Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Réseaux urbains et mouvements populaires à Alep

(fin du XVIIIe-début du XIXe siècle)

Note de l’éditeur

Extrait de : Arab Historical Review for Ottoman Studies (Zaghouan), 3-4, 1991, p. 93-104.

Texte intégral

11. Contrairement à ce qu’on a souvent écrit sur le caractère « inorganique » de la société urbaine dans la ville arabe traditionnelle, vers la fin de la période ottomane (XVIIIe-XIXe siècles), la population y était fortement encadrée par des groupements (appelés tawâ’if) d’une grande variété : communautés professionnelles (corporations de métiers), communautés de quartiers de résidence (appelés hâra ou mahal-la), communautés nationales (groupes musulmans « étrangers »), communautés religieuses minoritaires (dhimmî chrétiens et juifs), groupements socio-religieux (confréries mystiques, chérifs/descendants du Prophète). Les habitants des grandes villes arabes étaient donc enserrés dans un tissu complexe de réseaux de solidarité qui en se juxtaposant, ou en se superposant, contribuaient à la cohérence de la société indigène.

2Ces groupements avaient pour caractère commun d’avoir une très forte assise géographique. Elle était explicite dans le cas des communautés de quartiers. Elle était implicite, mais effective, dans le cas des corporations de métiers puisque une forte concentration géographique d’une profession dans un quartier, une rue, ou une portion de rue était généralement de règle. La structure de la société urbaine sous ses différents aspects (politique, économique, social, religieux, national) tendait à se projeter dans une organisation géographique, au point de pouvoir se lire sur une carte. Cet encadrement était d’autant plus efficace que ces diverses tawâ’if étaient fortement structurées et placées sous l’autorité de responsables (cheykhs) qui étaient généralement nommés par les membres de la communauté et confirmés par l’autorité.

3L’existence de ces réseaux aide à comprendre que les villes arabes ne soient pas restées inertes à l’époque ottomane. Au XVIIIe siècle en particulier, lorsque t’autorité du gouvernement impérial et de ses représentants locaux, les pachas, se fut affaiblie, les populations (et surtout les couches populaires) furent en mesure de faire entendre leurs plaintes et d’exprimer leur colère contre les actes arbitraires ou les exactions des autorités, de manifester contre les souffrances que leur causaient des conditions économiques souvent éprouvantes (chertés, disettes, parfois accompagnées d’épidémies). Nous allons tenter d’examiner, dans le cas d’Alep, quel rôle certains de ces réseaux urbains ont pu jouer dans la naissance et le développement de tels mouvements.

2. Mouvements urbains à Alep

  • 1 Sur Alep vers 1800, les ouvrages de base restent ceux de J. Sauvaget, Alep, Paris, 1941 et de H. Bo (...)
  • 2 Thieck, 118-120 : Marcus, 86-87.
  • 3 Bodman, 108.
  • 4 Raleq. 72--73.

42.1. L’histoire de la ville d’Alep a été marquée, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, par une série de violents mouvements urbains animés par les Janissaires et les Chérifs dont le cycle s’amorce en 17701. L’affaiblissement du contrôle exercé par le gouvernement central, absorbé par ses difficultés en Europe, est aggravé par l’impuissance de ses représentants à faire face aux problèmes locaux par manque de moyens militaires et financiers2. À une longue période durant laquelle, malgré des difficultés locales, l’autorité de la Porte et de ses gouverneurs n’avait jamais été gravement mise en question, succèdent des années où s’affirment des pouvoirs locaux, incarnés par des notables avec lesquels il faut composer, et se manifestent, d’une façon souvent violente, des réactions contre les exigences ou les exactions du pouvoir et contre des perturbations économiques. La première révolte d’Alp, en 1770, aura pour point de départ la protestation des habitants contre des droits prélevés par les wâlî et les qâdî3. Des difficultés d’approvisionnement, l’accaparement, un contrôle abusif sur les métiers provoqueront à plusieurs reprises de sérieuses protestations populaires. Mais, plus souvent encore, les exactions d’un pacha, ou la crainte de voir s’installer à Alep un gouverneur dont la carrière passée autorise toutes les inquiétudes sur ce point, mettront la population en mouvement et l’amèneront à l’expulser ou à lui refuser l’accès de la ville, avec un succès fréquent qui en dit long sur l’affaiblissement de l’autorité de la Porte et de ses représentants. Ainsi que le remarque A. Rafeq, les mutineries militaires du XVIe siècle, les révoltes de groupes locaux au XVIIe, « culminated in the eighteenth century with local self-assertion and widespread challenge to Ottoman authority »4.

  • 5 A. Russell, The Natural History of Aleppo, Londres, 1794, 2 vol., I, 326.

5Un observateur perspicace et bien informé, Alexander Russell, qui avait résidé à Alep de 1753 à 1768, et qui fut donc presque contemporain du premier grand mouvement alépin, observe que le pouvoir des « Agas » (janissaires) et des « Effendees » (chérifs pour la plupart) est le seul « which dares to interpose in favour of the people… their coalition forms what may be called the city party »5. Ce sont, en effet ces deux groupes de militaires et de descendants du Prophète sur les caractères desquels nous reviendrons plus loin, que l’on voit en général en action au cours des grandes révoltes d’Alep de 1770 à 1819.

  • 6 Ghazzî, III, 306-7 ; Tabbâkh, III, 347 ; Bodman, 108-110 ; Thieck, 147-148.

