Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Les rapports villes-campagnes dans les pays arabes à l’époque ottomane (XVIe-XVIIIe siècles)

Résumé

On décrit traditionnellement la ville de l’Orient arabe comme un corps étranger qui domine et exploite la campagne, l’exposé le plus extrême de cette thèse ayant été fait par J. Weulersse à propos des villes syriennes. En réalité les relations villes-campagnes dans le monde arabe avant le XIXe siècle sont plus complexes et moins unilatérales qu’on ne l’a souvent supposé. Elles peuvent être décrites sous plusieurs angles : relations de symbiose (la ville marché de la campagne) : relations de parasitisme (la ville exploiteuse de la campagne) ; place des ruraux dans les villes. Bien que notre connaissance de l’économie des pays arabes à l’époque considérée (XVIe–XVIIIe siècles) ne permette pas d’aboutir à des conclusions un peu assurées, il semble bien que, plutôt que d’exploitation pure et simple de la campagne par la ville, on doive parler de dépendance mutuelle dans le cadre d’une véritable division du travail associant les villes et la campagne.

Note de l’éditeur

Extrait de : B. Cannon (éd.), Terroirs et sociétés au Maghreb et au Moyen-Orient, Lyon, 1987, p. 19-58.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Max Weber, The City, New York, 1966, 68-69.

1Le problème qui est abordé ici est un aspect régional du problème général posé, en particulier, par Max Weber, avec sa fameuse distinction entre des villes « de consommation » et des villes « de production ». Weber note d’ailleurs, avec prudence, que « les cités existantes représentent presque toujours des types mixtes »1. Une telle précaution n’a pas toujours été respectée par ceux qui, dans le domaine arabo-islamique, ont abordé le problème.

  • 2 C. F. Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, éd. Gaulmier, Paris, 1959, 119.

2C’est en effet un idée largement répandue que la ville islamique exploite la campagne, sans compensation. Le voyageur de la fin du XVIIIe siècle, Volney relève la concentration au Caire des plus riches consommateurs de l’Égypte et remarque : « Tous les grands propriétaires, c’est-à-dire les Mamelouks et les gens de loi, y sont rassemblés et ils y attirent leurs revenus, sans rien rendre au pays qui les fournit »2.

  • 3 Il y aurait naturellement beaucoup à dire sur l’utilisation simultanée que fait J. Weulersse de not (...)
  • 4 Jacques Weulersse, PaysansdeSyrieetduProche-Orient, Paris, 1946, 86-88.

3Cette conception a été exprimée d’une manière particulièrement vigoureuse dans les travaux de J. Weulersse qui paraissent fonder la réflexion de ce qu’on pourrait appeler une « école syrienne » de géographes-historiens. J. Weulersse insiste sur la force de l’opposition entre la ville et la campagne : « En Orient la ville apparaît comme un corps étranger “enkysté” dans le pays comme une création imposée à la campagne qu’elle domine et exploite ». À ce phénomène Weulersse assigne des causes variées. Historiques : « Implantation artificielle [des villes] par des maîtres étrangers » (dans l’Antiquité et durant la période arabe). Ethniques : les populations urbaines ont une origine différente ; elles « ne se sont pas nourries, comme en Occident, des populations rurales qui les entourent » ; il existe une « population spécifiquement urbaine ». Religieuses : les villes abritent des communautés différentes de celles qui vivent dans la campagne qui les entoure ; Antioche est « turque » au milieu d’un pays « alaouite et arabe » ; Hama est « arabe » au milieu d’un pays « alaouite et bédouin »3. La ville, poursuit Weulersse, « est sans racines humaines dans le pays qui la porte et dont elle vit […] Son recrutement est à base d’étrangers plus ou moins lointains […] Les populations citadines de l’Orient [apparaissent] ainsi comme des populations flottantes, sans attaches personnelles avec le terroir et sans aucun lien avec les campagnes que le désir de les exploiter au maximum ». Car, et c’est la conclusion de Weulersse, contrairement à l’Occident, où il y a échange, la ville orientale, étrangère sur son terroir, « prend beaucoup et rend peu ». Comment y parvient-elle ? Par l’appropriation de la terre et par l’usure ; grâce à la primauté politique absolue des cités et à la carence de l’État. « L’activité économique des villes apparaît ainsi comme essentiellement parasitaire […] La ville […] consomme sans produire »4.

4Il serait intéressant, et utile, mais cela nous mènerait trop loin, de tenter d’analyser les motivations profondes de cette thèse. Disons, rapidement, qu’elle rend compte d’une situation très locale, le modèle syrien étant très spécifique, avec l’imbrication des communautés ethnico-religieuses que l’on trouve dans certaines villes et dont Antioche fournit l’exemple le plus extrême. Elle a aussi des racines que l’on peut qualifier de conjoncturelles, le profond discrédit dans lequel était tenue l’époque ottomane à l’époque où écrivaient Weulersse et Sauvaget. Elle ne paraît pas toujours exempte d’arrière-pensées politiques : dans certains cas elle traduit des préjugés « coloniaux », et une attitude quelque peu condescendante à l’égard de l’organisation sociale et politique des pays arabes : en insistant sur le caractère désarticulé d’une société décrite comme fondamentalement fractionnée, presque toujours dominée par des éléments « étrangers », on est conduit à la considérer comme vouée, d’une manière presque inévitable, à subir une domination extérieure. Cette théorie a inspiré la plupart des travaux faits sur les villes arabes, syriennes et non syriennes ; elle est sous-jacente dans l’œuvre de J. Sauvaget dont les thèses ont eu longtemps force de loi dans la recherche sur les villes. De ce point de vue un examen critique de ces conceptions aurait donc une valeur démystifiante. Malheureusement il ne serait possible que sur la base d’études qui n’ont pas été faites jusqu’à ce jour.

  • 5 M. H. Chérif, « Document relatif à des tribus tunisiennes des débuts du XVIIIe siècle », Revue de l (...)

– D’abord sur la société rurale, sur laquelle notre connaissance reste insuffisante parce que la documentation de base (les documents des archives des tribunaux, pour l’essentiel) n’a pas été dépouillée. Un pas décisif est en train d’être franchi avec les travaux de M. H. Chérif (pour la Tunisie) et de K. Cuno (pour l’Égypte) qui remettent en cause certains des stéréotypes les plus solidement établis sur l’égalitarisme de la société rurale ou sur les liens fragiles de la paysannerie avec la terre5. Mais beaucoup reste à faire pour que nous comprenions le monde rural des XVIe-XVIIIe siècles.

  • 6 Antoine Abdel Nour, Introductionàl’histoireurbainedelaSyrieottomane, Beyrouth, 1982.

– Tout aussi lacunaires sont nos connaissances sur l’économie globale des pays arabes à l’époque moderne. Il serait, en particulier, indispensable de pouvoir évaluer le volume de la production agricole et de pouvoir estimer l’importance des ponctions opérées aux dépens de la campagne. A. Abdel Nour a fait une tentative dans ce sens pour Damas, mais à partir d’une documentation trop insuffisante pour que ses conclusions soient tout à fait convaincantes6.

  • 7 Sur Le Caire voir André Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIesiècle, Damas, 1973-1974 (...)

– D’une manière générale, le volume et la nature de la production urbaine et la structure de la société urbaine restent aussi fort mal connus, ce qui ne permet pas de poser le problème des relations villes-campagnes sur des bases un peu solides7.

5Il est donc aventureux de proposer un exposé systématique sur ce problème, et on ne peut guère que jalonner le terrain et poser un certain nombre de questions sur quelques aspects particuliers : relations de symbiose (la ville marché de la campagne) ; relations de parasitisme (la ville exploiteuse de la campagne) ; place des ruraux dans la ville.

La ville marché de la campagne

6L’aspect le plus évident des relations villes-campagnes, celui aussi pour lequel nous disposons de la documentation la plus importante, est celui de l’approvisionnement de la ville par son arrière-pays. C’est le phénomène que A. Abdel Nour a abordé, dans son Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, à propos du cas de Damas, mais en restant dans les généralités. A. Abdel Nour étudie successivement :

– la zone d’approvisionnement de Damas ;

– les produits concernés, riz, viande, fruits, légumes, et grains (sans que, dans l’état de nos connaissances, il lui soit possible de donner des indications détaillées sur les circuits de ces produits, et sur les quantités consommées) ;

– les structures de l’approvisionnement, khâns et métiers ;

  • 8 A. Abdel Nour, Introduction, 217 et suiv.

– les crises alimentaires et les politiques alimentaires (sans fournir sur les prix et leur évolution, les informations qui permettraient de définir une évolution à long terme)8.

7On ne peut s’étonner de ces lacunes qui sont la conséquence des difficultés touchant la documentation que nous avons signalées plus haut. Nous ignorons presque totalement le volume de la production agricole, et, sauf quelques évaluations assez douteuses faites par les voyageurs, nous ne disposons pas d’indications chiffrées un peu sérieuses. Notre méconnaissance de la consommation est presque aussi complète. Nous connaissons mal la nature des circuits commerciaux suivis par les produits.

  • 9 Gabriel Baer, « Village and City in Egypt and Syria », dans A. L. Udovitch, éd., The Islamic Middle(...)

8Un autre élément, très important, nous échappe presque totalement. Nous ne connaissons que d’une manière très imprécise l’importance des prélèvements en nature effectués sous la forme de l’impôt ou de prélèvements parafiscaux (réalisés par les fermiers, multazim en Égypte). Nous ne savons pas non plus comment ces stocks de produits agricoles réintégraient le circuit commercial. Sur les mahalla de Tunisie (camps d’été et d’hiver qui levaient les impôts en nature, blé ou dattes suivant les régions affectées), ou sur les prélèvements en nature effectués en Égypte dans le Sa’îd (dont le produit était stocké dans les greniers officiels du Caire) notre information statistique est très réduite. Les remarques faites par G. Baer sur ce point permettent tout au plus d’ouvrir le débat : Le Caire « received its grain not in the course of commercial transactions or exchange between fellaheen and townsmen, but in the form of taxes paid by Egypt’s villages »9. Pour la Haute-Égypte les quatre cinquièmes des impôts à l’époque de l’occupation française étaient ainsi payés en nature. Un système de transport était organisé par barges, sur le Nil. Le stockage se faisait dans des entrepôts (shûna). Mais nous ne disposons que de peu d’indications sur le volume exact de ces mouvements de grains qui assuraient, en grande partie, la subsistance de la population du Caire.

9De ce phénomène fondamental nous ne pouvons, pour le moment, que constater la manière dont il se traduit dans la structure des villes, par la localisation, à la périphérie des villes, des marchés où étaient commercialisés les produits agricoles, et où se concentraient les relations commerciales entre les villes et les campagnes.

10La localisation de ces activités est naturellement la conséquence de leurs liens avec la campagne. Elle est aussi le résultat du classement hiérarchique des activités économiques urbaines qui entraînait le refoulement vers la périphérie de la ville des métiers qui jouaient un rôle économique secondaire, les métiers importants (trafic des étoffes, des épices, des métaux précieux) étant au contraire rassemblés dans le centre. C’était en effet, en général, le cas des activités liées à l’agriculture qui portaient sur des produits volumineux, mais d’une valeur marchande assez faible, ou qui présentaient des inconvénients sérieux pour le voisinage (produits polluants : par exemple les huiles), ou encore dont le maniement et le stockage posaient problèmes (et nécessitaient de vastes espaces, difficiles à trouver dans le centre).

  • 10 Voir André Raymond, Les grandes villes arabes, Paris, Sindbad, 1985.

11Ces diverses considérations expliquent que les activités liées au monde rural aient été, en général, localisées près des limites des villes. Cette géographie se retrouve, sans grand changement, d’une ville à l’autre et les exemples qu’on pourrait en donner sont aussi nombreux que les villes intéressées10.

12Les marchés aux grains s’établissaient habituellement sur de vastes aires appelées ruq’a, rahba ou ‘arsa. Un des principaux marchés aux grains du Caire était situé, hors de Bâb al-Sha’riyya, dans un endroit appelé Ruq’a al-Qamh (place au blé) ou Mîdân al-Ghalla (place aux grains) ; une corporation de « transporteurs de blé de la place de Bab-Charieh à tous autres lieux au Caire » (numéro 73 dans la liste dressée par les Français en 1801) avait son siège en cet endroit. À Damas, les entrepôts à grains (bawâ’ik) étaient situés à l’extérieur de la ville intra muros, le long de la route du faubourg du vifdfin par où arrivaient les céréales du Hauran, et sur laquelle circulaient les pèlerins, qui étaient de grands acheteurs de produits alimentaires, au moment du départ du pèlerinage dont la caravane suivait cette route. La « halle aux grains » (rahba) d’Alger était située à l’intérieur de la porte de Bâb’Azzûn, à la limite sud de la ville.

