Version classiqueVersion mobile

Penser l'Orient

 | 
Youssef Courbage
, 
Manfred Kropp

Conclusion générale

Pour ne pas en finir avec les sciences orientales

Christian Décobert

Entrées d'index

Mots clés :

orientalisme

Texte intégral

1Quelques mois après la disparition d’Edward Saïd, vingt-cinq ans après la parution d’Orientalism, il semble que l’on n’en ait toujours pas fini avec cet ouvrage décapant et, de façon générale, que l’on n’en ait toujours pas fini avec l’orientalisme. Le procès en accusation et en réhabilitation n’est pas clos, et les débats de cette journée l’ont bien montré. Mais, au juste, de quoi parlons-nous, quand nous parlons d’orientalisme ? Ne fallait-il pas, en préalable, préciser les termes de nos débats ?

2Il y a trois ensembles, distincts l’un de l’autre, mais qui entretiennent mutuellement des rapports d’une singulière contiguïté. Il y a l’orientalisme, les sciences orientales et les sciences sociales. L’orientalisme est une pratique politique d’invention d’un Orient caractérisé par son altérité absolue et son rapport d’indéfectible infériorité à l’Occident. Les sciences orientales sont les disciplines scientifiques qui vivent encore avec l’empreinte d’un péché originel : s’être crues spécifiques, homogènes à cet objet différent. Quant aux sciences sociales, leur champ d’application est différent. Il n’est, en l’occurrence, oriental que de façon contingente et non structurelle. De quoi donc avons-nous essentiellement parlé ? De sciences orientales, ni d’orientalisme ni de sciences sociales appliquées à l’Orient. Nous avons parlé de leur apport au savoir, au capital de connaissance. Nous avons également posé cette question : est-ce que les sciences orientales ont créé l’orientalisme, en tant qu’elles ont montré – ou voulu montrer – ce rapport d’infériorité à l’Occident ? En tant qu’elles ont contribué à légitimer, scientifiquement, l’entreprise coloniale ? Légitimer, et non pas susciter, car il faut savoir gré à Edward Saïd de n’avoir jamais affirmé que les sciences orientales avaient été à l’origine de la colonisation, mais d’avoir simplement posé qu’elles avaient travaillé de manière concomitante à celle-ci.

3De fait, les sciences orientales, comme toute science, ont fait de leur sujet d’investigation un objet – leur pratique était bien une pratique d’objectivation. Mais de quel objet s’agit-il ? Il apparaît, en première analyse, que l’objet n’est pas unique mais multiple. L’histoire des sciences orientales, en France et en Allemagne, rappelée ici par Henry Laurens et Baber Johansen, nous permet de mesurer les différences.

4On a insisté, pour l’âge classique, sur la motivation politique de l’intérêt français pour l’Orient musulman. C’est, de fait, l’âge de la mise en place du « drogmanat », de cette fonction et de ce groupe d’hommes appelés « Levantins », et qui sont comme les intermédiaires entre des puissances politiques et commerciales, française et ottomane, en l’occurrence. C’est aussi l’âge des missions de collecte de textes, de manuscrits orientaux. Il s’agit pour un État fort, centralisé, de pénétrer en Orient, d’y installer des relais stables pour établir des relations contractuelles avec la puissance musulmane, de se rapprocher enfin de ceux qui, dans cet Orient musulman, sont considérés comme les plus proches de l’Occident – c’est-à-dire les chrétiens, coptes, syriaques, chaldéens, etc.

5Un tel projet ne disparaît pas avec la fin de l’âge classique, loin s’en faut, mais à l’âge dit des Lumières, le paysage devient plus complexe. Dans le langage des Lumières, l’Orient, entre autres qualifiants, devient « despotique ». En tant que tel, il est stérile, oppressif. C’est à cet endroit que l’approche savante sert de support à un double discours : discours historique de l’avancée de l’Occident (c’est la stérilité de l’autre oriental qui semble expliquer, voire justifier, l’expansion occidentale dans ses terres) ; discours philosophique de la possible stérilité de l’Occident (le despotisme occidental guette, il pourrait s’imposer). La dénonciation de tout despotisme, tout autant ici que là-bas, est la formulation politique, par les philosophes des Lumières, de l’État absolutiste.

