Version classiqueVersion mobile

La gent d’État dans la société ottomane damascène

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre II. Les ‘askar, agents civils et militaires de l’État

Texte intégral

  • 1 Il semble bien que, contrairement à ce qui se passsait en Égypte, aucun des ra‘āyā n’avait pénétré (...)

1Muḫallafāt al-marḥūm ‘Alī beše b. Ǧum‘a beše inkiǧārī bi-Dimašq : les juges commencent tous les inventaires par l’utilisation de cette formule, précisant le nom du défunt comprenant, ici et souvent, un ism (‘Alī), un nasab limité ici au nom du père (b. Ǧum‘a), un grade (beše), et même le grade du père (beše), le rôle du défunt dans l’armée (inkiǧārī, janissaire). Ces précisions permettront de cerner en premier lieu le statut des hommes dont les successions sont enregistrées dans le registre 10 de la qisma ‘arabiyya1. Elles donneront également l’occasion de dresser, pour Damas peu avant 1700, le tableau d’une partie des forces sur lesquelles s’appuie le Sultan : les agents civils et militaires de l’État. Enfin, l’étude des noms autorise la connaissance de la filiation des défunts, qu’ils soient ra‘āyā ou ‘askar : quels liens unissent les deux groupes essentiels de la société damascène musulmane ?

Le statut de ‘askar

  • 2 Marino, 1997, p. 138 et 139.
  • 3 Voir Inalcık, 1969, p. 105-138.
  • 4 Sāḥilīoǧlū, 1986, p. 107-193, p. 162-164.
  • 5 Barkan, 1966, p. 4.
  • 6 Marino, 1997, p. 139.

2Brigitte Marino s’est penchée sur la question, et a fait le point, ici repris, sur les différents documents et études relatifs à ce problème2. Dans le recueil de lois (qānūn nāma) établi soit sous le règne de Mehmet le Conquérant, ou durant le règne de Bayezid II avant 15013, sont énumérées les différentes catégories d’individus que désigne le terme ‘askar : les militaires bien entendu, retraités inclus, les esclaves sultaniens, hommes et femmes, et les personnes exerçant une activité « dans la judicature, l’enseignement, la religion, l’administration des waqfs et d’autres fonctions de même genre. Leurs enfants, leurs épouses, les affranchis demeurant à leur service sont également considérés comme ‘askar. Une fille de ra‘āyā devient ‘askar si elle épouse un sipahi [... ] Les partages des successions de défunts ‘askar sont effectués par le qassām ‘askarī, et la taxe de qisma est prélevée au nom du qāḍī ‘askar. »4. Ö. Barkan précisait que le statut concernait toutes les personnes au service de l’État, exemptées des taxes sultaniennes (‘awāriḍ sulṭāniyya) et des taxes coutumières (takālīf ‘urfiyya).5 B. Marino concluait ses remarques sur le statut de ‘askar, en espérant des « études plus approfondies sur l’identité de ces personnes »6 : l’analyse des inventaires et des comptes de gestion du registre 10 donne l’occasion de cerner l’identité de ces ‘askar, du moins à Damas peu avant 1700.

  • 7 Nous avons été obligés de choisir une transcription pour tous les termes qui désignent des fonction (...)

3Nulle surprise : font partie de la société des ‘askar dont les successions passent devant le juge de la qisma ‘askariyya, des hommes et des femmes, des militaires et des agents de l’État. Les annotations du juge sont claires, qui notent le nom du défunt, souvent suivi de la fonction qu’il occupait, au moins dans l’armée, inkiǧārī7 (janissaire) dit local, kapı kulu (janissaire envoyé par la Porte), sipahi, etc.

  • 8 Hathaway, 1995, p. 39-52, donne à tābi‘, pour l’Égypte, le sens de maisonnée : « client militaire e (...)

4Plus d’incertitude sur l’activité des agents de l’État, à quelques exceptions près : ainsi, Ḥasan efendī est député du Grand Juge (nā’ib) à Damas ; al-ḥāǧǧ Muḥammad et ‘Abd Allāh aġā Haykal zadeh font partie de la suite ou de la « maisonnée »8 (tābi‘) d’al-ḥāǧǧ Ḥusayn Pacha, gouverneur de la province de Damas. Aḥmad b. al-šayḫ Muḥammad b. al-‘Ānī est muezzin à la mosquée des Omeyyades. L’emploi de certains adjectifs qualifiant le nom, çelebī, efendī, l’utilisation de la nisba « al-‘askarī » (sans précision d’appartenance à un corps militaire), ou encore la nature du titre précédant l’ism, suggère que le défunt était bien considéré comme un agent civil de l’État. Ainsi Muḥammad b. al-ḥāǧǧ ‘Uṯmān « connu sous le nom » d’Ibn al-Hūš al-‘askarī, fonctionnaire, a été nommé par berat sultanien ; ‘Abd al-Muḥsin çelebī b. Muḥammad efendī b. Sulṭān, qui est « Faḫr al-kuttāb wa al-mudarrisīn » (Gloire de scribes et des enseignants) était bien agent civil de l’État, même si l’on ne peut préciser quelle ou quelles fonctions il occupait.

5Dans les muḥāsaba, le scribe mentionne la fonction de trois agents civils de l’État seulement : deux imams (le šayḫ ‘Abd al-Bāqī et Muṣṭafā efendī b. Amr Allāh al-Busnawī), et un fonctionnaire du Trésor, al-ḥāǧǧ Abī Bakr b. ‘Alī (al-ṣarrāf bi-al-ḫazīna al-‘āmira). Dans ces documents encore, comme dans les inventaires, l’utilisation de la nisba al-‘askarī accolée à leurs noms, ou des adjectifs ǧalabī-çelebī et efendī laisse supposer que six défunts étaient des agents civils de l’État, ces personnes, comme on l’a vu, exerçant une activité dans la judicature, l’enseignement, la religion, l’administration des waqfs et d’autres fonctions de même genre. Outre Ibn al-Hūš déjà évoqué, al-ḥāǧǧ Ibrāhīm a aussi reçu sa fonction par berat.

6Tous les autres hommes figurant dans les inventaires et les comptes de gestion du registre 10 de la qisma ‘askariyya sont militaires, issus de différents corps, janissaires (inkiǧārī), bulūkbāšī, udabāšī, ǧāwīš et bāš ǧāwīš, yāyābāšī, ṭūbǧī, qapūnǧī, ḥiṣārlī ou ḥiṣārī, kapı kulu, sipahis ou za‘īm, katḫūda de la citadelle qualifiés de différents grades. S’ajoutent quelques rares kul oǧlu, fils d’hommes esclaves et serviteurs et de femmes locales, qui ne paraissent pas exercer la moindre fonction militaire, ni civile.

7Enfin, 20 successions de femmes figurent dans les muḫallafāt, dont sont notés les noms, titres et fonctions de leurs 18 époux. Un des actes est incomplet, un autre est consacré à une fille majeure, mais non mariée, qui est fille de bulūkbāšī. Ces femmes sont toutes des épouses de militaires, haut placés dans la hiérarchie des agents de l’État. Plus de la moitié de ces maris (10) portent un nom précédé d’une titulature prestigieuse : Qudwat al-aqrān, Qudwāt al-sāda al-ašrāf wa al-fuḍalā’, Faḫr al-aqrān, Faḫr al-amāǧid wa al-a‘yān, Faḫr al-afāḍil al-mu‘tabarīn, ou encore Faḫr arbāb al-‘ilm. Parmi eux, cinq sont aġā, un bey, mais seulement trois beše, une proportion de titrés bien supérieure à la moyenne constatée dans les muḫallafāt masculines. Enfin, ces époux appartiennent plus souvent que la moyenne (sur laquelle on reviendra) au groupe des agents civils et des sipahis, six agents civils, quatre sipahis et seulement six janissaires : le šayḫ Sulaymān b. al-šayḫ Muḥammad al-Ḥāfiẓ est imam dans la mosquée de la citadelle de Damas ; ‘Abdallāh efendī b. Muḥammad efendī appartient aux scribes du Trésor (kuttāb al-ḫazīna) ; un des époux porte le nom peu précis, mais évocateur, d’al-ṣayrafī (le changeur) al-‘askarī, mélange suggérant des liens que l’on étudiera plus tard entre le groupe des civils et le groupe des ‘askar : sa femme décédée est d’ailleurs une fille de civil, un meunier, daqqāq (mot à mot, celui qui pile le blé), Zaynab bt al-ḥāǧǧ Aḥmad al-daqqāq fi-l-ḥanṭa, et elle avait épousé également, en premières noces, un meunier.

