Version classiqueVersion mobile

La ville arabe, Alep, à l’époque ottomane

 | 
André Raymond

Les grandes villes arabes à l’époque ottomane

Note de l’éditeur

Extrait de : Les Cahiers de Chabramant, Le Caire, n° 5, 1987, p. 76-101. Ce texte est celui d’une conférence donnée le 25 mai 1986, au Centre culturel français de Munira (Le Caire).

Texte intégral

1La période ottomane fait traditionnellement l’objet d’appréciations très négatives : pendant cette période qui dura, suivant les cas, trois ou quatre siècles (XVIe-XVIIIe/XIXe siècle), les pays arabes, placés sous la tutelle des sultans d’Istanbul, auraient connu un déclin aussi bien matériel que culturel. Ce déclin aurait été tout particulièrement marqué dans les villes où l’aggravation des cloisonnements intérieurs aurait entraîné une véritable dislocation du cadre urbain, cependant que, abandonnées à elles-mêmes, elles auraient glissé vers une véritable anarchie. Deux citations empruntées à des ouvrages classiques sur les deux plus grandes villes arabes de ce temps suffiront à illustrer ce point de vue :

2D’après Marcel Clerget, la ville du Caire, sous les Ottomans,

  • 1 M. CLERGET, Le Caire, I. 178.

« s’éteint lentement, imperceptiblement ; elle se replie sur elle-même, laissant crouler peu à peu les débris de son passé glorieux… Le Caire revient… au peuplement dispersé qu’affectionnaient les premiers Arabes… Le désordre croissant du plan, la difficulté des communications reflètent eux aussi l’anarchie politique et économique »1.

3Et Jean Sauvaget remarque qu’à Alep

  • 2 J. SAUVAGET, Alep, 238-239.

« les éléments de désagrégation… ne font… que s’exercer à nouveau, avec une tendance à l’exagération qui accélère la dissociation du centre urbain en compartiments étanches… L’Alep des Ottomans n’est qu’un trompe-l’œil, une façade somptueuse derrière laquelle il n’y a que ruines »2.

4Il serait trop long de développer les raisons qui expliquent des vues si dépréciatives : insuffisante connaissance des sources historiques dont l’exploitation n’a commencé qu’il y a une vingtaine d’années ; parti pris résolument colonial contre la dernière période ayant précédé l’occupation européenne ; hostilité de principe envers une domination qui a été colorée négativement par les désastres turcs du siècle dernier.

5Une nouvelle estimation de la période ottomane est maintenant en cours. Elle est d’autant plus importante, dans le cas des villes, que la récente explosion urbaine impose un retour vers la ville « traditionnelle » dont les caractères, les normes, et les valeurs devraient guider des efforts pour contrôler une modernisation qui n’est, dans la plupart des cas, qu’une occidentalisation sans imagination ni respect de l’authenticité culturelle.

1. La croissance urbaine

61.1 Contrairement aux clichés les plus solidement enracinés, les grandes villes arabes n’ont pas connu un déclin ininterrompu pendant la période de la domination ottomane qui commence en 1516-1517 pour les villes syriennes (Alep et Damas), irakiennes (Mossoul et Baghdad), égyptiennes (Le Caire) et maghrébines (Alger, puis Tunis, définitivement en 1574) et qui n’entrera dans sa phase terminale que plus de trois siècles plus tard (à partir de la prise d’Alger en 1830). Tout au contraire, lorsque nous avons les moyens d’étudier de près l’évolution de ces villes au moyen de l’archéologie urbaine qui, à défaut d’études précises, est souvent notre seul moyen d’investigation, on constate une expansion urbaine dont on peut s’étonner qu’elle n’ait pas davantage frappé les détracteurs de l’époque ottomane.

7À défaut de statistiques précises (la première est celle de la Description de l’Égypte pour Le Caire, en 1798, et aucune évaluation ancienne ne peut être prise en considération sérieusement), c’est en effet dans les villes elles-mêmes, dans leur configuration et leurs monuments, qu’il faut rechercher les éléments permettant d’évaluer leur importance aux différentes époques.

  • 3 Voir les plans de J. Sauvaget pour Damas (« Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », REI, 4, (...)
  • 4 A. RAYMOND, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, 55.

81.2. Les cartes dressées par Jean Sauvaget montrent que Damas, au début du XVIe siècle, s’étendait sur une surface de 212 hectares ; au début du XIXe siècle la surface de la ville est estimée par le même Sauvaget à 313 hectares. Pour Alep, les travaux de Sauvaget indiquent que la surface habitée est passée de 238 hectares à 367 hectares, du début du XVIe siècle à celui du XIXe. Le progrès est d’environ 50 % dans les deux cas3. Mes propres évaluations pour Le Caire, à partir des données de l’historien du XVe siècle Maqrîzî, et des informations, infiniment plus précises et plus fiables, de la Description, m’ont amené à supposer que la surface du Caire mamelouk, au moment de son apogée, ne devait guère dépasser 450 hectares, alors que la surface bâtie de la ville, vers 1798, d’après la carte de la Description, était de 660 hectares. On aurait donc ici une croissance d’un peu moins de 50 %, tout à fait voisine de celles que les travaux de Sauvaget permettent d’envisager pour Damas et Alep4.

  • 5 A. RAYMOND, « The Population of Aleppo », IJMES, 16 (1984).

