Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Le sultan Sûleymân et l’activité architecturale dans les provinces arabes de l’Empire (1520-1566)

Note de l’éditeur

Extrait de : G. Veinstein (éd.), Soliman le Magnifique et son temps, Paris, 1992, p. 371-384.

Texte intégral

I

1En dépit de l’importance des provinces arabes dans l’Empire, importance résultant de leur prestige culturel et religieux, mais aussi de leurs dimensions et de leur poids démographique et économique (Le Caire était la seconde ville de l’Empire et un centre commercial primordial), le sultan Süleymân (pas plus d’ailleurs que les autres souverains de la dynastie) ne songea apparemment pas à les visiter et n’envisagea pas non plus d’accomplir aux Lieux saints un pèlerinage qui l’aurait amené à les traverser. Il ne fit, dans ces provinces périphériques, que des séjours épisodiques justifiés par les grandes expéditions militaires qu’il mena à l’est de l’Empire (trois campagnes sur les treize qu’il conduisit personnellement). L’intérêt, en quelque sorte « habituel », que le sultan portait au « monde arabe », lieu de la Révélation dont la population parlait la langue du Coran, et siège de près de la moitié des provinces (eyâlet) que comptait l’Empire, ne fut donc jamais ravivé par un contact direct avec ces provinces, sauf dans les rares exceptions où les nécessités de la défense de l’Empire l’amenèrent à se rendre sur ses frontières orientales, en Irak, et, par conséquent, à traverser la Syrie du nord, et particulièrement la grande ville d’Alep, lieu de passage obligé des armées impériales dans cette direction.

  • 1 J.-L. Bacqué-Grammont, « L’apogée de l’Empire ottoman », in R. Mantran, ed., Histoire de l’Empire o (...)

2Ce passage à Alep eut lieu lors de la campagne de 1533-1536 menée pour assurer la conquête de l’Irak aux dépens des Safavides. Le grand vizir Ibrâhîm Pacha hiverna à Alep pendant l’hiver 1533-1534, et Süleymân, parti en renfort, traversa la ville en 1534, en route vers Baghdad qui fut occupée en novembre 1534. Süleymân repassa à Alep dans l’hiver 1535-1536 avant de revenir à Istanbul (début de 1536). Lors de la campagne de 1548-1549 contre Ṭahmâsp, qui aboutit à la prise de Tabriz et de Van, le sultan eut à nouveau l’occasion de traverser la Syrie du nord. Enfin, lors de la troisième et dernière campagne contre l’Iran, Süleymân quitta Istanbul en 1553 ; l’hivernage eut lieu à Alep, avant que ne se déroule, en 1554, la campagne sur l’Araxe qui devait aboutir à la paix d’Amasya (29 mai 1555)1.

1. Alep. Mosquée Khusrawryya (1544)

1. Alep. Mosquée Khusrawryya (1544)

3Ce furent donc des raisons strictement stratégiques qui amenèrent le sultan à prendre un contact direct avec ses vastes provinces arabes, contact cependant limité à la Syrie du nord et à l’Irak.

II

  • 2 Par « monuments publics », j’entends les mosquées de rangs divers, les madrasa (écoles), les zâwiya (...)

4Un nombre important de monuments « publics »2 construits dans les grandes villes arabes, sont datables de l’époque de Süleymân. D’après les listes que nous avons dressées, vingt monuments publics furent construits à Alep durant cette période : dix mosquées, quatre couvents (takiyya et zâwiya), six fontaines (dont une est attribuée au sultan Süleymân). À Damas les treize monuments publics se répartissent entre cinq mosquées, deux takiyya (une attribuée au sultan Süleymân), une madrasa (également attribuée au sultan), cinq sabîl (fontaines). À Jérusalem on ne peut manquer de tenir compte également de travaux militaires qui constituent une partie essentielle de l’œuvre du sultan dans cette ville où la quasi-totalité des travaux effectués entre 1520 et 1566 est attribuée à Süleymân : construction de six sabîl/fontaines (dans la seule année 943/1536-1537) ; travaux de restauration et d’embellissement à la citadelle, sur l’enceinte de la ville et au Haram.

2. Jérusalem. Qubbat al-Sakhra

2. Jérusalem. Qubbat al-Sakhra

Revêtement du tambour et de l’octogone (1545-1551).

