Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De la mesure à la norme : les indicateurs du développement

 | 
Philippe Bourmaud

Mesures

Indicateurs de « surexploitation » des eaux en Syrie : bases d’un diagnostic hégémonique

Myriam Saadé-Sbeih et Ronald Jaubert

Texte intégral

1Depuis le début des années 1990, de nombreuses voix s’élèvent pour faire part de leurs inquiétudes face à la diminution et à la dégradation des ressources en eau mondiale (Gleick 1993 ; Postel 1992). Ces inquiétudes portent également plus spécifiquement sur les eaux souterraines, donnant lieu récemment à un certain nombre de publications alarmistes (Wada et al. 2010 ; Narasimhan 2010). Dans ce discours de crise globale de l’eau, le Proche-Orient fait figure d’exemple (Blinda et Thivet 2006 ; Balanche 2008). Cependant, différents travaux montrent que le discours de crise globale de l’eau est davantage fondé sur des idéologies que sur des faits scientifiques, les données à disposition étant lacunaires et les incertitudes fortes (Trottier 2008 ; Mehta 2009).

2Cet article a pour objectif de retracer les différentes phases de l’élaboration­ et de l’utilisation des indicateurs d’exploitation des eaux sou­ter­raines sur le territoire syrien aux échelles nationale et régionale. Il analyse la production et l’interprétation de ces indicateurs dans un processus de construction, à partir des années 1990, du problème de « surexploitation » des eaux souterraines par un ensemble d’acteurs – experts d’institutions internationales, membres des administrations syriennes et experts d’organisations non gouvernementales. Ces différents acteurs, ayant des agendas et des modes de fonctionnement différents, suivent cependant une logique identique en ce qui concerne l’interprétation des indicateurs relatifs aux eaux souterraines. Ces derniers varient d’un acteur à l’autre, selon l’échelle d’analyse et les procédés de chiffrage utilisés. Cependant, la logique interprétative, implicite, est la même. Elle vise à étayer une affirmation commune quant à l’état d’urgence en matière de gestion des eaux souterraines, quelle que soit l’échelle considérée.

3Un diagnostic de surexploitation est le produit d’une évaluation d’un état de « nature », qui implique sa représentation sur la base d’observations et la référence à des normes d’évaluation plus ou moins définies, plus ou moins explicit(é)es. Les indicateurs sont des instruments de gestion et/ou de communication. Dans cette optique, l’article aborde les diagnostics de surexploitation à l’échelle nationale, et à une échelle régionale. Le propos ne consistera pas à démontrer ou infirmer l’éventualité d’un problème de surexploitation des eaux souterraines, mais à analyser la construction du diagnostic – et le discours qui en résulte ainsi que l’impasse à laquelle il aboutit en Syrie centrale.

4Il s’agira donc de montrer, à l’échelle nationale puis locale, comment les acteurs de l’arène développementaliste (experts des administrations syriennes et internationales, chercheurs et membres du monde académique, syriens comme étrangers) utilisent les indicateurs pour légitimer et justifier des interventions dans le secteur de l’eau et de l’irrigation. Nous aborderons dans un premier temps la question de l’origine des données. Les indicateurs sont en effet construits sur des mesures et des calculs effectués dans un premier temps par les experts de l’ex-URSS. Ces données ont été recyclées et réinterprétées par les nouveaux partenaires de l’État syrien selon le schème interprétatif dominant à l’échelle internationale mais sensiblement différent du cadre paradigmatique soviétique dans lequel elles ont été initialement produites.

La surexploitation des eaux souterraines en Syrie

5Les modalités de production, d’interprétation et d’utilisation des indicateurs relatifs aux eaux souterraines syriennes se transforment profondément, après la chute du bloc soviétique et la vision du monde dont il était porteur. Entre 1970 et la fin des années 1980, les données chiffrées sont produites par, ou en collaboration étroite avec des experts soviétiques, selon une procédure nécessitant un important appareillage de mesure et de traitement de l’information hydrogéologique, dans l’objectif affirmé d’exploitation des eaux souterraines. La fin de l’aide soviétique eut pour première conséquence un effondrement des études hydrogéologiques. Les données « soviétiques » font dès lors l’objet d’un recyclage par les autorités et les organisations internationales nouvellement installées (ou réinstallées) dans le pays. Elles sont utilisées sans actualisation pour le calcul de bilans hydriques, étayant systémiquement un diagnostic de surexploitation des eaux souterraines. Cette situation d’urgence légitime les actuelles politiques publiques de gestion de l’eau, ainsi que certaines interventions locales mises en place par des acteurs non étatiques.

La fabrique des indicateurs à l’échelle nationale : histoire de la collecte des données hydrogéologiques soviétiques

  • 1 Nombre de ces publications sont rédigées par Louis Dubertret, ingénieur civil des Mines. Par exempl (...)