91.3. Il est naturellement logique de supposer que la population des villes a crû proportionnellement à l’extension des surfaces construites, car, en dépit d’inévitables changements, la densité moyenne est sans doute restée assez constante, dans les villes arabes, de la période médiévale au début de la période moderne, aux alentours de 300 à 400 habitants par hectare. Mais il y a peu de cas où nous puissions proposer des chiffres de population qui ne soient pas fondés sur les évaluations, généralement fantaisistes, des voyageurs. Alep, constitue une de des exceptions. En rapprochant, et en combinant, les chiffres donnés par des recensements ottomans (le premier, en 1537) et par le consul d’Arvieux (en 1683, indiscutablement sur la base d’un recensement turc), on peut préciser l’évolution de la population de la ville : évaluée en khâne (foyers), elle serait passée de 9 583 (en 1537), à 13 854 (en 1683), soit une augmentation de 50 % environ. Ce dernier chiffre devait rester assez stable ensuite5.

  • 6 Cité dans A. RAYMOND, « Le développement des tanneries », Revue d’Histoire Maghrébine, 7-8 (1976).

10S’il est, en général, difficile de donner des chiffres précis sur cet accroissement de la population, des indices permettent parfois de le mettre en valeur d’une manière indirecte. Particulièrement significatif est le déplacement des tanneries qui fut souvent indispensable, lorsque leur voisinage devint insupportable dans des régions que la croissance urbaine plaçait désormais dans une zone occupée d’une manière dense. Des phénomènes de cette nature ont été relevés à Alep (vers 1570), au Caire (vers 1600) et à Tunis (vers 1770), et dans chaque cas ils sont bien le signe d’un accroissement rapide de la population : à Tunis, note le chroniqueur, la population s’était fortement accrue en ville et les locaux disponibles étaient devenus rares ; le souverain ‘Alî Bey décida donc de faire transférer le marché des tanneurs (sûq al-Dabbâghîn) à l’extérieur des murs de la Madîna « si bien que leur marché antérieur, qui se trouvait à l’intérieur de la ville, devint disponible pour la construction de maisons d’habitation »6.

2. Les facteurs du développement urbain

11Cette croissance urbaine, constatée à Tunis, Le Caire, Damas, Alep, paraît, pour l’essentiel, liée à la constitution de l’Empire ottoman et aux effets qu’elle eut sur les grandes villes arabes.

  • 7 R. MANTRAN, Istanbul, 179.

122.1. La conquête ottomane avait constitué un ensemble politique très vaste qui s’étendit des frontières du Maroc (resté en dehors de l’Empire) jusqu’à celle de l’Iran (avec lequel les Ottomans furent en conflit à peu près permanent aux XVIIe et XVIIIe siècles), des steppes de la Russie méridionale (la Crimée ne fut perdue qu’en 1783) jusqu’au Yémen et au Soudan : avec une surface totale d’environ 2 500 000 km2, en 1606, avec une présence sur les trois quarts du pourtour de la Méditerrannée et jusqu’au cœur de l’Europe occidentale (en 1683 Vienne était encore sous la menace des armées turques), l’Empire ottoman était la plus importante construction politique qu’ait connue l’Occident depuis la fin de l’Empire romain. Son extension dans des régions climatiques très diverses lui assurait des ressources agricoles d’une grande variété dont le ravitaillement d’Istanbul, « capitale-ventre » de l’Empire, suivant l’heureuse expression de Robert Mantran7, donne une image saisissante : les céréales lui arrivaient, suivant les années, de Thrace, des principautés danubiennes, de l’Égypte, des pays de la mer Noire ; la viande de mouton, des régions des Balkans, de l’Anatolie ; les épices et le café, de l’Égypte (qui les importait du Yémen et de l’Orient) ; le tabac, de la Roumélie ; le bois, de l’Anatolie et du Taurus, etc. La richesse et la diversité humaine étaient tout aussi remarquables : le Sultan réunissait sous son autorité les Turcs musulmans sunnites de l’Anatolie, les chrétiens des provinces balkaniques, les Arabes des confins méridionaux de la Méditerranée, principalement sunnites, mais comprenant aussi d’importantes populations chi’ites (en Iraq) et de fortes minorités non arabophones (Kurdes du Proche-Orient, Berbères du Maghreb), et, dispersées dans tout l’Empire, des communautés chrétiennes et juives qui constituaient parfois des noyaux nationaux homogènes, comme les Arméniens établis dans l’Anatolie orientale.

  • 8 J. SAUVAGET, Alep, 210-211.

