Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Gaulmier, un orientaliste

 | 
Jean Gaulmier

Textes de Jean Gaulmier parus dans le Bulletin d’études orientales

Note sur le voyage de Renan en Syrie (1865)1

Entrées d'index

Géographique :

Antioche, Damas, Syrie

Note de l’éditeur

Article publié pour la première fois dans BEO, n° XXV, 1972, p. 229-237

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Mme Corrie Siohan qui m’a libéralement prodigué son appui pour cet article et (...)
  • 2 Le 28 juillet 1857 avait été signé à Constantinople l’acte en 23 articles concédant à Edmond de Per (...)

1On sait que Renan, chargé par arrêté du 11 octobre 1860 « d’une mission à titre gratuit ayant pour objet des recherches épigraphiques et archéologiques en Palestine et en Syrie », demeura au Proche-Orient de la fin d’octobre 1860 jusqu’au 10 octobre 1861, date de son départ de Beyrouth. Au cours de ce séjour, hormis une rapide tournée à l’intérieur de la Palestine de quelques semaines en avril-mai 1861, il ne quitta guère la côte libanaise trop occupé par ses fouilles d’une part, mais aussi empêché de se rendre à Damas faute de route et peut-être de sécurité2.

  • 3 Le 29 mars 1861, il avait rencontré à Beyrouth Waddington sur le point de partir pour Damas : Waddi (...)
  • 4 Renan expose dans plusieurs lettres (à Gaillardot, 6 oct 1864, O.C. X, p. 409 ; à Maury, 16 oct 186 (...)
  • 5 L’expression est de Jean Pommier, Renan, Perrin 1923, p. 170.

2Mais de toute évidence, rentré à Paris, le regret d’avoir si peu et si mal vu la Syrie3 devait le poursuivre. Dès le 23 octobre 1862, il exprime dans une lettre au Dr Gaillardot la nostalgie de l’Orient qu’il éprouve : « Reverrai-je encore ce pays qui m’a laissé de si chers et si douloureux souvenirs ? » Écrivant la Vie de Jésus, il avait mesuré le profit que ce livre avait tiré de sa brève incursion en Terre-Sainte : à la veille de raconter dans Les Apôtres et dans Saint Paul l’histoire des origines du Christianisme, il lui fallait connaître Damas et Antioche, avant de suivre la trace de l’apôtre des Gentils sur les routes d’Asie Mineure et de Grèce4. La décision du gouvernement de le révoquer de sa chaire au Collège de France (11 juin 1864) le rendit « tout à ses livres »5.

  • 6 B.N., Nouv. Acq. fr. 11 487. Nous ne publions que l’itinéraire syrien. La suite du voyage, fin mars (...)

3L’intérêt des notes que nous publions ci-dessous est évident : elles résument le seul contact personnel qu’un orientaliste de l’envergure de Renan ait pris avec les réalités proprement syriennes. Ces notes sont contenues dans un carnet de 91 pages à couverture de moleskine noire, très fatigué par un long séjour en poche, écrites au crayon, souvent difficiles à lire. Les pages 1 à 62 contiennent au hasard des impressions de choses vues, des souvenirs de lectures, des relevés d’inscriptions : de place en place, un titre Origines ou Orig., en haut de page, groupe des réflexions destinées à l’ouvrage en préparation. À la fin du carnet, en le prenant à l’envers, un itinéraire : l’emploi du temps quotidien, chaque jour est séparé du suivant par un trait Du f° 91 au f° 88, itinéraire en Égypte. À partir du f° 88, itinéraire syrien et début du voyage d’Asie Mineure et de Grèce jusqu’au 27 mars 18656.

4Renan, accompagné de sa femme, quitte Paris le lundi 7 novembre, s’embarque à Marseille le 9, descend à Alexandrie le 15 et visite l’Égypte sous la conduite de Mariette, jusqu’au 27 décembre. Ce jour-là, au soir, il s’embarque à Alexandrie sur le Danube ; le jeudi 29, escale à Jaffa où il se promène dans les jardins. Voici intégralement l’itinéraire syrien :