5En Irak, province conquise par Süleymân, au cours de plusieurs expéditions, dont celle de 1534, ces travaux se limitent à une mosquée à Mossoul et à deux reconstructions à Baghdad, mais sur des monuments d’une grande importance, et dans ces deux cas à l’initiative de Süleymân. Au Caire, le total des constructions relevées entre 1520 et 1566 s’élève à vingt-quatre, dont neuf mosquées, dix zâwiya et takiyya, cinq sabîl. Aucun monument n’est directement attribuable au sultan, mais un certain nombre d’inscriptions le mentionnent expressément. On doit citer encore un certain nombre de travaux réalisés sur la route du pèlerinage de La Mekke : construction de forteresses (en 1531, 1560 et 1563) à l’initiative de Süleymân à qui sont attribuées également des restaurations et des constructions à la grande mosquée de La Mekke (1524, 1564, 1565). Enfin les provinces du Maghreb déjà intégrées à l’Empire (Tunis ne le sera qu’en 1574) ont compté quelques constructions de monuments publics : trois mosquées et une zâwiya à Alger, quatre mosquées à Tripoli.

6Le mouvement de construction dans les grandes villes arabes durant le règne de Süleymân ne paraît permettre aucune conclusion particulière en ce qui concerne le nombre des édifices construits. Pour le Caire, ville pour laquelle nous disposons d’inventaires assez complets sur l’activité architecturale durant la période ottomane, les quarante-six ans du règne de Süleymân semblent marqués par une activité « normale » : 24 monuments, nous l’avons vu, alors que pour l’ensemble du XVIe siècle (quatre-vingt-trois ans de 1517 à 1600), 41 monuments ont été construits (17 mosquées, 15 zâwiya et takiyya, subîl), une activité donc très comparable, toutes choses égales d’ailleurs.

  • 3 Voir Ihsan Fathi, Urban Conservation in Iraq, thèse, Sheffield, 1977, 3 vols, II, p. 386 ; III, p.  (...)

7La comparaison du bilan par grand centre urbain fait apparaître une évidente suprématie du Caire (24 monuments), d’Alep (20 monuments) et de Damas (13 monuments) qui reflète l’importance de ces villes, les plus considérables de la partie arabophone de l’Empire, celles aussi qui avaient été le plus tôt (et le plus définitivement) intégrées dans l’Empire. L’Irak compte peu de constructions nouvelles, ce qui s’explique naturellement par les difficultés rencontrées par les Ottomans pour y asseoir leur autorité et par la persistance de leur conflit avec les Safavides. On peut cependant s’étonner que, la conquête de Baghdad une fois réalisée, le sultan n’ait pas marqué son succès de 1534 par une grande fondation : du moins réalisa-t-il dans la capitale irakienne deux restaurations portant sur des monuments hautement significatifs, les sanctuaires de Kâżimayn et de Gîlânî, cependant que l’heureuse découverte du tombeau d’Abû Ḥanîfa lui permettait d’ordonner la reconstruction du mausolée de cet illustre personnage, inspirateur d’une école (maẕhab) dont les liens étaient si étroits avec les Ottomans3.

III

8Une statistique concernant l’ensemble de la « production architecturale » à l’époque de Süleymân ne permet donc pas d’aboutir à des résultats très significatifs. Un examen des œuvres directement liées à Süleymân doit présenter plus d’intérêt. Nous allons maintenant porter notre attention sur les monuments dont la construction (ou la restauration) fut ordonnée par le sultan, ou sur ceux à propos desquels une mention explicite faite du sultan dans une inscription de fondation permet de supposer, dans certains cas, que le souverain a pu s’intéresser à leur construction, sans cependant que cette mention constitue un indice véritablement sûr de cet intérêt direct. Voici la liste de ces monuments, par ordre chronologique :

  • 4 Inscription de construction : « fî ayyâm sulṭân Sulaymân », en 929/1523 (Max Van Berchem, Matériaux (...)
  • * Les monuments construits sur l’ordre de Süleymân sont suivis d’un astérisque.
  • 5 Sur les travaux effectués à La Mekke voir, parmi les travaux récents, E. Esin, « The Renovations Ef (...)
  • 6 Sur les constructions et restaurations de Süleymân à Jérusalem, le travail fondamental est le livre (...)
  • 7 L’inscription de fondation identifie le constructeur, Süleymân Pacha, comme « mamlûk sulṭan al-salâ (...)
  • 8 Les constructions sur la route du pèlerinage sont mentionnées par Ali Ibrahim Hamed, Introduction à (...)
  • 9 La date exacte de construction de cette fontaine sur l’ordre du sultan Süleymân n’est pas connue. E (...)
  • 10 L’inscription de construction indique qu’il fut édifié « fî ayyâm al-sulṭân Sulaymân Khân » par Ḫus (...)
  • 11 La mosquée de « Husrev Pacha à Halep » figure dans la liste des édifices construits par Sinân d’apr (...)
  • 12 Sur les fontaines construites à Jérusalem par Süleymân, voir, outre M. Van Berchem (Matériaux, Jéru (...)
  • 13 L’inscription de fondation de la takiyya indique qu’elle fut édifiée « fî dawla al-sulṭân... Sulaym (...)
  • 14 C. Arseven mentionne la « mosquée » de Süleymân à Damas parmi les œuvres de Sinân (op. cit., p. 292 (...)