132.2 Grâce à une organisation militaire éprouvée (qui avait assuré la suprématie des armées turques jusque vers la fin du XVIIe siècle), grâce à une organisation administrative relativement efficace, les Ottomans contrôlaient les provinces (au nombre de 36 en 1609, dont 12 pour le monde arabe) et assuraient leur sécurité, du moins en ce qui concerne les dangers extérieurs. Les dimensions mêmes de l’Empire constituaient une protection suffisante dans la plupart des cas et les villes purent, en général, se développer sans qu’il soit nécessaire de songer à leur sécurité extérieure. La plupart des grandes villes s’entourèrent de faubourgs désormais non protégés par des remparts (ce fut le cas de Tunis, du Caire, de Damas et d’Alep), et les défenses qui limitaient les centres urbains, et qui avaient fait l’objet de travaux spectaculaires à l’époque mamelouke, furent souvent laissées à l’abandon, moins par impérities ou négligence, que parce que ces fortifications étaient désormais devenues inutiles. Alep n’appartenait plus à une zone-frontière depuis l’annexion de l’Iraq : on cessa donc d’entretenir la muraille démodée de la ville, et si quelques réparations y furent faites, on l’abandonna en fait à la ruine. J. Sauvaget note que les maisons particulières envahirent le rempart ; le fossé, parfois loué à des maraîchers, éventuellement comblé par les immondices, ne fut plus qu’une voie de circulation. Seules les anciennes portes fortifiées conservèrent quelque utilité comme des points de passage obligés où les douaniers pouvaient percevoir les taxes8. La Citadelle elle-même cessa d’avoir une valeur militaire et elle ne joua plus que le rôle d’une sorte d’enclave politique relevant du sultan. Firent seules exception à cette règle les villes situées à côté de frontières restées assez actives pour nécessiter des travaux de défense : à Mossoul, qui fit l’objet de sièges en règle de la part des Persans, notamment en 1743, les portes et les tours furent constamment restaurées jusqu’au début du XIXe siècle. À Alger, toujours menacée par les périls venus de la mer, l’enceinte fut sans cesse renforcée jusqu’à la veille de 1830.

142.3. L’établissement de l’Empire constitua un énorme marché à l’intérieur duquel, suivant les mots mêmes de Jean Sauvaget,

  • 9 J. SAUVAGET, « Esquisse », 468.

« tout sujet du Grand Seigneur [put] désormais circuler, du Danube à l’océan Indien et de la Perse au Maghreb, sans cesser d’être soumis aux mêmes lois et à la même organisation administrative, de parler la même langue, d’user de la même monnaie, circonstance favorable à un grand mouvement intérieur d’échanges »9.

Cette facilité de déplacement des hommes et des biens devait, en effet, favoriser puissamment le développement du commerce intérieur dans un ensemble dont nous avons dit tout à l’heure la diversité et la complémentarité. L’européocentrisme de la recherche (qui a anticipé sur une situation, bien postérieure, où l’Europe était devenue le centre par lequel passaient obligatoirement les courants commerciaux méditerranéens) a conduit à sous-estimer fortement la vigueur (et la permanence) de ces courants intérieurs, qu’il n’est pourtant pas très difficile de mettre en valeur : dans les dernières décennies du XVIIIe siècle encore, le commerce extérieur de l’Égypte se faisait pour 36 % avec l’Orient, pour 50% avec les provinces de l’Empire, et pour 14 % seulement avec les pays européens qui ne jouaient donc qu’un rôle marginal dans l’équilibre économique global de l’Égypte. La prospérité des grandes villes arabes, qui étaient aussi de grands centres du commerce international, ne fut donc pas liée aux fluctuations du commerce européen, mais aux flux intérieurs qui restèrent dominants jusqu’au XIXe siècle. L’énorme marché engendré par la création de l’Empire assura, pendant trois siècles, la prospérité des grands centres commerciaux qui étaient presque tous situés sur des points névralgiques des routes commerciales internationales du temps, à la lisière de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique (Mossoul, Alep, Damas, Le Caire), ou au point de contact entre la Méditerranée et l’Afrique intérieure (Tunis et Alger). Nous verrons un peu plus loin comment cette activité économique, ce mouvement des marchandises, influèrent puissamment sur la structure des grandes villes.

  • 10 Archives du Tribunal (Mahkama) du Caire, section militaire (qisma 'askariyya), vol. 195, p. 444.

152.4. Tout aussi déterminantes furent les possibilités qu’offrait à la circulation des individus l’existence d’un ensemble politique cohérent et homogène, soumis au même système administratif, régi par les mêmes normes culturelles (y compris, pour les musulmans, qui représentaient l’élément dominant, la même religion), et où était pratiquée, du Maroc à l’Iraq, la même langue. La mobilité des individus qui avait toujours été remarquable à l’intérieur du monde musulman en fut naturellement puissamment renforcée. Celle des ‘ulamâ est bien connue ; elle se déroulait souvent le long des routes du pèlerinage. La carrière du Kabyle Muḥammad bin ‘Abdarraḥmân al-Gushtûlî qui alla faire son pèlerinage aux Lieux Saints vers 1740, passa ensuite vingt-cinq ans au Caire comme étudiant d’al-Azhar et disciple du cheikh al-Ḥifnî, et revint finalement en Algérie pour fonder ce qui allait devenir l’ordre des Raḥmâniyya, fournit un exemple frappant de ces déplacements parfois lourds de conséquences. Tout aussi significative, bien que sur un plan plus modeste, est la vie du négociant en café d’origine turque, Ḥusayn al-Qayṣarlî, mort en 1774, dont l’existence se partageait entre Le Caire, où il allait commercer, et où il avait une épouse, et la Turquie, où résidait son autre épouse, avec ses trois enfants : une vie familiale organisée au rythme d’une activité commerciale qui se déployait le long d’un « axe » nord-sud dont les points extrêmes étaient distants de plus de 2 000 kilomètres10.