  • 7 Rey (Em. Guillaume) est l’archéologue bien connu qui, après son voyage au Hauran de 1857-1858, devi (...)
  • 8 Peut-être : Gail[lardot] a écrit.
  • 9 Le docteur Suquet, médecin sanitaire de France à Beyrouth, est très lié avec Renan qui a fait sa co (...)
  • 10 Maxime, Ange, Georges Outrey appartenait à une famille qui a donné plusieurs représentants diplomat (...)
  • 11 À la suite du règlement intervenu le 9 juin 1861 entre les Puissances européennes et le gouvernemen (...)
  • 12 La lettre de Renan écrite ce jour-là à Jules Mohl a été conservée : voir O.C., X, p. 416-417. Renan (...)
  • 13 Le premier soin de Renan fut naturellement d’accomplir son pèlerinage à la tombe de sa sœur. Sarba, (...)
  • 14 La rencontre de Renan avec le Patriarche maronite, qui était alors Mgr Massaad, est confirmée par l (...)
  • 15 Le Dr Gaillardot était en 1860 médecin de la quarantaine à Saïda. Renan s’était adressé à lui, de l (...)
  • 16 Renan raconte longuement ce pèlerinage à Amschit dans sa lettre à Berthelot du 12 janvier 1865 et d (...)
  • 17 Propriétaire maronite du tombeau où reposait Henriette Renan avec des membres de la famille Zakhia.
  • 18 Francesco était un proscrit d’origine italienne « marin à l’occasion, cavalier quand il le faut, do (...)
  • 19 Renan est sur la route du retour à Beyrouth. Le khan de Fidar se trouve à 5 km au sud de Gebail.
  • 20 Entendre : départ de Sarba où les Renan ont dû coucher dans la maison Khadra que Lockroy, op. cit., (...)
  • 21 Ce soir-là, Renan écrit à sa mère qu’il part le lendemain pour Damas : « C’est un très facile voyag (...)
  • 22 D’après R. Tresse, art. cité, p. 245, « le service des voyageurs se faisait au moyen de diligences, (...)
  • 23 Louis-Hyacinte Hecquard est un curieux personnage qui mériterait une étude et que je remercie M. Al (...)
  • 24 Sâlhiyé était alors une agglomération séparée de Damas par 2 km. Voir le plan de Damas au milieu du (...)
  • 25 C’est le désir de retrouver les traces de Saint Paul qui attire Renan particulièrement vers les rem (...)
  • 26 Le capitaine Léon Fain, capitaine au 56e de ligne, a été nommé le 1er juin 1863 à la tête d’une mis (...)
  • 27 Sur la maison d’Ali bey, cf. Léon Paul, op. cit., p. 142-143. L’attitude humanitaire d’Abd el-Kader (...)
  • 28 Voir dans Sauvaget, ibid., 4, la restitution de cette porte, débouché sur le rempart est de la rue (...)
  • 29 Sur les décors de la Grande Mosquée de Damas, Sauvaget, ibid., p. 12-38.
  • 30 Kaukab, dans le Wadi el-Ajam, à quelques km. au sud-ouest de Damas (Guérin, op. cit., I, p. 409) at (...)
  • 31 Je ne sais s’il s’agit d’Aimé Pérétié (1808-1882) qui fut longtemps drogman du consulat de France à (...)
  • 32 Je n’ai pas identifié ce personnage.
  • 33 Blanche et sa femme sont cités par Renan dans sa lettre à Gaillardot du 24 janvier 1861, O.C., X, p (...)
  • 34 Cette nécropole indique au nord de Lattakié la limite de la ville antique. Voir l’excellente étude (...)
  • 35 Sur la région du Casius, qu’il a explorée en 1897, voir Dussaud, Topographie de la Syrie antique et (...)
  • 36 Suppléer : à Alexandrette. Cf. lettre de Renan à sa mère du 8 février 1865, O.C., IX, 1439.
  • 37 Garelli est tout ensemble « agent vice-consul de France à Alexandrette » (Annuaire diplomatique) et (...)
  • 38 Cf. Dussaud, op. cit., p. 446.
  • 39 Cf. Dussaud, ibid., p. 433-436, p. 443-446. Beylan marque le col par où la route d’Alexandrette à A (...)
  • 40 Sous cette dénomination, Renan désigne le khan de Qara-Maghurt qui figure sous le nom de Qarameurt (...)
  • 41 Je n’ai pu identifier ce personnage. Peut être est-ce l’agent consulaire de France à Antioche dont (...)
  • 42 Je croyais qu’il s’agissait de Jisr el-Hadid, pont fortifié sur l’Oronte dont parle Dussaud, op. ci (...)
  • 43 Caserne construite vers 1833, sur les ordres d’Ibrahim pacha, en réutilisant les pierres de l’ancie (...)
  • 44 Renan cite deux fois cette ancienne porte d’Antioche dans Les Apôtres, O.C., IV, p. 602, 608.
  • 45 Cf. lettre de Renan à Gaillardot, 5 mars 1865 : « J’ai reconnu sur les rochers qui dominent la vill (...)
  • 46 L’ancien port de Seleucie de Piérie, complètement ensablé, était dominé par une falaise où se trouv (...)
  • 47 Allusion au travail fameux accompli par les Séleucides pour détourner par un tunnel de plusieurs ce (...)
  • 48 Il s’agit, sous cette graphie approximative, du village de Khodr beg, à quelques km au nord de Soue (...)
  • 49 Sur Beit el-Ma, voir Bazantay, Un petit pays alaouite : le plateau de Daphné, dans H.C.F. Bulletin (...)
  • 50 Selon M. Bazantay, il s’agirait de ruines voisines du village de Kalessié.

Vendredi 30 [déc. 1864]

Nuit détestable; roulement perpétuel du bateau. Le matin, je me retrouve en face de Ras Beyrouth. Émotion vive. Beyrouth. Installation. Rey7 [2 mots ill.]8. Suquet9. Lettres.

Samedi 31

Outrey10, Daoud pacha11. Événements du pays. Plans.

Dimanche ler janv. [1865].

Lundi 2

Visite d’Outrey et Daoud pacha.

Mardi 3

Courrier. J. Mohl, Cornu, Le Clerc, Derenbourg12.

Mercredi 4

À Sarba, repas au Fl[euve] du Chien13.

Jeudi 5

À Amschit le soir, sentiment avec Cornélie, repos au Nahr Ibrahim. Rencontre du patriarche14.

Vendredi 6

1re, visite seul, 2e avec Cornélie, 3e avec Gaillardot15. Hésitations, sentiment vif, désir de «la ramener. » Je considère comme provisoire16.

Samedi 7

Service simple, touchant, analogue à elle; cela lui aurait plu. Je résous ne pas déplacer, provisoire. Visites du village, bonnes gens. Le soir conversation avec Zakhia17; il me donne le signe, 3 coups de scie à la tête du cercueil.

Dimanche 8

Le matin cueilli bouquet avec Karam. Dernière visite au tombeau, bouquet, adieux. Bonté des habitants. Francesco18. Les Djabour.

Gebeil, vérification. Goûter au Khan de Fidar19.

Sarba. Gaillardot à Ghazir.

Lundi 9

Départ à 1 h. Arrivée à 6 h.20.

Mardi 10

Très mauvais temps.

Mercredi 11

Idem. Retour de M. Gaillardot.

Jeudi 12

Soir chez Outrey21.

Vendredi 13

Je ne me couche pas. Voyage de Beyrouth-Damas. Impression de l’Antiliban. Froid.

Arrivée de nuit22.

Samedi 14

M. Hecquard23. Bazars, maisons juives.

Dimanche 14

Salehieh24. Promenade avec M. Hecquard, tour des murs, Meidan25; dîner chez Hecquard. Capitaine Fain26.

Lundi 16

Grande Mosquée. Maison d’Aly bey; chez Abd el-Kader. Tombeau de Melik ed-Dhaher27.

Mardi 17

Promenade avec Gaillardot à Bab es-Scharki28 et aux murs. Courses de bazar et achats.

Visite au côté «extérieur » de la Grande Mosquée. Ferrets et décors29.

Mercredi 18

Course de Kaukab30 avec Fain et Mlle Hecquard.