6Si les sources de données traitant des systèmes hydrogéologiques syriens depuis l’époque mandataire sont pour le moins hétérogènes, il se dégage néanmoins deux tendances nettes, correspondant aux périodes soviétique et postsoviétique. Les premières données hydrologiques et hydrogéo­logiques sont publiées par des Français, pendant la période du Mandat 1. À partir du milieu des années 1950, le gouvernement syrien entreprit des études portant sur le développement et la gestion des ressources en eau. La FAO fut mandatée au début des années 1960 pour étudier les ressources en eaux souterraines dans la Djézireh, afin d’estimer les disponibilités et les possibilités d’exploitation en lien avec les projets d’irrigation à partir des eaux de surface (FAO 1966). Entre le début des années 1960 et le milieu des années 1970, ainsi que le montre Kerbe (1987 : 540), ce sont d’abord les experts soviétiques suivis par les experts syriens, puis les institutions internationales telles que la FAO qui produisent des études techniques en géologie, hydrogéologie et géophysique.

7L’entreprise soviétique V. O. Technoexport a effectué des études géologiques, géomorphologiques et hydrogéologiques sur l’ensemble du territoire syrien. Elle a notamment produit des cartes géologiques au 1/200 000 éditées en 1964 (Kazmin et Kulakov 1968). Parmi les chercheurs syriens, Safadi et Khouri ont conduit différentes études techniques traitant de la géophysique et de l’hydrogéologie. Ces travaux ont été précédés par les recherches effectuées par Burdon pour la FAO, notamment une étude réalisée en 1961 (Burdon 1961). Burdon est considéré par Kerbe comme l’un des pionniers de la recherche sur les eaux souterraines en Syrie.

8Pendant cette période, diverses entreprises et organisations ont produit des plans d’aménagement régionaux et d’utilisation des ressources hydriques. Un grand nombre de plans concerne la région de la Djézireh et de la vallée de l’Euphrate. Sans être exhaustif, une entreprise hollandaise, Nedeco, a effectué au début des années 1960 des travaux sur l’aménagement de la vallée de l’Euphrate, et plus particulièrement sur le bassin-versant du Balikh (Nedeco 1963). Technoexport a étudié les possibilités d’aménage­ment de la plaine de Maskané. Romagrimex-BUC, une société roumaine, rendit en 1978 un rapport sur un projet d’irrigation et de drainage de 27 000 ha dans la moyenne vallée de l’Euphrate. La société française Gersar présenta une proposition d’aménagement de la basse vallée de l’Euphrate en 1976 (Gersar-Scet 1976). Les ministères des Travaux publics et des Ressources hydrauliques effectuent quant à eux des plans d’aménagement pour les bassins versants de Damas, Yarmouk, Alep et des plans d’aménagement de petite hydraulique. Le Centre arabe d’étude et de recherches des zones arides et désertiques (ACSAD) produit également quelques travaux, de portée géographique plus limitée, dans le bassin-versant d’el-Daw.

9D’importantes études hydrogéologiques se poursuivent jusqu’à la fin des années 1980. Avec l’aide technique de l’URSS, le ministère des Travaux publics, chargé du développement des ressources en eau, effectue entre 1973 et 1978 des études hydrologiques et hydrogéologiques puis, à partir de 1982, prépare un premier plan d’ensemble de développement des ressources en eau. Ce plan concentre son attention sur quatre zones : Damas et les bassins du Barada et de l’Awaj, l’Oronte, la côte et Alep. Ilidentifie les projets possibles dans ces zones (approvisionnement en eau domestique et industrielle et développement de l’irrigation) en fonction d’une estimation de l’eau de surface et souterraine disponible. D’autres études portant sur des aires géographiques plus restreintes sont menées en partenariat étroit avec l’URSS, notamment avec l’entreprise Selkhozpromexport (Selkhozpromexport 1986 ; 1987). Entre 1982 et 1986, une étude porte spécifiquement sur le développement de l’irrigation dans les bassins du Barada et de l’Awaj. Entre 1982 et 1984, le ministère des Travaux publics effectue une étude de faisabilité de l’utilisation des ressources en eau souterraine dans la steppe syrienne pour la production de fourrage. Cette étude, appuyée par l’URSS, a permis d’évaluer les volumes d’eau disponibles dans le bassin de la steppe.

  • 2 Communication Zwahlen F.

10Cette production de données chiffrées fait intervenir d’importants moyens. Pendant plus d’une décennie, plusieurs centaines d’experts soviétiques étudient des eaux souterraines 2. Ils déploient un appareillage scientifique conséquent, procèdent à des échantillonnages, des forages etc. Les données produites portent sur les caractéristiques et paramètres des systèmes hydrogéologiques, l’estimation des volumes en eau disponible et sur des bilans hydriques calculés à l’échelle des bassins versants nationaux. Les ressources en eaux souterraines sont considérées comme porteuses d’un fort potentiel de développement économique, comme en témoigne ce commentaire de Kerbe :

« Les aquifères sont nombreux et peuvent être exploités à des fins nombreuses et variées, particulièrement pour l’irrigation et la création de bons secteurs économiques. C’est la raison pour laquelle des investissements qui se chiffrent par des dizaines de millions de livres syriennes ont été effectués afin de définir la base de la première potentialité en eau du pays qui est formée par les eaux souterraines. » (Kerbe 1987 : 555)

Recyclage des données relatives aux eaux souterraines

  • 3 En partenariat notamment avec la coopération allemande, sur des projets de modélisation du système (...)
  • 4 Cette ouverture est de facto une réouverture, puisque les institutions internationales (Banque mond (...)