162.5. L’exemple le plus frappant de l’extraordinaire mobilité humaine que favorisa l’unification de la partie occidentale du monde musulman sous la férule ottomane est naturellement fourni par le pèlerinage (ḥagg) dont le développement fut surtout bénéfique pour les deux pays qui étaient le point de départ des principales caravanes terrestres (l’Égypte et la Syrie), et pour leurs capitales (Damas et Le Caire), mais dont les effets furent importants pour toutes les villes qui se trouvaient sur l’itinéraire des caravanes. Les souverains ottomans et leur gouverneurs firent de grands efforts pour faciliter son accomplissement, car ce devoir religieux était aussi l’occasion d’affirmer la puissance religieuse et politique des sultans à qui leur titre de « Serviteur des deux Lieux Saints » assurait un prestige considérable à l’intérieur du monde musulman. L’intérêt des autorités ottomanes se manifesta par un effort soutenu pour améliorer le système de forts qui protégeaient le déplacement des caravanes, pour aménager les points d’eau nécessaires, pour assurer la sécurité des caravanes principales partant du Caire et de Damas : celle de Syrie était placée sous la responsabilité directe du pacha de Damas qui, à partir de 1708, fut chargé de conduire lui-même la caravane, alors que, en Égypte, cette tâche était confiée à un des principaux dignitaires de la province, l’amîr al-ḥagg.

17Il n’est pas facile d’apprécier l’importance exacte de ces caravanes qui mettaient en mouvement des dizaines de milliers de personnes chaque année (30 ou 40 000 à partir du Caire, entre 20 et 60 000 à partir de Damas), en vue d’un voyage qui prenait au total une année entière pour les pèlerins venus des régions les plus éloignées. Elles permettaient naturellement un brassage religieux et culturel dont les effets peuvent parfois être appréciés directement : la naissance des deux grandes confréries qui se sont développées au Maghreb au XIXe siècle, celle des Raḥmâniyya et celle des Tigâniyya, est liée à l’accomplissement du pèlerinage par Muḥammad al-Gushtûlî, vers 1740, et par Aḥmad al-Tigânî, vers 1770. Ces caravanes servaient d’autre part à des activités commerciales dont il est naturellement impossible d’évaluer le volume exact, mais qui étaient considérables. Les caravanes permettaient l’échange de marchandises venues de toutes les régions du monde musulman : les produits du Maghreb, de l’Afrique centrale, des Balkans, de l’Anatolie, du Proche-Orient convergeaient vers l’Égypte et la Syrie, étaient négociés là, ou continuaient leur route vers le Hedjaz ; au retour, les caravanes véhiculaient les produits d’Orient (essentiellement épices, café et étoffes) qui étaient ensuite redistribués dans toutes les parties de l’Empire. Par ailleurs, les pèlerins devaient s’équiper pour un voyage qui allait durer trois mois et il leur fallait donc acheter le matériel de transport et les provisions dont ils allaient avoir besoin. Leur passage entretenait, dans les villes où ils passaient et se rassemblaient, une activité intense. On peut en mesurer les effets dans le cas de la ville de Damas dont la structure même fut profondément affectée par l’activité du pèlerinage.

Développement de Damas à l’époque ottomane (en grisé) (d’après J. Sauvaget)

Développement de Damas à l’époque ottomane (en grisé) (d’après J. Sauvaget)

18Le commerce en rapport avec le pèlerinage s’établit le long de l’itinéraire suivi par les pèlerins. Dans le quartier dit de Sinâniyya, situé à la limite ouest de la ville intra muros, naquirent des marchés où les voyageurs trouvaient tout ce dont ils avaient besoin (provisions, grains, matériel de voyage et de campement). C’est dans cette zone que furent construites, dans la seconde partie du XVIe siècle, quelques-unes des grandes mosquées bâties à Damas à l’époque ottomane : madrasa Sibâ‘iyya (1553), mosquées de Murâd Pacha (1572), de Darwîsh Pacha (1574), de Sinân Pacha (1590). Plus loin, sur la route qui menait vers le Hedjaz, mais aussi vers les régions agricoles du Hauran, se développa un énorme faubourg, ébauché à l’époque mamelouke, mais dont le développement date surtout de l’époque ottomane, le Mîdân. Cette expansion de Damas vers le sud, sur une longueur de plus de deux kilomètres, constitue un des traits essentiels de l’histoire de la ville à l’époque ottomane et elle est évidemment liée à l’activité du pèlerinage.

3. Le processus de la croissance urbaine

19La croissance urbaine qui a marqué la période ottomane a affecté la structure même des villes dans la mesure où elle a induit des changements et imposé des adaptations qui ont profondément marqué leur organisation spatiale. Cette croissance s’est faite suivant des processus variés.

203.1. Expansion des secteurs économiques centraux. L’essor de l’activité économique et des transactions commerciales que l’on doit à l’organisation de l’Empire ottoman, essor qui a assuré l’activité et la prospérité des grandes villes arabes, a eu pour résultat un remarquable développement de l’appareil économique qui était rassemblé dans les centres urbains. L’expansion des secteurs économiques centraux et la multiplication des centres commerciaux nous paraît être la caractéristique essentielle des grandes villes arabes à l’époque ottomane. Elle peut être mise en évidence dans un certain nombre de ces villes, là où notre connaissance des faits antérieurs à la conquête ottomane est relativement précise, et où des comparaisons peuvent donc être faites. À Tunis nous connaissons assez bien l’extension de la zone des marchés centraux à l’époque hafside (XIIIe-XVIe) et nous avons des informations datées sur le développement des marchés aux époques muradite (XVIIe) et husaynite (XVIIIe). Nous évaluons la surface de cette région, située autour de la grande mosquée de la Zaytûna, à 3,75 hectares au début du XVIe siècle ; elle passe à environ 6 hectares à la fin du XVIIIe siècle, soit une progression d’environ 60 %. Une information plus précise encore, pour Alep, nous permet de comparer l’étendue de la Madîna (« Cité ») où se concentrait l’essentiel du grand commerce de la ville, dans les souqs et les khân, de la fin de l’époque mamelouke au XIXe siècle : d’après les cartes de J. Sauvaget cette surface passe de 5 hectares à 10,6 hectares soit dans ce cas, un progrès de plus de 100 %. Mais c’est surtout au Caire que la richesse et la précision exceptionnelles de notre information sur la période mamelouke (grâce à l’historien Maqrîzî) et sur la fin de la période ottomane (grâce à la Description de l’Égypte) nous permettent de serrer de près la réalité de cette expansion. Si on dresse une carte du centre économique de la ville on peut figurer graphiquement ce progrès : à l’époque mamelouke, une zone d’environ 32 hectares (ou l’on trouvait 44 caravansérails sur 57) ; vers 1798, une zone couvrant environ 58 hectares (avec 229 caravansérails sur 360). Ici, comme à Alep, la croissance de la zone centrale d’activité économique peut être estimée à près de 100 %.

