Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Beyrouth et ses urbanistes

 | 
Eric Verdeil

Chapitres

Chapitre 4 - Beyrouth dans les plans de l’IRFED et d’Écochard

Texte intégral

01/10/2010

1Les propositions et les plans de l’IRFED et de Michel Écochard constituaient la déclinaison des intentions chéhabistes dans le domaine de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Contenir la croissance de Beyrouth en permettant le développement des régions périphériques par leur équipement administratifs et l’incitation aux activités industrielles et touristiques constituait  le premier objectif. En même temps, il était nécessaire de doter la capitale d’infrastructures modernes, pour assurer son rayonnement économique à l’échelle nationale et régionale. Cela passait par un changement de conception concernant les principes d’action et les moyens de l’aménagement urbain : les experts appellent de leur vœux un urbanisme de programmation, pourvoyeur d’équipements, plutôt que simplement centré sur la régulation de la forme urbaine. C’est une manière d’acter la préoccupation sociale du régime.

2L’examen des projets de l’IRFED et d’Écochard et leur mise en parallèle à partir de sources peu ou pas du tout exploitées jusqu’à présent, permettent de reconstituer de manière précise leur genèse, selon plusieurs axes. Cette double genèse est étudiée à partir de l’hypothèse d’une tension entre les convictions personnelles ou doctrinales des experts et les intentions du client – gouvernement libanais et Président de la République –. Ainsi, nous évitons aussi bien une lecture des plans comme la traduction d’une idéologie professionnelle ou scientifique que comme l’effet d’une instrumentalisation des experts par des commanditaires tout puissants. Évidemment, les variations et les évolutions de ces projets dans le temps de leur genèse sont un résultat de cette tension et des ajustements intermédiaires. Cette remarque soulève également la question de l’articulation entre les deux ensembles de projets.

Beyrouth et l’aménagement du territoire : la vision de l’IRFED

3Dans les années cinquante, le discours en faveur de l’équipement national se limitait à en cerner les dimensions techniques. Avec le général Chéhab, c’était au contraire la dimension sociale des inégalités du développement qui fut identifiée et rapportée à des inégalités régionales, entre Beyrouth et les régions libanaises. Le diagnostic élaboré par l’IRFED appelait son correctif par le moyen de l’aménagement du territoire, qui est une des priorités des années de la présidence chéhabiste. La place dans cet ensemble de l’aménagement urbain, et en particulier de l’aménagement de Beyrouth, restait flottante.

Du constat des inégalités régionales à l’aménagement du territoire

4Les conclusions de la première mission IRFED portant sur les inégalités régionales sont généralement bien connues. Elles résultaient d’un choix méthodologique original dans le contexte de l’époque, privilégiant la méthode régionale. Par ailleurs, les propositions présentées pour le plan quinquennal, plus austères et non publiées, représentent un matériau utile pour comprendre les projets, partiellement réalisés, qui concernaient tant l’aménagement régional que l’urbanisme libanais et beyrouthin.

  • 1  Mission IRFED-Liban, 1963.
  • 2  Les niveaux de vie et d’équipement sont mesurés par des diagrammes circulaires, avec des notes de (...)

5Le travail de la première mission IRFED (fin 1959 - printemps 1961) fut présenté dans le rapport Besoins et possibilités du Liban, tout d’abord ronéotypé, puis publié en 1963 sous la forme d’un livre en trois volumes 1. Ce document est une source essentielle sur le Liban de la fin des années cinquante et ses conclusions constituaient un diagnostic détaillé de la situation économique et sociale du Liban. L’information rassemblée avait deux sources : pour une part, elle reprenait des données et des estimations élaborées durant la décennie précédente sur la démographie, la production agricole, l’industrie, l’énergie, les échanges, les services, etc. Une première collecte avait d’ailleurs été entreprise par le Conseil de la planification et du développement pour son propre projet rédigé en 1958. Hormis le fait d’avoir rassemblé ces statistiques éparses dans un document porté à l’attention du plus grand public, l’apport de l’IRFED était ici limité. Beaucoup plus originale et novatrice était l’enquête sociale conduite à travers le Liban durant l’été 1960 dans 60 villages et dans les quartiers des grandes villes, qui aboutit à une mesure inédite des inégalités de développement régional. Elle mettait en œuvre les méthodes définies par l’équipe du Père Lebret depuis 1951 2.

6Les résultats obtenus permirent une double mesure des inégalités. Elles étaient d’abord sociales : le tableau 1 met en évidence une très claire polarisation des revenus. Ces contrastes sociaux étaient redoublés par le contraste géographique entre les régions libanaises, c’est-à-dire entre un centre composé de Beyrouth et du Mont Liban et les trois régions périphériques du Liban-nord, du Liban-sud et de la Békaa (tableau 2).

Tableau 1 : Les inégalités sociales dans la population libanaise.

Catégorie sociale

Part de la population

Part du revenu national

Miséreux

8,8%

2%

Pauvres

41,2%

9%

Moyens

32%

24%

Aisés

14%

30%

Riches

4%

35%

Source : Mission IRFED-Liban, 1963.

Tableau 2 : Niveaux de vie ruraux et urbains en 1961, note moyenne (échelle de 0 à 4).

Nord

Tripoli

Centre

Beyrouth

Sud

Saïda

Est

Zahlé

1,70

1,79

2,23

2,28

1,43

1,93

1,81

2,15

Source : Mission IRFED-Liban, 1963.

7Ces disparités régionales renvoyaient en même temps à des inégalités de richesse et d’équipement : l’effort inégal d’équipement réalisé durant les années cinquante se traduisait ici dans les faits. Elles avaient pour conséquence une polarisation sans cesse croissante et « excessive » dans la capitale libanaise, par le biais de l’exode rural, de la concentration des investissements et des infrastructures.

  • 3  Ministère du Plan, Mission IRFED-Liban, Dossier de base pour l’avant-projet de plan quinquennal 19 (...)

8Face à ce constat majeur, les orientations affichées dès 1961 dans Besoins et possibilités du Liban, et affinées progressivement dans l’avant-projet de plan quinquennal et le document finalement approuvé en 1964 par le conseil des ministres, se structuraient en cinq grands volets 3 :

  • le rapport introductif du directeur de la mission, présentant en particulier les contraintes et les impératifs de la démographie et de l’économie, et les orientations déjà acceptées par le gouvernement ;

  • les programmes d’infrastructures et d’équipements collectifs ;

  • les programmes d’orientations et d’incitation (agriculture, pêche, industrie, tourisme) ;

  • l’adaptation au développement des institutions et des structures administratives et financières ;

  • le réseau de polarisation et le programme d’équipement des pôles.

9Ces mesures étaient ensuite chiffrées et leur étalement dans le temps précisé.

10Le plan de l’IRFED suscita de nombreux commentaires, notamment dans ses orientations économiques et financières, mais peu nombreux étaient ceux qui traitaient de la question régionale, identifiée comme le problème majeur du pays dans Besoins et possibilités du Liban. De fait, le plan de développement était principalement un plan de mise en cohérence des investissements publics d’un point de vue sectoriel et budgétaire (parties 2 et 3) et un plan de réforme administrative (partie 4, voir infra). La partie 5 traitait précisément de la répartition spatiale des investissements publics. Examinons les grandes orientations du plan avant de l’aborder plus en détail et d’analyser la place de Beyrouth dans cet ensemble.

11La réorganisation administrative a déjà été évoquée au chapitre précédent. Le développement social devait se traduire par un effort d’équipement de base pour toute les régions (électricité, eau potable, routes modernes), ainsi que par le maillage du territoire par les services publics de l’État (santé, éducation, justice, poste et services sociaux). L’encouragement au développement des activités s’inscrivait dans un contexte d’accroissement démographique qui obligeait le Liban à créer 20 000 emplois par an. De plus, le bilan de l’IRFED faisait apparaître la prospérité libanaise comme tributaire de secteurs économiques tertiaires fortement dépendants des variations économiques externes. Le plan visait à renforcer les activités productives locales, en particulier l’agriculture, l’industrie et le tourisme. Il préconisait pour cela une série de mesures réglementaires d’encouragement (protection de l’industrie par exemple) et des investissements visant à améliorer les conditions d’exploitation agricole (investissements dans l’irrigation). En outre, l’IRFED recommanda la mise en place d’une institution financière, dénommée Banque nationale du développement, qui fournirait à ces secteurs les crédits qui leur faisaient défaut en raison de la réticence du système bancaire à leur prêter.

  • 4  Voir Procédure et structure proposée en vue de l’établissement des plans régionaux d’aménagement e (...)
  • 5  Pelletier, 1996, p. 353-357 « De l’aménagement du territoire au développement harmonisé ».

12Dans le dossier de base de l’IRFED, l’aménagement du territoire ne forme pas une rubrique en tant que telle. On ne trouve d’ailleurs aucun document graphique qui constituerait le plan d’aménagement du territoire. Deux raisons expliquent cette absence relativement paradoxale puisque le constat des déséquilibres régionaux faisait partie de ceux que le général Chéhab et le père Lebret avaient jugés comme cruciaux pour le pays. Pour l’IRFED, le plan d’aménagement du territoire constituait un objectif plus lointain que le plan quinquennal 1964-1968, qui était un plan d’urgence. Faute de statistiques régionales précises, que devait produire la nouvelle direction installée à cet effet au ministère du Plan, les données existantes étaient trop lacunaires pour l’établissement d’un plan sérieux. En outre, l’IRFED souhaitait susciter un débat national et faire émerger les besoins des communautés de base par l’intermédiaire des équipes de l’ODS : en somme, c’est d’une définition plus précise des besoins régionaux que pourrait ensuite sortir un plan d’aménagement du territoire 4. Cette mise au second plan de l’aménagement du territoire correspondait aussi à une inflexion de la pensée du Père Lebret, qui plaçait progressivement la réflexion sur les modèles de développement en amont de celle sur l’aménagement du territoire 5.

Contre la surpolarisation beyroutine : aménager le territoire

  • 6  L’influence des travaux des géographes français, alors impliqués dans la « géographie active » ou (...)

13Malgré l’absence en tant que tel du concept de l’aménagement du territoire, la répartition régionale des investissements faisait pourtant l’objet d’une large discussion. Le choix des investissements était guidé par une théorie de la polarisation spatiale largement inspirée de François Perroux 6. Ainsi l’IRFED définit un réseau de polarisation constitué en fonction du principe de la propagation du développement :

« Il est de plus en plus admis que le développement se produit à partir de pôles d’innovations et de concentration d’équipements et qu’il se propage à travers des pôles moyens et petits jusqu’à atteindre les villages ».

14Il en résulte à la fois le principe d’une hiérarchie et celui d’une répartition équilibrée sur le territoire :

  • 7  Ministère du Plan, Mission IRFED-Liban, Dossier de base pour l’avant-projet de plan quinquennal 19 (...)

