Version classiqueVersion mobile

La gent d’État dans la société ottomane damascène

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre V. Activités urbaines

Texte intégral

  • 1 Raymond, 1991, p. 16-37.
  • 2 Rafeq, 1970, p. 26.
  • 3 Inalcik, 1975, p. 195-217 ; 1977, p. 27-52.

1De nombreux historiens (A. Raymond1, A. Rafeq2, H. Inalcık3) ont décrit les transformations de l’appareil d’État ottoman, de l’armée plus spécialement, à l’intérieur de laquelle janissaires locaux et impériaux reçoivent une solde qu’entame peu à peu la dépréciation de la piastre. Pour ne pas se trouver dans la situation des agents de l’État vivant de peu et menacés par l’endettement, les ‘askar, à Damas comme dans d’autres parties de l’Empire, ont tenté de trouver ailleurs que dans les rémunérations officielles, d’officieuses ressources. Les tableaux présentés dans le chapitre III ont révélé que, dans l’ensemble, si les activités urbaines (limitées dans ce chapitre V aux seuls revenus de l’artisanat, du commerce et à l’analyse des créances urbaines) ne sont pas négligeables, c’est de la campagne que les ‘askar tirent l’essentiel de leurs revenus. Les inventaires fixent l’état des biens ruraux détenus ; les comptes de gestion, qui s’étalent sur la durée, permettent l’étude des revenus. Nous utiliserons donc systématiquement ici ces deux types de sources, en commençant par analyser la participation des défunts ‘askar aux activités urbaines, secondaire par rapport aux investissements ruraux.

2La société damascène vers 1700 est relativement bien connue. La société civile de Damas a été présentée dans Familles et fortunes, à partir des inventaires après décès. Pour une époque légèrement postérieure, B. Marino, se fondant sur le même type de documents, a effectué un tour à la fois plus large et plus restreint de la ville : plus large, car elle étend son enquête à l’ensemble de la société (ra‘āyā et ‘askar), plus restreint car un quartier, le Mīdān, a particulièrement retenu son attention. Nous ne présenterons donc ici ni la ville dans son ensemble, ni les quartiers, ni les activités de la population laborieuse et sujette, mais nous focaliserons notre attention sur la seule pénétration des militaires à l’intérieur du milieu urbain, en développant les quelques informations déjà présentées dans le chapitre précédent.

Les agents de l’État : activités et revenus de l’artisanat, du commerce et rente urbaine

Les activités urbaines, reconstituées d’après les inventaires

L’artisanat

3Cinq janissaires se sont liés directement au monde des artisans-commerçants.

4On ne saura jamais si le janissaire Aḥmad beše b. Muṣallī beše al-dūranǧī, qui a vendu deux dukkān situés dans le Mīdān et une pièce à l’étage (ṭabaqa) pour 20 piastres, exerçait un quelconque métier.

5Ḥasan beše b. Ṣiddīq détient de misérables ustensiles de maréchal-ferrant (bayṭār) que le juge ne s’est pas donné la peine de détailler, des « affaires, des instruments de maréchal-ferrant et autres » (asbāb wa-‘iddat bayṭara wa-ġayruh) et dont la pauvre valeur représente quatre piastres et demie.

  • 4 Establet, Pascual, 2005, p. 46. La ṭāqa est une mesure qui représente le vingtième de la courge. Ce (...)
  • 5 Kūšla : « cuir pour faire les semelles », Barthélémy, 1969 ; « a sole leather of a boot or shoe », (...)

6Ismā‘īl beše b. ‘Uṯmān al-‘Antabī al-tūbǧī, associé à un certain Muḥammad beše b. Yūsuf al-Qal‘ī, possède un ḥānūt dans le souk Surūǧiyya dans lequel il a fabriqué ou fait fabriquer et déposer des objets de sellerie militaires, estimés à 245 piastres par les gens du métier (ahl al-ḫibrā wa al-ma‘rifa) : 14 paires d’étriers, 20 selles dont trois sont ornées de velours, du maroquin rouge (siḫtiyān aḥmar), évalué en 13 ṭāqa4, des semelles de cuir (ǧild kūšla5), des gourdes (maṭara), des brides (bašliq), des brides en fer (qanṭarma), 19 sacs (ǧuwal), objets tous destinés aux montures.

  • 6 Establet, Pascual, 2005, p. 315 : les pennes sont constitués de morceaux semblables, assemblés et c (...)
  • 7 Mer‘az : « the under hair of a goat », Redhouse, 1996.

7Muṣṭafā beše b. Muḥammad al-Qarāḥiṣārī, détient dans son dukkān différentes peaux, pennes6 (badan) et simples peaux (ǧulūd) de chat, de lièvre (arnab), de chacal (ǧaql), d’agneau noir ou noir et blanc (ablaq), ainsi que des pennes qualifiées mer‘az, fourrure appartenant au dessous de la gorge d’une chèvre7 : l’ensemble est estimé 91,5 piastres.

8‘Alī aġā b. ‘Abdallāh est cordonnier (qawwāf) : il loue un dukkān (1,6 piastres pour deux mois) et fabrique des chaussures (bābūǧ), des chaussures fines qui se placent à l’intérieur de la chaussure (mast) et des chaussons en peau, en maroquin, qu’on ne porte qu’avec des bābūǧ qalšīn dont le montant s’élève à 93,2 piastres.

9Ces défunts avaient donc choisi, pour la plupart, une activité qui ne les éloignait pas complètement du monde militaire : ils soignaient les chevaux, ou fabriquaient des selles, certaines pièces du harnachement, étendant leurs activités au travail du cuir. L’insertion dans le monde du travail artisanal ne leur a guère profité, puisque leur patrimoine net moyen n’est que de 98 piastres, grevé de dettes qui représentent la moitié de leurs actifs.

  • 8 Barthélémy, 1969 : « une plante qui fournit une matière colorante jaune ».
  • 9 Establet, Pascual, 2005, p. 354 : waraqat ḏahab, « fines feuilles d’or que l’on utilisait comme alt (...)

10Un kul oǧlu, Muṣṭafā b. Dāwūd portant la nisba d’al-rakabī, fabricant d’étrier, exerce une activité également liée aux fonctions militaires. Dans une boutique et un entrepôt (dukkān et maḫzan) loués, il a fabriqué ou fait fabriquer plus de 109 paires de beaux étriers, argentés et dorés ; il détient des instruments pour exercer son métier (‘iddat dukkān ‘amal al-rikāb), dont une enclume, des limes. À ces simples activités artisanales, il a ajouté des activités de négociant intéressé par plusieurs types de produits : du café (80 qinṭār), de la cochenille (dūda kirmiz), du nerprun (ǧahra)8, et des feuilles d’or (waraqat ḏahab)9 liées aux activités textiles : la valeur de ces produits commerciaux, 300 piastres, dépasse celle des étriers, 214 piastres. L’ensemble de ces avoirs, 19 % de son patrimoine net, représente 2 646 qurš. Cet homme, fils d’un esclave de la Porte qui ne fait partie d’aucun corps d’armée, a su ajouter à des activités artisanales peu lucratives, l’exercice d’un commerce plus rémunérateur.

Le commerce

11Quatre janissaires se rapprochent, à première vue, du monde des commerçants, plutôt que de ces médiocres artisans. Le premier, Ḫalīl aġā b. ‘Abdallāh, qui porte et le titre d’aġā, et celui de négociant (al-tāǧir) au souk Sibāhiyya, a échoué dans ses activités : bien que toutes ses créances aient été remboursées, ses dettes l’emportent sur ses actifs de 60 piastres. Dans un ḥānūt qu’il loue pour deux piastres, il garde en dépôt (amāna) des biens non estimés appartenant à des militaires (aġā et beše), à un chrétien, à une femme, des armes avant tout.

  • 10 Nous n’avons pas trouvé le sens de cette mesure.

12Les trois autres sont possesseurs de biens à la campagne, et vendent de la soie. Manṣūr b. Ḥusayn loue un entrepôt (2,6 piastres pour huit mois) dans lequel il détient 82,25 qurš de soie. À la campagne, à Maksana dans la Bekaa, lui appartiennent plus de 1 000 plants de mûriers situés dans plusieurs jardins et plantations. ‘Umar bulūkbāšī b. Kan‘ān, également propriétaire de biens ruraux, parmi lesquels ne figure pas la présence de mûriers, vend ou entrepose 58 piastres de soie ; au nombre de ses dettes figure une taxe de courtage (dalāliyya) de la soie et un droit de douane déboursés pour l’introduction du produit dans Damas. Šāhīn beše b. ‘Abdallāh, implanté dans les villages de Qabr Ilyās et Barr Ilyās dans la Bekaa, dispose en ville de plusieurs matrak10 de soie dite anwārī, dont la valeur atteint 34 piastres, somme dont il attend le règlement. Ces trois hommes exercent certes des activités urbaines, mais dépendantes de leurs investissements ruraux. Organisés, ils vendent en ville au moins une partie des récoltes : de la soie. Ils font partie des janissaires qui ont réussi, par l’association d’activités rurales et urbaines, à améliorer leur sort : leur patrimoine, 2 319 piastres, se situe très au-dessus du patrimoine moyen des janissaires.