Jeudi 19

Retour à Beyrouth. Temps superbe. Splendide.

Vendredi 20

Outrey, Pérétié31, Gauvain32, Suquet; courrier, préparatifs, dîner d’adieu. Embarqué à 4h. soir. Godavery, capitaine Perret de la M[illis.].

Samedi 21

Journée à Tripoli. Souvenirs chez M. Blanche33. Temps superbe.

Dimanche 22

Lattakié. Course à la nécropole34, le Casius35.

Lundi 23

Débarquement36. M. Garelli37. Passage des Pyles Syriennes38. Couché à Beylan39.

Mardi 24

Route de Beylan à Khan Karamet40 belle. Puis pluie et tonnerre. Tous objets mouillés.

À Antakié difficultés, sottise du consul; pas de gîte. Au Khan. Dénument completMercredi 25 - Installation chez M. Vidal41. Mauvais temps.

Jeudi 26

Temps s’améliore. Promenade à Bab el-Hadid42 et sur le chemin à mi-côte.

Vendredi 27

Le matin, à la caserne d’Ibrahim pacha43, inscriptions. Après déjeuner, tour des remparts à cheval. Descente difficile.

Samedi 28

Mauvais temps. Promenade à Bab Boulos44 et le long de la montagne aux mandres.

Dimanche 29

Promenade avec M. [illis.] au Charonium caput45, à l’ex Bab Boulos, au prétendu stade.

Lundi 30

Voyage à Soueidié46. 1re visite aux grottes sépulcrales avec [illis.] Gîte afreux. Nuit terrible.

Mardi 31

Visite au port, au tunnel47, au tombeau dit des Rois. Résolvons de rester. Retour au même lieu avec Cornélie. Copie des inscriptions. Allons passer la nuit à Huderbeg48. Bonne nuitjoli endroit.

Mercredi 1er fév.

Le matin, à la grotte des 40 Sœurs avec [illis.]. Retour, passage de l’Oronte, Beit el-Ma49. Localité antique entre Beit el-Ma et Antioche50. Adieux et soucis du départ.

Jeudi 2 fév.

Retour à Beylan. Pluie presque continuementPassage de l’Amanus le soir. Tempête et pluie affreuse la nuit.

Vendredi 3 fév.

Pluie le matin. Retour à Alexandrette, temps meilleur. Dîner chez Garelli. Embarquement le soir sur l’Euphrate. Présages sinistres, on parle de mer affreuse en pleine mer.

  • 51 Cf. lettre à Gaillardot, 5 mars 1865 : il parle de la « rude excursion d’Antioche », des « difficul (...)
  • 52 Une édition critique des Origines du Christianisme serait un grand travail à entreprendre. Elle fer (...)
  • 53 Les Apôtres, O.C., IV, p. 578 et suiv. Rapprocher de cette description celle que contiennent la let (...)
  • 54 Les Apôtres, O.C., IV, p. 582.
  • 55 Ibid., p. 602-608. Rapprocher de cette description les notations du carnet, f° 45 :
    Origines :
    « Ant (...)
  • 56 Saint Paul, O.C., IV, p. 753-754, p. 823.
  • 57 Ibid., p. 948-949.

5On voit que la course de Renan à travers la Syrie fut rapide : cinq jours à Damas, onze jours dans la région d’Antioche, ce dernier séjour étant d’ailleurs rendu difficile par le mauvais temps51. Mais si bref que fut ce voyage, il en a tiré le maximum de profit, et l’étude de ses carnets, que nous avons seulement esquissée, atteste combien cette expérience lui aura été utile52. Toutes les notations de son carnet passeront dans le texte définitif : la promenade à Kaukab « à 4 h de Damas » dans les Apôtres, où l’on remarque une longue description de la Ghouta qu’il juge « délicieuse » et pourtant, il ne l’a vue qu’en janvier : l’imagination de Renan se déploie à l’aide de ses lectures53 ; Bâb Scharki et la rue Droite de Damas54. Les souvenirs d’Antioche, de même, prennent place directement dans l’ouvrage : Daphné « à deux petites heures de la ville », Antioche « sentine de toutes les infamies », la description précise du site55 ; Soueidié « à une petite journée d’Antioche », la route antique d’Antioche à Soueidié vue en hiver, les Portes syriennes de Beylan56. Bien plus, contant le troisième voyage de Saint Paul, il évoque les villes antiques d’après les souvenirs peu favorables que lui a laissés Antioche : « Ce qui frappe le voyageur quand il parcourt ces labyrinthes de bazars infects, de cours étroites et sales, de constructions provisoires et peu soucieuses de durer, c’est le manque complet de noblesse, d’esprit politique et même municipal... »57.

  • 58 O.C., X, p. 467-468.
  • 59 Ibid., p. 833.
  • 60 Ibid., 855. Voir dans le même sens ibid., p. 857, à la princesse Julie ; ibid., p. 862, à Gaston Ma (...)
  • 61 Dès l’année suivante, il reprend ses projets de voyage en Syrie et en Palestine. Cf. ibid., p. 879, (...)

6Il comprend bien que l’expérience vécue est nécessaire pour féconder les lectures. Voir de ses yeux est certes plus décisif que le témoignage de Forster dont il lit sur place Syria and Palestine ou que la consciencieuse Erdkunde de Ritter : les vues de critique biblique de Robert Lowth, jadis estimées du véridique Volney et que Le Hir avait fait connaître à Renan en 1844, ont contribué à le convaincre que, selon l’expression de Jean Pommier, « l’exégète doit être un bon orientaliste », qu’il a intérêt à connaître « les lieux où l’histoire biblique s’est déroulée » (Jeunesse cléricale, 407 et suiv.). La méthode de Renan exige que l’intuition pratique et l’analogie, nées de la chose vue, viennent vivifier l’érudition. Il le sent si intensément qu’il ne cessera de caresser l’espoir d’un nouveau voyage en Orient Le 29 octobre 1867, une lettre à Gaillardot annonce qu’il compte s’embarquer à Marseille le 9 novembre58. « Je veux voir encore une fois la Syrie, le Liban, Jérusalem », écrit-il au même le 16 juillet 188059 et au Dr Suquet le 2 janvier 1882 : « Le Liban est mon but presque unique. Quelques jours à Jérusalem, une petite pointe en Égypte, avec une visite, s’il se peut, au Sinaï, voilà tout ce à quoi je tiens »60. Il voudrait revoir l’Orient pour animer le cadre de son Histoire du peuple d’Israël, et il est prêt à partir en 1882, lorsque les troubles d’Égypte l’en dissuadent61.