1522 : Le Caire, zâwiya Ḥasan al-Rûmî, construite « au temps du sultan Süleymân »4
1524-1525 : La Mekke, travaux à la mosquée*5
1528-1564 : Jérusalem, travaux au Ḥaram*6
1528-1529 : Le Caire, mosquée Süleymân Pacha (mentionné comme « mamlûk du sultan Süleymân » dans l’inscription de fondation)7
1531-1539 : Jérusalem, restauration de la citadelle*
1531-1532 : Hedjaz, forteresse de al-Aḫḍar*8
1533-1534 : Alep, ḳasṭal (fontaine) al-Sulṭân*9
v. 1534 : Baghdad, restauration de la mosquée Kâżimayn*
v. 1534 : Baghdad, restauration de la mosquée Gîlânî*
1535 : Le Caire, fontaine de Ḫusrû Pacha « au temps de Süleymân »10
1535-1536 : Alep, mosquée de Ḫusrû Pacha (?)11
1536-1537 : Jérusalem, construction de six fontaines*12
1537-1541 : Jérusalem, restauration de l’enceinte*
1543-1544 : Le Caire, takiyya Sulaymâniyya, « sous le règne du sultan Süleymân »13
1554-1559 : Damas, takiyya Sulaymâniyya*14
1560-1561 : Hedjaz, forteresse de Muwayliḥ*
av. 1563-1564 : Hedjaz, forteresse de al-Ḥacc
1564-1565 : La Mekke, adduction d’eau à la grande mosquée*
1564-1565 : La Mekke, madrasa pour les quatre écoles*
1565-1566 : La Mekke, construction d’un minaret à la grande mosquée*
av. 1566 : Damas, madrasa Sulaymâniyya*

3. Damas. Takiyya Sulaymâniyya (1554-1559)

3. Damas. Takiyya Sulaymâniyya (1554-1559)

9Cet effort de construction est tout à fait remarquable aussi bien par le nombre des constructions et restaurations réalisées que par leur répartition dans les provinces arabes. Le sultan Süleymân a fait construire, dans les grandes villes arabes, plus de monuments qu’aucun autre sultan ottoman, et peut-être même que l’ensemble des sultans ottomans. Au Caire, théâtre de l’activité la plus importante à l’époque ottomane, il faudra attendre 1750 (takiyya du sultan Maḥmûd) et 1759 (sabîl du sultan Muṣṭafâ) pour enregistrer des fondations attribuables à un souverain régnant. L’abondance de constructions dues à Süleymân paraît donc tout à fait exceptionnelle. On est d’autre part frappé par le fait que le patronage sultanien s’est exercé dans la plupart des grandes villes arabes de l’Empire. Alep (une fontaine et une mosquée) ; Damas (une takiyya et une madrasa) ; Jérusalem (six sabîl, la restauration de la citadelle et des murailles, de très nombreux travaux au Ḥaram) ; Baghdad (deux restaurations) ; Le Caire (où les mentions dans les inscriptions traduisent, peut-être, l’intérêt du souverain) ; la route du pèlerinage (deux forteresses) : La Mekke (madrasa et travaux à la mosquée). Dans plusieurs cas l’intérêt de Süleymân pour ces constructions fut sans doute plus actif encore : lorsque le grand architecte Sinân supervisa la construction de la mosquée de Ḫusrû Pacha à Alep et de la takiyya Sulaymâniyya à Damas, ce fut, de toute évidence, à l’instigation du souverain lui-même.

  • 15 Les indications de M. Van Berchem, reproduites par Herzfeld (« grande arcade style Soliman, colonne (...)
  • 16 A. Raymond, The Great Arab Cities, New York University Press, 1984, p. 93-94. Aux neuf monuments me (...)

