Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

La localisation des chérifs à Alep à la fin du XVIIIe siècle

Note de l’éditeur

Extrait de : A. Pelliteri & G. Montaina (ed.), Azhar. Studi arabo-islamici in memoria di Umberto Rizzitano, Palermo, 1995, p. 187-193.

Texte intégral

  • 1 Voir : J.-B. Barbier du Bocage, « Notice… sur le plan d’Hhaleb de M. Rousseau », dans Recueil de Vo (...)

11. Dans son Alep (1941) Jean Sauvaget a mis l’accent sur l’importance des conflits entre « janissaires » et « chérifs » à Alep, à la fin du XVIIIe siècle et il en a fait le moteur principal de l’histoire de la ville, dans le demi-siècle qui s’est écoulé entre 1770 (premier grand conflit entre les deux groupes urbains) et 1819 (grande révolte et siège d’Alep). Le livre de H. Bodman (Political Factions in Aleppo, 1963) est une illustration des thèses de Sauvaget, construite essentiellement à partir des témoignages occidentaux pour ce qui concerne les caractéristiques socio-professionnelles et la localisation de ces deux grandes factions, et en particulier de l’étude de J.-B. Barbier du Bocage (« Notice… sur le plan d’Hhaleb », 1825)1.

  • 2 Sur ces problèmes, outre les ouvrages mentionnés dans la note 1 : J.-P. Thieck, « Décentralisation (...)

2L’importance numérique des deux groupes paraît certaine en dépit du scepticisme que suscite naturellement l’énormité des chiffres mentionnés. Une dizaine de milliers de « janissaires », ce qui s’explique par le très grand nombre d’indigènes qui se faisaient rattacher à la milice, moyennant finances, pour bénéficier de sa protection : un document de 1689 émanant de la Sublime Porte donne une liste de 341 recrues, levées pour une expédition sultanienne, dont 270 (les quatre cinquièmes) étaient remplacées et étaient donc sans doute des « civils » inscrits sur les registres, mais se soustrayant aux obligations militaires. On cite habituellement un chiffre équivalent pour les chérifs, descendants du Prophète, soit près de dix pour cent de la population, ce qui paraît considérable, même si on tient compte du laxisme des naqîb al-ashrâf (« surintendant des nobles ») dans l’enregistrement des chérifs, à qui un statut honorifique assurait aussi quelques privilèges. Ce nombre n’est cependant pas invraisemblable : un document des archives des ordres sultaniens (Awâmir sulṭâniyya) d’Alep, daté de 1733, recense 168 artisans du bois et du fer, dont 18 sont qualifiés de sayyid, soit une proportion de 10,7 %. Sur la population totale d’Alep vers 1800 (une centaine de milliers d’habitants), un cinquième aurait dont appartenu soit aux chérifs, soit aux janissaires. On s’explique donc le rôle que jouaient ces deux groupes dans l’existence de la ville et la concurrence qui pouvait les opposer pour son contrôle2.

Plan 1. Localisation des militaires non remplacés (1689)

Plan 1. Localisation des militaires non remplacés (1689)
  • 3 Voir : A. Russel, The Natural History of Aleppo, Londres, 1794, 2 vol., I, 159-160. Et les ouvrages (...)
  • 4 A. Raymond, « Groupes sociaux », 158-159, et carte reproduite dans le présent article.