13Les marchés de fruits et de légumes avaient la même position périphérique : dès l’époque de Maqrîzî, historien égyptien du début du XVe siècle, on trouvait, à l’intérieur de Bâb al-Futûh (porte nord du Caire) des marchands de légumes sur un emplacement à peu près semblable à celui où on trouve encore de nos jours les charrettes des marchands d’ail.

14Le commerce du bétail qui était à la fois encombrant, bruyant et polluant, était lui aussi relégué près des portes des villes. Tunis a gardé, jusqu’à nos jours, ses places aux moutons (Rahba al-Ghanam) et aux chevaux (Murkâd), sur la périphérie du faubourg sud de la ville, dans des emplacements qui étaient déjà mentionnés sous les Hafsides (XIIIe-XVIe siècles). Au Caire, le Sûq al-Ghanam, d’abord situé immédiatement hors de la porte de Bâb Zuwayla, à la limite de la ville primitive, fut ensuite transféré à l’extrême sud de la ville, lorsque la croissance de la ville eut rendu incommode l’emplacement ancien pour les habitants, en raison des nuisances provoquées par le passage du bétail, et pour les marchands, qui avaient besoin de vastes espaces pour rassembler leurs troupeaux.

15L’existence quotidienne de la ville était donc assurée grâce à la campagne à qui elle servait de marché pour ses produits agricoles. Mais ce rôle elle le jouait aussi pour beaucoup de produits qui étaient utilisés comme matières premières de l’artisanat urbain. Ceci encore explique la localisation périphérique d’un certain nombre de métiers qui dépendaient pour leur activité de leur approvisionnement « rural ».

16Mentionnons :

– les boucheries et les abattoirs, normalement situés à la limite de la ville, ce qui entraînait la localisation périphérique des tanneries (madâbigh), dont les déplacements sont généralement très significatifs car ils indiquent une rapide croissance urbaine qui oblige à repousser vers les limites de la ville des activités fort désagréables pour le voisinage. Des transferts de tanneries eurent ainsi lieu à Alep (au XVIe siècle), au Caire (fin du XVIe-début du XVIIe siècle), et à Tunis (XVIIIe siècle).

– les marchés du bois de chauffage, utilisé pour les fours, situés à la limite des villes, en raison du caractère encombrant de ce produit et de la difficulté de le charroyer à l’intérieur des rues étroites et tortueuses des villes ;

  • 11 A. Raymond, Artisansetcommerçants, I, 351-352.

– les marchés du charbon de bois, produit salissant, eux aussi localisés sur la lisière de la ville : au Caire, on les trouvait près de Bâb al-Lûq ou de Fawwâla (sur la limite ouest de la ville) ; le Sûq al-Gilla (où l’on vendait les « mottes à brûler », sortes de galettes à base de bouse de vache, de paille qui servaient de combustible) était à la limite ouest de la ville. Du charbon de bois était apporté au Caire par les bédouins des tribus arabes de la région de Tûr, dans le Sinâï, en caravanes de 1 000 à 2 000 chameaux qui arrivaient toutes les six semaines : leur campement principal était établi derrière le mont Muqattam, hors du Caire, à l’est de la ville ; les marchés qu’ils fréquentaient étaient situés près de Bâb al-Nasr (au nord de la ville), ou derrière Bâb al-Lûq (à l’ouest)11.

– Au Caire encore, les matières premières destinées aux cordiers, aux nattiers étaient vendues sur des marchés localisés au sud de Rumayla, dans le sud-est du quartier sud de la ville.

  • 12 Abdul-Karim Rafeq, « Economic Relations Between Damascus and the Dependent Countryside », dans A. L (...)

17Des exemples semblables sont donnés par A. Rafeq pour la ville de Damas : marchés des cendres (qilâ) obtenues en brûlant des plantes alcalines du désert, et utilisées pour la fabrication du savon ; lieux de vente de la poudre à fusil, apportée de l’intérieur du pays (Ma’lûlâ, Djebel Druze)12.

18Dans les deux cas qui viennent d’être mentionnés, les villes absorbaient et consommaient (ou transformaient) les produits agricoles. Mais les mouvements entre les villes et les campagnes étaient plus complexes dans divers autres domaines et les résultats en étaient plus équitablement partagés.

  • 13 Jean-Michel Venture de Paradis, TunisetAlgerauXVIIIe siècle, J. Cuoq, éd., Paris, 1983, 123-128.

19– La ville était le lieu de redistribution des produits agricoles bruts. C’est le commerce urbain qui permettait à un certain nombre de produits agricoles d’être répartis à l’intérieur du pays et éventuellement exportés. Il serait nécessaire de pouvoir exposer d’une manière globale les circuits de redistribution intéressant des produits alimentaires comme le blé (dans le Maghreb, et en particulier en Tunisie) ou le riz (en Égypte, par Damiette et Rosette). Pour apprécier l’importance du rôle joué par les villes comme centres de redistribution, il suffira de relever les estimations faites par Venture de Paradis du commerce d’Alger, centre dont l’activité commerciale était pourtant assez réduite si on la compare à celle d’autres métropoles arabes disposant d’arrière-pays plus productifs : Venture de Paradis mentionne l’exportation, par Alger, de 150 000 charges de céréales (en 1788), de 20 à 25 000 cuirs par an, de quantités importantes de laines, de cire, de miel, etc.13

20– Les villes fournissaient aussi les marchés sur lesquels étaient commercialisés les produits de l’industrie rurale. Bien que cette production des ateliers ruraux, ou des ateliers situés dans des centres provinciaux de dimensions modestes, nous soit assez mal connue, faute de statistiques un peu solides, nous savons qu’elle fut importante, et qu’elle joua, en général, un rôle actif dans l’activité artisanale générale.

  • 14 G. Baer, « Village and City », 601. Voir aussi A. Raymond, Artisansetcommerçants, I, 249.
  • 15 P. S. Girard, « Mémoire sur l’agriculture, l’industrie et le commerce de l’Égypte », Description de(...)
  • 16 La liste de corporations dressée par les Français a été publiée par André Raymond, « Une liste de c (...)

21Pour prendre, à nouveau, l’exemple de l’Égypte, il est bien connu qu’un artisanat textile y était localisé dans des ateliers familiaux, villageois ou ruraux : les centres provinciaux du Delta, du Fayyûm, de la Haute-Égypte jouaient un rôle déterminant dans la production de l’Égypte. G. Baer remarque que sur un millier de villages cités dans Alî Pacha Mubârak, 200 avaient des fabrications artisanales locales14. Les tissus produits hors de la capitale étaient apportés au Caire, et une partie était réexportée vers les autres pays de l’Empire et même vers l’Europe. Un certain nombre de caravansérails (wakâla) du Caire étaient habités par ces marchands venus de province. Les Fayyûmî apportaient des toiles de lin et de coton, en particulier des toiles d’emballage, appelées khaysh, dont 40 000 pièces étaient exportées chaque année vers l’Europe et la Syrie, d’après Girard15. Le centre de leur commerce était la Wakâla al-Khaysh. Elle était sans doute le centre de la corporation « des marchands de sacs de voyage qui les font venir du Fayyoum », mentionnée dans la liste de 1801 (numéro 230). Toujours d’après Girard, une caravane venait chaque semaine du Fayyûm au Caire avec 2 000 châles16. L’Okelle du Menouf était le lieu où était commercialisée la production de tissus « menouf », également d’origine provinciale.

  • 17 P.S. Girard, « Mémoire sur l’agriculture », 605. A. Raymond, Artisans et commerçants, I, 245.
  • 18 C. Niebuhr, VoyageenArabie, Amsterdam, 1776, 2 vol., I, 51. G. Baer, « Village and City », 601.

22Mais les productions ainsi apportées au Caire étaient d’une très grande variété. Girard remarque que « la plus grande partie des nattes de la province de Menouf [était] envoyée au Caire et à Boulak, tant pour la consommation de ces deux villes que pour y être mise en dépôt jusqu’au moment d’être exportée »17. La poterie fabriquée dans la province de Qena (essentiellement une outre appelée « ballâs », d’après le nom d’un village où elle était fabriquée) était apportée, par la voie du Nil, au Caire où elle était vendue : le transport se faisait communément au moyen de radeaux constitués de pots et de cruches attachés à des troncs de palmiers ; quand les pots étaient vendus les membres de l’équipage de six à huit hommes qui les avaient convoyés retournaient, à pied, en Haute-Égypte. Cette poterie, assez grossière, était débitée à Bâb al-Sha’riyya18.

23On pourrait citer bien des exemples, tout aussi démonstratifs, pour les autres villes. Tunis avait un Sûq al-Jarâba (des Djerbiens), aussi appelé Sûq al-Leffa, où se faisait le commerce des tissus de laine apportés de Djerba. Sa localisation, très centrale, non loin de la Grande Mosquée, montre l’importance de son rôle dans l’activité de la ville. Il fut construit, ou rénové, à l’époque de Yûsuf Dey, au début du XVIIe siècle.

  • 19 Les recherches en cours de K. Cuno sur la région de Mansûra constituent un exemple du travail à acc (...)

24Le rôle, évidemment essentiel, que jouaient les villes dans ce domaine est mal connu parce que notre connaissance de la production provinciale est encore plus imparfaite que celle que nous avons de la production dans les villes. Seule une étude des archives provinciales pourra apporter quelque lumière sur ce point19.

25– Les villes étaient également des lieux où se faisait la redistribution vers les campagnes de produits dont la variété nous échappe en partie, parce que les recherches d’ethnologie historiques sur la vie matérielle des ruraux restent à faire, recherches qui sont cependant parfaitement possibles grâce aux documents des tribunaux sur les successions qui permettront de connaître avec précision l’outillage de la vie quotidienne et les produits d’usage courant (« mobilier », habillement). Tant que nous ne connaîtrons pas quels produits, venus de l’extérieur, étaient consommés dans les campagnes, quels outils, éventuellement fabriqués dans les centres urbains, étaient utilisés, il sera difficile de répondre avec précision aux questions qui se posent.

26Mais il est cependant parfaitement évident que les villes permettaient la redistribution d’une grande variété de produits qu’elles fabriquaient, ou qu’elles importaient :

  • 20 A. Rafeq, « Economic Relations », 676.

– produits de consommation. C’est par l’intermédiaire du Caire, par exemple, qu’était redistribué, dans toute l’Égypte, le café qui était importé du Yémen par les négociants cairotes, et qui était devenu, dès le XVIe siècle, un produit de grande consommation. Lorsque, au XVIIIe siècle, le café produit dans les Antilles commencera à pénétrer en Égypte, et à y concurrencer le « moka », c’est naturellement par Le Caire que se fera la redistribution. Il en allait de même en Syrie : le café apporté à Damas, en particulier par la caravane du pèlerinage revenant des Villes saintes, était ensuite vendu aux villageois20.

  • 21 P. S. Girard, « Mémoire sur l’agriculture », cité par A. Raymond, Artisans et commerçants, I, 244.

– matières premières nécessaires pour l’artisanat rural. « Ce sont des marchands du Caire qui apportent le coton de Syrie dans la Haute-Égypte, » remarque Girard. « Le coton [que les ouvriers de Madîna al-Fayyûm] emploient vient du Kaire par le Nil […] En général, tous les habitants de la partie la plus méridionale de l’Égypte viennent s’approvisionner à Esné de toutes les marchandises qu’on y envoie du Kaire »21.

  • 22 A. Raymond, Artisansetcommerçants, I, 197.

– produits fabriqués importés dont la pénétration paraît s’être renforcée au cours du XVIIIe siècle. En Égypte, on note, par exemple, la diffusion de tarbouchs d’origine européenne de moins bonne qualité, mais moins coûteux que les produits traditionnels, ou l’essor de la consommation de draperies européennes, au point qu’en 1767 deux marchands français fondent un établissement à Farshût, en plein Sa’îd, pour assurer la vente de draps22. Tous ces produits transitaient par Le Caire.

  • 23 G. Baer, « Village and City », 602. P. S. Girard, « Mémoire sur l’agriculture », 590, 617.