  • 9 Raymond, 1973, p. 5-6 : « On les [les beys] vit ensuite de plus en plus fréquemment exercer les fon (...)
  • 10 Inalcık, 1985, évoque à plusieurs reprises le statut de ce militaire.

8Une analyse rapide des noms des défunts étrangers morts par hasard à Damas confirme les conclusions présentées : des femmes et des hommes, des militaires, des agents de l’État. Les femmes sont peu présentes, au nombre de six, toutes épouses de janissaires, au Caire ou à la Porte, de sipahis, ou d’un agent de l’État, efendī, sur lequel on ignore tout. Parmi les hommes, quelques agents civils de l’État : deux ‘askarī (sans doute administrateurs), un imam ; et de plus nombreux militaires, un gouverneur de province (kāšif) en Égypte9, un gouverneur de ṣanǧaq, un pacha, cinq janissaires de la Sublime Porte, trois kapı kulu, six sipahis, un ḥiṣārlī (affecté à une citadelle) et un sekbān, soldat mercenaire10, issu du milieu des ra‘āyā et non des kul, seul sekbān mentionné dans les actes du registre 10.

9Être ‘askar, c’est appartenir à un groupe soit de « fonctionnaires », soit de militaires, un groupe qui se distingue bien de celui des ra‘āyā : une cour spéciale, la qisma ‘askariyya, est réservée à ceux d’entre eux qui laissent un héritage à partager, à Damas tout au moins. L’étude des différents éléments du nom identifiant le défunt révèle aussi que le titre de ḥāǧǧ ne précède pas l’ism du ‘askar, à quelques rares exceptions près : dans les muḥāsaba, trois défunts seulement, un janissaire sans grade, un fonctionnaire du Trésor, et un kul oǧlu tenancier de bain (ḥammāmī) sont qualifiés de ḥāǧǧ.

Les agents de l’État à Damas à la fin du XVIIe siècle d’après les inventaires après décès

10Les actes de succession complets concernent 77 défunts damascènes, dont 19 femmes et 58 hommes. Un acte couvre la succession d’une femme et de son mari ; un autre la succession de deux frères. Un inventaire concerne un sipahi de Chypre, Ḫalīl aġā b. ‘Abdallāh, qui, tout en portant son titre d’aġā, et exerçant sans doute sa fonction, est négociant (tāǧir) au Sūq Sibāhiyya : le lieu de son décès est inconnu, mais le juge l’a considéré comme damascène, et non comme chypriote, nous avons suivi son choix.

11La composition de la gent d’État damascène est sans doute mieux reflétée par les inventaires que par les comptes de gestion, destinés à gérer des patrimoines conséquents. C’est donc grâce à eux qu’une estimation de l’importance des différentes catégories de ‘askar sera possible.

12Les juges ont dressé les actes de succession de 58 hommes, porteurs du nom de leur fonction, ou du corps dans lequel ils sont affectés. Présentons-en ici la liste, utilisant au plus près du texte les noms donnés par le juge et ses scribes :

Tableau 1 – La gent d’État dans les muḫallafāt

  • 11 Artilleur, Ágoston, 2005, p. 28.

Agents civils de l’État

8

Janissaires inkiǧārī

19

Kapı kulu

6

Sipahi

5

Za‘īm

2

Bulūkbāšī

5

Udabāšī (dont un kapı kulu)

3

Ṭūbǧī11

2

Yāyābāšī

1

Ḥiṣārī

3

Qabūnǧī

1

Ǧāwīš

1

Kul oǧlu

2

13Une première observation s’impose : les agents civils de l’État sont probablement moins nombreux que les militaires. Les militaires sont divisés en plusieurs groupes dont il ne s’agit pas ici de faire l’histoire.

Les timariotes

  • 12 Barbir, 1980, p. 103.

14Parmi les militaires, un petit groupe de timariotes, sept sipahis ou za‘īm dont le faible nombre paraît refléter le déclin de ces forces, autrefois pilier de l’armée du sultan, victimes de l’évolution militaire générale aux xvie et xviie siècles. On ignore le nombre exact de timariotes dans la province de Damas. A. Rafeq propose des chiffres qui englobent plusieurs provinces : du temps de Soliman, 5 500 pour les provinces de Damas, Alep, et Tripoli ; au milieu du xviie, moins de 8 000 pour Damas, Alep, Tripoli, et Raqqa ; ou 3 500 pour les seules provinces de Damas, Alep et Tripoli ; en 1683, date du siège de Vienne, M. de Girardin avançait que Damas, Alep et Tripoli n’avaient pu fournir que 1 400 cavaliers à l’armée ottomane en siège devant Vienne. Selon Barbir, « au xviie siècle, la province de Damas pouvait seulement compter sur 123 zeamets et 868 timars. Une conséquence de la faiblesse relative du système du timar était la prolifération des janissaires et des mercenaires »12.

Les janissaires

  • 13 Rafeq, 1975, p. 278-279.

15Les corps de janissaires, inkiǧārī et kapı kulu, s’affirment prédominants. Plaçons-nous dans l’environnement troublé décrit dans l’introduction : les conflits entre janissaires « locaux » yerliyya et les kapı kulu, envoyés du centre de l’Empire vers des garnisons, par rotation et en principe pour un temps limité. Les années 1680 et suivantes se situent plus de 20 ans après les premiers envois de kapı kulu : « En 1658-9, plusieurs centaines de kapı kulu ont été envoyés à Damas, où ils prirent le contrôle de la citadelle, des portes de la ville, et autres services publics, qui avaient été autrefois dans les mains des janissaires. Le corps des janissaires de Damascènes prit le nom de yerliyya [...], parfois localement désignés Dawlat Dimašq, maîtres de Damas, [...], et les kapı kulu, considérés comme janissaires impériaux, localement appelés Dawlat al-Qal‘a, maîtres de la citadelle. »13

Kapı kulu et ḥiṣārlī

16L’origine géographique des six kapı kulu, ou sept si l’on y inclut le kapı kulu udabāšī, n’est pas toujours précisée par le Juge. Deux viennent d’Istanbul (Bāb al-‘Ālī), où ils étaient janissaires, l’un de Trébizonde, lieu d’origine ou garnison antérieure (il y a laissé une première femme, deux enfants et a épousé par la suite une deuxième femme à Damas), un de ‘Ayntāb, un d’une ville non identifiée. Ces hommes, dont à deux reprises l’appartenance à une compagnie a été indiquée (ǧamā‘a 31 et 44), dépendent du corps (ṭā’ifa) des kapı kulu damascènes : l’aġā et le scribe (kātib) assistant à la rédaction de l’acte sont à plusieurs reprises cités. Le travail de l’aġā et du scribe de la ṭā’ifa donne droit à une rémunération figurant dans le passif du défunt, une ou deux piastres pour l’officier supérieur ou lieutenant (katḫudā) de l’aġā des kapı kulu ou 2,5 pour l’aġā des kapı kulu. Dans les muḥāsaba, le juge ne fournit aucun renseignement sur l’origine ou l’appartenance à un corps des deux seuls kapı kulu dont il légalise la gestion de l’héritage.