10L’influence artistique ottomane est naturellement très sensible dans certaines constructions de caractère réellement « impérial », tels précisément les monuments que l’on doit à Sinân, à Alep et à Damas. Par contre une autre réalisation majeure de Süleymân, les sabîl de Jérusalem et celui d’Alep, appartient à un style local, traditionnel, auquel les architectes du sultan (vraisemblablement indigènes) se conformèrent très naturellement15. L’intervention de Sinân dans la mosquée Ḫusrawiyya et la takiyya Sulaymâniyya explique leur remarquable conformité aux modèles stambouliotes, justifiée par une commande impériale. Mais le cas opposé des sabîl montre que l’activité de Süleymân, dans ce domaine, se développa simultanément dans une double direction, respect des traditions locales, introduction de modèles ottomans, les deux types étant pratiquement juxtaposés à Alep. Il ne semble donc pas que le long règne de Süleymân se soit caractérisé par une volonté univoque d’imprimer à l’architecture des nouvelles provinces un cachet « ottoman » prononcé qui aurait marqué l’intégration de ces provinces dans un Empire qui avait une tradition architecturale si « typée » et qui disposait d’un architecte de génie pour l’exprimer. Les grandes constructions de style « impérial » n’ont pas manqué durant cette période : deux à Alep (mosquées Ḫusrawiyya, 1544 ; ‘Adiliyya, 1555) ; une à Damas (takiyya, 1554) ; deux au Caire (mosquée Süleymân Pacha, 1528 ; takiyya Sulaymâniyya, 1543). Mais ces cinq monuments ne représentent que la moitié des dix grandes créations religieuses de style impérial que j’ai pu recenser dans les grandes villes arabes pour l’ensemble du siècle, une proportion que l’on doit considérer comme « normale »16. Et ces monuments religieux ne constituent qu’une faible partie de l’ensemble des monuments érigés dans les villes arabes durant le règne de Süleymân, dont l’énorme majorité appartiennent à des styles locaux, qui étaient traditionnels avant l’arrivée des conquérants ottomans.

IV

11La liste que nous avons présentée plus haut fait apparaître deux périodes particulièrement intenses d’activité constructrice dans les provinces arabes, séparées par une période de quasi total arrêt :

• pendant les années 1528-1541 le sultan fait exécuter la plupart de ses grands travaux à Jérusalem (citadelle, enceinte, fontaines), à Alep (fontaine et mosquée Ḫusrawiyya) et à Baghdad (restauration de deux mosquées) ;

• les années 1543 à 1553 sont apparemment dépourvues de toute construction réalisée par le sultan ;

• la période finale du règne (1554-1566) compte : deux monuments à Damas (takiyya et madrasa) ; de nombreux travaux sur la route du pèlerinage (deux forteresses) et à La Mekke (adduction d’eau, madrasa, minaret de la grande mosquée) ; des travaux importants au Ḥaram de Jérusalem.

4. Damas. Takiyya Sulaymâniyya (1554-1559)

4. Damas. Takiyya Sulaymâniyya (1554-1559)
  • 17 « Sultan des Turcs » est la traduction que donne Max Van Berchem dans ses études sur ces inscriptio (...)

12À défaut de documents internes qui pourraient nous renseigner sur les intentions religieuses et politiques du sultan (de tels documents existent sans doute dans les archives d’Istanbul), nous pouvons avancer quelques hypothèses à propos de cette chronologie. Il paraît logique de penser que la première campagne de Süleymân en Irak (1534-1536) dont le point culminant fut la prise de Baghdad, et qui fut marquée par un séjour assez long du sultan et de son grand vizir à Alep, ait donné le signal d’une activité architecturale prononcée dans les provinces arabes, activité qui permit au sultan de populariser son titre de « sultan des Turcs, des Arabes et des Persans » (sulṭân al-Rûm wa l-‘Arab wa l’-‘Acam) qui faisait partie de la titulature officielle17. Il y a tout lieu de supposer que le sabîl d’Alep, dont la date exacte de construction ne nous est pas connue, fut construit au moment du séjour du sultan à Alep, ou immédiatement après, c’est-à-dire en 1535-1536. C’est peut-être à ce moment que le sultan confia à Sinân la responsabilité de construire à Alep la mosquée qui devait porter le nom de Ḫusrû Pacha, qui fut successivement sancaḳbeg d’Alep, beglerbeg de Damas en 1534, beglerbeg d’Égypte en 1535-1536, le monument n’étant achevé qu’en 1546. La restauration des deux grands sanctuaires de Baghdad est naturellement liée à la campagne de Süleymân et à son séjour dans la capitale conquise. Enfin une bonne partie des grands travaux de Süleymân à Jérusalem furent réalisés immédiatement après ce passage du sultan dans les territoires arabes de l’Empire (construction des six sabîl en 1536-1537 et restauration de l’enceinte en 1537-1541) et paraissent donc être le résultat direct de cette campagne.