7Ces projets de voyage ne se réaliseront jamais. Mais joints aux belles pages des Apôtres et du Saint Paul, ils attestent la profondeur de l’ébranlement que l’imagination de Renan a reçu en 1865 à Damas et à Antioche.

Notes

1 Je tiens à remercier Mme Corrie Siohan qui m’a libéralement prodigué son appui pour cet article et m’a aidé à déchiffrer le carnet de Renan. Toutes les références à l’œuvre de Renan renvoient à l’édition des Œuvres complètes procurée par Mme Henriette Psichari, 10 volumes, Calmann Levy, Paris 1947-1961 et désignée ici par O.C. Le livre rapide de Dussaud, L’œuvre scientifique d’Ernest Renan, Paris, Geuthner, 1951, n’a pas mis à profit le Carnet de Renan et est très succinct sur le séjour de Renan à Damas et à Antioche en 1865.

2 Le 28 juillet 1857 avait été signé à Constantinople l’acte en 23 articles concédant à Edmond de Perthuis la construction d’une route carrossable de Beyrouth à Damas. Les travaux commencèrent le 3 janvier 1859, mais furent interrompus par les troubles de 1860 entre Druzes et Maronites et terminés seulement le 1er janvier 1863. Cf. Tresse, Histoire de la route de Beyrouth à Damas, La Géographie, novembre 1936, p. 227-252. Renan fait allusion à cette entreprise dans sa lettre du 20 juin 1860 à Gaillardot, O.C., t. X, p. 275. Quant à la sécurité, rappelons que la répercussion des événements du Liban entraîna de graves troubles à Damas (juillet-août 1860), suivis d’une répression sévère exercée par le Ministre des Affaires Étrangères de Turquie, Fouad pacha.

3 Le 29 mars 1861, il avait rencontré à Beyrouth Waddington sur le point de partir pour Damas : Waddington lui communiquera des renseignements sur la Syrie (cf. Les Apôtres, O.C., IV, p. 577, p. 585). On comprend que Renan ait voulu se rendre compte du pays par lui-même.

4 Renan expose dans plusieurs lettres (à Gaillardot, 6 oct 1864, O.C. X, p. 409 ; à Maury, 16 oct 1864, ibid., p. 410 ; à Henry Harrisse, 2 novembre 1864, ibid., p. 413) les motifs de son voyage. Outre le souci de documentation pour les Origines du Christianisme, il souhaite faire un pèlerinage à la tombe de sa sœur et aussi, reprendre ses fouilles à Oum el-Awamid (sur Oum el-Awamid, voir O.C., X, p. 359) : il n’aura pas le temps de se remettre à ces fouilles qu’il confiera en définitive à l’attention de Gaillardot (ibid., p. 420). Sur ces fouilles, voir Renan, Mission de Phénicie, p.  749.

5 L’expression est de Jean Pommier, Renan, Perrin 1923, p. 170.

6 B.N., Nouv. Acq. fr. 11 487. Nous ne publions que l’itinéraire syrien. La suite du voyage, fin mars-juin 1865, est contenue dans un autre carnet, coté bizarrement Nouv. Acq. fr. 11 486.

7 Rey (Em. Guillaume) est l’archéologue bien connu qui, après son voyage au Hauran de 1857-1858, devint le spécialiste des ruines franques de Syrie. En 1865, il est chargé d’une mission d’exploration en Syrie Nord dont il exposera les résultats dans sa Reconnaissance de la montagne des Ansariés, Bull. de la Soc. de Géogr. de Paris, 1866.

8 Peut-être : Gail[lardot] a écrit.

9 Le docteur Suquet, médecin sanitaire de France à Beyrouth, est très lié avec Renan qui a fait sa connaissance en 1860.

10 Maxime, Ange, Georges Outrey appartenait à une famille qui a donné plusieurs représentants diplomatiques et consulaires à la France en Orient Ses rapports au Ministère sur la politique de la Montagne libanaise sont remarquables de lucidité. Son expérience du Levant devait le rendre précieux pour Renan. Né à Bagdad le 23 septembre 1822, il avait été consul à Djeddah (1854), puis à Damas (1855), avant d’être chargé du consulat général de France à Beyrouth (1861) qu’il quitte le 14 février 1865, probablement pour avoir trop soutenu les prétentions de Joseph Karam. Cf. note 8. Il devait finir sa carrière comme ministre à Washington en 1882.

11 À la suite du règlement intervenu le 9 juin 1861 entre les Puissances européennes et le gouvernement turc après les événements sanglants de 1860, un haut fonctionnaire turc, de religion chrétienne, mais non-autochtone, fut chargé de gouverner la montagne libanaise. Le premier titulaire de ces fonctions a été Daoud Pacha, de rite arménien catholique. Il était auparavant chef de l’administration des télégraphes à Constantinople (cf. Souvenirs de Syrie par un témoin oculaire, Paris, Plon 1903, p. 294). Il exerça ses fonctions de 1861 à 1868 et a laissé le souvenir d’un bon administrateur (cf. Georges-Samne, La Syrie, Paris, Bossard 1920, p. 212-213). Le consul Outrey le juge « d’une courageuse abnégation » (Archives A.E., Corresp. diplom. et consulaire, Beyrouth, vol. XVI, f° 156).
Lorsque Renan débarque à Beyrouth, la situation politique du pays est fort inquiétante. Joseph Karam, qu’un clan maronite voudrait voir gouverner la Montagne, qui n’a accepté qu’avec réticence la nomination de Daoud pacha et que le gouvernement ottoman a exilé en 1861, est rentré inopinément au Liban (dépêche d’Outrey, 24 nov. 1864, Arch. A.E., ibid., f° 72). Ce retour risque de faire renaître la guerre civile au Liban. Joseph Karam a été reçu par les siens avec enthousiasme et, dans son réduit d’Ehden, défie l’autorité légale. Sa présence embarrasse le consul de France : en effet, Karam a réclamé la protection de la France, mais celle-ci, signataire de l’accord de 1861, ne saurait évidemment soutenir un rebelle. Le 3 janvier 1865 (Arch. A.E., ibid., f° 115) Karam a fait transmettre à Outrey, par l’intermédiaire du Patriarche maronite, de vagues assurances de soumission et l’engagement de ne pas sortir de son refuge du Liban nord. Il est naturel que Renan, qui a vu arriver Daoud pacha au Liban le 6 juillet 1861 et qui connaît l’attitude de Karam et de ses partisans, soit curieux de se renseigner sur l’évolution des « événements du pays ». De plus, il veut se rendre à Amschit et s’inquiète en conséquence de la sécurité dans cette région, voisine du fief de Karam.

