Version classiqueVersion mobile

La gent d’État dans la société ottomane damascène

 | 
Colette Establet
, 
Jean-Paul Pascual

Chapitre I. Les sources : Les documents du registre 10 du qassām ‘askarī : actes de succession et comptes de gestion

Texte intégral

1L’importance de ces registres pour la connaissance de la société militaire du xviie siècle avait été soulignée par A. Rafeq et J.-P. Pascual, dans les articles cités dans l’introduction : 3 000 pages dans 20 registres couvrent de façon discontinue une longue période allant de 1627 à 1690. Nous nous consacrerons à l’étude d’un seul de ces registres, le registre 10 dépendant du qassām ‘askarī.

2Dans ce registre, les dates des actes consacrés aux militaires ne précèdent que d’une dizaine d’années les enregistrements des successions de civils : 96 % des 202 documents concernent les années 1091, 1092 et 1093, soit 1680, 1681 et 1682 ; les 4 % restant sont exactement contemporains des documents consignés dans les registres de la qisma ‘arabiyya étudiés dans Familles et fortunes, datés de 1690 et 1691.

  • 1 Raymond, 1976, p. 129-130.

3Suivant les lieux et les époques, les contenus de ces registres changent : A. Raymond, pour le Caire, avait noté que les successions de la majorité des artisans et commerçants étaient consignées dans des registres de la qisma ‘askariyya, les successions des moins fortunés des ra‘āyā seules enregistrées par la qisma ‘arabiyya1. Pour Damas, les registres de la qisma ‘arabiyya 9 et 15 (1686-1717) concernaient la population ra‘āyā de la ville, tandis que le registre 10 de la qisma ‘askariyya est bien consacré aux agents civils et militaires de l’État, les ‘askar.

4Les 195 pages du registre 10 sont consacrées à l’enregistrement de 202 actes. Douze d’entre eux sont inexploitables : des pages ont été perdues qui rendent les documents incomplets. Dans ce registre figurent essentiellement des inventaires après décès (muḫallafāt), et des comptes de gestion (muḥāsaba) dont la plupart font référence à des muḫallafāt de peu antérieures, ayant établi l’actif de la succession à partager entre les ayants droit. Le juge a également consigné des actes complets et datés qui ne sont ni des inventaires après décès, ni des comptes de gestion. Un seul d’entre eux est un acte de vente qui semble concerner un acte précédent. Un autre détaille de façon précise le trousseau (ǧihāz) qu’apporte la femme à son futur foyer ; trois actes complètent sans doute des inventaires extérieurs au registre, faisant le point sur les dettes de deux défunts, ou reprenant le partage de successions déjà effectuées entre les ayants droit.

5Enfin, une quarantaine d’inventaires se réfèrent à des successions, partielles, d’étrangers morts à Damas : le juge a, comme son collègue de la qisma ‘arabiyya, noté dans un même cahier les successions des uns et des autres. Ces étrangers sont des militaires que la mort oblige à s’arrêter définitivement dans la ville, pèlerins sur le chemin aller ou retour des Villes saintes, soldats accompagnant la caravane, ou simples voyageurs dont la motivation du périple reste inconnue.

6Plusieurs critères ont aidé à identifier et distinguer ces inventaires de défunts venus d’ailleurs tout en étant liés au groupe des ‘askar. Le plan même de l’inventaire en est un signe : après avoir établi le montant de l’actif et du passif du défunt, le juge omet le partage, puisque la succession que ces voyageurs laissent à Damas n’est que partielle. L’essentiel de leurs biens est resté dans leur région d’origine. Le soin qu’apporte le cadi à énumérer la composition de la famille porte la trace de l’incertitude : les enfants sont-ils majeurs ? Mineurs ? Le nom de la femme n’est souvent pas complet : comment les compagnons de route du défunt en auraient-ils connu avec précision l’ism et la nisba ?

  • 2 Establet, Pascual, 1994, p. 173-176.
  • 3 Le terme çelebī est traditionnellement le titre porté par les maîtres de l’ordre des Mevlevi ; n’ay (...)

7La plupart d’entre eux sont pèlerins. À une exception près, celle d’un certain ḥāǧǧ Muṣṭafā b. Ḥasan al-siwarlī al-‘askarī, ces défunts ne portent pas le titre de ḥāǧǧ : comme on l’avait constaté dans nos précédents ouvrages, dont Familles et fortunes2, d’autres titres ou grades sont en quelque sorte prioritaires : les aġā, les bey, les sayyid, ou même les çelebī3 ne sont jamais parés du titre de ḥāǧǧ. La date de leur mort, la structure de leur patrimoine permet cependant de considérer ces étrangers que la mort arrête dans la ville comme des pèlerins. Ils décèdent à des dates qui correspondent à peu près aux mois aller ou retour de la caravane, en ramaḍān et en šawwāl. La composition de leurs patrimoines contribue enfin à les identifier comme pèlerins : la valeur des effets individuels qu’ils transportent et laissent sur place est peu élevée, les montures en constituent la plus grande partie. Dans leurs successions, les espèces indispensables au voyageur constituent plus de 70 % de leurs actifs. Les dettes qu’ils ont contractées de leur vivant et qui font partie de leur passif font allusion aux nécessités du voyage (location d’une monture, siège de bois pour bête de somme, markab), aux services de « spécialistes » du transport, moucres, loueurs de mules (‘akkām ou qāṭirǧī), ou à l’obligation dans laquelle ils ont été de louer des chambres (ūḍa) qui les ont sans doute hébergés pendant leur arrêt définitivement prolongé dans la cité. Leurs ultimes volontés, cause d’une partie de leurs dettes, attestent une religiosité sans doute liée à leur état de pèlerin. Y figurent de nombreux badal ḥaǧǧ : des personnes se trouvant dans l’incapacité d’effectuer le pèlerinage les avaient chargés d’accomplir ce devoir religieux, qu’ils n’ont pu mener à son terme ; ils doivent donc leur rembourser la somme confiée. Un janissaire de la Porte (Darga al-‘Ālī), sentant sa fin prochaine, demande que, moyennant plus de 61 piastres, trois personnes accomplissent à sa place le pèlerinage, pour lui et ses deux parents. Il fait en même temps, par testament, un don pour les pauvres de la Mecque et de Médine, plus de 45 piastres. Un autre laisse une somme de 15 qurš, qui doivent rémunérer la lecture du Coran à la mosquée des Omeyyades.

  • 4 Raymond, 1973, p. 600-601 définit ainsi le katḫudā, pour le Caire : « L’agha des janissaires était (...)

8Sur la petite minorité de militaires étrangers qui n’appartiennent pas à la caravane du pèlerinage et dont la succession est enregistrée à Damas, quelques hypothèses sont permises. Deux d’entre eux viennent d’Égypte, où ils exercent un rôle administratif. L’un était lieutenant4 (katḫudā) à Madīnat Miṣr, le Caire ; le juge note qu’il est mort à l’étape (manzil) de Qunayṭra, qui dépend de Šām Šarīf, sur la route qui mène de l’Égypte à Istanbul en passant par la Syrie. L’autre était kāšif, gouverneur de district ou de province en Égypte ; son fils majeur, qui l’accompagnait, est mort en même temps que son père. Le destin les a arrêtés à Damas, où le père a loué, pour près de cinq piastres, une pièce et les services d’une esclave (ǧāriya) pendant leurs maladies fatales. Certains de ces personnages font partie des agents civils et militaires de l’État circulant entre le centre et la périphérie de l’Empire.

9La connaissance de la société militaire damascène ne sera pas étayée par l’analyse de ces 40 muḫallafāt d’étrangers à la cité. En revanche, la proportion élevée de ces successions d’étrangers morts en voyage, environ 20 % des actes du registre 10, suggère une société en mouvement. Comme en Occident, à la même époque, ces sociétés démunies ne sont pas des sociétés immobiles.

Les muḫallafāt des Damascènes

10Nos analyses de la société « militaire » seront donc d’abord fondées sur les seuls inventaires complets du registre 10 qui concernent la population damascène.

Un exemple

11Présentons ici la traduction du 147e acte, du registre 10, établi le 20 ramaḍān 1092 (2 octobre 1681).

12« Vente des biens d’al-marḥūm ‘Alī aġā b. ‘Abdallāh, janissaire à Damas décédé avant la date [du document].

13Sa succession échoit à son épouse, la ḥurma Fāṭima bt Ibrāhīm ǧāwīš femme « complète » et à son fils, né de Fāṭima, le nourrisson Muḥammad, mineur. Sa succession a été établie à l’initiative du ḥāǧǧ Aḥmad b. al-ḥāǧǧ Muḥammad représentant légal (wakīl), de l’épouse du défunt, elle même waṣī, tutrice de son enfant mineur. Témoigne de cette wikāla et de cette wiṣāya un acte légal établi au tribunal à une date précédente, ceci étant rédigé du temps de Mawlānā, Gloire des honorables savants et enseignants, Abū al-Ṣafā Muḥammad le Juge diviseur d’héritage des ‘askar – que sa grâce perdure.

  • 5 La monnaie utilisée est le qurš, la piastre, à laquelle s’ajoutent parfois des miṣriyya : 40 miṣriy (...)