13Par contre la seconde campagne (1548) paraît n’avoir eu aucune conséquence du point de vue qui nous intéresse et les années 1543-1553 sont une période de « calme plat ».

14Un lien doit certainement être établi entre la troisième campagne (1553) et la décision prise de bâtir, à Damas, une takiyya dans un style impérial indiscutable, et un peu plus tard une madrasa.

5. Damas. Takiyya Sulaymâniyya (1554-1559)

5. Damas. Takiyya Sulaymâniyya (1554-1559)

6. Damas. Madrasa Sulaymâniyya (avant 1566)

6. Damas. Madrasa Sulaymâniyya (avant 1566)

15Mais nous ne voyons pas comment l’intérêt montré par Süleymân, dans les dernières années de son règne, pour le pèlerinage, sa route et son point d’aboutissement (La Mekke) peut être rattaché à un élément particulier de son activité, à partir de 1560.

V

16La chronologie des constructions nous aide à déterminer les périodes durant lesquelles l’activité de patronage architectural de Süleymân dans les provinces arabes fut la plus importante. L’étude de la localisation des monuments peut nous aider à définir les lignes directrices de la volonté politique et religieuse qui inspira éventuellement la succession des réalisations du sultan dans ce domaine. Si on les envisage sous cet angle, il paraît assez clair que les constructions dont le sultanat a été plus ou moins directement responsable sont polarisées, d’une part, autour de la mise en valeur de la route du pèlerinage, d’autre part, autour de la volonté d’affirmer le caractère musulman et arabe de Jérusalem.

  • 18 St. H. Stephan, « Evliya Tshelebi’s Travels in Palestine », Quarterly of the Department of Antiquit (...)
  • 19 A. Cohen, art. cit., p. 469.
  • 20 A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, 1985, p. 41-42.
  • 21 A. Cohen, art. cit., p. 475.

17L’importance de l’effort fait pour renforcer les défenses de Jérusalem (travaux à la citadelle, réfection à peu près complète de l’enceinte) et pour embellir le Ḥaram, est tout à fait remarquable. L’explication la plus évidente de ces travaux est le souci de défendre la ville sainte contre les attaques venues de l’extérieur (activités navales hostiles ou même tentative renouvelée de croisade). C’est ce que suggérait, dès le XVIIe siècle, Evliyâ Çelebi : le sultan Süleymân, note-t-il, avait vu le Prophète en rêve ; il lui avait demandé de fortifier Jérusalem « afin de repousser les incroyants au cas où ils tenteraient de s’emparer de Jérusalem durant le règne de [ses] successeurs »18. De telles considérations, militaires et stratégiques, auxquelles il faut ajouter le souci de parer à d’éventuelles incursions de bédouins, doivent naturellement être prises en compte. Mais elles ne nous paraissent justifier qu’en partie l’ampleur véritablement impressionnante des travaux réalisés en quelques années, de 1538 à 1541 pour l’essentiel. Ainsi que A. Cohen le remarque très judicieusement : « A relatively small town in the Ottoman and Syrian context, Jerusalem proved to be of very marginal importance both military and political »19. Le problème posé par l’activité des tribus bédouines ne justifiait sans doute pas un tel luxe défensif. D’autre part la sûreté relative des villes arabes à l’égard des menaces extérieures est un phénomène général qui explique l’important développement de faubourgs non défendus dans la plupart des cas (en particulier à Alep, à Damas et au Caire)20. Jérusalem, du fait de sa position géographique, n’était pas particulièrement menacée par des entreprises occidentales. On doit donc considérer que, en couronnant la cité sainte d’un appareil défensif spectaculaire, le sultan mettait en valeur son importance religieuse et qu’il exaltait son propre rôle de protecteur de l’Islam. Les constructions de Jérusalem, en dehors de leur aspect militaire, doivent être comprises comme la réalisation d’un programme visant à glorifier le caractère musulman de la ville21 mais aussi, naturellement, son arabité : la date des travaux (et celle de la construction des fontaines) est, nous l’avons vu, liée aux entreprises de Süleymân dans la partie arabe de son Empire, à l’occasion de la première campagne d’Irak (1534-1536). L’impression causée sur la population par cet ensemble de travaux sultaniens devait être d’autant plus forte que toutes les inscriptions de Jérusalem sur la périphérie de la ville (enceinte) et dans son centre (fontaines) étaient rédigées en arabe, comme c’était le plus souvent (mais pas toujours) le cas pour ces constructions dans les grandes villes arabes.