62.2. L’émeute des Chérifs de 1770 paraît avoir eu pour origine le renchérissement du pain, mais elle se renforça de plaintes contre des taxes urbaines. Les Chérifs s’en prirent d’abord au mutasallim qui représentait le pacha alors absent aux armées, et qui dut, pendant quelque temps, quitter la ville, jusqu’à ce que la situation s’apaise. Évidemment irrité de tels événements, le gouvernement impérial envoya à Alep ‘Abdarrahmân Pacha. Ce dernier se vit d’abord refuser, durant quarante jours, l’entrée dans la ville. Finalement autorisé à prendre possession de son poste, non sans quelques dissensions parmi les Chérifs, dont un groupe l’attaqua dans le sérail (7 novembre 1770), le pacha s’empressa de rompre la promesse qu’il avait sans doute dû faire de ne pas poursuivre les mutins : il se saisit du syndic des Chérifs (naqîb al-ashrâf), fit exécuter quelques-uns des Chérifs les plus compromis et leva une contribution sur les plus riches6. Partis pour la campagne de Russie, les Janissaires n’avaient pas participé à ces événements, mais, dès le 12 janvier 1771, ils marquent leur présence par un mouvement de révolte contre le pacha.

  • 7 Ghazzi, III, 307 ; Tabbâkh, III, 349 ; Bodman, 112-113 ; Marcus, 87-88.
  • 8 De Perdrian, «Relation de ce qui s’est passé au sujet de l’expulsion d’Aly Pacha, gouverneur d’Alep (...)

72.3. En décembre 1775, l’ensemble des Alépins (ahâlî l-balda bl-ajma‘ihâ) se souleva contre ‘Alî Pacha, tout récemment arrivé à Alep, mais dont les violences et les exactions avaient vite confirmé la mauvaise réputation qui l’avait précédé7. Le mouvement de révolte fut dirigé par les Janissaires, mais fortement appuyé par la population. Le qâdî interdit l’appel à la prière et autorisa le peuple à se révolter. Le pacha fut assiégé dans son palais (sarây), on tira de la Citadelle sur la Ville – et finalement le pacha sortit de la ville « sans queues, sans musique et sans drapeaux… Depuis la porte du Seraï jusqu’à celle de la Ville, c’est-à-dire pendant l’espace d’une demi-lieue, les rues et les terrasses étaient couvertes d’une multitude innombrable de gens qui avaient le fusil à la main. Les uns l’accablaient d’injures ; les autres lui crachaient au visage. Les enfants juifs le montraient au doigt en l’appelant Aly le chien »8. La Porte prit acte de l’événement et nomma un successeur à Ali Pacha.

  • 9 Tabbâkh, III, 349 ; Bodman, 114 ; Marcus, 86.
  • 10 Tabbâkh, III, 362 ; Bodman, 115 ; Marcus, 88-89.

82.4. Un succès aussi éclatant des deux groupes dominants d’Alep explique sans doute, la tentation d’Istanbul de briser leur puissance : en 1778 un mutasallim envoyé d’Istanbul pour assurer l’intérim songe à faire exécuter leurs chefs. Mais la réaction unie de la population et des deux corps qui attaquent le sérail l’oblige à renoncer à son projet9 ; en 1780 un nouveau gouverneur s’en prend aux Chérifs et aux Janissaires, mais sans obtenir un succès durable. Arrivé en juin-juillet 1784, Abdî Pacha se livre à des exactions sur divers métiers en particulier sur les boulangers (khabbâzîn), les dinandiers (nahhâsîn), les fourreurs (farrâ’în) ; il emplit les prisons. Ces avanies amènent son expulsion de la ville dont les habitants envoient à Istanbul une délégation pour justifier leur conduite. Sa composation est très significative des forces alors dominantes à Alep : un « savant » (‘âlim) et un « suivant » (tâbi‘) du qâdî ; un chérif, un janissaire et un citadin (wâhid min ahl l-balad). En attendant la réponse de la Porte (qui sera positive) la ville s’organise our sa défense et les habitants restent jour et nuit sous les armes (al-nâs laylan ma‘a nahâr taht al-silâh)10.

  • 11 Sur la famille des Taha voir Meriwether, passim, et sur Muhammad, p. 178. Voir Bodman, 115. Ces deu (...)

9Alep va rester sans wâlî résidant durant quatorze mois, jusqu’à la fin de 1785 et le pouvoir réel y est exercé par Chalabî Efendi (Muhammad Taha Zadah) le chef d’une des grandes familles de notables d’Alep qui avait souvent fourni des naqîb al-ashrâf, et par Genj Ahmad Hummusa, qui devait être un des chefs des Janissaires durant une trentaine d’années11.

  • 12 Tabbâkh, III, 366 ; Marcus, 89.

102.5. En 1787, année marquée par une violente épidémie de peste et une grave disette, les habitants d’Alep prennent les devants à l’annonce de l’arrivée du gouverneur nommé, Uthmân Pacha, marquée par des violences et des exactions dans les villes où il passe. Les gens d’Alep (ahâlî l-balad) lui refusent l’entrée de la ville et des contingents de Janissaires et de Chérifs vont affronter les troupes du pacha. Le gouverneur préfère se retirer12.

  • 13 Ghazzî, III, 309 ; Tabbâkh, III, 368 ; Bodman, 116; Marcus, 90.
  • 14 John Lewis Burckhardt, Travels in Syria and the Holy Land, Londres, 1822, 649-650.