14Enregistrement5 : Une couverture de cheval saharī, 2 ; un manteau de laine, 5 ; une couverture, 1,5 ; un pantalon violet, 1,5 ; une selle complète, 4 ; un bonnet de peau de mouton usagé, 11 m. ; une petite marmite, 1,25 plus 4 m. ; un petit plat, 12 m. ; un manteau (qīmā) noir, 1,25 et 7 m. ; deux vestes usagées, 1,25 ; 3 bonnets usagés, 0,5 ; 2 habits simples, 1,25 et 5 m. ; un gilet violet, 6,75 et 5 m. ; un avant de selle en lambeau, 0,5 ; un cimeterre argenté, 14,3 ; une lance et un couteau, 5,25 et 5 m. ; une aiguière de cuivre, 0,75 ; un pistolet, 0,5 et 7 m. ; un tapis de prière et un coussin, 0,75 et 4 m. ; un kilīm usagé, 1,5 et 7 m. ; un comptoir incrusté, 1 et 6 m. ; un porte-monnaie, 0,5 et 6 m. ; 2 turbans usagés, 1 ; des babioles, 15 m. Total : 51 piastres, et 5 miṣriyya.

  • 6 Il s’agit certainement de paires mais le scribe ne l’a pas mentionné.

15Enregistrement des ventes de babouches et de chaussons : 10 [paires] de babouches jaunes6, 4,5 ; 20 [paires] de chaussons, 5,25 ; 6 paires de bottes couleur de grenade, 4,5 ; 3 paires de bottes noires, 3,25 ; 15 paires de babouches jaunes, 5 ; 18 paires de babouches rouges, 3,5 ; 31 paires de chausses en feutre, 0,5 et 9 m. ; 15 paires de babouches jaunes, 6,5 ; 30 paires de chaussons jaunes, 5,5 ; 6 paires de bottes bigarrées, 4,25 ; 5 paires de bottes rouges, 4 et 5 m. ; 15 paires de babouches jaunes, 6,5 ; 17 paires de chaussons, 5 et 18 m. ; 6 paires de bottes bigarrées, 3,75 ; une paire de petites bottes, 0,75 ; 14 paires de babouches rariyya ( ?), 3,75 ; 30 paires de chaussons jaunes, 7,25 ; des chaussons et bottes jaunes, 1,25 ; 8 paires de bottes jaunes, 5,5 et 4 m. ; un comptoir incrusté, 1,25 et 5 m. ; 2 coffres, 1,5 ; un kilīm et un coussin, 1,25 et 4 m. ; 15 paires de babouches jaunes, 5,25 ; 30 paires de petites babouches, 2,5. Total : 93,25.

16Enregistrement des prêts (en piastres) recouvrés : remboursement de ce que Dilāwar Aġā et son fils avaient emprunté, 15. Ša‘bān du village d’al-Fīǧa, 2 ; Hāšim et son fils ‘Alī d’al-Fīǧa, 5 ; Muḥammad b. al-Ḫaṭīb, 1. Total : 23.

17Total général : les biens de la maison, 51,5 et 5 m. ; babouches et chaussons, 93,25 ; prêts recouvrés, 23 ; soit 167,75 et 5 m.

18Dépenses : frais de sépulture, tombe, ṣadaqa, 21,25 ; arriéré de la dot de l’épouse attesté par acte, 30 ; taxe de la qisma pour le juge diviseur d’héritage, 5,5 ; rémunération pour le transport du juge et de ses aides, 2,5 ; frais de courtage et d’entrepôt des biens domestiques, 1,5 ; frais de courtage et d’entrepôt des babouches, 2 ; loyer de la boutique de cordonnier (qawwāf) pour 2 mois, 1,6 ; frais divers, 3. Total : 67 et 6 m.

19Solde : 100 piastres et 14 m.

20Partage de l’héritage : part de Fāṭima l’épouse, 3 qīrāṭ, soit 12, 5 et 5 m. ; part de l’enfant du défunt Muḥammad le mineur, 21 qīrāṭ, soit 87,75 q. et 7 m. Établi le 20 ramaḍān 1092/3 octobre 1681.

  • 7 Duby, 1991, p. 36.

21La richesse du document saute aux yeux. Les inventaires après décès rappellent ces cartulaires et chartes de l’abbaye de Cluny qu’évoquait G. Duby, « ces débris d’écritures venus du fond des âges comme les épaves surnageant d’un complet naufrage, ces objets couverts de signes que l’on peut toucher, flairer, regarder à la loupe »7, duquel toute forme de vécu est exclue. Les inventaires sont de banals outils d’administration, rédigés par le cadi et ses scribes dans une langue répétitive et sèche, mais précise et rigoureuse.

22Les actes, que l’on retrouve dans les anciennes provinces de l’Empire ottoman, sont construits selon un modèle relativement uniforme. Le préambule donne le nom du défunt, parfois ses titres, son métier ou sa fonction, son lieu de résidence ou de travail, les noms et qualités des ayants droit et des personnes qui les représentent et sollicitent l’intervention du juge. Dans une deuxième partie, le cadi et ses scribes procèdent à l’énumération chiffrée de l’actif, biens meubles, immeubles, créances de la personne défunte, réalisée dans un luxe de détails inespérés. La troisième partie établit le passif de la succession : dépenses d’inhumation (taǧhīz wa-takfīn), frais divers d’enregistrement et de courtage, dettes, et, dans le cas d’un défunt, arriéré de la dot dû à l’épouse (mu’aḫḫar ṣadāq). Enfin, dans une dernière partie, le montant net de la succession est partagé entre les héritiers, quand le juge du moins connaît le montant exact du patrimoine. Le juge ‘askarī, dont le travail aboutit également à établir le montant de la succession et à assurer le partage entre les héritiers, reprend, pour l’essentiel, ce plan et ces données.

23Élaborés au terme de l’existence et destinés à transmettre un héritage, ces documents ont une fonction qui ne permet pas de recomposer la vie du défunt, d’en reconstituer l’histoire. Ils présentent des personnages qui n’ont entre eux d’autres rapports que ceux créés par le destin les frappant à des dates voisines. Une chronologie mortuaire, en quelque sorte, résultant du plus grand des hasards, juxtapose dans un même registre des documents incohérents. Aucune des turbulences de la vie ne se reconnaît non plus dans la sèche description de la situation familiale du défunt : de tous les acteurs de sa vie, conjoints, enfants et autres héritiers, il ne reste que des noms dépourvus de chair, sans que le déroulement de l’existence au sein de la famille ne puisse être le moins du monde pressenti. Les mariages, les naissances, et le cortège d’émotions quotidiennes qu’ils engendrent n’ont pas laissé de trace. La microhistoire ne trouvera pas sa source dans ce type d’actes : l’histoire de vie, individuelle, n’y reposera sur aucune base.

24En revanche, l’inventaire des biens transmis autorise une moisson de connaissances économiques, sociales, démographiques, et la cueillette des éléments d’une culture matérielle disparue, à la seule condition que les analyses concernent un nombre suffisant de défunts. Le janissaire mort à Damas dont la succession vient d’être présentée est monogame, père d’un nourrisson ; il a su s’implanter dans la campagne environnante, il exerce dans la ville des activités artisanales liées au travail du cuir. On ne peut en conclure que tous les janissaires ont investi dans les campagnes ou entrepris des activités artisanales. Car ‘Alī aġā b. ‘Abdallāh n’est qu’un janisssaire parmi d’autres. De l’analyse de ses biens, et de son comportement économique et social, aucune conclusion d’ensemble ne peut être déduite, ni sur le corps des janissaires, encore moins sur l’ensemble des ‘askar : seule l’étude d’une série permet d’échapper à l’histoire anecdotique, aucunement porteuse de connaissance sociale.

25Comme toute source statistique, y compris celles qu’élaborent à grands frais les nations modernes, celle-ci n’est pas exempte de biais. L’inventaire était obligatoire lorsqu’en l’absence d’héritiers, l’État seul (le Bayt al-māl) recevait le patrimoine du défunt. Obligatoire encore lorsque les héritiers étaient absents au moment du décès. Obligatoire si la mort frappait un voyageur sur quelque route que ce soit, en chemin vers les Villes Saintes, ou vers un champ de bataille. Obligatoire enfin si, parmi les héritiers, existaient des enfants mineurs. Il est évident que, dans le cas où un personnage ne laissait aucun patrimoine, l’inventaire n’avait pas lieu d’être. La présence d’enfants mineurs laisserait supposer également que les défunts des inventaires étaient sans doute un peu plus jeunes que le damascain « moyen », encore que l’espérance de vie fût sans nul doute de faible durée. La société réelle damascène dont, en l’absence d’un INSEE local, aucune autre source ne permet en fait d’évaluer la composition, la richesse, est peut-être un peu plus âgée, peut-être un peu plus pauvre que la société apparaissant dans les inventaires. Soulignons le « peut-être » : les instruments statistiques manquent qui transformeraient ce doute en certitude. La source est donc imparfaite mais, à attendre la perfection de la source sans biais, aucune statistique, base essentielle pour la présentation d’une économie et d’une société, ne serait possible, ni à Damas au xviiie siècle, ni dans l’Europe du xxie. La seule issue est d’assumer les biais et, à l’instar des géomètres, de raisonner juste sur des figures partiellement fausses.

