Version classiqueVersion mobile

La gent d’État dans la société ottomane damascène

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre III. Patrimoines de ‘askar, patrimoines de ra‘āyā

Texte intégral

  • 1 Voir chapitre I.
  • 2 Nous appellerons parfois « militaires » ces ‘askar qui comptent en réalité militaires proprement di (...)

1Les inventaires, à la différence des muḥāsaba dans lesquels le juge ne s’intéresse plus à la succession totale du personnage mais à la partie de la succession dévolue aux enfants mineurs, constituent la seule source qui permette d’analyser le montant et la composition du patrimoine de défunts ‘askar. Nous avions étudié la société des ra‘āyā damascène à travers les muḫallafāt de près de 500 personnes, dont 277 hommes. Le registre 10 du tribunal n’autorise pas l’approche d’un échantillon d’un ordre aussi important, en valeur absolue. Cependant, la proportion d’inventaires du registre 10, par rapport au nombre total de ‘askar, semble à peu près équivalente, voire légèrement supérieure1. De plus, l’attention, la minutie particulière apportées à l’enregistrement des successions par le juge de la qisma ‘askariyya permet de cerner, avec davantage de précision peut-être, le montant et la composition du patrimoine de l’ensemble des défunts ‘askar2 et de rendre possible la comparaison entre les avoirs des deux groupes de la société.

Le montant total du patrimoine

2La moyenne des actifs bruts, non diminués des passifs, est à peu près semblable chez les uns et les autres : 1 190 piastres pour l’ensemble des agents civils et militaires de l’État, 1 159 piastres pour les ra‘āyā. En revanche le montant du patrimoine net, l’actif moins le passif, diffère légèrement ; les défunts ‘askar, dans l’ensemble, ont une fortune un peu moins élevée que les ra‘āyā, artisans et commerçants pour la plupart d’entre eux : 753 piastres pour le personnel d’État, contre 908 piastres pour les autres. C’est donc le montant du passif qui différencie les deux groupes : le montant des dettes des hommes sujets est, en moyenne, de 175 piastres par défunt, représentant 15,1 % de leurs actifs tandis que les ‘askar laissent des dettes plus importantes, s’élevant en moyenne à 338 piatres, représentant 28,4 % de leurs actifs . En revanche, les frais d’inhumation, et les taxes que le Trésor prélève sur leurs avoirs correspondent à 6,3 % de leurs actifs, alors que les artisans et commerçants donnent à l’État plus de 12 % de leurs avoirs. L’importance générale des dettes (et des créances) dans une société qui ne possédait pas de système bancaire avait été soulignée dans Familles et fortunes ; cependant, le surendettement de cette société dite militaire suscite des questions : avoirs moins stables ? Dépenses plus considérables ? Avenir incertain ?

  • 3 Barbir, 1992, p. 179.

3K. Barbir l’avait constaté : « La distinction entre les privilégiés et les non privilégiés avait probablement peu à faire avec la richesse proprement dite à la fin du xviiie siècle, et davantage avec le privilège politique, l’exemption des taxes non conformes à la Šarī‘a, et l’accès à des sources de richesse et d’investissement, comme la ferme des impôts, et la participation aux waqf. »3

La structure du patrimoine différencie les deux populations

4Le tableau suivant présente la structure comparée du patrimoine des militaires et des sujets damascènes :

Tableau 4 – Structure comparée du patrimoine des ‘askar et des sujets

Type de biens possédés

Les ‘askar en %

Les ra‘āyā en %

Biens domestiques

15,8

9,7

Biens ruraux (dont revenus en nature)

11,2

6,1

Bijoux

0,2

1,2

Biens du commerce ou de l’artisanat

3,1

22,3

Ensemble des créances

39,4

38,4

Créances recouvrées

14,2

21,3

Créances non recouvrées

25,2

17,1

Immeubles

6,5

13,7

Numéraire

24,2

8,6

Revenus d’emploi

0,14

0

Moyenne de l’actif individuel

1 190 piastres

1 159 piastres

Moyenne du patrimoine (actif moins passif)

753 piastres

908 piastres

5Si le montant total des actifs ne diffère guère, en revanche, la répartition du type de biens distingue les deux groupes de la population.

Le numéraire

  • 4 Establet, Pascual, 1994, p. 89.

6Les militaires possèdent beaucoup plus de numéraire que les sujets, dont on a étudié ailleurs la pauvreté en liquidités4.

  • 5 Certains des agents civils de l’État touchent également des émoluments, que ne mentionnent aucun de (...)

7L’importance des espèces dans les avoirs d’au moins une partie des agents de l’État, les janissaires locaux et impériaux, s’explique sans doute, et en partie, par les soldes5 qui rémunèrent leurs fonctions.

  • 6 Establet, Pascual, 1994, p. 62 : en 1689, un qurš valait 121 akçe. 5 akçe correspondent donc à 0,04 (...)
  • 7 Barbir, 1980, p. 149.
  • 8 Barbir, 1980, p. 183.
  • 9 On constate donc une augmentation depuis le XVIe siècle : les 5 akçe journalières du XVIe auraient (...)
  • 10 Inalcık, 1985, p. 293.
  • 11 Dans un document plus tardif, un certain Benjamin Brue qui voyage avec le grand vizir Ali Pacha pen (...)
  • 12 Marsigli, 1732, Partie I, p. 82.
  • 13 Marsigli, 1732, Partie II, p. 6.