– produits fabriqués dans les villes. Les villes étaient le théâtre d’une activité artisanale dont les produits étaient naturellement écoulés dans les campagnes. Sur ce point G. Baer donne un avis négatif : « In Ottoman Egypt, » écrit-il, « the village was not dependent on the town for supply of manufactured goods but was able to satisfy nearly all its needs itself ». Sa conclusion sur la faiblesse des relations économiques entre les villes et les campagnes est conforme à la vision qu’il propose d’une société désarticulée, mais elle ne nous paraît pas totalement convaincante. S’il est exact que l’artisanat villageois était très actif (au point, nous l’avons vu, de produire des excédents commercialisables), il est probable que les produits les plus spécialisés, et les plus sophistiqués, venaient de la ville. C’est bien ce que remarque Girard : « Cette industrie se borne, dans les campagnes, aux arts de première nécessité, et à la manipulation de quelques produits du sol servant à la consommation journalière […] Les villes sont toujours le siège d’une industrie plus recherchée, qui s’occupe à transformer des matières premières importées du dehors en objets d’un usage plus ou moins étendu »23. Seules des recherches plus poussées permettraient de trancher le débat.

27Il pouvait même exister une coopération entre la ville et la campagne dans le domaine de la production artisanale dont un exemple frappant nous est fourni par la fabrication des chéchias en Tunisie.

28On connaît l’importance de cette « industrie » des bonnets qui fut sans doute relancée à Tunis par les immigrés, arrivés d’Andalousie par vagues successives, dont la dernière, et la plus massive, remonte au début du XVIIe siècle. La production des chéchias était très prospère au XVIIIe siècle : elle aurait triplé entre 1720 et 1770, et, vers la fin du siècle, elle aurait intéressé 300 maîtres et 15 000 artisans et aurait atteint 100 000 douzaines de bonnets (deux fois la production de la France à la même époque). La production tunisienne alimentait un commerce d’exportation considérable vers les provinces de l’Empire ottoman. Vers l’Égypte seule, plus de 20 000 douzaines étaient expédiées chaque année, surtout de Tunis, pour une valeur globale de 35,4 millions de paras (soit environ un tiers des importations égyptiennes en provenance du Maghreb). À Istanbul, les Tunisiens constituaient une compagnie et ils contrôlaient le commerce des chéchias.

  • 24 Voir Pierre Pennec, LestransformationsdescorpsdemétiersdeTunis, thèse, ex. dact., Tunis, 1964. Luce (...)

29La supériorité de la chéchia tunisienne avait pour origine une fabrication très soignée, utilisant des produits traditionnels de grande qualité (laine espagnole, vermillon) ; elle se faisait dans le cadre d’un processus complexe qui associait la capitale à un certain nombre de centres artisanaux de l’intérieur du pays. Le tricotage était effectué par des femmes spécialisées dans cet art (kabbâsa), habitant le faubourg de l’Ariana, à quelques kilomètres de Tunis. Le kabbûs était ensuite envoyé à Tunis pour assurer sa finition dans les ateliers des quartiers populaires du nord de la capitale (Halfawîn, Bîga), où on le cousait. Le foulage se faisait dans la petite ville de Tébourba, sur les bords de la Medjerda, où un moulin à fouler était actionné par l’eau d’un barrage. Le tissu feutré revenait alors à Tunis : dans les souqs (où la chéchia arrivait pour la première fois) on pratiquait le cardage, puis on apposait la marque de fabrique. La teinture était pratiquée hors de Tunis, dans le village de Zaghouan, dont les eaux étaient réputées. Enfin les chéchias étaient mises en forme à Tunis, par les shawwâshî eux-mêmes, sur des terrasses, en utilisant des formes de terre cuite, et les travaux de finition se déroulaient dans le souq. Ce processus de fabrication qui faisait voyager le produit d’un centre à un autre avait un caractère traditionnel : il était peut-être lié à la répartition géographique de la communauté andalouse ; il était aussi justifié par des raisons techniques24.

  • 25 ‘Abdarrahmân ‘Abd al-Rahîm, al-Rîf al-misrî, Le Caire, 1974, 193, 195, 197.

30Le cas des chéchias tunisiennnes est évidemment exceptionnel. Mais il est clair que des relations étroites existaient, dans toutes les provinces de l’Empire, entre le capital commercial urbain et l’artisanat villageois (dispersé en ateliers familiaux). L’étude de ces relations qui prenaient la forme d’avances de matières premières, de prêts, de commandites, devrait permettre d’aller plus loin dans la compréhension des mécanismes d’une association entre les villes et les campagnes qui était plus étroite qu’on ne l’imagine généralement25.

Conclusion

31Les relations commerciales qui existaient entre la ville et la campagne s’exprimaient par des flux qui étaient sans doute d’importance inégale : le flux dirigé vers les villes (approvisionnement, matières premières) était probablement plus important que le flux inverse. Mais ce serait certainement donner une image inexacte (et incomplète) des relations qui existaient entre les villes et les campagnes, que de suggérer que les villes se contentaient d’aspirer à elles la substance de la campagne.

  • 26 Marcel Clerget, LeCaire, Le Caire, 1934, 2 vol., II, 304.

32Un retour existait évidemment et la ville jouait un rôle irremplaçable dans l’économie générale du pays. Le Caire, remarque Clerget, était « la place régulatrice, la plaque tournante de l’économie nationale, le point de concentration des besoins et des excédents »26. Lieu de redistribution des produits importés, la capitale était aussi le centre vers lequel affluaient les productions locales qui étaient ensuite redistribuées à l’intérieur du pays ou exportées. De ce point de vue les villes jouaient donc un rôle décisif dans l’animation économique du pays, c’est-à-dire également de ses zones rurales.

La ville exploiteuse de la campagne

33Les formes parasitaires des relations villes-campagnes sont assez bien connues parce qu’elles se sont exprimées par des formes brutales d’exactions qui ont été relevées par les chroniques, ou par des formes plus habituelles d’exploitation fiscale dont des documents d’archives ont souvent gardé la trace. Il est donc normal que les relations entre les villes et les campagnes aient été souvent envisagées sous cet angle exclusif et que le parasitisme apparaisse comme le trait le plus caractéristique de ces relations.

34Cela dit, l’exploitation de la campagne par la ville devrait être abordée par des cas concrets qui peuvent seuls en révéler le caractère et le degré. Dans le cadre d’un exposé aussi général que celui-ci nous devrons nous contenter de remarques forcément superficielles, ou d’exemples si particuliers qu’il n’est pas certain qu’on puisse leur attribuer une valeur générale.

35Les ressources que la ville tirait de la campagne ont revêtu des formes très variées. Nous n’en évoquerons que trois : l’exploitation fiscale, ou para-fiscale, qui se présentait sous l’aspect d’exactions pures et simples ou sous celui, plus policé, de levées fiscales ; le prélèvement de la rente foncière que nous aborderons sous le seul angle de l’exploitation des fermages ; le prélèvement effectué dans le cadre des fondations pieuses (waqfs/habous).

L’exploitation fiscale

36Le prélèvement fiscal effectué sur les campagnes par la classe gouvernante urbaine dans le cadre d’un système plus ou moins étatique avait trois aspects principaux :

37– La forme la plus crue était celle de véritables razzias, d’expéditions punitives, au cours desquelles les représentants du pouvoir prélevaient, en marge de la légalité (et parfois en dehors de toute légalité), des fonds ou des fournitures en nature qui étaient, en réalité, extorquées. Les chroniques conservent le souvenir de ces expéditions au cours desquelles la campagne et sa population étaient traitées en pays conquis. Elles sont de toutes les époques et de tous les pays.

  • 27 ‘Abdarrahmân al-Gabartî, ‘Agâ’ib al-Athâr, Bulaq, 1879, 4 vol., II, 240, 258 (Traduction, V, 180, 2 (...)

38Les expéditions dirigées par Murâd Bey dans les provinces égyptiennes, pendant les dernières années du XVIIIe siècle, appartiennent évidemment à ce genre d’exactions dont l’historien Gabartî égrène avec mélancolie, mais avec une brièveté croissante (en raison de leur monotonie), la triste litanie. En 1207/1792, Murâd Bey se rend à Abou Zabal, y trouve campée une tribu de bédouins de Saoualha : « Bien que ces gens n’eussent commis aucun crime, il les pilla, s’empara de leurs troupeaux […] Il fit arrêter les cheikhs de cette localité […] Il leur rendit leur liberté moyennant une somme de 11 000 talaris ». En 1209/1794, Murâd Bey se fixe à Gizeh et s’empare « de gré ou de force, et souvent sans payer aucun prix, des villages de cette province ». La même année les actes arbitraires d’un émir puissant, Muhammad Bey al-Alfî, dans un village de Sharqiyya, provoquent des plaintes qui sont portées au Caire, et amènent l’intervention des gens d’al-Azhar27. Ces exactions deviendront si habituelles dans les années suivantes (1210-1212/1795-1797) que Gabartî renoncera à en donner le détail.

  • 28 A. Abdel Nour, Introduction, 252-253.

39Les expéditions destinées à lever des subsistances en période de crise, mentionnées par Abdel Nour pour la Syrie, expéditions sur lesquelles nous reviendrons plus loin, appartiennent évidemment à ce type d’exactions28.

40– Les expéditions fiscales au cours desquelles les autorités levaient les impôts sur les provinces constituaient une forme institutionnalisée des razzias primitives que nous venons de mentionner. Ici encore les formes (et la régularité) des opérations étaient très variables.

  • 29 Karl K. Barbir, Ottoman Rule in Damascus, Princeton, 1980, 122-125.

41La dawra était la tournée au cours de laquelle le gouverneur de Damas allait prélever sur les districts méridionaux de sa province les fonds destinés à l’organisation du pèlerinage (que le pacha dirigeait personnellement depuis le début du XVIIIe siècle). La colonne de troupes partait pour une durée qui pouvait varier entre deux et cinq mois, mais elle revenait à Damas en Ramadan, avant le départ de la caravane du hajj. Le rapport de la dawra était de 2 à 300 000 kurush, pour un coût de 65 000 kurush (le coût total du pèlerinage s’élevant à environ 500 000 kurush)29.

  • 30 J.-M. Venture de Paradis, TunisetAlger, 170-71.

42Les « camps » (mahalla) de Tunis et d’Alger constituaient une forme très organisée, et très ancienne, de ce genre d’expéditions à buts fiscaux. En Algérie il y avait trois camps (Constantine, Titeri, Mascara) qui étaient plutôt destinés au maintien de l’ordre30. Les mahalla de Tunisie étaient une institution qui remontait à la dynastie hafside, mais qui s’était perpétuée à l’époque ottomane. Les camps étaient commandés par un bey, et le commandement et le contrôle qu’ils assuraient sur l’intérieur du pays furent à la base de l’essor progressif du pouvoir des beys (qui étaient les maîtres des provinces) et de leur prépondérance sur les deys (qui étaient les chefs de la milice et dominaient à Tunis). Il y avait deux mahalla, une d’été, qui visitait les pays du Nord, producteurs de céréales, et une d’hiver, qui visitait le Sud, pays des dattes. Les levées, effectuées en partie en nature, rentraient ensuite dans les circuits commerciaux normaux (une fois satisfaits les besoins du beylik). Les camps permettaient aussi d’affirmer l’autorité du souverain sur les provinces.

43– La forme la plus régulière de l’exploitation fiscale des provinces était naturellement l’impôt. Le système fiscal de l’Égypte étant le mieux connu grâce à des études anciennes (par exemple la Description de l’Égypte), et à des travaux récents (S. J. Shaw, A. ‘Abd al-Rahîm), c’est à ce pays que nous emprunterons surtout nos exemples. Dans le système de l’iltizâm, les villages égyptiens (ou des fractions de villages) étaient affermés par des membres de la caste dominante, mais aussi, et de plus en plus souvent au XVIIIe siècle, par des citadins appartenant à l’ordre des raiya, des bourgeois ou des oulema. Les fermes des impôts étaient vendues chaque année, en septembre, le fermier recevant, en contrepartie de son versement, le droit de lever les impôts dans un village déterminé, plus un supplément qui lui permettait de rentrer dans ses débours. Avec ce système de répartition périodique de villages, s’installa en fait une organisation établissant une quasi-propriété qui fut souvent transmissible héréditairement.