26L’étude de la société civile damascène reposait sur l’analyse de 449 inventaires des registres 9 et 15. Dans le registre 10 consacré aux ‘askar, 77 actes sont utilisables. Précisons que ces militaires ne sont pas morts à l’extérieur de la ville, sur le champ de bataille, mais sur leur couche damascène : dans le registre 10 ne sont donc pas consignés les inventaires de tous les militaires, enregistrement qui aurait été obligatoire si ces hommes étaient décédés au front, à l’extérieur de leur ville. Les 477 actes enregistrés dans les registres 9 et 15 dans le cas des ra‘āyā, les 77 inventaires du registre 10 dans le cas des ‘askar autorisent l’analyse de la société damascène.

  • 8 1 004 janissaires locaux en 1693-94 ; 1 231 en 1708 ; 268 janissaires impériaux, d’après Barbir, 19 (...)
  • 9 Establet, Pascual, 1994, p. 28-29.

27Nulle donnée démographique ne permet de décompter avec précision la population de la ville. Plusieurs évaluations cependant, vers 1700, évoquent un nombre, 65 000 personnes. Quelques chiffres concernant les ‘askar ont été proposés : de 1 200 à 1 500 janissaires8, locaux et impériaux, auxquels il faut joindre les sipahis, moins nombreux, et les agents civils de l’État ; ajoutons les épouses et les enfants, et formulons l’hypothèse que l’ensemble des ‘askar compterait environ 6 000 personnes. Les 77 inventaires de ‘askar du registre 10 constitueraient un échantillon de 1,3 % de cet ensemble. Les 477 inventaires des registres 9 et 15 consacrés aux ra‘āyā représenteraient 0,8 % de la population des sujets.9

28Nous avons tenté d’exploiter, comme nous l’avions fait dans Familles et fortunes, mais en adaptant notre recherche à cette nouvelle catégorie d’individus, toutes les données exposées dans les actes de succession.

  • 10 Sublet, 1991.

29Dans les noms des défunts personnages, dans celui de leur entourage figurent des renseignements essentiels. L’inventaire après décès impose, par définition, la description et la composition de la famille proprement dite qui hérite, (ascendants, descendants et collatéraux), mais aussi d’un entourage plus large : le waṣī, exécuteur testamentaire ou tuteur, le wakīl, représentant légal de mères, épouses ou de filles majeures ou mariées, héritières féminines et les šuhūd, les témoins. Le nom du personnage, à lui seul, le nom de son, ou de ses conjoint (s), le nom des personnes qui, à titres divers, interviennent dans la succession suggèrent bien souvent les caractéristiques de l’individu et du groupe auquel il appartient. Immédiatement après l’ism, nom donné à la naissance de l’enfant, figurent le grade du personnage, dont les plus courants sont celui de beše, aġā, bey ; les fonctions occupées, peu précisées dans l’administration civile, sont bien définies dans l’administration militaire : inkiǧārī yeniçeri janissaire « local », kapı kulu, janissaire envoyé par la Porte, sipahi, etc. Le nom de relation, la nisba, en particulier, évoque l’origine géographique. Au nasab (fils ou fille de X), à la nisba10 d’origine, ou de métier, se mêlent intimement dans les noms à l’époque ottomane, et au moins pour les sujets, les titres, placés avant l’ism : le défunt était-il ḥāǧǧ ? Sayyid ? Šayḫ ?

30Si le nom est riche de connotations sociales, la précision des calculs chiffrés du cadi invite à l’analyse économique des patrimoines. Le juge décrit en détail la richesse du défunt : le numéraire, souvent placé en début d’acte, ou les bijoux, pour les femmes et quelques rares hommes ; les effets domestiques, pris un à un, jamais situés dans une pièce, souvent introduits par l’expression « ce que l’on a trouvé dans la maison » (mā wuǧida fi-l-dār), estimés (taḫmīn) ou vendus aux enchères (bi-l-mazād) au Sūq al-Sibāhiyya, le marché « de l’occasion » dans lequel s’activaient les courtiers en biens domestiques courants ; les créances, recouvrées ou à recouvrir ; les biens immobiliers ou/et fonciers, parfois localisés dans un quartier ou dans un village ; les revenus d’emplois.

La spécificité des muḫallafāt issues de la qisma ‘askariyya

31Le travail du qassām ‘askarī présente quelques particularités qui ont rendu notre comptabilité plus aisée. Alors que le qassām ‘arabī évaluait les biens en plusieurs monnaies, qurš, akçe, paras ou zolota, le qassām ‘askarī a presque complètement uniformisé ses estimations chiffrées. Une seule succession, celle d’un kapı kulu, est estimée en paras. Dans les autres actes, sont simplement utilisés le qurš asadī, pièce étrangère en argent, l’écu au lion de Hollande, dont le nom fait allusion au lion frappé en effigie, et la miṣriyya, quarantième partie du qurš.

32Dans les actes de succession consacrés à la population sujette, le juge avait très souvent signalé la présence de biens immobiliers, voire fonciers, dans les actifs des défunts sans en donner une estimation chiffrée. Le qassām ‘askarī n’admet pas de telles imprécisions : sans que l’on en connaisse la raison, la plupart du temps, les biens immobiliers ou ruraux sont localisés, décrits et estimés avec la plus grande exactitude.

33Comme pour les défunts civils, certaines des créances sont recouvrées, d’autres ne le sont pas. Et le juge de compter le montant des créances recouvrées auprès de tel et tel personnage, et de les incorporer dans l’actif du défunt, qui, après défalcation du passif, sera partagé entre les héritiers. Les créances non recouvrées, souvent très importantes, sont classées en fin de document : mentionnées, elles restent dues aux héritiers. Optimistes, pour les héritiers qui en attendent le remboursement, nous avons considéré ces créances non recouvrées comme faisant partie de l’actif total du défunt. Inversement, les dettes font partie du passif du défunt, et sont destinées à des créanciers nommés. Mais l’actif ne suffit pas toujours à honorer la totalité des dettes, qui sont alors partiellement remboursées aux créanciers. Dans ce domaine encore, le travail du qassām ‘askarī se singularise. Le « partiellement » est parfaitement défini : les dettes sont remboursées dans une proportion clairement indiquée. Ḫalīl aġā b. ‘Abdallāh possède une fortune s’élevant à 183 piastres ; mais son actif est grévé de 10 dettes estimées à 283 piastres ; ses dettes sont alors remboursées à un certain pro rata, au taux de 29 miṣriyya pour un qurš. Ce taux change évidemment suivant les montants de l’actif et des dettes qui dépassent le total de la fortune : pour un autre personnage, le taux n’est que de 16 miṣriyya pour une piastre. Nous avons comptabilisé l’ensemble des dettes, remboursées ou non, comme nous avons comptabilisé l’ensemble des créances.

  • 11 Dozy, 1968, II, p. 601.

34Comme le faisait rarement le qassām ‘arabī, le qassām ‘askarī s’est appliqué, dans l’enregistrement de toutes ces créances et dettes en attente, à prouver la véracité de ses comptes en indiquant soigneusement l’acte et la date de ces opérations. Le juge s’est parfois référé au cahier personnel (daftar) d’un défunt qui y notait l’état de ses comptes. C’est également par testament personnel (waṣiyya) que tel défunt, note le juge, a promis un don pour les pauvres de La Mecque, ou laissé une certaine somme pour que soit réalisé à sa place le pèlerinage aux Villes Saintes (badal ḥaǧǧ). S’ajoutent à ces documents privés des tamassuk, ou « promesses par écrit de payer, obligations qui n’ont pas été faites devant un officier public »11, souvent datés, et des documents légaux également datés, les ḥuǧǧa, attestant l’authenticité de ces engagements auxquels la mort n’a pas laissé le temps de se conclure.

35En règle générale, les documents issus de la qisma ‘askariyya sont plus précis que les inventaires de la qisma ‘arabiyya, énumérant dans le détail, preuves à l’appui, la nature du numéraire possédé, l’état et parfois (rarement) les raisons des créances et dettes, le montant de la location d’un entrepôt (maḫzan) d’une boutique (ḥānūt) ou d’une maison, pour un laps de temps bien défini. L’enregistrement de ces successions d’un personnel lié à l’État semble donc être plus minutieux, plus précis, plus « officiel ». Dans ces actes, les nombres, notés en chiffres, sont parfois écrits en lettres, comme dans nos chèques bancaires, pour éviter toute erreur de lecture. Le juge y a également inscrit, beaucoup plus souvent que son collègue, la date exacte du décès de son client.

  • 12 Establet, Pascual, 1998, p. 34-40.
  • 13 Les termes de langue turque ont été transcrits suivant la translittération utilisée dans le diction (...)

36Une autre particularité dans le fonctionnement du tribunal concerne la langue utilisée. Le qassām ‘arabī, lorsqu’il établissait la succession de quelque habitant de la ville non engagé dans des rôles militaires, utilisait, du préambule jusque dans le détail des biens qu’il inventoriait, la langue arabe. Lorsque le défunt était étranger à la ville, pèlerin le plus souvent, mourant à Damas sur la route aller ou retour du pèlerinage, le juge et ses scribes établissaient toujours le préambule en arabe, mais pouvaient faire appel à la langue turque pour noter les noms des vêtements, des ustensiles et objets divers trouvés sur le défunt au moment de son trépas12. Le qassām ‘askarī et son scribe, s’ils utilisent l’arabe la plupart du temps dans la première partie de l’acte, enregistrent souvent en langue turque la liste des biens des défunts, leur état, leur couleur : mavi (bleu) remplace azraq, noir (aswad) devient kara, etc ; bisāṭ se transforme en kilīm ; bunduqiyya (fusil-mousquet) en tüfenk ; l’arc et les flèches (qaws et naššāb) se nomment yay et ok13. Ces constatations linguistiques suggèrent plusieurs hypothèses : les personnes chargées de l’inventaire, qui devaient interroger les parents proches de défunts estimés turcophones, étaient peut-être turcophones et dictaient aux scribes, en turc, les résultats de leurs enquêtes ; ou bien certains des scribes auraient reçu une formation à l’ottoman, utilisé de préférence pour l’enregistrement des biens laissés par un étranger passant par Damas (tel était le cas des pèlerins), ou par un personnage occupant une place dans l’appareil d’État. Dans les deux cas, le centre de l’Empire est bien présent à Damas.