11Après la chute du bloc soviétique, l’investissement dans des études hydrogéologiques diminue fortement. À l’exception de suivis localisés du niveau des nappes et d’études ciblant certaines régions spécifiques 3, aucune nouvelle donnée portant sur les caractéristiques et sur les dynamiques des systèmes aquifères n’est générée. Par contre, les données anciennement produites par les Soviétiques vont être transformées et réinterprétées pour actualiser des bilans hydriques portant sur les eaux souterraines et les eaux de surface. Le processus de recyclage s’effectue suite à l’ouverture de la Syrie aux agences de coopération bi ou multilatérales 4. Il participe à la production de documents techniques et programmatiques ayant pour objectif d’identifier ou de proposer des projets dans le secteur de l’irrigation.

12En 1995, la coopération japonaise (Japan International Cooperation Agency) est mandatée par le gouvernement syrien pour effectuer une étude dans le cadre d’un plan de développement de cinq bassins versants : Barada et Awaj, Oronte, côte, Alep et steppe (JICA 1996). Cette étude inaugure une nouvelle ère dans la production d’indicateurs relatifs aux eaux souterraines, et à l’eau de manière générale. Elle effectue une synthèse des données météorologiques, hydrologiques et hydrogéologiques existantes, expliquant que :

« The intensive hydrogeological studies and investigation including hydrological investigation were carried out from 1973 to 1979 for the Barada and Awaj, the Orontis, the Aleppo and the Coast. […] additional investigations and studies were carried out in the feasibility studies for the Barada and Awaj basin in 1986 and the Steppe basin in 1987. These investigations provided the monitoring wells of more than 1,000 and identified lowering of groundwater table in the Barada and Awaj, the Aleppo and the Orontis through measurement of the water table in shallow aquifer. » (JICA 1996 : S3)

13L’utilisation d’eau pour les usages agricoles, industriels et domestiques est calculée sur la base d’estimation des surfaces irriguées et de la population. Dans le rapport du JICA de 1996, les bilans effectués par les Soviétiques sont discutés parallèlement aux baisses de niveau des nappes observées dans les puits suivis par les autorités publiques. L’étude présente les cas de bassins dans lesquels on observe une pénurie d’eau souterraine (« shortage »), un bilan négatif ou des baisses du niveau des nappes, mais elle n’utilise pas le terme de « surexploitation ».

14À partir de 2001, les documents traitant de l’eau et de l’irrigation en Syrie diagnostiquent systématiquement une « surexploitation » des ressources en eau (en anglais, sous les termes « overdraft » ; « over-extraction » ; « overexploitation »…), sur la base d’indicateurs de déficit hydrique, quantifiés à partir du recyclage mentionné précédemment. Dans l’executive summary de son rapport de 2001, la Banque mondiale présente un tableau répertoriant les utilisations de l’eau et les ressources en eau renouvelable. La note explicative du tableau indique que les données sont :

« Adapted from JICA (1997) and others. These estimates are provisional and need to be reviewed. The renewable water resources are estimated based on average hydrological data showing only maximum potential supply in the absence of any other constraints. » (World Bank 2001 : 13)

15Le détail de l’adaptation des données n’est pas fourni. Le rapport nuance ses conclusions selon le bassin-versant considéré, expliquant que l’exploitation d’eau non-renouvelable est évidente, principalement dans les bassins du Barada et de l’Oronte (World Bank 2001 : 17). D’autre part, il présente des données par bassin, mais n’estime pas le bilan hydrique national, du fait de l’absence de données pour le bassin de l’Euphrate.

Entrée sur la scène nationale de la « surexploitation » et de l’indicateur de déficit hydrique

16La Banque mondiale est la première à introduire sans détour la rhétorique de la « surexploitation » :

« Unsustainable groundwater use has led to overdraft and pollution in many areas making groundwater management one of the key challenges in Syrian irrigated agriculture. » (World Bank 2001 : ix)

17Le diagnostic de surexploitation se généralise alors, et le calcul des indicateurs est de moins en moins explicité par les auteurs qui les emploient : ni les estimations des volumes renouvelables – d’eau souterraine et superficielle –, ni les estimations des volumes consommés ne sont documentées. Aucun effort réel n’est entrepris pour vérifier les chiffres ainsi avancés. D’autre part, le diagnostic d’une situation de surexploitation des eaux souterraines nécessite de définir le seuil à partir duquel l’exploitation est excessive. Un tel seuil n’est jamais défini.