  • 31 Stanford J. Shan, The Financial and Administrative Organization of Ottoman Egypt, Princeton, 1962. (...)

44Il existait dans d’autres provinces arabes de l’Empire ottoman des systèmes comparables. En Tunisie, par exemple, on trouvait des fermes des droits du beylik (lizma). Dans certaines provinces peuplées de sédentaires – Béja, Mateur, Bizerte, Cap Bon, Sahel – les revenus fiscaux étaient affermés a des caïds-lazzâm. En Syrie le mâlikâna était un affermage à vie des impôts dont les caractéristiques étaient assez proches31.

  • 32 S. J. Shaw, The Financial, 95-97.
  • 33 M. H. Chérif, Pouvoir et société, 597, 815.

45– Il serait naturellement important de pouvoir connaître l’importance du prélèvement fiscal qui était opéré sur les campagnes, et de pouvoir donc apprécier l’ampleur du transfert qui était ainsi effectué au profit des villes où résidait la caste dominante, et en particulier les fermiers des impôts. Pour l’Égypte nous disposons de chiffres relativement précis sur la ponction fiscale. En 1798 la Trésorerie impériale recevait au titre de mâl-i kharâj, 87,7 millions de paras, et 49,9 millions de paras allaient aux gouverneurs, sous forme de kushûfiyya. Soit au total 137,6 millions de paras32. D’après des évaluations données pour la Tunisie, par M. H. Chérif, les sommes rentrées dans la caisse du trésorier, donc la fiscalité officielle, étaient de 264 000 dinars, en 1710, et de 383 000 dinars, en 1730, équivalant, semble-t-il, à 17,4 et 26,8 millions de paras33.

La rente foncière

46La rente foncière que prélevaient sur les paysans des quasi-propriétaires citadins peut être connue d’une manière approximative lorsque cette rente prenait l’aspect d’un affermage des impôts qui autorisait les fermiers à prélever des redevances sur les villages dont ils étaient les détenteurs plus ou moins provisoires. Bien que, théoriquement, l’État restât le propriétaire de la terre qu’il concédait sous forme de « fief » (iqtâ’) ou de fermage (iltizâm), la tendance apparaissait à la constitution d’une classe de propriétaires absentéistes, la réalité des rapports entre les paysans, les fermiers et la terre étant sans doute très différente de ce que la théorie juridique pourrait laisser supposer.

  • 34 En particulier ‘Abd al-Rahîm, al-Rîf al-misrî.

47– Ici encore c’est surtout sur l’Égypte que l’investigation peut porter : la forte organisation du pays, rendue nécessaire par des raisons techniques (irrigation par le Nil), donnait une certaine transparence au système qui s’y développait. D’autre part l’Égypte est mieux connue grâce à la Description qui en a été faite lors de l’Expédition française de 1798-1801, et grâce à quelques études plus récentes portant sur l’organisation de l’agriculture à l’époque ottomane34.

48Quelle que fût la théorie, au XVIIe et au XVIIIe siècle, le système du fermage favorisait la constitution d’une classe de propriétaires dont les liens avec la terre et les fallâh qu’ils exploitaient s’affermissaient et tendaient même à devenir héréditaires.

  • 35 A. ‘Abd al-Rahîm, al-Rîf al-misrî, 88.

49Sur cette classe de « propriétaires », les chiffres donnés par ‘Abd al-Rahîm dans son livre sur la campagne égyptienne sont significatifs35 ;en 1658-1660 il y avait en Égypte 1 714 multazim (fermiers). À cette époque les fermiers étaient bien, comme la règle l’exigeait, des membres de la caste dominante (mamelouks et militaires) : 1 561 au total. Les « Arabes » et les « divers » ne représentaient que 153 individus.

50Un changement profond se produisit aux XVIIe et XVIIIe siècles avec l’entrée massive de non-militaires dans le système des fermages. En 1212/1797, à la veille de l’Expédition française, on comptait 4 420 fermiers. Cette augmentation du nombre des fermiers signifiait que la taille des fermes avait diminué. D’autre part on trouvait parmi ces fermiers, à côté de 2 616 mamelouks et militaires, 860 « Arabes », 580 femmes et 307 oulema et 57 négociants. Les fermiers représentaient donc désormais l’ensemble de la population urbaine, y compris les « sujets ».

  • 36 A. Raymond, Artisansetcommerçants, II, 720.
  • 37 A. Raymond, Artisansetcommerçants, II, 722. A. Gabartî, ‘Agâ’ib, II, 213 (Traduction, V, 133).
  • 38 A. Raymond, Artisansetcommerçants, II, 721.

51L’entrée en scène de catégories de la population urbaine qui n’appartenaient pas à la caste dominante est visible dès le XVIIe siècle : des documents datés de 1673 montrent l’apparition de commerçants dans la gestion des fermages36. Le processus s’accéléra ensuite, souvent, sans doute, à partir de prêts consentis par des citadins riches qui permettaient la prise de gages (rahn) sur les villages et, finalement, le passage de zones agricoles hors des mains des mamelouks et des militaires qui en étaient les détenteurs légaux. Au XVIIIe siècle, les biens ruraux tenaient une place parfois considérable dans les fortunes des grands commerçants. Si on prend l’exemple des Sharâybî, qui étaient une des principales familles de négociants en café, on constate qu’en 1725 (date de la mort de Dâda, chef de la famille), le revenu des villages qu’ils tenaient en gage s’élevait à 1 500 000 paras. Les Sharâybî se transformèrent progressivement en propriétaires terriens ainsi que le montrent bien les remarques faites par l’historien Gabartî sur Ibrâhîm al-Sharâybî (mort en 1790-1791) : « Il n’acceptait de ses paysans que le montant fixé de l’impôt ; il aidait les plus pauvres en leur prêtant des semences et tout ce dont ils avaient besoin pour la culture »37. Un autre négociant en café, al-Tayyib al-Mangûr (mort en 1724) laissa 1,8 million de paras dont 1 million représentait une part dans un village de Gharbiyya38.

  • 39 Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot, « The Political and Economic Functions of the ‘Ulamâ », JESHO, 1973, 1 (...)
  • 40 Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot, « A Socio-Economic Sketch of the ‘Ulama’ in the Eighteenth Century », (...)

52Dans une série d’études consacrées aux oulema du Caire, Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot relève le même phénomène et note l’apparition d’une classe de propriétaires fonciers habitant la ville et tirant des revenus importants de l’exploitation de la paysannerie : « Having the prestige of the scholarly profession, as well as the financial resources of the landholder, we note the phenomenon of the rise of rural based ‘ulamâ dynasties, who become local notables, a’yân, in the countryside »39. De puissante dynasties d’ulama apparurent ainsi, vers la fin du XVIIIe siècle, dont la fortune foncière permit la constitution de fondations pieuses (Bakrî, Sâdât, Arûsî, Mahdî). C’est ainsi que le waqf du cheikh Abû l-Anwar al-Sâdât mentionne toute une série de villages détenus dans diverses provinces de l’Égypte40.

  • 41 A. Rafeq, « Economic Relations », 664.
  • 42 G. Baer, « Village and City », 629.
  • 43 M. H. Chérif, Pouvoir et société, 464-470.

53– Ce phénomène était sans doute largement répandu dans les provinces arabes. En Syrie, d’après Rafeq, on trouvait une grande variété de propriétaires des terres des villages : propriétaires (« landowners » : mallâkîn), cultivateurs (fallâhîn), détenteurs d’iqtâ’, fermiers d’impôts, bénéficiaires de waqfs. Mais il semble qu’au XVIIIe siècle, « landownership as well as the right of tasarruf in the countryside, tended to move away from the villagers to urban people ». Dans ce processus de transfert progressif de la propriété du sol vers des habitants des villes, les prêts d’argent aux exploitants qui amenaient fréquemment leur éviction jouèrent sans doute un grand rôle, comme en Égypte, mais dans des conditions différentes. Ainsi commença à se constituer une classe de propriétaires fonciers citadins qui exploitaient la terre à travers leurs agents41. Ce phénomène est également mentionné par G. Baer. Certains villages, près de Damas, devinrent des mâlikâna d’oulema de Damas (Murâdî, ‘Ajlânî)42. En Tunisie également on voit se constituer, au XVIIIe siècle, de grandes familles de caïds-lazzâm (fermiers) dont les exemples les plus typiques sont les Jallûl et les Bin ‘Ayyâd43.

  • 44 S. J. Shaw, The Financial, 95-97.

54– On souhaiterait naturellement pouvoir évaluer l’importance du prélèvement qui était ainsi opéré aux dépens de la campagne. Rien ne permet de penser que ce soit un jour possible d’une manière globale, et c’est sans doute par des études tout à fait ponctuelles, sur la situation de communautés villageoises particulières, que ce problème pourra être abordé. Les travaux des savants de l’Expédition d’Égypte, et des recherches récentes (H. Rivlin, ‘Abd al-Rahîm) permettent d’avancer des chiffres pour l’Égypte, chiffres qui n’ont qu’une valeur toute relative. Nous avons noté plus haut que l’« État » prélevait en 1798 137,6 millions de paras qui étaient destinés à la Trésorerie impériale et aux gouverneurs. Une somme deux fois plus importante, 274,2 millions de paras, allait aux fermiers et à leurs agents44 : les deux tiers du prélèvement officiellement effectué sur la paysannerie (exactement 67 %) passaient donc entre les mains de ce qu’on pourrait décrire comme une classe de propriétaires, où se trouvaient représentés des mamelouks et des militaires (caste dominante), des oulema et des bourgeois qui avaient pour caractéristique commune de résider au Caire où ils vivaient des rentes que leur assurait l’exploitation de la paysannerie.

  • 45 A. ‘Abd al-Rahîm, al-Rîf al-misrî, 77-78. Sur la terre fallâha qui ne représentait qu’une partie du (...)
  • 46 Helen Rivlin, The Agricultural Policy of Muhammad ‘Ali in Egypt, Cambridge, Mass., 1961, 261-270. D (...)

55Il n’est pas possible de dresser un bilan global précis des charges qui pesaient sur la paysannerie et qui donnaient lieu à un énorme transfert de fonds vers les villes. Des évaluations ont cependant été faites pour l’Égypte ou, sous forme de fiscalité officielle (137,6 millions de paras) et sous forme de quasi-rente foncière, au profit des fermiers (274,2 millions), 411,8 millions de paras étaient prélevés sur une paysannerie dont le nombre peut être estimé à environ 4 000 000 d’individus au début du XIXe siècle. Ce prélèvement ne paraît avoir représenté qu’une partie de ce qui était en fait levé sur les campagnes : ‘Abd al-Rahîm assure que les paysans auraient payé au total entre 400 et 600 paras par feddan45. Pour une surface cultivée qui, en 1798, avoisinait quatre millions de feddans la ponction se serait donc élevée à environ 2 000 millions de paras. Un chiffre évidemment impressionnant si on le compare au montant du prélèvement « officiel », mais qui ne prendrait toute sa valeur que si nous pouvions le comparer au montant de la production agricole, ce qui permettrait d’estimer la part du revenu des agriculteurs qui leur était ainsi enlevée. Nous ne disposons naturellement d’aucun élément contemporain qui nous permette d’avancer un chiffre. Nous pouvons cependant nous livrer à un exercice d’« histoire-fiction » : un rapport rédigé en 1844 par Barnett, alors consul général de Grande-Bretagne en Égypte, et cité par H. Rivlin, évalue à un peu plus de 750 millions de piastres la valeur de la production agricole, soit 30 000 millions de paras, qui équivalent à environ 6 000 millions de paras de valeur 1798. Si nous estimions qu’avec une population comparable (environ 4 500 000 d’habitants en 1798, 5 400 000 en 1846) et une surface cultivée qui avait peu changé en un demi-siècle (à peu de choses près 4 000 000 de feddans dans chaque cas) la production agricole en 1844 peut être comparée avec celle de 1800 (et ne peut, en tout cas, que lui être supérieure), on voit quelle était l’importance relative du prélèvement qui aurait représenté un tiers du produit de l’agriculture46.

  • 47 M. H. Chérif, Pouvoir et société. 597.

56L’énormité de cette proportion nous apparaîtra cependant moins invraisemblable si nous considérons le cas de la Tunisie. M. H. Chérif estime que, en 1726, la ponction fiscale était égale au cinquième de la production des Awlâd Sulâ (tribu de la région de Béja), compte non tenu des livraisons faites, à prix réduit, de grains et de moutons au beylik ; au cinquième et même au quart de la production totale de la tribu des Awlâd Bû Sâlim, plus les produits de la vente forcée, à prix avantageux47. L’importance du prélèvement est donc assez comparable dans les deux cas.