17En principe, depuis les envois de janissaires impériaux en 1659, les militaires qualifiés de ḥiṣarī ou ḥiṣarlī devraient appartenir au corps des kapı kulu, les Maîtres de la citadelle. Ismā‘īl beše b. ‘Uṯmān al-‘Ayntābī al-ṭūbǧī, beše dans la citadelle de Damas, et canonnier, vient effectivement de ‘Ayntāb : il est peut-être kapı kulu, bien que ce terme ne soit jamais mentionné. Mais il s’est bien intégré dans la ville : il y fait commerce de selles, en association avec Muhammad beše b. Yūsuf al-qal‘ī, également affecté à la citadelle de Damas. Sulaymān beše al-ḥiṣārī, bien intégré aussi aux activités urbaines de la ville, dans laquelle il détient maisons et revenus de boutiques, est mort à Qal‘at Ǧanīn, appartenant au réseau de forteresses de la région et située en Palestine, au nord de Naplouse, où il avait peut-être été affecté. Enfin, Muṣṭafā beše b. Muḥammad al-Qarāḥiṣārī est ḥisārlī dans la citadelle de Damas. La nisba Qarāḥiṣārī suggère que l’homme vient de « la citadelle noire », Afyoun en Anatolie. Il est commerçant en peaux et fourrures, et entouré d’artisans et de janissaires qui participent à la rédaction de l’acte.

18Dans les muḥāsaba présentant la gestion de l’héritage de trois ḥiṣārī, et du katḫūda de la citadelle de Damas, Ša‘bān Aġā b. Muṣṭafā, les annotations diverses du juge sur l’entourage du défunt ne permettent pas d’attribuer une origine étrangère à ces hommes affectés à la citadelle. Les exécuteurs testamentaires qui gèrent les patrimoines des enfants sont soit janissaires à Damas, ou, comme les défunts, ḥiṣārī. Seul indice d’une origine étrangère possible, le nom de l’épouse du katḫudā de la citadelle, Gulistān.

  • 14 Rafeq, 1975, p. 279.

19Ces ḥiṣārī paraissent bien installés dans la ville. Sont-ils tous d’origine étrangère ? Les annotations du juge permettent parfois d’affirmer l’origine étrangère de certains ; sur d’autres, l’incertitude demeure. Ces derniers seraient-ils des locaux ayant infiltré le corps des ḥiṣārlī ? « Avec le temps, affirmait A. Rafeq, les kapı kulu ne se sont révélés ni extérieurs à la corruption, ni imperméables aux infiltrations de la population locale ; certains ont rejoint le groupe des artisans, acheté des propriétés dans Damas, et vivent dans les quartiers de la ville. »14

Janissaires (inkiǧārī)

20Si le juge, dans ces actes, distingue les kapı kulu et les janissaires, il n’utilise jamais le mot yerliyya (de la place), pour désigner les janissaires damascènes, comme si les janissaires, qu’il nomme inkiǧārī à Damas, étaient par définition des locaux. On étudiera plus loin l’origine ethnique et sociale de ces janissaires, de loin les plus nombreux dans les actes.

  • 15 Uzunçaršılı, 1965, p. 1294.
  • 16 Uzunçaršılı, 1965, p. 1294.
  • 17 Marsigli, 1732, p. 68 précise le sens de oda : « oda mot qui signifie proprement une chambre et pri (...)
  • 18 Rafeq, 1970.

21Quant aux bulūkbāšī des inventaires, au nombre de cinq, deux hypothèses seront proposées. Bölük est ainsi défini dans l’Encyclopédie de l’Islam, par I. H. Uzunçarsılı : « Signifie une partie, une section, ou une catégorie [...] Dans l’ancienne organisation militaire ottomane, le terme de bölük était utilisé dans les odjaqs de kapi kulu ainsi que dans les troupes provinciales et la suite militaire des hauts dignitaires.15 » Et à l’article suivant, bölük-bashï : « titre donné aux chefs de divers groupes de fonctionnaires dans l’organisation administrative de l’État ottoman. Dans l’ancienne organisation militaire ottomane (c’est-à-dire avant les Tanzimat), les chefs des bölüks étaient généralement connus sous le nom de yayabashï [...]. Seuls les chefs des bölük de l’agha étaient appelés bölük bashï. Les bölük bashï étaient montés et avaient une masse de fer et un bouclier attachés à leurs selles. »16 Les articles ne sont pas d’une clarté évidente, mais on peut conclure qu’un bulūkbāšī portait tout simplement le grade de chef d’une compagnie de janissaires, comme l’udabāšī était chef de chambrée17. Telle est la position de A. Rafeq évoquant les rangs de certains des janissaires : « Le bölük bashi semble avoir occupé un rang inférieur à celui du yayabashi. »18

  • 19 Marino, 1986, p. 30 et 32.

22À la lecture du carnet d’Ismā‘īl al-Maḥāsīnī, chronique damascène (1073/1663-1116/1705), traduite par B. Marino, une toute petite conjonction de coordination, un « et », a introduit un doute qui trouble ces belles certitudes. Le 20 décembre 1668, Muṣṭafā aġā vient de mourir. « Il fut porté au cimetière de Bāb aṣ-Ṣaġīr et enterré auprès de son père Qāsim Aġā. Il laissa deux fils barbus : l’un se nommait Muḥammad et faisait partie des bulūkbāšī de Damas, l’autre se nommait ‘Alī aġā et faisait partie des janissaires de Damas ». Quelques pages plus loin : « Le lundi 15 avril 1669, Ḫudāwarī Baybāšī b. al-Arnawūt, sirdār, quitta Damas à destination de la Crète pour combattre, à la tête de 500 soldats faisant partie des bulūkbāšī ET des janissaires de Damas. »19 Un contemporain distingue janissaires et bulūkbāšī, comme si ces derniers appartenaient à un corps spécial, extérieur aux janissaires. Faudrait-il mettre en rapport l’existence de ces bulūkbāšī avec les transformations de l’armée ottomane, observées par plusieurs historiens ?

  • 20 Inalcik, 1985, p. 297-300.

23Pour H. Inalcık, dès la fin du xvie siècle, des changements profonds se mirent en place dans l’Empire ; si frappants, dit-il, que plusieurs contemporains prédirent la chute imminente de l’Empire : les ra‘āyā musulmans envahissaient l’institution militaire, jusqu’ici réservée aux kul du moins en théorie, et la bonne organisation de l’État fondée sur la stricte séparation entre sujets et kul, s’en trouvait bouleversée. Face à la dépréciation monétaire, face aux nouvelles dépenses destinées à l’acquisition d’armes à feu nécessaires pour affronter les champs de bataille de l’Europe centrale, les sultans autorisèrent et préconisèrent l’enrôlement de troupes mercenaires. Au nombre de ces troupes, les sekbāns, dont chacune des compagnies était conduite par des bölükbashï qui négociaient les conditions des services, et, en gros, étaient responsables de la compagnie. Ces troupes atteignirent le maximum de leur puissance dans les années 1687-1689. 20

  • 21 Rafeq, 1975, p. 283.
  • 22 Rafeq, 1975, p. 284.