  • 22 A. Raymond, « Les Provinces arabes », in R. Mantran, ed., op. cit.. p. 370-372.
  • 23 G. Goodwin, op. cit., p. 256-257. Voir aussi dans ce volume l’article d’A. Kuran déjà cité.

18Jérusalem ne constituait qu’un élément d’une politique générale dont les constructions de Süleymân à Alep, à Damas, sur la route du pèlerinage et à La Mekke permettent de dessiner l’axe principal. Comme tous les souverains ottomans après lui, Süleymân s’est attaché à faciliter l’accomplissement du ḥagg musulman, préoccupation qui répondait naturellement à un dessein religieux mais aussi à une volonté politique, puisque le pèlerinage leur permettait d’affirmer chaque année leur rôle de chefs de la plus grande puissance musulmane et leur autorité sur les Lieux saints qui s’exprimait dans le titre de « Serviteur des deux Lieux saints »22. Les créations de monuments à Alep et à Damas, les travaux réalisés sur la route du pèlerinage, les réalisations architecturales à La Mekke, s’inscrivent le long d’un axe religieux et c’est bien là que se situe l’essentiel de l’œuvre architecturale de Süleymân dans les provinces arabes. De ce point de vue la grande construction de Süleymân à Damas, la takiyya bâtie de 1554 à 1559, est tout à fait significative. Le site choisi, un peu à l’ouest de la ville, au sud de la rivière Barada, sur l’emplacement de l’Hippodrome vert, dans la zone appelée al-Marc (« la Prairie »), était associé au pèlerinage et l’est resté : jusqu’à notre époque c’est en cet endroit que se réunissaient les pèlerins turcs en route pour le Hedjaz. Le takiyya, remarque G. Goodwin, « devait servir comme “imâret” pour le pèlerinage ». À l’ouest, Sinân délimita une large zone dans la prairie située au bord du Barada qui devait permettre l’installation du camp des pèlerins. Un peu plus tard, sous Selîm II, on aménagea au nord une large promenade le long de laquelle des rangées de boutiques fournissaient les produits dont les pèlerins avaient besoin pour leur voyage. Une cuisine devait leur fournir des repas durant leur séjour à Damas et les cellules de la takiyya pouvaient naturellement être utilisées pour l’hébergement des voyageurs23.

19C’est, pensons-nous, la réalisation d’une politique musulmane axée sur le pèlerinage, mais aussi d’une politique arabe, que l’on peut appréhender au travers des constructions de Süleymân en territoires arabes, avec une unité qui nous paraît se dégager des éléments que nous venons d’analyser. Ce « programme » est très clairement exprimé dans les inscriptions de fondation dont ont été dotés cinq des six sabîl construits en 1536-1537 à Jérusalem, pièces maîtresses de la politique sultanienne dans ce domaine. Rappelons pour conclure les termes de l’inscription de la fontaine construite dans la rue al-Wâd, à une centaine de mètres à l’ouest du Ḥaram de Jérusalem, la plus complète à cet égard :

  • 24 M. Van Berchem, Matériaux, Jérusalem, op. cit., 1-2, p. 414, n° 111. Voir aussi M. Rosen-Ayalon, ar (...)

« A ordonné la construction de cette fontaine bénie notre maître le sultan, le très grand prince et l’empereur illustre, le maître des nuques des nations, le sultan des Turcs, des Arabes et des Persans, la gloire de l’Islam et des Musulmans, l’ombre d’Allah dans l’univers, le défenseur des deux ḥaram sacrés, le sultan Süleymân, fils du sultan Selîm Ḫan, qu’Allah éternise sa royauté et son sultanat. »24

Notes

* Les monuments construits sur l’ordre de Süleymân sont suivis d’un astérisque.

1 J.-L. Bacqué-Grammont, « L’apogée de l’Empire ottoman », in R. Mantran, ed., Histoire de l’Empire ottoman, Paris, 1989, p. 150-155.

2 Par « monuments publics », j’entends les mosquées de rangs divers, les madrasa (écoles), les zâwiya/takiyya (couvents), les sabîl (fontaines).

3 Voir Ihsan Fathi, Urban Conservation in Iraq, thèse, Sheffield, 1977, 3 vols, II, p. 386 ; III, p. 112. Voir l’article d’Aptullah Kuran, « Süleymân the Magnificent’s Architectural Patronage », dans ce même volume. Je remercie G. Veinstein d’avoir bien voulu me communiquer cet important travail dont j’ai pu tirer parti pour la rédaction de mon propre texte.