  • 11 Establet, Pascual, 1994, p. 134, 138, 139.
  • 12 Raymond, 1973, p. 330.

13Exerçant un tout autre type d’activités, un haut fonctionnaire de l’État, Muḥammad b. al-ḥāǧǧ ‘Uṯmān, connu sous le nom d’Ibn al-Hūš al-‘askarī, détient 900 piastres de sucre et de café, dans deux entrepôts. L’homme est un négociant dont les activités touchent l’Égypte : au Caire où il décède, il possède une maison, où résident son épouse enceinte et son frère. Parmi ses proches, un homme témoigne de la véracité des nominations de wakīl et de waṣī : ‘Umar çelebī b. Ibrāhīm çelebī al-Safarǧalānī, sans nul doute cet ‘Umar çelebī grand négociant de Damas dont on avait noté qu’il portait le titre de négociant (tāǧir) qui meurt quelques années plus tard, en 1112/1700-170111. La valeur du café et du sucre, produits essentiels dans les activités commerciales égyptiennes12, représente 15 % de son patrimoine net.

Les propriétés immobilières urbaines

14Quatorze ‘askar possèdent des biens immobiliers, maisons et boutiques. Les inventaires ne précisent pas quelle était la destination des maisons : simple logement, ou bien dont on peut espérer tirer, par la location, un profit ? Il semble en tout cas que les janissaires et les kapı kulu aient depuis longtemps abandonné leurs casernes.

15La location de boutiques constitue à coup sûr une autre source de revenus pour cinq janisssaires et un za‘īm. Une troisième possibilité était donc offerte par la ville : la rente immobilière.

16Le bulūkbāšī ‘Uṯmān b. Ḫiḍr al-kurkǧī, dont l’inventaire des biens ne suggère pas qu’il soit fourreur, doit recevoir (car il ne l’a pas encore touchée) la somme de 1 259 piastres pour le ḫulū (droit qui autorise l’occupation d’un local) de 16 ḥānūt situés dans la ville, 78 % du total de sa fortune.

17Le janissaire Sulaymān beše b. [illisible] détient simplement les 4/5 du ḫulū d’un dukkān situé au souk Surūǧiyya, qui lui rapporte 24,25 piastres ; il touche également 12 piastres pour le ḫulū de la moitié d’un dukkān dans le même souk. Ces revenus sont annulés par l’importance de ses dettes, et par une somme engloutie dans un procès mystérieux, un conflit avec un certain Ḫālid aġā, héritier de l’affranchie de son père.

18Dans le patrimoine du janissaire Qurd b. ‘Alī Efendī al-muqābilǧī, figure une maison détenue par le waqf du défunt, dans la maḥallat al-Qaymariyya, et deux loyers : un hammām du même waqf est loué 92 piastres (pour une période de 16 mois) et quatre ḥānūt au souk al-Qāḍī rapportent pour un an 160,5 piastres ; enfin lui reviennent 500 piastres, part de 18 qīrāṭ 2/3 de la somme affectée à la construction d’une qaysāriyya dans le souk al-‘Amāra : au total, 752 piastres, sur un patrimoine de 1 206, soit une rente urbaine représentant 62 % de ses actifs.

  • 13 Deguilhem, 1995, p. 67-68 : « Le murṣad est une autre forme de contrat de location conclu exclusive (...)

19Le janissaire ‘Alī bey b. Baḫtān al-Kurdī dispose de 700 piastres d’une somme murṣad13 sur une maison du waqf des Ḥaramayn : le montant de cette somme ne l’empêche pas de s’être surendetté, de plus de 4 000 piastres.

20Le sipahi ‘Uṯmān aġā b. ‘Abdallāh, dit le Hongrois, a construit sur le waqf Hamdān Huslī ( ?) la maison qu’il habitait. Il possède aussi trois ḥānūt dans la maḥallat Taḥt al-Qal‘a, dont la valeur, et non pas le revenu, est estimée 40 piastres.

21La propriété de ces boutiques, dont le propriétaire touche parfois un revenu indiqué par l’inventaire, procure donc une rente qui représente une proportion tellement variable de l’ensemble du patrimoine, à deux reprises négatif, que l’on ne saurait en apprécier l’apport.

22Agents civils et militaires de l’État tirent donc de leurs activités urbaines des revenus qui s’ajoutent aux seules soldes ou rémunérations. Les activités artisanales sont de peu de rapport, qu’elles soient pratiquées par des civils ou des militaires. Les activités commerciales, parfois liées à la possession de biens ruraux, parfois relevant d’un négoce international dont les agents militaires de l’État sont exclus, sont plus lucratives. Enfin, une rente urbaine se discerne dont les inventaires, ponctuels, ne permettent pas d’estimer le rapport : aux comptes de gestion, qui s’étalent dans la durée, d’éclairer le devenir de ce patrimoine.

Les revenus urbains des agents de l’État d’après l’analyse des comptes de gestion

23Dans les muḥāsaba réalisées en présence du juge, les waṣī rendent compte de la gestion de l’héritage revenant aux mineurs, quel que soit le bien concerné, établissant les revenus et frais que la propriété des biens a engagés.

Location de maisons

24L’étude des comptes de gestion autorise une réponse à la question posée : être propriétaire de maisons peut générer une rente immobilière ; le montant des locations vient augmenter le capital touché par les enfants, un revenu cependant grevé de différents frais d’entretien ou taxes.

  • 14 Ces taxes seront examinées plus loin, chapitre VIII.

25Ainsi, Fā’iqa, épouse d’un janissaire décédé, à qui sont consacrés deux comptes de gestion, reçoit, pour un peu plus de trois ans, 23 piastres pour la location d’une part de maison. Le waṣī paye sept piastres pour les taxes ‘awāriḍ14 de la part de la maison, et pour les frais d’enduit et d’entretien. Restent 16 piastres de revenus, un peu plus de cinq par an.

26Aux filles de Ḥasan beše al-ḥiṣārlī, la location d’une maison a rapporté 7,75 piastres pour deux ans, mais les frais équilibrent cette entrée de revenus : 5,3 piastres de ‘awāriḍ, et 2,5 pour la pose d’enduit. Pour l’année suivante (dans un deuxième compte de gestion), le waṣī ne signale aucune rentrée, mais une dépense : 1,5 qurš de ‘awāriḍ.

27Les mineurs de Ḫalīl b. ‘Alī, janissaire, touchent un loyer de cinq piastres (période indéterminée), pour une part de maison à Qubaybāt comprenant des logements et des commodités (masākin et manāfi‘) ; aucun frais n’est signalé.

  • 15 Écochard et Le Cœur, 1942 vol. 1, p. 16 : « En ville, les distributeurs sont en général posés sur u (...)

28Aux deux fils de ‘Abdallāh beše b. Muṣṭafā al-Baġdādī, janissaire, la location d’une maison dans la maḥallat Ṭāli‘ al-Qubba à un tailleur chrétien rapporte 120 piastres en trois ans. Des frais cependant : l’enduit des murs et la restauration de la maison (taṭyīn wa-tarmīm dār), 18 piastres ; la construction d’une canalisation (‘imārat ṭarīq mā’), 17 piastres, puis neuf piastres pour une autre alimentant une maison qui sera mentionnée (‘imārat ṭarīq mā’ dār atī ḏikruhā fī-hi) ; une autre dépense concerne un répartiteur à siphon (maṣraf ṭāli‘ bi-sabab mā’), 3,5 piastres15 ; et les ‘awāriḍ pour deux ans, trois qurš. Restent 69,5 piastres pour trois ans, soit 23 piastres par an.

  • 16 Sur le terme ḥikr, qui sera souvent cité, nous renvoyons à l’EI2, 1982, p. 368, G. Baer : « une des (...)