« Il [est] donc nécessaire de prévoir une organisation d’ensemble des localités polaires de telle sorte que la population ne soit pas fatalement drainée par la capitale et qu’elle trouve, à quelques kilomètres des centres de résidences, l’ensemble des commodités exigées par la vie moderne. 7 »

  • 8  Décret n°16352 du 28 mai 1964, « Création des centres polaires pour l’aménagement du territoire » (...)

15La traduction opérationnelle de ce concept de réseau de polarisation consistait en une carte (figure 1) et une grille d’équipement, associant à chaque niveau de la hiérarchie des investissements type (poste, justice, gendarmerie, hôpital ou dispensaire, école ou stade : tableau 3) 8. En définitive, le réseau de polarisation se traduit par un maillage du territoire par les équipements et services sociaux de base.

Figure 1 : Réseau de polarisation.

Figure 1 : Réseau de polarisation.

Tableau 3 : Grille d’équipement des pôles.

Pôles quaternaires

Pôles tertiaires B

Pôles tertiaires A

Pôles secondaires B

Urbanisme

Orientations urbaines

Réseau d’eau potable

Réseau électrique

Amélioration de la voirie

Liaisons avec les autres villages de la grappe

Idem

+

Schéma directeur général

Égouts

Idem

Idem

Services administratifs

Municipalité

PTT

Gendarmerie

Bâtiment pour le centre administratif

Idem

Idem +

Sérail (sous-préfecture)

Équipe judiciaire à fonction multiple

Idem

Santé

Dispensaire

Agents de santé permanents (infirmière, sage-femme)

Idem

Centre sanitaire rural

Agents de santé permanents

Siège d’une équipe médicale itinérante

Idem +

Hôpital régional secondaire

Centre sanitaire

Éducation

Groupe d’enseignement primaire

Idem +

École technique

Idem +

École secondaire

Idem

Développement local

(In‘âch al qurawiat)

Centre de loisirs

Centre socio-culturel pour la jeunesse

Agents de l’ODS

Animateur rural

Comité local

Idem

Centre de loisirs

Stade

Centre culturel

Employés de l’ODS

Animateur rural

Comité local

Office du tourisme

Idem

sauf comité local

Habitat

Logements pour les fonctionnaires

Idem

Idem

Idem

Services spécifiques

Moyens de transport en commun pour relier les villages de la grappe au pôle

Souk régulier

Idem +

Pharmacie

Restaurant

Cinéma

Idem +

Moyens de transport en commun régionaux

Banque

Hôtel

Idem +

Transports en commun entre les villages du caza

Pour les pôles secondaires A et le pôle primaire (Beyrouth), des programmes spéciaux seront conçus par consultation des administrations et du public.

Source : décret n°16352 du 28 mai 1964.

  • 9  Sur tout ce schéma d’organisation industrielle : Dossier de base pour l’avant-projet de plan quinq (...)

16En second lieu, les programmes sectoriels de l’IRFED visaient également à renforcer les activités économiques dans les régions, surtout l’industrie et le tourisme, afin de limiter l’exode rural, en proposant des emplois proches du lieu de résidence. Dans l’industrie, même si là encore, il n’y avait pas de carte, la structuration souhaitée du territoire s’inscrivait clairement à l’encontre de la polarisation sur Beyrouth 9 : le refus

« de la monopolarisation par l’agglomération beyrouthine oblige à préconiser une localisation rationnelle de l’industrie ».

17À Beyrouth, un zonage industriel strict viserait surtout à développer l’arrière-port. Trois options étaient discutées pour le Liban central : la première consistait en une expansion décentralisée le long de la bande côtière, qui aurait pour inconvénient un coût très élevé, la désertification des régions intérieures et l’augmentation de la concentration des services dans la capitale. La seconde visait à implanter cinq à six petits pôles de développement dans la montagne, avec pour inconvénient l’aménagement obligatoire de villes nouvelles pour ne pas nuire au développement des centres d’estivage, ce qui aurait un coût très élevé. La troisième serait une expansion industrielle par fixation sur place, sorte d’industrialisation diffuse de l’espace rural pour laquelle la référence suisse est invoquée :

« Cette dernière option semble préférable aux autres si les sites sont sauvegardés comme cela s’est fait en Suisse, mais pour être menée à bien, elle supposerait qu’une priorité soit donnée au Mont Liban pour la construction de routes et l’installation du téléphone automatique. »

  • 10  L’un des seuls résultats de ce projet fut la loi n°38 du 22 mai 1967, qui encourageait, par des in (...)

18L’industrialisation devait également être encouragée dans les autres régions, notamment à Tripoli pour profiter de ses installations portuaires, et dans ses trois pôles relais : Halba avec l’agro-alimentaire, Zghorta autour de la transformation de l’olive et Chekka avec les ciments. Cela devait permettre de limiter l’exode rural des populations du nord vers la capitale. Dans la Békaa, la région de Zahleh et Rayak recevait une vocation agro-alimentaire et pourrait recevoir des industries beyrouthines déconcentrées. Au sud, Saïda offrait un semblable potentiel. Nabatiyeh avait la « vocation d’une véritable capitale du sud à la fois agricole, industrielle et commerciale », tandis que l’industrialisation de Hasbaya était envisagée autour du bitume. Pour favoriser ces développements, l’IRFED préconisait le lancement d’études pour un « zoning industriel » et notamment l’établissement de zones industrielles10.

  • 11Al‑Mouhandess, n° spécial, 1968, p. 133.
  • 12  Sur ces orientations : Ministère du Plan, Mission IRFED-Liban, Dossier de base pour l’avant-projet (...)

19Dans le domaine touristique, à côté de mesures institutionnelles (normes, centralisation des initiatives gouvernementales), l’IRFED proposait un plan capable de retenir les deux clientèles traditionnelles du Liban : les Arabes pour l’estivage, les hommes d’affaires dans le pôle beyrouthin et visant à attirer une clientèle européenne plutôt orientée vers un tourisme balnéaire ou de sites. Outre l’amélioration des zones touristiques traditionnelles existantes (estivage et stations de sport d’hiver), le projet supposait de développer deux « zones de polarisation touristique » : Tabarja-Jbail, où après l’approbation en novembre 1962 d’un schéma de développement touristique, des investissements furent effectués pour l’aménagement de la plage de Tabarja 11 ; et Rmaileh. Ces implantations étaient conçues comme des têtes de circuits touristiques vers l’intérieur du pays. L’aménagement devait être réalisé grâce à des concessions à des sociétés d’économie mixte, l’apport de l’État se faisant principalement par des apports de terrains expropriés 12.

  • 13  Voir par exemple Dagher, 1995, p. 57-59.

20Le dernier volet de cet aménagement du territoire est sans doute la mieux connue des réalisations chéhabistes. L’équipement et le désenclavement du pays, du point de vue de l’électricité, de l’eau potable et des routes furent les mesures les plus spectaculaires et les mieux exploitées de ces années, au point d’apparaître comme un des symboles du chéhabisme 13. Le plan routier ne se limitait pas néanmoins à son orientation sociale par le désenclavement des villages, puisqu’il avait aussi vocation à relier le Liban à la Syrie par une série d’autoroutes internationales (nord et est notamment). En réalité, ces mesures, financées par trois plans connus sous les noms évocateurs de plan des 450 millions, des 75 millions et des 37 millions, étaient des initiatives de 1961 et 1962, antérieures à la mise au point du plan de l’IRFED. Elles obéissaient à des mobiles d’affichage politique au lendemain de la publication du rapport préliminaire de l’équipe française et pouvaient également s’expliquer par le rapide démarrage des activités du CEGP, chargé de les mettre en œuvre. La priorité ainsi donnée aux infrastructures allait au-delà de ce que l’IRFED considérait comme souhaitable. Les propositions ultérieures du plan quinquennal s’efforcèrent de rééquilibrer les masses d’investissements par des projets d’infrastructures sociales et, à un degré moindre, par un soutien aux secteurs productifs.

21Ces différents volets du plan de l’IRFED dessinaient une stratégie d’aménagement dont l’objectif était le rééquilibrage du territoire libanais par rapport à sa capitale. Reste alors à comprendre le statut qu’occupe cette ville, hormis celui de repoussoir, dans le dessein de l’IRFED. Cela suppose de s’interroger sur les projets pour la capitale, en particulier dans le secteur de l’urbanisme.

Beyrouth dans les conceptions urbanistiques de l’IRFED

22Préciser le statut de Beyrouth dans les plans de l’IRFED, en dehors de la dénonciation de son hégémonie régionale, n’est pas aisé. D’abord, il n’entrait pas dans les attributions de l’IRFED de proposer des solutions précises aux problèmes de l’agglomération-capitale, puisque cela était la tâche dévolue à Écochard. Mais l’IRFED, sans entrer dans le détail, ne pouvait pas ne pas avoir d’idée sur cette question. Par ailleurs, il n’est pas possible de traiter de la capitale comme de l’une des régions périphériques du Liban, sur le mode de l’aménagement régional : il était question ici d’aménagement urbain et d’urbanisme. Ceci implique d’analyser le statut de cette discipline dans l’ensemble des techniques d’aménagement proposées par l’IRFED.

23La première mention des problèmes de l’urbanisme beyrouthin figurait dans Besoins et possibilités du Liban, sous la forme d’une liste de principes et de priorités à mettre en œuvre. La situation y était jugée quasi désespérée, en particulier dans le centre de la ville :

  • 14Besoins et possibilités du Liban, Étude préliminaire, t.II, p. 269.

« Le mal est tel que désormais les rectifications sont quasi impossibles. Les habitants du pays tout entier viennent encombrer le centre-ville pour effectuer des achats ou utiliser les services publics 14. »

  • 15  Voir infra, l’analyse du projet d’Écochard et les étapes précédentes de la réflexion.
  • 16  Ces idées ne sont pas en tout cas des idées d’Écochard qui n’aborde pas la question d’une limitati (...)

24Les remèdes proposés consistaient en la construction d’une cité administrative regroupant divers services gouvernementaux ou autres, afin de décongestionner le centre, en la définition d’un périmètre urbain et de sites pour des cités satellites. Ces orientations procédaient de l’assemblage composite de projets déjà lancés et de conceptions propres à l’IRFED. La question de la cité administrative relevait de la première catégorie, puisque à cette date Écochard avait déjà été chargé depuis plusieurs mois de cette tâche, qui est d’ailleurs une préoccupation antérieure à l’intronisation de l’IRFED au Liban 15. D’autres orientations, comme la définition d’un périmètre d’agglomération et la volonté d’entraver la croissance de l’agglomération, paraissent devoir être mises à l’actif de l’IRFED et semblent aller de pair avec la volonté de briser le développement jugé anarchique de la capitale 16. En raison de son caractère synthétique, ce court passage n’est pas réellement représentatif et le recours aux archives est nécessaire pour aborder plus précisément la double question du statut de l’urbanisme et de Beyrouth dans la stratégie de l’IRFED.