18Les documents traitant de l’état des eaux souterraines, mais surtout de la politique et des projets d’irrigation soulignent un déficit hydrique en présentant un bilan alarmant des eaux de surface et souterraine au niveau national, bricolé à partir des données de la Banque mondiale ou de données fournies par le ministère de l’Irrigation. Ainsi, quelques mois après le rapport de la Banque mondiale, le document rédigé par les consultants de la FAO donne un déficit national de 3 milliards de m3 par année et diagnostique une surexploitation dans la majorité des bassins versants nationaux, excepté les bassins de l’Euphrate, de la côte et de la steppe (FAO 2001). Quelques années plus tard, dans une analyse de l’utilisation agricole de l’eau en Syrie, Maher Salman et Wael Mualla – experts et universitaires syriens – mentionnent un déficit dans la plupart des bassins nationaux, estimé sur la base des données de l’étude de la Banque mondiale de 2001 (Salman et Mualla 2003).

19Certains documents s’insèrent de manière explicite dans le discours de « crise mondiale de l’eau », tel que le document produit par la FAO à l’occasion de la conférence organisée en 2003 par l’université de Damas sur la modernisation et la rationalisation de l’utilisation de l’eau dans l’agriculture. D’autres documents plus récents formulent le même diagnostic : en 2009, dans un article évaluant l’impact des réformes politiques sur l’utilisation de l’eau, le National Agricultural Policy Centre (NAPC) reprend l’estimation de déficit hydrique de 3 milliards de m3 par an à l’échelle nationale (NAPC 2009). La même année, le Plan Bleu chiffre un déficit hydrique supérieur, de l’ordre de 6 milliards de m3 par an (Plan Bleu 2009).

20Les documents produits par l’administration syrienne mobilisent également la rhétorique de la surexploitation, mais avec une quantification plus prudente du déficit hydrique. La stratégie de l’eau, publiée en mars 2003 par le ministère de l’Irrigation, explique en introduction que sur les sept bassins versants que compte la Syrie, seuls les bassins de la côte et de l’Euphrate sont à l’équilibre ou ont un bilan positif, mais il n’y a pas de chiffrage des bilans (Syrian Arab Republic, Ministry of Irrigation 2003). Le Xe plan quinquennal (2006–2010), présente bien des chiffres de déficit en eau dans le chapitre sur l’agriculture et l’irrigation, mais sans donner le détail par bassin :

« […] il y a maintenant en moyenne un déficit d’eau de 1 727 millions de m3 annuellement. Ce déficit atteint actuellement 3,125 milliards de m3 du fait de l’augmentation de la consommation non renouvelable, la croissance démographique et économique, et leur mauvaise gestion. » (Syrian Arab Republic, 2006 : 1)

21La sélectivité de la quantification témoigne du caractère sensible de la région de l’Euphrate. Les documents produits par la Banque mondiale, les universitaires syriens ou les administrations syriennes (le NAPC excepté) abordent le bilan hydrique du bassin de l’Euphrate avec prudence et ne le quantifient pas. Il présenterait selon eux un bilan stable. Les autres documents donnent des bilans hydriques positifs pour le bassin de l’Euphrate, qui n’est de ce fait jamais considéré surexploité.

  • 5 Ce nombre est mentionné comme un déficit annuel (pour le NAPC ou la FAO) ou comme un déficit cumulé (...)

22Les documents présentent un chiffrage variable de l’indicateur de déficit hydrique à l’échelle nationale – bien que 3 milliards de m3 de déficit soit souvent mentionné 5 – et procèdent à des découpages territoriaux différents. Cependant, les conclusions convergent vers deux points : d’une part l’urgence de mesures pour lutter contre le phénomène de surexploitation, et d’autre part la gravité de la situation dans certaines régions de Syrie, notamment le bassin du Khabour, la région de Salamieh, et la plaine du Ghab (secteur d’Ashraneh).

Indicateur de déficit hydrique et registre de justification des politiques publiques actuelles

  • 6 Malgré le fait que cela concerne 60 % à 70% des surfaces irriguées en Syrie depuis 1990.

23L’apparition de l’indicateur de déficit hydrique et du diagnostic de surexploitation correspond à l’adoption par la Syrie d’une rhétorique nouvelle liée à sa politique d’irrigation. Jusqu’à la fin des années 1990, les études sur les eaux sont clairement orientées vers un objectif d’optimisation économique des prélèvements. Les coûteuses études effectuées sur les eaux souterraines ne sont paradoxalement pas suivies par des investissements publics conséquents en matière d’exploitation des eaux souterraines, puisque l’extraction des eaux souterraines reste largement privée 6. La priorité est donnée aux eaux de surface et à l’aménagement de l’Euphrate.

  • 7 Voir le Xe plan quinquennal.

24Il s’opère, après la publication du rapport de la Banque mondiale, en 2001, et les recommandations qu’elle émet (voir notre article pp 69-85), un passage d’une politique de maximisation des prélèvements en eau de surface et de projets agricoles suivant un idéal collectiviste et centralisé à une politique de rationalisation des utilisations de l’eau – de surface et souterraine – et de conservation de l’eau dans les zones en « crise », promue comme mise en pratique de la gestion intégrée de l’eau. La Syrie serait en transition d’un système d’exploitation des eaux caractérisée par une gestion de l’offre à un système de gestion de la demande 7.