12 La lettre de Renan écrite ce jour-là à Jules Mohl a été conservée : voir O.C., X, p. 416-417. Renan éprouve pour Mohl une estime particulière : dans l’avant-propos à Vingt-sept ans d’études orientales, il loue sa « solidité de jugement » et son « esprit philosophique ». Les autres sont égarées. On sait le rôle qu’a joué Hortense Cornu, amie de Napoléon Ill, dans la carrière de Renan, notamment dans sa nomination à la mission de Phénicie puis au Collège de France : voir les lettres que lui a adressées Renan, O.C., X, 1047-1170. Le Clerc, protecteur de Renan, va disparaître cette même année 1865. Derenbourg est l’orientaliste bien connu.

13 Le premier soin de Renan fut naturellement d’accomplir son pèlerinage à la tombe de sa sœur. Sarba, identifiée par lui à Palaebyblos lors de sa mission en Phénicie, se trouve à 4 km au nord de l’embouchure du Nahr el-Kalb (cf. ci-dessous, page 4, note 5).

14 La rencontre de Renan avec le Patriarche maronite, qui était alors Mgr Massaad, est confirmée par la lettre à Berthelot du 12 janvier 1865. Mgr Massaad, dont la situation entre Daoud pacha et les partisans de Karam est difficile, est jugé par Outrey comme « un esprit défiant et un peu timoré » (Arch. A.E., ibid., f° 85).

15 Le Dr Gaillardot était en 1860 médecin de la quarantaine à Saïda. Renan s’était adressé à lui, de la part de Saulcy, pour profiter de sa longue expérience syrienne (cf. O.C., X, 274). Gaillardot devint le plus dévoué des collaborateurs de Renan qui échangea avec lui une longue correspondance, jusqu’à sa mort survenue en 1883, alors qu’il terminait sa carrière comme directeur de l’École de Médecine du Caire. Les lettres de Renan à Gaillardot ont été publiées, fort mal, par André Le Breton (Revue des Deux Mondes, ler juin, 15 juin, 15 juillet 1927) : l’éditeur avoue qu’il s’est borné « de temps à autre à des résumés, ou à des extraits ». Le fait est d’autant plus regrettable que les autographes ont été acquis par un collectionneur américain.

En 1865, Gaillardot, médecin sanitaire à Alexandrie, a dû venir d’Égypte pour voir Renan. Sur Gaillardot et Renan, voir Barres, Mes Cahiers, VI, p. 243-244 et Enquête aux pays du Levant, I, 41.

16 Renan raconte longuement ce pèlerinage à Amschit dans sa lettre à Berthelot du 12 janvier 1865 et dans une lettre du même jour à sa mère, O.C., IX, 1437. Sur les intentions de Renan pour le transfert du corps de sa sœur, voir ses lettres à Gaillardot des 2 janvier, 18 avril, 23 octobre 1862 (O.C., X, p. 337-338, p. 352, p. 359). Sur ses projets d’aménager la sépulture d’Arnschit, cf. Pommier, op. cit., p. 176 et p. 365-367.

17 Propriétaire maronite du tombeau où reposait Henriette Renan avec des membres de la famille Zakhia.

18 Francesco était un proscrit d’origine italienne « marin à l’occasion, cavalier quand il le faut, docteur au besoin ». E. Lockroy, Voyage en Syrie. Mission de M. Renan en Phénicie, in Le Tour du Monde, 1863, I, p. 44-45, décrit « ce vieillard à moustaches blanches, Italien jusqu’au bout des ongles, bonhomme au fond [...] vêtu d’une redingote bleue, d’un pantalon jaunâtre dont les extrémités se perdaient dans une paire de bottes rouges, fort gêné dans ses mouvements par trois paires de pistolets [...] malgré sa faconde à l’italienne, il mérite l’estime et l’intérêt de ceux qui l’ont connu ».

19 Renan est sur la route du retour à Beyrouth. Le khan de Fidar se trouve à 5 km au sud de Gebail.

20 Entendre : départ de Sarba où les Renan ont dû coucher dans la maison Khadra que Lockroy, op. cit., p. 47, évoque ainsi : « Je n’ai pu depuis mon retour songer une seule fois à la Syrie sans me souvenir de cette petite maison, des douces journées que j’y ai passées, de l’hospitalité charmante que j’y ai tant de fois reçue. » Dominique Khadra avait été pour Renan un collaborateur « d’un parfait désintéressement » en 1860 (cf. lettre de juin 1861 à Mme Cornu, O.C., X, 1 088). Arrivée à Beyrouth.

21 Ce soir-là, Renan écrit à sa mère qu’il part le lendemain pour Damas : « C’est un très facile voyage. Il y a une route et une diligence. »

22 D’après R. Tresse, art. cité, p. 245, « le service des voyageurs se faisait au moyen de diligences, de grosses voitures à douze places, peintes en jaune [...] On plaçait trois mules dans les brancards et trois chevaux de volée. Dans les montées on attelait deux chevaux de renfort L’attelage relayé environ toutes les heures était vivement conduit Chaque jour, une voiture partait des deux terminus à 4 h. du matin pour arriver à destination entre 5 et 6 h. du soir. Le croisement des deux voitures avait lieu à Chtaura à 11 h. 30 où l’on accordait trente minutes aux voyageurs pour déjeuner. » Rappelons que la route était de 112 km dont 81 en montagne, culminait au 33e km. à 1 542 m. d’altitude, descendait dans la Békaa à 900 m., remontait à 1 280 m. au 68e km pour la traversée de l’Anti-Liban.