  • 14 Les noms des défunts seront présentés en annexe.

37Suivant le juge dans son travail minutieux, nous avons donc noté à partir des 77 inventaires du registre 1014 :

  • les noms et le sexe de tous les personnages inscrits dans ce registre 10

  • leurs titre, grade, corps, fonction, origine lorsque existaient et figuraient ces indications

  • le nom et le degré de parenté des héritiers

  • les noms, grades, corps, titres et fonctions de tout l’entourage du défunt : wakīl, waṣī, témoins, etc.

  • la composition de la fortune du défunt : actif total, détail en numéraire, bijoux, biens domestiques, biens immobiliers, biens fonciers, créances recouvrées et non recouvrées, revenus de fonction, arriéré de la dot pour les femmes ; passif total du défunt, détail des dettes remboursées et non remboursées, arriéré de la dot pour les hommes, détail des différentes taxes et frais d’inhumation

  • le nom du juge

  • la date de l’acte

38Cependant, pour assurer et élargir nos connaissances, nous avons décidé d’aborder un type de sources faisant partie du même registre : les muḥāsaba, ou comptes de gestion des patrimoines d’orphelins, 68 documents consacrés non pas à l’établissement d’une succession, mais à la gestion de l’héritage destiné aux enfants mineurs du défunt. Quelques-uns de ces documents concernent la gestion du même personnage. Ces comptes établis au bout d’une période plus ou moins longue après le décès du père, complètent l’étude de ce groupe de personnes liées à l’État sultanien dans une région arabe et périphérique de l’Empire ottoman. Les inventaires après décès ont souvent été décrits. Les comptes de gestion restent des actes peu utilisés : nous nous permettrons donc de les présenter plus longuement.

Les comptes de gestion (muḥāsaba) antithèse et complément des inventaires

39Muḫallafāt et muḥāsaba sont des actes dont les fonctions diffèrent.

40Un inventaire fixe l’état de la famille et du patrimoine au moment de la mort du défunt ; il est consacré à établir et partager le montant de son patrimoine. Aux ponctuels inventaires après décès, s’opposent les comptes de gestion : dans une muḥāsaba, le waṣī, tuteur des enfants mineurs ayant déjà hérité, expose devant le juge la gestion des biens échus aux orphelins : il en détaille les revenus, il énumère les dépenses engagées, pour une période plus ou moins longue, il arrête alors le nouveau montant des avoirs des enfants. Les comptes de gestion, contrairement aux inventaires, s’étalent sur la durée.

41Présentons, sans en faire le moindre commentaire, et le plus près possible du texte, l’une des ces muḥāsaba, cinquième document du registre 10.

Un exemple

42Compte de gestion présenté par Muṣṭafā aġā b. Isḥāq le retraité (al-mutaqā‘id), tuteur choisi par acte légal (waṣī muḫtār) des deux enfants d’al-marḥūm le ǧūqadār Muṣṭafā aġā b. ‘Umar des bulūkbāšiyya de Damas décédé « avant la date du document » : Aḥmad aġā et ‘Umar aġā, mineurs.

  • 15 Barthélémy, 1969, Afdina, pluriel de faddān, que nous utiliserons de préférence par la suite : « me (...)
  • 16 Voir infra, chapitre VI, la localisation de ces villages et des autres toponymes cités.

43Gestion de ce que le waṣī a touché des revenus des afdina15 situés dans les villages d’al-Ḥurǧilla et al-Talǧiyāt16, afdina qui sont communs aux deux mineurs, à leur mère Asmahān ḫātūn fille d’al-marḥūm Ibrāhīm aġā et à leur sœur par leur mère Fāṭima ḫātūn. Ces comptes qui tombent en 1090 concernent l’année 1089.

  • 17 Le nom est précédé d’une prestigieuse titulature.

44Le waṣī a réglé les dépenses nécessaires pour les [afdina] et autres ; ces comptes ont été établis par Ibrāhīm beše b. al-Maġribī, janissaire à Damas, wakīl légal du waṣī cité par wikāla certifiée par Mawlānā Muḥibb Allāh çelebī17 fils d’al-marḥūm Mūsā beše, un des scribes (kuttāb) de la cour citée et Yūsuf beše b. Manṣūr le janissaire ; le juge a reconnu la totalité de la procuration (wikāla) de toutes les choses établies en revenus et dépenses reconnues légalement, du temps de Faḫr al-mudarrisīn Raǧab efendī, le qassām ‘askarī (deux mots barrés) à Damas, que sa vertu soit prolongée.

  • 18 Pour la définition de la ġirāra d’après des sources arabes, voir chapitre VI.

45Détail des revenus et des dépenses : Revenus des faddān sus-mentionnés pour 1089, qui tombent en 1090. Revenus : du blé, 30 ġirāra18, soit 150 qurš (à 5 qurš la ġirāra) ; des revenus d’orge, 40 ġirāra dont sont retirés 6,5 ġirāra (mūna des laboureurs) et 5 pour Muṣṭafā beše (bi-taslīm) selon le waṣī cité. Il reste 28,5 ġirāra, soit 71,25 qurš à 2,5 qurš la ġirāra. Revenus tirés de la vente des récoltes de coton sur pied, 60 qurš, dont sont retirés 15 qurš, dont le quart (rub‘) est destiné aux murābi‘īn ; reste 45. Total : 266,25.

  • 19 Pour le sens des différentes taxes apparaissant dans ce document, v. chapitre VIII.
  • 20 Sens introuvable.
  • 21 Sans doute est-ce le nom du régisseur.
  • 22 Rob, raisiné, Barthélémy, 1969.
  • 23 Possible passage du ǧ à g (noté k) en raison du š final : communication orale de Jérôme Lentin, que (...)

46Dépenses concernant les faddān et autres frais, communs à tous les héritiers (chaque dépense est introduite par le terme adā, paiement, en turc) : location (ḥikr) pour une grande maison du waqf des Muezzins 4 qurš pour les années 1090 et 1091 ; taxe19 (zaḫīra) concernant le champ (‘an al-ḥaqla), 9 qurš ; 5 qurš payées pour un pâturage d’hiver (qišlaq) ; nourriture des murābi‘īn, 46,5 ; kūt ou kūb20 des [waqf] des Ḥaramayn cités pour l’année 1090, 16 ; ce que payent pour le quart d’une terre les villageois de Ḥurǧilla aux villageois d’al-‘Ādiliyya, puis [illisible] 162,5 ; taxe (ṭarḥ) sur les bovins de Ḥurǧilla, 5,25 ; dépenses du régisseur (ḫūlī), pour Ḥurǧilla, 20 ; prix des vesces (kirsanna) au sus cité, 2 ġirāra, 12,5 ; pour Šāhīn sus cité21, 4 ; taxes (zaḫīra) pour les nomades [avancées] par le sus-cité, 3,3 ; prix des semences de coton, 6 qinṭār, 15 ; salaire des moissonneurs, selon le régisseur (ḫūlī), 112 ; taxe sur l’orge de Ḥurǧilla, 19,5 ; prix de 8 têtes de bovins (4 pour Ḥurǧilla, et 4 pour Manṣūr), 60 ; impôt (māl mīrī) des afdina de Ḥurǧilla pour 91, avec la valeur de l’enregistrement, 221,5 ; dépenses pour Ḥurǧilla par Aḥmad beše régisseur, 10 ; rémunération (‘ulūfa) du Maghrébin de Talǧiyyāt, pour 4 mois, 8 ; rémunération (‘ulūfa) du Maghrébin pour Ḥurǧilla pour 4 mois, 8 ; location de l’entrepôt et de la grande maison pour le waqf des Ḥaramayn, des Banī ‘Imād al-dīn et le waqf de la madrasa ? [illisible] pour 1091,3 ; prix du bois et des salaires pour la construction d’une écurie à Ḥurǧilla, 10 ; prix du rob22 [de raisin] pour le régisseur sus-cité, 1,5 ; prix de l’huile pour les bovins, 0,5 ; prix des cordes pour les bovins, 1 ; prix de [illisible], 1,5 ; prix du “gruau” (krayš)23 pour un cheval (ikdīš) 1 ; prix de [illisible], 0,6 ; prix des paniers, 0,6 ; prix des canalisations, 1,3 ; dépenses nécessaires, 5 ; dépenses reconnues par le régisseur précédent Šāhīn pour les afdina, 5,8 ; location ou dépense (uǧra) ḥarlak, terme inconnu, pour la période précédente, 1 ; prix du riz pour le régisseur, 1 ; prix de la kiswa pour les nomades, 1 ; dépenses pour le mur de la grande maison, 2 ; salaire des « enduiseurs » à Ḥurǧilla en 90, 11 ; dépenses diverses pour les afdina reconnues par le sus nommé Yūsuf beše, 24. Total : 838,75 piastres.