4 Inscription de construction : « fî ayyâm sulṭân Sulaymân », en 929/1523 (Max Van Berchem, Matériaux, Égypte, Le Caire, Le Caire, 1903, p. 602, n° 414).

5 Sur les travaux effectués à La Mekke voir, parmi les travaux récents, E. Esin, « The Renovations Effected in the Ka‘bah Mosque », Revue d’Histoire maghrébine, 39-40, 1985, p. 227, 230. Et le livre de S. Faroqhi, Herrscher über Mekka, Münich, 1990, p. 134, 136, 137, 144, 145.

6 Sur les constructions et restaurations de Süleymân à Jérusalem, le travail fondamental est le livre de Max Van Berchem, Matériaux, Syrie du sud, Jérusalem ville, 3 vols. Sur l’enceinte voir l’article récent de A. Cohen, « The Walls of Jerusalem », in The Islamic World (Essay in Honor of Bernard Lewis), Princeton, 1989, p. 467-477.

7 L’inscription de fondation identifie le constructeur, Süleymân Pacha, comme « mamlûk sulṭan al-salâṭîn sulṭân Sulaymân », 935/1528-1529 (M. Van Berchem, Matériaux, Égypte..., op. cit., p. 603, n° 415).

8 Les constructions sur la route du pèlerinage sont mentionnées par Ali Ibrahim Hamed, Introduction à l’étude archéologique des deux routes syrienne et égyptienne de pèlerinage, thèse, Aix-en-Provence, 1988, 3 vols, II, 2, p. 574-575 (al-Akhḍar) ; 592 (montée de ‘Ayla) ; 579 (Muwayliḥ : l’inscription indique « amara bi-inshâ hadhihi l-qal’a... al-sulṭân Sulaymân Shah) ; 592 (forteresse de al-Ḥajj).

9 La date exacte de construction de cette fontaine sur l’ordre du sultan Süleymân n’est pas connue. Elle a été détruite en 1898-1899 et l’inscription relevée par M. Van Berchem ne la mentionne pas (E. Herzfeld, Matériaux, Syrie du nord, Alep, Le Caire, 1955, 1-1, p. 43). K. Ghazzî (Nahr, Alep, 1936, II, p. 210 ; III, p. 260) donne deux dates pour ce ḳasṭal (940/1533-1534 et 956/ 1549) en se fondant sur les dates de passage de SuIeymân à Alep. Une date correspondant au premier passage du sultan (1536-1537 ?) paraît plus probable : elle correspondrait à celle de la construction des sabîl de Jérusalem.

10 L’inscription de construction indique qu’il fut édifié « fî ayyâm al-sulṭân Sulaymân Khân » par Ḫusrû Pacha, en cumâḍa II 942/nov.-déc. 1535 (document communiqué par G. Wiet).

11 La mosquée de « Husrev Pacha à Halep » figure dans la liste des édifices construits par Sinân d’après Celâl Esad Arseven (L’art turc, Istanbul, 1939, p. 292). La chronologie de la mosquée Ḫusrawiyya est assez embrouillée et nécessiterait une étude sérieuse. E. Herzfeld (op. cit., 1-2, p. 409) indique que le bâtiment antérieur fut démoli dès 935/1528-1529 et que la construction s’acheva en 1546. D’après G. Goodwin (A History of Ottoman Architecture, Baltimore, 1971, p. 200-203) la mosquée fut construite par Sinân lors de sa venue à Alep « au début de sa carrière » (hiver 1536-1537) entre deux campagnes (hiver 1536-1537). La décision de la bâtir aurait pu avoir été prise par Süleymân en 1535-1536. Voir aussi H. Gaube et E. Wirth, Aleppo, Wiesbaden, 1984, p. 363.

12 Sur les fontaines construites à Jérusalem par Süleymân, voir, outre M. Van Berchem (Matériaux, Jérusalem, op. cit., p. 412-427), l’article de Myriam Rosen-Ayalon, « On Suleiman’s Sabîls in Jerusalem », in The Islamic World, op. cit., p. 589-607.

13 L’inscription de fondation de la takiyya indique qu’elle fut édifiée « fî dawla al-sulṭân... Sulaymân Khân », par Süleymân Pacha, en 950/1543-1544 (M. Van Berchem, Matériaux, Égypte..., op. cit., p. 606-607, n° 418).