  • 17  Service « A », GK/mm, Avant-projet de plan sectoriel pour les investissements publics : l’urbanisa (...)

25Son évocation est possible grâce à quelques documents. Encore s’agit-il souvent de notes préparatoires qui ne sont pas toutes de la main du Père Lebret ou de Raymond Delprat, mais souvent de collaborateurs, parfois non identifiés. Dans la mesure où de larges extraits de ces notes se retrouvent dans les documents finaux, une vision relativement unitaire semble se dégager, malgré quelques divergences ponctuelles. Cette vision est tout d’abord essentiellement critique. Gabriel Kaïkati écrivait que « l’un des retards les plus accusés du Liban se manifeste dans l’urbanisme 17 », faute de personnel tout d’abord :

  • 18Ibidem, p. 1.

« La discipline complexe de l’urbanisme moderne se trouve dans le Liban dépourvue de personnels spécialisés dans la période de croissance rapide des villes et de volonté gouvernementale d’une amélioration générale des conditions de vie collective 18 »

26Un second problème tenait au fait que la direction de l’urbanisme était « encore flottante entre divers ministères ». En outre, elle manquait de ressources pour la mise en œuvre des plans.

27La conception même des plans directeurs prévalant au Liban était ensuite contestée :

  • 19Ibidem, p. 3.

« En se bornant à l’établissement de plans directeurs selon la conception en cours ou même d’authentique plans directeurs mais non coordonnés avec le plan général de l’aménagement du territoire, le Liban courra à l’échec général de son plan général de développement harmonisé 19. »

28Dans l’esprit des techniciens de l’IRFED, un lien nécessaire de subordination devait exister entre l’aménagement du territoire et l’aménagement urbain, c’est‑à‑dire que l’urbanisme devait être « basé sur le principe des pôles de croissance 20 ». Un des points significatifs de cette subordination réside dans le fait que l’urbanisme apparaît en fait, dans le plan des investissements, comme une catégorie similaire aux investissements pour la santé ou pour l’enseignement ou les autres équipements publics (justice, poste, etc.), sous le chapitre « Infrastructures et équipements sociaux » de la partie « programmes d’infrastructures et d’équipements collectifs ». Ainsi, les plans d’urbanisme étaient-ils mentionnés comme un des équipements-types des pôles secondaires et tertiaires du réseau de polarisation, c’est-à-dire des capitales régionales et des chefs-lieux de caza-s. L’idée qui se dégage de cette assimilation est que l’urbanisme constituait une réponse à un « besoin » social. Comme tel, il devait s’inscrire dans une conception fonctionnelle de la société, où les besoins sont quantifiés :

  • 20  Dans cet « urbanisme d’incitation », l’IRFED préconisait des normes d’équipement de logement très (...)

« La législation urbaine doit favoriser la formulation de la programmation des besoins plutôt que de porter sur la définition des formes extérieures. À un urbanisme d’interdiction doit se substituer un urbanisme d’incitation 20 ».

29Une telle vision représentait une innovation par rapport aux principes et à l’organisation qui prévalait à cette époque au Liban, d’un urbanisme fondamentalement réglementaire et technique, fondé sur la définition de règles de gabarit, de limites de hauteur, de coefficients de densité et ignorant la programmation des projets.

30S’agissant du parti spatial à adopter à Beyrouth, les documents trouvés dans les archives de l’IRFED s’en tenaient aux grandes orientations mentionnées dans Besoins et possibilités du Liban, évoquées plus haut, ou aux projets en cours d’Écochard. Cette imprécision était toutefois aussi le signe que l’aménagement de la capitale ne constituait pas, aux yeux de l’IRFED, un levier majeur de réussite de la politique préconisée. Certes, nulle part plus qu’à Beyrouth le besoin de plan d’urbanisme ne se faisait sentir :

  • 21  Pour l’ensemble des citations suivantes, Service « A », GK/mm, op.cit., p. 2 et suiv. Notons au pa (...)

« La polarisation actuelle du Liban se fait de façon excessive sur l’agglomération beyrouthine, et de façon d’autant plus dangereuse que, aucun plan d’urbanisme n’ayant présidé à la croissance de la capitale, Beyrouth prend figure d’un véritable cancer s’aggravant sans cesse par la construction en hauteur le long de rues étroites non organisées 21 ».

31Mais à lire ces jugements de l’IRFED, la cause paraît presque désespérée et le malade condamné. Quoique bénéficiant

« d’un site urbain particulièrement favorable à l’édification d’une grande cité modèle, [la capitale] s’est étendue sans plan, jusqu’à devenir l’une des métropoles où les problèmes de circulation et de stationnement ne tarderont pas à devenir insolubles. Les quartiers bâtis se sont multipliés sans que soient assurées leur organicité et il semble désormais impossible de rectifier les erreurs commises ayant conduit à une structure urbaine désordonnée ».

32En raison de l’obstacle foncier, « tout remodelement (sic) [paraît] pratiquement impossible. »

« Sans doute un plan d’urbanisme dont l’exécution serait extrêmement onéreuse peut atténuer quelques uns des défauts de la ville actuelle, mais la situation ne peut être vraiment acquise que par le transfert de certaines fonctions urbaines dans une ville nouvelle contiguë, urbanisée, en relation avec la totalité de l’agglomération beyrouthine, de son port et de ses voies d’accès ».

  • 22  Archives Lebret 45 AS 140, feuillet manuscrit non référencé, non daté.
  • 23 . On reviendra sur cet aspect au chapitre 11.
  • 24  Dépenses à inscrire dans le plan, note, s.d. [1963 ?] (87 AS Carton 124).
  • 25  Ministère du Plan, commission de planification, le 15/2/1965 : Comparaison entre les projets de l’ (...)
  • 26  Service « A », S.T., Les orientations urbanistiques dans la planification du développement, le 10/ (...)
  • 27  Les sommes inscrites au titre du plan Écochard ne prennent en compte que les réalisations d’infras (...)

33Mais cette dernière solution, si elle bénéficiait de l’agrément du rédacteur, laissait nettement plus sceptique le père Lebret, qui s’interrogeait sur la « décision folle de créer une cité administrative 22 ». Ces citations induisent une hypothèse : les efforts nécessaires pour améliorer la situation de Beyrouth (et encore ne parle-t-on pas ici des habitations populaires 23) n’étaient-ils pas perçus par l’IRFED comme disproportionnés par rapport aux résultats qu’on pouvait en attendre, alors que par ailleurs la capitale était si riche et les besoins des régions périphériques si grands ? De fait, les sommes que l’IRFED envisageait d’affecter pour la réalisation du plan du Grand Beyrouth se situaient dans une fourchette de 164 à 250 millions de livres libanaises 24, à mettre en regard du total de 796 millions de livres libanaises finalement inscrits au chapitre des infrastructures et équipements physiques prévus pour le plan quinquennal 1964-1968 25, c’est-à-dire entre 26 et 30%, sachant que la population de l’agglomération représentait, en 1963, environ 40% de la population totale 27. En tout état de cause, les projets d’aménagement à Beyrouth qui intéressaient le plus l’IRFED étaient ceux dont on pouvait attendre une utilité pour le pays. Les différents volets du réaménagement du port de Beyrouth, de la mise en chantier du troisième bassin à la construction de silos à grains, au réaménagement du vieux bassin et aux aménagements du port de Jounieh, étaient ainsi évoqués pour leurs implications nationales plus que dans leurs conséquences urbanistiques. En somme, pour l’IRFED, ils se réduisaient à des points desservant l’espace national, tandis que la dimension technique et locale de ces opérations était laissée à Écochard.

  • 28  Raymond Delprat me fit part de son estime pour les réalisations d’Écochard, notamment l’habitat so (...)

34De ces différents exemples, il ressort que la question de l’aménagement de Beyrouth ne fut pas traitée par l’IRFED pour elle-même. Les problèmes de Beyrouth étaient rapportés à l’une de leur cause principale, l’exode rural. Pour les équipiers du père Lebret, la solution à ces problèmes de l’agglomération passait prioritairement par la périphérie et non par des interventions, coûteuses et aux résultats incertains, dans l’agglomération elle-même. Trois raisons principales semblent l’expliquer : il y avait chez l’IRFED un a priori pro-rural et anti-urbain, qu’on peut rapporter à la doctrine de l’IRFED que la ville est responsable de la déstructuration des identités communautaires du monde rural. Or, cette attitude favorable au monde rural trouvait dans le Liban du général Chéhab un terrain porteur : les résultats de cette politique de rééquilibrage devaient se voir dans les campagnes, où les besoins étaient les plus urgents et où les résultats seraient les plus visibles (et où l’on privilégiait les programmes de travaux les plus spectaculaires, comme les nouvelles infrastructures, mais aussi les constructions d’écoles, de dispensaires, etc.) Enfin, les propositions de l’IRFED s’inscrivaient dans le cadre d’un partage des tâches entre l’aménagement du territoire, confié à l’IRFED, et l’aménagement de Beyrouth, confié à Écochard. Entre les deux équipes, les relations furent rares et les échanges d’information peu nombreux. Au total, les articulations entre leurs projets furent limitées 28.

Planifier la métropole du chéhabisme : le dessein d’Écochard

Une démarche progressive et opportuniste

  • 29  Entretiens avec Joseph Naggear, 26 novembre 1998 et Chafic Moharram, conseiller technique du prési (...)

35Dans la vision de l’IRFED pour le Liban, Beyrouth représentait un passage inévitable, mais traité par défaut, sans enthousiasme et avec scepticisme. Planifier le Grand Beyrouth s’imposait comme une tâche nécessaire, mais plutôt comme une conséquence non souhaitée que comme une priorité. D’ailleurs, plutôt que le développement ou la justice sociale, c’était la « mise en ordre » qui constituait à Beyrouth le leitmotiv du général Chéhab. Il n’est pas indifférent que ce vocabulaire martial, évoqué par plusieurs témoins de l’époque 29, fut repris par Écochard lui-même qui en jouait au moment où il cherchait à obtenir des assurances quant à la mise en place d’une étude du Grand Beyrouth :

  • 30  Lettre du 28 avril 1961 de M. Écochard à Chafic Moharram (IFA, Fonds Écochard carton 32).

« Il est extrêmement intéressant de voir combien Monsieur le Président a pris en main l’urbanisme de son pays, qui a tellement besoin d’être réveillé. Je crois donc que la conjoncture est actuellement favorable pour une remise en ordre de la Cité dans l’état présent et pour une mise en ordre pour le futur 30 ».