112.6. En juillet 1791, Kûsâ Mustafâ pacha est assiégé dans son sérail par la population d’Alep (ahâlî Halab) durant quatre jours et il doit finalement sortir de la ville. La Porte lui nomme Sulaymân Pacha comme successeur13. D’après Burckhardt, Kûsâ Pacha, « a man of probity and talents », jaloux de l’influence acquise par Ibrâhîm Agha Qattâr Aghâsî, un membre de la maison de Muhammad Efendi Taha Zadah qui s’était élevé aux fonctions de muhassil (fermier des impôts), avait tenté de l’éliminer ; Ibrâhîm Agha s’était alors ligué avec Ahmad Agha, un des chefsdes Janissaires, et les deux partis avaient attaqué les troupes du pacha et l’avaient obligé à sortir de la ville14.

  • 15 Burckhardt, 651 ; Ghazzî, III, 316 ; Bodman, 128 ; Marcus, 91.

122.7. Lorsque, en mai 1804, Ibrâhîm Qattâr Aghâsî, après avoir exercé le gouvernorat à Alep, est nommé par la Porte à Damas, il installe son fils comme qâ‘im maqâm (lieutenant). Mais pour les Janissaires, dont il a tenté de briser le pouvoir, ce départ donne le signal de la revanche. Associés aux Chérifs, ils soulèvent les Alépins contre Muhammad Bey qu’ils obligent à sortir de la ville avec ses troupes. Bien qu’une trève s’établisse ensuite entre la ville et le pacha, le pouvoir est partagé entre Yâsîn Agha des janissaires et Hasan ibn al-Khallâs, chef d’une famille chérifienne. Muhammad Pacha, revenu dans la ville, « soon found himself in his palace without friends or influence ; the Janissaries were heard to declare that everybody who should visit him would be looked upon as a spy ; on Fridays alone, the great people paid him their visit in a body. The place meanwhile was governed by the chiefs of the Janissaries and the Sherifs »15. Il n’allait cependant falloir que quelques années pour que, Chérifs et Janissaires, écartés du pouvoir les uns après les autres (respectivement en 1805 et 1813), l’autonomie alépine s’effondre, à l’occasion de la grande révolte de 1819.

3. Chérifs et Janissaires

  • 16 Thieck, 150 ; Marcus, 94.

133.1. Cette énumération, quelque peu fastidieuse, des émeutes populaires à Alep, entre 1770 et 1805, montre d’une manière significative le rôle moteur joué par les Janissaires et les Chérifs dans des mouvements qui entraînent l’ensemble de la population indigène : le plus souvent, et notamment en 1770, 1775, 1784, 1791, remarque J.-P. Thieck, « il s’agit de mouvements dirigés contre un représentant de l’autorité centrale, mütessellim ou vâli, et aboutissant à son expulsion : quant bien même l’insurrection est déclenchée par une des factions alépines, sherifs en 1770, janissaires en 1775, la ville semble agir comme un corps politique uni ». Il paraît donc difficile de conclure, comme le fait Marcus, que « the convergence of interests of power groups and people during the revolts was a temporary occurrence ». Il reste à essayer d’analyser les réseaux urbains qui canalisaient les solidarités urbaines constatées, c’est-à-dire les groupes des Janissaires et des Chérifs16.

143.2. Notons tout d’abord que les deux groupes bénéficiaient d’une forte organisation qui devait contribuer à l’efficacité de leur action. Les Janissaires constituaient une milice solidement encadrée par ses officiers. Les Chérifs étaient placés sous l’autorité d’un syndic (naqîb) nommé par Istanbul et exerçant un fort contrôle sur son groupe. L’agha des Janissaires et le naqîb siégeaient du Divan du Pacha ce qui renforçait leur prestige.

  • 17 Bodman, 66, 98-99 ; Meriwether, 58-59, 84 ; Thieck, 158 ; Marcus, 61, 58-59, 61, 176.

15Les privilèges que les Janissaires et les Chérifs assuraient à leurs membres étaient appréciables. Descendants du Prophète, les Chérifs bénéficiaient d’un grand prestige social et étaient entourés d’un respect particulièrement marqué de la part des Ottomans. Ils échappaient à certaines taxes, et à certaines des obligations imposées aux métiers, mais surtout sans doute leur statut leur permettait-il d’éviter bien des exactions qui frappaient les autres musulmans. Non moins appréciable étaient l’inviolabilité personnelle et l’immunité de juridiction, qui leur étaient reconnues. Être Janissaire permettait d’accéder à la caste dirigeante, de profiter de la protection de l’odjaq, d’échapper, au moins partiellement, aux juridictions habituelles, et de bénéficier d’exonérations diverses, dans le domaine professionnel, ce qui était très avantageux pour les artisans et les commerçants qui adhéraient à l’odjaq et pour les militaires qui se lançaient dans des activités économiques17.

  • 18 Bodman, 58, 99 ; Rafeq, 65 ; Thieck, 158 ; Marcus, 58, 61-66.

