sayf al-Din Manǧak en 1374-1375 a (...)
  • 74 Une turba des Banu ‘Ubāda existait à proximité du bâtiment précédent, Talass, 1975, p. 153.
  • 75 Dār al-Qur’ān al-Ṣābūniyya construite entre 1458 et 1463, dotée de nombreux biens waqf mentionnés d (...)

126Le terme ḥikr apparaît aussi. Un exemple : le bustān al-Bāšā, le bustān al-Dūr, le bustān Dahša, et le bustān Ṭaranṭiyya devaient appartenir, au moins en partie, à d’autres waqf que le waqf de ‘Alī katḫudā. Ainsi, pour le bustan al-Bāšā, le waṣī verse 18,6 piastres de ḥikr aux Banū Usṭūwānī72, une demi piastre aux Banū al-Ḥaḍīr et une piastre à la mosquée de Manǧak73. Sans reprendre en détail le nom des vergers qui supportent ces locations (ḥikr), et tout en notant qu’elles concernent également des bâtiments (écuries, entrepôts, le café du bain), un pavillon (qā‘a), des étagères (rifāfa) pour le café, citons les waqf auxquels ces loyers spéciaux sont versés : Banū Usṭūwānī, Banū al-Ḥaḍīr, Armawī, Banū ‘Ubāda74, Darwīš (al-Šarkasī ?), Sab‘ al-Nūrī, Dahša et mosquée de Ṣafṣāfa, Mosquée de ? (illisible), Banū Ḥiṣnī, Dār al-Qur’ān al-Ṣābūniyya75, la mosquée Manǧak.

127Difficile d’y voir clair dans ces mélanges de propriété propre, de locations reçues, de locations versées, sous les deux termes de uǧra et de ḥikr, difficulté aggravée par l’ambiguïté des terme loyer et location dans la langue française. Dans le waqf de son oncle ‘Alī katḫudā, le défunt dispose des parts propres, qui rapportent des céréales avant tout et qui ne sont grevées d’aucun paiement de location. Il reçoit aussi des loyers de bustān et de ǧunayna. Sans doute possède-t-il une partie de ces bustān. Mais il a arrondi son exploitation en prenant en location des terres qui dépendaient de waqf dans lesquels il n’avait aucune part : certaines des terres dont le défunt et sa descendance touchaient ou touchent les revenus ne dépendent pas du waqf de ‘Alī katḫuda, mais aussi d’autres waqf.

128Le waṣī a réglé également sa part d’impôts et de taxes pour trois des villages sur lesquels s’étend le waqf de ‘Alī katḫudā. Plusieurs types d’impôts et de taxes existent, déjà rencontrés dans d’autres comptes de gestion :

  • 76 Grande tribu de la région de Salamiyya, qui va étendre son influence vers le nord, Alep, Rakka, Zak (...)
  • 77 Barthélémy, 1969 : « file, suite, train de bêtes de somme attachées ».
  • 78 Le mot n’est pas attesté.

129S’ajoutent certaines taxes : les zaḫīra, dont certaines sont destinées au gouverneur de l’Égypte (zaḫīra berāy wālī Miṣr), d’autres intéressent la protection contre les nomades (zaḫīra ‘Arab al-Mawālī76 wa-tibn) ; et les ṭarḥ sur l’orge, les chameaux et les vaches. S’y ajoutent les tasfīr, droit de déplacement versé à un représentant de l’autorité appelé par son service en dehors de sa résidence normale. La taxe est illégale, mais a peut-être été justifiée ici par les frais que le déplacement a engendrés : le terme tasfīr est suivi soit de noms d’animaux, chameau, et deux bêtes de somme (qiṭār77), soit du nom des deux muletiers (qaṭṭārayn78).

130Au terme de ce long document (six pages du registre 10), on constate que le bien aurait rapporté la somme conséquente de 2 008 piastres, si d’importantes dépenses s’élevant à 2 128 piastres n’avaient pas obligé une fois de plus le waṣī à avancer de l’argent, 119 piastres qui seront récupérées sur les revenus du waqf et de ses bénéficiaires, Bākīr et sa sœur.

131Au terme de ces longues et fastidieuses, mais si rares, analyses à ras de terre appliquées à la gestion des exploitations rurales des agents civils et militaires de l’État, se remarque tout d’abord, en filigrane, l’importance des liens qui unissent à des waqf les timariotes, les agents civils de l’État, et les janissaires. De ces waqf, certains (les agents civils de l’État surtout) ont hérité une jouissance personnelle.

132Tous les agents civils et militaires de l’État ne sont certes pas liés au monde rural. Mais ceux qui bénéficient d’une emprise sur le monde de la campagne appartiennent à toutes les catégories de ‘askar, timariotes, janissaires et administrateurs. En revanche, les modes d’exploitation varient avec le groupe auquel appartient le ‘askar : les agents civils ne se mêlent pas directement d’exploitation, ils touchent le produit de terres qu’ils donnent en location. Les janissaires, sans évidemment mettre la main à la terre, sont les plus impliqués dans les cultures : ils reçoivent directement les produits de leurs biens ruraux et prennent à leur charge les principales dépenses agricoles. Le comportement des timariotes paraît se situer entre ces deux attitudes : héritiers de concessions fiscales, ils louent leurs terres, ou ils les mettent eux-mêmes en valeur, du moins en partie, comme ils en ont toujours eu le droit.