8Sur le montant de cette solde, les actes apportent peu de lumière. K. Barbir avait noté que « tout au long de la première moitié du XVIIIe, la solde des hommes en garnison dans les forteresses du pèlerinage était de 5 akçe6 par jour, la même que celle de leurs collègues stationnés en garnison à Damas, solde inchangée depuis le xvie »7. En 1706, relève-t-il, « 52 327 piastres sont payées à 1 231 hommes du corps des janissaires »8. Un bref calcul : un janissaire aurait touché 42,5 piastres par an9, soit 3,5 piastres par mois, soit 4,6 miṣriyya par jour ou 14 akçe. H. Inalcık, pour l’année 1698, remarque que les mercenaires, les sekbāns fraîchement enrôlés, touchent une avance de 12 piastres, pour se préparer aux expéditions militaires et reçoivent un salaire (‘ulūfa) de 2,5 piastres par mois10. Même si les soldats sont d’origines différentes, les soldes se ressemblent11. Dans un seul acte du registre 10 figure dans l’actif du janissaire Muṣṭafā b. ‘Abdallāh une « solde » (‘ulūfa) de 48 piastres, « ‘ulūfa du défunt dans l’odjaq des janissaires ». Le scribe n’a pas précisé la durée de l’emploi justifiant la somme versée, mais la valeur de cette ‘ulūfa correspond presqu’exactement aux indications tirées des données de Barbir. En revanche, une estimation moins optimiste est apportée par Marsigli : « Chaque janissaire, outre la paye annuelle de 30 aspres pour les flèches, a depuis trois jusqu’à huit aspres par jour »12. Dans la seconde partie de son récit, il note en 1692 « la promesse de donner aux nouveaux janissaires jusqu’à huit aspres par jour ».13 Le salaire du janissaire s’abaisserait alors à 24 piastres l’an.

  • 14 Thévenot, 1980, p. 129.

9De toute façon, ces valeurs paraissaient dérisoires au voyageur français Thévenot14 : « Si un misérable janissaire qui aura 4 aspres par jour... »

  • 15 Barbir, 1980, p. 35.

10Les janissaires ne restent pas en poste fixe à Damas, mais sont affectés à tour de rôle dans les forteresses de la province : posséder de l’argent liquide, quand on voyage, est alors une nécessité qui devient encore plus impérieuse lorsqu’on s’apprête à la bataille. Faut-il alors relier cette importance des espèces à la campagne d’Autriche et à l’approche du siège de Vienne (1682-1683) ? Presque la moitié du contingent y participe, 500 janissaires de Damas qui, de différentes manières, auraient alors pris soin de se munir d’argent monnayé. Plus tardivement, en 1691, 300 hommes collaborent également à la nouvelle campagne d’Autriche.15

11Dans une économie où les espèces sont rares, être à la tête d’espèces sonnantes et trébuchantes, même si les soldes paraissent de peu d’importance, constituait un privilège non négligeable.

Les activités et propriétés urbaines

12Ce personnel d’État, dont les biens immobiliers, les maisons, ne représentent que 6,5 % des actifs, semble, contre toute attente, peu engagé dans la vie artisanale et commerçante : 3 % de leur patrimoine seulement provient de la propriété de quelques boutiques (maḫzan et ḥānūt), et d’activités artisanales ou commerciales. Dans le chapitre VI sera analysée en détail la participation des ‘askar aux activités de la ville.

  • 16 Barbir, 1980, p. 116.

13D’autres sources que les nôtres ont révélé que les ‘askar, sans être forcément propriétaires urbains, bénéficiaient de fermes d’impôts (iltizām ou muqāṭa‘a)16. Ces fermes ne sont effectivement pas des propriétés dont le cadi doit noter l’existence : elles procurent cependant des revenus en espèces, invisibles dans les relevés du juge, et qui contribuent sans doute à l’importance du numéraire dans les actifs de ces défunts.

Les activités et exploitations rurales

  • 17 Establet, Pascual, 1994, p. 37-40.

14Il avait été difficile de cerner la part propre des biens ruraux possédés par les ra‘āyā. Les biens immobiliers, maisons, boutiques et biens ruraux, n’avaient été estimés avec précision qu’environ dans la moitié des cas par le juge de la qisma ‘arabiyya. Pour ne pas manquer cependant la part qu’occupaient ces biens dans le patrimoine des sujets, on avait réussi à proposer une estimation globale des valeurs immobilières détenues par chacun17 et abouti à la conclusion qu’ils représentaient près de 20 % de leurs actifs. Les 61 artisans et commerçants de Familles et fortunes propriétaires de biens immobiliers ne possèdent que des maisons ou cumulent la propriété de boutiques et de biens ruraux. Parmi eux, 15 détiennent des boutiques (dukkān ou ḥānūt), en toute propriété ou en parts ; un seul commerçant possède deux boutiques. Huit ont 19 biens ruraux. Le tableau suivant indique les valeurs respectives de ces différentes possessions.

Tableau 5 – Les biens immobiliers et fonciers de la population ra‘āyā

Maisons

Boutiques

Biens ruraux

Total

Nombre de propriétaires

50

15

8

Valeur en piastres

9 725

931

4 781

15 437

63 %

6 %

31 %

100 %

15Une fois ôtée la valeur des maisons et des boutiques, il devient alors possible d’estimer la part des biens ruraux dans les fortunes totales de ces ra‘āyā, 6,1 %.