57C’est ce prélèvement sur la population rurale qui permettait d’entretenir la caste dirigeante (une dizaine de milliers d’individus au Caire, à la fin du XVIIIe siècle) entièrement fixée dans les villes. Il contribuait aussi à la prospérité d’une partie de la bourgeoisie urbaine, les « propriétaires fonciers » comptant des négociants et des oulema qui avaient réussi à s’introduire dans le système d’exploitation de la campagne par la ville.

58Cet énorme transfert n’était pas totalement parasitaire : il était compensé par quelques « retours » au bénéfice du monde rural. L’un des profits que les provinces tiraient de la présence d’une autorité centrale était le maintien de l’ordre et de la sécurité, et en particulier une protection contre les nomades. C’était ce rôle que jouait la mahalla tunisienne en même temps qu’elle levait l’impôt. Ce que nous savons de l’histoire des provinces arabes à l’époque ottomane nous permet cependant de supposer que l’efficacité du pouvoir fut, de ce point de vue, souvent insuffisante : l’anarchie régna souvent dans les provinces et dans beaucoup de régions la progression des bédouins fit reculer le domaine de l’agriculture sédentaire. Enfin les autorités centrales elles-mêmes ajoutèrent par leurs violences et leurs exactions aux maux dont souffrait la paysannerie.

  • 48 M. Bousige, « Deux ponts voisins de Rades », Revue tunisienne, 7 (1936).

59Il est également nécessaire de signaler que le pouvoir provincial, dans les provinces arabes, put restituer aux campagnes une partie du prélèvement imposé par un effort réel d’équipement. Très significative est, de ce point de vue, l’activité de Husayn bin ‘Alî qui s’efforça, entre 1705 et 1740, de favoriser le redressement de la Tunisie, par une politique active de développement de l’infrastructure : construction de ponts sur les grands axes de communication, et restauration d’ouvrages plus anciens (sur les routes de Bizerte, du Kef, de Kairouan, de Sousse, de Gafsa), remise en état des routes, aménagement de points d’eau. Le pont construit à Rades sur l’oued Miliane, long de 120 mètres, large de 6,60, et comportant 9 arches, est un des plus remarquables de ces ouvrages48.

60Sans qu’il soit question de généraliser, on peut penser que, dans ce domaine, l’activité des autorités fut peut-être moins négative qu’on ne l’a généralement pensé. Mais il est certain que l’importance du prélèvement effectué excédait largement les retours dont la campagne put bénéficier de diverses manières.

  • 49 Des études qui n’ont malheureusement pas été publiées à ce jour ont abordé ce problème pour Alep. V (...)

61Les waqfs (habous en Afrique du Nord) constituent, parallèlement aux prélèvements fiscaux, et à la rente foncière (dont ils sont d’ailleurs un aspect), un des canaux par lesquels s’effectuèrent les prélèvements de ressources de la campagne au profit de la ville. Mais c’est un domaine dans lequel il existe trop peu de recherches globales pour qu’on puisse aller au-delà de généralités, ou, au contraire de conclusions reposant sur des recherches très ponctuelles49.

62– La plupart des grands waqfs « urbains » comportaient une part plus ou moins importante de biens ruraux (jardins, terres agricoles) dont les revenus étaient utilisés pour réaliser les objectifs religieux (ou spéculatifs) de la fondation pieuse, fréquemment localisés dans les villes.

  • 50 Jean-Paul Pascual, DamasàlafinduXVIe siècle, Damas, 1983, 43-56, citation p. 56.

63On pourrait multiplier les exemples. Pour s’en tenir à des travaux très récents je mentionnerai, pour la Syrie, le waqf de Sinân Pacha (1596) étudié par J. P. Pascual : pour assurer l’entretien, en particulier, de la mosquée qu’il avait construite à Damas, et du personnel qui lui était attaché, le fondateur avait constitué en waqf de nombreuses constructions à Damas (74 boutiques, bâtiments à usage économique…), mais aussi de nombreux biens agricoles (qui n’occupent pas moins de 165 rubriques dans la waqfiyya), « parcelles de terre […] vergers […] champs cultivés […] villages entiers avec leur terroir et tout ou partie des impôts qui y sont levés », près de Damas, dans le Qalamûn, dans le Mont Liban et en Palestine50.

  • 51 Je remercie très vivement Madame Jihane Tate d’avoir bien voulu m’autoriser à citer un des résultat (...)

64Dans trois waqfs alépins du XVIIIe siècle qu’étudie Jihane Tate la part des biens ruraux est considérable : waqf ‘Uthmân Pacha (1728-1740), 40 sur 70 rubriques ; waqf Amîrî (1763), 16 sur 118 ; waqf Chalabî (1763-1764) 31 sur 137. Dans ces trois cas les waqfs sont destinés à l’entretien d’individus résidant à Alep, et de fondations religieuses sises à Alep, avec leur personnel51.

  • 52 Daniel Crecelius, « The Waqfîya of Muhammad Bey Abu al-Dhahab », Journal of the American Research C (...)

65L’énorme waqf de Muhammad Bey Abû Dhahab (1188/1774), récemment publié par D. Crecelius, comporte une longue énumération de villages dans les provinces de Gharbiyya et de Girgâ dont les revenus étaient destinés à l’entretien de la grande mosquée que l’émir avait construite au Caire, en face de la mosquée al-Azhar, et d’un important personnel, chargé de tâches d’entretien, de fonctions religieuses et d’enseignement, qui résidait au Caire52.

  • 53 A. Lutfi al-Sayyid Marsot, « The Political and Economic Functions », 140. André Raymond, « Les gran (...)

66– D’une manière générale, une partie importante de la richesse foncière était constituée en waqf. Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot estime à 600 000 feddans la superficie des terres cultivables qui étaient constituées en waqf en Égypte, ce qui correspond assez exactement à une estimation suivant laquelle un huitième de la surface cultivée était waqf en 192053.

67Les énormes revenus qui étaient tirés de la campagne par le moyen du waqf n’étaient que faiblement utilisés sur place, au profit des communautés rurales qui produisaient cette fortune. La plus grande partie était prélevée au profit de bénéficiaires urbains, individus ou œuvres religieuses et charitables (en dehors de ce qui revenait à des bénéficiaires plus lointains, comme les deux Villes saintes) : c’est ainsi qu’étaient entretenus beaucoup d’immeubles dans les villes (mosquées, institutions d’enseignement), que fonctionnaient les « services publics » (en particulier l’adduction d’eau : fontaines publiques et aqueducs), qu’étaient assurées beaucoup d’œuvres à caractère religieux, charitable, éducatif ou social. Dans tous ces cas il s’agissait bien d’un prélève ment dont le bénéficiaire était essentiellement la ville. La gestion même des waqis, qui était extrêmement profitable (et qui était une des principales sources de revenus pour les oulema) était confiée à des nâzir qui habitaient généralement les villes.

68Bien que nous n’ayons pour l’instant aucun moyen d’évaluer le transfert de richesses qui s’effectuait par les waqfs, tout permet de supposer qu’il était considérable, et qu’il fournissait, avec les prélèvements fiscaux et parafiscaux et la rente foncière, une large partie des moyens d’existence de la population urbaine.

Les ruraux dans les villes

  • 54 C’est l’évaluation que propose, pour l’Égypte avant le XIXe siècle, Daniel Panzac dans « Endémies, (...)

69Les villes étaient des centres d’attraction vers lesquels se dirigeaient des flux démographiques qui jouèrent sans doute un rôle décisif pour l’entretien du niveau de la population urbaine, et dans certains cas pour sa reconstitution. Sans que nos connaissances nous permettent véritablement de proposer des évaluations précises, on peut supposer que ces mouvements migratoires contribuèrent en effet à rétablir les équilibres démographiques perturbés par les grandes crises (mortalité causée par les famines et les épidémies) et à permettre une croissance rapide dans les périodes de prospérité et d’essor urbains, alors que le mouvement naturel de la population n’aurait permis que des évolutions très lentes, puisque, compte tenu de la forte mortalité, l’excédent naturel ne devait guère dépasser cinq pour mille54. La population rurale représenta donc, sans doute, un réservoir qui permit aux villes des accélérations démographiques sur le mécanisme desquelles nous ne savons que peu de choses. À défaut d’informations détaillées nous ne pouvons formuler ici que des hypothèses et envisager des axes de recherche.

Mouvements temporaires

70Les grandes catastrophes démographiques (famines, épidémies) étaient habituellement l’occasion de mouvements de population vers les villes qui n’avaient, en principe, qu’un caractère temporaire.

71– Centres de l’administration provinciale, lieux de résidence de la caste dominante, les grandes villes étaient des points particulièrement sensibles où les gouvernants ne pouvaient laisser se développer des causes de désordre. Aussi, dans les cas de grandes difficultés (cherté, disette), les dirigeants (muhtasib, aghas des janissaires, pachas) s’efforçaient-ils d’agir de manière à éviter des troubles trop graves.

72Cette intervention visait à limiter la hausse des prix, par des moyens autoritaires et à mobiliser les subsistances nécessaires, en faisant pression sur les particuliers pour éviter l’accaparement et pour obtenir la sortie des grains des greniers, ou en utilisant les stocks de grains provenant des prestations en nature emmagasinés dans les entrepôts de l’État ou des fermiers, ou encore en envoyant des expéditions pour lever des subsistances dans la campagne.

73De ce fait les villes constituaient, en cas de crise alimentaire grave, des sortes d’oasis de relative prospérité et attiraient la population des campagnes qui subissait totalement les effets de la disette et de la cherté, par les mesures prises par les autorités en faveur des populations urbaines encore aggravés.

  • 55 A. Abdel Nour, Introduction, 251 -253.

74– Quelques exemples suffiront pour rendre compte d’interventions qui prenaient parfois l’allure d’un prélèvement exceptionnel sur les campagnes. En période de crise, les gouverneurs de Syrie prenaient l’initiative d’opérations de razzia dans les régions productrices de grains et ils rapportaient à Damas de véritables butins qui étaient vendus à prix réduit aux populations de la ville55.

75À l’époque de As’ad Pacha al-‘Azm, en mai 1747, les récoltes s’annoncent mauvaises et la disette menace à Damas. Le pacha lance une expédition dans la Bekaa, à l’ouest du Litani, ce qui permet de lever un millier de tonnes de blé. Du coup les marchés sont approvisionnés et à Damas le prix chute de six à trois paras le ratl. Le pacha récidive en 1754 et 1755, envoyant des troupes dans le Hauran combattre les nomades, ce qui lui permet de vendre à Damas, à bon marché, le bétail qui a été saisi.

76Quelques décennies plus tard, le voyageur Volney fera à ce sujet des réflexions significatives :

« Les Pachas veillent avec d’autant plus de soin à ce dernier article que leur sûreté personnelle en dépend […] Ils ont donc soin de tenir les vivres à bon marché […] surtout dans […] leur résidence : s’il y a disette c’est toujours là qu’elle se fait le moins sentir […] En novembre 1784 […] le Pacha envoya ordre dans le Hauran de vider toutes les matmouras, en sorte que, pendant que les paysans mouraient de faim dans les villages, le peuple de Damas ne payait le pain que deux paras la livre de France, et croyait le pain très cher ».

Et le voyageur conclut :

  • 56 C. F. Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, Paris, 1822, 2 vol., II, 258-259. Voir aussi G. Baer, « (...)

« C’est là une des causes principales de la population des villes dans la Syrie, et même dans toute la Turkie : tandis qu’en d’autres pays les villes sont en quelque sorte le regorgement des campagnes, là elles ne sont que l’effet de leur désertion. Les paysans chassés de leurs villages viennent y chercher un refuge ; et ils y trouvent la tranquillité et même l’aisance »56.

77– En Égypte, l’afflux de gens de l’intérieur vers Le Caire, en cas de crise, est un phénomène souvent noté par les chroniqueurs. Lors de la crise de 1694-1695 les denrées manquèrent et atteignirent des prix élevés : l’ardeb de blé passa d’un prix moyen de 80 paras constants à 420 paras. La plupart des produits de première nécessité enchérirent et se raréfièrent. Des troubles se produisirent à Rumayla, place proche de la Citadelle (siège du gouvernement et centre important du commerce des grains). Les gens de l’intérieur vinrent au Caire dans l’espoir d’y trouver de quoi vivre. La ville se remplit de miséreux ; les gens mouraient de faim dans les rues ; certains se mirent même à manger les cadavres. Le pacha prit des dispositions pour répartir les mendiants entre les émirs qui devraient les entretenir, et pour éloigner du Caire les étrangers.