Peut-être, si l’on en croit le carnet, f° 35, Renan s’arrêta-t-il quelques instants à Khan Zeinoun, après la traversée de la Bekaa, sur les premières pentes de l’Anti-Liban. Il est possible également que, soit à l’aller, soit au retour, il s’arrêta à Aîn Fidjeh : le carnet, f° 25, note : « Aïn Fidjeh, près Damas analogue à source de l’Adonis, constructions. »
Dans une lettre à Berthelot où il raconte son voyage à Damas, Renan confirme qu’il a eu « très froid » en traversant l’Anti-Liban.

23 Louis-Hyacinte Hecquard est un curieux personnage qui mériterait une étude et que je remercie M. Alain Grenier de m’avoir fait connaître. Né à Lisieux le 1er mai 1814, il avait commencé sa carrière comme militaire au Sénégal, puis avait effectué à travers l’Afrique un voyage hardi d’exploration, de Grand-Bassarri vers Sego et Tombouctou « en costume de pèlerin arabe, demi-nu, rasé, sans autre bagage qu’une besace, un alcoran et un bâton » (1849-1851). À la suite des fatigues de ce voyage, devenu inapte à la carrière des armes, il demande un emploi de consul (1852), obtient la chancellerie du consulat de France à Bahia, puis, ayant passé des examens de droit, le vice-consulat de Scutari d’Albanie (1853-1861) et enfin le consulat de Damas où il succède à Outrey (1862). Sur l’aimable hospitalité que les voyageurs recevaient à Damas chez Hecquard, voir Léon Paul, Journal de Voyage, 2e édition, Paris 1865, p. 140 et p. 162. Léon Paul a visité Damas en 1864. Hecquard devait accompagner Abd el-Kader dans son voyage en France de l’été 1865 et mourir à Beyrouth le 12 octobre 1866.

24 Sâlhiyé était alors une agglomération séparée de Damas par 2 km. Voir le plan de Damas au milieu du XIXe de Sauvaget dans son Esquisse d’une histoire de la Ville de Damas, in Revue des Etudes Islamiques, 1934, Cahier IV.

25 C’est le désir de retrouver les traces de Saint Paul qui attire Renan particulièrement vers les remparts et vers le long faubourg sud du Meidan, par où l’apôtre venant de Jérusalem serait entré à Damas selon la tradition chrétienne.

26 Le capitaine Léon Fain, capitaine au 56e de ligne, a été nommé le 1er juin 1863 à la tête d’une mission militaire chargée d’organiser les forces de sécurité de la montagne libanaise. Il semble que cet officier, dont les rapports d’Outrey font les plus grands éloges, ait eu des difficultés avec Daoud pacha qui réclame son départ le 23 mai 1865, réclamation absolument justifiée, puisque la mission de Fain aurait dû se terminer de plein droit le 9 juin 1864. Le successeur d’Outrey au Consulat de France à Beyrouth, Bernard des Essards, se plaint le 23 juillet 1865 que le capitaine Fain se promène à travers le pays, sans le tenir au courant de ses déplacements, et lui reproche une activité politique. Sur cette lettre du 23 juillet, le ministre a noté en marge : Calmer Mr. des Essarts (sic). Il est permis pourtant de se demander pourquoi le capitaine Fain était à Damas, loin de son poste de commandement de Deir el-Qamar, en janvier 1865... Les rapports de Fain qui se trouvent aux Archives des A.E., Corresp. Beyrouth XVI, ne manquent d’ailleurs pas d’intérêt.

27 Sur la maison d’Ali bey, cf. Léon Paul, op. cit., p. 142-143. L’attitude humanitaire d’Abd el-Kader en juillet-août 1860 lui vaut alors une célébrité qui attire tous les Européens de passage à Damas. Cf. entre autres, Souvenirs de Syrie par un témoin, Plon 1903, p. 188 et suiv. Et cette même année 1865, du 5 juillet au 8 septembre, l’émir algérien va faire une tournée quasi-triomphale en France. Sur le tombeau de Baybars, dans la Madrasa Zâhiriya construite en 1277-1278, voir Sauvaget, Les monuments historiques de Damas, Beyrouth 1932, p. 67-68.

28 Voir dans Sauvaget, ibid., 4, la restitution de cette porte, débouché sur le rempart est de la rue Droite de Damas, citée dans Actes des Apôtres IX, 11. Victor Guérin, La Terre Sainte, 2e édition, Plon 1884, p. 399, donne une image de la porte telle que Renan a pu la voir. À Antioche, Renan songera à la « rue Droite de Damas, avec colonnade » (Carnet, f° 20) et f° 35 : « à Damas, Bab Scharki porte bouclier avec colon. et blocs carrés entourant artificiellement fût de colonne. »