16À première vue, la part des biens ruraux dans les patrimoines des ‘askar est à peu près deux fois plus importante, en proportion, que chez les sujets, 11,2 %.

  • 18 Voir chapitre III, p. 77-78.

17Et cette différence s’amplifie si l’on considère que la moitié de ces propriétaires ruraux ra‘āyā ont un rapport, plus ou moins clairement établi, avec le personnel militaire : un certain nombre de successions ont été enregistrées par la qisma ‘arabiyya, alors que les propriétaires de ces fortunes semblent, de près ou de loin, être liés au groupe des ‘askar18. L’histoire de ces déclassements reste difficile à interpréter. Arrêtons-nous sur ces quelques cas.

18Ismā‘īl b. ‘Abd al-Raḥmān b. Basā’ina détient une part de jardin, 80 piastres, et un quart de plantations (ġirās, ǧunayna et deux vaches) estimés 40 piastres. Rien dans son nom n’évoque un statut de militaire ; cependant, parmi les éléments du passif du défunt figure une somme rémunérant l’intervention (ḫidma) des kapı kulu, brève annotation faisant allusion au rôle de ces militaires envoyés par le centre de l’Empire vers un Damas en crise.

  • 19 Deguilhem, 1995, p. 67-68 : « Le murṣad est une [...] forme de contrat de location conclu exclusive (...)

19Ḥāǧǧ ‘Abd al-Ḥayy b. Aḥmad b. ‘Abdallāh possède 2 murṣad19 dans des moulins ; ses investissements s’élèvent à 437 piastres ; rien, dans son nom, n’implique l’appartenance au groupe militaire ; cependant, parmi les personnes qui interviennent dans sa succession figurent deux beše, faisant partie de son environnement.

20Plus apparemment reliés à la société militaire, deux hommes, aux fortunes considérables, sont à la tête de patrimoines dans lesquels les biens de la terre revêtent une plus grande importance : le ḥāǧǧ Ḥusayn çelebī b. Muṣṭafā beše (15132), peut-être agent civil de l’État fils de militaire, détient un moulin et des plantations d’arbres dont la valeur est de 400 piastres, des parts de vergers (bustān), pour 80 piastres, et enfin une part de jardin à Kafr Sūsiyya, 80 qurš. Le nom prestigieux porté par son épouse, Faḫr al-muḫadarrat al-maṣūn Ǧamīla Ḫātūn bt Ibrāhīm Bey b. al-Qurašī, évoque également l’appartenance au milieu des ‘askar.

21‘Umar b. al-sayyid Yūsuf b. al-sayyid Aḥmad aġā, petit-fils d’aġā, dont la conjointe porte le nom de ‘Ā’iša bt Faḫr al-a‘yān Yūsuf aġā al-Nāsifī al-za‘īm, également fille d’aġā, est le plus important des propriétaires fonciers. Il touche un loyer (uǧra) de 2 246 piastres, 43 % de l’ensemble de ses revenus immobiliers, provenant de quatre vergers ; deux de ces vergers, le bustān Qaṣr Labbād, le bustān situé sur le terroir d’al-‘Annāba, portent un nom qui permet de les situer dans un riche secteur de maraîchage, entre Damas et Ṣāliḥiyya.

22Enfin, un personnage dont le patrimoine échappe à la quantification puisque le juge n’a fait que décrire, sans les estimer, ses biens domestiques et immobiliers, fils d’aġā, un certain ‘Abdallāh b. Muḥammad aġā al-Fātiqī, détient des plantations et la moitié d’un champ dans un village.

23À eux seuls, ces quatre personnages, si l’on ignore le dernier d’entre eux, plus ou moins liés à la société ‘askarī de la ville, détiennent 70 % de tous les biens ruraux possédés par le groupe des ra‘āyā damascains.

24En fait, les ‘askar paraissent bien plus engagés dans les activités rurales que ne le laissait supposer une analyse superficielle des avoirs. Les artisans-commerçants n’ont guère investi dans la campagne : l’héritage, probable, de parents ‘askar a été déterminant dans la composition du patrimoine de ces fils qui se sont intégrés à la communauté des sujets.

Les créances

25Les militaires ont prêté : la part importante qu’occupe le numéraire dans leurs avoirs leur rendait la tâche aisée. Cependant, chez les commerçants et artisans, démunis d’espèces, la proportion occupée par les créances dans les patrimoines était tout aussi considérable, environ 39 %. La part importante, et presque semblable, tenue par les créances dans les deux groupes de population mérite l’attention.

26Il n’était pas impossible de relever l’appartenance sociale des débiteurs. Gens de la ville ? Ruraux ? Les difficultés et les imprécisions sont cependant nombreuses : nous y reviendrons.

27L’analyse des créances détenues par le groupe des ‘askar révèle que la part des créances urbaines, destinées à des militaires, ou à des artisans et commerçants bien identifiés de Damas s’élève à 22,6 % des actifs ; et la part des créances rurales, récupérées ou restant dues à la mort du défunt, à 16,2 % de leurs patrimoines. L’importance des revenus ruraux chez les agents civils et militaires de l’État incite à poser la question : les militaires ont-ils été les seuls à consentir des prêts au monde des villageois ?

  • 20 Rafeq, 1992, p. 325.
  • 21 Marino, 1997, p. 215.