47Ce que le waṣī sus-cité a payé de ses deniers : 572,5 ; partage de cet excédent incombant aux héritiers : part des mineurs : 400,5 ; de leur mère, 71,5 ; et de la demi-sœur, 100 piastres.

48Compte de gestion du capital des mineurs sus-cités selon le registre tenu par Mawlānā ‘Abdallāh efendī juge précédent daté de la fin de raǧab de l’année 1090/6 septembre 1679 : 3 491,5 piastres.

49Dépenses consacrées aux mineurs avec déduction de l’avance engagée par le tuteur sus-cité : nafaqa et kiswa pour 14 mois, 280 ; taxe ḫassakiyya d’Aḥmad aġā, mineur cité, 10 ; prix de [illisible], 11 ‘uṯmānī pour ‘Umar aġā sus-cité, 63 ; enregistrement de la muḥāsaba, 10 ; déduction de l’avance réglée par le waṣī sus-cité, 572,5 ; total de ces frais : 935,5 piastres.

50Ce qui reste aux mineurs entre les main du waṣī : 2 556 piastres [écrit en chiffres et en lettres].

51Total : ce qui revient aux mineurs, dû par la mère et la demi-sœur ; dette de la mère : 71,5 piastres pour l’avance consentie par le waṣī ; 100,5 piastres et 2,5 m. selon le registre cité, soit 172 p. Dette de la sœur, 100, pour l’avance due au waṣī et 140,75 piastres et 10 m. selon le registre, soit 241 p. ; le total des 2 dettes de la mère et la sœur est de 413 et 2,5 m. [écrit en chiffres et lettres].

52Établi le 18 šawwāl béni de l’année 1091/11 novembre 1680.

53Dès la première lecture, le document, daté, suscite l’enthousiasme et l’émerveillement. Les muḥāsaba introduisent l’élément qui manquait aux rigides muḫallafāt, le mouvement. Cet acte, concernant avant tout des biens ruraux, géographiquement situés, expose la spécificité des revenus, blé, orge, coton, la quantité des récoltes mesurée en sacs (ġirāra), le prix du sac, le fonctionnement même de l’exploitation, puisqu’une partie des sacs de céréales ou de coton est destinée au métayer. De ces revenus seront ôtés les dépenses en taxes et en impôts, les sommes versées aux waqf, les frais subis par l’exploitation (valeur des semences, entretien des animaux, prix du travail rémunérant les différents personnages intervenant dans les activités agraires, et entretien des bâtiments), le montant nécessaire à la protection des champs par les nomades ou contre leurs agissements, et l’entretien même des mineurs. La gestion des comptes, présentée par le waṣī, le tuteur, s’étale ici sur une année. Du rapport entre le montant des revenus et des dépenses, un bilan pourra être établi, alors que plus de 300 ans séparent l’établissement de la comptabilité de sa lecture. Miraculeux.

54Évidemment, la complexité d’une gestion établie il y a si longtemps, suscite bien des soucis. La lecture même de l’acte n’est pas parfaite : soit mal écrits, soit évoquant des réalités difficiles à cerner, des mots n’ont pas pu être lus, et ont dû être remplacés par d’honnêtes points d’interrogation. Sur d’utiles précisions, le waṣī, et son scribe, sont restés muets : la taille de l’exploitation se limite à l’évocation d’un pluriel flou : des faddān, certes, mais combien exactement ? Et s’évanouit l’espoir de pouvoir calculer des rendements.

55Faisant simplement état du déroulement dans le temps des dépenses engagées, le waṣī énumère ses factures sans aucun souci de classification, plongeant le lecteur dans un fouillis dont il sent que la remise en ordre lui incombe.

56Les comptes rendus des juges fixant dans les inventaires l’état d’un patrimoine transmis à des héritiers étaient clairs et précis. Cette muḥāsaba n’est pas seulement le compte de gestion de l’héritage des enfants mineurs. Les enfants mineurs appartiennent à une famille, dont la succession, à la mort d’un défunt, n’a pas été complètement close dans l’inventaire après décès : apparaissent ici la mère, la demi-sœur des enfants qui restent redevables au tuteur des avances que celui-ci a été dans l’obligation de consentir pour la totalité des héritiers, et non pas seulement pour les enfants mineurs. L’héritage des mineurs comprend donc des dettes dues par ces autres membres de la famille.

57Enfin, dans ce cas précis, le waṣī déclare que les revenus ont été inférieurs aux dépenses : les sommes qu’il dit avoir avancées sont-elles réelles ? Bref, le document est-il fiable ?

58La fascination ressentie laisse vite prévoir que la lecture et l’interprétation de l’ensemble des actes ne sont pas simples.

59Dans une muḥāsaba, le mode d’exposition sinueux du juge reflète les avatars irréguliers de la vie, les turbulences du temps qui passe et touche les êtres comme les choses. Une muḥāsaba n’est pas toujours un document pur, les comptes d’un héritage réservé aux seuls héritiers mineurs. Dans de nombreuses muḥāsaba, le juge, sous la dictée du tuteur, complète des inventaires antérieurs imparfaits, souvent encombrés de créances non récupérées à la mort du défunt : il est obligé de tenir compte de cette situation, et donc de revenir sur le montant des sommes récupérées qu’il partage de nouveau entre tous les ayants droit, dont les veufs ou veuves, les enfants majeurs et mineurs. Le temps ne comprend pas seulement l’avenir mais aussi le passé.

60Dans le plus simple des cas, le tuteur rend compte de la somme héritée par des enfants mineurs. Il en explique la gestion sur une ou plusieurs années, revenant parfois, dans des actes postérieurs, sur le devenir des biens des mêmes enfants : récapitulatif du capital hérité, calcul du gain rapporté, créances récupérées, revenus supplémentaires tirés des boutiques ou des biens ruraux hérités, exposé des dépenses liées à l’entretien des enfants, aux impôts et différentes taxes, aux frais nécessaires à la bonne administration des biens immeubles et fonciers. À la fin de la muḥāsaba, le cadi établit le nouvel état de la fortune des mineurs : des revenus sont entrés dans leur patrimoine, des frais nouveaux en ont grévé le montant.

61Mais une gestion s’inscrit dans le temps. Et le temps engendre des modifications aléatoires dont il est le seul maître. Un inventaire rend compte d’un être, une muḥāsaba rend compte d’un devenir. Des enfants mineurs disparaissent, d’autres grandissent et accèdent à leur majorité, échappant ainsi à la tutelle, et aux comptes de gestion. Nombreux sont les actes qui comprennent plusieurs parties : le cadi, sur les indications du tuteur, suit l’évolution de la population mineure héritière ; en cas de décès, il inscrit alors les nouveaux partages, tient compte des dépenses occasionnées par la maladie et la sépulture de ceux des enfants qui viennent de disparaître.

62La loi, comme dans d’autres sociétés, tentait de gérer l’existence d’orphelins dans une société où l’espérance de vie des parents était faible. Seule, la gestion des biens du mineur est ici prise en compte. Les tuteurs, waṣī, ou parfois les représentants des tuteurs, wakīl, sont les responsables de la gestion des biens de ces mineurs et doivent faire face à une difficile tâche : ils gèrent un patrimoine et des revenus, des recettes, des dépenses qui ne sont pas fixes mais fluctuantes, subissant les contraintes imposées par la nature et les hommes, pour des enfants mineurs dont le nombre lui-même évolue.

63Faut-il se fier à leur gestion, ou, du moins, aux comptes qu’ils en rendent ?

Ces muḥāsaba sont des documents fiables

  • 24 Milliot, 1953, p. 431.
  • 25 Linant de Bellefonds, 1973, p. 238.
  • 26 Linant de Bellefonds, 1973, p. 203.

64L. Milliot était sceptique sur la qualité de la gestion effectuée par les tuteurs : « Lorsque la tutelle est gérée par le père, le cadi ne contrôle jamais. Lorsqu’elle est gérée par un tuteur testamentaire, en fait, le cadi ne contrôle pas davantage. Il n’exerce de surveillance que lorsque la tutelle est gérée par son [...] mandataire. [...] mais alors le contrôle du cadi ne s’exerce qu’avec une très grande bienveillance ».24 Linant de Bellefonds exprime la même méfiance : » La reddition des comptes a lieu, soit que le tuteur cesse ses fonctions, soit que le mineur ait atteint la majorité. [...] La reddition n’implique l’intervention d’aucune autorité administrative ou judiciaire et même pas la présence de témoins. Elle peut avoir lieu verbalement ».25 Il ajoute même : « Quand on songe au nombre de tutelles, peu, ou pas du tout contrôlées, la règle hanéfite laisse, on le devine, la porte ouverte à bien des abus dont pâtissent les mineurs. »26

  • 27 Yazbak, 2001, p. 124-126, citant le texte coranique et les hadiths, rappelant que le prophète lui-m (...)

65Des redditions de compte ont sans doute échappé à tout contrôle, ou se sont peut-être faites oralement interdisant ainsi et pour toujours leur analyse. Mais, du moins à Damas, à cette époque, et pour cette société d’État, l’étude des muḥāsaba enregistrées laisse plutôt une impression de sérieux27.

