Version classiqueVersion mobile

Penser l'Orient

 | 
Youssef Courbage
, 
Manfred Kropp

Discours de Monsieur l’ambassadeur de France, Son Excellence M. Philippe Lecourtier

Philippe Lecourtier

Texte intégral

1Monsieur le représentant du ministre, directeur-général du ministère de la Culture, Monsieur l’ambassadeur, Messieurs les directeurs, Mesdames et Messieurs, mes chers amis,

2Le quarante-et-unième anniversaire du Traité franco-allemand de l’Élysée m’offre à nouveau, cette année, l’agréable occasion de m’exprimer devant vous. Je voudrais remercier le représentant du ministre de la Culture Ghazi Aridi, retenu par le Conseil des ministres de ce matin. Sa présence parmi nous témoigne de l’amitié qu’entretiennent le Liban, l’Allemagne et la France. Qu’il me soit également permis de remercier l’Orient-Institut et l’Institut français du Proche-Orient qui, en liaison avec les services culturels de nos deux ambassades, ont organisé ce colloque. Mes remerciements iront enfin à M. Ourset, directeur de l’École supérieure des affaires qui, une fois encore, nous a fait l’amitié de nous prêter ses prestigieux locaux pour cette célébration.

3La France et l’Allemagne ont, au cours de l’année 2003, abordé une nouvelle étape dans leur relation, imprimée et justifiée par les temps internationaux incertains que nous traversons.

4Cette nouvelle étape, c’est d’abord dans la nature de la relation bilatérale qu’elle se fonde. Relation exceptionnelle, faite tout à la fois de chaleur et de franchise, de respect et de confiance mutuels. En ce sens, le lien personnel noué entre le Chancelier Gerhard Schroëder et le Président Jacques Chirac, où aucune décision majeure n’est prise sans une consultation systématique des deux pays, est exemplaire. Cette confiance, si rare dans les relations internationales qu’elle mérite d’être rappelée, aura permis aux deux pays de réfléchir conjointement pour proposer beaucoup de choses ensemble.

5C’est aussi sur le fond des dossiers que cette relation est exemplaire, dans la perspective de dégager une vision commune franco-allemande sur les grandes questions européennes et internationales. Lors des quatre-vingt unièmes consultations franco-allemandes, tenues à Berlin le 18 septembre 2003, les deux dirigeants français et allemand ont rappelé que cette étroite concertation avait, notamment, abordé les propositions de la Convention européenne sur une nouvelle Constitution.

6Cette convergence est au service d’une ambition, celle de rendre l’Europe plus efficace, notamment du fait des contraintes de l’élargissement, ainsi que de lui conférer plus de poids politique sur la scène internationale.

7Ce dialogue renforcé et confiant, c’est celui qui a également prévalu sur les dossiers du Proche-Orient de manière générale et sur l’Irak plus particulièrement, où la France et l’Allemagne ont développé une vision du système international dans lequel le respect collectif des règles édictées par la communauté internationale, dans le cadre de l’onu, constitue une priorité diplomatique.

8Cette vision commune, c’est aussi sur la culture et la langue qu’elle s’exerce. Pour la France, l’Allemagne demeure le premier destinataire, en Europe, des crédits culturels, scientifiques et techniques. Une réforme du réseau culturel français en Allemagne est d’ailleurs engagée afin de l’adapter aux nouveaux besoins et au paysage culturel de nos deux pays. Le principe d’une présence culturelle française dans chaque land, chaque région d’Allemagne, est acquis. Symbole de cette symbiose, parmi toutes les réalisations entre nos deux pays, dont j’avais cité certaines l’année passée, je voudrais évoquer l’université franco-allemande, devenue opérationnelle depuis quatre ans, et qui doit constituer à terme, autour d’elle, un vaste réseau d’universités et d’établissements supérieurs offrant des cursus intégrés du premier au troisième cycle, et débouchant sur des diplômes nationaux.

9La connaissance de l’autre passe enfin par la maîtrise linguistique. Au cours de la dernière réunion à Berlin, MM. Schroëder et Chirac ont évoqué leur préoccupation de l’insuffisance de l’apprentissage des jeunes Français en allemand et des jeunes Allemands en français. Comme l’a indiqué le Président de la République française, si nous aspirons à une coopération de plus en plus intime entre l’Allemagne et la France, si nous voulons assumer convenablement la construction européenne, il faut résoudre ce problème de l’apprentissage linguistique mutuel. Il a donc été décidé de réfléchir à des initiatives permettant de donner plus de chances aux Français d’apprendre la langue de Goethe et de Schiller et réciproquement, à plus de jeunes Allemands d’apprendre la langue de Verlaine et de Chateaubriand. Cette approche des questions linguistiques, s’inscrivant dans le plurilinguisme, c’est aussi celle du pays où nous vivons, le Liban, qui s’enrichit de cette capacité des jeunes Libanais de pratiquer plusieurs langues. Une meilleure maîtrise linguistique permet ainsi à chacun de mieux maîtriser son destin.

10Vive l’Allemagne, vive la France, pour que vive l’Europe ! Vive aussi le Liban, auquel nous vouons une amitié fidèle !

© Presses de l’Ifpo, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search