6Il y a donc bien une objectivation, la création d’un objet : le despotisme oriental. Mais cet objet « despotisme » est malléable et surtout son point d’application peut changer. Le despotisme n’est pas intrinsèque à l’Orient ; l’objectivation n’est pas franche, elle laisse place à des déplacements conceptuels et, prioritairement, à la faculté déstabilisante de comparer.

7L’entreprise coloniale, dès le xixe siècle, supporte – et est supportée par – la pratique ethnographique. C’est l’ère des Arabes, de l’invention des Arabes, dont parle Henry Laurens ; c’est aussi l’ère des tribus, de l’invention des tribus. Jacques Berque a bien montré comment, au Maghreb par exemple, on identifie alors, de façon impérative, des tribus, des clans, des familles, afin de lesadministrer ; comment on fait entrer les hommes dans ces cadres tribaux que l’on a créés et qui sont sensés représenter évidemment la réalité. C’est le moment de la dite « École d’Alger », et jusqu’à la fratrie des Marçais ; c’est aussi le moment de l’Institut français d’archéologie et d’art musulmans de Damas, animé par Robert Montagne. Le moment de l’encadrement et de la sauvegarde des cultures et des structures sociales traditionnelles.

8Les expositions coloniales sont les vitrines de ce que les ethnologues et les ethnographes prennent pour acquis. Mais la question se pose : y a-t-il une spécificité orientaliste à ces travaux ethnographiques, qui construisent de telles entités humaines pour les appréhender — c’est-à-dire pour qu’eux-mêmes les saisissent et que les règles administratives les circonscrivent ? Il ne faut peut-être pas oublier qu’un même processus de création d’entités humaines a bien existé en France métropolitaine, et plus largement en Europe. Un simple exemple :  le musée Arlaten d’art et de traditions populaires créé par Frédéric Mistral à Arles. Au moment même où l’ethnographie orientale s’impose, construit de l’Arabe, du Berbère, du Syriaque, du tribal, Frédéric Mistral construit du Provençal, de la famille élargie, etc. Et que dire de l’invention du Breton, à cette même époque ? S’il y a domination, et il y a bien un lien entre domination politique et enquête ethnographique, il n’est pas certain que cette domination soit exclusive à l’Orient. Ou alors, les provinces françaises excentrées sont en Orient ! Je veux dire que l’entreprise d’expansion n’a pas seulement existé à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur même de la France métropolitaine – créant ainsi des réserves et des sanctuaires intérieurs.

9Les sciences orientales allemandes semblent tellement éloignées de ce parcours hexagonal ! Baber Johansen montre bien qu’elles sont d’abord philologiques et qu’elles sont d’abord œuvre, pour grande partie, de théologiens. Certes les États de langue allemande, avant l’ère moderne, n’étaient pas l’Allemagne, et il n’y existait pas une volonté centralisée, forte, de connaître l’Orient pour s’y implanter, pour y commercer. Nous devons aux sciences orientales allemandes l’Arabistik, qui est méthodologiquement une avancée de grande ampleur : l’étude formelle des langues et des textes. On sait que Sylvestre de Sacy était fasciné par les travaux de ses collègues allemands, lui qui avait certes élaboré une Grammaire de l’arabe sur le modèle de la Grammaire de Port-Royal, mais qui pensait qu’elle s’approchait, par son formalisme, par son attention à la mécanique de la syntagmatique, de la pratique des philologues allemands. Mais l’apport des études allemandes était surtout visible dans l’étude formelle des textes – grande absente des sciences orientales françaises.

10Travailler les textes philologiquement ; repérer les strates d’élaboration, les variantes, les filiations. Lorsque, à la fin du xixe siècle, la philologie s’applique à la Bible, elle en reconstitue une histoire, elle décrit un long processus d’élaboration. Lorsqu’elle s’applique au Coran, avec Nöldecke notamment, elle fait plus : elle fait de ce texte – parole de Dieu inimitable – quelque chose de proche, parce qu’elle en fait quelque chose de construit, d’élaboré. En un mot, le Coran, entre les mains du philologue, devient à la fois complexe, stratifié et mondain. Mais si le philologue est également théologien, alors il fait du Coran quelque chose de connu, qui a sa place dans un univers monothéiste, qui n’est pas simplement venu du ciel.