133Les liens des ‘askar avec la campagne ne concernent pas la seule mise en valeur de la terre : les militaires, à l’heure de leur décès, attendent des villageois des sommes importantes constituant une forte proportion de leurs patrimoines. Avant de tenter d’établir, grâce à la minutie des comptes de gestion, un bilan global sur les types de cultures pratiquées, sur les dépenses indispensables, et finalement sur le rapport des ces investissements agraires, nous nous pencherons sur les formes prises par ces sommes avancées dans les villages.

Les créances rurales

134L’étude des inventaires permet de faire le point sur l’importance de ce crédit rural. Les « créances » rurales, qu’il ne faudra pas identifier de manière systématique à des prêts, atteignent en effet un montant supérieur aux revenus directement tirés de l’élevage et du travail de la terre : elles représentent 16,4 % de leurs avoirs alors que les revenus tirés de la campagne ne constituent que 11,2 % de leurs biens. À l’heure de leur décès, agents civils et militaires de l’État n’ont pas encore recouvré 94 % de ces créances.

Diversité des créanciers

135Les ‘askar engagés dans ces relations d’argent avec des ruraux ne constituent pas un monde homogène : dix de ces créanciers, quatre janissaires, deux kapı kulu, un sipahi, un agent civil de l’État et deux kul oǧlu, ne tirent aucun revenu de la campagne. En revanche, huit parmi ceux qui touchent des revenus de la campagne, des janissaires, ne récupèrent ni n’attendent aucune créance paysanne lorsqu’est enregistré l’inventaire de leurs biens. Enfin, sept défunts, deux janissaires, deux kapı kulu, trois sipahis détiennent à la fois biens ruraux et créances rurales : comme l’indique le tableau suivant, ce sont cependant les bénéficiaires de revenus ruraux qui sont avant tout les créanciers des campagnards.

Tableau 23 – Créances rurales et bénéficiaires de biens campagnards

Total

Sommes récupérées

Sommes dues

Bénéficiaires de revenus ruraux (7)

8 294,6

547,7

7 746,9

Non bénéficiaires de revenus ruraux (10)

2 482,7

120,2

2 362,4

Diversité des créances

136Le scribe, dans sa description des actifs des défunts, inscrit le montant des sommes payées ou encore dues, mais il ne signale jamais la nature ni la cause de la dette paysanne, qu’elle soit individuelle ou collective. En revanche, il en indique parfois la durée, faisant allusion à la reconnaissance de dette (tamassuk) ou au document (ḥuǧǧa) prouvant que la dette a été engagée. La liste des créances mélange allègrement créances collectives, individuelles, créances en espèces et en nature. Ainsi, les héritiers d’un kul oǧlu doivent récupérer 125 piastres du village de Ḥalbūn, dette enregistrée par un acte du 12 ǧumādā I 1091/9 juin 1680, 151 qurš des villageois d’al-Ḥusayniyya, enregistrée par ḥuǧǧa de 1088/1677-78 au Grand Tribunal, 21 ġirāra et huit kayl de blé, 20 ġirāra d’orge, trois kayl de plantes fourragères (ǧalbāna), 16 kayl et quatre mudd d’une autre plante fourragère (bāqiya) ; un villageois nommé lui doit une somme de 112 piastres, comme le prouve une reconnaissance de dette de 1090/1679-80.

137Dans l’ensemble, les indications sur la cause des créances villageoises ne sont pas assez claires pour qu’une typologie des dettes puisse être établie avec certitude : l’endettement correspond cependant à des facteurs divers dont témoigne parfois la comptabilité dressée par le waṣī.

138Les sommes attendues par les héritiers peuvent corrrespondre à des ventes, par le défunt, de biens ruraux dont les acquéreurs tardent à régler le montant : ainsi, Aḥmad b. al-šayḫ Muḥammad b. al-‘Ānī avait vendu au šayḫ Mūsā, pour 196 piastres, une plantation (karm) dans le village de Dārayyā, comme le prouve une reconnaissance de dette du 1erǧumādā II 1071/31 janvier 1661 ; le même personnage avait également vendu pour 200 piastres à un certain Maḥmūd une plantation située à Dārayyā, avec reconnaissance de dette remontant au 15 raǧab 1071/15 mars 1661. Les deux ventes remontent à 23 ans. Un kapı kulu attend 110 piastres correspondant à une conciliation (ṣulḥ) sur l’abandon d’une exploitation (mazra‘a) dans le village de ‘Awra, confirmée par ḥuǧga du tribunal.

139Les héritiers attendent également le règlement de locations. Le défunt déjà cité Aḥmad b. al-šayḫ Muḥammad b. al-‘Ānī avait, pour150 piastres, donné en location (tawāǧur) à un certain ‘Afīf huit parts d’un bustān à Kafr Sūsiyya, pour une période de 15 ans débutant au mois de ramaḍān 1090/octobre 1679, par acte réalisé devant le cadi chaféite, daté du trois du mois. Le waṣī n’en a récupéré que 10 piastres ; 140 restent dues. Le même défunt avait également donné en location, en 1089/1678-80, à un certain šayḫ Muḥammad une part d’un jardin situé à Mazza : des 60 piastres dues, le šayḫ Muḥammad a réglé la moitié ; 19 piastres, en numéraire, ont été payées au défunt, le waṣī a touché 11 piastres ; restent à recouvrer 30 qurš.