3On doit cependant remarquer que, dans les nombreux incidents qui se produisirent à Alep entre 1770 et 1819, les deux groupes paraissent avoir coopéré (pour défendre les intérêts des Alépins contre l’autorité ottomane) plus qu’ils ne s’opposèrent. Pour pouvoir apprécier leur rôle historique, il serait indispensable que nous connaissions avec quelque précision les activités et le statut économico-social ainsi que la localisation de ces deux groupes. Le nombre même des janissaires et des chérifs oblige à supposer qu’ils recrutaient leurs adhérents très largement, dans toutes les strates de la population : chérifs et janissaires étaient des partis « ouverts » et s’opposaient donc moins comme porte-parole de parties déterminées de la population que comme des syndicats d’intérêts organisés. Les hypothèses souvent avancées en ce qui concerne les activités exercées par les chérifs et les janissaires et leur situation socio-économique (les chérifs auraient eu une position relativement privilégiée, en comparaison avec les janissaires) paraissent au total assez fragiles : les chérifs, remarque le résident A. Russell, forment « un corps nombreux… dans lequel sont compris des personnes de toutes conditions » ; quant aux janissaires, leurs liens avec des professions « de moindre considération » (commerce des produits animaux en particulier) n’étaient sans doute pas exclusifs de l’exercice de métiers « plus nobles »3.En ce qui concerne leur localisation l’impression que donnent les textes (Barbier du Bocage) et les événements est que les janissaires recrutaient particulièrement dans le faubourg oriental, et les chérifs dans la ville intra muros. Le document de 1689 m’a permis de définir une zone située au nord-est de la ville (de part et d’autre de Bânqûsâ, en J 23 sur notre plan) où résidaient plus de la moitié des janissaires-militaires mentionnés (36 sur 71)4. Mais nous n’avons pas d’information précise sur la localisation des chérifs, et, de toute manière, l’importance numérique des deux groupes excluait sans doute une répartition tout à fait tranchée.

  • 5 Voir les ouvrages de : A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, Damas, 1974, (...)
  • 6 Le dépouillement que j’ai effectué en 1992 dans les Archives Nationales Syriennes à Damas s’est avé (...)

42. Ces problèmes pourraient être éclairés si nous disposions pour Alep de registres des Tribunaux (Maḥkama) rassemblant les documents relatifs aux successions, tels ceux qui ont été utilisés pour le Caire, Damas et Alger au XVIIIe siècle et qui permettent de dresser un tableau précis des activités et de la situation socio-économique de la population ainsi que de sa localisation géographique5. Les très riches archives nationales de Damas ne contiennent apparemment pas de tels registres pour Alep au XVIIe et au XVIIIe siècle6. Dans ces conditions, ce n’est que par un dépouillement systématique des « transactions » quotidiennes des tribunaux que l’on pourra obtenir les informations recherchées sur les sayyid et sur les janissaires : encore l’identification de ces derniers est-elle souvent aléatoire, faute d’indication précise concernant leur affiliation. Une telle entreprise demanderait un temps considérable, à moins d’être réalisée par une équipe de chercheurs. En attendant un travail exhaustif de cette nature, je me suis livré, dans les documents du Tribubal concernant Alep à un sondage dans huit registres (numéros 92-96, 98, 99 et 101) concernant les années 1174/1760-1 à 1183/1769-70, c’est-à-dire la décennie précédant le début des grands troubles qui affectent Alep (à partir de 1770), lorsque chérifs et janissaires commencent à jouer les premiers rôles. Je me suis efforcé de relever, dans la série des affaires présentées devant le Tribunal, les mentions de sayyid dont « l’adresse » est indiquée. Ce sont les résultats d’un dépouillement qui n’a pas un caractère exhaustif, et qui porte sur une période limitée, que je présente ici. Le corpus porte sur 199 chérifs dont j’ai pu localiser la résidence d’une manière approximative car, dans la plupart des cas, les documents n’indiquent que l’appartenance à un « quartier » (maḥalla) et ne permettent donc de proposer qu’une localisation imprécise.

  • 7 Dans ce découpage, la ville intra muros est délimitée par le mur d’enceinte ; le faubourg nord s’ét (...)

5Sur la carte qui est annexée à cette étude, la répartition de ces 199 chérifs s’établit de la manière suivante entre les grandes régions de la ville7 :

Ville intra muros

99

49,7 %

Faubourg nord

55

27,6 %

Faubourg est

25

12,6 %

Faubourg sud

8

4,0 %

Faubourg ouest

12

6,0 %

199

99,9 %

6Ce tableau révèle une répartition assez égale des chérifs dans les différentes régions de la ville avec une nette prédominance de la région centrale, à l’intérieur des murs.

Plan 2. Localisation des chérifs (1760-1770)

Plan 2. Localisation des chérifs (1760-1770)
  • 8 Voir, sur ces recensements, A. Raymond, « The population of Aleppo in the sixteenth and seventeenth (...)
  • 9 Dans ce tableau et le suivant, je n’ai tenu compte que des régions du centre et des faubourgs nord (...)