28A. Rafeq20, vers 1700, constatait que, sur 22 prêteurs, 11 sont des
militaires, la moitié ; ce qui révèle à la fois le rôle prépondérant joué par le personnel d’État, mais également la part occupée par les sujets urbains. B. Marino, analysant les reconnaissances de dette consignées dans les registres du tribunal du Mīdān, remarquait l’importance du personnel d’État dans le rôle de prêteur en zone rurale : « Il apparaît que les militaires jouent un rôle financier majeur auprès des villageois : ils représentent en effet 80 % de leurs créanciers au milieu du xviiie siècle » ; mais, dit-elle, les sujets ne s’étaient cependant pas mis à l’écart de ce mouvement : « Civils et militaires détiennent toutefois des créances de valeur voisine sur les villageois [...] Parmi nos créanciers, civils et militaires ne se distinguent les uns des autres que par leur nombre. »21 

29Le même type de sources (les inventaires des registres 9 et 15 pour les ra‘āyā et ceux du registre 10 consacré aux ‘askar, à des dates très proches) donne les moyens de comparer la proportion de créances accordées par les sujets et les militaires aux gens de la campagne, à condition de s’imposer un petit détour vers la destination des prêts accordés par les ra‘āyā.

  • 22 Establet, Pascual, 1994, p. 96-98.

30Dans Familles et fortunes avait été soulignée l’importance du crédit : 59 % des défunts (hommes et femmes), se trouvaient possesseurs de créances. Les créances constituent une part non négligeable du patrimoine de plus de la moitié des hommes ra‘āyā. « L’immense majorité des créances correspond à de petits prêts, inférieurs à 50 piastres » qui permettent « de faire face au quotidien, nourrir la maison, assurer le fonctionnement de la boutique [...], des prêts individuels. »22 Nous n’avions pas alors analysé la destination de ces prêts : complétons cette lacune, dans le but de comparer les créances accordées par les sujets et les militaires, en limitant l’examen des créances à un échantillon, la seule tranche des créances importantes, dépassant les 1 500 piastres.

31Dix-sept défunts ra‘āyā laissent à leur mort un patrimoine dans lequel des créances de toutes natures, rurales et urbaines, recouvrées ou non recouvrées, correspondent à ces sommes considérables. Parmi eux, quatre font encore partie de ces défunts dont les inventaires sont présentés dans le registre de la qisma ‘arabiyya, alors que leurs noms portent la marque d’un lien au milieu militaire, Maḥmūd aġā b. Muḥammad, Maḥmūd b. Muḥammad bulūkbāšī, al-ḥāǧǧ Ḥusayn çelebī b. Muṣṭafā beše, ‘Umar b. al-sayyid Yūsuf b. al-sayyid Aḥmad aġā. Au sein de ce groupe marqué par la présence de fortes créances, ces ex-militaires, égarés dans la population civile, occupent une place importante. À qui sont destinés les prêts qu’ils consentent ?

32Maḥmūd aġā b. Muḥammad aġā ne laisse aucun bien qui puisse révéler quelle couche de la population artisanale ou commerciale il a rejoint : peut-être est-il simplement « propriétaire ». Une certitude, il n’a pas complètement déserté son milieu d’origine : deux de ses fils sont des militaires, des beše, et toutes les personnes qui assistent à la liquidation de la succession appartiennent à la gent militaire, des janissaires, beše ou aġā : 89 % de ses avoirs sont des créances, 2 496 piastres sur un actif total de 2 808 qurš ; 272 qurš sont déjà récupérés, qui avaient été prêtés à plusieurs personnes, différents artisans, débiteurs de toutes petites sommes et un kapı kulu, qui avait emprunté 220 piastres. La plus grosse partie de ses créances, 2 224 piastres, restent à recouvrer après son décès, faites de petites sommes dispersées à l’intérieur d’un milieu d’artisans et de militaires ; la seule somme conséquente, 790 piastres, authentifiée et enregistrée (bi-mūǧib daftar) correspond à un prêt « collectif », dû par les habitants d’un village (ahālī qaryat Natūrlī).

33Le sayyid ‘Umar b. al-sayyid Yūsuf b. al-sayyid Aḥmad aġā, commerçant en tissus et petit-fils de militaire, époux d’une femme dont l’ensemble du nom révèle les liens avec le personnel d’État, possède un patrimoine d’importance : 22 671 piastres, dont plus de 71 %, 16 188 piastres, sont des créances. Quarante-neuf d’entre elles sont des prêts avancés à des villageois, dont le montant total s’élève à 3 031 qurš. Le sayyid ‘Umar a fourni de petites sommes à quelques campagnards des environs proches de Damas, Ṣāliḥiyya, et à des villageois de la Ġūṭa et du Ǧubbat ‘Assāl, district au nord de la ville, le Qalamūn. Les prêts ont été individuels.

34Le ḥāǧǧ Ḥusayn çelebī b. Muṣṭafā beše, époux d’une femme fille de bey, possède d’importantes exploitations rurales, surtout des plantations (ġirās), des parts de vergers (bustān) dans différents villages. Ses créances, dont le montant total s’élève à 6 651 piastres, constituent 56 % de ses avoirs. Le scribe a indiqué que les sommes ont été prêtées à des communautés villageoises de ‘Aḏrā‘, d’al-Rīḥān, au nord de Damas, de Mu‘aẓẓamiyya, Dārayyā au sud, à un groupe de paysans (ǧamā‘a) et à des villageois isolés, habitant soit les villages déjà cités, ou d’autres, tels Dūmā au nord, Kafr Sūsiyya, Mazza au sud, Na‘īma. L’ensemble de cette population rurale lui devait une somme totale de 720,5 piastres.