78Pendant les années 1789-1791 Le Caire connut une des plus graves périodes de disette et de cherté de son histoire : l’ardeb de blé monta jusqu’au prix de 745 paras constants. Le Pacha et les beys organisèrent une expédition pour faciliter le transport des grains de Haute-Égypte vers Le Caire. En 1791 la peste s’installa : il y eut jusqu’à 1 500 décès par jour, assure le chroniqueur. En 1792 le blé valait 1620 paras. La famine devint atroce :

« Les gens de la province […] venaient remplir la ville du Caire ; hommes, femmes et enfants se réunissaient dans les rues et les marchés, criant, pleurant de misère tout le jour et la nuit […] Dans les rues on ne pouvait pas faire un pas sans mettre le pied sur des créatures humaines accablées de misère et de faim. On se disputait la chair des cadavres. Il y eut même des gens qui mangèrent des petits enfants ».

  • 57 A. al-Gabartî, ‘Agâ’ib, II, 238-239 (Traduction, V, 177-178). A. Raymond, Artisans et commerçants, (...)

Mais, note encore le chroniqueur, la situation était encore pire dans le reste du pays : « À la campagne, il ne restait plus qu’un nombre très limité de paysans ; la mort y avait fait des ravages inouïs »57.

79– Les grandes crises étaient donc l’occasion de vastes mouvements de population vers les villes, mais des mouvements sans doute éphémères, car les réfugiés retournaient vers leurs villages, une fois la catastrophe passée. Il était cependant probable qu’une partie s’installait en ville et que ce « solde positif » contribuait à atténuer les pertes subies par la ville, au cours de cette catastrophe démographique, et à accélérer le rétablissement que le simple accroissement naturel aurait rendu sans doute très lent.

80Il est vraisemblable que des mouvements du même genre se produisaient au moment des périodes d’exactions particulièrement sévères, et que les expéditions vers les campagnes, du genre de celles que nous avons déjà mentionnées, provoquaient un afflux de réfugiés vers les villes. Seul un dépouillement exhaustif des sources historiques permettrait d’apporter des informations étayant ce qui ne peut être pour l’instant qu’une hypothèse.

81Les migrations de travail constituent un autre flux migratoire temporaire qui était, lui aussi, susceptible de se transformer en installation définitive. Les populations rurales qui venaient chercher du travail dans les villes étaient mues par des motivations variées : en dehors des grandes crises signalées plus haut, la sur-exploitation des paysans, le sous-emploi rural, l’insécurité (entretenue par les bédouins) et l’attraction habituellement exercée par la ville dont les activités, plus diversifiées, offraient de plus grandes possibilités d’emploi, paraissent les causes les plus habituelles de ce mouvement vers les villes.

82Cette migration entretenait des communautés cohérentes qui trouvaient souvent de l’emploi dans des activités pénibles et peu rémunératrices que, pour ces raisons, les populations plus anciennement urbanisées abandonnaient à une population peu qualifiée, pauvre, et d’autant moins exigeante en ce qui concerne les salaires et les conditions de vie qu’elle envisageait un retour dans son pays d’origine, avec lequel elle conservait des liens étroits.

83De telles communautés sont bien connues en ce qui concerne les villes du Maghreb, parce que, dans ce cas, les populations d’origine rurale immigrées étaient souvent des populations minoritaires dont l’assimilation était difficile et qui constituaient des groupes très individualisés : dans les cas d’Alger et de Tunis, il s’agissait en particulier de Kharidjites (particularisme religieux) et de Berbères (particularisme linguistique). Mais une telle situation existait aussi dans beaucoup d’autres villes dont l’arrière-pays appartenait plus ou moins largement à des communautés minoritaires, par exemple les Alaouites en Syrie, et les Kurdes dans plusieurs villes de Syrie et d’Iraq. Les gens du Sa’îd constituaient une communauté de travail de ce genre au Caire.

  • 58 Pierre Boyer, LaviequotidienneàAlger, Paris, 1963, 164-165.

84À Alger ces « étrangers » d’origine rurale formaient des communautés de barrânî (gens de l’extérieur) temporairement établies dans la ville, les familles restant dans les villages ou les oasis d’origine. Les Biskrîs « très pauvres gens chargés des travaux les plus dégoûtants et les plus pénibles », souvent comparés, par les voyageurs, aux Savoyards ou aux Auvergnats, étaient porteurs d’eau, ramoneurs, vidangeurs, cureurs de puits, portefaix, gardiens de nuit, portiers. La nuit ils devaient souvent se contenter de coucher dans la rue, devant la porte des boutiques, des marchés ou des maisons dont ils avaient la garde. Les Kabyles étaient fourniers ou artisans. Ils logeaient dans des gourbis situés hors de Bâb ‘Azzun ou dans les zones de fours à chaux et de carrières à l’extérieur de Bâb al-Wâd. Les Mzabites, que leur réussite dans les activités commerciales plaçait au-dessus de ce « prolétariat flottant », logeaient dans leurs arrière-boutiques ou dans les hammams qu’ils contrôlaient ; ils auraient pu se fondre dans la bourgeoisie locale, mais leur particularisme religieux les maintenait dans une situation marginale par rapport aux baldî (citadins)58.

85Dans le cas de Tunis, ces communautés « étrangères » étaient composées de gens du Sud (en particulier de gens des oasis, Gabès, Gafsa, Tozeur), d’Algériens (Kabyles) et de Tripolitains (Trabulsî). Les étrangers exerçaient des petits métiers et ils logeaient dans des habitations collectives (du type oukâla) et, au pire, dans la rue. Les Djerbiens avaient à Tunis une situation assez semblable à celle des Mzabites à Alger, dont ils partageaient le particularisme religieux.

86La plupart de ces ruraux envisageaient de retourner chez eux une fois leur pécule constitué. Mais, dans beaucoup de cas, ce séjour temporaire se transforma naturellement en une installation définitive qui constitua des communautés stables auxquelles venaient s’agglutiner les nouveaux arrivants de même origine.

87On doit classer dans la même catégorie de l’immigration temporaire les déplacements des militaires, des commerçants et des savants qui étaient eux aussi susceptibles de se transformer en une installation définitive.

88On trouvait dans de nombreuses provinces, à côté des milices régulières (janissaires), des troupes qui étaient recrutées plus ou moins localement et qui attiraient en ville des populations venues des zones rurales : mentionnons par exemple les Zouaoua, d’origine kabyle, en Tunisie et en Algérie, ou les Kurdes en Syrie.

  • 59 A. Raymond, Artisansetcommerçants, I, 244-251.

89L’activité commerciale des villes y attirait de même des commerçants venus de la province pour faire le négoce des produits locaux. Pour Le Caire nous connaissons l’importance de ces communautés de commerçants venus d’Asiyût, du Fayyûm, de Mahalla, de Tahta, les centres et localités le plus souvent mentionnés dans nos documents. Ces négociants détenaient le monopole du commerce des textiles produits dans leur province d’origine. Ils habitaient généralement dans des caravansérails qui leur étaient en pratique réservés et où ils avaient une organisation quasi corporative. Les Suyûtî se rassemblaient dans la Wakâla al-Asiyûtî. Les Fayyumi étaient une des communautés les plus nombreuses ; on les trouvait dans les grands marchés du centre du Caire, Ghûriyya, Margûsh, Gamâliyya. Cette installation provisoire pouvait se transformer en implantation définitive ainsi que le montrent divers exemples au Caire : Muhammad « al-Fayyûmî » était, en 1672, cheikh des négociants du Sûq Amîr al-Guyûsh ; une série de « Fuwwî » (originaires de Fuwwa, ville du Delta) furent cheikhs du Sûq al-Ghûriyya entre 1726 et 1771 ; al-Hâgg Muharram, venu du Fayyûm vers 1750, s’installa au Caire et s’y enrichit, et son fils Mahmûd devint prévôt des marchands de café du Caire, à la fin du siècle59. Il s’agit d’un phénomène si général qu’il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples.

  • 60 J. Heyworth-Dunne, An Introduction to the History of Education in Modern Egypt, 1938, 25-28.

90Il y avait enfin un flux régulier d’étudiants et de savants vers les centres religieux, et universitaires, que comptaient les grandes villes : mosquées al-Qarawiyyîn à Fès, al-Zaytûna à Tunis, al-Azhar au Caire, mosquée des Omayyades à Damas. Le plus prestigieux, al-Azhar, attirait un grand nombre de provinciaux qui constituaient des communautés organisées en riwâq : al-Bahârwah (originaires du nord-ouest du Delta), Fayyûmiyya, Sa’â’idah (Haute-Égypte), Sharâqwa (nord-est du Delta), etc.60. Mais ces étudiants et ces cheikhs venus faire, ou achever, des études dans les sciences religieuses, décidaient souvent de s’établir au Caire pour de bon : leur origine restait signalée par une nisba qui se maintenait ensuite bien qu’ils fussent totalement citadinisés. Ici encore il s’agit d’un phénomène si connu qu’il n’est par nécessaire d’y insister davantage.

Installation définitive

91Chacun des processus d’installation provisoire qui viennent d’être décrits était donc susceptible d’aboutir à une installation définitive. Le reliquat de ces migrations temporaires constituait un apport qui jouait certainement un rôle important dans l’évolution démographique des grandes villes, non seulement dans les périodes de crise, mais d’une manière permanente. C’est de cette manière que fut assurée la croissance des villes dans les périodes de développement rapide.

  • 61 G. Baer, « Village and City », 605.
  • 62 G. Baer, « Village and City », 609.
  • 63 Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot, « The Ulama of Cairo in the Eighteenth and Nineteenth Centuries », dan (...)
  • 64 Carl F. Petry, The Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton, 1981.

92– Cette évidence que la population des villes était pour une large part d’origine rurale paraît avoir échappé aux contemporains qui considéraient que les citadins (baldî) avaient une origine distincte des fallâhîn et des bédouins. Il est surprenant que des chercheurs contemporains aient soutenu une telle thèse. G. Baer conteste que la population du Caire ait pu être largement renforcée par des éléments ruraux et il donne pour raisons le déclin de l’économie urbaine (et par conséquent l’absence d’attraction du marché du travail urbain), et les obstacles qu’opposait l’organisation corporative, qui se consolida à l’époque ottomane, à l’installation de ruraux en ville, les monopoles professionnels et les pratiques restrictives gênant l’absorption d’immigrants venus des campagnes. De ce fait il y aurait eu une très forte séparation entre la ville et la campagne61. Cette démonstration ne me paraît pas convaincante. G. Baer lui-même mentionne d’ailleurs des faits qui la contredisent. Une analyse du dictionnaire biographique de Muhibbî (XVIIe siècle) montre que sur 111 oulema du Caire 28 étaient nés dans la province ; des indications convergentes sont données par ‘Alî Pacha Mubârak dans son grand ouvrage historico-géographique62. Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot remarque de même : « Most of the prominent ulama were of fallah, peasant origin ». Une liste de 14 recteurs d’al-Azhar au XVIIIe et au début du XIXe siècle montre qu’ils étaient tous originaires de la province, à la seule exception de Hasan al-’Attâr qui était Cairote63. Il s’agissait d’un phénomène traditionnel, déjà noté (et chiffré) par C. F. Petry dans son ouvrage Civilian Elite. pour une époque plus ancienne : sur 4 631 biographies étudiées pour le XVe siècle on constate que 25 % des individus identifiables pour Le Caire sont originaires de la province égyptienne64. Et si les exemples donnés concernent surtout les oulema ce n’est naturellement pas parce que leur cas était particulier, mais parce que nos sources (les recueils de biographies) qui leur font une place très large, nous permettent de les identifier mieux que les autres couches de la population égyptienne. Il n’est pas douteux que des recherches portant sur les autres strates sociales y feraient apparaître le même phénomène qui était peut-être plus accentué chez les oulema parce que ce type de fonction permettait une mobilité sociale et géographique plus grande que pour les autres composantes de la société civile égyptienne.

  • 65 G. Baer, « Village and City », 629.