66Les actes sont tous datés et authentifiés par la présence d’un juge : Riḍā efendī, Ḥusayn efendī et Raǧab efendī, pour les années 1091 et 1092 (début 1680-début 1682), Abū Ṣafā Muḥammad efendī pour la fin de 1092 et 1093 ( fin 1682-1683), As‘ad efendī al-Ṣiddīqī, dit « juge hanéfite » pour les seuls quatre cas datés de 1101 et 1102 ( fin 1689-fin 1690).

67Si l’on avait compté les occurrences des termes utilisés par les scribes, seraient arrivées de loin, en toute première position, certaines expressions se référant à la légalité du document fondé sur des actes authentifiés. Ces termes sont « ḥuǧǧa », acte authentifié, souvent précédé d’un bi-mūǧib, bi-mūǧib ḥuǧǧa, que l’on peut traduire, suivant Kazimirski : acte authentifié auquel on se conforme par obligation. La référence que font les juges à ces actes, qu’ils datent, concernent plusieurs domaines : la nomination des waṣī et des wakīl, l’estimation du capital hérité par les mineurs, du gain procuré par ce patrimoine, des revenus divers touchés par les enfants.

Les personnes chargées de la gestion successorale ont été légalement choisies

  • 28 Sur les mères tutrices à Alep à la fin du XVIIIe-début du XIXe siècle, voir Meriwether, 1996.
  • 29 Linant de Bellefonds, 1973, p. 197.

68Le patrimoine et les revenus des enfants mineurs du défunt sont gérés par des tuteurs, waṣī, parfois contrôlés par des wakīl, souvent mais pas uniquement, représentants de la mère ; la mère est quelquefois waṣī (au masculin) de sa progéniture28. Ces personnes ne sont pas choisies au hasard. Linant de Bellefonds décrivait ainsi le processus de la nomination des gestionnaires : « C’est le père walī qui gère les biens de son enfant et, à défaut, son grand-père (cela dans deux écoles sunnites seulement sur quatre), puis le waṣī ou tuteur testamentaire, désigné par le père (éventuellement par le grand-père walī) ; en fin de compte, c’est le cadi qui sera investi de la tutelle sur les biens. Celui-ci se verra confié par le fiqh une double mission : il est tuteur, à proprement parler, en l’absence du tuteur légal, walī, ou du tuteur testamentaire, waṣī, mais il est aussi chargé en tout état de cause [...] de contrôler les fonctions des tuteurs légaux et testamentaires. »29 Lorsque le parent n’a pas désigné de waṣī, le cadi est chargé de cette mission de tutelle : dans ce cas, le nom de waṣī est qualifié de « légal ».

69Dans les muḥāsaba du registre 10 de la qisma ‘askariyya de Damas, le scribe a clairement indiqué le nom de 61 waṣī. Il a nettement distingué waṣī muḫtār, tuteur choisi par le défunt sentant la mort prochaine, et waṣī šar‘ī, tuteur légal. Vingt-deux sont qualifiés de muḫtār, 29 de šar‘ī ; s’ajoutent à ces hommes waṣī 10 femmes, également tutrices, mères des enfants du défunt. Les termes utilisés par le scribe font référence, à quelques rares exceptions près, à des actes juridiques précis donnant autorisation au waṣī choisi de s’occuper des biens des mineurs. Ces références juridiques sont plus ou moins complètes : une ḥuǧǧa établit légalement la nomination du tuteur, parfois antérieure à l’acte (ḥuǧǧa sābiqa) ; cette ḥuǧǧa est dite également légale (šar‘iyya) ; le mot est quelquefois précédé de l’ensemble « bi-mūǧib ḥuǧǧa », avec toute la force présente dans le vocable mūǧib, ou, mieux encore par une ḥuǧǧa écrite devant le tribunal (šar‘iyya musaṭṭara bi-l-maǧlis). Enfin, c’est souvent par acte testamentaire (waṣiyya) ou acte de représentation (wikāla), datés, que les représentants des mineurs ont été nommés.

Les waṣī ou wakīl semblent être des personnes responsables

70Dans le préambule de l’acte sont détaillés les noms et fonctions de tous les responsables de cette gestion. Au moins dans cette société d’État, toutes les précautions semblent avoir été prises pour que les biens des mineurs soient défendus par des personnes « choisies » ou « légales » reconnues, sérieusement investies de leurs charges de responsabilité par les actes qui ont été décrits.

71Les waṣī, chargés de la lourde responsabilité de gérer des patrimoines et des revenus, ne semblent pas être recrutés au hasard.

Des gens de bien

72Ils appartiennent tous, à quelques exceptions près, au milieu de ces gens d’État, les militaires ou le personnel judiciaire et religieux de la cité. Dans trois cas seulement, les waṣī sont des personnes engagées dans les activités artisanales de la ville, un fabricant de ‘abā (‘abāwī), un cordonnier (qawwāf), un fourreur (farrā’).

  • 30 Linant de Bellefonds, 1973, p. 238.

73Ils sont, en principe, choisis pour leurs qualités personnelles : « le waṣī doit nécessairement être ‘adl, c’est-à-dire d’une parfaite honorabilité »30. Ainsi, les noms des waṣī sont-ils presque toujours précédés d’une prestigieuse titulature qui va des tout simples Faḫr al-aqrān, Qudwāt al-aqrān, ou Faḫr al-a‘yān jusqu’à un très long Qudwat amāǧid wa al-akārim al-a‘azz al-amǧad qualifiant dans quatre muḥāsaba différentes le même Muṣṭāfā aġā b. Isḥāq al-ḥalwāǧī. La titulature, tout en présentant les mêmes caractéristiques emphatiques, diffère lorsque le défunt n’appartient pas à la société militaire, mais administrative et religieuse : Faḫr al-‘ulamā’ wa al-mudarrisīn al-kirām Mawlānā al-Šayḫ Ibrāhīm b. al-marḥūm al-‘allāma al-‘ārif bi-rabbihi ‘allām al-ġuyūb Mawlānā al-Šayḫ Ayyūb al-Ḫalwatī est le waṣī choisi par un défunt dont on ignore la fonction exacte, Aḥmad çelebī al-sayqalī b. Muḥammad al-‘askarī tandis que Mawlānā iftiḫār al-‘ulamā’ wa al-mudarrisīn al-kirām afḍal al-fuḍalā’ al-mudaqqiqīn al-fiḫām Ismā‘īl efendī b. al-marhūm al-Šayḫ Tāǧ al-Dīn al-Maḥāsinī prédicateur (ḫaṭīb) à la mosquée des Omeyyades à Damas, que ses vertus perdurent (dāmat faḍā’iluhu) est waṣī légal du Šayḫ ‘Abd al-Bāqī, imam de la dite mosquée. Les wakīl semblent être choisis avec tout autant de soin et portent les titres variés qui viennent d’être évoqués.

Des parents souvent

74La famille joue un rôle important dans la prise en charge des comptes d’orphelins.

  • 31 Linant de Bellefonds, 1973, p. 204 ; en se contredisant, il affirmait cependant : « La tutelle léga (...)

75Les femmes, épouses des défunts, et mères des mineurs, jouent un rôle essentiel. Elles sont elles-mêmes, à onze reprises, waṣī de leur progéniture orpheline de père. Ces remarques confirment les conclusions de Linant de Bellefonds : « Il est permis de confier à une femme, quelle qu’elle soit et non seulement à la mère, la charge de la tutelle testamentaire. Toutes les écoles sont d’accord sur l’aptitude de la femme à être tutrice testamentaire »31. Le cadi confirme : neuf de ces femmes ont été instituées par le cadi waṣī « légales ». Ces femmes, waṣī de droit, sont représentées par un wakīl, lui même choisi par un autre acte, dit wikāla, qui accompagne dans huit cas l’acte de wiṣāya qui fait de la mère la tutrice de son ou ses enfants. Les liens de famille privilégient le choix des wakīl : des nouveaux époux, des frères, un père, sont les wakīl des femmes waṣī. Près du tiers des 41 défunts dont les waṣī ou wakīl, choisis ou désignés, ne sont pas des épouses et mères, ont des liens de famille avec les défunts : trois grands-pères, un oncle, quatre frères, deux fils, majeurs, trois neveux gèrent les biens de leurs parents mineurs.

76Existe-t-il des waṣī professionnels ? Choisis en dehors des membres de la famille, certains représentants semblent être des waṣī professionnels. Trois hommes apparaissent dans plusieurs gestions de succession, souvent secondés par des wakīl qui jouent le rôle de comptable, d’aide au waṣī sollicité dans plusieurs comptabilités. La gestion du patrimoine des mineurs est longue et contraignante : cette assistance apportée par un wakīl, sans être de règle, était justifiée.

Ces tuteurs présentent des comptes authentifiés

77Si les personnages qui s’occupent de la tutelle des mineurs sont ainsi légalement désignés, le relevé des biens laissés par le défunt, capital et créances, n’échappe pas à cette officielle et bureaucratique authentification.

78Les mineurs héritent en général d’un capital laissé par le défunt, aṣl māl, somme dont le montant repose toujours sur un document légal fixé le plus souvent par le compte de gestion de telle ou telle date antérieure (bi-daftar muḥāsaba), ou par un acte d’authentification légal, également daté (bi-mūǧib ḥuǧǧa šar‘iyya). Les gains (rabḥ) qu’a engendrés ce capital, mentionné dans tous les actes, sont toujours clairement indiqués, selon la même formule (bi-mūǧib ḥuǧǧa) ; le scribe précise même le nom des personnes qui gèrent ces gains sur capital, le waṣī, le wakīl, ou d’autres personnages ne jouant pas de rôle officiel : la formule la plus souvent utilisée est « gain sur capital, provenant du waṣī » (‘an rabḥ māl ‘an yad al-waṣī).