29 Sur les décors de la Grande Mosquée de Damas, Sauvaget, ibid., p. 12-38.

30 Kaukab, dans le Wadi el-Ajam, à quelques km. au sud-ouest de Damas (Guérin, op. cit., I, p. 409) attire Renan par les souvenirs de Saint Paul qui dut y passer venant de Palestine par la route de Djisr Banat Yacoub (que Renan a visité en 1860) à Damas. Sur Kaukab, voir l’article Ghuta de N. Elisseeff dans Encyclopédie de l’Islam, nouvelle édition, Leyde et Paris, II, p. 1131-32. On lit dans le carnet :
N.A.F. 11487, f° 16 :
« Voyage de St Paul.
Plaine à l’endroit où l’eau de l’Abana et du Pharphar se réunissent.
À Sasa on entre en plaine.
Plaine richement cultivée par endroits coupée de collines.
(De Sasa à Kuneitireh et à Jisr, plus d’une journée de trajet).
Arrivé par le [illis.] de l’Hermon et de l’Anti-Liban.
À Kaukab, entre les 2
[illis.] il avait devant lui Damas entourée de ses jardins, à gauche le Djebel Kasyoun [plusieurs mots illis., rayés et surchargés] Djebel Scheikh, masse énorme. Dispersion successive. »
Ibid., f° 17 :
« Il y a 3 jours de Jisr Banat Yacoub à Damas : le ler à Kuneitireh, le 2e à Sasa, 3e à Damas. À Sasa on entre en plaine admirable, pleine de cours d’eau, de Damas. »
Ibid., f° 18 :
« Définitif : il avait devant lui Damas dont les plus hauts monuments devaient se dessiner [à sa gauche : rayé] derrière l’Hermon et la dépression, à sa droite les 2 petites chaînes parallèles qui limitent le bassin du Pharphar (Nahr el-Awadj) à sa gauche, chaîne de [Gebel Scheikh, rayé] l’Hermon dernier contrefort de l’Anti-Liban. L’efficient en tout cela c’est l’approche de Damas, l’impression que cela lui fit Approche de cette ville où il allait jouer rôle odieux ce rôle l’obsède, le renverse. Chaque pas lui pèse voudrait ne pas approcher. Devient de plus en plus une obsession. Voilà ce qui l’a renversé. C’est un cri naturel de la conscience contre le fanatisme. Hélas ! ne fit qu’en changer. Les natures entières sont toujours fanatiques. Robe de Nessus qu’elles ne peuvent arracher ; grands, larges esprits seuls ont ce privilège. »

31 Je ne sais s’il s’agit d’Aimé Pérétié (1808-1882) qui fut longtemps drogman du consulat de France à Beyrouth et s’acquit une certaine réputation de savant pour avoir trouvé près de Saïda un sarcophage avec une inscription phénicienne d’Eschmounazar roi de Sidon (cf. Jules Mohl, Vingt sept ans d’histoire des études orientales, Paris 1879, II, p. 98), ou de son fils Alfred, né le 22 janvier 1832, qui fut de 1853 à 1857 commis de chancellerie au Consulat de France à Beyrouth, dont Renan parle plusiers fois dans ses lettres de 1860-1861. Voir notamment O.C., X, 1 048-1 049.

32 Je n’ai pas identifié ce personnage.

33 Blanche et sa femme sont cités par Renan dans sa lettre à Gaillardot du 24 janvier 1861, O.C., X, p. 299. Blanche était vice-consul à Tripoli depuis 1856, écrit en faisant de lui un vif éloge Victor Guérin, op. cit., II, 90. C’était un bon vivant, d’origine bourguignonne (Spoll, Souvenirs d’un voyage au Liban, in Le Tour du Monde, 1861, I, p. 10). Il semble que Blanche ait été favorable au clan de Joseph Karam. Le consul Bernard des Essards le juge comme « un agent hors ligne, homme instruit, intelligent, honnête » mais entretenant avec M. Outrey une correspondance particulière montrant que « Blanche est complètement Karamiste » (Dépêche du 19 mai 1865, Arch. A.E., ibid., p. 270 et suiv.). On saisit là les hésitations de la politique française à l’égard de la Montagne libanaise, des Essards ayant été nommé pour mener une politique contraire à celle de son prédécesseur.

34 Cette nécropole indique au nord de Lattakié la limite de la ville antique. Voir l’excellente étude de Sauvaget, Le plan de Laodicée-sur-mer dans Bulletin de l’Institut français de Damas, t IV, 1934, 97, p. 105. Elle a été décrite par Renan, Mission de Phénicie, p. 111.

35 Sur la région du Casius, qu’il a explorée en 1897, voir Dussaud, Topographie de la Syrie antique et médiévale, Geuthner 1927, p. 421-424. Sur la montagne elle-même, Weulersse, Le pays des Alaouites, Arrault, Tours 1940, p. 200.

36 Suppléer : à Alexandrette. Cf. lettre de Renan à sa mère du 8 février 1865, O.C., IX, 1439.

37 Garelli est tout ensemble « agent vice-consul de France à Alexandrette » (Annuaire diplomatique) et représentant dans ce port de la Cie des Messageries impériales. Cf. Arch. A.E., Corresp. dipl. et consul. Alep, t IV, f° 316 et suivant, affaire Garelli contre Picciotto, vice-consul des U.S.A. à Alep. L’échelle d’Alexandrette était alors desservie régulièrement tous les quinze jours par les navires des Messageries françaises. Cf. Cuinet, La Turquie d’Asie, Paris 1891, II, p. 153. Dans le même ouvrage, II, p. 193, on apprend que la route d’Alexandrette à Antioche « vient d’être terminée ». En 1865, il n’existait pas même de route entre Alexandrette et Alep : c’est seulement le 15 juillet 1867 que cette route sera commencée (Arch. A.E., Alep, IV, f° 296).

38 Cf. Dussaud, op. cit., p. 446.

39 Cf. Dussaud, ibid., p. 433-436, p. 443-446. Beylan marque le col par où la route d’Alexandrette à Antioche franchit l’Amanus. Voir P. Bazantay, La chaîne de l’Amanus dans H.C.F. Bulletin de l’Enseignement, Beyrouth, 1933.

40 Sous cette dénomination, Renan désigne le khan de Qara-Maghurt qui figure sous le nom de Qarameurt sur la carte XI donnée par Dussaud, op. cit., p. 440. Il s’agit d’un caravansérail, depuis longtemps en ruines, étape sur la route du pèlerinage de Constantinople à La Mecque. Sauvaget, Les caravansérails syriens du Hadjdj de Constantinople, Ars Islamica IV, 1937, p. 104-105, a décrit ce monument et en a restitué le plan. La route, ou plutôt la piste difficile que suit Renan, est donc la vieille voie médiévale.

41 Je n’ai pu identifier ce personnage. Peut être est-ce l’agent consulaire de France à Antioche dont je connais l’existence par la correspondance diplomatique d’Alep (Arch. A.E., Alep, IV, f° 338 verso).