93– Les difficultés du processus d’intégration des ruraux dans la société urbaine ont été mises en lumière par Baer qui les a peut-être exagérées : relative fermeture des métiers organisés en corporations où l’entrée était probablement difficile pour les gens venant de l’extérieur ; pauvreté habituelle des immigrants (des paysans souvent frappés par des calamités naturelles ou politiques), et faible qualification qui les contraignait à s’installer dans des quartiers pauvres, c’est-à-dire dans des régions périphériques de la ville, qui étaient aussi celles dont les relations avec les régions rurales étaient les plus étroites65.

  • 66 A. Raymond, Lesgrandesvillesarabes, 203-204.

94Dans les faubourgs se trouvaient les activités liées à la campagne et les activités « industrielles ». La population de ces zones était elle aussi relativement pauvre : les artisans et commerçants exerçant leur activité dans le centre du Caire (là où se trouvaient les métiers les plus riches et les plus spécialisés) disposaient de fortunes qui étaient 4,5 et trois fois plus élevées que les fortunes des artisans et commerçants travaillant dans les régions sud et ouest de la ville66.

  • 67 A. Raymond, Artisansetcommerçants,II, 787. Ahmad Chelebî, Awdah al-Ishârât, A. Abd al Rahîm éd., Le (...)
  • 68 J.-C. Garcin, « L’insertion sociale de Sha’rânî dans le milieu cairote », Actes du colloque interna (...)

95Ces populations d’origine rurale ou bédouine d’installation récente continuaient à être considérées comme peu citadines par les habitants plus anciens de la ville. Au Caire on trouve dans la chronique de Gabartî le mot de fallâh (paysan) pour les qualifier : en 1725, à des détaillants de l’Azbakiyya, dans la zone ouest de la ville, qui se plaignent des exactions commises par les gens d’un émir, un officier des Janissaires répond : « Untel (Yâ fulân) [t’imagines-tu] que nous allons battre nos gens pour les paysans de l’Azbakiyya ? ». Et en 1729 un texte de Ahmad Chelebî mentionne des fallâhîn dans le quartier périphérique de Darb al-Mahrûq67. Dans une étude sur le mystique Sha‘rânî, J. C. Garcin montre bien comment les zones de transition des faubourgs fournissaient « un milieu encore à moitié rural » qui était susceptible d’accueillir plus facilement les nouveaux citadins et de permettre « l’insertion sociale de ces campagnards »68.

  • 69 Jean Sauvaget, Alep, Paris, 1941, 229-230.

96À Alep, les faubourgs étaient le refuge d’éléments allogènes, nomades, Arabes, Turcomans, Kurdes : dans le quartier de Bânqûsâ qu’étudie J. Sauvaget on vit s’établir, autour du souq, des miséreux d’origine rurale qu’attiraient la grande ville et les emplois que l’on pouvait y trouver69.

97À Tunis, les faubourgs avaient un caractère fortement rural qu’ils ont conservé jusqu’à aujourd’hui, principalement le faubourg sud. Dans celui de Bâb Suwayqa (au nord) venaient s’établir, de préférence, les gens originaires du nord de la Tunisie. Le faubourg sud recueillait plutôt les immigrants originaires de la Tunisie méridionale.

98À Baghdâd, le faubourg de Karkh, situé à l’ouest du Tigre, avait de même des caractères très particuliers par rapport à Baghdâd : on y trouvait une population pauvre, composée d’ex-paysans, de chameliers, récemment installés en ville.

99On peut supposer que, après cette phase d’installation sur les limites de la ville, les nouveaux citadins se déplaçaient vers le centre au fur et à mesure de l’amélioration de leurs conditions socio-économiques, ce mouvement étant le signe d’une assimilation progressive.

100– Il est naturellement difficile d’évaluer l’importance de cette population d’origine rurale par rapport à l’ensemble de la population des villes. À Alger cependant, les communautés de barrânî étaient si fortement caractérisées, du fait de leurs particularismes religieux et linguistiques, elles avaient une organisation si forte, en quasi-corporations séparées, qu’on a pu proposer des dénombrements vraisemblables : vers 1830 les barrânî auraient été 5 000 sur une population totale de 30 000 habitants environ, une proportion donc fort élevée.

Phénomènes de ruralisation

101L’implantation durable de populations originaires des régions rurales se traduisait dans la structure urbaine et dans les comportements sociaux par une sorte de « ruralisation » qui était très apparente dans certaines zones des villes.

102– On a déjà évoqué les caractères particuliers des quartiers périphériques et des faubourgs dont la structure avait un aspect rural qui apparaît encore dans les villes actuelles : c’est le cas, par exemple, du quartier de Bâb Jazîra à Tunis, des quartiers orientaux de la ville d’Alep, du faubourg sud de Damas (Mîdân), ou du faubourg de Karkh à Baghdâd.

103– On doit mettre également en relation avec la nécessité de loger des populations d’origine rurale, qui restaient fortement groupées, l’importance revêtue dans beaucoup de villes par des habitats de type collectif, dont le modèle est l’habitat en « oukala » de Tunis : dans ces sortes de caravansérails était logée une population pauvre, récemment arrivée en ville, encore fortement liée à sa campagne d’origine, ce qui explique la vigueur de son regroupement. D’une manière générale les constructions de type « caravansérail » hébergeaient, dans toutes les grandes villes, une population flottante, très nombreuse et très diverse, étrangers de passage, commerçants, populations venues de la province.

104Nous nous limiterons ici à quelques exemples. Les funduqs de Fès, situés aux portes de la ville, logeaient des campagnards appartenant à des tribus voisines de la ville, des montagnards du Nord, (Jbâla), des gens des régions présahariennes, dont certains conservaient une forte organisation communautaire qui retardait leur assimilation : les gens du Sous (Swâsa) étaient gargotiers, marchands d’huile ; les gens du Dra (Drâwa) maçons et porteurs d’eau, etc. À Alger, les gens de Laghouat habitaient près de la rue des marchés (Funduq al-Zayt) ; les Kabyles, dans des funduqs près de Bâb ‘Azzûn. À Tunis les oukala abritaient les gens de l’intérieur, habituellement regroupés par origine géographique : les gens du Touat (Twâtî) résidaient dans quatre oukâla du faubourg sud ; les gens de Wargla, dans le sud de la Madîna. À Alep, des populations pauvres, souvent d’origine rurale, habitaient dans des qîsariyya, structures collectives qui étaient particulièrement nombreuses dans les zones périphériques de la ville.

105– Les populations d’origine rurale étaient caractérisées par des types variés d’habitat dont on peut évoquer quelques exemples.

  • 70 M. Beaussier, DictionnairepratiqueArabe-Français, réimp., Alger, 1958, 1011.

106À Fes et à Tunis certains logements, habités par une population pauvre, et situés sur les franges des deux villes, portaient le nom très évocateur de « nuwâyl » que le dictionnaire de M. Beaussier traduit par « cabane, chaumière, gourbi (tribus d’origine berbère), petite cabane en feuillage, hutte (Tunisie) »70. Ces habitations sommaires, édifiées avec des matériaux de fortune, avaient un caractère presque rural. Tout comme, sans doute, les « masures » ou les « cahutes » que mentionne la Description de l’Égypte à la périphérie du Caire. Ou, à Alep, les « huttes des Arabes », et les « tentes et cabanes » des Qurbât (« Bohémiens »).

  • 71 E. F. Jomard, « Description de la ville du Kaire », Description de l’Égypte, État moderne, II, 2, P (...)

107Très caractéristique, encore, de ces populations d’origine rurale, mal stabilisées, est un habitat groupé appelé hawsh que l’on retrouve mentionné, au XVIIIe siècle, en Égypte et en Syrie, à propos des régions pauvres, et périphériques, des villes. Au Caire les hawsh sont décrits par Jomard, dans la Description, comme « de grandes cours ou enceintes, pleines de cahutes de quatre pieds de haut, où logent une foule de pauvres gens, entassés pêle-mêle avec leurs bestiaux […] de vastes cours fermées […] Les immondices y sont déposées […] et les plus pauvres des habitants y demeurent dans des cahutes ». D’après Clerget, chacun de ces hawsh pouvait « contenir jusqu’à trente ou quarante familles. C’était comme un hameau à part »71. Le voyageur A. Russell décrit des habitations semblables à Alep, au XVIIIe siècle :

  • 72 Alex. Russell, The Natural History of Aleppo, Londres, 1794, 2 vol., I, 36. Il les appelle Keisaria (...)

« Il y a une sorte de construction généralement destinée à la plus basse classe d’étrangers, Arabes, Kurdes, autres Turcs d’origine étrangère et chrétiens arméniens. C’est […] un large espace entouré par un certain nombre de médiocres habitations basses, chacune composée de deux ou trois pièces. L’espace est commun à tous les habitants […] Il n’y a pas de fontaine, mais plusieurs puits »72.

  • 73 A. Abdel Nour, Introduction, 134.

A. Abdel Nour suggère, avec raison, que cet habitat groupé, loin d’être le résultat d’une dégradation de formes plus nobles, représentait sans doute l’adaptation à la ville d’un habitat de type rural, ce qui explique en partie sa localisation périphérique73.

108Cette ruralisation de la ville apparaît aussi dans des comportements où par exemple, l’influence des liens religieux paraît particulièrement forte et se manifeste sous la forme d’affiliations confrériques. Au Caire ce phénomène est évident dans des régions périphériques de la ville où les populations d’origine campagnarde étaient très nombreuses : quartier de Husayniyya, au nord du Caire, où se combinaient les influences des corporations de bouchers et de la confrérie de la Bayyûmiyya ; quartier de Bâb al-Sha’riyya, à l’ouest du Caire où marchands de fruits et de grains étaient nombreux et dont J. C. Garcin signale la vigueur de l’activité soufie ; quartier de Rumayla où dominaient les marchands de légumes (eux aussi liés à l’agriculture) et la confrérie des Rifâ’iyya.

  • 74 J. Sauvaget, Alep, 231.

109La violence, et l’esprit frondeur, de ces quartiers périphériques doivent peut-être beaucoup à l’origine rurale de leurs habitants. À Tunis les gens du quartier de Bâb Suwayqa s’opposaient traditionnellement aux habitants de la Madîna, situation qui traduisait sans doute l’antagonisme entre des citadins de fraîche date et la bourgeoisie de la ville ancienne. À Damas on relève un antagonisme semblable entre les janissaires du pays, qui habitent le faubourg, et les janissaires impériaux de la ville intra muros. À Alep, Sauvaget relève que ces faubourgs récents se différenciaient de la vieille ville « par l’esprit frondeur » de leurs habitants. C’était là qu’on trouvait « ce qu’il y avait de plus mutin », et cette turbulence et cette indocilité se sont perpétuées jusqu’à nos jours74.

  • 75 A. Henia, « Prisons et prisonniers à Tunis vers 1762 », Revue d’Histoire maghrébine, 1983, 249-251.

110Chez ces populations pauvres et peu « urbanisées », vivant dans des conditions précaires, la tendance à la violence individuelle était sans doute forte. Dans une étude récente, réalisée grâce à un registre des Archives de Tunis dénombrant les prisonniers (au nombre de 448) enfermés dans les prisons de Tunis, et datant de 1762, A. Henia fait à ce sujet des observations très suggestives75. La majorité de la population pénitentiaire est constituée par des gagne-petit qui mènent une existence souvent misérable et dont la plupart sont des étrangers à la ville de Tunis, des barrâniyya par opposition aux baldiyya citadins de souche. Ils viennent de l’intérieur de la Régence, de Tripolitaine et des régions de l’ouest du Maghreb. Une statistique dressée par A. Henia, et portant sur les origines des forçats condamnés pour vol, indique que 14 % sont des Tunisois, 29 % des villageois et des citadins de la province, 20 % des gens des tribus, 15 % des Tripolitains, 22 % des gens venus des provinces de l’ouest. Les immigrés venus de la « campagne » (sédentaires et nomades) représentent donc près de la moitié des cas (49 %), proportion évidemment considérable si on la compare à l’importance relative de ces ruraux dans la population de Tunis. A. Henia suggère, très raisonnablement, que l’existence de ces barrâniyya était liée à l’essor de Tunis au XVIIIe siècle et a l’afflux d’une population rurale qui était exclue de la Madîna et qui se concentrait dans les funduqs. Pauvres, d’une piété incertaine, les barrânî sont considérés comme dangereux par la population citadine. On ne peut parler de différences de classe avec la population anciennement installée, mais en tout cas de fortes différences culturelles fondées sur une origine géographique différente, et que seule une longue installation en ville était susceptible d’atténuer.