35Maḥmūd b. Muḥammad bulūkbāšī, dont on ignore l’activité civile exercée, a lui aussi conservé des liens avec son ancien milieu : trois de ses fils sont militaires, ainsi que toutes les personnes qui interviennent dans sa succession. Ses 56 créances s’élèvent à 2 803 piastres, soit 75 % de son actif : 3 724. Parmi ses débiteurs, une communauté villageoise, celle de Tannūra, 790 piastres.

36En tout, les sommes prêtées par ces anciens militaires dont les successions sont traitées par la qisma ‘arabiyya constituent 69 % de leurs avoirs, dont 18,9 % sont des créances rurales.

37Appartenant à un milieu d’artisans et de commerçants dont rien n’atteste un quelconque lien avec la gent militaire, restent 13 personnes dans ce groupe de gros créanciers sujets. La part des créances dans leurs actifs totaux reste considérable, atteignant la proportion de 45 %, un peu inférieure cependant à la proportion des créances engagées par les quatre défunts liés aux militaires analysés ci-dessus, 69 %. Dans ces patrimoines d’urbains ra‘āyā qui ont été d’importants prêteurs, les créances rurales ne sont pas inexistantes : elles ne représentent cependant que 9,5 % de l’ensemble des prêts, alors que la proportion des créances rurales des quatre défunts liés au monde des ‘askar (et dont les successions ont été saisies dans les registres des ra‘āyā) atteignait 18,9 % de l’ensemble des prêts.

  • 23 Masters, 1988, p. 154-156 et 172.

38L’enquête dans le monde de ces plus importants créanciers sujets n’a concerné que 17 défunts ; l’enquête dans le milieu militaire, 54 défunts. Les conclusions rejoignent les remarques déjà évoquées de A. Rafeq pour les années 1700-01, puis pour les années 1724-25 de B. Marino : les militaires ont joué un rôle essentiel en tant que créanciers du monde rural. Bruce Masters avait proposé la même constatation pour une autre ville : à Alep, la majorité des créanciers au XVIIe et surtout au XVIIIe siècle sont des militaires qui prêtent d’importantes sommes d’argent ; le fait qu’ils disposent de numéraire, grâce notamment à leurs fréquents contacts avec les villageois en tant que peut-être collecteurs de taxes, leur permet de monopoliser le crédit23.

39Plusieurs historiens l’avaient souligné : les militaires, beaucoup plus que les sujets, ont dominé, par les exploitations qu’ils y possèdent et les créances qu’ils y accordent, les campagnes environnant la ville de Damas. Cette constatation justifiera que l’on consacre trois chapitres particuliers aux militaires « en » campagne.

Une société très inégalitaire

40Le groupe des ‘askar, militaires et gens de Loi, constitue une société extrêmement inégalitaire. Divisons cette population de 54 défunts dont les successions sont complètes et enregistrées par le qassām ‘askarī en groupes de six tranches composées d’un nombre égal de personnes, des plus pauvres aux plus riches, des sextiles :

Tableau 6 – Concentration des actifs

Proportion de la population

Proportion de la richesse possédée

premier 1/6

1,0

deuxième 1/6

2,2

troisième 1/6

4,0

quatrième 1/6

8,0

cinquième 1/6

20,5

sixième 1/6

64,3

41La moitié du groupe ne détient qu’un peu plus de 7 % des richesses, tandis que le tiers du groupe accapare 84,8 % des actifs de l’ensemble.

  • 24 La courbe de Lorenz se borne à représenter la part des richesses cumulées par une fraction de la po (...)
  • 25 Establet, Pascual, Raymond, 1994, p. 171-182. Rappelons que dans une société où les richesses serai (...)

42Une courbe de Lorenz24, suivie d’un indice de Gini25, autorise l’étude de la concentration des avoirs dans cette société d’État et permet une comparaison avec la société des ra‘āyā. L’indice de Gini, élevé (0,63), signale cependant une homogénéité un peu plus substantielle dans le groupe des ‘askar : dans Familles et fortunes, consacré au groupe des sujets damascènes, l’indice était plus élevé encore, atteignant la valeur de 0,72. Ainsi, malgré l’inégalité constatée au sein des deux populations, l’ensemble des ‘askar forme sans doute une société un peu plus homogène : l’existence de soldes et de rémunérations diverses adoucit peut-être le contraste entre les plus riches et les plus pauvres.

Graphe 1 – Courbe de Lorenz et indice de Gini calculé sur le patrimoine brut des militaires.

Graphe 1 – Courbe de Lorenz et indice de Gini calculé sur le patrimoine brut des militaires.

Lire : les 33 % les moins riches (axe horizontal) possèdent 3,3 % de la richesse totale (axe vertical)

43La courbe de Lorenz calculée sur l’actif net (actif moins passif) des défunts sujets et militaires et l’indice de Gini qui en résulte accentue encore les écarts de richesse : chez les sujets, l’indice de Gini « monte », atteignant 0,84 ; chez les militaires, elle suit la même inflexion, mais n’atteint que 0,69.