  • 8 La mise en place de ce plan est justifiée dans différents documents par la dégradation des ressourc (...)
  • 9 Ces mesures comprennent notamment une interdiction de forer des puits, une limitation ou une interd (...)

25L’utilisation du diagnostic de surexploitation se décline de deux manières : la première consiste en une argumentation en faveur de la modernisation de l’irrigation à la parcelle, qui permet une rationalisation et une amélioration de l’efficacité d’utilisation de l’eau. Cette argumentation soutient notamment le Plan national pour la modernisation de l’irrigation, mis en place à partir de 2001 8. Ce Plan, inclus dans une politique de modernisation de l’agriculture mise en place en 2000, absorbe un quart du budget du ministère de l’Agriculture (13 % du budget du ministère de l’Irrigation et du ministère de l’Agriculture et de la Réforme agraire pour la période couverte par le Xe plan quinquennal). La seconde est une argumentation en faveur de mesures de conservation des eaux souterraines, dans les régions qui souffrent de « surexploitation », appliquées à partir de 2001 dans les marges arides de Syrie centrale (Saadé et al. 2008) 9.

La « surexploitation » régionale : reproduction du diagnostic et impasse technique

26Outre l’ouverture aux institutions internationales, les années 2000 sont marquées par l’implantation d’organisations privées de développement sur le territoire syrien. Celles travaillant dans les régions semi-arides ou arides sont confrontées à la question de l’exploitation des eaux souterraines. Ces nouveaux acteurs interviennent dès lors dans la production et l’interprétation des indicateurs, activités qui étaient auparavant supervisées par l’administration.

  • 10 Ainsi, le rapport du JICA (1996) y mentionne une diminution du niveau de la nappe de l’aquifère sup (...)
  • 11 International Center for Agricultural Research in the Dry Areas, Alep, Syrie.

27La région située au sud-est du bassin de l’Oronte est régulièrement citée en exemple pour étayer les diagnostics de surexploitation des eaux souterraines 10. Cette région a connu une forte croissance des surfaces irriguées au cours de la seconde moitié des années 1950, suivie d’un effondrement brutal au début des années 1960. À la suite de l’augmentation du prix du coton, les surfaces irriguées sont passées d’environ 2 000 hectares à plus de 15 000 hectares en 1958 pour ensuite revenir en l’espace de quelques années à 4 000 hectares. Par ailleurs, des galeries drainantes (qanat) se sont asséchées dans les années 1960 et le nombre de puits secs a fortement augmenté. L’organisation non gouvernementale (ONG) qui s’implanta dans la région en 2002 ne pouvait ignorer cette situation d’autant plus que l’accès à l’eau était un enjeu politique local centré sur un projet d’approvisionnement de la région par les eaux de l’Euphrate porté par le député de la circonscription. L’ONG demanda à l’ICARDA 11 en 2002 une étude devant servir de base à l’élaboration d’un programme de développement rural. L’analyse avait pour objectif :

« […] d’identifier les contraintes majeures relatives à l’eau et les potentialités pour améliorer la gestion des ressources et les systèmes de production sur une base durable » (ICARDA 2002 : 8).

  • 12 « The project area once had a good groundwater resource ; because of over-drafting it is nowadays s (...)

28La diminution du niveau des nappes phréatiques fut alors employée comme indicateur de « surexploitation ». Les auteurs du rapport mentionnent des diminutions de l’ordre de 1 à 3 mètres par année 12. Ils évoquent également deux autres phénomènes, conséquences de la surexploitation : l’augmentation du nombre de puits asséchés et la diminution des surfaces irriguées.

29Le principal intérêt de l’étude en question est de fournir une caution internationale au diagnostic de surexploitation des eaux souterraines. Elle se fonde en effet exclusivement sur les données existantes et délivre une interprétation amalgamant des bassins hydrogéologiques différents ainsi que des phénomènes d’échelles spatiales et temporelles variables. Par ailleurs, si l’augmentation des puits asséchés est un fait avéré, l’étude omet cependant de préciser que le nombre de puits fonctionnels est relativement stable. Entre 1960 et 2002, le nombre de puits asséchés est passé de 151 à 3 519, et le nombre de puits fonctionnels, de 2 374 à 1 985. Le problème se pose donc plus en termes de surcapacité locale d’exploitation que de « surexploitation » des ressources hydriques.

30Au plan politique local, les conclusions de l’étude furent bien accueillies car elles renforçaient le projet d’amenée des eaux de l’Euphrate. Ce projet ne rentrait pas dans les attributions de l’ONG et était par ailleurs pour le moins controversé au plan national. Toutefois, le diagnostic de surexploitation des eaux souterraines contribua à légitimer l’implantation de cette dernière dans la région. Cette dernière recruta en 2003 un expert qui mit en place une série de mesures du niveau des nappes phréatiques portant à son apogée sur plus de 800 puits.