21L’élément de base de cette expansion des centres urbains a été le caravansérail qui est le monument typique de l’architecture urbaine de cette époque, le nombre d’exemplaires identifiés correspondant naturellement à l’importance économique des diverses villes. Rien d’étonnant que le Caire vienne largement en tête avec 360 wakâla et khân identifiés, suivi de loin par Alep (sans doute une centaine), puis par Damas (57), Baghdâd (44) et Mossoul (35). La structure de ces « temples » du grand commerce varie peu : une entrée monumentale donnant sur une cour entourée (parfois sur 3 ou 4 étages) de locaux techniques (entrepôts pour les marchandises, logements pour les marchands). Leurs dimensions sont par contre très diverses : les Khân d’Alep figurent parmi les plus vastes, le khân al-Gumruk atteignant 6 167 m2, alors que la surface moyenne des 19 khân de la Madîna était de 2 282 mètres carrés. Mais l’importance de ces caravansérails est surtout mise en évidence par la qualité architecturale, tout à fait exceptionnelle, de beaucoup de ces constructions utilitaires. Elle est particulièrement évidente à Alep dont les khân monumentaux montrent la permanence des influences architecturales mameloukes. Le khân Qurt Bey, construit vers 1540, est remarquable par ses vastes proportions et l’ingéniosité de ses dispositions : un petit souq carré fait accéder à une entrée monumentale, puis à une vaste cour autour de laquelle se développent magasins (au rez-de-chaussée) et logements (à l’étage) avec une grande (iwân) s’ouvrant sur la cour qui comporte en son centre un grand bassin.

Khân Qurt Bey (d’après J. Sauvaget)

Khân Qurt Bey (d’après J. Sauvaget)

22Le khân al-Gumruk frappe tout à la fois par ses dimensions exceptionnelles (6 167 mètres carrés au total, 52 magasins et 77 logements), et par la qualité de sa décoration qui est incontestablement une des grandes réussites de l’art alépin. Non moins impressionnant est le khân construit par As‘ad Pacha à Damas dont les dimensions sont considérables (2 500 m2) et l’architecture très originale, puisque la cour carrée du bâtiment était recouverte par neuf coupoles soutenues par quatre piliers.

  • 11 A. ABDEL NOUR, Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, 118.

233.2. La croissance urbaine s’opéra, de l’intérieur, par un processus de « densification » et par le comblement des vides qui subsistaient dans le tissu urbain. De cette croissance « interne » le chercheur libanais A. Abdel Nour lit les traces à Alep dans les documents d’archives où sont immatriculées les transactions immobilières, et où on constate la parcellisation des constructions : « Les appartements sont plus exigus, les transactions plus fréquentes, les prix plus élevés ». Il y a « une surdemande de logements… une pression démographique » dont la conséquence est « le fractionnement du logement existant »11. Dans le quartier populaire de Bahsîtâ, le nombre des « feux » passe ainsi de 260, en 1570, à 477 en 1683. La croissance urbaine s’opère aussi par l’occupation des espaces vacants à l’intérieur de la ville : les grandes constructions de l’époque mouradite à Tunis (entre la Qasbah et la Grande mosquée) se sont développées dans des zones de cimetières ; la Madîna d’Alep s’est étendue au sud de la zone des grands souqs, dans une région jusque-là faiblement occupée où se trouvait en particulier un hippodrome (maydân) utilisé par les Mamelouks pour leur entraînement. Cette expansion est difficile à mettre en évidence (sinon par une étude minutieuse des documents concernant les transactions immobilières, du type de celle que poursuit Nelly Hanna au Caire) sauf lorsqu’elle provoque une crise urbaine qui révèle parfois le déplacement des tanneries dont le voisinage devient insupportable (et dont l’espace même est nécessaire à l’expansion urbaine). D’où l’intérêt de ces opérations de transfert que l’histoire des villes enregistre dans quelques cas : à Alep d’un site proche de la « Cité » (qui en gardera le nom de « vieille tannerie », al-Dabbâgha al-’atîqa, porté encore par un quartier et une mosquée), vers une localisation extérieure à la ville, le long de la rivière Quwayq (vers 1570) ; au Caire, où le peuplement plus dense de la région située immédiatement au sud de bâb Zuwayla, et le projet de construction d’une importante mosquée, imposèrent, vers 1600, le déplacement des tanneries vers un emplacement situé hors de la porte de bâb al-Lûq, à l’ouest de la ville, ce qui permit ensuite le développement d’un quartier « chic » autour de la birkat al-Fîl ; à Tunis, où, vers 1770, le transfert des tanneries à l’est de la ville permit d’utiliser l’ancien souq pour la construction de maisons d’habitation.