Graphe 2 – Courbe de Lorenz et indice de Gini calculé sur le patrimoine net des militaires

Graphe 2 – Courbe de Lorenz et indice de Gini calculé sur le patrimoine net des militaires

Graphe 3 – Courbe de Lorenz et indice de Gini calculé sur le patrimoine net des sujets

Graphe 3 – Courbe de Lorenz et indice de Gini calculé sur le patrimoine net des sujets

44Les inventaires après décès sont des sources qui permettent seulement la construction de tableaux instantanés à une date précise : à peine moins inégalitaire que la société civile, la gent d’État se distingue cependant par un patrimoine à l’intérieur duquel le numéraire, les investissements ruraux, en biens et en créances, sont particulièrement importants.

45Les comptes de gestion de patrimoines d’orphelins mineurs (muḥāsaba) confirment ces conclusions. Ils ne permettent certes en aucune façon d’approcher la valeur totale des biens laissés à leur mort par les défunts. Les muāsaba ne concernent pas une succession totale, mais seulement les biens qui ont été mis à la disposition des enfants mineurs, à une date le plus souvent indéterminée qui suit le décès du père. Les enfants mineurs ne touchent donc qu’une partie de la fortune de leur père amputée de ce que se sont déjà partagés les ayants droit, conjoints, enfants majeurs, voire frères et sœurs ou ascendants.

46Les mineurs ont hérité un capital (aṣl māl) estimé en piastres, dont on ignore le détail de la constitution, mais qui a procuré un certain revenu, lui aussi estimé. Parfois cette somme ne représente pas les seuls avoirs des enfants. Extérieures à ce capital de départ, d’autres sources de revenus, fluctuants, s’y ajoutent : créances récupérées, et biens ruraux, biens urbains dont le waṣī enregistre les rapports et les frais. Peu importe que la valeur absolue des avoirs des défunts lors de leur décès échappe à la connaissance ; les variations du capital hérité par les mineurs donnent une idée de la dispersion des fortunes. Dans le registre 10, les actes, à plusieurs reprises, suivent la gestion des biens attribués aux mêmes enfants sur plusieurs années successives. Nous ne tiendrons compte que du premier capital hérité noté par le juge, non augmenté de l’intérêt qui le gonfle dans les années suivantes.

47Le waṣī indique le montant du capital (aṣl māl) revenant aux enfants dans 51 comptes. La moyenne et la dispersion des sommes laissées confirment cependant les conclusions tirées de l’analyse des inventaires.

48La valeur moyenne de ce capital est de 872 piastres, chiffre compatible avec le montant moyen des actifs enregistrés dans les inventaires, 1 214 qurš ; étant donné que dans les muḥāsaba, un montant inconnu du patrimoine a déjà été distribué à d’autres héritiers que ces enfants, ces 872 piastres semblent même représenter une somme bien élevée. Cette constatation doit sans doute être reliée à la source elle-même : les comptes de gestion, dont on a vu (et critiqué) la méfiance qu’ils inspiraient aux historiens du droit musulman, ne sont sans doute réalisés que dans le cas où le père défunt a laissé à ses enfants un héritage conséquent ; lorsque le capital légué n’avait qu’une très faible valeur, était-il besoin de présenter au juge une gestion des biens ?

49Les enfants reçoivent des sommes extrêmement variables, s’échelonnant de 21 piastres à 7 080 piastres. Cette constatation confirme le caractère inégalitaire de la société des militaires : sept défunts lèguent un capital qui représente 64 % de l’ensemble des capitaux transmis, tandis que 24 d’entre eux ont transmis à leurs descendants mineurs seulement 18,8 % de cet ensemble.

50Enfin, la proportion des enfants, fils de militaires ou d’agents civils de l’État, dont les revenus n’ont rien à voir avec des investissements urbains ou ruraux, mais se bornent au seul capital hérité, est à peu près semblable à celle que le chapitre suivant révèlera : 15 des enfants (38,5 %) reçoivent un capital que n’amplifie aucune autre ressource ; en moyenne, ils héritent de 542 piastres. Mais, lorsque le père possédait des biens en ville ou à la campagne, le capital dont il fait profiter ses enfants est bien supérieur : 24 de ces heureux mineurs héritent d’un capital de 1 178 piastres, plus du double. Lorsqu’on n’avait su, ou pu, s’assurer des revenus extérieurs à ceux que procurait la seule fonction étatique, la vie était plus difficile. Le groupe des plus démunis, dans les muḥāsaba, est hétérogène. Y figurent les orphelins de père mineurs des agents militaires et civils de l’État : neuf janissaires dont deux bulūkbāšī, un udabāšī, trois « administrateurs », un kapı kulu, un kul oǧlu.

51La conclusion s’impose : malgré leur spécificité, les comptes de gestion confirment donc les conclusions autorisées par l’analyse des inventaires.

Patrimoine des épouses de militaires

  • 26 Une des femmes est majeure mais non mariée ; le scribe n’a dressé qu’un seul inventaire pour une fe (...)

52Les inventaires de 18 veuves de militaires figurent dans le registre 1026. Ces femmes se distinguent par un actif moyen qui s’élève à 966 piastres, alors que le patrimoine moyen brut de leurs consœurs civiles n’atteignait que 219 piastres. Leur patrimoine net, diminué des dettes et taxes, reste important : 818 piastres, au lieu de 169, près de cinq fois supérieur. Le nombre de défuntes n’est pas assez conséquent pour autoriser une conclusion : formulons une hypothèse. Les époux, on l’a vu, occupaient dans la société militaire, une place de choix : en étaient-ils plus fortunés pour autant, et les femmes auraient-elles profité de leurs avoirs ? Rien ne permet de l’affirmer.