31Le dispositif de mesure et d’interprétation des données est tel qu’il conduit systématiquement au diagnostic de surexploitation. Les indicateurs construits par l’expert reposent sur des données ponctuelles et localisées dans les zones de forte exploitation des eaux souterraines, agrégées en fonction de limites administratives et non hydrogéologiques. L’absence de chroniques hydrogéologiques sur des temps longs et la non-prise en compte des phénomènes de remontée des nappes après des années pluvieuses corroborent l’hypothèse d’une diminution sensible du niveau des nappes. D’autre part, le modèle d’interprétation établit un lien de causalité direct entre la diminution du niveau des nappes et leur surexploitation. Ceci conduit systématiquement au diagnostic de surexploitation des eaux souterraines. Or les indicateurs présentés sont moins des indicateurs de « surexploitation » que des indicateurs de suivi des nappes phréatiques. Bien qu’il soit systématiquement affirmé que l’exploitation des eaux souterraines est supérieure au débit des nappes, ou qu’il n’y a pas d’équilibre entre la consommation en eau et les ressources disponibles, aucun bilan n’est jamais calculé : aucune estimation de la consommation en eau n’est effectuée, ni aucun volume de débit de nappe, ou de ressources disponibles, n’est fourni. Le diagnostic se concentre donc sur une observation directe mais discutable des ressources en eau souterraine. Dans ce sens, la surexploitation est affirmée mais non prouvée.

  • 13 Arab Center for the Study of Arid Zones and Dry Lands, Syrie

32Les indicateurs s’insèrent dans un plan de communication, explicitement destiné aux « bénéficiaires » et implicitement destiné aux administrations locales ou centrales. Les indicateurs sont présentés devant des parterres d’agriculteurs ou de villageois, lors d’ateliers de « sensibilisation de la population » à la situation des ressources en eau organisés par l’ONG. Les indicateurs sont également « publicisés » par des prospectus qu’elle publie régulièrement, ainsi que dans ses divers rapports d’activité, à partir de 2008. Enfin, les indicateurs sont présentés lors d’ateliers ou de colloques rassemblant des représentants des administrations locales (maslaha et irchadieh), centrale (ministère de l’Agriculture, ministère de l’Irrigation), du parti Ba’ath, de l’Union des paysans et des centres de recherche internationaux (ICARDA et ACSAD 13).

33Si la sensibilisation aux risques de surexploitation fut un thème initial, l’ONG diversifia progressivement ses activités dans le domaine agricole en diffusant notamment des techniques d’irrigation localisée dans le cadre de son programme de développement rural. Elle prolongea par ce biais l’action étatique, en permettant à des exploitants non éligibles pour les prêts étatiques de contracter des prêts pour l’achat de systèmes d’irrigation « modernes ». Les mesures de niveau des nappes phréatiques et l’amélioration des techniques d’irrigation constituaient deux sous-programmes menés par deux équipes distinctes qui sont rapidement entrées en conflit. À la suite d’un changement de direction et de la mise en place d’un système d’évaluation des programmes, les moyens alloués au suivi des puits furent fortement réduits.

34Outre le coût du dispositif, les mesures et leur interprétation posaient un problème en matière d’évaluation des programmes. Le diagnostic de surexploitation qui avait légitimé l’ONG au moment de son implantation fut perçu comme contre-productif en termes d’évaluation des résultats. Les projets de modernisation de l’agriculture et, notamment, de diffusion des techniques modernes d’irrigation sont présentés aux « bénéficiaires » et à l’administration comme un moyen de réduire les consommations en eau, tandis qu’en interne les différents experts de l’ONG (hydrogéologues, agronomes, ingénieurs…) s’accordent à dire que les techniques modernes d’irrigation n’ont aucun effet de réduction des consommations en eau. D’autre part, les projets de modernisation de l’irrigation sont considérés avec un certain scepticisme par une partie des agriculteurs. Disposant de ressources naturelles et financières limitées, ces derniers ont en effet des pratiques agricoles et d’irrigation plus extensives et moins demandeuses en ressources, témoignant d’une rationalité ignorée par l’administration centrale et l’ONG. Par ailleurs, l’action de l’ONG s’inscrit dans le cadre réglementaire défini par l’administration, dont nous avons vu qu’il vise plus à répondre aux attentes des organisations internationales qu’à réduire la consommation d’eau. Dès lors, l’intérêt des agriculteurs pour les techniques de réduction de la consommation d’eau est essentiellement de permettre une extension des surfaces irriguées. La diffusion de ces techniques ne se traduit pas jusqu’à présent par une réduction des prélèvements en eau souterraine.