7Mais il ne prend tout son sens que si on compare cette répartition des chérifs avec celle de l’ensemble de la population alépine. Une telle comparaison est difficile car nous ne disposons malheureusement pas de chiffres fiables pour la période correspondant à notre dépouillement. Mais les années 1760-1770 se situent approximativement à égale distance de deux périodes pour lesquelles nous avons des recensements que l’on peut considérer comme sûrs (dans la mesure où les chiffres concernant la démographie à cette époque peuvent être regardés comme tels) : 1683, les informations données par le consul d’Arvieux provenant, de toute évidence, d’un dénombrement ottoman ; fin du XIXe siècle, chiffres fournis par Ghazzî dans son ouvrage sur Alep8. La grande stabilité des proportions auxquelles on parvient, à deux siècles de distance, confirme la qualité de ces chiffres et autorise de tenter une comparaison avec ceux que nous avançons pour les chérifs9.

8La comparaison paraît permettre des conclusions significatives. Les chérifs sont proportionnellement plus nombreux dans la ville intra muros que l’ensemble de la population : 55,3 % contre environ 42 %, une différence importante qui doit être relevée. Dans le faubourg nord la proportion des chérifs est à peu près conforme à celle de l’ensemble de la population (environ 30 %). Dans le faubourg est la proportion des chérifs est faible : 13,9 % contre environ 30 %. En dépit d’une répartition assez égale des chérifs dans l’ensemble de la ville ils apparaissent, dans notre échantillon, comme sur-représentés dans la région centrale, et sous-représentés dans le faubourg est.

9La carte permet d’autre part de noter une forte concentration de chérifs dans quelques secteurs de la ville : ‘Aqaba et Jubb Asadallah (15), Farâfira (7), Bayyâḍa (6), Altûnbughâ (14), Qaṣîla (9), Saḥa Biza et Qal‘at al-Sharîf (12), dans la ville intra-muros ; Sharî‘atlî (15) et Aqyûl (11), dans le faubourg nord ; Takâshira (7) dans le faubourg est. Certaines de ces concentrations concernent des quartiers « chics » (‘Aqaba, Asadallah, Farâfira, Bayyâḍa, Altûnbughâ) ; d’autres des quartiers généralement considérés comme pauvres (Sharî‘atlî, Takâshira). Il faudrait maîtriser mieux la connaissance sociale que nous avons de la ville pour tirer des conclusions de ces différences. On ne peut pas non plus écarter l’hypothèse qu’elles sont dues au hasard qui joue inévitablement un rôle dans la collecte des données à l’intérieur d’un échantillon aussi réduit.

103. Il nous paraît utile enfin de comparer la répartition des chérifs et des janissaires-militaires, afin de trouver des indications sur les relations existant entre ces deux groupes et sur leur activité respective dans les crises que connut Alep avant et après 1800. Le tableau suivant donne la répartition des janissaires d’après le document de 1689 (janissaires non remplacés) et celle des chérifs en 1760-1770 :

  • 10 Voir la note 9.

11La comparaison des cartes de localisation des janissaires et des chérifs montre qu’il existe un petit nombre de zones où les deux groupes sont l’un et l’autre fortement représentés. Dans les quartiers de Jubb Asadallah et de ‘Aqaba on trouve 10 janissaires (14,1 % du total) et 15 chérifs (8,4 % du total)10. Dans les quartiers de Sharî‘atlî et de Aqyûl résident 8 janissaires de notre échantillon (11,3 % du total) et 26 chérifs (14,5 % du total). Nous ne sommes pas en mesure de proposer une explication susceptible de rendre compte de cette coïncidence.