53La structure de leur patrimoine ne les distingue pas fondamentalement 
des femmes du groupe des ra‘āyā : nettement plus de numéraire cependant (presque autant d’espèces, ou aussi peu, que les hommes artisans et commerçants), un peu moins de biens domestiques, un peu plus de bijoux, un peu plus de biens immobiliers, auxquels s’ajoutent quelques biens ruraux, constituent l’essentiel de leur fortune. L’arriéré de la dot, comme chez leurs consœurs sujettes, compose l’essentiel des créances.

Tableau 7 – Structure comparée du patrimoine des femmes de ‘askar et de sujets

 Type de biens possédés

Épouses de ‘askar

Épouses de sujets

Biens domestiques

39,8

55

Bijoux

29

21,4

Numéraire

8

1,8

Biens immobiliers

15,4

11,8

Biens ruraux

0,5

0

Créances

7,3

10

(dont la dot)

6,4

6,9

Évolution de la société damascène

54Aucun élément, dans ces actes du registre 10, n’autorise évidemment l’approche d’un tel sujet.

  • 27 Marino, 1997, p. 140-141 ; Grehan, 1999, p. 125.
  • 28 Marino, 1997, p. 142.

55Cependant, trois-quarts de siècle plus tard, après 1750, dans la même ville, étudiée par B. Marino jusqu’en 1774 et J. Grehan jusqu’en 1767, à travers les mêmes archives – les registres de la qisma ‘arabiyya et de la qisma ‘askariyya – la situation s’est inversée. Le groupe des sujets paraît s’être appauvri, tandis que la gent d’État a amélioré sa situation. Les actifs moyens des ra‘āyā, dans l’analyse de B. Marino, s’élèvent à 1 153 qurš (montant qui, du fait de la dévaluation de la piastre, ne correspond plus aux 1 159 qurš détenus par les civils à la fin du xviie siècle) ; J. Grehan aboutit à une conclusion encore plus pessimiste : la moyenne des patrimoines des sujets s’abaisse à 725 piastres. Dans le même laps de temps, les successions des ‘askar sont devenues quatre fois plus importantes que celles des ra‘āyā27. De plus, alors que nous constatons que vers 1700, la part des créances est presque la même dans les patrimoines de chacun des groupes, B. Marino, qui restreint son étude aux seules créances non recouvrées, note, pour le milieu du xviiie : « Le phénomène du crédit, tel qu’il apparaît à travers les créances non recouvrées, est deux fois plus pratiqué par les ‘askar que par les ra‘āyā. »28

  • 29 Marino, 1997, p. 147.
  • 30 Marino, 1997, p. 149.

56B. Marino constate également que les successions brutes des aġā, dont la proportion par rapport au nombre des beše est restée semblable pendant un siècle, ont augmenté : elles sont près de sept fois supérieures à celles des beše, 11 491 contre 1767 qurš29. Les aġā semblent donc avoir amélioré leur situation. Elle insiste également sur l’importance des créances (non recouvrées) dans la fortune de ces hommes : neuf aġā sur 14 détiennent des créances non recouvrées « qui s’échelonnent entre 151 et 33 776 piastres, et ont une valeur moyenne de 9 189 qurš »30. Qu’en était-il à la fin du xviie siècle ? Notre échantillon, limité à sept aġā et un seul bey interdit toute conclusion définitive sur l’importance de ces « titrés ». Le bey possède 2 044 piastres. Les aġā, en moyenne, 1 493 piastres ; les beše, 1 002 piastres. Un aġā des janissaires, un aġā kul oǧlu, un aġā des sipahis sont à la tête de patrimoines bruts assez importants, 5 141, 2 147 et 2 323 piastres ; mais un aġā des janissaires n’a que 167 qurš ; deux aġā des sipahis, 86 et 190 qurš ; 697 pour l’aġā qui exerce des fonctions civiles. Dans le domaine des titres, comme dans le domaine des corps, l’inégalité règne. Avoir un titre paraît cependant justifier l’intérêt que portent aux aġā les chroniques damascènes, plus tournées vers les grands que vers les plus humbles des beše. En revanche, les quelques aġā de notre échantillon ne semblent pas avoir fait partie de ce groupe de créanciers privilégiés signalé par B. Marino : l’ensemble du montant de leurs créances ne constitue que 30,8 % de leurs avoirs, proportion inférieure à celle des ‘askar dans leur ensemble.

57Est-il pertinent de conclure sur l’évolution sociale, en quelques années, des deux groupes, ra‘āyā et ‘askar, de la société damascène ? Le registre 10 n’autorise en effet d’analyse que sur 54 défunts ‘askar. Le corpus paraît mince, par rapport aux 275 hommes des registres 9 et 15 de la qisma ‘arabiyya. Cependant, les conclusions présentées au long de ce chapitre sur le montant et la structure des patrimoines des ‘askar damascènes, l’indice de Gini, la composition des patrimoines, ne présentent aucune incohérence par rapport aux analyses de Familles et fortunes sur le corps des ra‘āyā.