42 Je croyais qu’il s’agissait de Jisr el-Hadid, pont fortifié sur l’Oronte dont parle Dussaud, op. cit., p. 171-172 et que j’ai bien connu. Mais M. Bazantay, qui est un des plus sûrs connaisseurs d’Antioche, m’apprend que Bâb el-Hadid est une fortification qui barre un ravin au nord du Mont Silpius, au voisinage de la grotte dite de St Pierre, et forme la suite de l’enceinte médiévale d’Antioche.

43 Caserne construite vers 1833, sur les ordres d’Ibrahim pacha, en réutilisant les pierres de l’ancienne citadelle d’Antioche. Elle se trouvait à gauche de la sortie d’Antioche vers Daphné. Renseignement dont je remercie M. Bazantay.

44 Renan cite deux fois cette ancienne porte d’Antioche dans Les Apôtres, O.C., IV, p. 602, 608.

45 Cf. lettre de Renan à Gaillardot, 5 mars 1865 : « J’ai reconnu sur les rochers qui dominent la ville à l’est le Charonium caput, tête colossale d’un fort beau travail, qu’Antiochus Épiphane fit graver à cet endroit pour conjurer la peste. » O.C., X, p. 419.

46 L’ancien port de Seleucie de Piérie, complètement ensablé, était dominé par une falaise où se trouvaient de nombreuses grottes sépulcrales. Sur Seleucie-Soueidié, cf. Dussaud, op. cit., 431. Renan note dans son carnet, f° 20 :
« En face de Séleucie. Combien tout cela est près. On voit à l’horizon le Taurus. Tarse est là-bas Chypre idem. C’est [un mot illis.]. Petite famille de Juifs répandus en tout cela (Paul, Barnabé) Seleucie, Ritter p. 1200. Point de commerce entre Orient et Occident C’est par ce golfe d’Antioche qu’in Tiberim Syrum defluxit Orontem. C’est de là que partit le christianisme. »
Et f° 43 :
« Soueidié, port Soudi, Σουειτιον (V. Ritter) vient sûrement du sable noir du rivage, caractéristique près du môle. Puis le nom se sera étendu abusivement à toutes les habitations de cette [3 mots illis.] de l’Amk et de l’Oronte. »
Le nom illisible du compagnon de Renan à Soueidié doit être, selon toute vraisemblance, celui du drogman de l’agent consulaire de France à Antioche.

47 Allusion au travail fameux accompli par les Séleucides pour détourner par un tunnel de plusieurs centaines de mètres le torrent qui menaçait d’ensabler le port.

48 Il s’agit, sous cette graphie approximative, du village de Khodr beg, à quelques km au nord de Soueidié, sur les pentes du Kizil Dagh, où existait un petit couvent de Capucins. Voir Bazantay, La chaîne de l’Amanus, H.C.F. Bulletin de l’Enseignement, 1933, p. 29 et Les pèlerinages populaires au Djebel Moussa, ibid., p. 11. Le nom du village vient de l’arabe al-Ḫadir, désignant un personnage surnaturel mal identifié, cher à la dévotion populaire. Cf. J. Weulersse, Antioche, essai de géographie urbaine, in B.E.O.LF.D., t IV, 1934,  p. 56.

49 Sur Beit el-Ma, voir Bazantay, Un petit pays alaouite : le plateau de Daphné, dans H.C.F. Bulletin de l’Enseignement, 1934. D’après Cuinet, op. cit., II, 199, Beit el-Ma est à 11 km d’Antioche.

50 Selon M. Bazantay, il s’agirait de ruines voisines du village de Kalessié.

51 Cf. lettre à Gaillardot, 5 mars 1865 : il parle de la « rude excursion d’Antioche », des « difficultés de ce pays perdu », O.C., X, p. 419. À la princesse Julie, 16 mars 1865, même impression : « J’ai voulu voir Antioche, point très difficilement accessible... » Ibid., p. 422.

52 Une édition critique des Origines du Christianisme serait un grand travail à entreprendre. Elle ferait ressortir de quelle manière les données de son expérience vivante de l’Orient se sont ajoutées aux souvenirs que Renan a gardés de l’enseignement qu’il a reçu à Saint-Sulpice et qu’a si bien étudié Jean Pommier dans sa Jeunesse cléricale d’Ernest Renan, Publication de la Faculté des lettres de Strasbourg, Paris, Les Belles Lettres 1933.
Voir notamment dans cet ouvrage p. 103-104 (sur les vues de M. Garnier concernant Saint Paul) et p. 519-521 (sur l’antiquité biblique).

53 Les Apôtres, O.C., IV, p. 578 et suiv. Rapprocher de cette description celle que contiennent la lettre de Renan à sa mère, 26 janvier 1865, O.C., IX, p. 1438 et sa lettre à Berthelot, Correspondance Renan-Berthelot, p. 328-329. Comme le dit très bien Jean Pommier, Jeunesse cléricale, p. 514, l’intelligence de Renan est ainsi faite que « les facultés d’invention et de contrôle se balancent heureusement » ; « il est à la fois savant et artiste » (ibid., p. 516).

54 Les Apôtres, O.C., IV, p. 582.

55 Ibid., p. 602-608. Rapprocher de cette description les notations du carnet, f° 45 :
Origines :
« Antioche [plusieurs mots illis.] la ville la plus pittoresque du monde [...] rochers suspendus, grottes inaccessibles, tout cela suspendu, incroyable, végétation de rocher, rocher fleuri, ravins profonds, torrents, cascades, nature étrange dont s’enivreront plus lard ces bons génies, Jean Chrysostome. Avec cela toutes les voluptés, toutes les délicatesses. Ville toute grecque de site, non syrienne [...] La nature est ici bien plus grecque que syrienne, œillets, jacinthes, cyclamens, buis fleuri. »

56 Saint Paul, O.C., IV, p. 753-754, p. 823.

57 Ibid., p. 948-949.

58 O.C., X, p. 467-468.

59 Ibid., p. 833.

60 Ibid., 855. Voir dans le même sens ibid., p. 857, à la princesse Julie ; ibid., p. 862, à Gaston Maspéro ; au Dr Suquet, ibid., p. 864.

61 Dès l’année suivante, il reprend ses projets de voyage en Syrie et en Palestine. Cf. ibid., p. 879, p. 884, p. 886.

© Presses de l’Ifpo, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540