Développement d’Alep à l’époque ottomane (en grisé) (d’après J. Sauvaget)

Développement d’Alep à l’époque ottomane (en grisé) (d’après J. Sauvaget)
  • 12 A. RAYMOND, « The Population », 458-459.

243.3. Par contre, l’extension de la ville vers l’extérieur, le plus souvent sous la forme de faubourgs, est plus aisément constatée et mesurée. C’est ainsi que se sont développés autour de Tunis, du Caire, de Damas et d’Alep de grands faubourgs que la sécurité extérieure a permis de laisser sans protection, faubourgs où s’installèrent d’abord des populations venues de la campagne. La pauvreté de ces populations, leur mode de vie plus rural qu’urbain, et leurs activités, souvent liées à l’économie des régions agricoles qui entouraient les villes, expliquent les phénomènes de ruralisation que l’on constate dans ces régions qui s’intègrent progressivement à la ville. Les recensements, lorsqu’on peut les comparer (comme c’est le cas à Alep) confirment éventuellement que ce développement des faubourgs a joué un rôle décisif dans la croissance urbaine. À Alep, entre le recensement de 1537 et celui de 1683, la part des faubourgs dans la population totale de la ville passe de 46,8 % à 63,1 %, proportion qui restera ensuite stable jusqu’à la fin du XIXe siècle, la population des faubourgs ayant doublé durant cette période, alors que celle de la ville intra muros restait à peu près inchangée12. Au début du XIXe siècle les faubourgs de Tunis représentaient 65,1 %, ceux de Damas 58 %, ceux d’Alep 55 % de la surface totale de la ville.

4. Les modalités de la croissance

254.1. On souhaiterait savoir avec un peu de précision comment s’est opérée cette croissance. Si on accepte les idées traditionnelles sur les villes arabes, on est amené à supposer que le jeu « naturel » de processus purement spontanés a permis d’y assurer l’expansion urbaine et que, en l’absence d’interventions délibérées et conscientes, un certain équilibre urbain tendait à s’y établir sous l’effet de l’interaction des forces matérielles et humaines qui y étaient à l’œuvre. Des connaissances un peu plus précises sur la structure physique des villes (acquises en particulier grâce aux travaux de David sur Alep), des sondages dans les archives ottomanes, une vue plus critique de la littérature « traditionnelle » (y compris les œuvres de Sauvaget) amènent à proposer aujourd’hui une vision plus « volontariste » des conceptions des responsables politiques ou des « décideurs » du temps.

  • 13 A. RAYMOND, Grandes villes arabes, 127-128.

26On a certainement exagéré la sous-administration des villes arabes à l’époque ottomane, en partie sous l’effet d’une littérature historique mal disposée à l’égard des Ottomans et de l’ignorance, qui a été longtemps la nôtre, des sources qui commencent aujourd’hui à être utilisées. De même que Barber Johansen a montré qu’il n’y avait pas le « vide juridique » que supposait Sauvaget, au niveau général de la conception urbaine, de même on commence à découvrir l’existence de « préposés » urbains : il y avait à Alger un shaykh al-balad qui avait dans ses attributions la propreté et l’entretien des édifices urbains ; on peut logiquement supposer qu’il ne s’agissait pas d’une situation exceptionnelle. L’étude des registres des Tribunaux montre également l’importance du rôle que jouaient les qadis, au jour le jour, dans la solution des problèmes urbains les plus concrets : protection de la voie publique contre les empiétements des riverains, largeur optimale des rues et ruelles, dispositions pour l’accès à la lumière et à l’air13. Enfin, les communautés très diverses que comptaient les villes contribuaient à cette organisation dans une mesure importante.

274.2. Les plans des grandes villes arabes fournissent d’autre part des exemples de tracés réguliers de rues et de parcelles qui paraissent résulter d’opérations de lotissement relativement organisées qu’il est possible de dater de la période ottomane et dont les recherches en cours nous permettront peut-être de trouver la trace dans des documents d’archives. Le Caire compte plusieurs zones de ce genre, situées dans la partie occidentale de la ville qui fut urbanisée, pour l’essentiel, aux XVIe et XVIIe siècles, mais dont le seul témoin est la carte de la Description, puisque cette région fut entièrement « modernisée » vers la fin du XIXe siècle. Dans les deux quartiers de Darb Muṣṭafâ Bey et de Darb Muṣṭafâ Fawqânî, une zone de quatre hectares paraît avoir fait l’objet d’un développement organisé avec un système de rues en dents de peigne, délimitant des îlots de 25 mètres de large (à l’intérieur desquels les maisons auraient dont été construites sur des parcelles d’environ 100 mètres carrés).

28Nous trouvons une organisation spatiale tout à fait comparable à Damas, dans la région du Mîdân où, sur une surface d’environ 3 hectares, des rues parallèles délimitent des îlots de 40 et 30 mètres de large, à l’intérieur desquels des maisons de 400 et 200 m2 purent être construites : dans ce cas la découverte d’une maison datée de 1748, dans une des parcelles, permet de préciser l’époque du lotissement.