36Le processus qui mena à la décision d’établir un plan d’urbanisme pour Beyrouth et ses banlieues était marqué par cette hypothèque initiale, qui en faisait un accessoire par rapport à l’essentiel qui était l’aménagement régional. L’enchaînement qui conduisit à ce développement était le résultat de l’obstination d’Écochard, qui en quelque sorte construisit sa commande, beaucoup plus qu’un dessein initial du gouvernement ou de la Présidence.

37Pour Écochard, en raison de son histoire personnelle, la question de Beyrouth était en effet centrale. C’était une préoccupation personnelle, une obsession même :

  • 31Ibidem.

« Il y a vingt ans que je pense au problème de Beyrouth, je crois que sur un certain nombre de points, le temps ne m’a pas donné tort et je suis heureux si la patience que j’aurai mise au service de cette ville pouvait, grâce à votre aide, donner quelques résultats 31 (sic) ».

38De plus, Écochard ne considérait pas que le chantier de Beyrouth était perdu, même s’il était urgent d’en prendre la mesure :

  • 32  Ministère du Plan, Études préliminaires du plan directeur de Beyrouth et de sa banlieue par MM. Éc (...)

« L’urgence d’une telle sanction [l’approbation de son projet] se fait sentir de façon plus impérative chaque jour, quand on voit quel désordre pousse la banlieue et en ayant sous les yeux à Beyrouth même l’exemple de ce qu’elle deviendra prochainement. Les quartiers nouveaux où se développe le Beyrouth de demain sont encore libres ou peu engagés : il en est de même des espaces où peut encore passer un système circulatoire adapté à notre époque qui les animera et rendra vie à la ville qui s’asphyxie. C’est avec ces grands espoirs que ce dossier a été préparé 32 ».

39Troisième élément qu’il faut garder à l’esprit pour comprendre son attitude : Écochard était un architecte-urbaniste indépendant : il cherchait des marchés qui pussent lui permettre de s’établir durablement au Liban pour y développer son activité. En effet, depuis la fin de ses activités marocaines, Écochard avait été très actif au Liban. Ses chantiers d’architectes mobilisaient son attention au moins autant que les questions d’urbanisme. Après 1959, date de livraison des plans de Jounieh et de Jbail (Byblos), Écochard n’eut plus guère de commande d’urbanisme sauf l’étude du réaménagement de la Quarantaine, c’est-à-dire une zone de taudis occupée par des réfugiés et des populations pauvres. En raison des travaux prévus dans le port devant conduire à l’extension de ce dernier, ce site avait été choisi pour y expérimenter les premiers projets d’habitations populaires destinés à reloger une partie des habitants. Ce projet impliquait deux ou trois ingénieurs et architectes. C’est à partir du début de l’année 1961 que l’urbaniste français fut chargé d’une nouvelle mission concernant la Cité des ministères.

  • 33  Chader, « Grands travaux et relèvement social », Conférences du Cénacle, X, 1956, p. 7-12.
  • 34  Voir Note pour la construction d’une ville gouvernementale, s.d. in Fonds Delprat 87 AS 129 chemis (...)
  • 35  Le Conseil du plan dénonça les abus et les irrégularités et estima qu’il est possible d’économiser (...)
  • 36  Gouvernement du Liban, Ministère des Travaux publics, La cité gouvernementale, Doxiadis Associés-I (...)
  • 37  Sur le contexte de cette commande, voir Hashim Sarkis, 2003. Doxiadis espérait être chargé de la s (...)

40C’était un projet discuté à Beyrouth depuis plusieurs années. En 1956, elle était évoquée par le ministre des Finances Joseph Chader lors d’une conférence au Cénacle 33. Le Conseil du plan intégra cette proposition dans son projet de plan déposé en 1958 34. Dès l’arrivée de Chéhab à la présidence, elle fut relancée, en lien avec les projets de réformes administratives. En réorganisant en 1959 la structure des ministères, en créant de nouvelles directions, en engageant de nouveaux fonctionnaires, le gouvernement créait de nouveaux besoins en surface. De plus, à cette date, les ministères étaient le plus souvent logés dans des bâtiments privés, en payant des loyers définis dans le plus grand arbitraire au gré des ministres concernés, ce qui favorisait les abus et le favoritisme. Les charges qui en résultaient pour le gouvernement étaient suffisamment lourdes pour que l’Inspection centrale estime que les dépenses destinées aux travaux d’une cité des ministres seraient, à long terme, plus économiques35. L’urbaniste Doxiadis fut chargé en 1959 d’un rapport sur la localisation de la cité gouvernementale36. Il mit en évidence la grande concentration des services de l’État dans le centre-ville et la congestion occasionnée, ainsi que l’avantage qui serait retiré d’une « forme nouvelle, fonctionnelle avant tout, mais aussi appropriée à son rôle de symbole de l’État ». Il étudia quatre localisations en fonction de leur coût, de leur desserte et de leur potentialité esthétique et symbolique, avant de se prononcer pour un site proche de la localité de Sinn al-Fil, sur une colline dominant Beyrouth à l’est, en raison de son excellente desserte vis-à-vis des axes de transport. L’étude n’eut pas de suite immédiate mais, fin 1960, la question revint sur le devant de la scène et Écochard en fut saisi37.

41L’urbaniste français ne se faisait pas d’illusion sur la volonté de rationalisation affichée par le gouvernement, mais ce projet offrait à ses yeux une opportunité exceptionnelle de reprendre la planification du Grand Beyrouth :

  • 38  Lettre du 1er mars 1961 de Michel Écochard à Monsieur Forichon (IFA, Fonds Écochard carton 32).

« Je suis chargé […] de ce qu’ils appellent les cités des ministères, qui est en réalité une dispersion de groupes d’administrations dans différentes parties de la ville, ce qui, aux yeux du gouvernement libanais n’est qu’une volonté de montrer de l’activité, mais qui pour moi, est une opportunité extraordinaire de reprendre tous les problèmes de cette ville que j’ai étudiée il y a quinze ans, en profitant de ce problème de construction pour essayer de créer des concentrations de quartiers commerçants, actuellement totalement étouffés 38 ».

  • 39  Lettre du 27 avril 1961 de Michel Écochard à Adolphe Hug (IFA, Fonds Écochard carton 32).
  • 40  L’objectif initial de l’étude était le cahier des charges d’un concours d’architecture.

42Le contexte lui parut d’autant plus favorable qu’une certaine mobilisation de l’opinion publique lui semblait se manifester sur ce thème : « Il semble toutefois que l’opinion publique s’excite particulièrement et qu’il y a peut-être cette fois-ci quelque chose à faire 39. » Dès lors, il s’efforça de lier l’étude de plans de masse pour les cités gouvernementales 40 à une approche plus large de la planification des banlieues de Beyrouth, liant le choix des sites de cités gouvernementales aux zones d’extension futures de l’agglomération dans la banlieue sud et à la définition des grandes circulations routières dans l’agglomération. Durant le mois d’avril 1961, à la suite de deux réunions avec le Président du Conseil et le Président de la République, il obtint l’accord de ce dernier sur sa conception et s’en expliqua de nouveau dans une lettre à son conseiller pour les questions techniques, Chafic Mouharram :

  • 41  Lettre du 28 avril 1961 de Michel Écochard à Chafic Moharram.

« Je pense qu’il est impossible de dire : « Eh bien ! Puisque, il y a vingt ans, un plan d’urbanisme n’a pas été appliqué et que l’on est pas mort pour cela, dans vingt ans on reparlera du nouveau plan que l’on désire promouvoir actuellement. […] » Nous nous mettons à fond sur la présentation la plus claire possible d’une esquisse de la Banlieue de Beyrouth et des Cités Gouvernementales, que je pense bien pouvoir vous apporter comme convenu au début de juin 41 ».

43Finalement, quelques mois après, une fois obtenue l’approbation du plan des cités des ministères (figure 2), et alors que l’équipe d’Écochard était en passe d’obtenir une étude de l’autoroute Saïda-Tripoli, l’urbaniste détaillait ses intentions, qui laissaient bien comprendre que le plan directeur de Beyrouth et ses banlieues devait être un sous-produit du plan pour la cité des ministères :

  • 42  Lettre du 11 novembre 1961 de Michel Écochard à Grégoire Sérof (IFA, Fonds Écochard carton  32).

« Je crois qu’actuellement, le principal serait d’obtenir qu’on nous charge d’une mission qui pourrait être relativement limitée pour sortir le plan directeur de Beyrouth. Si même dans les circonstances actuelles [un remaniement ministériel vient d’avoir lieu], il semblait difficile d’obtenir cette mission, je pense qu’à mon prochain voyage nous pourrions avec un travail relativement limité mettre au point les servitudes générales sur le Grand Beyrouth qui, avec ce que nous avons déjà fait pour la Cité des Ministères en tant que grandes circulations, pourrait parfaitement être le plan directeur, surtout si on l’accompagnait d’une réglementation adéquate 42 ».

Figure 2 : Le plan des cités gouvernementales.

Figure 2 : Le plan des cités gouvernementales.

Source : Urbanisme, n° 251, 1986.

  • 43  Voir le brouillon du contrat entre le ministère du Plan et Michel Écochard, s.d. [début 1961 ?] : (...)

44L’évocation de ces péripéties met en évidence que le plan directeur de Beyrouth et ses banlieues était le résultat d’une construction progressive et opportuniste, qui devait moins à des instructions gouvernementales qu’à la pression du technicien français. Ce dernier se montra soucieux tout à la fois de faire avancer la cause de l’urbanisme et de rentabiliser au maximum sa présence et ses investissements sur le terrain. En obtenant le contrat pour la cité des ministères, Écochard fut en effet obligé par contrat d’ouvrir un bureau à Beyrouth, où il engagea deux jeunes architectes, Rachid Bejjani et Grégoire Sérof 43.

« Beyrouth et ses banlieues », territoire lacunaire : logique fonctionnelle et logique réglementaire

  • 44  Décret n°7110 du 14/7/1961. Voir notamment la lettre à Chafic Moharram du 28 avril 1961 dans laque (...)
  • 45  Décret n°8159 du 24/10/1961.
  • 46  Shiber, « A Critical Glance at Greater Beirut », Mid East Commerce, juillet 1962.