140Les villageois ont pu emprunter pour exécuter des travaux : les paysans du village de Barr Ilyās ont emprunté 125 piastres, en deux fois, « pour des pierres » souligne le waṣī, au janissaire Šāhīn beše b. ‘Abdallāh (163), cité à plusieurs reprises, usurier à coup sûr. L’une des dettes date de cinq ans. Au même Šāhīn, impliqué dans le commerce de la soie dont il détient quatre matrak, plusieurs villageois de Sa‘dnāyel, et de Qabr Ilyās doivent du blé et plusieurs matrak de soie dite anwārī.

  • 79 V. Fontaine, 2008, p. 51 et 52. L’auteur analyse les causes possibles de l’endettement paysan dans (...)

141Ces créances de militaires, ou ces dettes de paysans peuvent donc avoir des origines diverses : avances pour travaux, loyers en retard, ou tout simplement termes de location tombant à un moment de l’année qui suit la mort du défunt. L’essentiel cependant semble bien concerner les impôts79.

  • 80 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 5 : « Dans le vilâyet susdit [celui de Damas], les redevances forfaitai (...)
  • 81 Bāqiyya (bawāqī) n’est utilisé qu’une seule fois pour qualifier les arriérés d’impôts.

142Plusieurs indices le suggèrent. Les scribes utilisent souvent, pour désigner les sommes dues, les termes maqṭū‘ ou qisṭ ou faṣl80, expressions qui s’appliquent aux termes d’impôt81. Ces impôts concernent souvent l’ensemble des habitants (ahālī) du village. Ainsi, les villageois de Bawābī ( ?) doivent régler 1 500 piastres, certifiées par une ḥuǧǧa de mi-ṣafar 1092/6 mars 1681, dont le premier terme (qisṭ), 400 piastres, tombe en šawwāl de la même année/octobre 1681, le second, 1 100 qurš, au début de muḥarram 1093/janvier 1682. Mais il semble bien cependant que, dans le village, certains paysans aient réglé leurs parts de taxes, tandis que d’autres restaient à la traîne, apparaissant, individuellement, dans les créances du défunt. Parmi ces individus, le šayḫ du village est souvent présent, représentant la collectivité villageoise.

143Aux sipahis, collectivités villageoises et individus doivent des sommes (en espèces) ou des biens (en nature). Un exemple détaillé suggèrera la variété des créances attendues. Les descendants de ‘Uṯmān aġā dit le Hongrois héritent de 622 piastres à recouvrer. Parmi les débiteurs figurent un métayer nommé Abū ‘Abd pour 10 piastres ; Muḥammad b. al-Hubǧī du village de ‘Arna, pour le prix d’un taureau, 8 qurš et demi ; ‘Ābid, šayḫ d’al-Ḥawāra, quatre piastres, prix des chèvres, un certain Yūsuf, 32 piastres, prix de deux chameaux ; d’autres personnages, nommés, pour des sommes correspondant à la valeur globale de faddān et d’un taureau ; d’autres enfin ne doivent pas de l’argent mais du blé ou de l’orge. Certains des débiteurs ne sont pas des individus, mais des villages : les villageois de Ḥasīriyya, dépendant (tābi‘) du Golan, doivent 103 piastres ; les gens (ahālī) du village d’al-‘Arna al-kubrā 50 piastres, sept sacs de blé... et du blé ; d’autres villageois de Sar‘āyā ont payé 16 piastres d’un terme (maqṭū‘) d’impôt de 1089/1679-80, mais restent redevables de 40 piastres, etc. Ces créances sont donc individuelles, ou collectives, en espèces ou en nature, ou les deux en même temps.

144Ainsi, les villageois de Bawābī ( ?) doivent régler 1 500 piastres, certifiées par ḥuǧǧa de mi-ṣafar 1092/6 mars 1681 dont le premier terme (qisṭ), 400 piastres, tombe en šawwāl de la même année/octobre 1681, le second, 1 100 piastres, au début de muḥarram 1093/janvier 1682.

  • 82 Voir le cas peu clair du kapı kulu Ǧanār b. Aḥmad beše, voir chapitre IV.

145Les ‘askar étaient donc doublement concernés par le paiement des impôts. Avec les sipahis qui viennent de mourir, les villageois » étaient en compte » ; collectivement ou individuellement, ils devaient des sommes en espèces ou en nature, soit que le terme du paiement ait été postérieur au décès du créancier, soit que les villageois aient été en retard dans leur règlement. L’intervention des autres agents civils et militaires de l’État se situe à un autre niveau que celui de la collecte des taxes : janissaires, kapı kulu82, kul oǧlu, des citadins pas toujours présents à la campagne, avancent aux villageois les espèces qui leur permettront de s’acquitter des impôts pesant sur eux. Un janissaire attend ainsi depuis six ans moins d’une piastre pour des reliquats de mīrī portant sur des chevaux. Les sommes sont le plus souvent beaucoup plus importantes, avancées par des personnages impliqués dans des prêts urbains autant que ruraux.