24A. Rafeq propose les mêmes remarques : « L’armée ottomane existante se désorganisait [...], les gouverneurs furent autorisés à lever des troupes de cavalerie et d’infanterie locales pour les aider à accomplir leurs devoirs [...]. Comme elles étaient surtout d’origine non syrienne, et vendaient leurs services contre de l’argent monnayé, de telles troupes peuvent bien être nommées mercenaires. Les sekbān furent le premier type de ces troupes mercenaires. »21 Ces soldats, dont le nombre est considérable, sont groupés en ṭā’ifa. Les sekbān étaient composés de groupes, à la tête desquels se trouvaient un bölükbašï. « Les sekbān ne semblaient pas avoir de commandant en chef ; ils avaient seulement des commandants de groupes, les bölük bashï. »22 La question se posait : les bulūkbāšī dont le registre 10 a gardé les traces n’appartiendraient-ils pas à ce groupe des mercenaires ou à des descendants de mercenaires ?

  • 23 Terme utilisé par Inalcık, 1977, p. 27-52.

25Face à ce dilemme, un retour aux sources a confirmé la première des hypothèses : les bulūkbāšī portent le grade de chefs de compagnies, de « commandants23 », commes les udabāšī, celui de « chefs de chambrée » (et ce, quel que soit le corps auquel ils appartiennent : un kapı kulu, par exemple, porte le grade de udabāšī). Ces bulūkbāšī sont à la tête de patrimoines dont la composition s’apparente à celle des janissaires dans leur ensemble : bulūkbāšī et udabāšī sont parfaitement intégrés dans la ville, et non pas de passage comme pourraient l’être des mercenaires. D’autres remarques renforcent l’observation. Certains des bulūkbāšī portent des nasab glorieux, dont un mercenaire, issu de la classe des ra‘āyā n’aurait pu se prévaloir : ainsi Muṣṭafā bulūkbāšī est fils et petit-fils de bey, b. Aḥmad bey b. ‘Abd al-Bāqī bey. Ces bulūkbāšī forment un groupe, uni dans une ṭā’ifa des bulūkbāšī, parfois mentionnée dans les actes du registre 10, un groupe dont l’unité est reconnue par le juge lorsqu’il nomme le défunt, comme, par exemple, Muḥammad bulūkbāšī b. Nu‘mān des bulūkbāšiyya de Damas, « min bulūkbāšiyyat Dimašq ».

26Comment expliquer alors ce ET de Maḥāsīnī : « les janissaires ET les bulūkbāšī » ? Maḥāsīnī vit dans une société où le groupe est essentiel : les inkiǧārī, comme les bulūkbāšī, organisés en ṭā’ifa, existent en tant que corps, que l’on distingue, quitte à gommer leur ancienne origine commune, celle de kul.

  • 24 Inalcık, 1985 : en note, çawush « janissary officers », p. 292.

27Donc le groupe des janissaires dont les successions sont établies par le juge dans ce registre, d’abord prudemment estimé à 19 puis élargi à trois ḥiṣarlī, s’agrandit de cinq bulūkbāšī, de deux udabāšī, de deux ǧāwīš et yāyābāšī, janissaires porteurs de grades de « commandants » ou « officiers » selon Uzunçarsılı et H. Inalcık24, auxquels on joindra l’artilleur et le qabūnǧī (portier, chambellan ?).

Les kul oǧlu

  • 25 Rafeq, 1975, p. 286-287 ; pour une période ultérieure, dans les pages qu’il consacre aux troupes me (...)
  • 26 Finkel, 1988, p. 83-84.

28Le juge a dressé les inventaires de deux kul oǧlu, sans doute des fils de kul, mariés à des femmes locales, ayant fait souche à Damas. Rien n’évoque leur origine25. Caroline Finkel26, pour une époque antérieure de presque 100 ans, lie kul oǧlu et armée : elle évoque le cas de ces kul oǧlu, faisant partie des reaya qui tentent de pénétrer dans l’armée pour améliorer leur statut. En note, elle définit le terme kul oǧlu : » Dans son usage strict, ce terme désigne ceux qui sont les fils de kul et donc admis à être kul eux-mêmes, mais le terme a pu se répandre davantage à mesure que se développait le recrutement militaire ». Or, dit-elle, c’était le groupe connu sous le nom de kul oǧlu qui était les principaux candidats à une telle promotion : « Après trois ans de service, ces troupes de garnison étaient appelées au champ de bataille ; en 1600, 700 kul oglu étaient prêts au combat ».

29On ne saurait distinguer le rôle civil ou militaire que jouent dans la ville ces deux kul oǧlu présents dans ce registre de ‘askar, mais ils ont su trouver dans Damas des ressources lucratives.

Les titres des agents de l’État

  • 27 Inalcık, 1977, p. 39.

30Dans l’organisation traditionnelle, classique, de la société ottomane, « les kuls se distinguaient dans la société par les titres qu’ils pouvaient porter, paša, bey, aġā... »27

31Qu’ils soient janissaires locaux, kapı kulu, sipahis, ou même agents civils de l’État, certains des défunts ‘askar du registre sont pourvus de titres précédant leur nom. Le titre de bey est attribué à un janissaire et à quatre sipahis. Le titre d’aġā concerne sept défunts, un agent de l’État, trois sipahis, un kul oǧlu, deux janissaires ; le titre de beše est appliqué au plus grand nombre de défunts, 28 personnes, six kapı kulu, 22 janissaires.

  • 28 Bowen, 1960c, p. 253.

32H. Bowen définit ainsi le terme aġā : « En tant que titre, jusqu’à la période des réformes, [...], il était donné à de nombreux personnages, d’importance variable, qui étaient au service du gouvernement, et occupaient pour la plupart des postes à caractère militaire, ou tout au moins des fonctions autres que celles de secrétaire. »28

  • 29 Bowen, 1960a, p. 1193-1194.

33Le même auteur, après avoir fait l’historique de l’utilisation du titre de bey, « titre turc, seigneur », rappelle que, « sous les Ottomans, il resta en honneur pour les chefs de tribus, de hauts fonctionnaires civils et militaires, et les fils des grands, notamment des pashas. »29

  • 30 Marino, 1997, p. 147-150. La référence linguistique est fondée sur Duda H., « Baša-Beše », dans Fes (...)
  • 31 Shuval, 1998, p. 68.

34Le terme de beše reste mystérieux. « Les chroniques insistent beaucoup sur le rôle des aġā et ignorent pratiquement les beše » souligne B. Marino tout en notant l’importance des beše dans son échantillon (les trois-quarts). « Il ne s’agirait pas de simples soldats, dit-elle, mais de militaires ayant un grade inférieur à celui d’aġā. » [...] S’appuyant sur un article de Duda, elle remarque : « du point de vue linguistique, il semblerait que ce terme résulte de la transformation de bāš aġā en baša, puis en beše ».30 Peut-on rapprocher ce terme de yoldaš, qualifiant un soldat de grade inférieur dans l’armée d’Alger : « Les simples soldats s’appellent entre eux Joldach (yoldâch en turc, camarade. »31

  • 32 Marino, 1997, p. 147-148.

35À Damas, à la fin du xviie siècle, tous les membres des corps militaires, les sipahis, les kapı kulu, les inkiǧārī peuvent donc porter l’une de ces appellations, certes dans des proportions tout à fait différentes. Un siècle plus tard, les proportions sont restées curieusement à peu près identiques : dans le corpus étudié par B. Marino, concernant 153 ‘askar, figurent en effet 14 aġā et 61 beše ; comme à la fin du xviie siècle aussi, « les aġā sont présents [...] à Damas, non seulement à la tête des différentes troupes de militaires mais aussi dans les fonctions administratives. »32

36Le nombre relativement faible d’actes de succession masculins interdit le calcul de pourcentage : on peut cependant affirmer en premier lieu que, au sein de ce personnel d’État dépendant du juge ‘askarī, les Damascènes occupés à seconder l’administration du gouverneur et le personnel judiciaire sont peu nombreux par rapport aux forces militaires. Deuxième constatation : les différentes forces militaires sur lesquelles s’appuie le pouvoir sultanien sont toutes représentées : sipahis, kapı kulu, janissaires ; les kul oǧlu ont bien hérité de leur père kul, serviteur du Sultan, leur condition de ‘askar. Troisième conclusion : les janissaires locaux restent de loin les plus nombreux, malgré la présence des kapı kulu récemment envoyés par le sultan ; la proportion de trois pour un existant dans les inventaires égale exactement la proportion évoquée par Barbir.