45La logique progressive qui présida à la décision d’entreprendre une étude de Beyrouth et de ses banlieues était également présente dans la définition du périmètre concerné, même s’il est difficile dans ce cas d’espèce de cerner la part des différents acteurs. Le 7 juillet 1961, fut créée par décret une entité géographique dite Grand Beyrouth (Bayrut al-Kubra). Une commission fut chargée de réfléchir au bilan des précédentes tentatives d’aménagement en vue de préparer une suite. Ceci apparaît comme le résultat des efforts d’Écochard au cours du mois d’avril 1961 44. Quelques mois plus tard, l’entité géographique fut rebaptisée en « Beyrouth et ses banlieues » 45 et la commission passa sous la tutelle du ministère du Plan. On peut se demander si ce rattachement n’était pas dû à la volonté des ingénieurs composant cette commission, dont plusieurs, comme Joseph Naggear, Assem Salam ou Henri Eddé étaient également membres du Conseil du plan et du développement, à ce moment encore organisme central du ministère du Plan. Concernant le changement d’appellation, une autre piste est suggérée par Saba Shiber : l’appellation de Grand Beyrouth suscitait à l’époque, dans les municipalités de banlieue, la crainte d’une hégémonie de la capitale, voire un projet d’annexion 46. Le vocable de « Beyrouth et ses banlieues », moins englobant, eut selon lui pour finalité de les rassurer.

  • 47  Voir par exemple Marthellot, 1964, p. 37-55.

46La zone ainsi créée correspondait à la plaine littorale que les urbanistes et d’autres observateurs considèrent comme le lieu naturel d’expansion de l’agglomération 47 :

  • 48  Lettre du 28 avril 1961, op.cit. (Fonds Écochard).

« Mais si l’on regarde plus précisément Beyrouth, on s’aperçoit qu’il y a une surface d’extension limitée par la topographie elle-même. C’est cette surface qui a fait tracer, presque automatiquement, la limite du Grand Beyrouth par la Commission qui s’en est occupée 48 ».

  • 49  « A Critical Glance at Greater Beirut », op.cit. Pour une analyse plus détaillée de cette contribu (...)

47En réalité, la zone ainsi définie s’étendait au-delà de la plaine et englobait les premières collines : le document reproduit par Écochard ne s’ajustait ni à une réalité topographique, ni à un périmètre administratif (figure 3). En tout cas, ces décisions ne passèrent pas inaperçues. L’appellation Grand Beyrouth, la délimitation retenue et le dispositif administratif de la commission furent sévèrement critiqués par Saba Shiber, dans le Mid East Commerce49: l’urbaniste palestinien proposait un tracé selon lui « plus naturel », fondé non pas sur une logique topographique mais sur celle des migrations alternantes, englobant donc les tentacules constitués par les localités d’estivage situées sur les crêtes entourant Beyrouth (figure 4).

Figure 3 : La délimitation initiale de Beyrouth et ses banlieues.

Figure 3 : La délimitation initiale de Beyrouth et ses banlieues.

Source : plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.
Institut Français d’Architecture,
Archives du xxe siècle, Fonds Écochard

Figure 4 : Une proposition alternative pour le Grand Beyrouth.

Figure 4 : Une proposition alternative pour le Grand Beyrouth.

Source : Mid East Commerce, juillet 1962.

  • 50  On reviendra au chapitre 10 sur les ambiguïtés de cette situation.

48Dernière péripétie : la limite de « Beyrouth et ses banlieues » fut portée, sur le dessin de la dernière version du plan directeur d’Écochard, en 1963, à la côte altimétrique de 450 m, c’est-à-dire qu’elle correspondait à un élargissement important par rapport au décret de 1961, qui ne se fondait ni sur une logique administrative ni sur une logique fonctionnelle (voir chapitre 10). Les archives restent muettes sur les raisons qui ont justifié cet élargissement progressif et, entre le souci d’un meilleur contrôle d’une zone plus vaste et celui de faciliter le développement urbain dans les collines, il est possible de formuler des hypothèses contradictoires 50. Retenons surtout cette logique faite de tâtonnements et d’ajouts successifs qui témoignaient de discussions progressives, d’ajustements, bref d’un processus négocié et peut-être arraché au gouvernement, bien plus qu’imposé au nom d’une doctrine fixée par avance par un acteur particulier, quel qu’il fût.

49À ces hésitations sur la définition d’une limite de « Beyrouth et ses banlieues » s’ajouta l’exclusion de certaines parties de l’aire délimitée par ce périmètre, au nom de raisons qui sont également difficiles à reconstituer. Le premier absent de ce territoire de Beyrouth et ses banlieues était, paradoxalement, Beyrouth municipe. La situation n’était pas inédite : en France par exemple, le Plan d’aménagement et d’organisation générale, adopté en 1960, ne s’intéressait que très marginalement à la ville de Paris. C’est également le cas en 1965 du Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris. À Beyrouth, la justification de cette exclusion était d’abord technique :

  • 51  Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, chapitre IX (options prises pour l’établissement du s (...)

« Nous n’avons pas étudié le périmètre municipal actuel de Beyrouth qui ne peut faire l’objet que de plans de détail, vu la concentration actuelle 51 ».

  • 52  Voir là encore l’article de Shiber, 1962, qui relève le désaccord de G. Riachi, chef du service te (...)

50De fait, le plan contient des études de détail pour les tracés des grandes circulations (donc celles du municipe) et pour certaines « zones pilotes », villes nouvelles ou zones d’habitat. Surtout, Beyrouth était dotée depuis 1954 de sa propre réglementation urbaine qu’il n’était pas possible de modifier sans risquer d’entrer dans une confrontation directe avec les politiciens locaux et les propriétaires fonciers. Il est probable que le président de la République, soucieux de ne pas faire de cette question pour lui secondaire un casus belli, se rendît à l’hostilité manifestée par le leader beyrouthin à la velléité de démarche planificatrice 52. D’autres secteurs encore furent exclus de « Beyrouth et ses banlieues », essentiellement dans des zones déjà dotées de réglementations urbaines, comme la banlieue sud de Beyrouth ou la zone de Hazmieh-Baabda. En définitive, l’étude était à géométrie variable : les propositions de voirie englobaient tout le territoire considéré. En revanche, pour la réglementation de la construction, il fut tenu le plus grand compte des rapports de force existants et des situations acquises aux propriétaires. En un sens, Écochard s’en accommoda fort bien, puisque, de son côté, il plaça l’accent sur les dimensions fonctionnelles du plan, notamment la circulation. C’est pour cette raison également qu’il fit preuve de pragmatisme dans la définition des limites : c’était le cœur nouveau de l’agglomération qui lui importait plus que son périmètre.

Le système circulatoire et les centralités

  • 53  Cette stabilité dans les grandes lignes ne va pas sans ajustement dans le détail du réseau de circ (...)
  • 54  Écochard employait « ville nouvelle » dans le sens de zone à urbaniser en priorité (et utilisait p (...)

51Dans ce bricolage du plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, qui aboutit au début de l’année 1963 à la livraison de l’avant-projet composé de deux volumes, un élément était demeuré quasiment fixe depuis l’enclenchement du projet 53. Il s’agit de la réflexion sur le système circulatoire et sur les centralités, résumée par la figure 5. Dès le projet des Cités gouvernementales, une pré-étude des grandes circulations fut effectuée et le projet de plan directeur ne fit que l’amplifier. Tout partait du diagnostic de la congestion du centre commercial et de sa nécessaire déconcentration. Les cités gouvernementales étaient les points sur lesquels devait s’appuyer le redéploiement de l’agglomération. Outre les deux villes nouvelles 54 autour des cités gouvernementales, l’agglomération comprenait les pôles suivants : le centre commercial, le port et ses zones industrielles et d’entrepôt, la zone du fleuve qui était un couloir de dégagement du port, susceptible d’accueillir près de Hazmieh une zone commerciale. Enfin, à l’est près de Jdaideh, une « zone d’habitat laborieuse » devait être créée. Ces « parties organiques de la ville » devaient « vivre en symbiose » grâce au système circulatoire (figure 6).

Figure 5 : Les principes du plan directeur.

Figure 5 : Les principes du plan directeur.

A et B : zones de ville nouvelle ; C : port et industrie ; D : fleuve de Beyrouth, couloir de transit ; E : cité d’habitat laborieuse.

Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.
IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard

Figure 6 : Le système circulatoire.

Figure 6 : Le système circulatoire.

Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.
IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard

52Ce dernier, très hiérarchisé, était composé de pénétrantes, de voies qui liaient entre elles les différentes parties de la ville et d’un périphérique qui raccordait Beyrouth à l’autoroute de liaison des villes côtières. Les grandes voies de circulation firent l’objet d’un chapitre spécifique, qui détaillait leurs caractéristiques autoroutières, leur localisation dans des zones vierges pour éviter de réutiliser des tracés existants qui compliqueraient tant la circulation actuelle et la réalisation. De nombreuses planches détaillaient le tracé et la forme en trèfle des échangeurs, dus à la plume du dessinateur Banshoya, le collaborateur japonais d’Écochard. Les intersections entre les voies locales et les voies autoroutières furent étudiées avec précision. Cette logique dessinait une ville livrée à l’automobile, sans qu’aucune réflexion sur des modes de transport alternatifs ne soit évoquée. Faut-il y voir le résultat d’une conviction d’Écochard, issue peut-être de ses expériences américaines ? Le fait est douteux. En réalité, les archives font état de la mission confiée en 1960 à un ingénieur de transport suisse, Adolphe Hug, pour moderniser les transports ferroviaires dans l’agglomération. Écochard entretint avec lui une correspondance assez fournie au début de l’année 1961, puis rapidement déclinante, alors que le Suisse se plaignait de n’avoir aucune nouvelle de Beyrouth. De sorte qu’on peut se demander si ses services furent appréciés ou, plus fondamentalement, si sa mission d’étude des transports en commun ne fut pas remise en cause. Le fait est que nulle allusion aux transports en commun ne figurait dans le rapport final d’Écochard, ce qui n’allait pas sans effet sur la structuration sociale de l’agglomération. Or, si l’approche fonctionnaliste fondée sur la définition des nouvelles centralités et le système circulatoire constituait bien le cœur de son approche, Écochard s’efforça également d’apporter une solution à la question sociale.

« Beyrouth, siège de l’injustice sociale 55 »

  • 55  « Croissance urbaine et tissu urbain ou Beyrouth siège de l’injustice sociale » est le titre d’une (...)
  • 56  Cohen, Eleb, 1999.

53La réputation d’Écochard était celle d’un urbaniste soucieux du « logement du plus grand nombre », slogan qu’il avait inventé et tenté de mettre en pratique lors de son expérience casablancaise 56. Cette dimension sociale était au cœur de son travail beyrouthin, même si finalement, les solutions proposées, quelle que fût leur générosité, consacrèrent les puissantes ségrégations sociales qui marquaient la capitale du Liban.

54Les conditions de logement des couches les plus pauvres de la population scandalisaient l’urbaniste, qui cartographia les zones de taudis, y compris les camps palestiniens non mentionnés dans le texte (figure 7). Il estimait cette population à 60 000 personnes sur environ 300 ha. Ailleurs, les densités étaient moindres, mais il estimait à 200 000 personnes le nombre d’habitants vivant dans l’inconfort, en raison des constructions elles-mêmes mais aussi de l’imbrication des fonctions, industrie et habitat.