146Il est évidemment impossible de quantifier la proportion de paysans endettés dans la population villageoise. Au vu de l’importante proportion des créances rurales dans les avoirs des défunts militaires, le « beaucoup » semble bien l’emporter.

Le devenir des créances

147L’acquittement de ces dettes paraît souvent difficile et long. Quelques inventaires indiquent la durée de la dette : 15 ou 23 ans pour des sommes dues pour ventes ou locations, un à cinq ans pour les soldes d’impôts.

148Les comptes de gestion constituent une source plus complète pour l’étude du devenir de ces créances militaires ou dettes paysannes, les waṣī étant, entre autres fonctions, chargés de récupérer les créances dues aux enfants du défunt.

149Ainsi, le waṣī du janissaire Ḥusayn b. Qāsim beše semble avoir réglé la situation de façon exceptionnellement rapide : il a réussi à retrouver l’ensemble des sommes dues – on ne sait depuis quand – par huit de ses dix débiteurs paysans ; deux d’entre eux cependant n’ont remboursé qu’une partie de leur dette.

150Deux muḥāsaba consacrées à la gestion du même héritage, témoignent de l’existence d’une dette collective dans le village d’al-Ašrafiyya qui s’élève à 166 piastres. Là encore, la durée du prêt n’est pas indiquée. Les dates des deux actes sont à peine éloignées de trois mois : dans le deuxième acte, le village n’a encore rien remboursé, la créance reste à recouvrer.

151Deux autres actes consacrés à la gestion du même héritage permettent de suivre en détail le devenir des sommes dues par des paysans à un kapı kulu. Dans une première muḥāsaba, le waṣī du défunt kapı kulu Maḥmūd beše b. ‘Ibād Allāh, qui ne tire aucun revenu direct de la campagne, présente un compte de gestion, daté du 25 ḏūl-qa‘da 1091/16 décembre 1680. Quelqu’un an et demi plus tard, le wakīl de la veuve et de sa fille, un janissaire, demande au waṣī un nouveau compte, daté du 18 rabī‘ I 1093/26 mars 1682 : les deux documents autorisent le « suivi » des créances.

152Deux villages, Kafr Baṭnā (à deux reprises) et Ḥammūriyya, ont emprunté collectivement au kapı kulu qui a prêté aussi à 34 paysans nommément désignés. Les villageois concernés appartiennent à des régions voisines, la Ġūṭa ou le Marǧ : dix de Kafr Baṭnā, les plus nombreux ; cinq de Saqbā, deux de Balāṭ, deux de Zamalkā, un de Ḥammūriyya, un de Qarḥata et un de Rīḥān. Les créances s’échelonnent entre 2 et 35 piastres. Seules les créances collectives dépassent cette dernière somme : les gens du village de Kafr Baṭnā doivent 101 et 120 piastres. Neuf de ces villageois, dont deux avaient emprunté à deux reprises, avaient réglé leurs créances dans le premier des actes, sans que l’on sache évidemment depuis combien de temps ils étaient débiteurs du kapı kulu ; ils habitent les villages les moins souvent cités : Qarḥata, Zamalkā, Balāṭ, Ḥammūriyya et Saqbā.

153En revanche, les autres paysans débiteurs semblent empêtrés dans des dettes dont ils n’arrivent pas à émerger. De cet ensemble de villageois, trois seulement, pendant le laps de temps considéré, honorent leurs dettes, dont deux étaient déjà vieilles de trois ans. En cas de non paiement, souvent, le scribe a cité la date de la reconnaissance de dette (bi-mūǧib tamassuk) dont on peut alors constater l’ancienneté. Les plus anciennes des dettes remontent à 11 ans, soit à l’année 1080/1669-70. ‘Abd al-Raḥīm b. ‘Umar a emprunté cinq piastres, prêt dont une ḥuǧǧa passée devant le cadi chaféite témoigne de la date, le 7 šawwāl 1080/27 février 1670. De ces cinq piastres, dans la dernière des muḥāsaba, en 1093/1682-83, il n’a rien remboursé. ‘Abd al-Karīm b. Yūsuf a emprunté à deux reprises, 2,25 piastres en 1088/1677-78, 14 en 1090/1679-80 : en 1093/1682-83, ses dettes restent entières. Quatre paysans ont emprunté à deux reprises, à des dates parfois très proches, deux mois, six mois d’écart, et sont toujours signalés comme débiteurs en 1093/1682-83.

154Dans le meilleur des cas, certaines collectivités, ou certains paysans, arrivent à rembourser une partie de leurs dûs. Les gens de Ḥammūriyya, débiteurs de 53 piastres depuis rabī‘ II 1090/mai 1679, ont remboursé 21 piastres en 1091/1680-81, mais doivent encore 32 piastres en 1093/1682-83. Mais les gens de Kafr Baṭnā, s’ils payent en 1093/1682-83, 121 piastres empruntées à une date par ailleurs inconnue, doivent encore 101 qurš. Ḥāǧǧ ‘Abd al-Karīm b. Mūsā et ‘Alī b. Qamar de Balāṭ avaient emprunté à deux 35 piastres en 1090/1679-80 ; en 1093, ils n’en doivent plus que 25 en 1093/1682-83.