16De tels avantages, même s’ils ne paraissent pas avoir été toujours définis avec précision, avaient de quoi justifier l’attirance que Janissaires et Chérifs exerçaient sur la population. Or ces deux groupes n’étaient pas des partis fermés. La chose est évidente pour ce qui concerne les Janissaires : artisans et marchands achetaient leur affiliation à l’odjaq, leur inscription dans les registres n’ayant naturellement aucune conséquence en ce qui concerne le service qu’ils auraient dû accomplir dans l’armée. Elle est plus surprenante pour les Chérifs, descendants du Prophète, dont les autorités (et en particulier le naqîb al-ashrâf) auraient dû précisément avoir le souci de contrôler la validité des prétentions à une noble ascendance. Il n’en était rien : des généalogies frauduleuses étaient acceptées, sans doute moyennant finance ; aussi les naqîb se voyaient-ils fréquemment rappeler par le gouvernement les obligations de leurs fonctions. De toute manière le statut de chérif pouvait être acquis à la descendance d’un mariage mixte, ce qui contribuait naturellement à élargir les rangs de cette élite18.

  • 19 Sauvaget, 197 ; Bodman, 61-62, 96-97, 120 ; Marcus, 61.
  • 20 Russell, 159.
  • 21 Archives Nationales de Syrie à Damas, Alep, Awâmir sultâniyya, III, 54 ; Ghazzî, III, 315 ; Tabbâkh (...)

173.3. Il n’est pas étonnant, dans ces conditions, que ces deux groupes aient connu une véritables inflation et qu’ils aient représenté des masses humaines susceptibles de jouer un rôle important dans des mouvements populaires. Les besoins de l’armée, en particulier au moment des expéditions, l’intérêt de faire entrer dans l’odjaq des « fausses paies » qui contribuaient à sa puissance financière, expliquent le gonflement des effectifs de l’odjaq. Les chiffres donnés par les voyageurs oscillent entre 6 et 12 000. Si on considère que, en 1799, cinq à sept mille janissaires furent appelés pour participer à la campagne contre les Français en Égypte, un chiffre voisin de 10 000 ne paraît nullement invraisemblable. Les évaluations parfois proposées pour le nombre des Chérifs (jusqu’à 60 000 individus !) sont certainement exagérées19. Mais Russell n’a sans doute pas tort d’écrire qu’ils constituaient « a numerous and very formidable body »20. Dans un document de 1146/1733, recensant les artisans des métiers du bois et du métal à Alep, sur un total de 168 individus, 18 sont mentionnés comme sayyid, soit plus de dix pour cent de la population concernée, une proportion évidemment considérable qu’il serait sans doute aventureux de transposer au niveau d’une ville qui comptait, à la fin du XVIIIe siècle, plus de 100 000 habitants. Remarquons cependant que lorsque, en 1800, le naqîb Muhammad Qudsî Efendi partit à son tour en campagne vers l’Égypte, il emmena avec lui, comme volontaires, de quatre à six mille chérifs. Un chiffre voisin de celui proposé pour les Janissaires, une dizaine de milliers d’individus pourrait donc n’être pas totalement fantaisiste21.

  • 22 Sauvaget, 197.

183.4. Des groupes aussi nombreux ne pouvaient avoir une structure socio-économique homogène, et on trouvait donc, inévitablement, des janissaires et des chérifs dans toutes les catégories de la population d’Alep. Nous avons relevé, il y a un instant que les artisans du bois et du métal à Alep comptaient parmi eux un nombre important de chérifs. Les Janissaires, remarque Sauvaget, suppléaient à l’insuffisance de leur solde « par l’exercice de quelque métier… Ils étaient moins des soldats qu’un corps privilégié d’artisans »22. En réalité, faute d’études précises sur la société alépine de ce temps, il n’est pas facile de comparer les caractères « de classe » de ces deux groupes, ou simplement de définir leurs liens éventuels avec telle ou telle profession. Ce qu’on a écrit sur ce sujet relève souvent de la pure hypothèse et n’est pas exempt de contradictions.

  • 23 Sauvaget, 231, note 868 ; Bodman, 63 ; Thieck, 152 ; Masters, 46.
  • 24 Ghazzi, III, 350 ; Bodman, 61, 63-64, 106 ; Meriwether, 60 ; Thieck, 140, 158 ; Masters, 46-47 ; Ma (...)

19Bodman estime raisonnable de supposer que la plupart des Janissaires étaient « des Kurdes, des Turcomans, d’anciens bédouins, et d’anciens paysans, que beaucoup d’entre eux pratiquaient des métiers liés au commerce de caravane, certains même possédant des chameaux ». C’est aussi l’avis de J.-P. Thieck : « les tribus apparaissent très liées aux janissaires dont beaucoup en sont originaires, et ces liens se renforcent par leur localisation dans les mêmes quartiers, à l’est de la ville, de Bâb et Naïrab à Banqûsa ». La fréquence des vocables turcs dans cette région suburbaine constitue un indice supplémentaire de ces liens. Il s’agissait de populations récemment installées dans la ville, relativement pauvres, et qui pouvaient être attirées par les possibilités qu’offrait le service militaire comme moyen d’existence et moyen d’ascension sociale23. Des liens semblent avoir existé entre les Janissaires et le commerce des grains qu’ils contrôlaient, ainsi qu’avec la boucherie, une activité également liée au monde rural. La corporation des bouchers dépendait des Janissaires : en 1767, remarque Thiecte, « c’est par une avance sur solde consentie par l’agâ des janissaires que des bouchers endettés paient à sayyed Abd el Rahman Celebî l’argent qu’ils lui doivent au titre de mal-i ihtisab ». La pratique du dumân, prélèvement effectué sur les bouchers, paraît être liée à la protection exercée sur ce métier par les Janissaires. En somme, les Janissaires auraient été davantage concernés par des activités moins prisées, et économiquement moins fructueuses, impliquant des populations d’origine rurale, d’urbanisation récente, souvent frustes et agitées24.

  • 25 Russell, 160 ; Bodman, 97 ; Meriwether, 60, 84 ; Thieck, 148, 158 ; Masters, 47 ; Marcus, 62.
  • 26 Meriwether, 85-86, tableau pp. 101-109 ; Marcus, 62.
  • 27 Burckhardt, 651-652, cité par Bodman, 100 ; Bodman, 99-101 ; Meriwether, 185-187 ; Thieck, 128-131.

20Les Chérifs, de leur côté, appartenaient à toutes les classes de la population mais ils paraissent avoir été particulièrement nombreux dans des professions de plus haut statut, comme celles concernant les textiles, tissage de la soie et fabrication des tissus25. D’autre part les Chérifs tenaient une place particulièrement importante dans « l’élite » alépine. Si le statut de chérif n’assurait pas, par lui-même, une position de notable, il constituait évidemment pour les notables un élément supplémentaire – et important – de considération : M. Meriwether, dans son étude sur les familles de notables, note que 87 % des familles dont le statut sur ce point est connu étaient chérifiennes. C’était le cas, en particulier de la plupart des familles de ‘ulamâ. Mais même les familles de militaires et de négociants, qui n’étaient pas chérifiennes à l’origine, s’alliaient à des familles d’ashrâf si bien que les descendants devenaient chérifs : Hâgg Mûsâ al-Amîrî, un grand commerçant, avait ainsi eu deux femmes chérifs qui lui avaient donné des enfants chérifs26. Les Chérifs avaient pu s’assurer, grâce à leur influence, des positions et des privilèges urbains et ils avaient constitué de grands domaines ruraux dans le cadre du malikâne : « Most of the villages round Aleppo were… in their possession, they command the landed interests »27.

  • 28 Masters (47) suggère qu’il serait possible de restructurer notre connaissance de la société d’Alep (...)
  • 29 Thieck, 153, 158-9.
  • 30 Sauvaget, 98.

213.5. Ces éléments permettent de supposer que, sur le plan socio-économique, une certaine différence existait peut-être entre les Janissaires et les Chérifs, mais le tableau est certainement loin d’être clair de ce point de vue28. La division des activités professionnelles n’avait évidemment pas un caractère strict. Bien que les tribus et les bédouins paraissent liés aux Janissaires, les quartiers concernés de l’est d’Alep abritaient à la fois ashrâf et janissaires, et certaines tribus semblent avoir appartenu à la mouvance des Chérifs. L’existence de conflits à l’intérieur des deux partis, que relève Thieck, milite également contre une vision trop tranchée de leur nature et de leurs oppositions29. Les deux groupes constituaient évidemment des syndicats d’intérêts assez divers et la formule employée par Sauvaget pour les qualifier reste largement valable : « Rien ne serait plus faux que de considérer de tels mouvements comme le sursaut de classes déshéritées, avides de plus de bien-être et de justice : Chérifs et Janissaires visaient moins à soulager le sort du populaire, qu’à obtenir une liberté d’action qui leur permît de développer au maximum, au détriment de leurs compatriotes non privilégiés, les avantages que leur assurait leur propre statut »30. Le « contenu de classe » éventuel de telles formations et de tels conflits ne pourra être défini que sur la base d’investigations méthodiques dans le statut socio-économique des acteurs qui les composaient.

  • 31 Edward Barker, Syria and Egypt, Londres, 1876, 2 vol., I, 81.
  • 32 Bodman, 97. Archives Nationales de Syrie à Damas, Alep, Awâmir sultâniyya, III, 54.

223.6. Il serait important pour pouvoir apprécier l’impact urbain de l’action de ces groupes de pouvoir définir avec précision les caractères de leur localisation dans la ville. Ici encore, faute de travaux d’archives, il est difficile d’aboutir à des conclusions définitives. Observateur précis, E. Barker indique que les Janissaires et les Chérifs « inhabited different quarters of the city »31. On a en effet l’impression que, lors des conflits qui opposèrent les deux groupes, les Chérifs occupaient plutôt la villes intra muros, ce qui était logique pour une population habituellement urbanisée de manière ancienne, avec une large dispersion, correspondant à leur présence dans toutes les classes sociales. Notre échantillon de 1733 qui mentionne 15 sayyid artisans du bois et du métal localisés indique que 10 habitaient la ville intra muros (dont cinq dans le quartier de Sâha Biza, en U 15), un dans le faubourg nord et quatre dans le faubourg oriental. Mais cette confirmation porte sur un nombre trop restreint de cas pour être tout à fait convaincante32.

23Les historiens d’Alep, suivant les indications données par Barbié du Bocage, localisent les Janissaires dans les faubourgs orientaux de la ville, régions récemment urbanisées, peuplées par une population d’origine rurale ou bédouine, où les éléments turcs, kurdes étaient nombreux et dont les activités étaient liées au monde rural et au commerce caravanier : Bânqûsâ (J 23), Qârliq (G 30), Bâb al-Nayrab (U 21), Bâb al-Malik (UV 26), Bâb al-Maqâm (W 16).

  • 33 J. B. Barbié du Bocage, « Notice sur le plan d’Hhaleb de M. Rousseau », Recueil de Voyages, II (182 (...)
  • 34 Russell, 12.

24Mais surtout dans la région de Bânqûsâ, entre bâb al-Hadîd (J 23) et bâb Qârliq. Bânqûsâ, note Barbié, était l’endroit « où se réunissaient autrefois les mécontents et se formaient les révoltes ». Barker le qualifie de « Turkish Quarter ». Un peu plus à l’est se trouvait le café de l’Agha (Qahwat al-Agâ, I 27) où les Janissaires s’assemblaient : ce café, note également Paton, « était le rendez-vous de ce corps turbulent ». Expression que reprend Sauvaget : « Mal bâtis, ces faubourgs neufs se différenciaient aussi de la vieille ville pas l’esprit frondeur de leurs habitants : c’était presque exclusivement parmi eux que se recrutaient les Janissaires et c’est là que se trouvait “ce qu’il y a de plus mutin” à Alep »33. Mais cette occupation n’avait rien d’exclusif : Russell remarque que « many wealthy Shereefs… dwell in Bankusa, as likewise the Delibash, and other soldiery »34.

  • 35 Archives Nationales de Syrie à Damas, Alep, Awâmir sultâniyya, I, 108-110.

25Cette localisation des militaires est partiellement confirmée par un document des décrets sultaniens (Awâmir sultâniyya) d’Alep, daté du 13 février 1689, dans lequel ordre est donné à 341 recrues (énumérées quartier par quartier) de rejoindre l’armée impériale. Sur 71 recrues qui ne sont pas remplacées, et qu’on peut donc considérer comme de véritables militaires (les autres étant vraisemblablement des « fausses paies »), 36, soit un peu plus de la moitié, sont mentionnées comme appartenant à des quartiers situés au nord-est d’Alep entre Gubayla (JK 21-22) et Tâtârlar (IJ 29-30), autour de Bânqûsâ, la plus forte densité (Dallâlîn/GH 27, et Farrâ’în/I 27 : 13 recrues) correspondant au centre du quartier « janissaire », la région du café de l’Agha35.

4. Conflits entre Chérifs et Janissaires

  • 36 Tabbâkh, III, 347. Ghazzî, III, 306. Bodman, 107-108.
  • 37 Tabbâkh, III, 32. Bodman, 114.
  • 38 Ghazzî, III, 312. Bodman, 118-119. Marcus, 90.
  • 39 Bodman, 124-125. Marcus, 61-62.
  • 40 Tabbâkh, III, 375. Ghazzî, III, 318. Bodman, 130-131. Meriwether, 62. Marcus, 92.

264.1. Ces deux groupes, qui contribuaient à structurer une large part de la population d’Alep et qui entraînaient l’ensemble des Alépins en cas de crise avec les autorités, ne pouvaient manquer d’entrer en concurrence pour le contrôle du pouvoir et pour les avantages matériels et le prestige auxquels il donnait accès. L’histoire d’Alep, entre 1770 et 1819, a été profondément marquée par des conflits dont on a fait parfois, peut-être avec quelque excès, le moteur principal (presque unique même) de cette histoire. Premier grand affrontement en 1770 au cours duquel la Qaysariyyat al-‘Arab, marché bédouin sous la Citadelle, est détruite et qui se termine avec l’exil de plusieurs chérifs36. Combats de rues en juillet 1778 : le sayyid Ahmad est tué et deux ou trois chérifs blessés ; des janissaires se réfugient auprès de l’émir des Mawâlî à Alep37. Le conflit qui s’ouvre en février 1798 est particulièrement violent : les Chérifs se retranchent dans la mosquée al-Utrûsh (R 19) ; les Janissaires les y assiègent et en massacrent un grand nombre après leur avoir promis la sûreté ; les combats durent jusqu’en mai, les Chérifs tenant la ville dans les murs et les Janissaires la Citadelle et les quartiers de Bânqûsâ et de Bâb al-Nayrab. Malgré l’appui donné par Ibrâhîm Agha pacha d’Alep aux Chérifs, les Janissaires paraissent l’emporter en fin de compte, grâce au renfort de quelques milliers de Kurdes38. En juin 1805 enfin, les Chérifs lancent une attaque contre les Janissaires, avec la connivence de Muhammad Pacha ; les combats font rage pendant huit jours dans la ville dont les quartiers sont tenus par les deux partis. Les Chérifs sortent complètement vaincus du conflit39. Les Janissaires établissent une hégémonie qui va durer huit ans jusqu’à ce que, en 1813, Jalâl al-dîn Pacha, sur ordre de la Porte, massacre une vingtaine des leaders des Janissaires, au cours d’une invitation qui rappelle celle que Muhammad ‘Alî avait organisée au Caire en 1811, pour les Mamelouks, avec la même conclusion40. Le jeu de bascule que la Porte et ses représentants avaient mené avec plus ou moins de succès pour contrôler ces forces locales en les soutenant et en les combattant alternativement aboutissait à l’élimination des deux partis antagonistes, et à la réaffirmation de l’autorité ottomane.

  • 41 Barker, 81.

274.2. Mais quelles que fussent leurs divisions et leurs rivalités, les deux groupes avaient toujours su s’associer pour défendre la ville contre les violences et les exactions du pouvoir. D’ailleurs, sauf « dérapage » imprévu, ces conflits ne revêtaient sans doute pas le caractère d’une guerre inexpiable. La guerre qui se déroulait entre Janissaires et Chérifs, note Barker, était menée « without any very serious intention of doing each other any harm. Very rarely a casualty occurred, and then only by accident ; a great deal of firing off of guns was frequently heard, and much powder consumed in bravado, but few were ever wounded »41.

  • 42 Ghazzî, III, 324-327. Bodman, 133-136. Sur cette grande révolte voir Bûlus Arûtîn, Ahamm hawâdith H (...)

28Cette unité de la ville et des groupes qui la structuraient se manifesta lors du dernier (et du plus important) soulèvement qu’ait connu Alep durant l’époque ottomane. Les exigences fiscales et les exactions du pouvoir ottoman, des difficultés d’approvisionnement, furent les causes de la révolte qui éclata dans la nuit du 23 octobre 1819, apparemment sous l’impulsion d’un groupe de notables chérifs. La ville, ayant chassé les militaires ottomans, organisa un conseil de notables représentant les quartiers et présidé par Muhammad Agha Qujah. Les chefs des Janissaires qui avaient été exilés accoururent et Mustafâ Agha al-Châwûsh prit le commandement des forces de la ville. La Porte envoya trois pachas au secours du gouverneur Khûrshîd Pacha, avec neuf mille hommes, pour assiéger Alep. Sous le bombardement les Alépins se divisèrent, les Chérifs inclinant à la reddition, les Janissaires se montrent désireux de poursuivre le combat. Finalement après 101 jours de siège les Alépins durent capituler (1er février 1820). Les Chérifs, qui avaient largement participé au mouvement et dont beaucoup avaient été tués, subirent une répression sévère. Les Janissaires revenus à Alep durent repartir en exil. Alep venait de vivre son dernier soulèvement populaire et le tremblement de terre du 13 août 1822 lui donna le coup de grâce. Les partis des Janissaires et des Chérifs n’étaient pas morts, mais ils étaient désormais incapables de faire revivre une opposition au pouvoir impérial42.

294.3. L’étude des mouvements populaires d’Alep à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe donne l’impression que les réseaux urbains qui y étaient à l’œuvre (Chérifs et Janissaires) ont été plus complémentaires que profondément antagonistes. Sans doute y a-t-il eu concurrence, parfois violente, entre ces deux réseaux pour le contrôle de la plus grande part possible du pouvoir et des profits qu’il permettait, mais, en dépit de conflits entre les deux groupes (notamment en 1770, 1778, 1798, 1805), on est surtout frappé par leur convergence dans la représentation et la défense des intérêts des Alépins. L’un et l’autre de ces groupes exprimaient, sinon les « aspirations » de la population, du moins sa volonté de survie face à l’arbitraire et aux exactions, et on est frappé, de ce point de vue, par le parallélisme d’une évolution qui commence vers 1770, lorsque Janissaires et Chérifs s’affirment les uns et les autres comme forces politiques, à un moment où le pouvoir sultanien s’affaiblit, et qui s’achève, un peu après 1800, lorsque ce même pouvoir saisit la possibilité de les briser l’un après l’autre. L’ultime coopération des Chérifs et des Janissaires dans le grand soulèvement de 1819 qui sonne le glas de l’autonomisme alépin, est tout à fait remarquable. Mais il faut bien répéter qu’on ne pourra véritablement aller un peu plus loin dans l’analyse des éléments urbains que Chérifs et Janissaires représentaient (par exemple sous l’angle de leur éventuel « caractère de classe ») et dans celle de leur localisation géographique (qui est si importante pour comprendre l’aspect « urbain » de ces conflits) que lorsque des études plus précises auront pu être faites à partir d’un large échantillon de janissaires et de chérifs d’Alep figurant dans les documents d’archives.

5. Conclusions

30À Alep, comme d’ailleurs dans d’autres grandes villes arabes de l’Empire ottoman, on a assisté, à partir du milieu du XVIIIe siècle, à l’explosion de mouvements populaires, provoqués par des difficultés économiques ou par l’oppression du pouvoir, qui ont parfois menacé une autorité alors sur le déclin.

31Pour que ces mouvements populaires puissent s’organiser et jouer un rôle politique, il était nécessaire qu’ils soient canalisés par des réseaux urbains organisés et relativement hiérarchisés. Au Caire ces réseaux paraissent avoir été fortement professionnels (corporations de métiers) et religieux (confréries). À Damas ils s’organisèrent dans le cadre des groupes antagonistes de Janissaires impériaux (kapi kulu) et locaux (yerliyya) qui se disputaient le pouvoir. À Alep ces réseaux eurent pour bases deux grands groupes socio-militaro-religieux, celui des Chérifs (descendants du Prophète) et celui des Janissaires (militaires de l’odjaq) qui, parfois, s’opposèrent, mais qui paraissent avoir été, le plus souvent, unis pour organiser la résistance de la population aux représentants locaux du pouvoir.

32À Alep, comme au Caire et à Damas, un phénomène fondamental fut l’inscription des forces politiques et sociales dans la géographie de la ville. Les mouvements populaires trouvèrent leur force, et leur efficacité grâce à leur localisation dans des secteurs déterminés de la ville : cette concentration leur donna la cohésion qui leur permit, parfois, de jouer un rôle politique.

Notes

1 Sur Alep vers 1800, les ouvrages de base restent ceux de J. Sauvaget, Alep, Paris, 1941 et de H. Bodman, Political factions in Aleppo, 1760-1826, Chapel Hill, 1963. Plus récemment divers travaux ont précisé et approfondi les problèmes historiques : Margaret Meriwether, The Notable Families of Aleppo, 1770-1830, thèse, U. of Pennsylvania, 1981 ; A. Rateq, « Changes in the relationship between the Ottoman central administration and the Syrian Provinces », in T. Naff et R. Owen éd., Studies in Eighteenth Century Islamic History, Southern III. UP, 1977 ; J.-P. Thieck, «Décentralisation ottomane et affirmation urbaine à Alep à la fin du XVIIIe siècle », in Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq, Beyrouth, 1985 ; Bruce Masters, The Origins of Western Economic Dominance in the Middle East, Aleppo 1600-1750, New York U.P., 1988 ; Abraham Marcus, The Middle East on the eve of modernity, Aleppo in the eighteenth century, Columbia U.P., 1989. Mais on doit continuer de recourir aux sources arabes classiques : Kâmil al-Ghazzî, Nahr al-Dhahab, Alep, 1923-6, 3 vol. ; Muhammad al-Tabbâkh, I‘lam al-Nubalà, Alep, 1923-6, 7 vol. Les archives restent à étudier.

2 Thieck, 118-120 : Marcus, 86-87.

3 Bodman, 108.

4 Raleq. 72--73.

5 A. Russell, The Natural History of Aleppo, Londres, 1794, 2 vol., I, 326.

6 Ghazzî, III, 306-7 ; Tabbâkh, III, 347 ; Bodman, 108-110 ; Thieck, 147-148.

7 Ghazzi, III, 307 ; Tabbâkh, III, 349 ; Bodman, 112-113 ; Marcus, 87-88.

8 De Perdrian, «Relation de ce qui s’est passé au sujet de l’expulsion d’Aly Pacha, gouverneur d’Alep », cité par Bodman, 113.

9 Tabbâkh, III, 349 ; Bodman, 114 ; Marcus, 86.

10 Tabbâkh, III, 362 ; Bodman, 115 ; Marcus, 88-89.

11 Sur la famille des Taha voir Meriwether, passim, et sur Muhammad, p. 178. Voir Bodman, 115. Ces deux personnages moururent en 1786 (Muhammad Taha) et 1811 (Ahmad Agha).

12 Tabbâkh, III, 366 ; Marcus, 89.

13 Ghazzî, III, 309 ; Tabbâkh, III, 368 ; Bodman, 116; Marcus, 90.

14 John Lewis Burckhardt, Travels in Syria and the Holy Land, Londres, 1822, 649-650.

15 Burckhardt, 651 ; Ghazzî, III, 316 ; Bodman, 128 ; Marcus, 91.

16 Thieck, 150 ; Marcus, 94.

17 Bodman, 66, 98-99 ; Meriwether, 58-59, 84 ; Thieck, 158 ; Marcus, 61, 58-59, 61, 176.

18 Bodman, 58, 99 ; Rafeq, 65 ; Thieck, 158 ; Marcus, 58, 61-66.

19 Sauvaget, 197 ; Bodman, 61-62, 96-97, 120 ; Marcus, 61.

20 Russell, 159.

21 Archives Nationales de Syrie à Damas, Alep, Awâmir sultâniyya, III, 54 ; Ghazzî, III, 315 ; Tabbâkh, III, 373.

22 Sauvaget, 197.

23 Sauvaget, 231, note 868 ; Bodman, 63 ; Thieck, 152 ; Masters, 46.

24 Ghazzi, III, 350 ; Bodman, 61, 63-64, 106 ; Meriwether, 60 ; Thieck, 140, 158 ; Masters, 46-47 ; Marcus, 133-134, 172, 285.

25 Russell, 160 ; Bodman, 97 ; Meriwether, 60, 84 ; Thieck, 148, 158 ; Masters, 47 ; Marcus, 62.

26 Meriwether, 85-86, tableau pp. 101-109 ; Marcus, 62.

27 Burckhardt, 651-652, cité par Bodman, 100 ; Bodman, 99-101 ; Meriwether, 185-187 ; Thieck, 128-131.

28 Masters (47) suggère qu’il serait possible de restructurer notre connaissance de la société d’Alep sur la base de « economic class lines ».

29 Thieck, 153, 158-9.

30 Sauvaget, 98.

31 Edward Barker, Syria and Egypt, Londres, 1876, 2 vol., I, 81.

32 Bodman, 97. Archives Nationales de Syrie à Damas, Alep, Awâmir sultâniyya, III, 54.

33 J. B. Barbié du Bocage, « Notice sur le plan d’Hhaleb de M. Rousseau », Recueil de Voyages, II (1825), 228, 234-236. A. Paton, The Modern Syrians, Londres, 1844, 245. Barker, 306. Sauvaget, Alep, 230-231. Voir aussi : Bodman. 57, 62, 63, 97-98. Thieck, 152.

34 Russell, 12.

35 Archives Nationales de Syrie à Damas, Alep, Awâmir sultâniyya, I, 108-110.

36 Tabbâkh, III, 347. Ghazzî, III, 306. Bodman, 107-108.

37 Tabbâkh, III, 32. Bodman, 114.

38 Ghazzî, III, 312. Bodman, 118-119. Marcus, 90.

39 Bodman, 124-125. Marcus, 61-62.

40 Tabbâkh, III, 375. Ghazzî, III, 318. Bodman, 130-131. Meriwether, 62. Marcus, 92.

41 Barker, 81.

42 Ghazzî, III, 324-327. Bodman, 133-136. Sur cette grande révolte voir Bûlus Arûtîn, Ahamm hawâdith Halab, Les principaux événements d’Alep, Paul Carali éd., Héliopolis, s.d., 36-58.

Table des illustrations

Titre    
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1670/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 586k

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search