Figure 7 : Les zones de taudis dans l’agglomération de Beyrouth.

Figure 7 : Les zones de taudis dans l’agglomération de Beyrouth.

Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.
IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard

55Il en identifiait l’origine dans les mécanismes fonciers :

  • 57  « Problèmes de l’habitat insalubre », chapitre XIV.

« Le seul mobile qui a conditionné ces installations humaines est le prix des terrains, de sorte que les habitations des classes moyennes et pauvres se sont développées dans les zones cultivables, voire les zones les moins propres à la construction comme les vallons de Baouchriyé-Dékouané et Jdaidé, tandis que les sables plus proches de la ville restaient vierges afin de permettre à leurs propriétaires de réaliser par la suite, lorsque les autres terrains seraient construits, de substantiels bénéfices 57 ».

56Un passage ensuite éliminé de la version finale évoquait ses fortes convictions à ce sujet :

« Nous avons voulu souligner ici, ce qui est à nos yeux essentiels, la gravité de l’injustice sociale et de l’échec de toute solution qui ne cherche pas à transformer radicalement les rapports de groupe à groupe dans ce pays ».

  • 58  Voir également L’Argus, Étude mensuelle sur l’économie et le marché libanais, publiée par le burea (...)

57Le problème de l’habitat pauvre, et en particulier de l’habitat insalubre, faisait l’objet d’un chapitre spécifique dans lequel il développait ses propositions. Selon lui, « le problème est gouvernemental et ne pourra être résolu ni par l’initiative privée, ni par l’aide de l’industrie et du commerce ». Cette affirmation s’inscrivait dans le contexte de la récente loi sur les habitations populaires, qui prévoyait de créer des sociétés mixtes avec des capitaux privés libanais. En 1961, le projet de l’Oasis devait créer 2 500 habitations populaires pour des personnes des taudis de la Quarantaine déplacées en raison des travaux du port 58. Écochard avait participé à l’élaboration des schémas, dont le financement était suivi de près par un équipier de l’IRFED. Or, très rapidement, ce projet avorta en raison de l’insuccès de l’appel d’offre lancé auprès du secteur privé. C’est sans doute cette affaire qui attisa sa méfiance.

  • 59  Les citations suivantes sont issues du chapitre XIV : « Problèmes de l’habitat insalubre ».

58L’urbaniste français préconisait le recours aux sociétés foncières nouvellement créées par la loi de l’urbanisme pour réaliser ces quartiers résidentiels nouveaux, pour l’organisation spatiale desquels il proposait déjà des esquisses avancées (figure 8). Le développement des lotissements à la périphérie de l’agglomération ne fournissait pas, à ses yeux, de solution, dans la mesure où les populations concernées étaient dépourvues de moyens de transport individuel. Il privilégiait des opérations de rénovation couplées à la réalisation d’un « habitat minimum 59 » qui permît d’amorcer un « programme de rénovation des quartiers insalubres ». Ces nouvelles habitations devaient se situer à proximité des lieux de travail des personnes concernées, dans trois secteurs de l’agglomération. Un quartier d’industrie et d’habitation pour 20 000 habitants occupait la vallée du fleuve. La zone de Jdaideh située dans la continuité du développement industriel, représentait un autre site intéressant, en raison de la possibilité d’y acheter des terrains groupés et des services publics qui existaient déjà dans la zone. Enfin, en rive droite du fleuve, près de Jisr al-Bacha, un troisième site était propice au développement d’une cité d’habitation laborieuse.

Figure 8 : Le fleuve de Beyrouth : un exemple de zone à urbaniser en priorité.

Figure 8 : Le fleuve de Beyrouth : un exemple de zone à urbaniser en priorité.

Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.
IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard

  • 60  Les citations suivantes sont issues du chapitre XII : « Les zones d’extension ».
  • 61  Chapitre XIV.

59Le projet de l’urbaniste français se caractérisait par un grand volontarisme : il fallait « éviter que les zones d’habitat ne s’étendent pas le long des routes 60 », et «  organiser des quartiers auxquels il sera possible de donner le maximum d’organisation sociale requis pour une vie normale de citoyen ». C’était la fonction de ces cinq villes nouvelles (trois ouvrières et deux administratives) que de structurer le développement urbain et de canaliser les extensions à partir des quartiers denses existants. Mais, malgré ces principes, le zonage proposé restait étroitement « lié aux possibilités d’emploi et aux prix des terrains ». La rive droite du fleuve, à part l’éminence boisée de Sinn al-Fil, était tournée vers l’activité industrielle et habitée par une population pauvre. Les quartiers situés au sud de la route de Damas et la ville nouvelle de Hadath étaient voués aux classes moyennes et aux employés. Enfin, « la zone des Sables, du fait du prix des terrains, restera l’apanage d’une haute bourgeoisie ». Cette structure n’allait-t-elle pas à l’encontre du désir d’Écochard à propos des quartiers insalubres à rénover, lorsqu’il souhaitait que leurs « habitants n’aient pas l’impression d’une ségrégation voulue mais au contraire [d’]une absorption dans les divers quartiers 61 » ? Faute d’une action radicale de transformation des rapports sociaux qui était hors de propos, même s’il se laissa momentanément aller à la désirer, le plan d’Écochard était-il finalement autre chose que la « mise en ordre » de la situation existante ?

Entre ordre chéhabiste et métropole du monde arabe

60Dans un brillant essai qui représentait la première tentative de synthèse sur l’urbanisme beyrouthin, Jade Tabet avançait l’hypothèse de l’existence « d’un grand dessein » pour la ville en ce début des années soixante :

  • 62  Tabet, 1991.

« Au flanc d’un monde arabe qui semblait alors en marche vers l’unité, le projet chéhabiste voulait développer une métropole moderne, un centre économique et financier à la mesure de ce grand marché commun qui devait abattre les frontières et unir les peuples de la région “ du Golfe à l’Atlantique”. La mise en place d’un tel projet supposait la réduction du déséquilibre entre la capitale et la périphérie, l’extension du marché capitaliste moderne aux régions libanaises de l’intérieur et la restructuration de l’agglomération beyrouthine pour en faire la puissante métropole régionale des années soixante 62 ».

  • 63  Cet accord fut scellé lors d’une rencontre sur la frontière libano-syrienne, le 26 mars 1959. Kabb (...)
  • 64  Voir à ce sujet la description qu’en donne Ruppert, 1998, p. 136-139 (texte publié en 1969).

61L’hypothèse tire sa force de la cohérence ainsi postulée entre le volet intérieur de la politique chéhabiste et son volet international marqué par le compromis trouvé avec Nasser, alors président de la République arabe unie qui lia temporairement l’Égypte et la Syrie, à laquelle une partie de l’opinion demandait le rattachement du Liban. Cet accord consacrait l’indépendance du Liban tout en confirmant son appartenance et sa communauté de destin avec le monde arabe 63. La vision de Beyrouth comme métropole du monde arabe aurait correspondu à ce partage des rôles, à cette complémentarité de facto entre la capitale libanaise et ses sœurs arabes. Beyrouth n’était-t-elle pas à cette époque le centre bancaire du Proche-Orient, la ville des bourgeoisies en exil fuyant les régimes collectivistes et autoritaires de la région, la ville du tourisme arabe 64 ?

  • 65  La question a été posée à Joseph Naggear (21 octobre 1998), Mohammad Fawaz (5 avril 1998), Henri E (...)

62La reconstitution de l’enchaînement des projets et des plans de l’ère Chéhab ne permet pas, toutefois, de valider entièrement cette lecture. En raison de la destruction des archives personnelles du général Chéhab, les intentions du président restent mal connues. À travers les témoignages de quelques contemporains 65, le souci d’un développement équitable semble avoir été son projet essentiel. Pour le reste, et notamment pour Beyrouth, l’objectif de mise en ordre semble avoir été sa priorité. Le défaut d’articulation entre les plans des experts de l’IRFED et ceux d’Écochard et la grande autonomie laissée à chacun, y compris dans la construction de leur commande, n’indiquent-ils pas plutôt un suivisme pragmatique ? Plutôt qu’inspirateur, le général Chéhab ne fut-il pas un arbitre entre ses conseillers, au gré des rapports de force du moment ? L’ambitieux dessein prêté au général Chéhab n’était-il pas alors plutôt celui de l’urbaniste français, puisque c’est sous la plume d’Écochard qu’apparaît le seul indice qui l’évoque ? Décrivant le parti d’aménagement proposé pour l’ensemble monumental destiné à relier, au centre-ville, les zones de rénovation de Ghalghoul et de Saïfi, ce dernier écrivait en effet :

  • 66  République libanaise, CEGPVB, Aménagement du centre-ville (quartier Ghalghoul et quartier est de l (...)

« Il a semblé que la réunion de ces deux places pouvait alors créer un ensemble qui, par sa dimension et sa noblesse, deviendrait tout naturellement le centre de la capitale internationale de la Méditerranée qui s’appelle Beyrouth 66 ».

  • 67  Dans sa conférence du 1er octobre 1965, Georges Naccache évoquait son expérience de président du C (...)
  • 68  Voir « La création du Grand Beyrouth », in L’Argus. Étude mensuelle sur l’économie et la marché li (...)

63Autant, voire plus que la référence à la métropole arabe, celle de la construction d’une capitale nationale, symbole du projet national de Chéhab, peut légitimement être considérée comme un des axes de la politique menée. Le projet des cités gouvernementales en fut la traduction la plus nette. Plusieurs réalisations dans la ville municipe peuvent également être interprétées à l’aune du projet national 67. Plusieurs projets inscrits sur le plan de 1952 et déjà mis en avant par Écochard en 1943-1944 furent relancés en 1961 : leur financement fut estimé à 103 millions de livres. La municipalité dut en supporter l’essentiel, qu’elle assuma grâce à un prêt koweitien de 45 millions de livres, et grâce à l’augmentation de taxes municipales. L’importance que l’État accordait à ces projets se marqua par son implication financière à hauteur de 30 millions résultant de la vente de biens domaniaux 68.

  • 69  Voir L’Argus, n°50, mars 1965 ; n°59, décembre 1965 ; n°60, février 1966.

64La création du CEGPVB en février 1963 traduisait d’ailleurs la volonté de l’État d’accélérer leur mise en œuvre : organe d’exécution de la municipalité, ce dernier était dirigé par un chéhabiste convaincu, George Naccache. Le CEGPVB, et non la municipalité, fut en réalité l’attributaire final des 103 millions destinés aux financements de ces projets. Dans les années suivantes, l’engagement de l’État dans l’aménagement de la capitale emprunta les mêmes voies de dotations financières « fléchées » 69. À travers cette agence et ces financements, le gouvernement fut en mesure d’orienter l’aménagement de la capitale dans le sens d’une modernisation autoritaire.