Conclusion

35Les indicateurs d’exploitation des eaux souterraines en Syrie se multiplient à partir du début des années 2000, accréditant les diagnostics généralisés de surexploitation des nappes phréatiques et des aquifères. La radicalisation des diagnostics contraste avec l’érosion des données sur lesquelles ils se fondent. À la suite de l’effondrement du bloc soviétique, les moyens alloués à l’étude des eaux souterraines et à leur exploitation ont été considérablement réduits au point que les diagnostics se basent quasi exclusivement sur les données produites entre la fin des années 1960 et les années 1980. La rupture du début des années 1990 se caractérise par un changement de schème interprétatif, mais également par le passage d’une culture de la mesure à une culture du discours. Les données recyclées par l’administration et les organisations internationales sont vieilles de plus de vingt ans. Ceci contribue à expliquer l’importance des écarts dans les évaluations de déficits hydriques. Si le diagnostic de surexploitation est aujourd’hui généralisé, les estimations de déficit varient selon les auteurs du simple au double, voire au triple. Les bases de calcul des plus récentes estimations n’étant jamais spécifiées, il est impossible d’en évaluer la validité.

36Si, au plan national, le discours peut être bâti sur un recyclage de données « soviétiques », les choses se compliquent singulièrement au plan local comme le montre le cas de la Syrie centrale. L’ONG implantée en 2002 dans cette région a légitimé son action, dans les premières années, par le diagnostic de surexploitation des eaux souterraines. Ce dernier a été conforté par la mise en place d’une large série de mesures de niveau des puits dont le mode de traitement des informations aboutit systématiquement à la mise en exergue d’une « surexploitation » des ressources, justifiant une action de sensibilisation des populations et la promotion de techniques d’irrigation localisée. L’ONG s’inscrit ainsi dans la ligne définie par le ministère de l’Agriculture, et il lui était par ailleurs politiquement difficile de procéder autrement. Toutefois, au-delà du discours, le cadre réglementaire dans lequel elle opère ne vise pas à réduire les prélèvements d’eau souterraine. Dans les faits, l’irrigation localisée qu’elle promeut a permis d’étendre les surfaces irriguées, mais n’a pas jusqu’à présent réduit la consommation d’eau. Les mesures des niveaux des nappes phréatiques posèrent dès lors un problème croissant en termes d’évaluation de ses activités par rapport à leur objectif affiché. Cette situation est à l’origine de tensions au sein de l’ONG, dont la direction a récemment décidé de fortement réduire les activités de suivi des nappes phréatiques. Cette situation illustre les contradictions entre le discours national et les réalités des actions au plan local aboutissant à l’abandon de la production d’indicateurs actualisés. Le recyclage des données « soviétiques » ne s’explique pas uniquement par un objectif de réduction des moyens alloués au suivi des ressources hydriques, il résulte aussi d’une incompatibilité entre le discours et les actions menées au plan local.

World Bank (2001), Syrian Arab Republic Irrigation Sector Report, Rural Development, Washington, Water, and Environment Group, Middle East and North Africa Region, Report n° 22602-SYR.

Bibliographie

Blinda Mohammed et Gaëlle Thivet (2006), Faire face aux crises et pénuries d’eau en Méditerranée, Valbonne, Les Notes du Plan Bleu, n° 4.

Balanche Fabrice (2008), « La pénurie d’eau en Syrie : compromis géopolitiques et tensions internes », Maghreb-Machrek, n° 196, pp. 11-28.

Burdon David J. (1961), Groundwater Development and Conservation in Syria, Final Report, Rome, FAO.

Dubertret Louis (1933), « L’hydrologie et aperçu sur l’hydrographie de la Syrie et du Liban dans leurs relations avec la géologie », Revue de géographie physique et de géologie dynamique, vol. 6, n° 4, pp. 347-453.

FAO (1966), Syrie – Étude des ressources en eaux souterraines de la Djézireh syrienne, Rome, Rapport final.

FAO (2001), Final Report on Agricultural Water Use, (Consuelo Varela-Ortega & Juan Antonio Sagardoy, FAO International Consultants), Damascus, Project GCP/SYR/006/ITA, Assistance in Institutional Strengthening and Agricultural Policy.

FAO (2003), « Towards Improved Water Demand Management in Agriculture in the Syrian Arab Republic », Symposium on Management and Rationalization of Water Resources Use in Agriculture, University of Damascus, Damascus, Arab Republic of Syria, 28-29 April 2003.

GERSAR-SCET (1976), Development of the lower Euphrates Valley – General Preliminary Project, Damascus, Synthetical Note.

Gleick Peter H. (1993), Water in Crisis : a Guide to the World’s Fresh Water Resources, New York, Oxford University Press.

ICARDA (2002), Sustainable Water Management in Salamieh, Syria, a Rapid Assessment Study, Alep, Syria.

JICA (1996), The Study on Water Resources Development in the Northwestern and Central Basins in the Syrian Arab Republic (Phase I), Progress Report.

Kazmin Vladimir G. et Vladimir V. Kulakov (1968), Geological Map of Syria, Moscow, Techno­export, Report on the Geological Survey.

Kerbe Jehad (1987), Climat, hydrologie et aménagements hydro-agricoles de Syrie, thèse de doctorat, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

Mehta Lyla (2009), The Limits of Scarcity, London, Earthscan.