29Ces tracés réguliers sont très fréquents à Alep dans le faubourg nord dont le développement fut rapide à l’époque ottomane et où l’analyse des plans cadastraux permet d’identifier des zones de lotissement à organisation géométrique. La plus remarquable est celle du quartier chrétien de Gudayda où, dans une zone de deux hectares, le terrain est divisé en bandes régulières par des rues parallèles distantes d’environ 40 mètres qui déterminent des lots (adossés) d’environ 400 mètres carrés. Ici encore la datation de maisons du XVIIIe et du XVIIIe siècle permet de fixer la date de l’opération de lotissement.

30Il n’est donc nullement exagéré de suggérer que l’expansion urbaine dont des villes comme Le Caire, Damas, Alep furent le théâtre, se déroula parfois dans le cadre d’opérations de petit urbanisme (sur des zones de 2 à 4 hectares dans les cas étudiés) dont les initiateurs étaient des individus se proposant soit une spéculation personnelle, soit une opération charitable, dans le cadre d’un waqf (habous), les revenus espérés de telles entreprises devant contribuer à l’enrichissement de l’entrepreneur, ou au financement d’une œuvre pieuse ou sociale.

314.3. Tout aussi significatives nous paraissent les opérations de grand urbanisme menées dans le cadre de waqf (fondations pieuses) et mobilisant, par conséquent, des moyens considérables dans des zones névralgiques des villes. Parmi les exemples, assez nombreux, que les grandes villes nous offrent (et que l’étude, en cours, des documents de waqf permettra certainement d’enrichir), je choisirai celui d’Alep parce qu’il est le plus spectaculaire et le plus évident. Dans ce cas, quatre opérations successives, juxtaposées, sur une surface totale d’environ dix hectares, permirent de doubler l’étendue de la « Madîna » en moins d’un demi-siècle. La première opération, menée par Khusrû Pacha autour de la mosquée qu’il construisit en 1544, ne nous est connue que par le document de waqf, le quartier ayant été profondément modifié ensuite par des opérations d’urbanisme récentes ; mais nous pouvons supposer qu’elle s’étendait sur quatre ou cinq hectares, autour de la mosquée qui en constituait le centre (et en était la principale bénéficiaire). Nous connaissons parfaitement, par contre, les trois opérations suivantes, car elles ont laissé des monuments qui sont encore visibles.

Les waqf et le développement de la Madîna d’Alep

Les waqf et le développement de la Madîna d’Alep

32Muḥammad Pacha Duqâkîn Zâda constitua son waqf autour de la mosquée al-‘Âdiliyya (construite en 1555) : trois hectares de constructions, quatre souqs (de 157 boutiques), trois grands khân (dont le khân al-‘Ulabiyya de 5 550 m2). Le waqf constitué par un autre Muḥammad Pacha en 1574 comprenait, parmi 937 locaux à usage commercial et industriel, le khân al-Gumruk (de la Douane) (le plus vaste d’Alep : 0,6 hectare, 129 locaux), et deux beaux souqs, soit, dans cette zone de la « Madîna », 344 boutiques sur une surface d’un hectare. Enfin, en 1583, le waqf de Bahrâm Pacha comprenait une mosquée, deux souqs et une qaysariyya. Ces quatre opérations, menées entre 1544 et 1583, sont remarquables par l’unité de leur conception, fondée sur la construction de locaux économiques destinés à financer des entreprises religieuses ; remarquables aussi par l’ampleur et l’harmonie de leur conception architecturale et de leur organisation à l’intérieur d’une grille urbaine dont le module (120 mètres sur 45) est, bien évidemment, d’origine antique ; remarquables enfin par la régularité de leur implantation, chaque waqf se développant à l’ouest de l’entreprise précédente. Il serait sans doute exagéré d’y voir une entreprise globale répondant à un plan d’ensemble prévoyant, dès le départ, le développement des diverses opérations : les contraintes évidentes du site et la nécessité de trouver à l’ouest les terrains disponibles pour chaque opération nouvelle suffisent à justifier l’apparente planification d’entreprises qui ne furent sans doute que successives. Il est enfin utile de noter que les promoteurs de ces quatre waqf étaient des pachas, c’est-à-dire des personnages qui pouvaient mobiliser les fonds considérables nécessaires pour ces opérations, et assurer la couverture administrative et politique indispensable : des entreprises aussi vastes ne pouvaient se développer qu’à un niveau de responsabilité élevé.