La gent d’État d’après les comptes de gestion

37Quels que soient leurs fonctions, leurs grades, les défunts dont les waṣī gèrent la succession au nom des enfants mineurs sont évidemment tous des habitants de la ville, appartenant sans doute à un milieu dont les patrimoines laissés aux mineurs étaient suffisamment importants pour avoir été confiés à un waṣī.

38Les comptes de gestion du registre 10 concernent 52 personnes :

Tableau 2 – Les ‘askar dans les muḥāsaba

Fonction inconnue

2

Agents civils de l’État

15

Janissaires locaux

24

Kapı kulu

2

Timariotes (dont 3 za‘īm)

5

Kul oǧlu

2

Femmes liées au monde des janissaires

2

39Le tableau confirme les précédentes conclusions : parmi les forces militaires du pouvoir sultanien, toutes représentées, les janissaires locaux l’emportent encore nettement. Dans le groupe des janissaires, les « commandants », huit bulūkbāšī, un udabāšī, et les hommes affectés à la citadelle, quatre ḥisārlī, sont proportionnellement plus nombreux que dans les inventaires. Dans les muḥāsaba, les agents civils de l’État sont nettement surreprésentés, les simples inkiǧārī sous-représentés ; les kapı kulu sont particulièrement rares : d’origine étrangère, peut-être n’ont-ils pas tous une famille installée dans la ville ? Les comptes de gestion paraissent bien, comme nous en avions formulé l’hypothèse dans la partie précédente, concerner un milieu plus restreint, plus particulier, plus aisé, nettement plus titré aussi : 10 aġā, trois bey et seulement 12 beše.

40L’analyse des documents confirme donc les études sur la composition du groupe des ‘askar. Les inventaires et, dans une moindre mesure, les comptes de gestion reflètent sans doute la composition de la communauté. Les militaires sont plus nombreux que les agents civils de l’État. Toutes les catégories des militaires sont représentées, groupées, au moins pour les janissaires locaux, les kapı kulu, les sipahis, les bulukbāšī, en ṭā’ifa. Les janissaires, locaux, (mais jamais appelés tels, yerliyya) dominent, en nombre, malgré les envois de kapı kulu.

Ra‘āyā, ‘askar, milieux ouverts ? Milieux fermés ?

41Les actes sont si précis qu’ils autorisent l’analyse des liens qui unissent ou séparent les deux groupes de la société damascène musulmane. Le nom complet du ‘askar ou du sujet féminin ou masculin, indique le plus souvent l’appartenance du père à l’une de ces deux communautés : l’étude du nom permet d’une part d’évaluer l’importance de l’héritage dans la fonction civile ou militaire d’agent de l’État, d’autre part de noter le type des liens matrimoniaux alliant ‘askar et ra‘āyā.

Origine des agents de l’État

  • 33 Barbir, 1980, p. 95 et 146.

42L’inspection conduite en 1708 avait constaté que, dans le corps des janissaires qui compte 1 231 personnes, « nombreux sont inaptes au service : ils sont trop âgés, trop jeunes, malades ou ont été admis parce que leurs pères étaient déjà janissaires et les deux tiers, précise le document, sont des “locaux”, des Turcomans, des Kurdes ou des Arabes », de potentiels fauteurs de troubles aux yeux du pouvoir ottoman.33 Aucun élément, dans les inventaires, ni dans les muḥāsaba, ne permet de connaître ni l’âge, ni l’état de santé des janissaires (certainement mauvais puisqu’ils sont morts). En revanche, l’étude de 27 noms lisibles de janissaires, dans les muḫallafāt, permet d’affirmer qu’à quelques exceptions près, les « locaux » dominent, comme le suggère K. Barbir. Seuls, les nasab de ‘Abdallāh aġā b. Haykal zadeh, ‘Abdallāh beše b. Bākīr, ‘Alī beše b. Ḫalīl b. Ǧaql évoquent, sans certitude, une origine turque ; deux janissaires sont également fils de ‘Ayntabī, ‘Ayntāb, la Gaziantep actuelle. Mudliǧ beše et Idrīs bey, deux frères, sont fils d’un turcoman, Sulayman al-Turkmānī ; ‘Alī bey b. Baḫtān al-Kurdī serait kurde. Comme le notait K. Barbir, ce sont bien les locaux qui dominent dans le monde des janissaires damascènes.

  • 34 Inalcık, 1985, p. 283.
  • 35 Sublet, 1991, p. 30 : « Ceux qui ont été importés enfants ont des pères fictifs et musulmans qui po (...)
  • 36 Les muḥāsaba fournissent un tableau moins représentatif de la société d’État damascène, confirmant (...)

43Le tiers environ des janissaires qui viennent de décéder sont fils de militaires : quatre fils de beše, deux fils de bey, un fils de bulūkbāšī, un d’udabāšī, 1 de ṭūbǧī ; à quinze jours de distance meurent Muḥammad beše b. Qarā Aḥmad et Muṣṭafā beše b. Muḥammad al-Qarāḥiṣārī. Mais plus nombreux (12) sont les hommes issus de la classe des ra‘āyā, ces Musulmans payeurs de taxes qui, si l’on se réfère aux quelques chroniques citées par H. Inalcık34 dénonçant les transformations d’une institution militaire réservée aux kul, menacent le bon fonctionnement de l’Empire. Cependant, le recrutement traditionnel d’esclaves affranchis et convertis paraît ne pas avoir complètement disparu, comme le nasab du nom, ibn ‘Abdallāh, peut le suggérer35 : cinq sont fils de ‘Abdallāh, en principe convertis.36

44Sur les sipahis et les agents civils de l’État, les inventaires et les comptes de gestion sont avares de renseignements qui, de toute façon, concernent trop peu d’individus pour autoriser une analyse pertinente. Sur les quatre inventaires de sipahis dont le nasab est lisible, l’un est fils de bey, trois sont fils de ‘Abdallāh ; Maǧar ‘Uṯmān aġā b. ‘Abdallāh al-za‘īm pourrait être un Hongrois (Maǧar) chrétien converti.

45Plusieurs conclusions peuvent être apportées :

  • il semble que l’ancienne forme de recrutement, le recours à des étrangers non musulmans convertis n’ait pas complètement disparu : en témoignent les nasab « fils d’Abdallāh », avant tout utilisés dans l’identification des janissaires, mais aussi de quelques sipahis.

    • 37 Voir chapitre VII.

    l’héritage dans la fonction concerne les agents de l’État, militaires et civils. Les agents civils de l’État sont fils de šayḫ, ou fils de ǧalabī ou fils d’efendī : le titre ou la fonction du père suggérant une certaine transmission dans la fonction. Un des quatre sipahis est fils de bey. Le tiers des janissaires défunts sont fils de militaires. De plus, bien que mineurs, certains des enfants héritent du titre paternel. Les fils des trois seuls janissaires portant le titre d’aġā (‘Alī aġā b. ‘Abdallāh bāš ǧāwīš, Ša‘bān aġā b. Muṣṭafā, katḫūda de la citadelle de Damas, et Muṣṭafā aġā b. ‘Umar ǧūqadār des bulūkbāšiyya de la ville) conservent le titre d’aġā. Les enfants des sipahis bey et aġā, conservent non seulement le titre d’aġā (et non de bey), mais également, pour certains, la fonction de sipahi : ainsi Maǧar ‘Uṯmān aġā b. ‘Abdallāh al-za‘īm, Aḥmad aġā al-za‘īm, les sipahis Ibrāhīm aġā et Ḥamza bey sipahi, cèdent leur titre à leurs fils mineurs ; le fils d’Ibrāhīm aġā est, en plus, déclaré sipahi, tandis que le fils d’Aḥmad aġā al-za‘īm hérite, peut-être moyennant finance37, de la zi‘āma. Quant à Bākīr (ne portant pas de titre) fils du ṣūbāšī Ḫudāwīrdī b. al-Arnawūd, timariote qui exerce la fonction de ṣūbāšī, il hérite bien, entre autres, des revenus du tīmār de son père.