155Mais les plus nombreux des paysans et même des collectivités (16 cas), en deux ans, n’ont pas réussi à rendre son argent au kapı kulu, et parfois, ces dettes courent depuis longtemps, de un à cinq ans en 1091/1680-81. De plus, on l’a signalé, quatre villageois ont été poussés à demander des avances à plusieurs reprises.

  • 83 Rafeq, 1992, p. 323.

156Les conclusions tirées de l’analyse des inventaires et des comptes de gestion confirment les remarques d’A. Rafeq : « Le crédit, l’avance d’espèces constituent des aspects majeurs des relations ville-campagne. Ils étaient acceptés, économiquement indispensables, et pris en considération par la loi (comme le prouvent les nombreuses mentions à des ḥuǧǧa passées devant la cour) [...] ; les villageois avaient besoin de crédit pour payer leurs taxes, rembourser leurs dettes, cultiver la terre, et survivre, le tout dans cet ordre »83

  • 84 Rafeq, 1992, p. 328.
  • 85 Voir chapitre V.
  • 86 Reprenons une comparaison ébauchée plus haut. Fontaine, 2008, p. 61, constate : « Partout dans l’Eu (...)

157Ces avances de numéraire, pratiquées par tous les agents de l’État et dont le montant tient une si importante place dans les actifs des défunts, paraissent avoir été suivies de remboursements lents et difficiles. Si l’existence d’un intérêt est couramment attesté lorsque le waṣī a placé le capital d’un mineur pour qu’il fructifie, les juges et leurs scribes ne mentionnent, ni dans les inventaires ni dans les muḥāsaba, un quelconque intérêt, interdit par le fiqh dans le pays de Šām ; nulle trace non plus d’un « intérêt camouflé » mentionné par A. Rafeq, divers types de manteaux, de couteau, etc. venant s’ajouter au remboursement des sommes dues. Il paraît peu probable que, face à ces recouvrements lents et difficiles, le remboursement ait été aléatoire, voire abandonné. Il n’est pas impossible d’imaginer que l’intérêt existait, illégal : mais nos sources n’y font pas la moindre allusion. Les dettes, omniprésentes dans le monde des villageois, marquent la dépendance des ruraux : « Le crédit accordé aux ruraux par les urbains débouchait en général sur l’acquisition par les citadins de propriétés rurales, de mašadd maska, ou sur la prise en location de terres dans les villages. »84. Les prêts à intérêt sont en règle générale interdits, malgré quelques exceptions, mais les rentes foncière et immobilière85 sont parfaitement acceptées. Et, bien que la situation ne soit pas évoquée dans nos documents, il n’est pas impossible qu’à cet endettement sans remède, les villageois aient offert la solution de journées de travail non payées86.

Notes

1 Inalcık, 2002.

2 Bosworth, 1997a.

3 Rafeq, 1975, p. 281, note 9.

4 Sālyān est un mot persan qui signifie « annuel » : il désigne régulièrement un revenu annuel, par exemple le montant du traitement d’un serviteur de l’État.

5 Ibn Rašīd, mentionné dans d’autres muḥāsaba, est cité à deux reprises dans Marino, 1986, p. 46 et surtout p. 84, où le chroniqueur Maḥāsinī note en effet le retour de Ḥusayn Pacha, gouverneur de Damas, à la mi-août 1680, de sa campagne contre le « mauvais Ibn Rašīd » ; v. aussi Rafeq, 1970, p. 55 : ce chef bédouin, fauteur de troubles au sud de la province, avait été l’auteur d’une désastreuse attaque contre la caravane du pèlerinage en 1671.

6 Laoust, 1952, p. 219 : En 1089/1678-1679, « le gouverneur ‘Uṯmān Pacha partit combattre les gens de Karak ; il s’empara de la citadelle et fit mettre à mort les principaux notables de la ville. Il laissa à Karak une garnison de troupes damascènes qui devaient être renouvelées chaque année, pour assurer la défense de la place. Cette tradition s’est maintenue jusqu’à nos jours. » Le chroniqueur Ibn Ǧum‘a, traduit par H. Laoust, écrit au XVIIIe siècle.

7 « Administrateur chargé de gérer les revenus [...] de toute fondation pieuse. », Dozy, 1968.

8 Ou Qaǧmāsiyya, école hanéfite intra-muros portant le nom du vice-roi de Damas qui l’a édifiée en 1487, dotée de biens waqf, v. al-Nu‘aymī, 1948-1951, I, p. 434 et Talass, 1975, p. 244.

9 Mosquée construite extra-muros dans le quartier de Qabr ‘Ātika par le grand Chambellan Ġars al-Dīn Tawrīzī dans les années 1420. Le texte du waqf, qui énumère les biens de la fondation, est inscrit sur les murs à l’intérieur et au-dessus du portail d’entrée ; il est donné dans Gaube, 1978, p. 92-101.