  • 31 Rafeq, 1992, constate également qu’entre 1700-01 et 1724-25, les militaires accroissent leurs achat (...)
  • 32 Les remarques de Grehan, 1999, p. 83, confirment cette analyse : « Pendant la première partie du 18(...)

58Aussi peut-on, avec prudence certes, avancer que ces études ponctuelles, fondées sur les mêmes sources, concernant la population damascène à un siècle de distance, laissent entrevoir une détérioration de la condition des artisans et commerçants, et une amélioration de la situation du personnel d’État, militaires et agents civils, dont profitent encore davantage les éléments les plus importants, les « titrés », les aġā31. En ces quelques années, artisans et commerçants damascènes se sont-ils appauvris, dans un déclin économique concernant l’ensemble de l’Empire ottoman, tandis que les agents civils et militaires de l’État ont su conserver, voire accroître, des privilèges liés à leur statut ? Les contrôles du centre de l’Empire se font moins pressants, une famille locale, les ‘Aẓm, s’installe, entourée de sa « maison » : le pouvoir de la gent d’État ne peut que s’en trouver renforcé32.

Notes

1 Voir chapitre I.

2 Nous appellerons parfois « militaires » ces ‘askar qui comptent en réalité militaires proprement dits et agents civils de l’État.

3 Barbir, 1992, p. 179.

4 Establet, Pascual, 1994, p. 89.

5 Certains des agents civils de l’État touchent également des émoluments, que ne mentionnent aucun des actes de succession, ni aucune muḥāsaba. A. Rafeq estime qu’un imam recevait pour l’année une vingtaine de piastres.

6 Establet, Pascual, 1994, p. 62 : en 1689, un qurš valait 121 akçe. 5 akçe correspondent donc à 0,04 piastre.

7 Barbir, 1980, p. 149.

8 Barbir, 1980, p. 183.

9 On constate donc une augmentation depuis le XVIe siècle : les 5 akçe journalières du XVIe auraient seulement procuré au janissaire 14,5 piastres par an. Il faut cependant tenir compte de la dévaluation de la monnaie entre le XVIe et le XVIIIe siècle, difficile à estimer exactement.

10 Inalcık, 1985, p. 293.

11 Dans un document plus tardif, un certain Benjamin Brue qui voyage avec le grand vizir Ali Pacha pendant la campagne de Morée, en 1715, inscrit ses dépenses : parmi ses frais figure la solde du janissaire qui l’accompagne, 56 piastres pour 7 mois de gages, soit une somme plus importante. Mais il faut remarquer que la scène se situe plus tard, et surtout que le janissaire en question est l’homme d’escorte d’un étranger. Brue, 1870, p. 104.

12 Marsigli, 1732, Partie I, p. 82.

13 Marsigli, 1732, Partie II, p. 6.

14 Thévenot, 1980, p. 129.

15 Barbir, 1980, p. 35.

16 Barbir, 1980, p. 116.

17 Establet, Pascual, 1994, p. 37-40.

18 Voir chapitre III, p. 77-78.

19 Deguilhem, 1995, p. 67-68 : « Le murṣad est une [...] forme de contrat de location conclu exclusivement sur des biens immobiliers bâtis. »

20 Rafeq, 1992, p. 325.

21 Marino, 1997, p. 215.

22 Establet, Pascual, 1994, p. 96-98.

23 Masters, 1988, p. 154-156 et 172.

24 La courbe de Lorenz se borne à représenter la part des richesses cumulées par une fraction de la population. Ici, les 2/3 les plus pauvres ne possèdent que 15 % des richesses, alors que le sixième le plus riche accapare 64,3 % des richesses.

25 Establet, Pascual, Raymond, 1994, p. 171-182. Rappelons que dans une société où les richesses seraient partagées de façon absolument égalitaire, l’indice de Gini serait de 0. Dans une société où un seul possèderait tout, l’indice de Gini serait 1.

26 Une des femmes est majeure mais non mariée ; le scribe n’a dressé qu’un seul inventaire pour une femme et son époux.

27 Marino, 1997, p. 140-141 ; Grehan, 1999, p. 125.

28 Marino, 1997, p. 142.

29 Marino, 1997, p. 147.

30 Marino, 1997, p. 149.

31 Rafeq, 1992, constate également qu’entre 1700-01 et 1724-25, les militaires accroissent leurs achats de terres et augmentent leurs investissements monétaires dans les propriétés rurales, p. 325-328.

32 Les remarques de Grehan, 1999, p. 83, confirment cette analyse : « Pendant la première partie du 18e siècle, l’administration ottomane a délégué aux gouverneurs de la cité, un pouvoir inhabituel. » L’auteur insiste également, p. 177, sur les difficultés économiques que connaît alors Damas : « Les chroniqueurs locaux signalent fréquemment les fermetures de boutiques, les longues files d’attente devant les boulangeries, et les mendiants qui envahissent les rues. »

Table des illustrations

Titre Graphe 1 – Courbe de Lorenz et indice de Gini calculé sur le patrimoine brut des militaires.
Légende Lire : les 33 % les moins riches (axe horizontal) possèdent 3,3 % de la richesse totale (axe vertical)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2260/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Graphe 2 – Courbe de Lorenz et indice de Gini calculé sur le patrimoine net des militaires
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2260/img-2.png
Fichier image/png, 19k
Titre Graphe 3 – Courbe de Lorenz et indice de Gini calculé sur le patrimoine net des sujets
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2260/img-3.png
Fichier image/png, 20k

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search