29La fille du šayḫ Aḥmad b. al-šayḫ Muḥammad al-askarī, agent civil de l’État, pour une maison située à Ṣāliḥiyya, maḥallat al-Ǧisr al-Abyaḍ, a touché neuf piastres pour un an, quatre pour les cinq mois précédents (les comptes sont précis), et 1,25 piastres en acompte (uǧrat sanat 1090/1679) pour l’année à venir. Mais le waṣī a engagé des frais d’enduit (2,25 p.) et a fait faire ou refaire, pour un qurš, une tonnelle (saqāla) vraisemblablement sur la terrasse, où l’on dort lorsque les nuits sont chaudes, pour trois piastres des latrines, ou une canalisation (ta‘mīr murtafaq avec un ṭarīq mā’) ; de plus, il a réglé les impôts : les ‘awāriḍ de la maison pour les années 1679 et 1680 auxquels s’est ajoutée une location (ḥikr16) due à un waqf non cité, trois piastres en tout. Restent cinq piastres.

  • 17 Voir Ǧāmi‘ Ṣanǧaqdār, mausolée d’Arġūn Šāh, rénové en 1599-1600 par un aġā des janissaires, Talass, (...)

30Le waṣī des trois enfants de Sulaymān al-‘askarī encaisse plusieurs loyers. Une maison rapporte 12 piastres pour un an ; une autre, louée par le waṣī en personne, 20 piastres ; une dernière huit qurš. Les dépenses d’entretien et de réparation (ta‘mīr, tarmīm) s’élèvent à 14,25 piastres, prix des pierres, du bois, et rémunérations des artisans. Le tuteur règle au waqf de la mosquée al-Ḥišr17 une location pour une part d’eau (ḥikr mā’) de sept piastres. Le revenu net s’élève à 18,75 piastres.

31Enfin, la fille du šayḫ Aḥmad b. Barmaq al-‘askarī reçoit 16,75 piastres, montant de la location d’une maison située à Ṣāliḥiyya, dans le quartier de Ǧisr al-Abyaḍ pour une période indéterminée. Pour le même laps de temps, les frais habituels, 1,4 qurš pour les ‘awāriḍ, quatre miṣriyya pour une location d’un bien waqf (ḥikr), probablement le terrain sur lequel s’élève l’habitation, quatre piastres pour l’enduit des murs, ramènent les rentrées réelles à 7,35 piastres.

32Une certitude, la seule propriété de maisons génère une rente urbaine : 226,75 piastres de revenus, 97,3 piastres de frais. Restent à ces hommes, en tout, 129,5 piastres certes très inégalement réparties et pour des périodes variables. Les locations rapportent de 5 à 23 piastres, variations sans doute liées à la taille et à l’emplacement des immeubles. Un calcul grossier et volontairement égalitariste aboutit à une rente de 12 piastres par an et par personne. La valeur moyenne des maisons, étudiée dans Familles et fortunes, changeait beaucoup selon les quartiers et sans doute la taille de l’habitation ; le même calcul grossier réalisé sur le prix estimé de 42 maisons permet d’évaluer le capital immobilier moyen : 225 qurš. Ces 12 piastres de revenu locatif correspondraient donc à une rente immobilière un peu supérieure à 5 %.

Location de boutiques

33Deux janissaires seulement reçoivent un loyer pour location de boutiques. Le fils du bulūkbāšī ‘Umar touchait 17 piastres des ḥānūt du souk Sibāhiyya et six pour des ḥānūt sis à Maṭāfiǧiyya ( ?). Le waṣī n’a donné aucune précision, ni sur la durée de location, ni sur la spécificité de la boutique. Son waṣī dépense 13,5 piastres pour les frais d’entretien (ta‘mīr wa-tarmīm) et une location (ḥikr) de 6,5 qurš pour les ḥānūt de Maṭāfiǧiyya ; deux piastres enfin sont destinées à rémunérer le gérant (mutawallī) du waqf des Ḥaramayn pour les boutiques citées. Une seule piastre de revenu.

34Deux muḥāsaba, réalisées à près de 19 mois de distance (raǧab 1091/juillet 1680 et ṣafar 1093/février 1682), concernent au moins une partie de la fortune de deux frères, Raǧab bulūkbāšī et Walī bey, fils de Ḥasan al-Arnawūd : le nāẓir, le šayḫ Yāsīn b. al-šayḫ Muṣṭafā al-Faraḍī, administrateur par ḥuǧǧa légale du waqf des deux frères décédés, y rend compte de la gestion du waqf, dont les revenus échoient à deux cousines, filles des fondateurs héritant de parts égales. Le décès de Naslā, sœur majeure de Zaynab (enregistré dans les inventaires du registre 10) exige que le waṣī présente un deuxième compte de gestion. Entre temps, Zaynab est devenue majeure : elle n’est plus représentée par un waṣī (Naslā dans le premier des actes) et hérite du quart des revenus du bien waqf. La succession et la gestion du patrimoine hérité ont été problématiques : le premier compte a été entrepris à la suite d’une « sollicitation » (iltimās) ; le deuxième acte également, par iltimās du mari de Zaynab qui témoigne, en tant que wakīl de son épouse, de l’existence d’une wakāla générale (muṭlaqa ‘āmma) et confirmée (taṣdīq). Histoire de famille et d’héritage.

35L’énumération des boutiques dans les documents permet d’abord de constater que ce qui se nomme ḥānūt dans le premier des actes s’appelle dukkān dans le second (ḥānūt de barbier ou dukkān de barbier), preuve, s’il en était besoin, que les deux mots sont interchangeables.

36Dans le premier acte, la durée de la location est indiquée, à quelques exceptions près : comme, en général, le montant du loyer correspond à 12 mois de location, on a supposé qu’en l’absence d’indication précise, le loyer indiqué correspondait à un an de location. Dans le deuxième, le waṣī n’a pas enregistré cette durée ; le deuxième acte suit de 19 mois le premier : le montant du loyer concerne au moins une partie de ces 19 mois.

  • 18 Voir Redhouse, 1996.

37D’un document à l’autre, le nom des boutiques définit en général les mêmes activités désignées par des noms de profession ou de locaux de fabrication : tailleur (ḫayyāṭ), barbier (ḥallāq), maréchal-ferrant (bayṭār), marchand de fourrage (‘allāq ou ‘allāf), épicier (baqqāl), ou four à pain (ṭābūna), fabrique de tambours (kūsa18) et scierie (manšar). Dans les deux actes, quelques boutiques sont seulement qualifiées du nom de l’occupant : une boutique occupée par un militaire kapı kulu (ḥānūt sakan kapı kulu) et l’échoppe d’un certain Ibn Hilāl. Dans le premier des actes, quatre loyers correspondent à des sommes payées par des individus nommés qui occupent des boutiques dont l’activité n’est pas mentionnée. Dans le second, quatre échoppes portent le nom du métier qui y est pratiqué : boulanger, boucher, utilisateur d’un four à pain et une dernière illisible. On émet l’hypothèse que les quatre personnes nommées dans le premier document exerçaient les métiers énumérés dans le second.

  • 19 Pour la même boutique, la valeur des montants indiqués dans le deuxième des actes, calculée sur 19 (...)

38Les boutiques sont donc bien les mêmes. Elles rapportent d’ailleurs des sommes comparables : 208,5 piastres dans le premier des actes, 276 dans le deuxième qui s’étale sur une période un peu plus longue. La valeur moyenne d’un loyer de boutique, ramené à 12 mois, est de 12 piastres (11,9 exactement), soit une piastre par mois19. Les revenus les plus importants proviennent des échoppes des bouchers (qaṣṣāb et laḥḥām ) et du four à pain (ṭābūna).

  • 20 Il s’agit sans doute de la mosquée Ǧadīda citée dans le second document. Deux monuments sont connus (...)

39Ces revenus ne sont bien sûr pas nets : le type de dépenses est semblable dans chacun des actes. Le waṣī a dû s’occuper de restauration, voire de construction des boutiques, ainsi que de l’enduit des murs (ta‘mīr, taṭyīn, tarmīm) : 18,75 piastres dans la première des muḥāsaba ; dans la seconde, à 1,5 piastres pour la restauration du seul dukkān de l’épicier (baqqāl) s’ajoutent des frais de « construction » qui concernent certes les boutiques (‘imārat ḥawānīt) mais aussi l’enduit et le prix de l’huile destinée à l’éclairage d’une mosquée20, 13 piastres. Difficile de faire une comptabilité ordonnée de ces dépenses d’ordre divers exposées en vrac : en gros, l’entretien des bâtiments représente une somme d’une trentaine de piastres. Sur ces bâtiments pèsent des locations de boutiques dues au waqf : en tout 24 piastres, 12 piastres, la même somme, dans chacun des actes, ce qui est logique.