10 Importante fondation du gouverneur de Damas, grand-vizir de l’Empire dans la seconde moitié du XVIe siècle, v. Mardam Bey, 1925.

11 La racine des mots mutawallī et tawliya est identique. L’expression māl tawliya de la zi‘āma est obscure : cette somme, très élevée, aurait-elle pu rémunérer pour deux années les services de l’administrateur d’une fondation dont le nom n’est pas mentionné ?

12 Veinstein, 1989, p. 197.

13 L’expression « directement » est impropre : il est évident que le sipahi n’a pas mis la main à la terre ; mais il en a confié la culture à des métayers. Dans le sens où il ne donne pas en location sa terre, ce mode d’exploitation pourrait être qualifié de semi-direct.

14 Qasimy, 1960, p. 249-250 : šāwī, personne qui contrôle et surveille la distribution des parts d’eau attribuées à chaque village, pour l’irrigation. 

15 Large bêche munie d’une poignée ; deux cordes relient la lame à une traverse que tire à lui un homme tandis qu’un autre tient le manche et donne le bon angle d’attaque à la lame. Le tireur amène vers lui la terre pour former une butte régulière.

16 Barthélémy, 1969 : rasn, pl. rsān ou arsān, longes.

17 Une explication possible du rôle joué par cette huile est donnée chapitre VIII.

18 La ǧarda est un corps de troupe qui part de Damas entre la fin de ḏū al-ḥiǧǧa et le début de muḥarram à la rencontre de la caravane du pèlerinage, rejointe à l’étape de Tābūk ou à celle de Abyār al-ġanam. Voir Barbir, 1980, p. 173 et Establet, Pascual, 1998, p. 29.

19 Rafeq, 1981, p. 662, signale la présence de Gitans dans la région de Damas : « Un autre groupe de gens fréquentait la campagne de Damas, sans s’y être installé, les “gypsies”.

20 Sur ces impôts, voir ch. VIII.

21 Il s’agit probablement du waqf de la Takiyya Sulaymāniyya.

22 Sur la famille Mawṣilī, voir Marino, 1997, p. 74-77 et p. 320-324 notamment.

23 Dozy, 1968.

24 Inalcık, 2002, p. 538-544.

25 Rafeq, 1992, p. 312-313.

26 Muḥibbī, s.d., II, p. 319.

27 Célèbre jurisconsulte hanéfite damascain, mort en 1088/1677, cité dans EI2, III, 167.

28 Muḥibbī a séjourné quelques années à Istanbul.

29 Un des tribunaux de Damas, situé extra-muros, au nord de la Citadelle.

30 al-Maḥāsīnī, traduction commentée par Marino, 1986 : p. 1 : « On fit appel à un groupe qui comprenait Šayḫ Ibrāhīm al-‘Īmadī et sayyid Muḥammad al-‘Abbāsī afin que l’un d’entre eux dirige la prière » ; et p. 18 : « Le 20 rabī‘a al-aḫar de l’année 1078, Ibrahīm efendī fils du défunt ‘Abd al-Raḥmān efendī al-‘Īmadī, muftī de Damas, partit rejoindre la miséricorde de Dieu le Très Haut. » On ignore les liens exacts qui unissaient le défunt aux personnages cités.

31 Rafeq, 1992, p. 308, traduit salḫ par « terre non cultivée, sans plantations ».

32 Dans le même acte, d’autres ḥikr sont réglés par le nāẓir : ḥikr sur la terre portant un entrepôt (maḫzan), ḥikr sur le terrain d’une pièce (ṭabaqa).

33 Barthélémy, 1969 : madār, « moulin à blé et bourghoul ».

34 C’est un waqf très important auquel ont contribué divers sultans ou hauts personnages au long des siècles ; les revenus de ses biens, localisés entre autres en Égypte et dans le Bilād al-Šām, sont destinés à couvrir les dépenses d’entretien des bâtiments situés dans les deux Lieux saints, les rémunérations des diverses fonctions qui y sont attachées, mais également à l’entretien des routes des caravanes du pèlerinage et au maintien de leur sécurité. V. par exemple Qaḥṭānī, 1994 ; Lewis, 1971, III, p. 179.

35 Il s’agit très probablement de la famille Sa‘dī Ǧibāwī, dont l’éponyme Sa‘d al-Dīn
al-Ǧibāwī fonda la confrérie du même nom, qui, d’un village du Hauran, Ǧibā, s’étendra dans tout l’Empire, de l’Égypte aux Balkans. La famille-confrérie soutenue par divers sultans ottomans était dotée d’une importante assise économique, fondée sur la gestion de nombreux biens waqf, v. Schlegell, 1995, p. 749-754.

36 Connu à Damas, mais dont on ignore les origines.

37 Grande famille de notables de Damas, dont de nombreux membres d’une des deux branches occupèrent la fonction de naqīb al-ašrāf, v. par exemple Marino, 1997, p. 327-332.

38 Seraient-ils des descendants du dernier gouverneur mamelouk de Damas, tué à la bataille de Marǧ Dābiq contre les Ottomans en 1516, qui avait construit la mosquée portant son nom ?
v. Talass, 1975, p. 228-229.