  • 70  Il existait également des projets d’embellissement (jardins publics) et d’équipement (abattoirs mo (...)
  • 71  C’est là une autre hypothèse envisagée par Tabet, 1991.
  • 72  Sur cette question, Marcel Roncayolo écrit : « la préparation de l’haussmannisation […] accumule l (...)
  • 73  Néanmoins, la procédure utilisée (l’expropriation) n’était pas la plus favorable à un remodelage d (...)
  • 74  Ruppert, 1998, p. 90.

65Modernisation volontariste dont la poursuite des percements d’avenues fut la manifestation la plus spectaculaire 70 : une parallèle à la rue de Damas créa une large avenue reliant le centre-ville à la zone moderne des Pins et à l’aéroport, tandis que trois boulevards est-ouest avaient vocation à contourner le centre-ville (le ring) et à faciliter la circulation dans la ville et entre la ville et l’agglomération. C’était également la fonction du projet de l’entrée est (figure 9). La mise en œuvre de ces percements obéissait-elle à d’autres motifs qu’une rationalité technique sans cesse invoquée depuis les plans d’Écochard en 1944 ? Inséparable de la symbolique de l’État fort, signifiait-t-elle également le quadrillage des quartiers dans une logique de contrôle militaire, en réaction aux événements de 1958 71 ? De fait, ces percées éventraient des quartiers qui s’étaient soulevés contre le président Chamoun au nom de l’arabisme en 1958. Les sources consultées ne permettent pas de répondre. Rappelons néanmoins que ces projets préexistaient à la présidence du général Chéhab, c’est-à-dire que l’on ne saurait se contenter de mentionner un urbanisme militaire comme motivation de ses intentions, comme c’est d’ailleurs le cas s’agissant du modèle haussmannien lui-même, référence implicite dans cette discussion 72. L’entrecroisement des temporalités de conception et d’exécution signifie nécessairement la pluralité des logiques. À ce titre d’ailleurs, il resterait à envisager le rôle des anticipations des propriétaires fonciers face à de tels projets. Les percées étaient en effet l’occasion, en raison des destructions causées, de construire de nouveaux immeubles de rapport et de réaliser des plus-values foncières 73 : le premier tronçon de l’avenue Béchara al-Khoury justifie une telle lecture 74.

Figure 9 : Les projets du CEGPVB.

Figure 9 : Les projets du CEGPVB.

Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.
IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard

  • 75  Administration de la ville de Beyrouth, Aménagement de la zone côtière de la ville de Beyrouth com (...)

66La logique spéculative était en tout cas à l’œuvre dans d’autres projets d’aménagement de la cité beyrouthine que les percées routières. Elle explique largement les projets de la municipalité pour l’aménagement de la corniche maritime. La zone 10 du plan de zonage de Beyrouth devait faire l’objet de plans d’aménagement détaillés. Ceux-ci furent établis en 1962 par un groupe italien : ils proposaient l’équipement balnéaire de la zone située en contrebas de la corniche, en bordure de mer, entre le bain militaire et l’hôtel Carlton 75. Le rapport mentionnait le problème des occupations illégales en certains sites, régularisées par le conseil municipal au terme de « plusieurs séances houleuses ». L’aménagement de la zone, par le biais de concessions hôtelières, s’inscrivait dans une logique spéculative. Par opposition à la logique nationale, les élites locales privilégièrent une orientation vers des secteurs qui renforcent le caractère de métropole tertiaire de Beyrouth. D’une manière générale, la cohabitation de ces deux logiques, nationale d’un côté et spéculative de l’autre, peut être interprétée comme la marque du souci du président Chéhab de mettre de l’ordre dans la capitale sans remettre en cause les intérêts des milieux locaux, même si le régime fut tenté d’imposer une implication accrue du capitalisme bancaire dans la production de l’espace urbain (voir le projet d’aménagement du centre-ville en 1964, chapitre 7).

*
* *

67Le moment chéhabiste constitua une rupture dans les modes d’intervention de l’État dans l’économie et l’aménagement spatial au Liban. Une vision claire du rôle que la capitale devait jouer dans le pays était affirmée, en dénonçant la concentration économique et démographique et la congestion qui en constituaient, aux yeux des experts, le signe le plus néfaste. L’aménagement du territoire que l’IRFED appelait de ses vœux passait par le développement économique des régions périphériques. Mais, sous la présidence Chéhab, les seules amorces de réalisation concernèrent le tourisme, tandis que la déconcentration industrielle demeurait au stade de l’intention. Finalement, la traduction de cette politique passa essentiellement par un vaste programme d’équipements des localités en fonction d’une grille administrative.

68Un urbanisme volontaire, fondé sur des plans d’organisation de la croissance prévue et sur la création d’infrastructures, devait remplacer les modes d’aménagement urbain alors en vigueur, limité au contrôle de la forme urbaine. Écochard proposa une nouvelle géographie de l’agglomération, centrée sur une nouvelle cité administrative en banlieue, guidée par un réseau autoroutier, et appuyé sur des villes nouvelles dont la dénomination de ZUP empruntait à la dernière mode française. Cette conception avalisait un élargissement du site de Beyrouth vers la montagne. Les convictions sociales d’Écochard le conduisirent à stigmatiser la ségrégation sociale interne à l’agglomération et à appeler à l’éradication des taudis et bidonvilles. Toutefois, l’exécution de ces plans était au-delà de ses compétences. Les premières réalisations se concentrèrent sur quelques bâtiments symboliques et l’avancement du réseau de voies rapides. Elles traduisaient davantage la volonté modernisatrice de mise en ordre portée par le régime qu’elles n’amorçaient une révolution sociale.

69Ces ambitions finalement vite limitées s’expliquent sans doute, on y reviendra (chapitres 10 et 11) par les changements politiques et économiques. Mais elles reflètent aussi sans doute les limites d’un consensus au sein même des milieux professionnels locaux sur le projet chéhabiste lui-même.

Notes

1  Mission IRFED-Liban, 1963.

2  Les niveaux de vie et d’équipement sont mesurés par des diagrammes circulaires, avec des notes de 1 à 5. Sur ces méthodes voir chapitre précédent.

3  Ministère du Plan, Mission IRFED-Liban, Dossier de base pour l’avant-projet de plan quinquennal 1964-1968, juillet 1963-mars 1964, 4 vol.+5 vol. d’annexes ; Propositions pour le projet de plan de développement, texte approuvé par le conseil des ministres en date du 20 mai 1964 [reprenant les éléments du dossier de base].

4  Voir Procédure et structure proposée en vue de l’établissement des plans régionaux d’aménagement et de développement (Modalités d’application de la loi du 12 juin 1962), Service Économie régionale et ADT, CM/mm, 22/2/1963.

5  Pelletier, 1996, p. 353-357 « De l’aménagement du territoire au développement harmonisé ».

6  L’influence des travaux des géographes français, alors impliqués dans la « géographie active » ou « géographie volontaire », se faisait sans doute également sentir par l’intermédiaire du géographe lyonnais Jean Labasse, spécialiste des réseaux bancaires, qui était également membre du groupe Économie et Humanisme. Célestin, 1981, p. 31.

7  Ministère du Plan, Mission IRFED-Liban, Dossier de base pour l’avant-projet de plan quinquennal 1964-68, rapport du directeur, juillet 1963, p. 19-20.

8  Décret n°16352 du 28 mai 1964, « Création des centres polaires pour l’aménagement du territoire » (Inama’ al‑ardi).

9  Sur tout ce schéma d’organisation industrielle : Dossier de base pour l’avant-projet de plan quinquennal 1964-1968, op.cit., p. 21-22.

10  L’un des seuls résultats de ce projet fut la loi n°38 du 22 mai 1967, qui encourageait, par des incitations fiscales, l’implantation des industries hors d’une aire délimitée par un rayon de 24 km autour de Beyrouth et de 10 km autour de Tripoli. Aucun bilan de l’application de cette loi n’a été identifié.

11Al‑Mouhandess, n° spécial, 1968, p. 133.

12  Sur ces orientations : Ministère du Plan, Mission IRFED-Liban, Dossier de base pour l’avant-projet de plan quinquennal 1964-1968, Troisième partie : les programmes d’orientation et d’incitation, juillet 1963. Voir aussi Propositions pour un plan de développement du tourisme, note n°130, Delprat, 7 juin 1962, 11 p. et sur les sociétés mixtes d’aménagement : Esquisse de plan intérimaire devant permettre le démarrage du tourisme occidental au Liban , s.n., s.d., (AS 87 carton 126).

13  Voir par exemple Dagher, 1995, p. 57-59.

14Besoins et possibilités du Liban, Étude préliminaire, t.II, p. 269.

15  Voir infra, l’analyse du projet d’Écochard et les étapes précédentes de la réflexion.

16  Ces idées ne sont pas en tout cas des idées d’Écochard qui n’aborde pas la question d’une limitation stricte de l’agglomération. Voir infra. On peut faire un parallèle entre cette mesure et les écrits de Bardet, en gardant néanmoins à l’esprit que le souci de limiter la ville par un périmètre d’agglomération est encore typique de l’époque. On le retrouve par exemple dans les plans contemporains pour l’aménagement de la région parisienne, comme le PADOG de 1958.

17  Service « A », GK/mm, Avant-projet de plan sectoriel pour les investissements publics : l’urbanisation, document provisoire, le 15/7/1963, 14 p., p. 1 (87 AS 124 activités régionales). Gabriel Kaïkati est l’un des collaborateurs de l’IRFED pour les questions d’urbanisme. C’est un ingénieur-architecte de l’ESIB (promotion 1951). Entretien, mars 2000.

18Ibidem, p. 1.

19Ibidem, p. 3.

20  Dans cet « urbanisme d’incitation », l’IRFED préconisait des normes d’équipement de logement très ambitieuses, par exemple en détaillant l’équipement nécessaire d’une salle de bains en nombre de lavabos, de bidets, de WC, de baignoires, etc., sans référence ni à des usages ni à la capacité économique des habitants. L’ethnocentrisme n’est pas loin, qui assimile développement et mise en œuvre de ces normes. (Service « A », S.T., Les orientations urbanistiques dans la planification du développement, le 10/9/63, 27 p., alinéa 7 : « les standards de construction »).

21  Pour l’ensemble des citations suivantes, Service « A », GK/mm, op.cit., p. 2 et suiv. Notons au passage que l’image du cancer ici associée à celle des rues étroites non organisées n’est pas sans évoquer des slogans de Le Corbusier, « la ville est un cancer qui se porte bien » et la rue, « chemin des ânes ». Ceci confirme l’entremêlement des références « théoriques ».