334.4. Il est tout aussi probable que les très grandes opérations d’urbanisme résultèrent de décisions politiques, au niveau du gouvernement local, ou même du gouvernement impérial. Ce qui apparaît en effet, avec évidence, dans la correspondance sultanienne dont l’étude ne fait que commencer, c’est l’intérêt des autorités d’Istanbul pour les problèmes concernant les villes appartenant aux provinces qui leur étaient soumises d’une manière directe. Pour Alep, seule ville où ces documents aient fait l’objet de sondages, l’intervention sultanienne se manifeste dans des cas très variés, d’importance souvent mineure : problèmes concernant l’alimentation en eau, les corporations de métiers (en particulier lorsque la salubrité ou l’ordre public sont en cause, d’où l’intérêt du gouvernement pour la construction d’un abattoir, en 1733, ou l’abattage du bétail, en 1762) ; problèmes concernant la voirie ou les bâtiments (élargissement du passage dans un marché où l’affluence est excessive, en 1739). La variété de ces interventions nous permet de supposer, en attendant une étude plus complète des archives ottomanes, que le pouvoir central joua un rôle actif dans les questions touchant à l’urbanisme. On imagine donc mal que, s’agissant de problèmes importants (par exemple le transfert des tanneries qui était une réponse à une crise urbaine grave) le gouvernement local (pacha) et le gouvernement central n’aient pas eu à entériner une décision, à donner un avis, ou même à prendre une initiative. Sans doute ces interventions se produisaient-elles surtout en réponse à des sollicitations locales (avis demandé par les autorités ou demandes de redressement présentée par les intéressés) ; sans doute s’agissait-il d’une activité plus corrective que normative, destinée à résoudre des situations jugées critiques ou dangereuses, plus que d’une politique visant à appliquer un plan de développement. Mais, compte tenu des informations dont nous disposons déjà, il n’est pas possible de continuer à considérer que les gouvernants ne s’intéressaient pas aux problèmes urbains que posaient les grandes villes et que ces problèmes se résolvaient d’eux-mêmes, dans une sorte de « spontanéité » dont les manifestations locales finissaient par donner un ordre urbain au niveau de la ville. Sur ce point, c’est évidemment notre ignorance qu’il faut incriminer et il nous reste à analyser les caractères d’une régulation urbaine dont les manifestations commencent à apparaître avec évidence, au niveau d’un micro-urbanisme ponctuel (opérations locales de lotissement), comme à celui d’opérations plus ambitieuses menées dans le cadre de la constitution de grands waqf, ou de décisions d’urbanisme prises au niveau de la ville.

5. Conclusion

34Ce qui me semble résulter essentiellement de cet exposé, c’est que notre connaissance des villes à l’époque ottomane (XVIe-XIXe siècles) est en train de se constituer grâce aux travaux en cours d’une nouvelle génération de chercheurs dont j’ai eu l’occasion de mentionner la plupart des noms (pour Le Caire Nelly Hanna, Robert Ilbert ; pour Damas Jean-Paul Pascual ; pour Alep, Abraham Marcus, Jean-Claude David, Jihane Tate, Jean-Pierre Thieck). Ce que nous savons aujourd’hui (dont l’essentiel ne date que des vingt dernières années) est peu de choses si nous pensons à l’information dont nous disposerons dans une dizaine d’années.

35Mais nous en savons déjà suffisamment pour pouvoir avancer quelques hypothèses, en espérant que les recherches qui se développent les confirmeront.

Premièrement : les villes arabes à l’époque ottomane ont été plus vastes et plus peuplées qu’à aucun autre moment de leur histoire, à l’exception sans doute des villes iraqiennes, pour des raisons conjoncturelles (l’âpreté et la durée du conflit entre les Ottomans et les dynasties iraniennes). La période ottomane a donc été une période d’expansion urbaine pour les villes arabes. Si cette réalité a été ignorée jusqu’à une époque récente, la raison en est que l’importance historique de la constitution de l’Empire a été mal appréciée par les historiens : la réévaluation qui est en cours, de ce point de vue, replace les villes dans un cadre qui aide à comprendre la réalité de l’essor urbain.

36Deuxièmement : les villes arabes ottomanes n’ont évidemment pas été des organismes anarchiques (notion d’ailleurs tout à fait absurde dans le domaine urbain) évoluant au gré d’une providentielle « spontanéité ». L’étude de la structure de ces villes permet d’y trouver les éléments d’une organisation urbaine indiscutable. L’étude de leur histoire (entreprise, enfin, à partir d’archives) permet aussi d’y découvrir les traces d’une action réfléchie, et volontaire, au niveau de réalisations locales, ou d’entreprises plus vastes : formuler l’idée qu’il y a eu un « urbanisme » à l’époque ottomane suscite moins d’incrédulité que cela aurait été le cas il y a vingt ans, au moment où les théories de Sauvaget étaient, dans ce domaine, la Loi et les Prophètes.

Notes

1 M. CLERGET, Le Caire, I. 178.

2 J. SAUVAGET, Alep, 238-239.

3 Voir les plans de J. Sauvaget pour Damas (« Esquisse d’une histoire de la ville de Damas », REI, 4, 1934, pl. VIII et X) et pour Alep (Alep : pl. LXII et LXX).

4 A. RAYMOND, Grandes villes arabes à l’époque ottomane, 55.

5 A. RAYMOND, « The Population of Aleppo », IJMES, 16 (1984).

6 Cité dans A. RAYMOND, « Le développement des tanneries », Revue d’Histoire Maghrébine, 7-8 (1976).

7 R. MANTRAN, Istanbul, 179.

8 J. SAUVAGET, Alep, 210-211.

9 J. SAUVAGET, « Esquisse », 468.

10 Archives du Tribunal (Mahkama) du Caire, section militaire (qisma 'askariyya), vol. 195, p. 444.

11 A. ABDEL NOUR, Introduction à l’histoire urbaine de la Syrie ottomane, 118.

12 A. RAYMOND, « The Population », 458-459.

13 A. RAYMOND, Grandes villes arabes, 127-128.

Table des illustrations

Titre Développement de Damas à l’époque ottomane (en grisé) (d’après J. Sauvaget)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Khân Qurt Bey (d’après J. Sauvaget)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1664/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Développement d’Alep à l’époque ottomane (en grisé) (d’après J. Sauvaget)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1664/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Les waqf et le développement de la Madîna d’Alep
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1664/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 419k

© Presses de l’Ifpo, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search