Conclusions

111Il est naturellement impossible de présenter un bilan global sur un problème qui nécessiterait des recherches attentives. Du moins peut-on avancer que la situation dont j’ai évoqué sommairement les mécanismes était beaucoup plus complexe que certaines descriptions traditionnelles ne le font supposer.

112La base de ces rapports est incontestablement une exploitation de la campagne par la ville sous des formes variées qui allaient d’exactions pures et simples à des ponctions fiscales et para-fiscales régulières. On souhaite que des évaluations chiffrées puissent permettre de préciser l’importance de ce prélèvement par rapport à la production agricole.

113Mais ces rapports n’étaient sans doute pas aussi unilatéraux qu’on l’a parfois suggéré, en allant jusqu’à supposer que deux populations différentes étaient juxtaposées. Des retours existaient sous des formes diverses, la ville jouant un rôle positif comme centre d’organisation (permettant le fonctionnement de l’administration et le maintien de l’ordre, indispensables pour les populations rurales), comme lieu d’échanges indispensables permettant la commercialisation de la production agricole, comme exutoire naturel de la population rurale. Enfin la ville était un lieu d’acculturation irremplaçable où se formaient les élites dans le domaine religieux et culturel.

  • 76 A. H. Hourani, « The Islamic City in the Light of Recent Research », The Islamic City, A. H. Houran (...)

114C’est donc évidemment sous l’aspect d’une dépendance mutuelle et d’une division du travail qu’il faut envisager ces rapports, plus que sous celui, abusivement schématique, d’une pure et simple domination de la ville sur la campagne. Sur ce point je pense que l’on peut, pour conclure, reprendre les remarques judicieuses faites par A. H. Hourani : « A division of labour was needed, there must be some technical skill or military strength greater than the village itself could provide […] The village needed the town ; but the town could not exist without the food produced by the peasant […] The basic unit of Near Eastern Society was the “agro-city” »76.

Notes

1 Max Weber, The City, New York, 1966, 68-69.

2 C. F. Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, éd. Gaulmier, Paris, 1959, 119.

3 Il y aurait naturellement beaucoup à dire sur l’utilisation simultanée que fait J. Weulersse de notions religieuses, ethniques et sociologiques.

4 Jacques Weulersse, PaysansdeSyrieetduProche-Orient, Paris, 1946, 86-88.

5 M. H. Chérif, « Document relatif à des tribus tunisiennes des débuts du XVIIIe siècle », Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, 33, 1982, 1. Recherches en cours de Kenneth Cuno sur Mansûra en Égypte : je n’ai pas pu utiliser son article, « Egypt’s Wealthy Peasantry, 1740-1820 », dans Land Tenure and Social Transformation, Tarif Khalidi, éd., Beyrouth, 1984, qui n’était pas encore publié lorsque j’ai écrit cet article.

6 Antoine Abdel Nour, Introductionàl’histoireurbainedelaSyrieottomane, Beyrouth, 1982.

7 Sur Le Caire voir André Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, Damas, 1973-1974, 2 vol.

8 A. Abdel Nour, Introduction, 217 et suiv.

9 Gabriel Baer, « Village and City in Egypt and Syria », dans A. L. Udovitch, éd., The Islamic Middle East, Princeton, 1981, 603.

10 Voir André Raymond, Les grandes villes arabes, Paris, Sindbad, 1985.

11 A. Raymond, Artisansetcommerçants, I, 351-352.

12 Abdul-Karim Rafeq, « Economic Relations Between Damascus and the Dependent Countryside », dans A. L. Udovitch, éd., The Islamic Middle East, Princeton, 1981, 676.

13 Jean-Michel Venture de Paradis, TunisetAlgerauXVIIIe siècle, J. Cuoq, éd., Paris, 1983, 123-128.

14 G. Baer, « Village and City », 601. Voir aussi A. Raymond, Artisansetcommerçants, I, 249.

15 P. S. Girard, « Mémoire sur l’agriculture, l’industrie et le commerce de l’Égypte », Description de l’Égypte. État Moderne. II, 1, Paris, 1812, 598.

16 La liste de corporations dressée par les Français a été publiée par André Raymond, « Une liste de corporations de métiers au Caire en 1801 », Arabica, 4 (1957). P. S. Girard, « Mémoire sur l’agriculture », cité par A. Raymond, Artisans et commerçants, I, 244.

17 P.S. Girard, « Mémoire sur l’agriculture », 605. A. Raymond, Artisans et commerçants, I, 245.

18 C. Niebuhr, VoyageenArabie, Amsterdam, 1776, 2 vol., I, 51. G. Baer, « Village and City », 601.

19 Les recherches en cours de K. Cuno sur la région de Mansûra constituent un exemple du travail à accomplir.

20 A. Rafeq, « Economic Relations », 676.

21 P. S. Girard, « Mémoire sur l’agriculture », cité par A. Raymond, Artisans et commerçants, I, 244.

22 A. Raymond, Artisansetcommerçants, I, 197.

23 G. Baer, « Village and City », 602. P. S. Girard, « Mémoire sur l’agriculture », 590, 617.

24 Voir Pierre Pennec, LestransformationsdescorpsdemétiersdeTunis, thèse, ex. dact., Tunis, 1964. Lucette Valensi, « Islam et capitalisme », Revue d’Histoire moderne et Contemporaine, 16 (1969). Sophie Ferchiou, Techniques et sociétés. Exemple de la fabrication des chéchias en Tunisie, Paris, 1971.

25 ‘Abdarrahmân ‘Abd al-Rahîm, al-Rîf al-misrî, Le Caire, 1974, 193, 195, 197.

26 Marcel Clerget, LeCaire, Le Caire, 1934, 2 vol., II, 304.

27 ‘Abdarrahmân al-Gabartî, ‘Agâ’ib al-Athâr, Bulaq, 1879, 4 vol., II, 240, 258 (Traduction, V, 180, 208-209).

28 A. Abdel Nour, Introduction, 252-253.

29 Karl K. Barbir, Ottoman Rule in Damascus, Princeton, 1980, 122-125.

30 J.-M. Venture de Paradis, TunisetAlger, 170-71.

31 Stanford J. Shan, The Financial and Administrative Organization of Ottoman Egypt, Princeton, 1962. M. H. Chérif, Pouvoir et société dans la Tunisie de Husayn Bin ‘Ali, thèse, Paris, 1979, ex. dact., 69-70. A. Rafeq, « Economic Relations », 655.

32 S. J. Shaw, The Financial, 95-97.

33 M. H. Chérif, Pouvoir et société, 597, 815.

34 En particulier ‘Abd al-Rahîm, al-Rîf al-misrî.

35 A. ‘Abd al-Rahîm, al-Rîf al-misrî, 88.

36 A. Raymond, Artisansetcommerçants, II, 720.

37 A. Raymond, Artisansetcommerçants, II, 722. A. Gabartî, ‘Agâ’ib, II, 213 (Traduction, V, 133).

38 A. Raymond, Artisansetcommerçants, II, 721.

39 Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot, « The Political and Economic Functions of the ‘Ulamâ », JESHO, 1973, 137.

40 Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot, « A Socio-Economic Sketch of the ‘Ulama’ in the Eighteenth Century », Colloque international sur l’histoire du Caire, A. Raymond et al. éd., D.D.R., s. d., 314-316. A. Raymond, Artisans et commerçants, II, 424-429.

41 A. Rafeq, « Economic Relations », 664.

42 G. Baer, « Village and City », 629.

43 M. H. Chérif, Pouvoir et société, 464-470.

44 S. J. Shaw, The Financial, 95-97.

45 A. ‘Abd al-Rahîm, al-Rîf al-misrî, 77-78. Sur la terre fallâha qui ne représentait qu’une partie du sol cultivé.

46 Helen Rivlin, The Agricultural Policy of Muhammad ‘Ali in Egypt, Cambridge, Mass., 1961, 261-270. D’après H. Rivlin les superficies cultivées étaient exactement de 3 970 000 feddans en 1800 et de 3 890 000 en 1844. Les évaluations sur la population sont proposées par Daniel Panzac, « Endémies, épidémies et population en Égypte au XIXe siècle », dans L’Égypte au XIXe siècle, R. Mantran éd., Paris, 1982, 99.

47 M. H. Chérif, Pouvoir et société. 597.

48 M. Bousige, « Deux ponts voisins de Rades », Revue tunisienne, 7 (1936).

49 Des études qui n’ont malheureusement pas été publiées à ce jour ont abordé ce problème pour Alep. Voir les communications de Ruth Roded et Abraham Marcus, présentées au séminaire sur le waqf musulman de Jérusalem (24-30 juin 1979). Abraham Marcus a publié dans le JESHO, XXVI-2, « Men, Women and Property Dealers in Real Estate in 18th Century Aleppo » (pp. 137-63).

50 Jean-Paul Pascual, DamasàlafinduXVIe siècle, Damas, 1983, 43-56, citation p. 56.

51 Je remercie très vivement Madame Jihane Tate d’avoir bien voulu m’autoriser à citer un des résultats d’une recherche encore inédite. Voir pour le waqf Amîrî, Jihane Tate, Une waqfiyya alépine du XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, Aix, 1980.

52 Daniel Crecelius, « The Waqfîya of Muhammad Bey Abu al-Dhahab », Journal of the American Research Center in Egypt, 15 (1978) et 16 (1979), II, 126-127.

53 A. Lutfi al-Sayyid Marsot, « The Political and Economic Functions », 140. André Raymond, « Les grands waqfs et l’organisation de l’espace urbain », BEO, 31 (1979), 124.

54 C’est l’évaluation que propose, pour l’Égypte avant le XIXe siècle, Daniel Panzac dans « Endémies, épidémies et population en Égypte », 98.

55 A. Abdel Nour, Introduction, 251 -253.

56 C. F. Volney, Voyage en Égypte et en Syrie, Paris, 1822, 2 vol., II, 258-259. Voir aussi G. Baer, « Village and City », 629.

57 A. al-Gabartî, ‘Agâ’ib, II, 238-239 (Traduction, V, 177-178). A. Raymond, Artisans et commerçants, I, 86-87, 104.

58 Pierre Boyer, LaviequotidienneàAlger, Paris, 1963, 164-165.

59 A. Raymond, Artisansetcommerçants, I, 244-251.

60 J. Heyworth-Dunne, An Introduction to the History of Education in Modern Egypt, 1938, 25-28.

61 G. Baer, « Village and City », 605.

62 G. Baer, « Village and City », 609.

63 Afaf Lutfi al-Sayyid Marsot, « The Ulama of Cairo in the Eighteenth and Nineteenth Centuries », dans Scholars, Saints, and Sufis, N. Keddie éd., University of California, 1972, 157.

64 Carl F. Petry, The Civilian Elite of Cairo in the Later Middle Ages, Princeton, 1981.

65 G. Baer, « Village and City », 629.

66 A. Raymond, Lesgrandesvillesarabes, 203-204.

67 A. Raymond, Artisansetcommerçants,II, 787. Ahmad Chelebî, Awdah al-Ishârât, A. Abd al Rahîm éd., Le Caire, 1978, 545-546.

68 J.-C. Garcin, « L’insertion sociale de Sha’rânî dans le milieu cairote », Actes du colloque international sur l’histoire du Caire, 159-168.

69 Jean Sauvaget, Alep, Paris, 1941, 229-230.

70 M. Beaussier, DictionnairepratiqueArabe-Français, réimp., Alger, 1958, 1011.

71 E. F. Jomard, « Description de la ville du Kaire », Description de l’Égypte, État moderne, II, 2, Paris, 1822, 662, 696. M. Clerget, Le Caire, I, 312.

72 Alex. Russell, The Natural History of Aleppo, Londres, 1794, 2 vol., I, 36. Il les appelle Keisaria, à mon avis par erreur pour hawsh.

73 A. Abdel Nour, Introduction, 134.

74 J. Sauvaget, Alep, 231.

75 A. Henia, « Prisons et prisonniers à Tunis vers 1762 », Revue d’Histoire maghrébine, 1983, 249-251.

76 A. H. Hourani, « The Islamic City in the Light of Recent Research », The Islamic City, A. H. Hourani et S. M. Stern éd., Oxford, 1970, 16-17.

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search