40Existe-t-il d’autres revenus du waqf pour les deux janissaires ? Les documents n’y font aucune allusion. Et cependant, des frais supplémentaires ont dû être engagés par le tuteur qui respecte une des conditions stipulées par les deux fondateurs (bi-mūǧib šarṭ) ; trois piastres pour l’huile destinée à éclairer la mosquée Ǧadīda (à laquelle s’ajoute la somme non précisée du premier acte), 45 piastres pour les pauvres des Villes Saintes, la rémunération d’un certain nombre de fonctions (waẓīfa) : pour l’administrateur du waqf, le nāẓir, 27 piastres ; pour le collecteur des revenus (ǧābī), 27 piastres également ; pour l’imam de la mosquée, 20,25 piastres ; pour les muezzins, 13,5.

41Les boutiques rapportent 484,5 piastres. Les dépenses diverses, directement liées aux boutiques (entretien, ḥikr) et au respect des engagements des fondateurs s’élèvent à 193 qurš : restent à l’héritière devenue unique de Raǧab et de ‘Alī, 291,5 piastres, revenus nets d’environ deux ans et demi, soit 116 piastres par an, pour 10 boutiques : de nouveau près de 12 piastres par an et par boutique, une piastre par mois.

  • 21 Voir chapitre VII.

42Un seul agent de l’État, Mafḫar al-‘ulamā’ al-mudarrisīn ‘Abd al-Ḥalīm efendī b. Burhān al-dīn efendī al-Baḥnasī, qui a laissé sa trace dans les chroniques21, est impliqué dans des locations de biens urbains. La gestion de son héritage recouvre une longue période de plus de 10 ans. Il a reçu 117 piastres pour les locations d’un entrepôt ; pour 10 ans, un loyer de 80 piastres pour une boutique de boucher, et 170 pour un ḥānūt situé sous la citadelle, Taḥt al-Qal‘a ; il a touché également d’autres loyers, nommés ḥikr et non uǧra : le ḥikr du terrain (arḍ) de quatre ḥānūt dans le souk al-Asākifa, 9,3 piastres pour 14 ans ; 2,5 pour la location de l’eau au waqf des Banū Nābulsī pour 10 ans ; enfin, il loue pour quatre piastres une pièce d’étage (ṭabaqa).

43Le revenu net exact de ces loyers sera impossible à réaliser. La compta-bilité est compliquée ; le waṣī était le neveu du défunt, lequel vivait loin de Damas, et avait mené une existence agitée. Sa veuve s’est remariée et des comptes sont demandés par son nouvel époux devenu son wakīl ; le waṣī a réglé des sommes soit pour des périodes d’une longueur indéterminée, soit pour une période de quatre ans, et non de 10 ou 14 ; il jure que ses comptes sont justes. Les dépenses concernent la restauration, avec l’acquisition de poutres et planches, des boutiques du souk al-Asākifa, 40 piastres, et 32 pour l’échoppe du boucher ; deux poutres et des frais de restauration (‘imāra) destinés à la pièce d’étage ont coûté sept piastres en quatre ans ; le waṣī a aussi réglé des impôts : huit piastres par an pour les ‘awāriḍ ḫāna, soit 32 pour quatre ans.

44Les trois filles d’al-Bahnasī ont reçu 382,8 piastres, dont 111 ont dû être défalquées. Restent 271 qurš : 27 piastres par an, pour trois boutiques, une pièce d’étage, et des terrains, soit moins de neuf piastres l’an, une rente inférieure à la moyenne ; le waṣī peut-il être soupçonné d’avoir, soit diminué les entrées, soit augmenté les dépenses ? Nul ne le saura jamais.

Revenus du commerce

45L’analyse des muḥāsaba confirme l’existence d’activités commerciales au sein de la population des ‘askar.

46Ainsi Šayḫī çelebī bey, dont la fonction exacte est ignorée, est négociant en café, dont il détient deux qinṭār 23 uqiyya, 305 piastres ; il semble faire des allées et venues entre Gaza et Damas.

47‘Alī çelebī b. Malīḥī, un agent civil de l’État, fait commerce de l’étain, cinq qinṭār, 520 piastres. Ce très riche négociant, lié à deux importantes familles de Damas, les Usṭuwānī et les Safarǧalānī, a laissé à ses enfants un capital de plus de 7 000 piastres. Il est en relation avec le Caire : il a contracté là-bas de lourdes dettes qui ont obligé son waṣī à s’y rendre et à régler des frais de séjour conséquents, 336 piastres. Le contenu de son entrepôt situé dans la Qaysāriyyat al-Ǧumruk a été expertisé, 17,5 piastres ; la valeur du transport de l’étain, son pesage (taqbīn), les frais de gardiennage s’élèvent à 14 piastres, la location de l’entrepôt, le travail du portier (bawwāb), à 10 piastres : le montant de ces frais, 377 piastres, ampute un capital commercial de taille.

48Les deux documents attestent l’importance des revenus du commerce pour au moins une partie de la population des ‘askar : les agents civils de l’État.

49Deux conclusions s’imposent.

  • 22 Raymond, 1991, p. 16-37.
  • 23 En 1701, un qurš valait 45 paras, voir Establet, Pascual, 1994, p. 62.

50Sur l’ensemble des janissaires dont les patrimoines sont décrits dans les inventaires, huit exercent des activités artisanales de faible rapport, quatre tirent des ressources de la rente urbaine, recevant des loyers de boutiques ; quatre sont commerçants, dont trois à la tête d’un important patrimoine, se spécialisent dans le commerce de la soie locale, tirée de leurs possessions rurales. Sur les 24 janissaires dont la gestion de l’héritage est présentée par les waṣī, huit reçoivent une rente immobilière : six ont mis en location des maisons, deux des boutiques. Les activités urbaines sont incontestables. A. Raymond22, pour le Caire, à peu près à la même période, avait établi des remarques analogues. Il constatait que les janissaires appartenant à l’ocaq des Mutafarriqa participaient à des activités artisanales variées, dans lesquelles dominaient également les métiers du cuir, fabricants de selles, cordonniers, ou encore, plus proche du métier de militaire, fabricants de poudre. Il remarquait également que seule une minorité de soldats exerçait des activités commerciales (marchands de café et de tissus). Il soulignait aussi l’inégalité des patrimoines de ces défunts, suivant qu’ils étaient plutôt commerçants ou plutôt artisans. Les six commerçants laissaient un actif de 153,281 paras, les artisans, de 52,992, soit respectivement de 3 406 et 1 177 qurš23.

51Un seul sipahi détient des échoppes. Un kul oǧlu, fabricant d’étriers, est en même temps engagé dans un commerce peu spécialisé : café, plantes tinctoriales.

52Quant aux agents civils de l’État, s’ils n’ont pas été intéressés par les « petites » activités artisanales urbaines, ils paraissent être davantage tournés vers le commerce à longue distance, particulièrement avec l’Égypte. Sur les 23 agents civils de l’État dont les patrimoines ou la gestion des biens passent devant le juge ‘askarī, aucun ne participe à un quelconque métier, un seul reçoit une rente immobilière : toutefois, trois d’entre eux sont impliqués dans un lucratif commerce de longue distance, de café, de sucre, d’étain.

  • 24 Establet, Pascual, 1994, p. 89-101.
  • 25 Fontaine, 2008, p. 31.

53En revanche, une dernière activité urbaine est largement pratiquée : celle du prêt. Les créances représentent une part essentielle des actifs, dans chacun des groupes de la population damascène : 39 % du patrimoine des défunts militaires, 38 % chez les civils. L’importance de ces créances dans les patrimoines des Damascènes enregistrés par le juge a été maintes fois soulignée : le crédit, au xviiie siècle, dans le monde ottoman, est un crédit privé, ne reposant sur aucune institution bancaire24. Qui dit prêt dit emprunt ; sans doute peut-on appliquer ici les réflexions de Laurence Fontaine sur la pauvreté et le crédit en Europe préindustrielle : « L’endettement des ruraux comme celui des citadins est le trait omniprésent de toutes les études sur les populations de l’ancienne Europe. »25

54Nous ne nous intéresserons ici qu’au crédit pratiqué par les agents de l’État ; et, bien que certains des créanciers aient avancé en même temps des espèces dans le monde rural et urbain, nous limiterons ici l’analyse au seul crédit urbain, projetant d’analyser les créances rurales dans un chapitre ultérieur.

Agents de l’État et créances urbaines

55Deux types de prêts sont à distinguer : le placement du capital destiné aux mineurs, les créances proprement dites.

Capital légué aux mineurs et gain sur capital

  • 26 Rafeq, 1992, p. 324.
  • 27 Masters, 1988, p. 161 et 163.