11A l’intérieur de cet Orient des sciences orientales, une question lancinante est de savoir si cet Orient est « à part ». Marc Gaborieau nous en a parlé longuement pour l’Orient asiatique. Les sciences de l’Asie ont longtemps négligé l’islam, contrairement au traitement accordé à l’hindouisme et au bouddhisme. Il a fallu attendre la deuxième moitié du xxe siècle pour remettre l’islam à sa place en Indonésie, en Inde, en Malaisie.

12Mais si l’on s’interroge sur les raisons de cet oubli, si volontaire, on peut penser que l’une des réponses revient à considérer à quoi sert cette Asie de l’hindouisme et du bouddhisme. Marc Gaborieau nous livre un indice : il dit que les études asiatiques ont été écartelées entre, d’un côté, le postulat de l’irréductibilité entre les religions et, de l’autre, celui du syncrétisme. Un syncrétisme qui serait à la mode aujourd’hui et qui serait, en quelque sorte, une façon de réhabiliter l’islam.

13Il apparaît que ce postulat de l’irréductibilité entre les religions (l’islam et l’hindouisme ne se touchent pas) sert à quelque chose. Il sert à asseoir des théories générales. Je crois que cet Orient asiatique est, au propre, un laboratoire d’expérimentation de théories. On pense à Louis Dumont, à son homo hierarchicus, à son système fermé et irréfragable de castes ; on doit penser également à Max Weber, de qui vient la première formulation de l’indéfectible construction hiérarchique. L’Inde sert de modèle ; de modèle de représentation générale, éventuellement transportable ; de lieu de conceptualisation. L’Orient lointain me semble être ce lieu que l’Orient proche n’est pas, c’est-à-dire un lieu d’où l’on expérimente du théorique. Et l’on comprend bien, dès lors, pourquoi l’islam doit être évacué de cet Orient lointain : il brouille le modèle, il détruit l’épure. Et l’on comprend bien, également, pourquoi les postulats, plus nouvellement proposés, de syncrétisme généralisé sont utiles pour remettre en question de telles théorisations trop parfaites.

14Je voudrais terminer ces quelques mots de conclusion en évoquant les sciences orientales aujourd’hui. Celles-ci devraient être concurrencées, légitimement et efficacement, par les sciences sociales qui ont simplement l’Orient comme champ d’expertise : l’économie, la sociologie, la démographie, l’histoire, etc. Pourtant, Stefan Reichmuth a bien montré que les associations corporatives, nationales et internationales, de savants orientalistes sont florissantes, que les séminaires ou les groupements de recherche orientalistes continuent de se créer. Reproduisons-nous l’ancien ? Pas tout à fait, et les courants d’opposition de méthode séparent souvent les associations récentes et les associations anciennes. Mais la « désorientalisation » des sciences sur l’Orient n’est pas achevée. Leur banalisation n’est pas accomplie.

15Certains faits, d’actualité, indiquent que celle-ci est malaisée. Stefan Reichmuth a évoqué ces cas où des savants orientalistes allemands sont interpellés publiquement, comme Annemarie Schimmel. Interpellés, c’est-à-dire mis sur le devant de la scène, en pleine lumière, confrontés à la gent journalistique, intervenant dans des débats dits de société. Et accusés souvent d’irréalisme, de naïveté coupable. Au nom de quoi ? Au nom de l’argument qu’ils exhibent un savoir décalé, éloigné de la réalité. Cet écart constaté entre le travail du savant et la demande sociale semble alors devenir criant, et peu compréhensible. Mais n’en est-il pas ainsi parce que le savant en question – ou à la question – ne s’est pas dégagé de ce langage de science orientale, spécifique, un peu étranger au langage commun ?

© Presses de l’Ifpo, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search