39 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 4 : « On appelle feddan romain ce qu’une paire de bœufs peut cultiver en un jour et une nuit ».

40 Ces terres sont nommées : Manṭar al-Qaṣr, mazra‘at ‘Awtā, al-Munkasir, al-Ma‘rūḍ,
al-Āqūla, al-Šamaliyya wa-Dūlāb, al-Ǧabīb, Musā‘id al-ṣaġīr, Musā‘id al-kabīr, al-Ṣudūr.

41 On trouvera plusieurs allusions à ces Maghrébins. Rafeq, 1975, p. 286-287, explique leur présence par la coutume qu’avait le bey d’Alger d’envoyer des soldats dans l’Empire : « Certains de ces Maghrébins pouvaient travailler comme portiers dans des khans [...], ou gardiens dans les marchés de Damas, ou superintendants dans les champs et les jardins du voisinage. »

42 Peut-être « grīsh », avec réalisation « g » du « jīm » (le « g » étant noté par approximation par un « kāf »). Le sens en serait « bouillie, gruau » qui peut convenir ici. Nous remercions M. Jérôme Lentin pour cette suggestion.

43 Inalcık, 2002, p. 538-544.

44 Ces taxes, zaḫīra, ṭarḥ seront définies et analysées dans le chapitre suivant.

45 Seikaly, 1984, p. 406 ; Ramlī, 1974, p. 98, mentionne cette taxe non canonique sans préciser en quoi elle consiste exactement.

46 Buyuruldu : « ordre, mandat, décret », v. Redhouse, 1996.

47 Plusieurs sultans ayyoubides et mamelouks ont porté ce titre.

48 Située à Souk Ṣārūǧā, elle a été élevée en 969/1561, v. Talass, 1975, p. 245.

49 Voir la description détaillée de ce type de métier dans QasimY, 1960, p. 447-449 : « Il est pratiqué par des spécialistes en raison des travaux précis à accomplir de février à la mi-avril, pour cultiver, entre autres, des pastèques... ». Évoquant l’exploitation agricole que possédait son père à Jisrîn dans la Ġūṭa à la fin du XIXe siècle, M. Kurd ‘Alī mentionne les différents ouvriers qui y travaillaient, dont « les muṣayiffīn », probablement ouvriers engagés pour les cultures d’été ; Kurd ‘Alī, 1948, p. 13. Nous remercions M. Kaïs Ezzrelli d’avoir signalé cette référence à notre attention. Actuellement, après enquête, le terme sert à désigner les paysans de la Ġūṭa qui cultivent des légumes, des « cultures d’été » pour leur consommation domestique.

50 S’agit-il du travail de buttage des plants de coton ou plutôt de l’enfouissement des graines dans le sol déjà préparé à l’aide d’un instrument désigné sous le nom de minkāš ? v. Ḫayr, 1966, p. 439.

51 Ces « graines de soie » sont très probablement les œufs qui vont donner naissance aux vers à soie, v. Chevallier, 1962, p. 138 et 140, et Feghali, 1938, p. 503, proverbe n° 2141. Le terme utilisé est « bezzāra ».

52 Waqfiyyat Sulṭān Sulaymān al-Qānūnī, VGM (Vakiflar Genel Müdür lüǧü) 52-1389 Ankara, p. 69 (numérotation récente) : « La totalité de la part du village de ‘Ādiliyya dépendant de Wādī al-‘Aǧam de la province de Damas ; elle comprend des terres et des droits, sur 21 qīrāṭ de 24 qīrāṭ ; elles sont limitées par l’exploitation (mazra‘a) al-Maḥǧara et al-Mu‘ayṣira, à l’est par l’exploitation Tall al-Ġubār, au nord par al-Ḫalīḥ, à l’ouest par les terres [du village] d’al-Ḥurǧilla. Elles possèdent 2/3 et un šibr de la moitié de l’eau de l’A‘waǧ provenant de la déviation/vanne/répartiteur (mazzāz) d’al-Kiswa. » Il s’agit donc d’un bien-fonds important puisqu’il couvre plus des 5/6 du terroir du village. Nous remercions vivement Madame Marianne Boqvist de nous avoir permis d’accéder à cette information.

53 Voir chapitre VIII.

54 Weulersse, 1946, p. 123 : « Les conditions du métayage, toujours verbales, varient dans le détail, mais elles s’inspirent partout des mêmes principes simples : le propriétaire apporte le fonds, le fellah le travail. Si le premier fournit en outre les semences et le cheptel vif et mort, la part du second est généralement fixée au quart des récoltes. De là, le nom courant de mrabaa donné au métayer, c’est-à-dire celui qui participe au quart [...]. Les plus grandes variations dans les modalités du métayage sont dues aux variations mêmes des conditions climatiques : la part du métayer peut aller du quart à plus des trois quarts de la récolte totale... »

57 Marino, 1986, p. 32.

58 Raymond, 1989, p. 390.

59 Veinstein, 1989, p. 207.

60 Veinstein, 1989, p. 207.

61 Inalcık, 2002, p. 538.

62 Bosworth, 1997b, p. 769-770.

63 Singer, 1994, p. 26.

64 Muḥibbī, s.d., II, p. 157.

65 Le conflit avec la Perse se poursuit entre 1626 et 1639, date de la prise de Bagdad.

66 Qaṣarmill : cendre de crottin de cheval, Barthélémy, 1969.

67 Vraisemblablement l’école chaféite extra-muros construite par Sitt al-Šām, sœur de Saladin, décédée en 1220, l’une des plus grandes de la ville et dotée de nombreux biens waqf, v. Nu‘aymī, 1948-1951, I, p. 208-227 et Talass, 1975, p. 223-224.