56Le capital laissé à la mort d’un défunt et destiné à ses enfants mineurs ne reste pas inactif, mais doit rapporter un gain. « Bien que l’intérêt ne fût pas officiellement appliqué dans les cours syriennes, sauf sur ordre donné par le sultan, il était légalement pratiqué sous le terme de murābaḥa dans les affaires concernant les mineurs et les waqf », constate A. Rafeq26. Bruce Masters affirme également : « La proscription de l’intérêt n’était pas universelle ; les waqf de numéraire et les revenus des mineurs orphelins étaient susceptibles d’engendrer des intérêts, selon la théorie que cet intérêt servait des causes charitables [...]. Les gardiens des orphelins avaient le droit de comptabiliser des intérêts s’ils juraient que tous les profits gagnés étaient destinés seulement à l’entretien matériel des enfants. »27

Capital légué

57Quand le waṣī dresse le compte de sa gestion, son premier geste est de noter le capital (aṣl māl) qu’a laissé le défunt à ses enfants mineurs, une fois la succession réalisée et distribuée à l’ensemble des ayants droit majeurs et présents. Le montant de ce capital ne représente donc qu’une partie du patrimoine total accumulé par le défunt.

58Le waṣī indique le capital revenant aux enfants dans 51 comptes. La valeur moyenne de ce capital est de 872 piastres, chiffre compatible avec le montant moyen des actifs enregistrés dans les inventaires, 1 214 qurš ; étant donné que dans les muḥāsaba, un montant inconnu du patrimoine a déjà été distribué à d’autres héritiers que ces enfants orphelins, la somme de 872 piastres semble même un peu élevée : les comptes de gestion concernaient des personnages plus importants, plus titrés, et sans doute plus fortunés que le commun des agents civils et militaires de l’État apparaissant dans les inventaires, on l’a évoqué.

59Les enfants reçoivent des sommes extrêmement variables, s’échelonnant de 21 piastres à 7 080 piastres. Cette constatation souligne encore le caractère inégalitaire de la société des « militaires » : les inventaires avaient permis d’estimer le degré de concentration de la propriété par un indice de Gini élevé (0,72).

60Comme l’indique le tableau suivant, le capital revenant aux mineurs varie avec le type de fonction exercée par le défunt ascendant :

Tableau 17 – Moyenne du capital légué aux mineurs suivant le corps d’appartenance du défunt

Moyenne du capital laissé

Agents civils de l’État (10)

1 277

Janissaires (ensemble : 17)

769

janissaires beše (6)

570

janissaires gradés (7)

1 173

janissaires citadelle (4)

332

Sipahi (4)

369

kul oǧlu (2)

2 978

kapı kulu (2)

362

61Ces variations confirment la hiérarchie des avoirs des agents civils et militaires de l’État établie d’après les inventaires dans le chapitre IV, même si l’on ne peut guère accorder de confiance au calcul d’une moyenne sur le montant du capital hérité des trop peu nombreux kapı kulu et kul oǧlu.

Gain sur capital, ou intérêt perçu

62Après avoir indiqué le montant du capital, le waṣī indique clairement les gains que le placement des sommes a engendrés, notant la date à laquelle ont été réalisés les investissements, indications authentifiées par un document officiel, daté, une ḥuǧǧa. Ce gain sur capital ne suscite aucune réprobation : il est simplement constaté par le terme rabḥ. Cette reconnaissance de l’existence de l’intérêt, au moins par les cours syriennes, et l’école hanéfite, est exceptionnelle, réservée semble t-il à des cas bien spéciaux.

63Dans deux cas, le wakīl seul s’est chargé de l’administration du bien. Mais au waṣī incombe, en règle générale, le soin de gérer le capital des enfants. Pour faire fructifier le bien, le waṣī a eu recours à plusieurs solutions. Dans 12 cas ont été utilisées plusieurs formules difficiles à traduire, donc à interpréter. Traduisons mot à mot : « du waṣī du gain sur capital » (‘an waṣī ‘an rabḥ māl), ou « de la main du waṣī du gain de son capital » (‘an yad waṣī min rabḥ mālihi) ou « du gain sur le capital durant la période » (‘an rabḥ māl fil-mudda) ou » de la main du waṣī » (‘an yad al-waṣī). Dans 17 cas, le scribe a seulement indiqué « rabḥ māl », sans autre mention. Toutes ces formules font référence, semble-t-il, au fait que le waṣī est dépositaire de l’argent des mineurs, yad signifiant la possession de fait. Le waṣī utilisait-il lui-même le capital ? Rien ne permet de l’affirmer. On peut seulement suggérer que, dans cette société où le numéraire est rare, ces liquidités auraient pu être précieuses, constituant un atout pour les personnes chargées de la tutelle des mineurs.

64Parfois, le scribe mentionne le nom des dépositaires ; le waṣī et le wakīl, de temps en temps, ont fractionné la somme : une partie restait entre leurs mains, l’autre étant prêtée à des personnages extérieurs, des membres de la famille du défunt ou du waṣī (un frère majeur des enfants mineurs, un oncle paternel (ḫāl), le fils du waṣī, ou des personnages appartenant au groupe des militaires, un scribe (kātib), un sayyid bulūkbāšī, un za‘īm, un bey Qāsim dont le nom apparaît deux fois, un représentant des sayyīd (naqīb al-ašrāf) et son frère, deux aġā Muṣṭafā et Ibrāhīm aġā, un simple beše, ‘Alī beše Ṭarābulsī). Les artisans et commerçants apparaissent cependant, mais rarement, dans ces placements : un fabricant de coffres, un commerçant en coton (qaṭṭān).

65Le waṣī déclare 51 fois le montant de la somme laissée aux orphelins, mais il n’indique que dans 42 cas le rapport du capital légué. Est-ce à dire que certains waṣī ont parfois oublié que le capital confié devait « vivre » ? Certains de ces actes ne sont pas de purs comptes de gestion des orphelins, mais des documents qui mêlent inventaires et comptes, se présentant comme des successions non encore complètement réglées : le juge est en train de partager un héritage complet, et le waṣī, bien qu’il ait noté le montant de la somme qui revient aux mineurs, n’a pas eu le temps d’évaluer le gain revenant spécifiquement aux mineurs, si tant est que la somme ait déjà commencé à « vivre ». Dans d’autres cas, le waṣī débute sa comptabilité en signalant les frais qu’il a été dans l’obligation d’assumer, l’entretien des mineurs en particulier (nafaqa), comme si ces dépenses « mangeaient » l’intérêt du capital. Ces frais représentent de 17 à 21 % de la somme de départ, et correspondent grosso modo aux gains sur capital.

  • 28 Imber, 1997, p. 145-146 : lorsque les waqfs prêtaient, « le maximum autorisé selon les livres de lo (...)
  • 29 Masters, 1988, p. 163.

66Rien de fixe dans le gain sur capital : les taux varient de 2,2 à 34,9 %, tandis qu’une moyenne s’établit autour de 13 %. Ce taux ne paraît pas très élevé, et correspond à peu près à la moyenne « légale », 11 %, proche du taux établi par une fatwa du šayḫ al-Islām, Abū al-Su‘ūd efendī28. Bruce Masters, pour la ville d’Alep à la même époque, établissant aussi la « légalité » de l’intérêt dès que la gestion des biens des orphelins mineurs était en cause, évaluait le taux d’intérêt autour de 20 %29.

  • 30 La moyenne du capital dont l’intérêt a été inférieur à 13 % s’élève à 971 piastres, tandis que la m (...)

67Il a été impossible de comprendre les variations, de 2 à près de 35 %, de ces taux d’intérêt. Ni l’appartenance sociale du défunt (agent civil ou militaire de l’État), ni le grade ou le titre, ni le rôle de la personne ou des personnes occupées à la gestion du capital (waṣī, wakīl, ou autres) n’ont de relation avec les variations de ces taux. Une hypothèse peut être envisagée : le capital était soit prêté, au taux officiel, aux alentours de 15 % ; soit tout simplement investi et les rapports de ces placements, les bénéfices, étaient alors aléatoires30.

Les créances urbaines des agents civils et militaires de l’État

Une restriction de taille

68L’analyse des patrimoines, dans le chapitre IV, a démontré que le prêt n’était pas l’affaire de tous : le quart de ce personnel d’État, qu’on aurait tendance à oublier, est bien plus concerné par l’endettement que par des prêts ne constituant que 6 % de leurs avoirs. Plus de la moitié des militaires ou agents civils de l’État ne se rangent pas dans la catégorie des prêteurs.

Les prêts urbains, d’après l’analyse des inventaires

  • 31 La moyenne des actifs de ceux des gens de l’État qui n’ont pas accordé de créances est de 662 piast (...)