14 C. Arseven mentionne la « mosquée » de Süleymân à Damas parmi les œuvres de Sinân (op. cit., p. 292). G. Goodwin pense que la takiyya fut conçue par le grand architecte, ce qui explique son style général : les fortes influences locales qui apparaissent dans le monument s’expliquent par le fait que, en dehors de la supervision assurée par Sinân au cours d’une visite assez brève, le monument fut construit par des entrepreneurs du pays (op. cit., p. 256-257). Sur les conditions et les dates de la construction de la takiyya et de la madrasa Sulaymâniyya, voir A. Rihâwî et E. Ouécheck, « Les deux takiyya de Damas », BEO, 28, 1975, p. 217-225. Voir aussi D. Sack, Damaskus, Mayence, 1989, p. 107, et dans le présent volume l’article d’A. Kuran déjà cité.

15 Les indications de M. Van Berchem, reproduites par Herzfeld (« grande arcade style Soliman, colonnettes torses, grand bassin sous la voûte ») (E. Herzfeld, op. cit., 1-1, p. 43) correspondent exactement au type des sabîl construits à Jérusalem qui ont subsisté. Voir M. Van Berchem, Matériaux, Jérusalem, op. cit., 1-2, p. 412-427, et l’article de M. Rosen-Ayalon, art. cit. Je ne partage pas la conclusion de M. Rosen-Ayalon suivant laquelle ces six fontaines de Jérusalem représenteraient un « new type of sabîl in Jerusalem which differs not only from pre-Ottoman sabîls, but also from contemporaneous sabîls elsewhere as well ». Ces six fontaines appartiennent à un type qui existait en Syrie dès l’époque mamelouke : voir, à Alep, les ḳasṭal Sâḥa Bizza (inscription n° 240, 883 H), mosquée al-Sharaf (n° 258, 897 H), et al-Ḥaramaïn (n° 257, 897 H) (E. Herzfeld, op. cit., 1-2, p. 385-386, 395, 396 ; et II, planches CLXV et CLXVIII). Le ḳasṭal al-Sulṭân d’Alep appartient évidemment au même type.

16 A. Raymond, The Great Arab Cities, New York University Press, 1984, p. 93-94. Aux neuf monuments mentionnés là j’ajoute la takiyya Sulaymâniyya du Caire.

17 « Sultan des Turcs » est la traduction que donne Max Van Berchem dans ses études sur ces inscriptions. L’éditeur de ce volume, mon collègue G. Veinstein, me fait amicalement part de ses réserves sur une telle traduction de sulṭan al-Rûm et m’indique sa préférence pour « sultan du pays des Romains ». Son objection est tout à fait justifiée. Il me semble cependant que, vues des pays arabes, les expressions de Rûm, de bilâd al-Rûm étaient bien perçues, d’une manière habituelle, comme désignant l’Anatolie et Istanbul, c’est-à-dire des régions habitées par des Turcs. C’est l’usage que l’on trouve dans les chroniques où d’ailleurs rûmî est utilisé avec ce sens de « Turc ». Je ne pense donc pas que, sur ce point, la lecture que faisaient des Arabes, dans un pays arabe, de la formule en question, fût très différente de celle qu’implique la traduction, en effet anachronique, de Max Van Berchem.

18 St. H. Stephan, « Evliya Tshelebi’s Travels in Palestine », Quarterly of the Department of Antiquities, 1939, p. 86.

19 A. Cohen, art. cit., p. 469.

20 A. Raymond, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, Paris, 1985, p. 41-42.

21 A. Cohen, art. cit., p. 475.

22 A. Raymond, « Les Provinces arabes », in R. Mantran, ed., op. cit.. p. 370-372.

23 G. Goodwin, op. cit., p. 256-257. Voir aussi dans ce volume l’article d’A. Kuran déjà cité.

24 M. Van Berchem, Matériaux, Jérusalem, op. cit., 1-2, p. 414, n° 111. Voir aussi M. Rosen-Ayalon, art. cit., p. 594.

Table des illustrations

Titre 1. Alep. Mosquée Khusrawryya (1544)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre 2. Jérusalem. Qubbat al-Sakhra
Légende Revêtement du tambour et de l’octogone (1545-1551).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre 3. Damas. Takiyya Sulaymâniyya (1554-1559)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 4. Damas. Takiyya Sulaymâniyya (1554-1559)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1665/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre 5. Damas. Takiyya Sulaymâniyya (1554-1559)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1665/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre 6. Damas. Madrasa Sulaymâniyya (avant 1566)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1665/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 633k

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search