68 Sans doute lié à la Zāwiya Ibn Dāwud sur la pente du Qassioun dont la construction est attribuée à un éminent notable soufi damascain mort en 1452, fondateur d’autres bâtiments prestigieux à Ṣāliḥiyya, ou à son père mort en 1403-1404, Talass, 1975, p. 154 et n. 1.

69 École chaféite intra-muros, abritant le tombeau de son fondateur, le sultan mamelouk
al-Ẓāhir Baybars décédé à Damas en 1277. Dotée d’importants biens waqf dont la « moitié » du village d’Iṣṭabl dans la Bekaa, v. Nu‘aymī, 1948-1951, I, p. 263-271. Ce village est mentionné dans un des actes du corpus.

70 Ḫānqāh bâtie par un riche négociant damascain décédé à Djedda dans le Higaz en 1458, v. Nu‘aymī, 1948-1951, II, p. 136 ; v. également Talass, 1975, p. 257 qui mentionne selon une source plus récente l’existence de biens waqf.

71 Sans doute lié à la Zāwiya al-Armawiyya localisée au bas de Ṣāliḥiyya qui abrite la tombe de son fondateur mort en 1234, Talass, 1975, p. 153, n. 3.

72 Famille de notables de Damas, qui donna de nombreux lettrés, v. Schatkowski Schilcher, 1985, p. 181-184. Tableau généalogique de la famille en fin de volume.

73 Probablement lié à ce bâtiment construit par le vice-roi de Damas Sayf al-Din Manǧak en 1374-1375 au sud du faubourg du Midan, v. Talass, 1975, p. 144, 255.

74 Une turba des Banu ‘Ubāda existait à proximité du bâtiment précédent, Talass, 1975, p. 153.

75 Dār al-Qur’ān al-Ṣābūniyya construite entre 1458 et 1463, dotée de nombreux biens waqf mentionnés dans Nu‘aymī, 1948-1951, I, p. 11-13 ; Talass, 1975, p. 215.

76 Grande tribu de la région de Salamiyya, qui va étendre son influence vers le nord, Alep, Rakka, Zakariyyā, 1945, p. 106-107. V. également Raynaud et Martinet, 1922, p. 23-24 ; ils situent la tribu dans la région d’Alep : les Mawālī se sont donc approchés de Damas au moins provisoirement vers la fin du XVIIe siècle.

77 Barthélémy, 1969 : « file, suite, train de bêtes de somme attachées ».

78 Le mot n’est pas attesté.

79 V. Fontaine, 2008, p. 51 et 52. L’auteur analyse les causes possibles de l’endettement paysan dans l’Europe précapitaliste et aboutit à des conclusions qui rejoignent nos observations : « Les demandes de crédit de paysans sont de quatre formes : 1) des prêts à court terme pour les semailles et la soudure... 2) Des prêts d’argent pour payer les impôts... 3) Des prêts de cycles de vie pour les événements comme les mariages... 4) Des ventes de bêtes ou de marchandises, de biens-fonds. » Le scribe n’a pas détaillé, ni dans les inventaires, ni dans les comptes de gestion, ces prêts de « cycle de vie », à quelques exceptions près qui concernent toutes l’endettement consécutif à la maladie ayant précédé le décès.

80 Mantran, Sauvaget, 1951, p. 5 : « Dans le vilâyet susdit [celui de Damas], les redevances forfaitaires fixes, en espèces ou en nature, sont appelées en langage technique deimous ou encore fasl ou mafsoul. » La coutume est de recevoir l’argent en deux termes.

81 Bāqiyya (bawāqī) n’est utilisé qu’une seule fois pour qualifier les arriérés d’impôts.

82 Voir le cas peu clair du kapı kulu Ǧanār b. Aḥmad beše, voir chapitre IV.

83 Rafeq, 1992, p. 323.

84 Rafeq, 1992, p. 328.

85 Voir chapitre V.

86 Reprenons une comparaison ébauchée plus haut. Fontaine, 2008, p. 61, constate : « Partout dans l’Europe moderne, le surendettement et le temps long des créances se retrouvent . » Elle insiste, p. 45 et p. 47, sur l’importance des dettes non remboursées, et sur la conséquence de ces prêts perdus dans l’immédiat : « Ces liens de dette sont aussi des engagements de travail, un moyen pour les patrons de tenir les bons ouvriers » ; au village le paysan offrira au patron « sa force de travail » ; « avec ces prêts, ils assurent leur pouvoir et se garantissent une main d’œuvre docile » ; elle conclut, p. 65 : « [la dette] permet de contrôler d’autres marchés, comme celui du travail et des récoltes, et surtout de s’assurer du pouvoir sur les hommes ».

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search