12Pour le reste c’est plutôt une situation de relative exclusion mutuelle qui paraît prévaloir. De la vaste région du faubourg nord de la ville qui était peuplée par des chrétiens, dont l’expansion s’était déroulée depuis Ṣalîba (F 11) jusque vers l’est du faubourg, les janissaires étaient totalement absents. Par contre on trouvait des chérifs dans les quartiers où dominait la population chrétienne, jusque dans Ṣalîba. Dans le centre intra muros d’Alep, si on met à part le quartier de Jubb Asadallah et de ‘Aqaba, les janissaires étaient de même relativement peu représentés, à l’exception de Jubayla : 20 janissaires, soit 28,2 % de l’effectif total. Par contre c’est bien dans cette partie centrale de la ville que les chérifs étaient surtout présents : en exceptant encore ‘Aqaba et Jubb Asadallah, 84 chérifs, soit 46,9 % de l’ensemble du groupe.

13C’est une situation inverse qui prévalait dans la partie nord-est de la ville, depuis Jubayla (K 21-22) jusqu’à la porte de Qârliq (G 30). Il s’agissait de la zone résidentielle de prédilection des janissaires, ainsi que nous l’avons déjà remarqué : 36 janissaires, soit 50,7 % de l’effectif étudié étaient concentrés de part et d’autre de la grande rue de Bânqûsâ conduisant vers l’extérieur de la ville, ce qui est tout à fait conforme à ce que Barbier du Bocage avait noté dans sa notice sur le plan d’Alep, en la décrivant comme la région « où se réunissaient autrefois les mécontents et se formaient les révoltes », avec le grand centre de rassemblement du café de l’Agha (qahwat al-Agha, en I 27). Dans la même région, si fortement marquée par la présence des janissaires, les chérifs étaient relativement peu nombreux : 12 seulement dans notre échantillon, soit 6,7 % du total de la population étudiée. Dans la partie sud du faubourg oriental, par contre, les janissaires étaient totalement absents, alors que 18 chérifs y habitaient (soit 10 % du nombre total des chérifs).

144. Ces recherches esquissées sur la localisation des janissaires et des chérifs au XVIIIe siècle, à Alep, confirment pour l’essentiel, les observations faites par J. Sauvaget. Les janissaires avaient bien une implantation très forte dans le nord-est de la ville, dans la région de Bânqûsâ, et une partie importante des chérifs résidaient bien dans la ville intra muros. On s’explique donc que les affrontements entre les deux groupes aient pu prendre l’aspect d’un conflit entre le centre-ville et le faubourg nord-est.

15Recrutant dans l’ensemble de la population alépine, les chérifs étaient naturellement largement représentatifs de cette population : ils n’étaient absents d’aucune région de la ville et ils exerçaient une grande variété de professions. Au cours des dépouillements effectués dans les registres du Tribunal d’Alep, nous n’avons pas trouvé moins de 55 métiers mentionnés à leur propos. Leur diversité reflète parfaitement la diversité des situations socio-économiques que l’on rencontrait dans la population d’Alep. Les chérifs sont porteurs (ḥammâlîn), tanneurs (dabbâghîri), bouchers (qaṣṣâbîn), barbiers (ḥallâqîn), tous métiers assez modestes, ou pauvres ; mais on trouve également parmi eux des marchands de tissus (qumâsh) et des négociants (tuggâr), activités comptant habituellement parmi les plus prospères. On peut supposer qu’il n’en allait pas autrement de ceux des habitants d’Alep qui, sans remplir des fonctions militaires effectives, étaient affiliés aux janissaires : mais des recherches restent à faire sur ce point.

16Le fait que les deux groupes aient eu une implantation géographique assez complémentaire paraît indiquer qu’ils recrutaient leurs adhérents dans des lieux différents, ce qui assurait leur originalité et contribuait sans doute à entretenir un certain état de tension et de rivalité entre eux. Mais dans l’ensemble chérifs et janissaires émanaient également de la population d’Alep dans ses activités et dans sa structure socio-économique. Ils eurent plutôt tendance à coopérer entre eux et à la représenter dans ses réactions contre l’oppression et les exactions politiques et fiscales de l’autorité ottomane. Ils se trouvèrent donc, au total, plus souvent côte à côte, dans les luttes de Alépins contre le pouvoir et ses représentants, que dressés les uns contre les autres : ils sombrèrent d’ailleurs ensemble dans le dernier mouvement qui les unit, la révolte de 1819, écrasée par trois pachas et neuf mille hommes, après un siège de 101 jours qui sonna le glas de la ville.