NAPC (2007), Water Use Efficiency in Syrian Agriculture, Damascus, Working Paper, n° 26.

NAPC (2009), The Foreseen Impact of the Recent Policy Reforms and Other Scenarios on Water Use in Syrian Arab Republic : the Case of al-Khabour Basin, Damascus, Working Paper, n° 46.

Narasimhan Thiruppudaimarudhur N. (2010), « On Adapting to Global Groundwater Crisis », Ground Water, n° 48, pp. 354–357.

Nedeco (1963), Report on the Investigations in the Euphrates Project Area, The Hague, NEDECO, PartI.

Plan Bleu (2009), Stratégie méditerranéenne pour le développement durable. Efficience d’utilisation de l’eau, rapport de synthèse (préparé par M. Mohammed Blinda), Nice, Centre d’activités régionales, université Sophia Antipolis.

Postel Sandra (1992), Last Oasis : Facing Water Scarcity, New York, W.W. Norton & Co.

Saadé Myriam et al. (2008), « Utilisation de l’eau et centralisme étatique : le développement de l’irrigation dans les marges arides de Syrie », Maghreb-Machrek, n° 196, pp. 79-92.

Salman Maher et Wael Mualla (2003), « The Utilization of Water Resources in Syria : Analysis of Current Situation and Future Challenges », Erice International Seminars on Planetary Emergencies, Sicily, Italy, 18-26 August 2003.

Selkhozpromexport (1986), Water Resources Use in Barada and Awaj basins for Irrigation of Cropes, Syrian Arab Republic, Moscow, USSR, Ministry of Land Reclamation and Water Management.

Selkhozpromexport (1987), Water Resources Use in the Syrian Desert, Syrian Arabic Republic, for Pasture Water Supply Scheme, Moscow, vol. 1, n° 2.

Syrian Arab Republic, State Planning Commission (2006), Chapter 7, « Agriculture and irrigation », Damascus, 10 th Five-Year Plan.

Syrian Arab Republic, Ministry of Irrigation (2003), Water Strategy of the Syrian Arab Republic (in the Framework of Water Sector Modernization), Damascus.

Trottier Julie (2008), « Water Crisis : Political Construction or Physical Reality ? » Contemporary Politics, vol. 14, n° 2, 2008, pp. 197-214.

Wada Yoshihide et al. (2010), « Global Depletion of Groundwater Resources », Geophysical Research Letters, vol. 37, URL : http://tenaya.ucsd.edu/~tdas/data/review_iitkgp/2010GL044571.pdf, consulté le 14 septembre 2011.

Notes

1 Nombre de ces publications sont rédigées par Louis Dubertret, ingénieur civil des Mines. Par exemple : Dubertret (1933).

2 Communication Zwahlen F.

3 En partenariat notamment avec la coopération allemande, sur des projets de modélisation du système aquifère lié aux sources alimentant la ville de Damas.

4 Cette ouverture est de facto une réouverture, puisque les institutions internationales (Banque mondiale et FAO) étaient présentes, dans les années 1950-1960.

5 Ce nombre est mentionné comme un déficit annuel (pour le NAPC ou la FAO) ou comme un déficit cumulé (dans le plan quinquennal).

6 Malgré le fait que cela concerne 60 % à 70% des surfaces irriguées en Syrie depuis 1990.

7 Voir le Xe plan quinquennal.

8 La mise en place de ce plan est justifiée dans différents documents par la dégradation des ressources en eaux souterraines : voir par exemple : NAPC (2007 : 3).

9 Ces mesures comprennent notamment une interdiction de forer des puits, une limitation ou une interdiction de certaines pratiques agricoles…

10 Ainsi, le rapport du JICA (1996) y mentionne une diminution du niveau de la nappe de l’aquifère superficiel de 15mètres, entre 1990 et 1995, et recommande de ne plus l’exploiter. Le rapport de la Banque mondiale (2001) reprend cette observation, en expliquant, entre deux bilans hydriques, que la région concernée a présenté une baisse du niveau des eaux souterraines de 10mètres sur une période de 6 ans. Pour le rapport de la FAO (FAO 2001 : 5), les eaux y ont baissé de 34mètres entre 1990 et 1999.

11 International Center for Agricultural Research in the Dry Areas, Alep, Syrie.

12 « The project area once had a good groundwater resource ; because of over-drafting it is nowadays suffering from water scarcity. Progressively depleting groundwater, lacking in proper surface water management and degraded rangeland have resulted in about 50 % reduction in irrigated area and a significant decline in socio-economic conditions of the population, during the last 3-4 decades. The migration from rural to urban areas has been escalating due to declined subsistence level of production and households income. » (ICARDA 2002 : 5)

13 Arab Center for the Study of Arid Zones and Dry Lands, Syrie

Auteurs

Docteur/doctorante à la Faculté des géo­sciences et de l’environnement de l’université de Lausanne
Professeur à l’Institut de hautes études inter­nationales et du développement (IHEID), à Genève

© Presses de l’Ifpo, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par