79Les créances qui constituaient souvent une partie importante du patrimoine du défunt et que le waṣī a pour mission de récupérer apparaissent à maintes reprises dans les muḥāsaba. Quand le waṣī arrive à ses fins, le montant et l’origine de ces créances font allusion à l’ancien inventaire après décès (daftar muḫallafāt) qui les avait établis à la date, indiquée, de l’acte. Lorsque ces créances restent à récupérer, au bout d’un nombre variable d’années, le montant de la dette, et le nom des débiteurs apparaissent : deux formules authentifient la créance, soit le bi-mūǧib ḥuǧǧa parfois daté, déjà évoqué, soit une autre formule, bi-mūǧib tamassuk, une reconnaissance de dette authentifiant la créance, le nom du débiteur, et le montant de la somme qui reste due.

La reddition de comptes

80L’analyse des muḥāsaba du registre 10 ne confime pas toujours les remarques de Linant de Bellefonds soulignant le caractère presque privé de la gestion de tutelle et des obligations de reddition de comptes liées, disait-il, à l’arrivée à la majorité du mineur ou à la mort du waṣī.

81Le juge a clairement indiqué la durée de la période couverte par les comptes du waṣī. La comptabilité est annuelle dans plus de la moitié des cas : le juge a inscrit nettement la durée de la gestion du compte, « pour une année complète » (muddat sana kāmila), qui commence à telle date et finit un an après (34 cas). Cette régularité annuelle de la gestion des biens d’orphelins n’est évoquée ni par Milliot ni par Linant de Bellefonds. Mais cette périodisation n’est pas une règle : à huit reprises, le cadi a enregistré des comptes pour de courtes périodes de quelques mois ; inversement, la muḥāsaba peut couvrir des périodes qui vont d’un an et quelques mois, jusqu’à 12 ans.

82On ne peut attribuer au hasard des sources l’observation du caractère annuel des comptes rendus de gestion. Il était sans doute souhaitable que les tuteurs expliquassent chaque année leur gestion des biens des mineurs.

83Il semble même que soit choisie une période privilégiée pour la présentation de ces comptes : 19 muḥāsaba sont enregistrées les deux derniers mois de l’année, ḏū al-qa‘da et ḏū al-ḥiǧǧa, 13 en muḥarram, au tout début de l’année, comme si le waṣī avait pris quelque retard dans sa venue au tribunal. Ce retard est incontestablement attesté 13 fois, lorsque le waṣī dit rendre des comptes pour la durée de l’année entière 1090 ou 1091 ou 1092 (début 1679-début 1682), alors que le document porte une date postérieure de plusieurs mois à cette fin d’année. Les comptes ont bien été faits sur l’année, mais l’acte a suivi de quelques jours, voire de quelques mois, le moment de l’arrêt de la gestion. Cette observation est renforcée par les remarques du juge qui, une fois, comptabilise les frais engendrés par la nourriture (nafaqa) et l’habillement des enfants (kiswa) en deux temps. Le document est daté du 18 raǧab 1092/3 août 1681. Le waṣī a dépensé en nafaqa pour deux mineurs une somme de 90 piastres qui couvre un an, du début de raǧab 1091/début juillet 1680 et qui se termine à la date de l’acte. Mais il fait référence à une autre somme de 15 piastres, correspondant à une nafaqa commencée trois mois auparavant, au début de rabī‘ II 1091/début mai 1680), date d’une première muḥāsaba réalisée le 20 rabī‘ I 1091 (20 avril 1680). Le scribe aurait très bien pu estimer la nafaqa totale de 15 mois : il a préféré faire son calcul sur un an, et rajouter ces trois mois.

84La comptabilité régulière et annuelle est privilégiée. Comme le registre 10 s’étend sur trois années consécutives (1091, 1092 et 1093/début 1680-début 1683), il expose parfois des comptabilités annuelles et successives concernant les mêmes mineurs.

85Cependant, cette périodicité annuelle connaît bien des exceptions. Des exceptions que l’on pourrait qualifier de mineures dans certains cas car elles ne contredisent pas complètement cette préférence accordée au rythme annuel de la reddition de comptes. Ainsi, le waṣī de Muṣṭafā efendī b. Amr Allāh al-Busnawī al-imām présente une comptabilité sur deux ans (1090 et 1091/début 1679-début 1680) ; puis l’année suivante, il reprend ses comptes, mais pour une année seulement. Le waṣī de ‘Alī bulūkbāšī b. al-amīr Muḥammad b. al-Ġawwāṣ n’expose qu’en fin 1091/début février 1681 des comptes commencés début de 1088/début juin1677, qui se sont donc déroulés sur une durée de quatre ans. Mais, l’année suivante, une nouvelle muḥāsaba n’est consacrée qu’à l’année 1092/début 1681. De même, le tuteur des enfants de Šāhīn çelebī b. Badrī al-qawwāf (le cordonnier), après l’établissement de l’inventaire après décès du 21 rabī‘ I 1088/23 mai 1677, attend quatre ans pour témoigner de sa gestion, alors qu’une seconde muḥāsaba n’est consacrée qu’à la seule année 1092/1681-82.

86S’il paraissait préférable que la reddition des comptes fût annuelle et même donnée à la fin de l’année hégirienne, le waṣī, comme on vient de le remarquer, rend des comptes pour des périodes inférieures ou supérieures à un an. En l’absence de règle juridique clairement exprimée, seule l’analyse des documents eux-mêmes peut donner quelques pistes d’explication. Parfois émergent de la lecture du texte des hypothèses expliquant la tenue de l’acte. Les tuteurs étaient-ils obligés d’exposer régulièrement leurs comptes ? Ou quelles situations, quels événements les poussaient-ils devant le tribunal ?

87Après la mort d’un personnage impliqué dans le pouvoir d’État, dont le décès avait donné lieu à un inventaire, une muḫallafa, et qui laissait des enfants mineurs, il fallait bien que le waṣī, quelque temps après le décès, rendît compte de sa gestion. Une partie des muḥāsaba couvrant quelques mois semblent bien être ainsi des « premières ».

88Si la reddition de comptes se fait plutôt sur un an et en fin d’année lunaire, elle semble obéir également à d’autres lois, liées aux vicissitudes du temps engendrant des perturbations variées et aléatoires. Au nombre de celles-ci, la majorité acquise par un mineur. Ainsi, un waṣī, le šayḫ ‘Abd al-Salām b. al-šayḫ Muḥammad rend des comptes pour 9 mois et demi de gestion : l’héritage a été partagé entre trois frères et sœurs, qui ont eu chacun leur part légale ; puis, au terme de son exposé, seuls deux des enfants sont mentionnés, le troisième est sans doute devenu majeur, et le waṣī, comme le soulignait Linant de Bellefonds, est tenu de présenter ses calculs.

  • 32 Milliot, 1953, p. 427.

89Plus fréquemment, les décès d’un ou plusieurs enfants mineurs obligent le waṣī à de nouveaux partages de l’héritage du père défunt, donc à de nouvelles muḥāsaba. Les cas de décès d’un ou plusieurs enfants mineurs sont nombreux. La plupart des muḥāsaba, 17, qui ne couvrent pas la période fixe d’un an sont des redditions de compte liées à la disparition d’un héritier. L’obligation de rendre des comptes lorsque la mort frappe un ou plusieurs héritiers mineurs avait été soulignée par L. Milliot : « À l’expiration de sa mission, laquelle prend fin par le décès du pupille, par la constatation de sa majorité, par le décès ou la destitution, il y a lieu, pour le tuteur à reddition de comptes. Si la reddition de compte de tutelle est motivée par le décès du pupille, c’est à ses héritiers que le compte sera rendu »32.

90Le temps qui passe n’entraîne pas que des décès. Les successions d’hier et d’aujourd’hui sont rarement simples et acquises. Les waṣī, d’eux-mêmes, ou incités par les juges, sont également appelés à soumettre leur comptabilité au tribunal pour d’autres raisons que la disparition précoce des héritiers mineurs. Dans dix cas, c’est sur sollicitation (iltimās) d’une personne que le waṣī présente sa gestion : les nouveaux époux des veuves, inquiets ou méfiants sur la façon dont le patrimoine des enfants a été géré, ou des fils majeurs, et héritiers, demandent au waṣī d’expliquer ses calculs.

91Enfin, une muḥāsaba prend souvent la suite d’une muḫallafa : un défunt à sa mort pouvait laisser des créances non récupérées, dont héritaient les ayants droit, conjoints, frères et sœurs, enfants majeurs et mineurs. Quelque temps après l’établissement de son acte de succession, une muḥāsaba fait le point sur les créances qui rentrent dans un patrimoine et se partagent entre les mineurs dont s’occupe le wasī, et les autres héritiers. Ces muḥāsaba ne sont donc pas exclusivement destinées aux mineurs : le reste de la famille vient prendre sa part des sommes récupérées sur les débiteurs.