69C’est aux urbains, en priorité, que prêtent certains des plus fortunés agents de l’État, 23 personnages (la moyenne de leurs actifs s’élève à 1 958 piastres31) : les créances urbaines constituent 22,6 % de leurs patrimoines bruts, 14 791 piastres dont 8 637 recouvrées au moment du décès, 6 154 restant dues. Ces créances englobent une très grande majorité de prêts, mais également quelques loyers, non encaissés lors de l’enregistrement de la succession, de boutiques, de maisons, examinés plus haut, que l’on ne comptera plus désormais parmi les créances-prêts proprement dits.

70Restent 7 178 piastres de créances réglées et 6 154 de créances dues lors de la rédaction de l’acte. La cause précise de ces multiples emprunts reste indifférente au travail du juge qui ne s’embarrasse pas de tels détails, évaluant seulement le montant et la composition du patrimoine.

71Douze janissaires, udabāšī, bulūkbāšī, quatre sipahis, trois kapı kulu, deux kul oǧlu et deux agents civils de l’État, soit la gent d’État dans son ensemble, sont à la tête d’actifs marqués par la présence de créances. Bien que les types de comportements économiques étudiés dans le chapitre IV aient paru relever de l’individu, soucieux de ne pas s’engager dans un seul type d’activités, plus que du groupe, certaines tendances s’étaient cependant dégagées : dans l’ensemble, les janissaires, udabāšī et bulūkbāšī, installés en ville, sont très concernés par les créances urbaines ; c’est également dans leur groupe que les débiteurs se sont le plus vite acquittés de leurs dettes.

72Présentons, seulement pour la commodité de la lecture, le tableau qui résume l’importance des créances et des créances recouvrées lors de l’établissement de l’acte, tout en nuançant fortement le sens des pourcentages pour les rares kul oǧlu et agents civils de l’État.

Tableau 18 – Proportion des créances urbaines dans les actifs des défunts et proportion des créances urbaines réglées lors de l’établissement de l’acte

Pourcentage des créances urbaines dans l’actif

Pourcentage des créances récupérées

Agents civils de l’ État

40

40,6

Janissaires

38

66,2

Kul oǧlu

35,1

12,7

Sipahis

17,1

34,8

Kapı kulu

4,7

17,6

73Envergure des prêts : La majorité des prêts consistent en petites sommes. Trois-cent vingt et une créances ont été accordées, parfois à la même personne, réglées ou non lors de l’établissement de l’acte. Si la moyenne des créances (du moins des 297 dont la valeur est clairement indiquée) se situe autour de 35 piastres, l’écart entre le montant des sommes individuellement empruntées s’étend de 0,3 à 532 qurš. La majorité des prêts (226, soit 76 %) concerne des sommes inférieures à 35 piastres, dont près de la moitié sont inférieures à 10 qurš. Les militaires, comme leurs collègues civils, étant donnée la pénurie de numéraire dans la société civile, accordent des prêts de moindre importance sans doute destinés à la consommation (à pallier les urgences de la vie quotidienne d’une population pauvre), et non pas à l’investissement.

74Les prêts ont été dirigés vers tous les milieux : Les noms des débiteurs sont en général précisés. De l’analyse des ism, nasab et nisba, une conclusion s’impose. L’ensemble de la population a été contrainte aux emprunts, civils, militaires, hommes et femmes, musulmans et chrétiens, dans des proportions certes différentes : dix-huit femmes, et un seul chrétien, maréchal-ferrant, sont désignés (sans que l’on sache avec certitude si le juge enregistrait systématique-ment le statut de ḏimmī). La gent d’État, dans la distribution de son crédit, ne s’était pas enfermée dans son propre milieu : 216 sommes ont été allouées à des ra‘āyā, 77 à des ‘askar, certes moins nombreux dans la population damascène que les sujets. Quelques débiteurs appartenant au milieu des ra‘āyā portent des nisba permettant de distinguer le type d’activité exercée : parfois impliqué dans certaines occupations artisanales et commerçantes liées à la profession militaire, le personnel d’État a volontiers accordé ses créances à des muletiers (qāṭirǧī), des maréchaux-ferrants (bayṭār), des fabricants de selleries (surūǧī), des chameliers (ǧammāl), des tondeurs de bêtes (qaṣṣāṣ), des fourreurs (farrā’), toutes occupations liées aux montures, aux bêtes et au cuir.

75Les prêts destinés aux militaires portent sur des sommes plus élevées : si la dette moyenne du civil atteint la valeur de 25 piastres, celle du militaire s’élève à 67,6 qurš, plus du double. On prête plus volontiers à ses proches, à ceux qui détiennent le pouvoir. Certains des noms de débiteurs sont précédés d’un titre (35 beše, quatre beys, 10 aġā ), ou de la désignation d’une fonction : une trentaine de janissaires, trois ou quatre sipahis, un aġā des janissaires, un ṣūbāšī, deux katḫudā, deux kapı kulu, trois bulūkbāšī, un kul oǧlu, un munlah, un émir du pèlerinage damascène, et un gouverneur qui a emprunté une somme considérable, 500 piastres.

76Les remboursements étaient difficiles : plusieurs indices suggèrent que les créanciers connaissaient des difficultés de remboursement.

  • Lors de l’enregistrement de la succession, la valeur des créances restant dues égale presque le montant des prêts remboursés.

  • Les remboursements sont parfois partiels : quelques exemples, entre autres, en témoignent. ‘Alī bey b. Muṣṭafā bey a récupéré les sommes dues par ‘Umar b. al-ḥāǧǧ Yūsuf al-farrā’ : sur 21 piastres de la somme engagée, une reconnaissance de dette a été produite (bi-mūǧib tamassuk), seules 16 piastres ont été réglées. Reste due au même créancier une grosse partie (10 piastres sur 12) des créances accordées à Šāhīn bey, toujours avec une reconnaissance de dette datée de rabī‘ I 1090/avril 1679. Sur les 25 piastres prêtées par Aḥmad b. al-šayḫ Muḥammad b. al-‘Ānī à Aḥmad Amīn b. al-Malīḥī avec reconnaissance de dette du mois de ǧumādā I 1090/juin 1679, six piastres ont été recouvrées par le wakīl, et neuf par le waṣī.

  • Enfin, les dûs peuvent couvrir de longues périodes. Le juge, lorsqu’il recense ces nombreux remboursements incomplets, ou entièrement différés, prouve l’authenticité de l’emprunt : il indique souvent, à 71 reprises, la date de l’acte de la « reconnaissance de dette » (bi-mūǧib tamassuk). Dans le meilleur, mais rare, des cas, la créance couvre l’année en cours (12 occurrences), pour des prêts accordés par les deux seuls kul oǧlu des inventaires, chanceux, habiles ou méfiants. Mais 24 fois, le débiteur a emprunté depuis un an, 19 fois depuis deux ans, sept fois depuis trois ans, huit fois depuis quatre ans, six fois depuis cinq ans. Certaines dettes remontent à 6, 8, 9, 12, 15, 17, et 20 ans.

77Les débiteurs sujets ont réglé plus de la moitié (54 %) de leurs dettes, à la date de l’acte. Les « militaires » ont davantage tardé : un sur trois des ‘askar reste redevable de ses emprunts, un sur cinq seulement s’en est acquitté. Les prêteurs étaient-ils plus tolérants vis-à-vis des membres de leur groupe ? Ou les « militaires », dont avait été observée l’importance de l’endettement par rapport aux civils, connaissaient-ils, dans leur vie quotidienne, des difficultés particulières ?

Les prêts urbains, d’après l’analyse des comptes de gestion

78Chargés de veiller au devenir de l’héritage touché par les enfants mineurs, les waṣī, entre autres besognes, ont été chargés de la gestion de ces créances restant dues à la mort du défunt père : cette fonction justifie même l’existence de quelques-unes des muḥāsaba. Ils effectuent un travail minutieux de comptabilité : qui a payé ? Combien ? Quelle somme reste due ?

79Dans 18 de ces comptes sont recensées les créances urbaines que le waṣī a réussi à recouvrer ; ou, au contraire, celles qui ne sont pas encore réglées. Les waṣī ont présenté à deux reprises, à des dates qui se succèdent, les comptes de deux défunts créanciers, le retraité Šāhīn çelebī b. Badrī al-qawwāf et Maḥmūd beše b. ‘Ibād Allāh, kapı kulu.