  • Enfin, du moins dans le groupe des janissaires, le milieu des ra‘āyā a largement pénétré le monde des ‘askar. La condition de ‘askar attire.

Les allées et venues d’un groupe à l’autre, le mouvement social

46Les deux groupes ne sont pas figés. De nombreux janissaires sont donc fils de ra‘āyā et ont pénétré le milieu des ‘askar. Mais de ce groupe, on peut aussi sortir.

  • 38 Establet, Pascual, 1994, p. 132.
  • 39 Marsigli, 1732, p. 74, évoque la mise à l’écart possible du groupe des janissaires, mais seulement (...)
  • 40 Raymond, 1991, p. 16-37.

47Certains des inventaires issus de la qisma ‘arabiyya étudiés dans Familles et fortunes établissaient les successions de personnages dont le nom évoquait l’appartenance au milieu des ‘askar : 12 défunts mystérieux dont les patrimoines auraient dû être enregistrés par le juge ‘askarī. Comme on le verra plus tard, à plusieurs reprises et en détail, ces personnages n’avaient pas rompu tout lien avec leur milieu d’origine. Pourquoi ces hommes ont-ils quitté leur milieu privilégié d’origine ? Mystère. Écartons la possibilité que le juge se soit trompé. Ont-ils rejoint de leur plein gré le groupe des ra‘āyā ? Ce sont des hommes riches : la moyenne des actifs des hommes sujets est de 1 159 piastres, tandis que le patrimoine brut moyen de dix de ces ex-militaires est près de cinq fois plus élevé atteignant 5 738 piastres ; ‘Umar b. al-sayyid Yūsuf b. al-sayyid Aḥmad aġā petit-fils d’aġā, et un simple fils de beše, al-ḥāǧǧ Ḥusayn çelebī b. Muṣṭafā Beše se trouvent dans les rangs des cinq premières fortunes (sur les 477 fortunes damascènes ra‘āyā masculines étudiées). Auraient-ils abandonné les prérogatives liées à l’identité de ‘askar pour exercer des activités commerçantes très lucratives38 ? La présence, au sein de ce groupe de défunts ‘askar égarés, d’un katḫudā des janissaires, et d’un obscur fils de beše ne possédant que de maigres ressources (moins de 225 piastres) suggère une hypothèse supplémentaire : dans ces temps de troubles que connaît la ville, de combats qui opposent janissaires locaux et impériaux, ces quelques hommes auraient-ils pu être exclus, pour des raisons obscures, du groupe des ‘askar ? Cette supposition paraît étrange, mais Marsigli remarque que les janissaires fautifs et condamnés à mort perdent leur statut privilégié39. Ces ‘askar auraient-ils commis un quelconque délit non passible d’exécution ? A. Raymond cite le cas inverse d’artisans et de commerçants, au Caire, qui ont rejoint les odjaq de janissaires pour en obtenir la protection (ḥimāya). En 1709, écrit-il, « la Porte interdit aux artisans et commerçants cairotes de rejoindre les odjaq ; ils répondirent alors : nous sommes soldats et fils de soldats. »40 Ses observations confirmeraient a contrario, que l’on ne quittait pas toujours de son plein gré le groupe des ‘askar et qu’il fallait sans doute d’excellentes raisons pécuniaires pour en sortir volontairement.

Le statut des femmes paraît plus fragile et fluctuant

48Les registres de la qisma ‘arabiyya 15 et 19 présentent 169 successions de femmes » sujet » : neuf femmes (sur 158 successions féminines dans lesquelles figure le nom complet du mari) avaient épousé des militaires, mariage qui aurait dû leur assurer le statut de ‘askar. Or, lors de leur décès, leurs successions sont enregistrées par le qassām ‘arabī : l’un des époux a répudié sa femme ; les huit autres maris ont précédé leurs femmes dans la tombe. Veuves, ou répudiées, ces femmes sont redevenues « sujet », n’ayant profité du statut de ‘askar que durant la durée de leur vie matrimoniale.

49L’étude des noms des défuntes femmes ra‘āyā confirme que la femme n’hérite pas de son statut d’origine. Vingt-trois de ces 169 personnes, soit 13 %, sont issues du milieu militaire : sept sont filles d’aġā, 16 de beše. Une fille de militaire, lorsqu’elle épouse un ra‘āyā abandonne donc son statut familial de ‘askar pour passer dans celui de sujet.

Les liens matrimoniaux entre ‘askar et ra‘āyā

50Le « choix du conjoint » est un des signes principaux qui permettent d’estimer l’étanchéité ou l’ouverture d’un groupe social.

51En principe, le mariage obéit à des règles bien définies privilégiant d’abord l’union à la cousine parallèle, voire à la cousine croisée : les actes n’autorisent pas la constatation de cette coutume. En revanche, l’étude du nom (ism, nasab, titre) permettant d’identifier l’appartenance des conjoints ou du père à la société ‘askarī ou sujette révèle que le groupe des militaires n’est pas resté clos : les sujets ont su s’approcher des gens du pouvoir.

Les alliances matrimoniales des ‘askar

Unions contractées par les défunts hommes ‘askar

52Chez les militaires, six hommes mariés ont laissé des épouses dont le nom n’a pu être lu, ou que le scribe n’a pas mentionné. Deux sont filles de šayḫ : comme le titre de šayḫ peut qualifier un membre de la population civile comme de la population militaire, le milieu social du géniteur ne peut être déterminé. Cinq des polygames ont épousé des femmes issues de chacun des groupes : ainsi, ‘Alī aġā b. ‘Īsā a eu deux épouses, Ḫadīǧa bt Muṣṭafā, fille de sujet, et Asmahān bt Muḥammad beše, fille de militaire. Les monogames ont trouvé leurs épouses dans les deux milieux : 26 appartiennent à la société des sujets, 21 au groupe des ‘askar.

Unions contractées par les défuntes femmes ‘askar

53L’analyse de l’origine des 19 défuntes dont le qassām ‘askarī a enregistré l’héritage confirme les liens existant entre chacun des milieux : dix sont filles de ‘askar, sept sont filles de sujets, l’origine de deux d’entre elles reste floue (l’une est fille de šayḫ, l’autre a pour père un certain Muṣṭafā Efendī dont le titre évoquerait plutôt l’appartenance au groupe des administrateurs).

Tableau 3 – Les épousailles des femmes ‘askar

Filles de ‘askar

Filles de sujets

Inconnu

Sur 19 défuntes damascènes, dont on connaît le nom complet

10

7

2

Sur 47 épouses de militaires défunts mariés dont on connaît le nom complet

21

26

Ensemble des femmes (66)

31

33

2

54Comme l’indique le tableau, un certain mélange, presque à part égale, s’accomplit par le biais du mariage entre ‘askar et ra‘āyā : les ra‘āyā ont proposé certaines de leurs filles à la gent d’État qui les a acceptées.

  • 41 Les quelque 19 défuntes appartenant au groupe des ‘askar et dont les héritages sont enregistrés dan (...)