22  Archives Lebret 45 AS 140, feuillet manuscrit non référencé, non daté.

23 . On reviendra sur cet aspect au chapitre 11.

24  Dépenses à inscrire dans le plan, note, s.d. [1963 ?] (87 AS Carton 124).

25  Ministère du Plan, commission de planification, le 15/2/1965 : Comparaison entre les projets de l’IRFED et ceux du Conseil du plan concernant les investissements publics du plan quinquennal en millions de L.L.

26  Service « A », S.T., Les orientations urbanistiques dans la planification du développement, le 10/9/1963, 27 p., p. 1 (87 AS 124 Activités régionales).

27  Les sommes inscrites au titre du plan Écochard ne prennent en compte que les réalisations d’infrastructures et non tous les investissements à effectuer dans le Grand Beyrouth. L’estimation de la population du grand Beyrouth est celle de l’IRFED.

28  Raymond Delprat me fit part de son estime pour les réalisations d’Écochard, notamment l’habitat social marocain. Il ne se souvenait que de quelques rares réunions. Tenues en présence du général Chéhab, elles n’étaient pas des réunions de travail techniques, mais des exposés de la situation et des projets (entretiens, en particulier 10/3/1998). Par ailleurs, les archives mentionnent quelques réunions de circonstance, sans qu’un compte-rendu ne fût conservé. Un exemple rare de jugement porté par l’IRFED sur Écochard est une étude de diverses estimations de croissance de la population de l’agglomération de Beyrouth, où le rédacteur porte un regard critique sur les chiffres établis par l’urbaniste français : population en 1963 très surestimée, choix de taux de croissance arbitraires. In Perspectives d’évolution de l’agglomération beyrouthine, de CM/lh, mission IRFED Liban, Économie régionale et Aménagement du territoire, 2 mai 1963, n.p.

29  Entretiens avec Joseph Naggear, 26 novembre 1998 et Chafic Moharram, conseiller technique du président, 27 octobre 1998.

30  Lettre du 28 avril 1961 de M. Écochard à Chafic Moharram (IFA, Fonds Écochard carton 32).

31Ibidem.

32  Ministère du Plan, Études préliminaires du plan directeur de Beyrouth et de sa banlieue par MM. Écochard, Sérof, Banshoya, Tager, suivant les directives et sous la direction de la commission de Beyrouth et ses banlieues, s.d. [1963], 2 vol. (enquêtes projet), p. 1.

33  Chader, « Grands travaux et relèvement social », Conférences du Cénacle, X, 1956, p. 7-12.

34  Voir Note pour la construction d’une ville gouvernementale, s.d. in Fonds Delprat 87 AS 129 chemise « Conseil du Plan (suite) ».

35  Le Conseil du plan dénonça les abus et les irrégularités et estima qu’il est possible d’économiser 1,2 millions de L.L. par an en réalisant ce programme, d’un coût total estimé à 33 millions de L.L. (Fonds Delprat 87 AS 129 chemise Conseil du Plan (suite)).

36  Gouvernement du Liban, Ministère des Travaux publics, La cité gouvernementale, Doxiadis Associés-Ingénieurs-Conseil, s.d. [1959], 34 p.

37  Sur le contexte de cette commande, voir Hashim Sarkis, 2003. Doxiadis espérait être chargé de la suite du projet.

38  Lettre du 1er mars 1961 de Michel Écochard à Monsieur Forichon (IFA, Fonds Écochard carton 32).

39  Lettre du 27 avril 1961 de Michel Écochard à Adolphe Hug (IFA, Fonds Écochard carton 32).

40  L’objectif initial de l’étude était le cahier des charges d’un concours d’architecture.

41  Lettre du 28 avril 1961 de Michel Écochard à Chafic Moharram.

42  Lettre du 11 novembre 1961 de Michel Écochard à Grégoire Sérof (IFA, Fonds Écochard carton  32).

43  Voir le brouillon du contrat entre le ministère du Plan et Michel Écochard, s.d. [début 1961 ?] : l’article VI stipule l’ouverture d’un bureau à Beyrouth.

44  Décret n°7110 du 14/7/1961. Voir notamment la lettre à Chafic Moharram du 28 avril 1961 dans laquelle il réclame la mise sous étude de cette zone.

45  Décret n°8159 du 24/10/1961.

46  Shiber, « A Critical Glance at Greater Beirut », Mid East Commerce, juillet 1962.

47  Voir par exemple Marthellot, 1964, p. 37-55.

48  Lettre du 28 avril 1961, op.cit. (Fonds Écochard).

49  « A Critical Glance at Greater Beirut », op.cit. Pour une analyse plus détaillée de cette contribution voir chapitre suivant.

50  On reviendra au chapitre 10 sur les ambiguïtés de cette situation.

51  Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, chapitre IX (options prises pour l’établissement du schéma directeur).

52  Voir là encore l’article de Shiber, 1962, qui relève le désaccord de G. Riachi, chef du service technique de la municipalité, à l’établissement d’un Grand Beyrouth et qui l’interprète comme un refus de commande inspiré par Saëb Salam le leader beyrouthin.

53  Cette stabilité dans les grandes lignes ne va pas sans ajustement dans le détail du réseau de circulation entre 1961 et 1963. Voir chapitre suivant, la réaction des experts libanais aux projets d’Écochard.

54  Écochard employait « ville nouvelle » dans le sens de zone à urbaniser en priorité (et utilisait parfois le terme de ZUP), c’est-à-dire des quartiers nouveaux dotés d’équipements desservant ce quartier. Cette notion avait été définie en France en 1958. À la même époque, Écochard était l’urbaniste de la ZUP de Martigues (Bouches‑du‑Rhône), dont le plan fut livré en 1964 et la réalisation achevée en 1970. Cet emploi du terme « ville nouvelle » ne doit pas être confondu avec celui qui prévalut à propos des villes nouvelles de la région parisienne dans les années soixante.

55  « Croissance urbaine et tissu urbain ou Beyrouth siège de l’injustice sociale » est le titre d’une note au brouillon figurant dans le fonds Écochard à l’IFA (carton 32), dont le contenu fut repris et édulcoré dans le rapport final.

56  Cohen, Eleb, 1999.

57  « Problèmes de l’habitat insalubre », chapitre XIV.

58  Voir également L’Argus, Étude mensuelle sur l’économie et le marché libanais, publiée par le bureau des documentations libanaises et arabes, n°7, août 1961, p. 7.

59  Les citations suivantes sont issues du chapitre XIV : « Problèmes de l’habitat insalubre ».

60  Les citations suivantes sont issues du chapitre XII : « Les zones d’extension ».

61  Chapitre XIV.

62  Tabet, 1991.

63  Cet accord fut scellé lors d’une rencontre sur la frontière libano-syrienne, le 26 mars 1959. Kabbara, 1988, p. 121.

64  Voir à ce sujet la description qu’en donne Ruppert, 1998, p. 136-139 (texte publié en 1969).

65  La question a été posée à Joseph Naggear (21 octobre 1998), Mohammad Fawaz (5 avril 1998), Henri Eddé (30 septembre 1998), Assem Salam (6 novembre 1998), membres de divers conseils et commissions chargés de recevoir les projets des experts français ainsi qu’à Chafic Moharram, conseiller de Chéhab pour les questions techniques (27 octobre 1998), de même qu’à Raymond Delprat.

66  République libanaise, CEGPVB, Aménagement du centre-ville (quartier Ghalghoul et quartier est de la place des Martyrs), rapport justificatif, Salam, El-Khoury (Quartier Ghalghoul) ; Daoud, Issa, Tabbarra (quartier est de la place des Martyrs) ; Écochard, Banshoya, architectes urbanistes coordinateurs ; Tager, assistant, Beyrouth, 13/4/1964. Nous revenons dans le chapitre 7 sur ce projet.

67  Dans sa conférence du 1er octobre 1965, Georges Naccache évoquait son expérience de président du CEGPVB. Le terme de « Capitale » revint 9 fois. Naccache, « Les réalisations du conseil exécutif des grands projets de Beyrouth », in Le commerce du Levant, n°62, octobre 1965, p. 52‑53.

68  Voir « La création du Grand Beyrouth », in L’Argus. Étude mensuelle sur l’économie et la marché libanais, publiée par le bureau des documentations arabes, n°6, juillet 1961, p. 14. Le mois suivant, la même publication publie un communiqué de la municipalité de Beyrouth « Le financement des projets de l’État » (n°7, août 1961, p. 6), faisant ressortir la faiblesse des moyens de la municipalité et insistant fortement pour que l’État prenne sa part de ces projets considérés comme les siens.

69  Voir L’Argus, n°50, mars 1965 ; n°59, décembre 1965 ; n°60, février 1966.

70  Il existait également des projets d’embellissement (jardins publics) et d’équipement (abattoirs modernes, réseaux d’égouts).

71  C’est là une autre hypothèse envisagée par Tabet, 1991.

72  Sur cette question, Marcel Roncayolo écrit : « la préparation de l’haussmannisation […] accumule les vieux griefs contre la ville « gothique » et les ambitions nouvelles d’un capitalisme, pour qui la mobilité, l’échange, l’expression monétaire des choses l’emportent. Sécurité, ségrégation et éventuellement répression n’interviennent qu’en second », Roncayolo, 1998, p. 104.

73  Néanmoins, la procédure utilisée (l’expropriation) n’était pas la plus favorable à un remodelage du parcellaire et à une valorisation forte des propriétés.

74  Ruppert, 1998, p. 90.

75  Administration de la ville de Beyrouth, Aménagement de la zone côtière de la ville de Beyrouth comprise entre l’Institut industriel et les limites occidentales de Beyrouth, réalisé par Technint, Milan-Beyrouth, 1962.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Réseau de polarisation.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2171/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure 2 : Le plan des cités gouvernementales.
Légende Source : Urbanisme, n° 251, 1986.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2171/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3 : La délimitation initiale de Beyrouth et ses banlieues.
Crédits Source : plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.Institut Français d’Architecture, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2171/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 4 : Une proposition alternative pour le Grand Beyrouth.
Crédits Source : Mid East Commerce, juillet 1962.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2171/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 5 : Les principes du plan directeur.
Légende A et B : zones de ville nouvelle ; C : port et industrie ; D : fleuve de Beyrouth, couloir de transit ; E : cité d’habitat laborieuse.
Crédits Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2171/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 6 : Le système circulatoire.
Crédits Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2171/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 7 : Les zones de taudis dans l’agglomération de Beyrouth.
Crédits Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2171/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 8 : Le fleuve de Beyrouth : un exemple de zone à urbaniser en priorité.
Crédits Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2171/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 9 : Les projets du CEGPVB.
Crédits Source : Plan directeur de Beyrouth et ses banlieues, 1963.IFA, Archives du xxe siècle, Fonds Écochard
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/2171/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 562k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable