Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Groupes sociaux et géographie urbaine à Alep au XVIIIe siècle

Note de l’éditeur

Extrait de : Thomas Philipp (ed.), The Syrian Land in the 18th and 19th century, Stuttgart, Franz Steiner (« Berliner Islamstudien » 5), 1992, p. 147-163.

Texte intégral

1D’une manière générale l’organisation urbaine des grandes villes arabes de l’époque ottomane est, pour une large part, un reflet des structures sociales dont chacune trouve son expression géographique sur le plan de la ville. Une cartographie précise des divers éléments de la société, lorsqu’elle est possible, peut donc utilement éclairer une étude de la vie sociale et politique.

2Alep offre, de ce point de vue, un terrain particulièrement favorable pour la recherche, la ville ayant fait l’objet, pour l’époque ottomane, de travaux très divers dans leur problématique et leur méthodologie, mais dont les résultats peuvent être convergents. Je mentionnerai, pour me limiter à l’essentiel : les recherches archéologiques et historiques de J. Sauvaget (Alep Paris, 1941) ; les travaux d’archéologie urbaine et de géographie menés par J.-C. David («Alep... structures urbaines traditionnelles», BEO, 28, 1977) et par H. Gaube et E. Wirth (Aleppo, Wiesbaden, 1984) ; les investigations faites dans les archives par A. Abdel Nour (Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, Beyrouth, 1982) et A. Marcus (People and Property in Eighteenth Century Aleppo, thèse, U. of Columbia, 1979).

3Une approche géographique de divers groupes sociaux est possible à Alep. Elle peut permettre de mieux comprendre des structures dont l’interaction a joué un rôle important dans l’histoire de la ville à l’époque ottomane qui reste encore quelque peu opaque faute de travaux sur son déroulement événementiel et son évolution sociale.

4Les remarques qui suivent sont une contribution parfois problématique à une telle approche.

La répartition géographique des résidences

  • 1 Abdel Nour, A., Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, Beyrouth, 1982, p. 165.
    Dep (...)

5Dans le livre que A. Abdel Nour a récemment consacré à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, cet auteur insiste sur le caractère «non ségrégatif» de l’habitat à Alep. «Il n’existait pas de réelle distinction dans la ville entre secteurs riches et secteurs pauvres», un caractère qui paraît à Abdel Nour correspondre à un principe général d’organisation : «Traditionnellement, le voisinage des familles riches et pauvres est de règle dans les villes arabes». À Alep, au XVIIIe siècle, les quartiers urbains auraient donc été «socialement composités» et la différence existant entre secteurs aisés et modestes n’y aurait jamais abouti «à un clivage entre quartiers aristrocratiques et populaires»1.

  • 2 David, J.-C, «Alep, Dégradation et tentatives actuelles de réadaptation des structures urbaines tra (...)
  • 3 Cette typologie est inspirée de celle de G. Cladel et P. Revault, dans Medina, approche typologique(...)
  • 4 David, pp. 20-26.

6Le problème posé peut être largement résolu pour Alep grâce aux études diverses dans leurs sources et dans leurs perspectives, mais, à mon avis, convergentes dans leurs conclusions. Dans un article important, publié en 1977, Jean-Claude David a proposé une typologie de l’habitat traditionnel, essentiellement fondée sur une reconnaissance faite sur le terrain, vers 19702.Elle énumère quatre types suivant les dimensions, la décoration et la spécialisation des maisons3 ; un type I (superficie moyenne 50 à 83 m2, fonctions élémentaires, pièces peu différenciées), un type II (assez semblable mais plus vaste, 189 m2), un type III (habitat bourgeois dont la superficie moyenne est de 400 m2, avec un patio plus complexe, des pièces fortement différenciées pour la réception et les services en particulier, et une décoration plus élaborée), un type IV plus développé encore (900 m2). J.-C. David définit également un habitat pauvre «semi-rural» et décrit un habitat collectif traditionnel populaire (du type ḥawsh)4.

  • 5 Abdel Nour, pp. 102-106.
  • 6 Marcus, A., People and Property in Eighteenth-Century Aleppo, Thèse, U. of Columbia, 1979, pp. 289- (...)

7Des travaux poursuivis à partir des archives des tribunaux (maḥkama), en particulier des documents traitant des transactions immobilières, ont amené les historiens à élaborer une typologie qui concerne l’habitat du XVIIIe siècle. Abdel Nour, étudiant des registres de 1625-37 et 1752-57, caractérise des grandes demeures de notables (une quinzaine de cas), un habitat bourgeois moyen (un tiers de l’échantillon), des habitations modestes dont il donne des exemples sans les définir avec précision ni sur le plan de la structure, ni sur celui de la valeur marchande5. Dans sa thèse sur Alep, dont la publication, sous une forme plus développée,.a été effectuée récemment, Abraham Marcus définit trois types de maisons (premier type 50 à 200 m2, second type 400 m2, troisième type 900 m2) et s’efforce de retrouver leurs équivalents dans les documents d’archives qu’il étudie (1 284 au total, entre 1750 et 59) : 847 maisons de type I (valeur moyenne 126 ghurūsh), 398 du type II (464 g.) du type III (1 773 g.)6. La caractérisation de ces demeures est reprise de la typologie de David, l’absence du type «semi-rural» et du type le plus modeste s’expliquant par les insuffisances de la documentation d’archives (où les maisons les plus importantes sont sur-représentées, et les plus pauvres pratiquement absentes).

  • 7 Merriwether, M., The Notable Families of Aleppo, 1770-1830 : Networks and Social Structures, Thèse, (...)

8J.C. David et A. Marcus ayant, l’un et l’autre, proposé une cartographie de l’habitat à Alep, il est possible de comparer l’expansion géographique des types de résidence dans deux recherches dont les modalités et les objectifs sont radicalement différents. Les résultats paraissent tout à fait concordants. Une zone d’habitat bourgeois aisé, se développant autour de la Mdineh (zone centrale d’activité économique) et de la Citadelle est matérialisée sur la carte de David (qui localise là les maisons de type III et IV), et sur la carte de Marcus (maisons de prix élevé). Il s’agit très exactement de la région où Margaret Merriwether, dans son étude sur les familles de notables à Alep (1770-1830), localise les grandes familles alépines, les indications qu’elle donne sur les quartiers résidentiels des familles de notables à Alep étant d’ailleurs complétées par celles que fournit Marcus dans sa thèse : Farāfira (L 17), 15 mentions ; Bayyāḍa (M 22) 7 mentions ; Dākhil Bāb al-Naṣr (J 16-17) 4 mentions, Suwayqa ‘Alī (M 15), 4 mentions ; Jallūm (Q 11), 3 mentions (sur un total de 54 mentions). La région ainsi définie qui est bien la région habitée par l’élite alépine (caste dominante, ‘ulamā’, commercants), constitue une auréole qui se développe autour du cœur économique et politico-militaire de la cité7.

Carte I. Alep. Localisation des quartiers

Carte I. Alep. Localisation des quartiers

9Autour de cette région d’habitat de belle qualité – «bourgeois» (Merriwether), «cher» (Marcus) –, se développe une seconde auréole où J.-C. David et Marcus localisent les maisons que l’on peut qualifier de «moyennes» : elles appartiennent, pour l’essentiel, aux types I et II de David, caractérisés par une surface réduite (80 à 180 m2), des fonctions plus élémentaires, des pièces moins spécialisées que dans les grandes demeures des types III et IV. Ces maisons correspondent, dans l’échantillonnage de Marcus, aux maisons de prix moyen (464 ghurūsh) et la répartition qu’indiquent ces deux auteurs est, en effet, assez semblable : régions périphériques de la ville intra muros, large secteur dans le faubourg nord (où les maisons chères des types III et IV sont cependant nombreuses), une partie du faubourg est.

  • 8 Russell, A., The Natural History of Aleppo, London, 1794, 2 vol., I, p. 36 qualifie cet habitat de (...)

10Une troisième auréole se développe sur les limites extrêmes de la ville, faubourg oriental, faubourgs méridionaux et occidentaux, mieux caractérisée dans le travail de Marcus (maisons de prix bas, 126 ghurūsh), plus composite dans l’article de David, pour des raisons qui me semblent évidentes : cet habitat bon marché ou pauvre est évidemment celui qui a été le plus mal conservé et dont les traces archéologues sont les moins faciles à repérer. Dans la recherche de Marcus (fondée sur des transactions immobilières), les maisons du type le plus pauvre sont évidemment sous-représentées. On ne peut donc s’attendre à une coïncidence parfaite entre les deux recherches. Ce que J.-C. David décrit comme un habitat semi-rural correspond assez bien au ḥawsh, dont nous avons des descriptions contemporaines (XVIIIe siècle), mais pas de restes archéologiques : «des bâtiments généralement destinés aux basses classes d’étrangers : Arabes, Kurdes, autres Turcs d’origine étrangère et chrétiens arméniens... Un large espace ouvert entouré de médiocres petites habitations de deux ou trois pièces. L’espace central est commun, irrégulièrement pavé... Il n’y a pas de fontaines, mais beaucoup de margelles de puits»8.C’est bien, en effet, dans ces régions que l’on trouve des populations d’origine rurale ou étrangère qui ont donné leur nom à beaucoup de quartiers du faubourg oriental : Tātārlar (IJ 29-30), Qarbāṭ (V 22), Baqqāra (W 21), (des tribus semi-nomades de l’Euphrate). (Voir la carte II.)

11Notons qu’il ne peut y avoir coïncidence parfaite entre deux cartes dressées à partir de données très différentes (Marcus, des documents d’archive enregistrant des transactions immobilières ; J.-C. David, des observations fournies par un inventaire quasiment archéologique), pour des périodes très éloignées (années 1750-59 pour les registres étudiés par Marcus ; un inventaire réalisé vers 1970 par David). Mais ces deux recherches se recoupent suffisamment pour qu’elles permettent de définir les auréoles successives d’une disposition radio-concentrique de l’habitat, de quartiers aisés autour du centre à des quartiers pauvres et populaires sur la périphérie de la ville.

  • 9 Marcus, pp. 304-307.

12Une analyse attentive des deux cartes permet de relever, dans cette disposition générale relativement régulière, des anomalies qui vont nous amener à progresser dans notre approche cartographique vers les structures sociales de la ville d’Alep au XVIIIe siècle. La première irrégularité concerne, je l’ai remarqué plus haut, le faubourg nord de la ville dont Marcus relève, dans son étude, que la nature de l’habitat le rattache aux zones d’habitat «cher» du centre d’Alep, ce qui l’amène à douter du caractère radio-concentrique de la répartition de l’habitat à Alep au XVIIIe siècle : «The city’s northern suburbs constitute an anomaly to such a neat concentric model. Real estate values in that part of town were generally high, and in some neighborhoods outdid the prices in the more expensive parts of the central city.» Effectivement, Marcus localise là 45 maisons à prix élevé (contre 61 dans la ville intra muros)9. J.-C. David localise dans ce faubourg des poches très vastes d’habitat de qualité (des types III et IV, et II et III), à l’ouest du faubourg (quartier de Ṣalība) (FG 11-12) et à l’est (quartier d’Aqyūl/E 21, et zones situées à l’ouest de la rue menant de Bānqūsā/J 23 à Bāb Aghiyūr/C 21). Sur les deux cartes, la zone centrale de Basātinā (D 17-18) apparaît comme une région d’habitat plus pauvre (maisons de prix moyen – maisons de type I et II).

13De la même manière, l’extension de la zone d’habitat moyen localisée par A. Marcus le long de la rue menant de bāb al-Ḥadīd (J 23) (quartier de Bānqūsā) à bāb Qārliq (G 30) constitue une anomalie dans un faubourg oriental où dominent très fortement les habitations «bon marché» ainsi que dans les autres faubourgs, sud et ouest, de la ville : 19,7 % de maisons moyennes contre 7,4 % au sud et à l’ouest.

14Dans ces deux cas, des anomalies marquées dans la répartition de la population sont liées aux caractéristiques sociales de la population que d’autres cartes permettent de mettre en valeur.

Géographie de la minorité chrétienne d’Alep

  • 10 Abdel Nour, pp. 171-172.

15Comme toutes le grandes villes arabes du temps, Alep est remarquable par une très forte tendance à la ségrégation confessionnelle. C’est d’une manière tout à fait arbitraire que A. Abdel Nour contredit, sur ce point, les remarques de Sauvaget : «En parcourant les registres des différents tribunaux d’Alep, nous n’avons pas l’impression d’une ville où les quartiers sont aussi homogènes confessionnellement que l’affirme Sauvaget. Beaucoup de chrétiens sont disséminés dans les divers quartiers d’Alep, que ce soit au XVIIe ou au XVIIIsiècle, et les faubourgs de la ville connaissent un réel brassage confessionnel et ethnique»10.

  • 11 Al-Ghazzī, K., Nahr al-dhahab, Alep, 1342, 3 vol., II, pp. 413, 427, 429, 449, 462, 468.
  • 12 Tapu defteri d’Alep, numéro 397, microfilm consulté au Centre de Recherches Historiques de Amman, g (...)
  • 13 MWT, Daftar Alep 32 et 33 (années 1671 à 1681). L. d’Arvieux, Mémoires, 6 vol., Paris, 1735, volume (...)
  • 14 Abdel Nour, pp. 102, 106-107, 171.
  • 15 MWT, Daftar Alep 108 (1771-81).

16La réalité est tout autre : un des phénomènes urbains les plus importants de la période ottomane est le développement du quartier chrétien dans le faubourg septentrional du Caire, et son occupation progressive de cette zone, de l’ouest vers l’est. D’après Ghazzī, le centre le plus ancien de ce peuplement chrétien est le ḥāra al-Ṣalība (FG 11-12), à l’angle nord-ouest du faubourg, qui aurait été fondé au XVe siècle et où des églises arménienne (1455), maronite (avant 1489), grecque orthodoxe (fin du XVe) confirment le caractère précoce de l’installation chrétienne. L’arrivée des Ottomans donna sans doute le signal d’un renforcement de cette communauté à cet endroit : toujours d’après Ghazzī, le quartier de Zuqāq al-Arba‘in, un peu plus au nord-est (D 14-15), fut fondé du temps du sultan Salim, quarante familles (d’où son nom) y étant établies pour renforcer les activités commerciales d’Alep.11Le recensement ottoman de 1537 mentionne 161 unités d’habitation dans le quartier de Judayda Naṣāra (FG 11-12) et si on accepte l’hypothèse que le «maḥalla Daqāshir», situé «hors bāb al-Naṣr», O 15) était composé de chrétiens, on aurait un total de 553 feux «chrétiens» (khana) sur 10 270 au total pour Alep (soit 5,4 %)12. Au siècle suivant, neuf quartiers sont mentionnés comme abritant des chrétiens dans les daftar 32 et 33 d’Alep (1671-81) : ces quartiers ont, d’après d’Arvieux (1683), une population de 1 715 feux, sur un total de 13 854 (soit une proportion de 12,4 %). Aux quartiers anciennement connus comme chrétiens de Ṣalība, Judayda, Tumāyāt (E 12), Zuqāq al-Arba‘in (D 14-15), s’ajoutent ceux de Hazzāza (C 13-14), ‘Abd al-Ḥayy (E 15), Zuqāq al-Akrād (EF 16-17), Sharī‘atlī (C 20), Almājī (F 19), situés plus au nord et à l’est, et où un peuplement chrétien se substitue sans doute progressivement au peuplement musulman originel13. Le cas d’al-Akrād (les Kurdes), (évidemment peuplé à l’origine de musulmans mais qui compte 224 feux chrétiens dès 1683 et 1 116 habitants chrétiens sur 1 204 vers 1900) est typique de ce changement, qui explique peut-être le grand nombre de transactions entre chrétiens et musulmans que mentionne Abdel Nour aux XVIIe et XVIIIe siècles, sans malheureusement les analyser en termes d’éventuelles mutations urbaines14. Vers la fin du XVIIIe siècle (1771-81), les quartiers habités par des chrétiens, d’après le daftar 108 de la série d’Alep, sont au nombre de 12 (9 vers 1680), et on voit apparaître les noms de Māwardī (GH 19-20), Turab al-Ghurabā (H 18), Tawīl (C 20) et Aqyūl (E 21)15.

17De cette progression vers l’est de la population chrétienne le recensement effectué par Ghazzī vers la fin du XIXe siècle donne une image frappante lorsque les données sont reportées sur une carte. Toute la zone située entre Ṣalība (FG 11-12) et la rue joignant bāb al-Ḥadīd (J 23) et bāb Aghiyūr (C 21) est alors peuplée majoritairement de chrétiens, avec un pourcentage qui diminue de l’ouest (100 %) vers l’est, à l’exception notable des quartiers les plus orientaux de ‘Ariyān (I 22 : 44,8 %), Kharab Khān (H 20-21 : 20,4 %) et surtout de Basātina (D 17-18) qui constitue un îlot d’islamité (43,7 % de chrétiens) dans ce vaste quartier chrétien. Dans cette région, les chrétiens sont alors 17 447 sur 21 910 habitants, soit 79,6 %. Au-delà de la rue-frontière bāb al-Ḥadīd – bāb Aghiyūr, la proportion des chrétiens tombe à 7,4 % (Nūḥiyya, F 22), 6,1 % (‘Anṭar, GH 22-23) et 2 % (Shamīṣātiyya, I 23). Au total, 88,6 % des chrétiens d’Alep habitent alors dans ces quartiers à majorité chrétienne du nord de la ville.

  • 16 Voir Raymond, A, «The Ottoman Conquest and the Development of Great Arab Towns,» UTS, vol. 1, (1980 (...)

18La cartographie que l’on peut établir à partir des données de Ghazzī est significative à plusieurs égards. Elle indique bien le probable mouvement de peuplement chrétien de l’ouest vers l’est, dont la proportion décroissante de la population chrétienne donne une confirmation. Une étude de la chronologie des monuments religieux dans cette zone montre bien le tarissement progressif des constructions de mosquées, lorsque la population chrétienne investit des zones jusque là musulmanes : Zāwiya ‘Umar, avant 1539 (H 16) ; mosquée Mīdānī, avant 1527 (G 19) ; Farrā, vers 1591 (F 20) ; Siya Jān, avant 1577 (G 20) ; Qasṭal al-Mushṭ, en 1637 (F 17). La dernière mosquée datée, construite dans cette région (m. Ibshīr Pacha, en 1653) (G 14), constitue une exception remarquable : construite au cœur d’un quartier alors totalement chrétien, elle accompagne un ensemble très homogène de constructions de caractère économique du pacha. Elle ne sera suivie, dans cette région, d’aucun autre monument musulman durant le siècle et demi qui suit16. (Voir la carte III.)

Carte III. Proportion de la population chrétienne dans les quartiers nord d’Alep d’après Ghazzī.

Carte III. Proportion de la population chrétienne dans les quartiers nord d’Alep d’après Ghazzī.
  • 17 Sauvaget, J., Alep, Paris, 1941, p. 226. L’assertion de A. Abdel Nour p. 166 suivant laquelle «rien (...)

19La presque parfaite coïncidence de cette carte de la localisation des chrétiens à la fin du XIXe siècle avec la carte dressée par Marcus de la zone d’habitat «cher» dans le faubourg nord rend compte de l’anomalie dans la répartition de l’habitat signalée par cet auteur. Elle confirme, pour l’ensemble de la zone chrétienne, un des caractères bien connus de l’habitat chrétien d’Alep du XVIe au XIXe siècle, une qualité supérieure à la moyenne, comparable à celle de l’habitat musulman bourgeois des quartiers situés autour de la «Mdineh» et de la Citadelle. Elle justifie tout à fait les conclusions tirées déjà par Sauvaget qui, relevant le caractère luxureux des maisons du faubourg chrétien, concluait à la richesse des négociants chrétiens qui «menaient à l’abri (des) portes (de leur quartier) une vie confortable de bourgeois cossus»17. Elle corrobore aussi ce qu’une simple observation directe des maisons de Judayda montre à l’évidence (voir les maisons de Ghazzāla et Ajīqbāsh dont la qualité des aménagements et du décor ne sont pas exceptionnelles dans cette région).

  • 18 Ghazzī, Nahr, II, p. 419. Marcus, p. 303.

20Une confirmation a contrario de l’intérêt de cette cartographie est fournie par l’autre «anomalie» relevée par Marcus (et dont les recherches de J.-C. David confirment la réalité) : la poche d’habitat de prix moyen indiquée dans sa carte correspond très exactement au quartier de Basātina (D 17-18) qui, à la fin du XIXe siècle encore, constitue une enclave à majorité musulmane, dans une zone majoritairement chrétienne : d’après Ghazzī, 379 chrétiens contre 488 musulmans – 43,7 % seulement de chrétiens –, alors qu’aux alentours la proportion est massivement inverse : Shar‘asūs (E 18-19), 87,4 % de chrétiens ; Akrād (EF 16-17), 92,7 % ; Ghiṭās (D 16-17), 100 %18.

21La transcription géographique des différences dans la qualité de l’habitat (Marcus) et de la répartition de la population chrétienne dans la zone du faubourg nord d’Alep aboutit à des cartes relativement superposables qui expriment, d’une part, la vigueur de la ségrégation d’une population chrétienne minoritaire à Alep (mais fortement majoritaire dans sa zone), et, d’autre part, le haut niveau socio-économique de la population chrétienne d’Alep.

Janissaires et Chérifs à Alep

  • 19 Sur ce problème voir : Sauvaget, Alep, pp. 196-200, 230-231 ; Bodman H., Political Factions in Alep (...)
  • 20 Bodman, pp. 61-62. MWT, Awāmir sultāniyya, III, p. 54.

22Les relations conflictuelles entre Janissaires et Chérifs (ashrāf) paraissent avoir dominé la vie politique à Alep dans les dernières décennies du XVIIIe siècle et la première du XIXe19. Les ashrāf, descendants du Prophète, constituaient un groupe social assez cohérent, placé sous l’autorité d’un syndic (naqīb) et jouissant de privilèges fiscaux et judiciaires très enviés. Il en allait de même des Janissaires, corps ouvert, dès le XVIe siècle, à des musulmans libres et dont le développement du système de la protection et l’achat de l’inscription sur les rôles gonfla considérablement le nombre. On estime le nombre des Janissaires à une dizaine de mille, dont la plupart ne figuraient que pour ordre sur les registres de l’armée. Les ashrāf auraient été presque aussi nombreux, évaluation qui n’est peut-être pas aussi exagérée qu’il a pu sembler : dans un document de 1146/1733, recensant les artisans des métiers du bois et du métal, soit au total 168 individus, 18 sayyid sont mentionnés, soit 10,7 %, une proportion évidemment considérable20.

  • 21 Russell, pp. 159-160. Thieck, pp. 157-158. Sauvaget, p. 198.

23L’importance numérique des ashrāf et des Janissaires, leurs liens étroits avec l’ensemble de la population, obligent à ne pas les considérer comme des factions ou des partis fermés. Les Chérifs, remarque le voyageur A. Russell, forment «un corps nombreux... dans lequel sont compris des personnes de toutes conditions». Quant aux Janissaires, leurs liens avec certaines professions «de moindre considération», celles liées au commerce des produits animaux en particulier, n’étaient sans doute pas exclusifs : certains pratiquaient des métiers «plus nobles». Le gonflement du nombre des Janissaires «donnait à leur parti le même caractère ouvert et la possibilité d’un accroissement comparable à celui, naturel, des ashrâf» (J.-P. Thieck). Représentant toutes les catégories sociales et professionnelles, Chérifs et Janissaires s’opposaient moins comme porte-paroles de parties déterminées de la population que comme des syndicats d’intérêts organisés21. Les luttes entre ces factions rivales, qui occupèrent les dernières années du XVIIIe et les premières du XIXe siècle ne sont pas sans rappeler les conflits qui, à Damas, opposaient les Janissaires impériaux (qāpīqūlu) et locaux (yerliyya).

24Particulièrement intéressants sont les aspects géographiques de ce long conflit. Au travers des incidents sanglants qui marquèrent l’histoire d’Alep entre 1769 et 1819, on a l’impression que, les Janissaires recrutant particulièrement dans les faubourgs orientaux, leurs conflits avec les ashrāf prirent souvent l’allure d’un affrontement entre la ville «dans les murs» et les faubourgs. Lors des incidents de 1798 qui durèrent de février à mai, les ashrāf tenaient la ville intra muros et les Janissaires la Citadelle et les quartiers de Bānqūsā (J 23) et de Bāb al-Nayrab (U 21).

  • 22 Thieck, p. 158.
  • 23 MWT, Awāmir sultāniyya, III, p. 54.

25Les ashrāf étaient normalement dispersés à Alep. Fortement liés à la population autochtone, ils se rencontraient «dans tous les métiers (fileurs, orfèvres, presseurs d’huile, cafetiers, bouchers, etc.), avec une forte représentation dans l’ensemble des métiers du textile»22. Il était donc inévitable qu’ils soient répartis dans l’ensemble de la ville, à l’exception du quartier nord, presque totalement chrétien, et des faubourgs où habitaient principalement des «néo-citadins» d’origine rurale ou «étrangère». L’échantillon des sayyid mentionnés dans le document énumérant les artisans du bois et du métal en 1733, bien que trop réduit pour être véritablement significatif, donne, sur ce point, une indication intéressante : sur les 15 Chérifs localisés, dix le sont dans la ville intra muros, un dans le faubourg nord, et quatre dans le faubourg oriental23. Mais un document aussi parcellaire ne nous permet pas de comprendre, par exemple, pourquoi cinq de ces sayyid exerçaient leurs fonctions d’artisans en métal (4 sur 8) et en bois (1) dans le quartier de Sāḥa Biza (U 15).

26Les historiens d’Alep, à la suite de Barbié du Bocage, localisent les Janissaires dans les faubourgs situés à l’est de la ville – Bānqūsā (J 23), Qārliq (G 30), Bāb al-Nayrab (U 21), Bāb al-Malik (UV 26) – et au sud (Bāb al-Maqām, W 16), avec une forte concentration dans la région située à l’est de bāb al-Ḥadīd (J 23), le long de la route conduisant vers bāb Qārliq. Bānqūsā, remarque Barbié, était le point «où se réunissaient autrefois les mécontents et se formaient les révoltes». Un peu plus à l’est se trouvait le café de l’Agha (Qahwat al-Agha, I 27), grand café où les Janissaires s’assemblaient.

  • 24 Barbié du Bocage, J.-B., «Notice… sur le plan d’Hhaleb de M. Rousseau», Recueil de Voyages, II (182 (...)
  • 25 Sauvaget, p. 231.

27Ce que confirme Paton : le café de l’Agha des Janissaires, situé au milieu du grand faubourg de Bānqūsā, «était le rendez-vous de ce corps turbulent»24. Ce faubourg «neuf» se différenciait de la vieille ville par «l’esprit frondeur» de ses habitants. C’était dans cette population récemment installée et turbulente («ce qu’il y avait de plus mutin à Alep») que se recrutaient les Janissaires, et leur présence explique, d’après Sauvaget, l’abondance des toponymes turcs dans cette partie de la ville25.

  • 26 MWT, Awāmir sultāniyya, I, pp. 108-110.

28Un document des Awāmir sulṭāniyya d’Alep, ordonnant à Ahmad Pacha, le 13 février 1689, de lever des recrues et de rejoindre l’armée impériale, nous fournit, pensons-nous, une information intéressante sur la localisation des militaires à Alep. Sur 341 recrues (énumérées par quartier), un remplacement est prévu pour 270, que l’on doit donc considérer comme de «fausses paies», des artisants et commerçants d’Alep qui n’étaient inscrits sur les registres de la milice que pour ordre. Nous pouvons, par contre, supposer que les recrues «non-remplacées», étaient, pour l’essentiel, de véritables militaires, dont la localisation a donc une signification, de ce point de vue. Sur 71 recrues «non remplacées», 36, soit un peu plus de la moitié, sont mentionnées comme appartenant aux quartiers de Jubayla (JK 21-22 : 7), Shamīṣātiyya (I 23 : 4), Shaykh ‘Arabī (G 25 : 2), Juqūrjuq (JK 24 : 4), Ḥamza Bey (J 25 : 1), Dallālīn (GH 27 : 8), Farrā’īn (I 27 : 5), Qāḍī ‘Askar (K 28 : 4), Tātārlar (IJ 29-30 : 1). Ces «recrues» occupent bien, autour de Bānqūsā et le long de la rue conduisant à Qārliq, une zone qui est celle où l’on localise traditionnellement les Janissaires. La localisation la plus dense (quartiers de Dallālīn et Farrā’īn : 13 recrues) correspond au centre de gravité du quartier habité par les Janissaires, le café de l’Agha, lieu de réunion des militaires (I 27)26. (Voir la carte IV où cette zone est délimitée.)

  • 27 Marcus, pp. 305-307, citant le daftar Alep 97, pp. 108-110.
  • 28 Bodman, pp. 64-65. Thieck, pp. 139-140.
  • 29 Raymond, A. Artisans et commercants au Caire, Damas, 1974, 2 vol, II, pp. 439, 793-795, 804-805.

29Cette localisation des Janissaires à Alep, qui reste hypothétique, peut être mise en relation avec deux séries des données indépendantes qui me paraissent de nature à autoriser des conclusions sur la géographie socio-économique de cette partie de la ville d’Alep. Dans un document des Archives Nationales de Syrie, étudié par A. Marcus27, la localisation des 148 bouchers que comptait la ville en 1762 est donnée au Tribunal d’Alep. Les 140 bouchers localisables sont, comme il est normal, dispersés dans la ville, en gros proportionnellement à la population telle que l’estime Ghazzī, à la fin du XIXe siècle : 46,4 % de bouchers dans la ville intra muros, 30 % dans le faubourg nord, 23,6 % dans les faubourgs est, ouest et sud, pour des pourcentages de population de 37,2 %, 25,5 % et 37,2 %, avec un correctif apporté par la prospérité des quartiers, les zones les plus riches (ville intra muros et faubourg nord) disposant de boutiques plus nombreuses. Une forte proportion de boutiques étaient situées le long de la rue reliant bāb al-Hadīd à bāb Qārliq, vingt et une sur les cent quarante localisées. Cette concentration dans une région où les Janissaires étaient fortement établis n’est sans doute pas fortuite, et elle n’est sans doute pas uniquement causée par l’activité commerciale bien connue de ce quartier. Nous savons que la corporation des bouchers, et celle des tanneurs qui lui était liée, étaient contrôlées par les Janissaires et que la pratique du dūmān, prélèvement institué vers 1747, liait l’odjaq aux bouchers : en 1767, l’agha des Janissaires effectua une avance sur solde pour permettre aux bouchers de payer l’argent dû au titre du māl-i iḥtisāb28. On peut donc supposer que la coïncidence entre la géographie des bouchers et celle des Janissaires dans le quartier de Bānqūsā avait une signification sociale et «politique», tout comme, au Caire, la coïncidence géographique entre les bouchers du faubourg de Ḥusayniyya et la confrérie des Bayyûmiyya29.

Carte IV. Localisation des appelés non remplacés (1689)

Carte IV. Localisation des appelés non remplacés (1689)
  • 30 Voir Sauvaget, pp. 228-231.

30Tout aussi hypothétique, mais non moins intéressant, est le rapprochement que l’on peut faire entre la carte des résidences dressée par A. Marcus, à partir de ses dépouillements de transactions immobilières à Alep, et celle de la localisation des Janissaires dans le nord-est d’Alep que nous venons de suggérer. A. Marcus localise dans la région de Bānqūsā, le long de la grande rue du faubourg nord-est, une «poche» d’habitat moyen qui prolonge celui de la madīna dans une région suburbaine où domine «normalement» un habitat bon marché. Bien que, ici encore, cette anomalie puisse être liée à la structure économique du quartier, lieu de très forte activité commerciale30, il nous semble tentant, et logique, de suggérer que l’importance du peuplement militaire dans cette région se traduisait, sur le plan de l’habitat, par des maisons de type «moyen», de meilleure qualité, et plus coûteuses, que l’habitat généralement pauvre de ce faubourg populaire.

Conclusions

  • 31 (Thèse de doctorat) Les maisons moyennes au Caire et leurs habitants, thèse, Cairo, 1988, en cours (...)

31La répartition radio-concentrique, en auréoles successives de l’habitat à Alep, dont les recherches de J.-C. David, M. Merriwether et A Marcus montrent l’existence est conforme à un type d’organisation spatiale que l’on retrouve, avec la même netteté, à Tunis et au Caire (voir pour cette dernière ville les recherches toutes récentes de Nelly Hanna)31.

32Les irrégularités relevées dans ce schéma général permettent, pensons nous, de commenter utilement la localisation de deux groupes sociaux importants de l’Alep ottomane. L’appartenance du quartier chrétien à la zone d’habitat de caractère bourgeois et de qualité élevée confirme naturellement ce que l’on sait des caractéristiques de la communauté chrétienne alépine et de son haut niveau de vie, lié à des activités économiques fortement orientées vers le commerce international. Une intéressante preuve a contrario est fournie par le quartier de Basātinā qui est doublement une enclave : au point de vue confessionnel, une enclave musulmane dans une zone massivement chrétienne ; au point de vue socio-économique, une enclave d’habitat modeste dans une région de résidence aisée. D’autre part, l’extension vers le nord-est d’une région d’habitat «aisé» dans un quartier de faubourg «normalement» caractérisé par un habitat pauvre, signale une région dont la population est fortement marquée par la résidence de militaires et où la présence, en grand nombre, de bouchers rappelle les liens existant entre les Janissaires et ce corps de métier dans la ville d’Alep.

33La remarque que, dans les grandes villes arabes, les structures sociales trouvent habituellement une expression géographique est assez banale. Les quelques exemples donnés à propos d’Alep nous paraissent donner de ce principe une illustration utile et montrer comment des cartographies variées peuvent coïncider et préciser l’image que l’on peut donner d’un groupement social. Ils confirment aussi le caractère profondément logique de l’organisation spatiale de la ville arabe qui est aussi apparent lorsqu’on considère sa structure globale que lorsqu’on examine, «par le petit bout de la lorgnette», le détail des phénomènes sociaux.

Notes

1 Abdel Nour, A., Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, Beyrouth, 1982, p. 165.
Depuis la rédaction de ce texte, J.-P. Thieck, chercheur de grand talent, a disparu, en juillet 1990. Je dédie ce travail, qui lui doit beaucoup, à sa mémoire.

2 David, J.-C, «Alep, Dégradation et tentatives actuelles de réadaptation des structures urbaines traditionnelles», BEO, 28 (1975).

3 Cette typologie est inspirée de celle de G. Cladel et P. Revault, dans Medina, approche typologique, Tunis, 1970.

4 David, pp. 20-26.

5 Abdel Nour, pp. 102-106.

6 Marcus, A., People and Property in Eighteenth-Century Aleppo, Thèse, U. of Columbia, 1979, pp. 289-298. Cette thèse vient d’être publiée sous le titre The Middle East on the Eve of Modernity, Aleppo in the Eighteenth Century, Columbia U.P., New York, 1989. Nous n’avons pu utiliser le livre pour cet article, rédigé en avril 1989.