Notes

1 Voir : J.-B. Barbier du Bocage, « Notice… sur le plan d’Hhaleb de M. Rousseau », dans Recueil de Voyages, 2 (1825) ; J. Sauvaget, Alep, Paris, 1941 ; H. Bodman, Political Factions in Aleppo, 1760-1826, Chapel Hill, 1963. Et les livres récents de B. Masters, Mercantilism and the Islamic Economy in Aleppo, New York, 1988, et de A. Marcus, Aleppo in the Eighteenth Century, Columbia U. Press, 1989.

2 Sur ces problèmes, outre les ouvrages mentionnés dans la note 1 : J.-P. Thieck, « Décentralisation ottomane et affirmation urbaine », dans Mouvements communautaires et espaces urbains au Maghreb, Beyrouth, 1985 ; A. Rafeq, « Craft Organization, Work Ethics… in Ottoman Syria », JAOS, 111-3 (1991) ; A. Raymond, « Alep à l’époque ottomane », REMMM, 62 (1991), et « Groupes sociaux et géographie urbaine à Alep au XVIIIe siècle », dans Th. Philip éd., The Syrian Land in the 18th and 19th century, Stuttgart, 1992. Les deux documents cités se trouvent dans le recueil des Awâmir sultâniyya concernant Alep, déposés dans les Archives Nationales Syriennes de Damas : daftar, 1, 108-110 (1689) ; daftar 3, 54 (1733).

3 Voir : A. Russel, The Natural History of Aleppo, Londres, 1794, 2 vol., I, 159-160. Et les ouvrages déjà cités de J. Sauvaget, 196-199, de J.-P. Thieck, 156-159 et A. Raymond, « Groupes sociaux », 156-158.

4 A. Raymond, « Groupes sociaux », 158-159, et carte reproduite dans le présent article.

5 Voir les ouvrages de : A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, Damas, 1974, 2 vol. ; N. Hanna, Habiter au Caire aux XVIIe et XVIIIe siècles, Le Caire, 1991 ; C. Establet et J.-P. Pascual, Familles et fortunes à Damas en 1700, Damas, 1994 (à partir des documents des tribunaux). Et la thèse de T. Shuvak, La ville d’Alger vers la fin du XVIIIe siècle, Université de Provence, 1994 (à partir des documents du bayt al-mâl).

6 Le dépouillement que j’ai effectué en 1992 dans les Archives Nationales Syriennes à Damas s’est avéré négatif sur ce point. Je remercie très vivement ici Madame Da’d Hakîm, Directeur des Archives, dont l’aide m’a été très précieuse dans ces recherches.

7 Dans ce découpage, la ville intra muros est délimitée par le mur d’enceinte ; le faubourg nord s’étend, au nord de Bâb al Naşr, jusqu’à la rue de Bâb al-Hadîd (J 23 – I 23 – I 24) ; le faubourg est s’étend de E 29 à X 20 ; le faubourg sud va de Ma’âdî (X 17) à Kallâsa (U 6) ; le faubourg ouest comprend les zones situées à l’ouest du mur. Voir les deux cartes accompagnant cet article.

8 Voir, sur ces recensements, A. Raymond, « The population of Aleppo in the sixteenth and seventeenth centuries », IJMES, 16 (1984). Chevalier d’Arvieux, Mémoires, Paris, 1735, 6 vol., VI, 434-437. K.al-Ghazzî, Kitâb Nahr al-Dhahab, Alep, 1342 H., 3 vol., volume II.

9 Dans ce tableau et le suivant, je n’ai tenu compte que des régions du centre et des faubourgs nord et est, les seules pour lesquelles nous disposions d’une quantité d’information suffisante pour que des conclusions significatives puissent être proposées. Les pourcentages indiqués se rapportent donc au total des trois zones intéressées, et non au total général pour la ville d’Afep. Les chiffres relevés dans ce tableau concernent des « feux » (recensement d’Arvieux), des individus (chérifs) et des « maisons » (Ghazzî) : on ne peut donc comparer que les pourcentages.

10 Voir la note 9.

Table des illustrations

Titre Plan 1. Localisation des militaires non remplacés (1689)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Plan 2. Localisation des chérifs (1760-1770)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search