Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174

Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes

Abbès Zouache
Études arabes, médiévales et modernes

Présentation

Dès leur arrivée en Syrie, les Francs firent preuve d’une adaptabilité multiforme. Ils intégrèrent des éléments locaux dans leurs armées, palliant ainsi leurs difficultés démographiques, même s’il faut revenir sur l’idée d’une supériorité musulmane systématique. Les armées musulmanes souffrirent longtemps d’un déficit de commandement et ne devinrent cohésives, disciplinées et correctement équipées qu’à partir de Zankī.
La guerre, très présente, s’était alors déjà réglée, au moins en partie. Les coups de main rapides et la guerre de siège constituaient la majorité des affrontements. Les Francs comblèrent leur retard en matière de poliorcétique. Sur les champs de bataille, servis par un équipement lourd de qualité, leurs cavaliers perfectionnèrent leur charge massive et leur technique de la charge lance couchée; les cavaliers turcs, polyvalents, y répondirent par une discipline et une mobilité plus grandes encore.

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540