80Comme l’avait exposé l’étude des inventaires, les créanciers se situent dans tous les groupes des agents civils et militaires de l’État : un kapı kulu, deux kul oǧlu, deux sipahis, un agent civil de l’État, et surtout 10 janissaires, udabāšī et bulūkbāšī, dont un retraité (mutaqā‘id) portant la nisba de qawwāf (fabricant de chaussures), et trois janissaires gardiens de citadelle (ḥisārī).

81La somme totale, 6 259 piastres, correspondant à 99 prêts, restait encore due aux enfants de ces 16 défunts après dévolution de la succession. Le montant moyen de 63 piastres par prêt représente près du double de la valeur moyenne des prêts enregistrés dans les inventaires : les comptes de gestion sont bien consacrés à la gestion d’héritages dont le montant est supérieur à la moyenne des successions des agents de l’État. En revanche, comme dans les inventaires, l’inégalité des créances est la règle, les sommes dues allant de 1,5 à 400 piastres.

82Le travail du waṣī consistait, en partie, à faire payer les débiteurs récalcitrants : effectivement, sur cette somme globale de 6 274 piastres de dettes, 4 729, les trois quarts des sommes dues, ont été récupérées. Mais le quart des emprunts, quelques années après le décès ou l’enregistrement de l’inventaire, n’est pas encore rentré dans l’héritage des enfants. À 21 reprises, le waṣī a mentionné la date d’une reconnaissance de l’emprunt : si 13 des prêts ne remontent qu’à un an, huit s’étirent sur une période couvrant de deux à sept ans. Dans le registre 10 figurent à la fois l’inventaire et le compte de gestion de Ḥusayn b. Qāsim beše bulūkbāšī b. Samakī kul oǧlu passés devant la Cour à un an de distance (fin 1091 et fin 1092/début 1680-début 1681) : sur 13 débiteurs figurant dans l’inventaire, 10 ont différé d’un an leur paiement, attesté dans le compte de gestion. Deux d’entre eux n’ont pu s’acquitter complètement de leurs dettes : l’un doit 11 et ne paie que huit ; l’autre doit 35 et règle 30.

83Les comptes de gestion confirment également que les agents de l’État sont bien créanciers de chacun des milieux, ra‘āyā et ‘askar : 39 prêts ont été consentis à des militaires, 60 à des sujets, plus nombreux dans la population damascène. Les avances faites aux militaires sont les plus conséquentes : 94 piastres en moyenne par prêt, 43 pour les sujets. Dans les muḥāsaba, comme dans les inventaires, les ‘askar tardent davantage à s’acquitter de leurs dettes : les créances recouvrées représentent 64 % de l’ensemble des créances restant dues, tandis que les sujets ont pratiquement remboursé tout ce qu’ils devaient (92 %). Les moyens de pression de ceux qui détenaient le pouvoir sur la population ra‘āyā étaient sans doute plus efficaces que ceux qu’ils pouvaient avoir sur les membres de la société des ‘askar. De plus, l’esprit de corps incitait le créancier à plus de tolérance, plus de patience envers son pair. Dans l’ensemble, les waṣī ont rempli leur mission avec efficacité : les trois-quarts des créances restant dues lors de l’établissement du patrimoine du défunt ont été payées, plus ou moins longtemps après l’inventaire.

84À des activités artisanales peu lucratives, à une participation au commerce international plus rémunérateur, à une rente urbaine fondée sur la propriété de maisons et de boutiques destinées à la location, une partie des agents de l’État ajoute donc à leurs fonctions respectives une occupation supplémentaire, celle de consentir des prêts... et de récupérer leurs créances. Si l’activité « bancaire » est une certitude, la rémunération, que la plupart des historiens jugent probable, est impossible à évaluer.

  • 32 Masters, 1988.
  • 33 Jennings, 1973.
  • 34 Jennings, 1973.
  • 35 Rafeq, 1994, p. 13.
  • 36 Masters, 1988, p. 160 sq.
  • 37 Rafeq, 1992, p. 322.
  • 38 Pascual, 1984, p. 359-360.

85Bruce Masters32 et Ronald Jennings33, pour des villes différentes de l’Empire – Alep et Kayseri – ont attesté la vigueur d’un crédit pratiqué par les musulmans comme par les non-musulmans. Ils en ont affirmé la nécessité, liée à la pénurie d’espèces dans le monde ottoman, du moins à cette époque. Or, la légalité du prêt à intérêt suscite bien des controverses. « Les érudits modernes de l’Islam, écrit R. Jennings, ont été unanimes à déclarer que l’intérêt était strictement interdit par le Koran et par la sharia. Se refusant à accorder la moindre légitimité au prêt de l’argent contre intérêt, les savants de l’Islam, Européens comme musulmans, ont trouvé une rare unanimité »34. Pour A. Rafeq, « l’intérêt sur les dettes et le crédit était une [...] source de conflit entre la loi Ottomane et la sharī‘a. L’intérêt était autorisé dans les cours de la sharī’a en Anatolie, mais désapprouvé par les cours syriennes »35. B. Masters observe : « Nous restons sur une interrogation : dans ces relations avec les créanciers, quel était le motif du profit ? Les registres de la cour d’Alep sont silencieux en ce qui concerne l’intérêt »36. Se fiant à quelques cas de prêt à intérêt évoqué – et condamné – par la cour d’Alep, se fiant aux récits de voyage de Volney, B. Masters évalue le gain sur capital à un taux variant de 20 à 30 %. A. Rafeq souligne également que si les cours syriennes ne reconnaissent jamais officiellement l’existence d’un intérêt, en pratique, ces intérêts existent et sont masqués dans des achats fictifs réalisés par les débiteurs à leurs créanciers, achat de savon, ou de différents types de vêtements ou d’armes. Ces intérêts camouflés, qui augmentent avec les années, plus importants en 1725 qu’en 1700, varieraient entre 12 et 25 %37. J.-P. Pascual faisait la même constatation : un poignard et une pièce de tissu tenaient compte d’intérêt, dont la valeur atteignait environ 20 % du montant de la créance38.

86Les inventaires après décès sont des actes légaux enregistrés à la qisma ‘askariyya, et ne font aucune allusion à l’existence d’un prêt à intérêt. Dans ces actes, nous n’avons jamais trouvé, parmi les dettes d’un défunt, quelque objet, savon, poignard ou vêtement, évoquant un intérêt masqué.

87La lecture des muḥāsaba a suscité quelque espoir de calcul. Les créances de certains défunts sont exposées en détail : à ‘Abdallāh beše b. Muṣṭafā, janissaire à Damas, un certain Ḥasan aġā al-šahīr bi-Abāza doit 30 piastres pour un capital (aṣl) de 230, réalisant un intérêt de 13 % pour une durée non spécifiée. Le za‘īm ‘Uṯmān aġā attend de Murtaḍā aġā qu’il lui règle une créance de 155 piastres, pour un capital de 146, et un gain (rabḥ) de 9 qurš ; l’intérêt est faible, 6 %. Pour d’autres personnages, il n’est mentionné que la somme totale de la créance, incluant capital et gain : Aḥmad aġā b. Ibrāhīm aġā al-za‘īm doit 24 piastres pour aṣl et rabḥ à Šāhīn çelebī al-qawwāf ; Muṣṭafā beše lui doit 104 ; Ibrāhīm al-ṭawāqī lui a réglé en deux paiements les sommes de 12 et de 10 piastres, comprenant capital et gain. Aurait-on ainsi trouvé la trace, et de l’existence de l’intérêt et de son taux, relativement faible d’ailleurs, dans ces cas ? Cela n’est pas sûr. L’ensemble de ces notations reprennent exactement les termes aṣl, rabḥ, et la formule bi-mūǧib ḥuǧga, utilisées par le juge ou par le waṣī lorsqu’ils examinent le montant du capital laissé aux enfants et les fructifications licites, voire requises, qu’en tirent les bénéficiaires. Il est donc probable que ces intérêts mentionnés ne concernent pas de simples prêts, mais font partie des gains autorisés résultant du placement du capital des orphelins.

  • 39 Fontaine, 2008, p. 70 : « Les dettes circulent comme du papier monnaie ».

88Peut-on formuler une hypothèse ? Dans leur majorité, les prêts portent sur de petites sommes. Fréquemment, les créances ne sont remboursées qu’avec lenteur et difficulté. La part importante des créances dans les patrimoines, de civils comme de militaires, ne signifie peut-être pas que prêter soit toujours une activité lucrative. Dans un monde où les espèces sont rares, où les placements, les stocks sont limités et n’autorisent pas une utilisation souple des fonds, le crédit est tout simplement une nécessité concernant tous les milieux39 : si, grâce à lui certes, les plus démunis peuvent survivre, les plus entreprenants aussi peuvent pallier les aléas, les risques des activités du commerce et de l’artisanat. Suivant les moments et les besoins, le même homme se trouve dans le rôle de celui qui prête ou de celui qui emprunte, aussi bien dans le milieu des sujets que chez les ‘askar ; et ce, même si l’existence du prêteur professionnel n’est pas niable.