55Il était de meilleur rapport, pour un agent de l’État, de prendre femme dans son propre milieu. Les ‘askar monogames qui ont pris femme dans leur milieu possèdent, lors de leur décès, un patrimoine net bien supérieur à celui de leurs collègues unis au milieu des ra‘āyā : 1 622 piastres, contre 680. La différence n’est plus une nuance, mais exprime une tendance lourde. Elle reste difficile à interpréter : l’importance du patrimoine masculin serait-elle un préalable au mariage, incitant une fille de militaire à épouser un agent de l’État prospère ? Ou l’épouse, issue du milieu des ‘askar, fille de militaire, a-t-elle contribué, en apportant au foyer un patrimoine plus important que leurs consœurs ra‘āyā41, à la prospérité de son époux ? A contrario, les filles de ra‘āyā n’auraient pu approcher que les plus démunis des ‘askar.

Les alliances matrimoniales des ra‘āyā

56Une petite incursion dans le milieu des sujets musulmans, femmes et hommes, dont les successions sont enregistrées dans les registres 15 et 19 tend à prouver que les unions matrimoniales entre sujets et ‘askar, sans être inexistantes ni exceptionnelles, sont cependant moins répandues. Nous n’analyserons que les actes complets, dans lesquels figurent les noms des conjoints.

Unions contractées par les hommes sujets

57264 successions d’hommes musulmans dépendent de la qisma ‘arabiyya ; parmi eux, quelques célibataires ou quelques hommes mariés dont le juge n’a pas inscrit le nom de l’épouse, une quarantaine de personnes. Restent donc 224 hommes dont le nom du conjoint éclaire les rapports entre les deux milieux. Vingt-deux hommes seulement, soit 8,3 %, une petite minorité, ont épousé des filles de ‘askar appartenant à une autre origine que la leur : 16 filles de janissaires, beše pour la plupart, ou udabāšī, cinq filles d’aġā, une fille d’imam. Lorsque le juge dresse l’inventaire de ces défunts, il cite les noms de toutes les personnes intervenant à un titre ou un autre dans la succession : autour de ces personnages, la présence de nombreux ‘askar confirme le caractère mixte des épousailles et les liens existant entre les deux groupes sociaux.

  • 42 Voir chapitre III.

58Parmi ces défunts ayant épousé des femmes ‘askar, se retrouvent ces quelques hommes d’origine militaire qui ont rejoint la population civile42 et n’ont pas coupé brutalement les liens avec leur milieu d’origine : ils ont épousé des femmes de leur milieu. Ainsi, ‘Umar b. al-sayyid Yūsuf b. al-sayyid Aḥmad aġā a épousé ‘Āi’ša bt Faḫr al-A‘yān Yūsuf aġā al-Nāsifī al-za‘īm, dont la titulature des ascendants évoque le rang important qu’ils occupaient dans la hiérarchie militaire. À un niveau beaucoup plus humble, ‘Umar b. Muṣṭafā beše, fabricant de selles, s’est uni à Marwa bt ‘Uṯmān udabāšī ; Ibrāhīm b. Salīm aġā, dont le titre du père laissait supposer un emploi plus noble que celui de son fils, fabricant de babouches (bawābīǧī), s’est marié à Sā’ima bt Farhat beše.

59La motivation qui pousse certains des sujets à choisir des femmes d’un autre milieu paraît obéir parfois à une politique délibérée... mais difficile à interpréter. Ainsi, deux polygames n’ont épousé que des parentes de ‘askar : Aḥmad çelebī b. Muḥammad çelebī a épousé une fille de beše et une sœur de beše ; ‘Uṯmān b. al-sayyid ‘Abd al-Raḥīm, s’est marié à ‘Ā’iša bt Sulaymān beše et Asmahān bt Sulaymān aġā ; sa troisième épouse est fille de šayḫ.

60Le faible nombre de ces hommes, sujets masculins, qui épousent des femmes d’un autre milieu, interdit toute conclusion définitive sur leurs caractéristiques sociales. Cependant, ils paraissent appartenir à un milieu « ouvert ». Sayyid, descendants du Prophète, ils épousent des femmes qui ne portent pas ce titre : quatre sayyid, proportion qui dépasse légèrement les 14 % d’ašrāf que comportait la population masculine civile totale de la ville, se sont rapprochés par le mariage du milieu militaire, en épousant des femmes qui ne portent pas le titre de sayyida. Six sont çelebī, proportion qui dépasse nettement les 8 % d’hommes artisans et commerçants de la ville portant ce titre dont on ignore le sens exact, souvent hérité, consacrant peut-être une étape acquise dans des études qui n’auraient pas pu déboucher sur le titre de šayḫ, « lettré » à coup sûr. Un cordonnier porte une nisba de maġribī, allusion à une origine d’Afrique du nord ; il a épousé une fille de beše ; dans son entourage un rūmī ; deux de ses frères et sœurs habitent La Mecque.

  • 43 Voir chapitres IV, VII et VIII.
  • 44 Establet, Pascual, 1994, p. 138-139.
  • 45 Voir chapitres IV, VII et VIII.

61La moyenne de leurs avoirs nets, 1 289 piastres, les situe au-dessus du revenu moyen de l’ensemble de la population masculine, 875 qurš. Mais cette avance est surtout due aux importants patrimoines de deux de ces époux unis aux filles de la gent d’État : ‘Umar b. al-sayyid Yūsuf b. al-sayyid Aḥmad aġā et Ḥamdān b. al-sayyid Sulaymān b. al-‘Ātikī. Le premier, petit-fils d’aġā intégré dans le milieu des ra‘āyā, tout en ayant pris dans son ancien milieu ‘askarī une femme de haut rang, détient plus de 21 000 piastres ; la composition de son patrimoine, sans que l’on puisse déterminer l’apport personnel de sa femme, évoque les liens avec la campagne caractérisant les patrimoines des ‘askar43. Le second, qui a épousé une fille d’imam, Ḫadīǧa bt al-šayḫ Ibrāhīm al-imām, appartient à une grande famille damascène, al-‘Ātikī44, et possède une fortune de 2 820 piastres. Mais, si l’on isole ces deux personnages, le patrimoine des autres défunts unis à des parentes issues du monde militaire est inférieur de plus de moitié au patrimoine moyen de la population masculine civile de Damas, 242 piastres. Mais des nuances distinguent la composition de leurs actifs qui évoque la structure générale du patrimoine des militaires : plus de numéraire, et surtout, des revenus ruraux45. Ainsi, les espèces constituent plus de la moitié des biens de ‘Umar b. Muṣṭāfā beše, fabricant de selles, fils de beše, époux d’une fille de janissaire udabāšī, et de Muḥammad b. al-ḥāǧǧ ‘Uṯmān al-ṣabbāġ, époux d’une fille de beše. L’attirance vers la campagne et les prêts aux paysans paraît également établie : Aḥmad çelebī b. Muḥammad çelebī al-turǧmān appartient à un milieu de lettrés, comme le prouvent sa fonction et la présence de livres dans sa maison ; polygame, il s’est uni à deux filles de militaires ; sa succession comprend avant tout des biens urbains, à l’intérieur desquels le « rural » n’est pas absent : une écurie, et des parts de jardin (ǧunayna). ‘Uṯmān b. al-sayyid ‘Abd al-Raḥīm al-‘aqqād, lui encore polygame, marié à deux filles de militaires, possède à Kafr Baṭnā une maison et des champs ; des villageois lui doivent du blé. Qāsim çelebī b. Muḥammad çelebī al-Wafā’i, époux d’une fille de bulūkbāšī, a des parts de moulin dans la Bekaa, des parts de ǧunayna ; il reçoit de paysans d’importantes créances. La moitié de la succession de ‘Alī b. Muḥammad, marié à une fille de beše, est constituée de créances dont huit sont dues par des paysans du village de Ǧayrūd, petite oasis au nord de Damas, 112 piastres ; le défunt avait aussi avancé la moitié d’un qinṭār de blé. Ces quelques ra‘āyā que les activités artisanales et commerciales de la ville n’ont guère enrichis ont-ils cherché, en établissant des liens matrimoniaux à l’extérieur de leur milieu, à s’assurer des revenus étrangers aux activités de la société urbaine des ra‘āyā ?