7 Merriwether, M., The Notable Families of Aleppo, 1770-1830 : Networks and Social Structures, Thèse, U. of Pennsylvania, 1981, pp. 119-120. Marcus, p. 350. Voir la carte II.

8 Russell, A., The Natural History of Aleppo, London, 1794, 2 vol., I, p. 36 qualifie cet habitat de «Keisarie» alors qu’il s’agit évidemment de hawsh.

9 Marcus, pp. 304-307.

10 Abdel Nour, pp. 171-172.

11 Al-Ghazzī, K., Nahr al-dhahab, Alep, 1342, 3 vol., II, pp. 413, 427, 429, 449, 462, 468.

12 Tapu defteri d’Alep, numéro 397, microfilm consulté au Centre de Recherches Historiques de Amman, grâce à l’obligeance de son directeur, M.A. Bakhit.

13 MWT, Daftar Alep 32 et 33 (années 1671 à 1681). L. d’Arvieux, Mémoires, 6 vol., Paris, 1735, volume VI. Un document de la série des Awāmir sultāniyya (MWT, daftar numéro I daté de 1689) donne une liste de 341 recrues levées à Alep pour partir avec l’armée impériale en campagne. Cette liste montre cet «envahissement» du faubourg nord par les chrétiens. Sur 85 recrues levées dans cette région d’Alep, 11 habitent dans la zone située à l’ouest de la rue reliant bāb al-Nasr (I 16) à bāb Haramī (D 17), un nombre évidemment réduit. Par contre 57 habitent la région située plus à l’est jusqu’à la rue joignant bāb al-Hadīd (J 23) à bāb Aghiyūr (C 21). A cette époque déjà le quartier de Basātinā (D 18) (9 recrues) constitue le bastion le plus occidental du peuplement musulman dans le faubourg nord.

14 Abdel Nour, pp. 102, 106-107, 171.

15 MWT, Daftar Alep 108 (1771-81).

16 Voir Raymond, A, «The Ottoman Conquest and the Development of Great Arab Towns,» UTS, vol. 1, (1980) ; David, J.-C, Le waqf d’Ibshir Pacha à Alep, Damas, 1982 ; Gaube, H. et Wirth, E. Aleppo, Wiesbaden, 1984, pp. 392-400.

17 Sauvaget, J., Alep, Paris, 1941, p. 226. L’assertion de A. Abdel Nour p. 166 suivant laquelle «rien ne permet d’affirmer que les maisons chrétiennes soient plus aisées que celles des autres confessions», est à la limite de l’inexactitude car ces maisons sont, en général, équivalentes aux plus belles maisons des musulmans comme les documents d’archives (Marcus) et l’archéologie (David) le montrent avec clarté.

18 Ghazzī, Nahr, II, p. 419. Marcus, p. 303.

19 Sur ce problème voir : Sauvaget, Alep, pp. 196-200, 230-231 ; Bodman H., Political Factions in Aleppo. 1760-1826, Chapel Hill, 1963 ; Rafeq AK., «Changes in the relationship between the Ottoman central administration and the Syrian Provinces» , in Naff, T. et Owen, R. (eds.), Studies in Eighteenth Century Islamic History, Southern Illinois, 1977, pp. 65-66 ; Thieck, J.P., «Décentralisation ottomane et affirmation urbaine à Alep», in Mouvements communautaires et espaces urbains au Machreq, Beyrouth, 1985, pp. 159-161 ; Raymond, A. Grandes villes arabes à l’époque ottoman, Paris, 1985, pp. 86-87 ; Masters, B., The Origins of Western Economic Dominance in the Middle East Aleppo, 1600-1750, New York, 1988, pp. 45-47.

20 Bodman, pp. 61-62. MWT, Awāmir sultāniyya, III, p. 54.

21 Russell, pp. 159-160. Thieck, pp. 157-158. Sauvaget, p. 198.

22 Thieck, p. 158.

23 MWT, Awāmir sultāniyya, III, p. 54.

24 Barbié du Bocage, J.-B., «Notice… sur le plan d’Hhaleb de M. Rousseau», Recueil de Voyages, II (1825), pp. 228, 234-236. Paton A. A., The Modern Syrians, Londres, 1844, p. 245. Bodman, pp. 57, 63.

25 Sauvaget, p. 231.

26 MWT, Awāmir sultāniyya, I, pp. 108-110.

27 Marcus, pp. 305-307, citant le daftar Alep 97, pp. 108-110.

28 Bodman, pp. 64-65. Thieck, pp. 139-140.

29 Raymond, A. Artisans et commercants au Caire, Damas, 1974, 2 vol, II, pp. 439, 793-795, 804-805.

30 Voir Sauvaget, pp. 228-231.

31 (Thèse de doctorat) Les maisons moyennes au Caire et leurs habitants, thèse, Cairo, 1988, en cours de publication à l’IFAO (Le Caire).

Table des illustrations

Titre Carte I. Alep. Localisation des quartiers
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Carte II
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Carte III. Proportion de la population chrétienne dans les quartiers nord d’Alep d’après Ghazzī.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1669/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Carte IV. Localisation des appelés non remplacés (1689)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1669/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 490k

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search