92Les comptes de gestion du registre 10, authentifiés par l’autorité d’un juge, devant un tribunal, sont, en soi, des documents fiables ; les tuteurs y présentent des comptabilités détaillées et transparentes. Les bémols qu’apportent à ces confiantes constatations les remarques de Linant de Bellefonds ou de L. Milliot ne sont cependant pas à négliger. Certaines des gestions des biens des mineurs ne se sont sans doute pas passées dans la clarté, ni dans la légalité. On ne pourra jamais en quantifier la proportion. Notre sujet d’analyse ne porte pas sur la proportion d’orphelins de père dont les revenus ont été lésés, soit par la famille environnante, soit par les tuteurs. Les muḥāsaba enregistrées dans les formes légales constituent à coup sûr des sources rares, précises, précieuses, et crédibles.

93Ces actes, sources peu utilisées dans la recherche jusqu’à présent, affichent donc une toute autre logique que les muḫallafāt. Les documents que de multiples authentifications officielles rendent fiables, s’inscrivent dans une durée, dont la périodicité, souvent annuelle, échappe cependant à une régularité absolue. Cette durée, le temps qui passe, enregistre pour les individus les mouvements de la vie, décès, naissances, remariages. Le passage du temps est également responsable des variations du patrimoine des enfants mineurs : le capital hérité fructifie ; les créances, les loyers rentrent avec plus ou moins de régularité ; les fermes de la campagne, parfois données en location, parfois mises en valeur par des métayers ou des salariés, rapportent céréales, fruits, coton, soie, tout en nécessitant des dépenses concernant l’entretien, les semences, les outils, les fumures, les réparations en tous genres ; les maisons que les enfants habitent doivent être entretenues. Le waṣī et le wakīl, placés dans l’obligation de rendre des comptes précis, et vérifiables, proposent la lecture des occupations quotidiennes, matérielles, indispensables à l’entretien des personnes, du bétail, des cultures : ils réaniment le vivant.

94Le déchiffrement de ces actes est long, la saisie n’en obéit à aucune loi : la richesse de contenu de la muḥāsaba proposée invite cependant au dépouillement complet et systématique de cette source nouvelle, les comptes de gestion, qui enregistrent le mouvement, l’évolution. Dans le registre 10, les waṣī de 68 muḥāsaba rendent compte de la gestion des biens des enfants mineurs d’un défunt. Quinze de ces actes se réfèrent à une même succession dont, à un an ou plus d’intervalle, les tuteurs exposent l’évolution. Cinquante-deux actes détaillent le devenir d’une partie des biens possédés par le « personnel d’État » damascène en cette fin de xviie siècle. Par chance, dans le même registre, figurent les deux types d’actes, inventaires, et comptes de gestion, concernant deux mêmes défunts.

95Les deux types d’actes se complètent et autoriseront des approches différentes de la vie sociale :

96Les documents ne peuvent cependant être abordés de la même manière. Les inventaires donnent de la société damascène un tableau sans doute à peu près représentatif, pour le groupe des ‘askar, comme pour le groupe des ra‘āyā. Les patrimoines totalement inexistants échappent évidemment à la vigilance des juges. Cependant, comme nous l’avions suggéré dans Familles et fortunes, les enregistrements de successions de très pauvres étant nombreux, la sous-représentation des plus démunis ne doit guère modifier l’allure de cette société damascène autorisée par l’analyse des actes.

  • 33 Yazbak, 2001, p. 127 et p. 133-134, dans l’article déjà cité, remarque : « Dans la plupart des cas, (...)
  • 34 Voir chapitre III.

97Il n’en est pas de même pour les comptes de gestion. Le montant du patrimoine total laissé par le défunt n’apparaît pas dans les muḥāsaba, puisque la succession a déjà été réglée et amputée de toute la partie qui revenait aux héritiers majeurs et présents. On peut cependant supposer que les waṣī étaient amenés à rendre compte de leur gestion patrimoniale dans le cas où les biens laissés aux enfants mineurs étaient de quelque importance, et lorsque les défunts avaient appartenu à un monde de personnages influents et fortunés, proches du pouvoir33. Cette hypothèse est étayée par plusieurs constatations. Le nombre de défunts mâles portant le titre d’aġā est proportionnellement plus élevé dans les muḥāsaba que dans les muḫallafāt : 10 aġā sur 50 [hommes], seulement 6 aġā sur 58 [hommes] dans les inventaires ; à l’inverse, presque la moitié des défunts dans les inventaires étaient simplement titrés du plus humble des grades, beše ; ils ne représentent plus que le quart de la population étudiée dans les muḥāsaba. Dans les muḥāsaba, par rapport aux inventaires, les agents civils de l’État, dans l’ensemble plus fortunés34, sont nettement surreprésentés, les janissaires et les kapı kulu sous représentés. L’inventaire reflète sans doute mieux la composition du groupe des ‘askar que les comptes de gestion.

98Inventaires, comptes de gestion, n’autorisent ni la perception des activités militaires en cette période de guerre, ni l’approche de l’exercice du pouvoir. Dans le registre 10 ne figurent aucune succession, aucune gestion d’héritage, de personnages haut placés, à la tête du pouvoir. Nous nous sommes cependant limités à l’exploitation difficile de ces seuls documents concernant les agents civils et militaires de l’État, dont les apports s’enrichiront parfois d’images tirées des chroniques locales. Certes, d’autres sources auraient pu être ajoutées, capables de clarifier quelques points restés obscurs : l’histoire continue !

Notes

1 Raymond, 1976, p. 129-130.

2 Establet, Pascual, 1994, p. 173-176.

3 Le terme çelebī est traditionnellement le titre porté par les maîtres de l’ordre des Mevlevi ; n’ayant trouvé aucune allusion à l’adhésion des défunts à une quelconque confrérie, nous avons suivi Pakalın, 1993, vol. I, p. 342, traduisant çelebi par « lettré ».

4 Raymond, 1973, p. 600-601 définit ainsi le katḫudā, pour le Caire : « L’agha des janissaires était le principal responsable du maintien de l’ordre et de la sécurité du Caire, mission qu’il remplissait éventuellement par l’intermédiaire de son katḫudā. ». Traduisons ce terme de katḫudā, tant pour les janissaires (locaux) que pour les kapı kulu envoyés par la Porte, par « officier supérieur ». 

5 La monnaie utilisée est le qurš, la piastre, à laquelle s’ajoutent parfois des miṣriyya : 40 miṣriyya valent 1 qurš. Nous n’indiquerons, en abrégé, que l’initiale du terme miṣriyya, et utiliserons indifféremment les termes qurš ou piastre.

6 Il s’agit certainement de paires mais le scribe ne l’a pas mentionné.

7 Duby, 1991, p. 36.

8 1 004 janissaires locaux en 1693-94 ; 1 231 en 1708 ; 268 janissaires impériaux, d’après Barbir, 1980, p. 95 et 146.

9 Establet, Pascual, 1994, p. 28-29.

10 Sublet, 1991.

11 Dozy, 1968, II, p. 601.

12 Establet, Pascual, 1998, p. 34-40.

13 Les termes de langue turque ont été transcrits suivant la translittération utilisée dans le dictionnaire de Parlatır, 2006.

14 Les noms des défunts seront présentés en annexe.

15 Barthélémy, 1969, Afdina, pluriel de faddān, que nous utiliserons de préférence par la suite : « mesure agraire égale à la superficie de terrain que deux bœufs suffisent à labourer pendant la saison du labourage, v. le français, une charruée ».

16 Voir infra, chapitre VI, la localisation de ces villages et des autres toponymes cités.

17 Le nom est précédé d’une prestigieuse titulature.

18 Pour la définition de la ġirāra d’après des sources arabes, voir chapitre VI.

19 Pour le sens des différentes taxes apparaissant dans ce document, v. chapitre VIII.

20 Sens introuvable.

21 Sans doute est-ce le nom du régisseur.

22 Rob, raisiné, Barthélémy, 1969.

23 Possible passage du ǧ à g (noté k) en raison du š final : communication orale de Jérôme Lentin, que nous souhaitons remercier ici. Ce serait donc ǧrīš, gruau, ou ǧarīše, sorte de bourghoul, préparé avec de l’eau et du beurre (Denizeau, 1960, p. 80).

24 Milliot, 1953, p. 431.

25 Linant de Bellefonds, 1973, p. 238.

26 Linant de Bellefonds, 1973, p. 203.

27 Yazbak, 2001, p. 124-126, citant le texte coranique et les hadiths, rappelant que le prophète lui-même était un orphelin, souligne l’importance que la sharī‘a accordait au statut de l’orphelin et à sa protection.

28 Sur les mères tutrices à Alep à la fin du XVIIIe-début du XIXe siècle, voir Meriwether, 1996.

29 Linant de Bellefonds, 1973, p. 197.

30 Linant de Bellefonds, 1973, p. 238.

31 Linant de Bellefonds, 1973, p. 204 ; en se contredisant, il affirmait cependant : « La tutelle légale ne peut être exercée que par un homme », p. 204.

32 Milliot, 1953, p. 427.

33 Yazbak, 2001, p. 127 et p. 133-134, dans l’article déjà cité, remarque : « Dans la plupart des cas, les sijills ne font référence qu’aux orphelins qui ont hérité de quelque chose... Les pauvres orphelins peuvent en vérité être appelés “les oubliés”...  Lorsque les fonds appartenant à un riche orphelin étaient exceptionnellement importants, on demandait au tuteur (le waṣī) de rendre un compte rendu annuel détaillé (une muḥāsaba) des biens de l’orphelin ».

34 Voir chapitre III.

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search