Unions contractées par les femmes sujets

62Les registres 9 et 15 présentent 161 successions de femmes mariées, ou qui ont été mariées.

63Les défuntes ra‘āyā dont l’époux a été choisi parmi les ‘askar sont en petit nombre : neuf femmes, sur 158 successions féminines (dans lesquelles figure le nom complet du mari) avaient épousé des militaires, une faible proportion, 5,7 %. Elles n’ont pas eu de chance : soit leur époux est mort avant elles, soit elles ont été répudiées.

64Vingt et une des 161 défuntes ra‘āyā étaient filles de ‘askar. Trois d’entre elles ont épousé ces ‘askar déjà cités qui sont morts ou ont répudié leurs femmes ; malgré leur origine, ces femmes se retouvent ra‘āyā. Les ‘askar ont cependant donné quelques-unes de leurs filles à des hommes ra‘āyā, 11 %. Ces 18 femmes n’ont pas été mariées à n’importe lesquels des ra‘āyā : certes, aucune donnée n’autorise la connaissance du montant de leurs biens. Mais six portent devant leurs noms de prestigieuses titulatures, quatre sont sayyid, un ḫawāǧa, titre attribué aux grands négociants. Ces femmes passées hors de leur milieu d’origine ont épousé, semble-t-il, des hommes de bien. Elles possèdent un patrimoine nettement plus élevé que celui de leurs consœurs issues du milieu des sujets : 326 piastres au lieu de 188. Leur fortune est cependant bien inférieure aux 777 piastres qu’avaient laissées à leur mort les 19 femmes damascènes, épouses de militaires dont les actes sont enregistrés dans le registre 10. Serait-ce les plus démunies des filles de ‘askar qui auraient été mariées à quelque sujet fortuné ?

65Presque la moitié des femmes, épouses ou filles de militaires, dans le registre 10 de la qisma ‘askariyya proviennent du milieu des sujets, tandis que les unions mixtes ne concernent qu’un civil sur 10. Les sujets, par le jeu des épousailles, tentent bien, avec un succès moyen, de s’allier au milieu protecteur et prestigieux du pouvoir : ils semblent n’avoir eu accès qu’aux plus humbles de leurs membres.

Notes

1 Il semble bien que, contrairement à ce qui se passsait en Égypte, aucun des ra‘āyā n’avait pénétré à Damas les registres de la qisma ‘askariya (voir Raymond, 1976, p. 129).

2 Marino, 1997, p. 138 et 139.

3 Voir Inalcık, 1969, p. 105-138.

4 Sāḥilīoǧlū, 1986, p. 107-193, p. 162-164.

5 Barkan, 1966, p. 4.

6 Marino, 1997, p. 139.

7 Nous avons été obligés de choisir une transcription pour tous les termes qui désignent des fonctions liées à l’appareil d’État ; beaucoup de mots sont évidemment turcs, écrits en arabe, en osmanlı. Nous avons la plupart du temps reproduit l’écriture arabe. Cependant, certains termes, comme qabīqūl, perdent leur sens d’origine, serviteur de la Porte ; nous avons donc adopté la transcription turque de kapı kulu ; par ailleurs, le sībāhī de nos documents choque dans la mesure où le mot est presque passé dans le vocabulaire français : il a été transformé en sipahi. Nous espérons que les lecteurs retrouveront d’eux-mêmes le sens de ces modifications.

8 Hathaway, 1995, p. 39-52, donne à tābi‘, pour l’Égypte, le sens de maisonnée : « client militaire engagé dans une relation avec un patron-client ».

9 Raymond, 1973, p. 5-6 : « On les [les beys] vit ensuite de plus en plus fréquemment exercer les fonctions de gouverneur provincial avec le titre de kāšif ».

10 Inalcık, 1985, évoque à plusieurs reprises le statut de ce militaire.

11 Artilleur, Ágoston, 2005, p. 28.

12 Barbir, 1980, p. 103.

13 Rafeq, 1975, p. 278-279.

14 Rafeq, 1975, p. 279.

15 Uzunçaršılı, 1965, p. 1294.

16 Uzunçaršılı, 1965, p. 1294.

17 Marsigli, 1732, p. 68 précise le sens de oda : « oda mot qui signifie proprement une chambre et pris du lieu où ils [les janissaires] mangent ensemble », et note que « l’oda-bashi [...] est le premier de tous les officiers subalternes parce qu’il a passé par tous les postes inférieurs ». p. 73.

18 Rafeq, 1970.

19 Marino, 1986, p. 30 et 32.

20 Inalcik, 1985, p. 297-300.

21 Rafeq, 1975, p. 283.

22 Rafeq, 1975, p. 284.

23 Terme utilisé par Inalcık, 1977, p. 27-52.

24 Inalcık, 1985 : en note, çawush « janissary officers », p. 292.

25 Rafeq, 1975, p. 286-287 ; pour une période ultérieure, dans les pages qu’il consacre aux troupes mercenaires et privées, il évoque des forces nommées Maghāriba, composées d’émigrés du Maghreb, utilisées par les gouverneurs au XVIIe siècle, surtout présentes dans le sud de la Syrie, dans les provinces de Damas et de Sidon. Mais rien dans nos actes n’évoque cette origine maghrébine.

26 Finkel, 1988, p. 83-84.

27 Inalcık, 1977, p. 39.

28 Bowen, 1960c, p. 253.

29 Bowen, 1960a, p. 1193-1194.

30 Marino, 1997, p. 147-150. La référence linguistique est fondée sur Duda H., « Baša-Beše », dans Festchrift für Wilhem Eilers, Wiesbaden, p. 159-163.

31 Shuval, 1998, p. 68.

32 Marino, 1997, p. 147-148.

33 Barbir, 1980, p. 95 et 146.

34 Inalcık, 1985, p. 283.

35 Sublet, 1991, p. 30 : « Ceux qui ont été importés enfants ont des pères fictifs et musulmans qui portent tous le ism ‘Abd Allāh. Ils sont ibn ‘Abd Allāh. »

36 Les muḥāsaba fournissent un tableau moins représentatif de la société d’État damascène, confirmant cependant l’origine sociale et géograhique des janissaires : des locaux, sauf un albanais, un homme de Bagdad, un kurde et peut-être un turc (Safar bulūkbāšī b. ‘Iwāḏ). Les fonctions exercées par les pères sont trop rares pour que des conclusions puissent être tirées sur la pénétration des ra‘āyā dans le groupe des militaires. Il semble cependant que les convertis soient plus rares : un seul nasab « fils de ‘Abdallāh ».

37 Voir chapitre VII.

38 Establet, Pascual, 1994, p. 132.

39 Marsigli, 1732, p. 74, évoque la mise à l’écart possible du groupe des janissaires, mais seulement lorsqu’un janissaire a commis des fautes si graves qu’il est condamné à mort. « Avant que de faire mourir un janissaire, la compagnie de laquelle il est membre demande qu’on lui en ôte le titre. On raye alors son nom du registre afin qu’il meure comme un homme ordinaire. »

40 Raymond, 1991, p. 16-37.

41 Les quelque 19 défuntes appartenant au groupe des ‘askar et dont les héritages sont enregistrés dans le registre 10 semblaient effectivement beaucoup plus fortunées, en moyenne, que leurs civiles consoeurs. (v. chapitre III).

42 Voir chapitre III.

43 Voir chapitres IV, VII et VIII.

44 Establet, Pascual, 1994, p. 138-139.

45 Voir chapitres IV, VII et VIII.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search