89Une brève incursion dans le groupe des ra‘āyā révèle que plus considérables sont les patrimoines, plus la part des créances est importante, mais aussi la part des dettes dans le passif des défunts : les plus gros créanciers sont en même temps les plus gros débiteurs. Dans le monde des militaires engagés dans les créances urbaines, la situation n’est guère différente.

Tableau 19 – Taux de corrélation entre montant des actifs, des créances, des dettes

Ra‘āyā

‘Askar

Corrélation entre actif et créances

0,92

0,91

Corrélation entre actif et dettes

0,7

0,55

Corrélation entre créances et dettes

0,5

0,46

  • 40 Thévenot, 1980, p. 129.

90Le prêt n’est pas toujours synonyme de « rapport ». On ne peut exclure qu’à l’exception de la mise en valeur rémunérée et autorisée du capital des orphelins, la Loi religieuse était souvent respectée... et l’intérêt nul, ou faible, dans ces allées et venues d’espèces empruntées ou prêtées par les mêmes individus, au gré des circonstances. Pourquoi systématiquement envisager infraction à la loi ? Jean Thévenot, dans son Voyage au Levant, écrivait : « L’usure parmi les Turcs est un très grand péché, et peu en usage. »40

91L’activité de « professionnels » du prêt existe cependant. Šāhīn beše b. ‘Abdallāh, janissaire, bien intégré dans la cité, proche des Damascènes dans le besoin, en est le meilleur exemple : la moitié de son patrimoine consiste en créances, et la valeur moyenne des prêts qu’il accorde, 171 piastres, se situe très au-dessus de la moyenne des créances. Sur l’intérêt demandé, le document est muet. Sa femme l’a tué : on l’a vu, mais l’on ne saura jamais si la cause de l’assassinat était la créance qu’elle lui avait consentie et qu’il avait omis de lui rembourser.

Notes

1 Raymond, 1991, p. 16-37.

2 Rafeq, 1970, p. 26.

3 Inalcik, 1975, p. 195-217 ; 1977, p. 27-52.

4 Establet, Pascual, 2005, p. 46. La ṭāqa est une mesure qui représente le vingtième de la courge. Ces termes sont usuellement utilisées pour quantifier les marchandises importées de l’Inde, tissus en particulier : la ṭāqa semble être l’équivalent de la pièce (tūb).

5 Kūšla : « cuir pour faire les semelles », Barthélémy, 1969 ; « a sole leather of a boot or shoe », Redhouse, 1996.

6 Establet, Pascual, 2005, p. 315 : les pennes sont constitués de morceaux semblables, assemblés et cousus ensemble ; les ǧulūd sont de simples peaux.

7 Mer‘az : « the under hair of a goat », Redhouse, 1996.

8 Barthélémy, 1969 : « une plante qui fournit une matière colorante jaune ».

9 Establet, Pascual, 2005, p. 354 : waraqat ḏahab, « fines feuilles d’or que l’on utilisait comme alternative au fil d’or ».

10 Nous n’avons pas trouvé le sens de cette mesure.

11 Establet, Pascual, 1994, p. 134, 138, 139.

12 Raymond, 1973, p. 330.

13 Deguilhem, 1995, p. 67-68 : « Le murṣad est une autre forme de contrat de location conclu exclusivement sur des biens immobiliers bâtis ; il accorde des droits de propriété. Son usage, comme celui du contrat de kadak et de ḫulū n’est pas limité aux propriétés en waqf. » Elle précise cependant que cette forme de location « se produit dans le cas où un waqf n’arrive plus à assurer l’entretien d’un bien. Un individu prête alors une certaine somme d’argent à l’administration du waqf [...] : en contrepartie, l’investisseur (sous la forme du prêteur) détient des droits de gage relatifs aux redevances du waqf. En tant que créditeur, il se fait rembourser soit par le droit de louer, à un prix dérisoire, la propriété réparée [...], soit par le droit de recevoir, à intervalles réguliers, une somme fixe provenant des bénéficiaires du waqf. Les droits de murṣad rentrent dans le patrimoine. » Voir également Deguilhem, 1988, p. 68-79.

14 Ces taxes seront examinées plus loin, chapitre VIII.

15 Écochard et Le Cœur, 1942 vol. 1, p. 16 : « En ville, les distributeurs sont en général posés sur un massif de briques [...] qui contient les tuyaux d’eau d’arrivée et de départ. » Ils se présentent sous la forme « d’une cuve centrale rectangulaire ou carrée, où l’eau arrive en siphon du distributeur précédent. Sur les côtés de cette cuve de pierre sont taillés des seuils de même niveau mais de largeur différente. Ces seuils permettent à un volume d’eau proportionnel à leur largeur de passer de la cuve centrale à une cuve plus petite d’où l’eau se rend à sa destination finale ou vers un autre répartiteur. » Il s’agit ici soit de la pose d’un nouveau répartiteur, soit plutôt d’ajouter un nouveau seuil correspondant à la part d’eau revenant à la ou les habitations mentionnées.

16 Sur le terme ḥikr, qui sera souvent cité, nous renvoyons à l’EI2, 1982, p. 368, G. Baer : « une des diverses formes de location à long terme d’un bien waqf [...]. Le locataire peut construire sur le fonds ou planter des arbres qui deviennent sa pleine propriété personnelle. Il a le droit de transférer ou de vendre ce qui lui appartient et de le donner en location perpétuelle à une autre personne ; ces droits sont transmissibles par héritage. »

17 Voir Ǧāmi‘ Ṣanǧaqdār, mausolée d’Arġūn Šāh, rénové en 1599-1600 par un aġā des janissaires, Talass, 1975, p. 227-228.

18 Voir Redhouse, 1996.

19 Pour la même boutique, la valeur des montants indiqués dans le deuxième des actes, calculée sur 19 mois, puis ramenée à 12 mois est toujours un peu inférieure aux sommes indiquées dans le premier document, un an. On suppose donc que, dans le deuxième acte, les locations touchées par le waṣī courent sur un laps de temps inférieur à 19 mois, mais supérieur à un an : lequel exactement ? Mystère.

20 Il s’agit sans doute de la mosquée Ǧadīda citée dans le second document. Deux monuments sont connus sous ce nom à Damas : une mosquée du XIIe siècle localisée à Ṣāliḥiyya, une seconde connue également sous le nom de Mu‘allaq ou Bardabīkiyya, d’époque mamelouke, à ‘Amāra, Talass, 1975, p. 204-205 et 253-254.

21 Voir chapitre VII.

22 Raymond, 1991, p. 16-37.

23 En 1701, un qurš valait 45 paras, voir Establet, Pascual, 1994, p. 62.

24 Establet, Pascual, 1994, p. 89-101.

25 Fontaine, 2008, p. 31.

26 Rafeq, 1992, p. 324.

27 Masters, 1988, p. 161 et 163.

28 Imber, 1997, p. 145-146 : lorsque les waqfs prêtaient, « le maximum autorisé selon les livres de loi ottomans datant du temps de Bayezid II (1481-1512) était 15 %, et il est clair que Ebu’s Su‘ud lui-même a été à l’origine d’une fatwa confirmant ce pourcentage [...]. La date de ce décret est inconnue mais il existe un rapport du Sultan envoyant la même instruction aux juges dans le Péloponnèse en 1565. »

29 Masters, 1988, p. 163.

30 La moyenne du capital dont l’intérêt a été inférieur à 13 % s’élève à 971 piastres, tandis que la moyenne du capital dont l’intérêt a été supérieur à 13 % n’est que de 314 piastres. Plus importante est la somme laissée aux enfants, plus faible est le taux d’intérêt (le calcul du coefficient de corrélation entre le montant du capital et le taux d’intérêt, 0,4, est « significatif »). Mais la corrélation est difficile à interpréter.

31 La moyenne des actifs de ceux des gens de l’État qui n’ont pas accordé de créances est de 662 piastres.

32 Masters, 1988.

33 Jennings, 1973.

34 Jennings, 1973.

35 Rafeq, 1994, p. 13.

36 Masters, 1988, p. 160 sq.

37 Rafeq, 1992, p. 322.

38 Pascual, 1984, p. 359-360.

39 Fontaine, 2008, p. 70 : « Les dettes circulent comme du papier monnaie ».

40 Thévenot, 1980, p. 129.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search