Version classiqueVersion mobile

Abd el-Kader, un spirituel dans la modernité

 | 
Ahmed Bouyerdene
, 
Éric Geoffroy
, 
Setty G. Simon-Khedis

Un homme de son temps

Sur les pas d’Abd el-Kader : la hijra des Algériens en Syrie au XIXe siècle

Mouloud Haddad

Résumé

Au XIXe siècle, le choc colonial incite un nombre important d’Algériens à émigrer dans les provinces orientales de l’Empire ottoman et principalement à Damas, notamment à partir de 1855, année où l’émir Abd el-Kader s’y installe. Le présent article examine les motivations religieuses, politiques ou économiques de cette hijra. Nous verrons successivement comment s’effectue l’intégration des ces Maghrébins en Orient, quels sont leurs rapports avec les populations et les autorités locales, leur organisation administrative, cultuelle et leur apport économique et intellectuel. Enfin, nous aborderons la question de la nationalité de ses exilés Algériens qui se retrouvent au centre d’une vive polémique entre diplomates français et autorité ottomane.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

L’exil pour raison religieuse (hijra) est la marque de deux épisodes importants du début de la prédication muhammadienne : la hijra d’un petit groupe de convertis, onze hommes et quatre femmes vers l’Abyssinie chrétienne1 aux alentours de l’année 615, et celle effectuée en 622 par Muhammad et l’ensemble des musulmans mecquois à Yathrib (future Médine) événement fondamental de l’histoire de l’islam puisqu’il marque le début de l’ère musulmane2. Ces deux hijra historiques – motivées par l’unique question de la survie même de la jeune communauté musulmane – procèdent à la fois d’injonctions coraniques3 et de l’exemple prophétique. Si le temps de la hijra a été déclaré clos par le Prophète après la prise de La Mecque en 6304, ces premiers exils servent de modèles archétypaux et de références religieuses aux oulémas et aux populations elles-mêmes lorsque se pose la question du maintien de musulmans sur un territoire non administré par les lois de l’islam.

Aussi, la domination...

Auteur

CHSIM-IISMM-EHESS

© Presses de l’Ifpo, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.comamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search